Version classiqueVersion mobile

Claude de Seyssel

 | 
Patricia Eichel-Lojkine

Troisième partie. Le diplomate, l’humaniste, le juriste

Au service discret de sa majesté : Claude de Seyssel, agent de Louis XII

Laurent Vissière

Texte intégral

  • 1 La présente étude se fonde sur la correspondance conservée de Seyssel, qui a été publiée en quasit (...)

1À la fin de la décennie 1500, alors qu’il approchait de son soixantième anniversaire, Claude de Seyssel était devenu un personnage bien en cour. Panégyriste du roi, humaniste et traducteur reconnu, bientôt évêque de Marseille, il aurait pu dignement se retirer des affaires publiques et jouir de sa sinécure. Or, il n’en fut rien. La dégradation de la situation internationale, à partir de 1508, poussa Seyssel sur le devant de la scène diplomatique européenne : durant une demi-douzaine d’années, on le vit agir et parlementer en Savoie, en Suisse, dans l’Empire et en Italie. Sa correspondance permet de suivre une partie du jeu subtil et dangereux qu’il mena alors ; elle permet surtout de comprendre comment se modifia sa vision politique, jusque-là très optimiste. Du règne victorieux de Louis XII, qu’il chantait encore au lendemain d’Agnadel, que restait-il trois ou quatre ans plus tard ? La route est longue qui mène des Louenges du roy Louys XIIe de ce nom, parues en 1508, à La Monarchie de France, en 1515, et cette route, Seyssel l’a faite en parcourant l’Europe1.

Le nœud gordien

2En 1508, tout allait pour le mieux dans la meilleure des monarchies, et l’édifice politique construit par Louis XII paraissait des plus solides, à la grande rage de ses ennemis. Avec le recul du temps néanmoins, les signes avant-coureurs d’une crise majeure étaient parfaitement perceptibles, et c’est sur un terrain a priori périphérique, la Savoie, qu’ils se manifestèrent tout d’abord.

La Savoie sur le gril

  • 2 Charles II (1504-1553) est parfois appelé aussi Charles III, si l’on prend en considération le « r (...)

3Le duché de Savoie, d’où venait Claude de Seyssel, se présentait au début du XVIe siècle comme un géant aux pieds d’argile. Vaste conglomérat de territoires qui s’étageaient sur les deux versants des Alpes, il n’offrait pas de véritable cohérence politique, et risquait même d’éclater à brève échéance du fait de querelles dynastiques. Jeune et inexpérimenté, le duc Charles II2 ne possédait qu’une marge de manœuvre limitée face à ses puissants voisins, le royaume de France d’un côté, les Cantons helvétiques de l’autre. Depuis la chute de la Bourgogne en 1477, la France avait fait passer dans sa mouvance les États alpins, la Suisse bien sûr, mais aussi le duché de Savoie, les marquisats de Saluces et de Montferrat ; en occupant le Milanais et la Ligurie génoise, Louis XII avait encore renforcé cette hégémonie locale, mais, fort de ses succès, il ne saisissait sans doute pas combien l’Europe alpine avait été déstabilisée par ses propres victoires et celles des Suisses. Incapables de se contenter d’un brillant second rôle, ceux-ci réclamaient désormais ouvertement la possession des cluses alpines, qui leur ouvriraient le passage sur la plaine lombarde, et que les Français occupaient depuis 1499-1500 ; ils lorgnaient également sur les territoires périphériques du duché de Savoie.

L’affaire de Furno de 15083

  • 3 Récit très détaillé de l’affaire dans Caviglia 1928, ch. 3.
  • 4 Berne, 14 mai [1508]. Seyssel à Charles II (ibid., no 8).
  • 5 Berne, 15 mai [1508]. Seyssel à Louis XII, au cardinal d’Amboise et à Charles II (ibid., no 9-11). (...)

4La première crise savoyarde, qui éclata en 1508, s’avère en soi extravagante : un ancien secrétaire ducal, Jean (ou Giovanni) de Furno, qui avait fui le duché pour d’obscures raisons, décida de se venger des affronts qu’il aurait subis. Réfugié en Suisse, il forgea un faux par lequel feu le duc Charles Ier aurait reconnu, en 1489, devoir 200 000 florins du Rhin aux deux cantons de Berne et Fribourg, ainsi que 150 000 florins supplémentaires à la seule Fribourg. Des sommes qu’il gageait sur tout un ensemble de territoires… Cet acte improbable fut révélé en mars 1508 ; aussitôt, les deux cantons, avec une parfaite mauvaise foi, réclamèrent l’argent en menaçant d’envahir la Savoie. Le duc, affolé, appela le roi à l’aide, et celui-ci lui envoya son meilleur diplomate, Claude de Seyssel, qui avait l’avantage d’être à la fois un Savoyard et un proche de Charles II. Arrivé à Berne à la mi-mai, Seyssel entreprit avec beaucoup de zèle sa délicate mission de conciliation. D’emblée, il dut vaincre les appréhensions de ses interlocuteurs, en se présentant comme « neutre », et non comme un agent savoyard4. Il se mit vite au fait des situations locales, en faisant la navette entre Berne et Fribourg : il constata que les deux cités n’avaient pas la même politique, et que, dans chacune, les élites se montraient toujours plus raisonnables que le parti populaire ; il s’attacha à expliquer aux différents partis que leurs exigences financières n’avaient pas le moindre fondement et qu’ils avaient tort de s’attaquer au duc de Savoie, qui était leur ami au même titre que le roi de France5.

  • 6 Fribourg, 17-18 mai ; et Berne, 20-23 mai [1508]. Seyssel à Charles II (ibid., no 13-14).
  • 7 Ibid., p. 146-149.
  • 8 Berne, 26 mai [1508]. Seyssel à Charles II (ibid., no 15). Berne, 28 mai ; et Fribourg, 31 mai [15 (...)
  • 9 Ibid., p. 154-155.

5La position de Seyssel fut dès lors tout à fait particulière : c’est au nom du roi de France qu’il conduisait la diplomatie savoyarde, allant jusqu’à donner des conseils, voire des ordres, au duc. Il concocta ainsi un traité, aux termes duquel le duc acceptait de payer les frais de procédure de l’affaire et offrait en outre un cadeau aux deux cantons : depuis la Suisse, Seyssel, rédacteur du texte, l’envoya au duc, en lui demandant de le transmettre aux ambassadeurs savoyards qui le présenteraient à leur tour aux Suisses, tandis que d’autres copies seraient adressées au roi de France et au pape6. Aussitôt dit, aussitôt fait, et le 22 mai, lecture fut faite du traité devant le petit conseil de la ville de Berne, en présence de l’envoyé officiel du roi de France, Claude de Seyssel7. Cette démarche échoua cependant, et pendant un mois encore, il fallut parlementer jusqu’à ce que le duc se soumette au « racket » des Suisses8. L’acte final de réconciliation fut signé le 23 juin, et Seyssel put désormais s’occuper de ses propres affaires, notamment du mariage de sa fille (20 juin9). Malgré la peu glorieuse issue de l’affaire, Seyssel fut félicité pour son rôle modérateur, tant par le duc qui sauvait ses États, que par le roi et le cardinal d’Amboise, qui réussissaient à maintenir le statu quo alpin – la seule chose qui importât dans la politique française de cette époque. L’affaire de Furno constituait pourtant un test pour les Suisses, qui venaient d’humilier la Savoie.

