Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Africaines et diplômées à l’époque coloniale (1918-1957)

 | 
Pascale Barthélémy

Première partie. De « grandes écoles » de filles en Afrique occidentale française

Chapitre I. La Première Guerre mondiale : un tournant, aussi, pour les Africaines

Texte intégral

  • 1 Gouvernement général de l’AOF, Exposition coloniale internationale de 1931, Le Sénégal, Paris, Soc (...)

« La difficulté était d’atteindre les mères dans une société où la femme vit sous l’autorité absolue du chef de famille attaché aux pratiques séculaires du groupe, et où elle reste elle-même fidèle aux traditions de la race. On ne pouvait espérer atteindre ce but qu’en choisissant dans la race autochtone les sujets à qui serait confiée la mission d’éduquer la femme enceinte en matière d’hygiène de la grossesse et d’alimentation de son futur enfant1. »

  • 2 Brunschwig H., Noirs et Blancs dans l’Afrique noire française. Ou comment le colonisé devient colo (...)
  • 3 Salvaing B., « La femme dahoméenne vue par les missionnaires : arrogance culturelle ou antiféminis (...)

1En Afrique occidentale, plus encore qu’en Asie ou au Maghreb, quelques dizaines d’explorateurs et de militaires, quelques centaines de fonctionnaires – ces derniers ne sont pas plus de trois cents dans la fédération vers 1900 –, sont les acteurs visibles de la conquête de territoires dont les femmes semblent absentes jusqu’aux premières années du XXe siècle2. Les métropolitaines sont une poignée – exploratrices, aventurières ou religieuses – et leur présence est même officiellement interdite dans la colonie militaire du Niger jusqu’en 1919. Quant aux Africaines, elles n’apparaissent d’abord que ponctuellement dans le discours d’une administration qu’elles n’intéressent guère. Elles se rencontrent en revanche dans les écrits des missionnaires qui luttent contre la polygamie et une sexualité jugée débridée, souhaitent réformer l’éducation des enfants et se préoccupent les premiers des questions familiales et féminines3. De leur côté, les pouvoirs militaires puis civils parent au plus pressé et recrutent des soldats, des travailleurs ou des employés administratifs et commerciaux africains dont ils ignorent l’environnement familial et affectif.

  • 4 L’exploration puis la conquête ont entraîné une aggravation de la morbidité et de la mortalité, pe (...)
  • 5 Monnais-Rousselot L., Médecine et colonisation, l’aventure indochinoise, 1860-1939, Paris, éd. du (...)
  • 6 L’expression « sauvegarder la race » est employée régulièrement dans les rapports médicaux et admi (...)

2Mais il apparaît vite que l’économie coloniale n’est potentiellement rentable qu’en présence d’un bassin de main-d’œuvre dont la taille et la vigueur rendent possible l’accroissement de la production4. Au tournant du XXe siècle, en AOF comme en Indochine, le gouvernement français prend conscience de la nécessité d’agir sur le plan sanitaire non plus seulement pour préserver les Européens, mais dans une perspective utilitaire de protection des populations locales5. Les exigences économiques s’accompagnent d’une idéologie populationniste qui, depuis le XVIIIe siècle en France, associe la grandeur nationale à la santé des mères et à leur capacité à procréer. La Première Guerre mondiale accentue les effets de celle de 1870. La révolution pasteurienne et l’angoisse de la dépopulation légitiment la mise en œuvre aux colonies d’une politique de santé publique qui vise l’intensification de l’exploitation et l’installation de la domination dans la durée. Dans ce contexte démographique et politique, le statut particulier de l’AOF au sein de l’Empire français mais aussi le souci d’une politique pragmatique et peu coûteuse expliquent le recours à des sages-femmes africaines comme agents de « sauvegarde de la race6 ».

Les balbutiements de l’Assistance médicale indigène (AMI)

  • 7 Brunschwig H., op. cit., p. 193.
  • 8 Le ministère des Colonies succède par la loi du 20 mars 1894 au sous-secrétariat d’État aux Coloni (...)
  • 9 « Rapport au gouverneur général de l’AOF suivi d’un arrêté portant création d’aides-médecins indig (...)

