Version classiqueVersion mobile

De l'histoire des transports à l'histoire de la mobilité ?

 | 
Vincent Guigueno
, 
Mathieu Flonneau

Cinquième partie. Mobilité et institutions, la mobilité comme institution

« Bougez avec la Poste » : regard historique sur les mobilités postales

Sébastien Richez

Texte intégral

  • 1 La Poste sera employée plus volontiers pour décrire l’institution, quand la poste désignera plus v (...)
  • 2 Forum, hors série, décembre 2005. Campagne promotionnelle « Opéra Poste » par J. -P. GOUDE.
  • 3 Pélissier S. et Darrigrand A., La Poste, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », no 260, 1996.

1Il était temps d’appréhender la Poste (la poste)1, premier transporteur multimodal en France, au regard des récentes problématiques de la mobilité. Temps aussi, non parce que ce slogan introductif inventé en 1986, semblant montrer que la Poste revendique cette mobilité2, a été détourné à dessein pour cette contribution, mais parce que la Poste repose sur une activité originelle, celle de transporter, donc de circuler, d’acheminer, de distribuer. Ce titre reflète donc aussi la nature originelle et profonde d’une entité, jadis direction générale du ministère des Finances de 1804 à 1878, ancien ministère de 1879 à 1990, devenue en 1991 une entreprise publique à caractère industriel et commercial suite à sa scission avec France Telecom3.

  • 4 Vaillé E., Histoire générale des Postes françaises, Paris, PUF, 1947-1955, 7 volumes.
  • 5 Vaillé E., Le Cabinet Noir, Paris, PUF, 1950 ; Histoire des Postes jusqu’à la Révolution, Paris, P (...)
  • 6 Désert G., « Le service des Postes en Basse-Normandie au XIXe siècle », Annales de Normandie, no 3 (...)
  • 7 Corbin A., Archaïsmes et modernités en Limousin au XIXe siècle 1845-1880, Marcel Rivière, 1975.

2Et pourtant, la mobilité n’a pas constitué l’axe d’étude le plus privilégié dans une historiographie postale qui ne prend une ampleur scientifique, et ne trouve une reconnaissance universitaire, que depuis une dizaine d’années. Certes, Eugène Vaillé, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avait posé les fondements de cette historiographie via son Histoire générale des Postes en sept volumes4 et sa production de « Que sais-je ? » aux PUF5. Mais Vaillé reste un spécialiste de l’histoire moderne, l’histoire contemporaine postale se trouvant totalement oubliée des nouveaux champs historiographiques alors que l’histoire du chemin de fer, l’histoire de l’école, l’histoire de l’informatique, l’histoire de l’électricité ou de l’automobile trouvaient déjà leurs spécialistes. Après lui, Gabriel Désert, dans plusieurs articles sur la Normandie6, et Alain Corbin, dans sa thèse sur le Limousin7, avaient essayé l’un et l’autre une approche économique de la Poste dans son fonctionnement, en analysant ses implantations et en tentant de mesurer ses flux.

  • 8 Join-lambert O., Le receveur des Postes, entre l’État et l’usager, Paris, Belin, 2001 ; Cartier M. (...)
  • 9 Oger B., Histoire de la caisse nationale d’épargne. Une institution au service du public et de l’Ét (...)
  • 10 Mahouche B., Les centres de tri de la Poste de la région parisienne : l’évolution des pratiques d’ (...)
  • 11 Laborie L., La France, l’Europe et l’ordre international des communications (1865-1959), thèse d’h (...)
  • 12 Richez S., Le développement des Postes au XIXe siècle : acculturation des Français, implantations (...)
  • 13 Detry V., La motorisation des services postaux par les véhicules légers en France de l’entre-deux- (...)

3D’une part, dans le sillage du Comité pour l’histoire de la Poste (CHP) qui détermine des champs de recherche, finance des travaux universitaires et participe aux programmes pluridisciplinaires qui s’ouvrent à la question postale, cette lacune est en voie de comblement depuis 1995. La Poste a d’abord été étudiée sous l’angle de ses métiers8, de ses structures institutionnelles9, ou opérationnelles10, des coopérations internationales11, de sa structuration nationale et de son insertion sociétale12. Certaines recherches en cours témoignent que la mobilité recèle de belles perspectives liées à ces nouveaux champs13

  • 14 Chartier R. (dir.), La correspondance. Les usages de la lettre au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1991
  • 15 Marchand P., Le maître de poste et le messager. Les transports publics en France au temps des chev (...)
  • 16 À partir de sa thèse, Penser le territoire au XIXe siècle, le cas des aménagements de l’Eure et de (...)

