Version classiqueVersion mobile

Le golfe du Saint-Laurent et le Centre-Ouest français

 | 
Mickaël Augeron
, 
Jacques Péret
, 
Thierry Sauzeau

Quatrième partie. Voyages et redécouvertes (XIXe siècle)

Retrouver Terre-Neuve : la « tournée du Nord » de Samuel Meschinet de Richemont (1819)

Didier Poton

Texte intégral

  • 1 Médiathèque Michel Crépeau, La Rochelle, Fonds Meschinet de Richemont, Ms 2302.

1Entre le 9 et le 14 août 1819, l’enseigne de vaisseau Samuel-Louis Meschinet de Richemont effectue une visite des havres de la côte nord de Terre-Neuve. Il exécute en cela la mission qui lui a été confiée par le capitaine Zaepfel qui commande L’Expéditive, une gabare de la marine royale qui avait quitté l’île d’Aix pour Saint-Pierre-et-Miquelon le 13 mai 1819. De retour à bord, il rédige le rapport de sa tournée1.

  • 2 Poton D., « Le pays perdu : le négoce rochelais et le Canada (1763-1820) », dans Lamonde Y. et Pot (...)
  • 3 Guerry E., Pierre-Samuel Meschinet de Richemont, négociant rochelais, mémoire de maîtrise, Univers (...)

2Samuel-Louis Meschinet de Richemont est né le 10 juin 1783 à La Rochelle. Il est le fils de Pierre-Samuel Meschinet de Richemont, un négociant rochelais de second rang mais très influent dans sa ville et qui, entre autres projets, avait tenté d’obtenir du gouvernement de Louis XVI le statut de port franc pour les importations de la toute jeune nation américaine. Un projet présenté à Benjamin Franklin et pour lequel il avait obtenu le soutien de La Fayette2. Le 10 juin 1783, son fils, Samuel-Louis Meschinet commence une longue carrière d’officier de marine puisqu’il ne prendra sa retraite qu’en 1835. Il participe à la campagne de Saint-Domingue et à la défense de Bayonne (1814-1815) en tant que capitaine de brick. Après 1815, enseigne de vaisseau, il embarque sur divers navires, dont, en 1819, la gabare L’Expéditive. Elevé au grade de lieutenant de vaisseau en 1821, sa carrière alterne périodes à la mer, surtout en Méditerranée, et périodes à terre, pour l’essentiel à Rochefort comme professeur de mathématiques puis comme directeur de la bibliothèque et du service des archives de la marine. Entre 1835 et sa mort en 1868, il assure les fonctions de capitaine-visiteur pour le bureau Veritas et d’expert pour le Loyd français3.

  • 4 Rompkey R., Terre-Neuve. Anthologie des voyageurs français (1814-1914), Rennes, PUR, 2004, p. 7

3Son rapport de la tournée des havres de la côte nord-est de Terre-Neuve est un témoignage qui mérite de figurer dans la collection des écrits « fruit des souvenirs d’innombrables voyageurs, officiers de marine, diplomates, scientifiques, journalistes et autres visiteurs qui ont interprété la région et son peuple au profit du public français »4. Il faut toutefois noter sa rapidité, sa concision, sa précision : c’est un rapport militaire.

« Protéger la marine française occupée à la pêche sur les côtes de Terre-Neuve »

  • 5 Huile J-M., « La Station navale de Terre-Neuve et le centenaire de La Capricieuse en 1955 », dans (...)

4Sous le commandement du capitaine Zaepfel, L’Expéditive quitte l’île d’Aix le 13 mai 1819. Elle arrive à Saint-Pierre-et-Miquelon dans la nuit du 18 au 19 juin. Le voyage a pour objectif de « protéger les marins français occupés à la pêche sur les côtes de Terre-Neuve où ils ont droit de le faire suivant les traités et leur porter secours au besoin ». Cette mission participe des premiers temps de l’organisation de la station navale de Terre-Neuve5.

Le retour de la France dans les parages de Terre Neuve

  • 6 La Morandiere C. DE, Histoire de la pêche française de la morue dans l’Amérique septentrionale, Pa (...)

5En 1815, après des années de guerres navales et de blocus maritime, les flottilles morutières des ports français peuvent reprendre la « grande pêche » sur les bancs de Terre-Neuve. Les traités reconnaissent la souveraineté française sur l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon et leurs droits de pêche sur le French shore. La France retrouve le cadre diplomatique du traité de Paris de 1763 où abandonnant le Canada et l’Acadie à l’Angleterre, elle avait pu obtenir son maintien dans l’estuaire du Saint-Laurent avec Saint-Pierre-et-Miquelon et sur la côte ouest et nord-est de Terre-Neuve6. Dès l’année 1815, la monarchie française soutient la reprise de la « Grande Pêche » par la publication d’une ordonnance instaurant des primes d’encouragement pour la pêche de la morue et un règlement de police visant à pacifier les relations entre capitaines d’armements différents et concurrents. Une copie de cette ordonnance, de ce règlement se trouve dans le dossier transmis par Samuel-Louis Meschinet, à côté du cahier de loch de L’Expéditive et de son rapport de tournée. Il est ajouté à la fin de la copie du règlement, l’essentiel des articles des traités permettant ainsi aux officiers de connaître le cadre diplomatique dans lequel doit s’inscrire leur action :

  • 7 Médiathèque Michel Crépeau, La Rochelle, Fonds Meschinet de Richemont, Ms 2302. Outre « la Table d (...)

« Les Français n’ont le droit de faire la pêche de la morue à l’île de terre neuve que depuis le cap St Jean jusqu’au cap Raye, en passant par le nord et ce pendant le temps propre à la pêche et nécessaire pour faire sécher le poisson […], qu’ils ne peuvent établir […] que les échafauds et cabanes nécessaires […], qu’ils n’ont pas le droit d’élever des habitations, qu’ils ont la liberté de faire la pêche dans le golphe du Saint-Laurent mais seulement à 3 lieux de la côte appartenant à S.M.B., qu’ils peuvent pêcher à 15 lieux de distance des côtes de l’île du Cap Breton ou Isle Royale, qu’ils ne peuvent pêcher près des côtes de la Nouvelle Ecosse ou Acadie qu’à trente lieux de distance, que la France possède en toute propriété les Isles de Saint-Pierre-et-Miquelon7. »

  • 8 Huile J.-M., « La Station navale de Terre-Neuve et le centenaire de La Capricieuse en 1955 », dans(...)
  • 9 Médiathèque Michel Crépeau, La Rochelle, Fonds Meschinet de Richemont, Ms 2302.

