Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Claude de Seyssel

 | 
Patricia Eichel-Lojkine

Deuxième partie. Représenter la société, le pouvoir et l’histoire

L’écriture du gouvernement et de la force en France et en Italie au début du XVIe siècle

Jean-Louis Fournel

Texte intégral

« sono le forze che facilmente si acquistano i nomi, non i nomi le forze ».
N. Machiavelli, Discorsi sulla prima deca di Tito Livio, I, 34.

Histoire d’une erreur philologique de longue durée

  • 1 J. H. Hexter, dont la réflexion sur Seyssel fut liée à la préparation d’une édition anglaise de la(...)
  • 2 Par ailleurs on sait que la publication de l’Utopia de More date de 1516.
  • 3 Il ne s’agit pas pour moi en effet de faire dialoguer les auteurs au nom d’une abstraite et livres (...)
  • 4 Voir sur ce point les remarques de C. Vivanti à propos de la seconde mission de Machiavel en Franc (...)

1C’est un lieu commun critique que de rapprocher Seyssel et Machiavel : d’ordinaire, on remarque, à l’image de ce que fit Hexter dans son ouvrage sur la « vision de la politique au temps de la réforme1 », que les deux auteurs (auxquels on accole à l’occasion Thomas More) ont écrit quasiment au même moment un ouvrage novateur sur la « politique » : d’un côté Le Prince en 1513 (publié posthume au début du mois de janvier 1532), de l’autre la Monarchie de France écrite en février/mars 1515 avant le départ de Seyssel pour son évêché de Marseille (puis rapidement publiée en juillet 1519, un an avant la mort de l’auteur2). Comme si la contemporanéité de la rédaction de textes dont chacun des auteurs respectifs ignorait probablement tout suffisait à lancer d’improbables ponts entre les œuvres et à justifier un de ces dialogues improbables dont l’histoire des idées a le secret3. La seule chose sûre, c’est que, s’ils se sont rencontrés, c’est probablement avant 1513, date de la rédaction du Prince – en France lors d’une des missions de Machiavel en 15044, voire à Rome lors du conclave qui a élu Jules II, en 1503. Ce ne sera donc évidemment pas de là que je partirai même si l’élément chronologique a son importance pour la description d’un moment historique singulier où les histoires – et donc les pensées qui en sont issues – du royaume de France et de la péninsule italienne sont indissolublement liées.

  • 5 Ce manuscrit – coté Urb. Lat. 858 – se trouve dans un recueil de textes politiques, dont un grand (...)
  • 6 Dizionario Biografico degli Italiani, Istituto della Enciclopedia italiana, p. 186-192. Clough écri (...)
  • 7 Bourdon 1908, p. 1-29. Bourdon remarque que la précision de la traduction anonyme est beaucoup plus (...)

2Mon envie de dire quelque chose sur les rapports éventuels entre les langues des textes des penseurs florentins des guerres d’Italie et celle du traité politique majeur de Claude de Seyssel naît en fait d’une erreur philologique, ou si l’on préfère d’une erreur de catalogage, reprise par les classements d’une grande bibliothèque, en l’occurrence la Bibliothèque Vaticane5. Je veux parler d’un manuscrit intitulé Del governo del regno di Francia qui fut longtemps attribué à Lodovico da Canossa, évêque de Bayeux, célèbre aussi pour avoir été choisi par Castiglione comme l’un des devisants du Livre du Courtisan. L’attribution d’un texte censé être une instruction au jeune roi François Ier pour la conservation du duché de Milan eut d’ailleurs la vie dure puisqu’elle se maintint trois siècles durant (on en trouve encore une trace dans les années 1960 avec l’entrée que C. H. Clough consacre à Canossa dans un instrument de référence comme le Dizionario biografico degli italiani6). Et pourtant, comme l’avait montré dès 1908 Pierre Bourdon dans un article des Mélanges d’archéologie et d’histoire de l’école Française de Rome7 (il y a donc un siècle !), ce manuscrit n’est en fait qu’une traduction italienne de la Monarchie de France de Seyssel, traduction qui fut réalisée à une date inconnue par un auteur qui reste à identifier (même si probablement, selon les conjectures de Pierre Bourdon, le manuscrit remonte probablement au début du XVIIe siècle). La simple comparaison des deux textes français et italien suffit à convaincre de la justesse de l’analyse même un piètre philologue : si Ranke et d’autres n’y ont pas prêté garde, c’est tout simplement qu’ils n’avaient pas fait cette comparaison, probablement du fait d’une méconnaissance du texte de Seyssel. Une méconnaissance qui n’était pas évidemment partagée par les contemporains du Savoyard…

3Toutefois, il ne s’agit pas évidemment ici de s’attarder sur une erreur philologique, mais plutôt de relever que, comme souvent, l’erreur d’attribution comprend, de façon borgesienne, sa part de vérité et d’enseignement. Si on a pu croire aussi longtemps à l’authenticité de l’attribution, si encore il y a moins de cinquante ans un très bon connaisseur de cette époque troublée des guerres d’Italie comme Clough pouvait ne pas nourrir de doute sur celle-ci, c’est que l’attribution n’était pas absurde. Bien sûr, Canossa n’avait pas écrit ce texte (et la démonstration de Pierre Bourdon ne souffre pas de contestation) mais il n’en reste pas moins qu’il aurait pu le faire, ce qui n’est pas de peu d’importance. En définitive, il suffisait de ne pas connaître le texte de Seyssel pour le croire. Le fait que ledit texte de Seyssel puisse ressembler au texte d’un autre nous dit donc selon moi quelque chose sur la langue de la politique chez Claude de Seyssel. La langue de la politique telle qu’elle se déploie dans un anonyme manuscrit en langue italienne ne semblait pas de façon évidente celle d’une traduction du français, comme si se faisait jour, entre deux textes politiques virtuels, l’un écrit en français et l’autre en langue vulgaire italienne, une proximité du propos et des énoncés telle qu’elle induisait une forme de porosité par rapport à la pensée et à la langue de la politique de l’autre.

  • 8 Sur cette question, outre la bibliographie concernant Christine de Pizan, on se reportera aux trav (...)
  • 9 Voir par exemple pour le cas milanais Santoro 1948 et Vitale 1953.
  • 10 Le cas florentin est à cet égard particulièrement significatif avec sa suite quasiment ininterromp (...)
  • 11 Dante en est évidemment l’exemple le plus représentatif et certains passages de la Divine Comédie (...)

4Et pourtant, les histoires des deux langues vulgaires sont bien différentes, notamment pour ce qui concerne la langue de la politique, très marquée en France par l’héritage des entreprises systématiques de traduction d’Aristote ou d’Augustin sous le règne de Charles V dit le sage au XIVe siècle (dont le règne dure de 1360 à 13808). Au contraire, la langue vulgaire politique émerge en Italie d’abord comme une langue de chancellerie9 et comme langue des chroniques10, ou de la poésie à contenu politique11. Tout se passe comme si, au-delà des études de nature strictement linguistique, la micro-histoire de cette traduction de Seyssel nous disait donc quelque chose des rapprochements et de l’émergence de façons nouvelles de dire la politique des deux côtés des Alpes au début du XVIe siècle.

  • 12 Voir sur ce point la polémique, débat intéressant et loin d’être superfétatoire, entre Giorgio Ing (...)
  • 13 Le traducteur anonyme de Seyssel ne s’y est pas trompé qui la plupart du temps traduit « monarchie (...)

5Partant, même si Seyssel n’a pas lu Machiavel et si Machiavel n’a pas lu Seyssel, ces auteurs de temps de guerre parlent de la même chose et de façon comparable sinon analogue. Ils parlent non pas seulement du « prince » (voire des « principats » – si l’on en croit la polémique sur le titre de l’opuscule de Machiavel12) ou de la « monarchie » comme les titres de leurs ouvrages le laissent supposer mais d’abord et surtout du « gouvernement13 » comme l’apocryphe titre du manuscrit de la traduction italienne de Seyssel nous le dit, c’est-à-dire ici des façons de gouverner et des éléments variables du gouvernement selon les lieux et les circonstances, ou encore de la « force », à savoir de ce curieux mélange d’union du royaume, d’obéissance au prince, de richesse et de vertu militaire (illustré par le début de la troisième partie de la Monarchie de France) qui très vite se réduit à la force des armées.

