Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marine et justice

 | 
Alain Berbouche

Partie préliminaire. Les institutions de la Marine française du Moyen Âge au XVIIIe siècle

Chapitre II. Les services extérieurs de la Marine et leurs personnels

Texte intégral

1C’est essentiellement dans les ports et arsenaux royaux que se trouvaient les services extérieurs de la Marine royale. Ils étaient chargés de la gestion des matériels de la Flotte et surtout de la direction de ses personnels.

L’administration des Ports & Arsenaux du Roi

2À la fin de l’Ancien Régime, l’organisation territoriale de la Marine royale partageait le littoral métropolitain du royaume en six départements maritimes : Brest, Toulon, Rochefort, Le Havre, Dunkerque et Bordeaux ; dans cet ordre d’importance stratégique fixé par l’article premier de l’Ordonnance du Roi Portant établissement de Commissaires généraux & ordinaires des Ports & Arsenaux de Marine, & de Gardes-Magasins du [vendredi] 27 Septembre 1776. Cherbourg n’était encore qu’un port de commerce en travaux pour devenir un port militaire ; et l’Orient (sic), l’ancienne base de la Compagnie des Indes annexée par la Marine en 1770, n’était plus qu’une annexe de Brest depuis 1776.

  • 1 Code Castries, p. 1-4.
  • 2 Voir A. Berbouche, « Les installations de la Marine militaire à Saint-Malo et à Saint-Servan », Ne (...)

3En application de l’Article Premier de l’Ordonnance du Roi pour diviser les forces Navales en neuf Escadres du [dimanche] 1er Janvier 17861, la Marine de Louis XVI était divisée en neuf escadres : « cinq desquelles entretenues au port de Brest & dépendances, deux à celui de Toulon, & les deux autres à celui de Rochefort ». Le cœur de ces départements maritimes était l’arsenal de son port militaire. Au XVIIIe siècle, ces arsenaux étaient devenus des établissements industriels complexes : cales de constructions et « formes » de radoubs, fosses pour la conservation des bois immergés en eau saumâtre, parcs à bois séchant, réserves d’ancres et de gueuses de plomb, parcs à boulets rangés en pyramides, chantiers d’artillerie, « mâtures » et machine à mâter, dépôts et magasins de stockage des matériaux bruts et œuvrés, forges et ateliers de fabrication, « Cayennes » de services et bureaux de gestion ; logements du personnel : des riches hôtels où résidaient le commandant et l’intendant, aux casernes des soldats et des matelots, en passant par les maisons mises à la disposition des ouvriers et des autres personnels « entretenus » vivant en famille dans l’arsenal etc. Ainsi que les « » salles de force » de la Prévôté de la Marine, l’hôpital et le bagne. Dans les ports secondaires, tels que celui de Saint-Malo qui dépendait de Brest2, la Royale se contentait d’installations de moindre importance, tant pour ses services administratifs que pour ses établissements techniques.

4La direction des services extérieurs de la Marine, plus encore que de son administration centrale dont l’ambiance était pacifiée par l’omniprésence du ministre et la proximité du Roi, était un enjeu de pouvoir entre les Officiers d’Épée et les Gens de Plume.

La rivalité entre l’Épée militaire et la Plume civile

  • 3 À partir d’une lettre ministérielle de 1713, selon B. Lutun, op. cit., p. 201.
  • 4 Il y avait aussi un Commandant des Armes ayant le commandement des forces locales de l’armée de Te (...)

5La distinction entre le militaire et l’administratif, « l’Épée » et la « Plume » selon les expressions consacrées3, remontait dans la Marine nationale à sa fondation par Richelieu ; dont le Règlement Sur le faict de la Marine, Faict à Dijon le [samedi] 29e jour de Mars 1631, disposa que dans les ports royaux de Brouage, Brest et Le Havre-de-Grâce, il y aurait dorénavant deux autorités supérieures distinctes : un Commandant de la Marine, Chef d’Escadre des Armées Navales du Roy équivalent au contre-amiral actuel, commandant les personnels militaires de la Marine, et un Commissaire Général de la Marine responsable des services chargés de la gestion des équipages, des matériels et des approvisionnements de l’arsenal4.

  • 5 Voir A. Berbouche, Pirates, Flibustiers & Corsaires…
  • 6 Jacques Aman, Les officiers bleus dans la Marine française du XVIIIe siècle, p. 61 sq.

6Cette séparation entre les ordonnateurs et les comptables, saine précaution promise à devenir un principe général du droit des finances publiques nationales, se mua rapidement en rivalité au sein de l’institution. Où deux mondes distincts cœxistèrent désormais : les officiers de Marine, généralement nobles ou prétendus tels, descendant de l’ancienne militia servant le Roi à la mer, faute souvent d’avoir les moyens de le servir dans l’Armée où les compagnies et les régiments s’achetèrent jusqu’au Règlement Portant suppression de la finance des Offices militaires du [lundi] 25 Mars 1776 alors que les grades de la Marine étaient des commissions non vénales ; et les employés de l’administration maritime, le plus souvent roturiers, qui allaient étendre leur emprise sur une Marine bureaucratisée par les Colbert dans l’Ordonnance de Louis XIV Pour les Armées navales & Arcenaux de Marine, Faite à Versailles le [vendredi] 15 Avril 1689. Cette législation fondamentale fixa la hiérarchie du Corps des Vaisseaux à son Livre Premier. Du Pouvoir, Fonctions & Devoirs des Officiers des Armées Navales : Enseigne, Lieutenant, Capitaine, Chef d’Escadre des Armées navales, Lieutenant-général et enfin Vice-Amiral de France. L’Amirauté restant une dignité princière héréditaire. À côté de ce cadre noble, des officiers auxiliaires, marins expérimentés, souvent roturiers, issus du Commerce, de la Compagnie des Indes notamment, ou de la Course5, dits à l’origine « Officiers bleus » par opposition aux « Officiers rouges » qualifiés ainsi par la couleur du grand uniforme des vaisseaux qu’ils seront d’ailleurs autorisés à porter au siècle suivant, occupaient des grades intermédiaires infériorisés : Capitaine de Brûlot commandant à l’enseigne de vaisseau, Lieutenant de Frégate, Capitaine de Flûte, Capitaine de Galiote à bombes et Capitaine de Frégate légère ; ce dernier ayant le pas sur le lieutenant de vaisseau6. Après les lieutenants généraux des armées navales prenait rang un Intendant Général des Armées Navales « ordonné pour la Justice, Police & Finances », suppléé par un Commissaire Général à la suite des Armées Navales cité lui après les chefs d’escadres mais avant les capitaines de vaisseaux. Dont l’autorité réelle résultait de l’Article I du Titre Quatrième de l’Ordonnance qui disposait : « Dans les Combats il observera la conduite des Officiers commandans les Vaisseaux, & en informera exactement Sa Majesté. » L’intendant général des armées navales était ainsi l’œil et l’oreille de Versailles ; comme ses homologues Intendans de Justice, Police & Finances semblables à leurs prédécesseurs envoyés en chevauchées puis fixés à demeure dans les généralités du royaume : « départis dans le Port & Arsenal de Marine » de Toulon en 1659, Brouage en 1666, Rochefort en 1669, Brest en 1674, Le Havre en 1680 et Dunkerque en 1683 ; qui coiffèrent les commissaires généraux du règne précédent. L’Article I du Titre Premier. De l’Intendant, du Livre Douzième. Des fonctions des Officiers de Port de l’Ordonnance, prévoyait ratione materiae leurs larges compétences potentielles en déclarant : « [Il] exercera la Justice, & ordonnera de la Police & Finances, suivant le pouvoir qui luy en est attribué par sa Commission. »

  • 7 Robert Villers (1912-1989) : l’éminent historien du droit romain et français qui me fit découvrir (...)
  • 8 G. Dagnau, art. cit., p. 28.
  • 9 B. Lutun, op. cit., p. 302-303.

7« La Plume primait l’Épée7 ! » Colbert se défiait d’un monde auquel il n’appartenait pas et qui ne se faisait pas faute de rappeler son origine négociante : cette caste dont la suffisance hautaine, les solidarités nobiliaires et l’esprit d’indépendance n’avaient guère de place dans son projet d’une administration rationalisée vouée au service de l’État. Fort du soutien de Louis XIV, qui n’avait pas oublié la Fronde des Princes et se méfiait de la Noblesse autant que de Paris, il fit en sorte de promouvoir des gens de bureaux proches de lui comme représentants directs de son ministère. Préparée sous l’autorité de son fils et successeur, Seignelay, adoptée par le Roi six ans après la mort de Colbert, l’Ordonnance de 1689 provoqua une révolution culturelle dans l’institution militaire ; où l’on vit même des magistrats devenir intendants de la Marine sans aucune compétence navale ! Cette mortification renforça l’incompatibilité entre des soldats imbus de leur naissance mais dont le métier des armes tenait souvent lieu d’instruction jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, et des juristes lettrés, scrupuleux à l’excès pour s’affirmer et parvenir à s’élever socialement par leur compétence ; inspirés par leur modèle : Colbert qui travaillait 16 heures par jour, au grand dam de ses collaborateurs obligés de s’adapter à son rythme journalier8. Et, au lieu de se compléter utilement, les personnels militaires et civils des ports et des vaisseaux royaux refuseront souvent de se comprendre pour mieux se détester et s’opposer. Sous l’arbitrage des ministres. Par exemple, une querelle célèbre qui envenimait la vie à bord des vaisseaux fut réglée par une décision du secrétaire d’État de la Marine et des Colonies, le marquis François Marie Peirenc de Moras (1718-1771), prise le samedi 18 juin 1757. Quoique ancien intendant de généralité lui-même, mais anobli « de robe » au plus haut degré auquel il pouvait prétendre, le ministre coupa court à juste titre à une manifestation ostensible d’indépendance des gens de l’administration maritime embarquée par rapport aux commandants des bâtiments, en leur imposant d’obtenir d’eux la permission de descendre à terre9 : rompant avec la lettre de l’Article XVIII du Titre XI. De l’Écrivain du Roy sur les Vaisseaux, du Livre Premier. Du Pouvoir, Fonctions & Devoirs des Officiers des Armées Navales, de l’Ordonnance d’Avril 1689 qui ne les obligeait pas à solliciter d’autorisation pour ce faire ; se contentant de déclarer : « [L’Écrivain] ne sortira du Vaisseau, sur lequel il aura esté établi, que pour les affaires indispensables, concernant le service de Sa Majesté, & en avertira toujours le Capitaine. » Les mots avaient un sens pratique !

  • 10 Voir René Estienne, La Marine royale sous le ministère du duc de Choiseul (1761-1766), Paris, Thès (...)
  • 11 Claude Aboucaya, Les Intendants de la Marine sous l’Ancien Régime, p. 130-133.
  • 12 L’Ordonnance du Roi Concernant la Régie & Administration générale & particulière des Ports & Arsen (...)

8Rompant avec le colbertisme soumettant l’inconséquence supposée des officiers à la rigueur certaine des administrateurs, cédant à la réaction aristocratique qui soufflait sur la Cour depuis le début du règne à cause de la paupérisation de la petite noblesse d’Épée, Choiseul restaura l’autorité militaire aux Livres Quatrième et Cinquième de l’Ordonnance du Roi Concernant la Marine, Faite à Versailles le [lundi] 25 Mars 176510. Les officiers eurent accès aux « détails » portuaires des approvisionnements, embarquements, mouvements, constructions et travaux ; sous l’autorité du commandant qui put communiquer avec le ministre sans passer par l’intendant de la Marine11. Bien qu’émanant d’un officier général de très haut rang nobiliaire, cette réforme souhaitable sur le fond était mesurée en la forme ; mais, pour plaire à Louis XVI, à moins que le souverain n’ait agi à travers lui pour faire plaisir au corps des vaisseaux qu’il aimait bien12, Sartine, le ministre de la Marine suivant, quoique magistrat, l’amplifia en limitant les attributions des intendants au profit de celles des commandants au Titre Premier. De la division des fonctions dans la Régie & Administration générale & particulière des Ports & Arsenaux de Marine de l’Ordonnance du Roi, Concernant la Régie & Administration générale & particulière des Ports & Arsenaux de Marine, Faite à Versailles le [vendredi] 27 Septembre 1776 :

« Article Premier. La Régie & Administration générale & particulière des Ports & Arsenaux de Marine sera & demeurera divisée en deux parties distinctes & séparées, dont l’une, sous l’autorité immédiate du Commandant du Port, comprendra tout ce qui concerne la Disposition, la Direction & l’Exécution des Travaux ; & l’autre, sous l’autorité immédiate de l’Intendant, comprendra tout ce qui concerne la Recette, la Dépense & la Comptabilité des Deniers & des Matières.
II. L’administration des Travaux comprendra les constructions, les armemens & désarmemens, les opérations mécaniques & les mouvemens du Port, & généralement tous les ouvrages à exécuter dans les chantiers & ateliers de l’Arsenal ou ailleurs, pour la construction, le gréement, l’équipement, la défense & l’entretien journalier des Vaisseaux & de tous autres Bâtimens flottants, ainsi que tout ce qui a rapport à la garde, sûreté & conservation desdits Vaisseaux & Bâtimens, & machines à leur usage, & à l’entretien, la garde & la sûreté du Port & de la Rade.
III. L’administration des Deniers & des Matières comprendra la recette & l’emploi des deniers, les marchés & adjudications de matières & d’ouvrages, les approvisionnemens, les recettes, la conservation dans les Magasins & la distribution des matières, munitions & marchandises quelconques ; les appointemens, soldes, revues & montres des Officiers, des Troupes, des Gens de mer & de tous autres entretenus dans le Port ou employés sur les Vaisseaux ; la levée des Officiers-mariniers, Ouvriers, Journaliers, Matelots & autres Gens de mer, & la police des Classes ; la garde des Magasins, l’administration particulière des Hôpitaux & des Chiourmes ; celles des Bâtimens civils appartenant au Roi, & la comptabilité générale. »

9L’article IV regroupait en trois Directions ou Détails des Constructions, du Port et de l’Artillerie, les activités « mécaniques & de travaux » énumérés aux articles 5 à 10 suivants. L’article XI divisait l’« Administration des Ports & Arsenaux » comprenant « les dépenses & la comptabilité », en cinq Bureaux, « non compris celui du Contrôle » qui échappait à l’autorité de l’intendant : Magasins général, Chantiers & Ateliers, Fonds & Revues, Armemens & Vivres, Hôpitaux & Chiourmes ; dont les tâches étaient énumérées aux articles XII à XVI.

  • 13 C. Aboucaya, op. cit., p. 136-141.
  • 14 Ibid., p. 141-143. Armand Le Hénaff parla même de « révolution des bureaux » (Étude sur l’organisa (...)
  • 15 Reprises dans le Mémoire de M. Malouet, Intendant de la Marine, sur l’administration de ce départe (...)

10C’était la revanche de l’épée sur la plume13 : le commandant de la Marine obtenait la direction opérationnelle de l’arsenal ; l’Intendance n’avait plus qu’à suivre ! D’autant que l’Ordonnance du Roi, Pour régler les fonctions dont les Officiers de la Marine seront chargés sur les Escadres & à bord des Vaisseaux, relativement aux consommations & remplacemens des munitions & des Effets, & aux revues des Équipages dans le cours des Campagnes, également adoptée le 27 septembre 1776, remplaçait les officiers d’administration embarqués par des officiers militaires. Cet abaissement fonctionnel de l’administration suscita l’hostilité unanime de ses personnels14. Dès le jeudi 8 août 1776, le premier commis Jean-Baptiste Antoine Blouin (1733-1785), adjoint de Rodier à l’Intendance générale des Classes, avait adressé d’énergiques Remontrances au Ministre contre les Ordonnances projetées15 ; lui rappelant notamment, avec une liberté de ton annonçant la contestation révolutionnaire qui montait, le fondement de l’institution colbertienne et le mettant en garde contre les risques d’une réforme aussi radicale que rien n’exigeait :

« [Colbert] avait pour principe que les militaires ne pouvoient être chargés du civil et de l’économique ; il pensoit que l’administration et l’action devoient être séparées […] Vous avez remis en vigueur l’Ordonnance de 1765. Tenez-vous-y et votre département ira bien. Qu’avons-nous besoin de nouvelles Ordonnances ? Pour être bonnes, elles ne se font pas si promptement ni si légèrement […] Vous avez bien d’autres choses à faire, plus importantes et plus pressantes que des Ordonnances. Sauvez votre Département des innovations qui désolent les autres et, au moins, s’il n’est pas dans un état florissant, qu’on ne puisse pas vous imputer de l’avoir bouleversé [sic]. »

  • 16 « L’Ordonnance de 1689 fit fleurir la Marine sous le règne de Louis XIV. Cet immortel ouvrage de C (...)
  • 17 « Les magasins furent souvent épuisés par les commandants des ports à qui n’incombait pas le soin (...)
  • 18 D. Neuville, op. cit., p. 624.
  • 19 Voir supra.
  • 20 Cl. Aboucaya, op. cit., p. 143-147.

