Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Claude de Seyssel

 | 
Patricia Eichel-Lojkine

Deuxième partie. Représenter la société, le pouvoir et l’histoire

Entre rhétorique, témoignage historique et mémoire : Les Louenges du roy Louys XII de Claude de Seyssel (1508)

Patricia Eichel-Lojkine

Texte intégral

  • 1 Enea Silvio Piccolomini choisit le nom de Pie II en souvenir du « pieux Énée » (pius Aeneas) lorsq (...)
  • 2 Mémoires, éd. crit. Joël Blanchard, Paris, Livre de Poche, 2001 (introduction, en part. p. 43 et p. (...)
  • 3 Histoire d’Italie, traduction française J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, Paris, Robert Laffont, 19 (...)

1Lorsqu’on évoque les notions de témoignage et d’écriture de l’histoire à la jonction du XVe et du XVIe siècle, ce n’est pas forcément à Claude de Seyssel qu’on songe en premier. Quand on pense aux débuts de l’historiographie moderne qui s’écrit alors, dans l’aire culturelle italienne et française, en latin ou en langue vernaculaire, ce sont d’autres noms qui viennent plutôt à l’esprit. En premier lieu viendraient peut-être les noms des historiens cités par Montaigne dans « Des livres » : le poète et humaniste Enea Silvio Piccolomini (Pie II) pour ses douze livres de Commentarii (14641) ; Philippe de Commynes, pour ses Mémoires composés dans les années 1490, qui rompent avec la conception édifiante des miroirs des princes en mêlant récits, réflexions personnelles et analyses politiques2 ; enfin, pour une période postérieure (les années 1535-40), on ne manquerait pas de citer Francesco Guicciardini pour son Histoire d’Italie3.

  • 4 L’entreprise avait pour le but d’offrir au roi la connaissance de ces histoires de conquêtes, de g (...)
  • 5 Toutes les références renvoient à l’édition critique faite en collaboration avec Laurent Vissière, (...)

2Les Louenges de Louys XII imprimées par Antoine Vérard à Paris en 1508 paraissent bien dérisoires face à ces « monstres sacrés ». Pourtant Claude de Seyssel, évêque de Marseille (1509), auteur de la Monarchie de France (rédigée en 1515), fut un de ces « prélats d’État » qui jouèrent un rôle politique éminent, et sa contribution à l’historiographie ne fut pas tout à fait négligeable, ne serait-ce que par sa traduction des historiens grecs, alors peu connus en France, traduction réalisée avec l’aide de l’érudit byzantin Janus Lascaris4. Pour en venir aux Louenges5, nous nous proposons d’éclairer les rapports de cette histoire panégyrique au témoignage et à l’écriture de l’histoire, en ajoutant un troisième terme, celui de « mémoire », dont nous déplierons la richesse sémantique pour construire cet exposé. Nous verrons en premier lieu comment Seyssel, relisant toute l’histoire de France et la faisant culminer au règne de Louis XII, « père du peuple » construit une mémoire nationale.

  • 6 Sur le Panegyricus (Anvers, Thierry Martens, 1504), voir la Correspondance d’Érasme, en particulie (...)

3D’autre part, Seyssel n’est pas, comme Érasme, un homme « qui a toujours vécu à l’abri de ses livres », ainsi que l’humaniste se présentait lui-même, ce qui lui faisait regretter d’avoir dû travailler uniquement à partir de sources indirectes pour son Panégyrique de Philippe le Beau dont le genre et la date (1504) offrent bien des parallèles avec notre texte6. Les dernières sections des Louenges fourmillent au contraire de détails et de témoignages sur l’histoire contemporaine et l’écriture y croise ponctuellement le genre des Mémoires (sans qu’il soit établi pour autant que Seyssel ait lu Commynes). De fait, par les témoignages de première main qu’il contient, par l’attention portée à la « memoire des choses plus fresches » (Louenges, I, p. 97), l’ouvrage se détache des compilations, histoires et chroniques de son temps.

4Mais les Louenges ne portent pas exclusivement sur les faits de fraîche mémoire, ou sur les événements dont Seyssel ou ses contemporains ont conservé le souvenir. Son entreprise concerne avant tout l’autre sens du terme « mémoire » consigné par le Dictionnaire de l’Académie, « la réputation bonne ou mauvaise qui reste d’une personne après sa mort » : « On dit, et c’est une espèce de formule, en parlant d’un Souverain qui a été vertueux, illustre, victorieux, etc. Tel Prince d’heureuse memoire, de glorieuse memoire, de triomphante memoire. » Bonne ou mauvaise réputation, mémoire vivante ou mémoire terne, telles sont les lignes de fracture qui parcourent la présentation des rois de France dans les Louenges. Ainsi, les « faitz dignes de memoire » des grands princes contrastent avec la lignée des rois qui sont morts « sans faire chose digne de memoire », ou « si très peu qu’il n’en est aucune memoire ». Et naturellement, les rois de mauvaise mémoire sont opposés à ceux qui ont laissé « par louable memoire à leur posterité si grant et inestimable tresor d’honneur et gloire » (Prohème, p. 90). C’est pourquoi nous nous concentrerons finalement sur les portraits affrontés de Louis XI et de Louis XII qui forment la matrice de ce texte et lui fournissent ses morceaux de bravoure.

La construction d’une mémoire

5Seyssel, bien que savoyard de naissance, partage avec les auteurs français du Moyen Âge le sens de l’épopée nationale. Aussi les Louenges s’inscriventelles dans la tradition des grandes chroniques nationales qui sont en fait des compilations, plus ou moins habilement menées, permettant d’embrasser une histoire millénaire, des origines mythiques de la France au temps présent. Avec l’essor de l’imprimerie, ces Annales s’adressent désormais à un public lettré plus large. Deux de ces compilations semblent avoir nourri l’opuscule de Seyssel, les Annales et Croniques de France de Nicole Gilles (1492) et le Compendium de origine et gestis Francorum de Robert Gaguin (1495). Ces compilations de la fin du XVe siècle héritent elles-mêmes du schéma général de l’historiographie dionysienne et des Grandes Chroniques de France.

  • 7 Louenges, IV, p. 118.