4D’autre part, hors de la sphère des recherches menées sous l’égide du CHP, il existe aussi le courant d’études sur l’épistolaire, à l’EHESS, qui aborde, autour des travaux de Roger Chartier, les modes et pratiques de la correspondance14. De même, les travaux de Patrick Marchand, élève de Daniel Roche15 constituent la seule perche postale à ce jour concrètement tendue vers la mobilité. Encore, les travaux de géographie historique, sous l’égide de Nicolas Verdier16, sur l’implantation des relais de poste parallèlement à l’évolution des routes et la structuration du territoire étudiée sous le prisme postal, placent la Poste et son réseau au cœur de l’appréhension du territoire avant l’apparition du chemin de fer. Cependant, l’étude de la Poste sous l’angle novateur de la mobilité reste à entreprendre : celle qui touche à la vitesse de l’acheminement, à la précision de l’envoi, à la mobilité des objets ou des hommes, à l’intégration des transports tout comme à leur multi-et inter-modalités ou encore à la massification des flux.

Poste et (bureau de) poste

5À prendre l’exemple du train, on devine que la gare de chemin de fer ne désigne pas autre chose qu’un endroit précis où des voyageurs montent ou descendent du train à quai, pour lequel on pressent l’évidence des questions de mobilité inhérente aux trains circulant, mais aussi aux flux de voyageurs y convergeant. À y comparer la poste/la Poste, l’équivocité apparaît en fonction de ses usages.

La poste : une mobilité induite ?

  • 17 Dictionnaire Furetière, 1690.
  • 18 Bretagnolle A. et Verdier N., « La mesure postale. Reflet des évolutions dans le rapport au temps (...)
  • 19 Perrault C., Le Petit Poucet, 1697 (édition originale).

6Cette mobilité semble évidente à l’étude rapide des premiers usages étymologiques du mot17. L’origine du terme « poste » procède du latin positus, qui désigne une position fixe qualifiant une station ou un relais. Plus tard dans la langue française à l’époque moderne, « poste » s’établit rapidement comme une notion de distance18. En effet, dans les livres de Postes, elle établit la distance qui sépare deux relais sur les routes royales. Chaque poste vaut une lieue et demie ou deux lieues, la lieue valant elle-même 4 km ; non pas que l’équivalence soit alors mal connue, mais en fonction de chaque région et de sa topographie, une poste s’avère plus ou moins longue. Le tout équivaut grosso modo au XVIIIe siècle à sept lieues entre deux relais, soit trois à quatre postes, soit environ 28 km d’intervalle moyen. Charles Perrault rendra justement célèbres les fameuses bottes de sept lieues19, ces ustensiles portés par les postillons chevauchant sur les malles entre deux relais… Plus tard, au XIXe siècle, avec la densification du réseau sur les routes, l’intervalle entre deux relais tombe à deux postes, soit 16 km… De plus, « poste » désigne aussi par extension la notion d’étape dans le voyage ; quand Jean de La Fontaine dans une correspondance, annonce vouloir faire « aujourd’hui vingt postes sans manquer », c’est une vingtaine de relais et près de 150 km, distance considérable, exceptionnelle à parcourir pour le XVIIe siècle en une seule journée ! Jusqu’à tard dans le XIXe siècle, « poste » identifie une façon bien particulière de se déplacer : les expressions en vogue à cette époque que sont « voyager en poste » et « courir la poste » témoignent d’une vitesse rapide de déplacement de relais en relais, au galop.