3En 1890, trente-trois médecins militaires français tout au plus exercent en AOF, surtout au Sénégal et au Soudan7. Ils s’occupent en priorité des Français et coûtent cher à la métropole. Le souci de développer une politique de santé publique sur une plus vaste échelle impose le recours à un personnel autochtone. Le ministre des Colonies songe d’abord à fonder au Sénégal « une école où certaines connaissances thérapeutiques seraient inculquées à de jeunes indigènes se destinant à la pratique de la médecine dans l’intérieur de la colonie8 », mais le projet est difficile à concrétiser alors que la maîtrise des territoires n’est pas achevée. Un corps d’infirmiers africains est créé, puis un service d’Assistance médicale indigène organisé en 1905 sur le modèle de celui de Madagascar. L’année suivante, des aides-médecins commencent à être recrutés parmi les jeunes gens sachant parler et écrire le français, mais leur nombre reste infime : ils sont quarante-deux en 1912 dans toute l’AOF9.

  • 10 Lettre du ministre des Colonies aux gouverneurs, Paris, 8 juin 1898. AS, H128 et Knibiehler Y. et (...)
  • 11 Rapport des gouverneurs des colonies au ministre des Colonies, Gabriel Hanotaux, juin 1898. AS, H1 (...)
  • 12 Knibiehler Y. et Goutalier R., op. cit., p. 90.
  • 13 Echenberg M., « “Faire du nègre”. Military aspects of Population Planning in French West Africa, 1 (...)
  • 14 Michel M., op. cit., p. 235.
  • 15 Une section « pharmacie » est ouverte en 1919. La section vétérinaire, créée en 1918, est transfér (...)

4Parallèlement, en 1898, des « accoucheuses woloffes » sont signalées pour la première fois comme d’éventuelles concurrentes pour les sages-femmes françaises encouragées à tenter l’aventure coloniale par la Société française d’émigration des femmes aux colonies créée un an plus tôt10. Au gouvernement, Gabriel Hanotaux, alors ministre des Affaires étrangères, s’interroge sur la possibilité pour des métropolitaines d’exercer leur métier dans les différentes régions de l’Empire. L’installation de sages-femmes dans les principales villes du Sénégal est mise à l’étude. À Dakar, l’administration n’y est guère favorable. Elle souligne la concurrence que représentent les accoucheuses locales auprès des populations, décrit un métier épuisant et peu rémunérateur11. L’expérience ne tente d’ailleurs guère les Françaises : vingt-cinq sages-femmes figurent parmi les quatre à cinq cents candidates au départ dans l’ensemble de l’Empire en 1897, attirées en priorité par l’Indochine et le Maghreb12. L’échec de cette émigration professionnelle féminine en Afrique est patent jusqu’à la Première Guerre mondiale. Le conflit bouleverse de façon générale les relations entre la France et son Empire et impose un changement d’échelle en matière de politique sanitaire et éducative. Le discours sur la Force noire est remis à l’honneur et la réquisition des soldats africains, inaugurée en 191513. En 1917, le député du Sénégal Blaise Diagne est chargé par Clemenceau de la levée exceptionnelle de 47 000 hommes. Des avantages pécuniaires et des privilèges en matière d’emploi et d’accès à la citoyenneté française sont promis à certaines catégories de mobilisés et leurs familles. Parmi les décisions compensatoires figure la création d’une École de médecine de l’AOF à Dakar, officialisée par décret le 14 janvier 1918. Malgré l’hostilité des fonctionnaires et des colons, les nécessités du recrutement militaire ont conduit le gouvernement à brûler les étapes14. À l’automne 1918, alors que la formation des premiers médecins africains commence, une section « sages-femmes » est également inaugurée15.

Le rôle des sages-femmes africaines : « Sauvegarder la race » à moindre coût

  • 16 Roberts M. L., Civilization without sexes: reconstructing gender in postwar France, 1917-1927, Chi (...)
  • 17 Hugon A., « La redéfinition de la maternité en Gold Coast, des années 1920 aux années 1950 : proje (...)
  • 18 Conklin A., « Redefining Frenchness, Citizenship, Race Regeneration and Imperial Motherhood in Fra (...)
  • 19 Sarraut A., La Mise en valeur des colonies françaises, Paris, Payot, 1923, 656 p.
  • 20 Dans ce but, Daladier propose que des Bureaux d’hygiène et de démographie soient annexés aux Direc (...)
  • 21 Circulaire du 12 avril 1921 du gouverneur général Merlin ; circulaire du 12 mars 1924 du gouverneu (...)