L’affaire de Furno de 151010

  • 10 Ibid., p. 174-190.
  • 11 Claude de Seyssel, La victoire du roy contre les Veniciens, Paris, Antoine Vérard, 1510.
  • 12 Genève, et s. l., 24 avril [1511]. Charles II à Louis XII, et à un courtisan français, non nommé ((...)
  • 13 Genève, 15 avril [1511]. Seyssel à Florimond Robertet (ibid., no 21). Seyssel rentra peu après, pu (...)

6Dans les mois suivants, le roi s’engagea dans une politique de plus en plus hasardeuse en Italie. À la suite des accords de Cambrai, conclus à la fin de l’année 1508, il rompit l’alliance traditionnelle de la France et de Venise, mais la victoire d’Agnadel, dont Seyssel se fit le chaud propagandiste11, renforça encore, pour un temps, le poids de la France en Italie du Nord. Triomphe illusoire, vu les menées de Jules II et de Maximilien d’Autriche, qui ne rêvaient que de bouter les Français hors d’Italie, grâce à l’alliance des Suisses. C’est dans ce contexte tendu que l’affaire de Furno connut un second épisode. En 1510, le perfide secrétaire, qu’on croyait assagi, forgea une nouvelle donation qui ne concernait plus seulement deux cantons, mais huit. Mêmes causes, mêmes effets. Le duc, à nouveau menacé, demanda le secours de Louis XII, qui lui renvoya Seyssel. Celui-ci, arrivé en Savoie au cours de l’hiver 1510-151112, resta cependant à l’écart de la négociation, se contentant d’informer la cour de France des tractations13 ; en juin, le duc, piteux, se résolut à payer aux Suisses 300 000 écus supplémentaires.

  • 14 Valence, 12 et 22 juillet [1511]. Seyssel à Charles II (Caviglia 1928, no 27-28). Cf. aussi : Vale (...)
  • 15 [Savoie, fin juillet 1511]. Instruction et memoire au reverend pere en Dieu, Monseigneur de Marcei (...)

7En 1511, Seyssel préférait rester dans l’ombre, mais il n’en joua pas moins le rôle d’un agent officieux de la Savoie à la cour de France. Dans les lettres qu’il adresse au duc, il l’assure que les troupes françaises, qui traversent ses États, ne lui causeront aucun souci et que le roi le tient en son alliance14. Un point capital car de Furno excitait non seulement les Suisses, mais aussi le marquis du Montferrat, et de son côté, Louise de Savoie, duchesse d’Angoulême, revendiquait ses droits sur la Bresse et le Chablais15. Intercesseur privilégié entre la France et la Savoie, Seyssel semble avoir contribué à maintenir le statu quo. Mais les Suisses se trouvaient maintenant à deux doigts de rompre avec le roi.

La France menacée

8La véritable rupture survint à l’automne 1511, lorsque Jules II noua une ligue avec, entre autres, Venise, l’Espagne, l’Angleterre et les Suisses, et que Louis XII riposta en convoquant le colloque de Pise. Seyssel se tint prudemment à l’écart de cette affaire, qu’il devait réprouver en tant qu’ecclésiastique. Mais face à la menace d’une ligue européenne contre la France, il reprit quand même du service.

Mission dans l’Empire (1512)

  • 16 Blois, 4 avril [1511]. André de Burgo à Marguerite d’Autriche (LeGlay 1845, no 147).
  • 17 [S. l., vers juin 1511]. Seyssel à Marguerite d’Autriche (ibid., t. I, p. cvii-cx). Brodant sur l’ (...)

9Il s’agissait avant tout de rallier l’empereur Maximilien, jusque-là neutre, à la cause du roi, et c’est à Trèves qu’en avril 1512, Seyssel le rencontra, en compagnie d’un autre grand diplomate, Pierre de La Guiche. Leurs instructions montrent qu’ils avaient carte blanche et que le roi était prêt à toutes les humiliations pour obtenir le soutien de Maximilien16. En pure perte d’ailleurs. Écœuré par l’hypocrisie du personnage, Seyssel eut l’idée de jouer sa dernière carte en se rendant à Malines, chez Marguerite d’Autriche, qui était à la fois la fille de l’empereur et la veuve de Philibert de Savoie. Autrement dit, c’est en Savoyard qu’il se présenta cette fois-ci pour plaider la cause du roi… Mais sans plus de succès, car la princesse, qui haïssait la France, refusa de le recevoir. Il lui envoya par la suite une lettre assez violente, où s’exprime son dépit17.

L’impossible alliance suisse (1512)

10Isolé, l’empereur ne présentait pas une menace bien redoutable (on connaissait sa légendaire impuissance militaire) ; mais, grâce aux manœuvres pontificales, c’était toute une coalition européenne qui se mettait en place, et les Suisses risquaient d’y jouer un rôle prépondérant. Toujours victorieux depuis quarante ans, ils se sentaient invincibles (et on les tenait pour tels) ; ils occupaient en outre une position tout à fait centrale, menaçant aussi bien la Lombardie, que la Bourgogne et la Savoie. Il importait donc au plus haut point de les maintenir dans l’orbite de la France.

  • 18 Gex, 4 juillet [1512]. Seyssel à Louis XII (ibid., no 31).
  • 19 Louis XII lui répondit par retour du courrier : « Et trouve voz advis tres bons, c’est assavoir qu (...)
  • 20 Seyssel avait senti le danger arriver (cf. ibid., no 31). Il fut obligé de se réfugier sur ses ter (...)

11Le duc de Savoie, qui avait déjà payé fort cher sa tranquillité, essaya de tirer son épingle du jeu en proposant aux Cantons une sorte d’alliance défensive ; Louis XII, pour sa part, souhaitait se raccommoder avec eux afin de les enrôler dans de nouvelles guerres italiennes. Pour le roi, l’affaire s’annonçait fort mal, et Seyssel, son représentant, lui conseillait de « temporiser » avec les Suisses, car, expliquait-il, « il n’est rampart qui sceust souldainement arrester ceste fureur, non plus que l’impetuosité d’ung torrent qui descent d’une montaigne ou de la mer quant elle est courroussee18 ». Familier de la diplomatie secrète, Seyssel chercha à corrompre les uns et les autres, à jeter le trouble dans leurs rangs, à les empêcher d’agir19. Il en fit tant qu’un commando de Bernois en colère tenta de l’enlever alors qu’il résidait à Gex (sur les terres savoyardes donc), et qu’il ne leur échappa que de justesse20. Désormais plus prudent, il laissa agir l’ambassade savoyarde en Suisse qui, elle, s’apprêtait enfin à conclure un traité d’amitié helvéto-savoyard. Les diplomates proposèrent alors de s’entremettre pour la France, et leurs interlocuteurs suisses les autorisèrent à parler. En fait, sollicités de tous côtés, les Suisses en profitaient pour faire monter les enchères : elles allaient durer plusieurs mois.