11Cette nostalgie du Colbertisme est omniprésente dans la correspondance des bureaux de la Marine à la fin de l’Ancien Régime. Le cahier de doléances des commis du port de Brest daté des samedi 17 et dimanche 18 octobre 1789 en témoignera ; comme de leur hostilité restée vive à la réforme Sartine qui contribuera à les faire se ranger au côté des autres juristes du Tiers au début de la Révolution16. Mais, par-delà la susceptibilité froissée des bureaucrates privés de leur mainmise sur l’arme, le gaspillage des deniers et matières par les officiers militaires fut important17. Le budget de la Marine et des Colonies, dopé par la guerre d’Amérique, flamba : culminant à 168 988 500 livres en 1780, alors qu’il avait été contenu à hauteur de 37 millions en moyenne depuis le début de la décennie précédente18. À la demande du Directeur des Finances Necker, Sartine fut renvoyé, à regret, par le Roi19. Son successeur, Castries, une fois la guerre d’Amérique terminée ne revint pas sur la répartition des compétences dans les arsenaux où un équilibre raisonnable s’était instauré20 ; mais, pour faire cesser la gabegie sur les bâtiments, il rétablit la situation antérieure par l’Ordonnance du Roi, Pour établir des Intendans ou Commissaires attachés aux Armées navales, Escadres ou Divisions, & des Commis aux Revues & aux approvisionnemens, à bord de chaque Vaisseau, Frégate ou autre Bâtiment, Faite à Versailles le [lundi] 1er Novembre 1784 ; disposition complétée le même jour par le Règlement du Roi, Concernant le service à exécuter par le Commis aux Revues & Approvisionnemens à bord des Vaisseaux armés, préposés par l’Ordonnance du 1er Novembre, pour remplir les fonctions qui étoient attribuées par celle du 27 Septembre 1776, à l’Officier chargé du détail.

  • 21 Voir Th. Jamaux-Gohier, op. cit.
  • 22 A M Lorient 1 E4 98, f° 106. ANM B3 725, fos 173 et 207. Voir infra, le détail de cet échange épis (...)
  • 23 Louis de Fabry de Fabrègues (1715-1794) : chef d’escadre le jeudi 9 novembre 1775, directeur génér (...)
  • 24 ANM G 165. En mai 1755, le chevalier de Fabry avait été démis de son commandement d’un chébec par (...)

12À la veille de la Révolution, un coup d’arrêt avait été donné dans la Marine au déclin de l’administration roturière devant la noblesse militaire reconquérante. Dans les ports de guerre, chaque parti ne voulait rien céder à l’autre sans y être contraint par le ministre. Et, même s’ils s’abstenaient de toute ingérence dans la sphère de compétence de l’autre autorité, les frictions étaient nombreuses entre le commandant et l’intendant ainsi qu’entre leurs collaborateurs : arbitrées par les bureaux de l’administration centrale, voire par ministre en personne en cas de conflit ouvert. Suscitant une masse de correspondances considérable et d’une réactivité exemplaire, alors que les communications routières restaient difficiles dans le royaume21. Par exemple, le mercredi 15 mai 1782, les autorités portuaires de Lorient répondaient à une lettre ministérielle datée de Versailles le samedi 11 mai ; au moyen d’une missive à laquelle le ministre leur répondait le samedi 1er juin suivant22 ! Ainsi, le dimanche 18 août 1782, le marquis de Castries répondait-il à l’intendant Malouet de Toulon qui se plaignait du chevalier de Fabry23, le commandant de la Marine24 :

« L’Ordonnance de 1776, Monsieur, fixe les fonctions des Commandans et Intendans de la Marine, et tant qu’elle subsiste il faut que toutes les parties qui coopèrent dans un Département s’y conforment en y apportant plutôt l’esprit de conciliation que celui d’une exactitude trop rigoureuse. »

  • 25 « La société de Brest offrait au spectateur une grande variété, une gravité pleine de morgue et de (...)

13La réponse du ministre brille plus par son bon sens que par sa clarté juridique. Néanmoins, malgré les appels à conciliations, sauf exception tenant au rang social d’intendants nobles ou à leurs alliances flatteuses, par préjugé aristocratique ou esprit de caste des porteurs d’épées vivant noblement, les officiers militaires et leurs familles s’interdisaient de fréquenter « les Gens de l’Intendance25 ». Ce dédain contribuera à faire le lit de la Révolution dans la Marine.

L’organisation portuaire de la Marine sous le règne de Louis XVI

  • 26 Code Castries, p. 9-24.

14À la fin de l’Ancien Régime, l’organisation des ports militaires était réglée par deux titres de l’Ordonnance du Roi, Concernant les Officiers de la Marine du 1er Janvier 178626 :

« TITRE II. Des Directions dans les Ports.

Article Premier. Les fonctions des Directeurs du Port, des Constructions & de l’Artillerie, seront maintenues & conservées, sous l’autorité du Commandant du Port & du Directeur général de l’Arsenal, conformément à ce qui est réglé par l’Ordonnance du 27 Septembre 1776, Concernant la Régie & Administration générale & particulière des Ports & Arsenaux de Marine ; mais lesdites fonctions ne seront plus remplies à l’avenir par les Officiers de Vaisseau.
2. Le Service des Arsenaux sera rempli par des Directeurs, Sous-directeurs, Lieutenans et Sous-lieutenans de Port, pour la Direction du Port ; par des Ingénieurs directeurs, Ingénieurs sous directeurs, Ingénieurs ordinaires & Sous ingénieurs, pour la Direction des Constructions ; & par des Directeurs & Sous-directeurs d’Artillerie, pour la Direction de l’Artillerie, conformément aux Ordonnances de ce jour, rendues à leur sujet.
3. Les Lieutenans & Enseignes de vaisseau, ci-devant attachés à la Direction des Constructions & à celle de l’Artillerie, jouiront de la moitié des Supplémens d’appointemens qui leur étoient accordés en cette qualité, jusqu’à ce qu’ils soient parvenus, par leur avancement en grade, à jouir d’appointemens équivalens à leur ancien traitement.

TITRE III. Du Commandant dans le Port.

Article Premier. Les places de Commandant de la Marine & de Directeur général de l’Arsenal dans chacun des ports de Brest, Toulon & Rochefort, seront maintenues & conservées conformément à ce qui est réglé par ladite Ordonnance du 27 Septembre 1776.
2. Le Directeur général réunira à l’avenir toutes les autorités sous le Commandant du Port, soit en sa présence, soit en son absence ; Sa Majesté lui accordant à cet effet tous les pouvoirs attribués aux Commandans en Second.
3. Les Commandans d’Escadre ou le Major général de la Marine dans chaque Port, suivant leur grade ou leur ancienneté, remplaceront provisoirement le Directeur général dans toutes ses fonctions, en cas d’absence, ou lorsqu’il remplira les fonctions de Commandant en chef.
4. le plus ancien des Majors d’Escadre suppléera le Major général de la Marine, si celui-ci est absent, ou s’il remplit par intérim des fonctions supérieures. »

  • 27 Armel de Wismes, La vie quotidienne dans les ports bretons au XVIIe et au XVIIIe siècles (Nantes, (...)
  • 28 « Les appointemens des Officiers généraux de la Marine, continueront d’être payés sur le même pied (...)
  • 29 Art. 2 du Titre Premier. Des Appointemens, de l’Ordonnance du Roi, Concernant les Officiers de la (...)
  • 30 Albert Deschard, « Notice sur l’organisation du corps du commissariat de la Marine française depui (...)
  • 31 François de Veillecheze de La Mardière, L’évolution historique du Contrôle de la Marine, p. 8 sq.

15Représentant le ministre, assisté d’un directeur général de l’arsenal qui pouvait remplir ses fonctions par intérim et d’un major général choisi parmi les capitaines de vaisseau des escadres du port, spécialement chargé de la « police » des jeunes et turbulents officiers, le commandant de la Marine portuaire s’était imposé au détriment de « l’Amiral blanc » du siècle précédent27. S’il n’était plus le maître tout puissant du port, l’Intendant des Ports & Arsenaux du Roi restait pourtant un personnage considérable dans la Marine de la fin du XVIIIe siècle : rémunéré 24 000 livres par an, autant qu’un vice-amiral de France28 ; mais moins qu’un lieutenant général des armées navales commandant de l’un des trois grands ports de guerre qui ajoutait à ses 12 000 livres d’appointements annuels, 6 000 livres d’indemnités de responsabilité, 12 000 de frais de représentation et 3 000 de « Secrétaire & frais quelconques de Bureau »29. Il est vrai que les commandants des ports, contraints par leur fonction de vivre « sur un grand pied », avaient de lourdes charges et que les intendants, plus sobres au niveau du paraître, disposaient d’un secrétariat appointé par la Marine. Outre la direction de ses services, l’intendant conservait une réelle autorité dans le cadre du conseil de la Marine, le comité directeur du port. Il était assisté d’un Commissaire général de la Marine, qui avait l’inspection sur le personnel non militaire de l’arsenal ; et il avait sous ses ordres des Commissaires ordinaires préposés à la direction des services de l’Intendance où servaient des Commis, Gardiens, Suisses, Consignes, Pertuisaniers et autres personnels de l’arsenal, de l’hôpital et du bagne. Ces commissaires étaient d’institution plus ancienne que les intendants30. Comme d’autres, leurs emplois avaient été érigés en « titre d’office » avec anoblissement des possesseurs, pour des raisons financières au crépuscule du Grand Règne, par un édit de mars 1702, rapporté par un autre d’avril 1716 qui les avait rétablis, nommés par lettres de commission et par conséquent révocables à la discrétion du Roi. Après l’intendant et son adjoint venait dans la hiérarchie administrative portuaire le Contrôleur de la Marine ; qui était placé sous l’autorité directe du contrôleur général des Finances auprès de l’intendant pour surveiller l’emploi des deniers publics. L’existence des Contrerolleurs dans la Marine, qui remontait au Clos des Galées31, l’arsenal de Rouen du XIIe siècle, fut distinguée pour la première fois de celle des commissaires à l’article 23 de l’Edict Portant règlement sur la Course maritime et la Jurisdiction de l’Amiral fait à Abbeville en Juillet 1517. Après les commissaires, venait le Garde magasin nommé pour tenir registre des denrées, matières, marchandises, munitions et généralement de tous les matériels confiés au Magasin général de l’arsenal. Et des Élèves de Marine : ancien élèves Écrivains puis Élèves Commissaires recrutés souvent dans les familles d’officiers d’administration ou parmi les « fils de bonnes familles » locales, parfois mais rarement de petite noblesse, entre 18 et 22 ans après des études juridiques, qui aspiraient à devenir commissaires ordinaires voire généraux ; n’ayant que peu de chance de parvenir un jour au rang prestigieux d’intendant. L’intendant disposait aussi de la Prévôté de la Marine : une police militaire judiciaire capable de l’assister dans toutes ses tâches non financières.

  • 32 Code Castries, p. 202-285.

16Service extérieur particulier de la Marine relevant en partie portuaire de l’intendant, l’administration des Classes s’étendait sur tout le domaine maritime et fluvial navigable d’influence maritime, jusqu’au point le plus éloigné ou les marées faisaient sentir leur effet. Cette administration des populations maritimes réglée par la grande Ordonnance du Roi, Concernant les Classes, Faite à Versailles le [dimanche] 31 Octobre 178432, employait des officiers, commissaires, commis, archers et conducteurs, chargés de tenir à jour la matricule du recensement des gens de mer astreints à servir sur les vaisseaux du Roi « à tour de rôle » et d’en faire marcher les levées des quartiers à leurs destinations. En l’absence d’autre représentant du Roi dans un port de Commerce, c’était le commissaire des classes qui en assumait la représentation ; à tel enseigne que les commissaires de la Marine et des classes se confondent souvent dans les archives portuaires. Qui relatent au quotidien, outre les mouvements portuaires, la vie agitée des gens de mer.

Les Équipages des Vaisseaux du Roi

  • 33 A. de Wismes, op. cit., p. 58.

« C’était dans la population bretonne, et particulièrement à Brest, que la Marine trouvait ses meilleurs équipages. Dans les ruelles et venelles de Recouvrance, des Sept-Saints et de Keravel, des hommes portaient sur le visage et dans leur manière d’être, une empreinte indélébile. Ils appartenaient à ce peuple de la mer dont la vocation était de servir sur les vaisseaux du Roi33. »

Les populations maritimes de France

  • 34 Depuis l’Ordonnance du Roy pour l’enrollement des Matelots qui se trouveront habitués dans les Vil (...)
  • 35 ANM C4 151.

17Depuis Colbert34, les hommes exerçant des professions en rapport avec la navigation dans les zones littorales et fluviales navigables du royaume, étaient enregistrés dans les « Départemens, Quartiers & Syndicats des Classes » pour pouvoir être requis au service des vaisseaux du Roi. Comme l’indique cet État des Gens de mer recensés dans chaque département des Classes au [lundi] 1er Décembre 177735 (tableau 1) :

  • 36 Voir Timothy J. A. Le Goff, « Les gens de mer des années 1780 ».
  • 37 Par Ambroise Louis Garneray (1783-1857) notamment. Lequel, avant de devenir peintre de marines, na (...)
  • 38 Tels les Souvenirs d’officiers généraux comme ceux du vice-amiral Pierre Roch Jurien de La Gravièr (...)

18Jusqu’au XVIIe siècle, les matelots étaient perçus comme des gens vulgaires dont on se méfiaient car on les connaissait mal, et plus encore quand on les croyait connaître ; trop différents des lettrés qui les évoquaient incidemment dans leurs écrits mais qui construisait de préférence leurs demeures à l’écart des ports. Il avait fallu attendre 1643 pour voir les gens de mer obtenir un début de reconnaissance sociale ; grâce au père Georges Fournier (1595-1652) : l’aumônier de la Marine royale qui, dans son Hydrographie Contenant la théorie et la pratique de toutes les parties de la Navigation, la première encyclopédie maritime française, avait déclaré que ces rustres n’étaient pas « mauvais par nature » mais bel et bien des hommes comme les autres. Souvent des pêcheurs classés, voire des paysans venant parfois de loin du littoral36, qui n’embarquaient en général pas par goût de la mer mais pour permettre à leur famille de survivre ; car, à l’inverse de la plupart des soldats, les marins n’étaient pas des marginaux sans « feu ni lieu » mais des gens enracinés dans un pays où ils avaient souvent femme et enfants. Pourtant, dans leur réalité parvenue jusqu’à aujourd’hui37, essentiellement des relations anecdotiques de voyage, mêmes réhabilités au siècle suivant par la vogue du récit maritime38, les gens de mer du XVIIIe siècle apparaissaient proches de leur réputation : vivant difficilement, débauchés pour jouir du présent sans penser à demain ; autant que pieux pour conjurer leur peur du lendemain.

  • 39 Voir les Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France d’Isidore Justin Séverin Baron (...)
  • 40 « 1 290 morts : tel est le tribut directement payé à la guerre [d’Amérique] par la Bretagne. Un lo (...)
  • 41 Olivier Chaline, La France au XVIIIe siècle (1715-1787), Paris, Éditions Belin, coll. Belin Sup. H (...)
  • 42 Arthur Young, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, t. II, p. 234 et passim.
  • 43 ADIV C 103, citée par J. P. Goubert dans Malades et médecins en Bretagne 1770-1790, p. 184.
  • 44 Ibidem, p. 187.
  • 45 Isambert, op. cit., t. XXIII, p. 391-394.
  • 46 « ...Il est de fait qu’après l’épidémie qui régna en 1773, le sucre [sic] cadavérique suintait au (...)
  • 47 L’Ankou était la Mort personnifiée dans l’imaginaire religieux breton, représentée par le squelett (...)