5La sélection des premières candidates a été engagée dans les différents territoires quelques mois auparavant sans débat particulier. Elle traduit une inflexion de la politique coloniale en matière de contrôle social des colonisé-e-s, conforme aux préoccupations populationnistes partagées par les métropoles impériales. Il s’agit de favoriser l’accroissement démographique, de fortifier les populations dès la naissance, de « faire du noir », toujours, mais dans une perspective à plus long terme16. En AOF, le taux de mortalité infantile est estimé de 300 à 400 ‰ par les médecins coloniaux, des chiffres voisins de ceux de la Gold Coast britannique ou de l’Indochine, et trois fois supérieurs à ceux de métropole17. En outre, la peur de la dépopulation et de l’affaiblissement sur la scène internationale conduit à associer les femmes à l’entreprise de renouveau et de consolidation nationales18. Ce contexte incite l’administration à s’intéresser aux Africaines afin de leur faire adopter des normes sanitaires nouvelles. Le projet permet d’afficher une forme d’humanisme colonial fondé sur les réalisations sociales. Le ministre des Colonies Albert Sarraut s’en fait le promoteur dans le plan de développement qu’il présente à la Chambre des députés le 12 avril 1921 mais ce programme, jugé trop onéreux et ambitieux, ne sera pas appliqué19. Quelque temps plus tard cependant, Édouard Daladier, ministre des Colonies du Cartel des gauches, se déclare convaincu que « l’avenir des populations indigènes et l’essor de notre empire colonial » dépendent de l’action sanitaire et sociale20. En AOF, le gouverneur général Jules Carde multiplie les circulaires entre 1923 et 1930, répétant invariablement qu’il « reste encore beaucoup à faire21 ». Dans ces textes, l’administration place les femmes au cœur de la politique sanitaire, mais elle ne peut compter sur un personnel féminin européen nombreux.

  • 22 Elles représentent 18 % de l’ensemble des Européens. Gouvernement général de l’AOF, Annuaire stati (...)
  • 23 Domergue-Cloarec D., op. cit., p. 326.
  • 24 Goutalier R., « Les États généraux du Féminisme à l’Exposition coloniale du 30-31 mai 1931 », RHMC,(...)

6Car les statistiques du milieu des années trente évaluent les métropolitaines à près de 5 000 en AOF, soit le quart de la population française locale22. Parmi elles, rares sont celles qui travaillent. Le personnel paramédical se limite à vingt-neuf femmes, installées principalement au Sénégal et en Côte d’Ivoire. Une seule sage-femme française exerce à l’hôpital d’Abidjan ; elles sont quatre au Sénégal, assistées de treize infirmières et de deux infirmières-visiteuses23. Les états généraux du féminisme réunis au mois de mai 1931 à Paris signalent des initiatives courageuses mais dispersées et surtout nombreuses au Maghreb et en Indochine24. En l’absence de Françaises, les futures auxiliaires de santé seront donc africaines, et cette initiative permettra de limiter les coûts.

  • 25 La loi de finance de 1900 impose l’autofinancement aux colonies dont la principale préoccupation d (...)
  • 26 Domergue-Cloarec D., op. cit., p. 357. En Indochine, la participation du budget général à l’œuvre (...)
  • 27 « Instructions du 15 février 1926 relatives à l’orientation et au développement des services d’ass (...)
  • 28 Vanlande R., L’Écho de Paris, s. d. (l’article parle de quinze ans d’existence pour l’École de méd (...)

7Car les contraintes financières sont une constante des rapports administratifs25. En 1925, 4,6 % du budget total de la fédération est consacré à l’action sanitaire26. L’investissement de chaque territoire varie entre 3 et 8 % des budgets locaux. En 1926, la directive consiste à ne pas dépasser 12 %, afin que « le développement économique n’en soit pas compromis27 ». Un article publié dans L’Écho de Paris au début des années trente rappelle que l’entretien des médecins coloniaux « grève assez lourdement [nos] budgets » et insiste sur la « belle mission qui s’offre aux jeunes gens et jeunes filles que forme l’École de médecine de Dakar : sauvegarder leur race et collaborer ainsi à nos plus hauts devoirs28 ». Du reste, l’expérience a déjà été tentée avec succès dans d’autres territoires.

  • 29 Monnais-Rousselot L., « Les premiers pas inédits d’une professionnelle de santé insolite : la sage (...)
  • 30 Knibiehler Y. et Goutalier R., op. cit., p. 184-189.