Une écriture rapide, une écriture nécessaire

  • 14 Voir sur ce point le premier titre de l’Utopie de More qui renvoie à la recherche du meilleur gouv (...)

6Or parler du gouvernement, voire des façons de gouverner au début du XVIe siècle, c’est parler de tout autre chose que de ce dont pouvait parler un traditionnel traité sur l’éducation du meilleur des princes ou sur la description du meilleur des régimes (selon les deux filons dominants de la pensée politique traditionnelle – qu’on l’appelle specula principum, de regimine principum ou de optimo reipublicae statu14).

  • 15 Le fait que Seyssel soit en fait un Savoyard lui donne sans doute d’ailleurs la distance nécessair (...)
  • 16 Sur la question des sens successifs du mot stato, status ou état, voir les études de Post 1964 et (...)
  • 17 Voir sur ce point Senellart 1995.

7Et ce qui rapproche nos auteurs florentins ou français d’adoption15, c’est justement la conviction – qui ne va pas de soi, au vu de leurs écrits précédents – qu’est venu pour eux le moment, au milieu de la deuxième décennie du siècle, d’écrire, et d’écrire rapidement, en langue vulgaire, un traité d’un genre nouveau, relativement bref, sur cet objet curieux qu’est le gouvernement et qui peine à émerger de la gangue du regimen médiéval et à se définir par rapport à la polysémie expansive et extensive du stato16, qui donnera l’État, sans se limiter à la domination17. On aurait ainsi pu évoquer avec les mêmes mots un autre traité né à Florence sur le gouvernement dont il n’est pas impossible que Seyssel aussi bien que Machiavel aient eu l’occasion de le lire dans une des trois éditions qui en furent publiées au printemps 1498 : le Traité sur la façon de régir et gouverner la cité de Florence de Savonarole (Trattato circa el reggimento e governo della città di Firenze), œuvre rédigé en janvier 1498 par Savonarole quatre mois avant d’être arrêté et condamné au bûcher.

  • 18 Dans son ouvrage de référence sur l’histoire du gouvernement mixte au Moyen Âge et à la Renaissanc (...)

8Jacques Poujol souligne dans l’introduction à l’édition moderne du texte de Seyssel la hâte perceptible dans l’écriture de la Monarchie de France en en faisant une sorte de défaut du texte : peut-être faudrait-il tenter d’y voir – différemment – une caractéristique significative de ce qu’il est ou n’est pas18. Mais, en l’occurrence, il n’y a rien d’étonnant à ce que le discours de la guerre et de l’État, de l’État en guerre, se fasse dans une langue qui nécessairement se cherche parce qu’elle ne va pas plus de soi que la matière qui sera abordée dans le traité. Voilà pourquoi je reprendrai ici le questionnement sur l’usage de cette langue spécifique qui fut le nôtre lors de la préparation, avec Jean-Claude Zancarini, de notre édition française commentée du Prince. Je tiens en effet que la réflexion sur la langue adoptée peut nous fournir des scansions et des balises, mettant en évidence la tension à l’œuvre vers plus de définition, de renouvellement et de précision dans la langue de la politique.

  • 19 Pour ce terme qui renvoie à la sagesse, c’est le champ sémantique de la prudenza qui est dominant (...)
  • 20 Sur cette question, outre la mise au point d’Arlette Jouanna dans le présent volume, voir les page (...)

9La langue, et notamment le lexique, peut ainsi être, dès lors, en même temps, un espace de coagulation, un point de conjonction, un lieu de questionnement, un socle de projection hypothétique dans la mesure même où les enjeux de la parole sont plus radicaux du fait des temps de guerre. Cela peut vouloir dire, en pratique, partir (dans le raisonnement qui suit) du frottement entre quelques mots déjà clairs, isolés dans la certitude de leur unicité (pratique/police/raison/sens/lois/freins/force/conseil) et de quelques doublons dynamiques et hésitants (par exemple « régir et gouverner » ; « gouvernement et état » ; « sens19 et expérience », « raison et médiocrité »), le tout pour faire émerger les axes d’une analyse globale des textes qui ne concentre pas tout le propos de l’analyse, quelque peu anachronique, de la Monarchie de France sur la question constitutionnelle du gouvernement mixte (qui est peut-être moins importante, ou plus polysémique, qu’on ne le croit parfois20).

10Au-delà des différences entre les lignées théoriques dans lesquelles peuvent être inscrits les textes dont il est question ici (en gros l’opposition, soulignée de façon beaucoup trop schématique par Hexter, entre une logique juridico-constitutionnelle et une logique politico-militaire empirique, entre les lois et les armes pour reprendre l’opposition machiavélienne de l’incipit du chap. XII du Prince, ou encore entre la « vérité effective de la chose » et « l’image que l’on en a » du discours de la méthode revendiqué au début du chap. XV du Prince), il est évident que de nombreux éléments essentiels pour Machiavel et Seyssel rapprochent les rédactions respectives de leurs deux traités (sans même parler de la question de la chronologie).

  • 21 Par la suite, les références au texte de Seyssel seront présentées comme MF suivi de la page de l’ (...)
  • 22 Le problème reste en suspens de l’analyse des effets qu’a pu avoir dans l’écriture le tournant spi (...)

11Tout d’abord les deux auteurs entreprennent de rédiger avec Le Prince et la Monarchie de France des ouvrages nouveaux, sans précédent dans leur production, des ouvrages écrits rapidement, refusant toute « prolixité » (Monarchie de France, p. 111 et p. 132)21 et liés à une occasion. Les occasions semblent ici de sens contraire : d’un côté l’avènement d’un jeune souverain dont on attend beaucoup mais qui suscite aussi craintes et perplexités, François Ier, et ce peu de temps après que durant les années 1513-1514 le royaume a failli sombrer, attaqué sur toutes ses frontières ; de l’autre, la chute récente, en 1512, de la république que Machiavel servait et la menace permanente que fait peser sur Florence et sur la péninsule italienne la situation de guerre ouverte et prolongée – d’où le ton exalté du chap. XXVI du Prince. Pourtant on pourrait aussi, non sans quelque paradoxe, renverser le sens de la proposition puisque Machiavel, chassé de la chancellerie, fait aussi de l’écriture un outil pour montrer aux nouveaux maîtres de Florence qu’ils peuvent avoir besoin de lui et que, inversement, pour Seyssel, la discussion reste possible sur le fait de savoir si – comme Krynen le pense dans son dictionnaire des juristes français – la Monarchie de France ne serait pas une sorte de testament politique, aussi libre et non courtisan que peut l’être le texte de quelqu’un qui ne prétend plus à aucun poste à la cour. En tout cas, ces deux textes sont des objets rares et qui s’avèrent en rupture avec une pratique attendue, sinon dans leur langue au moins dans leur composition (on peut penser à cet égard, pour la Monarchie de France, à l’adjonction des trois livres sur les sujets de la guerre et de la diplomatie aux deux premiers livres plus attendus22).

  • 23 Sur Seyssel traducteur, outre les contributions du présent colloque, voir la bibliographie citée d (...)

