Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Claude de Seyssel

 | 
Patricia Eichel-Lojkine

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Béatrice Beys est enseignante (Prce) à l’université Paul-Valéry (Montpellier III) en histoire et chercheur associé à l’Artehis UMR 5594 (université de Bourgogne). Sa thèse, soutenue en 2005, porte sur « L’hommage du livre à la cour de France (1200-1540). Approche culturelle, artistique et politique » (publiée chez Brepols, 2009).

2Joël Blanchard est professeur à l’université du Maine en lettres et l’un des spécialistes les plus reconnus du Moyen Âge tardif. Il est l’auteur d’une biographie sur Commynes (Philippe de Commynes, Fayard, 2006), d’une édition de la correspondance du mémorialiste (Droz, 2001), d’une édition critique des Mémoires (Droz, 2007, 2 vol.), de la première édition intégrale des Mémoires en livre de poche (« Lettres gothiques », 2001), de la première traduction des Mémoires en français moderne (Pocket, « Agora », 2004, rééd. 2009), et de nombreux travaux, notamment : Commynes et les Italiens. Lettres inédites du mémorialiste, Klincksieck, 1993 ; Commynes l’Européen. L’invention du politique, Droz, 1996 ; Écriture et pouvoir à l’aube des temps modernes (en collaboration avec Jean-Claude Mühlethaler), Puf, 2002.

3Laurent Bourquin est professeur à l’université du Maine en histoire et chercheur au CERHIO, Centre de Recherche historique de l’Ouest (CNRS-FRE 3004). Il a publié notamment : Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, Publications de la Sorbonne, 1994 ; Les nobles, la ville et le roi. L’autorité nobiliaire en Anjou pendant les guerres de Religion (1560-1598), Belin, 2001 ; La noblesse dans la France moderne. XVIe-XVIIIe siècles, Belin, 2002. Il a dirigé le Dictionnaire historique de la France moderne, Belin, 2005, ainsi que l’édition intégrale des Mémoires de Claude Haton (1553-1582), 4 vol., collection de documents inédits sur l’Histoire de France, Éditions du CTHS, 2001-2007.

4Michèle Clément est professeur à l’université Lyon II en lettres. Spécialiste de littérature de la Renaissance et d’histoire des idées, elle a publié Une Poétique de crise, poètes baroques et mystiques (1570-1660), Champion, 1996 et Le Cynisme à la Renaissance, Droz, 2005 ; elle a aussi coordonné plusieurs collectifs et numéros spéciaux de revues. Elle dirige à Lyon II le laboratoire « Groupe Renaissance et Âge classique » (UMR 5037).

5Franck Collard est professeur à l’université Paris X en histoire. Après une thèse sur le Compendium de origine et gestis Francorum de Robert Gaguin, publiée partiellement chez Droz en 1996, ses recherches ont porté sur le crime de poison (PUF, 2003), l’histoire des pouvoirs (Pouvoirs et culture politique en France au Moyen Âge, Hachette, 1999) et toujours sur l’historiographie (les mémoires du procureur-syndic de Reims Jehan Foulquart, Revue d’histoire des textes, 2007).

6Jean-Marie Constant est professeur émérite d’histoire à l’université du Maine et l’un des spécialistes les plus reconnus de l’histoire de la France à l’époque moderne. Outre de très nombreux articles (réunis en recueil : La noblesse en liberté, Presses universitaires de Rennes, 2004), il a publié plusieurs ouvrages, dont deux primés par l’Académie française : Les Guise, Hachette, 1984 et La Ligue, Fayard, 1996 ; des contributions à la collection La vie quotidienne chez Hachette (Les Français pendant les guerres de religion, 2002) ; des essais historiques (La naissance des états modernes, Belin, 2000 ; La folle liberté des baroques, Perrin, 2007).

7Patricia Eichel-Lojkine est professeur à l’université du Maine en lettres. Ses recherches portent pour partie sur l’historiographie au XVIe siècle : sur le genre des Vies en France et en Italie (Le Siècle des grands hommes. Les recueils de Vies d’hommes illustres avec portraits du XVIe siècle, Peeters, 2001 ; De bonne vie s’ensuit bonne mort…, dir., Champion, 2006) ; sur littérature et histoire (dossier « La Trahison », Seizième Siècle, 5-2009) ; sur Claude de Seyssel (édition, en collaboration avec Laurent Vissière, des Louenges du roy Louys XII (1508), Droz, 2009). Ses travaux portent pour partie sur des domaines autres de la littérature de la Renaissance : la poétique de la parodie (Excentricité et Humanisme, Droz, 2002) ; l’allégorie (L’Allégorie de l’Antiquité à la Renaissance, dir., Champion, 2004) ; la genèse du conte merveilleux moderne (en cours).

