Version classiqueVersion mobile

Le golfe du Saint-Laurent et le Centre-Ouest français

 | 
Mickaël Augeron
, 
Jacques Péret
, 
Thierry Sauzeau

Deuxième partie. Trafics et circuits d’un échange inégal (XVIIe-XVIIIe siècles)

Échanges entre une colonie et un port métropolitain : Plaisance (Terre-Neuve) et La Rochelle, 1688-1713

Nicolas Landry

Texte intégral

  • 1 M. J. Mccarthy pense que la région de Plaisance est possiblement explorée par Gaspar et Miguel Cor (...)

1Le nom de Plaisance apparaît sur la charte de Nicolas Vallard de Dieppe dès 1547 sous le vocable de Isle de Plazencia. Il s’agirait de la version française d’un nom désignant la ville espagnole de Placentia sur la côte basque. Une autre théorie veut que le nom soit un dérivé du nom basque Plentzia, ville située à environ 25 kilomètres à l’est de Bilbao. Le nom Plentzia est d’ailleurs une traduction du terme espagnol archaïque Placentia. Donc, l’origine du nom Placentia ne serait pas basque mais bien espagnole1. La région faisant l’objet de cette étude se situe dans ce qu’on appelle aujourd’hui la province de Terre-Neuve, une ancienne colonie britannique, devenue une province canadienne en 1949. Jusqu’en 1713, l’île est occupée à la fois par la France et l’Angleterre. L’essentiel de la population anglaise habite alors la côte est, sauf la section sise plus au sud qui, à compter des années 1650, est de plus en plus peuplée de colons français. Bien que la France et l’Angleterre exploitent toutes deux la pêche à la morue sur les Grands bancs – pêche à la morue verte – et sur les côtes – pêche à la morue séchée et salée – la rivalité entre les deux Empires prend beaucoup plus d’ampleur à partir des années 1650. Il devient alors évident que la France entend établir une garnison et des fortifications pour protéger à la fois sa flotte de pêche métropolitaine et sa petite population d’habitants pêcheurs.

  • 2 Cette étude repose principalement sur les actes notariés des Archives départementales de la Charen (...)

2Cet article ne vise pas à s’étendre outre mesure sur la rivalité entre l’Angleterre et la France pour le contrôle des pêches de Terre-Neuve. Il se limite plutôt à faire connaître les relations s’articulant entre une colonie française d’Amérique et l’un des ports métropolitains avec lequel elle entretient des échanges importants, celui de La Rochelle. Le dépouillement d’une partie des archives notariales2 permet d’aborder essentiellement deux aspects de la question, les conditions de travail des pêcheurs engagés venant pêcher à Terre-Neuve et l’activité marchande.

3Les sources exploitées pour cette étude sont d’abord et avant tout de nature notariale et deux fonds sont à l’avant plan : celui des Archives départementales de la Charente-Maritime à La Rochelle, et celui des Archives départementales de la Gironde à Bordeaux. Ces fonds d’archives sont loin de se limiter à des contrats d’engagement et comptent une véritable constellation d’actes de toutes sortes, permettant de faire plus ample connaissance avec les réalités et les défis des engagés et des marchands de La Rochelle et de son arrière-pays.

Conditions de travail des pêcheurs engagés à La Rochelle

  • 3 Voir Sonensher M., Work and Wages: Natural Law, Politics, and the Eighteenth Century Franch Trades (...)
  • 4 Lachapelle M-A., « L’insertion sociale des engagés dans les campagnes du gouvernement de Québec du (...)
  • 5 Pour prendre connaissance d’autres travaux sur Plaisance, voir mes articles précédents soit « Les (...)
  • 6 Mimeault M., « Destins de pêcheurs – Les Basques en Nouvelle-France. Une étude de la présence basq (...)

4À l’exception des colonies de l’Acadie et de Plaisance, il existe une vaste littérature sur la question des engagés et des conditions de travail dans le monde colonial3 puisque, sans eux, la colonisation est alors difficilement envisageable. Ce système est donc bien connu dans l’historiographie du Canada4. Du côté des pêches françaises de Terre-Neuve5, et ce depuis le XVIe siècle, un ensemble de normes régissent l’embauche des pêcheurs. Durant la période à l’étude, les habitants des colonies du golfe Saint-Laurent, la Gaspésie et Terre-Neuve, s’affirment peu à peu dans l’industrie de la morue salée et séchée, abandonnant aux métropolitains l’exploitation des bancs de pêche. À cette étape, ils s’approprient les sites de transformation de la bande côtière et instaurent leurs propres mécanismes d’exploitation6.

Ces travailleurs des pêches

  • 7 Landry N., « Pêcheurs et entrepreneurs dans le Golfe du Saint-Laurent sous le régime français », P (...)

5Dans une recherche antérieure, je concluais que les modalités d’ententes régissant les contrats d’engagement pouvaient varier d’un cas à l’autre. Toutefois, pas au point de déroger nettement des constats historiographiques7. Tout d’abord, dans le cas de la pêche au poisson vert, la rémunération des équipages implique un système de rétribution à la part. Par exemple, le dépouillement des documents notariés de La Rochelle démontre nettement une prépondérance d’un modèle de partage où quatre parts vont aux propriétaires et une part au maître et à l’équipage. Et ceci, même pour la pêche au poisson salé et séché par des équipages métropolitains à Terre-Neuve. Le même constat s’applique pour les contrats d’engagement passés par les habitants pêcheurs de Plaisance puisqu’ils confirment très majoritairement l’usage de la rétribution sur la base des 300 quintaux de morue par chaloupe. Dans une colonie de pêche comme Plaisance, l’activité économique est fortement saisonnière et c’est avant tout durant la saison que les engagés de pêche envahissent le littoral. Le système en vigueur exigeait que ce soit les navires métropolitains qui amènent les engagés des habitants dans la colonie.

  • 8 Pope P., Fish into wine: The Newfoundland Plantation in the Seventeenth Century, Chapell Hill and (...)

6Pour la pêche au poisson séché et salé, je présente quelques cas provenant des documents notariés de l’étude Menon de La Rochelle entre 1688 et 1698. Ils impliquent surtout des maîtres de chaloupes, des bossoins et des arrimeurs. Pour les cas étudiés, on constate qu’en moyenne les maîtres de chaloupes reçoivent l’équivalent de 32 quintaux, 29 pour les bossoins et 28 pour les arrimeurs. Ces moyennes sont assez semblables aux chiffres avancés par Pope, Paquette, Turgeon et Balcom8. Autre constatation : pour chaque entente d’engagement, les parts en quintaux sont toujours attribuées en vertu de la même hiérarchie, soit le maître de chaloupe, le bossoin et l’arrimeur. Les différences sont à peu près toujours les mêmes, soit de 1 à 3 quintaux entre chaque fonction. Dans un seul cas, mentionne-t-on l’ajout d’huile de morue pour chaque engagé.

Engagements de pêcheurs à La Rochelle par des habitants de Plaisance

  • 9 Obligation par Jean Bourdoncle, mars 1693, La Rochelle. Archives nationales du Canada (dorénavant (...)