6Deux années plus tard, la France assure sa présence militaire par la Station navale de Terre-Neuve. Cette année-là, quatre navires quittent Lorient pour Saint-Pierre. Un officier d’un des navires de cette flotte, François Lecointe, brosse un tableau de la situation de la côte ouest de Terre-neuve à cette date. Comme le précise Jean-Marie Huille, une station navale « se définit comme un navire de guerre ou un groupe de navires affecté en permanence à un territoire d’outre-mer où à un secteur maritime pour veiller à la défense des intérêts français »8. Elle ne nécessite pas de constructions lourdes à terre. Celle de Terre-Neuve est la plus ancienne » puisqu’elle est apparue progressivement au XVIIIIe siècle. Elle avait un rythme particulier puisque liée à la pêche morutière, elle ne durait que pendant la période de cette activité. À cette date, c’est le commandant de l’escadre des Antilles qui est chargé de la protection de Saint-Pierre-et-Miquelon et du French shore. C’est à ce titre que Guy-Victor Duperré mouille son navire dans la rade de Saint-Pierre en juillet 1819. C’est l’occasion pour Samuel-Louis Meschinet de rencontrer un autre Rochelais à la carrière prestigieuse9.

Un instrument de la présence française sur le « French shore » : les tournées

7L’Expéditive quitte Saint-Pierre le 18 juillet, cap au nord. Elle jette l’ancre dans la baie du Croc le 25 juillet après avoir contourné Terre-Neuve par l’ouest en empruntant le détroit de Belle-Île. Le 1er août, une chaloupe, sous le commandement de Thibaut, part visiter les havres au sud de la Baie du Croc. L’équipage est composé d’un aspirant et de neuf hommes. Des vivres sont embarquées pour quinze jours. Le 5 août c’est au tour de Samuel-Louis Meschinet de quitter la gabare à bord du canot-major avec sept hommes, douze jours de ravitaillement et un armement strictement compté (2 espingoles, 2 fusils, 2 sabres, 2 haches). La date initiale du départ, le 4, a été reportée d’une journée car le mauvais état du canot a nécessité quelques réparations.

8Avant leur départ, le capitaine Zaepfel remet aux deux officiers l’ordre de mission établissant avec précision les objectifs de leur tournée :

  • 10 Ibid.

« les officiers doivent employer tous les moyens conciliatoires dont on peut faire usage pour entretenir la bonne intelligence parmi les capitaines qui occupent les mêmes havres, réprimer s’il y a lieu l’insubordination des équipages et conserver parmi les pêcheurs le bon ordre si nécessaire au service de leurs travaux […]
auront toutefois attention de ne jamais porter atteint aux prérogatives attribuées aux prud’hommes arbitres de chaque havre par le règlement du 13 février 1815 […] prendront fréquemment des informations sur la conduite des capitaines et particulièrement des capitaines prud’hommes […] s’assureront aussi si ces prud’hommes remplissent avec exactitude et intégrité leurs fonctions […]
Ils multiplieront autant que possible les questions aux pêcheurs pour tout ce qui est relatif à l’exploitation de la pêche, sur la conduite des marins, l’état des navires […].
Les capitaines des navires marchands doivent d’après l’art. 30 du 13 février 1815 répondre à toutes les questions que les officiers de la Station adresseront […] Ils porteront particulièrement attention sur la présence des navires aux lieux et places qui leur sont assignés par le tableau des répartitions et se feront à cet effet présenter les bulletins de possession ou de concession […]. En conséquence, ils s’informeront des noms des havres ainsi que ceux des places qui en dépendent, de la quantité de navires que peut contenir chaque havre […]
Comme il est accordé une prime d’encouragement aux armateurs par chaque homme embarqué […] on devra s’assurer si le rôle d’équipage de chaque navire est conforme à la déclaration faite avant le départ […]
prendront de fréquents renseignements et entreront dans les moindres détails sur la conduite des Anglais établis sur nos côtes et sur le tort que ces étrangers peuvent faire à notre commerce ou les avantages que nos pêcheurs peuvent retirer de leur présence […]
On fera un recensement exact du nombre des etrangers établis dans chaque havre ou crique, des emplacements qu’ils occupent, du nombre de chaloupes qu’ils emploient, du résultat comparatif de leur pêche […]
devront aussi s’attacher à recueillir tous les renseignements et documents qui peuvent être utiles à la sûreté de la navigation dans les parages s’informeront si parmi nos pêcheurs, il n’en existe point qui achetant les produits de la pêche aux Anglais ou autres étrangers poisson, morue, huile ou rogue se mettant en contravention aux ordonnances du 21 8bre 1818 […]
Ils rempliront avec soin toutes les colonnes de l’état annexé à la présente instruction […] porteront aussi les navires qui auraient été expédiés pour le grand banc ou qui aurait dèjà fait leur retour en demandant à ces derniers combien ils ont fait de morues […] »10.

9La mission de la tournée consiste donc à la fois à assurer la protection des pêcheurs français conformément aux traités qui reconnaissent à la France une légitimité à pratiquer une activité de pêche sur une partie du littoral de Terre-Neuve, à imposer le règlement de police à la flottille française et à recueillir des informations nautiques indispensables à la navigation.

« Conformément à mes instructions, j’ai interrogé tous les capitaines […] » (Meschinet)

10L’officier va appliquer à la lettre les ordres remis par écrit par Zaepfel, le capitaine de L’Expéditive, le 31 juillet. La structure et le style de son rapport le démontrent.

Les havres visités

11Parti de la Baie du Croc où est ancrée L’Expéditive, Meschinet visite successivement les havres de la côte Nord-Est de Terre-Neuve, le « Petit Nord ». Au plan spatial, ces havres peuvent être répartis en trois micro-ensembles :

12Le premier groupe correspond à la partie de côte entre la Baie du Croc, et le littoral sud de la Baie aux Lièvres avec les havres des Grands et Petits Saint-Juliens, de l’île des Juliens, des Grandes Oies des petites Ilettes, de l’île Fichot.

13Le deuxième groupe comprend le littoral nord de la Baie aux Lièvres, et les havres des Petites Oies, de Saint-Antoine et de La Cramaillère.

14Le troisième groupe de la Baie Saint-Antoine rassemble à la Baie aux Mauves, extrémité septentrionale de Terre-Neuve. Les havres mentionnés sont les suivants sur cette partie de la côte : Les Grandes Bréhats, le Cap Blanc, les Griguets, Saint-Lunaire, Luirpon (Kirpon).

Des hâvres plus ou moins favorables

15Pour chacun des havres, Meschinet mentionne ses caractéristiques nautiques, sa capacité d’accueil et ses ressources en eau douce et en bois ; des informations qu’il lui a été demandé de recueillir. Le havre des Griguets, parmi la plupart des autres havres, semble, sous sa plume, posséder presque tous les atouts pour accueillir les pêcheurs français :

  • 11 Ibid.

