Version classiqueVersion mobile

1968, entre libération et libéralisation

 | 
Michel Margairaz
, 
Danielle Tartakowsky

Quatrième partie. L'action sociopolitique et ses nouveaux espaces

Le mai 1968 breton et ses acteurs face à une révolution pompidolienne en matière d’économie des territoires

Florent Le Bot et Fabrice Marzin

Texte intégral

  • 1 Le 6 novembre 1967, les syndicats (CGT, CGT-FO, CFDT, Fédération régionale des syndicats d’exploit (...)

1Dès la fin de l’année 1967, on ne s’ennuie pas en Bretagne ! Divers épisodes revendicatifs y ont pour fondement l’exigence d’une action résolue de l’État en faveur de la région. Ces revendications sont portées par des étudiants, mais aussi par des agriculteurs inquiets face à la mise en place du marché commun agricole et par des ouvriers atteints par le freinage de la déconcentration industrielle. Les mesures annoncées par le gouvernement ne parviennent pas à calmer la grogne. Des réunions unitaires (une première !) entre les syndicats ouvriers et les organisations agricoles sont organisées, auxquelles se joignent certains élus locaux1. Le 8 mai 1968, 100 000 personnes manifestent dans seize villes autour d’un mot d’ordre commun : « L’Ouest veut vivre. »

  • 2 Selon la formule de Georges Pierret l’un des acteurs du mouvement breton, alors secrétaire général (...)

2Ce « mai Breton2 » s’inscrit dans un processus de revendications économiques et sociales, d’autonomie régionale, portées depuis le début du siècle par le mouvement breton, ou emsav, dont l’une des expressions récentes est le Comité d’études et de liaison des intérêts bretons (CELIB). Le 30 mai 1968, alors que Georges Pompidou vient de présenter son nouveau gouvernement au président de la République, une délégation du CELIB est reçue à l’Hôtel Matignon. La rencontre aboutit à l’annonce d’un « second Plan breton », mis au point au cours de l’été 1968 à la suite de négociations entre le CELIB et la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR), sous l’égide du tout nouveau Premier ministre, Maurice Couve de Murville.

3Cependant, la spécificité du « mai Breton » ne se réduit pas à quelques mesures concédées par l’État au lendemain du 8 mai, afin de pouvoir ramener sur la capitale des cars de CRS qui pourraient s’avérer utiles face à la montée du mouvement parisien. Il y a incontestablement une dimension revendicative propre à cette région périphérique de l’Europe et dont la chronologie se trouve partiellement en décalage avec le théâtre parisien.

4Le « mai breton » s’inscrit dans une temporalité longue, nécessitant un retour sur l’attitude de l’emsav face aux questions économiques depuis le début du XXe siècle, mais aussi sur l’action du CELIB. Ce comité régional d’expansion créé autour de René Pleven a su, dès le début des années 1950, s’approprier les thématiques des économies régionales et de l’aménagement du territoire pour en faire un outil de revendication puissant au service des intérêts bretons et du développement économique régional. Son action est vécue à partir du début des années 1960 comme une geste, une épopée, un combat, une mobilisation de toutes les forces vives de la Bretagne qui refusent l’exode rural, le sous-développement et le déclin de leur région. Mais au-delà de l’exigence d’un aménagement plus équilibré du territoire français et d’une croissance économique mieux partagée entre les différentes régions, c’est bien à un véritable pouvoir économique régional qu’aspirent les emsavriens.

5Ce moment s’inscrit également dans l’histoire d’un processus d’aménagement du territoire auquel les acteurs locaux et régionaux ont d’abord été étroitement associés, jusqu’à l’inspirer même durant la IVe République, avant que d’en être écartés, plus ou moins brutalement, avec la Ve République et surtout à la suite de sa stabilisation à partir de 1962. Cette reprise en main par le pouvoir central de la politique d’aménagement s’avère clairement assumée comme telle par Pompidou et son équipe dans une perspective de rationalisation économique et régionale, non plus essentiellement pour équilibrer les territoires (première préoccupation de ceux qui depuis des décennies ont réfléchi aux questions d’aménagement), mais surtout pour faciliter l’intégration de la France dans le marché européen.

Cent fleurs en Bretagne. Mouvement et revendications bretonnes

  • 3 Le Nouvel Observateur, 24 avril 1968, cité in Pierret G., Mai Breton, op. cit., p. 11.

« Le printemps en Bretagne est une saison magnifique. Il y a des primevères partout, des jonquilles, les genêts sont en fleur. Mais il y a des C.R.S. derrière les jonquilles et des explosifs cachés dans les genêts3. »

6L’intérêt pour les questions économiques, s’il n’est pas nécessairement premier, se révèle ancien au sein du mouvement breton. À la suite des difficiles années d’après-guerre, cette préoccupation est revigorée par la rééclosion de l’emsav à la fin des années 1950, alors que s’impose progressivement le thème de « Bretagne = colonie », qui devient central dans le discours de l’emsav au cours des années 1960.

L’emsav et les questions économiques et industrielles au cours du premier XXe siècle

  • 4 Voi Guiomar J.-Y., Le bretonisme. Les historiens bretons au XIXe siècle, Rennes, Société d’histoir (...)

7L’emsav ou mouvement breton est un courant ancien de revendication. Dès le XIXe siècle, des érudits, des aristocrates et une partie du clergé animent des sociétés savantes qui cherchent à la fois à accroître les connaissances sur la matière bretonne mais aussi à se faire les défenseurs de l’idée bretonne à travers notamment la défense et la promotion de la langue4.

  • 5 Vallée F., Les petites industries rurales en Bretagne, Lorient, Éd. du Pays breton, 1910 ; Choleau(...)
  • 6 Sur le mouvement fédéraliste breton, cf. Monnier J.-J., « La gauche fédéraliste bretonne entre les (...)
  • 7 Duhamel M., La question bretonne dans son cadre européen, Quimper, Nature et Bretagne, 1978, 164 p (...)
  • 8 Cf. Le Bot F., La fabrique réactionnaire. Antisémitisme, spoliations et corporatisme dans le cuir, (...)

8La préoccupation économique au sein de l’emsav n’émerge véritablement qu’à partir de 1911 avec la création de la Fédération régionaliste de Bretagne (FRB) à l’initiative de Jean Choleau, industriel à Vitré. La défense des industries locales menacées par la concurrence des autres régions françaises ou de pays étrangers constitue alors le principal objet de mobilisation des emsavriens5. Le mouvement breton de l’entre-deux-guerres, dominé par les rédacteurs du journal Breiz Atao, reprend à son compte le thème des intérêts bretons sacrifiés par l’État au bénéfice des industries de l’Est de la France. La revendication majeure au sein de l’emsav reste alors celle d’un pouvoir régional autonome, seul capable de défendre les intérêts de la Bretagne. Maurice Duhamel, rédacteur à Breiz Atao et inspirateur du mouvement fédéraliste breton à partir de 19316, estime que « seule une industrie peut donner du travail à une population dense7 ». Cependant, durant les années 1930, rares encore sont ceux qui en Bretagne réclament l’arrivée d’industries nouvelles venues de l’extérieur, préférant la protection des industries existantes, à l’image du mouvement protectionniste et malthusien anti-Bata à Fougères8, ou, au mieux, le développement d’industries à partir des ressources naturelles de la région (algue, granit, etc.).

9Toutefois, Louis Grillet, dans un article « La reconstruction économique de la Bretagne et de la région Ouest et la décentralisation industrielle », publié en juillet 1922 dans la Revue d’étude et d’action économique, écrit que

  • 9 Grillet, inspecteur du travail, est à l’initiative lors de la première Foire-Exposition de la Bret (...)

« […] d’une façon générale, les industriels des autres régions non seulement ne feront rien pour provoquer la création dans le pays [la Bretagne] d’usines de transformations des matières premières qui y abondent, ou pour aider à cette création, mais encore ils feront tout pour empêcher un tel mouvement […] les pouvoirs publics suppriment toute indemnité à l’industriel des pays envahis qui ne reconstitue pas son usine à sa place primitive, alors que l’intérêt national exige qu’un nombre important d’usines soit établie au moins au sud de la Seine, pour être soustraites aux risques d’invasions9 ».

10Grillet estime que la Bretagne constitue en fait une « colonie d’exploitation » pour les capitalistes du Nord et de l’Est, qui selon lui, exercent une influence croissante dans les conseils du gouvernement depuis la guerre. Le discours de la Bretagne « colonie » et des Bretons exploités par les capitalistes venus de l’extérieur devient une antienne du discours de l’emsav durant les années 1930 et resurgit encore avec force à la fin des années 1950 avec la création du Mouvement pour l’organisation de la Bretagne (MOB).

  • 10 Bougeard C. (dir.), Bretagne et identités régionales pendant la seconde guerre mondiale, Brest, CR (...)
  • 11 Capdevilla L. « Le mouvement breton face à l’Épuration », in Bougeard Ch. (dir.), Bretagne et iden (...)
  • 12 Nicolas M., « Emsav, politique et thématique du mouvement breton », thèse de doctorat en sciences (...)

11Pendant la Seconde Guerre mondiale la collaboration de certains éléments nationalistes et extrémistes de l’emsav avec l’Allemagne nazie discrédite pour un temps le discours de revendication politique et économique porté par le mouvement breton10. Beaucoup des militants, qui ont échappé à l’épuration11, se réfugient dans une action principalement culturelle ou dans le soutien à l’action du CELIB12.

La seconde éclosion de l’emsav à la fin des années 1950

  • 13 Denis M., « La génération des années 1960 et l’émancipation bretonne. Essai d’histoire impertinent (...)