7Sans pour autant entrer dans des détails excessifs, il est néanmoins nécessaire de signaler quelques caractéristiques observées dans ces ententes. Dans les quatre exemples disponibles, on parle d’ententes impliquant des obligations ou des contrats d’engagements. Trois ententes impliquent des habitants pêcheurs, pas forcément résidents à longueur d’année, soit Jean Bourdoncle, Louis Burgaud et Jean Ozelet. En mars 1693, l’habitant de Plaisance Jean Bourdoncle emprunte 800 livres à des bourgeois de La Rochelle pour l’achat de hardes, pour lui et ses quatre engagés avant de passer à Terre-Neuve. Pour paiement, Bourdoncle doit réserver aux prêteurs ses premières prises de poisson loyal et marchand, qu’il faut remettre à leur représentant à Plaisance sur le pied de 6 livres le quintal jusqu’à satisfaction du remboursement. Il doit cependant se trouver des pêcheurs qui, une fois à Plaisance, doivent travailler à la pêcherie et sécherie des morues avec « tout le soin, conduite et diligence possible » pour le bien et avantage de l’employeur jusqu’à la fête de Saint-Michel. Comme à l’habitude dans ce genre d’entente, l’habitant de Terre-Neuve défraie les coûts du voyage des engagés à l’aller et les nourrit « pendant tout le temps de leur service ». Fait assez rare à l’époque, les documents parlent de versements en argent et non pas exclusivement en quintaux de morue. Une partie des gages sera versée à Plaisance, moins les avances versées avant le départ. Ces sommes leur permettent de s’acheter des hardes et des « commodités » pour la pêche9. Ces versements de salaires exprimés en argent confirment une tendance observée par d’autres historiens, soit qu’à compter du dernier tiers du XVIIe siècle, les entrepreneurs réussissent peu à peu à imposer le versement de gages sous forme de salaires et non plus seulement de parts.

  • 10 Engagement par Louis Burgaud, 11 janvier 1694, La Rochelle, ANC-MG6-A2, 3E-Étude Menon : Rivière e (...)

8L’entente de janvier 1694, entre Louis Burgaud, alors à La Rochelle, et sept engagés de Saint-Jean-de-Luz (trois maîtres de chaloupes, deux bossoins et deux arrimeurs) mentionne également les salaires, le paiement des frais de subsistance et du voyage aller-retour entre La Rochelle et Plaisance. Par contre, les engagés ne reçoivent leurs gages qu’une fois revenus à La Rochelle après la saison de pêche et, durant la traversée, ils travaillent comme matelots. L’employeur paie également les deux tiers de la nourriture que les engagés consomment durant leur séjour à La Rochelle10.

  • 11 Obligation aux profits aventureux, 24 mars 1696, La Rochelle, ANC-MG6-A2, 3E-Étude Menon : Rivière (...)

9L’obligation de 1696 impliquant Jean Ozelet, ressemble beaucoup à celle contractée par Jean Bourdoncle et s’appelle obligation aux profits aventureux. Elle implique l’embauche de huit hommes censés travailler sur trois chaloupes sous la conduite de Ozelet. Tout indique que l’obligation est contractée envers Noël Danican, Sieur de L’Espine, personnage prestigieux de Saint-Malo où il est écuyer, conseiller et secrétaire du roi. On le sait, il est également une figure importante de la guerre d’Augsbourg à Terre-Neuve à la fin du XVIIe siècle. Les engagés reconnaissent avoir touché 700 livres en prêt pour des hardes et autres commodités pour la pêche. Ozelet, pour sa part, obtient un prêt de 300 livres a être remboursé sur les surplus et profits de la pêche et remis au représentant de L’Espine à Plaisance en poisson marchand11.

Engagements par des métropolitains de La Rochelle de pêcheurs pour la pêche à Terre-Neuve

10Étant donné que la pêche au poisson sec est également pratiquée par les métropolitains, il est permis de croire que les conditions de travail suivent d’assez près celles des engagés auprès des habitants. Dans ce cas-ci, mes observations reposent sur un corpus archivistique beaucoup plus imposant. Dans un premier temps, de 1676 à 1700, je regroupe 17 voyages de pêche au poisson sec à Terre Neuve, toujours à partir de La Rochelle, dont les clauses sont très semblables. On parle ici de voyages financés par des marchands et bourgeois prédominants de cette ville, tels que Pierre Faneuil, Jean Depont, Isaac et Abraham Mouchard, etc. Pour ces 17 voyages, et cela de manière très majoritaire, quatre parts vont aux marchands et une part au maître et à son équipage. Cette part est également accessible aux marchands puisqu’ils y « auront la préférence pour l’avoir au même prix que les autres marchands de cette ville (La Rochelle) leur en voudront donner de bonne foi et sans fraude ».

11Durant leur séjour à Terre-Neuve, le maître et l’équipage ne peuvent faire aucun commerce, ni troc de pelleterie au risque de perdre leurs gages. Le maître, en son nom et celui de l’équipage, reconnaît que les marchands et bourgeois leur ont payé les pots de vin promis. Au retour de la pêche, les déchargements se font en présence des marchands ou de leurs représentants, suivi d’un inventaire des agrès et apparaux restant du voyage. Un autre bénéfice pour les membres de l’équipage est une part de 50 livres (22,6 kg) de morue chacun en plus d’une part d’huile variant entre une demi barrique et une barrique en moyenne. Lorsqu’on parle de sommes avancées à la grosse aventure, on pense aux 439 livres consenties par le marchand Pierre Gallon à raison de 24 % d’intérêt remboursables huit jours après le retour de la pêche, ou encore aux 675 livres prêtées par Isaac et Abraham Mouchard à raison de 30 % d’intérêt.

  • 12 Engagement auprès du sieur D’Anguy, 23 février 1694, La Rochelle, ANC-MG6-A2, 3E-Étude Menon : Riv (...)
  • 13 Convention entre Bernon et Jean Boucher, 11 mars 1693, La Rochelle, ANC-MG6-A2, 3E-Étude Menon : R (...)

12Au-delà de ces conditions générales retrouvées dans la très grande majorité des documents titrés institutions, se profilent des ententes renseignant d’avantage sur des nuances ou des particularités. Un premier cas est celui d’un engagement de 10 hommes par un marchand nantais. Tous natifs du Pays basque, ces engagés touchent un tiers des revenus de la pêche sur laquelle leur employeur détient la préférence d’achat. Les pots de vin constituent ici des avances de 180 livres aux maîtres de chaloupes, de 70 livres aux bossoins et arrimeurs et de 60 livres aux graviers12. Un cas plutôt rare est celui du charpentier et menuisier Jean Boucher, de La Tremblade. En mars 1693, lui, sa femme et leurs deux filles sont embauchés pour travailler à Plaisance durant la saison de pêche au salaire de 220 livres dont la moitié leur sera versée avant le départ. La famille est toutefois nourrie aux frais des employeurs durant le voyage13.

