Version classiqueVersion mobile

De l'histoire des transports à l'histoire de la mobilité ?

 | 
Vincent Guigueno
, 
Mathieu Flonneau

Quatrième partie. Mobilité et histoire visuelle

Le spectacle des transports sur papier : les revues d’un automobile-club comme lieu de l’automobilisme

Étienne Faugier et Sébastien Gardon

Texte intégral

  • 1 Voir Bardou J.-P., Chanaron J.-J., Fridenson P. et Laux J. M., La révolution automobile, Paris, Al (...)
  • 2 Voir Bertho-Lavenir C., La roue et le stylo. Comment nous sommes devenus touristes, Paris, Odile J (...)
  • 3 Citons notamment l’AC de Nice créé en 1896, l’AC du Sud-Ouest, créé initialement en 1897 sous l’ap (...)

1L’automobile est née dans les années 1880-18901. Dans le contexte de la fin du XIXe siècle, différentes organisations sont mises en place pour valoriser le tourisme et le système automobile, telles que le Touring-Club de France (TCF) en 1890 et l’Automobile-Club de France (ACF) en 18952. Dans la foulée, plusieurs automobile-clubs sont créés en province par région ou par ville3. À Lyon, une soixantaine d’automobilistes fondent l’Automobile-Club du Rhône (ACR) en 1902. Dans les statuts, les objectifs du Club sont tournés vers le développement de l’industrie automobile, du sport automobile et du tourisme. Au quotidien, les visées de l’association confirment la diversité et l’étendue de ses tâches. Il s’agit de

  • 4 Bulletin de l’ACR, no 1, février 1904, p. 38.

« […] réunir des personnes qui […] font de l’automobilisme, de façon à leur assurer tous les avantages matériaux et moraux que l’union peut donner […] publier des livrets de tourisme ; rapprocher et se faire connaître des automobilistes de la même région […] vulgariser la locomotion nouvelle […] assurer à ses membres les bienfaits d’une féconde solidarité sur route ; donner l’appui moral de l’association en cas d’accident, de contravention, de procès d’intérêt général4 ».

  • 5 Hiroya Sakamoto montre bien que « divers périodiques spécialisés, organes d’associations ou journa (...)
  • 6 Les ouvrages ont un rôle essentiel dans le fonctionnement du club, la bibliothèque de l’ACR est un (...)
  • 7 Plusieurs commissions de l’ACR assurent le suivi et la réalisation de ces documents : les commissi (...)
  • 8 Qu’il concerne la presse régionale ou qu’il touche plus particulièrement les périodiques automobil (...)

2Dès la première année de fonctionnement du club, ses responsables ont recours à l’utilisation de supports papiers pour répondre à deux buts spécifiques : d’une part, rester en contact avec leurs membres et d’autre part, pour expliquer, faire connaître, revendiquer l’automobilisme naissant5. Plusieurs types de publications illustrent cette volonté. La Revue de l’ACR bien sûr qui reflète principalement les activités du Club et les enjeux du monde automobile. Des ouvrages, édités ou promus par l’association6, des guides gastronomiques ou touristiques et les annuaires des membres complètent également la panoplie du bon adhérent7. En fonction des aléas liés au contexte éditorial8, aux événements externes (guerres) ou internes à la vie du Club, la revue change souvent de nom, passant de périodes fastes (1905-1914 ; 1926-1939 ; 1946-1951) à des périodes plus mouvementées (1914-1920, 1939-1945 ; 1951-1983 ; 2003 à nos jours). En périodes d’embellie, elle est un organe directement associé au Club, fonctionnant avec un comité de rédaction et une commission liés directement au comité directeur de l’ACR. Lors des années plus difficiles, deux cas de figure se présentent. Parfois la publication du périodique est tout simplement interrompue, comme pendant la Première Guerre mondiale. Pour d’autres périodes, le suivi des activités du Club prend place dans d’autres revues automobilistes locales ou nationales, comme Le Carnet de l’automobile, L’Action automobile et touristique, Lyon-Auto ou AC Magazine.

  • 9 C’est notamment le cas à partir de 1984 et la création de Rhodania Auto-Moto Loisirs.

3La reconfiguration des automobiles-clubs régionaux et leur appartenance à des fédérations plus larges modifient également le format, le contenu et la zone de livraison de la revue. Ainsi à partir de 1926, la Revue de l’ACR devient l’organe officiel de plusieurs automobiles-clubs de la région du Sud-Est. En même temps que son tirage augmente, elle contient des informations plus spécifiques par club ainsi que des publicités régionales ciblées. Après 1945, étant donné les logiques éditoriales et la crise de la presse régionale, l’ACR, comme la plupart des clubs régionaux, doit la plupart du temps se contenter d’encarts dans des périodiques à tirage régional ou national, ce qui contribue d’ailleurs à renforcer l’homogénéité des mensuels automobilistes français. À travers ces revues, l’actualité automobile laisse par moments place à d’autres modes de locomotion ou de sport, comme la moto9.

  • 10 Nous avons consulté ces revues aux Archives municipales de Lyon (AML), aux Archives départementale (...)
  • 11 Périodique propre au club.
  • 12 Qui comprend des pages spéciales consacrées aux activités de l’ACR.
  • 13 À partir de 2003 et la fusion de l’ACR dans Automobile Club Action +, les membres de l’ACR reçoive (...)