6Selon cette construction historiographique traditionnelle, la France a ses grands rois : les premiers carolingiens, Pépin le Bref (sacré en 751) et son fils Charlemagne (sacré empereur des Romains en l’an 800), dont les règnes contrastent avec la succession des « rois fainéants » mérovingiens qui, ensuite, avaient succédé à Dagobert au VIIe siècle7 ; au XIIe siècle, le Capétien « Philippe Dieudonné, qui pour ses grans victoires et haulx faitz fut appellé Auguste » (VI, p. 159), qui s’illustra dans la troisième croisade contre Saladin (1188) et qui acquit une stature européenne après ses victoires sur les Anglais et les Impériaux (Bouvines, 1214) ; et, bien entendu, saint Louis qui, au XIIIe siècle, « assembla une grosse armée pour aller en Surie contre les infidelles » (VI, p. 162). Seyssel reprend ce schéma dans les grandes lignes tout en apposant un bémol à ces gloires du passé, pour les besoins de sa cause, la défense et illustration du règne de Louis XII – qui n’était pourtant roi que depuis dix ans en 1508.

  • 8 Ibid., VI, p. 154.
  • 9 Ibid., VI, p. 161.
  • 10 Ibid., VI, p. 164.

7Seyssel hérite donc d’une histoire nationale assez mal connue. Ses origines franques qu’évoque aussi Gaguin, parce qu’elles sont lointaines et pré-chrétiennes (antérieures à 496, date présumée du baptême de Clovis), demeurent obscures. Puis, des rois marquants semblent se détacher sur un fond d’obscurité et de médiocrité. C’est ainsi que les premiers Capétiens sont traités avec désinvolture. Le fils d’Hugues Capet, Robert le Pieux (996-1031), laissa sa trace dans l’histoire de France (il reconquit la Bourgogne, apporta son aide aux moines de Cluny dans leurs réformes et réprima les hérésies), ce qui n’empêche pas Seyssel d’affirmer qu’« il n’a laissé renommée d’avoir fait grans aultres choses que d’avoir basty plusieurs eglises8 ». Dans le même esprit, Louis VIII semble n’avoir régné que pour engendrer le futur saint Louis : « il ne regna pas longuement et ne fist chose plus louable ne plus utile que d’engendrer le bon Louis9 ». Parmi les rois illustres, plusieurs sont contestés comme Philippe le Bel qui, au début du XIVe siècle, porta un coup fatal aux ambitions de l’Angleterre et de la Flandre, « par lesquelles victoires il eut esté glorieux prince et bien heureux s’il n’eust converty ses armes contre pape Boniface10 ».

  • 11 Frédéric Duval attribue cet intérêt nouveau à plusieurs facteurs : « le développement du sentiment (...)
  • 12 La proposition et harangue…, éd. Théodore Godefroy, Paris, Pacard, 1615, p. 225.

8Il ne faut donc pas imaginer que les Louenges proposent un traitement équilibré entre les différentes périodes de l’histoire de France. Les premiers rois francs païens, les dynasties mérovingiennes et carolingiennes et les Capétiens directs n’ont le droit qu’à une succincte compilation. L’œuvre s’étoffe réellement à partir des années 1450, et offre un éclairage original sur les règnes de Louis XI, Charles VIII et Louis XII. L’ouvrage est donc en phase avec un mouvement contemporain d’intérêt pour l’histoire récente11. Une étude de la composition des Louenges prouve en effet un intérêt prononcé pour le XVe siècle. La narration était jusque là capable d’embrasser quatre cents ans en quarante pages pour mener des aïeux de Mérovée à Charlemagne (sections IV et V, p. 110-153). Elle se ralentit considérablement dès lors qu’on aborde Louis XI jusqu’au règne contemporain (sections VIII à XI), soit quatre-vingts pages pour cinquante ans (p. 180-261 pour les années 1461-1508). Dans cet ensemble, deux sections comparatives sont à part : la section V qui vante les mérites de Louis XII par rapport aux rois carolingiens Pépin et Charlemagne (p. 122-153), et la section IX qui le compare à Louis XI (p. 200-220). Y sont regroupées les principales qualités du roi « à present regnant », ce qui semble correspondre au projet initial de la harangue au roi d’Angleterre Henri VII où ces parallèles étaient déjà esquissés12. Or à partir de Louis XI (roi de 1461 à 1483), Seyssel, né en 1450, aborde une histoire qu’il a vécue personnellement et dont il a pu recueillir des témoignages oraux : « par ce que j’ay peu sçavoir à la verité de luy et de son regne [de Louis XI] et qui est tout notoire et de fresche memoire entre toutes gens, il a esté […] moins à louer beaucop que le roy Loys qui est à present » (VIII, p. 180). Concernant le règne de Louis XII surtout, il peut apporter des témoignages personnels sur les guerres du Piémont, liés aux responsabilités exercées pendant les conquêtes de Milan en 1499 et 1500, comme il ne se prive pas de le dire : « et de cecy, je n’en parle point par ouyr dire. Car je puis bien tesmoigner veritablement, tant que touche les deux conquestes de Milan […]. Par quoy je puis tesmoigner sans aucune flaterie […] » (V, p. 138).

L’histoire contemporaine au miroir des Louenges

9Seyssel se fait en quelque sorte mémorialiste dans les Louenges, et son ouvrage demande donc à être situé par rapport aux genres des Mémoires et des Commentaires :

  • 13 Commynes, Mémoires, éd. cit., introduction p. 50.

« Le point de rencontre des Mémoires et des commentaires – nous dit Joël Blanchard – se fait autour d’une certaine idée de l’histoire, celle que l’on peut qualifier rapidement “d’histoire immédiate vécue de son temps” et qui requiert un mode d’expression moins chargé, moins oratoire que l’histoire traditionnelle13. »

10Le style simple et sans apprêt de Seyssel, qui contraste avec celui des rhétoriqueurs et dont il nous prie de l’excuser, la concision de son ouvrage, l’utilisation occasionnelle de matériaux de première main – un savoir tiré de sa propre expérience et des témoignages oraux – correspondent bien à cette définition, la « logique textuelle de la fragmentation » en moins (J. Blanchard). C’est ce que nous verrons en suivant grossièrement le fil de la biographie de Seyssel et en étant attentif aux échos qu’on y trouve dans les Louenges.

  • 14 La mesure constituait un passage obligé pour le mariage du roi avec Anne de Bretagne en 1499, qui (...)

