Version classiqueVersion mobile

1968, entre libération et libéralisation

 | 
Michel Margairaz
, 
Danielle Tartakowsky

Introduction

Michel Margairaz et Danielle Tartakowsky

Texte intégral

1Lors de la campagne présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy s’en est pris violemment à l’« esprit 1968 », promu incarnation du refus de la « valeur travail » et tenu pour responsable entre tous de la perte des valeurs, dans le domaine pédagogique en premier lieu. Dans un ouvrage écrit en réponse peu après, Alain Badiou tient cette démarche pour une modalité du pétainisme, conçu non comme une simple expérience historique, mais comme une véritable matrice intellectuelle :

  • 1 Badiou A., De quoi Sarkozy est-il le nom ?, Paris, Lignes, 2007, 156 p.

« Dans le pétainisme, écrit-il, il y a une dimension historique qui consiste à lier deux événements : un aspect négatif, généralement de structure ouvrière et populaire (Révolution française, Commune de Paris, Front populaire, 1968) et un événement positif, de structure étatique, électorale et/ou militaire (Restauration, Ordre moral, Pétain, Sarkozy). Cette lisibilité simplifiée de l’histoire permet de créer une sorte de légitimité pour le nouveau gouvernement : prendre la mesure du redressement nécessaire par rapport à l’événement néfaste inaugural1. »

Au-delà de la vulgate libérale-libertaire

  • 2 Debray R., Mai 1968, une contre-révolution réussie : modeste contribution aux cérémonies et discou (...)
  • 3 Lipovetsky G., L’ère du vide, essai sur l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard, 1983, 314 (...)
  • 4 Audier S., La pensée anti-68. Essai sur les origines d’une restauration intellectuelle, Paris, La (...)

2Ceux qui, trois décennies plus tôt, ont accolé à l’événement « 1968 » le qualificatif de « libéral-libertaire » à des fins politiques souvent singulièrement différentes participent à leur mesure de cette même « lisibilité simplifiée de l’histoire ». Ils partent en effet de ce qu’ils tiennent pour illégitime aux fins de délégitimer globalement l’événement 68 et ses acteurs en leur imputant la responsabilité rétrospective d’une histoire advenue. Au risque anachronique de plaquer sur « mai 1968 » un développement ultérieur qui lui confère ex post une homogénéité supposée. Aujourd’hui déclinée jusqu’au lieu commun par diverses composantes de la gauche antilibérale, qui tiennent 1968 pour le moment inaugural du libéralisme économique et financier, comme elle l’est également par ceux qui, à droite en particulier, lui imputent la perte d’autorité et partant des repères, cette lecture a surgi dans la seconde moitié des années 1970, alors que s’amorçait bel et bien le tournant libéral, au sens économique qu’on lui confère aujourd’hui. Dix années après l’événement, Régis Debray souligne le premier le lien profond qui unirait la matrice libérale-libertaire de 1968 et l’ultra-individualisme des libertariens américains. Les soixante-huitards, avance-t-il, croyaient défendre un projet anticapitaliste, mais, suivant les voies et les moyens bien connus des ruses de la raison, leur idéologie libertaire et anti-étatiste leur valut de se faire les fourriers d’une société plus fluide et plus individualiste, adaptée aux besoins d’un capitalisme en redéfinition2. Gilles Lipovetsky relaie peu après cette thèse sur un autre mode et à d’autres fins dans L’ère du vide3. Ces deux ouvrages peuvent être tenus pour fondateurs de certains des courants majeurs de La pensée anti-68, à laquelle Serge Audier consacre en 2008 un ouvrage éclairant4.

  • 5 Le contenu de l’ouvrage reprend la substance remaniée des journées d’études organisées les 23 et 2 (...)
  • 6 Margairaz M. et Tartakowsky D., « L’avenir nous appartient ». Une histoire du Front populaire, Par (...)

3En se proposant de réinterroger le tournant (éventuel) des années soixante au prisme des questions de liberté(s), de libération, de libéralisation ou de libéralisme, les auteurs de cet ouvrage5 souhaitent adopter une démarche singulièrement différente. Le tournant libéral, dans son acception contemporaine, s’est amorcé, on le sait bien, dans la seconde moitié des années 1970 pour s’affirmer avec plus d’évidence en 1984, s’agissant de la France. Nous souhaitons revenir ici sur les processus complexes et multiples de libéralisation qui se manifestent dans différents domaines lors de la seconde moitié des années soixante et sur leur rôle éventuel dans la dérégulation qui s’affirme ouvertement après 1984. Les événements de 1968 et leurs résultats tels qu’inscrits dans la loi, dans des décrets ou simplement dans les pratiques occupent-ils une place, et si oui laquelle, dans ce qui constitue un retournement de cycle ? Marquent-ils la fin d’un cycle ouvert par la séquence 1936-19466 et dont les bornes ne correspondraient alors pas parfaitement à celles des Trente Glorieuses ? Sont-ils constitutifs d’une séquence nouvelle et, dans cette hypothèse, laquelle ? Ouvrent-ils plus largement à l’appréhension de temporalités inédites ?

Le primat des pratiques et des politiques publiques

  • 7 Damamme D. et alii, Mai Juin 68, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2008, 446 p.
  • 8 Memmi D., « Mai 1968 ou la crise de la domination rapprochée », in Damamme D. et alii, Mai Juin 68 (...)

4Pour tenter de répondre à ces questions, nous avons choisi de privilégier le terrain des pratiques dans leur diversité, alors que les ouvrages fondateurs de la thèse « libérale-libertaire » et leurs épigones se focalisent sur les seuls intellectuels, selon une perspective restrictive et sans doute partiale, d’histoire des idées. À ce titre, nous nous reconnaissons bien davantage dans la démarche à l’œuvre dans l’ouvrage dirigé par Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal7. Les pratiques sur lesquelles nous avons focalisé l’attention se révèlent toutefois pour la plupart différentes de celles retenues par ces auteurs. Notre interrogation principale s’attache d’abord aux modes de régulation collective et aux politiques publiques, à l’échelle de l’ensemble de la société, et à leur historicité, tandis que ceux-ci s’attèlent davantage à mettre à nu la crise des rapports d’autorité entre individus, qualifiés heureusement par l’une d’entre eux de crise de « la domination rapprochée8 ». Quitte à tenter, lors d’une étape ultérieure, de penser les liens qu’entretiennent ces deux approches.

  • 9 Mouriaux R., Percheron A., Prost A. et Tartakowsky D. (dir.), 1968, Exploration du mai français, P (...)

5Nous avons tout naturellement accordé la plus grande attention aux politiques publiques, en y incluant les pratiques économiques et financières, presque toujours – pour ne pas dire systématiquement – oubliées dans les ouvrages consacrés à 1968, et en interrogeant les relations complexes qu’elles entretiennent alors avec la libéralisation politique, culturelle ou économique. Mais nous avons également retenu l’étude de certains acteurs sociaux ou politiques qui tentent alors de redéfinir ou de réévaluer leur relation particulière aux libertés, dans leur complexité nouvelle et parfois dans leurs contradictions, en évitant toutefois, autant que faire se peut, de les saisir à des échelles macro-politiques et stratégiques, le plus souvent déjà bien connues9. Le tout sans prétentions exhaustives, mais à la mesure des travaux récents disponibles. C’est assez dire que nous entendons d’abord privilégier les interactions qui se nouent entre les politiques publiques d’une part, le marché et les acteurs sociaux et politiques d’autre part, autour de cet enjeu que sont la ou les libertés ou encore la libéralisation. Une excursion par le Printemps de Prague (Michel Christian) vient attirer notre attention sur certaines similitudes quant à la manière de penser alors le rapport entre libéralisme économique et libéralisme culturel ou de le pratiquer dans un système politique pourtant radicalement différent. Élément qui incite à prolonger le travail amorcé dans une perspective comparative.

Taxinomie

6Les termes de liberté, de libération, de libéralisation, ou plus exceptionnellement et plus tardivement de libéralisme, circulent dans certaines des contributions, de l’initiative des acteurs contemporains dont leurs auteurs font état. Ils revêtent une acception qui n’est pas nécessairement celle qui sera la leur au terme des années 1970 et, à plus forte raison, au-delà. Nous n’avons cessé d’être attentifs à l’historicité des termes employés. Ces mots coexistent en outre avec d’autres termes proches ou même leur cèdent la place. Ainsi, par exemple, du côté de ce que l’on revendique : l’autonomie versus l’économie de marché (Michel Pigenet), l’autonomie, la décentralisation, la régionalisation versus la « centralisation » du Plan, les déconcentrations de l’administration, la « taylorisation territoriale » (Florent Le Bot, Fabrice Marzin), la « rénovation » propre à mettre à mal les hiérarchies dénoncées (Antoine Prost, Guy Brucy), l’innovation, la modernisation, la technocratie, invoquées par certains, mais tout aussi bien décriées s’agissant de la dernière, dans une relation à la libéralisation ou au libéralisme qu’il revient aux auteurs d’analyser.