12Par ailleurs, Machiavel et Seyssel écrivent dans une langue vulgaire dont ils proclament tous deux qu’elle prétend (même si la réalité est plus complexe) ne pas se plier aux règles de la rhétorique classique ni emprunter aux formes traditionnelles d’écriture et au système de référence et d’auctoritates en vigueur d’ordinaire pour ce genre de texte. De ce fait, et c’est sans doute le plus important, tous deux ne se coulent qu’apparemment dans les vieilles traditions des traités politiques néo-aristotéliciens ou thomistes. Dans le texte de Machiavel, on ne trouve d’ailleurs quasiment aucune allégation d’auctoritates savantes ou de citations d’œuvres théologiques ou philosophiques ; dans celui de Seyssel, elles sont aussi très peu nombreuses (hormis quelques exceptions – MF, p. 131, p. 174 et 180-181 – Seyssel opposant d’ordinaire les livres prolixes et les enseignements du présent). Machiavel et Seyssel semblent ainsi se méfier de ces « sages du monde » que décriait Savonarole dans ses sermons, comme s’ils entendaient écarter ces « philosophes, théologiens et autres sages hommes [qui] […] ont disputé, écrit et dogmatisé du régime et gouvernement de la chose publique en général » selon la première phrase du prohème du traité de Seyssel (MF, p. 95) ou ceux qui réfléchissent à « l’idée » que l’on se fait des bons gouvernements (critiqués dans le chap. XV du Prince comme dans le prologue du Dialogue sur la façon de régir Florence de Francesco Guicciardini). Les traités traditionnels sont en effet « laborieux à voir et difficiles à entendre » (MF, p. 95) et il convient de s’engager dans la rédaction d’un « traité spécial et particulier » (MF, p. 96). Les deux textes sur lesquels je m’arrête ont d’ailleurs aussi en commun de marquer une rupture par rapport aux pratiques d’écriture privilégiées par ces deux auteurs précédemment (les commentaires juridiques puis les traductions courtisanes d’historiens antiques, surtout grecs23, et les louanges de Louis XII et de ses res gestæ pour l’un ; les écrits de chancellerie ou de légation diplomatique pour l’autre).

13En effet, à la façon d’un Savonarole qui pose en ouverture de son traité politique le plus important la question très classique du meilleur régime (celui d’un seul évidemment) pour se rabattre vite sur un raisonnement qui ne concerne que la très républicaine Florence, Seyssel – et différemment Machiavel aussi – écrivent en fonction d’une « qualité des temps » qui conduit à privilégier l’approche des réalités auxquelles les auteurs sont confrontés dans les faits. On pense à la fameuse « expérience des choses modernes » de la lettre de dédicace du Prince ou aux choses de « fresche mémoire » chez Seyssel, sans que l’on sache très bien quelles en sont les limites chronologiques. C’est bien, pour Seyssel, le gouvernement particulier du royaume de France qui compte (MF, p. 97) : son plan l’atteste d’emblée dès la fin de la première partie (« expédiée » aussi vite que l’avait été le premier chapitre de Savonarole).

  • 24 Voir la publication moderne de cet important texte inédit : « Il discorso sopra l’acquisto di Mila (...)

14De fait, au début du XVIe siècle, la question du meilleur régime se pose différemment car d’un côté (pour Seyssel) la Monarchie est perçue comme évolutive sur le plan territorial dans la mesure où, au corps central de l’État royal, s’ajoutent les conquêtes nouvelles, mais aussi car, de l’autre (pour Machiavel), les principats se déclinent suivant une typologie complexe qui établit des distinctions entre princes nouveaux et princes anciens et entre les modalités de la conquête – c’est ce que pose clairement Le Prince dès les premiers chapitres, mais c’est aussi ce que Seyssel présente comme la question la plus difficile à traiter au début de la quatrième partie (MF, p. 189). Et c’est dans cette situation complexe que se trouvent aussi bien les princes italiens, tel César Borgia, que le roi de France, avec ses nouvelles possessions italiennes qui intéressent beaucoup le Savoyard Seyssel, comme le montre l’étonnant texte qu’il rédige moins d’un an après la Monarchie de France à propos de la cession souhaitable du duché de Milan au duc de Savoie, six mois après l’éclatante victoire de Marignan sur les Suisses24 ! Là encore le titre apocryphe de l’anonyme traduction italienne visait juste avec le mot de governo puisqu’il convient de « recueillir sommairement et en brefs langages ce qui peut servir à la conduite de la Monarchie de France » (MF, p. 95 et p. 133) : la « conduite » renvoie ici aux façons de se gouverner évoquées par ce titre.

15Comme dans la préface à sa traduction d’Appien (1507), il s’agit pour Seyssel de penser la façon dont peut s’exercer l’hégémonie française sur les peuples d’Italie tandis que, pour Machiavel, il s’agit de poser que, même dans la situation la plus corrompue, la possibilité reste ouverte d’un pari princier qui peut sauver un des États italiens et ainsi, le cas échéant, contribuer à libérer la péninsule des barbares, comme le souhaite l’émouvante exhortation du dernier chapitre du Prince (ce qui évidemment ne signifie nullement un rêve d’unité nationale). En l’occurrence, ce n’est pas seulement la « doctrine » et « l’instruction » (MF, p. 98) sur lesquelles Seyssel, pourtant juriste de formation voudra et devra s’appuyer : cet écrit « par forme de traité » sera un « traité des polices et choses publiques » où figurera ce que l’auteur peut « prouver par raison politique, par autorité approuvée et par exemple d’histoire authentique » (où l’on n’est pas loin de la lettre de dédicace du Prince avec l’alliance de l’expérience des choses modernes et de la lecture des antiques). Le mot qui est au cœur de ce parcours de tension cognitive et d’exigence politique est donc d’emblée celui de « moyens », qui correspond aux « modi » (aux « façons de faire ») machiavéliens (et que l’on retrouve également dans la présentation par Seyssel du plan de son ouvrage), des moyens nécessaires pour éviter la « dissolution et corruptelle » selon le Savoyard (MF, p. 106), la corruzione selon les Florentins, des moyens qui sont au cœur de ce que l’auteur nomme la « raison politique ».

16Et si Seyssel comme Machiavel compte parmi les premiers penseurs de la politique moderne à avoir recours aux théories de Polybe sur l’anacyclosis à savoir le cycle de dégénérescence des gouvernements (c’est un autre point sur lequel on insiste souvent pour les rapprocher), on n’a pas vraiment besoin de cette référence humaniste pour comprendre la place de la question de la corruption dans leur réflexion commune. L’analogie médicale est en l’occurrence plus importante (on pense évidemment aux humeurs) ainsi que la peur de la décomposition du corps social (MF, p. 108). Le terme de corruption est d’ailleurs partie prenante de la langue de la politique depuis le renouveau de l’augustinisme médiéval. Enfin, le prologue du texte d’Appien avec sa reprise du dialogue perse du livre III d’Hérodote comprend suffisamment de matériel pour dire cela.

Parler par « raison politique »

Régir et gouverner

  • 25 L’analyse de Senellart 1995 (p. 40-42) mérite à ce propos d’être nuancée.
  • 26 Sur la définition de governo pour Machiavel voir Discours II, 23 (« uno governo non è altro che te (...)
  • 27 Conserver et maintenir p. 112 ; puissance et domination p. 112 ; amour et révérence p. 113, 127, 1 (...)

17Voilà pourquoi régir ne suffit pas. Voilà pourquoi penser un bon régime s’avère souvent illusoire : à ces termes (et à leurs dérivés) il faut en ajouter un autre, avec son champ sémantique, celui de gouverner – un mot qui n’a rien de nouveau mais qui acquiert un rôle et un statut inédit dans cette nouvelle configuration. Écrire une politique pragmatique, répondant à la vérité effective de la chose, c’est dire comment il faut « régir et gouverner » dans un doublon déjà présent dans le titre du traité de Savonarole et qui est récurrent chez Seyssel. Hendyadyn ou doublon synonymique, peu importe : en tout cas, ce que nous dit le syntagme c’est l’insuffisance du vieux mot de « regimen » pour dire non la nouveauté (il y a toujours eu du « gouvernement » dans la chose politique) mais sa perception différente et les nouveaux dangers qui menacent. Régner ce n’est plus tout à fait gouverner25 même si le gouvernement ne saurait se limiter à la question de la domination ni à l’exercice de la souveraineté. Dans les textes florentins de ce temps, le mot de governo, qui côtoie celui de reggimento, se substitue de même massivement à celui-ci au fil des pages de traités même si les titres lui laissent encore une place de choix (Machiavel n’utilise plus le mot de reggimento26, Guicciardini et Savonarole y ont très peu recours même si tous deux lui laissent une place dans le titre de deux de leurs œuvres). Du même coup, au doublon « régir et gouverner », « régime et gouvernement » (MF, p. 131) s’ajoute rapidement un autre doublon, « état et gouvernement », dans lequel comme dans « stato e governo », la polysémie expansive du premier terme est compensée par la modalité plus pragmatique du second. Plus généralement, l’usage lexical du doublon (ou des balancements symétriques binaires27) devient vite pour Seyssel comme pour Machiavel l’un des recours pour mieux contrôler le caractère insuffisamment défini d’une langue vulgaire du gouvernement qui favorise la porosité des significations et des frontières entre les mots (et que l’on pourrait ainsi différencier de la langue vulgaire de la politique, comme théorie politique, liée davantage à l’héritage classique, notamment chez Seyssel, d’où l’ambivalence de son lexique… et de ses positions constitutionnelles). On pourrait aussi parler ici de la question complexe de la monarchie absolue et du gouvernement mixte, ou des « états » qui ne reprennent pas la tripartition traditionnelle entre noblesse, clergé et tiers, mais se callent sur des distinctions sociales héritées peut-être de l’exemple linguistique italien avec le peuple gras et le peuple menu.