  • 14 Accord et convention d’engagement, 22 janvier 1692, La Rochelle, ANC-MG6-A2, 3E-Étude Menon : Rivi (...)
  • 15 Engagement auprès de Jean Gitton, 9 avril 1694, La Rochelle ANC-MG6-A2, 3E -Étude Menon : Rivière (...)

13Toujours auprès des marchands de La Rochelle, trois engagés de Saint-Jean-de-Luz passent un accord et convention d’engagement en janvier 1692. Au premier « mandement » de l’employeur, ils s’embarquent sur le navire indiqué pour aller pêcher à Plaisance. Ils y sont nourris aux dépens des employeurs qui leur fournissent également les ustensiles de pêche, le sel et la chaloupe. La pêche terminée, tout leur poisson est pesé. Leur rémunération repose sur les mêmes fondements que ceux des engagés auprès des habitants soit sur une base de 300 quintaux par chaloupe et la part des employeurs se chiffre à 198 quintaux. Si la pêche s’avère plus abondante que prévue, les surplus sont partagés « à proportion », sans que l’on indique de quelle manière. Au contraire, si elle est moins que 300 quintaux par chaloupe, une diminution des parts en découle au prorata14. Deux ans plus tard, en avril 1694, le même marchand embauche deux équipages de chaloupe pour aller pêcher à Plaisance en spécifiant toutefois que les deux maîtres de chaloupe ont également droit à une barrique d’huile par 300 quintaux. Le versement de leurs salaires leur est garanti à Plaisance par des lettres de change qu’ils présentent en retour d’argent comptant à La Rochelle. À l’exception toutefois de 600 livres leur ayant été prêtées à la grosse aventure, avec intérêt de 50 %15 !

  • 16 Engagement pour aller à Plaisance, 8 février 1696, La Rochelle ANC-MG6-A2, 3E-Étude Menon : Rivièr (...)
  • 17 Institution par Jean Bordier, 10 avril 1699, La Rochelle, ANC-MG6-A2, 3E-Étude Menon : Rivière et (...)

14En 1698, un autre exemple d’un contrat d’engagement pour un équipage de chaloupe destiné à travailler pour le compte d’un marchand de La Rochelle à Plaisance ou à l’île Saint-Pierre, révèle des conditions salariales plutôt avantageuses, soit de 38, 35 et 34 quintaux respectivement pour le maître de chaloupe, le bossoin et l’arrimeur. Probablement s’agit-il d’hommes très expérimentés exigeant de meilleures conditions. À cela s’ajoutent un baril d’huile pour le premier et une demi-barrique pour les deux autres16. Concernant les parts d’huile, notons qu’un marchand peut parfois décider d’en accorder seulement une par chaloupe et non par homme. De plus, dans un document d’institution de 1699, cette offre est limitée à seulement 10 des 12 chaloupes impliquées dans le voyage17 !

  • 18 Institution par Théodore Pagez, 3 mars 1683, La Rochelle, ANC-MG6-A2, 3E-Étude Menon : Rivière et (...)

15Ceci m’amène à l’examen d’un autre corpus de 11 documents d’institutions, où l’on mentionne une double activité de pêche, soit le poisson vert et le poisson sec. Bien que ce double mandant se démarque quelque peu des normes auxquelles nous a habitué l’historiographie, il semble que ce type d’entente repose essentiellement sur un scénario permettant de rentabiliser un voyage de pêche au poisson sec insatisfaisant. Lors du voyage de retour, le maître a alors l’obligation de pêcher du poisson vert pour compléter sa cargaison. Dix de ces documents d’institution permettent de confirmer qu’au moins six ont définitivement la pêche au poisson sec comme priorité puisque leurs équipages comptent en moyenne 41 hommes alors que quatre voyages comptent des équipages dont la moyenne atteint 14 hommes. À moins d’embaucher des engagés une fois à Terre-Neuve, il est peu probable que la pêche au poisson sec puisse leur être profitable. Ces institutions pour le double mandant de pêche au poisson sec et au poisson vert sont calquées sur le modèle déjà expliqué des trois parts aux propriétaires et la quatrième à l’équipage. On y retrouve là aussi quelques variantes alors qu’en 1683, par exemple, deux marchands associés accordent bien le supplément de 50 livres de morue (22,6 kg) par homme mais seuls les maîtres de chaloupe ont droit à une barrique d’huile18.

  • 19 Institution par les sieurs Abraham Mouchard, François Pachot et Paul Depont le jeune, 7 mai 1692, (...)
  • 20 Communication personnelle de Mickaël Augeron, La Rochelle, septembre 2007.

16Le corpus suivant, lui, regroupe quatre documents impliquant cette fois une double fonction de pêche au poisson sec et de troc de cargaison ou de marchandises. Un premier cas est celui du navire Le Neptune (150 tonneaux), propriété d’un groupe de trois marchands avec un équipage de 30 hommes. Le capitaine doit d’abord se rendre à Québec y livrer des marchandises, sauf le sel, qui est destiné à être employé sur les Grands bancs de Terre Neuve pour la pêche au poisson vert. Les hommes sont payés au mois et touchent leurs gages au retour du navire à La Rochelle, à l’exception toutefois de deux mois de salaire versés à l’avance. Comme pour d’autres navires durant la guerre, celui-ci est muni d’une commission en guerre. Le capitaine et l’équipage sont donc éligibles, outre leurs gages, au sixième du revenu des prises faites sur les ennemis de l’État19. À noter que les destinations mentionnées dans les documents notariés de La Rochelle ne sont pas forcément respectées par les maîtres des navires. Il s’agit parfois d’une façade cachant des relations commerciales huguenotes entre La Rochelle et la Nouvelle-Angleterre20.

Les marchands de La Rochelle et le commerce avec Plaisance

  • 21 De 1675 à 1698, la côte anglaise de Terre-Neuve compte entre 277 et 400 chaloupes de colons en opé (...)
  • 22 Philippe Pastour de Costebelle au ministre, septembre 1690, n.d., ANC-MG1-C11C, vol. 1, f 154-155.(...)

17Durant la période d’occupation française à Terre-Neuve, le système économique en vigueur exige que les habitants envoient du poisson en France à leurs risques ou à peu près, tout dépendant des ententes. Par exemple, en 1690, ils possèdent entre 110 et 120 chaloupes qui pêchent 50 000 quintaux de morue21. Cette morue est vendue aux navires de Nantes, de La Rochelle, de Bordeaux et de Bayonne. Dans le cas des vaisseaux pêcheurs de France, leur production atteint 140 000 quintaux en 1690, toujours dans les environs de Plaisance. Laurier Turgeon est d’avis que durant la deuxième moitié du XVIIe siècle, la France pêche de 700 000 à 800 000 quintaux par année à Terre-Neuve, en incluant toute la côte française22.

  • 23 De 1684 à 1702, le prix du quintal de morue de la côte anglaise oscille entre 10,9 et 13,5 shillin (...)
  • 24 Mémoire de Saint-Malo sur la pêche et le commerce par les navires, 9 octobre 1693, n.d., ANC-MG1-C (...)