7La libéralisation, quand elle est évoquée par les contemporains, renvoie presque toujours à la libéralisation culturelle, mais elle est parfois également employée dans le domaine économique et financier, et, dans les deux cas, dans un sens restrictif et par un milieu retreint d’experts, en particulier chez les hauts fonctionnaires, et plus spécialement ceux de l’appareil financier public. La libéralisation désigne alors des formes partielles de liberté, en grande partie d’ordre technique, et de desserrement des contraintes, en particulier étatiques, et cela dans une perspective réformatrice et immédiate, qu’il s’agisse des media, particulièrement de la télévision, du système éducatif ou encore des structures du crédit.

8La libération exprime en revanche une forme à la fois radicale, absolue et irréversible de transgression des contraintes de toutes sortes, non sans d’ailleurs manifester l’expression d’espérances utopiques. Ce qui rend compte d’un emploi peu fréquent. Comme si ce terme, longtemps doté d’une majuscule à la suite des combats de 1944, était revêtu d’une référence à ce point lourde qu’elle l’inscrivait dans une tout autre histoire.

Temporalités : le renversement méthodologique

  • 10 Frank R., « Les temps de 68 », Les années 68. Un monde en mouvement. Nouveaux regards sur une hist (...)

9L’attention portée aux moments d’émergence de questions relatives aux libertés ou à la libéralisation, aux tensions qui les traversent et aux temporalités spécifiques à chacun des champs d’investigations induit une approche chronologique qui nous est propre. Bon nombre d’ouvrages consacrés à 1968 privilégient le temps court de l’événement et de l’histoire bataille. Certes d’autres lui préfèrent la longue durée des « années 1968 », inégalement extensibles d’un ouvrage à l’autre, ou celle, plus étroitement culturelle, des sixties10, en postulant alors une homogénéité de la séquence adoptée qui s’impose d’autant mieux qu’ils ne retiennent que les seuls indicateurs propres à fonder son existence. Pour éviter ce qui finit par relever de découpages extensibles sans raisons ni limites, nous avons adopté une démarche opposée. Nous nous sommes délibérément refusé à prendre comme origine l’épisode 68 et à constituer ensuite des séquences signifiantes à partir d’un événement dont nous aurions présupposé la centralité a priori.

  • 11 À cet égard, on pourrait adjoindre utilement aux contributions rassemblées dans ce présent volume,(...)

10Nous avons, à l’inverse, proposé aux contributeurs et contributrices réunis dans ce volume d’interroger la place – éventuelle, non évidente a priori et parfois même infondée – de l’événement 1968 et de ses suites immédiates, ainsi que sa pertinence au regard des aspirations ou politiques de libération ou de libéralisation dans le champ d’investigation qui était le leur. Cette approche séquentielle nous a fait ainsi courir un double risque, d’ailleurs explicitement assumé. D’abord, celui de devoir croiser des histoires sectorielles et morcelées qui en arrivent à faire apparaître de sérieux décalages de chronologies. Ensuite, pour certaines de ces histoires, accepter sans hésiter l’hypothèse qu’on peut (et qu’on doit) les écrire sans avoir à mobiliser 1968 outre mesure11. Des chronologies discordantes apparaissent ainsi clairement dans l’ouvrage, qui rendent le paysage singulièrement plus complexe et incitent à poser la question de savoir comment ce faisceau d’éléments discontinus peut (ou non) créer du continu et, dans la première hypothèse, dans quelle relation à l’événement 1968 ?

11Dans les pages qui suivent, les dix-huit contributions qui composent cet ouvrage ont été organisées en égrenant les thèmes suivants : économie et finances ; culture et enseignement ; ordre public ; mouvement syndical, action sociale et recompositions politiques, avec un contrepoint sur la situation tchécoslovaque. Mais à l’orée de l’ouvrage, il est apparu que la traversée de ces textes suivant un autre parcours, chronologique celui-là et scandé par trois séquences distinctes, pouvait apporter quelque lumière.

L’amorce d’une traversée chronologique : la séquence 1936-1946-1968

Hégémonie de la culture et des institutions de la régulation administrée

  • 12 Cf. Andrieu Cl., Le programme commun de la Résistance : des idées dans la guerre, Paris, Les Éditi (...)
  • 13 Cf. Margairaz M., « Les valeurs économiques et sociales de la Résistance : entre démocratisation e (...)

12Le mode de régulation administrée, essentiellement d’ordre financier, économique et social, né de la séquence 1936-1946, repose, fait bien connu, tout particulièrement sur le consensus explicite noué dans la résistance contre l’Occupant. Le fondement originel en est ce que l’on nomme souvent le programme du Conseil national de la Résistance (CNR), adopté unanimement le 15 mars 1944 dans la clandestinité entre les représentants des partis, des confédérations syndicales et des mouvements de Résistance, et qui trouve après la Libération ses relais également chez les gouvernants et la haute administration. Plus précisément, c’est la partie économique et sociale de la Charte du CNR qui fait l’objet d’un consensus sociopolitique durable et unique dans l’histoire politique de la France depuis 178912. À la différence de l’héritage politique stricto sensu de la Résistance, d’emblée conflictuel et sans lendemain, du fait du double échec quasi immédiat de la construction d’un grand parti issu de la Résistance et du premier projet de constitution. À l’inverse, la postérité de son message dans le domaine économique et social s’affirme durablement et reflète le grand compromis sociopolitique élaboré dans la lutte commune et héroïque tout à la fois contre la crise économique, contre le régime de Vichy et contre l’Occupant13.

  • 14 Andrieu C., Le Van L. et Prost A., Les nationalisations de la Libération. De l’utopie au compromis (...)

13Il s’agit bel et bien d’un large accord, explicite à ses origines clandestines et quasi implicite ensuite, entre les grandes forces politiques, sociales et morales du moment, qui trouve à s’incarner à travers des lois, des institutions et des pratiques de régulation et de protection économiques et sociales. Celles-ci visent en particulier à assurer la pérennité d’activités et de groupes de la société française – en particulier les plus fragiles d’entre eux – et in fine parviennent à forger une véritable culture nationale de régulation économique et sociale. Cette culture repose pour partie sur les « réformes de structures » de la Libération, qui comportent notamment, on le sait, la Sécurité sociale, les comités d’entreprises, le Plan, les nationalisations, le secteur public renforcé et un certain dirigisme économique et financier… Autant d’institutions nouvelles qui apparaissent comme un véritable bien commun transpartisan, émanant des diverses forces politiques, économiques et sociales, allant des communistes aux gaullistes et à la droite patriote incluant les démocrates chrétiens, les socialistes et les radicaux et associant la CGT à la CFTC14.

14Ces institutions subsistent même par-delà les divisions de la guerre froide, pourtant rapidement survenues peu de mois après la Libération. Ce mode de régulation est refondé et légitimé de belle manière lors de son retour aux affaires en 1958 par le général de Gaulle – par ailleurs l’un de ses artisans majeurs en 1943-1945 – qui ne manque d’ailleurs guère d’occasions publiques, dès la fondation de la République nouvellement constituée, d’autocélébrer la continuité des temps avec les « réformes de structures » en n’omettant pas d’évoquer son propre rôle dans leur genèse en 1944-1946. Régulation qui s’est trouvée ainsi perpétuée et n’a connu aucune mise en cause fondamentale jusqu’aux années 1960, même si elle l’a été sur un mode qui interdit par exemple aux communistes, pourtant acteurs et héritiers de cette même séquence, de s’y reconnaître de manière explicite. Pour ceux-ci, ces réformes résultent d’abord de la mobilisation populaire issue des combats de la Résistance et de la Libération, dans lesquels ils s’attribuent, à leur tour, une place majeure.

15La régulation administrée a sans doute protégé, au moins partiellement, les fractions les plus fragiles de la société française dans le maelström de la vive croissance industrielle et financière des Trente Glorieuses et de ses arrachements. Mais non sans imposer en retour des formes étatiques, autoritaires et rigides de développement – ne serait-ce qu’à travers les « priorités » du Plan – avec ses inévitables hiérarchies, contraintes, disciplines collectives, formes multiples d’autorité et de représentation reconnues et instituées ainsi que ses modes de contrôles limitant par là même la liberté individuelle et collective des acteurs. Du moins ces contraintes sont-elles à ce point incorporées qu’elles ne font longtemps l’objet d’aucune remise en cause dans l’espace public, la liberté, même individuelle, étant longtemps reconnue comme directement tributaire de la garantie des droits collectifs et des formes de représentation convenues, pour tout dire de la démocratie. D’où le recours fréquent à ce vocable, bien davantage qu’à celui de liberté. Les contraintes ne commencent à être perçues et dénoncées comme telles précisément qu’au prisme des mobilisations contemporaines ou postérieures à 1968.

À la veille de 1968 : l’annonce d’un double processus de libéralisation

16À partir du milieu des années soixante s’amorcent deux séries de remises en cause qui, pour concomitantes qu’elles soient, n’en sont pas moins à la fois indépendantes et cumulatives. La perspective d’une libéralisation programmée des frontières commerciales, avec l’achèvement du délai de constitution du Marché commun à l’horizon de 1968, oblige les décideurs, publics et privés, à des adaptations d’envergure dont le Ve Plan, mis en œuvre dès 1965, représente à la fois le signe, le produit et l’instrument majeur.

  • 15 Prost A., Éducation, société et politiques. Une histoire de l’enseignement en France, de 1945 à no (...)