8Jean-Louis Fournel est professeur à l’université Paris VIII en histoire de la Renaissance italienne et enseignant-chercheur à l’UMR 5206 Triangle du CNRS (ENS LSH Lyon). Ses recherches portent sur la pensée politique italienne ainsi que sur l’histoire de la langue vulgaire et de la rhétorique à la Renaissance. Il a traduit et commenté avec Jean-Claude Zancarini Le Prince de Machiavel (PUF, 2000), les écrits politiques de Savonarole (Le Seuil, 1993) et, de Guicciardini, l’Histoire d’Italie (Laffont, 1996), les écrits politiques (PUF, 1997) et les Avertissements politiques (Ricordi, 1988). Toujours avec J.-C. Zancarini, il a publié La politique de l’expérience. Savonarole, Guicciardini et le républicanisme florentin (2002) ainsi que Les guerres d’Italie. Des batailles pour l’Europe (2003) et La grammaire de la République : langages de la politique chez Francesco Guicciardini (1483-1540), Droz, 2009. Il dirige actuellement le projet ANR « Naissance et développement d’une pensée de la guerre des Guerres d’Italie aux traités de Wetphalie (1494-1648) ».

9Federico Alessandro Goria enseigne l’histoire du droit à l’université du Piémont Oriental « Amedeo Avogadro ».

10Nicole Hochner est maître de conférences à l’université Hébraïque de Jérusalem où elle enseigne l’histoire des idées politiques et l’histoire culturelle. Elle est l’auteur de Louis XII : Les dérèglements de l’image royale (1498-1515), Champ Vallon, 2006 et a coédité avec Thomas W. Gaehtgens L’image du roi de François Ier à Louis XIV, éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006. Elle a publié plusieurs articles sur la question du rituel et de l’image du pouvoir, sur la satire du pouvoir chez Pierre Gringore, sur la symbolique du porc-épic ou bien encore sur la notion de mécénat d’État chez Guillaume Budé. Ses projets actuels portent aussi bien sur la notion de faste dans la pensée politique que sur divers aspects de l’imaginaire politique à la fin du XVe siècle.

11Arlette Jouanna est professeur émérite de l’université Paul-Valéry (Montpellier III), en histoire. Elle a publié, entre autres, La France du XVIe siècle, PUF, 1976 ; Le devoir de révolte, Fayard, 1989 ; La Saint-Barthélemy : Les mystères d’un crime d’État, 24 août 1572, Gallimard, 2007 ; en collaboration : Histoire et dictionnaire des guerres de religion, Robert Laffont, 1998 ; La France de la Renaissance. Histoire et dictionnaire, Robert Laffont, 2001.

12Ullrich Langer est professeur de littérature française et italienne à l’université du Wisconsin. Parmi ses publications récentes, on retiendra sa direction du Cambridge Companion to Montaigne, 2005 et du collectif Au delà de la « Poétique » : Aristote et la littérature de la Renaissance, Droz, 2002 ; des essais personnels : Vertu du discours, discours de la vertu, Droz, 1999 ; Penser les formes du plaisir littéraire à la Renaissance, Classiques Garnier, 2009 ; ainsi que divers articles sur littérature et histoire intellectuelle en France et en Italie à la Renaissance.

13Cédric Michon est maître de conférences à l’université du Maine en histoire, membre de l’IUF et chercheur au CERHIO, Centre de Recherche historique de l’Ouest (CNRS-FRE 3004). Ses travaux portent sur l’histoire de l’État et de ses serviteurs à la Renaissance (France, Angleterre). Outre des ouvrages de vulgarisation (La Renaissance, Milan, 2004 ; La peinture de la Renaissance, Milan, 2005) et de nombreux articles, il a publié sa thèse, La Crosse et le Sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri VIII, Tallandier, 2008 et dirige actuellement un collectif sur Les conseillers de François Ier (à paraître aux PUR, 2010).

14Marie-France Renoux-Zagamé est professeur à l’université de Paris I en histoire du droit. Ses recherches portent sur l’histoire de la pensée juridique du XVIe au XIXe siècle. Elle a publié, entre autres, Origines théologiques du concept moderne de propriété, Droz, 1987 et Du droit de Dieu au droit de l’homme, Léviathan, 2003.

15Philippe Torrens est professeur agrégé de lettres classiques (lycée Romain Rolland, Ivry-sur-Seine). Pour sa thèse, il a effectué la traduction et le commentaire historique du livre III des Guerres civiles d’Appien d’Alexandrie, qui auront servi de base pour la préface et les notes de l’édition CUF (texte et traduction P. Goukowsky). Il a publié une traduction des livres III et IV, tout en procédant à la révision de l’ancienne traduction des livres I et II pour la même collection. Il a contribué au collectif Fondements et crises du pouvoir dans l’antiquité classique, Bordeaux, 2003.

16Laurent Vissière est maître de conférences à l’université de Paris IV-Sorbonne en histoire. Ses recherches portent sur l’histoire politique, militaire, intellectuelle et artistique de la France au XVe siècle ; les rapports entre la France et l’Italie (XVe-début XVIe siècle) ; les Cris de Paris et les métiers de la rue dans l’Europe médiévale. Il a consacré sa thèse, soutenue en 2001, à Louis II de La Trémoille : « Sans poinct sortir hors de l’orniere ». Louis II de La Trémoille (1460-1525), Champion, 2008, et a édité, en collaboration avec P. Eichel-Lojkine, Les Louenges du roy Louys XII de Claude de Seyssel, Droz, 2009.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540