Version classiqueVersion mobile

Claude de Seyssel

 | 
Patricia Eichel-Lojkine

Troisième partie. Le diplomate, l’humaniste, le juriste

Claude de Seyssel traducteur des historiens antiques

Philippe Torrens

Texte intégral

  • 1 Les traductions effectuées par Claude de Seyssel sont les suivantes : en 1504, Xénophon, Histoire (...)
  • 2 Chavy 1973, p. 370 ; Dionisotti 1995, p. 85-86.
  • 3 Il l’a explicitement déclaré à plusieurs reprises, par ex. dans les Prohèmes de Diodore et d’Appie (...)
  • 4 Knös 1945, p. 84 : Jean Lascaris a sans doute « dès le début réuni dans de petits cercles ceux qui (...)
  • 5 Lewin 1933: « Diese Bescheidenheit spricht auch aus den Vorreden zu den Übersetzungen, in denen die (...)
  • 6 ArdBoone 2000, p. 571-575, repris en 2007, p. 101-104.
  • 7 Respectivement en 2000 et 2008, Paris, Les Belles Lettres, collection « La roue à livres ». Pour d (...)
  • 8 Nous avons repris le texte et la traduction de Justin publiés par M.-P. Arnaud-Lindet sur internet (...)

1Dans l’existence par ailleurs bien remplie de Claude de Seyssel, les traductions occupent une place importante et suffiraient à illustrer la carrière d’un homme de lettres qui n’aurait été par ailleurs ni juriste, ni diplomate ni évêque. Elles constituent toutes la première version donnée en français d’œuvres d’historiens antiques, grecs pour la plupart1. Les circonstances de leur composition sont bien connues : elles ont été conçues pour être offertes à des souverains, en premier lieu le roi de France, mais aussi ceux de Savoie et d’Angleterre2. Elles constituent de précieux cadeaux destinés à un public limité : le souverain et sa cour. Jamais, de son vivant, Seyssel n’a envisagé de les faire imprimer. Une autre particularité étonnante dans son entreprise est qu’il n’aurait pas traduit le texte grec lui-même, mais serait parti de traductions latines existantes ou composées spécialement pour lui par son ami, le savant grec Jean Lascaris3. Il semble à première vue étrange qu’un esprit aussi curieux et actif n’ait pas songé à s’initier au grec, vu l’intérêt qu’il portait aux œuvres écrites en cette langue, vu aussi ses contacts amicaux et fréquents avec Jean Lascaris, grand organisateur de l’enseignement du grec en Italie dans la seconde moitié du XVe siècle et, au tournant des deux siècles, initiateur au grec de petits cercles d’intellectuels en France4. Comme l’a souligné Wera Rahel Lewin, Seyssel fait parfois preuve d’une modestie mal placée à propos de ses capacités à s’exprimer dans un français élégant5 : ne procéderait-il pas de même en ce qui concerne le grec, dont il aurait pu posséder une connaissance minimale lui permettant de recourir seul au texte grec pour mieux comprendre les passages obscurs dans la traduction latine ? Notre première idée a été d’examiner, quand nous possédions la traduction latine utilisée par Seyssel, sa version française par rapport à la traduction latine et au texte grec. Malheureusement, les traductions effectuées par Lascaris pour Seyssel ont disparu et il nous reste deux traductions latines utilisées, l’une pour Appien, effectuée en 1453 par Piero Candido Decembrio et l’autre pour Thucydide, due à Lorenzo Valla. Certains extraits de cette dernière (les dialogues rapportés au livre V entre les Athéniens et les habitants de l’île de Mélos) ont été étudiés par R. A. Boone, qui a souligné la différence entre le point de vue humaniste de L. Valla et celui de Seyssel, surtout soucieux de rendre accessibles au roi et à sa cour des enseignements militaires et politiques6. Nous avons choisi d’examiner la traduction d’Appien, un auteur moins complexe littérairement et qui nous est familier grâce aux traductions que nous avons effectuées des livres III et IV de ses Guerres civiles7. La comparaison portera sur divers passages du livre IV et confrontera le texte grec (accompagné de notre traduction), la traduction latine de Decembrio et la version de Seyssel, de façon à définir comment ce dernier a conçu et mis en œuvre son travail de « translateur ». Il s’est rapidement avéré que la position traditionnelle, selon laquelle Seyssel ne connaissait pas lui-même le grec, ne pouvait être remise en question. Mais cet examen nous a permis de préciser les principes qui guident Seyssel dans sa démarche et les caractéristiques que présente le résultat de son travail. Pour mieux cerner la connaissance que Seyssel avait de la langue latine, il a paru judicieux de prendre en considération sa traduction de Justin, effectuée sur un original latin dont il loue la « grâce et la vénusté » stylistiques. Nous avons regroupé les remarques à propos de cette traduction à la fin de chaque rubrique concernant Appien8.

  • 9 MF, p. 75.

2D’autre part, la lecture de La Monarchie de France montre à quel point les traductions que Seyssel a effectuées ont pu nourrir sa pensée politique. Des analogies entre cet ouvrage et le Prohème de la traduction d’Appien ont été relevées depuis longtemps9 et elles sont significatives de l’influence que les textes que Seyssel traduit ont exercée sur sa réflexion politique : la seconde partie de notre article sera consacrée à montrer cet impact.

Le travail de « translateur » de Claude de Seyssel

  • 10 Certains sont rapportés par Goukowsky 2001, p. 157 : Francesco Filelfo l’a accusé d’avoir rendu «  (...)
  • 11 Prohème d’Appien, MF, p., p. 85-86.

3Pour fournir sa version française d’Appien, Seyssel s’est appuyé sur la traduction latine que Piero Candido Decembrio avait produite vers 1455. Les jugements sévères dont elle a fait l’objet10 ne nous semblent nullement justifiés, à commencer par celui de Seyssel lui-même qui prétend avoir eu beaucoup de mal à traduire ces livres d’Appien « à cause de ce qu’icelui translateur, lequel n’avait pas entière connaissance et intelligence de la langue grecque, et, par ce moyen, n’entendait pas en plusieurs passages, la signification des paroles ni la substance des sentences, a couché son langage en termes si obscurs et impertinents en beaucoup de lieux, que l’on n’en peut tirer bon sens : tellement qu’il m’a été force, du commencement, en deviner une partie qui est une chose dangereuse et mal sûre en trans11 ». L’aide de Jean Lascaris lui aurait ensuite permis de résoudre ces difficultés : « Mais ce m’a été presque aussi grand peine que de faire la translation deux fois, tant y avait de fautes au latin. » La comparaison qui va suivre amène à nuancer ce jugement. Examinons d’abord quelques passages qui pourraient suggérer une consultation personnelle du texte grec par Seyssel, ou avec l’aide de Lascaris :

IV, 1, 2 :
Σύλλα τοῦ πρώτου τοὺς ἐχθροὺς ἐς θάνατον προγράψαντος
(« Sylla qui, le premier, avait usé de la proscription pour vouer ses adversaires à la mort »)
Seyssel : « Sylla seul, qui avait été l’inventeur de proscrire les ennemis à mort »
Decembrio : a quo primum hostes neci damnatos fuisse referuntur (« qui pour la première fois, rapporte-t-on, condamna ses ennemis à une mort violente »).
L’expression « proscrire les ennemis à mort » décalque vraiment le texte grec ; et referuntur (« rapporte-t-on ») est un ajout de Decembrio éliminé par Seyssel.