11À la naissance de « Claude d’Ais » dans le duché de Savoie vers 1450, Charles VII le Victorieux règne sur un « royaulme […] bruslé toutesfois, pillé et gasté » par la guerre de Cent ans. La présentation qui est faite de la période dans les Louenges (VII, p. 177) sert à mettre en valeur l’état de la France qui a renoué avec la prospérité économique et l’essor démographique dans les premières années du règne de Louis XII. Pendant le règne de Louis XI (1461-1483), puis la régence d’Anne de Bourbon Beaujeu (1483-1488), le jeune Claude d’Aix est parti se former auprès des humanistes italiens, comme nombre de Savoyards, ses études de droit canon et de droit civil, à Pavie et à Turin, le menant jusqu’au doctorat, au professorat et au rectorat (recteur de l’université de Pavie en 1503). Entré au service du duc de Savoie en 1494, puis passé assez soudainement au service du roi de France vers 1498, il accède aux postes les plus éminents, ce qui fait de lui non seulement un témoin, mais un acteur de son temps. Il apporte des arguments juridiques à l’annulation du mariage de Louis XII avec Jeanne de France, annulation impopulaire qu’il justifie de nouveau dans les Louenges14. Seyssel y rappelle que Louis XI avait, en 1476, forcé Louis d’Orléans, alors âgé de quatorze ans, à se fiancer avec sa fille contrefaite Jeanne de France, dite la Boiteuse, dans le but presque officiel de le priver de descendance :

« le contraignit par force et menasses d’espouser ma dame Jehanne sa fille, femme toutesfois bien sage, devote et honneste, mais moult difforme de sa personne et inhabile à porter enfans, voulans par la sterilité de sa fille luy tollir le povoir et l’espoir d’avoir lignée, tant avoit en hayne le sang royal ». (VIII, p. 187)

  • 15 Les menaces et le harcèlement sont attestés, Louis XI veilla effectivement à ce que son gendre cou (...)
  • 16 Sur le divorce du roi, voir Vissière 2008, p. 142-143.

12Le jeune Louis l’avait donc « espousée contre son gré, par menasses et crainte du roy Louys unziesme, pere de ladicte dame, telles que ung bien constant et hardy homme en eust esté espoventé, voir[e] jusques à detention de sa personne » (VI, p. 15615). Marié presque de force, Louis XII, une fois monté sur le trône, réunit un conseil de prélats chargés de juger cette affaire dans le sens attendu par le pouvoir royal (10 août-17 décembre 149816) – ce procès annonçant le conseil réuni quelques années plus tard par Henri VIII pour prononcer l’annulation de son mariage d’avec Catherine d’Aragon, mais Louis XII bénéficiait, lui, du soutien du pape Alexandre VI Borgia, appelé comiquement « de bonne mémoire » dans les Louenges :

« il fut congneu, declaré et pronuncé par le conseil d’ung bien grant nombre et des plus notables et plus souffisans personnages en theologie et de droict qui lors se trouvassent en France, qu’il n’y avoit aucun mariage vaillable entre luy et ladicte dame Jehanne, pour les raison dessusditz et autres empeschemens qui furent trouvez par le procès, auquel jugement je me puis vanter et tiens à gloire d’avoir esté appellé avec les autres assesseurs, plus par fortune que pour grant science qui soit en moy. » (VI, p. 157)

  • 17 Seyssel est entré dans les ordres (1501) et a été nommé évêque de Lodi (1503). Après la mort du pa (...)
  • 18 Claude de France avait été promise à Charles de Gand (le futur Charles Quint) lors des traités de (...)
  • 19 Le détail de la campagne est reconstitué dans Vissière 2008, p. 143-169.
  • 20 Seyssel rappelle que le duché appartenait à Louis « par succession paternelle » (Louenges, V, p. 1 (...)

13Conseiller du roi et serviteur complaisant, Claude de Seyssel est également diplomate de 1499 à 1508, envoyé en mission pour arbitrer des situations délicates, en Flandre (1499), à Rome (150317), dans les cantons suisses (1508), en Angleterre auprès d’Henri VII (150818). Mais il est surtout partie prenante des expéditions françaises en Italie, qui se concentrent d’abord sur Milan (conquise en 1499 sur Ludovic Sforza dit le More, perdue puis reprise au More par Louis II de La Trémoille en 150019) puis sur Naples (1501-1504) et enfin sur Gênes (1507). Les Louenges reviennent, surtout aux sections IX (p. 218) et XI (p. 238), sur chacune de ces expéditions, même lorsqu’elles furent un échec comme Naples, en les présentant sous un jour favorable naturellement. Pour s’en tenir au Milanais, Seyssel parle d’une expédition légitime20 et avantageuse : les sujets du roi n’ont qu’à se féliciter d’une telle conquête, qui s’est faite sans accroissement des prélèvements (IX, p. 219), qui élargit les limites du royaume et qui illustre la puissance royale :

  • 21 Au sens de « riviera », côte. L’insistance de Seyssel montre en fait que le sujet ne faisait pas l (...)

« Et oultreplus [Louis XII] avoit fait chose qui surmonte toutes les autres. Car il avoit son empire et sa seigneurie eslargy grandement hors les lymites de Gaule en soubzmettant à son obeissance deux des plus nobles, des plus puissantes et des plus renommées citez du monde : l’une sur la mer, et l’autre en terre ferme. C’est assavoir Millan avecques la Lombardie, et Gennes avecques ses deux rivieres, l’orientale et l’occidentale21. » (I, p. 96)

  • 22 Cette institution, créée le 11 novembre 1499, comprend dix-sept membres italiens ou proches du mon (...)

14Lors de l’entrée du roi dans Milan le 6 octobre 1499, Claude de Seyssel fait partie du cortège. Mais alors que le roi rentre en France après avoir reçu le serment de fidélité des Milanais à la fin du même mois, Seyssel reste sur place comme conseiller royal au « Sénat de Milan22 ». Ce témoignage direct sur la reconquête de Milan à la suite de l’offensive de Ludovic le More tranche sur le vaste balayage opéré pour les époques plus lointaines :

« et de cecy, je n’en parle point par ouyr dire. Car je puis tesmoigner veritablement, tant que touche les deux conquestes de Millan, comme celluy qui fut à la premiere avec luy et demeuray son officier et conseiller au senat qu’il erigea en icelle cité de Millan jusques à ce que ledit seigneur Ludovic Sforce et que ladicte cité se revolta, que je me retiray avec plusieurs grans personnages dedans le chasteau dudit Millan, où je fuz enclos jusques à ce que ledit seigneur Ludovic fut prins et son armée deffaicte, que je sortis avecques les autres. Et demouray en mondit estat environ cinq ans ». (V, p. 138)

  • 23 En 1506-1507, Seyssel participa au « voyage de Gênes », campagne militaire entreprise pour réduire (...)