19C’est en Bretagne, province « pittoresque » pour les gens biens qui s’y aventuraient39, que la Marine royale trouvait plus d’un tiers de ses équipages au XVIIIe siècle. En Armor : le « pays de la mer » long de 700 kilomètres de littoral, plus du double en suivant la dentelle de ses côtes ; qui entourait l’Argoat : le « pays des bois ». Les gens de mer bretons, marins les plus exposés du royaume40, y représentaient 4,5 % de la population de la province contre 1,5 pour le reste de la France41. Recrutés parmi ces paysans marins que l’agronome voyageur anglais Arthur Young (1741-1820) observait avec curiosité au mois de septembre 178842 : « Passé à Châtelaudren et entré en Basse-Bretagne, on reconnaît à l’instant un autre peuple […] des gens qui en fait de français ne savent que dire ‘‘Je ne sais ce que vous dites’’, ou ‘‘Je n’entends rien’’ […] forts, larges, carrés d’épaules. » Un peuple vivant dans des conditions sanitaires déplorables, qui subsistèrent en certains hameaux du centre Bretagne jusqu’au milieu du XXe siècle. L’intendant de Bretagne, Jacques de Flesselles (1721-1789), écrivait ainsi le mardi 1er décembre 1767 : « En vain les règlements défendent d’y arrêter les eaux, d’y faire des carrières, d’y laisser des arbres abattus, des fumiers dans les bourgs et faubourgs, de ne causer aucun embarras qui puisse nuire à l’écoulement des eaux. Toutes ces défenses ne produisent aucun effet43. » La vie communautaire bretonne s’ordonnait autour de la « maison de Dieu » où l’on se serraient aux offices : suants l’été et transis l’hiver ; alors que la coutume d’ensevelir au plus près du cœur selon les moyens financiers des défunts se perpétuait44, en contravention avec la Déclaration du Roi Concernant les inhumations, Faite à Versailles le [dimanche] 10 Mars 177645, qui réservait ce privilège aux ecclésiastiques, seigneurs hauts justiciers et fondateurs de chapelles, et prescrivait de placer les cimetières en-dehors des agglomérations pour ne pas « nuire à la salubrité de l’air ». Mais, en Bretagne, les morts demeuraient encore au cœur des villages : autour des églises paroissiales, souvent enterrés à plusieurs par tombe sous « un pied de terre ou environ » alors que les articles 2 et 4 de la Déclaration imposaient six pieds de profondeur aux sépultures ; lesquelles étaient parfois implantés en surplomb des maisons46 ! Faut-il s’étonner alors que les trépassés fauchés par l’Ankou47, à défaut de revenir hanter les vivants ici-bas comme beaucoup le croyaient, les attiraient dans l’au-delà en les contaminant…

  • 48 Yann Brékilien, La vie quotidienne des paysans bretons (au XIXe siècle), p. 20-25.
  • 49 « On n’était pas assez riche, à la campagne, pour se permettre de la kig dous (chair douce) autrem (...)
  • 50 « En 1769-75, au Havre, plus de la moitié des équipages de la route antillaise ne sont pas mariés (...)
  • 51 À Dunkerque (ibidem, p. 67).
  • 52 J. Grimault, art. cit., p. 13-15.
  • 53 J.-P. Goubert, op. cit., 191-194.

20Entouré de son maigre lopin, le pennti : la chaumière du marin cultivateur breton, si elle n’était pas toujours de ces « misérables huttes de boue, sans vitres et presque sans lumière [avec] des cheminés de terre » vues par Arthur Young à Guingamp, restait une demeure modeste : basse, aux murs de moellons grossiers, au toit de chaume ou de genêt et au sol de terre battue ; comportant, dans le meilleur des cas, deux pièces située de part et d’autre de l’entrée : l’une réputée « cuisine » et l’autre « chambre » dans les inventaires notariés ; prolongées d’une étable cloisonnée à mi hauteur, ouverte sur l’habitation pour faire profiter de la chaleur animale les nantis qui possédaient une vache48. La pièce principale ou unique s’organisait autour d’une grande cheminée de pierres située au pignon, dont l’âtre-cuisine accueillait les veillées sur des sièges de part et d’autre du foyer, où mijotait sur un trépied la marmite de soupe de bouillie d’avoine ou de blé noir49 ; cette salle commune était meublée d’une table-huche et de ses deux bancs de bois. C’était là que vivait la famille, toutes générations confondues ; dans une proximité à peine atténuée par l’intimité relative des « lits clos » munis de rideaux, plus rarement de portes coulissantes, auxquels on accédait en escaladant des coffres de rangement bas posés à leur pied. Ces logis enfumés, car leurs cheminées mal conçues et rarement ramonées « tiraient » mal, trop exigus pour les gens qui y vivaient même si, lié à leur mobilité, le taux de célibat des gens de mer était supérieur à la moyenne nationale et leur taux de natalité bien inférieur50, devenaient vite des masures insalubres ; où l’air vicié ne se renouvelait guère par les ouvertures étroites et obstruées pour garder la chaleur. L’hygiène y était pire qu’à l’extérieur à cause de la proximité du bétail, des animaux domestiques et de la volaille qui divaguaient ; faute aussi de vêtements de rechange. La garde-robe des marins, comme celle des ouvriers, des paysans et des domestiques, sauf si ces derniers étaient habillés d’une livrée pour accomplir leur services ou bénéficiaient des vêtements usagés de leurs maîtres, était sommaire et souvent de récupération : elle consistait ordinairement en une veste grossière, une culotte, des chemises, parfois un gilet, des bas de laine, une paire de souliers de cuir grossier ou seulement des sabots. Les femmes possédaient des chemises et jupons grossiers ainsi qu’une robe et un mantelet court de gros drap à capuchon, des bonnets de coton et des bas de laine, peu de chaussures mais des sabots. Ces « guenilles dont la description ne vaut point51 », ne coûtaient que quelques sols chez des fripiers52 ; qui revendaient même les « hardes » des morts de maladies contagieuses s’ils le pouvaient. En un temps où prévalait la pudique « toilette sèche » consistant à changer de linge car l’eau était trop précieuse pour s’y laver plus que la figure une fois par jour et les mains quelquefois. Même à Versailles ! Dans un mémoire adressé au subdélégué de Landerneau, le vendredi 17 mars 1769, le docteur Vigier, médecin chargé du traitement des « pauvres malades », indigents des paroisses du Trévoux, de Plouevedern et de Trémaoulezan écrivait, désabusé53 :

« Les gens qui se portent bien ne prennent aucune précaution pour se garantir de la maladie, ils mangent au même plat et souvent les restes des alimens dont les malades ont usé ; ils boivent dans les mêmes vases sans les laver ; ils couchent avec les malades dans les mêmes lits, ne changent pas la paille de leur lit aussi souvent qu’elle est gâtée, occupent les lits de ceux qui sont morts de maladie, dés le même jour qu’on a tiré le cadavre, sans prendre aucune précaution pour purifier l’air de ces lits, qui sont fermés de toutes parts comme des coffres. »

  • 54 Ibidem, p. 315-380.
  • 55 Entre 1770 et 1790 l’espérance de vie française à la naissance était de 29,6 ans : à corriger d’un (...)

21Faute de place, dans une promiscuité malsaine à tous égards, les enfants partageaient souvent la couche des vieillards. Épisodiquement des épidémies de variole, typhus et dysenterie ravageaient ces populations aux organismes affaiblis par la malnutrition54 ; alors que des affections pulmonaires emportaient des familles entières de « poitrinaires ». Et les veillées funèbres contaminantes duraient plusieurs jours pour respecter les convenances. C’est pourquoi, dans la Bretagne rurale de la seconde moitié du XVIIIe siècle, le nombre des décès l’emportait-il constamment sur celui des naissances ; et qu’un « barbon » de 50 ans y était un vieillard55.

  • 56 J.-P. Goubert, op. cit., p. 194-195.

22Mais les villes portuaires maritimes étaient encore plus frappées de misère que les campagnes à cause de la densité de leur population56.

  • 57 A. Cabantous et J. Messiaen, op. cit., p. 23.
  • 58 Ibidem, p. 61.
  • 59 Ibid., p. 73.
  • 60 « [Rue des Boucheries, au numéro 6 bis] un amas de fumier conservé depuis longtemps dans la cour e (...)
  • 61 Arlette Farge, Effusion et tourment, le récit des corps. Histoire du peuple au XVIIIe siècle, p. 5 (...)
  • 62 Voir, supra, quelques prix courants.
  • 63 S. Rœlandt, art. cit., p. 95.
  • 64 En 1722 Marseille compta 50 000 morts sur 100 000 habitant et Toulon plus de 15 000 sur 30 000, em (...)
  • 65 ADIV 2 Ea 8, fonds Langeron, cité par J.-P. Goubert, op. cit., p. 195.
  • 66 Voir Jean-Baptiste Fonssagrives, Recherches historiques sur l’épidémie qui ravagea l’escadre de l’ (...)
  • 67 J.-P. Goubert, op. cit., p. 332-337.
  • 68 Voyage dans le Finistère…, p. 194-195. Voir supra.

23Le logement y coûtait cher à la fin de l’Ancien Régime ; et il était difficile pour un matelot gagnant de 50 à 80 livres par mois en navigant au commerce, deux fois plus que pour le Roi57, d’y accéder à une propriété immobilière modeste et parcellisée, seulement par héritage ou après une campagne de pêche au large ou de course providentielle. À Dunkerque, à la fin du XVIIIe siècle, une maison se louait entre 120 et 240 livres annuelles, et une chambre de 5 à 7 livres mensuelles58. Le nombre des gens de mer insolvables y atteignait 47 % : dont 60 % de matelots et 25 % de pêcheurs59. Beaucoup devaient déménager « à la cloche de bois » faute de pouvoir payer leur loyer. Cela pour quoi ? L’habitat ouvrier observé en 1850 à Landerneau, dans l’arrière-pays de Brest, donne une juste idée de l’insalubrité des taudis urbains bretons du siècle précédent60. Dans le vacarme des rues encombrées et des immeubles surpeuplés, dans la pestilence des ordures et la brutalité des contacts humains exacerbée par la trop grande proximité61, la misère était encore plus sordide en ville qu’à la campagne ; où, au moins, on respirait à peu près à son aise et où prévalait un respect des voisinages souvent familiaux. Surtout, la faim y était plus prégnante : toute nourriture devant être achetée en ville au prix du marché62. Les cités portuaires, dont la population des gens de mer pouvaient atteindre 50 % des habitants en Flandres, en Normandie et en Bretagne63, avaient en outre à faire face aux contaminations des maladies transportées par les vaisseaux, que leur mise en quarantaine au large ne leur épargnait pas toujours faute d’être bien respectée64 ; et dont la contagion, favorisée par le surpeuplement, entraînait une hécatombe. Dans un mémoire parisien anonyme daté du dimanche 2 mai 177965, Brest était ainsi évoqué comme « une petite ville dont la situation, l’air de la rade, les exhalaisons du port la construction des maisons, la malpropreté des habitants le défaut de police et le trop grand encombrement d’hommes doivent nécessairement faire un séjour malsain ». Le premier port de guerre de France venait de perdre un tiers de sa trentaine de milliers d’habitants, emporté par une épidémie de typhus déclarée après l’arrivée sur rade, le mercredi 23 novembre 1757, de l’escadre en provenance de Louisbourg du lieutenant général Emmanuel Auguste de Cahideuc, comte Dubois de La Motte (1683-1764), qui ramenait 4 000 malades66. Et le « mal de Brest » s’était propagé à l’extérieur de la cité, faisant quelques milliers de victimes supplémentaires67. En 1794, le Commissaire des Sciences et des Arts au Conseil du département du Finistère Jacques Cambry donnera une vision très vivante mais bien pessimiste du plus grand port de guerre français68 :

« Le désordre, l’ivresse habituelle des ouvriers, des matelots ; ce mélange de sang que l’Amérique, l’Inde, l’Afrique et l’incroyable dépravation des mœurs ont corrompu, ces excès, suivis d’une misère profonde ; l’absence de toute espèce de tenue, de moralité ; les maladies contagieuses dont les germes renouvelés ne sont jamais anéantis, dégradent au dernier degré l’espèce humaine dans cette commune et dans les campagnes voisines. Quelle forme, quelle pâleur, quel teint livide, quelle maigreur chez ces enfans presque nus, chez ces femmes ivres d’eau de vie ! Ajoutez à ces malheureux, cette multitude d’estropiés que la guerre dépose à Brest, et vous aurez l’idée, le tableau le plus vrai de la misère de l’espèce humaine, quand pour servir la guerre et le commerce elle quitte l’air pur, les champs fleuris, la vie sobre et laborieuse… »

Les mœurs et la piété des gens de mer

  • 69 Émile Souvestre (1806-1854), Souvenirs d’un Bas-Breton, A Paris, Michel Lévy Frères Libraires Édit (...)

« Quand des équipages arrivaient de mer, ils s’emparaient de la ville comme du pont d’un navire pris à l’abordage. Alors, il fallait faire rentrer les enfants et les femmes, fermer les fenêtres et baisser les rideaux ; car le regard ne pouvait tomber dans la rue sans rencontrer une image sanglante ou obscène. Mais, la nuit venue, c’était bien autre : on n’entendait plus que les clameurs furieuses, cris de meurtre et hurlements d’ivrognes ; la ville qui avait été tout le jour un lupanar, devenait alors un coupe-gorge. Les matelots et les soldats s’assassinaient dans chaque carrefour, sans que personne songeât à s’y opposer69… »

  • 70 Philippe Henwood et Edmond Monange, Brest, un port en Révolution. 1789-1799, p. 19. Aussi A. Boula (...)
  • 71 ANM B3 679, f° 268.
  • 72 « … Au premier son de la cloche du port qui annonçait la cessation des travaux, sauf ceux des gran (...)
  • 73 ADIV C1 135 ; document non daté, accompagné d’une lettre du vendredi 31 mars 1775.
  • 74 Voir Ph. Henwood et E. Morange, op. cit. p. 18-22. Et Ph. Henwood, « Bulletin historique. L’Histoi (...)
  • 75 Marie-Madeleine Muracciole, « Quelques aperçus sur la criminalité en Haute Bretagne dans la second (...)
  • 76 Jean Chagniot, « La criminalité militaire à Paris au XVIIIe siècle. Criminalité et répression (XIV(...)

24En 1777 le marquis Charles Claude de Langeron (1720-1792), gouverneur de la place de Brest, voyait le premier port de guerre français comme « une ville de débauche [où] la contrebande, l’ivrognerie et la crapule y sont portés à l’excès70 ». Et le lundi 22 mai 1780, Arnault de Laporte, alors intendant de la Marine, y dénonçait l’impuissance de la « Justice ordinaire » d’une ville « où relativement aux nombreux armemens, aux grands travaux, il se trouve un ramas de gens de tous les métiers ; toutes les espèces ; dans une ville où il y a beaucoup d’argent et qui, par conséquent, présente un grand appât aux frippons71 ». Brest était en effet une ville festive qui se moquait allégrement de la bienséance bourgeoise72. Ce florilège de descriptions du premier port de guerre français à la fin du XVIIIe siècle est éloquent : Brest était un lieu de perdition pour les marins « en bordée ». Mais ce n’était pas un cas isolé. En 1775, un mémoire du maire de Lorient destiné à prouver au secrétariat d’État de la Guerre la nécessité de rétablir une brigade de la Maréchaussée dans cette ville, la décrivait « comme tous les ports de mer […] remplie de matelots de toutes les nations qui est l’espèce d’hommes le plus difficile à tenir à terre ; ajoutant « il n’y a peut-être pas de garnison où il aboutisse autant de filles qui perdent les soldats73 ». La rançon d’une opulence urbaine née de l’activité militaire était en ce temps-là lourde à payer en terme de tranquillité publique. En fait, ces travailleurs de la mer obligés de séjourner dans les ports militaires, subissaient les méfaits de la surpopulation d’un prolétariat urbain cosmopolite74. Mais leur délinquance contre les personnes et surtout leurs atteintes aux biens, violences ordinaires dans cette société de pénurie où le vol était le principal crime75, était celle en usage habituel dans les villes de garnison76.

  • 77 A. Cabantous, La Vergue et les Fers, p. 13.