  • 21 Les négociateurs s’accordaient tous à penser que les Suisses ne connaissaient que le langage de l’ (...)
  • 22 Gex, 5 août [1512]. Seyssel à Philiberte de Luxembourg, aux ambassadeurs du duc de Savoie, à Louis (...)
  • 23 [Suisse, fin août 1512]. Rapport d’un agent français au roi (Kohler 1897, no 38).
  • 24 Gouverneur de Bourgogne depuis 1506, La Trémoille surveillait de près les agissements des Suisses. (...)
  • 25 Lucerne, 3 septembre [1512]. Les ambassadeurs savoyards à La Trémoille (Kohler 1897, no 41). La Tr (...)
  • 26 Thonon, 15 septembre [1512]. Seyssel à La Trémoille (ibid., no 47).

12Depuis la Savoie, Seyssel entendait tirer les ficelles du jeu diplomatique français, mais il s’exposa à de graves désillusions. Car Louis XII, impatient de partir à la reconquête du Milanais, multiplia les initiatives et appliqua de manière brouillonne les règles de la diplomatie secrète que lui avait tant vantées Seyssel. Il demanda ainsi l’intervention de Philiberte de Luxembourg, régente de la principauté d’Orange, du duc Antoine de Lorraine, et de divers autres personnages. Tous envoyèrent en Suisse des agents qui menèrent leurs propres pratiques sans se soucier des autres, et dépensèrent sans compter l’argent du roi ; cet or qui se déversait à flots causa plus de tort que de bien aux intérêts français21. Seyssel, que personne n’avait jugé bon de prévenir, finit par découvrir avec stupeur cette situation chaotique ; et début août, il envoya une série de lettres pour demander à chaque négociateur de mieux coordonner ses efforts avec les autres22. Mais son intervention fut très mal ressentie. Un agent français écrit ainsi au roi : « Monsr de Marseille […] n’entend […] pas bien le gibier du pays, conbien qu’en aultres matieres soit sage et litteré, […] il tient le chemin ouquel maintes gens sunt tunbés en la fange23 ». Les diplomates savoyards, sans prendre de gants, écrivaient de leur côté à La Trémoille24 : « Monsr nostre maistre a ung homme autour de ly qu’est Monsr de Marseille, lequel le roy luy a envoyé, qui gaste et gastera l’affere du roy […]. Ledit Sr de Marseille cuyde gouverner ces gens par ymaginations des là où il est25. » De son côté, Seyssel se lamentait aussi, en se plaignant de Louis XII26.

L’ambassade de Lucerne (1513)

  • 27 Caviglia 1928, p. 246-252 ; Kohler 1897, p. 559-564.
  • 28 À la fin de son ambassade, Seyssel ne regagna pas la cour, mais se replia sur Lyon, qui demeurait (...)

13Après d’interminables palabres, les Suisses finirent par accepter de recevoir une ambassade officielle du roi de France, conduite par Seyssel et La Trémoille. En janvier et février 1513, ceux-ci vinrent négocier une nouvelle alliance à la diète de Lucerne, mais l’affaire était vraiment mal engagée. Le 11 février enfin, après de multiples ajournements, Seyssel prononça un grand discours, dont les archives suisses conservent le résumé pris en note : il explique que le roi regrette son différend avec les Suisses, qu’il combat le pape contre son gré, qu’il aimerait revenir aux bonnes relations antérieures et procéder au pardon mutuel des offenses. À cette belle rhétorique chrétienne, les Suisses répondirent simplement qu’ils ne comptaient pas s’allier au roi, à moins que celui-ci renonçât à toutes ses prétentions italiennes et qu’il leur remît les dernières places qu’il tenait encore en Lombardie27. Des conditions inacceptables. À défaut d’une bonne alliance, les ambassadeurs essayèrent d’obtenir un traité de paix, mais en vain, et ils quittèrent bientôt la Suisse pour se préparer à la guerre28.

La France et l’Église

  • 29 Sur ce voyage italien : Caviglia 1928, chap. 6.

14Seyssel n’allait cependant pas rester sur cet échec. En mars 1513, Léon X était monté sur le trône de saint Pierre, et le nouveau pape, un Médicis, n’avait pas la vocation guerrière de son prédécesseur. Humaniste et mécène fastueux, il aurait aimé trouver un terrain d’entente avec la France et mettre fin au schisme que représentait le concile de Pise. Louis XII, qui avait subi de nouveaux revers en Italie, saisit cette chance et délégua à Rome son diplomate favori29.

  • 30 Les Siennois, pro-français, craignaient très fort une attaque des Florentins, et attendaient donc (...)
  • 31 [Florence, 17 juillet 1513]. Discours de Seyssel à la cité de Florence (ibid., no 45). Comme il l’ (...)

15Claude de Seyssel partit en juillet et, grâce à des sauf-conduits pontificaux, put traverser les territoires hostiles de la Suisse et de Milan ; il s’embarqua à Gênes et, après un voyage épouvantable marqué par la tempête, débarqua à Pietrasanta. Il opéra dès lors une véritable tournée diplomatique dans les principales villes de Toscane. Le 13, il s’arrêta à Lucques, où il fut accueilli aux cris de « Francia ! Francia30 ! ». Le 17, à Florence, il prononça en italien un discours, dont il envoya copie au roi, et qui lui servit en fait d’entrée en matière auprès du pontife : il félicitait les Florentins d’avoir un pape Médicis ; il en profitait pour rappeler les liens qui unissent cette famille à la France, et que symbolisent les fleurs de lys insérées dans une des palle de leur écu, désormais « obombré de la tiare papale ». Après des paroles bien senties, il convenait toutefois de rassurer ces « alliés » traditionnels : certes, le roi venait de perdre une bataille à Novare, mais peu importe : « Les affaires d’Italie, conclut-il, dépendent de celles de France, et non l’inverse31. »

  • 32 Le protocole aurait voulu qu’on l’accueillît officiellement, mais comme il représentait un roi sch (...)
  • 33 Il se trouvait par exemple en rapport avec Amedeo Berruti, évêque d’Aoste et gouverneur de Rome ; (...)
  • 34 La cérémonie eut finalement lieu en 1515, à la cour de France.
  • 35 Seyssel avoua ainsi sa gêne devant l’ambassadeur vénitien Francesco Foscari (30-31 juillet 1513. F (...)
  • 36 Caviglia 1928, p. 282-285.

16Le 18, Seyssel passa à Sienne, où il fut également bien reçu, mais les choses sérieuses commencèrent vraiment une semaine plus tard, lorsqu’il entra à Rome, le dimanche 2432. Seyssel disposait d’excellentes cartes dans son jeu : son appartenance au milieu humaniste lui ouvrait un certain nombre de portes33 ; il avait en outre la chance d’être un proche des Médicis, aussi bien du nouveau pape que de son frère puîné, Julien, qui gouvernait Florence, et qu’il travaillait à marier avec Philiberte de Savoie, une sœur du duc régnant34. Mais les choses avancèrent lentement, car tout le monde à Rome, à commencer par le pape, jouait double jeu, et Léon X devait tenir compte du parti anti-français, très puissant à la curie. Défendre un roi schismatique n’était pas facile, reconnaît lui-même Seyssel35. Mais après cinq mois de manœuvres tortueuses, le 19 décembre 1513, la réconciliation du pape et de la France fut officialisée au cours d’une pompeuse cérémonie. On y lut un discours, certainement écrit par Seyssel, dont chaque mot avait été soigneusement pesé : Louis XII se présentait en fils très obéissant de la sainte Église ; certes, il l’avait combattue, mais uniquement pour se défendre des attaques perfides de Jules II ; quant au concile de Pise, il plaidait non coupable : s’il avait autrefois permis à ses prélats de se réunir pour discuter d’affaires religieuses, il ne les soutenait plus dès lors que leur réunion tendait au schisme. Nulle part dans ce texte, la majesté royale ne se voyait humiliée, et le pape s’en accommoda fort bien36.

