Version classiqueVersion mobile

1968, entre libération et libéralisation

 | 
Michel Margairaz
, 
Danielle Tartakowsky

Quatrième partie. L'action sociopolitique et ses nouveaux espaces

Entre libéralisation et libération : les réformes économiques des années 1960 en Tchécoslovaquie

Michel Christian

Texte intégral

1Le « Printemps » de Prague n’est pas un processus aussi naturel que ne le laisse penser son appellation. Il s’agit au contraire d’un processus complexe et chargé de contradictions. Issu de la direction du Parti communiste de Tchécoslovaquie (PCT) lui-même, il commence dès les années 1960 avec la mise en œuvre de réformes économiques et avec une réhabilitation politique limitée. Il connaît une accélération avec l’accession d’Alexandre Dubček à la direction du PCT en janvier 1968. La « politique d’après janvier », comme l’appellent ses contemporains, constitue un approfondissement du processus de réformes économiques déjà mis en œuvre par le prédécesseur de Dubček, Novotný, mais aussi une extension à des domaines nouveaux, juridiques, politiques et sociaux, qui favorisent une libéralisation du régime, dans un sens aussi bien économique que politique. Issu de l’intérieur du parti, ce mouvement de réformes rencontre également un écho incontestable chez un certain nombre d’acteurs (intellectuels, dirigeants de l’appareil économique et politique, militants politiques et syndicaux) qui voient dans ces réformes des possibilités inédites de libération, individuelle et collective : libération de la censure, du discours unique ou de la tutelle bureaucratique.

2Quelles relations ces divers acteurs ont-ils entretenu ? Peut-on observer dans le contexte d’un régime socialiste une concomitance entre libéralisation et libération dans des termes identiques à ceux qu’on observe en Europe occidentale ? Pour apporter une réponse à cette question, on privilégiera ici le domaine économique, dans la mesure où la recherche historique a jusqu’ici donné la priorité aux acteurs et aux processus politiques aux dépens de l’économie, moins étudiée, car objet de moins de passions. Pourtant, dans un régime socialiste fondé sur la « propriété collective des moyens de production », la question des formes d’autonomie, de participation et d’intéressement économiques est tout aussi fondamentale que celle de la liberté d’expression ou de réunion. Pour mettre en lumière les relations entre libéralisation et libération, on retiendra trois domaines donnant à chaque fois une perspective différente sur les réformes économiques : la remise en question de l’égalitarisme salarial, l’autonomie des entreprises et la création des conseils d’entreprise ou « conseils des travailleurs », censés apporter à l’entreprise socialiste une dimension autogestionnaire.

La remise en question de l’égalitarisme salarial

  • 1 En montrant notamment la neutralisation partielle du salaire comme facteur de stratification socia (...)
  • 2 Kaplan K., Sociální souvislosti krizí komunistického režimu v letech 1953-1957 a 1968-1975 (Compar (...)
  • 3 Il s’agit du groupe de recherche organisé autour de Peter Heumos au Collegium Carolinum à Munich, (...)

3La question des salaires et de l’égalitarisme salarial reste aujourd’hui la mieux connue. Elle a fait dès les années 1970 l’objet d’études souvent menées par d’anciens acteurs du mouvement réformateur de 1968 en exil, qui s’appuyaient dans leurs travaux sur les sources publiques à leur disposition afin de décrire la politique salariale du régime entre 1948 et 1970. Ils se sont intéressés ce faisant aux effets macrosociaux de ces politiques1, mais aussi à leurs effets stabilisateurs en période de crise politique2. Depuis l’ouverture des archives du régime, un courant d’histoire sociale du monde ouvrier s’est développé, en Allemagne davantage qu’en République tchèque ou en Slovaquie, qui intègre la question des salaires dans la problématique plus large des conditions de vie et de travail des ouvriers sous le socialisme3.

  • 4 Heumos P., « “Wenn Sie sieben Turbinen schaffen, kommt die Musik” Sozialistische Arbeitsinitiative (...)
  • 5 Heumos P., « Aspekte des sozialen Milieus der Industriearbeiterschaft in der Tschechoslowakei vom (...)

4Dans la Tchécoslovaquie restaurée de l’immédiat après-guerre, un nouveau système salarial contrôlé par la loi se met en place sur une base étonnamment égalitaire, en rupture avec la situation d’avant 1938. Cet égalitarisme est soutenu notamment par le mouvement des conseils ouvriers apparu en 1945, mouvement qui s’inscrit dans une tradition anarchisante et coopérative tchèque (plus que slovaque) remontant à la fin du XIXe siècle4. L’égalitarisme salarial rencontre dans les années d’après-guerre un large écho dans la population, bien qu’il ne soit pas soutenu par les partis de gouvernement qui gèrent ensemble le nouvel État. Parmi eux, le PCT est divisé entre une direction qui s’abstient de tout soutien à l’égalitarisme salarial et une base beaucoup plus divisée. Avec la suppression des conseils ouvriers dès 1947, l’aspiration à l’égalité salariale se reporte de manière diffuse sur l’organisation syndicale unique, qui se divise elle aussi entre une direction officiellement défavorable à l’égalitarisme salarial et une base beaucoup plus perméable aux revendications locales5.

  • 6 Cette vision est largement influencée par un horizon limité à la chronologie politique, rythmée pa (...)
  • 7 Heumos P., « Stalinismus in der Tschechoslowakei. Forschungslage und sozialgeschichtliche Anmerkun (...)
  • 8 Heumos P., « Aspekte des sozialen Milieus der Industriearbeiterschaft », art. cit.
  • 9 Heumos P., « Zum industriellen Konflikt in der Tschechoslowakei 1945-1968 », in Hübner P., Klessma (...)

5Après la prise du pouvoir par le PCT en février 1948, les dirigeants communistes commencent à appliquer systématiquement le modèle soviétique, avec notamment l’adoption d’un plan quinquennal (1948-1953) et des méthodes de production dites stakhanovistes destinées à augmenter la productivité industrielle. L’historiographie totalitariste a donné de la société des années 1950 l’image d’une société brisée et mise au pas par le pouvoir politique6. En fait, les travaux réalisés sur le milieu ouvrier montrent que le régime a rapidement renoncé à certaines de ses prétentions les plus fondamentales7. En effet, les méthodes stakhanovistes, qui consistaient à distinguer les « ouvriers de choc » particulièrement méritants, se sont heurtées à une hostilité générale dans le milieu ouvrier. Elles furent tantôt contournées, par exemple par la redistribution à part égale des primes individuelles, tantôt refusées, avec la mise à l’écart, voire l’intimidation collective des ouvriers qui acceptaient le statut d’ouvriers de choc8. La période 1947-1953 est par ailleurs la plus riche en grève de l’histoire de la Tchécoslovaquie socialiste, notamment dans le secteur des machines-outils et dans celui des mines, où le courant anarchiste était implanté dès l’entre-deux-guerres. Ces grèves ont presque toujours pour point de départ des revendications sur les salaires ou sur les « normes » (à partir desquelles les salaires étaient calculés). La revendication salariale est d’ailleurs d’autant plus propice à la grève qu’elle se fait sur une base égalitaire, susceptible de rallier l’ensemble du personnel d’une entreprise9.