25Avec leurs cas de vagabondages attentatoires à l’ordre public quand ils étaient débarqués loin de chez eux, la spécificité pénale des gens de mer français était ailleurs. D’abord dans le rejet de leur service militaire : les insoumissions et les désertions occupaient une place considérable dans les annales policières et judiciaires portuaires ; en revanche, les mutineries restaient rares dans la marine militaire : 5 cas seulement sur les 65 recensés à bord de bâtiments français entre 1706 et 178877. Ensuite dans les rixes d’alcooliques, souvent pour ce qu’on appelait pudiquement des « affaires de cœur ! »

  • 78 Mémoires du chevalier de Cotignon gentilhomme nivernais officier de marine de sa majesté louis le (...)
  • 79 Ibidem. Sur les risques graves de l’addiction à l’alcool (et aux stupéfiants) chez les gens de mer (...)
  • 80 Réflexion citée notamment par Étienne Dupont dans Le Vieux Saint-Malo. Les Corsaires chez eux, Ren (...)

26L’« ivresse d’évasion » navale dont le médecin-général Adrien Carré disait avec poésie qu’elle était bien différente d’un « alcoolisme chronique et sans éclats78 », quoique produisant les mêmes effets néfastes, n’était pas un phénomène récent en Bretagne : au XVIe siècle déjà, les morutiers prévoyaient jusqu’à trois litres de vin par homme et par jour pour endurer leurs fatigues ; et, au siècle suivante, le père Fournier dans son Hydrographie précisait que les marins bretons préféraient ne faire qu’un seul repas en échange de boisson alcoolisée délivrée à volonté79. Au mois d’août 1671, la piquante marquise de Sévigné assistant à une tenue des États de la Province, frappée par le montant des taxes fiscales perçues sur les boissons alcoolisées, écrivit : « Il faut croire qu’il passe autant de vin dans le corps des Bretons que d’eau sous les ponts, puisque c’est de là qu’on tire l’infinité d’argent qui se donne aux États80. » La réalité qui faisait que des jeunes hommes n’ayant connu que le cidre de chez eux, incorporés dans la Royale en ressortaient assujettis au vin, n’était pas sans alarmer les responsables de la Marine à la fin de l’Ancien Régime ; ils la déploraient mais convenaient qu’il n’était guère possible d’empêcher les marins bretons de boire. Alors que pour les pouvoirs publics il était plus simple de continuer à satisfaire la demande d’alcool des hommes car elle était moins onéreuse et subversive que les changements sociaux dont elle embrumait la nécessité. Aussi, force est de constater que la Marine royale, comme la Royal Navy qui abrutissait ses marins de « double ration » de bière et de rhum pour les faire « filer droit » et les récompenser à la grande satisfaction des intéressés, avait tendance à encourager ce fléau. Multipliant les rations supplémentaires pour fêter un évènement, « donner du cœur au ventre » avant le combat puis pour s’en remettre : anesthésique aidant à supporter une opération chirurgicale pratiquée à vif, analgésique atténuant la douleur et, parfois, permettant d’accepter la fatalité de ne pas survivre ou l’infirmité.

  • 81 Cité par A. de Wismes, dans Ainsi vivaient les marins, p. 190.
  • 82 Stigmatisée comme l’onanisme par l’Église, « Péché contre Nature, de tous les crimes de Luxure le (...)
  • 83 L’Article XXXV du Titre Troisième. De la Police sur les Vaisseaux du Livre Quatrième. De la Justic (...)
  • 84 Morgane Vaillant, Étude du travail féminin à l’arsenal de Brest au XVIIIe siècle 1753-1764, mémoir (...)
  • 85 Surtout si le fruit du péché était dû aux oeuvres patronales, la maîtresse de maison chassait la p (...)
  • 86 Ibidem, p. 108-112.
  • 87 Hors catégories, quelques mondaines libertines vivant aussi de leurs charmes étaient censées réser (...)
  • 88 Plus grave que les blennorragies, la syphilis était une maladie mortelle connue depuis la Renaissa (...)
  • 89 Françoise d’Aubigné (1635-1719), la veuve de l’écrivain Paul Scarron (1610-1660), gouvernante des (...)
  • 90 Séverine Fargette, « Un métier médiéval comme un autre », Historia thématique Prostitution. L’hist (...)
  • 91 Jusqu’au milieu du XXe siècle, les jeunes filles non prostituées mais ayant le « diable au corps » (...)
  • 92 M. Vaillant, op. cit., p. 96-109.
  • 93 Voir Ph. Henwood, « Le Refuge royal de la Marine ».
  • 94 Voir É.-M. Benabou, op. cit., p. 79-95 ; et Nicole Castan, Du grand renfermement à la Révolution, (...)

27La Marine, comme l’Armée, par le déracinement des hommes, entretenait aussi une délinquance liée au commerce sexuel ; au détriment de leur santé comme le constatait un commissaire des Classes au XVIIe siècle : « Le peu de liberté que l’on donne aux équipages d’aller à terre faire leurs petites provisions et voir leurs femmes et parents, leur cause des fantaisies et des langueurs qui ne manquent jamais de se terminer par des maladies fâcheuses81. » Alors que l’homosexualité, qualifiée « sodomie » en droit, était sévèrement condamnée82, les gens de mer embarqués étaient privés d’hétérosexualité. Sauf à être dûment autorisées par les autorités portuaires faute d’un embarquement civil possible si elles avaient besoin de voyager par la mer, ou d’être des naufragées secourues, les femmes n’étaient pas admises à séjourner à bord des bâtiments de la Marine française83. Par conséquent, les gens de mer à terre cédaient facilement aux charmes des créatures exotiques des atterrages lointains sensibles à leur étrangeté, et des « payses » avenantes qui acceptaient leurs privautés. Surtout, s’ils en avaient les moyens, ils ne résistaient guère aux invites des nombreuses prostituées attirées dans les ports par leur argent84 : dévergondées occasionnelles victimes des conditions économiques du temps, des gamines à peine pubères exploitées par des parents indignes aux veuves chargées d’enfants tombées dans la misère, en passant par des « filles-mères » ne trouvant plus à s’employer dans la bonne société85 et des « grisettes » délurées n’arrivant pas à subvenir à leurs besoins avec leurs salaires ; et débauchées professionnelles, souvent « filles soumises » selon l’expression policière en usage, contraintes de travailler pour des amants de cœur, parfois marins ou soldats proxénètes, qui rentabilisaient leur petite vertu. Au XVIIIe siècle, à l’instar des grandes villes du royaume, dans les ports de guerre il existait un monde prostitutionnel86. Au plus bas de l’échelle se trouvaient les péripatéticiennes racolant leurs clients dans les rues et les filles de joies raccrochant dans les lieux publics, ainsi que les prostituées exerçant dans les lupanars aux enseignes parlantes et les serveuses montantes des tavernes à matelots : sources de rixes, comme les jeux d’argent, pour lesquels des matelots sortaient leur couteau et risquaient leur vie dans la rue ou au prétoire. Ensuite, en allant vers le sommet de la hiérarchie galante tarifée en conséquence, officiaient les pensionnaires des « maisons de société » et papillonnaient les « actrices87 » ; pour lesquelles il arrivait que des jeunes officiers tirent l’épée et engagent leur honneur sinon leur vie. Toutes placées sous la surveillance tolérante des policiers locaux lorsqu’ils n’étaient pas obligées de les chasser ; intéressés, au moins, par leurs renseignements glanés sans lesquels il n’y a pas de bonne police. En l’absence de contrôles sanitaires suffisants et de remèdes médicaux efficaces, les « gourgandines » subissaient et propageaient les maladies vénériennes : des banales gonorrhées à « chaude-pisse » à la terrible « vérole88 » ; obligeant les autorités à prendre des mesures pour sinon l’éradiquer, faute de le pouvoir, au moins marginaliser l’exercice du plus vieux métier du monde : empêchant les femmes de mauvaise vie d’extravaguer en centres-villes, dépoitraillées, ce qui était à la mode de la Cour à la ville, et « en cheveux », ce qui restait intolérable, en les cantonnant dans des ruelles discrètes, dès lors doublement réputées « mal famées », pour ne plus offenser la vue des passants honnêtes. D’autant qu’à la fin du XVIIe siècle, à l’imitation de Louis XIV devenu dévot sur ses vieux jours pour se racheter de sa vie dissolue à l’incitation de la pieuse Maintenon89, la morale publique se fit plus contraignante ; et la prostitution française cessa d’être l’activité banale qu’elle était depuis le Moyen Âge, où l’on se contentait d’écarter les ribaudes des cathédrales90 : la police purgea ponctuellement les quartiers réservés de leurs indésirables les plus notoires, flétries ou non de la marque infamante du lys royal appliquée sur l’épaule par le fer du bourreau. Soit par des relégations vers le Canada et les îles d’Amérique pour les peupler de femmes blanches ; avec les « filles du Roy » : orphelines pauvres mais honnêtes, tirées des Hôpitaux Généraux par la promesse d’une vie meilleure au soleil, envoyées aux îles pour y être mariées à un colon, dotées, elles, d’un trousseau fourni par l’État. Soit par des « renferme-mens » pénitentiaires dans les « maisons de correction91 » : alternatives aux galères pour les femmes, où les filles indociles étaient censées se corriger par la prière, le jeûne et le travail rédempteur92 ; comme à Brest, au Refuge royal de la Marine93 : lieu de sûreté rigoureux mais sans comparaison avec Le Commun, La Correction, La Prison ou La Force de La Salpêtrière de l’Hôpital Général de Paris94.

  • 95 Ordonnance du Roi Concernant les Classes du [dimanche] 31 Octobre 1784, Titre XIII. De la conduite (...)
  • 96 Titre XVI. Des à-comptes à payer aux Familles des Gens de mer employés au service du Roi : « Artic (...)
  • 97 Par le Règlement du Roi Sur l’Ordre, la Police & la Discipline des Casernes des Matelots du [diman (...)
  • 98 Garneray décrit ainsi le contenu émouvant du coffre du marin rochelais Prendtout, mort en mer dont (...)
  • 99 Certaines intégrées dans des enclos paroissiaux d’une grande magnificence : comme à Saint-Thégonne (...)
  • 100 Jean Tanguy, Quand la toile va, Rennes, Éditions Apogée, 1994, p. 95-99.
  • 101 François de Beaulieu, Hervé Ronne, Chapelles de Bretagne. Histoire et légendes, Rennes, Éditions O (...)
  • 102 AMSM EE 4/165.
  • 103 « Chaque année, écrivait, au siècle dernier, l’amiral Jurien de La Gravière, le port de Brest expé (...)

28Conscient des turpitudes des gens de mer à terre, afin de limiter leurs divagations, en 1784 le maréchal de Castries leur fit payer des frais de route pour rentrer chez eux honnêtement95 ; et, simultanément, afin de protéger leurs familles contre eux-mêmes, il leur fit verser une part de leurs payes96. Enfin, en 1786, il implanta des « Casernes à Matelots » dans les ports de guerre pour les encadrer97. Mais, même s’il leur arrivait de sacrifier à Bacchus ou à Vénus et s’ils étaient prompts à se bagarrer, les matelots bretons étaient en majorité de bons pères de famille98. Et les gens de mer de Bretagne, comme tous leurs compatriotes, étaient pieux ; pour se donner des raisons d’espérer qu’ils ne trouvaient guère ailleurs que dans la religion de leurs aïeux. L’attestent les églises paroissiales témoignant de la prospérité de la Bretagne des XVIe au XVIIe siècle99 : l’âge d’or de l’industrie du lin, quand l’Europe voguait sous des voiles bretonnes100. Comportant souvent un riche ossuaire marquant l’étroite intimité entre ici-bas et l’au-delà dans le culte des morts imprégnant l’intense religiosité chrétienne teintée de superstitions celtiques des Bretons. Témoignages spécifiques de la foi ardente des gens de mer les ex-votos, parfois très anciens, exposés dans les églises de Bretagne que les marins portent encore sur leurs épaules, avec des reliques et des statues religieuses, les jours de « pardons », en processions pour prier Sainte-Marie, Sainte-Anne et tous les saints protecteurs du panthéon des 6 400 chapelles bretonnes existant avant la Révolution : 5,7 par paroisse101 ! Armés de leur foi, les matelots bretons jouissaient d’une réputation d’endurance et de courage poussé jusqu’à l’abnégation. C’est ce qui avait conduit à l’Ordonnance du Roi Pour lever, à Saint-Malo, l’équipage du Vaisseau Amiral de Mars 1655102 ; et qui faisait qu’ils étaient préférentiellement choisis par les navigateurs au très long cours. La fierté atavique qui leur interdisant de se plaindre dans l’épreuve103, forçait l’estime des officiers les plus blasés.

  • 104 Le chevalier de Cotignon était un obscur lieutenant de vaisseau qui rédigea un journal à usage fam (...)
  • 105 Ibidem, p. 224.

29Comme celle du chevalier Jean-Jacques de Cotignon (1761-v. 1840)104 : élève officier de la Marine d’un naturel méprisant comme la plupart de ses semblables, qui ne consacre que quelques dizaines de lignes aux gens de mer de ses équipages sur les centaines de pages de ses Mémoires, le plus souvent pour s’en plaindre ; ce qui est pourtant moins pire que d’autres officiers nobles qui n’en parlent même pas ou comme des curiosités anthropologiques. Cotignon, garde de la Marine chevronné n’ayant jusqu’alors servi qu’au Levant, affecté sur la frégate Danaé basée à Brest, fut confronté au mois de mars 1786 à un « tumulte breton » (sic) alors qu’il était le seul officier de service à bord : molesté en voulant séparer des matelots et même des gradés ivres se battant, mortifié, il dut renoncer à se faire obéir. De ces « grands ivrognes » (sic), il écrira plus tard dans ses Mémoires105 :

« Il est de toute impossibilité de les empêcher de s’enivrer et on est forcé de leur laisser cuver leur vin, mais à part ce défaut, on leur pardonne en ce qu’ils sont d’excellents matelots et bons au combat. »

Les Officiers de Sa Majesté servant à la mer

  • 106 J. Cambry, op. cit., p. 185.

« … Existait-il un degré d’abaissement égal à celui qu’éprouvait un bourgeois de Brest ? Il prêtait, on ne lui rendait pas. Avait-il une femme, elle était insultée. Traversait-il les rues, on le couvrait de boue. Se fâchait-il, on l’assommait. Se plaignait-il, il allait en prison. L’orgueil et l’insolence se montraient à Brest dans toute leur platitude. Le voile de politesse et ce vernis des prétendus grands de la Cour ne pouvaient exister chez ces hommes qui joignaient à la durée naturelle de leur état une éducation peu soignée. La subordination si nécessaire était nulle dans ce corps bizarre : les gardes-marines à seize ans traitaient avec légèreté avec mépris, leurs chefs à cheveux blancs ; ils disaient en proverbe : plat et bête comme un capitaine de vaisseau106… »

  • 107 Au 1er janvier 1787 : les 4 vice-amiraux de France étaient appointés 24 000 livres annuelles, les (...)

30Très loin au-dessus des gens de mer, les officiers de la Marine royale formaient une caste close ; apparemment liée par un esprit de corps à toute épreuve. En réalité, à la fin de l’Ancien Régime, le monde des officiers était le reflet d’un corps social hétérogène, où la naissance l’emportait encore envers et contre tout réalisme politique sur la compétence ; et, parmi les officiers de Marine comme plus largement au sein de la noblesse de France, un clivage net apparaissait entre les « petits marquis » promis aux plus hautes destinées car apparentés à la noblesse de Cour, « servant le Roi à la mer » pour la gloire et les honneurs comme ils l’eussent fait à terre, alors qu’il était évidemment plus difficile de commander un vaisseau qu’un régiment, et les hobereaux provinciaux issus d’une longue tradition maritime familiale, que leur naissance, leur manque de relations ou plus simplement la médiocrité de leurs états de services, cantonneraient dans les grades inférieurs ; loin des honneurs et des récompenses. Tous ces petits gentilshommes, souvent plus noble de blasons qu’argentés, contraints de tenir leur rang pour ne pas déchoir aux yeux de leurs camarades plus fortunés, ayant réussi à accéder au prestigieux corps des vaisseaux, s’efforçant de paraître avec dignité ; car on ne dérogeait pas en étant pauvre : seulement en le paraissant ! Le sort des officiers de Marine subalternes était certes enviable par rapport à celui de leurs hommes, mais sans aucune mesure avec la condition de leurs officiers supérieurs et généraux. Outre les rentes et les pensions supplémentaires dont ces derniers avaient souvent la jouissance, l’éventail des appointements au sein de la Marine à la fin de l’Ancien Régime est éloquent107. Mais les officiers de haut rang se devaient de vivre bien plus noblement que ceux des grades inférieurs, et d’entretenir une « maison », même à bord.

