Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Claude de Seyssel

 | 
Patricia Eichel-Lojkine

Troisième partie. Le diplomate, l’humaniste, le juriste

Une carrière en images : scènes de dédicace et emblèmes dans l’œuvre de Claude de Seyssel (1504-1519)

Béatrice Beys

Texte intégral

  • 1 Pour un résumé de la carrière de Claude de Seyssel, voir Chavy 1973, p. 361-362.
  • 2 Voir Chavy 1973, p. 361-376.
  • 3 Concernant le Maître de Philippe de Gueldres, voir Avril et Reynaud 1993, p. 278-281.
  • 4 Le nom conventionnel de cet artiste actif à Bourges entre 1490 et 1510 a été donné par John Plumme (...)
  • 5 Concernant le Maître de Gaguin et son manuscrit éponyme voir Avril et Reynaud 1993, p. 262-264.

1En dépit de son intense activité diplomatique auprès de Louis XII1, Claude de Seyssel n’en négligea pas pour autant sa carrière littéraire. Sa constance dans ce domaine justifie qu’il apparaisse dix fois comme donateur dans sept manuscrits et un vélin qu’il présenta aux gouvernants du royaume de France, d’Angleterre et du duché de Savoie. On le rencontre ainsi dans cinq manuscrits dédicacés à Louis XII, un codex enluminé pour Henri VII d’Angleterre, un autre destiné à Charles II de Savoie et un vélin pour Anne de Bretagne. À l’exception de celle de ce dernier volume, les scènes de dédicaces où figure le diplomate appartiennent à ses traductions humanistes2. Réalisées entre 1504 et 1514, elles ont été illustrées par trois enlumineurs d’un style homogène, le Maître de Philippe de Gueldres3, le Maître de Spencer 64 et un artiste tributaire du Maître de Gaguin5. Les destinataires éminents y sont mis en valeur et tout particulièrement Louis XII destinataire originel de ces traductions. Les enluminures de dédicace à la conception desquelles Claude de Seyssel a vraisemblablement participé alimentent une image royale. Associées aux emblèmes des protagonistes, elles rendent visible l’importance de Claude de Seyssel comme courtisan, ambassadeur, humaniste et éditeur.

  • 6 Pour le cinquième cas (non reproduit), voir Diodore de Sicile, Livres XVIII, XIX et XX (1511), Par (...)
  • 7 La genèse de cette aventure littéraire, depuis la découverte du texte grec dans la bibliothèque de (...)
  • 8 Dans la copie qu’il réalisa pour Henri VII d’Angleterre (Londres, British Library, Royal ms. 19 CV (...)
  • 9 À titre indicatif on citera entre autres : Paulin Paris, Les manuscrits français de la bibliothèqu (...)
  • 10 Sur le dais ou le « ciel » voir Guenée et Lehoux 1968, p. 66.
  • 11 Cette assimilation de Louis XII à la seconde personne de la Trinité a d’abord été émise par Robert (...)
  • 12 Cette suggestion de Paulin Paris a été reprise maintes fois, voir Paris 1838, t. V, p. 406 ; Thiba (...)
  • 13 Cf. Paris, BnF, Rés. vélins 725, fol. a2, imprimé pour Antoine Vérard, le 10 novembre 1493.
  • 14 Pour exemple, il suffit de lire Jean Gerson : « Roy sans la prudent conseil est comme le chief en (...)
  • 15 Jehan Masselin, Journal des états généraux tenus à Tours en 1484, traduction d’Adhelm Bernier, Par (...)
  • 16 Cf. Pierpont Morgan Library, ms. 92, fol. 44v, voir Lecoq 1987, p. 375-377.