Les freins, la Police et lo stato

  • 28 Il est aussi possible de voir dans l’usage de ce terme une trace de la réflexion qui se développe (...)
  • 29 Voir aussi Monarchia, I, XI, 9-13 et III, XV, 9 ou Convivio, IV, IX, 10 (sur « l’Empereur » comme (...)

18Dire la politique de guerre suppose aussi à côté de ces doublons le recours à des mots qui frappent et constituent vite les pivots d’une pensée. Ainsi, Seyssel, comme dans la langue des Florentins, reprend des mots du langage matériel pour leur donner un autre sens plus abstrait et en tout cas plus métaphorique. L’exemple le plus intéressant est sans doute celui de frein. Il a été remarqué par l’éditeur moderne de la Monarchie de France, Jacques Poujol, que le mot « frein » était sans doute un des dons les plus essentiels du texte de Seyssel à la langue politique française, ce que semble largement confirmer la consultation des dictionnaires de la langue du XVIe siècle et les sondages dans certains textes politiques28. Or ce mot avait une existence indiscutable y compris dans le sens politique, notamment dans son sens de « limite » aux passions possibles de l’homme de pouvoir en place grâce aux lois dans les chroniques florentines des XIVe et XVe siècles (Compagni ou les Villani). Il était même déjà présent avec ce sens dans la Comédie de Dante plus d’une dizaine de fois – en référence qui plus est à Justinien (Purgatoire, VI, 88 dans l’apostrophe célèbre à l’Italie) ou à Hugues Capet (Purgatoire, XX, 5529).

19Pour revenir à Seyssel et à sa Monarchie de France, le terme de « freins » y joue un peu le rôle de celui d’ordini dans les textes machiavéliens (avec la distinction entre consuetudine et ordini soulignée par Riccardo Fubini quand il étudie le passage de la république corporatiste à des formes modernes de représentation politique à Florence au XVe siècle). Dans les deux cas, se mêlent de façon indissociable des pratiques (un ordonnancement), des normes coutumières et une tension institutionnelle, mélange constitutif de cette « raison politique » évoquée plus haut. Chez Seyssel, ces « freins » sont, on le sait, au nombre de trois : la religion, la justice et la police. Ces mêmes freins sanctionnent le caractère mixte du régime, semble-t-il. En effet, ce sont les freins qui permettent à la monarchie française d’être selon Seyssel bien « réglée » (i. e. d’être même la mieux réglée au monde, MF, p. 112 sq.), c’est-à-dire, d’être bien « ordonnée », avec des termes machiavéliens, voire de ne pas être « absolue » (et donc d’éviter ce stade périlleux et délétère où le principat civil tente de se hisser au principat absolu évoqué à la fin du chap. IX du Prince). Du même coup, le gouvernement mixte peut donc être dans le texte de Seyssel une réalité à décrire plus qu’un idéal à espérer : de ce fait, il n’est pas nécessairement au cœur du traité mais n’en constitue qu’une des composantes.

  • 30 Le freno est souvent associé aux magistrats chez Francesco Guicciardini : cf. Dialogo del reggimen (...)
  • 31 Il convient d’insister sur ce point : la puissance est non pas écartée mais « réglée ».

20Partant, cela signifie en fait pour la monarchie ne pas cesser tout à fait d’être absolue même quand s’expriment ses nécessaires limites puisque l’absolutisme monarchique existe aussi par lesdites exceptions qui lui confèrent sa substance. C’est donc, selon un paradoxe qui n’est qu’apparent, encore l’ordre et le frein – notamment ceux de la loi et de la religion – qui vont permettre plus tard à Bodin à la fois de défendre la place du droit naturel ou du droit divin et celle du caractère absolu30 de la souveraineté du monarque. Comme l’affirme déjà Seyssel, ce sont donc bien les freins « par lesquels la puissance absolue des rois de France est réglée31 » (MF, p. 115). Dans ce mot de « frein » réside bonne part de la nouveauté du propos de Seyssel : sa capacité à adapter aux temps nouveaux le legs juridique classique de la loi et la tradition aristotélico-thomiste de la religio comme, en même temps, lien social et injonction morale, en le liant à la police. On peut ainsi poser la question de savoir si la notion de frein ne jouerait pas chez Seyssel le rôle de la virtù dans le texte de Machiavel comme capacité d’adaptation à l’histoire grâce au gouvernement de soi. Si ce n’est qu’ici le « frein » relève d’un dispositif collectif (justice, religion ou police) et non d’une capacité individuelle. Dans cette perspective Seyssel, ce qui n’est pas une surprise, serait plus proche du Guicciardini, juriste et auteur du Dialogue sur la façon de régir Florence où la république tempérée sait jouer de ses freins constitutionnels : on trouve d’ailleurs dans le dialogue de Guicciardini une vingtaine d’occurrences de termes du champ sémantique de freno.

  • 32 Voir sur ce point Cheyette 1962.
  • 33 Napoli 2003, p. 31 : « À une époque où la justiciabilité continue de définir la position des sujets (...)
  • 34 Savonarole, Compendium philosophiae moralis (Liber X De politica et regno), in Scritti filosofici, (...)

21En effet, au-delà de la religion et de la justice – topoi attendus même si le deuxième de ces deux termes se charge d’une valeur de limite si forte qu’elle est en rupture partielle avec la tradition très française de l’expression de la justice royale comme expression de la force de l’État central32 – c’est un mot avec le terme de « police » non pas nouveau mais qui se charge d’un sens nouveau qui vient signifier la substance de cette adaptation. Aussi polysémique que le stato ou l’État, la police, qui fait écho au classique politia, trouve chez Seyssel son autonomie par rapport à l’adjectif politique même si, comme le rappelle Paolo Napoli, la police de Seyssel reste lourde d’ambiguïtés33. La police, chez Seyssel, ce sont d’abord des ordonnances et donc elle plonge le droit public dans une juspositivisation, voire une jurisprudentialisation très moderne. La police, c’est ce qui marque l’action d’un roi défini comme « administrateur ». La police est à cet égard la forme française que prend la réflexion sur le gouvernement en assumant la polysémie du terme tout comme les Florentins assument la polysémie de stato. Au contraire le terme est beaucoup moins employé en langue vulgaire italienne que dans les textes latins sur la politique produits en Italie et qui semblent conserver davantage le lexique des traductions d’Aristote (dans le De politica et regno de Savonarole par exemple, on trouve à la fois politica et politia34).

  • 35 Napoli 2003, p. 31. Ces mots évoquent le tournant que représente le Traité de Seigneuries de Loysea (...)

22La police en français n’a pas encore pris le sens dominant qui sera le sien à partir du XVIIe siècle, à savoir celui de réglementation destinée à assurer la sûreté et la commodité des habitants d’un territoire : elle reste encore un hybride de réglementation et de politique (comme bonne administration, bon ordre pour le gouvernement, voire comme forme de souveraineté). C’est d’ailleurs ce qui explique qu’elle puisse constituer un des « freins » au pouvoir absolu, plutôt qu’une des illustrations et des horizons matériels de la souveraineté (qui plus tard permettra, selon le mot de Paolo Napoli, d’« envisager avec succès selon une démarche moderne et irréversible, les tâches différenciées du gouvernement35 »). Et si frein et police sont intrinsèquement liés et interdépendants chez Seyssel (le premier n’existe pas sans la seconde et la seconde se définit par la nécessité du premier), c’est sans doute ce couple qui pose la différence avec la pensée machiavélienne et qui expliquera les conceptions différentes de la vertu : Machiavel donne un rôle essentiel à ce que Seyssel nomme police (et qu’il nomme autrement – notamment ordini ou modi, selon le degré d’importance) mais il ne lui confère pas le même rôle de frein car la question de la limite du pouvoir s’efface chez lui face à celle des alliances et à la construction d’une position hégémonique productive et conquérante.