8Une École de médecine a été créée à Pondichéry en 1863, mais la superficie – 291 km2 – de ce comptoir indien rend difficile toute comparaison avec l’AOF. À Madagascar, des sages-femmes sont formées au sein de l’École de médecine de Tananarive depuis 1896. En Indochine, une institution privée, l’Association maternelle de Cholon à Saïgon, recrute des Vietnamiennes depuis 1901 tandis que l’École de médecine publique a ouvert en 1904 à Hanoï au Tonkin et forme également des sages-femmes29. Au Maghreb, la prise en charge sanitaire des femmes repose presque exclusivement sur des médecins, des assistantes sociales et des infirmières européennes. Françoise Legey, originaire de Constantine et docteur en médecine en 1900, est à l’origine des premières consultations de femmes et de nourrissons en Algérie. Elle y exerce neuf ans avant de tenter l’expérience au Maroc où elle crée une « maternité indigène » à Marrakech en 1927. Quant aux cinq écoles d’infirmières qui existent au Maghreb entre les deux guerres, elles n’accueillent que des Européennes tandis que les ouvroirs missionnaires ne forment que des aides-puéricultrices30. Région moins prestigieuse que l’Indochine ou Madagascar, l’AOF reçoit des investissements plus tardifs ; mais, à la différence du Maghreb, la rareté du peuplement européen conduit à utiliser des Africaines.

  • 31 Mann K., Marriage, Status and Social Change among the Educated Elite in Colonial Lagos, Cambridge, (...)
  • 32 Summers C., « Intimate Colonialism: The Imperial Production of Reproduction in Ouganda, 1907-1925  (...)
  • 33 Hugon A., art. cit.
  • 34 Forbes G., « Managing Midwifery in India », in Engels D. et Marks S. (éd.), Contesting colonial he (...)

9Dans les colonies britanniques, la formation des sages-femmes fut essentiellement assurée par les missionnaires. Au Nigeria, la Wesleyan Girls’High School œuvre depuis 1907 à Lagos31 ; en Ouganda, la Church Missionary Society finance en partie la Maternity Training School fondée en 1918, et le collège de Makerere créé en 1922 ouvre en 1928 une section sages-femmes dont les effectifs resteront cependant très faibles32. En Gold Coast, la maternité d’Accra forme les premières sages-femmes à partir de 192833. Dans cette colonie, mais aussi en Inde, le processus a ceci d’original qu’il résulte de la mobilisation des élites africaines locales qui réclament des investissements34. Dans les territoires français, l’initiative publique ignore la concertation avec les Africains.

  • 35 Circulaire du gouverneur général au sujet du recrutement des élèves pour l’école de sages-femmes d (...)
  • 36 Circulaire ministérielle du 30 décembre 1924, JO AOF, 1925, p. 106-109.
  • 37 Circulaire du gouverneur général au sujet du recrutement des élèves pour l’école des sages-femmes (...)
  • 38 Perrot M., art. cit. et Thébaud F., La Femme au temps de la guerre de 14, Paris, Stock, 1986, 314  (...)

10La formation des sages-femmes, centralisée à Dakar, est prise en charge par le budget fédéral. Une circulaire adressée aux responsables des différents territoires en 1920 souligne que « pour que cette œuvre d’assistance sociale ait toute la portée que lui ont assignée ses fondateurs et qu’elle puisse exercer une influence appréciable sur le mouvement de la population, il faut prévoir dans l’avenir un nombre élevé de sages-femmes de telle façon qu’en soient dotés, non seulement les grandes agglomérations indigènes, mais au fur et à mesure du développement de notre action, tous les villages importants35 ». En 1924, les sages-femmes sont une nouvelle fois définies comme le « meilleur moyen de pénétration et de persuasion36 ». Leur professionnalisation est volontiers présentée comme l’institutionnalisation d’une pratique ancienne : « Il sera bon de répondre d’avance aux objections possibles contre ce nouveau mode d’activité féminine en montrant qu’il n’est qu’une adaptation à notre civilisation d’une profession de tout temps exercée par des femmes en Afrique37. » Sans surprise, les sages-femmes africaines se voient attribuer des rôles conformes aux stéréotypes qui déterminent universellement l’activité professionnelle féminine38. La création d’un diplôme fédéral d’infirmière-visiteuse en 1930 vient renforcer le dispositif.