15C’est presque sur le vif, à la manière d’un « reporter », que Seyssel témoigne des victoires de Milan et de Gênes23. Des détails « vrais », comme les nuits sans sommeil de Georges d’Amboise, ponctuent son récit :

« Durant lequel temps, je vis tout ce qui s’ensuivit et qui fut faict après ladicte victoire, et en eu[s] charge d’une partie. Par quoy je puis tesmoigner sans aucune flaterie, pourtant qu’il est tout notoire que monseigneur le cardinal d’Amboise, qui avoit lors la totale auctorité pour ledit roy Loys, fut deux ou trois nuytz sans gueres dormir pour donner tout l’ordre que possible luy fut, affin d’empescher que la cité et le territoire de Millan et des autres villes du duché ne fussent pillées par les gensdarmes du roy après la victoire, ne les gens du païs prins, fourragez ne oultragez, car ainsi luy estoit mandé. » (V, p. 139)

  • 24 « Et finablement, il [Louis XII] a depuis entretenu presque ung an entier ladicte armée en Lombard (...)
  • 25 Lorsque Seyssel parle de « la nouvelle navigation que les Espaignes ont fait en Levant » (ibid., X (...)

16Plus anecdotiques sont les allusions à l’actualité brûlante que L. Vissière a repérées dans la dernière section (XI), comme l’envoi de troupes francovénitiennes en Lombardie, en février 1508, pour arrêter l’avancée de l’empereur Maxilimien24, ou encore les toutes récentes offensives des Espagnols sur Oran, Bougie et Tripoli25.

17Le lien entre témoignage et panégyrique nous paraît étonnant, et pourtant il relève plutôt du lieu commun à l’époque. Exactement au même moment, en 1504, Érasme associait éloge et témoignage oculaire :

  • 26 Érasme, Correspondance, lettre 180 à Jean Desmarais, février 1504, éd. cit., trad. fr. cit., p. 37 (...)

« Combien Pline le Jeune fut plus heureux que moi, non seulement d’être plus éloquent que moi […] mais surtout d’avoir été témoin de la plupart des actions dont il faisait l’éloge ! Les choses qui nous sont le mieux connues sont aussi celles que nous racontons le mieux. Et rien n’est aussi bien connu que ce que les yeux transmettent à l’esprit26. »

18Il est clair que cette dimension du témoignage est subordonnée à une lecture orientée de l’histoire qui met en jeu la notion de mémoire au sens où « la mémoire du juste sera éternelle, la mémoire des méchants sera odieuse », comme le dit le Dictionnaire de l’Académie. La confrontation des portraits de Louis XI et de Louis XII dans les Louenges est exemplaire à cet égard.

Laudatio et damnatio memoriæ : deux portraits affrontés

  • 27 Ibid., p. 375.
  • 28 Ce remerciement traditionnel, d’abord adressé directement à l’empereur et prononcé le jour de son (...)

19Erasme nous donne une petite leçon d’étymologie en nous rappelant que le panégyrique (panegyris grec, concio latin) signifiait à l’origine discours solennel devant une assemblée27. Il n’a pris le sens d’éloge, de laudatio qu’avec le Panégyrique de Trajan de Pline le Jeune (100) et l’a conservé depuis28. Et y a-t-il de meilleure méthode pour louer un prince en exercice que de le comparer à son prédécesseur ? Reconstituant la vie de l’empereur, Pline ne manquait aucune occasion pour souligner ses mérites, valorisés à la mesure de la damnatio memoriæ de son prédécesseur – comme à propos du retour de Trajan à Rome en 99 :

  • 29 Panégyrique de Trajan, 20, 4, éd. cit.

« Combien dissemblable naguère le passage d’un autre prince [Domitien] ! si toutefois l’on peut appeler passage et non ravage cette marche où il expulsait pour trouver gîte, où à droite, à gauche tout était brûlé et piétiné comme si quelque fléau ou ces barbares mêmes qu’il fuyait s’étaient abattus. Il fallait faire comprendre aux provinces que cette façon de voyager était celle d’un Domitien, non de l’empereur29. »

  • 30 Par exemple : « Tant et de tels mérites ne te rendaient-ils pas digne de nouveaux honneurs, de nou (...)

20Sur ce modèle, Seyssel bâtit donc un panégyrique à caractère antinomique du prince régnant. Il ne reprend pas l’énonciation à la deuxième personne typique du genre30, mais bien la construction autour d’une comparaison antithétique. Le portrait du roi présent appelle l’anti-portrait disqualifiant d’un prince précédent, comme chez Pline, qu’il cite explicitement, l’éloge de Trajan impliquait un anti-éloge de Domitien : « et son regne [de Louis XI] est autant different du regne moderne comme l’empire de Domician à celluy de Trajan » (VIII, p. 180).

  • 31 Mais, à moins de supposer une connaissance par le biais d’une circulation en Normandie du manuscri (...)
  • 32 Il détaille ainsi le conflit du dauphin Louis avec Charles VII (p. 181), les règlements de compte (...)

21C’est pourquoi on croit souvent reconnaître, dans le portrait de Louis XI à la section VIII des Louenges, des échos du terrible réquisitoire de l’évêque de Lisieux, Thomas Basin, dans son Histoire de Louis XI31. Seyssel n’omet aucun épisode historique utile pour son portrait à charge32, tandis que l’extension territoriale du royaume sous Louis XI, avec le rattachement de la Bourgogne et de la Picardie à la France, n’apparaît qu’à l’arrière-plan. Le portrait est accablant : le roi est détesté des trois états du royaume, des nobles autant que du menu peuple, et même d’une partie du clergé qui lui adresse des remontrances. Le portrait psychologique montre un homme tyrannique, dont toutes les « fins estoient d’estre craint et obey de trestous », et un homme vivant dans le soupçon perpétuel, ce qui l’amène à créer une atmosphère de délation générale dans le royaume, à commettre des erreurs judiciaires irréparables et à employer des hommes de main sans scrupule comme Olivier Le Daim et le redouté Tristan Lhermite :

« Car pour l’ymaginacion qu’il avoit contre eulx, il entroit facillement en souspeçon de plusieurs gens et creoit legierement aux rapporteurs, de sorte que bien souvent sans grans indices, il faisoit prendre et gehenner plusieurs gens, et tant nobles que autres, et quelque fois, comme l’on dit, mourir ; dont puis après estant adverty de leur innocence, se repentoit et taschoit l’amender en quelque façon. Et s’il le commandoit chauldement, il avoit Tristant Lhermite, son prevost des mareschaux, homme sans pitié, qui l’executoit aussi promptement, et n’y avoit de luy aucun appel, tellement que l’on veoit autour des lieux où ledit roy se tenoit, grant nombre de gens penduz aux arbres, et les prisons et aultres maisons cironvoisinnes plaines de prisonniers, lesquelz on oyoit bien souvent de jour et de nuyt crier pour les tourmens qu’on leur faisoit, sans ceulx qui estoient secrettement gettez en la riviere. » (VIII, p. 194-195)

22Les vertus de Louis XII répondent trait pour trait aux vices de cet antimodèle. À la dévotion superstitieuse de l’un, répond la piété de l’autre. Si Louis XI multiplie bien les dons aux sanctuaires dans le royaume et même en dehors de ses frontières, ses prières sont directement intéressées et concernent sa propre conservation corporelle, sans souci du salut de son âme, comme en atteste sa dévotion à sainte Eutrope, protectrice contre l’hydropisie :

« faisant une fois reciter par ung prestre l’oraison que l’on faisoit en l’eglise à sainct Eutrope auquel il s’estoit voué et recommandé, et voyant qu’elle contenoit et requeroit pour avoir santé de l’ame et du corps, commanda que l’on ostast ce mot l’ame, disant que c’estoit assez que ledict sainct luy fist avoir santé du corps sans l’importuner de tant de choses ». (VIII, p. 195)

  • 33 Si la piété de Louis XII peut alors être vantée sans réserve, ce ne sera plus le cas après la mort (...)