  • 37 Sur ce séjour romain, ibid., chap. 7.

17Une fois sa mission achevée, Seyssel demeura à Rome, sans doute pour se reposer et se consacrer aux choses de l’esprit37. Il ne rentra à la cour qu’en décembre 1514, peut-être à temps pour voir mourir Louis XII, mais il n’y resta pas. L’accession au trône de François Ier et peut-être une certaine méfiance à l’égard de Louise de Savoie lui firent quitter le service monarchique pour son évêché de Marseille.

18L’année 1515 vit ainsi paradoxalement la publication du grand traité politique de Claude de Seyssel, La Monarchie de France, et son départ des affaires publiques. Faut-il prendre cette œuvre pour un testament politique ? En un sens, mais le texte contient aussi tout un ensemble de réflexions écrites à chaud et concernant l’actualité récente. D’où l’intérêt de reconsidérer ce traité à la lumière de sa correspondance.

Du diplomate au théoricien

19Pour étudier la pensée politique de Claude de Seyssel, la période 1508-1515 apparaît comme capitale, car La Monarchie de France modifie considérablement la vision idyllique du royaume présentée dans les Louenges… Même s’il demeure relativement maigre, le corpus épistolaire conservé pour cette période permet d’aller bien au-delà de ses simples faits et gestes : on y découvre ses pensées plus intimes, ses réflexions et ses inquiétudes, exprimées d’une façon beaucoup plus crue que dans ses traités officiels.

Le praticien

  • 38 Blois, 22 juillet [1512]. Louis XII à Seyssel (ibid., no 36).
  • 39 « Je vous prie que vous croiés se porteur, mon secretere, de se qui vous dira de par moy » : cette (...)
  • 40 Ainsi, d’une lettre qu’il adressa, le 17 juillet 1512, à Andrea Gritti : l’original a certes dispa (...)

20Au début du XVIe siècle, la diplomatie française reposait sur un excellent réseau de postes et de coursiers. Les postes royales, organisées par Louis XI et améliorées à l’occasion des Guerres d’Italie, comptaient sans doute parmi les meilleures d’Europe : d’Italie ou de Suisse, les courriers ne mettaient guère plus de trois jours pour parvenir à la cour. À l’occasion, le roi se montra même prêt à établir de nouvelles postes, comme il l’écrit à Seyssel en juillet 151238. Mais que confie-t-on à la poste ? Les Français se méfient de l’écrit : ils préfèrent souvent envoyer un messager, muni d’une lettre de créance et chargé de délivrer un message oral39. Peut-être plus proche des habitudes italiennes, Seyssel se montre heureusement assez bavard : il écrit de longues lettres, auxquelles il joint les copies de certaines qu’il vient de recevoir ou d’écrire. Ces copies sont parfois de belles infidèles, des lettres un peu récrites en fonction de ses correspondants40. Il s’agit là d’une pratique courante (les lettres circulent beaucoup), mais particulièrement marquée chez un diplomate qui sert plusieurs maîtres à la fois ! Seyssel écrit en même temps au duc de Savoie et au roi de France, ainsi qu’à quelques hauts dignitaires français – il se trouve d’abord dans la mouvance du tout puissant cardinal d’Amboise, et, après la mort de ce dernier, il se lie avec Florimond Robertet, nouvel alter ego du roi. Au cours de ses délicates négociations avec la Suisse, il tisse une toile autrement plus fournie, qui comprend en particulier Louis de La Trémoille, gouverneur de la Bourgogne, et nombre d’agents, officiels ou officieux, présents en Suisse ou en Lombardie, qui le tiennent informé de la situation locale.

  • 41 Lucques, 14 juillet [1513]. Seyssel à Louis XII (ibid., no 44).
  • 42 Florence, 17 juillet [1513]. Seyssel à Louis XII (ibid., no 46).

21Quand les routes ne sont pas sûres et que le courrier risque d’être intercepté, Seyssel use de différents stratagèmes. Lors de sa mission en Italie, en 1513, il demande par exemple à Louis XII de recourir au chiffre et de faire transiter son courrier par « la voye de l’ambassadeur florentin jusques à Florence », et de là, à Rome41. Dans sa lettre suivante, de courts passages ont d’ailleurs été chiffrés – quelques noms propres et des membres de phrases42. Ici encore, on reconnaît des pratiques usuelles (et assez peu efficaces) de la diplomatie italienne.

Le beau parleur

22Les lettres de Seyssel, riches de données historiques, offrent également l’immense avantage de faire entendre la voix du personnage. Il faut préciser d’emblée que les correspondances de cette époque participent plus du style oral qu’écrit : on dicte son courrier à un secrétaire, et on se le fait lire. Les lettres donnent l’impression d’un dialogue à plusieurs : les lettres circulent, on les lit et on les commente en groupe ; elles constituent ainsi une excellente source pour appréhender la vie de cour.

  • 43 Berne, 15 mai [1508]. Seyssel au cardinal d’Amboise (ibid., no 10).
  • 44 Fribourg, 16 mai [1508]. Seyssel à Charles II (ibid., no 12).
  • 45 Berne, 15 mai [1508]. Seyssel à Charles II (ibid., no 11).
  • 46 Chambéry, 10 juillet [1512]. Seyssel à Louis XII (Kohler 1897, no 32).
  • 47 Genève, 10 août [1512]. Seyssel à Florimond Robertet (Caviglia 1928, no 38).
  • 48 Lyon, 23 juin [1513]. Seyssel à Florimond Robertet (ibid., no 42). La lecture « pouslins », propos (...)

23À la différence de ses grands traités politiques, mûrement réfléchis et remplis d’allusions érudites, la correspondance de Seyssel affiche un style assez relâché, avec nombre de phrases mal construites et d’expressions triviales. À propos des Suisses qui réclament sans cesse de l’argent, il déclare : « Ils reviegnent tousjours à leurs motons43 », ou encore : « Ilz sont deliberés de avoir leur raison et y emploier corps et biens, Dieu et diable44. » Au duc de Savoie, il assure qu’il emploiera à son service « tous les sinc sens de nature45 » ; au roi, qu’il fera pour lui « comme pour gaigner Paradis46 ». À propos de l’argent qu’on dépense stupidement en Suisse durant l’été 1512, il écrit à Robertet : « C’est une arquimie que se fait secretement et n’y voit l’on que la fumée47. » En juin 1513, alors que la situation de la France paraît désespérée, il affirme que les ennemis ne la laisseront en paix qu’« ilz ne demandent la poulle, les poussins et les eufs48 ».