  • 39 Ndao M., « Colonisation et politique de Santé maternelle et infantile au Sénégal (1905-1960) », Fr (...)
  • 40 Circulaire du 12 avril 1921 du gouverneur général Merlin.

11D’abord baptisées « gardes de nourrissons », les visiteuses africaines sont recrutées, à partir de 1918, parmi les élèves sages-femmes qui ne réussissent pas l’examen de fin de première année mais aussi parmi les élèves des écoles primaires ou des orphelinats de métisses39. Sans détenir de diplôme, elles sont destinées « à l’exclusion de toute manœuvre obstétricale, à assurer dans les villages la propreté des accouchements et des premiers soins aux nourrissons40 ». Sous le contrôle des sages-femmes et des médecins, elles sont affectées à un dispensaire-maternité et « attachées » à une sage-femme. Leur reconnaissance juridique s’effectue d’abord dans chacun des territoires en 1926. Leur formation est prévue à l’hôpital du chef-lieu selon les principes des écoles de puériculture et de médecine sociale de métropole. Contemporaine des expériences menées en France, l’organisation de cette profession en AOF obéit globalement aux mêmes principes.

  • 41 Knibiehler Y. (dir.), Cornettes et blouses blanches. Les infirmières dans la société française, 18 (...)
  • 42 Le docteur Calmette fut le fondateur du premier centre antituberculeux de Lille en 1901, pour lequ (...)

12En effet, sous l’influence de l’action de Florence Nightingale en Grande-Bretagne et de l’institution des Health Visitors aux États-Unis, un embryon d’organisation professionnelle est apparu en 1913 en métropole, avec la fondation de l’Association des infirmières-visiteuses qui s’est dotée, pendant la Grande Guerre, d’une école et d’une formation accélérée. Par la suite, la Croix-Rouge internationale et la mission Rockefeller ont contribué à imposer l’infirmière-visiteuse comme un agent essentiel de l’œuvre sanitaire. Des centres d’hygiène sociale ont été inaugurés à partir de 1918 afin de lutter contre la tuberculose mais un diplôme officiel ne fut cependant créé qu’en 192241. Il est frappant de noter que les recommandations du professeur Calmette dans un rapport intitulé en 1923-1924 « L’infirmière française » sont presque identiques à celles qui ponctuent les circulaires publiées au Journal Officiel de l’AOF42. Seul l’échelon territorial – l’arrondissement et le canton en métropole, le cercle en AOF – introduit une différence :

  • 43 Cité par Knibiehler Y., op. cit., p. 139.

« Le temps est proche où il faudra organiser dans chaque arrondissement, dans chaque canton, un service sanitaire dont l’infirmière sera le plus indispensable instrument […]. Sans elle on ne saurait concevoir de véritable progrès de l’hygiène dans les masses populaires et dans les milieux ruraux. Elle est aussi indispensable que l’instituteur43. »

  • 44 Knibiehler Y., Nous les assistantes sociales. Naissance d’une profession, Paris, Aubier-Montaigne, (...)
  • 45 JO AOF, 1926, p. 196-197.
  • 46 Arrêté du 16 février portant création, à l’École de médecine de l’AOF, d’une section d’infirmières (...)
  • 47 Gouvernement général de l’AOF, op. cit., 1931, p. 209.
  • 48 Instructions sur le fonctionnement administratif de l’Assistance médicale en AOF, JO AOF, 1927, p. (...)
  • 49 Ouverture des journées médicales coloniales autour du thème de « L’Enfance indigène », L’Hygiène s (...)
  • 50 Mabon A., L’Action sociale coloniale, l’exemple de l’AOF du Front populaire à la veille des indépe (...)

13L’infirmière-visiteuse française est présentée comme un agent d’hygiène mobile, « une missionnaire d’hygiène », une « intermédiaire active et docile entre le médecin et ses malades44 ». En AOF en 1926, les visiteuses sont chargées de « veiller sur l’hygiène des femmes enceintes et des nourrissons », de « pénétrer dans tous les milieux indigènes pour y dépister les maladies sociales », d’être de véritables « agents d’hygiène » auprès des enfants et des mères45. Mais le recrutement et la formation locale s’avèrent délicats. Les chefs des services de santé font régulièrement part de leurs difficultés aux autorités fédérales, qui décident alors d’ouvrir une filière au sein de l’École de médecine en 1928. La première promotion est diplômée deux ans plus tard46. En 1931, l’Exposition coloniale reconnaît aux visiteuses « une tâche particulièrement complexe et qui comporte quelques-uns des devoirs qu’assurent en France nos infirmières-visiteuses métropolitaines instruites dans les instituts de puériculture47 ». Chargées de dépister et d’éduquer les femmes, ces auxiliaires doivent en théorie maintenir un contact constant avec les familles. Leur vocation à sillonner le territoire est sans cesse réaffirmée48. Assistantes et « rabatteuses49 », elles se retrouvent au bas de la hiérarchie médicale. De fait, cette profession suscite peu l’enthousiasme. La section disparaît en 1938 alors que la même année, en France, le diplôme d’infirmière-visiteuse fusionne avec celui d’assistante sociale, institué en 1932 pour réglementer une profession qui existe depuis plusieurs années50.