IV, 3, 9 :
Λέπιδον... ἡγεμονεύοντα τῆς Ίβερίας δι' ἑτέρων
(« Lépide… gouvernerait l’Espagne par personnes interposées »)
Seyssel : « Lepidus… tiendrait la province d’Espagne et la ferait régir et administrer par lieutenants durant
Decembrio : Hiberiae ob utrosque praesidentem. ob utrosque constitue un faux-sens pour δι' ἑτέρων (mot à mot « par l'intermédiaire d’autres ») et se comprend mal (« pour le compte de l’un et l’autre », c’est-à-dire d’Antoine et d’Octave). « Lieutenants » (équivalent du latin legatos) constitue une explicitation juste de ce qu’écrit Appien.

IV, 2, 7 :
Τοὺς δὲ ἀποϕῆναι μὲν αὐτίκα τῆς πόλεως ἄρχοντας ἐς τὰ ἐτήσια ἐπὶ τὴν πενταετίαν (« et ils désigneraient tout de suite les titulaires pour les magistratures annuelles pendant cinq ans »).
Seyssel : « ordonnèrent qu’ils seraient déclarés par le peuple Princes de la Cité et de l’Empire, avec toute telle autorité qu’avaient les officiers annuels ».
Decembrio : hos ex nunc ciuitatis principes declarari ad anniuersaria illis ad quinquennium statuta tempora (« ils seraient dès lors déclarés dirigeants de la cité jusqu’à une période décidée pour eux au même moment de l’année dans cinq ans »).

Decembrio commet un contresens sur le début de la phrase, et Seyssel le reprend ; pour la fin de celle-ci, Seyssel a tenté de comprendre un passage un peu obscur de Decembrio, et, ce faisant, il relie mieux ἄρχοντας (ceux qui dirigent, les magistrats) et ἐς τὰ ἐτήσια (ce qui est annuel, les magistratures annuelles) : a-t-il consulté le texte grec ou bénéficié de l’avis de Lascaris ? Si cela avait été le cas, Lascaris aurait sans doute facilement rectifié le contresens commis sur toute la phrase.

4L’examen de ces exemples ne prouve pas de façon évidente une consultation personnelle du texte ou une aide de Lascaris : dans plusieurs cas, Seyssel a pu se laisser guider par la logique du texte, opérant des simplifications ou ajouts comme il a coutume de le faire. S’il a consulté le texte grec, ce n’est que très ponctuellement et sans jamais rectifier des contresens importants commis par Decembrio. Ceux-là, il les reprend toujours, quand du moins ils proposent un sens vraisemblable, comme dans le dernier exemple (IV, 2, 7) où, après avoir repris le contresens sur le début de la phrase, il a cherché une meilleure solution pour la fin, peu compréhensible chez Decembrio.

5Voici maintenant deux autres exemples de contresens repris par Seyssel à Decembrio :

IV, 3, 10 :
ὥσπερ αὐτοῖς ἀντὶ τῆς πολεμίας δορίλεπτοι γενόμεναι (« comme si elles avaient été conquises par les armes, en guise pour eux de territoire ennemi »).

Decembrio : quemadmodum illis pro earum inimicitia prius belli iure pertinebant (« selon qu’elles leur appartenaient par le droit de la guerre en contrepartie de leur hostilité auparavant »).
Seyssel : « selon qu’un chacun d’eux prétendait avoir été offensé par icelles ».
L’erreur vient de Decembrio qui a mal compris ἀντὶ τῆς πολεμίας.

IV, 9, 37 (édit de proscription) :
ἕν ἐστι λοιπòν ἔτι ἔργον (« il reste encore une seule tâche »).
Decembrio : superest adhuc non contemnendum et triste opus (« Il reste encore une tâche affligeante et non négligeable. »)
Seyssel : « un piteux ouvrage qui n’est pas à contemner ».

6Seyssel suit donc de près son modèle latin, dont il reprend les erreurs quand elles ne heurtent pas la cohérence. Toutefois nous allons voir qu’il s’en éloigne souvent, sans pour cela se rapprocher du texte grec.

Principes et pratiques de Claude de Seyssel « translateur »

7Seyssel cherche d’abord à divertir et à instruire les souverains qu’il sert et leur cour : il est donc loin des préoccupations de fidélité au texte grec qui, en revanche, animent l’humaniste Decembrio. La façon dont Seyssel modifie la base que lui fournit ce dernier illustre les principes qui sont les siens et que l’on retrouve dans sa façon de traduire Justin.

8Le premier principe qui le guide est l’exigence de clarté, indispensable à la bonne compréhension d’une lecture orale effectuée devant le souverain et son entourage. Pour l’obtenir, Seyssel se permet d’ajouter de petits détails qui insistent sur certains points sans transformer le sens des phrases :

IV, 2, 5 :
Λέπιδος δ'αὐτòς προελθὼν διηρεύνα τὴν νῆσον καὶ τῇ χλαμύδι κατέσειεν ἣκειν ἑκάτερον.
(« Lépide en personne s’avança pour inspecter l’île, puis agita son manteau pour faire signe à chacun des deux hommes de venir. »)
Decembrio : Lepidus autem ipse progressus insulam perscrutatus est : deinde clamide excussa ut uterque eorum accederet signum protulit (« or Lépide s’avança lui-même sur l’île et l’inspecta ; puis, en agitant son manteau, il fit signe à chacun des deux hommes de venir »).
Seyssel : « Lepidus… passa tout seul dedans l’île, pour voir s’il y avait aucune embûche : lequel quand il eut bien vu partout dépouilla son manteau, qui était le signe qu’il leur avait baillé de venir sans aucune crainte. »

IV, 2, 5 :
oἱ δὲ ἐπί τῶν γεφυρῶν τοὺς τριακoσίους μετὰ τῶν ϕίλων ἀπολιπόντες ἐς τò μέσον ᾔεσαν.
(« Ils laissèrent sur les ponts, avec des amis, les trois cents hommes et gagnèrent le milieu de l’île. »)

Seyssel : « Si vinrent chacun de son côté par-dessus des ponts qui avaient été faits exprès pour cela et laissèrent les trois cents hommes qu’ils menaient chacun sur le pont par où il entrait. »
Decembrio : « Tunc ipsi tercentos illos cum amicis ad fluminis pontes relinquentes in medium uenere. » (« Eux-mêmes, laissant alors sur les ponts de la rivière, avec des amis, ces trois cents hommes, gagnèrent le centre de l’île. »)

9Dans cet exemple, le premier ajout effectué par Seyssel paraît vraiment arbitraire.

10Seyssel procède de même quand il traduit Justin :

I, 1, 10 : relicto adhuc impubere filio Ninya et uxore Samiramide (« laissant son fils Ninyas encore enfant et son épouse Sémiramis ») ; Seyssel : « Sémiramis, sa femme, mère de l’enfant. »
XI, 1, 5 : amicos ; Seyssel : « tous les amis du roi ».
XI, 2, 3 : fratrem ex nouerca susceptum (« le frère que lui avait donné sa belle-mère ») ; Seyssel : « son frère, fils de Cléopatra » (qui était bien la belle-mère d’Alexandre).
XI, 2, 9 : praesidia Macedonum obsideri (« assiéger les garnisons macédoniennes ») ; Seyssel : « assiéger tous les Macédoniens qui étaient és villes en garnison ».
XXII, 4, 1 : sociis (« les alliés ») ; Seyssel : « les cités confédérées ».