2Une image de Louis XII peut être définie à partir des scènes de dédicace peintes dans les traductions humanistes que Seyssel réalisa pour le roi de France. Actuellement il en existe cinq dans les manuscrits dédicacés par l’auteur à Louis XII (fig. 1b, 4b, 5b et 76) et deux dans les copies de la traduction de l’Anabase de Xénophon que Claude de Seyssel avait traduite en 1504 pour le roi de France7, avant d’en présenter un exemplaire à Henri VII roi d’Angleterre8 et à Charles II duc de Savoie (fig. 3a et 2a). La plus ancienne de ces images se trouve dans l’exemplaire de Louis XII de la traduction de l’Anabase de Xénophon. Peinte par le Maître de Philippe de Gueldres, elle est la plus complexe et la plus politique des scènes conservées. De ce fait, elle a souvent suscité l’intérêt des historiens et des historiens de l’art9. Sa composition est pour le moins inhabituelle dans les scènes de dédicaces. Louis XII y apparaît dans un espace circulaire défini par une balustrade de bois. Il est entouré de six ecclésiastiques et de six laïcs siégeant à ses côtés. Assis sur un trône installé sous un dais, vêtu de l’habit du sacre et muni du sceptre royal il accueille la traduction d’un geste de la main. Sur le dais, on lit une sentence extraite de l’Exode (35, 31) : Implevit eum Dominus spiritum (« Dieu l’a rempli de son Esprit »). Au-dessus de cette phrase, Dieu le Père apparaît au centre d’une nuée, entouré d’anges. D’une main, il bénit l’assemblée, de l’autre il tient un cœur rouge vif à côté duquel on lit les premiers mots d’un verset des Proverbes (21, 1) : Cor regis [in manu Dei est, et quocumque voluerit inclanabit illud] (« Le cœur du roi est dans les mains de Dieu et il le fera pencher partout où il voudra »). De la nuée divine s’échappent des rayons qui inondent l’assemblée de lumière. Quatre d’entre eux plus larges que les autres portent une inscription destinée à l’un des membres de ce conseil : Spiritus timoris (l’esprit de la crainte divine) est insufflé à un ecclésiastique, Spiritus sapientiae (l’esprit de la sagesse) est reçu par un cardinal, ici Georges d’Amboise, Spiritus fortitudinis (l’esprit de la force) atteint le connétable, Spiritus consilii (l’esprit de conseil) touche un homme de loi. Devant le roi, Claude de Seyssel pose un genou à terre. Il est vêtu d’une robe de clerc grise à la ceinture de laquelle est fixée une aumônière rouge. Son apparence est modeste, mais il est situé dans le prolongement divin et royal. Il tourne le dos au lecteur et à l’entrée de la structure circulaire gardée par un chien blanc. L’animal, l’ambassadeur, le livre et le roi décrivent une ligne que prolonge la retombée pendante de l’arc en plein-cintre jumelé qui supporte le dais. Aux pieds du monarque se trouvent un lion et un dragon accompagnés d’un verset des Psaumes (91, 13) : Conculcabit leonem et draconem (« Il foulera aux pieds le lion et le dragon »). Les références bibliques sont ici omniprésentes. L’Esprit Saint qui se répand en crainte divine, sagesse, force et conseil évoque quatre des sept dons insufflés lors du sacrement de la confirmation. Le roi situé dans le chœur d’une église est semblable au Christ en majesté qui orne la voûte en cul-de-four de l’abside. Il trône dans la croisée du transept, baignée d’une lumière zénithale semblable à un soleil évoquant celui du « ciel » des rois de France lors de leurs entrées royales10. De tous les personnages, le roi est atteint le premier par les rayons divins qui rappellent les langues de feu de la Pentecôte. La tête doucement inclinée, les paupières presque closes il semble recevoir l’Esprit de Dieu. Assimilé à la deuxième personne de la Trinité11, il est vainqueur du lion et du dragon qui sont les ennemis du Christ mais aussi les emblèmes de la République de Venise. L’iconographie légitime ainsi les ambitions de Louis XII en Italie et annonce son ralliement à la Ligue de Cambrai qui sera victorieuse en 1509 à Agnadel12. L’assimilation de Louis XII au Christ est renforcée par le nombre des conseillers qui sont douze comme les apôtres. Séparés en deux groupes, l’un de six religieux et l’autre de six laïcs, ils rappellent les douze pairs de France. Dans l’iconographie des scènes de dédicace, ces derniers étaient déjà présents dans le frontispice des Grandes Chroniques de France présentées par Antoine Vérard à Charles VIII en 149313. L’enluminure du Maître de Jacques de Besançon montrait les douze pairs debout, dessinant un cercle autour des protagonistes. Pour la traduction de l’Anabase, le Maître de Philippe de Gueldres reprend cette composition circulaire et souligne ainsi le caractère christique du roi et l’importance de son conseil. Il exprime picturalement une conception du pouvoir royal en gestation pendant le règne de Charles VIII et la développe en situant le roi dans la continuité divine. Le monarque siège entouré de conseillers qui sont les garants d’un gouvernement juste pour lequel Dieu l’a choisi. Il ne peut donc régner sans les consulter. Cette exigence du roi bien conseillé est exprimée bien avant le XVIe siècle dans les textes14. Le verset (21, 1), Cor Regis apparaît dans des discours officiels antérieurs au règne de Louis XII. En 1484, lors des états généraux de Tours, Jean de Rély, chanoine de Paris et futur confesseur de Charles VIII le cite, rappelant ainsi que le cœur du roi est dans les mains de Dieu15. Cette image évoque une enluminure des Abus du Monde de Pierre Gringore de 1508. Dieu s’y trouve représenté dans les nuées tenant dans la main droite le cœur du roi entouré du collier de l’ordre de Saint-Michel16. L’enluminure symbolique de l’Anabase de Louis XII appartient donc à un imaginaire politique qui n’est pas particulier à la traduction seysselienne mais pour laquelle on peut imaginer l’intervention du courtisan. Présenter au roi un manuscrit dans lequel ce dernier est assimilé au Christ ne devait pas déplaire à l’héritier d’un trône laissé vacant dans l’absence d’une progéniture mâle. Par ailleurs l’écu de France soutenu d’un côté par le cerf ailé de la monarchie et de l’autre par le porc-épic de Louis XII est surmonté d’une couronne fermée qui indique la prétention du roi à un gouvernement universel (fig. 1a).