23De même si la « force » (et les rapports de force) jouent un rôle chez le Savoyard comme chez les Florentins, son déploiement se fait différemment dans la mesure où la question de l’ennemi pour Seyssel est pour l’essentiel une question strictement militaire, comme nous allons le voir maintenant.

Les aléas de la guerre

24En effet, en bon aristotélico-thomiste, Seyssel pense que la justice l’emporte sur la force car elle est, tout comme la « médiocrité », plus raisonnable (MF, p. 150) : naturellement on résiste à la force et on obéit à la justice, d’où le thème de l’amour et de l’obéissance au prince (présent aussi chez Machiavel mais qui y est introduit différemment). Pour Seyssel, l’expression de la « force » doit ainsi céder le pas au déploiement de la « police » une fois la conquête achevée afin de gagner l’amour des nouveaux sujets. Dans cette partie, c’est moins l’originalité du lexique qui frappe (même si on sait que le lexique militaire français s’enrichit au contact de la langue italienne massivement au moment des guerres d’Italie) que la dispositio et les discours tenus.

  • 36 Voir Boone 2000 et 2007.
  • 37 Chabod 1957 aujourd’hui réédité, dans ses deux rédactions : Chabod 1981, p. 591-624.

25Les trois dernières parties de la MF occupent en effet une place particulière et sont en rupture avec les deux premières. Il ne s’agit plus de penser et d’illustrer un ordre institutionnel mais d’évaluer comment cet ordre peut résister face à la principale menace qui pèse sur lui : la guerre. Ces parties sont les plus nouvelles car elles font basculer l’œuvre dans un traité d’un nouveau genre où la chose militaire, loin d’être reléguée dans les ouvrages spécialisés et plus ou moins techniques se trouve placée au cœur de la réflexion politique et institutionnelle. C’est là aussi une des raisons pour lesquelles la pratique et l’expérience contemporaines compte autant ici que les lectures des Anciens (même si l’on admet, à la suite des travaux de Rebecca Boone, que dans sa traduction des historiens anciens, Seyssel cherche avant tout des informations militaires à transmettre aux rois et à leurs conseillers, ce qui éloigne ses traductions d’une logique littéraire d’humaniste36). La première chose à remarquer sur ce point est que Seyssel et Machiavel parlent un langage commun, celui de l’éloge d’une armée « propre » au souverain, où les mercenaires sont réduits au statut de force d’appoint. L’ouvrage de Seyssel semble parfois offrir ainsi une illustration de la fameuse triade chère à Federico Chabod pour définir la naissance de l’État moderne à savoir le capitaine, l’ambassadeur et l’officier d’État37. L’armée et la diplomatie doivent savoir par la guerre et la négociation garantir la stabilité des conquêtes et la sûreté de l’État dans la mesure même où elles sont l’expression polymorphe de sa force.

26Mais Seyssel ne brise pas le miroir des princes : le roi seyssélien reste un souverain juste et pieux même s’il doit parfois user de moyens discutables. Les vertus se déclinent ici au pluriel, loin de la resémantisation héroïque et singulière de la virtù machiavélienne. La vertu au singulier renvoie toujours chez Seyssel à l’une des vertus qui souvent se mêle d’ailleurs à d’autres qualités sans statut particulier (d’où les structures doubles ou triples : « vertu, expérience et prud’homie », MF, p. 137 ; « sens, vertu, loyauté, prud’homie », MF, p. 139 etc.). À l’occasion, elle peut même être présente sans être dite (« Le sens, l’expérience et le vouloir de bien et justement gouverner », MF, p. 103 ; « sens, expérience et prudence », MF, p. 130 ; « grand sens et discrétion » adjoint à « expérience », MF, p. 215).

  • 38 On remarquera d’ailleurs que Seyssel parle d’ailleurs très peu des États généraux pour un soi-disa (...)
  • 39 Voir Foucault 2008.

27Nous sommes loin de cette qualité machiavélienne indispensable et unique qui rend compte de la capacité des hommes d’exception à inscrire leur action dans l’histoire et à lutter contre la fortune dans une sorte d’acte de puissance. Pour Seyssel, la seule question qui vaille est d’éviter la tyrannie (le roi ne doit pas être « mauvais, tyran, cruel et intolérable », MF, p. 143) et l’état populaire : la raison politique signifie donc la « médiocrité » (médiocrité et raison, MF, p. 160), qui se rapproche de la république tempérée chère à Guicciardini. Ainsi, Seyssel ne partage pas l’obsession de nombreux humanistes qui, quand ils pensaient la politique, n’avaient de cesse qu’ils trouvent un équivalent moderne au sénat romain comme point d’équilibre institutionnel (d’où chez les auteurs français certains discours sur les États généraux)38. Sans pour autant partager l’autre obsession, plus machiavélienne celle-ci, qui est de trouver un équivalent moderne pour les tribuns de la plèbe. Le conseil n’est jamais vraiment une assemblée chez Seyssel – et c’est là ce qui le sépare des républicains florentins – non sans que demeure quelque ambiguïté liée à l’homonymie terminologique (dans le syntagme de Grand conseil, on peut difficilement croire qu’il n’y ait pas un jeu sur le mot par rapport aux institutions florentines et vénitiennes) – mais plutôt une collection d’individus ayant comme devoir et mission de dispenser de bons conseils au souverain dans le cadre d’une double parénétique très classique où le roi exhorte au bien vivre ses sujets et est lui-même exhorté à bien agir par ses conseillers. C’est là non pas un enseignement ou une pratique rhétorique mais une pratique de parole qui relève de la parrêsia – étudiée par Michel Foucault dans un de ces cours39 – donc d’une vérité aussi essentielle que dangereuse pour celui qui l’énonce et qui n’est donc plus courtisane à la différence de la vérité du Seyssel traducteur qui est toujours dans le don au prince. Machiavel et Seyssel ont en commun entre 1513 et 1515 une forme de radicalité tragique, celle de ceux qui ont changé de vie ou vont le faire.

Monarchie ou République ? Le métier de gouverner

28Le Savoyard et le Florentin ont en commun l’obsession d’éviter la corruption de l’État et d’écarter l’épouvantail classique de la tyrannie. Pour ce faire, ils savent bien qu’il faut apprendre à dire la guerre de conquête et les nouvelles formes de dominations qui lui sont attachées. C’est ce qui explique leur attention au temps présent et ce que l’on pourrait appeler dans les deux cas une forme d’humanisme critique, capable de métaboliser l’insuffisance des modèles antiques et d’apprécier les détails et les moyens (il y aurait une relecture intéressante à faire à ce propos du rapport de Seyssel à la traduction).

29Pourtant si leurs langages sont les mêmes (non pas ceux du républicanisme classique, non pas ceux de la tradition thomiste et aristotélicienne mais ceux, hybrides et encore indécis, de la bonne police et des bons ordres), leurs langues ne peuvent être les mêmes.

30Pour Machiavel le républicain il s’agit de sauver sa patrie et sa république d’une mort que la guerre des monarchies nationales lui promet depuis vingt ans comme probable (le tour de force, et l’objectif final, de ces Médicis que Machiavel n’aime pas mais dont, comme Guicciardini, il sait reconnaître la fonction historique, sera peut-être justement de mettre à bas le régime républicain en sauvant l’État florentin). Du même coup, son discours de guerre est à la fois plus systématique et plus radical tout comme son propos moral est frappé de cette indistinction qui fera les beaux jours des anti-machiavéliens. Sa république conquérante devient l’instrument d’une autre histoire à inventer pour ces « hommes bons » qui ont connu l’échec dans l’histoire de leur temps. Son propos peut être à la fois plus incisif et plus déterminé car sa langue florentine n’appartient qu’à lui : qu’elle est constitutive de la force de la république (même si, en même temps, elle est peut-être l’une de ses rares forces), elle fonde une capacité de dialogue d’un texte d’intervention qui n’est pas adressé à un seul individu royal. Le traité dialogué de Machiavel ou le dialogue de Guicciardini relèvent en effet d’un débat, de textes d’intervention où l’articulation des temporalités est mise au service d’un ancrage dans un présent matériel et politique. C’est ce qui fait que les ouvrages des Florentins sont aussi des façons d’écrire une histoire du temps présent agité, alors que celui de Seyssel hésite entre les leçons du passé « de fresche mémoire » et un ancrage dans le droit et la tradition de longue durée pour asseoir un présent stable dont la mise en évidence de la police est un indice (à côté des topoi plus attendus de la religion et de la justice).