« La Baye des Griguets forme avec ses îles deux jolis havres. Celui du Cap Blanc est très bon, il peut contenir dix batiments affourchés, par dix brasses d’eau fond de vase ; l’entrée est facile, il faut ranger le Cap blanc & aussitôt que l’on est entre les deux pointes qui forme la passe, on gouverne à une longueur de navire de la Côte de babord pour éviter les roches et des hauts fonds qui bordent la côte du Nord. Le havre des Griguets est bon, on peut y mouiller cinq navires par 14 & 15 brasses d’eau, fond de vase, l’entrée est étroite et difficile, on n’y peut venir sans pratique. Il y a entre ses deux havres, trois baies ; celle du Nord est mauvaise & n’offre aucun abri, on y mouille par 20 brasses de fond de roches ; celle du NO quoique meilleure que la précédente n’est pas encore très sûre ; mais celle du SO est excellente, on pourrait y mouiller plus de cinquante batimens, par dix brasses d’eau, fond de vase, l’entrée en est facile, on gouverne à mi baie, la côte est saine & les roches qu’on y trouve sont apparentes. Dans toute la baie des Griguets l’eau douce & le bois de chauffage sont facile à faire, celui pour la construction des établissements est plus rare11. »

  • 12 Ibid.

16Certains havres offrent moins d’atouts comme les petits Bréhats qui n’ont qu’« une baie ouverte, de l’eau que pour les chaloupes (…) beaucoup de roches et de hauts fonds (…) » et qu’il faut « se défier d’un écueil qui est à un lieue dans l’Est des Grandes Bréhats ». Il en est de même pour les grands Saint-Juliens qui sont notés comme un bon havre « à l’abri de tous les vents à l’exception de ceux du NE » et où il est possible de « mouiller 4 ou 5 bâtiments par 6 brasses d’eau, fond de vase, ils s’y amarrent à 4 amarres. Il n’y a point de dangers » et Meschinet de préciser que « l’entrée est facile, on hante le côté de babord parce qu’il y a plus d’eau ». Ce qui rend ce havre moins attractif est que « l’eau douce est peu abondante ; elle se trouve entre les grands et petits Juliens et fournit avec peine à la consommation de ces havres ». Quelques-uns sont présentés comme difficiles : « Le havre des Petites Ilettes ne peut recevoir que des bâtimens d’un petit tirant d’eau […] l’entrée en est difficile, il faut avoir un pratique […]. Il y a un grand nombre de basses et de roches couvertes parmi et dans les environs des Ilettes ; Quand on vient de l’Est, même dans un canot, il faut passer très près de la partie Sud de l’île Fichot12. » L’expérience est donc une qualité indispensable pour entrer dans ce havre.

17Les notes des capitaines et des officiers de la marine sont donc bien précieuses pour enrichir et affiner une connaissance indispensable des conditions de la navigation sur le littoral terre-neuvien. À cela s’ajoutent les aléas du temps puisqu’en cette année 1819, le rapport mentionne que « la banquise a empêché les bâtiments d’atterrir avant la fin juin, presque tous sont restés de 25 à 30 jours devant les glaces » et que, conséquence inévitable, la pêche a commencé avec quinze jours de retard.

Visite des capitaines

18Dès les premières lignes de son rapport, Meschinet note que les capitaines vivent « dans la plus grande intelligence », que les prud’hommes n ‘ont que « de très légères discutions à régler » et que les équipages sont très disciplinés soulignant toutefois que « les capitaines et les officiers du commerce les tiennent en général, à une très grande distance d’eux ». Les conflits peuvent être de deux ordres : une rivalité entre navires de deux maisons de commerce différentes qui dégénère et l’irruption de navires dans des havres occupés.

  • 13 Ibid.

19Les conflits potentiels entre équipages de sociétés de pêche différentes sont mentionnés par Meschinet non parce qu’il doit faire état d’incidents qui auraient éclaté au cours de cette saison de pêche mais parce qu’il rend compte des réponses faites par les prudhommes sur le climat qui règne dans le havre dont ils ont la responsabilité. Les prudhommes imposent leur autorité à l’exemple de M. Daguenet aux Petites Oies « qui conserve l’harmonie dans son havre quoiqu’il fut occupé par des batimens de trois sociétés différentes », et notre officier de préciser à propos de celui-ci : « je crois qu’il trancherait facilement les difficultés qui pourraient se présenter ». La réputation au pays de certains aide à maintenir la paix : « Au Luirpon [Kirpon], Mr Gilles Cardonnet sait y conserver la prépondérance dont il jouit à la bourse [de] St Malo. On ne revient pas sur ses jugements, il tranche en grand13. »

20Les capitaines profitent de cette tournée de la marine royale pour présenter des demandes. Les uns souhaitent que « les bâtiments en station dans ce pays [embarquent] une forte provision de biscuit pour en fournir au besoin aux navires du commerce » car cette année-là plusieurs navires ont connu des voies d’eau causées par les glaces et qui ont entraîné des dommages aux provisions chargées dans les cales ; les autres du charbon de terre, du fer en barre et des bordages de chêne.

21Le bilan est positif en ce qui concerne la police des pêches et les rivalités entre les navires semblent se limiter « à prendre le plus de morue possible ». Il reste à traiter la question des relations avec les autres : Anglais, Américains et « sauvages ».

« Les Anglais sont en grand nombre dans nos havres […]. » (Meschinet)

22Les Français ne sont pas seuls dans les havres où ils peuvent s’installer. Les Anglais sont présents à terre et sur les bancs. Les relations sont ambivalentes dans la mesure où l’ennemi peut s’avérer être un partenaire… plus ou moins officiel. Quant à la présence d’autochtones, est rapidement évoquée par Meschinet… leur absence !

Une relation ambivalente avec les Anglais

  • 14 Ibid.

23Si « aucun bâtiment de guerre anglais n’est venu dans nos havres » cette année et qu’aucun n’a été vu croiser au large par les capitaines, les navires de pêche anglais sont, selon le rapport, « en grand nombre » dans les baies et sur les bancs. Mais les relations sont bonnes car « ils se conduisent bien » et « rendent tous les services qui sont en leur pouvoir aux capitaines français ». Meschinet précise néanmoins que ces derniers n’affichent pas la même attitude envers leurs homologues britanniques. Les uns sont très exigeants « en leur faisant valoir qu’il dépendait d’eux de les chasser », les autres « les obligent souvent et leur donnent des moyens de subsistance ». Dans sa description des havres visités, le rapport ne mentionne la présence de bateaux anglais qu’à La Cramaillère où « Mr Durif [le capitaine prudhomme] conserve la tranquillité entre les Français et les Anglais ». Toutefois le sentiment profond est général : « Nos capitaines desireraient voir le gouvernement interdire la pêche aux anglais sur nos côtes prétendant que la morue prise par ces étrangers le serait par eux. Il y a longtemps qu’ils les auraient chassés, s’ils ne craignaient d’être pillés et incendiés14. »

  • 15 Ibid.