  • 17 Cf. Londres, British Library, Royal ms. 19 CVI, fol. 17 et Paris, BnF, ms. 701, fol. 21 ; voir Thi (...)

3Le frontispice symbolique de la traduction de l’Anabase a inspiré deux enluminures de dédicace dans les exemplaires présentés à Henri VII d’Angleterre et à Charles II de Savoie « seigneur et prince naturel de Claude de Seyssel17 ». Pour ces deux scènes, un sous-traitant du Maître de Philippe de Gueldres, le Maître de Spencer 6 a réuni les personnages dans un octogone et non dans une structure circulaire symbole d’infini et de perfection (fig. 2c et 3c). Le nombre des conseillers royaux est ramené de douze à huit empêchant toute assimilation aux apôtres. Les langues de feu qui atteignaient les conseillers de Louis XII sont devenues de minces fils d’or. Sur le dais, la devise de chacun des dédicataires « Dieu est (sic) mon droit » pour Henri VII et « Fert » pour Charles II de Savoie a remplacé la sentence biblique. La dimension sacrée de l’image a donc été atténuée, sa signification politique également. Le chien qui gardait l’entrée du conseil du roi a disparu ainsi que les emblèmes vénitiens qui symbolisaient la suprématie de Louis XII à Agnadel et légitimaient ses ambitions sur le sol italien. L’iconographie du frontispice de l’Anabase destiné à Louis XII le place donc au-dessus d’Henri VII roi d’Angleterre. Quant à la représentation de Charles II de Savoie, elle est largement tributaire de celle du souverain anglais. Elle met en valeur le destinataire sans pour autant lui donner une importance équivalente à celle de Louis XII. Dans toutes les copies de la traduction seysselienne, le roi de France est représenté dans une scène de dédicace (fig. 2a et 3a) accompagnée du prohème qui lui était adressé dans son exemplaire personnel. Quelques feuillets plus loin, une deuxième enluminure de dédicace met en scène le nouveau destinataire de la traduction après le rappel de la prééminence du roi de France comme prince mécène.

  • 18 On exclura ici plusieurs manuscrits et plusieurs vélins qui mettent en scène un Charles VIII guerr (...)
  • 19 Claude de Seyssel présente sa traduction à Louis XII, Armes de Claude de Seyssel dans la marge inf (...)
  • 20 Pour exemple voir le premier volume d’un exemplaire de la Consolation de Philosophie enluminé en 1 (...)
  • 21 Ces expédients peuvent être remarqués dès le début du XVe siècle dans l’enluminure parisienne nota (...)

4Dans les autres traductions humanistes de Seyssel destinées au monarque, les scènes de dédicace respectent une composition et une iconographie « classique ». Leur comparaison avec les dédicaces de lettrés contemporains de Seyssel donne une impression de continuité dans la représentation du roi comme dédicataire18. L’action se passe toujours dans une salle du palais aux murs parés de tentures azur fleurdelisées. Ces armes sont répétées sur l’étoffe du dais, sur celle du trône et dans une enluminure, sur le vêtement royal (fig. 4b). À l’exception d’une scène où le monarque est figuré de face (fig. 7), Louis XII et Seyssel sont de trois-quarts ou de profil au premier plan (fig. 1b, 2a, 3a, 4b, 5b). Le roi est à gauche et son maître des requêtes à droite. Les autres plans sont occupés par des courtisans séparés en deux groupes, celui des laïcs proches du roi et celui des clercs du côté de Seyssel. Lorsqu’un troisième plan est aménagé, il est réservé à un groupe important de témoins (fig. 5b) parmi lesquels les gens d’armes du roi (fig. 2a et 3a). Généralement la salle est fermée à l’exception du frontispice de la traduction de Diodore de Sicile où la scène se déroule dans une loggia ouverte sur un paysage19. L’une des scènes, celle de la traduction d’Appien est particulièrement soignée. L’artiste, usant d’expédients spatiaux chers aux enlumineurs du dernier tiers du XVe siècle et du début du XVIe siècle20, une fenêtre à meneaux et un tournevent (fig. 4b), a obtenu une impression de profondeur convaincante21.