  • 40 Op. cit., p. 64.
  • 41 Sur ce point, voir Dionisotti 1995, p. 73-105. L’étude porte sur la question de la traduction chez (...)
  • 42 Alain Rey note sa présence y compris sous forme figurée dès le XIIIe siècle mais aucun dictionnair (...)
  • 43 Seyssel reste marqué par l’influence italienne et on peut se poser la question de savoir si son le (...)
  • 44 Cf. la préface à la traduction d’Appien publiée par Dionisotti 1995, p. 98-99.

31Seyssel le monarchiste, au service d’un royaume fort et dont rien ne laisse alors penser qu’il sera contraint de remiser ses ambitions italiennes face à la puissance impériale, peut concentrer son propos sur deux objectifs différents et qui ne sont pas immédiatement articulés : la stabilité de la bonne « police » dans le royaume de France et la dissociation de celle-ci des aventures italiennes. Le discours de 1516 sur le duché de Milan (dans lequel il conseille d’abandonner Milan au duc de Savoie puisque le duché ne peut être que « la destruction de la France40 ») ou la préface inédite de l’auteur aux deux livres d’Appien redécouverts au Vatican par Lascaris et qui l’ont poussé à reprendre son activité de traducteur abandonnée après le chef d’œuvre de la réécriture de Thucydide, sont à cet égard significatifs (je pense notamment à sa critique de la Rome conquérante41). Seyssel construit ainsi une langue politique hybride où se mêlent la tradition juridique ou thomiste (l’évolution de la notion de regimen et de gouvernement), la coutume française (la question du conseil au roi), l’héritage vulgaire italien (la notion de frein qui ne vient peut-être pas seulement du latin42) et les exempla des historiens du passé lointain, latin ou, surtout, grec qu’il a lus ou traduits (seul le contenu de ces exemples pour un homme qui ne connaît pas le grec et ne se préoccupe pas vraiment de la langue de départ, ce qui induit quand même un rapport très particulier à la traduction où seules comptent la matière traduite et la langue d’arrivée43). Ce caractère composite de la langue est compensé par une syntaxe largement prescriptive comme celle d’un traité classique : l’énoncé s’inscrit dans un présent intemporel. Du même coup, en dernière instance, le souverain revient aux vertus du miroir des princes et ne doit se laisser aller qu’en dernière extrémité aux « cruautés » qu’acceptent Machiavel et Guicciardini dès lors que se déploie « la raison et usage des États », selon la célèbre expression de la fin du Dialogue sur la façon de régir Florence de Guicciardini. D’ailleurs, pour Seyssel ces dernières sont le propre de ces « États populaires » qu’il exècre et qui sont moins bien réglés car ils « n’ont pas loix, ordonnances ne statuz, si non à leur proffit et ne sont gouvernez par gens vertueux et raisonnables, ne ont aucune estude, ne exercice de vertu sinon l’art militaire, dont ilz usent indiscremment et à tous propos sans avoir regard fors à leur profit particulier » (où l’on peut lire aussi dans ces phrases une critique des Suisses44).

  • 45 Nous sommes bien à « ce moment où le regimen s’affranchit de tout horizon téléologique et prend po (...)

32Quoi qu’il en soit, il ne s’agit pas pour Seyssel de contribuer à une « science » de la politique comme Nicole Oresme (selon la revendication de son introduction à ses traductions à L’Éthique et à la Politique), mais bien de dire le gouvernement dans son déploiement pratique inscrit dans un temps déterminé, dans un moment circonscrit. Et là il n’est pas très loin des Florentins. Ceci explique comment, même si leurs conclusions respectives diffèrent, le discours sur les armes et les mercenaires est aussi central chez l’un que chez les autres ; la deuxième moitié du traité de Seyssel s’avère ainsi très « italienne » et pas seulement parce qu’elle est inspirée par l’expérience récente des guerres d’Italie. Il semble même qu’en définitive, et à l’encontre de la tradition française, Seyssel en vienne ainsi à tordre la forme initiale du traité prescriptif et néo-aristotélicien à la française (entre miroir des princes et science de la politique) pour déboucher sur un traité qui touche à l’art du gouvernement comme métier du gouvernement – en quelque sorte à cet arte dello stato, selon le célèbre hapax de la lettre du 10 décembre 1513 à Francesco Vettori, ce métier appris pendant quatorze ans par le Secrétaire florentin à l’école de la chancellerie45.

Bibliographie

Œuvres citées

Machiavel, Legazioni, éd. Corrado Vivanti, Opere, vol. II, Turin, Einaudi, 1999.

Seyssel Claude de, The Monarchy of France, trad. fr. J. Hexter, éd. Donald R. Kelley, New Haven, Yale Univ. Press, 1981.

Seyssel Claude de, La Monarchie de France et deux autres fragments politiques, textes établis et présentés par Jacques Poujol, Paris, Librairie d’Argences, 1961.

Seyssel Claude de, « Il discorso sopra l’acquisto di Milano di Monsignor Claudio di Seyssel », pubblicato da Domenico Carutti, Memorie della reale accademia delle scienze di Torino, serie II, XX, 1863, p. 45-68.

Notes

1 J. H. Hexter, dont la réflexion sur Seyssel fut liée à la préparation d’une édition anglaise de la Monarchie de France, publiée en 1981 (Yale university press, New Haven et Londres), oppose ainsi « the utopian vision » (More), « the predatory vision » (Machiavel) et « the constitutional vision » (Seyssel) : voir Hexter 1973 (où les pages finales sur Seyssel reprennent le contenu de son article précédent : Hexter 1967). Sur les rapports entre Machiavel et Seyssel, voir l’introduction de Jacques Poujol à son édition moderne de la Monarchie de France ainsi que celle d’Hexter à sa propre édition de la traduction anglaise du texte (p. 35-37 et ad indicem).

2 Par ailleurs on sait que la publication de l’Utopia de More date de 1516.

3 Il ne s’agit pas pour moi en effet de faire dialoguer les auteurs au nom d’une abstraite et livresque histoire des idées, mais de relever combien ce sont des pratiques communes et des expériences partagées, en premier lieu celle de la guerre de conquête, expériences radicalement contemporaines, qui induisent des réflexions et des élaborations théoriques, et parfois linguistiques, analogues, comme si comptait moins ici l’inscription dans une tradition – thomiste et aristotélicienne – que l’adaptation aux temps de guerre ; ce n’est pas la question des « influences », unilatérales ou croisées, qui importe donc, mais l’élaboration dans un même moment historique de propos compatibles ou complémentaires : la question souvent débattue, mais à mon sens non décisive, des lectures respectives et nouvelles de Polybe par Seyssel et Machiavel pourrait constituer une parfaite illustration du propos qui précède (ce qui rendrait compte du paradoxe seulement apparent selon lequel, d’après Blythe 1992, Seyssel semble connaître Polybe mais ne pas suivre une logique polybienne ni reprendre un langage polybien (trad. fr. Blythe 2005, p. 399).

4 Voir sur ce point les remarques de C. Vivanti à propos de la seconde mission de Machiavel en France de janvier-mars 1504 dans son édition des Legazioni pour Einaudi (Opere, vol. II, Turin, Einaudi, 1999, p. 1781) : même si nous n’avons aucune preuve formelle d’une rencontre entre les deux auteurs-acteurs de la politique qui nous intéressent, celle-ci est hautement probable à cette occasion. La mission de Machiavel auprès de la cour pontificale se déroula d’octobre à décembre 1503 et, à ce moment-là, Seyssel était aussi à Rome au service de Louis XII. Par ailleurs, Seyssel était en mission à Rome en 1514 pour le concile de Latran en même temps que l’ami et correspondant de Machiavel, Francesco Vettori (cf. Opere, C. Vivanti (dir.), vol. II, op. cit., p. 1563 et 1565).