7La mobilité va moins de soi à partir du moment où le mot « poste » en vient à désigner, en plus de l’institution globale, plus spécifiquement au milieu du XVIIIe siècle, le relais puis le bureau, ces deux endroits où sont rendus les services postaux. En quoi seraient-ils des lieux phares de la mobilité ? Comment se définit-il dans l’histoire au regard de cet attribut ? Le bureau de poste constitue l’élément central du patrimoine mobilier et architectural d’une institution familière des Français. Il a d’abord été localisé dans les cités sièges religieux, administratifs, militaires ou forains (XVIIIe), puis installé systématiquement dans les chefs lieux de canton (XIXe), puis dans les villes accueillant une gare (avant 1914). Le réseau postal n’a jamais été figé, les bureaux de poste apparaissant et disparaissant en fonction des enjeux économiques, politiques et culturels locaux, mais aussi en fonction de l’évolution des réseaux de communications et d’échange (route, rail, télégraphe aérien puis électrique, téléphone). À cet égard, il n’existe toujours pas d’étude, sous l’angle de la géographie historique, du réseau postal, cartographié sur deux siècles, qui, mis en comparaison d’autres cartes, permettrait de mesurer ce phénomène… Ainsi, si le bureau peut s’implanter et disparaître, il est surtout d’abord figé : il est l’endroit à partir duquel se met en œuvre la distribution, mobile ou non, des objets transportés. Distribution non mobile d’une part puisque avant 1830 et la distribution du courrier chez les Français un jour sur deux, puis tous les jours dès 1864, il est l’établissement où lettrés, notables et puissants viennent y faire retirer leur courrier par leurs porteurs ou domestiques, au hasard des informations circulant sur le passage des dépêches ou des déplacements à la ville (offices religieux, marchés, foires…). Distribution mobile d’autre part, car chacun d’entre eux constitue la base de l’organisation de la distribution vagabonde du courrier qui perdure de 1830 à 1952, date à laquelle sont créés des centres de distribution motorisée qui retirent à certains bureaux la fonction de distribution qui leur était conférée.

  • 20 Richez S., « “La Poste vient vers vous”. Une contribution mobile à l’aménagement du territoire », (...)

8Mais le bureau peut perdre sa stature fixe originelle pour glisser vers de nouvelles voies. Dans les années 1960, il se fait mobile20. À l’instar des bouchers, boulangers ou autres vendeurs de vêtements qui font leurs tournées rurales en fourgonnette, le bureau se meut pour desservir divers types de populations privées de services postaux : le célèbre fourgon HY jaune de Citroën, également immortalisé par d’autres institutions publiques telle la gendarmerie se décline en « bureau à l’usine », « bureau à la plage », « bureau au camping », « bureau à la ferme » : jusqu’au choc pétrolier du milieu des années 1970, événement déterminant dans son déclin, la Poste mobile aura une action de complément ponctuel aux lacunes d’implantation des bureaux traditionnels.

« La Poste au camping ». Source : Postes et Télécommunications, 1963.

La Poste : une mobilité institutionnelle affichée

9Si le bureau (de poste) induit des mobilités, l’institution nommée la Poste affiche explicitement cette qualité. Elle est même revendiquée clairement depuis 1962 grâce au logo, né sous l’ère du ministère des PTT. La diversité des appellations de l’objet « la fusée postale », ou « la flèche postale », ou bien encore « l’oiseau bleu » ramène à la sphère de la mobilité technologique, matérielle ou animale. Le choix de ce logo fut d’ailleurs motivé par la volonté de témoigner de la mobilité. Si le graphisme décomposé en cinq surfaces à l’époque, pour témoigner de la multiplicité des activités PTT (courrier, téléphone, mandat, chèques, colis), il faut surtout noter que l’aspect dynamique de l’ensemble symbolise deux idées à la fois ; l’une de déplacement, donc de transport matériel (courrier) ou immatériel (communications téléphoniques ou télégraphiques) ; l’autre de rapidité, souci constant d’un service public chargé d’acheminer, pour la population, l’information sous toutes ses formes.

  • 21 Des années 1980 à 2007 : « Bougez avec la Poste », « Pas de problème, la Poste est là », « La Post (...)

10Si cette mobilité fait donc partie de l’essence même de la Poste, elle semble aussi transparaître à travers sa communication institutionnelle. Inutile de revenir sur celle de la période de la fin des années 1980 : le slogan « Bougez avec la Poste » y fait naturellement référence tout en signifiant prioritairement une autre idée majeure, celle d’une administration en pleine évolution. Les messages précédents ne sont pas moins explicites. Les années 1960 sont rythmées par le slogan publicitaire « Où que vous soyez… les PTT sont toujours à votre service » qui met en scène à la télévision un naufragé se morfondant sur son frêle esquif, surpris par le bras du facteur émergeant de l’eau et lui tendant un pli : l’allusion laisse rêveur, donnant l’image d’une Poste capable des plus grandes prouesses pour desservir même les endroits les plus improbables. Un des films publicitaires postaux en vogue dans les années 1970, martelant le slogan « PTT, les hommes qui relient les hommes », joue sur la même corde en montrant une 4L jaune qui accède à une zone montagnarde isolée pour porter un colis… A contrario, il est notoire de constater que les publicités de ces vingt-cinq dernières années ont totalement mis de côté cette caractéristique de la desserte en mouvement21 : les nouveaux messages capitalisent davantage sur les retombées, les facilités du service rendu en terme de confort et d’utilité. Un virage dans la définition de ce que veut montrer la Poste.