11Aucune de ces précisions ajoutées n’est fausse, mais elles constituent des interprétations ajoutées au texte.

12Seyssel clarifie aussi ce qui est parfois concentré et difficile à saisir dans la traduction latine :

IV, 1, 3 :
Σύλλας δὲ ὑπò μισθοῖς τε μεγάλοις καὶ κολάσεσι τῶν ἐπικρυψάντων ὁμοίαις τòν ἐντυχόντα κτείνειν προέγραψεν.
(« Sylla, lui, avait procédé par proscription, affichant des primes importantes pour quiconque tuerait les proscrits, et promettant à qui les cacherait les mêmes châtiments qu’à ceux-ci. »)
Seyssel : « il proposa guerdon à ceux qui les décèleraient et peine capitale à ceux qui les recèleraient et commandant que tout homme qui les rencontrerait les occît ».
Decembrio : Sylla uero sub premiorum pollicitationibus maximis ac suppliciis occulentes simul ab obuio quoque occidi scripserat (« mais Sylla avait écrit, en faisant de grandes promesses de récompenses et sous peine de supplices, que ceux qui les cacheraient pouvaient en même temps être également tués par le premier venu »).

13Decembrio se montre aussi elliptique qu’Appien, et plus difficilement compréhensible.

IV, 3, 9 :
ὡς ἂν ἐς τòν πόλεμον αὐτών ἑκάτερος εἴκοσι ἄγοι
(« de façon que chacun emmenât vingt [légions] à la guerre »)
Decembrio : cum ad bellum uterque eorum uiginti duceret legiones (« alors que chacun d’eux conduisait vingt légions pour la guerre »).
Seyssel : « car par ce moyen ils voulaient chacun d’eux avoir vingt légions pour mener la guerre ».

14L’expression de la volonté, de l’intention, contenue dans le grec ὡς ἂν est rendue par Seyssel et absente chez Decembrio, ce qui peut suggérer une consultation du texte grec ou une rectification de Lascaris, mais Seyssel s’est peut-être simplement laissé porter par la logique du texte. Aucun exemple de ce type n’a pu être décelé dans les passages que nous avons examinés dans la traduction de Justin.

15Seyssel clarifie encore le récit en renforçant ses articulations logiques :

IV, 1, 1 :
καὶ γῆς ἐκράτουν ἀπò Συρίας ἐπὶ Μακεδονίαν ἁπάσης
(« et qui dominaient la totalité du territoire compris entre la Syrie et la Macédoine »).
Seyssel : « Brutus et Cassius […] furent pareillement défaits en guerre, combien qu’ils eussent en leur obéissance toute la terre qui est depuis le pays de Syrie jusques au bout de Macédoine. »
Decembrio : telluremque omnem a Syria ad Macedoniae usque fines possidebant (cf. supra traduction d'Appien)

16La liaison concessive « combien que » remplace la coordination simple d’Appien et de Decembrio.

17Nous empruntons deux autres exemples au début du livre I :

I, 1, 3 :
Μάρκιος τε ὁ Κοριολανός
Seyssel : « à l’occasion de quoi Marcius Coriolan… » remplace les coordinations simples te chez Appien et autem chez Decembrio.

I, 2, 5 :
ὕβρις τε ἄκοσμος (« et une insolence effrénée »)
Seyssel : « dont advinrent questions et noises très déshonnêtes »

18Seyssel procède de la même façon avec Justin :

I, 2, 13 Imperium Assyrii […] mille trecentis annis tenuere ; Seyssel : « En celle manière dura l’Empire des Assyriens… »
I, 3, 4 Fit igitur coniuratio. Bellum Sardanapallo infertur. (« Il se forme donc une conjuration. Une guerre est menée contre Sardanapale. ») ; Seyssel : « Si les émut tellement que tous d’un accord lui firent la guerre. »
XXII, 4, 4 : cetera ex hoste melius quam ex sociis paraturus (« comptant se procurer le reste plutôt chez l’ennemi que chez ses alliés ») ; Seyssel : « pensant qu’il était meilleur de prendre le remanant qui ferait besoin pour la guerre, sur ses ennemis que sur ses amis ».

19Pour reconstituer ou renforcer la logique du texte, Seyssel n’hésite pas à ajouter des éléments :

I, 2, 5 :
καὶ οὐκ ἀνέσχον ἔτι αἱ στάσεις, διαιρουμένων ἑκάστοτε σαϕῶς ἐπÒ ἀλλήλοις.
(« ensuite, les conflits civils ne cessèrent plus, les individus se divisant chaque fois nettement les uns contre les autres »).
Decembrio : quibus ex rebus minime se cohibentibus discidiis diuisis inter eos aperte odiis (« à la suite de quoi, les désaccords n’étant plus du tout contenus, les haines s’exprimant ouvertement entre eux »).
Seyssel introduit une antithèse : « à raison de quoi, non étant réfrénées, ains croissant les haines et rancunes entre eux ouvertement ».

20Justin :

I, 3, 2 : quod nemini ante eum permissum fuerat (« ce qui n’avait auparavant été permis à personne avant lui ») ; Seyssel : « combien qu’il ne fût permis à ses lieutenants de le voir ».
I, 3, 4 : mox deinde cum paucis et incompositis in bellum progreditur ; (« puis, peu après, il part pour la guerre avec une petite troupe mal équipée ») Seyssel : « toutefois tantôt après se voyant pressé sortit avec peu de gens sans ordre à la bataille ».

  • 12 Ibid., p. 86 : « afin que l’histoire soit plus facile et plus aisée à lire, ai divisé et distingué (...)

21Ce désir de clarté dans l’exposé se manifeste aussi par le recours à la division en chapitres et aux intertitres placés en marge du texte, comme Seyssel lui-même l’a souligné12. Il écrit, par exemple, en marge de I, 2 : « comment un petit inconvénient en amène d’autres plus grands si l’on n’y remédie ».

22Seyssel transforme aussi l’énoncé pour lui donner plus d’élégance :

  • en recourant à des procédés de rhétorique tels que l’antithèse ou la dérivation : « décèleraient/recèleraient » ; « inimitié/amitié » là où Decembrio écrivait : ab odio in amiciciam (« de la haine à l’amitié »), transposant fidèlement Appien (IV, 2, 4) : ἐς ϕιλίαν ἁπÒ ἔχθρας (« de l’hostilité à l’amitié ») Le premier exemple voit l’antithèse renforcée par la paronomase, le second par la dérivation.
  • en employant des redondances, là où Appien et Decembrio n’utilisent qu’un seul terme : « vaincus et occis », « l’autorité et superintendance », « régir et administrer », « meilleur courage et espoir », « les principales et les plus renommées », « les plus belles et riches cités d’Italie », « déclarées et publiées », « s’embrassèrent et accollèrent ». Il s’agit d’une tournure caractéristique du style élégant de l’époque13.
  • en développant, au prix de certains pléonasmes, ce qui pouvait sembler maigre :

I, 1, 2 :
μὴ ἐντελὲς αὐτοῖς ἐπί τῇ πολιτείᾳ τò κράτος εἶνα.
Decembrio : ne perfectam illi in re publica haberent potestatem (Appien et Decembrio : « afin qu’ils n’aient pas un pouvoir absolu sur l’État »).
Seyssel : « afin qu’ils n’eussent pas entièrement la puissance absolue au gouvernement de la chose publique ».