12Au début des années 1960, resurgit une revendication bretonne forte. Une génération de jeunes militants nés après la guerre et qui n’ont pas vécu les engagements contrastés de la période de l’Occupation, arrive alors à l’âge adulte13. Ceux-ci vivent au quotidien les conséquences du retard breton : archaïsme de l’appareil productif et des relations sociales, exode rural, etc.

  • 14 Henry L., Le retour du mouvement breton après 1945 à travers le journal l’Avenir de la Bretagne, F (...)
  • 15 « Pourquoi et comment ? », Les cahiers du MOB, supplément au no 5 de L’Avenir de la Bretagne, 1958

13Cette génération nouvelle contribue, notamment à partir de 1957 et jusqu’à la rupture de 1964, à l’action du MOB14. Lors de son congrès constitutif à Lorient le 10 novembre 1957, Yann Poupinot dénonce à la tribune le fait que « sur 65 usines nouvelles ou décentralisées installées en province depuis cinq ans grâce aux avantages accordés par le gouvernement central, deux seulement sont venus dans cette Bretagne qui en a tant besoin15 ». Au cours de ce même congrès, Yann Fouéré déclare :

  • 16 Ibid.

« Ce qui caractérise l’économie de la Bretagne, c’est que c’est une économie coloniale […] la Bretagne est productrice de matières premières qu’elle ne transforme pas, qui sont exportés, pour être transformés ailleurs. La Bretagne est acheteur de produits fabriqués, qu’elle ne fabrique pas, qui sont importés, qui viennent d’ailleurs, et qui sont quelque fois fabriqués avec des matières premières qui, elles, sont, à l’origine, venues de Bretagne. La Bretagne, d’autre part, fournit un prolétariat à bon marché aux zones industrielles16. »

  • 17 Ibid.

14Enfin, il cite Jean Keraudy, adjoint au maire de Brest, qui assimile la Bretagne à « un vaste réservoir humain, une sorte d’élevage17 ».

  • 18 Les cahiers du MOB, no 2, « Cent et une questions et réponses sur le MOB, ses buts, sa position », (...)
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.

15Dans sa motion de politique générale le MOB réclame certes « l’octroi aux communes et aux régions elle-même de libertés administratives leur permettant de gérer elle-même les intérêts qui leur sont propres18 », mais ses revendications à caractère économique peuvent paraître contradictoires. Ainsi, alors qu’il dénonce les ravages d’un « capitalisme libéral sans patrie19 », il réclame dans le même temps un statut d’autonomie régionale qui pourrait être « un encouragement à la fondation d’industries nouvelles et à l’investissement de capitaux de toute nationalité20 ». Malgré tout, le MOB contribue à établir des passerelles idéologiques entre différentes catégories sociales en Bretagne.

16À partir de 1961, les combats menés à propos du rail ou de la loi-programme permettent un large rassemblement s’étendant aux syndicats paysans et ouvriers. Le mouvement culturel breton est alors sorti de la réserve observée depuis 1945 et démontre à cette occasion son aptitude à fournir des milliers de jeunes militants. À l’été 1961, le Comité d’action régionale regroupe Kendalc’h, la Fondation culturelle bretonne (FCB), la Jeunesse étudiante bretonne (JEB), Bodadeg Ar Sonerien (BAS), le Bleun Brug, Ar Falz, le Kuzul ar brezhoneg, l’Entente culturelle bretonne et le MOB. Robert Omnes, président de Kendalc’h écrit dans Breiz que

  • 21 Breiz, no 51, octobre-novembre 1961, cité par Nicolas M., op. cit.

« […] Paris est de plus en plus inquiet. Cet été le Mouvement breton, que l’on croyait divisé et en perte de vitesse, a brusquement révélé son extraordinaire vitalité. Il ne s’agit plus, en 1961, d’une petite avant-garde incomprise du reste de la population. Il s’agit d’une lame de fond et (pourquoi ne pas le dire ?) d’une force révolutionnaire. Le peuple breton comprend que les revendications bretonnes (celles des ouvriers, des paysans, des mouvements culturels) forment un tout. Toutes les classes de notre pays souffrent de l’état de sous-développement dans lequel il a été maintenu et sont décidées à lutter. Nous n’avons pas le droit, nous militants de Kendalc’h, de nous tenir éloignés de ce combat […] à Pontivy, le 19 août, ses représentants étaient aux côtés des élus du CELIB et des délégués des syndicats ouvriers et paysans pour exiger une loi-programme destinée à la Bretagne. Comme l’écrit Joseph Martray, secrétaire général du CELIB : la Bretagne a conscience de jouer sa dernière carte. La lutte engagée cet été doit être poursuivie jusqu’au bout21 ».

  • 22 Ar Soner, no 51, juin-juillet 1961.
  • 23 Nicolas M., op. cit., p. 380.
  • 24 Pleven R., L’avenir de la Bretagne, Paris, Calmann-Lévy, 1961, 258 p.

17Le président de BAS, Polig Montjarret, va plus loin en écrivant que « nous savons ce que nous voulons et nous l’obtiendrons par tous les moyens. Tenez-vous prêts, mes camarades, l’heure est venue de combattre, et de vaincre22 ». Ces propos font écho à ceux de Martray, secrétaire général du CELIB, lors du congrès de la JEB les 9 et 10 septembre 1961 à Lorient, au cours duquel il déclare : « À partir du 15 septembre, les étudiants bretons devaient se considérer comme mobilisés au service de la Bretagne23. » Le ton se fait clairement plus offensif à l’égard de l’État et conduit Pleven à exprimer son inquiétude dans un ouvrage publié en 1961, L’avenir de la Bretagne, dans lequel il réclame avec force une loi-programme pour la Bretagne24. Paradoxalement ou pas, l’année 1961 marque le véritable décollage pour le mouvement de déconcentration et de création d’emplois industriels en Bretagne. Ces premiers résultats de la politique d’aménagement du territoire ne satisfont pas les emsavriens qui souhaitent en réalité la constitution d’un véritable pouvoir économique régional.

18À partir de 1964, l’échec du combat pour la loi-programme conduit une bonne partie de l’emsav à s’engager dans la voie d’un socialisme breton, adoptant résolument le slogan « Bretagne = colonie ». Une fraction des jeunes du MOB, autour de Jean-Yves Veillard et Roger Leprohon, fonde l’Union démocratique bretonne (UDB). Ces jeunes militants bretons cherchent à inscrire la revendication bretonne dans le champ de la contestation progressiste de l’ordre dominant et du pouvoir gaulliste.

  • 25 Bougeard C., « Mai 1968 dans les Côtes-du-Nord », in Lagrée M. et Sainclivier J. (dir.), L’ouest e (...)
  • 26 Denis M., op. cit., p. 19.

19L’origine rurale de beaucoup d’ouvriers travaillant dans les usines créées en Bretagne dans les années 1960 favorise des alliances avec les agriculteurs, ainsi que des luttes localisées ou de dimension régionale25. Michel Denis estime que « ces unités de génération, stimulées par des noyaux de militants particulièrement imaginatifs et actifs, en arrivent peu à peu à fusionner en un ensemble générationnel capable d’entraîner avec lui un large mouvement populaire. Celui-ci connaît son apogée dans la grève très réussie du 8 mai 1968, sur le thème “l’Ouest veut vivre”26 ». C’est sur ce dynamisme retrouvé de l’emsav et de la jeunesse bretonne que le CELIB réussit à s’appuyer, pour obtenir un « second plan breton » au cours de l’été 1968.

Le CELIB et la revendication bretonne

  • 27 Bougeard C., René Pleven. Un Français libre en politique, Rennes, PUR, 1994, 474 p.
  • 28 Journal officiel de la République française (JORF), 12 décembre 1954.

20Le Comité d’études et liaison des intérêts bretons (CELIB), créé en 1950, est un organisme qui regroupe l’ensemble des parlementaires bretons (à l’exception des communistes), ainsi que des représentants des organismes consulaires, du monde industriel et agricole, du mouvement culturel breton et des universitaires. Présidé par René Pleven27 à partir de septembre 1951 et soutenu financièrement par la plupart des collectivités locales bretonnes, il est le premier comité régional à être agréé officiellement, par arrêté interministériel du 25 octobre 1955, comme comité régional d’expansion économique sur la base du décret du 11 décembre 195428. Engagé depuis le début des années 1950 dans un combat pour le développement d’une région périphérique de l’Europe, le CELIB est parvenu à jouer un rôle central de médiateur entre l’État et les acteurs sociaux bretons dans la sortie de crise du « mai breton ».

Le CELIB et le développement régional29

  • 29 Pour de plus amples développements, cf. Marzin F., Le Comité d’études et de liaison des intérêts b (...)
  • 30 CELIB, Rapport d’ensemble sur un plan d’aménagement de modernisation et d’équipement de la Bretagn (...)
  • 31 Arrêté interministériel du 13 juillet 1956, JORF, 14 juillet 1956.

21Le CELIB se présente dès l’origine comme le défenseur des intérêts bretons, et à ce titre il entreprend, à partir de juin 1952, l’établissement d’un plan régional de modernisation et d’équipement, publié en novembre 1953 et connu sous le nom de Rapport vert30. Celui-ci sert de base à la rédaction en 1956, du premier programme d’action régionale (PAR) pour la région Bretagne31. Ce « Plan breton » a été largement élaboré en collaboration avec les services du ministère de la Reconstruction et du Logement, le Commissariat général au Plan et les services déconcentrés de l’État sous l’autorité de l’inspecteur général de l’Administration en mission extraordinaire (IGAME).

  • 32 Philipponneau M., Inventaire des possibilités d’implantation industrielles en Bretagne, Rennes, CE (...)