14La Première Guerre mondiale marque ainsi un tournant dans la place accordée aux Africaines par le gouvernement français et ses relais coloniaux : le discours officiel place désormais les femmes au cœur de l’action sanitaire et sociale ; la création des premières formations professionnelles féminines participe d’une volonté d’exploitation renforcée et à moindre coût des colonies. L’administration confie en théorie un rôle au moins aussi important aux sages-femmes et aux infirmières-visiteuses qu’aux médecins et infirmiers mais le recrutement suppose l’existence, même minimale, de jeunes filles suffisamment instruites pour recevoir la formation dispensée à Dakar. Or, cette catégorie n’existe pratiquement pas en 1918.

Notes

1 Gouvernement général de l’AOF, Exposition coloniale internationale de 1931, Le Sénégal, Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales, Brodard et Taupin, 274 p., p. 208.

2 Brunschwig H., Noirs et Blancs dans l’Afrique noire française. Ou comment le colonisé devient colonisateur (1870-1914), Paris, Flammarion, 1983, 245 p., p. 17.

3 Salvaing B., « La femme dahoméenne vue par les missionnaires : arrogance culturelle ou antiféminisme clérical ? », CEA, 1981, p. 507-521.

4 L’exploration puis la conquête ont entraîné une aggravation de la morbidité et de la mortalité, perceptible à partir des années 1880 surtout en Afrique centrale et orientale, mais également dans la partie occidentale du continent. Le phénomène de « rattrapage » démographique ne prend de véritable ampleur qu’après la Seconde Guerre mondiale. Coquery-Vidrovitch C., Afrique Noire. Permanences et ruptures, Paris, L’Harmattan, 1992 (1re éd., Payot, 1985), 450 p. ; Gervais R., « Contribution à l’étude de l’évolution de la population de l’AOF, 1904-1960 », Paris, Dossier du CEPED no 23, 1993, 50 p.

5 Monnais-Rousselot L., Médecine et colonisation, l’aventure indochinoise, 1860-1939, Paris, éd. du CNRS, 1999, 489 p. et aussi Domergue-Cloarec D., Politique coloniale française et réalités coloniales : la santé en Côte d’Ivoire, 1905-1958, Paris, Académie des sciences d’Outre-Mer et Toulouse, Université de Toulouse, 1986, 2 vol., 1313 p.

6 L’expression « sauvegarder la race » est employée régulièrement dans les rapports médicaux et administratifs, par exemple dans M. Nogue (médecin-major des troupes coloniales, sous-directeur de l’École de médecine de l’AOF) et Adam (médecin de la maternité indigène de Dakar), La mortinatalité et la mortalité infantile dans les colonies françaises, Marseille, Commissariat général de l’exposition coloniale, 1922, 32 p., p. 12-14.

7 Brunschwig H., op. cit., p. 193.

8 Le ministère des Colonies succède par la loi du 20 mars 1894 au sous-secrétariat d’État aux Colonies. André Lebon en est le titulaire de 1896 à 1898. Lettre du ministre des Colonies au gouverneur général de l’AOF, 14 janvier 1898, AS, Fonds Sénégal colonial, H128.

9 « Rapport au gouverneur général de l’AOF suivi d’un arrêté portant création d’aides-médecins indigènes de l’AMI en AOF. » Ngalamulumé K., « La question sanitaire dans les premières années de l’AOF » et Diop A., « Les débuts de l’action sanitaire de la France en AOF », in Becker C., Mbaye S. et Thioub I. (dir.), op. cit., p. 1212-1227 et p. 1203-1211.