  • 10 Hejzlar Z., Reformkommunismus. Zur Geschichte der Kommunistischen Partei der Tschechoslowakei, Col (...)
  • 11 Les membres d’une délégation est-allemande en visite en Tchécoslovaquie se voit par exemple poser (...)
  • 12 Machonin P., op. cit., p. 590 et p. 594.

6Dans les années 1950, le régime communiste doit finalement s’accommoder de ce nivellement salarial aussi bien dans le milieu ouvrier qu’entre les ouvriers et les autres professions traditionnellement mieux payées, notamment les intellectuels et les cadres. Un cadre ne gagnait en 1965 en moyenne que 27 % de plus que le salaire moyen. Il fallait qu’un chercheur attende l’âge de quarante ans, un médecin celui de 50 ans, pour recevoir un salaire équivalent au salaire moyen d’un ouvrier dans le secteur des machines-outils10. C’est là une spécificité tchécoslovaque que soulignent notamment les visiteurs étrangers des autres pays du bloc soviétique11. Ce nivellement des salaires est mis en évidence par des travaux sociologiques réalisés au début des années 1960, lorsque la sociologie obtient à nouveau droit de cité. Le sociologue Pavel Machonin affirme ainsi que la notion de « classe » n’est plus pertinente dans une société « socialiste » comme la société tchécoslovaque, notamment parce que le facteur de différenciation financier y a quasi disparu. Il essaie plutôt d’introduire dans la sociologie marxiste de l’époque l’idée de stratification sociale, dans laquelle l’éducation et le « style de vie » (habitat, loisirs, culture) jouent un rôle plus important que les revenus12.

  • 13 Ibid., p. 592-593.
  • 14 Heumos P., « “Wenn Sie sieben Turbinen schaffen” », op. cit., p. 175.
  • 15 Ibid.

7Mais comme le montre Machonin, si le nivellement des salaires conduit à neutraliser le facteur financier comme élément de différenciation sociale, il n’en dissimule pas moins un certain nombre de clivages profonds. Il y a tout d’abord des clivages entre ouvriers et professions non manuelles, parmi lesquelles on retrouve les professions intellectuelles qui sont souvent en position dirigeante, mais aussi des professions présentes dans le domaine des services, comme les infirmières ou le personnel administratif. Mais il y a aussi un clivage entre la population active intégrée et la population, active ou non, laissée à l’écart dans une situation de grande pauvreté : il s’agit notamment des paysans en coopérative, des petits commerçants et artisans, des retraités et des ouvriers peu ou pas formés qui n’ont pas réussi à trouver une place dans une grande entreprise d’État13. Enfin, il y a de profonds clivages dans le milieu ouvrier lui-même, entre les ouvriers qualifiés, dépositaires de la tradition de savoir-faire et forts de la légitimité que le régime leur accorde en principe, et les ouvriers spécialisés, relégués dans les tâches secondaires ou astreint au travail de nuit que les ouvriers qualifiés étaient en mesure de refuser14. Dans ce cas, le nivellement salarial a contribué à adoucir ce clivage tout en permettant aux ouvriers qualifiés de conserver leurs privilèges15.

  • 16 Hezlar Z., Reformkommunimus, op. cit., p. 99.

8Sans lutte éclatante, le nivellement salarial a donc été imposé de manière diffuse par le monde ouvrier au régime communiste. Celui-ci ne reconnaît que tacitement cet état de fait, tout en l’utilisant comme facteur de stabilisation sociale. Le programme des réformateurs va remettre en question cet équilibre de deux manières, qui l’une et l’autre reviennent à ôter à la « classe ouvrière » la place centrale que le régime lui avait accordée. Tout d’abord, la politique salariale fait l’objet d’une révision profonde : dès le début des réformes économique sous Novotný, les « tendances petites-bourgeoises à l’égalitarisme » sont stigmatisées. Le principe d’une différenciation salariale en fonction du niveau de responsabilité et de compétence est réintroduit16. On constate ici que c’est le groupe social moteur du mouvement réformateur – celui des professions intellectuelles – qui tente d’imposer une nouvelle hiérarchisation sociale, dans laquelle le facteur financier retrouve son influence. Toutefois, cette révision de la politique salariale englobe aussi une revalorisation des plus bas salaires, qui profite aux exclus (ouvriers non intégrés ou retraités) et à tous ceux qui ne travaillent pas dans l’industrie (paysans en coopératives et professions tertiaires).

  • 17 Ibid.
  • 18 Hübner P., Konsens, Konflikt und Kompromiss: soziale Arbeiterinteressen und Sozialpolitik in der S (...)
  • 19 Kalinová L., « Die Position der tschechischen Arbeiterschaft und der Gewerkschaften zur ökonomisch (...)
  • 20 Myant M., The Czechoslovak Economy 1948-1988. The Battle for Economic Reform, Cambridge, Cambridge (...)
  • 21 Kalinová L., « Die Position der tschechischen Arbeiterklasse », art. cit., p. 367.
  • 22 Heumos P., « Industriearbeiterschaft in der Tschechoslowakei », art. cit., point 6.

9La centralité des ouvriers de la grande industrie est en outre remise en question par l’introduction de l’« intéressement matériel », qui revient à rompre avec la pratique de l’égalitarisme salarial imposée de manière diffuse dans les années 1950. Souvent présenté comme une mesure visant à redonner sens au travail, en parallèle avec la démocratisation des institutions politiques17, l’intéressement matériel est en fait caractéristique de toutes les réformes économiques lancées au début des années 1960 dans les pays du bloc soviétique. On le trouve par exemple en RDA, où il est mis en place en l’absence de toute démocratisation politique, comme simple moyen d’accroissement de la productivité18. Contrairement à la représentation qu’en donnent certains auteurs19, cette politique salariale se heurte d’emblée à l’hostilité des ouvriers, qui utilisent d’ailleurs des syndicats aux pouvoirs élargis pour faire entendre leur mécontentement, y compris en utilisant un espace public nouvellement ouvert pour politiser l’enjeu20. Pour certains auteurs, qui se font l’écho des projets des réformateurs au pouvoir à l’époque, la mobilité des salaires était compensée par les pouvoirs élargis des syndicats, autorisés notamment à négocier et signer des conventions collectives21. Dans les faits, ces derniers ont surtout contribué à refuser plus ou moins sourdement le principe même du dénivellement des salaires22.