24De bons rapports ne cachent-ils pas de fructueux échanges qui peuvent être qualifiés de « contrebande » ? Que Meschinet se pose la question atteste du soupçon des autorités françaises. Il reconnaît qu’il est très difficile de savoir la vérité en ce domaine : « Ils n’achetteront point de morue préparée par ces derniers parce que le sel de mine la ferait reconnaître, mais l’huile étant semblable chez les deux nations on peut facilement en prendre sans crainte […]. Ils peuvent aussi acheter de la morue fraiche et la préparer dans leurs chauffaux. Cependant je crois qu’aucun de nos capitaines n’employent de pareils moyens, ils auraient à craindre la jalousie de leurs confrères qui s’en les dénoncer, pourraient cependant les découvrir en parlant de la manière dont ils ont augmenté leurs chargements ». Il y a toutefois des relations qui peuvent être qualifiées de services commerciaux entre Anglais et Français. Il s’agit pour l’essentiel de la surveillance des installations de certaines sociétés de pêche françaises pendant l’hiver. C’est le cas aux Grandes Oies où un Irlandais, « fort misérable », nommé James Cutter qui habite depuis trente cinq ans le havre avec sa femme et huit enfants veille sur tous les établissements des Grands Saints-Juliens, des Petits Saint-Juliens et des Grandes Oies. Il en est de même à Luirpont où les établissements de la société Dupuy-Frouin Frères sont confiés à Isaac-Isaac, un Anglais qui vit depuis trente ans dans ce havre avec sa femme, cinq enfants et trois hommes. Il arrive parfois que ces accords entraînent quelques différents entre les parties. C’est ainsi que Patrick Leyuk se plaint que le capitaine Girodroux de Granville n’a pas tenu sa promesse de leur donner 350 kilogrammes de biscuits en échange de la garde des objets pendant l’hiver 1817-1818. Après enquête, sans aucun doute rapide, Meschinet conclut « que la plainte n’est pas fondée et qu’il a été donné par Mr Girodroux plus qu’il n’avait été promis »15.

25Au total, des relations apaisées mais qui peuvent au moindre incident dégénérer comme dans la Baie Saint-George, un site de la côte sud de Terre-Neuve et que n’a bien évidemment pas pu visiter Meschinet dans sa tournée limitée à la côte nord de l’île. Mais là, il ne semble pas que les Anglais soient responsables de la tension.

Les Américains ?

  • 16 Ibid.
  • 17 Magord A., art. cit., p. 22.

26À une date non précisée, vraisemblablement dans la deuxième quinzaine du mois de juillet, quatre goëlettes de Saint-Pierre auraient pénétré dans la Baie Saint-George. Le prudhomme du lieu, un certain capitaine Lancelin, intervient et réussit à les faire repartir arguant que les pêcheurs étaient déjà fort nombreux dans le havre. Mais, quelques jours plus tard, Lancelin étant parti avec son navire l’Estelle pour livrer un chargement de morues à La Rochelle, « il en revint une vingtaine armées de fusils qui d’un air menaçant demandèrent à M. Boutruche fils ainé s’il avait encore l’intention de les empêcher de pêcher ». L’argument que trop de canots sur le petit banc de la Baie Saint-George gênerait la pêche ne porta guère et les goëlettes restèrent. Et Meschinet de conclure : « Des Américains se trouvent compris dans cette affaire. Tous ces désagréments ont fait quitter la baie Saint-George à M. Boutruche » pour s’établir à « Jacques Quartier du Luirpont »16. C’est là qu’il dut recevoir l’information des incidents de la baie Saint-George. Il faut classer cette affaire parmi tous les faits d’intimidation à l’encontre des pêcheurs français par les Anglais et les Américains, ces derniers entretenant des relations étroites avec les pêcheurs de Saint-Pierre et Miquelon qui livrent une bonne partie du produit de leur pêche dans les ports du Maine et de Nouvelle-Angleterre17.

Des « sauvages » guère visibles

  • 18 Rompkey R., op. cit., p. 33-35.

27La présence de « sauvages » se résume à deux mentions en tout et pour tout. La première indique que l’on n’a pas vu d’autochtones dans les havres et qu’« il n’y en a point d’établis sur nos côtes ». Et notre officier de préciser à partir des informations transmises par les capitaines « qu’il y a longtemps qu’il n’en est venu ». Cette affirmation est à première vue en contradiction avec la mention de la présence de deux villages dans la Baie Saint-George, « l’un occupé par des anglais et l’autre par des Sauvages », et surtout de l’indication complémentaire selon laquelle M. Boutruche, prudhomme du havre, « a fait pêcher les Sauvages pour son compte et les a payés en biscuit, eau de vie et vin ». Mais, il faut rappeler qu’il s’agit de la baie Saint-George sur la côte sud et qu’il est intéressant d’éclairer ce passage par la lecture des Mémoires de François Lecointe qui mentionne le commerce des fourrures et du poisson développé entre les « Esquimaux de Labrador qui allaient dans l’île de Terre-Neuve chasser les castors, les martres et autres bêtes fauves […] Messervi [l’Anglais établi] ajouta le commerce des fourrures à celui du saumon salé ; ses fils et son gendre étaient marins comme lui ; ils avaient acheté une petite goëlette à Halifax et faisaient chaque année un voyage à cette ville pour y vendre leur poisson, le peu d’huile qu’ils faisaient, ainsi que leurs fourrures ». Lecointe note aussi la présence d’un village de « sauvages » qui se reconstruit à chaque printemps. Boutruche n’est donc pas le seul capitaine à entretenir des liens d’échanges avec les autochtones, la pratique est bien établie18.

*

28Le rapport de tournée de l’enseigne de vaisseau, Samuel-Louis Meschinet de Richemont répond aux consignes mentionnées avec précision dans l’ordre de mission remis par sa hiérarchie et dont la finalité est d’assurer le déroulement de la pêche française à Terre-Neuve dans les meilleures conditions possibles. Une mission qui se déroule dans un contexte particulier, celui du rétablissement du droit des armements français, essentiellement bretons et normands comme l’atteste le tableau des bateaux présents sur les bancs ou à l’ancre dans les baies du French Shore inspectées en1819, à envoyer de nouveau ses flottilles morutières à Terre-Neuve. Ce mouvement doit s’effectuer dans un cadre réglementaire imposé par le gouvernement de Louis XVIII sous la forme de plusieurs textes qui sont soucieux de favoriser la reprise de cette activité sous la forme de primes aux sociétés, d’un soutien logistique et de la surveillance des capitaines et équipages. La protection des pêcheurs français par la marine royale ne peut se déployer que si la discipline règne dans les havres et sur les bancs qu’ils fréquentent. Entre deux observations concernant la navigation et les équipages, Meschinet nous informe laconiquement sur la situation de l’île notamment les relations, ambivalentes, avec les Anglais, et, au détour du récit d’un incident, la présence de plus en plus envahissante des Américains. Le rétablissement de la pêche française doit ainsi s’effectuer dans un environnement politique et économique différent de celui de la fin du XVIIIe siècle. La présence de la marine royale française est un élément essentiel dans la pérennité de la « grande pêche » dans les ports atlantiques du royaume.