  • 108 « Bien du monde croyait que les pages l’emportaient sur les jeunes militaires, en espiègleries, en (...)
  • 109 Voir les Souvenirs du comte d’Hézecques, ancien page de la Chambre du Roi puis de la Grande Écurie (...)
  • 110 « Après souper nous fûmes, selon notre coutume, montrer nos derrières à tous les fanaux [portés pa (...)
  • 111 « Presque tous les soirs après souper, nous faisions des patrouilles, par trois ou quatre bandes e (...)
  • 112 Une fois Cotignon en fut « quitte pour quatre coups d’épée, mais qui, heureusement, n’étaient poin (...)
  • 113 L’Article II de l’Edict du Roy Sur le faict des Duels & Rencontres de Février 1626, Publié en Parl (...)
  • 114 Mémoires du chevalier de Cotignon…, p. 34-35, 47-50 et passim.

31La morgue des officiers du corps des vaisseaux du Roi se manifestait très tôt. Se conduisant à terre comme en pays conquis, les aspirants officiers de la Marine française cultivaient un mépris arrogant à l’encontre de tout ce qui n’était pas de leur monde ; revendiquant même d’être pires que les pages de la Cour108 : garnements turbulents dont les frasques défrayaient les chroniques de Versailles109. Peu joueurs et buveurs il est vrai par rapport à leur homologues d’outre-Manche, les chenapans de la Marine royale avaient des distractions nocturnes des plus contestables : leurs victimes favorites étant les dames d’âge respectable, même apparentées à leurs officiers, sous les fenêtres desquelles ils sonnaient du cor de chasse ou auxquelles ils adressaient des gestes obscènes sans les impressionner plus que cela110. Ainsi que les bourgeois dont ils courtisaient sans vergogne, mais non sans succès, les femmes : une maîtresse mariée les dispensant d’assumer une éventuelle paternité ; où les filles qu’il était hors de question d’épouser. Qu’ils se plaisaient à rosser111 ; sans prendre trop de risques, même s’il arrivait que certains se défendent ou se vengent112. Comportement intolérable dont le manque de réaction des autorités locales contribue à expliquer la violence de la population des ports de guerre contre les officiers nobles au début de la Révolution. Mais les ennemis héréditaires des jeunes officiers de Marine étaient prioritairement leurs homologues des autres armes ; aussi querelleurs qu’eux, avec lesquels ils se battaient en duel au moindre prétexte : regain de guerre privée ne craignant pas la rigueur théorique des législations pourtant réitérées depuis le coup d’arrêt donné par Richelieu à ce fléau nobiliaire et militaire113. Assurés de la complicité paternaliste de sa hiérarchie, le chevalier de Cotignon risqua bien davantage sa vie en duels qu’au combat114 !

  • 115 En mettant les voiles (ibidem, p. 302).
  • 116 Ainsi, lors d’une traque au loup, « dans les marais de Gouesnou, à une lieue de Brest » où Cotigno (...)
  • 117 Journal de mon voyage en Amérique, par le comte de Charlus, 1er duc de Castries (AM B4 183, fo 178 (...)

32Autant par tradition corporative que par naissance, alors que les dettes contractées à terre pouvaient toujours être payées « avec le petit foc115 », quels que soient leur grade et leurs moyens financiers, les officiers de la Marine royale étaient des seigneurs de la mer qui se devaient de vivre noblement à terre, en menant un « grand train » de fêtes musicales, galanteries et chasses : la cynégétique à tir et à courre étant une passion aristocratique conciliant l’activité physique de plein air et l’amélioration de « l’ordinaire », où ils se devaient de briller par leurs qualités de cavalier, leur précision de tireur et leur endurance de suiveur ; dans une ambiance de convivialité virile renforcée par les présences féminines dont ils étaient privé à bord. Par conséquent, lorsqu’un élève officier avait l’honneur redoutable d’être convié à une chasse organisée par le commandant de la place, se sachant observé, il était hors de question pour lui de ne point s’y distinguer116. Mais, par delà leur esprit de corps opposable aux tiers et leurs travers communs, les officiers de Marine cultivaient surtout l’indiscipline et la jalousie ; à un degré tel qu’il choquait leurs homologues de l’Armée de terre : c’est dire ! Colonel en second au régiment de Saintonge allant combattre en Amérique, embarqué sur le vaisseau de 64 canons Jason, Charles-Augustin comte de Charlus, futur duc de Castries et officier général (1756-1842), nota dans son Journal les mardi 16 et vendredi 19 mai 1780117 :

« C’est un corps ou l’on ne respire que jalousie, insubordination ; où tout ce qui n’a pas commencé par être aspirant est abhorré, méprisé, et où chacun des officiers en particulier, même ceux qui ont le plus de talens, ont des préjugés que l’on ne pourroit détruire qu’en réformant le corps entier et le recréant de nouveau. […] Je causois avec M. de La Clochetterie et les officiers de son vaisseau une partie de la matinée ; leur orgueil, la hauteur et l’insubordination insoutenable dont ils sont me révoltèrent de nouveau ; ils me tinrent des propos dont on ne peut se former d’idée. L’un d’eux me disait : “Quand un ministre ose donner une ordonnance qui ne nous convient pas, nous ne la suivons pas”… ! »

  • 118 Charlus ajoutait à propos de La Clochetterie : « C’est sans doute un des meilleurs capitaines de v (...)
  • 119 Cité par G. Maugras dans Le duc de Lauzun et la cour de Marie-Antoinette, Paris, Éditions Plon-Nou (...)
  • 120 En 1782 une Note à remettre au Ministre sur l’objet de la Marine particulièrement, retrouvée annot (...)
  • 121 Johan Wilhelm von Archenholtz (1741-1812), un historien allemand de la guerre de Sept ans, décrit (...)
  • 122 « … Messieurs d’Infanterie, comptez-vous pour rien tout ce que nous souffrons à la mer, tandis que (...)
  • 123 Charles-Henri Théodat comte d’Estaing du Sailhans (1729-1794) : gentilhomme auvergnat capitaine au (...)
  • 124 Voir Pierre Jullien, « D’Estaing et Bougainville. Deux illustres intrus de la Marine », Neptunia, (...)
  • 125 Par exemple : « M. d’Estaing était né pour cette basse familiarité qui finit toujours par l’avilis (...)
  • 126 François Joseph Paul, chevalier puis comte de Grasse du Bar, il signait « marquis de Grasse Tilly (...)
  • 127 « Doué d’une bravoure et d’une jactance que soutenait l’ostentation, dominé par l’idée la plus imm (...)
  • 128 Remportée le mercredi 5 septembre 1781 par 24 vaisseaux français armés de 1 794 canons contre 20 v (...)
  • 129 « Un petit succès qui fut l’une des batailles les plus décisives du monde car les États-unis d’Amé (...)
  • 130 Capitaine de vaisseau provençal au mauvais caractère, à l’apparence négligée et à la liberté des m (...)
  • 131 [Suffren est] avec Ruyter et Nelson, l’un des trois noms immortels qui jalonnent l’histoire de la (...)
  • 132 L’intempérant bailli était obèse, goutteux et apoplectique. Il mourut à 59 ans, en l’hôtel de Mont (...)
  • 133 AM B4 207.

33Moins de cinq mois plus tard son père sera ministre de la Marine118 ! Confirmant la mauvaise opinion que l’Armée avait de la Marine, la fréquentation des officiers du vaisseau de 64 canons Provence pendant sa traversée vers l’Amérique fera dire au duc de Lauzun119 : « Entre eux les officiers se détestaient : ceux de Brest appelaient ceux de Méditerranée des marins d’eau douce. » Informé par les courriers d’Amérique de son fils et par les rapports que lui adressait d’Inde Suffren, le marquis de Castries, devenu ministre de la Marine, était parfaitement averti de l’état d’esprit détestable régnant au sein du département dont il prenait le gouvernement120. Dans ces critiques acerbes il convient de faire la part de la rivalité entre les armes d’une France restée « gauloise ». Mais, si les officiers de l’armée de Terre n’avaient pas de leçon de bienséance à donner à leurs homologues de la Marine dont la plupart n’était pas pire que certains des leurs121, et même si la réponse du chevalier de Cotignon aux réquisitoires des officiers de l’armée de Terre ne manque pas de pertinence122, il n’en reste pas moins que les insultes proférées contre le vice-amiral d’Estaing123, parce qu’il était « un intrus » dans le corps des vaisseaux124, sont bien réelles125. Le plus grave manquement d’officiers de la Marine française à leurs devoirs reste le drame des Saintes : quand le comte de Grasse126, incapable de faire exécuter ses ordres par les chefs d’escadres de son armée navale, fut abandonné à l’ennemi. Pourtant ce lieutenant général était un marin chevronné, il n’était pas un « intrus » ! C’était l’un des officiers généraux modèles de la Marine, nanti des qualités de bravoure et des défauts d’orgueil inhérents au corps des vaisseaux dont il était issu127 ; c’était aussi le glorieux vainqueur de la bataille de La Chesapeake128 : victoire qui avait entraîné la capitulation de la place forte de Yorktown129. Il faut croire que l’esprit de corps proverbial des officiers de Marine n’était qu’un ciment bien fragile en France ! Qui fut aussi insuffisant au bailli de Suffren pour être reconnu à sa juste valeur par tous ses pairs130. Pour ternir la mémoire du meilleur amiral français de son temps131, ne fut-il pas accrédité dans le corps des vaisseaux, jaloux de sa promotion éclaire, qu’il aurait été tué en duel par l’un de ses anciens officiers132 ? Là encore, comme le remarquait un mémoire anonyme ne manquant pas de pertinence critique133 :

« Ce n’est plus un intrus dont ces messieurs prétendent ne pouvoir dépendre ; c’est un Officier de leur Corps, ayant passé par tous les grades ; c’est leur camarade [mais] Ils ne peuvent lui pardonner, après l’avoir vu capitaine peu ancien dans l’Escadre de M. le comte d’Estaing en 1778 et en 1779, de le trouver à la tête de l’expédition de l’Inde en 1781 ; de le voir monter à la cornette avec une rapidité sans exemple. Parce qu’il est sans exemple que le même Commandant ait livré cinq combats, à proprement parler, dans une seule campagne. Que faut-il attendre de subalternes qui ne peuvent soutenir l’éclat des talens, soit dans les étrangers, soit dans leurs semblables ? »

Notes

1 Code Castries, p. 1-4.

2 Voir A. Berbouche, « Les installations de la Marine militaire à Saint-Malo et à Saint-Servan », Neptunia, no 242, 2e trimestre 2006, p. 26-35.

3 À partir d’une lettre ministérielle de 1713, selon B. Lutun, op. cit., p. 201.

4 Il y avait aussi un Commandant des Armes ayant le commandement des forces locales de l’armée de Terre, placé sous l’autorité d’un éventuel Gouverneur militaire de la place. D’où bien des conflits d’autorités tranchés au plus haut niveau…

5 Voir A. Berbouche, Pirates, Flibustiers & Corsaires…

6 Jacques Aman, Les officiers bleus dans la Marine française du XVIIIe siècle, p. 61 sq.

7 Robert Villers (1912-1989) : l’éminent historien du droit romain et français qui me fit découvrir les institutions maritimes dans son cours de doctorat donné à l’université de Paris 2-Panthéon en 1975-1976, orienta et dirigea avec bonté mes premières recherches, présida le jury de ma thèse l’après-midi du mardi 18 mars 1980, et m’honora de son amitié.

8 G. Dagnau, art. cit., p. 28.

9 B. Lutun, op. cit., p. 302-303.

10 Voir René Estienne, La Marine royale sous le ministère du duc de Choiseul (1761-1766), Paris, Thèse de l’École nationale des Chartes, 1979, 2 vol. reprographiés de 521 p. in-4o.

11 Claude Aboucaya, Les Intendants de la Marine sous l’Ancien Régime, p. 130-133.

12 L’Ordonnance du Roi Concernant la Régie & Administration générale & particulière des Ports & Arsenaux de Marine était précédent d’un préambule où tout était dit de l’esprit d’une réforme voulu par le Roi pour satisfaire le Corps des Vaisseaux en le revalorisant à la veille de la guerre d’Amérique : « Sa Majesté s’étant fait représenter l’Ordonnance du 15 Avril 1689, Pour les arsenaux de Marine ; celle du 25 Mars 1765, Concernant la Marine, & son Ordonnance du 8 Novembre 1774, Pour régler provisoirement ce qui seroit observé dans les différentes parties du service des Ports ; & s’étant assuré que les Officiers de sa Marine ont acquis depuis plusieurs années, par la nouvelle forme donnée à leur éducation militaire, la théorie de l’architecture navale & les connaissances nécessaires pour bien diriger la Construction, le Gréement & l’Équipement des Vaisseaux ; Elle a reconnu la nécessité de faire divers changemens à l’ancienne constitution de sa Marine. Cette constitution, qui n’admettoit les Officiers militaires à aucun détail dans les arsenaux, était propre sans doute aux temps où elle fut adoptée ; mais Sa majesté a jugé qu’elle ne pourroit être maintenue dans son entier, sans renoncer aux avantages qui doivent résulter pour la perfection des ouvrages & pour l’économie, tant des lumières & des talens desdits Officiers, que de l’intérêt qui lie essentiellement leur propre gloire au succès des opérations mécaniques des Ports, & à la conservation des forces navales. Sa Majesté s’est déterminée à confier aux Officiers militaires de sa Marine, la direction des travaux relatifs à la Construction, au Gréements & à l’Équipement de ses Vaisseaux : & voulant régler définitivement les fonctions que, par son Ordonnance provisoire du 8 Novembre 1774, elle s’étoit réservé d’attribuer auxdits Officiers ; régler pareillement celles qu’auront à l’avenir les Intendans & Commissaires des Ports & Arsenaux ; fixer en même tems, d’une manière constante & invariable, les fonctions du Conseil de Marine, maintenu par sadite Ordonnance, dans chacun de ses ports de Brest, Toulon & Rochefort ; apporter enfin à diverses parties de l’administration de ses Ports & Arsenaux, les modifications que la différence des tems & des circonstances ont rendu nécessaires ; Elle a ordonné ce qui suit… »

13 C. Aboucaya, op. cit., p. 136-141.

14 Ibid., p. 141-143. Armand Le Hénaff parla même de « révolution des bureaux » (Étude sur l’organisation administrative de la Marine sous l’Ancien Régime et la Révolution, p. 128).

15 Reprises dans le Mémoire de M. Malouet, Intendant de la Marine, sur l’administration de ce département, 1789 (AM MS 20 p. 10 sq.). Document cité par G. Lacour-Gayet dans La Marine militaire de la France sous le règne de Louis XVI, p. 31-32 ; et analysé par B. Lutun, op. cit., p. 693-697.

16 « L’Ordonnance de 1689 fit fleurir la Marine sous le règne de Louis XIV. Cet immortel ouvrage de Colbert, fruit d’une longue expérience, servit de modèle à tous les États maritimes de l’Europe, qui s’empressèrent, à l’envi, de l’adopter […] Son auteur avoit senti l’importance de séparer l’Administration militaire de l’Administration civile : chacune d’elles répondoit à l’Administration supérieure, du résultat de ses opérations […] & l’Ordonnance de 1765, sans approcher de la perfection de la précédente, offrit néanmoins de bonnes vues, & ne laissa pas d’être infiniment supérieure à toutes celles qui l’ont suivie. Il étoit réservé aux auteurs de l’Ordonnance de 1776 de heurter tous les principes, de confondre toutes les autorités, en réunissant ce qui devoit être distinct, d’anéantir toute inspection, toute responsabilité, sous le prétexte spécieux d’une surveillance réciproque, qui a toujours été illusoire, & de faire parade d’économie lors même qu’ils multiplioient les agents, & qu’ils prescrivoient le régime le plus dispendieux. En effet, l’Officier militaire dirige les constructions, radoubs, & c., il ordonne l’emploi de toutes les matières ; tandis que l’Officier civil fait les achats, paye, veille à la conservation des munitions dans les Magasins, & compte des deniers. Mais, comme d’un côté, l’Ordonnateur des travaux n’est pas tenu de comparer les consommations aux dépenses qu’elles occasionnent ; qu’il n’a même pas les moyens d’établir cette comparaison ; & que, d’un autre côté, l’Administrateur civil ne peut opposer résistance à ces consommations, comment l’esprit d’ordre & d’économie existeroit-il dans un tel système ? Et, s’il y a excès de dépenses, à qui l’Administration supérieure peut-elle raisonnablement s’en prendre, puisque n’ayant plus un garant unique, elle n’en a réellement aucun ? Au reste, il faut bien se garder de croire que de cette Administration compliquée, il résulte aucun contrôle, aucune inspection : au contraire, les divers agens ne pouvant être responsables, doivent nécessairement trouver, dans cette organisation, des sujets éternels d’excuse, toutes les fois que leurs opérations respectives ne sont pas exemptes de blâme. » (AM Brest L 1988-21. Réflexions sur l’administration économique des ports et arsenaux, ou Développement des réclamations des Commis de la Marine au département de Brest, p. 3-4.) Voir infra.