  • 23 Kaplan K., Sociální souvislosti krizí komunistického režimu, op. cit.

10Il y avait donc là une source de conflit potentiel majeure, que la suite des événements a finalement contribué à étouffer, puisqu’après l’invasion soviétique, tous les conflits s’effacent derrière l’unanimisme patriotique. À plus long terme, au cours du processus dit de « normalisation », les nouveaux dirigeants réunis autour de Husák reviennent finalement aux équilibres antérieurs, avec une stratégie qui reproduit celle du début des années 1950 : nivellement salarial au profit des ouvriers de la grande industrie, corrigé cependant par une politique sociale plus généreuse, notamment à l’égard des femmes et des retraités23. Mais à la différence des années 1950, les « conservateurs » assument pleinement le retour aux équilibres antérieurs et en font même une base de leur légitimité : par une politique salariale favorable aux ouvriers, ils se posent ainsi en protecteurs de la « classe ouvrière » dont les intérêts avaient été menacés par les professions intellectuelles. Ce discours opposant classe ouvrière et intelligentsia apparaît de fait dès le courant des années 1960 pour critiquer les réformes économiques, avant de devenir un argument officiel de la nouvelle équipe regroupée autour de Husák.

11La politique de dénivellement des salaires introduite par les réformateurs constitue donc une tentative de dérégulation de salaires, jusqu’ici réglementés sur une base égalitaire au profit des ouvriers de l’industrie. La réglementation des salaires recule au profit d’une définition par le niveau de responsabilité ou de compétence, et ce pour tous les salariés sans distinction. Dans leur processus d’autonomisation croissante depuis le début des années 1960, les professions intellectuelles tentent de redéfinir la légitimité salariale non sur le critère du statut mais sur celui du mérite, ce qui revient à les placer d’office en position privilégiée, tout en leur donnant le sentiment de briser les carcans de l’époque antérieure. Cette politique se heurte toutefois au refus diffus des ouvriers, refus qui n’est pas celui d’un mouvement ouvrier organisé (comme cela sera le cas en Pologne), mais plutôt d’un milieu marqué par l’égalitarisme et par une pratique syndicale diffuse organisée au sein de petites unités morcelées, aux effets puissamment conservateurs. Dans le contexte qui suit l’intervention soviétique, le conflit salarial n’éclate pas. Une question historiographique toutefois reste entière : celle de savoir dans quelle mesure le régime « normalisé » a réussi à tirer une légitimité minimale de l’égalitarisme ouvrier dont il s’est prévalu face aux réformateurs.

L’autonomie économique des entreprises

  • 24 Šik O., Ekonomika a zájmy, jejich vzájemné vztahy do socialismu (Économie et intérêt, leurs relati (...)
  • 25 Teichova A., The Czechoslovak Economy, 1918-1980, Londres, Routledge, 1988, 178 p.
  • 26 Myant M., The Czechoslovak Economy, op. cit.
  • 27 Voir entre autres: Hejzlar Z., Reformkommunimus, op. cit., p. 114-120 et p. 209-214; Skilling H. G (...)

12À côté de la politique salariale se pose également la question de l’autonomie des entreprises. Celle-ci est un élément central du programme de réformes économiques qui est conçu dès 1964 et mis en œuvre à partir de 1966. Ce programme de réformes, ainsi que ses conditions d’élaboration, est assez bien connu, d’une part parce que ses principaux acteurs, au premier rang desquels se trouvait l’économiste Ota Šik, ont eu la possibilité, une fois en exil, d’en fournir une description précise24, et d’autre part parce que cet épisode a attiré l’attention des historiens de l’économie, qu’ils soient ou non tchécoslovaques, à cause de son caractère unique25 et de ses potentialités pour des réformes économiques à venir dans le bloc soviétique26. La description du programme économique des réformateurs est un passage obligé de tous les ouvrages de synthèse consacrés au mouvement réformateur tchécoslovaque27. En revanche, les modalités de mise en œuvre de ces réformes et les difficultés rencontrées sont encore mal connues, de même que les réactions des travailleurs.

  • 28 Skilling H. G., Czechoslovakia’s Interrupted Revolution, op. cit., p. 413. La description qui suit (...)

13Après la crise économique de l’année 1963, un groupe de chercheurs de l’Institut d’économie de l’Académie des sciences fut chargé d’élaborer un programme de réforme, sous la direction d’Ota Šik. Ce faisant, il s’inspira en grande partie des réformes en cours d’élaboration en URSS avec Liebermann, en Pologne avec Brus ou en RDA avec Mittag. Rendu public en 1964, ce programme est appliqué à partir de 1966 sur un nombre limité d’entreprises, avant d’être généralisé à toutes les entreprises en janvier 1967. L’arrivée inattendue de Dubček au pouvoir permet à Šik d’imposer définitivement ses vues28. Il s’agit avant tout de donner plus d’autonomie aux entreprises. Les directeurs reçoivent ainsi une plus grande liberté de décision et il est mis fin au principe d’« égalisation », qui impliquait que les bénéfices soient redistribués entre l’ensemble des entreprises. L’objectif n’est plus désormais d’atteindre les objectifs du plan, mais d’augmenter le profit des entreprises. Cela dépend de la capacité des entreprises à produire, mais aussi à écouler leur production. Cet écoulement est favorisé par la possibilité nouvelle de conclure des contrats directement entre entreprises en Tchécoslovaquie et à l’étranger, y compris avec des pays capitalistes, sans préjudice des accords en vigueur au sein du CAEM. Ces accords entre entreprises créent de fait de l’offre et de la demande, c’est-à-dire un marché. Ce marché interentreprise est vu comme un instrument de rationalisation économique. L’« entreprise » en tant que tel (podnik) est par ailleurs valorisée, ainsi que l’« esprit d’entreprise » (podnikavost). La réforme ne remet toutefois pas en question le statut de propriété d’État des moyens de production, mais distingue différents statuts : les infrastructures (énergie et transports) restent dirigées de manière centralisée ; les autres entreprises peuvent former des ensembles plus ou moins vastes ou bien obtenir un statut plus indépendant.

  • 29 Ibid., p. 449.