22Une commission régionale d’expansion économique créée au sein du CELIB, aux côtés de la commission parlementaire présidée par le député du Finistère et ancien ministre, François Tanguy Prigent, est présidée par Jean Prod’homme, président de la VIe Région économique, puis par Michel Phlipponneau, professeur de géographie à l’université de Rennes. Elle joue un rôle déterminant dans le suivi de la mise en œuvre du PAR, produit des études documentées sur l’exode rural et l’emploi des jeunes et est à l’origine de la publication en 1956 d’un Inventaire des possibilités d’implantations industrielles en Bretagne32. À partir de 1959, son action est complétée par la création d’un bureau d’études industrielles et artisanales, dont le rôle est principalement de promouvoir la Bretagne auprès des industriels, notamment parisiens, pour favoriser les décentralisations industrielles.

23Le CELIB joue alors un rôle important dans ce domaine, en liaison avec l’État. Il collabore également avec ce dernier dans le cadre de la préparation du IIIe Plan (1958-1961). Toutefois, les résultats concrets de la politique des économies régionales se fait attendre et nombreux sont ceux qui au CELIB commencent à réclamer des mesures plus énergiques en faveur du développement régional.

24En 1961, le CELIB soutient le mouvement de contestation né dans les milieux paysans et lance l’idée d’une loi-programme pour la Bretagne. Il est également le fer de lance du combat contre la réforme tarifaire de la SNCF en 1962 ; l’épisode étant passé à la postérité en Bretagne sous le nom de « bataille du rail ».

25À partir de 1963, l’influence du CELIB s’érode progressivement du fait de divisions internes, mais aussi de l’évolution des structures administratives de l’État, avec la création de la DATAR, des Commissions de développement régional (CODER) et le renforcement des Missions régionales auprès des préfets de région. Le CELIB poursuit toutefois un travail de fond sur la recherche d’implantations industrielles en Bretagne et continue à défendre les intérêts de la région dans le cadre des IVe (1962-1965) et Ve Plan (1966-1970).

Le CELIB et le « mai breton »

26Dans ce contexte, la survenue du « mai breton » peut apparaître pour le CELIB comme une « divine surprise ». Cependant, le comité avait largement anticipé la montée croissante de la contestation en Bretagne face à une situation économique et sociale difficile.

  • 33 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (ADIV), fonds privé du CELIB, non coté, lettre de G. Pi (...)
  • 34 Fond privé du CELIB, archives de l’auteur, CR du comité directeur du 7 octobre 1967.
  • 35 ADIV, fonds privé du CELIB, non coté, PV du comité directeur du CELIB du 5 février 1968.

27Le 10 juillet 1967, lors de son assemblée générale à Loudéac, le CELIB décide de confier à sa section « Recherches » le soin de rédiger un rapport sur la situation. Par ailleurs, une série de contacts avec Jérôme Monod et les services de la DATAR permettent d’envisager des mesures destinées « à créer un choc psychologique en faveur de la relance de l’industrialisation en Bretagne, et particulièrement dans le domaine de l’électronique33 ». Mais face « aux risques croissant que comporte la dégradation, en cours ou prévisible, de la plupart des activités traditionnelles de la région et le ralentissement des activités nouvelles », le CELIB choisit d’alerter solennellement le gouvernement34 ; le comité directeur qui se réunit le 5 février 1968, en présence du préfet de Région, Jacques Pélissier, décide de confier à la section « Promotion » du CELIB l’élaboration d’un rapport sur les conditions de développement et de création des entreprises en Bretagne, en dehors de la décentralisation. Il adopte par ailleurs à l’unanimité une motion dans laquelle il se « félicite des deux décisions prises par le gouvernement dans le cadre de l’aménagement du territoire : 1) de décentraliser à Rennes les trois grandes écoles nationales supérieures de l’électronique ; 2) de classer la Bretagne comme zone de rénovation rurale, sous réserve que ce classement entraîne rapidement des mesures nouvelles et vigoureuses35 ».

  • 36 Le CABRO est créé à l’initiative de Georges Lombard (maire de Brest, membre du Centre national des (...)

28En mars 1968, la création du Comité d’action de la Bretagne occidentale (CABRO)36 illustre la détermination des forces vives finistériennes à obtenir sans délais les moyens nécessaires pour promouvoir à l’extrémité de la Bretagne un pôle de développement équivalent à celui de Rennes. Le 11 mars 1968, le commissaire pour la rénovation rurale, Jacques Ferret, se prononce pour un plan de modernisation des cinq axes routiers principaux, pour un montant de 600 millions à 1 milliard de francs, et pour une aide accrue aux industries existantes, notamment dispersées dans les petites villes. Le 4 avril, un comité interministériel d’aménagement du territoire (CIAT) approuve les recommandations du commissaire mais avec des moyens budgétaires qui demeurent très limités. Ces mesures déçoivent les acteurs locaux qui décident d’organiser le 8 mai 1968 une manifestation sur le thème « l’Ouest veut vivre ». Certaines organisations syndicales, en particulier la CFDT, annoncent leur intention de quitter le CELIB si celui-ci ne se montre pas plus déterminé dans la défense des intérêts de la Bretagne. Le 28 avril, le Front de libération de la Bretagne (FLB) poursuit une série d’attentats par le plasticage de la CRS 13 à Saint-Brieuc.

  • 37 Fonds privé du CELIB, archives déjà citées.

29Face à la situation, le 22 avril 1968, Pierret et Pleven convoquent un nouveau comité directeur pour le 11 mai afin d’examiner la situation régionale et de réfléchir aux choix des initiatives possibles pour le CELIB. Lors de ce comité directeur, qui se réunit au lendemain des incidents du Quartier latin, Pierret présente un rapport sur la situation qui est le produit d’un ensemble de rencontres avec différents responsables régionaux. Le rapport estime que « l’abusive centralisation des travaux du Plan » aboutit à un constat d’échec37. Les objectifs du Ve Plan ne seront pas atteints et notamment ceux en matière d’emplois seront en deçà des propositions du préfet de Région et de la CODER. Pierret considère que l’effet de démarrage industriel des années 1961-1962 aura atteint son maximum en 1965 et que le Ve Plan a remis en cause les résultats acquis en Bretagne au cours du IVe Plan. De 1955 à 1961, les incitations financières de l’État n’ont donné pratiquement aucun résultat, sauf à Rennes. Certes, de 1961 à 1964, des investissements industriels importants ont été effectués dans un contexte particulier mais, de 1965 à 1968, le mouvement a été cassé.

30Pierret conclut ainsi sa présentation devant le comité directeur :

  • 38 Fonds privé du CELIB, archives déjà citées.

« Je suis arrivé à une certitude : c’est l’échec du Ve plan dans ce qu’il avait d’essentiel pour la Bretagne, l’objectif de peuplement ; c’est la remise en cause de dix ans au moins d’effort. […] Malgré ce qui a été fait, même de spectaculaire parfois, dans les superstructures, le navire s’enfonce : la Bretagne coule, si l’on peut dire, démographiquement parlant. Sa population active diminue. Sa population totale provisoirement gonflée par l’accumulation des jeunes va diminuer brutalement, lorsque ceux-ci vont se trouver contraints à chercher des emplois ailleurs. […] Bref, c’est le meilleur potentiel d’initiative et de rénovation qui va s’éloigner de la Bretagne et avec lui les meilleures chances de la région […] la région est réellement au bord des déchirements que le Président Pleven avait craint il y a plusieurs années. Elle est au bord des déchirements, d’abord et avant tout parce qu’elle est désorientée et désabusée. Je dois même ajouter que dans plusieurs départements une fraction de la population et même des élus qui la représentent considère l’emploi des méthodes extrêmes avec plus de sympathie que l’on pourrait s’y attendre. […] D’autre part, il est très grave de constater que la population remet en cause la confiance qu’elle avait manifestée dans les organismes et les institutions qui l’ont défendue jusqu’à présent. Et vous savez bien que le CELIB est au premier rang des organismes visés. Mais j’ajoute aussitôt que dans ce grand désarroi, tout le monde m’a posé cette question : Que fait le CELIB ? Va-t-il faire quelque chose ? Il peut faire quelque chose. Assez de déclaration verbale : des actes ! […] Le CELIB est le seul organisme actuellement capable de tenter – et sans doute réussir – un véritable sursaut régional Mais pour cela il faut qu’il reprenne un certain style. […] Je pense donc qu’en liaison avec le Bureau – un Comité permanent de cinq à sept personnes pourrait être constitué aujourd’hui – un peu comme un Comité de Salut Public. Le Comité permanent d’action devrait à mon sens faire appel à des personnes déterminées, disponibles et capables d’entraîner le cas échéant les forces vives de la région s’il faut aller jusqu’à l’épreuve de force avec le pouvoir, comme en 1961 et 1962. Sinon il est bien évident que la proposition n’aurait aucun sens et personnes ne s’y tromperait38. »

  • 39 La délégation conduite par Pleven est composée de Hyacinthe Belbéoc’h, Henri Ducassou, G. Lombard, (...)

31Face à la situation politique et sociale, Pleven, soucieux de l’ordre public, plaide pour une politique de négociation avec le gouvernement et refuse d’entrer immédiatement dans l’épreuve de force. Un accord se fait sur l’idée de former une délégation chargée de présenter les revendications du CELIB, au nom des Bretons, au Premier ministre Georges Pompidou. Le CELIB exige en particulier un plan routier et la création d’une caisse régionale pour les investissements privés à l’instar de ce qui a été fait en Italie du sud avec la Casa per el Mezzogiorno. Le 16 mai, le principe d’une audience est obtenu par l’entremise de Raymond Marcellin, ministre en charge de l’Aménagement du territoire, alors que la Bretagne a rejoint progressivement le mouvement de contestation nationale. Préparée par G. Pierret, J. Martray et Pierre Delmont, chargé de mission au cabinet de Pompidou, celle-ci a finalement lieu le 30 mai à 17 h 30, quelques heures après la formation d’un nouveau gouvernement39.