17Durant ces mêmes années, caractérisées par une expansion rapide et régulière – de l’ordre de 5 % de croissance moyenne l’an – et une phase de prospérité sans précédent, émerge un processus de libération sociale et culturelle. Émanant du cœur de la société, des aspirations à davantage de libertés prennent corps et se font entendre, en particulier chez les plus jeunes et tout spécialement dans le domaine socioculturel ou dans celui des moeurs, à des échelles locale ou régionale, collective mais aussi et surtout individuelle. Ainsi, à l’échelle micro-sociale, les parents doivent à l’ampleur de bouleversements alors à l’œuvre de ressentir certains doutes sur ce qui furent leurs valeurs. L’éducation familiale devient moins rigide. À l’échelle méso-sociale des générations, la prolongation de la scolarité vaut à l’adolescence de s’affirmer comme groupe social autonome, doté d’une subculture qui lui est propre et participe de cette révolution culturelle qualifiée parfois de culture des sixties. La croissance exponentielle des effectifs scolaires et universitaires se trouve également à l’origine d’une inadaptation pédagogique dénoncée autant par l’UNEF que par certains des enseignants dès les années soixante15. Le statut traditionnel de la femme semble remis en question. Des régions aspirent à l’autonomie, etc. Le cadre rigide de la régulation économique et sociale semble remis en cause, voire ébranlé en plusieurs de ses segments.

  • 16 INSEE, Fresque historique du capital productif, Paris, INSEE, 1974, 238 p.

18Dans le même temps, le cercle vertueux croissance économique – gains de productivité – accroissement du pouvoir d’achat des Trente Glorieuses semble rencontrer plusieurs obstacles d’ordre national et international par-delà la poursuite, voire l’accélération de la croissance économique globale. Le chômage, certes encore modeste – 440 000 chômeurs en 1967 ! – augmente néanmoins de manière sensible. Parallèlement, plusieurs études font état d’un fléchissement de la rentabilité du capital16. La dépréciation du dollar, partant l’ébranlement du système monétaire international se manifestent dès 1968. Et surtout l’internationalisation croissante des finances et des économies met à mal les logiques nationales de la Reconstruction à l’œuvre depuis l’après-guerre. D’où des réflexions émanant de milieux divers sur les infléchissements nécessaires.

19Plusieurs auteurs des contributions réunies ici s’attachent à analyser en détail les redéfinitions théoriques ou pratiques alors amorcées par des élites réformatrices, qui se recrutent tout à la fois parmi les hauts fonctionnaires, dans certaines franges du patronat ou du syndicalisme, mais également parmi les cadres de l’éducation populaire, ou chez des héritiers du christianisme social réunis dans le cadre des commissions du Plan (Michel Margairaz), ou encore dans les maisons de formation (Guy Brucy), dans les conseils des régions en essor (Florent Le Bot et Fabrice Marzin), dans certains bassins d’emploi affectés par les exigences de l’économie de marché (Michel Pigenet) ou lors de certaines rencontres, tel le colloque de Caen (Antoine Prost). Autant d’espaces qui se révèlent comme autant de lieux de recompositions politiques, souvent aux marges des institutions, mais non sans une extrême porosité vis-à-vis d’elles. Des réévaluations s’opèrent également au sein même de l’appareil d’État, chez les financiers publics ou encore chez certains préfets, voire au cabinet du ministre des Finances (Michel Margairaz) ou du Premier ministre, où des commissions interministérielles trouvent à s’affirmer comme des instances de libéralisation progressive (Guy Brucy).

20Les projets caressés ou parfois mis en œuvre mettent en question ou mobilisent souvent frontalement des lois, arrêtés, réformes, plans, institutions ou acteurs constitutifs du mode de régulation mis en place à la Libération. Il en est ainsi, au fil des contributions, des lois des 13 juin 1941 et du décret du 2 décembre 1945, demeurées les cadres organisateurs du système bancaire (Fabien Jouan), du décret de janvier 1946 sur le Plan (Michel Margairaz), de l’arrêté d’avril 1948 sur la formation et la promotion (Guy Brucy), de la loi du 6 septembre 1947 relative au statut des dockers (Michel Pigenet), de la Réunion des Théâtres lyriques nationaux, créée par Jean Zay en 1936 (Aurélien Poidevin), de Peuple et Culture et de Tourisme et Travail, pareillement héritiers de l’éducation populaire refondée à la Libération mais engagés dans des stratégies divergentes (Guy Brucy, Sylvain Pattieu), de la réforme Amor, adoptée en 1945, qui place l’amendement et le reclassement social du condamné au centre de la peine privative de liberté (Jean Bérard) ou encore du Plan Langevin Wallon, référence confirmée pour ceux des syndicats qui en appellent à la réforme (Antoine Prost). En témoignant ainsi de la persistance de ce qui demeure un principe d’organisation de la société française et un socle de références guère contournables dans chacun des secteurs impliqués.

21Certaines de ces réévaluations trouvent d’ailleurs à s’inscrire dans la loi dès avant 1968. Les mesures Debré-Haberer assouplissent en 1966-1967 les cadres légaux du système bancaire et de crédit. Le rapport Raynaud de la réforme des régimes matrimoniaux (1965) fait de la séparation de biens le régime normal et permet aux femmes mariées d’ouvrir un compte en banque sans l’autorisation du mari. La loi Neuwirth sur la contraception (1967) tire argument de la situation beaucoup moins rigide à cet égard qui prévaut en Europe du Nord. Les règlements contestés des cités universitaires interdisant aux garçons l’entrée dans les bâtiments des filles sont modifiés dès 1967 dans le sens d’une plus grande libéralisation. De manière plus large, le ministère de l’Éducation nationale s’apprête à élaborer des mesures de réformes pédagogiques prêtes à être mises en œuvre quand survient le printemps 1968 (Antoine Prost).

22Des tentatives de libéralisation économique et financière sont esquissées de façon concomitante. C’est le cas pour les télécommunications, la Réunion des théâtres lyriques nationaux, le système bancaire et de crédit, le marché financier, les entreprises nationales, la planification, la formation permanente, le statut des dockers… en remettant parfois en question certaines libertés devenues coutumières, s’agissant, par exemple des dockers ou des musiciens. Ces mutations perturbent certaines identités professionnelles (dockers) ou politiques (particulièrement chez les communistes et les gaullistes), affectées par l’affirmation en leur sein même d’identités alternatives dont l’assise est générationnelle et suscitent parfois des conflits sociaux d’envergure, dès avant 1968. Ainsi, évoqués au fil des pages, les cas des dockers ou des musiciens en lutte pour la préservation de leur statut ou encore des militants de l’ouest français. À une échelle macropolitique, ces mutations provoquent de fortes réaffirmations des fonctions régulatrices et protectrices de l’État, dans une logique keynésienne qui toutefois ne se reconnaît pas pour telle, s’agissant des communistes et de la CGT.

Avant 1968, des formes de libéralisation partielles et limitées

23Force est du moins de relativiser l’importance et l’étendue de ce moment de libéralisation, en amont du printemps 1968. Dans le domaine sociétal et culturel, le processus engagé demeure limité, si on le compare à celui qui affecte au même moment l’Europe du Nord ou les États-Unis, devenus à ce titre un modèle invoqué par les tenants de la contre-culture. Outre-Atlantique, la pilule est mise en vente dès 1960 et l’homosexualité dépénalisée dans près de la moitié des États sept ans plus tard. Au Royaume-Uni, le gouvernement travailliste de Harold Wilson, constitué en 1964, démocratise de système éducatif et engage le pays dans la voie d’une libéralisation des mœurs caractérisée, dès avant 1968, par la loi sur le divorce par consentement mutuel, par la suppression de la peine de mort, par l’Abortion Act qui étend la possibilité de l’avortement à toutes les femmes, par le Family Planning Act qui charge les collectivités locales de mettre sur pied des Family Planning Centers permettant l’accès aux contraceptifs ainsi que par la dépénalisation de l’homosexualité.

24De manière parallèle, les mesures, partielles, modestes ou limitées, de libéralisation économique et financière qui caractérisent ces mêmes années, ne peuvent être identifiées, quant à elles, au libéralisme ou à l’économie de marché tels qu’on les entend aujourd’hui, qu’il s’agisse du système bancaire (Fabien Jouan), des services publics tels que la Poste (David Chaurand), de la fiscalité (Frédéric Tristram), de la planification centralisée (Florent Le Bot, Fabrice Marzin) ou encore du Plan, des entreprises nationales et du système financier et monétaire dans son ensemble (Michel Margairaz). La culture de régulation résiste avec vigueur, et ceci d’ailleurs à droite comme à gauche, signe de son caractère transpartisan. La politique publique en matière économique et financière, lorsqu’elle est quelque peu théorisée, s’appuie encore largement sur des principes puisés dans la théorie keynésienne, l’impôt est mis au service de la politique conjoncturelle et des perspectives du Plan, l’action publique est encore tenue pour nécessaire et l’économie est toujours perçue comme fondamentalement mixte, mêlant acteurs et entreprises publiques et privées. La volonté de ne pas tout laisser au marché se constate également à l’échelle européenne. Le libéralisme à l’œuvre est d’abord impulsé par l’État, qui dispose encore largement d’instruments de contrôle et d’action dans un cadre national. Plusieurs des contributions évoquent ainsi « un État interventionniste dans la perspective d’une économie libérale » (Florent le Bot, Fabrice Marzin) ou encore « un État ingénieur conseil de l’industrie privée » (Guy Brucy).