100 ans de revues de l’ACR10
– le Bulletin de l’Automobile-Club du Rhône, publié tous les trimestres de septembre 1902 à décembre 1904 ;
– la Revue de l’Automobile-Club du Rhône, publiée tous les deux mois dès février 1905 puis tous les mois à partir de janvier 1906 jusqu’à juillet 1914, puis de août 1920 à décembre 1945 (avec seulement 4 numéros par an pendant la Seconde Guerre mondiale) ;
Le Carnet de l’ACR, mensuel publié comme supplément à L’Action Automobile et Touristique de janvier 1946 à mars 1950 et comme édition à part de avril 1950 à octobre 1951 ;
Le Carnet de l’Automobile, mensuel publié de novembre 1951 à décembre 1972, mais seulement de novembre 1951 à décembre 1956 pour le suivi de l’activité du Club ;
L’Action Automobile puis L’Action Automobile et Touristique, mensuel publié à partir de 1936 mais seulement de janvier 1957 à décembre 1982 avec 4 à 8 pages consacrées à l’activité du Club ;
Lyon-Auto fournit des encarts pour l’activité de l’ACR en 1983 ;
Rhodania Auto-Moto Loisirs11, mensuel publié de janvier 1984 à décembre 1989 ;
ACR Magazine, mensuel puis bimensuel, publié de janvier 1990 à 2002 ;
– et enfin Automobile-Club Magazine12, qui existe encore aujourd’hui13.

  • 14 Un exemple probant d’analyse d’un milieu savant à partir d’une revue est donné par Renaud Payre da (...)
  • 15 Suivant l’expression de « littératures automobiles » évoquée par Hiroya Sakamoto, cf. Sakamoto H., (...)
  • 16 Voir notamment Monneyron F. et Thomas J. (dir.), Automobile et littérature, Perpignan, Presses uni (...)
  • 17 Voir Breschand J., « L’ouverture du bouchon », Vertigo, no 20, 2000, p. 101-104.

4Parcourir l’histoire d’une association ou d’une organisation à partir de ses bulletins internes ou des périodiques édités est une approche classique en sciences sociales14. Dans le cas de l’automobile, les travaux sur cette nouvelle littérature15 ont pour l’instant plutôt porté sur les romans de fiction ou sur les impacts de ce nouveau mode de locomotion dans la création artistique commune16 ou filmographique17. Pour l’analyste, les revues et les sources imprimées offrent pourtant un point de vue fidèle et quotidien sur l’évolution et la structuration de ce nouveau monde automobile et sur ses interactions avec la société. Néanmoins, il convient méthodologiquement d’être prudent et de s’efforcer à croiser les sources pour ne pas se limiter à un recueil de données internalises. Dans notre cas de figure, cette perspective est renforcée par le fait que nous avons rencontré certaines difficultés pour retrouver des sources concernant cet automobile-club. L’ACR n’a pas pu conserver de véritables archives privées. Aux Archives départementales du Rhône de même qu’aux archives municipales de Lyon, il y a également très peu de traces de sources concernant ce Club. Parallèlement, nous n’avons pas eu l’occasion de rencontrer des témoins « physiques » de ces périodes. Dans notre enquête, ils auraient pu aussi bien faire office de contacts que de ressources pour connaître les activités et le fonctionnement du Club. Ainsi les renseignements les plus utiles proviennent uniquement des différentes revues qui ont accompagné son développement et relayé les informations et les activités de cette structure.

  • 18 Dans la droite ligne des travaux engagés par Mathieu Flonneau, voir Flonneau M., Paris et l’automo (...)

5À partir de l’analyse de ces publications, notre propos aura pour but d’observer la constitution d’un lieu de l’automobilisme18. Il s’agira de retracer les liens d’interaction et de médiation qui se constituent entre d’une part les responsables et les membres du Club, puis d’autre part entre l’association et son environnement externe, qu’ils soient politique, économique, social ou culturel. Notre démonstration s’organisera en deux temps. Tout d’abord nous verrons qu’à travers la vie de ses revues, l’ACR apparaît comme un lieu de médiation publique, puis nous soulignerons les efforts dégagés par les rédacteurs pour présenter les transports en spectacle.

L’ACR : un lieu de médiation publique

L’ACR et ses liens avec les mondes politique, économique et culturel

  • 19 ADR, S_2587, Service vicinal – circulation : commission pour la réglementation de la circulation à (...)
  • 20 Voir sur ce point : Gardon S., « La ville et ses mondes automobiles : Genèse d’une politique de sé (...)
  • 21 Annuaire de l’Automobile-Club du Rhône, 1926, p. 2-3.
  • 22 Les réunions du comité directeur de l’ACR du 3 novembre et du 15 décembre 1911 mentionnent la réce (...)

6À travers ses activités, l’ACR a développé un réseau important lui fournissant soutiens et connaissances dans les mondes politique, économique et culturel, au plan local19 comme au niveau national20. Dans cette optique, il est à l’origine de multiples activités mondaines destinées à élargir ces différents appuis et à amplifier son influence. Ainsi lors de la constitution de l’ACR, des personnes ayant une influence non négligeable ont intégré ce club : le président de l’Automobile-Club de France, le président du Touring-Club de France, le président de la chambre syndicale des constructeurs d’automobiles, le préfet du Rhône, le gouverneur militaire, l’archevêque ou le maire de Lyon, pour n’en citer que quelques-uns21. À chaque nomination, ces personnalités sont invitées à rejoindre le Club et sont reçues personnellement dans ses salons22. Elles permettent ainsi au club de favoriser l’intégration de l’automobile dans le département.

  • 23 ADR, série 4 M 607 Automobiles Club (1900-1930), lettre de l’auto club au préfet (7 février 1908) (...)
  • 24 Cette pratique perdure puisque Dominique Perben – ministre des Transports et alors candidat à la m (...)