Annexes

Annexe

Carte générale de Terre-Neuve avec localisation du littoral visité par Samuel Meschinet de Richemont (1819)

Carte générale de Terre-Neuve avec localisation du littoral visité par Samuel Meschinet de Richemont (1819)

Tournée du Nord

L’enseigne de vaisseau Meschinet de Richemond

À Monsieur Zaesfel, Commandant la gabare de S.M. l’Expéditive

Du 9 au 14 août 1819 j’ai visité les hâvres situés entre la baye du Croc et la baye aux Mauves. Conformément à mes instructions, j’ai interrogé tous les Capitaines et spécialement les Capitaines prud’hommes, j’ai consulté même les pêcheurs et de toutes mes courses j’ai recueilli les renseignements suivants.

Capitaines et prud’hommes

Les Capitaines vivent entr’eux dans la plus grande intelligence et rivalisent pour prendre le plus de morues possible. Les prud’hommes n’ont en cette année que de très légères discutions à régler, mais je crois qu’ils sont susceptibles d’en juger de plus considérables s’il s’en présentait.

Équipages

Les équipages sont très disciplinés, je n’ai reçu aucune plainte à cet égard dans ma tournée. Les capitaines et officiers du Commerce les tiennent, en général, à une très grande distance d’eux.

Pêche

La pêche cette année est bien inférieure à celle des années précédentes, je crois qu’on peut l’attribuer à la banquise qui a été très forte et qui a empêché les bâtiments d’attérir avant la fin de juin, presque tous sont restés de 25 à 30 jours devant les glaces ; de sorte que la pêche n’a commencé qu’en juillet, 15 jours plus tard que les autres années.

La pêche se fait dans ce pays à la ligne, à la vête, à la faulx et à la seine, ce dernier moyen a été peu employé cette année.

Cependant, à la Cramaillère, on s’en est beaucoup servi. Les capitaines établis aux Griguets ont desfendu la seine aux Anglais, surtout à ceux de la baie St Lunaire. La faulx n’est employée que lorsque la bouate manque.

Anglais

Les Anglais sont en grand nombre dans nos havres, ils s’y conduisent bien, ils rendent tous les services qui sont en leur pouvoir aux capitaines français. J’ai remarqué à cet égard que plusieurs de nos capitaines étaient très exigeants envers ces étrangers, en leur faisant valoir qu’il dépendait d’eux de les chasser. D’autres au contraire les obligent souvent & leur donnent des moyens de subsistance. Les Anglais pêchent de la même manière que les Français, mais en général, ils prennent plus de poissons, étant plus exercés qu’eux.

Nos capitaines désireraient voir le gouvernement interdire la pêche aux Anglais sur nos côtes, prétendant que la morue prise par ces étrangers le serait par eux. Il y a longtemps qu’ils les auraient tous chassés, s’ils ne craignaient d’être pillés & incendiés. Jusqu’à présent, ils ont retrouvé leurs établissements intacts. La plupart de ces étrangers sont Irlandais, peu hyvernent sur nos Côtes.

Places

Plusieurs batiments n’occupent point les places qui leurs sont assignées par leurs bulletins, j’ai porté sur le tableau général des visites les raisons que les capitaines m’ont données pour ces changements. J’ai porté aussi sur cet état les endroits où j’ai cru que l’on pouvait former de nouveaux établissements.

Demandes des capitaines

Plusieurs capitaines désireraient que le gouvernement embarquat sur les bâtiments en station dans ce pays une forte provision de biscuit, pour en fournir au besoin aux navires du commerce. Ils disent qu’il arrive souvent qu’en voulant traverser les glaces, on les aborde & que plusieurs bâtiments ont perdu leurs biscuits par des voies d’eau qui se déclarent à la suite de ces abordages. Plusieurs navires se sont crevés cette année. Je donnerai à l’appui de cette réclamation les demandes qui m’ont été faites & l’on verra que celles du biscuit l’emportent sur tous les autres objets.

M. Daguenet, Capne de la Belle Julie & gerens de la Société Lerond, Campion et Cie, croit avoir besoin de 200 kilogrammes de charbon de terre & de 60 kilogrammes de fer en barres d’un pouce quarré.

M. Pasquier, Capne de la Clémence aurait besoin de 500 kilogrammes de biscuit, ainsi que de la forge & d’un bordage en chêne de trois pouces pour réparer son navire qui a abordé une glace.

M. Sire, Capne de la Pauline & gérens de la Société Couy, attend un navire chargé d’approvisionnement, qui a dû partir de Nantes le 15 juin, s’il n’arrive la Société aura besoin de 2500 kilogrammes de biscuit.

M. Alix, Capne de la Celeste, aurait besoin de 500 kilogrammes de biscuit, à cause de trois hommes trouvés à bord, après le départ du navire.

Le nommé Patrick Leyuk, matelot anglais de l’établissement de John Mae à l’anse aux Pigeons du Luirpont, m’a montré un inventaire d’objets laissé à sa garde par M. Girodroux, Capne du brick le Diligent de Granville armé par M. Villedoulé, dans lequel ce Capne promettait 350 kilogrammes de biscuit en 1818, si tout ces objets se trouvaient en bon état. Leyuk prétend avoir tenu son engagement et se plaint de n’avoir point été payé. D’après les renseignements que j’ai pris sur cette affaire, il paraît que la plainte n’est pas fondée & qu’il a été donné par M. Girodroux plus qu’il n’avait été promis.

Rogue

Cette année la morue a donné très peu de rogue, plusieurs Capitaines même n’en ont point apprêté, parce qu’ils prétendent qu’elle s’est très mal vendue l’année dernière, & que les moyens donné sont trop long & font un tems précieux pour la pêche.

Batiments de guerre anglais

Aucun batiment de guerre anglais n’est venu dans nos havres cette année, on en a point vu sur la Côte.

Contrebande

Il est très difficile de savoir si nos Capitaines font la contrebande avec les Anglais. Ils n’achetteront point de morue préparée par ces derniers, parce que le sel de mine la ferait reconnaitre, mais l’huile étant semblable chez les deux nations on peut facilement en prendre sans crainte d’être pris en désfaut. Ils peuvent aussi achetter la morue fraiche & la préparer dans leurs chauffaux. Cependant, je crois qu’aucun de nos Capitaines n’employent de pareils moyens. Ils auraient à craindre la jalousie de leurs confrères, qui, s’en les dénoncer, pouraient cependant les découvrir en parlant de la manière dont ils ont augmenté leurs chargemens.

Bois de mâture

Je n’ai trouvé dans aucun des havres que j’ai visité du bois propre à faire de la mâture, on m’a assuré cependant qu’il y en avait dans le fond de la baie aux lievres.