32Les représentants du CELIB se trouvent une nouvelle fois face à l’État au travers d’un dirigeant, Georges Pompidou, qui participe d’une évolution en profondeur en matière d’aménagement du territoire.

L’État face à la Bretagne : une périphérie de l’Europe économique

33Tandis que des aspirations à la prise en compte de besoins spécifiques en matière de développement économique et industriel s’expriment depuis des décennies en Bretagne et de plus en plus fortement depuis les années 1950, au niveau national la stabilisation de la Ve et le changement d’équipe au pouvoir avec le cabinet Pompidou conduit à la mise en place d’un véritable « exécutif » de l’aménagement du territoire, avec un objectif de rationalisation de l’utilisation des ressources et des emplois, dans une perspective de libéralisation des marchés européens.

La mise en place d’un exécutif de l’aménagement du territoire

  • 40 Voir Caro P., Dard O. et Daumas J.-C., La politique d’aménagement du territoire : racines, logique (...)

34Ce n’est pas Georges Pompidou et son équipe qui inventent la politique d’aménagement du territoire40. Toutefois, ils inscrivent celle-ci dans une vision de l’avenir de la France : une France modernisée, industrialisée, européanisée ; et, surtout, ils se donnent les moyens de sa réalisation avec la mise en place d’un véritable exécutif de l’aménagement. Le sujet peut être abordé par les structures, par les hommes et sous l’angle de la réforme des pouvoirs des préfets.

  • 41 Cf. Centres des archives contemporaines (CAC), Archives de la Commission nationale pour l’Aménagem (...)

35Jusqu’en 1962, l’ensemble institutionnel en charge de l’aménagement s’avère riche, foisonnant et touffu, qui illustre que l’intérêt est là, mais qu’en revanche la vision politique ne paraît pas encore très claire. Nous n’en signalons que les aspects majeurs41.

  • 42 Pouvreau B., Un politique en architecture : Eugène Claudius-Petit (1907-1989), Paris, Le Moniteur, (...)
  • 43 Cf. Dard O., « La construction progressive d’un discours et d’un milieu aménageur des années trent (...)

36Depuis 1944, le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU) occupe une position primordiale, avec un service de l’aménagement du territoire, qui devient une direction en 1949 et qui est à l’initiative de la création le 8 août 1950 du Fonds national d’aménagement du territoire. La personnalité en charge de ce ministère de 1948 à 1953, le résistant Eugène Claudius-Petit, est centrale42. Il entre cependant en concurrence sur ces questions avec le Commissariat général au Plan de Jean Monnet (1945-1952), dont les compétences en matière de reconstruction économique croisent celles du MRU43.

  • 44 JORF, 27 janvier 1960, arrêté du 4 janvier 1960, « Attributions de la direction de l’expansion ind (...)

37Au fil des années, les services ministériels aux compétences parallèles en la matière se multiplient, telle la direction de l’expansion industrielle auprès du ministère de l’Industrie qui « est chargée de suivre toutes les questions concernant les investissements industriels ainsi que les opérations de conversion, de concentration, de spécialisation et de localisation industrielle44 ».

  • 45 JORF, 12 décembre 1954, décret du 11 décembre 1954, « Institution de comités d’expansion économiqu (...)
  • 46 JORF, 2 juillet 1955, décret du 30 juin 1955 « relatif à l’établissement de programme d’action rég (...)

38Différents comités interviennent dans les réflexions en matière d’aménagement. Au début des années 1950, ils abondent grâce à des initiatives privées, sur le modèle du CELIB. Le décret Mendès France de 1954 leur offre une reconnaissance officielle sous le nom de comités d’expansion économique45. Outre des inventaires et des études d’aménagement qu’ils ont la possibilité d’effectuer à leur initiative, ils sont consultés sur l’élaboration des programmes d’action régionale mis en place par le décret Pflimlin de 195546.

  • 47 Gravier J.-F., Paris et le désert français, Paris, Le Portulan, 1947, 414 pages.

39Ils peuvent, sous l’appellation de Comité régional d’expansion économique, avoir pour compétence géographique une Circonscription d’action régionale (CAR) de dimension interdépartementale. La perspective dominante est celle du rééquilibrage du territoire au profit de la province sous l’influence de Jean-François Gravier et de son Paris et le désert français47.

40Toutefois dès 1958, un processus de clarification et de concentration s’opère avec le rattachement des plans d’aménagement régional, élaborés jusque-là au sein du ministère de la Reconstruction et du Logement, auprès du Commissariat général au Plan (échelon interministériel), déjà en charge des programmes d’action régionale. Les premiers conseils interministériels à l’aménagement du territoire (CIAT) se réunissent la même année. À partir de 1963, le rôle du Commissariat général au plan en matière d’aménagement du territoire est encore renforcé avec le rattachement d’organismes nouveaux aux services du Premier ministre. En avril-mai 1962, un secrétariat d’État à l’Aménagement du territoire a été confié à Maurice Schumann, qui disparaît avec la démission de celui-ci. La DATAR est créée en février 1963, avec pour mission de coordonner les actions gouvernementales à partir des objectifs généraux définis par le Commissariat. En parallèle, est constitué le Fonds d’intervention pour l’aménagement du territoire (FIAT), qui dispose d’une dotation (environ 150 millions de francs pour 1963 et 1964) dont l’emploi est laissé à la discrétion des services de Matignon.

  • 48 Pompidou, d’une manière très révélatrice, parle d’une « centralisation sous l’autorité du Commissa (...)
  • 49 JORF, 15 février 1963, arrêté du 14 janvier portant « création au commissariat général du plan d’é (...)
  • 50 Parmi ceux-ci E. Claudius-Petit, Raymond Barre qui préside le groupe « Aménagement industriel » de (...)

41Les études concernant la politique d’aménagement du territoire sont placées sous l’autorité du Commissariat général au plan48, dont la Commission nationale pour l’aménagement du territoire (CNAT) assure le suivi49. La CNAT est composée d’une cinquantaine de membres, politiques, syndicalistes et fonctionnaires50.

  • 51 CAC, CNAT, 93 0278 (189), « Fiche technique : les institutions compétentes en matière d’aménagemen (...)

42Le ministère de la Construction (3e appellation) perd ses dernières attributions en matière d’aménagement. En revanche, le district la région de Paris, créée en 1959, animé depuis 1961 par Paul Delouvrier et chargé des problèmes d’équipement et d’aménagement de la région, est maintenu, provoquant des frictions avec la DATAR autour de questions budgétaires et de limites d’attributions et nécessitant régulièrement l’arbitrage du Premier ministre51.

  • 52 Grémion C., op. cit., p. 497.

43Enfin, des instances de consultation sont mises en place, tel le Comité national pour l’aménagement du territoire français (CONATEF), créé le 18 février 1963 auprès de la DATAR et présidé par Maurice Schumann ; ou encore en mars 1964, les CODER. Ces instances, de l’avis mêmes de leurs membres, semblent consultées pour la forme et servent plutôt à contrôler les plus remuants (J. Martray par exemple est membre du CONATEF), « pour, selon C. Grémion, prévenir tout nouveau débordement analogue aux excès bretons [sic]52 ». Ainsi, dans le cadre de la régionalisation du Ve plan,

  • 53 CAC, 93 0278 (187), « Poursuite du débat sur la régionalisation du Ve plan », séance du 16 juin 19 (...)

« […] M. Pflimlin estime que la procédure de régionalisation menée actuellement est très peu satisfaisante parce qu’elle n’est qu’un simulacre de consultation. En tant que président de la CODER Alsace, il vient de recevoir quatre volumineux rapports à examiner dans un délai trop court. Il souligne qu’aucun rôle n’a été donné aux Comités régionaux d’expansion économique. On assiste à une reconcentration de l’administration qui se consulte elle-même [sic] : les enveloppes sont adressées par Paris aux préfets de région qui, leur travail terminé, consulte la CODER53 ».

  • 54 Pasquier R., « La régionalisation française revisitée : fédéralisme, mouvement régional et élites (...)

44Les représentants de la CODER du Nord, de celle des Pays de Loire, ainsi que le président du CELIB, R. Pleven approuvent. Il ne s’agit désormais plus d’une « coproduction de la régionalisation à la française », telle que décrite par Romain Pasquier s’agissant de l’action de la IVe République, du Commissariat général au Plan et du CELIB en Bretagne54.

45Plus encore que les structures, c’est le groupe d’hommes qui les animent qui marque cette volonté du pouvoir central autour du Premier ministre de « reconcentrer » les questions d’aménagement du territoire entre leurs mains.

  • 55 Caron F. et Vaisse M., L’aménagement du territoire, 1958-1974, Fondation Charles de Gaulle, Associ (...)
  • 56 Roussel É., Georges Pompidou, 1911-1974, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2004 (1984), 686 p., p.  (...)

46Une des figures de ce groupe, Olivier Guichard, est d’abord directeur adjoint du cabinet du général de Gaulle (1958), puis chargé de mission auprès du Premier ministre Pompidou (1962-1967), premier délégué à la DATAR (1963-1967) et enfin ministre de l’Aménagement du territoire (1968-1969 ; 1972-1974). Il insiste dans ses témoignages sur le rôle essentiel de Pompidou : « C’est à ce moment-là [1963] que l’on a transformé ce ministère d’État [l’aménagement du territoire] en Délégation générale et que le général de Gaulle a bien voulu me la confier, sur l’insistance de Georges Pompidou qui avait déjà une idée assez précise de cette opération55. » Il précise que « Pompidou a eu beaucoup de mérite à imposer ses idées dans ce domaine où le général de Gaulle n’était pas, il faut bien le dire, très imaginatif56 ».