  • 49 La Bâtie-d’Aix, [entre le 12 et le 21] juillet [1512]. Seyssel à Pierre de La Guiche (ibid., no 34 (...)
  • 50 Lyon, 5 septembre [1512]. Seyssel à Louis XII (Kohler 1897, no 43).
  • 51 Lucques, 14 juillet [1513]. Seyssel à Louis XII (Caviglia 1928, no 44).

24Seyssel raconte volontiers ses mésaventures. « J’ay monstré que suis homme de cueur », écrit-il à Pierre de La Guiche, après qu’il a failli être enlevé par les Suisses en juillet 151249. Plus tard, il relate à Louis XII comment le duc de Savoie lui a demandé de venir à lui « en habit dissimulé », ce qui ne l’enchante guère, car il craint de ne tromper personne50. De Lucques enfin, il explique au roi l’épouvantable voyage qu’il vient de faire : « J’ay esté deux jours et deux nuytz sur ung brigantin à l’air, sans manger ne boire, aiant tousjours le vent contraire51. »

25Les expressions imagées, les anecdotes, l’humour font bien partie du style de cour, mais, si l’on entend ainsi la voix de Claude de Seyssel, on l’entend aussi penser, et cette correspondance diplomatique enrichit notre connaissance de sa réflexion politique.

Le penseur

  • 52 Claude de Seyssel, Les Louenges du roy Louys XII, Paris, Antoine Vérard, 1508, éd. Patricia Eichel (...)
  • 53 Valence, 12 juillet [1511]. Seyssel à Charles II (Caviglia 1928, no 27).
  • 54 Sanuto, Diarii, op. cit., t. XVI, col. 587. Cf. Caviglia 1928, p. 275.

26Si Claude de Seyssel réussit dans le monde diplomatique, c’est qu’il passe pour un homme modéré et de bonne foi. Les quelques discours que l’on conserve de lui vont dans ce sens : à Lucerne, à Florence ou à Rome, il pratique une rhétorique chrétienne, assez irénique. « La bonne paix de la Chrétienté » revient comme un leitmotiv, dont il n’a certes pas le monopole, mais dont il voudrait que le roi très chrétien soit la clé de voûte. Dans Les Louenges…, Louis XII incarne cet idéal au plus haut point52, et dans La victoire du roy contre les Veniciens, Seyssel affirme que celui-ci n’a attaqué la Sérénissime que pour obéir au pape. Alors même que Louis XII s’engage dans le schisme, son panégyriste entretient toujours cette illusion. Il n’hésite pas à écrire au duc de Savoie qu’en juillet 1511, les affaires de France ne vont pas si mal, le roi « aiant mis Dieu de son cousté53 ». En est-il si convaincu ? Probablement pas. Deux ans plus tard à Rome, il laisse échapper devant Foscari, l’ambassadeur vénitien une formule qui en dit long : « Signor oratore ! Gran male è stare contro la Chiesa ! Il re lo ha provato e se ne pente54… »

  • 55 Claude de Seyssel, La Monarchie de France, et deux autres fragments politiques, éd. J. Poujol, Par (...)

27Fin observateur, Seyssel tient compte aussi de l’opinion publique, qui vit fort mal ce conflit avec Rome et, dans La Monarchie de France, il consacre tout un chapitre à la Religion, « premier frein des rois » (I, 9) : le roi très chrétien doit défendre la Foi, explique-t-il, et, « si le peuple avait autre opinion de lui, il le heyrait […], dont pourraient advenir grands scandales, ainsi que l’on a vu quelquefois ci-devant55 ». Une allusion directe à l’affaire du concile de Pise…

  • 56 Ibid., IV, 2-3.
  • 57 C’est un des objectifs affichés des Louenges…
  • 58 Lyon, 23 juin [1513]. Seyssel à Florimond Robertet (Caviglia 1928, no 42). Sur cette frontière str (...)
  • 59 Seyssel, La Monarchie…, op. cit., III, 2-5.

28Conserver la paix dans l’Europe chrétienne n’est cependant pas facile, du fait de l’ambition et de la rapacité des princes et des voisins de la France56. Seyssel, qui maîtrise la rhétorique de la guerre juste, a déjà présenté les expéditions de Louis XII en Italie comme parfaitement légitimes57. Mais ce Savoyard reste un homme de la frontière : il connaît bien les régions alpines et a noté la faiblesse du royaume de ce côté-là. En juin 1513, il peut écrire à Robertet que le roi doit à tout prix renforcer ses frontières orientales, éventuellement même mettre des garnisons dans les cités de Savoie, jugées plus fortes, pour bloquer le passage aux armées suisses : « Vous n’avez point de Bologne ne de Teroane en ce quartier », ajoute-t-il, faisant allusion à ces places puissamment protégées qui protègent la frontière septentrionale du royaume face aux forces anglo-impériales58. Cette réflexion sur la faiblesse des frontières alpines, qui vivent sous la menace perpétuelle des Suisses et des Allemands, se retrouve longuement développée dans La Monarchie de France : Seyssel estime vital non seulement de bien fortifier et avitailler les places, mais aussi d’entraîner à la guerre les populations frontalières, pour éviter que des mercenaires, engagés à prix d’or, découvrent à la fois la richesse et la faiblesse de leur employeur59.

  • 60 Ibid., p. 189.
  • 61 Ibid., IV, 5.
  • 62 Ibid., p. 196.

29Toute la quatrième partie de La Monarchie de France est consacrée à « la manière de vivre avec les princes et peuples étrangers », un sujet qui, d’après Seyssel, contient « beaucoup plus grand mystère60 ». Il reprend en termes généraux ses précédentes réflexions : il s’agit de fortifier les frontières de France, y compris du côté de la mer, comme le récent débarquement anglais en 1513 en a montré la nécessité61. Il défend également toute la politique secrète, dont il a été l’un des champions, à savoir : corrompre et entretenir des hommes dans les pays voisins, semer la méfiance et la zizanie entre ses ennemis potentiels, et toujours se préparer au pire : « Trop laide chose est à un sage prince et chef de dire quand les choses sont advenues contre son opinion : ‘‘je ne le cuidais pas...’’62. » Cette absence de confiance dans la parole et les traités n’a été que trop justifiée par les multiples volteface des Suisses, du pape, des rois d’Espagne et d’Angleterre, sans parler de Maximilien… Or, ces revirements ont souvent pris de court Louis XII. Dans tout son texte, Seyssel se montre littéralement obsédé par la bonne sécurité du royaume, et l’on sent à chaque instant le poids des souvenirs de l’année 1513, quand les Suisses attaquaient la Bourgogne, les Anglo-Impériaux la Picardie, et que les Espagnols menaçaient le Languedoc.

  • 63 Le thème de la croisade reste assez ambigu chez Seyssel : dans Les Louenges…, il chante les expédi (...)
  • 64 Sanuto, Diarii, op. cit., t. XVII, col. 426. Cf. Caviglia 1928, p. 280.