Terroir

Presque tous les Capitaines, surtout ceux dépendant des grandes sociétés, font des petits jardins où ils sèment des légumes, la végétation y est très prompte, mais rien n’y vient à maturité. En général, les côtes sont arides & n’offrent que des rochers nuds, mais le fond des havres & dans l’intérieur on trouve une végétation très active, la terre est composée, en majeure partie, de bois et de mousses pourries. Dans les baies je n’ai vu que des sapins, des pins, des mélèzes et des bouleaux. Les vallons ont presque tous des étangs, qui laissent écouler des ruisseaux de toutes parts. Ce qui fait que l’eau douce est commune sur toute la côte.

Sauvages

On n’a pas vu de sauvages dans nos havres cette année, il n’y en a point d’établis sur nos côtes, il paraît qu’il y a longtemps qu’il n’en est venu.

Mr Boutruche

J’ai fait beaucoup de demandes sur Mr Boutruche, les Capnes ont été très circonspects dans leurs réponses, cependant voici ce que j’ai pu recueillir, mais que je ne peux assurer. Mr Boutruche passe pour honnête homme, il est estimé à St Servan, son fils aîné n’est pas aimé, il est même craint. On assure qu’il a eu une très mauvaise conduite pendant son séjour dans les prisons d’Angleterre. Mr Boutruche père a trois bulletins de place un pour la goëlette l’Estelle à la baie St George, un autre pour la goëlette la henriette à Cod-roy & un troisième pour la goëlette la bonne mère à la baie aux Mauves. Mr Boutruche, fils aîné, commande la henriette & est gérens de la Société de son père. Il arriva dans le golphe St Laurent le 20 avril avec l’Estelle, qui se rendit de suite dans la baie St George, la henriette fut à Cod-roy, trouvant là beaucoup de goëlettes de St Pierre et Miquelon, elle fut joindre l’Estelle dans la baie St George & prit la deuxième place destinée à Mr Rosse qui n’y devait point venir cette année. Le 15 mai la Bonne Mère vient se réunir aux deux autres navires. Le 16 juin la henriette quitta la baie St George & vint s’établir à Jacques-quartier du Luirpont à la 2e place appellée Coupe Souliers. Mr Delorme Villedoulé à qui cette place appartenait ayant quitté le commerce & vendu ses effets de pêche, Mr Boutruche étant acquéreur d’une partie de ces objets, fit établir la henriette dans cette place le 21 juin. Le 15 juillet la bonne mère laissa la baie St George & vint se réunir à la henriette le 23 du même mois. L’Estelle a dû partir pour la Rochelle le 18 juillet avec environ sept cents quintaux de morue provenant de la pêche des trois batiments de la Société dans la baie St George.

Quatre goëlettes de St Pierre vinrent dans la baie St George ; Mr Lancelin, Capne de l’Estelle & prud’homme du havre, écrivit aux Capitaines de ces goëlettes pour les engager à sortir de la baie, les lieux de pêche ne pouvant suffir à autant de pêcheurs. Les quatre goëlettes partirent. Peu de jours après il en revint une vingtaine, armées de fusils, qui d’un air menaçant demandèrent à M. Boutruche fils ainé s’il avait encore l’intention de les empêcher de pêcher. Ce dernier leur répondit qu’il n’avait jamais eu cette intention, mais que seulement il leur observait qu’un aussi grand nombre de pêcheurs se trouvant réunis sur le petit banc de la baie St George, ils se généraient mutuellement & qu’ils ne pêcheraient rien. Les goêlettes restèrent. Il y eut beaucoup de contestations. Mr Lancelin, comme prud’homme, a tenu journal de tout ce qui s’est passé & fait tous les procès-verbaux que les circonstances ont amené. Des Américains se trouvent compris dans cette affaire. Tous ces désagrémens ont fait quitter la baie St George à Mr Boutruche.

Il y a dans la baie St George deux villages, l’un occupé par des Anglais & l’autre par des sauvages, ils vivaient tous en bonne intelligence avec Mr Boutruche. Ce dernier a fait pêcher les sauvages pour son compte et les a payés en biscuit, canderie et vin.

Ces trois derniers paragraphes sont tirés des propres déclarations de M. Boutruche, fils ainé.

Arrivée et départ

Année Commune, avant les glaces, on pouvait attérir sur la côte à la fin de Mars ou au commencement d’Avril, mais il n’y aurait pas d’avantage en ce que l’on serait longtems avant de commencer la pêche, que l’on trouverait la terre couverte de neige & qu’il faudrait casser la glace dans les havres pour y entrer. Il vaut donc mieux venir après la banquise, on peut alors attérir au commencement de Juin. On part ordinairement dans la première quinzaine d’octobre, quelques batimens restent plus longtemps, mais il y a de l’imprudence.

Marées

Les marées sont très irrégulières sur ces cotes, les vents influent beaucoup sur elles. Il ya des jours où elles montent & descendent cinq ou six fois, d’autre ou elles ne montent ni ne descendent. Cependant dans les Syzygies elles sont plus régulières & on peut prendre l’établissement entre six & sept heures ; La mer marne alors de 6 à 7 pieds.

Courans

Les courans sont très variables, dans la saison de la pêche ils portent plus généralement au Sud & SSO.

Tems

Le tems éprouve aussi de grandes variations pendant la pêche, de l’orage, du chaud & du froid. Les vents du Sud ou NO donnent ordinairement du beau tems, Les vents du SSE au Nord amenent la pluie ou la brume. On voit très fréquemment des Aurores boréales.

Vents

Les vents sont très inconsistants sur la côte, on y éprouve souvent des calmes dans la belle saison, les vents les plus ordinaires sont du SO à l’O. Dans le mois de Septembre la mer devient très dure sur les côtes, & les vents se fixent au NE, grand frais, le batelage y devient difficile, cependant la pêche s’y continue. Quand les vents viennent de terre, on éprouve sur la côte de fortes raffalles, dont on doit se défier surtout dans les embarcations.

Mr Luc Lerrede, prud’homme des havres des gds & pts Sts Juliens, de l’ile des Juliens et des gdes Oies, se trouvant gérens de la maison Guibert & fils, dont les batiments occupent ces havres, tranche nécéssairement toutes les difficultés Comme chef suprême. Mais je le crois très susceptible de juger des différens qui pourraient s’élever quand bien même les interèts seraient séparés.

Mr Héron, prud’homme du havre des petites Ilettes, est à mon avis, loin d’avoir les moyens de Mr Lerede, mais cependant l’union la plus parfaite règne dans son havre quoiqu’il existe des batimens de deux sociétés différentes.

Mr Daguenet, prud’homme de l’ile Fichot, & gérens de la Société Lerond, Campion & Cie, est capable, je crois, de remplir sa place avec distinction.

Mr Daguenet, prud’homme des petites Oies conserve l’harmonie dans son havre quoiqu’il soit occupé par des batiments de trois Sociétés différentes, je crois quil trancherait facilement les difficultés, qui pourraient se présenter.