  • 57 Pitte J.-R., Philippe Lamour, 1903-1992. Père de l’aménagement du territoire en France, Paris, Fay (...)
  • 58 Lamour Ph., 60 millions de Français, Paris, éd. Buchet-Chastel, 1967, 308 p., p. 287-288.
  • 59 Cf. Dard O., Le rendez-vous manqué des relèves des années 30, Paris, PUF, 2002, 332 p.

47Philippe Lamour participe également à ce groupe, bien que n’appartenant pas au cercle des pompidoliens, lui qui a eu un parcours politique sinueux : membre du Faisceau de Georges Valois dans les années 1920, proche à la même époque du Parti autonomiste Breton, secrétaire général de la Confédération générale de l’agriculture après la guerre, etc.57. Il préside à partir de 1955 la Compagnie nationale d’aménagement de la région du Bas-Rhône et du Languedoc. Il a la particularité de ne pas s’embarrasser de périphrase : « L’aménagement du territoire est l’instrument d’une démocratie moderne […]. Une démocratie moderne doit être une démocratie virile. L’aménagement du territoire lui offre le champ d’action et la possibilité de son épanouissement58. » Les idées ont sans doute évolué, mais le vocabulaire demeure marqué par celui de l’entre-deux-guerres59. Il précise ailleurs :

  • 60 Lamour Ph., Le cadran solaire, Paris, Robert Laffont, 1980, 464 p., p. 385.

« La délégation est un commando de francs-tireurs qui s’introduit dans les positions administratives afin de troubler les rêveries digestives et les habitudes routinières. […] On élaborait des plans régionaux ; on définissait un programme de communications ; on contraignait l’industrie à s’installer où on voulait et non où elle voulait ; on parcourrait le pays ; on secouait les préfets ; on redressait l’épine dorsale des notables ; on prenait des décisions pendant 12 heures par jour60. »

  • 61 CAC, CNAT, 93 0278 (189), DATAR, « Problèmes actuels de l’aménagement du territoire », O. Guichard (...)

48Même reconstruit a posteriori, ce témoignage n’est-il pas la meilleure définition possible de la technocratie ? Nous sommes bien loin en tous cas des aspirations à l’autonomie des territoires et des individus. Olivier Guichard, lui-même, a des accents du type « relève des années 1930 » pour décrire ce groupe : « Cet État-major, je le dis en passant, n’est pas structuré comme un département ministériel : il est conçu comme un organisme de mission assez léger avec une équipe de jeunes techniciens61. »

  • 62 Il est ensuite président de la Commission de la CEE (1973-1977).

49Pour achever notre portrait de groupe signalons d’autres figures majeures : François-Xavier Ortoli, directeur de Cabinet de Pompidou (1962-1967), commissaire général au Plan (1966-1967), ministre de l’Équipement et du Logement (1967-1968), de l’Économie et des Finances (1968-1969), du Développement industriel et scientifique (1969-1972)62 ; René Montjoie, adjoint au directeur des Mines au ministère de l’Industrie (1957-1962), conseiller technique au cabinet du Premier ministre Pompidou (1962-1967), commissaire général au Plan (1967-1974) ; enfin, Jérôme Monod, membre du cabinet du Premier ministre Debré (1959-1962), adjoint au directeur de cabinet du ministre de l’Aménagement du territoire Schumann (1962), délégué adjoint à la DATAR (1966-1968), puis délégué (1968-1975).

  • 63 CAC, CNAT, 93 0278 (189), « Réunion des préfets au sujet de la réforme administrative, Exposé de P (...)
  • 64 Idem, p. 30-31.
  • 65 Idem, allocution de R. Frey, p. 3.

50Enfin, la réforme administrative de 1964 est un autre indice de la volonté de reconcentration en matière d’aménagement du territoire et de régionalisation. Cette réforme, entamée sous Michel Debré, prend forme et sens définitif sous Pompidou. Elle a entre autres pour objectif de faire passer les administrations décentralisées (sauf exceptions, telle l’Éducation nationale) sous la pleine autorité d’un préfet régional coordonnateur. Pierre Chaussade, préfet de Seine-Maritime et de la région de Haute-Normandie, évoque de manière suggestive « un renversement considérable de l’équilibre des pouvoirs63 ». Il ajoute : « L’essai de planification régionale que le gouvernement a confié aux conférences interdépartementales ne peut aboutir que si chaque préfet a une vue d’ensemble de tous les investissements de son département et a la possibilité de les coordonner64. » Le ministre de l’Intérieur, Roger Frey, se montre encore plus direct : « Les textes en préparation, M. le ministre d’État [de la réforme administrative, Louis Joxe] vous l’a exposé, va vous donner tous les pouvoirs nécessaires pour diriger, je vous dis bien diriger, l’Aménagement du territoire65. » L’idée alors n’est pas de décentraliser les pouvoirs à destination d’une entité nouvelle qui serait la région, mais de renforcer la prise de l’État sur les territoires à une échelle optimale, sa capacité de mobilisation des structures économiques du pays.

51La tendance d’ensemble d’une (re)prise en main de l’aménagement par le pouvoir central apparaît indéniable. Il s’agit de mettre celui-ci au service d’une politique précisément articulée.

Rationaliser et optimiser l’utilisation des ressources et des emplois

  • 66 CAC, CNAT, 93 0278 (186), Conférence de presse organisée par le CNAT, 6 octobre 1964, 5 p., p. 1.
  • 67 CAC, id., 93 0278 (187), François Lagrandé, commissariat général au Plan, séance du 20 mars 1967.

52L’aménagement du territoire est conçu comme partie intégrante de la politique économique, industrielle et de l’emploi. Parmi de multiples citations, celle d’un discours de Pierre Massé, commissaire général au Plan (1959-1966), s’avère la plus directe en la matière : « L’aménagement du territoire est une intervention volontaire destinée à mieux répartir les éléments et les fruits du développement économique entre l’ensemble des régions et l’ensemble de la population66. » Un autre représentant du commissariat précise : « La décentralisation n’est justifiée que dans la mesure où elle n’entrave pas l’efficacité de l’appareil économique et n’a pas de répercussions dommageables dans d’autres secteurs économiques. La décentralisation n’est pas une fin en soi et l’efficacité économique doit permettre le progrès social67. »

  • 68 CAC, id., 93 0278 (186), Roland Pré, id., séance du 17 mars 1966, p. 3.

53Rationalisation et productivité sont les maîtres mots de cette politique : « Dans l’Ouest, il faut créer des conditions de productivités optimales68. » Précisément, il s’agit de rationaliser et d’optimiser l’utilisation des ressources et des emplois :

  • 69 Idem, p. 10.

« Les principales actions à entreprendre pour l’Ouest : élaborer un plan sélectif ; définir les aires urbanisées où un effort de localisation peut être effectué ; faire une sélection des implantations les plus rationnelles en accord avec les professions ; donner aux opérations ainsi sélectionnées des aides d’autant plus massives et décisives qu’elles porteront sur des actions-clés ; associer les études et les recherches avec le rétablissement des chances et de la vérité des prix entre Paris et la province69. »

54L’approche apparaît toute technocratique et ne laisse aucune place aux aspirations locales.

  • 70 Idem, discours de Ph. Lamour pour l’installation de la CNAT, 26 mars 1963, p. 3.

55Surtout, elle est conçue par le pouvoir central en opposition à tout processus perçu comme centrifuge. L’intervention la plus nette en la matière est celle du président de la CNAT, Ph. Lamour, habitué aux discours tranchés : « L’aménagement du territoire n’est pas la juxtaposition et la somme des revendications régionales, mais au contraire, l’application dans chaque région d’une politique nationale70. » Une note du commissariat au Plan précise les craintes de ces hommes. Après avoir rappelé

  • 71 Idem, « Note sur un projet de Plan d’aménagement du territoire dans la perspective de la régionali (...)

« […] la thèse soutenue par la lettre du 14 octobre de M. le ministre de la Construction au sujet du IVe plan [qui affirme que] “plutôt que de fixer un taux (d’expansion) fondé sur des considérations de prudence économique, il faut définir d’abord concrètement les projets dont l’avenir commande impérativement l’avenir français et partant de là, fixer la mesure de l’effort à fournir”. Il est à craindre qu’un plan d’aménagement du territoire conçu dans cet esprit devienne entre les mains d’animateurs régionaux mus par des intentions excellentes, mais peu au fait des exigences de l’équilibre global, un puissant instrument de revendication politique et une source de désordre économique et financier71 ».

  • 72 Idem, p. 7.

56Ce texte prône ensuite la pleine l’inscription de l’aménagement du territoire dans le Plan de développement économique et social : « L’unité de conception doit, si elle est reconnue, entraîner quelques conséquences dans le domaine des structures, marquées aujourd’hui par des doubles emplois et par l’expression publique de tendances centrifuges, dans les services administratifs et les organismes de consultation72. »

  • 73 Cf. Veltz P., « Politiques industrielles et aménagement du territoire », in Mioche Ph. et alii (di (...)

57Pierre Veltz, spécialiste de géographie industrielle, évoque, s’agissant de ces politiques et de leurs effets, un « taylorisme territorial73 ». Il semble que l’expression soit particulièrement bien choisie ; et que par ailleurs, celle de déconcentration industrielle doive prévaloir sur décentralisation :

  • 74 CAC, CNAT, 93 0278 (187), F. Lagrandé, déjà cité, séance 20 mars 1967.