30Du coup, le thème de la croisade, autrefois abordé par Seyssel, brille par son absence dans La Monarchie de France : l’heure n’est plus aux expéditions outre-mer63. En décembre 1513, peu avant qu’il ne mette fin au schisme, Seyssel déclare même à l’ambassadeur vénitien, peut-être par boutade, que Venise devrait appeler les Turcs en Italie, qu’ainsi le pape serait obligé d’implorer l’aide du roi, et que celui-ci pourrait refuser, arguant du fait qu’il a été déclaré schismatique64. Étrange réflexion venant de la part de l’évêque de Marseille, et qui semble avoir beaucoup troublé le Vénitien. Mais on pourrait y voir comme une prémonition de la politique de François Ier, vingt ans plus tard.

Le prince et le courtisan

  • 65 Sanuto, Diarii, op. cit., t. XVII, col. 399. Cf. Caviglia 1928, p. 281-282.
  • 66 Ce mépris que les Français affichaient à l’égard de Maximilien se lit déjà dans Les Louenges… Mais (...)
  • 67 Il reproche notamment à l’empereur sa « dissimulation » ([S. l., vers juin 1511]. Seyssel à Margue (...)
  • 68 Lyon, 5 septembre [1512]. Seyssel à Louis XII (Kohler 1897, no 43).
  • 69 Thonon, 15 septembre [1512]. Seyssel à La Trémoille (ibid., no 47).

31La correspondance de Seyssel conduit à aborder un dernier point : sa conception du prince. Panégyriste patenté, il a montré avec ses Louenges… combien Louis XII incarnait le prince selon son cœur. Et en décembre 1513 encore, il n’hésite pas à susciter un scandale, « un gran barufa », à la curie lorsque l’ambassadeur milanais traite le roi de tyran, barbare et cruel65. Mais il se permet de juger lui-même les princes : il méprise ouvertement Maximilien66, et le dit même à sa fille, Marguerite d’Autriche67 ; il écrit au roi, à mots couverts toutefois, que le duc de Savoie est pusillanime et paranoïaque68 ; et il laisse parfois éclater son dépit à l’égard de Louis XII : « Et quant tout est dit, le roy ne l’entend pas », explique-t-il à La Trémoille, à propos de ses négociations avec les Suisses69.

  • 70 Seyssel, La Monarchie…, op. cit., p. 174.
  • 71 Ibid., p. 168.
  • 72 Ibid., p. 190 ; voir aussi p. 204.

32Ce qu’il pense réellement de la politique de Louis XII apparaît clairement dans La Monarchie de France, même s’il n’y mentionne jamais son nom. On pourrait se laisser égarer par la multiplicité des allusions aux Romains, aux Grecs, aux Carthaginois, mais il ne s’agit là que d’un vernis, et il l’avoue même à l’occasion : « à cette cause, [dit-il à propos de la discipline militaire] j’en toucherai ci-endroit quelque point, sans alléguer Valère, Végèce ni autres qui en ont écrit […], mais tant seulement ce que fait à propos selon le temps présent, par ce que nous avons vu de fraîche mémoire70 ». Une réflexion récurrente : à tout moment, il parle de ce qu’« on a vu souvent par expérience et encores de fraîche mémoire71 », ou des « inconvénients » qui sont advenus récemment. Il préfère aussi évoquer les relations de la France et de ses voisins « en termes généraux seulement72 ». Et sous le masque de la généralité ou des exemples antiques, il brosse un terrible tableau de la France à la fin du règne de Louis XII, où l’on découvre un pays assiégé de toutes parts, avec des places mal entretenues, des garnisons mal entraînées, des chefs incompétents, mais aussi des provinces aussitôt perdues que conquises, un peuple mécontent de la guerre et du schisme… Bref, La Monarchie de France, loin de compléter Les Louenges du roy Louis XII, en fournit une terrible critique.

  • 73 Seyssel conseille au roi d’attirer à lui tous les gens de valeur qu’il pourra, en particulier les (...)

33À la lumière des événements de la fin du règne de Louis XII, on arrive à restituer en partie le cheminement de la pensée politique de Seyssel. Un exercice difficile, car le personnage présente de multiples visages : homme de cour, mais aussi d’Église, diplomate reconnu, il joue sur différents tableaux, et conseille tour à tour, voire en même temps, le roi, le duc de Savoie et le pape. Dans ses traités, il n’hésite d’ailleurs pas à critiquer les puissants de ce monde, si souvent mal inspirés, et entraînant leurs États et leurs peuples à la ruine. Bien qu’il admire et qu’il vante le système français, tant dans Les Louenges… que dans La Monarchie de France, il en pointe également les limites, et prône donc une « monarchie modérée ». Modérée par qui ? Seyssel ne met pas en avant le prince, comme Machiavel, ou le courtisan, comme Castiglione ; il exalte au contraire un autre type de personnage, une sorte de courtisan à la fois invisible et présent, homme de plume et homme d’action, qui corrige et guide secrètement, ou tout au moins discrètement, le prince, qui empêche la monarchie de sombrer dans l’anarchie et en fait un régime équilibré et solide. Un personnage dont Seyssel lui-même offre l’image73, une éminence grise.

Bibliographie

Œuvres citées

André LeGlay, dans ses Négociations diplomatiques entre la France et l’Autriche durant les trente premières années du XVIe siècle, Paris, 1845, 2 vol.

Commynes Philippe de, Lettres, éd. Joël Blanchard, Genève, Droz, 2001.

Sanuto Marino, I Diarii dal 1496 al 1532, éd. Federico Stefani et alii, Venise, Visentini, 1879-1903, 58 vol.

Seyssel Claude de, Les Louenges du roy Louys XII (1508), éd. crit. Patricia Eichel-Lojkine et Laurent Vissière, Genève, Droz, 2009.

Seyssel Claude de, La Monarchie de France et deux autres fragments politiques, édition de Jacques Poujol, Paris, Librairie d’Argences, 1961.

Seyssel Claude de, La victoire du roy contre les Veniciens, Paris, Antoine Vérard, 1510.

Lettres du roy Louis XII et du cardinal d’Amboise, éd. Jean de Godefroy, Bruxelles, François Foppens, 1712, 4 vol.

Notes

1 La présente étude se fonde sur la correspondance conservée de Seyssel, qui a été publiée en quasitotalité. L’édition la plus importante (soit 108 lettres et documents) se trouve en annexe du monumental travail d’Alberto Caviglia (Caviglia 1928). Mais Caviglia n’a pas jugé bon de reprendre les treize lettres et documents édités auparavant par Charles Kohler (Kohler 1897, annexes), ainsi qu’une lettre donnée par André Le Glay (LeGlay 1845, t. I, p. cvii-cx, note). On trouve par ailleurs dans ces deux ouvrages divers documents qui font allusion à Seyssel. Il convient de souligner d’emblée que ce dossier, certes riche de plusieurs dizaines d’entrées, ne représente qu’une infime partie de la correspondance originale de Seyssel (le reste ayant été perdu). Pour la période 1508-1515, on compte en fait une quarantaine de lettres écrites par Seyssel et une dizaine reçues par lui.

2 Charles II (1504-1553) est parfois appelé aussi Charles III, si l’on prend en considération le « règne » d’un autre Charles II (1490-1496), monté sur le trône à deux ans et mort à huit.