23Justin :

I, 3, 5 : et se et diuitias suas in incendium misit. (« il se jette dans le brasier avec ses richesses. ») Seyssel ajoute une antithèse : « puis mit lui et ses richesses dessus et fit mettre le feu dessous ».
XI, 1, 6-7 : … sisti nullo modo posse. 7 Quis rebus ueluti medela quaedam Alexandri interuentus fuit (« ils ne pourraient d’aucune manière être tenus en respect. 7 à tout cela l’intervention d’Alexandre fut comme un remède »). Seyssel introduit une dérivation : « n’y avait remède à leur résister. 7 Mais à cette crainte remédia sagement Alexandre ».
XXII, 4, 3 : huius consilii non minus admirabile silentium quam commentum fuit. (« Le silence sur ce plan ne fut pas moins admirable que le projet. »)
Seyssel ajoute ici aussi une dérivation : « Mais si l’entreprise fut merveilleuse, encore fut plus à merveiller comme il la put tenir secrète. »

  • 14 Prohème d’Appien, MF, 1961, p. 86.

24Ces observations nous montrent que l’idéal de Seyssel ne se trouve pas dans la concision, mais plutôt dans une abondance verbale qui rend le texte plus fluide et plus aisé à suivre, en particulier lors d’une lecture à haute voix. Le style concis d’Appien, respecté par Decembrio, s’adresse à un lecteur très attentif ; Seyssel, lui, cherche à rendre le récit plus abordable en l’étoffant pour que l’histoire soit « assez aisée à entendre et assez délectable et plaisante à lire14 ».

Autres caractéristiques

25L’omission de certains détails remonte parfois à Decembrio (et peutêtre au manuscrit qu’il a utilisé), mais vient le plus souvent de Seyssel lui-même.

IV, 2, 4 :
ἐς νησῖδα τοῦ Λαβινίου ποταμοῦ βραχεῖάν τε καὶ ὑπτίαν (« sur une petite île plate de la rivière Lavinium »).
Decembrio : in parvula quadam insula Labinii fluminis et aperta (« dans une petite île découverte de la rivière Lavinius » ; et aperta traduit καὶ ὑπτίαν) ;
Seyssel se limite à : « en une petite île que fait la rivière de Labinius ».
ἐπί τὰς τοῦ ποταμοῦ γεφύρας (« jusqu’aux ponts sur la rivière »).
Decembrio : ad fluminis pontes ; Seyssel : « jusques au bord de la rivière ». Or ces ponts ont leur importance, comme le montre la phrase suivante :

IV, 2, 5 :
oἱ δὲ ἐπὶ τῶν γεϕυρῶν τοὺς τριακoσίους μετὰ τῶν ϕίλων ἀπολιπόντες ἐς τò μέσον ᾔεσαν.
Decembrio : Tunc ipsi tercentos illos cum amicis ad fluminis pontes relinquentes in medium (cf. traductions de ce passage p. 187).
Seyssel : « Si vinrent chacun de son côté par-dessus des ponts qui avaient été faits exprès pour cela et laissèrent les trois cents hommes qu’ils menaient chacun sur le pont par où il entrait. »
Ces « amis » mentionnés par Appien et Decembrio sont de proches collaborateurs des chefs militaires et ceux-ci leur ont confié la direction des soldats laissés à la garde des ponts, avec mission de les faire intervenir si nécessaire : Seyssel les a fâcheusement éliminés.

26La préface du livre I, dans la version de Seyssel, présente d’autres omissions que n’a pas commises Decembrio :

I, 2, 6
ἐπαναστάσεις ἐπὶ τὴν πολιτείαν ϕανεραί (« des soulèvements ouvertement dirigés contre l’État »).
Decembrio : insurrectiones manifeste in rem publicam factae sunt (« il se produisit ouvertement des soulèvements contre l’État »).
Seyssel : « se commencèrent à faire entreprises contre la chose publique ».
L’omission porte sur un élément important de la gradation dans le récit des troubles d’importance croissante qui déchirent la République romaine.

27Les omissions relevées constituent le plus souvent de simples négligences d’un homme qui travaille vite et se laisse porter par la logique du récit, car elles concernent seulement des détails, un ou deux mots, jamais une phrase ou un membre de phrase et aucune raison idéologique ne peut être invoquée pour expliquer ces éliminations. La tendance fondamentale de Seyssel est d’ailleurs de développer et non de retrancher. En outre, rares sont les ajouts ou infléchissements possédant une coloration idéologique.

28En voici toutefois deux exemples :

IV, 3, 13 :
Oἳ δÒ ἀκούσαντες ἐπαιώνισάν τε καὶ ἠσπάσαντο ἀλλήλους ἐπὶ διαλλαγῇ.
(« À cette annonce, ils se mirent à chanter de joie et à s’étreindre pour saluer la réconciliation. »)
Decembrio : quae intelligentes milites ingenti praeconio extulere : invicemque seipsos ad reconciliationem complexi sunt (« les soldats apprenant cette nouvelle la célébrèrent par un immense cri de louange »).
Seyssel : « tous les soldats quand ils l’entendirent furent moult joyeux, et en louant les trois Princes, s’embrassèrent et accolèrent les uns les autres en signe de réconciliation et d’amitié ».

29La louange des trois princes, invention de Seyssel, témoigne de son esprit monarchique : un cliché narratif contemporain (les troupes acclament les souverains après une victoire ou un accord) s’est peut-être glissé sous sa plume.

I, 2, 4 :
Τιβέριος Γράκχος δημαρχῶν καὶ νόμους ἐσϕέρων (« Tibérius Gracchus qui, dans ses fonctions de tribun, proposait des lois »).
Seyssel : « Tibérius Gracchus en favorisant le peuple, et prononçant les lois en sa faveur, fut occis. »
« Decembrio. Ti. Gracchus, plebis fautor et leges inferes. » (« Tiberius Grachus qui favorisait la plèbe et proposait des lois. »)

30Un premier faux-sens vient de Decembrio qui a traduit dhmarcw'n par « fautor plebis » (« qui favorisait la plèbe »). Seyssel le renforce en le répétant à propos des lois proposées par Tibérius Gracchus. L’indication très neutre, par Appien, de la fonction exercée, est devenue une caractérisation partisane de la politique menée par le tribun, et elle traduit l’hostilité de Seyssel pour les régimes populaires. Notons toutefois que la translation des longs passages du livre I des Guerres civiles d’Appien consacrés à cet épisode ne transforme pas de façon notable la tonalité du récit, plutôt favorable au tribun réformateur.

31Plus étonnante que ces infléchissements idéologiques mineurs est la fréquence des erreurs d’interprétation du texte latin. Là où Decembrio avait bien compris le texte grec, Seyssel introduit des contresens.

IV, 1, 2 :
ἃμα δὲ τούτοις ἐγίγνοντο αἱ ἐν̒ Ρώμῃ τῶν ἐπὶ θανάτῳ προγραϕέντων ἔρευναί τε καὶ εὑρέσεις καὶ παθήματα πάμπαν ἐπαχθῆ (« en même temps que ces événements, à Rome, on recherchait les hommes que la proscription avait voués à la mort, on les découvrait et ils connaissaient des souffrances absolument accablantes »).
Decembrio : De his quidem Romae publice damnatis ad mortem interrogationes inquisitiones et supplicia omnia proponebantur (« tous ceux qui avaient été officiellement condamnés à mort à Rome faisaient l’objet d’investigations, de recherches et subissaient toutes sortes de supplices »).
Seyssel : « et procédait-on contre eux à Rome par enquêtes, accusations et condamnations les plus cruelles qu’on se pouvait aviser ».