10 Lettre du ministre des Colonies aux gouverneurs, Paris, 8 juin 1898. AS, H128 et Knibiehler Y. et Goutalier R., op. cit., p. 88-92.

11 Rapport des gouverneurs des colonies au ministre des Colonies, Gabriel Hanotaux, juin 1898. AS, H128.

12 Knibiehler Y. et Goutalier R., op. cit., p. 90.

13 Echenberg M., « “Faire du nègre”. Military aspects of Population Planning in French West Africa, 1920-1940 », in Cordell D. D. et Gregory J. W., African Population and Capitalism. Historical perspectives, Boulder, Westview Press, 1987, 304 p., Michel M., L’Appel à l’Afrique, contributions et réactions à l’effort de guerre en AOF, 1914-1919, Paris, Karthala, 2003, 302 p. (1re éd. 1982, 533 p.), Deroo E. et Champeaux A., La Force noire, gloire et fortune d’une légende coloniale, Paris, Tallandier, 2006, 223 p. L’AOF et l’AEF ont fourni 164 000 combattants dont 20 % sont morts sous l’uniforme.

14 Michel M., op. cit., p. 235.

15 Une section « pharmacie » est ouverte en 1919. La section vétérinaire, créée en 1918, est transférée en 1924 à Bamako. G. Clemenceau, Président du Conseil, ministre de la Guerre, H. Simon, ministre des Colonies, L.-L. Klotz, ministre des Finances, Rapport au Président de la République Française suivi d’un décret instituant une École de médecine en Afrique occidentale française, in Bulletin officiel du ministère des Colonies, 32e année, 1918, Paris, Imprimerie nationale, 1919, p. 193-196. L’École de médecine de l’AOF devient École Jules Carde en 1936, puis École africaine de médecine et de pharmacie commune à l’AOF, à l’AEF, au Togo et au Cameroun en 1944.

16 Roberts M. L., Civilization without sexes: reconstructing gender in postwar France, 1917-1927, Chicago, University of Chicago Press, 1994, 337 p. et Conklin A., art. cit.

17 Hugon A., « La redéfinition de la maternité en Gold Coast, des années 1920 aux années 1950 : projet colonial et réalités locales », in Hugon A. (dir.), op. cit., p. 145-171 et Monnais-Rousselot L. op. cit., p. 180. En France, la mortalité infantile passe de 156 ‰ dans les dernières années du XIXe siècle à 111 ‰ en 1914. Le recul s’accentue dans l’entre-deux-guerres.

18 Conklin A., « Redefining Frenchness, Citizenship, Race Regeneration and Imperial Motherhood in France and West Africa, 1914-1940 », in Clancy-Smith J., Gouda F. (éd.), op. cit., p. 65-83.

19 Sarraut A., La Mise en valeur des colonies françaises, Paris, Payot, 1923, 656 p.

20 Dans ce but, Daladier propose que des Bureaux d’hygiène et de démographie soient annexés aux Directions du service de santé des colonies afin de centraliser toutes les informations sur les maladies sociales et endémiques, sur les épidémies, sur les questions d’hygiène. Des programmes de prévention sous forme de vaccinations, d’épurations des eaux, de désinsectisation et de désinfection sont envisagés. Circulaire du ministre des Colonies, « Instructions relatives au développement de la médecine préventive, de l’hygiène et de l’assistance », 30 décembre 1924, JO AOF, 1925, p. 106-109.

21 Circulaire du 12 avril 1921 du gouverneur général Merlin ; circulaire du 12 mars 1924 du gouverneur général Carde ; instructions ministérielles du 30 décembre 1924, du 15 février 1926 et du 5 mars 1927. En 1929, le gouverneur général fait le bilan de l’action engagée dans un document intitulé « Les services de l’Assistance médicale indigène en AOF », Bulletin de l’Office international d’hygiène publique, vol. 21, fasc. 3, mars 1929, p. 430-443.

22 Elles représentent 18 % de l’ensemble des Européens. Gouvernement général de l’AOF, Annuaire statistique de l’AOF 1933-1934, Paris, Brodard et Taupin, 1936, 127 p., p. 19.

23 Domergue-Cloarec D., op. cit., p. 326.

24 Goutalier R., « Les États généraux du Féminisme à l’Exposition coloniale du 30-31 mai 1931 », RHMC, 1989, p. 266-284.

25 La loi de finance de 1900 impose l’autofinancement aux colonies dont la principale préoccupation devient dès lors le prélèvement de l’impôt. Ce sont majoritairement les budgets locaux qui prennent en charge les services sociaux. Circulaire du ministre des Colonies, « Instructions relatives au développement de la médecine préventive, de l’hygiène et de l’assistance », 30 décembre 1924.