5À l’exception du frontispice de l’Anabase de Xénophon qui assimile le roi à la deuxième personne de la Trinité, les scènes présentent un monarque dans son palais, parmi ses courtisans nombreux. En dépit de quelques variantes concernant le nombre des témoins, leur répartition sur les côtés ou sur des plans successifs, l’ouverture de la salle sur l’extérieur ou son caractère clos, ces enluminures présentent de fortes ressemblances. Le nombre important des témoins de l’hommage du livre suggère l’importance de la cour et le caractère public de la cérémonie pour la présentation de textes d’auteurs grecs attendus dans les cours européennes d’alors. Pour comprendre la position de Seyssel à la cour et sa responsabilité dans la mise en forme de ses textes, il faut s’attarder sur la façon dont il est représenté dans les enluminures et les emblèmes qui les accompagnent. Par le biais des manuscrits et des vélins qu’il dédicace, Seyssel rend visible sa position à la cour et son identité intellectuelle.

  • 22 Anne de Bretagne 2007, p. 177, no 112.

6Dans la majorité des images, Claude de Seyssel est mis en valeur. Sa situation dans le champ pictural tantôt au centre du cercle des conseillers royaux, tantôt au premier plan distinct d’un deuxième et d’un troisième réservés à l’ensemble des courtisans soulignent sa position. Les enluminures qui suggèrent son humilité au profit du destinataire sont rares (fig. 7 et 8). Dans les Louenges du roy Loys XII de ce nom, commandées par Anne de Bretagne, la scène de dédicace au verso de la page de titre valorise avant tout la destinataire (fig. 8). La répétition des armes de Bretagne – « d’hermine plain » – sur le dossier du trône, sur le dais, et son extension inhabituelle à la bordure au-delà du cadre architectural célèbrent les origines premières de la reine. Dans la marge infra-paginale l’hermine bretonne est interrompue par la présence de l’écu mi-partie de France et de Bretagne dont l’azur fleurdelisé rappelle le vêtement du sacre porté par la reine qui arbore sur sa coiffe noire la couronne royale22. Dans la traduction de Thucydide (fig. 7), le roi et les courtisans sont prépondérants par leur taille. Le visage du Savoyard est à peine plus grand que la main de Louis XII avancée vers le livre.

  • 23 Après la mort de l’évêque de Marseille Antoine Dufour, survenue en juin 1509, Louis XII adressa au (...)
  • 24 Cf. Saint-Pétersbourg, Bibliothèque nationale, ms. fr. Fv I, no 3, voir Couderc 1910, pl. LVIII.
  • 25 Cf. Nantes, Musée Dobrée, ms. XVII, fol. 1. Au moment de la réalisation de ce manuscrit rédigé en (...)
  • 26 Les armes de Louis XII peintes au verso ont déteint sur la dédicace de plusieurs manuscrits. Entre (...)
  • 27 Le porc-épic fut d’abord l’emblème de l’ordre du Camail fondé à la fin du XIVe siècle par Louis Ie (...)
  • 28 Le cerf blanc ailé que Charles VI adopte dès 1382 figure parmi les emblèmes du roi de France jusqu (...)
  • 29 L’écu de France aux chiffres et couleurs de Charles VIII apparaissent en pleine page dans plusieur (...)

7Si dans ces deux images Seyssel apparaît comme l’humble serviteur de la cour, les détails iconographiques qui suggèrent l’évolution de sa carrière n’en sont pas pour autant omis des enlumineurs sollicités. Dans la traduction de Thucydide (fig. 7), il est vêtu d’une aube blanche évoquant le tour ecclésiastique que prend sa carrière lorsqu’il succède à Antoine Dufour comme évêque de Marseille23. Dans la marge infra-paginale, son écu gironné d’or et d’azur est peint sur la crosse épiscopale surmontée de la mitre inhérente à cette fonction. Le fait de montrer la progression d’une carrière dans les enluminures n’est pas nouveau. D’autres que Seyssel utilisent l’image à cette fin notamment Antoine Dufour dans l’exemplaire de sa traduction des Épîtres de saint Jérôme disparu des collections de Saint-Pétersbourg depuis 192424. Dans ce manuscrit réalisé entre 1508 et 1514, le traducteur apparaît devant la reine dans l’attitude d’allégeance habituelle des donateurs tandis que deux dominicains de son ordre portent les insignes épiscopaux dont il était dépourvu dans la scène de dédicace des Vies des femmes illustres de 150625. Mais alors que la progression de carrière de Dufour est perceptible dans le champ pictural de la dédicace, celle de Seyssel d’origine noble est rendue évidente dans la représentation de ses armes, deux griffons affrontés de part et d’autre d’un écu gironné d’or et d’azur de huit pièces. Systématiques dans ses traductions et dans les œuvres qu’il compose à la cour de Louis XII, elles sont peintes dans la marge inférieure du folio de la scène de dédicace (fig. 4b, 7) ou bien au-dessous des armes du destinataire qui sont peintes au verso du feuillet qui précède celui de la dédicace (fig. 1a, 2b, 3b, 5a)26. Dans la plupart de ses représentations, l’écu gironné de Claude de Seyssel est d’une taille inférieure à celle de l’écu du destinataire (fig. 1a, 2b, 3b). L’écu du roi est le plus souvent porté par deux porcs-épics emblèmes de Louis XII27, par le cerf ailé des rois de France (fig. 1a)28 et un porc-épic (fig. 1a), ou bien par deux anges (fig. 11a). Celui de Seyssel est invariablement tenu par des griffons. Dans le manuscrit de la traduction de l’Abrégé de l’Histoire de Trogue Pompée ou Histoires Philippiques de Justin (fig. 5a), les armes du Savoyard sont de dimensions équivalentes à celles de Louis XII. Pour rendre visible l’idée d’une proximité avec le pouvoir, les griffons emblématiques de Seyssel sont sur un tertre comme les porcs-épics du roi. Si la représentation en pleine page des armes du destinataire n’est pas nouvelle dans l’enluminure29, leur présence systématique ne semble pas anodine. Probablement voulue par Claude de Seyssel, elle célèbre son protecteur et le rapproche de lui.