  • 22 Demangeon P., « La malle des Indes », Correspondre jadis et naguère, Éditions du CTHS, 1997, p. 12 (...)
  • 23 Verne J., Le Tour du monde en quatre-vingt jours, 1873.
  • 24 Piouffre G., Le courrier doit passer. L’aventure de l’Aéropostale, Paris, Larousse, 2007.

11Quoi que tentent de dire les messages publicitaires contemporains, la Poste est de toute façon un creuset des mobilités de toutes natures. Celle renvoyant à l’imaginaire, à l’aventure lointaine par-delà des horizons inconnus, soit par la mythique malle des Indes22, dont le parcours fut repris par Jules Verne pour le début du périple de Phileas Fogg23, ou par la glorieuse Aéropostale et ses célèbres pilotes tels Mermoz, Saint-Exupéry, Reine ou Guillaumet24, y font grandement écho. Mais cette mobilité de l’aventure ne reflète qu’en partie le cœur de l’activité postale.

Mobilité et mode de transport

12La plus évidente des mobilités postales semble être celle qui s’opère par l’outil, par le moyen de transport. Elle traduit une constante séculaire d’adaptation de la mobilité postale aux moyens de transport les plus modernes et parfois les plus improbables. Au sein d’une liste à la Prévert, il faut tenter d’établir une typologie qui ferait sens au regard des différentes phases de la prise en charge du courrier. Les moyens légers, faisant appel à la force humaine ou animale, appartiennent à la tournée et à la distribution : le vélo, les échasses, la voiture à chien, les skis, la barque, la patinette ou trottinette, le caddie. Ceux plus évolués qui demandent un recours à la propulsion mécanique, à l’énergie fossile ou électrique, d’ailleurs pour beaucoup d’entre eux comme la voiture, le triporteur, le quad, le tricycle, le chariot, ou seulement fossile pour l’autobus, le camion, la camionnette, la motocyclette, l’avion, la fusée, l’hélicoptère, le tube, le train, se partagent entre la distribution et l’acheminement… Rien ou presque, si on ajoute encore le ballon monté ou le pigeon, appartenant à la réalité effective et à l’utopie inaccessible, n’a échappé au périmètre du transport postal.

  • 25 Lecouturier Y. et Proust P.-S., La Poste automobile et les véhicules des P.T.T. 1897-1970, Caen, L (...)
  • 26 Flonneau M. et Guigueno V., « L’espion qui aimait les techniques : pluralité des lectures automobi (...)

13Dans cette liste, l’automobile tient une place prépondérante, incarnant aux côtés du vélo ce qu’est la Poste en temps que service dédié à la mobilité25. Depuis les Trente Glorieuses, le binôme fonctionnel facteur/automobile résonne dans l’esprit des Français auprès de qui il est populaire. La collection des éditions Atlas, sur le modèle bondien plus connu26, portant sur les automobiles de la Poste, fait en 42 numéros publiés entre 2004 et 2006, la rétrospective des plus glorieux véhicules postaux employés au XXe siècle, de la Renault NN de 1927 à la Kangoo électrique de 2007. À travers son histoire, la Poste maintient la plus importante flotte automobile et cycliste de France, l’une des premières d’Europe, ce qui en fait une institution en mouvement perpétuel, sillonnant les espaces urbains et ruraux, empruntant aussi bien les autoroutes que les chemins vicinaux ; elle se trouve confrontée plus que d’autres aux problématiques de la route comme la sécurité, l’entretien et le coût de la flotte, les encombrements, la pollution, etc.

  • 27 Ekwo, 1er septembre 2007.

14Autre caractéristique forte de cette mobilité par le transport, ce sont les cycles qui depuis deux siècles, rythment l’activité du service. On débute le règne du transport du courrier par la traction hippomobile, le temps des malles-poste. Elles-mêmes supplantées progressivement par la traction vapeur et le rail : c’est le temps naissant des seigneurs de la Poste (les ambulants). Ce mode est ensuite complété par le transport aérien qui voit le temps des héros de l’Aéropostale puis celui des pilotes de la compagnie intérieure, Air Bleu. Puis, la route revient sur le devant de la scène en complément du chemin de fer à la fin des années 1960, dans le sillage du tout automobile en France. Sous la pression de l’internationalisation de la correspondance, nouvelle mise en avant de l’aérien et du ferroviaire dans les années 1980. C’est le temps du « TGV jaune », orange en l’occurrence à ses débuts. Enfin, on opère un recentrage autour du transport ferroviaire en raison des considérations touchant au développement durable et des économies de carburant : La Poste a vendu en 2007 sa filiale Europe AirPost pour créer une filiale commune (Fret GV) avec la SNCF en 2008, tout en réfléchissant concrètement à la résurrection d’un ballon-poste futuriste27 !