18Un exemple intéressant d’un petit groupe d’habitants pêcheurs impliqué dans le commerce de la pêche avec la métropole est celui de la baie de Fortune en 1693. Ces trois ou quatre habitations emploient de 50 à 60 pêcheurs engagés. Ces habitants vendent leur poisson par l’intermédiaire de leur commis à Saint-Malo, au prix de 6 à 7 livres le quintal. À noter que la correspondance administrative de Plaisance ne parle jamais de prix excédant cette somme23. Les paiements pour cette morue sont ordinairement remis aux habitants par les navires métropolitains arrivant à la fin mai. Ces versements s’expriment en sel, en pain, en outils de pêche, en eaux-de-vie, en vin, et parfois au même prix qu’elles coûtent à Saint-Malo. La reconnaissance des paiements se fait par lettres de change remises par les acheteurs aux vendeurs et ordinairement payables en denrées24.

  • 25 Marché entre Antoine Héron et Louis Burgaud, 14 février 1687, ANC-MG6-A2, 3E- Étude Menon : Rivièr (...)
  • 26 Vente par Jean Debortuste, 20 février 1690, ANC-MG6-A2, 3E- Étude Menon : Rivière et Soullard, vol (...)

19Pour les années 1680, un certain nombre de documents illustrent fidèlement la nature des ententes encadrant le commerce entre La Rochelle et Plaisance. Le plus ancien date de janvier 1687 à l’occasion d’un marché entre Antoine Héron – agent de la Compagnie d’Acadie ou des pêches sédentaires en Acadie et propriétaire du navire la Bretonne – avec Louis Burgaud, habitant et marchand de Plaisance. Héron s’engage à apporter sel et vivres à Plaisance et d’en rapporter du poisson, de l’huile de poisson et du saumon. Le poisson ramené par Héron sera ensuite acheminé vers Marseille, La Rochelle, Nantes, Bordeaux ou le Havre25. Les activités de Burgaud se poursuivent au début des années 1690 alors qu’il achète du marchand Jean Debortuste, de La Rochelle ou des environs, la moitié du navire de 80 tonneaux le Saint-François qui va à Plaisance avec une cargaison pour la « troque ». Cette dernière compte des câbles, des cordages, des voiles, des agrès, des apparaux, deux pièces de canon et 200 livres en argent. En mars de la même année, Debortuste vend à Burgaud du vin rouge, du plomb en barre, de l’huile d’olive, du sirop, des biscuits, du sel, du beurre, des fèves, du sucre, de l’eau-de-vie, de la poudre et de la farine. Cette cargaison va se rendre à Plaisance sur le Saint-François en échange de poisson sec à raison de 6 livres 10 sols le quintal26. À noter que cette entente contient une liste exhaustive des prix pour chaque article.

  • 27 Vente de poisson et d’huile appartenant à feu Michel Brunet, 19 mars 1687, ANC-MG6-A2, 3E – Étude (...)
  • 28 Promesse par Bertrand Beaufet à Bernon et Faneuil, 26 mars 1693, ANC-MG6-A2, 3E – Étude Menon : Ri (...)
  • 29 Institution par Ester Allaire, de Nicolas Duret, 14 avril 1706, La Rochelle, ANC-MG6-A2, Série 3E (...)

20Un autre marchand de La Rochelle impliqué sérieusement dans le commerce avec Plaisance est Pierre Faneuil le jeune. Dans deux documents de mars 1687, on apprend qu’il se charge de la vente du poisson et de l’huile appartenant à Henri Brunet, décédé à Plaisance. Les syndics de Brunet, Antoine Allaire et Daniel Vivier, permettent à Faneuil de prendre possession de cette cargaison auprès des débiteurs du défunt à Plaisance. Par la même occasion, ce séjour à Plaisance permet à Faneuil de faire escale à Boston pour recouvrer des créances dues au défunt Michel Boucher, marchand de La Rochelle, à titre de procureur pour la veuve Boucher, Anne Allenet. Il retire le quart des recettes découlant de cette démarche27. Faneuil est toujours actif du côté de Plaisance au printemps 1693 alors qu’il accepte des promesses de livraison de morue de deux marchands habitants de Plaisance, soit Bertrand Beaufet et Pierre Gillebert. Faneuil est alors en société avec Bernon de La Rochelle28. À l’image d’autres marchands, Faneuil favorise l’implication de son épouse dans ses affaires. C’est ainsi qu’au printemps 1706, son épouse Ester Allaire nomme Nicolas Duret capitaine du navire le Maréchal de Chamilly (80 tx) pour aller à Plaisance en troc avec un équipage de 80 hommes. À l’instar d’autres navires marchands de La Rochelle, celui-ci doit aller à Québec, à Plaisance et aux Antilles décharger des marchandises et en ramener en France29. Ce trajet permet de constater que les réalités d’un commerce triangulaire sont bien présentes avant la fondation de Louisbourg en 1714.

  • 30 Entente entre Isaac Mouchard et Jean Gitton, 29 avril 1693, La Rochelle, ANC-MG2-A2, Série 3E – Ét (...)
  • 31 Contrat d’affrètement consenti par André Misset, 7 janvier 1698, ANC-MG6-A2, 3E – Étude Menon : Ri (...)
  • 32 Inventaire après-décès de Jean Gitton, 1 avril 1717, ANC-MG6-A2, 3e – Étude Menon : Rivière et Sou (...)

21Un autre personnage influent de La Rochelle impliqué dans le commerce avec Plaisance est certes Isaac Mouchard. Écuyer, seigneur et conseiller du roi, il apparaît d’abord en 1693 à l’occasion d’une entente d’institution de concert avec le marchand Jean Gitton. Ils sont propriétaires de la frégate la Fille bien aimée, jaugeant 300 tonneaux. Ce printemps-là, ils arment ce navire avec un équipage de 75 hommes pour un voyage de commerce à Québec d’abord et ensuite à Plaisance, d’où il ramènera du poisson30. En 1698, le marchand André Misset passe un contrat d’affrètement avec Mouchard pour amener des marchandises à Plaisance et à l’île Saint-Pierre sur le navire de 80 tonneaux la Féconde31. Gitton, pour sa part, est toujours impliqué dans le commerce de Plaisance, jusqu’au début du XVIIIe siècle du moins, selon son inventaire après-décès de 1717, document confirmant que des sommes lui sont encore dues par des particuliers de Plaisance, certaines remontant à 1695. On sait qu’en février 1702, Gitton obtient un contrat d’affrètement de Daniel Trock de Hambourg, au nom de Jean Béart, propriétaire du navire de 150 tonneaux l’Amitié. Ce dernier part de Hambourg avec une cargaison chargée grâce à Henry Pagez, correspondant de Gitton, pour aller à Québec et ensuite à Plaisance, avant de revenir à La Rochelle, Nantes ou Bordeaux. Entente se chiffrant à 1 300 livres et le navire et la cargaison sont assurés pour six mois32.