25On s’achemine alors vers une libéralisation à petits pas et octroyée d’en haut. À la différence des libertés conquises à travers des épisodes de mobilisation massive. Or 1968 perturbe doublement ces processus à l’œuvre et les affecte de manière non univoque.

La séquence 1968-1975 : une double postérité en concurrence

26Le Front populaire s’est caractérisé par le quasi-synchronisme de la double victoire, électorale et revendicative, de ses acquis contractuels et législatifs et de leurs effets ressentis, parfois sur le moment – ainsi, les congés payés – dans l’existence de chacun. La victoire électorale a autorisé une « explosion sociale » que nul n’avait pressentie. La grève advenue a précipité, en retour, la mise en œuvre accélérée de mesures pour la plupart préalablement inscrites dans le programme du Rassemblement populaire, toutes en conformité avec ses orientations économiques et sociales, mais propres à susciter une politique culturelle à ce point consubstantielle qu’elle va s’imposer dans les mémoires pour l’expression la meilleure de l’événement.

27Le temps court de la crise de mai-juin 1968 ne produit pas des effets contemporains et intégrés à telle enseigne. Néanmoins, après l’événement, des mesures de libéralisation, essentiellement d’ordre culturel et sociétal, sont entreprises par la majorité conservatrice, confortée par le résultat des élections de juin 1968. Mais en son sein, comme d’ailleurs dans les rangs de la gauche, deux postérités se concurrencent pour capitaliser l’événement.

Après 1968 : une libéralisation sociétale et culturelle à éclipses et aux effets souvent contrariés

28L’après-68 est caractérisé par une éruption anti-autoritaire où le culturel et le politique se confondent souvent, et dont Actuel, qui pourfend l’« Ordre moral » jusqu’alors prévalant (Michaël Rolland), constitue un bon exemple. Certaines de ses exigences trouvent à s’inscrire dans la loi dans une temporalité cependant complexe.

29La crise sociale que la France traverse durant un mois et demi et la plus grande grève générale jamais connue se concluent, on le sait, par la victoire politique de celui que les acteurs de mai-juin avaient tous pris pour cible, par-delà leurs contradictions. Le 23 juin, la majorité gaulliste sort confortée des élections législatives. Fort de son succès, qui a pu paraître paradoxal, le gouvernement peut se permettre (à moins qu’il n’ait pas pu éviter de ne pas se permettre) de faire adopter presque aussitôt deux lois qui répondent à certaines des aspirations du mouvement. Il s’agit de la loi d’orientation de l’enseignement supérieur de novembre 1968, qui remanie de fond en comble l’organisation de l’université française, et celle du 27 décembre 1968 portant création de la section syndicale d’entreprise, en réponse à une vieille revendication des confédérations syndicales ouvrières. L’enseignement secondaire connaît simultanément des transformations de grande ampleur qui vont dans le sens d’une pédagogie plus active.

  • 17 Il convient de souligner que la France agit dans ce domaine également avec un évident retard. L’âg (...)

30Les réformes se poursuivent sous le gouvernement de Jacques Chaban-Delmas, lors de la présidence de Georges Pompidou, sous le signe revendiqué, du moins à Matignon, de la « nouvelle société ». Une loi de 1970 réforme l’autorité parentale en introduisant le principe de l’autorité conjointe des deux parents. Celle du 16 juillet 1971 définit l’« organisation de la formation professionnelle continue dans le cadre de l’éducation permanente ». Les décrets d’application de la loi Neuwirth autorisant la contraception sont adoptés en 1971 et une première réforme des prisons est engagée l’année suivante. Puis c’est Valéry Giscard d’Estaing, devenu président de la République en 1974, qui engage pleinement la société tout entière dans la voie d’une libéralisation culturelle codifiée par un faisceau de lois convergentes, quasiment toutes adoptées lors de la première année de son septennat : la loi du 5 juillet 1974 abaissant la majorité à dix-huit ans17, celle du 7 août 1974 transformant l’ORTF, celle du 17 janvier 1975 instaurant l’IVG, celle du 2 juillet 1975 sur le divorce par consentement mutuel, ainsi qu’une nouvelle réforme pénitentiaire.

31Il s’agit bien de vagues éphémères (1968-1972, 1974-1975) de réformes libérales – dans l’acception de la libéralisation des mœurs ou de celle de la culture – émanant de gouvernements réunissant quasiment désormais la plus grande partie (de 1969 à 1974), puis la totalité de la droite et du centre (de 1974 à 1981). De surcroît, elles s’étalent sur un laps de temps de sept années, mais n’ont pu être adoptées le plus souvent qu’avec le soutien des élus de l’opposition de gauche. Il demeure en effet au sein des droites – gaulliste, indépendante ou libérale – une résistance opiniâtre à la libéralisation, perçue encore par des fractions d’entre elles comme l’encouragement néfaste à une subversion redoutée, et dont le mouvement de 1968 aurait été l’événement annonciateur. Ces réformes libérales ne peuvent de ce fait se donner pour des acquis directs de mai 1968, avec la même évidence que les congés payés s’agissant de 1936, même si elles sont durablement présentées comme telles par l’opposition de gauche (Danielle Tartakowsky). De surcroît, elles n’excluent pas des mesures autoritaires, qui peuvent leur être concomitantes dans d’autres secteurs, tel qu’elles apparaissent par exemple dans la politique à l’égard des objecteurs de conscience (Régis Forgeot).

La radicalisation politico-culturelle postérieure à 1968 et ses effets en retour

  • 18 Achin C. et Naudier D., « Les féminismes en pratiques », Damamme D. et alii, Mai Juin 68…, op. cit (...)

32Mai-juin 1968, qui paraît avoir précipité l’adoption de projets réformateurs en même temps qu’il catalysait des aspirations réformatrices avant d’en susciter de nouvelles sur un mode différé, provoque dans bien des secteurs des processus éminemment complexes, voire contradictoires, qui peuvent de surcroît rapidement constituer des éléments de frein, notamment dans le domaine sociétal et culturel. Les travaux de Catherine Achin et Delphine Naudier montrent ainsi comment les aspirations féministes ou homosexuelles, affirmées dès avant 1968, gagnent en ampleur et se radicalisent. Entre 1968 et 1970, une poignée de petits groupes qui s’ignorent débattent des rapports de sexe et des conditions de libération des femmes et opèrent une véritable radicalisation. Masculin, Féminin, Avenir devient Féminisme, Marxisme, Action et cesse d’être mixte pour autoriser la libération d’une parole des femmes. Au cours de l’été 1970, surgit le Mouvement de libération des femmes (MLF). Les mobilisations s’opèrent désormais pour la libre disposition de son corps, pour la légalisation de l’avortement (Le Manifeste des 343 : « Je me suis fait avorter » ; le procès de Bobigny en 1972). Elles se concrétisent dans l’émergence du Mouvement pour la libéralisation de l’avortement et la contraception (MLAC). Les mutations que connaît alors le mouvement homosexuel témoignent de cette même volonté de conférer un tour plus radical et plus directement politique à l’aspiration exprimée à disposer de son corps, comme l’atteste la constitution du Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR) en 197118.

33Ce même phénomène de radicalisation et de surpolitisation des questions sociétales après 1968 se donne également à voir s’agissant des régionalistes bretons (Florent Le Bot et Fabrice Marzin), des objecteurs de l’action non violente humaniste convertis au militantisme anticapitaliste (Régis Forgeot), du champ pénitentiaire (Jean Bérard) ou encore dans le domaine pédagogique (Antoine Prost). Cette radicalisation des acteurs et des actions peut susciter des tensions propres à porter en retour un coup d’arrêt décisif aux processus réformateurs amorcés parfois, on l’a vu, avant 1968. Ainsi, dans le cas des objecteurs de conscience, de l’enseignement, ou, à partir de tensions d’autre nature et dans une chronologie décalée, de la prison (Jean Bérard). Des contradictions nouvelles et fortes se structurent, qui trouveront à se résoudre dans une tout autre temporalité (Régis Forgeot) ou encore qui ne se résoudront pas (Antoine Prost).

34La libéralisation octroyée à petits pas, telle qu’envisagée par certains des milieux restreints d’experts avant 1968, se trouve bel et bien compromise par les retombées de l’événement. Il n’y a pas de continuum de la libéralisation. Cette même séquence où s’affirment les orientations libérales dans le domaine sociétal et culturel, fusse sur un mode qui n’est pas univoque, voit se refermer ce qu’il faut, dès lors, tenir pour une parenthèse libérale dans le domaine économique.

La parenthèse du libéralisme économique et financier se referme, à l’orée de la crise

35Ces mêmes années durant, la droite infléchit, et cela pour plus d’une décennie, le mouvement de libéralisation économique et financière timidement amorcé depuis 1965-1966. Plusieurs des contributions rassemblées ici (Florent Le Bot et Fabrice Marzin, Fabien Jouan, Frédéric Tristram, David Chaurand, Michel Margairaz, mais également Michel Pigenet) montrent comment l’événement court en 1968 joue un rôle de frein dans le processus complexe de libéralisation alors engagé. Et ceci, à la suite de circonstances nationales et internationales.