« Il n’y a pas d’alternative : fusion ou non. Il est en effet peu vraisemblable que les choses restent en l’état si on ne fait rien. La fusion entre entreprises parisiennes et provinciales impose une redistribution des activités ; il y a alors pour la province perte d’un centre de décision mais consolidation d’emplois74. »

  • 75 Phlipponneau M., Le modèle industriel Breton, 1950-2000, Rennes, PUR, 1993, 420 p., p. 18.

58Des études postérieures en matière de déconcentration industrielle permettent d’en donner un aperçu : « En 1968, sur 31 000 emplois industriels créés depuis 1954, 21 000 soit 67 % relèvent d’une création extérieure, essentiellement d’une décentralisation parisienne. Ces décentralisations parisiennes concernant en 1968, 77 établissements et 19 188 emplois75. » La même source précise que la Bretagne pour la période 1954-1993 ne se classe qu’au 6e rang des régions françaises avec 6 % seulement des emplois déconcentrés : dans les industries mécaniques (Citroën à Rennes), la confection, les industries liées au CNET de Lannion et l’agroalimentaire (avec notamment des investissements étrangers).

  • 76 Cf. Héry L. et Le Bot F., « La chaussure en France au XXe siècle : la fin d’une industrie ? Compar (...)

59Entre 1956 et 1970, par exemple, quinze usines s’implantent à Fougères (dans le textile, Imper Cyclone en 1957, SPLI en 1958 ; dans l’ameublement, SIMMONS en 1959, Prévost en 1963 ; dans l’électronique, SAGEM en 1969 ; etc.). Deux seulement ont leur siège sur place. Ces déconcentrations s’avèrent insuffisantes pour pallier les réductions d’emplois dans le secteur local de la chaussure ; certaines de ces usines perdent même des emplois et disparaissent avec la crise des années 197076.

  • 77 CAC, CNAT, 93 0278 (189), allocution de J. Monod, Caen, 28 octobre 1966, 7 p.

60À l’époque qui nous intéresse, l’une des préoccupations majeures en matière d’emploi s’avère le problème de la reconversion des agriculteurs quittant la terre en masse sous les effets de la modernisation agricole. Monod souligne : « D’abord, et plus que jamais, l’Ouest de la France et le Sud-ouest, sont l’exigence prioritaire de la décentralisation. De graves déséquilibres de l’emploi risquent encore de s’y produire, puisque la population active employée dans l’agriculture va encore diminuer de 350 000 travailleurs d’ici 197077. »

61La « taylorisation territoriale » trouve là ses fondements :

  • 78 CAC, Archives Pierre Massé, 93 0276 (1), lettre de Massé au ministre de l’Industrie Jean-Marcel Je (...)

« Aux yeux du commissariat général au Plan et des ministères représentés, il est apparu que, dans une perspective de développement, un des phénomènes les plus lourds de conséquences pour l’avenir français serait, en cas d’évolution spontanée de l’économie, la combinaison d’un important appel de main-d’œuvre par la région parisienne et d’excédents importants de population active en Bretagne et dans les départements limitrophes. Fixer au moins en partie ces excédents de population par une industrialisation légère serait en même temps défendre la région parisienne contre la congestion, et relever le niveau de vie de la Bretagne qui est, Corse mise à part, un des plus bas de France. Comme en outre, à une Bretagne en voie d’industrialisation, il faut une capitale régionale, les yeux se tournent naturellement vers Rennes. La promotion de Rennes au rang de métropole facilitera l’industrialisation des cités voisines […]. Ainsi le but à atteindre est-il à la fois la création d’une grande métropole à Rennes et une certaine dispersion industrielle (n’allant bien évidemment pas jusqu’au saupoudrage) dans les Côtes-du-Nord, le Finistère et le Morbihan. La création d’un centre de développement à Rennes […] aurait l’avantage de constituer une solide ligne d’arrêt sur la ligne Nantes-Rennes contre l’émigration bretonne vers Paris78. »

62Les aspirations individuelles, locales ou régionales ne sont décidément pas une priorité, contrairement à la construction européenne et à la politique agricole commune (PAC).

La perspective de libéralisation des marchés européens

63L’objectif d’une industrialisation de l’Ouest avec essentiellement des sites de fabrication, s’avère absorber la main-d’œuvre libérée par l’agriculture.

  • 79 Projet de schéma pour les travaux du groupe de travail no 3 pour la CNAT, Aménagement rural, p. 1.

« L’adhésion de la France à la Communauté européenne économique exige une transformation considérable des conditions de l’activité agricole dans l’ensemble du pays. […] Dans la zone de l’Ouest, le développement industriel et la formation professionnelle doivent permettre d’orienter une partie importante de la population rurale vers d’autres activités que l’agriculture et permettre une opération énergique de modifications des structures d’exploitation79. »

64Le Premier ministre met en exergue, avec le développement rationnel, cette perspective européenne lors de l’installation de la CNAT :

  • 80 CAC, CNAT, 93 0278 (186), allocution déjà citée, 26 mars 1963, p. 2.

« Il y a d’abord le fait que l’évolution, aussi bien industrielle qu’agricole du monde a placé ou risque de placer certaines régions de France dans un état momentané d’infériorité. Parce qu’il faut d’abord assurer si possible à toutes les régions un développement harmonieux et parallèle, notre première préoccupation est donc que vous vous penchiez sur les cas les plus intéressants, c’est-à-dire sur les régions qui, pour une raison ou pour une autre ont connu, connaissent ou risquent de connaître un retard. Je pense bien entendu aux régions traditionnellement évoquées à ce sujet, certaines régions de l’Ouest, du Sud-ouest et du Centre, mais je pense également à l’avenir des régions minières […].
[Mais] l’aménagement du territoire ne doit en rien devenir la levée de boucliers de la province contre Paris. Assurément, nous devons freiner, organiser, régulariser l’essor de la région parisienne de façon à éviter un déséquilibre trop frappant. Mais il est non moins vrai qu’il serait d’abord illusoire de prétendre faire reculer Paris – dans les perspectives européennes, ce serait d’ailleurs dangereux –, le poids de la région parisienne, comme le disait le Délégué général du district, étant capital pour permettre à l’Europe des six, à la France de l’Ouest, de ne pas être à l’écart des courants économiques modernes80. »

65Ainsi, l’Europe, du moins telle qu’elle est perçue et présentée, change la donne en matière de conception de l’aménagement du territoire. Il ne s’agit plus, comme sous la IVe République, et en partie encore jusqu’en 1962, de remédier fondamentalement aux déséquilibres de l’espace dans toutes ses composantes, avec la participation des « forces vives » de la nation, mais d’inscrire le pays dans une concurrence territoriale à l’échelle européenne et bientôt mondiale, sous la férule de l’élite politico-administrative pompidolienne. Dans ce cadre, « Paris grande métropole européenne », soutenue par une armature de « métropoles d’équilibres » (dont Rennes) et de villes nouvelles, devient une priorité, tandis que le « désert français », les petites villes et l’espace rural, dont l’essentiel de la Bretagne, passe au second plan en tant qu’espace à organiser, à rationaliser, plus qu’à fertiliser ou à enrichir. Il s’agit là d’une véritable révolution copernicienne de l’aménagement du territoire.

66Les objectifs fixés par Pompidou se retrouvent traduits dans la prose technocratique de la CNAT :

  • 81 Idem, « Objectif et méthode de travail du CNAT », 26 mars 1963, 4 p.

« Les perspectives de l’aménagement du territoire doivent être envisagées, dans le temps, à long terme, et, dans l’espace, en fonction de la Communauté Européenne économique. […] Il est nécessaire d’envisager, avant tout, dans le cadre européen, les grandes zones présentant, en raison des conditions naturelles et de l’évolution économique, des éléments assez comparables pour justifier une politique et des méthodes d’intervention qui leur soient propres. On peut, par exemple, regrouper les grandes régions en trois zones présentant des conditions et des orientations différentes : zone déjà développée mais à moderniser et réorienter pour lui permettre la compétition européenne (Nord-Est-Région parisienne) ; zone périphérique à développer pour remédier à des déséquilibres internes et combler le retard à l’égard des régions européennes plus évoluées (Ouest, Sud-ouest, Massif Central) ; zone en voie de développement spontané [sic], à encadrer et ordonner pour assurer l’équipement rationnel et l’exploitation efficace d’une activité industrielle nouvelle, d’une agriculture intensive et de l’aménagement touristique du littoral (Lyon, Rhône-Alpes ; Provence ; Languedoc)81. »

  • 82 Idem, p. 3.

67La construction européenne s’avère finalement utile pour dénoncer des attentes et des demandes jugées centrifuges : « Si l’émulation entre les régions peut être utilement encouragée, il faut éviter d’accentuer un particularisme local à vue courte, qui constitue un frein pour la nécessaire adaptation du pays à sa fonction européenne82. »

*

68Le mai 1968 breton s’inscrit dans plusieurs temporalités : celle des Trente Glorieuses et de la revendication d’une croissance économique à partager ; celle de l’époque Pompidou (1962-1974), du Marché commun, de la mise en place de la PAC et de la modernisation industrielle de la France ; celle d’un « moment 1968 » (1967-1969), au cours duquel se mêle des revendications propres à la Bretagne sur le siècle et des aspirations nouvelles de liberté, d’autonomie et de responsabilisation individuelle, collective, régionale.

  • 83 Denord F., Néo-libéralisme version française. Histoire d’une idéologie politique, Paris, Demopolis (...)