7Dans ce sens, il est très fréquent pour les personnalités locales importantes d’être invitées à des événements automobiles. Nous avons trouvé des cartons d’invitation faits par l’ACR à destination du maire ou du préfet23. Ces derniers acceptent l’invitation ou se font remplacer par des proches collaborateurs. D’une certaine manière, ces responsables politiques et administratifs jouent le rôle de mécènes auprès du Club. Par là même, lors de la venue d’une personnalité politique ou intellectuelle à Lyon ou de l’organisation d’une conférence sur un thème touchant à l’automobile ou au tourisme, les salons de l’ACR sont proposés très volontiers comme lieu de réception et point de ralliement de la presse locale24. Enfin certains moments ou réalisations lyonnaises sont l’occasion de réunir des personnalités locales autour de l’ACR : manifestations, opérations, visites de chantiers ou inaugurations.

  • 25 Revue de l’ACR, no 2, janvier 1903, p. 48-50.

8Le patronage d’événements organisés par l’ACR lui confère une certaine influence sur les autres transports par son soutien financier ou politique. Ces actions contribuent au renforcement de la position du Club sur la scène régionale. L’ACR s’est rapidement mis en contact avec d’autres organisations pour bénéficier d’appuis permettant de renforcer l’automobilisme25. Il échange ainsi des connaissances concernant le monde automobile, fait de la publicité pour les activités qu’il organisait et cherche à se faire connaître dans les régions du Rhône et des Alpes. Intégré au sein d’autres regroupements comme la Fédération des automobiles-clubs régionaux ou l’Union des automobiles-clubs du Sud-Est, il dispose de ressources et de moyens plus importants et de ce fait, les clubs automobiles devenaient tous plus visibles dans le paysage régional. Bénéficiant progressivement d’appuis locaux et régionaux, l’ACR élabore très rapidement élaboré des outils pour diffuser les connaissances acquises, tant par le biais de sa revue que par l’organisation d’événements mondains divers.

L’ACR et les événements mondains

  • 26 Revue de l’ACR, no 6, janvier 1906, p. 364-366.
  • 27 Voir Guillerme A., « La congestion urbaine : problèmes et solutions dans l’entre-deux-guerres », i (...)
  • 28 Pour illustrer la diversité de cette littérature automobile, en dehors des nombreux récits de voya (...)

9L’ACR met à disposition de ses membres les connaissances qu’il recueille et les diffuse lors de présentations, d’expositions, de conférences, de galas et de bals pour permettre à tous les automobilistes d’être mieux préparés lorsqu’ils conduisent. Dans ses premières années, il institue des rencontres mensuelles se déroulant au siège de l’ACR où les membres se retrouvent et échangent des informations, points de vue, impressions concernant le monde de l’automobile (conduite, états des routes, problèmes rencontrés, pannes, accidents, solutions envisageables…). Ces réunions sont donc l’occasion de réfléchir et de faire réfléchir les différents protagonistes du club sur le monde automobile. Il s’agit de vulgariser les connaissances. Nous trouvons la mention de ces réunions sur des sujets variés. Nous pouvons citer l’exemple d’une réunion en 1906 sur un sujet préoccupant à l’époque, la poussière26, pour lequel il s’agit de trouver des solutions27. Durant la saison morte, les réunions au siège de l’ACR passent de mensuelles à hebdomadaires. Les sorties en auto étant moins aisées durant l’hiver, ce dernier occupe ses membres en organisant des réunions, des conférences et autres événements mondains. Ils ont donc accès à la salle de réunion, la bibliothèque remplit d’ouvrages et de récits automobiles28 et le salon de lecture.

  • 29 Annuaire de l’ACR, 1926, p. 25.
  • 30 Activité phare de la première moitié du XXe siècle, les banquets de l’ACR sont interrompus pendant (...)
  • 31 La propriété de Chavanne des époux Carle est un des lieux de ralliement des proches de l’ACR, cf. (...)

10Chaque année est organisé le banquet de l’ACR, occasion de regrouper tous les membres, les représentants du pouvoir local tel que le préfet ou le maire et bien d’autres personnalités. Cet événement avait pour but de rapprocher les automobilistes adhérant et de contribuer à une large publicité de l’automobilisme dans le département du Rhône. « Le banquet annuel de l’ACR […] réunit à la même table les autorités lyonnaises, la presse et toutes les notabilités sportives. Cette réunion est, chaque fois, l’occasion de rapprochement entre des éléments divers, et cela pour le plus grand bien de l’automobilisme de notre région29. » Dans la même veine que le banquet annuel, le Club organise des bals, des dîners, des soirées-théâtre et plus régulièrement des dîners de galas30. Ces derniers se déroulent durant la saison d’hiver et rassemblaient les membres de l’ACR et leur famille. Ce genre de festivité témoigne du type de public minoritaire qui est visé : seule une partie de l’élite locale est intéressée par ce genre d’événements culturels. Parallèlement, l’ACR met à disposition de ses membres une auberge touristique dans les Monts d’Or, le Fortin du Mont-Thou, qui permet aux membres du club de se réunir en dehors de Lyon. D’autres rencontres conviviales permettent de se retrouver en voiture pour visiter les résidences des responsables de l’ACR31.

11L’ACR s’est donc appuyé sur les pouvoirs locaux en place (préfets, maires de quelques communes), sur d’autres associations automobiles pour accroître son aire d’influence et accélérer le passage d’un monde dominé par la force musculaire (symbolisée par les cochers, les charretiers, charrettes à bras), à un monde centré sur l’automobilisation et la motorisation (voitures, camions, tracteurs, motocyclettes). Cette transformation s’est faite par l’organisation d’événements mondains (conférences, expositions, galas qui avaient lieu au siège de l’ACR ou dans les places festives de la ville) d’abord en cercles restreints, autour des responsables du Club puis de ses membres et enfin à destination d’un public de plus en plus large. Toutefois, en parallèle à l’acculturation d’une minorité d’automobilistes, l’ACR développe des activités et des événements automobiles qui prennent place dans le département du Rhône, à la vue de tous les passants, urbains comme ruraux, qui doivent s’habituer à ce nouvel instrument de plus en plus présent dans leur environnement.