36À l’échelle nationale, dans un premier temps qui s’étale jusqu’aux premières années de la décennie 1970, le mode de régulation administrée caractéristique des Trente Glorieuses, qui a subi des premières atteintes à partir de 1965, paraît conforté par les retombées du protocole de Grenelle. En effet, les négociations de mai 1968 et leurs suites semblent avoir consacré le rôle renforcé et symétrique des gaullistes et du conglomérat CGT-PCF. Dès lors, ce sont les forces sociopolitiques qui se montrent les meilleurs défenseurs – de part et d’autre de la frontière gauche-droite – des institutions de la régulation administrée qui paraissent l’emporter. On ne peut guère toutefois en tirer une règle générale, dans la mesure où par exemple ce même processus ne joue pas dans le cas de la RTLN pour laquelle 1968, ou plus précisément le début des années 1970, marquent cette fois la fin du cycle ouvert en 1936 (Aurélien Poidevin).

37Mais ce sont surtout les transformations du contexte international qui sans doute jouent un rôle encore plus décisif dans le freinage de l’élan vers la libéralisation économique et financière. Les premiers soubresauts qui affectent les bases du système monétaire international bâties à Bretton Woods se manifestent dès 1968 et l’éclatement de ce système est consommé avec la non-convertibilité et la dévaluation du dollar décidées entre 1971 et 1973 par Richard Nixon. Ces événements ouvrent une ère d’incertitude monétaire et d’inflation, qui pèsent sans doute bien plus lourdement que les infléchissements intérieurs dans les hésitations manifestées en particulier par les financiers publics pour libéraliser le système monétaire et financier.

  • 19 Margairaz M., « L’Élysée et la politique industrielle en question : politique de l’architecte ou d (...)

38Mais, plus largement c’est la crise économique et ses lourdes retombées sociales à partir de 1974 qui modifient le paysage général et rendent compte d’un mouvement complexe, où pointent certes quelques mesures de libéralisation économique et financière, mais au cœur d’un mouvement général de freinage. En France, après 1974, malgré les professions de foi libérales de Valéry Giscard d’Estaing, en particulier dans Démocratie française, ou encore de Raymond Barre, devenu Premier ministre de 1976 à 1981, et les premiers pas de la libéralisation des prix en 1978 opérée par René Monory, la libéralisation du système financier, amorcée par Debré-Haberer en 1966-1967, se trouve bel et bien durablement interrompue, dans un contexte d’incertitude monétaire qui obscurcit l’horizon. Parallèlement, du fait de l’essor rapide d’un chômage de masse dans les régions d’industrialisation traditionnelle en proie aux restructurations et au « redéploiement » (Lorraine sidérurgique, Nord, Région parisienne…), et de l’ampleur de la mobilisation populaire de masse – encadrée par les confédérations syndicales – qu’il entraîne à sa suite, la politique gouvernementale, malgré les velléités libérales de ses dirigeants, s’oriente davantage vers un renforcement de l’action de l’État pour colmater les dégâts opérés sur la situation de l’emploi19. Non sans renouer d’ailleurs dans ce domaine avec une politique plus répressive.

39Les gouvernements conservateurs en place de 1968 à 1981 se trouvent ainsi à la fois acteurs et tributaires d’une évolution à fronts renversés. En effet, la libéralisation sociétale et culturelle se poursuit à éclipses, malgré la résistance d’une partie de la majorité de droite et du centre, alors que la libéralisation économique et financière, bien que souhaitée par une large partie des forces sociopolitiques qui soutiennent le gouvernement, s’interrompt de manière durable. Avec sans doute une certaine dissymétrie. La poursuite à pas comptés de la première forme de libéralisation reflète probablement davantage les contraintes des rapports de forces nationaux, alors que le freinage de la seconde se trouve largement dû au retournement conjoncturel international, à l’entrée dans le ralentissement économique général et dans le développement du chômage de masse, et à l’instabilité économique et monétaire des années 1970.

40Cette évolution à fronts renversés n’est pas étrangère à une incontestable recomposition politique qui se révèle éminemment complexe. La crise de mai-juin 1968 suscite en effet deux mouvements contradictoires aussi bien à droite qu’à gauche, où se manifestent véritablement deux postérités en concurrence.

Une double postérité à droite : le renforcement éphémère et paradoxal de la culture de régulation et sa résistance en recul

41Dans un premier temps, on l’a dit, la crise de mai-juin 1968 polarise les contradictions autour des représentations consacrées et instituées de la droite et de la gauche auxquelles elle restaure leur efficience, comme il advient lors de chacune des crises politiques majeures ayant rythmé l’histoire de la République. Ainsi, l’affaire Dreyfus, février 1934 et, sous l’espèce des gaullistes et des communistes, la Libération, puis mai 1958.

42Mais simultanément la crise de 1968 brouille certaines lignes de partage et amorce un processus de recomposition politique, qui dresse les artisans et les héritiers explicites du mode de régulation administrée né de la Libération – tels que les communistes, les gaullistes et les socialistes marxistes, animés par un même sens de l’État – face aux courants anti-autoritaires néolibéraux et/ou libertaires. Au prix d’un puissant brouillage des frontières jusqu’alors convenues.

43Le 13 mai 1968, les manifestations se sont déployées dans la France entière aux cris de « 10 ans, ça suffit ! Bon anniversaire mon général ! » Dix-sept jours plus tard, le général de Gaulle a retrouvé les pires accents de la guerre froide pour dénoncer violemment la tentative subversive du « communisme totalitaire » et rassembler bien au-delà de la droite sur cette base, comme en témoigne l’immense flot du 30 mai remontant les Champs-Élysées. Ces forces, gaullistes et communistes principalement, constitutives de l’exceptionnalité française en politique intérieure comme en politique extérieure depuis l’après-guerre, révèlent ainsi une ultime fois leur capacité perpétuée à polariser des identités conflictuelles et, par là même, à matérialiser ouvertement les lignes de faille principales du combat politique. Même les contradictions violentes opposant communistes et gaullistes dans les vingt-cinq années qui précèdent ne suffisent pas à occulter un fait majeur. En effet, ces forces, qui persistent à dominer la vie politique française (plus de 60 % des suffrages exprimés se sont portés en faveur des deux partis, UD Ve et PCF, aux législatives de mars 1967), ont conquis leurs positions à la faveur d’une seule et même crise et d’une même histoire, celle de l’Occupation, de la Résistance et de la Libération, ces deux dernières se trouvant ainsi doublement et durablement légitimantes.

  • 20 Lazar M., « Le Parti communiste français, de Gaulle et la modernisation », in Courtois S. et Lazar(...)

44Par-delà même ce qui les oppose idéologiquement et philosophiquement, ces deux courants politiques participent bel et bien d’une culture commune, dont le programme du Conseil national de la Résistance et les « réformes de structures » de la Libération constituent l’expression la meilleure. Cette culture commune de régulation et de protection économique et sociale à l’intérieur et d’indépendance nationale à l’extérieur s’exprime au sein de ces deux forces politiques par diverses voies. D’abord, dans une adhésion commune à ce qu’il est convenu de qualifier de patriotisme jacobin. Puis tout à la fois dans leur sens de l’État, de l’intérêt général et du service public. Enfin, dans l’importance qu’elles accordent aux impulsions venues d’en haut ou dans leur conception somme toute assez semblable de la modernisation : industrielle, productiviste, étatique, indépendante et nationale20.

  • 21 Cité in Chaban-Delmas J., L’ardeur, Paris, Stock, 1975, 446 p., p. 364.

45Dans un premier temps, déjà évoqué, Jacques Chaban Delmas, conseillé par Jacques Delors et par Simon Nora à Matignon – eux-mêmes issus du christianisme social et du mendésisme, deux composantes de la « deuxième gauche » – croit pouvoir consolider la culture de régulation dans une version moins étatique et davantage contractuelle, en ménageant en particulier une place accrue aux confédérations syndicales, ouvrières et patronales. Mais sa démission en 1972 ne fait que confirmer l’opposition du président Georges Pompidou à la « nouvelle société » annoncée par le discours de Chaban du 16 septembre 1969 : « Laissez donc tranquille votre nouvelle société, personne n’y croit ; vous rasez tout le monde », aurait confié le chef de l’État à son Premier ministre, un an plus tard21.

46Après deux années d’un tour résolument conservateur sous le gouvernement de Pierre Messmer, Giscard d’Estaing, une fois parvenu à l’Élysée, croit pouvoir, au nom de la supériorité affirmée des principes du libéralisme et du soutien d’une grande partie du CNPF, desserrer quelques contraintes issues des institutions participant de la culture de régulation. Signe désormais que ce ne sont plus les gaullistes qui assurent l’hégémonie à droite, malgré la présence de Jacques Chirac à Matignon, mais leurs alliés, indépendants et libéraux. Mais une fois passés quelques mois occupés à accomplir des réformes culturelles et sociétales emblématiques, on l’a vu, les effets de la crise économique et la mobilisation sociale qui en résulte ferment la voie à la plupart des mesures de libéralisation économique et financière, si ce n’est toutefois le desserrement de la politique des prix et une certaine relance du marché financier opérés par René Monory.

47Ainsi, à droite, la postérité de 1968 voit bel et bien se mêler de manière complexe deux courants qui entretiennent des relations symétriques à l’égard de la culture de régulation. Cette même double postérité se retrouve à gauche.

Une double postérité concurrente également à gauche

  • 22 Gauchet M., « Bilan d’une génération », Le Débat, no 149, mars-avril 2008, p. 101-111.