14Les réformes économiques, même si elles sont stoppées après 1970, ne sont pas à l’origine du différend entre Moscou et les réformateurs tchécoslovaques. On a vu que le même type de réforme était au même moment mis en œuvre dans les autres pays du bloc soviétique. C’est surtout la démocratisation relative du système politique tchécoslovaque qui inquiétait les dirigeants soviétiques et les a finalement poussés à l’intervention29. En revanche, rien ne prouve que ces réformes aient été forcément reçues favorablement au sein de la population. La nouvelle équipe au pouvoir a certes joui d’un soutien majoritaire et même unanime après l’intervention soviétique. Mais cela ne permet pas de dire que la population aurait massivement soutenu les réformes économiques une fois confrontée à leurs mises en œuvre. En fait, cette question n’a à l’heure actuelle fait l’objet d’aucune étude approfondie. Le seul thème régulièrement abordé est celui des fermetures d’entreprises. Ces fermetures concernaient les entreprises jugées non rentables et constituaient un corollaire du principe d’autonomie des entreprises : qui dit recherche du profit dit en effet fermeture en cas de rentabilité insuffisante, et donc risque de chômage – dans une société « socialiste ».

  • 30 Kosta J., Abriß der sozialökonomischen Entwicklung, op. cit., p. 123.
  • 31 Hejzlar Z., Reformkommunismus, op. cit., p. 217.
  • 32 Kalinová L., « Mythos und Realität des “Arbeiterstaates” in der Tschechoslowakei », in Hübner P., (...)

15Pour certains auteurs, ce phénomène, considéré comme une simple conséquence logique, n’est abordé que de manière marginale : ils soulignant que ces fermetures furent avant tout montées en épingle par les opposants aux réformes30. Ces conséquences, logiques du point de vue des concepteurs de la réforme, semblent pourtant bien avoir inquiété les travailleurs concernés. Certains auteurs n’hésitent pas à le souligner en mentionnant l’organisation de grèves et l’inquiétude diffuse parmi les ouvriers, qui étaient en outre confrontés à la nouvelle politique salariale présentée plus haut31. D’autres auteurs, tout en reconnaissant la réalité et l’importance du phénomène, soutiennent qu’il ne pouvait pas susciter de malaise ni de mécontentement profond, car le nouveau code du travail adopté en 1965, garantissait de nombreux droits aux travailleurs qui perdraient leur emploi dans de telles circonstances. Ils devaient notamment percevoir leur salaire dû et l’entreprise devait se charger de leur trouver un nouvel emploi. Le même code du travail exigeait que les fermetures d’entreprises soient solidement justifiées32. On peut cependant douter de la justesse d’un tel raisonnement.

  • 33 Myant M., The Czechoslovak Economy, op. cit., p. 167.

16Tout d’abord, il n’y a eu presque aucune fermeture d’entreprise. Les dispositions protectrices du code du travail de 1965 n’ont donc pas trouvé d’application. En cas de fermeture prévue, les employés se sont le plus souvent mobilisés et ont réussi à geler le projet de fermeture. C’est le cas par exemple dans le secteur minier, où les dirigeants renoncèrent à fermer un certain nombre de puits, continuant ainsi à entretenir un secteur qu’ils jugeaient non rentable33. La question ne consiste donc pas à se demander si les travailleurs avaient ou non raison de s’inquiéter, mais plutôt à se demander pourquoi ils ont le plus souvent nourri des inquiétudes les conduisant à se mobiliser en faveur du maintien de leur entreprise.

  • 34 Heumos P., « Aspekte des sozialen Milieus der Industriearbeiterschaft », art. cit., p. 325-326.
  • 35 Ibid., p. 327-328.
  • 36 Ibid., p. 357.

17Pour répondre à cette question, il faut revenir à l’histoire longue du milieu ouvrier tchèque (et dans une moindre mesure slovaque). Dans la première moitié du XXe siècle, celui-ci se caractérise par un morcellement important en petites unités de production, sur fond de pratiques tantôt paternalistes, tantôt coopératives, qui dans les deux cas entretenaient une méfiance profonde vis-à-vis de l’État34. Même après 1945, beaucoup d’ouvriers continuaient en fait à vivre à la campagne : la perspective d’un déménagement remettait en question l’équilibre économique de ces « paysans-métallos » (kovorolničí) qui résidaient loin de leur usine à la campagne, travaillaient en usine la journée et s’occupaient durant leur temps libre de leur jardin, qui leur fournissait un complément alimentaire et parfois financier35. Plus profondément, l’horizon politique de ces ouvriers ne dépassait pas celui de leur entreprise. C’est à l’échelon de l’entreprise que le syndicat officiellement au service du parti communiste se révélait le plus perméable à leurs revendications. Cela est d’ailleurs confirmé par le fait que, durant l’année 1968, de nombreuses résolutions furent envoyées par les organisations syndicales de base à la direction syndicale nationale, exigeant tout bonnement la suppression des échelons locaux et régionaux du syndicat, jugés inutiles36. Accoutumés à des accords tacites conclus dans le sein de leur entreprise, les ouvriers concernés n’étaient sans doute pas prêts à revendiquer et faire usage des droits garantis par le nouveau code du travail.

18Les réformes économiques réalisées en Tchécoslovaquie s’inscrivent donc dans un projet de dérégulation modérée, qui ne remet pas en question la propriété des moyens de production par l’État. Cette dérégulation, qui confère aux entreprises un certain degré d’autonomie était vue par les concepteurs des réformes comme une libération du centralisme auparavant en vigueur : les agents économiques socialistes, les entreprises comme les travailleurs, devaient eux aussi avoir une certaine liberté, jugée nécessaire au bon fonctionnement de l’économie. Si cette liberté semble avoir été revendiquée par une partie du personnel économique, comme les directeurs d’entreprise et les cadres économiques, elle ne semble pas avoir été revendiquée par les travailleurs dans leur ensemble, et en tout cas pas par les ouvriers. Le cas des fermetures d’usine, corollaire logique de l’autonomie des entreprises, montre bien les limites de ces réformes, ainsi que leur potentiel conflictuel. Les réformes économiques se heurtent à des stratégies de refus diffuses et éprouvées depuis les années 1950. Ces stratégies trouvent même dans la libéralisation politique un moyen de se renforcer en utilisant à leur profit un espace public plus ouvert qu’auparavant.

La naissance d’un mouvement autogestionnaire ?

  • 37 Voir dans Skilling H. G., Czechoslovakia’s Interrupted Revolution, op. cit., p. 433-440.
  • 38 Hejzlar Z., Reformkommunismus, p. 209-212; Krejčí J., Social Change, op. cit., p. 105-109; Kalinov (...)

19Les réformes économiques devaient en principe s’accompagner de nouvelles formes de participations des travailleurs. Celles-ci n’étaient cependant pas prévues dans le projet de réforme initial et l’établissement d’« organes démocratiques » dans les entreprises n’est explicitement annoncé qu’à partir d’avril 1968 dans le programme d’action du PCT. Nous sommes assez bien renseignés sur la genèse de ce projet, grâce notamment aux débats dont rend compte la presse militante du PCT37. Les conseils de travailleurs sont en outre abordés de manière générale dans plusieurs ouvrages de synthèse38, mais encore une fois, la mise en place de ces conseils dans les entreprises, le profil social des participants ainsi que les relations avec les organes déjà existants nous sont encore mal connus.