3 Récit très détaillé de l’affaire dans Caviglia 1928, ch. 3.

4 Berne, 14 mai [1508]. Seyssel à Charles II (ibid., no 8).

5 Berne, 15 mai [1508]. Seyssel à Louis XII, au cardinal d’Amboise et à Charles II (ibid., no 9-11). Fribourg, 16 mai [1508]. Seyssel à Charles II (ibid., no 12).

6 Fribourg, 17-18 mai ; et Berne, 20-23 mai [1508]. Seyssel à Charles II (ibid., no 13-14).

7 Ibid., p. 146-149.

8 Berne, 26 mai [1508]. Seyssel à Charles II (ibid., no 15). Berne, 28 mai ; et Fribourg, 31 mai [1508]. Alessandro Gabionetti et Seyssel à Charles II (ibid., no 16-17). Fribourg, 31 mai ; Berne, 2 et 3 juin [1508]. Seyssel à Charles II (ibid., no 18-21).

9 Ibid., p. 154-155.

10 Ibid., p. 174-190.

11 Claude de Seyssel, La victoire du roy contre les Veniciens, Paris, Antoine Vérard, 1510.

12 Genève, et s. l., 24 avril [1511]. Charles II à Louis XII, et à un courtisan français, non nommé (Caviglia 1928, no 23-24).

13 Genève, 15 avril [1511]. Seyssel à Florimond Robertet (ibid., no 21). Seyssel rentra peu après, puisqu’il était auprès du roi, le 28 (Equierre, 28 avril [1511]. André de Burgo à Marguerite d’Autriche. Lettres du roy Louis XII et du cardinal d’Amboise, éd. Jean de Godefroy, Bruxelles, François Foppens, 1712, 4 vol., t. II, p. 201).

14 Valence, 12 et 22 juillet [1511]. Seyssel à Charles II (Caviglia 1928, no 27-28). Cf. aussi : Valence, 12 juillet [1511]. Louis XII à Charles II (ibid., no 25).

15 [Savoie, fin juillet 1511]. Instruction et memoire au reverend pere en Dieu, Monseigneur de Marceille, et à Mons. l’escuyer Confignon… (ibid., no 29).

16 Blois, 4 avril [1511]. André de Burgo à Marguerite d’Autriche (LeGlay 1845, no 147).

17 [S. l., vers juin 1511]. Seyssel à Marguerite d’Autriche (ibid., t. I, p. cvii-cx). Brodant sur l’union de la Chrétienté, un thème hardi en cette période de schisme, Seyssel menaçait tour à tour l’empereur et sa fille des pires calamités, et jouait même, ce qui est encore plus étrange, au prophète – les malheurs qu’il avait annoncés à Maximilien se seraient depuis réalisés (allusion à la victoire de Ravenne). En fait, Marguerite conseillait à son père de pousser les Suisses à attaquer la France du côté de la Savoie (cf. Kohler 1897, p. 427-430).

18 Gex, 4 juillet [1512]. Seyssel à Louis XII (ibid., no 31).

19 Louis XII lui répondit par retour du courrier : « Et trouve voz advis tres bons, c’est assavoir que, en dissimulant et temporisant, on ne laisse de practiquer es lieux desquelz on pensera tirer meillieur effort » (Blois, 12 juillet [1512]. Caviglia 1928, no 31).

20 Seyssel avait senti le danger arriver (cf. ibid., no 31). Il fut obligé de se réfugier sur ses terres, à La Bâtie-d’Aix (La Bâtie-d’Aix, [entre le 12 et le 21] juillet [1512]. Seyssel à Pierre de La Guiche. Ibid., no 34. Gex, 5 août [1512]. Seyssel à Philiberte de Luxembourg. Kohler 1897, no 33). Les magistrats de Berne se sentirent d’ailleurs obligés de lui présenter des excuses officielles (ibid., p. 437).

21 Les négociateurs s’accordaient tous à penser que les Suisses ne connaissaient que le langage de l’argent. Une erreur d’appréciation, lourde de conséquences, car ces derniers avaient aussi conscience de leurs intérêts politiques.

22 Gex, 5 août [1512]. Seyssel à Philiberte de Luxembourg, aux ambassadeurs du duc de Savoie, à Louis XII (Kohler 1897, no 33-34 et 36). Louis II de La Trémoille avait reçu une copie de la lettre au roi (Dijon, 7 août [1512]. La Trémoille à Louis XII. Ibid., no 35). Cette série de courriers avait été motivée par une lettre du roi, reçue le jour-même, où Seyssel apprenait que la princesse Philiberte venait d’entrer dans le bal. Inquiet des lettres qu’il recevait, le roi finit par écrire au duc de Savoie que ses ambassadeurs s’accordent avec ceux de la princesse (Dijon, 17 août [1512]. Caviglia 1928, no 39).

23 [Suisse, fin août 1512]. Rapport d’un agent français au roi (Kohler 1897, no 38).

24 Gouverneur de Bourgogne depuis 1506, La Trémoille surveillait de près les agissements des Suisses. Sur le personnage, Vissière 2008.

25 Lucerne, 3 septembre [1512]. Les ambassadeurs savoyards à La Trémoille (Kohler 1897, no 41). La Trémoille transmit cette lettre au roi en lui faisant part de l’inquiétude que lui donnait la situation (Dijon, 8 septembre [1512]. Ibid., no 45).

26 Thonon, 15 septembre [1512]. Seyssel à La Trémoille (ibid., no 47).

27 Caviglia 1928, p. 246-252 ; Kohler 1897, p. 559-564.

28 À la fin de son ambassade, Seyssel ne regagna pas la cour, mais se replia sur Lyon, qui demeurait la véritable capitale des Guerres d’Italie (Caviglia 1928, p. 242-254). Il n’avait pas renoncé à sa mission, et cherchait encore à faire pression sur le duc de Savoie pour obtenir une trêve avec les Suisses (Lyon, 23 juin [1513]. Seyssel à Florimond Robertet. Ibid., no 42). Mais la défaite subie par l’armée française à Novare, le 6 juin précédent, rendait sa tâche impossible et, désormais, rien ne semblait plus devoir arrêter la fureur des Helvètes.

29 Sur ce voyage italien : Caviglia 1928, chap. 6.

30 Les Siennois, pro-français, craignaient très fort une attaque des Florentins, et attendaient donc un secours du roi. Seyssel, qui ne pouvait rien leur promettre, leur conseilla de cacher leurs sentiments politiques (Lucques, 14 juillet [1513]. Seyssel à Louis XII. Ibid., no 44).

31 [Florence, 17 juillet 1513]. Discours de Seyssel à la cité de Florence (ibid., no 45). Comme il l’écrit lui-même au roi, Seyssel jouait d’ailleurs sur deux tableaux : au parti Médicis, il rappela les liens de la famille avec la France, mais au parti républicain, qui haïssait les Espagnols, il affirma que la France restait leur meilleure alliée (Florence, 17 juillet [1513]. Seyssel à Louis XII. Ibid., no 46). Dans le même temps, il avait entendu parler d’une grande défaite qu’aurait subie l’armée anglaise qui assiégeait Thérouanne au nord de la France (une simple escarmouche en fait), et il la claironna aussitôt partout (Florence, 17 juillet [1513]. Seyssel à Andrea Gritti. Ibid., no 47).