48Dès le milieu des années soixante, quand bascule la modernité telle qu’elle s’est structurée au sortir de la guerre, des remises en causes et des constructions alternatives surgissent et se structurent dans l’un et l’autre camp, partant aussi à gauche. Toutes perçoivent cet héritage disputé comme un frein et le dénoncent à ce titre. Ces recompositions à l’œuvre contribuent à expliquer que le mai français ait revêtu un tour très politique et qu’il ait été caractérisé, bien sûr, par son antigaullisme, mais également par un anticommunisme sans égal dans les démocraties occidentales. L’invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes du pacte de Varsovie en août 1968 certes amplifie cet anticommunisme, mais ne se trouve aucunement à l’origine d’un rejet qui la précède de beaucoup. Tant le basculement dans une modernité d’une autre sorte suppose de mettre à mal, et si possible à bas ceux qui se présentent nommément comme les artisans des compromis nés de l’après-guerre, demeurés toujours structurants dans la France de 196822. Mais les recompositions macropolitiques qui s’opèrent au sortir de l’événement sont loin d’être univoques et d’aller dans cette seule voie de la remise en cause de la régulation.

  • 23 Georgi F. (dir.), Autogestion. La dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, 612 (...)

49À gauche, l’après 1968 est marqué par une manière d’institutionnalisation des aspirations autogestionnaires23 (Frank Georgi). Celles-ci s’inscrivent dans un large mouvement de contestation de certaines formes caractéristiques des Trente Glorieuses, qui incluent d’ailleurs pêle-mêle la condamnation de la régulation keynésienne et le socialisme d’État, dont elles anticipent la double crise quasi concomitante et qu’elles tiennent pour responsables des déficits contemporains de démocratie. Ceux qui se réclament de l’autogestion dénoncent l’aliénation à l’œuvre dans toutes les dimensions de la vie humaine et formulent une critique, théorique et pratique, tout à la fois de l’autorité hiérarchique, du productivisme et de l’État auxquels ils opposent la notion, centrale à leurs yeux, de « base », propre à assurer la démocratie au quotidien. En défendant l’idée que ce sont les utilisateurs finaux, usagers, travailleurs qui doivent détenir le pouvoir, prendre des décisions, inspirer le politique dans chaque cellule de la vie sociale, ils contribuent à saper intellectuellement et politiquement les fondements du cycle ouvert avec le Front populaire et affirmé à la Libération, et par là même les fondements institutionnels, idéologiques et pratiques de la régulation administrée et des disciplines collectives qu’elle suppose et qu’elle impose jusque-là sans grande protestation. Ces aspirations autogestionnaires deviennent alors une référence mobilisatrice autant qu’identitaire pour la deuxième gauche – celle qui précisément se reconnaît le moins dans le compromis de 1936-1946 – tout particulièrement pour la CFDT, et se trouvent relayées par les nouveaux mouvements sociaux surgis dans les années 1970.

  • 24 Mouriaux R., Percheron A., Prost A. et Tartakowsky D. (dir.), 1968, Exploration du mai français…, (...)

50Mais, dans le même temps, cette séquence anti-autoritaire, autogestionnaire, également marquée par une amorce libérale, se télescope avec celle qui est marquée par l’élaboration et la ratification du Programme commun de gouvernement et par un effacement théorique du réformisme socialiste, en plein essor au début des années 1960. Certes, le moment 68 se solde, de manière peu différée, par un double échec : la défaite du gaullisme historique en avril 1969 et un indéniable mouvement de déconstruction et de remise en cause du parti communiste et de la culture dont il est le porteur. À une autre échelle, ce moment aboutit de fait dans la moyenne durée, à un mouvement général de reconstruction des forces ainsi mises en cause. À court terme en effet, tous les partis et tous les syndicats constitués sortent renforcés numériquement de la crise et confortés dans leurs orientations stratégiques divergentes24. Il en va de même pour certaines organisations de masse qui, telle Tourisme et travail, demeurent pourtant fidèles à la conception de la culture populaire issue de la séquence 1936-1946 (Sylvain Pattieu).

  • 25 Tartakowsky D., « La CGT, du hors travail au cadre de vie », in Hedde J. (coord.), La CGT de 1966 (...)

51En juin 1968, le Parti communiste, qui a misé sur la grève de 1968 pour précipiter la construction d’une alternative propre à renouer avec la culture de régulation, à l’amplifier et à engager un processus de mutations qu’il aurait voulu plus radicales, explique la paradoxale issue politique des événements, et, au total, l’échec stratégique par l’absence d’union de la gauche autour d’un programme commun. Ce programme, qui n’a pu voir le jour dans le temps court de la crise, est finalement ratifié par les socialistes et les radicaux de gauche en juin 1972. Son contenu demeure fondé sur une tentative de relance keynésienne de la consommation et de l’investissement ainsi que sur une politique de reconquête industrielle par des nationalisations, le tout participant pleinement de la culture de régulation. Le texte du programme crédite l’État d’un pouvoir régulateur et la planification, devenue « démocratique », de la capacité de contrer la logique du profit en assurant, à l’inverse, la satisfaction des besoins sociaux alors largement étendus : 39 heures, retraite à 60 ans… Ce programme contient également de quoi satisfaire quelques-unes des aspirations du mouvement de mai en accordant une attention soulignée à la « promotion de la femme », à la jeunesse, au « cadre de vie » et aux « nuisances », à la culture, au droit à l’information, à la décentralisation et à « l’autonomie de gestion25 ».

  • 26 Christofferson M., Les intellectuels contre la gauche. L’idéologie antitotalitaire en France 1968- (...)

52Danielle Tartakowsky montre toutefois que le politique réinvestit tardivement ces questions, socialement posées dès le milieu des années soixante, en ayant dès lors à les aborder aux feux de contraintes politiques nouvelles qui les surdéterminent et en viennent à biaiser totalement le débat. L’offensive en faveur des libertés s’inscrit désormais dans la contre-attaque engagée face à l’offensive confortée par la publication de l’Archipel du Goulag et par les nouveaux philosophes, au nom de la liberté26. Sans permettre au PCF de regagner le terrain qu’il lui faut céder, pied à pied. La connotation antifasciste encore largement dominante jusqu’à la première moitié de la décennie 1970 a fait mettre l’accent sur les libertés, principalement collectives. La simultanéité de la fin des régimes fascistes en Europe, de la dénonciation du socialisme comme totalitaire et du retournement de la conjoncture économique en 1974-1975 font insister sur la liberté, tout particulièrement individuelle.

53Dans la moyenne durée, c’est-à-dire la période qui comporte les dernières des Trente Glorieuses et précède l’irruption de la crise de 1973-1974, la crise de mai-juin 1968, de manière guère dissociable, conforte à gauche le mode de régulation comme la culture politique née de la séquence 1936-1936 tout autant qu’elle les mine. Il ne semble dès lors aucunement paradoxal qu’elle engendre deux postérités concurrentes à gauche, dissymétriques, il est vrai, ne serait-ce que par l’inégale attention qui leur est portée par la télévision et les magazines à grand tirage lors de chacun des anniversaires. Les problèmes surgissent dès lors que ces postérités s’évertuent, l’une et l’autre, à fractionner ce qui fut intriqué de bout en bout, en nuisant ainsi à l’appréhension de ce que fut 1968 dans son indépassable complexité.

La séquence 1975-1984 : libération ou dérégulation ?

54Les contributions rassemblées ici montrent que l’impact du printemps 1968 a été d’une puissance inégale d’un domaine à un autre. Les redéfinitions qu’il a souvent, mais pas obligatoirement suscitées se sont déployées dans des chronologies sensiblement distinctes, et parfois à front renversé. C’est la chronologie de la crise amorcée dans le mitan des années soixante-dix et celle du politique, qui dans leurs interactions, vont renouer le fil de tant d’histoires découplées et les réinsérer dans des logiques unificatrices. En contribuant à certains rapprochements entre des postérités longtemps concurrentes.

Une évolution à fronts renversés

55En 1974, les Assises du socialisme permettent à des composantes d’origine chrétienne sensibles au discours antiautoritaire et à la thématique autogestionnaire de rejoindre le nouveau parti socialiste né en 1971. Ce ralliement à des conceptions décentralisatrices, anti-autoritaires et pragmatiques du socialisme, empruntées à certaines des aspirations soixante-huitardes dans un cadre partisan restauré, constitue le moyen d’une transition vers un « socialisme moderne », un facteur d’adaptation du jeu politique aux aspirations de la société qui se donne pour une solution alternative crédible à la droite. Il autorise alors, et alors seulement, une appropriation de la notion d’autogestion par le parti socialiste comme il l’est, sur un mode surtout nominal, par le parti communiste, en ordre dispersé. La jonction à gauche entre les deux postérités semble alors s’opérer. Mais cette retranscription de certaines des aspirations politiques du mouvement de mai est quasi contemporaine du retournement de cycle économique, qui s’amorce au milieu des années 1970.