  • 33 Charles de La Morandière est en mesure de fournir des chiffres pour d’autres années en ce qui à tr (...)

22Au-delà de ces quelques exemples de cas, il est possible de présenter quelques chiffres illustrant des normes ou des tendances rythmant le commerce maritime entre La Rochelle et Plaisance. Pour étayer davantage les résultats, j’ajoute des données du port de Bordeaux à la même époque. D’abord, en se limitant ici aux archives notariales de La Rochelle, il est possible d’identifier 58 noms d’investisseurs s’intéressant d’une manière ou d’une autre au commerce et à la pêche à Terre-Neuve et à Plaisance entre 1673 et 1708. D’abord les Faneuil, soit Benjamin, Pierre et André avec 25 mentions, suivis par les Mouchard, Abraham et Isaac avec 19 mentions et finalement les Dupont, Paul et Jean, également avec 19 apparitions. Si l’on s’intéresse maintenant aux voyages comme tel, j’en compte 46 entre 1673 et 1694, dont 8 en 1683, 9 en 1692 et 10 en 169333. Le tonnage moyen des navires pour ces mêmes années est de 150 en 1683, de 106 en 1692 et de 101 en 1693. En ce qui a trait aux équipages, toujours en fonction de ces mêmes années, la moyenne se chiffre à 28, 19, 17 et 14.

23À titre comparatif, les archives notariales pour le port de Bordeaux permettent d’émettre des chiffres parfois d’une autre nature. En ce qui a trait aux départs des navires, il en ressort que sur 25 cas observables, dix se déroulent en mai, suivi de mars et juin avec cinq, de février avec trois et d’avril avec deux. Le tonnage moyen par navire atteint 88 et les équipages comptent en moyenne 19 hommes par navire. L’essentiel des cargaisons de troc consiste en des victuailles, du vin, de l’eau-de-vie, de la farine, de l’huile d’olive, du bœuf, du lard et bien entendu de pierre à chaux destinées aux fortifications de Plaisance. En ce qui concerne les départs des vaisseaux de Plaisance, les 24 cas disponibles révèlent qu’ils se déroulent surtout en septembre (10 fois), en octobre (7 fois) et août (5). Le tonnage moyen se chiffre à 92 et le nombre d’hommes d’équipage à 25. La durée des voyages de retour est disponible pour 21 cas démontrant une moyenne de 33 jours entre les deux extrêmes que sont les 49 jours du Notre-Dame de Ciboure et les 28 jours du Ville de Matignon de Granville. Sans surprise, les cargaisons sont composées majoritairement de morue sèche soit à raison de 80 171 morues par mention.

Les dangers de la mer

Les intempéries

  • 34 Sur la question des naufrages sur les côtes charentaises voir Péret J., Naufrages et pilleurs d’ép (...)
  • 35 Abandon aux assureurs du navire le Saint-Joseph, 29 novembre 1686, La Rochelle, ANC-MG6-A2, Série (...)
  • 36 Déclaration d’avarie par Antoine Héron, 5 février 1687, La Rochelle, ANC-MG6-A2, Série 3E – Étude (...)

24Au cours des années 1680, les tempêtes infligent souvent des dégâts importants aux navires de La Rochelle à Terre-Neuve34. À l’automne 1681, le marchand Pierre Gabusat de La Rochelle signe l’abandon du navire le Saint-Joseph qui se perd lors du retour d’un voyage de pêche. La même année, le marchand Pierre Faneuil est lui aussi affligé par des pertes de navires en raison des vents violents, dont la Notre-Dame-du-Rosaire. Elle disparaît avec 3 500 quintaux de morue, 30 barils d’huile et 50 barils de raves. Le navire s’est entièrement rompu et a péri avec la cargaison et 36 hommes de son équipage. Un peu plus tard en décembre, Faneuil est associé aux marchands Pierre Sanceau et Paul Depont dans le navire les Trois Suzons. Ce dernier et sa cargaison de 1 500 quintaux de morue subissent des dommages lors d’une tempête survenue à 20 lieues (80 km) des côtes de l’Acadie. Une importante quantité de poisson est mouillée et se gâte. À un point tel qu’il ne reste que 142 quintaux de morue marchande35. Pour 1687, on note deux autres déclarations d’avaries. La première par Antoine Héron, directeur de la Compagnie de Guinée et de l’Acadie, concernant le navire le Saint-Jean-Baptiste lors d’un voyage de pêche à Terre-Neuve. Le marchand Jean Debortuste, également de La Rochelle, rapporte des avaries pour la Notre-Dame-de-Paix lors de son retour de voyage au poisson sec de Terre-Neuve36.

  • 37 Déclaration aux assureurs de la Providence, 6 décembre 1692, La Rochelle, ANC-MG6-A2, Série 3E – É (...)
  • 38 Acte requis par Jean Viaut, 20 et 24 décembre 1694, La Rochelle, ANC-MG6-A2, Série 3E – Étude Meno (...)

25Durant les années 1690 également, de multiples difficultés surviennent aux navires de La Rochelle allant en pêche à Terre-Neuve. Ainsi, en 1692, le marchand Yvonnet et ses consorts déclarent que le navire la Providence a été surpris par le mauvais temps en route pour le Grand banc et les dégâts subis l’ont forcé à revenir à La Rochelle pour décharger ce qui restait de sel non fondu et de pain gâté. Un vent de tourmente extraordinaire aurait rompu la vergue et les coups de mer faisaient entrer l’eau par l’étrave avant. Les deux pompes ne pouvaient pas suffire et pour éviter le pire, l’équipage décide de relâcher à La Rochelle le 2 décembre37. Pour sa part, le Saint-Vincent coule à la côte du Biarritz avec 30 hommes d’équipage à l’automne 1694. La cargaison est composée de morue séchée achetée à Plaisance et la police d’assurance se chiffre à 7 800 livres38.

  • 39 Le Sieur le Moyne de Sérigny au ministre Pontchartrain, 30 juin 1697, ANC-MG1-C11C, vol. 2, f° 132 (...)

26D’autres situations combinent à la fois les dangers d’intempéries et d’engagement avec l’ennemi en pleine mer. C’est le cas du navire corsaire le Profond lors du voyage entre La Rochelle et Plaisance au printemps 1697. Le mémoire relatant ces événements est rédigé par Le Moyne de Sérigny, frère du célèbre Pierre Le Moyne d’Iberville. Le navire sort des rades de La Rochelle le 8 avril avec quatre autres vaisseaux destinés à se joindre à l’entreprise contre la côte anglaise de Terre-Neuve, à la baie d’Hudson et sur les frontières de la Nouvelle-Angleterre. Les avaries imposées au navire de Sérigny débutent le 18 avril et avant d’accoster à Plaisance le 18 mai, il doit donner la chasse à un navire anglais mais sans succès. Une bonne partie des équipages malades doit ensuite effectuer un séjour à l’hôpital de Plaisance jusqu’au 28 juin39.