  • 30 Les armes d’Angoulême contiennent habituellement une lune de gueules dans chacun des pendants qui (...)
  • 31 Baurmeister et Laffitte 1992, no 37, p. 186-187.

8Ces armes ne sont pas propres aux manuscrits de Claude de Seyssel. Elles distinguent les vélins enluminés qu’il dédicace à des personnages éminents du royaume. Dans l’exemplaire des Louenges qu’il présente à Anne de Bretagne, elles sont peintes au verso de la page de titre. Il en est de même pour l’exemplaire du cardinal Georges d’Amboise (fig. 9) et celui de Louise de Savoie (fig. 10). Au verso du frontispice qui accueille le titre de l’ouvrage se trouvent les armes du cardinal Georges d’Amboise (1460-1510) peintes en pleine page. On reconnaît l’écu de l’ecclésiastique pallé d’or et de gueules de six pièces brochant sur une croix de procession d’or et surmontée d’un chapeau de gueules accompagné d’une cordelière à quinze houppes du même. Deux volumina flottent dans les airs tandis qu’un autre occupe la partie inférieure de l’image. On y remarque la devise du cardinal, un verset du psaume 116 : non confundas me Domine ab expectatione mea (« Ne me trompe pas Seigneur dans mon espérance »). Dans la marge infra-paginale du feuillet suivant, on retrouve les armes de Claude de Seyssel. Un décor identique caractérise l’exemplaire de Louise de Savoie (fig. 10). Au verso de la page de titre et en pleine page, on trouve l’écu de la destinataire mi-partie d’Angoulême – d’azur aux trois fleurs de lys d’or au lambel d’argent30 – et de Savoie – de gueules à la croix d’argent – présenté par un cerf ailé et un lion rampant, lampassé et armé. Au feuillet suivant commence le prohème de Claude de Seyssel entouré d’une bordure ornée de feuilles d’acanthes. Dans sa partie inférieure, les griffons emblématiques de Claude de Seyssel supportent son écu gironné. Au verso du folio 3v, celles du roi Louis XII sont peintes en pleine page comme dans l’exemplaire de la reine Anne de Bretagne. Au folio 57 de ces exemplaires la marque d’Antoine Vérard : un cœur contenant les initiales AVR, soutenu par deux oiseaux de proie, surmonté de l’écu France couronné et porté par deux anges, n’a pas été encrée. Dans La Victoire du Roy contre les Veniciens qu’il écrit pour Louis XII, on retrouve les armes de Claude de Seyssel au-dessous de celles du roi peintes au recto du feuillet qui contient le titre et dans la gravure peinte sur son verso (fig. 11a et b). L’image qui représente Claude de Seyssel dans son bureau d’étude est l’un des quatre bois qui furent spécialement gravés pour cette édition d’Antoine Vérard. L’auteur y dispose d’une roue à livres, d’un pupitre posé sur un coffre à l’intérieur duquel sont rangés ses ouvrages. Dans la partie supérieure du pupitre, l’enlumineur a repris l’écu gironné du recto afin que le lecteur identifie sans équivoque l’auteur31.

  • 32 Francesco Filelfo, Carmina (avant 1466), Paris, BnF, ms. lat. 8127, fol. 1.
  • 33 Paris, BnF, ms. lat. 8126, fol. 11v et ms. latin 8128, fol. 18v, voir Pellegrin 1955, p. 41.
  • 34 Cf. Chantilly, musée Condé, ms. 924, page de dédicace ; les devises et armes d’Agnès de Bourbon so (...)
  • 35 Cette observation avait déjà été faite par Van Praet, voir Winn 1997, p. 134.
  • 36 Au sujet de cette remarque, voir Winn 1997, p. 97.