56Certes, Valéry Giscard d’Estaing tente d’engager la France dans un « tournant libéral » sur le terrain économique et financier que conduit Raymond Barre après 1976, sans toutefois pousser jusqu’au bout son projet néolibéral, face aux dégâts de la crise et à la mobilisation défensive et sectorielle des syndicats de salariés dans les secteurs dont l’emploi est menacé. Mais simultanément les réformes destinées à libéraliser les mœurs connaissent un coup d’arrêt dès 1975. Ces redéfinitions contribuent à brouiller plus encore les perceptions de la révolution culturelle advenue. Dès le début des années 1970, des professionnels de la culture ont dessiné des espaces de libération dont le cas de la Société française des réalisateurs (Sonia Bruneau) ou de Actuel (Michaël Rolland) montrent qu’ils sont susceptibles de devenir des espaces de libéralisation, propres à déréguler dans des circonstances qui le requièrent en mettant à mal les logiques syndicales ou en s’inscrivant dans des logiques de marché. Cette libéralisation potentielle n’exclut pas qu’ils puissent faire appel à l’État, tenu par ceux-là mêmes pour le garant de la défense d’une « exception française ». On retrouve cette même tension entre libération et dérégulation, s’agissant de la loi sur la formation permanente, dont Guy Brucy montre qu’elle entretient des rapports plus complexes qu’on ne le dit souvent avec le protocole de Grenelle. Les craintes suscités par 1968 dans le monde patronal précipitent certaines redéfinitions à l’œuvre dès avant 1968 dans les élites réformatrices. La loi permet l’émergence d’un modèle pédagogique individualiste. Elle introduit la formation permanente dans le champ des objets de la négociation collective et l’arrime au droit du travail, au prix d’une césure avec le système traditionnel qui entendait intégrer l’homme, le citoyen et le travailleur.

57Facteurs de dérégulation ou ouvertures à l’économie de marché prennent un tout autre relief dès lors que cette séquence, caractérisée par la coexistence d’une libéralisation culturelle et d’un abandon de la libéralisation économique, se trouve englobée dans la longue durée d’un nouveau cycle libéral. Actuel se saborde. Tourisme et travail entre alors, et alors seulement, dans la crise qui le conduit à la disparition. Les politiques de libéralisation culturelle marquent un coup d’arrêt, pour ne resurgir que dans la brève séquence 1981-1984, contemporaine d’une réaffirmation keynésienne, qui s’interrompt, à son tour, quand s’opère le tournant économique plus évidemment libéral de 1984.

58De 1968 à 1984, force est donc de rendre compte des évolutions à fronts constamment renversés entre libéralisme politique et libéralisme économique.

Convergences entre libération et libéralisation économique ?

59Les ouvrages fondateurs de la thèse « libérale-libertaire » avaient focalisé leur propos sur les circulations intellectuelles et, de leur fait, sur la porosité des idéologies. Les années 1990 voient s’opérer des relectures de 1968 qui doivent à la crise installée comme à la restructuration d’une gauche antilibérale de se déployer à des échelles micro-sociales et de porter d’abord sur les pratiques sociales ou anthropologiques. De nombreux auteurs soulignent que certaines des mesures adoptées après 1968 constituent désormais un terrain favorable aux dérégulations de toute espèce, avatars de la libéralisation économique et financière.

  • 27 Prost A., « Conclusion : une utopie pédagogique », in Georgi F. (dir.), Autogestion. La dernière u (...)

60En 1936, la généralisation des conventions collectives et l’instauration des délégués d’ateliers, destinés à les faire respecter au quotidien, ont mué l’espace de l’usine en espace public régi par des règles formelles quand celui-ci se donnait jusqu’alors pour un espace privé entièrement dominé par la volonté patronale, écrit ainsi en substance Antoine Prost. La construction de nouveaux modes d’articulation entre l’individu et le collectif mettent désormais au cœur du processus l’effacement de l’État, le rejet de ses règles et des disciplines collectives au profit de la liberté individuelle et lato sensu de l’individuation27.

61À l’échelle de l’entreprise, la loi du 27 décembre 1968 paraît, ainsi

  • 28 Borenfreund G. in Le Crom J.-P. (dir.), Deux siècles de Droit du Travail, Paris, Les Éditions de l (...)

« […] avoir servi davantage à faciliter une auto-réglementation conventionnelle de l’entreprise, bâtie sur le mode du donnant donnant et libérée d’un corset législatif jugé trop contraignant qu’à réactiver l’action revendicative des syndicats sur les lieux de travail. En répondant des difficultés croissantes que connaît actuellement le syndicalisme pour assurer dans un contexte économique profondément transformé et sur fond de menace sur l’emploi son rôle d’émancipation et sa vocation de mouvement social28 ».

62Ces mêmes ambiguïtés se retrouvent dans le champ culturel.

« Le gauchisme contre culturel qui rationalise la précarité matrimoniale sous la forme d’une critique en acte de la famille bourgeoise, par la valorisation d’un mode de consommation “économiquement pauvre” mais “culturellement distingué”, par la valorisation du temps libre (faisant de nécessité vertu et reclassant symboliquement l’exercice occasionnel d’emplois déclassés) propose en définitive une vision euphorique du chômage, une formule d’adaptation aux nécessités qu’impose la crise économique qui se fait jour, un “art de vivre”, un “prêt-à-porter idéologique” adaptés aux modes de gestion de la force de travail jeune peu ou pas qualifiée dans la conjoncture économique de la France des années 1970 »,

  • 29 Mauger G., Les bandes, le milieu et la bohême populaire. Études de sociologie de la déviance des j (...)
  • 30 Dufour D.-R., Le divin marché. Une révolution culturelle libérale, Paris, Denoël, 2007.

63écrit ainsi le sociologue Gérard Mauger29, à cet égard en nette convergence avec la démonstration de Michaël Rolland. L’analyse critique des différentes facettes de la « révolution culturelle libérale » qu’opère Dany-Robert Dufour conduit à des conclusions similaires30.

DG : parti gaulliste
PC : parti communiste
Chaque organisation se situe sur cet espace en fonction de deux coordonnées sur les axes « libéralisation » (économique) et « liberté morale et culturelle » et se déplace avec le temps, de manière plus ou moins accentuée de 1968 à 1984, vers le quart nord-est.
Fig. 1. – Les organisations entre libération et libéralisation.

*

1968-1984, régulation/mobilisation : la grande bifurcation

  • 31 Margairaz M. et Tartakowsky D., « L’avenir nous appartient »…, op. cit.

64On a pu montrer ailleurs que la séquence de régulation mise en place en 1936-1946 et la culture politique qui l’accompagne se sont instituées à travers une mobilisation sociopolitique – respectivement les grèves de 1936 et les combats de la Libération – qui leur est indissolublement liée31, au point que cultures de régulation et de mobilisation s’entremêlent. Et dans les années postérieures à 1945, les moments de forte mobilisation populaire contribuent à conforter la culture de régulation, à travers en particulier la défense de la fonction publique, du service public ou encore de la protection sociale.

  • 32 Margairaz M., « Les nationalisations : la fin d’une culture politique ? », in Berstein S., Milza P (...)

65Au printemps de 1968, un découplage commence à s’opérer. Avec la grève générale, certes se développent chez les salariés des formes de mobilisation qui visent à consolider les institutions de régulation et la place en leur sein des organisations syndicales confortées. Mais dans la plupart des mobilisations de la jeunesse, étudiante voire salariée, les aspirations exprimées tendent à ne plus s’inscrire strictement dans cette culture, au point même que les institutions qui l’incarnent ont pu être jugées par elle coercitives, limitatives quant aux libertés individuelles ou, à tout le moins, inadéquates pour assurer la libération culturelle espérée. Les jeunes étudiant(e) s ou travailleur(se) s qui adhèrent aux thèmes tels que « Jouissons sans entraves ! », « Il est interdit d’interdire ! » et autres slogans d’inspiration situationniste ne se reconnaissent pas nécessairement dans les garanties collectives construites trois décennies auparavant, et brandissent l’horizon d’une libération radicale et immédiate. Dès lors, selon une chronologie heurtée et fluctuante de quinze années, on l’a vu, la culture de mobilisation se trouve tiraillée à gauche entre deux postérités concurrentes, l’une qui se reconnaît dans la culture de régulation et l’autre qui l’ignore, la contourne voire la rejette. La bifurcation est en gestation… Parallèlement, la droite, restée pour partie liée au consensus sociopolitique consacré par les réformes de la Libération tant que l’hégémonie gaulliste pèse de tout son poids, commence à se sentir déliée de cette filiation dès lors que les centristes et les indépendants deviennent dominants et encore bien davantage lorsque la gauche veut en 1981-1982 prolonger les institutions régulatrices de l’après-guerre par des réformes de structures, dénoncées à droite cette fois comme strictement partisanes, telles les nationalisations des groupes bancaires et industriels concurrentiels de 198232.

