Versión clásicaVersión móvil

De l'histoire des transports à l'histoire de la mobilité ?

 | 
Vincent Guigueno
, 
Mathieu Flonneau

Quatrième partie. Mobilité et histoire visuelle

Introduction

Marie Thébaud-Sorger

Texto completo

  • 1 Lemonnier P., « Et pourtant ça vole ! L’ethnologie des techniques et les objets industriels », Eth (...)
  • 2 Schaffer S. et Shapin S., Leviathan and the Air-Pump: Hobbes, Boyle, and the Experimental Life, Pr (...)
  • 3 Rosental C., « Making Science and Technology Results Public. A Sociology of Demos », in Latour B. (...)

1L’objet de ce chapitre est de comprendre comment depuis le XVIIIe siècle la mobilité se donne à voir, à ressentir, à lire, pour de larges publics. Ces médiations participent de l’élaboration de nouveaux repères collectivement partagés. Ainsi, avant de se développer comme transport, les objets de locomotion prennent une forme prototypique organisée autour d’expérimentations multiples1. La réflexion sur l’expérience, initiée à l’origine par la sociologie des sciences2, a développé des approches neuves de l’étude des démonstrations techniques3. Elle a mis en évidence le fait que l’activité des protagonistes s’inscrit autant dans des logiques marchandes et politiques que savantes, en analysant l’intégration différenciée de larges audiences dans les processus probatoires. La rencontre des publics et des locomotions interroge donc ces passages entre le registre expérimental et celui des usages intégrés à la société. Ces interactions contribuent à forger opinions, attentes et imaginaires, participants aux acculturations des techniques.

  • 4 Figuier L., in Les merveilles de la science, ou Description populaire des inventions modernes, vol (...)
  • 5 Marsden B. et Smith C., Engineering Empires: a Cultural History of Technology in Nineteenth-Centur (...)
  • 6 Schwartz V., Spectacular Reality. Early Mass Culture in Fin de Siècle Paris, Berkeley, University (...)
  • 7 Guigueno V., « Un spectacle médiatique pour la ville et le monde. La Coupe de l’America et New Yor (...)

2Historiquement, les ressorts spectaculaires des démonstrations ont joué un rôle majeur dans l’émergence du goût pour les machines et inventions dès la fin période moderne. Les locomotions incarnent le merveilleux des techniques dans leur capacité à faire plier la matière et soumettre les fluides4 (vapeur, chaleur, gaz, électricité) afin de produire une action efficace : en l’occurrence un déplacement, pouvant parfois contrer courants et vents, produire de la puissance et de la rapidité. Les steamers deviennent les emblèmes de la révolution industrielle révélant les possibilités de maîtrise de l’espace et de l’économie5, dont les effets sur la transformation du monde seront bientôt mesurés au sein des expositions universelles à partir de 1851. La démonstration de processus inouïs rejoint en outre le goût pour le spectaculaire propre aux loisirs urbains qui se développent tout au long du XIXe siècle6. La performance, initiée dans les spectacles forains, intègre ensuite le phénomène sportif qui prend son essor à la belle époque (meeting, course, rallie) et suscite de nouvelles occasions de curiosités7.

3Spectaculaire et sensations participent aux processus de compréhension des phénomènes, provoquant des attentions nouvelles, non dénuées de pédagogie. De fait, la mise en scène des objets crée des dispositifs qui oscillent entre deux principes de médiation : soit les publics sont mobiles – flânerie, déambulation, parcours – soit les objets bougent – démonstrations, spectacles, courses. Dans l’entre-deux des dispositifs hybrides se déploient : ballon captif du milieu XIXe, trottoir déroulant de l’exposition universelle 1900, cinéma drive-in américain des années cinquante, etc. À l’expérience physique, souvent collective (mais pas toujours) et spectaculaire, répond l’élaboration discursive via de nouveaux supports : compte rendu et récits dans les périodiques et opuscules illustrés, élaboration d’i mages qui attirent l’œil et distillent de nouvelles intelligibilités du mouvement (estampes, gravures, affiches, photographies, films).

  • 8 Livinstone S., « Du rapport entre audiences et publics », Réseaux, no 126, 2004-4, p. 17-55.