Les transports en spectacle

L’ACR et la propagande automobile

  • 32 Soulignons ici à nouveau l’existence après 1945 d’une commission d’information et de propagande au (...)
  • 33 Voir Pouzet P.-L., La grande aventure automobile Lyonnaise, Châtillon-sur-Chalaronne, Éditions de (...)
  • 34 Revue de l’ACR, no 4, avril 1926, p. 40 : « L’ACR organise… un concours de cote… qui se disputera (...)
  • 35 Voir AML, 782 WP 0434.
  • 36 Organisé sur le tout nouveau boulevard de ceinture, qui vient d’être réalisé par le conseil généra (...)
  • 37 Revue de l’ACR, no 3, mars 1929, p. 23 : « Le grand prix automobile de Lyon circuit de Quincieux »
  • 38 Voir la réunion du Comité directeur de l’ACR du 11 avril 1913, où est évoqué ce projet qui concern (...)
  • 39 Après la Seconde Guerre mondiale, l’ACR créé sa propre écurie de course automobile, L’Écurie Noire (...)

12Pour développer sa propagande automobile32, l’ACR organise différentes courses et concours33. Le concours de tourisme permet d’introduire brièvement l’automobile dans les campagnes. Très souvent et encore aujourd’hui avec l’organisation des rallyes, les courses automobiles se déroulent sur des routes de campagne qui étaient bloquées momentanément34. Ainsi les voitures passent à une très grande proximité des habitations des populations rurales, ce qui rend encore plus intense le spectacle offert. La propagande automobile passe aussi par des courses automobiles se déroulant dans la région lyonnaise mais ayant un impact national et international. Nous pouvons citer l’exemple du Grand Prix de France de l’ACF de 191435 et du Grand Prix d’Europe en 1924 et 194736. L’ACR frappe ici un grand coup en réunissant dans son département plusieurs événements automobiles d’une portée considérable. Avec l’élaboration de circuit fermé37, l’événement automobile devient plus attractif. Désormais, le circuit est formé d’une boucle, les populations locales voient donc passer plusieurs fois les concurrents automobiles devant eux. À plusieurs reprises, il est question aussi de créer un autodrome dans la région lyonnaise mais ces projets ne purent aboutir38. Depuis 1947, l’ACR organise également le rallye national de Lyon-Charbonnières. Avec la Course de côte de Limonest, c’est l’une des manifestations automobiles phares de la région39.

  • 40 Revue de l’ACR, no 1, septembre 1902, Critérium de Provence, p. 28 : « Nous organisons une caravan (...)
  • 41 Revue de l’ACR, no 2, février 1937, p. 28-31 : « Itinéraire détaillé du voyage de l’ACR Lyon-Lourd (...)
  • 42 Revue de l’ACR, no 6, juin 1933, p. 149 : « Ainsi fut décidée la création d’un tronçon de route ré (...)

13L’aménagement de caravanes automobiles est également un phénomène courant. Il s’agit d’une double mise en scène puisque les populations peuvent voir des défilés d’automobiles se déplaçant de leur lieu d’origine à un autre lieu soit pour assister à une représentation automobile40, soit dans un but touristique41. L’objectif des voyages organisés est de découvrir des lieux et des espaces pittoresques ; les personnes qui élaborent le parcours choisissent donc des petites routes (chemins vicinaux de grande communication et d’intérêt commun) : les populations locales sont donc très impressionnées de voir des véhicules-moteurs traversant leur hameau et leur village. Parallèlement l’ACR inscrit son empreinte dans le département ou la région par la création de routes ou de circuits touristiques balisés comme dans les Monts d’Or lyonnais42, le Pilat ou les Alpes voisins. Cet engagement témoigne d’une volonté du Club d’améliorer l’état des routes non seulement pour les automobiles mais aussi pour tous les véhicules roulant sur le réseau. D’autre part, celui-ci s’assure une bonne publicité dans l’espace départemental. Par son soutien financier à la construction ou la réfection de routes, à la pose de panneaux de danger ou de signalisation ainsi que par sa participation au développement d’essais techniques (goudron, signalisation, dispositifs de sécurité), l’ACR contribue très directement à l’amélioration des conditions de circulation et ainsi au développement de l’automobile et du tourisme.

  • 43 Avant la création du Club, avait été organisé, en 1898, sur le cours du Midi, le Salon du cycle et (...)

14Dans un autre registre, le Club participe très directement à l’organisation de salons automobiles à Lyon43 ou aux expositions automobiles dans le cadre de la Foire internationale de Lyon créée en 1916. Cette fois-ci, les automobiles ne sont pas en mouvement, mais immobiles pour permettre aux spectateurs de pouvoir poser leur regard sur les lignes carrossées des différentes automobiles. Une partie de la Foire est véritablement conçue comme un salon automobile : l’automobile, sous les feux des projecteurs, est mise en valeur pour encourager les passants les plus aisés à acheter une voiture. Mais l’automobile n’est pas le seul moyen de transport à être valorisée. Les publicités vantant les autres transports sont aussi largement présentes dans la Revue de l’ACR ou à travers les manifestations qu’il a organisées.

La Revue de l’ACR comme fenêtre de publicité pour les autres transports

  • 44 Revue de l’ACR, no 2, janvier 1903, p. 6 : « Nous n’avons à notre actif… le rallye-ballon de Brind (...)