9Dans les manuscrits et les vélins enluminés pour Louis XII et Anne de Bretagne, la représentation des armes du donateur est rare. L’origine noble de Seyssel ne justifie que partiellement leur récurrence. Plusieurs raisons peuvent l’expliquer dans les livres présentés à Louis XII, Henri VII, Charles II de Savoie, Anne de Bretagne, Louise de Savoie et Georges d’Amboise. La première est la bienveillance dont jouissait Seyssel à la cour de France et dans les milieux curiaux qu’il fréquentait lors de ses missions diplomatiques. La deuxième est sa culture italienne issue de son origine et de sa formation de juriste à Pavie. L’association des armes du lettré et du prince existe quelques décennies auparavant dans les manuscrits dédicacés aux Sforza par Francesco Filelfo (1398-1481). L’humaniste qui n’est pas d’origine noble en use dans trois de ses livres. Dans la marge infra-paginale à gauche du premier feuillet de ses Carmina on remarque l’un des écus du poète d’azur à la fasce d’argent accompagné en chef d’un soleil d’or et en pointe de deux têtes de léopard ; à droite, le second de ses écus accueille son emblème, Hermès brandissant un caducée et un luth. Dans la marge supérieure au-dessus du texte se trouvent les armes et les initiales du destinataire Francesco Sforza représenté dans la lettre historiée dans laquelle Francesco Filelfo couronné de laurier lui remet ses poésies32. Les armes de Filelfo peuvent être remarquées dans un deuxième manuscrit qu’il remet à Francesco Sforza et dans un troisième ouvrage enluminé pour Bianca Maria Sforza33. Si tous les humanistes de la péninsule ne possèdent pas l’orgueil de Francesco Filelfo, il semblerait qu’ils soient davantage valorisés dans leurs exemplaires de dédicace. Il en est de même pour des auteurs dotés d’une culture méridionale. Le provençal Antoine de La Sale (1385 ou 1386 – ap. février 1460), qui par ailleurs a voyagé en Italie, est figuré comme une allégorie héraldique dans le frontispice du Paradis de la reine Sibylle qu’il destine à Agnès de Bourbon34. À l’instar de la destinataire, il est physiquement absent de la scène, remplacé par son écu fascé-ondé de gueules et d’argent sommé d’un cimier qui porte un fermail doté des lettres « CCR ». Claude de Seyssel n’est donc pas le premier à faire peindre ses armes. Toutefois leur récurrence ne semble pas gratuite. Elle rappelle l’usage que les libraires font de leurs marques, lorsqu’ils s’approprient la paternité des textes qu’ils éditent. Or précisément dans les trois vélins des Louenges (fig. 8, 9 et 10) qui furent imprimés pour Antoine Vérard, la marque et le monogramme du libraire n’ont pas été encrés, donnant ainsi la prééminence aux armes en pleine page du destinataire et à celles de l’auteur. En outre, la devise et le colophon d’Antoine Vérard ont été grattés permettant de supposer que Claude de Seyssel aurait assuré la conception et le paiement de ces vélins35. L’implication présumée de l’auteur justifierait sa présence dans l’enluminure de présentation et l’absence du libraire parisien prompt à remplacer l’écrivain des textes qu’il édite36. Si les exemplaires dédicacés par Seyssel permettent de suivre l’évolution de sa carrière, ils rendent sensible sa situation privilégiée à la cour de Louis XII et sa responsabilité dans la mise en forme de ses textes.

  • 37 Cf. Paris, BnF, ms. fr. 5212.
  • 38 Cf. La Grant monarchie de France, imprimé pour Regnault Chauldière (21. VII. 1519), Paris, BnF, Ré (...)
  • 39 À ce sujet, voir Guenée 2008.

10Les enluminures et l’héraldique des livres dédicacés par Claude de Seyssel alimentent une image de Louis XII qui oscille entre celle d’un roi-Christ et celle d’un prince mécène. Ces peintures permettent de mettre en évidence l’aura intellectuelle, politique et religieuse d’un personnage proche du pouvoir qui acquiert par son inlassable activité une renommée internationale. Dans le manuscrit de la Monarchie de France qu’il présente à François Ier en 1515, il n’est plus nécessaire pour lui d’apparaître dans une scène de dédicace37. Au folio Av, l’écu de France surmonté de la couronne royale et entouré du collier de l’ordre de Saint-Michel est présenté par deux anges sur un tertre. Au-dessous d’eux, à la place des armes de Seyssel, la salamandre emblématique de François Ier est couchée sur un brasier duquel s’élèvent des flammes et un phylactère vierge. Les armes royales sont cernées d’une bordure or semée de tertres fleuris par les lys de France et le F, azur et couronné du jeune roi. En 1519 ces armes figurent en pleine page du texte sur vélin, édité, à l’occasion de la campagne pour l’élection impériale38. Celles de Seyssel sont dissociées de celles d’un monarque qu’il ne sert plus depuis 1517, ayant rejoint la cour de Charles II, duc de Savoie. Après avoir été membre du Grand Conseil de Louis XII, conseiller au Parlement de Toulouse et au Sénat de Milan puis évêque de Marseille, Claude de Seyssel devenu archevêque de Turin a rejoint son « seigneur et prince naturel », Charles II, duc de Savoie. Au crépuscule d’une remarquable carrière, il s’attache, comme d’autres avant lui39, à pérenniser son œuvre.