5 Ce manuscrit – coté Urb. Lat. 858 – se trouve dans un recueil de textes politiques, dont un grand nombre de textes de Tommaso Campanella. Le manuscrit de la BnF (ms. 1275) n’est selon Pierre Bourdon qu’une copie du manuscrit de la Vaticane.

6 Dizionario Biografico degli Italiani, Istituto della Enciclopedia italiana, p. 186-192. Clough écrit « Fu probabilmente in ottobre e novembre [1515] che il Canossa scrisse Del Governo del regno di Francia dedicandolo al re » : il s’agit d’un moment qui marque le sommet de la carrière diplomatique de Canossa, ambassadeur pontifical qui n’est pas encore passé au service du roi de France. Clough ajoute plus loin la remarque suivante : « il trattato del Canossa Del governo del regno di Francia è inedito : è conservato in un unica copia del 1615 […]. Il trattato istruisce Francesco I° sul modo di conservare il ducato di Milano » (ibid., p. 191). Cette dernière phrase est particulièrement savoureuse quand on sait le mémoire que Seyssel écrit en 1516 pour prôner la cession de Milan à la Savoie.

7 Bourdon 1908, p. 1-29. Bourdon remarque que la précision de la traduction anonyme est beaucoup plus grande que celle par exemple de Sleiden en latin. Pierre Bourdon est aussi l’auteur d’un essai sur Canossa : Bourdon 1912.

8 Sur cette question, outre la bibliographie concernant Christine de Pizan, on se reportera aux travaux d’Olivier Bertrand, notamment à sa thèse importante, Bertrand 2005.

9 Voir par exemple pour le cas milanais Santoro 1948 et Vitale 1953.

10 Le cas florentin est à cet égard particulièrement significatif avec sa suite quasiment ininterrompue de chroniqueurs et historiens en langue vulgaire de Dino Compagni à Machiavel et Guicciardini.

11 Dante en est évidemment l’exemple le plus représentatif et certains passages de la Divine Comédie en proposent quelques-uns des exemples les plus illustres.

12 Voir sur ce point la polémique, débat intéressant et loin d’être superfétatoire, entre Giorgio Inglese et Mario Martelli. Nous en présentons les attendus pour le commentaire au titre dans notre édition du Prince (Paris, PUF, 2000) : je fais ici allusion à l’hésitation, légitime étant donné l’absence de manuscrit autographe du Prince, entre le titre De Principatibus et le titre il Principe.

13 Le traducteur anonyme de Seyssel ne s’y est pas trompé qui la plupart du temps traduit « monarchie » par governo ou regno, renvoyant ainsi soit aux pratiques soit à la personnalisation du pouvoir dans le roi et non à la catégorie classique néo-aristotélicienne.

14 Voir sur ce point le premier titre de l’Utopie de More qui renvoie à la recherche du meilleur gouvernement et les précédents italiens aux réflexions sur le prince tels qu’ils sont analysés par Gilbert 1977.

15 Le fait que Seyssel soit en fait un Savoyard lui donne sans doute d’ailleurs la distance nécessaire par rapport à son objet d’étude pour mieux le dire – un peu comme le Ferrarais Savonarole comprenait mieux l’histoire politique de Florence que les Florentins eux-mêmes.

16 Sur la question des sens successifs du mot stato, status ou état, voir les études de Post 1964 et Tenenti 1987 ainsi que la postface de notre édition du Prince. Voir aussi Hexter 1957, Conderelli 1923, F. Chabod 1923, Rubinstein 1971, Skinner 1989, Fournel et Zancarini 2003, Fournel 2001, Hansen 2001, Vivanti 2007 et, enfin, Fournel 2007.

17 Voir sur ce point Senellart 1995.

18 Dans son ouvrage de référence sur l’histoire du gouvernement mixte au Moyen Âge et à la Renaissance, James Blythe note aussi le fait que la terminologie de Seyssel n’est pas toujours précise (Blythe 1992, trad. fr. 2005).

19 Pour ce terme qui renvoie à la sagesse, c’est le champ sémantique de la prudenza qui est dominant dans la traduction anonyme.

20 Sur cette question, outre la mise au point d’Arlette Jouanna dans le présent volume, voir les pages qui lui sont consacrées dans le volume collectif Gaille (éd.) 2005 (notamment l’article de Christian Nadeau « Les constitutionnalistes français face au problème de la constitution mixte : Claude de Seyssel et Jean Bodin », dont je ne partage pas toutes les conclusions notamment sur le caractère « idéal » de la question du gouvernement mixte chez Seyssel et sur sa critique radicale de la monarchie absolue, mais aussi et surtout « La souveraineté partagée au Moyen Âge » de Diego Quaglioni dont la position présentée ici se veut plus proche). On pourra aussi consulter pour une mise en perspective très classique de la pensée de Seyssel les pages que lui consacre Skinner 2001 (trad. fr.), p. 709 sq.

21 Par la suite, les références au texte de Seyssel seront présentées comme MF suivi de la page de l’édition moderne préparée par Jacques Poujol (Claude de Seyssel, La Monarchie de France et deux autres fragments politiques, textes établis et présentés par Jacques Poujol, Paris, Librairie d’Argences, 1961).

22 Le problème reste en suspens de l’analyse des effets qu’a pu avoir dans l’écriture le tournant spirituel de Seyssel – je pense notamment au rôle de la tradition augustinienne et à la perception de la corruption du monde et de la méchanceté des hommes.

23 Sur Seyssel traducteur, outre les contributions du présent colloque, voir la bibliographie citée dans l’article de Monbello 1978 (notamment Chavy 1973) et, plus récemment, le bel article de Dionisotti 1995.

24 Voir la publication moderne de cet important texte inédit : « Il discorso sopra l’acquisto di Milano di Monsignor Claudio di Seyssel », pubblicato da Domenico Carutti, Memorie della reale accademia delle scienze di Torino, serie II, XX, 1863, p. 45-68.

25 L’analyse de Senellart 1995 (p. 40-42) mérite à ce propos d’être nuancée.

26 Sur la définition de governo pour Machiavel voir Discours II, 23 (« uno governo non è altro che tenere in modo i sudditi che non ti possono o debbano offendere ») et le commentaire de cette phrase par Senellart 1995 (p. 20).

27 Conserver et maintenir p. 112 ; puissance et domination p. 112 ; amour et révérence p. 113, 127, 158, 215, 217 ; Seigneurie et États p. 114 ; loi et religion ; foi et religion ; zélateur et observateur p. 116 ; lois et ordonnances p. 120 ; Grand ordre et harmonie p. 127 ; accord et union p. 127 ; bonne amour et volontaire obéissance p. 150 ; entretenir et conserver p. 127 ; bonne police et bon accord p. 127 ; État ou empire p. 128 ; Roi et Monarque p. 130, Prince et Monarque p. 137 ; vertus et conditions p. 131 ; entretènement et accroissement p. 133 ; conservation et augmentation de l’état p. 143 (qui reprend le doublon du droit romain rem publicam conservare et augere) ; sûreté et conservation p. 189 ; repos et conservation, prospérité et augmentation p. 190 ; idem p. 203 ; vertus et mérites p. 137 ; police au-dedans, sureté au-dehors p. 143 ; régner et dominer p. 149 ; epicaye qu’ils appellent équité p. 153 ; bon accord et contentement p. 154 ; pratique et théorique p. 155, p. 190, p. 205 ; souveraineté et prééminence (du Prince) p. 157 ; droit et coutume ; droits et prérogatives p. 157 ; médiocrité et raison p. 160 ; vertu des chefs et obéissance des soudards p. 174-175 ; sens et expérience ; autorité et réputation p. 176 ; gouvernement et maniement d’état et de seigneurie ; degré et réputation p. 199 ; amis/ennemis p. 205 ; nécessité/utilité p. 206 ; temps présent/avenir p. 206 ; honneur/profit p. 206 ; ordre et discipline p. 216.
En revanche les logiques ternaires recouvrent des éléments de certitude morale ou doctrinale (les trois freins p. 143 sq ; les vertus ; juste, tolérable et aristocratique p. 143 ; lois, coutumes et ordonnances p. 151, lois, ordonnances et louables coutumes p. 154 ; paix, prospérité et réputation p. 154 ; libertés, privilèges et louables coutumes p. 155 ; mœurs, lois et coutumes p. 218 ; humanité, courtoisie et privauté p. 157 ; empires, monarchies et états p. 171 ; cœur, vertu et prudence p. 176 ; honnête, paisible et simple p. 183.
Enfin, au rebours, certains rares mots clés uniques ne souffrent pas discussion : médiocrité p. 140 ; civilité p. 143 (= puissance + freins) ; bien public ; force (= union dans l’obéissance+ richesse+ vertu militaire + munitions) p. 167 ; la « convoitise de l’autorité », p. 141 (qu’on rapprochera de la « licenza del dominio » dénoncée par Baldassar Castiglione dans le livre IV du Libro del Cortegiano) ; la sûreté p. 199.