15Certaines courses ou certains concours organisés en collaboration avec l’ACR, sont aussi destinés pour les motocyclettes, les cycle-cars. De plus, même si l’automobile est demeurée le principal objet de la propagande du Club, les nouvelles formes de mobilité aérienne ne sont pas passées inaperçues. Dès 1903, plusieurs manifestations sont développées comme les rallyes-ballons44 où l’objectif est de suivre en voiture un ballon jusqu’à son atterrissage et de déposer sa carte de participation sur un pique-note se trouvant dans la nacelle. Une telle activité se déroulant à la fois dans le ciel et sur la terre a sûrement dû avoir un grand retentissement puisque les ballons sont visibles dans le ciel, tandis qu’à terre, les bruits des automobiles se font entendre distinctement. Par la suite, d’autres moments renforçant l’essor de l’avion sont organisés par l’ACR telles que la semaine d’aviation de Lyon en 1910 et l’exposition d’automobiles, aviation, cycles et accessoires en 1913. On peut remarquer que l’avion, comme l’automobile, est mis en avant de deux manières : en mouvement ou à l’arrêt. Il faut aussi souligner la volonté du Club à associer automobile et avion. D’une certaine manière, cela permet une double publicité : les personnes venues regarder les avions en profitent pour s’attarder sur les automobiles et vice versa.

  • 45 Manifestement au cours des années 1905-1914, l’ACR s’intéresse de plus en plus au domaine de l’avi (...)
  • 46 En association avec l’Aéro-Club de Lyon, cf. Angleraud B. et Pellissier C., Les dynasties lyonnais (...)

16Le Club a ainsi directement contribué au développement de l’aviation dans le Rhône45 en participant notamment très étroitement à la création de l’aérodrome de Lyon-Bron46. Par ailleurs il a noué de nombreux contacts avec le Motocycle-club de Lyon en organisant à ses côtés de nombreuses manifestations en partenariat. Il a ainsi véritablement diversifié ses activités de manière à être présent sur plusieurs fronts (réseau routier et mobilité aérienne) dans le seul but de valoriser l’automobilisation dans le département du Rhône. Tous ces événements ont pu avoir un fort impact sur les populations du fait qu’ils étaient retranscrits dans les journaux et périodiques de l’époque. On peut donc parler de véritable mise en scène des transports.

  • 47 Voir sur ce point Flonneau M., Les cultures du volant, Essai sur les mondes de l’automobilisme, XX(...)

17L’ACR a donc été une institution très active dans le département du Rhône en promouvant le système automobile et les autres transports. C’est par le biais de sa revue que nous pouvons observer l’évolution et la structuration d’un monde automobile, comme le développement de lieux de l’automobilisme. Témoignant de la vision et des questionnements des contemporains à propos de la motorisation, de l’automobilisation et des nouvelles technologies, la Revue de l’ACR joue donc d’une certaine manière le rôle de miroir de la société locale et régionale. Elle est représentative de certaines pratiques et activités de son temps. Par ses récits sportifs, techniques ou touristiques, et le compte rendu d’ouvrages, d’articles ou de périodiques, elle favorise le développement d’une littérature automobile, qui facilite en retour l’intégration auprès de ses lecteurs d’une nouvelle culture automobile47.

  • 48 Sur le développement du tourisme à partir de l’automobile, voir Bertho-Lavenir C., « La découverte (...)
  • 49 Le Club fournit à ces adhérents et aux automobilistes plusieurs services : conseils touristiques, (...)
  • 50 Après la Seconde Guerre mondiale, le Club développe un bureau des voyages. Aujourd’hui, une grande (...)

18Les articles, au fil des années, ont été modifiés en fonction de l’intégration de l’automobile dans la société. Ainsi au fur et à mesure des progrès de l’automobile, la présentation des courses et des concours automobiles a évolué au sein même de la revue. On voit également très clairement se forger progressivement le concept de tourisme durant cette période48. En effet la revue du Club a très nettement favorisé le développement de voyages ou d’excursions, notamment en automobiles. De nos jours, les transformations des activités du Club et les évolutions de sa place dans la société lyonnaise conduisent sa revue à se transformer en un magazine plus technique (présentant formations, ou stages de récupération du permis à point…), centré sur des aspects juridiques (défense des automobilistes notamment)49 ou sur l’organisation de voyages50. Cette spécialisation et cette technicisation sont perceptibles à travers l’évolution des présidents du Club. En effet les premiers étaient plutôt des notables et souvent des médecins. Par la suite, on retrouve des ingénieurs ou des garagistes, même si les plus nombreux parmi eux, restent tout au long du XXe siècle les industriels.

19Enfin on peut noter que l’ACR fait partie des clubs-automobiles provinciaux qui ont connu une progression, à la fois importante et régulière. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce parcours. Tout d’abord des raisons externes : un département urbanisé (le Rhône) avec un pôle dominant (Lyon) et avec une population suffisamment industrieuse et riche ; un réseau routier bien développé et ne présentant pas trop de difficultés, voire un certain attrait (reliefs) ; l’appui des administrations publiques de la ville et du département. En même temps, l’ACR a su susciter de lui-même ce propre essor par la variété des objectifs qu’il s’est donné, à savoir le développement du tourisme, de l’automobile, du sport automobile, de la motocyclette, ou de l’avion.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Angleraud B. et Pellissier C., Les dynasties lyonnaises, Des Morins-Pons aux Mérieux, du XIXe siècle à nos jours, Paris, Éd. Perrin, 2003.

Bardou J.-P., Chanaron J.-J., Fridenson P. et Laux J. M., La révolution automobile, Paris, Albin Michel, 1977.