17 « Les magasins furent souvent épuisés par les commandants des ports à qui n’incombait pas le soin de les approvisionner ; l’administration des officiers de vaisseaux à bord des bâtiments fut telle qu’il devint impossible de rendre des comptes des dépenses faites pendant la guerre d’Amérique. » (A. Le Hénaff, op. cit., p. 133-134.)

18 D. Neuville, op. cit., p. 624.

19 Voir supra.

20 Cl. Aboucaya, op. cit., p. 143-147.

21 Voir Th. Jamaux-Gohier, op. cit.

22 A M Lorient 1 E4 98, f° 106. ANM B3 725, fos 173 et 207. Voir infra, le détail de cet échange épistolaire.

23 Louis de Fabry de Fabrègues (1715-1794) : chef d’escadre le jeudi 9 novembre 1775, directeur général de l’arsenal de Toulon le vendredi 1er décembre de la même année. Commandant de la Marine à Toulon du samedi 17 novembre 1781 au samedi 1er janvier 1785.

24 ANM G 165. En mai 1755, le chevalier de Fabry avait été démis de son commandement d’un chébec par le ministre de la Marine et des Colonies, l’éminent juriste Jean-Baptiste Machault d’Arnouville (1701-1794), à cause de son attitude blâmable à l’encontre de l’écrivain embarqué sur son bâtiment (B. Lutun, op. cit., p. 303). Avec Malouet comme intendant, l’ombrageux chevalier n’était pas au bout de ses peines…

25 « La société de Brest offrait au spectateur une grande variété, une gravité pleine de morgue et de gaucherie chez le Commandant, chez l’Intendant, chez les grands officiers de la Marine ; on y voyait une plaisante caricature du ton, des manières, de la légèreté de Versailles [Mais] la femme d’un commissaire de la Marine n’était pas vue par les femmes du Grand Corps ; elle était obligée de se choisir un cercle parmi les officiers de port, quelques lieutenants d’Infanterie, pauvres et délaissés : elle accaparait aussi parfois quelques vieux capitaines de vaisseaux pour son Wisk et pour le souper, comme madame l’Intendante. » [Jacques Cambry (1749-1807), Voyage dans le Finistère…, p. 195-196]. Jacques Cambry (1749-1807), Commissaire des Sciences et des Arts au Conseil du département du Finistère, administrateur du département de la Seine puis préfet du département de l’Oise, cet homme politique, haut fonctionnaire et écrivain breton respectueux du passé, contribua à fonder l’Académie Celtique le samedi 30 mars 1805 ; qu’il présida jusqu’à sa mort, survenue le jeudi 31 décembre 1807, à Cachan, en région parisienne (Alain Boulaire, Préface au Voyage dans le Finistère, p. 5-11).

26 Code Castries, p. 9-24.

27 Armel de Wismes, La vie quotidienne dans les ports bretons au XVIIe et au XVIIIe siècles (Nantes, Brest, Saint-Malo, Lorient), s. l., Éditions Hachette Littérature, coll. « La Vie quotidienne », 1973, p. 46.

28 « Les appointemens des Officiers généraux de la Marine, continueront d’être payés sur le même pied que ci-devant ; Savoir, Aux Vice-amiraux, vingt-quatre mille livres par an à chacun. Aux Lieutenans généraux des Armées navales, douze mille livres. Aux Chefs d’Escadres, six milles livres. » (Article Premier de l’Ordonnance du Roi, Portant règlement sur les appointemens des Officiers de la Marine, du [lundi] 11 Janvier 1762.)

29 Art. 2 du Titre Premier. Des Appointemens, de l’Ordonnance du Roi, Concernant les Officiers de la Marine du 1er Janvier 1786.

30 Albert Deschard, « Notice sur l’organisation du corps du commissariat de la Marine française depuis l’origine jusqu’à nos jours », RMC, octobre-décembre 1878, p. 472 sq.

31 François de Veillecheze de La Mardière, L’évolution historique du Contrôle de la Marine, p. 8 sq.

32 Code Castries, p. 202-285.

33 A. de Wismes, op. cit., p. 58.

34 Depuis l’Ordonnance du Roy pour l’enrollement des Matelots qui se trouveront habitués dans les Villes & Communautés des costes maritimes du Royaume. Donnée à St Germain en Laye le [samedi] 22e jour de Septembre 1668 (ANM B2 7, fo 135). Sur le système des Classes et son évolution, voir Jacques Captier, Étude historique et économique sur l’Inscription maritime.

35 ANM C4 151.

36 Voir Timothy J. A. Le Goff, « Les gens de mer des années 1780 ».

37 Par Ambroise Louis Garneray (1783-1857) notamment. Lequel, avant de devenir peintre de marines, navigua comme matelot novice dans la Marine royale puis enseigne à la Course. Ses récits, certes romancés à posteriori, constituent néanmoins des témoignages sociologiques intéressants sur la vie maritime. Voir Louis Manœuvre, « Un peintre de Marines : Louis Garneray (1783-1857) », Neptunia, no 206, 2e trimestre 199, p. 92-97.

38 Tels les Souvenirs d’officiers généraux comme ceux du vice-amiral Pierre Roch Jurien de La Gravière (1772-1849) ; complétés des récits maritimes de son fils : le vice-amiral Jean Pierre Edmond Jurien de La Gravière (1812-1892). Poursuivis par ceux de l’amiral François Ferdinand Philippe d’Orléans prince de Joinville (1818-1900). Ces récits mettront la Marine à la mode en France comme elle l’était déjà en Angleterre. Engouement soutenu par les travaux de l’historiographe Auguste Jal (1795-1873) et la publication de La France Maritime fondée en 1837 par Amédée Gréhan (Jean Berthou, Jean-François Détrée, La naissance du roman maritime, Saint-Vaast-la-Hougue, Musée maritime de l’Île Tatihou, 2004, p. 38-41).

39 Voir les Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France d’Isidore Justin Séverin Baron Taylor (1789-1879), effectués en 1810 et 1819 ; dont deux des vingt-quatre volumes illustrés de lithographies, publiés en 1845, sont consacrés à l’ancienne Bretagne. Et le premier tome de La Vieille France croquée à la fin du XIXe siècle par Albert Robida (1848-1926). Lire aussi, de Jean-Yves Andrieux et Catherine Abéguilé, Moi François de Boucheporn élève de l’École des Mines. Voyage en Papouasie bretonne au 19e siècle [dans les années 1830], p. 9 sq. Sans parler des voyages romantiques de Victor Hugo (1802-1885) ou initiatiques de Gustave Flaubert (1821-1880).

40 « 1 290 morts : tel est le tribut directement payé à la guerre [d’Amérique] par la Bretagne. Un lourd tribut, puisque le pourcentage des marins bretons décédés (35,9 % du total des morts) est supérieur de quatre points et demi à la participation bretonne (31,4 % de l’effectif total) » (Jean-Pierre Goubert, « Les Bretons de la ‘‘Royale’’ dans la guerre d’Indépendance américaine », p. 231). Constante morbide durable jusqu’à la Première Guerre mondiale.

41 Olivier Chaline, La France au XVIIIe siècle (1715-1787), Paris, Éditions Belin, coll. Belin Sup. Histoire, 2005, p. 155.

42 Arthur Young, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, t. II, p. 234 et passim.

43 ADIV C 103, citée par J. P. Goubert dans Malades et médecins en Bretagne 1770-1790, p. 184.

44 Ibidem, p. 187.

45 Isambert, op. cit., t. XXIII, p. 391-394.

46 « ...Il est de fait qu’après l’épidémie qui régna en 1773, le sucre [sic] cadavérique suintait au travers des murs du cimetière, qui est élevé de quelques pieds au-dessus du niveau du bourg » (le subdélégué de Moncontour en 1779, ADIV C 1370, cité par J. P. Goubert, op. cit., p. 184).

47 L’Ankou était la Mort personnifiée dans l’imaginaire religieux breton, représentée par le squelette des « danses macabres » drapé dans un suaire d’où émergeait la faux trancheuse de vies ; qui passait, souvent à la tombée du soir, dans une charrette dont on entendait les roue grincer puis s’arrêter devant une porte… [Anatole Le Braz (1859-1926), La légende de la Mort chez les Bretons armoricains, Paris, Librairie Honoré Champion, 1928, t. I, p. 110-163].

48 Yann Brékilien, La vie quotidienne des paysans bretons (au XIXe siècle), p. 20-25.

49 « On n’était pas assez riche, à la campagne, pour se permettre de la kig dous (chair douce) autrement que dans les grandes occasions. Mais [au XIXe siècle] deux ou trois fois par semaine, on faisait de la soupe au lard (kig sal : chair salée). » [ibidem, p. 83].

50 « En 1769-75, au Havre, plus de la moitié des équipages de la route antillaise ne sont pas mariés […] La taille des familles de marins est inférieure à celle des familles de paysans ou autres. Elle se situe à quatre personnes par feu contre huit. » (Sabine rœlandt, « Démographie des gens de mer sous l’Ancien Régime », p. 96.) Absences des hommes, mariages tardifs et décès prématurés expliquent ce phénomène. Réalité confirmée à Dunkerque par A. cabantous et J. messiaen, op. cit., p. 39-55.

51 À Dunkerque (ibidem, p. 67).

52 J. Grimault, art. cit., p. 13-15.

53 J.-P. Goubert, op. cit., 191-194.

54 Ibidem, p. 315-380.

55 Entre 1770 et 1790 l’espérance de vie française à la naissance était de 29,6 ans : à corriger d’un taux de mortalité infantile de 50 % ; il fallait deux enfants pour produire un adulte. Les chanoines de la cathédrale de Chartres mouraient en moyenne à l’âge de 72 ans, mais les salariés de la ville à 49 (Benoît Garnot, La population française aux XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles, Paris, Édition Ophrys, coll. « Synthèse & Histoire », 1988, p. 58).

56 J.-P. Goubert, op. cit., p. 194-195.

57 A. Cabantous et J. Messiaen, op. cit., p. 23.

58 Ibidem, p. 61.

59 Ibid., p. 73.

60 « [Rue des Boucheries, au numéro 6 bis] un amas de fumier conservé depuis longtemps dans la cour exhale des miasmes qui vicient l’air environnant [car] on amasse des fumiers par spéculations et beaucoup d’individus se livrent à un genre d’industrie prohibé dans les villes, l’élève des pourceaux [Au numéro 14, dans un immeuble composée de deux corps de bâtiments] les seize pièces comprises entre le rez-de-chaussée et le premier étage étaient habitées par onze ménages ; on relevait une charpente vermoulue, des infiltrations d’eau. L’escalier commun aux deux corps, rongé par les vers, n’existait plus qu’en partie ; une seule des seize pièces était pourvue de deux fenêtres, l’ensemble des cloisons de bois était vermoulu, le plafond d’une chambre de l’étage menaçait d’un effondrement imminent, dans certaines pièces, louées avec une fenêtre sans vitre, on avait remplacé celle-ci par une planche de bois, enfin, dans un logement du rez-de-chaussée, le foyer consistait en quelques pierres disposées dans une encoignure, la fumée s’échappant par un trou pratiqué dans l’un des murs ». (C. Abéguilé-petit, Marine et industrie en Bretagne. L’arsenal de Brest et les établissements sous-traitants aux XVIIIe et XIXe siècle, p. 56.)

61 Arlette Farge, Effusion et tourment, le récit des corps. Histoire du peuple au XVIIIe siècle, p. 55 sq.

62 Voir, supra, quelques prix courants.

63 S. Rœlandt, art. cit., p. 95.

64 En 1722 Marseille compta 50 000 morts sur 100 000 habitant et Toulon plus de 15 000 sur 30 000, emportés par la « mort venue de la mer », le lundi 3 juin 1720, sur le Grand-Saint-Antoine : un navire marchand arrivant de Saïda et Beyrouth qui avait débarqué en fraude des étoffes contaminées par la peste (M. Vergé-franceschi, Dictionnaire d’Histoire maritime, p. 1124-1125 et 1412-1413 ; et Toulon port royal, 1481-1789, p. 138-139).

65 ADIV 2 Ea 8, fonds Langeron, cité par J.-P. Goubert, op. cit., p. 195.

66 Voir Jean-Baptiste Fonssagrives, Recherches historiques sur l’épidémie qui ravagea l’escadre de l’Amiral Dubois de Lamotte et la ville de Brest en 1758. Recherches historiques sur l’épidémie qui ravagea l’escadre de l’Amiral Dubois de Lamotte et la ville de Brest en 1758, Paris, Éditions Martinet, 1859, 20 p. in-8o.

67 J.-P. Goubert, op. cit., p. 332-337.

68 Voyage dans le Finistère…, p. 194-195. Voir supra.

69 Émile Souvestre (1806-1854), Souvenirs d’un Bas-Breton, A Paris, Michel Lévy Frères Libraires Éditeurs, 1860, p. 166.

70 Philippe Henwood et Edmond Monange, Brest, un port en Révolution. 1789-1799, p. 19. Aussi A. Boulaire, Brest au temps de la Royale, p. 249-250.

71 ANM B3 679, f° 268.

72 « … Au premier son de la cloche du port qui annonçait la cessation des travaux, sauf ceux des grandes corvées de nuit, douze à quinze mille hommes s’élançaient hors des grilles [de l’arsenal] en courant comme des écoliers échappés. Ils allaient jouir de leur liberté, mettre leur temps à profit et dissiper leur vie […] En un clin d’œil, la ville était changée en une immense guinguette, où chacun s’amusait à sa guise. Le faubourg de Recouvrance devenait un vaste cabaret ; une certaine rue de la ville, celle des Sept-Saints, qui s’élève en amphithéâtre par de larges degrés, montrait dans sa perspective des milliers de buveurs attablés dans toute sa longueur ; les maisons ne pouvaient les contenir. Hors des portes, les plaisirs étaient variés et moins innocents ; il y avait des bals dont les danseuses ressemblaient à ces courtisanes d’Athènes, au prix fixe de trois oboles. J’ai cru longtemps que c’étaient les plus horribles femmes de l’univers ; je ne fus détrompé que lorsque j’eus vu celles de Portsmouth… » [Alexandre Moreau de Jonnes (1778-1870), Aventures de guerre au temps de la République et du Consulat, cité par Philippe Masson, dans Grandeur et misère des gens de mer, p. 138.]

73 ADIV C1 135 ; document non daté, accompagné d’une lettre du vendredi 31 mars 1775.

74 Voir Ph. Henwood et E. Morange, op. cit. p. 18-22. Et Ph. Henwood, « Bulletin historique. L’Histoire Maritime en Bretagne. Essai d’orientation bibliographique (1945-1983) », p. 254.

75 Marie-Madeleine Muracciole, « Quelques aperçus sur la criminalité en Haute Bretagne dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », p. 308-314.

76 Jean Chagniot, « La criminalité militaire à Paris au XVIIIe siècle. Criminalité et répression (XIVe-XIXe siècles) », p. 327-345.

77 A. Cabantous, La Vergue et les Fers, p. 13.

78 Mémoires du chevalier de Cotignon gentilhomme nivernais officier de marine de sa majesté louis le seizième, p. 225, n. 75 (voir infra) ; et général Claude Carré, « Un médecin de Marine au XXe siècle 1908-1999. À travers les Souvenirs du médecin général Adrien Carré », CHM, no 60, juillet 2006, p. 159-180.

79 Ibidem. Sur les risques graves de l’addiction à l’alcool (et aux stupéfiants) chez les gens de mer contemporains, voir Le Marin, l’hebdomadaire de l’économie maritime du vendredi 1er juin 2007, p. 27-32. Car le phénomène persiste ; source de nombreux accidents du travail.