Bibliographie

Œuvres citées

Masselin Jehan, Journal des états généraux tenus à Tours en 1484, traduction d’Adhelm Bernier, Paris, 1835.

Seyssel Claude de, La Grant monarchie de France, édition de Régnault Chauldière, Paris, 1519.

Seyssel Claude de, La Monarchie de France et deux autres fragments politiques, édition de Jacques Poujol, Paris, Librairie d’Argences, 1961.

Notes

1 Pour un résumé de la carrière de Claude de Seyssel, voir Chavy 1973, p. 361-362.

2 Voir Chavy 1973, p. 361-376.

3 Concernant le Maître de Philippe de Gueldres, voir Avril et Reynaud 1993, p. 278-281.

4 Le nom conventionnel de cet artiste actif à Bourges entre 1490 et 1510 a été donné par John Plummer d’après le plus riche manuscrit enluminé par celui-ci à savoir les Heures à l’usage de Rome (New York, Public Library, Spencer 6), voir Avril et Reynaud 1993, p. 345.

5 Concernant le Maître de Gaguin et son manuscrit éponyme voir Avril et Reynaud 1993, p. 262-264.

6 Pour le cinquième cas (non reproduit), voir Diodore de Sicile, Livres XVIII, XIX et XX (1511), Paris, BnF, ms. fr. 712, fol. T.

7 La genèse de cette aventure littéraire, depuis la découverte du texte grec dans la bibliothèque de Blois, à sa traduction en français réalisée à partir de celle faite en latin par Jean Lascaris, est racontée par Seyssel au début de l’exemplaire de Louis XII (fig. 1a et b) et des copies qui en furent réalisées. À ce sujet, voir Chavy 1973, p. 362.

8 Dans la copie qu’il réalisa pour Henri VII d’Angleterre (Londres, British Library, Royal ms. 19 CVI), Claude de Seyssel raconte qu’en 1508 lors de son ambassade auprès du souverain, ce dernier émit le souhait de posséder un exemplaire de la traduction qu’il avait faite pour Louis XII, voir Thibault 1987, p. 58.

9 À titre indicatif on citera entre autres : Paulin Paris, Les manuscrits français de la bibliothèque du roi, Paris, Techener, 1838, t. V, p. 406 ; Scheller 1983, p. 99-101 ; Thibault 1987, p. 58-59 ; Beaune 1989 (1re édition hors commerce) ; réédition 1997, p. 111 ; Le Fur 1996, fig. 67, p. 393-397 ; Beys 2005 (en cours de publication), vol. I, p. 206-208 et vol. II, p. 581-582 ; Hochner 2006, p. 136-138.

10 Sur le dais ou le « ciel » voir Guenée et Lehoux 1968, p. 66.

11 Cette assimilation de Louis XII à la seconde personne de la Trinité a d’abord été émise par Robert Scheller dans Scheller 1983, p. 99-101.

12 Cette suggestion de Paulin Paris a été reprise maintes fois, voir Paris 1838, t. V, p. 406 ; Thibault 1987, p. 58-59 ; Beaune 1989, rééd. 1997, p. 111.

13 Cf. Paris, BnF, Rés. vélins 725, fol. a2, imprimé pour Antoine Vérard, le 10 novembre 1493.

14 Pour exemple, il suffit de lire Jean Gerson : « Roy sans la prudent conseil est comme le chief en ung corps sans yeulz, sans oreillez et sans nez », Gerson, Vivat rex, dans Œuvres complètes, vol. VII, p. 1166 ; cité par Krynen 1993, p. 220 et note 190, p. 485.

15 Jehan Masselin, Journal des états généraux tenus à Tours en 1484, traduction d’Adhelm Bernier, Paris, 1835, p. 167-169.

16 Cf. Pierpont Morgan Library, ms. 92, fol. 44v, voir Lecoq 1987, p. 375-377.

17 Cf. Londres, British Library, Royal ms. 19 CVI, fol. 17 et Paris, BnF, ms. 701, fol. 21 ; voir Thibault 1987, no 22, p. 58-59 ; Avril et Reynaud 1993, p. 345, no 192.

18 On exclura ici plusieurs manuscrits et plusieurs vélins qui mettent en scène un Charles VIII guerrier et qui furent présentés au souverain dans des circonstances particulières.

19 Claude de Seyssel présente sa traduction à Louis XII, Armes de Claude de Seyssel dans la marge infra-paginale, Diodore de Sicile, Livres XVIII, XIX et XX (1511), Paris, BnF, ms. fr. 712, fol. T. (non reproduit).