Bertho-Lavenir C., La roue et le stylo. Comment nous sommes devenus touristes, Paris, Odile Jacob, 1999.

Bertho-Lavenir C., « La découverte des interstices », Cahiers de médiologie, no 12, 2e semestre 2001, p. 129-141.

Breschand J., « L’ouverture du bouchon », Vertigo, no 20, 2000, p. 101-104.

Chambellan C., « Revues et vie intellectuelle au début du siècle », Vingtième siècle. Revue d’Histoire, no 15, vol. 15, 1987, p. 133-135.

Clair J., « De quelques métaphores automobiles », Revue de l’Art, année 1987, vol. 77, no 77, p. 77-79.

Flonneau M., Paris et l’automobile, Un siècle de passions, Paris, Hachette, 2005.

Flonneau M., Les cultures du volant, Essai sur les mondes de l’automobilisme, XXe -XXIe siècle, Paris, Aurement, 2008.

Gardon S., « La ville et ses mondes automobiles : Genèse d’une politique de sécurité routière (1902-1972) », in Guilbot M., Sécurité routière et diversité des réseaux locaux, Paris, Actes INRETS, 2008, p. 115-139.

Guillerme A., « La congestion urbaine : problèmes et solutions dans l’entre-deux-guerres », in Garçon A.-F. (dir.), L’automobile, son monde et ses réseaux, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, p. 115-134.

Julliard J., « Le monde des revues au début du siècle, introduction », Cahiers Georges Sorel, no 5, 1987, p. 3-9.

Julliard J., « Les efforts de constitution d’une science de gouvernement municipal : La vie communale et départementale (1923-1940) », Revue française de science politique, vol. 53, no 2, 2003, p. 201-218.

Monneyron F. et Thomas J. (dir.), Automobile et littérature, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, coll. « Études », 2005.

Montel N., « Mettre en revue les savoirs de l’ingénieur d’État au XIXe siècle. La création des Annales des ponts et chaussées en 1831 », Sciences de la société, no 67, février 2006, p. 17-30.

Moore V., Le passager silencieux, Paris, Flammarion, 2005.

Payre R., « Un savoir “utilitaire, scientifique et vulgarisateur” : la ville de La vie urbaine, objet de science et objet de réforme (1919-1939) », Genèses, no 60, septembre 2005, p. 5-30.

Payre R., « Les efforts de constitution d’une science de gouvernement municipal : La vie communale et départementale (1923-1940) », Revue française de science politique, vol. 53, no 2, 2003, p. 201-218.

Pouzet P.-L., La grande aventure automobile Lyonnaise, Châtillon-sur-Chalaronne, Éditions de la Taillandière, 2006.

Sakamoto H., « La genèse des “Littératures automobiles” : Histoire d’une polémique en 1907 et au-delà », La voie du regard, no 19, 2006-2007.

Trintignant M., Pilote de course, Paris, Hachette, 1961.

Notes

1 Voir Bardou J.-P., Chanaron J.-J., Fridenson P. et Laux J. M., La révolution automobile, Paris, Albin Michel, 1977.

2 Voir Bertho-Lavenir C., La roue et le stylo. Comment nous sommes devenus touristes, Paris, Odile Jacob, 1999.

3 Citons notamment l’AC de Nice créé en 1896, l’AC du Sud-Ouest, créé initialement en 1897 sous l’appellation l’Automobile Bordelais, l’AC de Marseille-Provence créé en 1899, l’AC du Nord créé en 1901, l’AC de Bourgogne créé en 1902 ou l’AC de l’Ouest, le plus important des Automobile-Club de province, créé en 1906 (initialement AC de la Sarthe).

4 Bulletin de l’ACR, no 1, février 1904, p. 38.

5 Hiroya Sakamoto montre bien que « divers périodiques spécialisés, organes d’associations ou journaux à grand tirage, mobilisent des écrivains-journalistes plus ou moins connus […] [et qu’une] nouvelle thématique littéraire s’exprime sous plusieurs formes : récit de voyage, essai ou fiction (conte ou nouvelle, plutôt que roman) » (cf. Sakamoto H., « La genèse des “Littératures automobiles” : Histoire d’une polémique en 1907 et au-delà », La Voie du regard, no 19, 2006-2007, p. 1).

6 Les ouvrages ont un rôle essentiel dans le fonctionnement du club, la bibliothèque de l’ACR est un des services le plus développés, les ouvrages disponibles ou récents sont mentionnés dans les dernières pages de la revue. Les grands présidents de la première moitié du XXe (Cambon, Deydier, Carle et Bonnet) contribuent largement à ce succès en donnant ou en écrivant de nombreux ouvrages. Par ailleurs, une commission de la bibliothèque est spécialement créée pour s’occuper des ouvrages et du local du Club.

7 Plusieurs commissions de l’ACR assurent le suivi et la réalisation de ces documents : les commissions du tourisme, du bulletin, de l’annuaire. Pour l’édition d’une brochure spécifique, une commission temporaire peut également être mise en place. Après la Seconde Guerre mondiale, une commission d’information et de propagande s’occupe plus directement des questions d’édition, d’organisation d’événements et de relations extérieures.

8 Qu’il concerne la presse régionale ou qu’il touche plus particulièrement les périodiques automobilistes.

9 C’est notamment le cas à partir de 1984 et la création de Rhodania Auto-Moto Loisirs.

10 Nous avons consulté ces revues aux Archives municipales de Lyon (AML), aux Archives départementales du Rhône (ADR), à la Fondation de l’Automobile Marius Berliet ou à la Bibliothèque municipale de Lyon.

