Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une vie à soi

 | 
Erika Flahaut

Table des matières

Introduction

FEMME SEULE : DE QUOI PARLE-T-ON ?
TOUS LES CHEMINS MÈNENT À VIVRE SEULE…
PEUT-ON CHOISIR DE VIVRE SEULE ?
PEUT-ON CHOISIR DE VIVRE EN COUPLE ?
LES FEMMES SEULES SERAIENT-ELLES L’AVENIR DU COUPLE ?

Première partie. D'hier à aujourd'hui. Histoire et représentations des femmes seules

Chapitre I. Habiter seule : l’aboutissement d’un long processus

DES SOCIÉTÉS TRADITIONNELLES FONDÉES SUR L’ALLIANCE
DE LA FÉCONDITÉ PALÉOLITHIQUE À LA MATRONE : LA PLACE DES FEMMES EN OCCIDENT
L’IMMIXTION DE L’Église CATHOLIQUE DANS LES DESTINS MATRIMONIAUX
La valorisation initiale du célibat…
… Fait place à l’intérêt de l’Église pour le contrôle des unions
XVIe-XVIIIe SIÈCLES : LA FEMME SEULE DÉROGE À SON RÔLE SOCIAL
Le mariage entre alliance de patrimoines et association économique de survie
Le célibat féminin ; d’un statut inconcevable à un premier pas vers la reconnaissance
XVIIIe-XIXe SIÈCLES : LA FEMME SEULE DÉROGE À SA « NATURE »
Les oubliées de la Révolution…
… Sous le regard inquisiteur des médecins
LES FEMMES « PERDUES » DU XIXe SIÈCLE
Une idéologie familialiste prégnante mais de plus en plus contestée par les faits
Le célibat féminin comme rouage essentiel du développement économique
Dans les classes populaires, de l’ouvrière à la bonne à tout faire
Dans les classes modestes instruites, le règne de l’employée
Dans la bourgeoisie, des activités prolongeant les fonctions maternelles
L’émergence d’une idéologie égalitaire
LE XXe SIÈCLE ACCORDE AUX FEMMES UNE INDIVIDUALITÉ

Chapitre II. Le regard de la presse sur les femmes seules : un siècle entre misérabilisme et méconnaissance

DES APPARITIONS PONCTUELLES POUR UNE VISION PARTAGÉE
Une histoire au masculin : les femmes seules dans la presse générale
Une histoire au féminin ; les femmes seules dans les presses féminine et féministe
De la crainte à la plainte ; une nouvelle vision des femmes seules au début du XXe siècle ?
Des publications spécialisées pour des moments historiques spécifiques
MULTIPLICATION DES APPARITIONS ET CONFUSION DES STYLES
Un nouvel intérêt pour les femmes seules à partir des années 1960
Mais dans une grande confusion de définitions et dénombrements
Un propos finalement très circonscrit dans les presses générale et féminine…
… et souvent décontextualisé
DU MISÉRABILISME À LA CONTESTATION DU CHOIX
Une vision misérabiliste appelée à susciter la crainte de cette condition
Une image inquiétante liée à la peur de l’indifférenciation sexuelle
En ligne de mire : le couple…
… et la maternité inéluctable
Un choix difficile à admettre, sauf pour les féministes
CONCLUSION

Deuxième partie. Histoires de vie, vies de femmes seules. Des veuves éplorées aux apostates du conjugal

Chapitre III. La difficulté à vivre des « femmes en manque »

DES RELATIONS SOCIALES CENTRÉES SUR LA FAMILLE
Exister au milieu des siens
Être mère avant tout
Les amitiés au filtre du temps
Se définir dans la relation intime : « femme de »
LA PRÉÉMINENCE DE L’ESPACE-TEMPS DOMESTIQUE
L’accomplissement domestique
Une vitrine de l’identité sociale
Un accomplissement domestique souvent associé au repli sur l’espace privé
Du repas contrainte au repas rassembleur
UN TEMPS MIS À DISPOSITION D’AUTRUI
Une contrainte nécessaire
Quand la rupture entraîne la prise de conscience : d’une solitude subie à une solitude tranquille
VIVRE SEULE : UN DÉCLASSEMENT SOCIAL

Chapitre IV. Le cheminement des « femmes en marche »

EN QUÊTE DE LA BONNE DISTANCE ENTRE SOI ET LES AUTRES
Garder les parents à distance et renforcer les liens avec les frères et sœurs
La place centrale des enfants… peut toutefois être relativisée
De la peur au refus des relations aliénantes
Des amitiés anciennes
UN ESPACE DE VIE OUVERT SUR L’ESPACE PUBLIC
La maîtrise de l’espace public
Un espace privé marqué par leur vie personnelle
DU TEMPS ALTRUISTE AU TEMPS PERSONNEL
Le desserrement de la contrainte domestique
La difficile appropriation du temps
Le recours à des cadres pour légitimer le temps personnel
VIVRE SEULE : DES ESPACES DE LIBERTÉ DANS UN CADRE NORMÉ

Chapitre V. La vie à soi des « apostates du conjugal »

être FEMME SANS être « FEMME DE »
Un refus raisonné fondé sur l’expérience ou la culture
L’autonomie : la bonne distance entre soi et les autres
« Un enfant quand je veux… si je veux »
LA MULTIPLICITÉ DES ESPACES VÉCUS
Entre engagement et activité professionnelle : investir les espaces-temps masculins
Un espace privé ouvert
Un espace public « intime »
DU TEMPS LIBRE AU TEMPS À SOI
Une conscience forte de la valeur du temps
Un temps à soi revendiqué
La fin des contraintes domestiques
D’une solitude assumée à une solitude libératrice
VIVRE SEULE : UNE LIBERTÉ REVENDIQUÉE

Conclusion

UN OBSTACLE : LA VIE CONJUGALE COMME ACTE D’INSTITUTION
TROIS ÉlÉments FACILITATEURS : LE CONTEXTE D’ENFANCE…
… LE MODÈLE MATERNEL…
… LA NATURE DE L’ÉvÉnement QUI CONDUIT À VIVRE SEULE
UN MODE DE VIE À PART ENTIÈRE POUR LES FEMMES « RÉALISÉES DANS DES ŒUVRES OU DES ACTES »