23Sur ce point, l’irréprochable Louis XII33 souffre la comparaison avec Charlemagne et même avec saint Louis :

« Et tant que touche le zele de la religion crestienne et l’observance et veneration du sainct siege apostolique, [il peut] estre reputé esgal à luy [Charlemagne]. » (V, p. 125)

24Même opposition concernant la piété filiale. Ainsi le dauphin Louis, « par le temps qu’il fut en Flandres fuytif, luy ne ceulx qui l’avoient suivy ne desiroient ne demandoient aucune chose tant que la mort de sondict pere » (VIII, p. 181). La première action du duc d’Orléans, quand il accède à la couronne, est au contraire d’honorer ses parents décédés et ses aïeux :

« a fait faire en la cité de Paris en l’eglise des Celestins ung sepulchre du plus fin marbre que l’on treuve, ouvré et entaillé en toute excellence et en icelluy apporter les ossemens de sondit pere qui estoient en l’eglise de Bloys, en aussi grant pompe, sollennité et service d’eglise que s’il fust trespassé sur l’heure ». (V, p. 129)

  • 34 « […] s’il [Louis XI] estoit craint et peu aymé des princes et des grans en general, si estoit il (...)

25Au mépris de l’un pour son peuple, qu’il accable d’impôts34, ce qui alimente sa légende noire, répond le souci de l’autre pour son bien-être, avec une politique de réduction de la taille qui relèverait d’une véritable attitude paternelle :

« Il n’est besoing declairer la liberalité qu’il a usé envers son peuple et ses subjectz. Car jamais n’a pensé en aultre chose que de les soulaiger de toutes charges le plus qu’il pourroit, de leur diminuer les tailles et les garder d’oppression et de pillerie. » (IX, p. 210)

  • 35 À propos de Charlotte de Savoie, Seyssel nous dit que si Louis XI « l’alloit veoir quelque fois » (...)

26Au dédain de l’un pour une épouse en qui il ne vit jamais que la génitrice de ses enfants35, répond l’amour conjugal de l’autre « au regard de la royne Anne duchesse de Bretaigne » :

« depuis qu’il l’a espousée, l’a tousjours tant et si grandement aymée, estimée et cherie qu’il a en elle mys et reposé tous ses plaisirs et toutes ses delices, ne jamais a esté souspeçonné d’avoir violé son mariage ne prins plaisir charnel ne volupté avec autre femme, combien que on luy en aie souvent offert de bien belles et plaisantes ». (IX, p. 206)

27La vertu morale personnelle se mêle ici à la vertu politique puisque ce mariage – qui n’aurait jamais dû exister – maintient le duché de Bretagne dans le domaine royal et offre une image de concorde et d’harmonie à la tête de l’État. De même, à la méfiance de Louis XI envers son propre fils Charles, répond l’amitié de Louis XII pour son neveu et gendre, son successeur en l’absence d’une descendance mâle qui est toujours espérée en 1508 :

« Et au regard du conte de Angoulesme [le futur François Ier, né en 1494], son nepveu et plus prochain parent, il luy a donné la duché de Valois et, qui est plus grande chose, sa fille unique en mariage. Et par effect l’ayme aussi cordiallement que il pourrait estre aymé de son pere, se il vivoit [Charles d’Angoulême, mort en 1496], et de sa mere, qui est en vie [Louise de Savoie]. » (IX, p. 205)

  • 36 En 1500, le duc de Milan avait essayé de s’enfuir en se déguisant en Suisse ; il est arrêté et tra (...)
  • 37 Lors de la reprise de Gênes en 1507, après la révolte suscitée par Paolo de Novi, un teinturier de (...)

28Mais surtout, dans le domaine proprement politique, ce sont les vertus princières par excellence que sont la libéralité et surtout la clémence qui ressortent du parallèle avec Louis XI. Les reprises de Milan sur le duc Ludovic Sforza36 et de Gênes37 témoignent de cette miséricorde exemplaire. Seyssel reviendra sur cette vertu princière en 1510, dans la préface de sa translation d’Appien, qui mêle propos général et références à l’actualité : il s’adresse ainsi à son roi :

  • 38 Préface à Appian Alexandrin, Historien grec…, Gabriel Buon, 1560, n. p. Texte reproduit aussi dans (...)

« envers ceulx mesmes lesquels estans ainsi humainement traictez, par mauvais conseil, et à la persuasion d’aucuns principaulx et seditieux, s’estoient rebellez contre vous, après que par force et par prouesse d’armes les avez reduicts à vostre volunté, avez usé tant d’humanité et clemence, qu’à peine l’on pouvoit apercevoir qu’eussiez eu aucun maltalent à l’encontre d’eulx38 ».

29Dans cette même préface, il souligne aussi les effets politiques bénéfiques d’une répression modérée et d’un gouvernement par la douceur, thème qui sera développé dans la Monarchie de France en 1515 :

  • 39 Ibid. Voir aussi la Ve partie de la Monarchie de France.

« [Les sujets d’Italie nouvellement conquis] se reputeront bien heureux d’estre tombez entre vos mains : et congnoistront la doulceur et suavité de la domination des Françoys. Car jaçoit que les ayez conquis par force d’armes, et par exploits de guerre très somptueux, toutesfois n’avez point tasché à les piller, ne departir leurs terres et citez à vos gendarmes, n’y à leur imposer charges nouvelles, et tributs non acoustumez39. »

  • 40 Érasme, Correspondance, éd. cit., trad. fr. cit., p. 370 (nous soulignons).
  • 41 Ibid., p. 372 : « Ce que j’ai écrit toutefois est moins éloge qu’avertissement. Rien n’est plus eff (...)
  • 42 Ibid., p. 375.