80 Réflexion citée notamment par Étienne Dupont dans Le Vieux Saint-Malo. Les Corsaires chez eux, Rennes, Éditions La Découvrance, 1995, p. 101. (Réimpression de l’édition de 1925.) Le premier cabaret connu en Bretagne aurait été ouvert à Guingamp en 1353 (ibidem). L’ivrognerie gangrenait toute la population ; même le clergé (Jean Rohou, Fils de ploucs, t. I, Rennes, Éditions Ouest-France, coll. « Écrits Société », 2005, p. 232-237).

81 Cité par A. de Wismes, dans Ainsi vivaient les marins, p. 190.

82 Stigmatisée comme l’onanisme par l’Église, « Péché contre Nature, de tous les crimes de Luxure le plus grave & les plus détestable », dans l’ancien droit pénal la sodomie était un terme général qualifiant toute pratique sexuelle déviante par rapport à la morale chrétienne : de la sodomie hétérosexuelle, « fornication hors du vase légitime » qui n’apparaît qu’en termes voilés dans les rapports de police alors qu’elle est omniprésente dans la littérature libertine (Érica Marie benabou, La prostitution et la police des mœurs au XVIIIe siècle, p. 361, 395-397) ; à la plus grave sodomie homosexuelle : « accouplement illégitime » entre gens du même sexe, homme avec homme mais aussi femmes entre-elles ; que la justice criminelle laïque était censée punir de « peines extraordinaires » : leurs auteurs étant condamnés en principe à « être brûlés vifs, ou après avoir subi la mort, selon les circonstances » (Guy Du Rousseaud de La Combe, Traité des Matières Criminelles suivant l’Ordonnance du mois d’Août 1670, & les Édits, Déclarations du Roi, Arrêts & Réglemens intervenus jusqu’à présent…, p. 54-55). En réalité, surtout quand des « gens de qualité » (sic) étaient impliqués, la police fermait les yeux sur la pédérastie comme sur les autres ébats sexuels même accomplis dans des lieux publics ; se contentant d’admonester les « fornicateurs » avant de les chasser [voir A. Farge, Introduction à Flagrants délits sur les Champs-Élysées. Les dossiers de police du gardien Federici (1777-1791), p. 24-26 ; et passim les rapports du sergent Ferdinand Federici (1732- ?) : lequel s’inquiète plus de l’état des plantations qu’il doit protéger que de la morale publique bafouée qu’il est censé défendre].

83 L’Article XXXV du Titre Troisième. De la Police sur les Vaisseaux du Livre Quatrième. De la Justice de guerre, des Peines & de la Police sur les Vaisseaux, de l’Ordonnance de Louis XIV Pour les Armées Navales & Arcenaux de Marine du 15 Avril 1689 disposait : « Sa Majesté défend aux Officiers de ses Vaisseaux & aux gens de l’Équipage, de mener des femmes à bord pour y passer la nuit, & pour plus long-temps que pour une visite ordinaire, à peine d’un mois de suspension contre les Officiers, & contre les gens de l’Équipage, d’estre mis quinze jours aux fers. » En revanche, la Royal Navy qui interdisait à ses équipages de se rendre à terre afin d’éviter les désertions, pour le repos de ses guerriers sinon pour leur santé, tolérait à bord de ses unités la présence d’« épouses » aux escales : transformant les navires de Sa Gracieuse Majesté en lupanars. Voir A. Carré, « Les femmes & la Navy du 17e au 19e siècle », Neptunia, nos 125 et 126, 1er et 2e trimestres 1977, p. 33-40 et 33-44. « Une femme dans chaque port ! » disait l’adage. L’interdit national ne fut pas toujours respecté comme l’attestent des exemples célèbres.

84 Morgane Vaillant, Étude du travail féminin à l’arsenal de Brest au XVIIIe siècle 1753-1764, mémoire de maîtrise d’histoire moderne, Université de Bretagne Occidentale, 2005, p. 92-95.

85 Surtout si le fruit du péché était dû aux oeuvres patronales, la maîtresse de maison chassait la pécheresse au nom de la morale (Alain Corbin, Les Filles de noce. Misère sexuelle et prostitution au XIXe siècle, p. 37 sq.). L’avortement était un crime passible de la peine capitale, mais seules les femmes les plus éclairées des classes aisées et les prostituées les plus averties pouvaient se permettre une relative contraception ; du coïtus interruptus n’allant pas de soi pour leurs partenaires, aux « funestes secrêts » (sic) issus du monde de la galanterie : ablutions sur les premiers bidets, usage d’éponges imprégnées de produits supposés spermicides, utilisation de pessaires dits « redingotes anglaises ». Pratiques « contre-nature » que l’Église condamnait (É. M. Benabou, op. cit., p. 359-361).

86 Ibidem, p. 108-112.

87 Hors catégories, quelques mondaines libertines vivant aussi de leurs charmes étaient censées réserver l’exclusivité de leurs faveurs à de généreux officiers protecteurs suffisamment nantis pour les entretenir, voire pour les établir.

88 Plus grave que les blennorragies, la syphilis était une maladie mortelle connue depuis la Renaissance pour ravager la soldatesque qui, quoique accompagnée de ribaudes, culbutait toutes les malheureuses surprises sur sa route ; elle aurait été ramenée en France des guerres d’Italie et fut pour cela appelée « mal de Naples ». À Paris, les « vénériens » des deux sexes étaient traitées au mercure dans « l’Enfer » de Bicêtre (É.-M. Benabou, op. cit., p. 408-430).

89 Françoise d’Aubigné (1635-1719), la veuve de l’écrivain Paul Scarron (1610-1660), gouvernante des enfants royaux de madame de Montespan depuis 1670, avait séduit le souverain par ses qualités maternelles et sa modestie avant qu’il ne s’avise de ses charmes plus discrets ; lesquels lui valurent le marquisat de Maintenon au mois de décembre 1674. Soutenue par le clan dévot de la Cour, après le décès de la reine Marie-Thérèse (1638-1683), la « marquise de Maintenant » devint l’épouse morganatique du Roi vieilli qui remplaça ses fêtes par des messes. Voir Louis Hastier, Louis XIV et Madame de Maintenon, s. l., Librairie Arthème Fayard, 1957, 297 p. in-8o.

90 Séverine Fargette, « Un métier médiéval comme un autre », Historia thématique Prostitution. L’histoire du plus vieux métier du monde, no 102, juillet-août 2006, p. 34-39.

91 Jusqu’au milieu du XXe siècle, les jeunes filles non prostituées mais ayant le « diable au corps » (sic) pouvaient aussi être placées par la Justice ou par leur famille, jusqu’à leur majorité de 21 ans, en pensionnat strict chez les sœurs de Notre-Dame-de-Charité du Bon Pasteur : congrégation angevine fondée en 1835.

92 M. Vaillant, op. cit., p. 96-109.

93 Voir Ph. Henwood, « Le Refuge royal de la Marine ».

94 Voir É.-M. Benabou, op. cit., p. 79-95 ; et Nicole Castan, Du grand renfermement à la Révolution, p. 70-71.

95 Ordonnance du Roi Concernant les Classes du [dimanche] 31 Octobre 1784, Titre XIII. De la conduite des Gens de mer qui se rendent de leurs Quartiers dans les Ports, Article 10 : « … en hiver, & depuis le 15 Octobre jusqu’au 14 Avril, sur le pied de six sous par lieue aux Officiers mariniers, & de cinq sous aux Matelots ; & en été du 15 Avril au 14 Octobre, sur le pied de cinq sous par lieue aux Officiers mariniers, & de quatre sous aux Matelots ».

96 Titre XVI. Des à-comptes à payer aux Familles des Gens de mer employés au service du Roi : « Article Premier. Il sera fait fonds tous les trois mois, dans la Caisse des Gens de mer de chaque Quartier, du tiers des salaires qui se trouveront dus à cette époque, aux Gens de mer employés sur les Vaisseaux de Sa Majesté, déduction faite des avances, & conformément aux états qui seront dressés dans les bureaux des armemens.
2. Les sommes portées sur ces états seront payées par à-comptes, aux familles desdits Gens de mer, pour aider à leur subsistance.
3. Lors des levées, chacun de ceux qui seront commandés, déclarera au Commissaire des Classes ou au Syndic, le nom de la personne à laquelle il veut que les à-comptes sur son salaires soient remis pendant son absence, & il en fera note sur l’état de levée ; & ceux desdits Gens de mer qui ne voudront en faire aucune destination pourront les laisser en dépôt à la Caisse pour les retirer à leur retour.
4. Ceux néanmoins qui ne destineront pas leurs à-comptes à leurs femmes & enfants, seront tenus d’exposer leurs motifs au Chef des Classes & au Commissaire, lesquels pourront s’ils ne jugent pas ces motifs raisonnables faire eux-mêmes la destination en le déclarant auxdits Gens de mer. »

97 Par le Règlement du Roi Sur l’Ordre, la Police & la Discipline des Casernes des Matelots du [dimanche] 1er Janvier 1786.

98 Garneray décrit ainsi le contenu émouvant du coffre du marin rochelais Prendtout, mort en mer dont les maigres biens allaient être vendus à ses amis au profit de sa famille : « L’inspection du coffre de Prendtout nous confirma dans l’opinion que nous avions de lui, c’est-à-dire qu’il était aussi excellent père que bon époux. Son bagage modeste se composait du strict nécessaire, mais à côté de ses hardes usées soigneusement rapiécées, se trouvaient des tissus de l’Inde, pliés avec une précaution extrême, qu’il rapportait à sa femme et à ses enfants. Dans le fond, sous un double couvercle, nous découvrîmes en quadruples (pièces de quatre louis) son petit trésor, c’est-à-dire les appointements presque intacts qu’il avait touchés depuis son départ de France. Parmi cet or se voyaient des mèches de cheveux : l’une de sa femme, et ils étaient certainement loin d’être beaux, les deux autres de ses enfants. » [A.-L. Garneray, Le Négrier de Zanzibar. Voyages, Aventuriers et Combats (II), p. 168.) Les modestes objets personnels et l’argent recueilli par la vente des autres, payés généreusement, ainsi que la solde du défunt seront remis scrupuleusement à sa femme ; celui qui à bord se serait risqué à voler un mort n’aurait pas l’occasion de dépenser à terre le produit de son sacrilège. Voir A. Cabantous, F. Hildesheimer (textes réunis par), Foi chrétienne et milieux maritimes.

99 Certaines intégrées dans des enclos paroissiaux d’une grande magnificence : comme à Saint-Thégonnec (dont un détail représente le huguenot Henri IV souffletant le Christ entravé et les yeux bandés), Guimiliau, Lampaul-Guimiliau ou Pleyben pour ne citer que les principaux chefs d’œuvres de l’art religieux de Bretagne (Yannick Pelletier, Les Enclos bretons, s. l., Éditions Jean-Paul Gisserot-Patrimoine culturel, 2003, p. 10-41).

100 Jean Tanguy, Quand la toile va, Rennes, Éditions Apogée, 1994, p. 95-99.

101 François de Beaulieu, Hervé Ronne, Chapelles de Bretagne. Histoire et légendes, Rennes, Éditions Ouest-France, 2007, p. 8, 84-87.

102 AMSM EE 4/165.

103 « Chaque année, écrivait, au siècle dernier, l’amiral Jurien de La Gravière, le port de Brest expédiait à la Martinique de nombreux navires ; chaque année la Martinique renvoyait à Brest des navires à demi désarmés que les débris de leurs équipages allaient silencieusement mouiller sous ‘‘l’île des Morts’’, jamais aucun murmure cependant ne s’éleva de cette population décimée à l’avance. » (cité par A. de Wismes, op. cit., p. 58.)

104 Le chevalier de Cotignon était un obscur lieutenant de vaisseau qui rédigea un journal à usage familial dans lesquels il fit simplement, mais avec une grande exactitude, le récit des onze années de sa vie d’officier de la Marine royale, de 1779 à 1790. Ses Mémoires, heureusement découverts et publiés avec des notes pertinentes par le médecin-général Carré, son lointain cousin par alliance (Mémoires du chevalier de Cotignon…, p. 7-22), constituent le meilleur témoignage sur la vie militaire maritime nationale à la fin de l’Ancien Régime.

105 Ibidem, p. 224.

106 J. Cambry, op. cit., p. 185.

107 Au 1er janvier 1787 : les 4 vice-amiraux de France étaient appointés 24 000 livres annuelles, les 19 lieutenants généraux 12 000, les 41 chefs d’escadre 6 000, les 40 chefs de division 3800, les 93 capitaines de vaisseau 3200, les 100 majors 2000, les 427 lieutenants de vaisseau, 1 600 et 1 050 livres selon leur classe, les 239 sous-lieutenant de vaisseau 1 000 et 840 livres ; alors que les 357 élèves touchaient 500 livres en 1re classe, 400 en 2e et 300 en 3e (G. Lacour-Gayet, op. cit., Appendice XIV, p. 663-671).

108 « Bien du monde croyait que les pages l’emportaient sur les jeunes militaires, en espiègleries, en tapage, etc. C’est que ce monde ne connaît pas les Gardes de la Marine, envers lesquels les pages [toujours sans majuscules !] n’étaient que des zéros [sic], en comparaison. Les Provençaux, les Bretons, les Rochefortins peuvent l’assurer. » (Mémoires du chevalier de Cotignon…, p. 42.)

109 Voir les Souvenirs du comte d’Hézecques, ancien page de la Chambre du Roi puis de la Grande Écurie, évoquant pudiquement le sort enviable de ces 58 adolescents recrutés dès l’âge de 10 ans par insigne faveur pour accomplir auprès des souverains un service symbolique ; à la condition, pour leurs parents, d’être capables de « prouver au moins 200 ans de noblesse directe et [de leur verser] une pension de 600 livres destinée aux menues dépenses [moyennant quoi ils] étaient délivrés de toute sollicitude : habillement, nourriture, maîtres, soins pendant les maladies, tout était fourni avec une magnificence vraiment royale » (op. cit., p. 12). Théodore Gosselin dit G. Lenotre a détaillé leurs turpitudes avec moins de retenue dans Versailles au temps des Rois, Paris, Éditions Bernard Grasset, coll. « Les Cahiers Rouges », 2006 (réédition de l’édition de 1934), p. 210-214.

110 « Après souper nous fûmes, selon notre coutume, montrer nos derrières à tous les fanaux [portés par des laquais éclairant les dames] qui passaient sur le Champ de Bataille [place d’armes] La Bussière, en voulant courir une seconde fois devant celui de Mme la comtesse de Framond, se trouva embarrassé par sa culotte et tomba au pied de cette dame qui lui donna un coup de pied dans le cul, ce qui me fit beaucoup rire, mais lui n’en avait pas envie, car il s’était écorché les genoux, ce qui nous fit retirer chez nous. » (Mémoires du chevalier de Cotignon…, p. 48.)

111 « Presque tous les soirs après souper, nous faisions des patrouilles, par trois ou quatre bandes et nous avions un point de ralliement qui était ordinairement notre café. Tous les bourgeois que nous trouvions étaient sûrs de recevoir une volée de coups de triques que nous portions sous nos habits. » (Ibidem p. 47.)

112 Une fois Cotignon en fut « quitte pour quatre coups d’épée, mais qui, heureusement, n’étaient point mortels » ; il « garda la chambre » deux mois pour se guérir (ibid.).

113 L’Article II de l’Edict du Roy Sur le faict des Duels & Rencontres de Février 1626, Publié en Parlement le [mardi] 24 Mars 1626, établit que les duellistes « soient degradez de Noblesse, declarez infames & punis de mort ». Ce dispositif n’était pas nouveau mais, sous la férule du cardinal, ce n’était plus une menace en l’air… Voir A. Berbouche, « Duel. La preuve et la réparation par les armes. Le droit et l’usage du combat singulier en France du VIe au XIXe siècle ».

114 Mémoires du chevalier de Cotignon…, p. 34-35, 47-50 et passim.

115 En mettant les voiles (ibidem, p. 302).

116 Ainsi, lors d’une traque au loup, « dans les marais de Gouesnou, à une lieue de Brest » où Cotignon, courant comme un enragé derrière les chiens en sonnant de la trompe, manqua périr embourbé. Sauvé in extremis par « des traîneurs qui ne venaient à la chasse que pour faire leur cour au Général », « fait comme un diable », il fut d’abord moqué par les dames puis, entendant la chasse qui gagnait la forêt de Landerneau, il fit « force de voiles » et arriva pour sonner l’hallali de la bête tuée « par un paysan devant les chiens » et lui couper la tête ; l’apportant au comte d’Hector qui attendait ses chiens à Guipavas, il fut alors félicité et se tailla un grand succès auprès des dames : malgré son état repoussant, elles le prirent dans leur voiture et le convièrent à dîner (ibid., p. 262). Comme Cotignon le concède : « Qui dit chasseur, dit menteur ! » (Ibid. p. 261.)