27L’année suivante, en 1698, le voyage de ravitaillement de trois navires du roi en partance de La Rochelle pour Plaisance sera certes tout aussi éprouvant que celui de Sérigny. En effet, partis le 29 juillet, la Thébis, le NieuPort et la Ville d’Embelen éprouvent d’importantes difficultés le long de la côte de Terre-Neuve avant d’arriver à Plaisance à la fin août après avoir affronté des vents violents et d’épais brouillards. Le 14 septembre, la Thébis part de Plaisance mais avec grande peine puisque ayant été rejetée à la côte par les vents. Par la suite, au contraire, c’est le manque de vent qui ralentit le voyage jusqu’au 27 septembre. Encore une fois, on doit se frayer un chemin à travers d’épais brouillards et face à des icebergs parfois gros comme plusieurs navires de 100 canons ! Des manoeuvres sont endommagées tels le grand hunier, le beaupré et le grand mât. Le 17 octobre, le navire parvient enfin à mouiller à l’île d’Aix, en attendant d’atteindre La Rochelle.

Les ennemis

  • 40 Abandon du navire la Marianne par Jean Depont, 31 décembre 1676, La Rochelle, ANC-MG6-A2, Série 3E(...)
  • 41 Abandon d’une part du navire L’Infante par Benjamin Faneuil, 14 octobre 1677, La Rochelle, ANC-MG6 (...)
  • 42 Abandon du le Saint-Jean, de La Rochelle, 27 novembre 1690, La Rochelle, ANC-MG6-A2, Série 3E – Ét (...)

28Durant les années 1670, la guerre avec la Hollande cause des pertes appréciables aux armateurs de La Rochelle. Par exemple, le 31 décembre 1676, le marchand Jean Depont signe un document d’abandon du navire la Marianne qui, le 9 septembre, a été prise et brûlée sur le Grand banc de Terre-Neuve par deux corsaires de Flessingue, port situé au nord de Hambourg40. L’année suivante, c’est le marchand Benjamin Faneuil qui déclare l’abandon du navire L’Infante, destiné à la pêche au poisson sec à Terre-Neuve. Ce navire est pris par les Hollandais sur la côte de l’Acadie en août41. Les années 1690 sont également fertiles en pertes et dommages infligés aux navires armés par les marchands de La Rochelle et des régions environnantes. Par exemple, Pierre Moreau déclare l’abandon du navire le Saint-Jean au nom de Bernard De La Mare, marchand de Bayonne. Pierre Faneuil, pour sa part, voit son navire les Deux Germains capturé par une frégate de Flessingue lors d’un voyage de pêche sur le Grand banc. L’équipage est débarqué à Saint-Antoine en Espagne. La même année, le Saint-François est également victime d’une frégate de Flessingue sur la route vers Plaisance. Anne Doyen, épouse et procuratrice de Louis Burgaud, impliqué dans la pêche à Terre-Neuve, opte pour l’abandon de la moitié du navire et de sa cargaison42.

  • 43 Déclaration d’avaries par Ozée Baudoin, capitaine du le Postillon, 28 novembre 1696, ANC-MG6-A17, (...)
  • 44 Vente du navire le Georges, 5 décembre 1696, ANC-MG6-A2, 3E. Étude Menon : Rivière et Soullard, vo (...)
  • 45 ANC-MG3-I-G5, Conseil des prises.

29Les armateurs de La Rochelle ne sont pas toujours perdants et se défendent assez bien lorsque vient le temps de s’imposer dans le cadre des activités de course. En 1696, on rapporte la prise d’un vaisseau anglais venant de la Barbade par Ozée Baudoin, capitaine sur le Postillon de La Rochelle, parti de Terre-Neuve chargé de poisson sec43. La même année, le Diamant s’empare du vaisseau anglais le George, qui sera acheté à Plaisance par Nicolas Tanqueray auprès du commis de Danycan de L’Espine. Les nouveaux propriétaires sont des marchands bien connus de La Rochelle soit Abraham Mouchard, Paul Depont le jeune et Pierre Faneuil44. On sait également qu’entre 1702 et 1712, au moins quatre navires de La Rochelle déclarent des prises à l’amirauté de Plaisance45.

  • 46 Déclaration au sujet des forbans, de Pierre Vegouyau, 3 novembre 1698, Archives départementales de (...)

30Mais les navires de La Rochelle n’ont pas toujours bonne réputation à Terre-Neuve. Ainsi en est-il au début d’octobre 1698 alors que l’habitant et capitaine de milice Jean de Lafosse des îles Saint-Pierre et Miquelon est témoin de l’arrivée du navire le Galant Flibustier de La Rochelle, commandé par un dénommé Miol. Ce dernier n’hésite pas à utiliser la force pour se rendre maître d’un ketch français, la Marie de Bordeaux, chargée à la Martinique de biscuit, de farine, de pois et de planches de sapin, revenant de Québec, et devant ensuite continuer à Plaisance pour la troque. Le capitaine Pierre Vegouyau est ainsi contraint de céder toute sa cargaison de vivres et son bâtiment à Miol en retour du sien et de sa cargaison de tabac. Ce dernier forçant Vegouyau à signer un contrat laissant croire que l’échange s’est fait à l’amiable. Miol avait la réputation d’être un forban cruel, d’attaquer des vaisseaux de toutes les nations, de brûler des navires avec les équipages à leur bord et d’abandonner des bâtiments en pleine mer, sans voile, sans mâts et sans gouvernail. Il répond au signalement suivant : « d’une taille basse, gros et replet, âgé de 45 ans environ, cheveux noir, barbe de même ». C’est au début novembre, en France, que les victimes obtiennent une attestation de nullité de la déclaration signée sous la menace à l’île Saint-Pierre46.

*

31Après cette brève incursion dans les documents notariés de La Rochelle, on est à même d’établir quelques conclusions. Dans un premier temps, on constate que la majorité des engagés auprès des métropolitains semblent travailler selon des conditions similaires, que ce soit selon le mode de pêche au poisson vert sur les bancs ou celui du poisson salé et séché sur le littoral de Terre-Neuve. Les nuances apparaissent davantage entre les conditions offertes par les métropolitains, comparativement à celles avancées par les habitants pêcheurs. On remarque aussi que les salaires, bien que toujours versés en fonction du système de parts en quintaux, sont de plus en plus spécifiés en argent. Pour les habitants pêcheurs, les défis sont multiples puisqu’en plus de concurrencer avec les métropolitains pour le recrutement de la main-d’œuvre, ils doivent encourir des coûts supplémentaires pour défrayer les coûts de traversée de leurs engagés.

32Les marchands de La Rochelle impliqués dans la pêche et le commerce maritime avec Plaisance, bien que souvent critiqués par les officiers de la garnison française de Terre-Neuve pour leur manque de collaboration, dont les prix des marchandises vendues aux habitants, ne sont pas à l’abri des risques et périls de la mer. Tantôt face aux intempéries, tantôt en proie aux attaques corsaires hollandaises ou anglaises.