30Ce portrait uniformément flatteur de Louis XII et de sa politique relève-t-il de la flatterie ? C’est pour nous une évidence. Les protestations d’Érasme comme de Seyssel suggèrent une réponse plus nuancée. Par un heureux hasard, nous disent-ils, la vérité et l’idéalisation, qui est la loi de ce genre littéraire, concordent dans les cas de Philippe le Beau et de Louis XII : « J’aurais probablement pu m’en tenir à cette formule [d’une idéalisation à but pédagogique ou thérapeutique] si je n’avais pas eu affaire à un prince tel que pour le louer je n’avais rien à dire qui ne fût vrai : grand bonheur pour moi », confie Érasme à l’évêque d’Arras, dédicataire de son Panégyrique40. De fait, dans la pensée du temps, l’image édifiante du souverain n’est pas à comprendre seulement comme un reflet flatteur, à fonction référentielle, mais comme un programme à réaliser, à fonction pragmatique. Seyssel et Érasme ne cherchent pas seulement à s’acquérir les bonnes grâces de leur suzerain, mais à lui indiquer la voie à suivre dans l’avenir : l’idéalisation du portrait ne se confond pas avec l’adulation si elle tient lieu d’encouragement, d’incitation pour le prince à se conformer à cette image. L’éloge fait figure d’exhortation et d’avertissement, surtout quand il s’adresse à un prince en début d’exercice41. Ce qui est proposé à tous, c’est, au bout du compte, non le portrait d’un homme, mais « comme un aimable portrait de la vertu, sous le nom qui lui convient le mieux, et sous le titre le mieux fait pour le recommander à la multitude42 ».

  • 43 Fumaroli 1979.

31Pour conclure donc sur ce texte hybride, mixte d’histoire nationale, de panégyrique royal et de Mémoires des choses survenues du temps de l’auteur, le témoignage a bien sa place marquée dans les Louenges, mais il apparaît comme une pièce à verser au dossier de la grandeur de la politique de Louis XII, comparée à la médiocrité ou au caractère nuisible des actions de ses prédécesseurs. Le modèle judiciaire et l’orientation apologétique restent donc fortement présents. On ne témoigne pas pour dire le réel, avec un souci du vécu et un scrupule historique pour lors inconnus. Il s’agit plutôt de porter témoignage auprès du tribunal de l’histoire d’un surnom mérité, comme celui de « père du peuple », pris dans un sens nouveau par rapport au titre impérial romain ; ou de la grandeur d’une victoire par exemple, comme celle de Gênes (1507) où Louis XII a combattu en personne : « Et croy fermement que ceulx qui liront ceste victoire d’icy à deux cens ans, considerant la grandeur, la difficulté et la celerité d’icelle, jugeront que ce soit chose fabuleuse, ou la plus heureuse et la plus fortunée qui advint gueres jamais à un prince. » (V, p. 137) L’historien s’attache moins aux détails des faits divers et aux aspérités de la réalité qu’il ne célèbre ces moments d’exception où le miracle se fait réalité, où la « chose fabuleuse » se confond avec le fait historique. Le temps où l’historiographie rompt avec « l’optique panégyrique ou édifiante » (pour paraphraser M. Fumaroli43) et se constitue en discipline indépendante de « la rhétorique démonstrative » n’est pas encore venu en 1508.

Bibliographie

Œuvres citées

Basin Thomas, Histoire de Louis XI, t. 1, éd. et trad. C. Samaran, Paris, 1963.

Commynes, Mémoires, éd. crit. Joël Blanchard, Paris, Livre de Poche, 2001.

Érasme, Correspondance, lettres 179 et 180 : Opus Epistolarum, éd. P. S. Allen, Oxford, 1908, t. 1, p. 396-403; trad. fr. M. Delcourt, Paris, Gallimard, 1967, p. 370-377.

Pline le Jeune, Panégyrique de Trajan, éd. M. Durry, Paris, Les Belles Lettres, 1947, rééd. 2002.

Seyssel Claude de, Les Louenges du roy Louys XII (1508), édition critique de Laurent Vissière et Patricia Eichel-Lojkine, Genève, Droz, 2009.

Seyssel Claude de, La Proposition et harangue par messire Claude de Seyssel… au roi d’Angleterre Henri septième… pour le mariage de Madame Claude de France avecques Monsieur le duc de Valois. Laquelle depuis a esté translatée de latin en françois (Paris, 1506, in-8) ; rééd. Théodore Godefroy, Histoire de Louys XII, Paris, Abraham Pacard, 1615, 2 parties en 1 vol., in-4° (La Proposition et harangue…).

Seyssel Claude de, Préface à Appian Alexandrin, Historien grec…, Gabriel Buon, 1560, n. p. Éd. moderne (avec la Monarchie de France), éd. crit. J. Poujol, Paris, Librairie d’Argences, 1961, p. 74-87.

Panégyriques latins, éd. E. Galletier, Paris, Les Belles Lettres, collection Budé, 1949-1955, 3 vol.

Notes

1 Enea Silvio Piccolomini choisit le nom de Pie II en souvenir du « pieux Énée » (pius Aeneas) lorsqu’il devint pape en 1458, peu après la prise de Constantinople par Mahomet II (1453). Quand la mort le surprend en 1464, à Ancône où il s’apprêtait à lancer une croisade contre le Turc, Pie II laisse des Commentarii où, sur le modèle césarien, il parle de lui à la troisième personne et s’attache à justifier les actions majeures de son pontificat, et pour cela commence par relater son enfance dans le pays siennois (à Corsignagno, devenu Pienza), ses importantes missions diplomatiques et sa fulgurante carrière dans l’Église à Sienne, Florence et Rome. Commentarii rerum memorabilium quae suis temporibus contigerunt (Commentaires de faits remarquables survenus de son temps) : traduction italienne intégrale : I Commentari, a cura di M. Marchetti, Sienne, Cantagalli, 1997, 2 tomes ; adaptation et trad. française : Mémoires d’un pape de la Renaissance. Les Commentarii de Pie II présentés et annotés par I. Cloulas et V. Castiglione Minischetti, Paris, Taillandier, 2001.

2 Mémoires, éd. crit. Joël Blanchard, Paris, Livre de Poche, 2001 (introduction, en part. p. 43 et p. 48).

3 Histoire d’Italie, traduction française J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, Paris, Robert Laffont, 1996, 2 vol. 

4 L’entreprise avait pour le but d’offrir au roi la connaissance de ces histoires de conquêtes, de guerres et de conflits civils utiles à son instruction politique. Seyssel s’est ainsi lancé dans la traduction partielle de l’Anabase de Xénophon (citée à la fin des Louenges, XI, p. 255), des Guerres des Romains d’Appien d’Alexandrie, de l’Histoire de Diodore de Sicile et de la Guerre du Péloponnèse de Thucydide.