32 Le protocole aurait voulu qu’on l’accueillît officiellement, mais comme il représentait un roi schismatique, seuls les cardinaux francophiles vinrent à sa rencontre, et il dut lui-même envoyer son secrétaire personnel auprès du pontife. Sur les premières manœuvres de Seyssel à Rome, voir la lettre qu’adresse Jean Le Veau à Marguerite d’Autriche (Milan, 24 août [1513]. Lettres du roy Louis XII…, op. cit., t. IV, p. 198-203).

33 Il se trouvait par exemple en rapport avec Amedeo Berruti, évêque d’Aoste et gouverneur de Rome ; en 1517, celui-ci allait lui dédier son De Amicitia, ce qui en dit long sur leurs rapports (Caviglia 1928, p. 273).

34 La cérémonie eut finalement lieu en 1515, à la cour de France.

35 Seyssel avoua ainsi sa gêne devant l’ambassadeur vénitien Francesco Foscari (30-31 juillet 1513. Foscari à la Seigneurie. Éd. Marino Sanuto, I Diarii dal 1496 al 1532, éd. F. Stefani et alii, Venise, 1879-1903, 58 vol., t. XVI, col. 587).

36 Caviglia 1928, p. 282-285.

37 Sur ce séjour romain, ibid., chap. 7.

38 Blois, 22 juillet [1512]. Louis XII à Seyssel (ibid., no 36).

39 « Je vous prie que vous croiés se porteur, mon secretere, de se qui vous dira de par moy » : cette formule, ici tirée d’une lettre de Commynes à Francesco Gaddi, en 1480, est l’une de celles qui reviennent le plus souvent dans les correspondances françaises de la période (Philippe de Commynes, Lettres, éd. J. Blanchard, Genève, Droz, 2001, no 23).

40 Ainsi, d’une lettre qu’il adressa, le 17 juillet 1512, à Andrea Gritti : l’original a certes disparu, mais l’analyse qu’en donne Sanuto (Diarii, op. cit., t. XVI, col. 525) ne concorde pas tout à fait avec la copie que Seyssel envoya à Louis XII (Caviglia 1928, no 47). Sur l’analyse de ce document : ibid., p. 267-268.

41 Lucques, 14 juillet [1513]. Seyssel à Louis XII (ibid., no 44).

42 Florence, 17 juillet [1513]. Seyssel à Louis XII (ibid., no 46).

43 Berne, 15 mai [1508]. Seyssel au cardinal d’Amboise (ibid., no 10).

44 Fribourg, 16 mai [1508]. Seyssel à Charles II (ibid., no 12).

45 Berne, 15 mai [1508]. Seyssel à Charles II (ibid., no 11).

46 Chambéry, 10 juillet [1512]. Seyssel à Louis XII (Kohler 1897, no 32).

47 Genève, 10 août [1512]. Seyssel à Florimond Robertet (Caviglia 1928, no 38).

48 Lyon, 23 juin [1513]. Seyssel à Florimond Robertet (ibid., no 42). La lecture « pouslins », proposée par Caviglia, est clairement une erreur.

49 La Bâtie-d’Aix, [entre le 12 et le 21] juillet [1512]. Seyssel à Pierre de La Guiche (ibid., no 34).

50 Lyon, 5 septembre [1512]. Seyssel à Louis XII (Kohler 1897, no 43).

51 Lucques, 14 juillet [1513]. Seyssel à Louis XII (Caviglia 1928, no 44).

52 Claude de Seyssel, Les Louenges du roy Louys XII, Paris, Antoine Vérard, 1508, éd. Patricia Eichel-Lojkine et Laurent Vissière, Genève, Droz, 2009.

53 Valence, 12 juillet [1511]. Seyssel à Charles II (Caviglia 1928, no 27).

54 Sanuto, Diarii, op. cit., t. XVI, col. 587. Cf. Caviglia 1928, p. 275.

55 Claude de Seyssel, La Monarchie de France, et deux autres fragments politiques, éd. J. Poujol, Paris, Librairie d’Argences, 1961, p. 116.

56 Ibid., IV, 2-3.

57 C’est un des objectifs affichés des Louenges…

58 Lyon, 23 juin [1513]. Seyssel à Florimond Robertet (Caviglia 1928, no 42). Sur cette frontière stratégique : Vissière 2000.

59 Seyssel, La Monarchie…, op. cit., III, 2-5.

60 Ibid., p. 189.

61 Ibid., IV, 5.

62 Ibid., p. 196.

63 Le thème de la croisade reste assez ambigu chez Seyssel : dans Les Louenges…, il chante les expéditions outre-mer de Louis XII, mais condamne les croisades des rois précédents, celles de Louis VII et saint Louis en particulier, parce qu’elles furent inutiles et coûteuses au royaume.

64 Sanuto, Diarii, op. cit., t. XVII, col. 426. Cf. Caviglia 1928, p. 280.

65 Sanuto, Diarii, op. cit., t. XVII, col. 399. Cf. Caviglia 1928, p. 281-282.

66 Ce mépris que les Français affichaient à l’égard de Maximilien se lit déjà dans Les Louenges… Mais Seyssel l’exprime aussi dans ses lettres. à l’égard de l’expédition que l’empereur tenta contre Venise, en 1508, Seyssel affirme par exemple au duc Charles II : « Vous trouverés à la fin que ce ne seront que mines et que ledit seigneur s’en retournera à sa honte, ou qu’il prendra quelque apoinctement tel qu’il pourra avoir… » (Bourges, 10 mars [1508]. Caviglia 1928, no 6).

67 Il reproche notamment à l’empereur sa « dissimulation » ([S. l., vers juin 1511]. Seyssel à Marguerite d’Autriche. LeGlay 1845, t. I, p. cvii-cx).

68 Lyon, 5 septembre [1512]. Seyssel à Louis XII (Kohler 1897, no 43).

69 Thonon, 15 septembre [1512]. Seyssel à La Trémoille (ibid., no 47).

70 Seyssel, La Monarchie…, op. cit., p. 174.

71 Ibid., p. 168.

72 Ibid., p. 190 ; voir aussi p. 204.

73 Seyssel conseille au roi d’attirer à lui tous les gens de valeur qu’il pourra, en particulier les étrangers, qui lui feront grand service et dont les talents manqueront aux princes voisins. Il est difficile de ne pas penser ici au propre cas du Savoyard Seyssel (ibid., p. 193-194).

Auteur

Maître de conférences à l’université de Paris IV-Sorbonne en histoire. Ses recherches portent sur l’histoire politique, militaire, intellectuelle et artistique de la France au XVe siècle ; les rapports entre la France et l’Italie (XVe-début XVIe siècle) ; les Cris de Paris et les métiers de la rue dans l’Europe médiévale. Il a consacré sa thèse, soutenue en 2001, à Louis II de La Trémoille : « Sans poinct sortir hors de l’orniere ». Louis II de La Trémoille (1460-1525), Champion, 2008, et a édité, en collaboration avec P. Eichel-Lojkine, Les Louenges du roy Louys XII de Claude de Seyssel, Droz, 2009.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search