32Chez Seyssel « contre eux » renvoie à Brutus et Cassius, mentionnés dans la phrase précédente. Or, comme Decembrio l’a bien compris, la phrase relate la mise en place de la proscription et non des poursuites judiciaires contre Brutus et Cassius. L’erreur commise par Seyssel sur de his l’amène à comprendre à contresens la suite de la phrase.

IV, 2, 5 :
Λέπιδος δÒ αὐτòς προελθών (« Lépide lui-même s’étant avancé. »)
Decembrio : Lepidus autem ipse progressus
Seyssel : « Et Lépidus, qui menait le traité, passa tout seul dedans l’île. »
Seyssel commet un faux-sens, en se laissant porter par une certaine logique du récit : les deux principaux antagonistes sont Antoine et Octave et donc Lépide jouerait un rôle d’intermédiaire entre eux, « menant le traité » qui doit les réconcilier.

IV, 2, 7 :
τήν Κελτικὴν ἃπασαν ἄνευ τῆς συναϕοῦς τοῖς Πυρηναίοις ὄρεσιν (« la Gaule tout entière, sauf la partie qui jouxte les Pyrénées »).
Decembrio : Celticam omnem sine ulla Pirenei montis continuatione (« la Gaule entière sans la partie qui touche aux Pyrénées »).
Seyssel : « l’ancienne Celtique, contenant jusqu’aux monts Pyrénées ».

IV, 8, 34 (édit de proscription, à propos de Jules César) :
πρῶτον ἀνδρῶν ὑπὲρ τοὺς ̒Ηρακλείους ὃρους ἀπλώτου θαλάσσης ἀποπειράσαντα καί ̒Ρωμαίοις γῆν ἂγνωστον εὑρόντα (« qui le premier au monde a traversé la mer située au-delà des Colonnes d’Hercule, où les bateaux ne s’aventuraient pas, et a découvert une terre inconnue des Romains »).
Decembrio : et virorum primum super herculeas columnas innavigabile quondam mare pertemptantem et Romanis incognitas aperientem terras (« et le premier des hommes à se risquer au-delà des Colonnes d’Hercule sur une mer jusqu’alors non navigable et à ouvrir aux Romains des terres inconnues »).
Seyssel : « et avait amplifié et étendu l’Empire Romain jusques aux colonnes de Hercules, outre lesquelles la mer n’est plus navigable, et avait ouvert le chemin à iceux Romains pour aller aux terres inconnues ». Le contresens est ici vraiment important et à imputer au seul Seyssel.

33Cette série d’exemples montre qu’une partie des erreurs commises par Seyssel provient de sa mauvaise interprétation de la traduction latine de Decembrio. Cela peut paraître étonnant de la part d’un homme qui, en tant que juriste, avait une longue pratique du latin et a lui-même publié des ouvrages en cette langue. Il est vrai que le latin des juristes n’est pas celui des humanistes, auxquels appartenait en revanche Decembrio.

34Quand Seyssel traduit Justin, des contresens sont également décelables :

XXII, 3, 7 : Sed haec callida commenta Poenorum et sententias inauditas mors Hamilcaris praeuenit, liberatusque est fati munere quem per iniuriam ciues inauditum damnauerant. (« En fait, la mort d’Hamilcar devança les projets retors des Puniques et leurs décisions gardées secrètes, et celui que ses concitoyens avaient condamné illégalement sans l’entendre fut libéré par un présent du destin. »)
Seyssel : « Mais avant que leur secrète délibération eut effet, ledit Hamilcar, leur empereur, mourut : et néanmoins après sa mort, sans être ouï, le condamnèrent. »
XXII, 2, 10 : Sic conpositis rebus inmissis militibus populum obsidet, senatum trucidat, cuius peracta caede ex plebe quoque locupletissimos et promptissimos interfecit. (« Ayant ainsi organisé les choses, il assiège le peuple par l’entremise de soldats, égorge le sénat, et une fois ce massacre accompli, il tue tous les plus riches et les plus décidés des gens de la plèbe. »)
Seyssel : « Mais eux étant tous ainsi assemblés, il fit environner de ses soldats tout le peuple, et par aucuns d’eux fit premièrement occire tous les sénateurs, et après tous les plus puissants du peuple, qui étaient pour émouvoir la commune. »

35Ces contresens sont toutefois plus rares et plus limités quand Seyssel traduit Justin, dont le style est généralement plus limpide que celui de Decembrio. La présence de tels contresens suggère néanmoins qu’une étude systématique du latin de Claude de Seyssel serait à mener.

36Le travail effectué par Claude de Seyssel a donc pu, pour de bonnes raisons, être critiqué par des traducteurs postérieurs plus scrupuleux. Mais en dépit de ses défauts, il présente au moins deux mérites : sa qualité littéraire et linguistique d’une part, qui en rend la lecture effectivement agréable et fait de lui un prosateur remarquable de son temps ; d’autre part et surtout, l’ouverture de nouvelles perspectives sur l’histoire de l’Antiquité, qui nourrissent sa réflexion politique.

Comment les traductions ont nourri la pensée politique de Seyssel

  • 15 MF, p. 97, 133, 143, 159, 190.
  • 16 Ibid., p. 97.
  • 17 Aristote (deux fois), Xénocrate, Xénophon (deux mentions de sa Cyropédie), Cicéron (quatre mention (...)
  • 18 Seyssel ne se réfère à l’Anabase, qu’il a traduite, qu’une seule fois, III, 8 : MF, Poujol, p. 179

37Le lecteur de la Monarchie de France est frappé par le grand nombre d’allusions aux auteurs antiques et à l’histoire de l’Antiquité que l’ouvrage contient, ce qui contraste singulièrement avec l’absence de références à des théoriciens ou historiens contemporains et à des événements précis de l’histoire récente – sur ce point, Le Prince de Machiavel présente une situation inverse. Seyssel souligne avec insistance qu’il ne parle « qu’en termes généraux15 », mais, précise-t-il dès le Prohème, « les propos sont à mon avis si réduisibles à la particularité, qu’il n’y faut pas grande déclaration16 ». Il laisse donc prudemment le soin à son lecteur, en l’occurrence François Ier, d’appliquer lui-même ces généralités aux situations contemporaines. Le recours aux exemples tirés de l’Antiquité, et en particulier de l’histoire romaine, lui permet à la fois d’éviter le désagrément d’une abstraction excessive et de proposer des illustrations par analogie, sans mettre en cause directement qui que ce soit. Il faut toutefois signaler un phénomène curieux : parmi les douze auteurs anciens qu’il mentionne17, un seul a fait l’objet d’une de ses « translations », Xénophon, et le plus souvent pour un ouvrage, la Cyropédie, qu’il n’a pas traduit18. Il ne mentionne en revanche ni Appien, ni Diodore, ni Justin, ni Thucydide, alors même que le souvenir de certains de ces textes affleure sans cesse.