Mobilités des hommes

  • 28 Richez S., « Le facteur rural des Postes en France avant 1914 : un nouveau médiateur au travail »,(...)

15Cette forme de mobilité par l’outil fait se confronter celle des postiers à celle de leurs usagers. Parmi les postiers, l’histoire du facteur relève fondamentalement des problématiques de la mobilité en posant d’abord les questions de la distance et du temps parcouru de la recherche et de la rencontre d’autrui, des processus d’échanges, d’insertion et de médiation dans un territoire défini28. Elle questionne également sur les rythmes de travail de ce fonctionnaire gyrovague, sur son adaptation aux saisons qui changent, sur sa capacité à alterner entre la tournée en extérieur, et le travail de bureau consistant dans le tri et la reddition de comptes à l’intérieur. Le facteur possède tous les attributs d’un talent mobile : il pédale ou conduit en faisant la tournée, il est tout naturellement le parangon de la mobilité à la Poste. Mais s’il est l’agent le plus connu, il n’est pas le seul. Un autre corps de métier postal, l’ambulant, a encore davantage enrichi le concept. À ce postier, on a conféré la capacité d’exécuter en mouvement une activité de tri des lettres, à l’origine pourtant immobile. Dès le milieu du XIXe siècle, les convois ferrés accueillent des wagons postaux où des postiers, ces ambulants ferroviaires, traitent le courrier durant son acheminement. Dès 1957, l’ambulant devient également routier, installé dans un autocar ou un semi-remorque, pour trier le courrier dans le cadre de liaisons interrégionales limitrophes.

  • 29 Join-Lambert O., op. cit.

16Ces deux métiers constituent l’exact opposé de la tâche du commis, de nos jours appelé guichetier, ou de celle du directeur, ex-receveur désormais chef d’établissement. Le premier possède les signes distinctifs de la position fixe, vissé sur son siège, accoudé à son guichet, longtemps protégé derrière sa grille ou la vitre anti-franchissement, affairé à son registre ou à son clavier d’ordinateur. Le second est le capitaine de bord du bureau, celui qui supervise à la fois le travail des postiers du dehors, mais aussi celui des postiers du dedans ; longtemps résidant contraint sur son lieu de travail, bénéficiaire du logement de fonction29, il est le cerbère du bureau de poste. Cette double opposition, facteur et ambulant face au guichetier et au receveur, témoigne de la diversité du périmètre d’action entre des corps de métiers clairement identifiés.

  • 30 L’installation d’une boîte aux lettres normalisée n’est obligatoire pour toutes les constructions (...)

17Chez les usagers, l’histoire, perçue sous l’angle de la mobilité, fait entrer en collision deux moments. Celui initial du déplacement jusqu’au bureau de poste pour y solliciter la prestation postale au guichet. Puis celui immédiatement après, du statisme presque systématique qui peut survenir dans la file d’attente. Car le bureau de poste n’est pas, telle la gare, un lieu de transit entre un point de départ et de destination différents, un lieu que l’on traverse sans s’y attarder : il est un cul-de-sac, où au mieux l’on patiente, au pire l’on s’impatiente désagréablement, avant d’être servi. Par ailleurs, la Poste, par l’avis de passage déposé par le facteur dans la boîte, génère aussi de la mobilité subie de la part des usagers absents et obligés d’aller au bureau afin d’y retirer un pli en instance. Là se place le rôle décisif de la boîte aux lettres individuelle normalisée30. Dans les campagnes, les modèles de boîtes CIDEX (courrier individuel à distribution exceptionnelle), implantées à la fin des années 1960, ont permis aux ruraux isolés de recevoir presque tous les types d’envois peu volumineux et ainsi de valider le travail mobile du facteur. En ville, la rareté des modèles normalisés a au contraire engendré, avec l’évolution des modes de vies des personnes, un mouvement de seconde distribution, fixe celle-là, par le guichetier au bureau.

Mobilité par les échanges

  • 31 Chartier R. (dir.), La correspondance. Les usages de la lettre au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1991
  • 32 Hossard N., Recto Verso. La face cachée de la carte postale, Arcadia, 2005, 206 p.
  • 33 Albert P. (dir.), Correspondre jadis et naguère, Éditions du CTHS, 1997, 740 p.
  • 34 10 janvier 2008 : séminaire « Mobilité, production et consommation », C. Bouneau et L. Tissot, Par (...)