  • 39 Skilling H. G., Czechoslovakia’s Interrupted Revolution, op. cit., p. 433. La description qui suit (...)

20Le projet de réformes économiques dirigé pat Ota Šik prévoyait certes d’accorder aux agents économiques plus de liberté, mais ne prévoyait pas de participation des employés à la conduite de l’entreprise où ils travaillaient. Ce n’est qu’avec l’arrivée au pouvoir de Dubček en janvier 1968 que s’ouvre un débat sur la question des formes de participation dans l’entreprise39. Ce débat impliquait avant tout des membres de l’appareil du PCT et de l’appareil économique d’État, eux-mêmes divisés sur la question selon deux clivages : le premier opposait les « technocrates », principalement représentés par les initiateurs du programme de réformes regroupés autour d’Ota Šik, aux « démocrates », notamment sur la question de la composition des conseils et de la place à y accorder respectivement aux experts et aux employés de l’entreprise ; le second clivage opposait les « autogestionnaires », souvent de formation universitaire (sociologues et politistes), qui voyaient dans les conseils un instrument de désaliénation des travailleurs, aux « managers » issus de l’appareil économique, pour qui l’enjeu premier des conseils était l’efficacité de l’entreprise.

21À l’issue d’une période d’expérimentation dans un nombre limité d’entreprises, les conseils furent autorisés en juin 1968 sous le nom de conseils « de travailleurs » (rady pracujících) et non de conseils « ouvriers ». Cela peut s’interpréter comme une manière d’abandonner la centralité de la classe ouvrière vue comme avant-garde historique au profit d’une démocratisation des rapports sociaux en général sur le lieu de travail. La composition des conseils effectivement adoptée reflète une solution de compromis entre « démocrates » et « technocrates » : ils sont formés de 10 à 30 membres, en majorité employés de l’entreprise et complétés par des experts éventuellement extérieurs à l’entreprise (entre 10 et 30 % des membres), ainsi que par des représentants de l’État pour les entreprises qui restaient dirigées centralement. Le principal pouvoir des conseils consistait à élire le directeur pour une période de six ans. Celui-ci gardait fondamentalement la conduite des affaires de l’entreprise mais le conseil pouvait s’opposer à ses décisions en matière d’investissements lourds, par un veto à la majorité des deux tiers. Les conseils pouvaient, toujours à la majorité des deux tiers et après avoir consulté les organes supérieurs, décider de révoquer le directeur de l’entreprise. Les compétences des conseils s’étendaient surtout dans le domaine de l’investissement et de la politique salariale de l’entreprise. Ils étaient consultés sur les grandes orientations de l’entreprise.

  • 40 Ibid., p. 440.
  • 41 Hejzlar Z., Reformkommunismus, op. cit., p. 306.
  • 42 Ibid., p. 325.
  • 43 Ibid.

22D’après les sondages réalisés à l’époque dans un nombre limité d’entreprises, les conseils de travailleurs semblent avoir été bien acceptés par le personnel des entreprises40. Mais encore une fois, l’intervention soviétique d’août 1968 vient repousser au second plan des contradictions qui n’auraient pas tardé à s’exprimer. En effet, dans le contexte d’un pays désormais occupé par les troupes soviétiques, la poursuite du projet ne se faisait plus seulement pour ses raisons initiales, mais aussi pour exprimer l’unité nationale face à l’occupation. Un conseil de travailleurs est ainsi mis en place dans les usines Škoda de Pilsen en novembre 1968, qui élit son directeur en décembre de la même année41. À ce moment, le mouvement vient bien d’en bas car le gouvernement avait recommandé dès octobre de « ne plus constituer de conseils pour le moment », sans toutefois s’attaquer à ceux qui existaient déjà. Cela n’empêche pas une réunion représentant seize conseils de se tenir à Pilsen en janvier 1969. Cette réunion marque le début d’un essor rapide : plus de cinq cents autres conseils seront créés jusque mars 196942. Mais ce mouvement est mal accepté par le gouvernement et la direction du PCT, encore dirigée par Dubček : ceux-ci voulaient plutôt donner des gages de bonne volonté à Moscou et la conception technocratique des réformes économiques avait continué à prévaloir parmi leurs membres, à quelques exceptions près, tel Zdeňek Mlynař. Husák, qui remplace Dubček en avril 1969, n’hésitera donc pas à supprimer les conseils de travailleurs43.

  • 44 Skilling H. G., Czechoslovakia’s Interrupted Revolution, op. cit., p. 442.
  • 45 Ibid., p. 443.
  • 46 Comme le fait Lenka Kalinová dans Kalinová L., « Die Position der tschechischen Arbeiterschaft », (...)

23À côté de la question du soutien des conseils de travailleurs par les dirigeants se pose aussi la question de la relation entre ces conseils et les organisations déjà présentes dans les entreprises : le Parti et le syndicat. Pour Zdeňek Mlynař, qui fut à l’initiative des réformes de démocratisation de la vie politique, les travailleurs étaient représentés par les syndicats en tant qu’employés et par les conseils en tant que « co-entrepreneurs44 ». Ce partage des tâches en fonction du rôle endossé est approuvé par les instances syndicales nationales après le remplacement du conservateur Pastiřik par le réformateur Polaček à la tête du syndicat national45. Toutefois, dans les entreprises, on peut penser que la coexistence de deux organes chargés de représenter les travailleurs « en tant qu’employés » pour l’un et « en tant que co-entrepreneurs » pour l’autre n’allait pas sans contradictions. Comment interpréter par exemple le fait que les conseils de travailleurs soient créés directement à partir du groupe syndical déjà existant ? Faut-il y voir une preuve d’harmonie46 ou bien au contraire une tentative d’anticiper la création d’un organe rival ?

24La question de la coexistence entre syndicat et conseils pose par ailleurs la question des acteurs, qui n’a fait pour le moment l’objet d’aucune étude approfondie : les membres des conseils de travailleurs étaient-ils les mêmes que ceux de l’organisation syndicale, de sorte qu’il n’y aurait eu entre l’un et l’autre qu’une différence de rôle ? Ou bien au contraire les individus impliqués dans les deux instances constituaient-ils deux groupes plus ou moins distincts, différant éventuellement du point de vue de leur profil sociologique ? Étant donné que l’organisation syndicale était souvent tacitement garante des équilibres, notamment salariaux, favorables aux ouvriers, il est permis de penser à titre d’hypothèse, que les conseils de travailleurs, avec leur logique participative, et non uniquement défensive, ainsi qu’avec leur exigence d’expertise, ont probablement attiré davantage les professions intellectuelles que les ouvriers.