  • 19 Carsana 1990, p. 7-56.
  • 20 Hexter 1956, p. 77-83.
  • 21 Appien, BC IV, 92, 384-387, par exemple dans ce passage : « car après que le sénat vous a proposé (...)
  • 22 MF, I, 2, p. 107 : « celui qui se trouvait saisi des exercites en faisait à sa volonté […] usurpait (...)
  • 23 MF, I, 2, p. 107, n. 2.

38En premier lieu, l’idée si importante pour Seyssel de la monarchie modérée a pu lui être suggérée par la réflexion menée à son propos par divers auteurs antiques19. J. H. Hexter20 a rattaché l’idée seysselienne de la monarchie tempérée par les « freins » à l’analyse par Polybe de la constitution romaine au livre VI de son Histoire. Les analogies sont troublantes, mais l’absence de toute référence explicite de Seyssel à Polybe dans l’ensemble de son œuvre laisse penser qu’il a pu trouver ailleurs, chez Appien ou chez Plutarque, l’idée de ce système de contrôle et d’équilibre entre les différentes instances de pouvoir. Elle est, par exemple, exposée dans le discours qu’avant la bataille de Philippes, Cassius aurait, selon Appien, adressé à ses troupes21. L’œuvre de cet historien comprend de très nombreuses allusions ponctuelles au système politique de la République romaine et son lecteur peut en dégager une idée d’ensemble du système. Appien accorde une importance particulière aux pouvoirs des tribuns, à la possibilité de recourir à la dictature, à la répartition des pouvoirs entre le sénat et le peuple. Par exemple, dans un discours prononcé devant le Sénat dans les premiers jours de 43, Lucius Calpurnius Pison, cherchant à défendre Marc Antoine contre les attaques de Cicéron aurait déclaré : « Il n’appartient pas à des hommes de bon conseil […] d’oublier qu’auparavant il revenait précisément au peuple de décider qui était ami ou ennemi. Car, d’après les anciennes lois, seul le peuple est maître absolu pour examiner ce qui regarde la paix et la guerre. » (BC III, 55, 229). Une phrase de la Monarchie de France (I, 2, Poujol, p. 104) semble se souvenir de ce passage : « et si, avait néanmoins le peuple sa part bien grande au gouvernement, tant à l’élection des officiers qu’à décerner la paix ou la guerre ». L’analyse que, dans la suite du même chapitre, Seyssel propose des faiblesses qui ont mené à sa perte la République romaine, est dans ses grands traits empruntée à Appien : le pouvoir excessif des tribuns, la corruption du système par suite de « l’opulence et la grandeur » de l’empire, la façon dont la fin du chapitre décrit la croissance des conflits depuis les Gracques, semblent décalqués de cet auteur. La vision négative donnée de Jules César et d’Auguste22 correspond aussi aux conceptions qui se dégagent du récit d’Appien et explique peut-être que Seyssel ne mentionne jamais comme modèle de monarchie tempérée le système augustéen et considère le Principat comme une tyrannie portant en elle la chute finale de Rome23.

  • 24 Ibid., II, 7, p. 138.
  • 25 Ibid., II, 5, p. 136.
  • 26 Prohème à Appien, MF, p. 86 ; MF, II, 19, p. 157-159.
  • 27 Ibid., I, 17, p. 125.

39En revanche, Seyssel emprunte beaucoup d’idées importantes au modèle de la République romaine, tout d’abord concernant la politique intérieure : la façon dont le « conseil secret » examine les affaires avant de les soumettre au conseil élargi24 rappelle le processus par lequel le sénat, traditionnellement, examine les propositions qui doivent être soumises à l’assemblée du peuple, comme l’explique Appien (BC IV, 91, 385) : « Car après que le sénat vous a proposé les matières, afin que ne soyez en aucune erreur, vous autres êtes les juges. » D’autre part, pour entreprendre une guerre nouvelle, Seyssel préconise de réunir le Grand Conseil25 : une telle décision doit être sanctionnée par une large assemblée, comme c’était le cas chez les Romains (Appien, BC III, 57, 229, passage cité p. 196). Seyssel souligne aussi la nécessité d’éviter les rivalités entre les grands personnages dont les Guerres civiles d’Appien montrent à quels dangers elles exposent un État. Seyssel en déduit la supériorité de la monarchie26. Pour lui, l’exemple romain montre également qu’il convient de favoriser la mobilité sociale, l’ascension des éléments méritants du « menu peuple » : « Et celui même ordre gardèrent les Romains en tout temps : car de l’état populaire l’on venait à celui des Chevaliers, et de celui des Chevaliers à celui des Sénateurs et Patrices27. » Notons qu’il s’agit ici d’une constatation personnelle de Seyssel, car les historiens antiques, généralement très conservateurs, ne vantent guère la mobilité sociale romaine.

  • 28 Ibid., IV, 4, p. 195-196 : « Et de ce peut l’on prendre exemple aux Athéniens, quand ils furent gue (...)
  • 29 Ibid., IV, 4, p. 196 : « Scipion l’Africain, celui qui détruit Carthage, persuada aux Romains […] d (...)
  • 30 Ibid., V, 2, p. 206.
  • 31 Ibid., V, 9, p. 217-218.
  • 32 Ibid., V, 7, p. 213.

40Seyssel invoque aussi l’exemple de la République romaine concernant la politique à tenir à l’égard des autres peuples : il ne faut jamais « mendier » la paix28 ; il convient de porter la guerre sur le territoire de l’ennemi et de l’éviter sur le sien à l’exemple des Grecs contre les Perses, puis d’Hannibal et de Scipion29. Seyssel aurait pu ajouter celui d’Agathocle, tyran de Syracuse, relaté par Justin (XXII, 4). Seyssel s’inspire également de l’histoire romaine pour mettre en garde contre la conquête de territoires inutiles ou impossibles à garder : « Nous lisons que les Romains et autres, pour cette même raison, ont refusé des pays et des provinces qui se voulaient de leur gré donner à eux30. » La phrase semble un écho de la Préface générale d’Appien, 7, 26-27 : « Et par ce moyen dominent par bon conseil à la mer et à la terre, désirant plus accroître leur dignité par bonne police que d’accroître leur seigneurie sur les nations barbares qui sont pauvres et inutiles : desquels j’en ai vu aucuns venir à Rome, pour donner eux et leur pays à l’empire romain, que les empereurs n’ont point voulu accepter, ains les ont renvoyés comme inutiles audit empire. » Seyssel conseille aussi de s’allier aux élites locales – grand principe de la conquête romaine depuis ses débuts – et de laisser dans un premier temps les peuples soumis se gouverner selon leurs coutumes31. Il peut également être judicieux de prendre des otages chez ceux-ci et « de les faire nourrir au royaume32 », comme les Romains l’avaient souvent fait, par exemple avec les futurs historiens Polybe et Juba.

  • 33 Prohème au livre Ibérique et à la Guerre d’Hannibal d’Appien, cité en annexe par Dionisotti 1995.

41La façon dont la République romaine s’est développée de petite puissance locale qu’elle était en Empire universel a pour Seyssel valeur d’avertissement et l’amène à penser que les monarchies doivent se méfier des États « populaires » : « Car à bien considérer la naissance et le progrès dudit État des Romains, l’on a vu depuis assez, et voit-on tous les jours en diverses régions, de trop plus grands et mieux fondés que n’était celui du commencement ni encore long temps après, dont sont par raison beaucoup plus à craindre. […] Et si n’est possible prendre sûreté aux promesses et traités de tels États qui sont sujets à la pure et absolue volonté d’un peuple rude, incivil et volontaire33… »

  • 34 Livre Africain, CXV-CXVI, 545-553.
  • 35 Appien, livre Ibérique LXXXIV, 366-370. Seyssel se réfère explicitement à cet épisode, MF, III, 5, (...)
  • 36 Ibid., III, 12, p. 185-186.
  • 37 Ibid., V, 7, p. 214.
  • 38 Ibid., III, 8, p. 179.