5 Toutes les références renvoient à l’édition critique faite en collaboration avec Laurent Vissière, Genève, Droz, 2009, « Les classiques de la pensée politique », 21.

6 Sur le Panegyricus (Anvers, Thierry Martens, 1504), voir la Correspondance d’Érasme, en particulier la lettre-dédicace 179 à Nicolas Ruistre, février 1504 ; Opus Epistolarum, éd. P. S. Allen, Oxford, 1908, t. 1, p. 396-403 ; trad. fr. M. Delcourt, Paris, Gallimard, 1967, p. 370-372 (ici p. 371).

7 Louenges, IV, p. 118.

8 Ibid., VI, p. 154.

9 Ibid., VI, p. 161.

10 Ibid., VI, p. 164.

11 Frédéric Duval attribue cet intérêt nouveau à plusieurs facteurs : « le développement du sentiment national, exacerbé par la guerre de Cent ans, la théorisation du pouvoir royal et la remise en cause du rôle militaire et politique de l’ancienne aristocratie » (Duval 2007, p. 315).

12 La proposition et harangue…, éd. Théodore Godefroy, Paris, Pacard, 1615, p. 225.

13 Commynes, Mémoires, éd. cit., introduction p. 50.

14 La mesure constituait un passage obligé pour le mariage du roi avec Anne de Bretagne en 1499, qui devait permettre d’assurer la continuité dynastique et l’« annexion » du duché de Bretagne.

15 Les menaces et le harcèlement sont attestés, Louis XI veilla effectivement à ce que son gendre couchât régulièrement avec sa fille, et après sa mort, Anne de Beaujeu se chargea de poursuivre cette politique. Mais l’allusion à la prison est une exagération : Louis d’Orléans ne fit de la prison qu’après sa défaite à Saint-Aubin-du-Cormier en 1488, et c’est sa femme qui finit par obtenir sa grâce… ce dont Louis ne lui sut aucun gré, tellement il l’avait en horreur.

16 Sur le divorce du roi, voir Vissière 2008, p. 142-143.

17 Seyssel est entré dans les ordres (1501) et a été nommé évêque de Lodi (1503). Après la mort du pape Alexandre VI, il se rend au Saint Siège pour deux conclaves où il accompagne le cardinal d’Amboise qui nourrissait des ambitions pontificales (1503).

18 Claude de France avait été promise à Charles de Gand (le futur Charles Quint) lors des traités de Blois (22 septembre 1504). Seyssel est chargé de justifier au niveau international la rupture de ce mariage, qui avait les faveurs d’Anne de Bretagne, au profit d’un nouveau parti, François d’Angoulême, l’héritier présomptif de la couronne (le futur François Ier). Ces nouvelles fiançailles d’une princesse alors âgée de sept ans correspondent à la volonté des députés réunis aux États de Tours – et sollicités par le pouvoir pour lui adresser une telle requête (14 mai 1506) – ainsi qu’à la volonté expresse du roi, exprimée en quelque sorte sur son lit de mort, au plus fort de sa maladie (31 mai 1505). Le discours au roi d’Angleterre est publié en 1506 en latin et en traduction française (rééditée à deux reprises entre 1506 et 1508), sous le titre : La Proposition et harangue par messire Claude de Seyssel… au roi d’Angleterre Henri septième… pour le mariage de Madame Claude de France avecques Monsieur le duc de Valois. Laquelle depuis a esté translatée de latin en françois (Paris, 1506, in-8) ; texte réédité par Théodore Godefroy dans son Histoire de Louys XII en 1615 (La Proposition et harangue…). Voir Vissière 2008, p. 193-196.

19 Le détail de la campagne est reconstitué dans Vissière 2008, p. 143-169.

20 Seyssel rappelle que le duché appartenait à Louis « par succession paternelle » (Louenges, V, p. 133) et « par droiture » (ibid., IX, p. 219), à la suite de l’union entre son aïeul Louis d’Orléans avec Valentine Visconti en 1387 (ibid., IX, p. 214).

21 Au sens de « riviera », côte. L’insistance de Seyssel montre en fait que le sujet ne faisait pas l’unanimité et que des critiques s’élevaient contre cette politique agressive, au point de citer en exemple l’exécrable Louis XI : « Parquoy ne me puis assez merveiller d’ung tas de gens, ingratz et mescongnoissans du bien qu’ilz ont, qui blasment nostre roy Loys d’avoir fait la guerre en Ytalie disans qu’il devoit, ainsi que fist ledit roy Loys XIe, borner son royaulme, et non point sortir dehors » (ibid., IX, p. 218).

22 Cette institution, créée le 11 novembre 1499, comprend dix-sept membres italiens ou proches du monde italien. Seyssel reste en fonction pendant cinq ans environ, jusqu’en 1505, et participe à l’organisation des territoires conquis. C’est pourquoi il se présente en praticien, et non en clerc de cabinet : voir ici même F. Collard, p. 46-49.

23 En 1506-1507, Seyssel participa au « voyage de Gênes », campagne militaire entreprise pour réduire la révolte fomentée par Paolo de Novi dans cette ville française depuis plusieurs années. Il se dit fier d’avoir fait partie de la suite du roi qui assista à la reddition de la ville en avril 1507 : « [le roi] suivit avec ung autre grant nombre de princes, de nobles et d’autres gens de tous estatz (du nombre desquelz je me tiens bien heureux d’avoir esté et veu tout le progrès de la victoire) » (ibid., V, p. 135).

24 « Et finablement, il [Louis XII] a depuis entretenu presque ung an entier ladicte armée en Lombardie et aux terres des Veniciens pour resister aux entreprinses du roy des Rommains, qui venoit avec la puissance de l’Empire troubler l’estat d’Italie » (ibid., XI, p. 239). En février 1508, Maximilien était venu se faire proclamer empereur dans la cathédrale de Trente, et avec une armée imposante, il avait menacé l’Italie du Nord. Des troupes franco-vénitiennes l’avaient cependant coupé dans son élan, mais Venise avait ensuite négocié une trêve avec lui sans en avertir Louis XII, à la grande colère de ce dernier.

25 Lorsque Seyssel parle de « la nouvelle navigation que les Espaignes ont fait en Levant » (ibid., XI, p. 255) cela concerne la conquête espagnole de Mellila (1493) et Mers el-Kébir (1505), mais aussi les campagnes qui sont sur le point d’aboutir à l’occupation d’Oran, Bougie et Tripoli (1509-1510).