28 Il est aussi possible de voir dans l’usage de ce terme une trace de la réflexion qui se développe dans les traités d’éducation des princes, ou plus généralement des enfants, dont l’un des principaux devoirs est justement le contrôle de leurs passions, qu’ils doivent freiner. Voir aussi sur la même question, Sciacca 1975, p. 10, 14, 17, 20 et 24-25 et sur Seyssel p. 85 sq (la MF est le seul traité non juridique considéré par Sciacca qui pense que Seyssel n’est pas un auteur ambigu mais l’origine de la première tentative de « dare una sistemazione teorica alla nuova prassi dell’assolutismo monarchico » (p. 88) à partir de la notion de « monarchie réglée ». Sur les freins (p. 104 sq), Sciacca considère que la théorie était déjà connue au XVe siècle mais que Seyssel lui confère une cohérence ; sur la police (p. 109 sq), Sciacca souligne que Seyssel est le premier à définir systématiquement les lois fondamentales et à les associer à la police mais la police renvoie aussi à l’ordre politique (« bien policié ») ; sur les trois états, Seyssel, pour Sciacca, se distingue de la tradition française car il met le clergé à part (cf. MF, I, 13, p. 121) et utilise un modèle italien, ce qui d’ailleurs lui évite de poser la question des États généraux ; les conseils sont purement consultatifs et jamais délibératifs (p. 124). On remarquera que Sciacca ne s’intéresse pas vraiment aux trois dernières parties de la MF qu’il résume à une « precettistica » traditionnelle mais plus proche de Machiavel que de Budé (p. 136).

29 Voir aussi Monarchia, I, XI, 9-13 et III, XV, 9 ou Convivio, IV, IX, 10 (sur « l’Empereur » comme « chevaucheur de l’humaine volonté ») ; IV, XII, 13-17, IV, XIII, 4. Il est vrai que le lexique du frein peut aussi être influencé par les traités d’éducation des enfants ou de la tradition augustinienne (voir sur ce point la communication de Ullrich Langer sur l’usage de la métaphore équestre pour le contrôle des passions) mais trop insister sur ce point, à mon sens, ne rend pas suffisamment compte de l’usage juridico-politique et institutionnel de la métaphore.

30 Le freno est souvent associé aux magistrats chez Francesco Guicciardini : cf. Dialogo del reggimento di Firenze : « E però è stato necessario a chi ha ordinato e’governi pensare a’modi di mantenere fermi gli uomini in quella prima inclinazione naturale ; e per questo furono trovati e’premi e le pene, e’quali dove non sono o sono male ordinati, non vedrete mai alcuna forma buona di vivere civile ; né sanza questo sprone e freno aspettate mai che gli uomini faccino troppo bene. » ou « e però ognuno aveva grandissimo rispetto a non mancare del debito suo, ed era questo maggiore freno che non sará quello né del consiglio né di una legge » ou « Se adunche e’magistrati aranno minore stimulo e manco freno, chi dubita che si fará manco ragione ? ». Dans les Discours ou dans le Prince c’est l’expression tenere a freno qui domine comme pour renvoyer au contrôle matériel négatif de la force politique de l’adversaire potentiel, selon le principe très machiavélien de la centralité des rapports de force à l’intérieur de la cité comme à l’extérieur.

31 Il convient d’insister sur ce point : la puissance est non pas écartée mais « réglée ».

32 Voir sur ce point Cheyette 1962.

33 Napoli 2003, p. 31 : « À une époque où la justiciabilité continue de définir la position des sujets à l’égard de la puissance politique, la police est encore loin d’avoir acquis les caractères institutionnels qui la situent au rang souverain. C’est même comme limite à un usage absolu du pouvoir royal qu’elle était conçue par le jurisconsulte savoyard Claude de Seyssel, dans la Monarchie de France […]. Dans le discours de Seyssel, la notion de police conserve la trace d’un certain ordre matériel pré-étatique qui, tout en ratifiant la distance qui sépare la police proprement dite et le pouvoir politique, conditionne en même temps l’espace auquel s’applique la souveraineté. »

34 Savonarole, Compendium philosophiae moralis (Liber X De politica et regno), in Scritti filosofici, vol. II, 1988, G. Garfagnini (dir.), p. 468-470.

35 Napoli 2003, p. 31. Ces mots évoquent le tournant que représente le Traité de Seigneuries de Loyseau au début du XVIIe siècle.

36 Voir Boone 2000 et 2007.

37 Chabod 1957 aujourd’hui réédité, dans ses deux rédactions : Chabod 1981, p. 591-624.

38 On remarquera d’ailleurs que Seyssel parle d’ailleurs très peu des États généraux pour un soi-disant critique de la monarchie absolue…

39 Voir Foucault 2008.

40 Op. cit., p. 64.

41 Sur ce point, voir Dionisotti 1995, p. 73-105. L’étude porte sur la question de la traduction chez Seyssel (voir aussi Annexes).

42 Alain Rey note sa présence y compris sous forme figurée dès le XIIIe siècle mais aucun dictionnaire de la langue du XVIe siècle ne lui laisse une place. À l’image de grandezza (ce que remarquait déjà Hexter) ou de peuple gras et peuple menu, la métaphore politique du frein pourrait donc venir aussi (car une métaphore peut avoir une multiplicité d’origines en même temps, les unes servant à revivifier les autres) de la langue vulgaire italienne.

43 Seyssel reste marqué par l’influence italienne et on peut se poser la question de savoir si son lexique ne serait pas moins aristotélicien qu’on veut bien le dire traditionnellement. Seyssel serait ainsi aussi proche des Florentins que de la tradition française à la fois plus juridique et plus aristotélicienne (on pense aux traductions d’Oresme).

44 Cf. la préface à la traduction d’Appien publiée par Dionisotti 1995, p. 98-99.

45 Nous sommes bien à « ce moment où le regimen s’affranchit de tout horizon téléologique et prend pour fin, en une sorte de repli circulaire sur soi, la condition de son exercice – la puissance » marquant ainsi « le passage de l’art médiéval de gouverner à la technologie moderne du gouvernement » (Senellart 1995, p. 41).

Auteur

Professeur à l’université Paris VIII en histoire de la Renaissance italienne et enseignant-chercheur à l’UMR 5206 Triangle du CNRS (ENS LSH Lyon). Ses recherches portent sur la pensée politique italienne ainsi que sur l’histoire de la langue vulgaire et de la rhétorique à la Renaissance. Il a traduit et commenté avec Jean-Claude Zancarini Le Prince de Machiavel (PUF, 2000), les écrits politiques de Savonarole (Le Seuil, 1993) et, de Guicciardini, l’Histoire d’Italie (Laffont, 1996), les écrits politiques (PUF, 1997) et les Avertissements politiques (Ricordi, 1988). Toujours avec J.-C. Zancarini, il a publié La politique de l’expérience. Savonarole, Guicciardini et le républicanisme florentin (2002) ainsi que Les guerres d’Italie. Des batailles pour l’Europe (2003) et La grammaire de la République : langages de la politique chez Francesco Guicciardini (1483-1540), Droz, 2009. Il dirige actuellement le projet ANR « Naissance et développement d’une pensée de la guerre des Guerres d’Italie aux traités de Wetphalie (1494-1648) ».

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540