18La Poste accompagne la mobilité des idées par la définition réglementaire, technique et matérielle qui composent sa prestation de service : la lettre31, le colis, le mandat, la carte postale32, sont, eux-mêmes, des vecteurs de mobilité de la pensée, de l’objet, de l’argent et des sentiments. Ce quatuor a prioritairement porté l’histoire de la Poste, au moins ces deux derniers siècles et jusqu’à la fin des années 1990 où le courrier, à l’exclusion du colis, s’est mis à stagner en volume. Il faut ajouter que la croissance des flux dans le circuit postal a été très soutenue33 ; 100 000 à 200 000 lettres à la veille de la Révolution : 148 millions en 1850 : 12 milliards en 2005. Pour faire écho à François Caron34, c’est bien cette pression du courrier croissant sur le réseau postal entier qui a obligé ce dernier à entreprendre une triple évolution touchant à la nature des produits, à leur réglementation et à leur traitement.

19La lettre est ancestrale, mais le courrier, devenu un produit comme un autre, s’est modernisé pour canaliser les flux. La lettre recommandée, généralisée en 1844, permit initialement de sécuriser le parcours d’un pli en prévenant toute ouverture en route et en dédouanant la Poste en cas de disparition. Le timbre-poste, apparu en 1849, établit la péréquation tarifaire, permet une meilleure captation de la taxe dans les caisses du Trésor (c’est désormais l’expéditeur qui paye le port par l’affranchissement) et désengorge les rebuts (disparition des courriers refusés). La réforme du courrier et de ses catégories d’envoi (faisant la distinction entre les envois urgents et non urgents) intervint en 1969 afin d’étaler le traitement des lettres dans les centres de tri saturés.

  • 35 Hossard N., ibid.
  • 36 Hormis le DEA sans suite de Charuel C., La Poste et le réseau ferroviaire. Le développement des co (...)

20Le mandat, sous sa forme moderne, date de 1817. Il préfigure déjà la dématérialisation de la circulation de l’argent, facilitant les transactions. La carte postale, qui se spécialise auprès des services de la Poste française en 1872 et ne s’illustre qu’au début du XXe siècle35, dans un contexte d’extension des pratiques de villégiature, est devenue un objet de l’anti-vitesse, de l’anti-stress, du temps pris en vacances pour porter attention à un proche, le symbole d’un témoignage de mobilité tranquille. Avec 400 à 600 millions d’unités distribuées annuellement de nos jours, la carte postale conserve une atemporalité déconcertante pour témoigner de la mobilité des Français. Quant au colis, il a gagné ses galons d’objet postal à part entière concomitamment à l’essor de la vente par correspondance à la fin des années 1960 ; avant cette date, les chemins de fer, les transporteurs routiers et la Poste se partagent un marché dont la réglementation et les pratiques demeurent encore méconnues36.

Conclusion

  • 37 Encyclopédie des Postes, Télégraphes et Téléphones, Paris, Rombaldi, 1957, p. 390.
  • 38 Gras A., Les macro-systèmes techniques, Paris, PUF, 1997.

21« Exposer en son entier ce que fut l’évolution des transports depuis l’origine répéterait presque mot à mot l’histoire de la Poste37. » Cette phrase de Marcel Guyader, administrateur à la direction des Bâtiments et des Transports des PTT, témoigne de la prégnance thématique des transports à la Poste. C’est celle, essentielle et évidente, faisant référence à la mobilité. Mais celle-ci n’est pas unique. Elle cohabite avec d’autres, à creuser, comme la mobilité des hommes et celle des objets. Toutes se confondent dans une version grande et populaire de l’histoire de la Poste à travers la malle des Indes ou l’Aéropostale, qui ne sont pourtant pas le cœur de son activité pérenne. La Poste, confrontée aux questionnements de la mobilité, interroge sur les problématiques de la massification, une massification émergente par le facteur partout présent pour tous, par les flux croissants de courrier et par l’intégralité de la palette des moyens de transport utilisés… Selon une terminologie plus sociologique, la Poste, forte de ses capacités d’intégration des moyens de transport les plus modernes, se positionne comme un macro-système technique de second ordre38.

  • 39 Circulaires de l’administration des Postes, no 9, 18 février 1839.