26 Érasme, Correspondance, lettre 180 à Jean Desmarais, février 1504, éd. cit., trad. fr. cit., p. 377 (nous soulignons).

27 Ibid., p. 375.

28 Ce remerciement traditionnel, d’abord adressé directement à l’empereur et prononcé le jour de son entrée en charge, a été considérablement amplifié par l’auteur dans un second temps. Le texte, redécouvert et édité à la fin du XVe siècle, devient le modèle du genre avec les Panegyrici veteres latini, douze panégyriques latins datant du IVe siècle. Le Panégyrique de Trajan a été publié avec les Panegyrici veteres vers 1482 à Milan par Francesco dal Pozzo (Franciscus Puteolanus), editio princeps. Le Panégyrique de Pline est l’objet de nombreuses autres éditions italiennes, où il se trouve avec les Panégyriques latins (1500) ou seul (1498, 1506, 1508). Éd. modernes : Pline le Jeune, Panégyrique de Trajan, éd. M. Durry, 1947, rééd. 2002 et Panégyriques latins, éd. E. Galletier, Paris, Les Belles Lettres, collection Budé, 1949-1955, 3 vol. 

29 Panégyrique de Trajan, 20, 4, éd. cit.

30 Par exemple : « Tant et de tels mérites ne te rendaient-ils pas digne de nouveaux honneurs, de nouveaux titres ? Mais tu refusais même celui de Père de la Patrie » (Panégyrique de Trajan, 21, 1, éd. cit.).

31 Mais, à moins de supposer une connaissance par le biais d’une circulation en Normandie du manuscrit, rien n’indique que Seyssel ait pu lire ce texte composé en latin entre 1472 et 1484, édité seulement au XIXe siècle. L’ouverture de l’ouvrage contient des allusions aux pires empereurs romains. L’historien se demande, à propos de Louis XI, s’il doit écrire l’histoire d’un roi aussi néfaste, comparable aux « Caligula, Néron, Domitien, Commode » : « Fallait-il réaliser notre projet ou plutôt, mettant en vacances notre plume, renoncer à tenir notre engagement ? » L’écrivain ne risque-t-il pas, dans ce cas, d’être pris pour un « médisant » plutôt que pour un « historien véridique » ? (Histoire de Louis XI, t. 1, éd. et trad. C. Samaran, Paris, 1963, p. 3-5).

32 Il détaille ainsi le conflit du dauphin Louis avec Charles VII (p. 181), les règlements de compte à l’égard des anciens conseillers de son père, politique qui entraîna la terrible révolte féodale dite du Bien Public en 1465 (p. 182-183), la relégation de Louis XI de son propre fils, le dauphin Charles à Amboise – interprétée comme une brimade alors qu’il s’agissait plutôt d’une mesure pour surprotéger un enfant de santé fragile (p. 191) –, les rudesses à l’égard de la reine, Charlotte de Savoie (p. 191) et les soupçons à l’égard de ses serviteurs (p. 192). Sur l’opposition Louis Xi/Louis XII, voir ici même U. Langer, p. 39.

33 Si la piété de Louis XII peut alors être vantée sans réserve, ce ne sera plus le cas après la mort du cardinal d’Amboise, avec la crise gallicane et le patronage du concile dissident de Pise contre le pape Jules II (1er novembre 1511).

34 « […] s’il [Louis XI] estoit craint et peu aymé des princes et des grans en general, si estoit il encores plus hay du peuple, lequel il chargea de son temps si fort de tailles » (Louenges, VIII, p. 193).

35 À propos de Charlotte de Savoie, Seyssel nous dit que si Louis XI « l’alloit veoir quelque fois » (dans le château où il l’avait reléguée et obligée à vivre chichement), c’était « plus pour desir d’avoir lignée que pour plaisir qu’il print avec elle », ce qui ne pouvait manquer de provoquer la réciproque : « souvent est bien à croire qu’elle n’avoit pas grant voluptez ne grant passetemps en sa compaignie » (ibid., VIII, p. 192).

36 En 1500, le duc de Milan avait essayé de s’enfuir en se déguisant en Suisse ; il est arrêté et transféré en France « estant toutesfois humainement traicté » (ibid., V, p. 134).

37 Lors de la reprise de Gênes en 1507, après la révolte suscitée par Paolo de Novi, un teinturier devenu doge, Louis XII fit preuve d’une clémence exemplaire selon Seyssel : « Et tant que touche les Genevois [= Gênois] qui avoient plus griefvement mesprins et presumptueusement delinqué, il usa toutesfois envers eulx de semblable clemence […]. Et certainement ce fut grant chose avoir vaillamment et glorieusement vaincu, mais plus grande avoir pardonné, car l’ung vient de force et de hardiesse, et l’autre d’attrempance et de bonté » (ibid., V, p. 140).

38 Préface à Appian Alexandrin, Historien grec…, Gabriel Buon, 1560, n. p. Texte reproduit aussi dans la MF, éd. Poujol, p. 74-87.

39 Ibid. Voir aussi la Ve partie de la Monarchie de France.

40 Érasme, Correspondance, éd. cit., trad. fr. cit., p. 370 (nous soulignons).

41 Ibid., p. 372 : « Ce que j’ai écrit toutefois est moins éloge qu’avertissement. Rien n’est plus efficace pour amender les princes que de leur proposer, sous couleur de louange, le modèle du bon prince […] » et p. 376 : « j’ai décrit le prince, tel qu’il est, à la vérité, mais qui brille déjà, à côté des biens de la fortune où il est sans rival, de grandes vertus, telles qu’il n’en est aucune qu’on ne puisse attendre de lui dans l’avenir ».

42 Ibid., p. 375.

43 Fumaroli 1979.

Auteur

Professeur à l’université du Maine en lettres. Ses recherches portent pour partie sur l’historiographie au XVIe siècle : sur le genre des Vies en France et en Italie (Le Siècle des grands hommes. Les recueils de Vies d’hommes illustres avec portraits du XVIe siècle, Peeters, 2001 ; De bonne vie s’ensuit bonne mort…, dir., Champion, 2006) ; sur littérature et histoire (dossier « La Trahison », Seizième Siècle, 5-2009) ; sur Claude de Seyssel (édition, en collaboration avec Laurent Vissière, des Louenges du roy Louys XII (1508), Droz, 2009). Ses travaux portent pour partie sur des domaines autres de la littérature de la Renaissance : la poétique de la parodie (Excentricité et Humanisme, Droz, 2002) ; l’allégorie (L’Allégorie de l’Antiquité à la Renaissance, dir., Champion, 2004) ; la genèse du conte merveilleux moderne (en cours).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540