A la Cramaillère, Mr Durif conserve la tranquillité entre les Français & Anglais ; Mais je le trouve bien inférieur aux prud’hommes que je viens de citer.

A la baie St Antoine Mr Lecerf étant prud’homme et gérens, des batiments qui s’y trouvent, conserve nécessairement la paix, mais il serait capable d’en faire autant dans tout autre position.

Je pourrai en dire autant de Mr Poitevin aux grandes Bréhats. Mr Yan prud’homme du havre du Cap Blanc, où il se trouve les batiments de 4 maisons différentes, quoique sous une envelope grossière & pretant à la plaisanterie, maintient chacun à sa place.

Dans le havre des Griguets la tranquillité y règne Mr Raoult Lahurie, connait trop bien les lois pour souffrir qu’il y soit porté aucune atteinte.

Au Luirpont, Mr Gilles Cardonnet sait y conserver la prépondérance dont il jouit dans la bourse St Malo. On ne revient pas sur ses jugemens, il tranche en grand. Il n’y a point d’établissemens dans la baie de St Méen, parce que cette baie est ouverte & que les batimens & même les bateaux n’y seraient point en sureté.

Variation

Des Sts Juliens au Luirpont la variation de l’aiguille aimantée est de 33° à 36 ° NO. Pour 53° de latitude Nord & a vue du Cap St Michel, le Capne Lemesle a observé 37° de variation NO.

Les grands Sts Juliens

Le havre des grands Sts Juliens est bon à l’abri de tous les vents à l’exception de ceux du NE, on peut y mouiller 4 ou 5 batimens par 6 brasses d’eau, fond de vase, ils s’y amarrent à 4 amarres. Il ny a point de dangers dans la passe, l’entrée est facile, on hante le côté de babord parce qu’il y a plus d’eau.

L’eau douce est peu abondante, elle se trouve entre les grands et petits Juliens & fournit avec peine à la consommation de ces deux havres.

Les petits Sts Juliens

Le havre de petits Sts Juliens n’est séparé de celui des grands que par une langue de terre, il est de la même grandeur, a le même fond & le même abri, l’entrée en est facile, il faut hanter le coté de babord & laisser à tribord la roche de la Baleine, qui est à l’entrée & découverte.

Les Grandes oies

Les grandes Oies sont à toucher les petits Sts Juliens & n’ont de port que pour les bateaux ; les Capitaines qui viennent pêcher dans ce lieu, mettent leurs navires aux petits Sts Juliens.

Le bois de chauffage pour ces trois havres se fait dans les environs, celui pour la construction des Chauffaux se prend dans le fond de la baie aux lievres.

L’eau douce est Commune aux grandes Oies. James Cutter, Irlandais de nation, habite ce havre depuis 35 ans, il a avec lui Sa femme & huit enfans, il est très misérable, Il surveille dans l’hiver les établissemens des trois havres cidessus pour son compte & lui a payé en biscuit, eaudevie & vin.

Les petites Ilettes

Le havre de petites Ilettes ne peut recevoir que des batimens d’un tirant d’eau, au nombre de 4 ou 5, il est sûr, l’entrée en est difficile, il faut avoir un pratique, il reste de basse mer 11 pieds d’eau fond de vase. Il y a un grand nombre basses ( ?) et de roches couvertes parmi & dans les environs des Ilettes ; quand on vient de l’Est, même dans un canot, il faut passer de très près de la partie sud de l’ile Fichot.

L’eau douce est facile à faire, le bois de chauffage se prend aux Grandes Ilettes & celui pour la construction des chauffaux dans le fond de la baie aux lievres.

Le Four

Le havre du Four est très sûr & un des meilleurs de la Côte, l’entrée en est facile quoique très étroite ; il peut contenir huit navires de 3 à 400 tonneaux. Les grands batimens, dont les établissemens sont à Fichot ou aux Ilettes s’y amarrent et y chargent.

Il y a deux places dans le havre, elles ne sont pas occupées, on donne pour raison que la morue y brule & que l’on est trop éloigné des lieux de pêche. Les beaux havres, qui se trouvent dans le fond de la baie aux lievres ne sont point habités pour ce dernier motif.

Fichot

Le havre de Fichot peut contenir huit batimens affourchés il reste 11 pieds d’eau de basse mer, fond dur, l’entrée est difficile il faut un pratique, il y a deux passes, on est peu à l’abri des vents de N & de NNE.

L’eau douce est facile à faire, le bois de chauffage se prend à la tête de mort & celui pour la construction des établissemens dans le fond de la baie aux lievres.

Les petites Oies

Le havre des petites Oies est vaste & sûr, il peut contenir une vingtaine de batimens affourchés ; On trouve de 8 à 16 brasses d’eau, fond de vase, l’entrée en est facile, il y des roches dans la passe mais elles sont toutes découvertes. L’entrée est environ à une – dans la baie aux lievres, on la trouve en venant atterrir entre les trois montagnes & la haute montagne de l’anse au bouc. Il y a beaucoup d’eau douce & de bois de chauffage, celui pour la construction des Chauffaux se fait dans la baie aux lievres.

Il y a deux établissemens anglais, quatre homme de ces établissemens hivernent & soignent les habitations françaises.

La Cramaillère

L’havre de la Cramaillère est bon, on mouille dans le fond, il peut contenir une vingtaine de batimens affourchés on y trouve de 9 à 12 brasses fond de vase, l’entrée est facile, on suit mi baie hantant le côté de tribord de préférence & passant entre la pointe enragée & l’ilot.

L’eau douce & le bois de chauffage sont facile à faire, celui pour la construction des établissemens se prend dans la baie aux lievres.

Baie St Antoine

Le havre de St Antoine est très long, il peut contenir une cinquantaine de navires, on y trouve 7 & 8 brasses d’eau fond de gravier, de sable et de pierres perdues, il y a de la vase au fond du havre ; l’entrée est facile hantant la côte de babord.

L’eau douce & le bois de chauffage sont facile à faire, celui pour la construction des chauffaux se prend dans la baie aux lievres.

Il n’y a point d’étabmissement dans la baie de St Méen parce que cette baye est ouverte & que les batimens & même les bateaux n’y seraient point en sûreté.

Les grands Bréhats

Le havre des grands Bréhats est bon, on peut y amarrer six navires à quatre amarres, pour quatorze pieds d’eau, fond dur & pierres perdues. Pour entrer on range de près une roche qui découvre & qui se trouve le plus au Sud, on gouverne ensuite à mi baie jusque dans le havre.

L’eau douce & le bois de chauffage sont facile à faire, celui pour la construction des chauffaux est rare.

Les petits Bréhats

Les petits Bréhats n’ont qu’une baie ouverte, il n’y a de l’eau que pour des chaloupes. On y trouve beaucoup de roches & de hauts fonds.