26 Domergue-Cloarec D., op. cit., p. 357. En Indochine, la participation du budget général à l’œuvre sanitaire n’a jamais dépassé 1 %. Monnais-Rousselot L., op. cit., p. 81. L’investissement semble donc supérieur en AOF. À titre de comparaison, le budget de la Santé publique voté en métropole en 1938 représente 2,5 % du budget de l’État. Direction de la statistique générale et de la documentation, Annuaire statistique, Paris, Imprimerie nationale, 1938, 498 p., p. 233.

27 « Instructions du 15 février 1926 relatives à l’orientation et au développement des services d’assistance médicale indigène », JO AOF, 1926, p. 193-197.

28 Vanlande R., L’Écho de Paris, s. d. (l’article parle de quinze ans d’existence pour l’École de médecine), AS, O14 (31).

29 Monnais-Rousselot L., « Les premiers pas inédits d’une professionnelle de santé insolite : la sage-femme vietnamienne dans les années 1900-1940 », inBousquet G. et Taylor N. (éd), Le Viet Nâm au féminin, Paris, Les Indes savantes, 2005, 399 p., p. 67-105.

30 Knibiehler Y. et Goutalier R., op. cit., p. 184-189.

31 Mann K., Marriage, Status and Social Change among the Educated Elite in Colonial Lagos, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, 194 p.

32 Summers C., « Intimate Colonialism: The Imperial Production of Reproduction in Ouganda, 1907-1925 », Signs, 16, 1991, p. 787-807.

33 Hugon A., art. cit.

34 Forbes G., « Managing Midwifery in India », in Engels D. et Marks S. (éd.), Contesting colonial hegemony: State and Society in Africa and India, London, British Academic Press, 1994, 349 p., p. 152-173.

35 Circulaire du gouverneur général au sujet du recrutement des élèves pour l’école de sages-femmes de Dakar, 1920, JO AOF, 1920, p. 395-396.

36 Circulaire ministérielle du 30 décembre 1924, JO AOF, 1925, p. 106-109.

37 Circulaire du gouverneur général au sujet du recrutement des élèves pour l’école des sages-femmes de Dakar, JO AOF, 1920, p. 394. Souligné par l’auteur.

38 Perrot M., art. cit. et Thébaud F., La Femme au temps de la guerre de 14, Paris, Stock, 1986, 314 p.

39 Ndao M., « Colonisation et politique de Santé maternelle et infantile au Sénégal (1905-1960) », French Colonial History, vol. 9, 2008, p. 191-211, p. 199.

40 Circulaire du 12 avril 1921 du gouverneur général Merlin.

41 Knibiehler Y. (dir.), Cornettes et blouses blanches. Les infirmières dans la société française, 1880-1980, Paris, Hachette, 1984, 366 p., p. 45-46 et Leroux-Hugon V., « L’infirmière au début du XXe siècle : nouveau métier et tâches traditionnelles », Le Mouvement social, no 140, op. cit., p. 55-68.

42 Le docteur Calmette fut le fondateur du premier centre antituberculeux de Lille en 1901, pour lequel il recruta en milieu ouvrier des « moniteurs d’hygiène ».

43 Cité par Knibiehler Y., op. cit., p. 139.

44 Knibiehler Y., Nous les assistantes sociales. Naissance d’une profession, Paris, Aubier-Montaigne, 1980, 383 p.

45 JO AOF, 1926, p. 196-197.

46 Arrêté du 16 février portant création, à l’École de médecine de l’AOF, d’une section d’infirmièresvisiteuses et modifiant l’organisation de ladite école, JO AOF, 1930, p. 207-208.

47 Gouvernement général de l’AOF, op. cit., 1931, p. 209.

48 Instructions sur le fonctionnement administratif de l’Assistance médicale en AOF, JO AOF, 1927, p. 394.

49 Ouverture des journées médicales coloniales autour du thème de « L’Enfance indigène », L’Hygiène sociale, 4, no 62, 1931, p. 1155-1164, p. 1157.

50 Mabon A., L’Action sociale coloniale, l’exemple de l’AOF du Front populaire à la veille des indépendances, Paris, L’Harmattan, 2000, 221 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540