117 Journal de mon voyage en Amérique, par le comte de Charlus, 1er duc de Castries (AM B4 183, fo 178).

118 Charlus ajoutait à propos de La Clochetterie : « C’est sans doute un des meilleurs capitaines de vaisseau que le Roi ait à son service, et il ne fait que suivre, en tenant de pareils propos, les principes de son corps. » (Ibidem.) Le capitaine de vaisseau Jean Isaac Chadeau de La Clochetterie (1741-1782) était en effet le héros du premier combat naval de la guerre d’Amérique. Le mercredi 17 juin 1778, en Manche au large de Roscoff, sa frégate de 12 la Belle Poule, au terme d’un combat acharné « depuis six heures et demi du soir jusqu’à onze heure et demi », ayant eu 57 blessés et un nombre indéterminé de morts, contraignit son homologue HMS Arethusa du commodore Marshall à rompre l’engagement qu’il avait déclenché (amiral Wietzel et P.-J. Charliat, Aventures et combats des trois Belle Poule, Paris, Éditions Maritimes et Coloniales, 1954, p. 17-21). Ce premier succès de la guerre occulta la saisie simultanée des frégates française Licorne et Pallas ainsi que du lougre Coureur par l’armée navale britannique ; la France cria victoire. La Clochetterie fut promu capitaine de vaisseau et les dames de la Cour se coiffèrent « à la Belle Poule » en portant une frégate sur le pouf extravagant de leurs cheveux ! Il sera tué à la bataille des Saintes…

119 Cité par G. Maugras dans Le duc de Lauzun et la cour de Marie-Antoinette, Paris, Éditions Plon-Nourrit, 1895, p. 206-207. Armant Louis de Gontaut duc de Lauzun (1747-1793), Mestre de camp : colonel de cavalerie, commandait la 2e Légion des Volontaires Étrangers de la Marine dite « Légion des Volontaires Étrangers de Lauzun ». Cette unité mixte d’infanterie, de cavalerie et artillerie forte d’un millier d’hommes allait se couvrir de gloire à l’avant-garde de l’armée française en Amérique ; et son souvenir y est perpétué par les reconstitutions historiques de la « Lauzun’s Legion » du Connecticut. La Légion Lauzun sera dissoute le vendredi 20 juin 1783 ; mais elle est à l’origine du 6e Régiment de Hussards dits de Lauzun dont il sera colonel propriétaire, qui deviendra le prestigieux 5e Hussards en juin 1793. Voir Gérard-Antoine Massoni, Histoire d’un régiment de cavalerie légère. Le 5e Hussard de 1783 à 1815, Paris, Éditions Archives et Culture, 2007, 438 p. in-8o. Lauzun, devenu Biron et lieutenant général, commandant en chef des armées du Rhin puis d’Italie et enfin de l’Ouest, périra sur l’échafaud le lundi 30 décembre 1793 : condamné à mort par le Tribunal révolutionnaire « pour avoir laissé son armée dans l’inaction et favorisé la Vendée ». Ce grand soldat a son nom inscrit sur l’Arc de Triomphe de Paris ainsi que sur un pont à Washington.

120 En 1782 une Note à remettre au Ministre sur l’objet de la Marine particulièrement, retrouvée annotée de sa main, avait sans doute levé ses derniers doutes ; lui disant notamment : « Il n’y a nulle discipline dans le corps de la Marine, tant parmi les officiers supérieurs que parmi les subalternes. Les Capitaines ne veulent pas obéir aux signaux de leurs Généraux, et les autres ne font presque aucun service sur les Vaisseaux, de sorte qu’il y règne le désordre le plus grand » (AM B195, fos 292-298).

121 Johan Wilhelm von Archenholtz (1741-1812), un historien allemand de la guerre de Sept ans, décrit ainsi les troupes françaises en campagne : « Il n’y régnait ni subordination, ni discipline, ni ordre. Même les officiers subalternes menaient leurs maîtresses avec eux [ce qui, au moins, n’était pas le cas des marins !]. L’armée était-elle en marche, on voyait des filles traînées dans des carrosses, et souvent à côté de leurs amants qui abandonnaient les troupes pour elles… On voyait des boutiques sans nombre, des magasins entiers d’étoffes de soie, de marchandises, de modes, d’essences odorantes, de parasols, de bourses à cheveux et boîtes à montres [c’était le temps de la « guerre en dentelles » !]. On vit même une fois, à l’armée de Soubise, 12 000 chariots appartenant à des marchands vivandiers, sans compter le train nécessaire pour les officiers… » (Émile Léonard, L’Armée et ses problèmes au XVIIIe siècle, Paris, Éditions Plon, 1958, p. 172.)

122 « … Messieurs d’Infanterie, comptez-vous pour rien tout ce que nous souffrons à la mer, tandis que vous, vous passez votre temps à la Comédie auprès d’une jolie femme qui est quelquefois la nôtre. En entrant dans vos régimens, vous êtes sous-lieutenant au bout de 3 ou 4 mois avec 700 à 800 livres d’appointemens, tandis que moi qui ai neuf ans de service et ai couru tous les dangers, je n’en ai que 500. Questionnez ceux d’entre vous qui ont navigué, ils vous diront que nous payons bien cher l’honneur de servir dans la Marine. » (Mémoires du chevalier de Cotignon…, p. 257-258.) Hormis que Cotignon quand il navigua était célibataire, tout ce qu’il dit n’est pas faux !

123 Charles-Henri Théodat comte d’Estaing du Sailhans (1729-1794) : gentilhomme auvergnat capitaine au Régiment du Rouergue en septembre 1746, colonel du même en janvier 1748, brigadier en novembre 1756, maréchal de camp en février 1762, corsaire en Inde contre les Anglais puis lieutenant général d’Infanterie en juillet 1762, était passé avec son grade dans l’Armée navale le mardi 27 décembre 1763 ; s’y faisant détester comme intrus avant Bougainville (voir infra). Gouverneur & Lieutenant général des Îles-sous-le-vent de l’Amérique, à Saint-Domingue, le vendredi 17 février 1764, Inspecteur général & Commandant de la Marine à Brest le mardi 18 août 1772, Vice-Amiral ès Mers d’Asie & d’Amérique le jeudi 6 février 1777, vice-amirauté créée à son intention : son ascension exceptionnelle était due à sa ravissante demi-sœur Lucie Madeleine d’Estaing, future comtesse de Boysseulh (1743-1826) qui eut deux filles « naturelles » de Louis XV (J. Michel, La Vie aventureuse et mouvementée de Charles-Henri comte d’Estaing, Paris, Éditions J. Michel, 1976, p. 136-139). Freinée par l’animosité de Marie-Antoinette à l’encontre de cette carrière qui sentait trop l’alcôve royale et la faveur franc-maçonne, elle sera couronnée avant d’être brisée par la Révolution. Nommé Amiral de France par une loi du mardi 6 mars 1792 et autorisé par un décret du même jour à « remplir les fonctions de cette place sans nuire à son avancement dans l’Armée de terre » (AN AD VII 41, dos. B, pièce 31), d’Estaing paiera de sa vie son engagement dans les idéaux de la Révolution [voir Jean-Marc Van Hille, Charles-Henri d’Estaing. Amiral de France et Franc-maçon (1729-1794). Suivi de Marine et Franc-maçonnerie (1750-1830), s. l., Éditions Challenges d’Aujourd’hui, 1994, 185 p. in-8o]. Compromis lors du procès de la Reine qu’il refusera d’accabler, condamné à mort par le Tribunal révolutionnaire le lundi 28 avril 1794, il sera guillotiné l’après-midi place de la Révolution. Ses dernières paroles seront : « Vous enverrez ma tête aux Anglais, ils vous la paieront cher ! » (J. Michel, op. cit., p. 352-362.)

124 Voir Pierre Jullien, « D’Estaing et Bougainville. Deux illustres intrus de la Marine », Neptunia, no 119, 3e trimestre 1975, p. 9-16.

125 Par exemple : « M. d’Estaing était né pour cette basse familiarité qui finit toujours par l’avilissement […] Les gens de Cour ne l’aimaient point quoiqu’il caressât servilement toutes les personnes qui avaient un grand crédit. C’était un pilier d’antichambre… » (Scipion de Castries, Souvenirs maritimes, p. 55-56.) Anne Jean-Jacques Scipion vicomte de la Croix de Castries, comte de Vagnas (1756-v. 1830), comme le chevalier de Cotignon émigra au début de la Révolution avec le grade de lieutenant de vaisseau mais il acheva sa carrière sous la Restauration au rang de contre-amiral honoraire. Ses Souvenirs, modernisés, présentés et annotés par Gérard de Colbert-turgis, reflètent l’amertume d’un officier de l’ancienne Marine dont la carrière fut brisée par la Révolution.

126 François Joseph Paul, chevalier puis comte de Grasse du Bar, il signait « marquis de Grasse Tilly des princes souverains d’Antibes » (1722-1788). Chevalier de Malte en 1733, il avait quitté l’Ordre pour se marier en 1764 à la fille d’un premier commis (voir supra). Lieutenant général des armées navales depuis le jeudi 22 mars 1781…

127 « Doué d’une bravoure et d’une jactance que soutenait l’ostentation, dominé par l’idée la plus immense de sa personne et de la catégorie où elle s’est développée, dédaigneux de tout ce qui n’était pas de la bonne origine, marin plus routinier qu’instruit et plus heureux qu’intelligent, prenant l’entêtement pour une preuve de force… » (Armand Corre, L’Ancien corps de la Marine, son origine et son évolution son esprit, p. 237-239.)

128 Remportée le mercredi 5 septembre 1781 par 24 vaisseaux français armés de 1 794 canons contre 20 vaisseaux anglais ne portant que 1 432 pièces (ANM B4 191, fo 230). À la nuit, la flotte anglaise avait rompu l’engagement, ayant 5 vaisseaux hors de combat, 90 morts et 246 blessés ; alors que du côté français on ne dénombrait que 200 blessés et un vaisseau désemparé. Voir François Caron, La guerre incomprise ou la victoire volée (bataille de la Chesapeake, 1781), Vincennes, Service Historique de la Marine, 1989, 621 p. in-8o.

129 « Un petit succès qui fut l’une des batailles les plus décisives du monde car les États-unis d’Amérique venaient d’y naître ! » (Ernest-Harold Jenkins, Histoire de la Marine française, Paris, Éditions Albin Michel, 1977, p. 203.) Position clé dans le dispositif militaire britannique en Amérique, Yorktown était encerclée par les troupes de George Washington (1732-1799), les miliciens du marquis Gilbert du Motier de Lafayette (1757-1834) et les soldats français du comte Jean-Baptiste de Vimeur de Rochambeau (1725-1807) ; qui disposaient d’une importante artillerie de siège ainsi que des ressources illimitées de l’arrière-pays. Isolée de la mer, privée de ravitaillement et de renforts par l’armée navale de Grasse embossée dans la baie, la place n’était plus tenable. Ses munitions épuisées et ses fortifications détruites, le marquis Charles de Cornwallis (1738-1805) accepta une reddition honorable signée le vendredi 19 octobre 1781. Rendant les 8 000 survivants, dont 2 000 blessés, 178 pièces d’artillerie et les 14 drapeaux régimentaires de son armée ; qui défilèrent lentement au pas d’une clique dont les fifres et les tambours jouaient The Word turned upside down, « le monde a tourné à l’envers », devant les troupes alliées alignées pour leur rendre les honneurs de la guerre. Cérémonie immortalisée dans le tableau de John Trumbull (1820) exposé dans la rotonde du Capitole à Washington. Rappelée lors des commémorations du 225e anniversaire de Yorktown, auxquelles participèrent à Norfolk la frégate anti-sous-marine De Grasse et le bagad de Lan Bihoué ; en présence d’une délégation française conduite par madame Michèle Alliot-Marie, ministre de la Défense : de l’inauguration, samedi 14 octobre 2006, du Pont Général de Lauzun sur le fleuve Potomac à Washington, au défilé en costumes d’époque qui se déroula le jeudi 19 octobre sur les lieux de la bataille (CB, no 2806 du 18 novembre 2006, p. 26-31).

130 Capitaine de vaisseau provençal au mauvais caractère, à l’apparence négligée et à la liberté des mœurs scandaleuses, anticonformiste chevalier de l’Ordre de Malte et franc-maçon, Pierre-André de Suffren Saint-Tropez (1729-1788) fut remarqué par Castries qui entendit ses critiques contre l’inertie maritime nationale. Animé d’une volonté farouche de vaincre, il connut une promotion exceptionnelle sous la protection du Roi qui vit en lui quelqu’un de nature à lui plaire : un gros marin pieux ! En six combats surfaits dans la morosité navale ambiante : dans la rade de La Praya sur l’île de Santiago dans l’archipel du Cap-Vert le lundi 16 avril 1781, entre la côte de Coromandel et Ceylan : à Sadras le dimanche 17 février 1782, à Provédien le vendredi 12 avril, à Négapatam le samedi 6 juillet, à Trincomali le mardi 3 septembre et enfin à Gondelour le mardi 17 juin 1783, Suffren fit une carrière exceptionnelle : chef d’escadre en janvier 1782, lieutenant général en février 1783, accueilli en héros à Versailles, il obtint l’Ordre du Saint-Esprit et une charge de vice-amiral de France créée pour lui le dimanche 30 mai (E.-H. Jenkins, op. cit., p. 217-234).

131 [Suffren est] avec Ruyter et Nelson, l’un des trois noms immortels qui jalonnent l’histoire de la marine à voiles ne craindra pas d’écrire le théoricien français de la guerre navale moderne, l’amiral Raoul Victor Patrice Castex (1878-1968) cité par É. Taillemite dans son Dictionnaire des marins français, p. 492.

132 L’intempérant bailli était obèse, goutteux et apoplectique. Il mourut à 59 ans, en l’hôtel de Montmorency à La Chaussée d’Antin, le lundi 8 décembre 1788 ; sans doute des suites de ses excès de table : d’une crise d’apoplexie ou d’une crise cardiaque après deux saignées pratiquées par le médecin de Madame Victoire, la tante de Louis XVI à laquelle, malade, il avait rendu visite à Versailles quatre jours auparavant (Rémy Monaque, Suffren. Un destin inachevé, Paris, Éditions Tallandier, 2009, p. 362-364). L’amiral, pris de malaise, aurait été ramené chez lui dans sa voiture, par un froid glacial qui aurait achevé l’œuvre de la saignée. Reposant sur le témoignage invérifiable d’un certain Dehodencq qui tenait le Café des Variétés et se prétendait ancien maître d’hôtel de Suffren, la rumeur du duel fut répandue en 1832 par l’historien maritime Auguste Jal (Scènes de la vie maritime Paris, Éditions Charles Gosselin, 1832, t. iii, p. 161-163). Reprise en 1852 par son homologue Charles Cunat (Histoire du bailli de Suffren, Rennes, Réédition de la Découvrance, 2000, p. 347-349), elle fut colportée en 1948 par l’écrivain Jean de La Varende (Suffren et ses ennemis, Paris, Les Éditions de Paris, 1948, p. 332). Ce duel aurait opposé le bailli à l’un de ses nombreux ennemis ; le plus souvent cité étant le chevalier Étienne François de Cillart : un capitaine de vaisseau qu’il avait cassé après la bataille de Négapatam où il avait rendu Le Sévère ; forfaiture refusée par ses officiers qui avaient rehissé les couleurs et repris le combat (R. Monaque, op. cit., p. 250-256). Un tel duel qui aurait confiné à l’assassinat d’un quasi impotent est inconcevable, tant par le poids des convenances sociales qui l’interdisaient que par la présence des serviteurs entourant un officier général peu alerte dans ses déplacements. Sauf à ce que Suffren ait voulu de ce combat singulièrement suicidaire ! Lacour-Gayet qualifie cette hypothèse de « pure légende, pleine d’invraisemblances » (op. cit., p. 588). En se fondant sur des témoignages crédibles, le contre-amiral Monaque, le plus récent biographe sérieux de Suffren, fait siens les arguments du plus grand historien de la Marine de Louis XVI (op. cit., p. 364-365 et 461 n. 94).

133 AM B4 207.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/101436/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540