11 Périodique propre au club.

12 Qui comprend des pages spéciales consacrées aux activités de l’ACR.

13 À partir de 2003 et la fusion de l’ACR dans Automobile Club Action +, les membres de l’ACR reçoivent l’Automobile Club Magazine (trimestriel et national, tiré à 38 000 exemplaires) et L’Automobiliste (mensuel).

14 Un exemple probant d’analyse d’un milieu savant à partir d’une revue est donné par Renaud Payre dans son article : « Un savoir “utilitaire, scientifique et vulgarisateur” : la ville de La vie urbaine, objet de science et objet de réforme (1919-1939) », Genèses, no 60, septembre 2005, p. 5-30 ; et « Les efforts de constitution d’une science de gouvernement municipal : La vie communale et départementale (1923-1940) », Revue française de science politique, vol. 53, no 2, 2003, p. 201-218. Voir aussi Julliard J., « Le monde des revues au début du siècle, introduction », Cahiers Georges Sorel, no 5, 1987, p. 3-9 ; et Montel N., « Mettre en revue les savoirs de l’ingénieur d’État au XIXe siècle. La création des Annales des ponts et chaussées en 1831 », Sciences de la société, no 67, février 2006, p. 17-30. Sur l’analyse des revues, comme lieu de constitution d’un champ de médiation et d’interaction, voir le programme dessiné par Colette Chambellan dans son article : « Revues et vie intellectuelle au début du siècle », Vingtième siècle. Revue d’Histoire, no 15, vol. 15, 1987, p. 133-135.

15 Suivant l’expression de « littératures automobiles » évoquée par Hiroya Sakamoto, cf. Sakamoto H., art. cit., p. 1.

16 Voir notamment Monneyron F. et Thomas J. (dir.), Automobile et littérature, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, coll. « Études », 2005 ; Clair J., « De quelques métaphores automobiles », Revue de l’Art, année 1987, vol. 77, no 77, p. 77-79 ; ou Sakamoto H., art. cit.

17 Voir Breschand J., « L’ouverture du bouchon », Vertigo, no 20, 2000, p. 101-104.

18 Dans la droite ligne des travaux engagés par Mathieu Flonneau, voir Flonneau M., Paris et l’automobile, Un siècle de passions, Paris, Hachette, 2005.

19 ADR, S_2587, Service vicinal – circulation : commission pour la réglementation de la circulation à Lyon et dans sa banlieue (1925-1930), Commission de la circulation instituée par arrêté préfectoral du 22 mars 1929 : « Pour l’étude d’ensemble des mesures à prendre à l’examen des suggestions soumises par M. le Commandant Revillet, de concert avec l’automobile-club du Rhône, ainsi que pour l’examen des projets présentés par l’A.I.C.A. » (Association industrielle, commerciale et agricole de Lyon et sa région).

20 Voir sur ce point : Gardon S., « La ville et ses mondes automobiles : Genèse d’une politique de sécurité routière (1902-1972) », in Guilbot M., Sécurité routière et diversité des réseaux locaux, Paris, Actes INRETS, 2008, p. 115-139.

21 Annuaire de l’Automobile-Club du Rhône, 1926, p. 2-3.

22 Les réunions du comité directeur de l’ACR du 3 novembre et du 15 décembre 1911 mentionnent la réception du nouveau gouverneur militaire de Lyon et sa nomination comme membre d’honneur de l’ACR, cf. Revue de l’ACR, no 11, novembre 1911 et no 12, décembre 1911. Plus tard est à nouveau évoquée la réception à l’ACR du nouveau gouverneur militaire de Lyon en septembre 1932 puis du nouveau préfet du Rhône, M. Villey-Desmesrets, le mercredi 14 décembre 1932, cf. « L’ACR reçoit le nouveau Préfet du Rhône », Revue de l’ACR, no 12, décembre 1932. La passation de pouvoir en 1957 entre les préfets Massenet et Ricard est également relayée dans la revue : « M. Massenet quitte Lyon […] bienvenue à M. Ricard, Inspecteur Général de l’Administration », Le Carnet de l’automobile, no 67-68, juillet-août 1957, p. 11.

23 ADR, série 4 M 607 Automobiles Club (1900-1930), lettre de l’auto club au préfet (7 février 1908) l’invitant à la fête au casino le 26 courant. « Au programme de cette fête figurera une revue automobile. »

24 Cette pratique perdure puisque Dominique Perben – ministre des Transports et alors candidat à la mairie de Lyon – a été reçu dans les Salons de l’ACR en début d’année 2007, comme l’avaient été avant lui d’autres ministres des Transports, par exemple le Lyonnais Pinton, à l’occasion d’un débat sur les autoroutes à Lyon le 16 avril et le 22 octobre 1956, cf. « M. le secrétaire d’État Pinton a présidé le 16 avril – à l’opéra – une triple conférence sur les autoroutes », Le Carnet de l’automobile, no 53, mai 1956, p. 2, et « M. le Ministre Pinton à l’ACR, Espoir d’autoroutes », Le Carnet de l’automobile, no 59, novembre 1956, p. 29.

25 Revue de l’ACR, no 2, janvier 1903, p. 48-50.

26 Revue de l’ACR, no 6, janvier 1906, p. 364-366.

27 Voir Guillerme A., « La congestion urbaine : problèmes et solutions dans l’entre-deux-guerres », in Garçon A.-F. (dir.), L’automobile, son monde et ses réseaux, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, p. 115-134.

28 Pour illustrer la diversité de cette littérature automobile, en dehors des nombreux récits de voyages automobiles des premières années de l’ACR, signalons un ouvrage d’un auteur lyonnais : Trintignant M., Pilote de course, Paris, Hachette, 1961 ; et deux livres plus contemporains : Moore V., Le passager silencieux, Paris, Flammarion, 2005 ; Barrico A., Cette histoire-là, Paris, Gallimars, 2007.