  • 47 Rupnik J., Histoire du Parti communiste tchécoslovaque : des origines à la prise du pouvoir, Paris (...)
  • 48 Ibid., p. 186.
  • 49 Kalinová L., « Mythos und Realität », art. cit., p. 100.

25Cette question en rejoint une autre qui est celle de la continuité entre les conseils de 1968-1969 et ceux de 1945-1947. Il existait déjà depuis le début du XXe siècle une tradition anarcho-syndicaliste tchèque et beaucoup d’entreprises disposaient dès l’entre-deux-guerres de comités d’entreprise47. Mais c’est au sortir de la Seconde Guerre mondiale que se développe un impressionnant mouvement de « conseils ouvriers », marginalisé toutefois dès octobre 1945, et qui survivra formellement jusqu’en février 194848. Il peut être tentant comme le font certains auteurs de tracer une ligne entre toutes ces formes et de voir dans les conseils de 1968-1969 le « retour » du « pouvoir ouvrier » des conseils de 1945-194749. Cependant, les conseils ouvriers de 1945-1947 consistaient en des formes d’auto-organisation fondées sur une appartenance de classe par opposition à l’employeur, qu’il s’agisse d’une personne physique ou de l’État lui-même. Au contraire, les conseils de travailleurs de 1968-1969 étaient conçus comme les auxiliaires d’une économie socialisée et ne s’identifiaient a priori à aucun groupe social, tout en favorisant vraisemblablement dans la pratique les possesseurs de capital culturel.

26Parallèlement aux réformes économiques, qui prévoyaient une dérégulation modérée de l’économie planifiée en vigueur jusque-là, il y a donc eu une tentative d’institutionnaliser des formes de participation à destination des employés, qui ne sont pas sans rappeler les projets autogestionnaires qu’on observe alors dans les pays d’Europe occidentale. Considérée d’un point de vue économique, cette tentative peut être définie comme une libéralisation, qui augmente l’efficacité économique en élargissant le cercle des prises de décisions. Considérée d’un point de vue politique, elle peut être définie comme un projet de libération, un dépassement du modèle tayloriste dans lequel le travailleur est condamné à la division du travail. La dimension autogestionnaire du projet n’aura toutefois jamais le plein soutien de la direction réformatrice du PCT autour de Dubček, d’autant plus que les conseils ne se développent vraiment qu’après l’intervention soviétique. Ce contexte unanimiste fait l’impasse sur les tensions existant dans les entreprises. On peut notamment se demander dans quelle mesure ces conseils auraient pu cristalliser l’opposition entre professions intellectuelles et ouvriers dans les entreprises.

Une lecture trois fois déformée du processus

27De ces trois aspects on peut tirer un enseignement : l’historiographie actuelle des réformes de 1968 a été écrite et s’écrit encore à travers différents prismes qui ont abouti à une sédimentation interprétative complexe. Cette sédimentation nécessite un travail d’explicitation si l’on souhaite retrouver la complexité des événements et des processus qui ont marqué la Tchécoslovaquie dans les années 1960 et 1970.

  • 50 Développée dans un long texte adopté en mars 1971 par la direction du PCT et intitulé Poučení z kr (...)
  • 51 Par exemple Kalinová L., « Mythos und Realität », op. cit., ou Kosta J., Abriß der sozialökonomisc (...)
  • 52 Sur la thèse de Dubček comme premier normalisateur, dans le rôle d’un « Gomulka tchécoslovaque », (...)

28Le premier prisme est d’ordre politique. Certains auteurs adoptent encore aujourd’hui une perspective systématiquement mais implicitement apologétique pour parler des réformes des années 1960. Après 1968, la direction « normalisée » du PCT a en effet établi sa propre lecture de la « crise de 196850 » : les réformistes étaient des « opportunistes de droite » qui remettaient en question le statut d’« avant-garde » de la « classe ouvrière » ; en matière économique, ils étaient adeptes du « modèle yougoslave » autogestionnaire. Certains auteurs, considérant que leur mission consistait à « rétablir la vérité », ont entrepris de prendre le contre-pied de ces accusations, position d’auto-justification dont ils sont parfois restés prisonniers. Cela les rend notamment aveugles aux phénomènes de mécontentement vis-à-vis de la direction réformatrice, puisque les normalisateurs se sont fait fort d’exploiter et souvent d’exagérer toute manifestation de mécontentement. Prisonniers de leur entreprise de justification, certains historiens, eux-mêmes acteurs à l’époque, s’interdisent du coup de considérer les tensions et les contradictions inhérentes à la société tchécoslovaque – tensions que le programme des réformateurs a même pu accroître – comme des objets d’études légitimes51. Ils se fondent pour cela sur le soutien réel dont Dubček a profité après l’intervention soviétique et qu’il a d’ailleurs partiellement trahi en freinant un grand nombre de réformes52.

  • 53 À noter l’exception que constitue le travail de Karel Kaplan dans Kaplan K., Sociální souvislosti (...)

29Mais même chez les auteurs qui ont su se dégager de ce cadre imposé, l’expérience des événements de 1968 ne reste pas sans conséquences sur leur méthodologie. On observe notamment une tendance à mettre l’accent sur les processus de décision politique plus que sur les pratiques et sur les projets plus que sur leur mise en œuvre, ce qui favorise une histoire par le haut. L’intervention soviétique vient écraser la diversité des positions et la richesse potentiellement conflictuelle du processus dans une unanimité nationale autour du PCT. Elle est souvent prétexte à englober l’histoire sociale dans l’histoire politique : la « société » s’identifie à ses représentants. Dès lors, les logiques sociales locales, les tensions entre groupes sociaux, les équilibres et les conflits hérités restent dans l’ombre. Cela explique le déficit général d’histoire sociale sur cette période. La focalisation sur 1968 comme moment de rupture absolue empêche également de reconnaître un certain nombre de continuités qui traversent les années 1960 et 1970 : la législation sociale, la société de consommation socialiste, la tolérance institutionnalisée pour l’économie parallèle de même que l’utilisation des ressources publiques à des fins privées, tout cela avait commencer à apparaître avant 1968, et ne caractérise pas seulement les années 1970, comme on le décrit communément53.

