Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marine et justice

 | 
Alain Berbouche

Le coût de la vie en France à la fin de l’Ancien Régime

Texte intégral

  • 1 Alain Cabantous et Jacky Messiaen, Gens de mer à Dunkerque aux XVIIe et XVIIIe siècles, p. 126.

1En 1766 une Ordonnance du Bureau de Police de St Malo fixait le prix de la livre de viande fraîche : le bœuf 6 sols, le veau 5 sols et le mouton 4 sols 6 deniers. Dix ans plus tard une livre de farine de froment valait 5 sols à Rochefort ; et en 1790, à Dunkerque, le cours de la livre de viande s’était envolé : le bœuf valait 13 livres 4 sols, le veau 12 livres et le porc 14 livres 9 sols ; mais la livre de morue d’Islande ne valait que 2 sols 7 deniers, et celle de hareng blanc seulement 10 deniers. Un pot de « petite bière » valait 4 sols 9 deniers, et un cent de « petit fagot », 5 livres 17 sols1. Des correspondances privées, des inventaires notariés dressés après décès et des actes judiciaires donnent ces prix d’usage courant relevés à Saint-Malo :

21672, « la vente d’une maison paysanne d’une pièce surmontée d’un grenier, avec une cheminée, deux portes et deux fenêtres » : 20 livres ;

31707, « un coffre de mer » : 6 livres ; « un lit clos de bois en l’état » : 36 livres ; « une table de décharge en chêne » : 30 livres ; « un jour de pension d’hôtel » 18 sols ;

41712, « une paire de sabots » : 4 sols ;

51737, « un cheval blanc hors d’âge » (sic) : 45 livres ; « une vache noire » : 31 livres ;

  • 2 Théotiste Jamaux-Gohier, La poste aux chevaux en Bretagne (1738-1873) [préface de Jacques Gury], M (...)

61739, le tarif officiel des maîtres de poste était de « 25 sols pour chaque cheval attelé à une chaise à une seule personne, 20 sols par bidet [petit cheval de trait], & 30 sols par cheval attelé aux berlines, 30 sols par cheval & pour trois chevaux aux chaises à deux personnes2 » ;

71745, « une charrette » : 33 livres ;

81754, « un commentaire sur la Coutume de Bretagne » : 1 livre ; « un bureau de bois en noyer » : 56 livres ; « une armoire à 4 battants » : 79 livres ;

91758, le « coût d’entretien et nourriture d’une fille mineure pour deux ans et demi » (sic) : 125 livres de pension ;

  • 3 Daniel Roche, Le peuple de Paris, s. l., Librairie Arthème Fayard, 1998, p. 147.

101789, « un habit de drap gris » : 13 livres ; « un matelas de laine » : 25 livres ; « une montre à boîtier d’or » : 84 livres ; « 4 volumes de Voltaire » : 3 livres. Cette année-là, une pension complète dans une bonne auberge coûtait en moyenne 1 livre par jour, et un loyer à Paris atteignait 95 livres annuelles3.

  • 4 Pour un salaire moyen d’environ 10 à 12 sols par jour, « l’homme et la femme disposaient donc au t (...)
  • 5 « [Il habitait] une chambre haute louée 32 livres par an [avec] la cheminée garnie des ustensiles (...)

11Le château de Tilly, en région parisienne, que le comte de Grasse, officier général de la Marine, avait acquis en 1764 lui coûta 180 000 livres. Alors que l’inventaire après décès dressé par un notaire en 1742 des biens meubles d’un couple de journaliers agricoles de Pommerit-Quintin, en Haute Bretagne, n’excédait pas une valeur de 53 livres 7 sols4 ; et que celui d’un compagnon tisserand en 1776 était d’un montant estimé à 140 livres5.

Notes

1 Alain Cabantous et Jacky Messiaen, Gens de mer à Dunkerque aux XVIIe et XVIIIe siècles, p. 126.

2 Théotiste Jamaux-Gohier, La poste aux chevaux en Bretagne (1738-1873) [préface de Jacques Gury], Mayenne, Éditions Régionales de l’Ouest, 2001, p. 46.

3 Daniel Roche, Le peuple de Paris, s. l., Librairie Arthème Fayard, 1998, p. 147.

4 Pour un salaire moyen d’environ 10 à 12 sols par jour, « l’homme et la femme disposaient donc au terme de leur vie laborieuse d’à peu près l’équivalent de 3 mois de salaire, mais immobilisé dans l’indispensable. Ce ne sont pourtant pas les plus pauvres : certains inventaires ne dépassent pas 20 livres… » (Jeannine Grimault, « L’Argoat aux XVIIe-XVIIIe siècles. Aspect de la vie quotidienne », p. 9).

5 « [Il habitait] une chambre haute louée 32 livres par an [avec] la cheminée garnie des ustensiles nécessaires […] table en bois blanc, 5 cuillers, 8 fourchettes d’étain, 6 bouteilles, 2 plats, 4 assiettes de faïence ; et 2 lits dont un à 4 colonnes, 4 paires de draps grossiers, un coffre de cuir bouilli contenant des vêtements assez misérables. » (Édouard Dolléans, Histoire du travail, Paris, Les Éditions Domat-Montchrétien, L. Loviton & Cie, 1943, p. 59).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540