4Les quatre articles présentés dans ce chapitre interrogent les dispositifs qui convoquent les publics8 (des lectorats aux foules urbaines) autour de supports différents (revue, démonstrations, films, aéroports). La revue de l’ACR (S. Gardon et E. Laugier) s’adosse à la sociabilité sélective des clubs qui se prolonge dans l’organisation d’événementiels. Elle consolide l’automobilisme et construit les relations nouvelles entre espaces citadins et ruraux. La ville demeure le lieu où toutes les expériences prennent sens, où se forgent les nouveaux consensus. Le corps s’initie à de nouvelles mobilités à travers des scénographies variées : verticalité éprouvée collectivement lors du spectacle public des envols (M. Thébaud-Sorger), circulations multiples que le phénomène de la métropolisation berlinoise produit dans l’Allemagne de Weimar (S. Füzesséry). Entre congestion et fluidité, les formes nouvelles (motorisée, mécanique, collective, individuelle) et superposées de la circulation urbaine s’ouvrent à de nouvelles dimensions, multimodales, rapides et aériennes, et créent de nouvelles architectures (N. Roseau).

  • 9 Delage C., Gunthert A. et Guigueno V., La fabrique des images contemporaines, Éditions Cercle d’Ar (...)
  • 10 Crary J., Techniques of the Observer: on Vision and Modernity, in the Nineteenth Century, Cambridg (...)
  • 11 Didi-Huberman G. et Mannoni L., Mouvements de l’air. Étienne-Jules Marey, photographe des fluides  (...)
  • 12 Par exemple une Vue Lumière tournée en 1898, appelée « Panorama » pris d’un ballon captif (vue no (...)

5Ces études de cas nous permettent de réfléchir au fait que les changements paradigmatiques de l’espace, y compris dans leurs dimensions imaginaires, sont des processus historiquement situés, fortement liés à l’émergence de nouvelles cultures visuelles9. La perception de l’espace évolue tout au long du XIXe siècle10 et une nouvelle compréhension de la mobilité (vitesse, vertige, mouvement), synonyme de modernité, s’opère conjointement à la mise en place technique des images en mouvement : Étienne-Jules Marey décompose par ses prises de vue la marche, la course, le vol, capte les phénomènes aérodynamiques au cœur de la propulsion11 ; la vue aérienne se tisse au croisement des techniques d’élévation et de la production photographique et cinématographique12. La massification des médias comme celle de l’accès aux transports au cours du XXe siècle transforme les représentations. L’aléatoire n’en continue pas moins d’irriguer tout un versant de la mobilité – y compris motorisée – via la pérégrination réaffirmée comme mode de découverte des lieux, des gens, des paysages (dans le road-movie par exemple), et perdure comme contrepoint à la maîtrise absolue du mouvement dirigé et fonctionnel, source d’interrogations, de critiques et producteurs de nouveaux imaginaires.

Notas

1 Lemonnier P., « Et pourtant ça vole ! L’ethnologie des techniques et les objets industriels », Ethnologie française, 26-1, 1996, p. 17-31.

2 Schaffer S. et Shapin S., Leviathan and the Air-Pump: Hobbes, Boyle, and the Experimental Life, Princeton, NJ, Princeton University Press, 1985.

3 Rosental C., « Making Science and Technology Results Public. A Sociology of Demos », in Latour B. et Weibel P. (éd.), Making Things Public. Atmospheres of Democracy, Cambridge (MA), MIT Press, 2005, p. 346-349.

4 Figuier L., in Les merveilles de la science, ou Description populaire des inventions modernes, vol. 1 : Machine à vapeur, bateaux à vapeur, locomotive et chemins de fer, locomobiles, machine électrique, paratonnerres, pile de Volta, électro-magnétisme, Paris, Furne, Jouvet et Cie, 1867.

5 Marsden B. et Smith C., Engineering Empires: a Cultural History of Technology in Nineteenth-Century Britain, Basingstoke/New York, Palgrave/Macmillan, 2005.

6 Schwartz V., Spectacular Reality. Early Mass Culture in Fin de Siècle Paris, Berkeley, University of California Press, 1998.

7 Guigueno V., « Un spectacle médiatique pour la ville et le monde. La Coupe de l’America et New York (1893-1903) », Le Temps des médias, no 8, 2007-2, p. 79-90.

8 Livinstone S., « Du rapport entre audiences et publics », Réseaux, no 126, 2004-4, p. 17-55.

9 Delage C., Gunthert A. et Guigueno V., La fabrique des images contemporaines, Éditions Cercle d’Art, 2007.

10 Crary J., Techniques of the Observer: on Vision and Modernity, in the Nineteenth Century, Cambridge, MA/Londres, MIT Press, 1996; Sicard M., La fabrique du regard, Paris, Odile Jacob, 1998.

11 Didi-Huberman G. et Mannoni L., Mouvements de l’air. Étienne-Jules Marey, photographe des fluides : exposition, Paris, Gallimard, Réunion des musées nationaux, 2004.

12 Par exemple une Vue Lumière tournée en 1898, appelée « Panorama » pris d’un ballon captif (vue no 997), citée par Castro T., Le cinéma et la raison cartographique des images. Problèmes de culture visuelle, thèse Paris III, 2008.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search