69La question de l’aménagement du territoire et de la répartition des industries participe de ces trois temporalités. Nous n’avons peut-être pas pris jusqu’à présent toute la mesure de la différence de projets, sous l’expression intégratrice d’élites modernisatrices, entre les grands commis de la IVe République, issus pour partie du creuset de la Résistance et animés d’une volonté égalitaire et de péréquation des ressources nationales, et ceux impliqués dans l’expérience Pompidou et influencés par le néolibéralisme, soit l’État interventionniste dans la perspective de la promotion d’une économie libérale83. Paris et le désert français, puis Paris et l’armature urbaine française et européenne relèvent bien de deux projets de sociétés différents.

70Le 24 mars 1968, de Gaulle déclare à Lyon :

  • 84 Gaulle Ch. de, Discours et message, Paris, Plon, 1970, t. 5, p. 271.

« L’effort multiséculaire de centralisation, qui lui fut longtemps nécessaire pour réaliser et maintenir son unité malgré les divergences des provinces qui lui étaient successivement rattachées, ne s’impose plus désormais. Au contraire, ce sont les activités régionales qui apparaissent comme les ressorts de sa puissance économique de demain84. »

  • 85 Ibid., p. 378.
  • 86 Cf. Duran P., « Les élites face à la régionalisation », in Berstein S., Birnbaum P. et Rioux J.-P. (...)
  • 87 JORF, 9 juillet 1972, loi du 5 juillet 1972 portant création et organisation des régions.

71Pouvons-nous dire qu’à travers son référendum d’avril 1969 le chef de l’État se fait le porteur de certaines valeurs de mai 1968, à travers une plus grande participation, responsabilisation et implication des citoyens dans l’université, dans l’entreprise, dans la politique régionale ? Le 2 février 1969 à Quimper, de Gaulle, dans une longue déclaration d’amour à la Bretagne, au cours de laquelle il prononce même quelques vers en breton, insiste sur la participation au niveau régional, précisant : « Si, dans la mutation que notre temps requiert de toute la France, celle de la Bretagne porte une marque bretonne, il n’y a là que l’application de ce qui doit être, désormais, un principe de notre développement85. » Le référendum, outre qu’il cristallise contre lui tous les mécontentements à la personne de de Gaulle, qu’il heurte les positions de pouvoir acquises par les élus86, s’avère en contradiction avec le projet pompidolien. C’est sans doute un autre défaut de perception que de confondre tous les projets et toutes les politiques gaullistes, tous les gaullistes, dans un même et unanime gaullisme derrière une statue immobile de « mon général ». Au référendum repoussé de 1969, répond la loi signée par Pompidou en 1972 sur la région, établissement public encadré par un préfet87. Plutôt que d’une décentralisation, il s’agit, à travers un renouvellement des modalités de dialogue entre élus locaux et pouvoir central, de renforcer la prise de ce dernier sur l’économie des territoires.

72En Bretagne, l’emsav et les élus du CELIB ne sont pas restés inactifs face à ces évolutions. Leur mobilisation en mai 1968 leur a permis d’obtenir un second plan breton adopté en conseil des ministres le 9 octobre 1968. Celui-ci inclut notamment le plan routier breton, une automatisation du réseau téléphonique, la construction d’une raffinerie et d’un port pétrolier dans la région brestoise, l’aménagement du port en eau profonde de Roscoff et la décentralisation de plusieurs écoles d’ingénieurs.

  • 88 Cf. Kernalegenn T., Drapeaux rouges et Gwenn ha du. L’extrême gauche en Bretagne dans les années 7 (...)
  • 89 Tel Raymond Marcellin président du conseil régional de Bretagne (1978-1986) et Yvon Bourges (1986- (...)

73Pourtant, l’année suivante, ces mêmes acteurs locaux se révèlent très divisés face au référendum, Pleven et une grande partie de l’emsav appelant à voter non, contrairement à Martray qui décide de l’approuver. Une partie importante du mouvement breton entre alors dans une opposition frontale au pouvoir gaulliste, en adoptant des discours revendicatifs proches de ceux des mouvements gauchistes, voire en accentuant l’action violente88. Le CELIB tente de se rénover et d’entrer dans une démarche de contrat programmatique avec la DATAR, mais cette volonté se heurte rapidement à la création de Ouest Atlantique, en octobre 1970 présidé par Delouvrier, à la mise en place de la réforme régionale de 1972 et à la crise du CELIB causée par le départ de Pleven et des forces de gauche à la fin de l’année 1972. Le modèle célibien qui avait émergé dans les années 1950 a vécu. L’action des élus locaux bretons s’attache désormais plus volontiers à l’influence personnelle de grands barons locaux du gaullisme89, ou à la construction d’un projet alternatif à gauche autour de M. Phlipponneau (ancien président de la commission d’expansion régionale du CELIB) et du Bureau régional d’étude et d’information socialiste (BREIS). Les travaux de Phlipponneau et du BREIS inspirent alors une troisième face de l’économie des territoires depuis 1945 : la réforme de la décentralisation de 1982.

Notes

1 Le 6 novembre 1967, les syndicats (CGT, CGT-FO, CFDT, Fédération régionale des syndicats d’exploitants agricoles de l’Ouest, Centre régional des jeunes agriculteurs, UNEF et FEN) se retrouvent à l’échelon régional et s’entendent sur un « programme d’action des organisations syndicales et ouvrières de l’Ouest ». Seuls la CGT-FO, la FEN et l’UNEF refusent de le signer. Cf. Sainclivier J., La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, Ouest-France, 1989, 500 p.

2 Selon la formule de Georges Pierret l’un des acteurs du mouvement breton, alors secrétaire général du CELIB. Cf. Pierret G., Mai Breton, Rennes, Euregio, 1978, 144 p.

3 Le Nouvel Observateur, 24 avril 1968, cité in Pierret G., Mai Breton, op. cit., p. 11.

4 Voi Guiomar J.-Y., Le bretonisme. Les historiens bretons au XIXe siècle, Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1987, 444 p.

5 Vallée F., Les petites industries rurales en Bretagne, Lorient, Éd. du Pays breton, 1910 ; Choleau J., L’expansion bretonne au XXe siècle, Paris, Champion, 1922, 234 pages.

6 Sur le mouvement fédéraliste breton, cf. Monnier J.-J., « La gauche fédéraliste bretonne entre les deux guerres », Dalc’homp Soñj, no 19, 1987, p. 28-32 et Le Coedic D., « Le visage et les masques du fédéralisme breton », Dalc’homp Soñj, no 24, 1988, p. 25-36.

7 Duhamel M., La question bretonne dans son cadre européen, Quimper, Nature et Bretagne, 1978, 164 pages (rééd. Paris, André Delpeuch, 1929), p. 107.

8 Cf. Le Bot F., La fabrique réactionnaire. Antisémitisme, spoliations et corporatisme dans le cuir, 1930-1950, Paris, Presses de Sciences Po, 2007, 376 p., et « La “Famille” du cuir contre Bata. Malthusianisme, protectionnisme, xénophobie et antisémitisme dans le monde de la chaussure en France, 1930-1950 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 52-4, octobre-décembre 2005, p. 131-151.

9 Grillet, inspecteur du travail, est à l’initiative lors de la première Foire-Exposition de la Bretagne et de la région Ouest à Rennes en 1922, d’un Congrès économique de la production régionale et de la création d’une société qui compte dans ses rangs le président de la chambre de commerce de Rennes, ainsi que Jean Choleau. Cf. Choleau J., Questions bretonnes des temps présents, Unvaniez Arvor, 1942, 2 vol. , 240 et 292 p.

10 Bougeard C. (dir.), Bretagne et identités régionales pendant la seconde guerre mondiale, Brest, CRBC-UBO, 2002, 410 p., et Hamon K., Les nationalistes bretons sous l’occupation, Le Relecq-Kerhuon, éd. An Here, 2001, 272 p.

11 Capdevilla L. « Le mouvement breton face à l’Épuration », in Bougeard Ch. (dir.), Bretagne et identités régionales, op. cit., p. 337-351.

12 Nicolas M., « Emsav, politique et thématique du mouvement breton », thèse de doctorat en sciences politiques, université Rennes 2, 1980.

13 Denis M., « La génération des années 1960 et l’émancipation bretonne. Essai d’histoire impertinente », Musée et combats culturels en Bretagne au temps de Yann-Cheun Veillard, Rennes, Apogée, 2001, 206 p., p. 13-27.

14 Henry L., Le retour du mouvement breton après 1945 à travers le journal l’Avenir de la Bretagne, Fouesnant, Yoran Embanner, 2003, 162 p.

15 « Pourquoi et comment ? », Les cahiers du MOB, supplément au no 5 de L’Avenir de la Bretagne, 1958.

16 Ibid.

17 Ibid.

18 Les cahiers du MOB, no 2, « Cent et une questions et réponses sur le MOB, ses buts, sa position », supplément au journal L’Avenir de la Bretagne, no 35.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Breiz, no 51, octobre-novembre 1961, cité par Nicolas M., op. cit.

22 Ar Soner, no 51, juin-juillet 1961.

23 Nicolas M., op. cit., p. 380.

24 Pleven R., L’avenir de la Bretagne, Paris, Calmann-Lévy, 1961, 258 p.

25 Bougeard C., « Mai 1968 dans les Côtes-du-Nord », in Lagrée M. et Sainclivier J. (dir.), L’ouest et le politique, Rennes, PUR, 1996, 276 p. ; Porhel V., Ouvriers bretons, conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les années 68, Rennes, PUR, 2008, 326 p.