22De plus, le même positionnement oriente vers le thème de la précision, encore une fois analogue à l’électrification du chemin de fer. La précision de la destination comme objet d’étude apparaît comme la plus évidente, via l’apparition du timbre, la normalisation du libellé de l’adresse et de son usage, l’apparition du code postal ou encore le service des recherches du courrier. Mais n’oublie-t-on pas encore la précision du temps, celle qu’on devine derrière le réglage des horloges publiques sur le passage de la malle-poste 39, instaurant ainsi la première tentative de ponctualité à l’échelle nationale, ou « le cachet de la Poste qui fait foi » qui avalise les transactions autour des dates butoirs, des dates limites ou des derniers délais ? La mobilité et la Poste ne demandent qu’à être explorées ensemble.

  • 40 Duchêne R., « Poste et création littéraire : le cas des lettres de Mme Sévigné », inAlbert P. (DIR (...)

23Explorées pour ne pas être considérées comme un couple acquis et si évident… Cette mobilité perçue à travers la Poste se serait d’abord construite pragmatiquement, sans évidence immédiate. Au temps des correspondances de la marquise de Sévigné, les bureaux de poste de province attendaient-ils d’avoir suffisamment de lettres pour lancer les départs des courriers40, alors qu’à la même époque, depuis Paris, se faisaient des départs bihebdomadaires pour les quatre coins du royaume. Ce n’est qu’en 1827, que les relations devinrent quotidiennes partout. D’une mobilité adaptable aux critères de son temps…

Notes

1 La Poste sera employée plus volontiers pour décrire l’institution, quand la poste désignera plus volontiers la voie de transport des correspondances, le bureau ou le relais.

2 Forum, hors série, décembre 2005. Campagne promotionnelle « Opéra Poste » par J. -P. GOUDE.

3 Pélissier S. et Darrigrand A., La Poste, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », no 260, 1996.

4 Vaillé E., Histoire générale des Postes françaises, Paris, PUF, 1947-1955, 7 volumes.

5 Vaillé E., Le Cabinet Noir, Paris, PUF, 1950 ; Histoire des Postes jusqu’à la Révolution, Paris, PUF, 1946 ; Histoire des Postes depuis la Révolution, Paris, PUF, 1947, 127 p.

6 Désert G., « Le service des Postes en Basse-Normandie au XIXe siècle », Annales de Normandie, no 3, juillet 1985, p. 241-260 ; « Le réseau postal de la Seine-Inférieure. Première moitié du XIXe siècle », in Albert P. (dir.), Correspondre jadis et naguère, Éditions du CTHS, 1997, p. 153-162.

7 Corbin A., Archaïsmes et modernités en Limousin au XIXe siècle 1845-1880, Marcel Rivière, 1975.

8 Join-lambert O., Le receveur des Postes, entre l’État et l’usager, Paris, Belin, 2001 ; Cartier M., Les facteurs et leurs tournées, Paris, La Découverte, 2003 ; Vézinat N., La Poste et ses conseillers fi nanciers : approche socio-historique d’un métier des années 1960 à nos jours, EHESS, thèse en cours.

9 Oger B., Histoire de la caisse nationale d’épargne. Une institution au service du public et de l’État, Paris, L’Harmattan, 2006 ; Bataillé O., Naissance d’une administration moderne. La fusion des ser vices postaux et télégraphiques français au XIXe siècle, thèse d’histoire du droit, sous la direction de P. N Elidoff, Toulouse, 2002 ; Langlois O., Contribution à l’histoire du service public postal (de la Révolution au tournant libéral du second Empire), thèse d’histoire du droit, sous la direction de J. -M. Poughon, Strasbourg, 2004.

10 Mahouche B., Les centres de tri de la Poste de la région parisienne : l’évolution des pratiques d’organisation entre contraintes de fonctionnement et logiques sociales (1946-1989), thèse d’histoire sous la direction de M. Margairaz, Paris VIII, 2005 ; L. Morgana, L’invention de la dynamique stratégie – contrôle de gestion au sein de la Poste (1923-2003), thèse de sciences de gestion sous la direction d’E. Godelier, université de Poitiers, 2005.

11 Laborie L., La France, l’Europe et l’ordre international des communications (1865-1959), thèse d’histoire sous la direction de P. Griset, Paris IV, 2006.

12 Richez S., Le développement des Postes au XIXe siècle : acculturation des Français, implantations et mutations des infrastructures et des personnels par l’illustration de la Normandie 1830-1914, thèse d’histoire, sous la direction de J. -P. Daviet, Caen – Basse-Normandie, 2002.