42Seyssel a également tiré des œuvres qu’il a traduites plusieurs de ses principes militaires. L’insistance sur la nécessité d’une stricte discipline militaire (MF, III, 10) semble inspirée par les passages où Appien montre Scipion Émilien reprenant en main, avant la prise de Carthage34, puis avant celle de Numance35, des troupes romaines dont les généraux précédents avaient laissé la discipline se relâcher. Peut-être Seyssel a-t-il aussi emprunté à ces mêmes passages d’Appien sa recommandation d’une vie simple pour les « gens de guerre », sans « gens et bêtes inutiles à la guerre pour porter leurs vivres et leurs bagages36 ». Seyssel tire encore de l’Antiquité le conseil d’intégrer dans l’armée des troupes issues des populations conquises37 : « Tel ordre tenaient les Romains, les Grecs et tous autres conquéreurs anciennement. » Seyssel, pour une fois, ajoute à ces références antiques l’exemple moderne de « l’aïeul du Turc qui est à présent » et de ses janissaires issus des populations chrétiennes. Seyssel souligne d’autre part la nécessité de l’éloquence pour les chefs militaires38 : à ce propos, il est étonnant qu’il mentionne César, Xénophon, Salluste, Tite Live et Quinte Curce, et omette Thucydide, qu’il vient de « translater » et dont, dans son Prohème il célèbre particulièrement les « oraisons », dont beaucoup sont tenues par des commandants d’armée.

  • 39 Ibid., IV, 5, p. 197-201.
  • 40 Hexter 1983.

43Seyssel consacre un chapitre entier à la nécessité pour la France de se doter d’une flotte39, se référant à l’exemple « des Athéniens, des Carthaginois et encore des Romains, lesquels ne firent jamais grandes conquêtes jusqu’à ce qu’ils fussent puissants en mer ». Un lecteur moderne verrait ici une allusion au récit par Polybe de la première guerre punique, moment où les Romains, disputant la Sicile à Carthage, sont amenés à se doter d’une flotte importante. Cela constitue un argument supplémentaire pour soutenir que Seyssel connaissait cet auteur40, mais épaissit encore le mystère : pourquoi ne l’a-t-il jamais mentionné ?

  • 41 Seyssel confond les deux Africains ; voir supra n. 29.
  • 42 Sur ce point, il convient d’observer que Seyssel critique l’expulsion des autochtones pour permett (...)

44En fait, malgré la quantité et la qualité des ouvrages concernant l’histoire grecque dans les traductions de Seyssel, sa réflexion politique semble avoir été surtout modelée par sa connaissance de l’histoire romaine, et en particulier de la Rome républicaine, à laquelle il se réfère très souvent. La Monarchie de France nomme cinq grands personnages de l’histoire grecque (sur douze mentions, sept concernent le seul Alexandre), alors que dix grands Romains sont nommés (sur vingt-cinq mentions, six concernent Scipion l’Africain41). Curieusement, alors qu’il l’écrit peu de temps après avoir achevé la traduction de Thucydide, l’ouvrage ne porte aucune trace ni explicite ni allusive à l’œuvre de cet auteur. De l’histoire grecque, Seyssel retient en premier la figure d’Alexandre, mais presque toujours il le cite en liaison avec des pratiques qu’il partage avec les Romains (utiliser les élites locales, installer des colons42, laisser leurs coutumes aux peuples soumis). Peut-être la monarchie tempérée qu’il préconise, avec ses délicats équilibres entre les « états », est-elle en réalité plus proche de l’aristocratie tempérée des Romains que des monarchies hellénistiques dont Justin et Diodore relatent les dissensions et l’instabilité.

  • 43 MF, Prohème, p. 99 : « Et d’avantage je n’ai écrit chose en particulier que ne puisse prouver par r (...)

45Claude de Seyssel, par ses « translations » et par l’orientation qu’il leur donne dans ses prohèmes, a tenté d’influencer la réflexion et la pratique des souverains qu’il servait. Elles ont aussi accompagné et influencé l’évolution de sa propre réflexion. L’accumulation des inexactitudes que ses travaux contiennent ne parvient jamais à fausser le sens global des œuvres et même des passages qu’il transcrit et une lecture cursive laisse rarement apparaître des incohérences ou des obscurités : les erreurs n’apparaissent qu’à l’examen minutieux. D’autre part, Seyssel ne s’est pas limité dans sa connaissance de l’Antiquité aux œuvres qu’il a traduites, les mentions ou les allusions contenues dans La Monarchie de France montrent qu’il a exploité Tite Live, Plutarque, César, Cicéron et peut-être Polybe. Il convient aussi d’observer qu’il développe souvent une analyse autonome, un point de vue sur la vie sociale et politique de l’Antiquité qui ne coïncide pas avec celui des auteurs anciens eux-mêmes. Tel est le cas concernant la mobilité sociale, l’établissement de colonies, l’intégration des peuples soumis dans les armées du conquérant ou la constitution d’une flotte puissante. Cela vient de ce que l’histoire antique ne constitue pas pour lui un idéal à suivre, mais fournit plutôt un riche matériau pour la réflexion au praticien de la politique qu’il est : il trouve dans les récits précis et dépourvus de merveilleux des historiens anciens des points d’appui solides pour développer sa pensée43. Si le Prohème d’Appien est, à bien des égards, si proche des idées développées de façon à la fois plus détaillée et plus relâchée dans La Monarchie de France, c’est parce que la matière traitée par Appien est celle qui a le plus informé la pensée politique de Seyssel. Ce qu’il a, en fait, le plus retenu des historiens grecs qu’il a introduits en France, c’est l’éclairage particulier qu’ils apportaient sur l’histoire romaine.

Notes

1 Les traductions effectuées par Claude de Seyssel sont les suivantes : en 1504, Xénophon, Histoire du voyage que fit Cyrus à l’encontre du roi de Perse (Anabase) ; en 1510, Justin, Epitomé des Histoires Philippiques de Trogue Pompée ; en 1510, Diodore de Sicile, Histoire, livres 18, 19 et 20, complétées par une partie de la Vie de Démétrios de Plutarque ; vers 1510, Appien, Des gestes des Romains (comporte la Préface générale de l’Histoire romaine, les cinq livres des Guerres civiles, la Guerre de Mithridate, les livres Africain, Syrien, Illyrien, Parthique (apocryphe), Celtique (résumé), complétés par une partie de la Vie d’Antoine de Plutarque) ; en 1513 Eusèbe, Histoire ecclésiastique ; en 1514, ce qu’il considère comme son chef d’œuvre, Thucydide, Guerre du Péloponnèse ; et en 1515, de nouveau d’Appien, le livre Ibérique et la Guerre d’Hannibal.

2 Chavy 1973, p. 370 ; Dionisotti 1995, p. 85-86.

3 Il l’a explicitement déclaré à plusieurs reprises, par ex. dans les Prohèmes de Diodore et d’Appien (éd. Poujol de La Monarchie de France et autres opuscules [dorénavant MF], 1961, p. 85-86).