30Enfin les auteurs tchèques et slovaques qui ont construit l’historiographie de la Tchécoslovaquie socialiste après 1970 l’ont souvent fait à travers un double prisme inconscient hérité de leur formation et de leur socialisation :

  • un prisme marxiste, qui favorise une vision de la société en terme macrosociaux et mécanistes : la société n’apparaît qu’à travers ses classes dotées d’intérêts, dont la fonction est de « soutenir » (ou non) le régime en place ; le renouvellement historiographique des années 1970 et 1980, autour de l’histoire du quotidien qui part au contraire des interactions individuelles contextualisées n’a significativement donné lieu qu’à peu de nouveaux travaux sur la Tchécoslovaquie socialiste ; parmi eux, aucun ne concerne les événements de 1968 ;
  • un prisme nationaliste, qui réinscrit les événements de 1968, mais aussi la période 1945-1948 dans une tradition nationale « typiquement tchécoslovaque » fondée sur la démocratie, la civilité et la modération ; ce présupposé du discours historique se retrouve dans nombre de travaux y compris étrangers consacrés à la « culture politique tchécoslovaque54 » ; il relève pourtant d’un type de discours exceptionnaliste, qui si l’on en fait la genèse, renvoie à un processus de construction nationale de facture classique, comme on en voit dans toutes les régions et pays d’Europe à partir de la fin du XIXe siècle (avec dans le cas tchèque, la contribution centrale de T. G. Masaryk à l’invention de cette tradition).

31Ces différents prismes se sont superposés au fur et à mesure que s’est écrite l’historiographie du mouvement de réformes des années 1960, ce qui a contribué à complexifier davantage la question des relations entre libéralisation et libération. Pour les communistes réformateurs, dont l’écho se retrouve encore dans une partie de l’historiographie actuelle, les deux termes se recouvrent : il s’agissait de libérer à la fois l’individu au sein de la société socialiste, mais aussi la communauté tchécoslovaque au sein du bloc soviétique – c’est le thème de la « voie tchécoslovaque ».

  • 55 Il faudrait se demander dans quelle mesure la même idée n’est pas également transposable dans le d (...)

32Pour les historiens plus attentifs à la diversité et aux contradictions du processus de réformes, la libéralisation voulue par le régime ne se confond que partiellement avec une libération voulue ou vécue comme telle : l’expérience des conseils, comme tentative autogestionnaire en est la preuve. Cette libéralisation est plutôt présentée comme une forme de rationalisation économique passant d’abord par une plus grande liberté des agents économiques55.

33Enfin, pour les historiens préoccupés avant tout par les processus sociaux, le mouvement de réformes apparaît comme un processus potentiellement très contradictoire. Il consiste en une dérégulation économique modérée, offrant à tous des opportunités inédites en terme de salaire et de participation. Elle se heurte ce faisant dans les entreprises à l’hostilité des ouvriers jusque-là protégés par leur statut et privilégie d’autre part les possesseurs de capital culturel. On peut se demander si le mouvement de réforme des années 1960 dans le domaine économique, justement parce qu’il fait coïncider libéralisation imposée et libération sélective, ne constitue pas la tentative avortée d’un groupe, les possesseurs du capital culturel, de redéfinir à son profit les règles présidant à la reproduction du capital social en société socialiste.

Notes

1 En montrant notamment la neutralisation partielle du salaire comme facteur de stratification sociale. Voir par exemple Machonin P., Československá společnost : sociologická analýza sociální stratifikace (La société tchécoslovaque : analyse sociologique de stratification sociale), Bratislava, Epocha, 1969, 620 p. et Krejčí J., Social Change and Stratification in Postwar Czechoslovakia, New York, Columbia University Press, 1972, 208 p., p. 63-80.

2 Kaplan K., Sociální souvislosti krizí komunistického režimu v letech 1953-1957 a 1968-1975 (Comparaison sociale des crises du régime communiste en 1953-1957 et 1968-1975), Prague, Ústav pro soudobé dějiny AV ČR, 1993, 98 p.

3 Il s’agit du groupe de recherche organisé autour de Peter Heumos au Collegium Carolinum à Munich, à l’origine d’un projet de recherche comparatif sur les milieux ouvriers dans les pays du bloc soviétique, voir Heumos P., « Industriearbeiterschaft in der Tschechoslowakei 1945-1968. Ergebnisse eines Forschungsprojekts », Bohemia Zeitschrift für Geschichte und Kultur der böhmischen Länder, 44, 2003, p. 146-171.

4 Heumos P., « “Wenn Sie sieben Turbinen schaffen, kommt die Musik” Sozialistische Arbeitsinitiativen und egalitaristische Defensive in tschechoslowakischen Industriebetrieben und Bergwerken 1945-1965 », in Heumos P. et Brenner C. (dir.), Sozialgeschichtliche Kommunismusforschung. Tschechoslowakei, Polen, Ungarn, DDR, Munich, Oldenbourg, 2005, p. 133-178, ici p. 139.

5 Heumos P., « Aspekte des sozialen Milieus der Industriearbeiterschaft in der Tschechoslowakei vom Ende des Zweiten Weltkrieg bis zur Reformbewegung der sechziger Jahre », Bohemia Zeitschrift für Geschichte und Kultur der böhmischen Länder, 42/2, 2001, p. 323-362, ici p. 346-348.

6 Cette vision est largement influencée par un horizon limité à la chronologie politique, rythmée par les grands procès et les emprisonnements massifs. Elle ne prend pas en compte l’existence de la société en tant que telle, ni même les conséquences sociales de la répression politique. Voir par exemple Kaplan K., K politickým procesům v Československu, 1948-1954 : dokumentace komise Ú V KSČ pro rehabilitaci 1968 (Sur les procès politique en Tchécoslovaquie, 1948-1954. Documentation de la commission du CC du PCT pour la réhabilitation en 1968), Prague, Ústav pro soudobé dějiny AV ČR, 1994, 214 p.

7 Heumos P., « Stalinismus in der Tschechoslowakei. Forschungslage und sozialgeschichtliche Anmerkungen am Beispiel der Industriearbeiterschaft », Journal of Modern European History, 2/1, 2004, p. 82-109.

8 Heumos P., « Aspekte des sozialen Milieus der Industriearbeiterschaft », art. cit.

9 Heumos P., « Zum industriellen Konflikt in der Tschechoslowakei 1945-1968 », in Hübner P., Klessmann Ch. et Tenfelde K. (dir.), Arbeiter im Staatssozialismus: ideologischer Anspruch und soziale Wirklichkeit, Cologne, Böhlau, 2005, 516 p., p. 473-498, ici p. 478-480.

10 Hejzlar Z., Reformkommunismus. Zur Geschichte der Kommunistischen Partei der Tschechoslowakei, Cologne/Francfort-sur-le-Main, Europäische Verlaganstalt, 1976, 478 p., p. 96.

11 Les membres d’une délégation est-allemande en visite en Tchécoslovaquie se voit par exemple poser la question : « Pourquoi les salaires des responsables économiques sont-ils si élevés en RDA ? Quelle politique sera menée à l’avenir ? », Stiftung Archiv Parteien und Massenorganisationen Bundesarchiv, DY 30/IV 2/9.09/111 : Bericht über eine Vortragsreihe in der CSSR zum Thema « Das neue ökonomische System der Planung und Leitung der Volkswirtschaft », 11-06-1964.