Notes

1 M. J. Mccarthy pense que la région de Plaisance est possiblement explorée par Gaspar et Miguel Cortreal dès 1501, alors qu’ils longent les versants est et sud de Terre-Neuve. En 1504, la région est identifiée à l’aide d’un nom portuguais soit Insulae Cortrealis. Mccarthy M. J., A History of Plaisance and Placentia 1501-1970, St. John’s, Government of Newfoundland and Labrador, Unpublished Manuscript, 1973. Également, voir S. Huxley Barkham, The Basque Coast of Newfoundland, Ottawa, Parcs Canada, 1989. D’autres précisions sur l’origine du nom de Plaisance m’ont été fournies par l’historien Jim Candow de Parcs Canada, Halifax, 2004.

2 Cette étude repose principalement sur les actes notariés des Archives départementales de la Charente Maritime, Étude Menon : Rivière et Soullard, La Rochelle et Archives départementales de la Gironde, Bordeaux.

3 Voir Sonensher M., Work and Wages: Natural Law, Politics, and the Eighteenth Century Franch Trades, Cambridge, Cambridge University Press, 1989. Pour les treize colonies anglaises, voir Dunn R. S., « Servants and Slaves: The Recruitment and Employment of Labor », in Green J. P. et Pole J. R., dir., Colonial British America: Essays in the New History of the Eraly Modern Era, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1984. Sur la vie des gens de mer du littoral français en général voir Mollat M., La vie quotidienne des gens de mer en Atlantique, IXe-XVIe siècles, Paris, Hachette, 1983. Cabantous A., Dix milles marins face à l’océan : Les populations maritimes de Dunkerque au Havre aux XVIIe et XVIIIe siècle s (vers 1660-1794) : Étude sociale. Paris, Publisud, 1991. Du même auteur, La mer et les hommes, Pêcheurs et matelots Dunkerquois de Louis XIV à la Révolution, Dunkerque, Westhock Éditions, 1980.

4 Lachapelle M-A., « L’insertion sociale des engagés dans les campagnes du gouvernement de Québec durant la deuxième moitié du XVIIe siècle », thèse de maîtrise, Université Laval, 1999. Debien G., « Engagés pour le Canada au XVIIe siècle vus de La Rochelle », Revue d’histoire de l’Amérique Française, 6, 2, 1952, p. 177-233. Delafosse M., « La Rochelle et le Canada au XVIIe siècle », Revue d’histoire de l’Amérique Française, 4, 5, 1951, p. 469-511.

5 Pour prendre connaissance d’autres travaux sur Plaisance, voir mes articles précédents soit « Les activités de course dans un port colonial français : Plaisance, Terre-Neuve, durant la guerre de Succession d’Espagne, 1702-1713 », Acadiensis, XXXIV, 1, Automne 2004, p. 56-79. « Peuplement d’une colonie de pêche sous le régime français : Plaisance, 1671-1714 », The Northern Mariner / Le Marin du nord, XI, no 2, avril 2001, p. 19-37. « Culture matérielle et niveaux de richesse chez les pêcheurs de Plaisance et de l’île Royale, 1700-1758 », Material History / Revue d’histoire de la culture matérielle, automne 1998, p. 101-122.

6 Mimeault M., « Destins de pêcheurs – Les Basques en Nouvelle-France. Une étude de la présence basque en Nouvelle-France et de son implication dans les pêches en Amérique sous le régime français », thèse de maîtrise, Université Laval, 1987.

7 Landry N., « Pêcheurs et entrepreneurs dans le Golfe du Saint-Laurent sous le régime français », Port d’Acadie, Printemps 2002, p. 13-42.

8 Pope P., Fish into wine: The Newfoundland Plantation in the Seventeenth Century, Chapell Hill and London, University of North Carolina Press, 2004. Paquet L., « Pêcheurs du Saint-Laurent 1713-1763 », Thèse de maîtrise, Université Laval, 1983. Turgeon L., « Le temps des pêches lointaines : permanences et transformations », dans Mollat M., dir., Histoire des pêches maritimes en France, Toulouse, Privat, 1989, p. 133-181. Balcom B. A., La pêche à la morue à l’île Royale, 1713-1758, Ottawa, Parcs Canada, 1984.

9 Obligation par Jean Bourdoncle, mars 1693, La Rochelle. Archives nationales du Canada (dorénavant ANC), MG6-A2, 3E-Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1809, f° 48, 26.

10 Engagement par Louis Burgaud, 11 janvier 1694, La Rochelle, ANC-MG6-A2, 3E-Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1810, f° 2v°.

11 Obligation aux profits aventureux, 24 mars 1696, La Rochelle, ANC-MG6-A2, 3E-Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1810, f° 150-150v°.

12 Engagement auprès du sieur D’Anguy, 23 février 1694, La Rochelle, ANC-MG6-A2, 3E-Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1810, f° 23.

13 Convention entre Bernon et Jean Boucher, 11 mars 1693, La Rochelle, ANC-MG6-A2, 3E-Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1809, f° 41.

14 Accord et convention d’engagement, 22 janvier 1692, La Rochelle, ANC-MG6-A2, 3E-Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1809, f° 9v°-10.

15 Engagement auprès de Jean Gitton, 9 avril 1694, La Rochelle ANC-MG6-A2, 3E -Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1810, f 41. Il arrive qu’un maître de chaloupe accepte de fonctionner sous d’autres formes de rémunération. Par exemple, au printemps 1694, Joanis Deberasteguy, 42 ans, de Saint-Jean-de-Luz, s’engage auprès du marchand canadien François Hazeur pour aller travailler au Canada en tant que maître de grave. Il reçoit un salaire de 100 livres par an pour deux ans, dont une avance de 200 livres pour acheter des hardes. Engagement, 15 mai 1694, La Rochelle ANC-MG6-A2, 3E-Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1810, f° 56.

16 Engagement pour aller à Plaisance, 8 février 1696, La Rochelle ANC-MG6-A2, 3E-Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1810, f° 111-111v°.

17 Institution par Jean Bordier, 10 avril 1699, La Rochelle, ANC-MG6-A2, 3E-Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1811, f° 34v°-35.

18 Institution par Théodore Pagez, 3 mars 1683, La Rochelle, ANC-MG6-A2, 3E-Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1806, f° 36v°-37.

19 Institution par les sieurs Abraham Mouchard, François Pachot et Paul Depont le jeune, 7 mai 1692, La Rochelle ANC-MG6-A2, 3E-Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1809, f 43-43v. C’est sensiblement le même genre d’entente passée par la compagnie Bernon et Faneuil en 1693 avec l’équipage de la Reine Marie. Eux-aussi sont rémunérés au mois et touchent deux mois d’avance.

20 Communication personnelle de Mickaël Augeron, La Rochelle, septembre 2007.

21 De 1675 à 1698, la côte anglaise de Terre-Neuve compte entre 277 et 400 chaloupes de colons en opération. Les prises atteignent 42 000 quintaux en 1676 et on enregistre un sommet de 104 000 quintaux en 1692. Pope P., Fish into Wine : The Newfoundland Plantation in the Seventeenth Century, p. 425.