13 Detry V., La motorisation des services postaux par les véhicules légers en France de l’entre-deux-guerres à la réforme de 1988, master sous la direction de P. Griset, Paris IV, 2008 ; Henri C., L’avion comme moyen de transport postal en France métropolitaine (1935-1955). Entre construction et exploitation du réseau aéropostal intérieur, master sous la direction de J. -C. Vimont, université de Rouen, 2008.

14 Chartier R. (dir.), La correspondance. Les usages de la lettre au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1991.

15 Marchand P., Le maître de poste et le messager. Les transports publics en France au temps des chevaux, Paris, Belin, 2006.

16 À partir de sa thèse, Penser le territoire au XIXe siècle, le cas des aménagements de l’Eure et de la Seine-Inférieure, EHESS, sous la direction de J. Revel, 1999.

17 Dictionnaire Furetière, 1690.

18 Bretagnolle A. et Verdier N., « La mesure postale. Reflet des évolutions dans le rapport au temps et à la distance au siècle des Lumières », Cahiers de métrologie, 2006.

19 Perrault C., Le Petit Poucet, 1697 (édition originale).

20 Richez S., « “La Poste vient vers vous”. Une contribution mobile à l’aménagement du territoire », in Dard O. et Margairaz M. (dir.), L’aménagement du territoire par les services publics, à paraître.

21 Des années 1980 à 2007 : « Bougez avec la Poste », « Pas de problème, la Poste est là », « La Poste, on a tous à y gagner », « Ce que l’avenir vous promet, La Poste vous l’apporte », « La Poste. La confiance a de l’avenir », « La Poste, et la confiance grandit ».

22 Demangeon P., « La malle des Indes », Correspondre jadis et naguère, Éditions du CTHS, 1997, p. 121-133.

23 Verne J., Le Tour du monde en quatre-vingt jours, 1873.

24 Piouffre G., Le courrier doit passer. L’aventure de l’Aéropostale, Paris, Larousse, 2007.

25 Lecouturier Y. et Proust P.-S., La Poste automobile et les véhicules des P.T.T. 1897-1970, Caen, Les Feuilles Marcophiles, 1998.

26 Flonneau M. et Guigueno V., « L’espion qui aimait les techniques : pluralité des lectures automobiles de James Bond », James Bond (2) 007. Anatomie d’un mythe populaire, Paris, Belin, 2007.

27 Ekwo, 1er septembre 2007.

28 Richez S., « Le facteur rural des Postes en France avant 1914 : un nouveau médiateur au travail », Le Mouvement social, no 218, janvier-mars 2007, p. 29-44.

29 Join-Lambert O., op. cit.

30 L’installation d’une boîte aux lettres normalisée n’est obligatoire pour toutes les constructions bâties que depuis le 12 juillet 1979. Pour les immeubles anciens (demande de permis de construire antérieure à 1979), le bailleur a l’obligation de fournir une boîte aux lettres, mais le locataire ne peut exiger que celle-ci réponde aux normes nouvelles.

31 Chartier R. (dir.), La correspondance. Les usages de la lettre au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1991.

32 Hossard N., Recto Verso. La face cachée de la carte postale, Arcadia, 2005, 206 p.

33 Albert P. (dir.), Correspondre jadis et naguère, Éditions du CTHS, 1997, 740 p.

34 10 janvier 2008 : séminaire « Mobilité, production et consommation », C. Bouneau et L. Tissot, Paris, École des ponts et chaussées.

35 Hossard N., ibid.

36 Hormis le DEA sans suite de Charuel C., La Poste et le réseau ferroviaire. Le développement des colis postaux, 1844-1914, sous la direction de F. Caron, Paris IV Sorbonne, 1998, personne ne s’est intéressé au sujet. Un groupe de recherche sur l’histoire du colis (2007 à 2009), codirigé par L. Laborie et S. Richez (B. Thierry, C. Henri et V. Detry), travaille sur l’histoire de cet objet.

37 Encyclopédie des Postes, Télégraphes et Téléphones, Paris, Rombaldi, 1957, p. 390.

38 Gras A., Les macro-systèmes techniques, Paris, PUF, 1997.

39 Circulaires de l’administration des Postes, no 9, 18 février 1839.

40 Duchêne R., « Poste et création littéraire : le cas des lettres de Mme Sévigné », inAlbert P. (DIR.), op. cit., P. 11-120.

Table des illustrations

Légende « La Poste au camping ». Source : Postes et Télécommunications, 1963.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/102255/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search