12 Machonin P., op. cit., p. 590 et p. 594.

13 Ibid., p. 592-593.

14 Heumos P., « “Wenn Sie sieben Turbinen schaffen” », op. cit., p. 175.

15 Ibid.

16 Hezlar Z., Reformkommunimus, op. cit., p. 99.

17 Ibid.

18 Hübner P., Konsens, Konflikt und Kompromiss: soziale Arbeiterinteressen und Sozialpolitik in der SBZ/DDR 1945-1970, Berlin, Akademie Verlag, 1995, 248 p., p. 163-171.

19 Kalinová L., « Die Position der tschechischen Arbeiterschaft und der Gewerkschaften zur ökonomischen und sozialen Reform in der sechziger Jahren », Bohemia Zeitschrift für Geschichte und Kultur der böhmischen Länder, 41/1, 2001, p. 363-380, ici p. 366.

20 Myant M., The Czechoslovak Economy 1948-1988. The Battle for Economic Reform, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, 316 p., p. 169-171.

21 Kalinová L., « Die Position der tschechischen Arbeiterklasse », art. cit., p. 367.

22 Heumos P., « Industriearbeiterschaft in der Tschechoslowakei », art. cit., point 6.

23 Kaplan K., Sociální souvislosti krizí komunistického režimu, op. cit.

24 Šik O., Ekonomika a zájmy, jejich vzájemné vztahy do socialismu (Économie et intérêt, leurs relations réciproques au socialisme), Prague, Svoboda, 1968, 350 p.; Kosta J., Abriß der sozialökonomischen Entwicklung der Tschechoslowakei 1945-1977, Francfort-sur-le-Main, Suhrkampf, 1978, 218 p.

25 Teichova A., The Czechoslovak Economy, 1918-1980, Londres, Routledge, 1988, 178 p.

26 Myant M., The Czechoslovak Economy, op. cit.

27 Voir entre autres: Hejzlar Z., Reformkommunimus, op. cit., p. 114-120 et p. 209-214; Skilling H. G., Czechoslovakia’s Interrupted Revolution, Princeton N. J., Princeton University Press, 1976, 924 p., p. 412-450; Golan G., The Czechoslovak Reform Movement; Communism in Crisis, 1962-1968, Cambridge, Cambridge University Press, 1971, 350 p., p. 50-94.

28 Skilling H. G., Czechoslovakia’s Interrupted Revolution, op. cit., p. 413. La description qui suit est également tirée de Skilling, p. 413-426.

29 Ibid., p. 449.

30 Kosta J., Abriß der sozialökonomischen Entwicklung, op. cit., p. 123.

31 Hejzlar Z., Reformkommunismus, op. cit., p. 217.

32 Kalinová L., « Mythos und Realität des “Arbeiterstaates” in der Tschechoslowakei », in Hübner P., Klessmann Ch. et Tenfelde K. (dir.), Arbeiter im Staatssozialismus: ideologischer Anspruch und soziale Wirklichkeit, Cologne, Böhlau, 2005, p. 87-108, ici p. 100-101.

33 Myant M., The Czechoslovak Economy, op. cit., p. 167.

34 Heumos P., « Aspekte des sozialen Milieus der Industriearbeiterschaft », art. cit., p. 325-326.

35 Ibid., p. 327-328.

36 Ibid., p. 357.

37 Voir dans Skilling H. G., Czechoslovakia’s Interrupted Revolution, op. cit., p. 433-440.

38 Hejzlar Z., Reformkommunismus, p. 209-212; Krejčí J., Social Change, op. cit., p. 105-109; Kalinová L., « Mythos und Realität des “Arbeiterstaates” », art. cit., p. 100.

39 Skilling H. G., Czechoslovakia’s Interrupted Revolution, op. cit., p. 433. La description qui suit s’appuie également sur Skilling, p. 433-440.

40 Ibid., p. 440.

41 Hejzlar Z., Reformkommunismus, op. cit., p. 306.

42 Ibid., p. 325.

43 Ibid.

44 Skilling H. G., Czechoslovakia’s Interrupted Revolution, op. cit., p. 442.

45 Ibid., p. 443.

46 Comme le fait Lenka Kalinová dans Kalinová L., « Die Position der tschechischen Arbeiterschaft », art. cit., p. 371.

47 Rupnik J., Histoire du Parti communiste tchécoslovaque : des origines à la prise du pouvoir, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1981, 288 p., p. 185.

48 Ibid., p. 186.

49 Kalinová L., « Mythos und Realität », art. cit., p. 100.

50 Développée dans un long texte adopté en mars 1971 par la direction du PCT et intitulé Poučení z krizového vývoje ve straně a společnosti po XIII. sjezdu KSČ (Les leçons à tirer de la crise en développement dans le parti et la société après le XIIe congrès du PCT).

51 Par exemple Kalinová L., « Mythos und Realität », op. cit., ou Kosta J., Abriß der sozialökonomischen Entwicklung, op. cit.

52 Sur la thèse de Dubček comme premier normalisateur, dans le rôle d’un « Gomulka tchécoslovaque », voir Williams K., The Prague Spring and Its Aftermath : Czechoslovak Politics, 1968-1970, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, 270 p., p. 144-192.

53 À noter l’exception que constitue le travail de Karel Kaplan dans Kaplan K., Sociální souvislosti krizí komunistického režimu, op. cit., qui se donne justement pour objectif de « dépassionner » la question de 1968 en l’abordant par l’économique et les chiffres plutôt que par le politique et les discours.

54 Un bon exemple de cette approche « culturaliste » se trouve dans Paul D. W., The Cultural Limits of Revolutionary Politics. Change and Continuity in Socialist Czechoslovakia, New York, Columbia University Press, 1979, 362 p. Une variante plus subtile (celle de la double nature contradictoire du communisme tchécoslovaque, à la fois dogmatique et réformateur) se trouve dans Skilling G. H., « Stalinism and Czechoslovak Political Culture », in Tucker R. C. (dir.), Stalinism. Essays in Historical Interpretation, Londres/New Brunswick, Transaction Publishers, 1998, 338 p., p. 257-282. Pour une déconstruction systématique des mythes nationaux tchèques (notamment le mythe de la « nation démocrate »), voir Blaive M., Une déstalinisation manquée : Tchécoslovaquie 1956, Bruxelles, Complexe, 2005, 282 p.

55 Il faudrait se demander dans quelle mesure la même idée n’est pas également transposable dans le domaine des réformes politiques, avec d’une part des réformes visant à rationaliser le système politique (avec par exemple de nouveaux statuts pour le PCT) et d’autre part des revendications émancipatrices jugées radicales émanant des milieux intellectuels et littéraires.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search