26 Denis M., op. cit., p. 19.

27 Bougeard C., René Pleven. Un Français libre en politique, Rennes, PUR, 1994, 474 p.

28 Journal officiel de la République française (JORF), 12 décembre 1954.

29 Pour de plus amples développements, cf. Marzin F., Le Comité d’études et de liaison des intérêts bretons, 1950-1972, thèse d’histoire en cours de rédaction, université Rennes 2.

30 CELIB, Rapport d’ensemble sur un plan d’aménagement de modernisation et d’équipement de la Bretagne (1954-1958), La Baule, novembre 1953.

31 Arrêté interministériel du 13 juillet 1956, JORF, 14 juillet 1956.

32 Philipponneau M., Inventaire des possibilités d’implantation industrielles en Bretagne, Rennes, CELIN, 1956.

33 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (ADIV), fonds privé du CELIB, non coté, lettre de G. Pierret à R. Pleven, 21 décembre 1967.

34 Fond privé du CELIB, archives de l’auteur, CR du comité directeur du 7 octobre 1967.

35 ADIV, fonds privé du CELIB, non coté, PV du comité directeur du CELIB du 5 février 1968.

36 Le CABRO est créé à l’initiative de Georges Lombard (maire de Brest, membre du Centre national des indépendants – CNI), Alexis Gourvennec (syndicaliste agricole) et Jean Guyomarch (président de la chambre de commerce et d’industrie de Morlaix). Archives départementales du Finistère (ADF), 141W35, dossier du préfet sur le CABRO.

37 Fonds privé du CELIB, archives déjà citées.

38 Fonds privé du CELIB, archives déjà citées.

39 La délégation conduite par Pleven est composée de Hyacinthe Belbéoc’h, Henri Ducassou, G. Lombard, Paul Ihuel, Jean Rohou, Gabriel de Poulpiquet, J. Martray et G. Pierret. Fonds privé du CELIB, archives déjà citées.

40 Voir Caro P., Dard O. et Daumas J.-C., La politique d’aménagement du territoire : racines, logiques et résultats, Rennes, PUR, 2002, 364 p.

41 Cf. Centres des archives contemporaines (CAC), Archives de la Commission nationale pour l’Aménagement du territoire (CNAT), 93 0278 (186), « Note brève sur l’activité des organismes intervenant en matière d’aménagement du territoire », 1963, 4 p. ; Grémion C., « Le général De Gaulle, la régionalisation et l’aménagement du territoire », in Institut Charles de Gaulle, De Gaulle en son siècle, t. 3, Paris, La Documentation française/Plon, 1992, 564 p., p. 483-502.

42 Pouvreau B., Un politique en architecture : Eugène Claudius-Petit (1907-1989), Paris, Le Moniteur, 2004, 358 p. ; id., « La politique d’aménagement du territoire d’Eugène Claudius-Petit », Vingtième siècle, no 79, juillet-septembre 2003, p. 43-52.

43 Cf. Dard O., « La construction progressive d’un discours et d’un milieu aménageur des années trente au début des années 50 », in Caro P. et alii, op. cit., p. 65-77.

44 JORF, 27 janvier 1960, arrêté du 4 janvier 1960, « Attributions de la direction de l’expansion industrielle », art. 2.

45 JORF, 12 décembre 1954, décret du 11 décembre 1954, « Institution de comités d’expansion économique et de commissions régionales de coordination » ; puis, JORF, 21 janvier 1961, circulaire du 20 janvier 1961 « relative au statut des comités régionaux d’expansion économique ».

46 JORF, 2 juillet 1955, décret du 30 juin 1955 « relatif à l’établissement de programme d’action régionale ».

47 Gravier J.-F., Paris et le désert français, Paris, Le Portulan, 1947, 414 pages.

48 Pompidou, d’une manière très révélatrice, parle d’une « centralisation sous l’autorité du Commissariat général au plan de toutes les études concernant l’Aménagement du territoire […] », CAC, CNAT, 93 0278 (186), Allocution pour l’installation de la CNAT, 26 mars 1963, 3 p.

49 JORF, 15 février 1963, arrêté du 14 janvier portant « création au commissariat général du plan d’équipement et de la productivité d’une commission nationale de l’aménagement du territoire ».

50 Parmi ceux-ci E. Claudius-Petit, Raymond Barre qui préside le groupe « Aménagement industriel » de la CNAT, J.-F. Gravier, P. Pflimlin président du Comité d’études et d’action pour l’économie alsacienne, R. Pleven président du CELIB (1951-1972), etc.

51 CAC, CNAT, 93 0278 (189), « Fiche technique : les institutions compétentes en matière d’aménagement du territoire », 19 décembre 1964, 9 p., p. 9.

52 Grémion C., op. cit., p. 497.

53 CAC, 93 0278 (187), « Poursuite du débat sur la régionalisation du Ve plan », séance du 16 juin 1966, 9 p.

54 Pasquier R., « La régionalisation française revisitée : fédéralisme, mouvement régional et élites modernisatrices (1950-1964) », Revue française de science politique, vol. 53, no 1, février 2003, p. 109.

55 Caron F. et Vaisse M., L’aménagement du territoire, 1958-1974, Fondation Charles de Gaulle, Association Georges Pompidou, L’Harmattan, 1999, p. 43.

56 Roussel É., Georges Pompidou, 1911-1974, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2004 (1984), 686 p., p. 153.

57 Pitte J.-R., Philippe Lamour, 1903-1992. Père de l’aménagement du territoire en France, Paris, Fayard, 2002, 369 p.

58 Lamour Ph., 60 millions de Français, Paris, éd. Buchet-Chastel, 1967, 308 p., p. 287-288.

59 Cf. Dard O., Le rendez-vous manqué des relèves des années 30, Paris, PUF, 2002, 332 p.

60 Lamour Ph., Le cadran solaire, Paris, Robert Laffont, 1980, 464 p., p. 385.

61 CAC, CNAT, 93 0278 (189), DATAR, « Problèmes actuels de l’aménagement du territoire », O. Guichard, conférence prononcée à l’IEP de l’université de Paris, 11 mars 1964, 22 p.

62 Il est ensuite président de la Commission de la CEE (1973-1977).

63 CAC, CNAT, 93 0278 (189), « Réunion des préfets au sujet de la réforme administrative, Exposé de P. Chaussade », 4 décembre 1963, p. 5.

64 Idem, p. 30-31.

65 Idem, allocution de R. Frey, p. 3.

66 CAC, CNAT, 93 0278 (186), Conférence de presse organisée par le CNAT, 6 octobre 1964, 5 p., p. 1.

67 CAC, id., 93 0278 (187), François Lagrandé, commissariat général au Plan, séance du 20 mars 1967.

68 CAC, id., 93 0278 (186), Roland Pré, id., séance du 17 mars 1966, p. 3.

69 Idem, p. 10.

70 Idem, discours de Ph. Lamour pour l’installation de la CNAT, 26 mars 1963, p. 3.

71 Idem, « Note sur un projet de Plan d’aménagement du territoire dans la perspective de la régionalisation du Ve plan (1966-1970) », sans date, anonyme, 7 p., p. 5.

72 Idem, p. 7.

73 Cf. Veltz P., « Politiques industrielles et aménagement du territoire », in Mioche Ph. et alii (dir.), Politiques industrielles d’hier et d’aujourd’hui en France et en Europe, à paraître.

74 CAC, CNAT, 93 0278 (187), F. Lagrandé, déjà cité, séance 20 mars 1967.

75 Phlipponneau M., Le modèle industriel Breton, 1950-2000, Rennes, PUR, 1993, 420 p., p. 18.

76 Cf. Héry L. et Le Bot F., « La chaussure en France au XXe siècle : la fin d’une industrie ? Comparaison du SPL fougerais et de l’entreprise Noël à Vitré, face aux crises des années 1930 et des années 1970-1980 », in Lamard P. et Stoskopf N., Une décennie de désindustrialisation (1974-1984) ?, 1res journées d’histoire industrielle, Mulhouse/Belfort, 11 et 12 octobre 2007, Paris, Éd. A. et J. Picard, 2009, p. 217-234.

77 CAC, CNAT, 93 0278 (189), allocution de J. Monod, Caen, 28 octobre 1966, 7 p.

78 CAC, Archives Pierre Massé, 93 0276 (1), lettre de Massé au ministre de l’Industrie Jean-Marcel Jeanneney, notée « confidentiel », 24 février 1960, 6 p.

79 Projet de schéma pour les travaux du groupe de travail no 3 pour la CNAT, Aménagement rural, p. 1.

80 CAC, CNAT, 93 0278 (186), allocution déjà citée, 26 mars 1963, p. 2.

81 Idem, « Objectif et méthode de travail du CNAT », 26 mars 1963, 4 p.

82 Idem, p. 3.

83 Denord F., Néo-libéralisme version française. Histoire d’une idéologie politique, Paris, Demopolis, 2007, 380 p., p. 269-272.

84 Gaulle Ch. de, Discours et message, Paris, Plon, 1970, t. 5, p. 271.

85 Ibid., p. 378.

86 Cf. Duran P., « Les élites face à la régionalisation », in Berstein S., Birnbaum P. et Rioux J.-P. (dir.), De Gaulle et les élites, Paris, La Découverte, 2008, 346 p., p. 170-197, et Grémion P., Modernisation et progressisme. Fin d’une époque, 1968-1981, Esprit, 2005, 260 p., p. 16.

87 JORF, 9 juillet 1972, loi du 5 juillet 1972 portant création et organisation des régions.

88 Cf. Kernalegenn T., Drapeaux rouges et Gwenn ha du. L’extrême gauche en Bretagne dans les années 70, Rennes, Apogée, 2005, 224 p.

89 Tel Raymond Marcellin président du conseil régional de Bretagne (1978-1986) et Yvon Bourges (1986-1998).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search