22 Philippe Pastour de Costebelle au ministre, septembre 1690, n.d., ANC-MG1-C11C, vol. 1, f 154-155. Turgeon L., « Fluctuations in Cod and Whale Stocks during the Eighteenth Century », dans Vickers D., éd., Marine Resources and Human Societies, St. John’s, ISER, Conference Paper No 5, Memorial University of Newfoundland, 1997, p. 90.

23 De 1684 à 1702, le prix du quintal de morue de la côte anglaise oscille entre 10,9 et 13,5 shillings, mais chute à moins de 10 et même de 8 shillings en 1701 et 1702. Pour la Nouvelle-Angleterre, on parle de 10,4 shillings en 1684 et de 9,6 en 1693. Pope P., Fish into Wine, p. 38.

24 Mémoire de Saint-Malo sur la pêche et le commerce par les navires, 9 octobre 1693, n.d., ANC-MG1-C11C, vol. 1, f° 271-275.

25 Marché entre Antoine Héron et Louis Burgaud, 14 février 1687, ANC-MG6-A2, 3E- Étude Menon : Rivière et Soullard, 18 janvier 1687, vol. 1687, p. 242-244.

26 Vente par Jean Debortuste, 20 février 1690, ANC-MG6-A2, 3E- Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1809, f 128-129. Ce dernier est également commissaire des poudres à La Rochelle. Vente par Jean Debortuste, mars 1690, ANC-MG6-A2, 3E– Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1809, f° 138v°.

27 Vente de poisson et d’huile appartenant à feu Michel Brunet, 19 mars 1687, ANC-MG6-A2, 3E – Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1687, f° 36. Procuration par la veuve de Michel Boucher, Anne Allenet, 20 mars 1687, ANC-MG6-A2, 3E – Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1687, f° 36v°.

28 Promesse par Bertrand Beaufet à Bernon et Faneuil, 26 mars 1693, ANC-MG6-A2, 3E – Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1800, f° 34.

29 Institution par Ester Allaire, de Nicolas Duret, 14 avril 1706, La Rochelle, ANC-MG6-A2, Série 3E – Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1812, f° 165-165v°.

30 Entente entre Isaac Mouchard et Jean Gitton, 29 avril 1693, La Rochelle, ANC-MG2-A2, Série 3E – Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1800, f° 23-24.

31 Contrat d’affrètement consenti par André Misset, 7 janvier 1698, ANC-MG6-A2, 3E – Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1810, f° 98-98v°.

32 Inventaire après-décès de Jean Gitton, 1 avril 1717, ANC-MG6-A2, 3e – Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1813, f 33. Contrat d’affrètement par Daniel Trock, 25 février 1702, ANC-MG6-A2, Série 3E – Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1811, f° 132 v°.

33 Charles de La Morandière est en mesure de fournir des chiffres pour d’autres années en ce qui à trait au nombre de navires en partance de La Rochelle pour la pêche à Terre-Neuve. De 17 en 1611, leur nombre passe à 24 en 1613, avant de connaître un déclin permanent soit 18 en 1664 et de 12 en 1682. De 1684 à 1707, ses chiffres ne dépassent 7 qu’en 1700 avec 9 navires. De La Morandière C., Histoire de la pêche française de la morue dans l’Amérique Septentrionale, des origines à 1789, Paris, G. P. Maisonneuve et Larose, 1962, t. I, p. 302.

34 Sur la question des naufrages sur les côtes charentaises voir Péret J., Naufrages et pilleurs d’épaves sur les côtes charentaises aux XVIIe et XVIIIe siècles, La Crèche, Geste éditions, 2004.

35 Abandon aux assureurs du navire le Saint-Joseph, 29 novembre 1686, La Rochelle, ANC-MG6-A2, Série 3E – Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1798, Pièce 483. Déclaration du capitaine Georges de Lasson sur le naufrage de la Notre-Dame-du-Rosaire, 18 octobre 1681, La Rochelle, ANC-MG6-A2, Série 3E – Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1798, Pièce 156. Dommages subis par le navire les Trois Suzons, 18 décembre 1681, La Rochelle, ANC-MG6-A2, Série 3E – Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1798, Pièce 383.

36 Déclaration d’avarie par Antoine Héron, 5 février 1687, La Rochelle, ANC-MG6-A2, Série 3E – Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1799, f° 237. Déclaration d’avarie par Jean Debortuste, 12 février 1687, ANC-MG6-A2, Série 3E – Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1799, f 26.

37 Déclaration aux assureurs de la Providence, 6 décembre 1692, La Rochelle, ANC-MG6-A2, Série 3E – Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1799, f° 130-131.

38 Acte requis par Jean Viaut, 20 et 24 décembre 1694, La Rochelle, ANC-MG6-A2, Série 3E – Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1800, Pièce 24.

39 Le Sieur le Moyne de Sérigny au ministre Pontchartrain, 30 juin 1697, ANC-MG1-C11C, vol. 2, f° 132-133v°.

40 Abandon du navire la Marianne par Jean Depont, 31 décembre 1676, La Rochelle, ANC-MG6-A2, Série 3E – Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1796, Pièce 116. Il est à noter qu’en 1656, la Marie de La Rochelle est attaquée par deux frégates d’Ostende en revenant de Terre-Neuve et en 1657, c’est au tour de L’Étoile de subir un sort semblable. De La Morandière C., Histoire de la pêche française de la morue, Tome I, p. 318.

41 Abandon d’une part du navire L’Infante par Benjamin Faneuil, 14 octobre 1677, La Rochelle, ANC-MG6-A2, Série 3E – Menon : Rivière et Soullard, vol. 1796, Pièce 223.

42 Abandon du le Saint-Jean, de La Rochelle, 27 novembre 1690, La Rochelle, ANC-MG6-A2, Série 3E – Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1800, f 30-32. Perte du navire les Deux Germains aux mains des ennemis, 13 mars 1691, La Rochelle, ANC-MG6-A2, Série 3E – Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1800, f 50-51. Perte du navire le Saint-François aux mains des ennemis, 6 mai 1690, La Rochelle, ANC-MG6-A2, Série 3E – Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1800, f° 17-18.

43 Déclaration d’avaries par Ozée Baudoin, capitaine du le Postillon, 28 novembre 1696, ANC-MG6-A17, vol. 1088, f° 39.

44 Vente du navire le Georges, 5 décembre 1696, ANC-MG6-A2, 3E. Étude Menon : Rivière et Soullard, vol. 1810, f° 238-238v°.

45 ANC-MG3-I-G5, Conseil des prises.

46 Déclaration au sujet des forbans, de Pierre Vegouyau, 3 novembre 1698, Archives départementales de la Gironde, Amirauté de Guyenne, 6B, Attributions judiciaries, vol. 1091, Bordeaux. Philippe Pastour de Costebelle au ministre, 7 août 1699, ANC-MG1-C11C, vol. 2, f° 210-211v°. Déclaration au sujet des forbans, 3 novembre 1698, ANC-MG6-A17, vol. 1091, Pièce 32.

Auteur

Professeur d’histoire à l’Université de Moncton à Shippagan.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search