4 Knös 1945, p. 84 : Jean Lascaris a sans doute « dès le début réuni dans de petits cercles ceux qui voulaient profiter de son savoir pour s’instruire et apprendre la langue et la culture qu’il représentait ». Seyssel a pu le rencontrer à Milan entre 1500 et 1503 ; les deux hommes se trouvent à Rome en 1503 pour soutenir devant le conclave les ambitions de Georges d’Amboise à la papauté, et ils sont tous deux à Blois entre 1504 et 1506 (MF, p. 13).

5 Lewin 1933: « Diese Bescheidenheit spricht auch aus den Vorreden zu den Übersetzungen, in denen die Rolle, die Lascaris dabei zukam, mehr als nötig unterstrichen wird. Er hebt sogar hervor, daß er selber kaum das Werk ohne Hilfe des Griechen verstanden hätte, dieser habe es ihm erst eigentlich klargemacht. » (« Cette modestie s’exprime aussi dans les préfaces aux traductions, dans lesquelles le rôle assigné à Lascaris est souligné plus que nécessaire. Il va même jusqu’à prétendre que lui-même aurait à peine compris l’œuvre sans l’aide de ce Grec et que c’est ce dernier qui la lui a éclaircie. »)

6 ArdBoone 2000, p. 571-575, repris en 2007, p. 101-104.

7 Respectivement en 2000 et 2008, Paris, Les Belles Lettres, collection « La roue à livres ». Pour désigner en abrégé ces Guerres civiles, nous emploierons la désignation habituelle BC (Bella civilia).

8 Nous avons repris le texte et la traduction de Justin publiés par M.-P. Arnaud-Lindet sur internet (« Corpus scriptorum Latinorum ; a digital library of Latin literature », site http://www.forumromanum.org/literature/justin).

9 MF, p. 75.

10 Certains sont rapportés par Goukowsky 2001, p. 157 : Francesco Filelfo l’a accusé d’avoir rendu « barbare » un auteur « très élégant » ; Henri Estienne trouvait sa traduction « non solum horridam rusticamque… sed etiam ita infidelem ut multa non vertere sed pervertere dicenda sit » (« non seulement affreuse et grossière… mais aussi tellement infidèle qu’il faut dire qu’elle est pour beaucoup de passages plutôt une perversion qu’une version »).

11 Prohème d’Appien, MF, p., p. 85-86.

12 Ibid., p. 86 : « afin que l’histoire soit plus facile et plus aisée à lire, ai divisé et distingué les livres, qui étaient tout d’une suite, par divers chapitres, selon la diversité des matières et propos… ».

13 Lebègue 1952.

14 Prohème d’Appien, MF, 1961, p. 86.

15 MF, p. 97, 133, 143, 159, 190.

16 Ibid., p. 97.

17 Aristote (deux fois), Xénocrate, Xénophon (deux mentions de sa Cyropédie), Cicéron (quatre mentions de son De imperio Cnaei Pompei), Pline le Jeune, Valère Maxime (trois fois), Végèce, César, Salluste, Tite Live et Quinte Curce.

18 Seyssel ne se réfère à l’Anabase, qu’il a traduite, qu’une seule fois, III, 8 : MF, Poujol, p. 179.

19 Carsana 1990, p. 7-56.

20 Hexter 1956, p. 77-83.

21 Appien, BC IV, 92, 384-387, par exemple dans ce passage : « car après que le sénat vous a proposé les matières afin que ne soyez en aucune erreur, vous autres êtes les juges, par vos sorts et opinions que vous baillez par décuries ou par tribus, à faire et déclarer les consuls, les préteurs et les tribuns. Et de ceux qui sont créés, la plupart du temps vous faites encore le jugement, en punissant les uns et honorant les autres, selon ce qu’il vous semble qu’ils aient mérité » (traduction Seyssel).

22 MF, I, 2, p. 107 : « celui qui se trouvait saisi des exercites en faisait à sa volonté […] usurpait la totale autorité et disposait de toutes choses à sa volonté, et même persécutait pas occisions et toutes cruautés tous ceux qui avaient tenu le parti contraire […] ainsi que firent premièrement lesdits Sylla et Marius, et, à l’exemple d’eux, Jules César, et depuis conséquemment Octave et tous les autres empereurs qui ont été ». Cf. Appien, BC I, 5 et 6.

23 MF, I, 2, p. 107, n. 2.

24 Ibid., II, 7, p. 138.

25 Ibid., II, 5, p. 136.

26 Prohème à Appien, MF, p. 86 ; MF, II, 19, p. 157-159.

27 Ibid., I, 17, p. 125.

28 Ibid., IV, 4, p. 195-196 : « Et de ce peut l’on prendre exemple aux Athéniens, quand ils furent guerroyés par les Persiens ; et aux Romains, en tous les grands affaires qu’ils eurent, mêmement contre Hannibal : car ils montrèrent cette vertu et constance de ne requérir jamais, en quelque nécessité qu’ils fussent, la paix avec leurs ennemis… »

29 Ibid., IV, 4, p. 196 : « Scipion l’Africain, celui qui détruit Carthage, persuada aux Romains […] d’aller faire la guerre contre les Carthaginois en Afrique : dont s’ensuivit le salut et l’établissement de l’Empire romain et la destruction de celui des Carthaginois. » Seyssel confond ici les deux Africains : le premier a porté la guerre en Afrique et vaincu Hannibal à Zama en 202 ; le second, dit Scipion Émilien, a détruit Carthage en 146.

30 Ibid., V, 2, p. 206.

31 Ibid., V, 9, p. 217-218.

32 Ibid., V, 7, p. 213.

33 Prohème au livre Ibérique et à la Guerre d’Hannibal d’Appien, cité en annexe par Dionisotti 1995.

34 Livre Africain, CXV-CXVI, 545-553.

35 Appien, livre Ibérique LXXXIV, 366-370. Seyssel se réfère explicitement à cet épisode, MF, III, 5, p. 174.

36 Ibid., III, 12, p. 185-186.

37 Ibid., V, 7, p. 214.

38 Ibid., III, 8, p. 179.

39 Ibid., IV, 5, p. 197-201.

40 Hexter 1983.

41 Seyssel confond les deux Africains ; voir supra n. 29.

42 Sur ce point, il convient d’observer que Seyssel critique l’expulsion des autochtones pour permettre l’installation de colons à leur place (MF, V, 6, p. 212).

43 MF, Prohème, p. 99 : « Et d’avantage je n’ai écrit chose en particulier que ne puisse prouver par raison politique, par autorité approuvée et par exemple d’histoire authentique ainsi qu’ont fait ceux qui ont composé les traités des polices et choses publiques tant en grec qu’en latin. »

Auteur

Professeur agrégé de lettres classiques (lycée Romain Rolland, Ivry-sur-Seine). Pour sa thèse, il a effectué la traduction et le commentaire historique du livre III des Guerres civiles d’Appien d’Alexandrie, qui auront servi de base pour la préface et les notes de l’édition CUF (texte et traduction P. Goukowsky). Il a publié une traduction des livres III et IV, tout en procédant à la révision de l’ancienne traduction des livres I et II pour la même collection. Il a contribué au collectif Fondements et crises du pouvoir dans l’antiquité classique, Bordeaux, 2003.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search