20 Pour exemple voir le premier volume d’un exemplaire de la Consolation de Philosophie enluminé en 1476 dans un style apparenté à celui de Jean Colombe (Londres, British Library, Harley 4335, fol. 10, voir Renaissance painting in manuscripts : Treasures from the British Library, 1983, p. 157-163 ; un exemplaire de la traduction du De Bello Gallico de César réalisée par Robert Gaguin pour Charles VIII peu après 1485, voir « Précieux manuscrits à peintures du XIIIe au XVIIIe siècle », 1960, no 13 ; et les Epistres de saint Jérôme traduites par Antoine Dufour (entre 1508 et 1514) conservées jusqu’en 1920 à la Bibliothèque nationale de Russie de Saint-Pétersbourg (ms. fr. Fv I, no 3), voir Couderc 1910, pl. LVIII.

21 Ces expédients peuvent être remarqués dès le début du XVe siècle dans l’enluminure parisienne notamment dans la scène de dédicace où Christine de Pizan remet un recueil de ses œuvres à Isabeau de Bavière (Londres, British Library, Harley 4431, fol. 3 (entre 1408 et 1413) ; au sujet de la perspective de cette enluminure, voir White 1992, p. 244-246, fig. 54a.

22 Anne de Bretagne 2007, p. 177, no 112.

23 Après la mort de l’évêque de Marseille Antoine Dufour, survenue en juin 1509, Louis XII adressa aux chanoines de Marseille une lettre pour recommander Seyssel. Ce dernier fut élu par le chapitre le 11 juillet 1509 ; Louis Antoine de Ruffi, Histoire de la ville de Marseille, Marseille, Henri Martel, 1696, t. 2, p. 33 et 34.

24 Cf. Saint-Pétersbourg, Bibliothèque nationale, ms. fr. Fv I, no 3, voir Couderc 1910, pl. LVIII.

25 Cf. Nantes, Musée Dobrée, ms. XVII, fol. 1. Au moment de la réalisation de ce manuscrit rédigé en 1504 et enluminé en 1506, Antoine Dufour est seulement le confesseur et le directeur de conscience de la reine.

26 Les armes de Louis XII peintes au verso ont déteint sur la dédicace de plusieurs manuscrits. Entre les protagonistes, on discerne l’écu de France et le porc-épic du roi.

27 Le porc-épic fut d’abord l’emblème de l’ordre du Camail fondé à la fin du XIVe siècle par Louis Ier d’Orléans. Si l’ordre tombé en désuétude disparut à la fin du XVe siècle son emblème fut repris par Louis XII, le petit-fils de son fondateur, voir Le Fur 2001, p. 121.

28 Le cerf blanc ailé que Charles VI adopte dès 1382 figure parmi les emblèmes du roi de France jusqu’en 1515, voir Beaune 1981, t. 55, p. 125-146.

29 L’écu de France aux chiffres et couleurs de Charles VIII apparaissent en pleine page dans plusieurs de ses manuscrits notamment les ms. fr. 823 (fol. 1) et le ms. fr. 5080 (plat supérieur) de la BnF.

30 Les armes d’Angoulême contiennent habituellement une lune de gueules dans chacun des pendants qui n’est pas visible dans ce vélin. Si la destinataire n’était pas duchesse d’Angoulême, on pourrait interpréter ces armes comme celle des Orléans dans la mesure où elles sont peintes comme telles.

31 Baurmeister et Laffitte 1992, no 37, p. 186-187.

32 Francesco Filelfo, Carmina (avant 1466), Paris, BnF, ms. lat. 8127, fol. 1.

33 Paris, BnF, ms. lat. 8126, fol. 11v et ms. latin 8128, fol. 18v, voir Pellegrin 1955, p. 41.

34 Cf. Chantilly, musée Condé, ms. 924, page de dédicace ; les devises et armes d’Agnès de Bourbon sont les plumes et les violettes voir Lefèvre 2001, p. 429-439.

35 Cette observation avait déjà été faite par Van Praet, voir Winn 1997, p. 134.

36 Au sujet de cette remarque, voir Winn 1997, p. 97.

37 Cf. Paris, BnF, ms. fr. 5212.

38 Cf. La Grant monarchie de France, imprimé pour Regnault Chauldière (21. VII. 1519), Paris, BnF, Rés. vélins 2809, fol. 1 ; dans ce vélin les salamandres emblématiques du roi sont de part et d’autre de l’écu de France.

39 À ce sujet, voir Guenée 2008.

Auteur

Enseignante (Prce) à l’université Paul-Valéry (Montpellier III) en histoire et chercheur associé à l’Artehis UMR 5594 (université de Bourgogne). Sa thèse, soutenue en 2005, porte sur « L’hommage du livre à la cour de France (1200-1540). Approche culturelle, artistique et politique » (publiée chez Brepols, 2009).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540