On doit se défier d’un écueil qui est à un lieue dans l’Est des grands Bréhats.

Les Griguets

La baye des Griguets forme avec ses iles deux jolis havres, celui du Cap blanc est très bon, il peut contenir dix batiments affourchés, par dix brasses d’eau fond de vase ; l’entrée est facile, il peut ranger le Cap blanc & aussitôt que l’on est entre les deux pointes qui forme la passe, on gouverne à une longueur de navire de la Côte de babord pour éviter des roches & des hauts fonds qui bordent la côte du Nord. Le havre de Griguets est bon, on peut y mouiller cinq navires pour 14 & 15 brasses d’eau, fond de vase, l’entrée est étroite & difficile, on n’y peut venir sans pratique. Il y a entre ces deux havres, trois baies ; celles du Nord est mauvaise & n’offre aucun abri, on y mouille par 20 brasses fond de roches ; Celle du NO quoique meilleure que la précédente n’est pas encore très sûre ; Mais celle du SO est excellente, on pourrait y mouiller plus de cinquante batimens, par dix brasses d’eau, fond de vase, l’entrée en est facile, on gouverne à mi baie, la côte est saine & les roches qu’on y trouve sont apparentes. Dans toute la baie des Griguets l’eau douce & le bois de chauffage sont faciles à faire, celui pour la construction des établissemens est plus rare.

La baie St Lunaire

La baie St Lunaire est vaste, on pourrait y former de très beaux établissements, mais n’y ayant trouvé que des anglais, je n’ai pu me procurer que des renseignements vagues.

Le Luirpon

Le havre du Luirpon est sûr, il peut contenir dix batimens, amarrés à quatre amarres, par 4 & brasses d’eau, fond de rocs. Il y a deux entrées celle de l’Est & celle de l’Ouest, la pramière est E & O, il faut avoir des vents du N au SSE pour entrer par cette passe à cause d’une pointe qu’il faut arrondir, & qui fait varier les vents de quatre quarts & que les courans sont très variables & très violens. Pour venir dans ce havre on prend connaissance du Cap Dégrat, qui est une terre haute, qui se voit de loin & qui présente la forme d’un talon de souliers, en approchant on apperçoit les iles Blanches qui sont à deux lieues dans l’E ¼ SE du havre, il y a de l’eau des deux côtés de ces iles ; en passant par le Nord on peut ranger ces iles de près, mais passant par le Sud il faut hanter la grande Terre à cause de plusieurs rochers & hauts fonds qui sont le sud des iles Blanches.

Pour entrer par la passe de l’Ouest, il faut traverser Jacques Quartier, que l’on peut regarder comme la rade du Luirpont. Cette rade est sûre, on peut y mouiller vingt cinq navires affourchés par 7 & 10 brasses d’eau, fond de vase & herbier, l’entrée en est difficile à cause d’une ? qui se trouve dans le nord de la passe ; il faut avoir un pratique. Les vents régnant pendant la pêche sont du NO à l’O, les courans sont très violens & très variables occasionnés par le golphe de St Laurent.

L’eau douce est commune partout ; le bois de chauffage se fait dans la baie du Sacre & celui pour la construction des établissements se prend dans la baie du Pistolet.

Isaac-Isaac, anglais établi à l’ilet au Marchant Luirpont habite cette Ile depuis trente ans, il a avec lui trois hommes, une femme & cinq enfants, il surveille les établissemens de la Société Dupuy Fromy, frères.

Notes

1 Médiathèque Michel Crépeau, La Rochelle, Fonds Meschinet de Richemont, Ms 2302.

2 Poton D., « Le pays perdu : le négoce rochelais et le Canada (1763-1820) », dans Lamonde Y. et Poton D., dir., La Capricieuse (1855) : poupe et proue. Les relations France-Québec (1760-1914), Québec, PUL, 2006, p. 17-35.

3 Guerry E., Pierre-Samuel Meschinet de Richemont, négociant rochelais, mémoire de maîtrise, Université de Poitiers, 1996. A compléter pour une étude précise de sa correspondance commerciale par Marchadier F., Pierre-Samuel Meschinet de Richemont. Un négociant rochelais pendant la guerre d’Indépendance américaine (1778-1783), mémoire de master 1 RIHMA, Université de La Rochelle, 2007 ; et Marchadier F., « Le réseau commercial d’un négociant rochelais, Samuel-Pierre Meschinet de Richemond, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : de l’importance du maintien des trafics avec l’Europe du Nord », dans Augeron M., Poton D. et Van Ruymbeke B., dir., Les huguenots et l’Atlantique, vol. 1 : Pour Dieu, la Cause ou les Affaires, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne/Les Indes Savantes, 2010, p. 504-506.

4 Rompkey R., Terre-Neuve. Anthologie des voyageurs français (1814-1914), Rennes, PUR, 2004, p. 7

5 Huile J-M., « La Station navale de Terre-Neuve et le centenaire de La Capricieuse en 1955 », dans Lamonde Y. et Poton D., dir., op. cit., p. 361 et suiv.

6 La Morandiere C. DE, Histoire de la pêche française de la morue dans l’Amérique septentrionale, Paris, Maisonneuve et Larose, 1962-1966, vol. 2. ; Magord A., « L’établissement marginal d’une communauté française en Amérique du Nord », dans Magord A., dir., Les Franco-Terreneuviens de la Péninsule de Port-au-Port. évolution d’une identité franco-canadienne, Moncton, Chaire d’études acadiennes, Université de Moncton, collection Mouvange, 2002, p. 18-21 et cartes.

7 Médiathèque Michel Crépeau, La Rochelle, Fonds Meschinet de Richemont, Ms 2302. Outre « la Table de Loch » de L’Expéditive, le rapport de la tournée du nord rédigé par Meschinet, le dossier comprend une copie du « Règlement sur la Police de la Pêche de la morue à l’île de Terre-Neuve », l’« Ordonnance du Roi relative aux primes d’encouragements pour la pêche de la morue », L’« Instruction du capitaine de l’Expéditive aux officiers envoyés en mission sur les côtes de Terre-Neuve où les Français ont le droit de pêche », un tableau des bateaux avec les sociétés de pêche présentes et une carte sur papier calque peu lisible (de la main de Meschinet ?) représentant le littoral du « Petit Nord ».

8 Huile J.-M., « La Station navale de Terre-Neuve et le centenaire de La Capricieuse en 1955 », dans Lamonde Y. et Poton D., dir., op. cit., p. 362.

9 Médiathèque Michel Crépeau, La Rochelle, Fonds Meschinet de Richemont, Ms 2302.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 Ibid.

17 Magord A., art. cit., p. 22.

18 Rompkey R., op. cit., p. 33-35.

Table des illustrations

Titre Carte générale de Terre-Neuve avec localisation du littoral visité par Samuel Meschinet de Richemont (1819)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/101735/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 265k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search