29 Annuaire de l’ACR, 1926, p. 25.

30 Activité phare de la première moitié du XXe siècle, les banquets de l’ACR sont interrompus pendant la Seconde Guerre mondiale, pour ne reprendre qu’en 1990, cf. ACR Magazine, no 9, octobre 1990.

31 La propriété de Chavanne des époux Carle est un des lieux de ralliement des proches de l’ACR, cf. L’action automobile et touristique, avril 1971, no 128, p. 3.

32 Soulignons ici à nouveau l’existence après 1945 d’une commission d’information et de propagande au sein de l’ACR, dont le rôle est de nouer des contacts avec d’autres organismes et de promouvoir les activités du club.

33 Voir Pouzet P.-L., La grande aventure automobile Lyonnaise, Châtillon-sur-Chalaronne, Éditions de la Taillandière, 2006, p. 81-85.

34 Revue de l’ACR, no 4, avril 1926, p. 40 : « L’ACR organise… un concours de cote… qui se disputera dans la montée des Chères à Limonest… »

35 Voir AML, 782 WP 0434.

36 Organisé sur le tout nouveau boulevard de ceinture, qui vient d’être réalisé par le conseil général du Rhône.

37 Revue de l’ACR, no 3, mars 1929, p. 23 : « Le grand prix automobile de Lyon circuit de Quincieux ».

38 Voir la réunion du Comité directeur de l’ACR du 11 avril 1913, où est évoqué ce projet qui concernerait les communes de Bron ou de Villeurbanne (Cusset), cf. Revue de l’ACR, no 4, avril 1913. Plus tard un autre projet est évoqué : « Un autodrome à Villeurbanne », Le Carnet de l’Automobile, no 53, mai 1956, p. 16.

39 Après la Seconde Guerre mondiale, l’ACR créé sa propre écurie de course automobile, L’Écurie Noire, qui a formé de nombreux pilotes de la région.

40 Revue de l’ACR, no 1, septembre 1902, Critérium de Provence, p. 28 : « Nous organisons une caravane pour assister à ces réunions » ; Revue de l’ACR, no 3, mai 1903, p. 73 : « L’auto club du Rhône organise une caravane touriste pour aller voir passer à bordeaux la course Paris-Madrid, le dimanche 24 mai… » ; Revue de l’ACR, no 1, février 1904, p. 15 : « Caravane automobile organisée par l’ACR pour assister à la course de la coupe Gordon-Benett du 12 au 24 juin 1904 ».

41 Revue de l’ACR, no 2, février 1937, p. 28-31 : « Itinéraire détaillé du voyage de l’ACR Lyon-Lourdes-Rocamadour-Gorges du Tarn ».

42 Revue de l’ACR, no 6, juin 1933, p. 149 : « Ainsi fut décidée la création d’un tronçon de route réunissant le lieu-dit la Batterie à la croix Vitaise, et permettant de faire le tour du Mont-Thou. »

43 Avant la création du Club, avait été organisé, en 1898, sur le cours du Midi, le Salon du cycle et de l’automobile de Lyon, en même temps que le premier salon de l’automobile parisien (voir AML, 781 WP 0044). Puis en 1913, un nouveau Salon organisé par l’ACR réunit sur le Cours de Verdun plus de 100 000 visiteurs. L’année suivante, à l’occasion de l’Exposition internationale de Lyon, une seconde édition de ce salon est organisée. Enfin à partir de 1930, l’ACR organise plusieurs éditions de la Foire industrielle d’automobiles d’occasion. Voir Revue de l’ACR, no 4, avril 1913 et no 5, mai 1913 ; « Une foire industrielle d’automobiles d’occasions », Revue de l’ACR, no 4, avril 1930.

44 Revue de l’ACR, no 2, janvier 1903, p. 6 : « Nous n’avons à notre actif… le rallye-ballon de Brindas que la triste fin de nos aérostats a réduit à un pique-nique des plus animés à St Martin » ; Revue de l’ACR, no 3, mai 1903, p. 72 : « Le comité prévient les membres du Club, qu’il organise pour le dimanche 7 juin, un grand rallye-ballon. »

45 Manifestement au cours des années 1905-1914, l’ACR s’intéresse de plus en plus au domaine de l’aviation (organisation de meetings, comptes rendus des activités de l’aviation dans sa revue, développement de liens avec l’Aéro-club de Lyon…).

46 En association avec l’Aéro-Club de Lyon, cf. Angleraud B. et Pellissier C., Les dynasties lyonnaises, Des Morins-Pons aux Mérieux, du XIXe siècle à nos jours, Paris, Éd. Perrin, 2003, p. 579.

47 Voir sur ce point Flonneau M., Les cultures du volant, Essai sur les mondes de l’automobilisme, XXe -XXIe siècle, Paris, Aurement, 2008.

48 Sur le développement du tourisme à partir de l’automobile, voir Bertho-Lavenir C., « La découverte des interstices », Cahiers de médiologie, no 12, 2e semestre 2001, p. 129-141.

49 Le Club fournit à ces adhérents et aux automobilistes plusieurs services : conseils touristiques, assistance juridique, stages de récupération de points de permis, stages de formation, contrôles de sécurité, contrôle pollution, ventes d’accessoires…

50 Après la Seconde Guerre mondiale, le Club développe un bureau des voyages. Aujourd’hui, une grande partie de ses activités le rapproche des autres agences de voyages lyonnaises qui d’ailleurs se situent pour beaucoup d’entre elles dans le quartier historique de l’ACR, vers la rue Grolée dans le 2e arrondissement de Lyon.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search