66La culture de régulation perd alors son caractère transpartisan et fédérateur. Elle se trouve de surcroît affaiblie par l’échec en 1981-1982 de la politique keynésienne de relance isolée en Europe de la part du gouvernement Mauroy. Malgré des moments de consolidation éphémère (1969-1972, 1981-1982), la culture de régulation en vient alors par brèches successives à céder le pas aux formes nouvelles de libéralisation, politico-culturelle mais surtout désormais économique et financière et qui, après 1984, prennent résolument les traits de la dérégulation. Deux facteurs d’ordre international s’ajoutent sans doute de manière encore plus décisive que les mutations nationales pour rendre compte de ce fléchissement progressif, mais irréversible. D’abord, le discrédit croissant, en particulier chez les jeunes générations, du système socialiste centralisé dans la seconde moitié des années 1970, se trouve activé par l’écho amplifié de l’Archipel du Goulag en 1974, par le lancement médiatique des « nouveaux philosophes » et par la condamnation de l’entrée des troupes soviétiques en Afghanistan en 1979. Ensuite, la culture de régulation perd de son audience du double fait des limites atteintes par les politiques keynésiennes après 1974 à cause de la crise économique qui cumule inflation et chômage ainsi que de l’internationalisation croissante des économies. La légitimité des remèdes keynésiens se trouve de surcroît frontalement remise en cause lors de la révolution conservatrice et monétariste engagée par Margaret Thatcher en 1979 et Ronald Reagan en 1981 et étayée par les économistes, désormais hégémoniques, de l’École de Chicago.

67Lors de ces quinze années, la conjoncture internationale combinée aux recompositions sociopolitiques intérieures parviennent ainsi à peu à peu à rompre les liens, tissés depuis 1936 et périodiquement resserrés – en particulier à la Libération et même au travers de la guerre froide – entre culture de mobilisation et culture de régulation. On peut alors relire le temps court de l’événement 1968 sur un autre mode. À l’égal de la Commune de Paris, ce modèle d’ailleurs invoqué par certains des acteurs du moment, il se présente à la fois comme un crépuscule et une aurore. C’est à la fois la dernière grande explosion globale de la culture de régulation, et, dans le même temps, la première des manifestations d’une libéralisation aux formes multiples et contradictoires. 1968 n’apparaît pas véritablement comme une fin de cycle, plongé qu’est l’événement dans ce long entre-deux d’une quinzaine d’années courant des Trente Glorieuses finissantes au retournement libéral. Du moins constitue-t-il le moment où, pour une ultime fois sur ce mode, les héritiers de la séquence 1936-1946 – à gauche au parti communiste, dans certaines fractions du parti socialiste ou à la CGT, comme à droite chez les gaullistes – se mobilisent pour la défense du mode de régulation dont ils furent les artisans vingt et quelques années plus tôt. Cette inscription conflictuelle dans une même culture de la régulation et de la mobilisation peut tout particulièrement se donner à lire dans les deux manifestations des 13 et 30 mai à Paris. Les deux défilés parmi les plus massifs du siècle, assurément dressés l’un face à l’autre en miroir, s’affirment tous deux parties prenantes d’une culture commune, dont ils constituent l’un et l’autre un formidable et ultime rejeu. Tandis que dans le même temps se développent des mobilisations dont la régulation n’est plus l’enjeu et qu’elle-même peine à se recomposer. Celles qui, plus tardives, tentent de perpétuer cet enjeu, présentent un caractère partiel, sectoriel et défensif, et s’essaient à peser sur ses redéfinitions à l’œuvre.

68Au total, selon nous, le moment 1968 prend alors sa signification historique en ce qu’il se situe comme l’épisode initial de cette grande bifurcation, longtemps différée mais véritablement opérée quinze années plus tard, en 1983-1984, lorsque le cycle ouvert en 1936 prend définitivement fin. À cette date, la bifurcation, amorcée en 1968 entre culture de régulation et culture de mobilisation, apparaît désormais bel et bien accomplie.

Notes

1 Badiou A., De quoi Sarkozy est-il le nom ?, Paris, Lignes, 2007, 156 p.

2 Debray R., Mai 1968, une contre-révolution réussie : modeste contribution aux cérémonies et discours du Xème anniversaire, Paris, François Maspero, 1978, 148 p.

3 Lipovetsky G., L’ère du vide, essai sur l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard, 1983, 314 p.

4 Audier S., La pensée anti-68. Essai sur les origines d’une restauration intellectuelle, Paris, La Découverte, 2008, 380 p.

5 Le contenu de l’ouvrage reprend la substance remaniée des journées d’études organisées les 23 et 24 octobre 2008 à l’École normale supérieure, rue d’Ulm à Paris, à l’initiative de deux laboratoires de l’université de Paris VIII : Histoire des pouvoirs, des savoirs et des sociétés (EA 1571) et IDHE (Institutions et dynamiques historiques de l’économie) (UMR 8533), dont plusieurs des doctorants ont été conviés comme contributeurs et comme auteurs.

6 Margairaz M. et Tartakowsky D., « L’avenir nous appartient ». Une histoire du Front populaire, Paris, Larousse, 2006, 240 p. ; Le Front populaire, Paris, Larousse, rééd. 2009, 240 p.

7 Damamme D. et alii, Mai Juin 68, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2008, 446 p.

8 Memmi D., « Mai 1968 ou la crise de la domination rapprochée », in Damamme D. et alii, Mai Juin 68, op. cit.

9 Mouriaux R., Percheron A., Prost A. et Tartakowsky D. (dir.), 1968, Exploration du mai français, Paris, L’Harmattan, 1992, 2 vol. , 324 et 270 p.

10 Frank R., « Les temps de 68 », Les années 68. Un monde en mouvement. Nouveaux regards sur une histoire plurielle (1962-1981), Paris, BDIC-Syllepse, 2008, 312 p., p. 36-61.

11 À cet égard, on pourrait adjoindre utilement aux contributions rassemblées dans ce présent volume, Besse L., Les MJC. De l’été des blousons noirs à l’été des Minguettes, 1959-1981, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

12 Cf. Andrieu Cl., Le programme commun de la Résistance : des idées dans la guerre, Paris, Les Éditions de l’Érudit, 1984, 212 p.

13 Cf. Margairaz M., « Les valeurs économiques et sociales de la Résistance : entre démocratisation et modernisation », in Garnier B., Leleu J.-L., Quélien J. et Simonin A. (dir.), Pourquoi résister ? Résister pour quoi faire ?, Caen, Centre de recherches en histoire quantitative (CRHQ), 2006, 360 p., p. 93-101.

14 Andrieu C., Le Van L. et Prost A., Les nationalisations de la Libération. De l’utopie au compromis, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1987, 392 p.

15 Prost A., Éducation, société et politiques. Une histoire de l’enseignement en France, de 1945 à nos jours, Paris, Le Seuil, coll. « Points histoire », 1992, 254 p.

16 INSEE, Fresque historique du capital productif, Paris, INSEE, 1974, 238 p.

17 Il convient de souligner que la France agit dans ce domaine également avec un évident retard. L’âge de la citoyenneté a été abaissé à 18 ans depuis 1969 au Royaume-Uni, depuis 1971 aux États-Unis et depuis 1972 en RFA.

18 Achin C. et Naudier D., « Les féminismes en pratiques », Damamme D. et alii, Mai Juin 68…, op. cit., p. 383-399.

19 Margairaz M., « L’Élysée et la politique industrielle en question : politique de l’architecte ou du pompier ? », in Berstein S., Casanova J.-C. et Sirinelli J.-F. (dir.), Les années Giscard. La politique économique 1974-1981, Paris, Armand Colin, 2009, 192 p., p. 101-117.

20 Lazar M., « Le Parti communiste français, de Gaulle et la modernisation », in Courtois S. et Lazar M. (dir.), 50 ans d’une passion française. De Gaulle et les communistes, Paris, Éditions Balland, 1991, p. 277-294.

21 Cité in Chaban-Delmas J., L’ardeur, Paris, Stock, 1975, 446 p., p. 364.

22 Gauchet M., « Bilan d’une génération », Le Débat, no 149, mars-avril 2008, p. 101-111.

23 Georgi F. (dir.), Autogestion. La dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, 612 p.

24 Mouriaux R., Percheron A., Prost A. et Tartakowsky D. (dir.), 1968, Exploration du mai français…, op. cit.

25 Tartakowsky D., « La CGT, du hors travail au cadre de vie », in Hedde J. (coord.), La CGT de 1966 à 1984 : l’empreinte de mai 1968, Paris, Institut CGT d’histoire sociale, 2009, 536 p.

26 Christofferson M., Les intellectuels contre la gauche. L’idéologie antitotalitaire en France 1968-1981, Marseille, Contre-feux Agone, 2009, 446 p.

27 Prost A., « Conclusion : une utopie pédagogique », in Georgi F. (dir.), Autogestion. La dernière utopie ?, op. cit., p. 607-612.

28 Borenfreund G. in Le Crom J.-P. (dir.), Deux siècles de Droit du Travail, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1998, 288 p.

29 Mauger G., Les bandes, le milieu et la bohême populaire. Études de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires (1975-2005), Paris, Belin, 2007.

30 Dufour D.-R., Le divin marché. Une révolution culturelle libérale, Paris, Denoël, 2007.

31 Margairaz M. et Tartakowsky D., « L’avenir nous appartient »…, op. cit.

32 Margairaz M., « Les nationalisations : la fin d’une culture politique ? », in Berstein S., Milza P. et Bianco J.-L. (dir.), Les années Mitterrand. Les années du changement. 1981-1984, Paris, Perrin, 2001, 974 p., p. 344-383.

Table des illustrations

Légende DG : parti gaullistePC : parti communisteChaque organisation se situe sur cet espace en fonction de deux coordonnées sur les axes « libéralisation » (économique) et « liberté morale et culturelle » et se déplace avec le temps, de manière plus ou moins accentuée de 1968 à 1984, vers le quart nord-est.Fig. 1. – Les organisations entre libération et libéralisation.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/101874/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search