Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Claude de Seyssel

 | 
Patricia Eichel-Lojkine

Deuxième partie. Représenter la société, le pouvoir et l’histoire

La mobilité sociale dans la pensée de Claude de Seyssel

Nicole Hochner

Texte intégral

  • 1 Voir dans ce volume principalement la contribution de Michèle Clément.
  • 2 Claude de Seyssel, La Monarchie de France et deux autres fragments politiques, textes établis et p (...)
  • 3 Seyssel, La Monarchie (désormais : MF), p. 165 (II, 25).
  • 4 Ibid., p. 125 (I, 17).
  • 5 Ibid., p. 165-166 (II, 25).

1On considère à raison Claude de Seyssel comme le tenant de la monarchie tempérée ou mixte, en particulier à cause de son idée de freins et de retenue qu’on trouve exposée dans la Monarchie de France. Pourtant il me semble que l’originalité de Seyssel réside dans une idée non moins importante dans l’histoire des idées politiques, à savoir celle de la mobilité sociale1. Le dernier chapitre de la seconde partie de la Monarchie de France énumère en effet les « choses requises à la conservation et augmentation de la monarchie de France par la police2 » et Seyssel y déclare que « l’on doit donner courage et espoir aux gens de bas état de parvenir par vertu et par industrie à plus haut degré3 ». Plus loin, il traitera plus précisément de ces voies qu’offrent « la vertu » et « l’industrie » et de « comme l’on vient du tiers État au second et du second au premier4 ». La métaphore équestre dont use Seyssel offre une image suggestive de la circulation des hommes, l’émulation sociale doit œuvrer comme un « vrai éperon qui fait toutes sortes de gens courir à la voie de vertu5 », et lorsque Seyssel écrit toutes sortes de gens il a bien pour intention de proposer une vision dynamique de la société française qui s’écarte en de nombreux points de la tradition tripartite des états qui repose sur une vision figée de la société. De surcroît, cette image d’éperon tranche avec celle du frein que Seyssel suggère à propos de l’autorité monarchique, car là tout au contraire il faut brider l’abus de pouvoir et freiner la tendance à la domination et à un exercice potentiellement excessif du pouvoir.

  • 6 Le penseur de ces questions fondamentales demeure Duns Scot: Duns Scotus, On the Will and Morality (...)
  • 7 Claude de Seyssel, De Divina providentia tres tractatus, Paris, Regnault-Chaudière, 1518. On noter (...)

2Notre analyse de la mobilité sociale chez Seyssel sera à dessein très proche du texte afin de respecter le code de langage du penseur Savoyard et se déclinera selon un double prisme. Le premier sera celui d’un discours des passions, un discours qui préoccupe Seyssel tout à la fois comme philosophe, médecin, théologien et historien politique. En effet, l’État est un corps mystique en prise à des troubles et pathologies qu’il faut impérativement soigner. Aussi les passions sont-elles envisagées dans un projet qui vise à réguler ou assainir les humeurs qui troublent le corps et Seyssel se propose de sonder les moyens préventifs et actifs de guérir ce corps social de la corruption et des vices qui le menacent. Cependant, ce discours vise également à souligner la corrélation qui existe entre les passions et le processus de prise de décision qui oriente le corps politique, à savoir que le regard médical posé sur le corps ne se dissocie pas d’un discours théologique des passions, qui soulève justement la force que celles-ci exercent sur la volonté6. La connaissance des passions représente chez Seyssel un double enjeu car la maîtrise des remèdes, comme c’était déjà le cas pour les Stoïciens, permet d’agir sur la volonté de l’homme, c’est-à-dire à la fois sur le corps et sur la personnalité de l’agent libre. D’ailleurs les mouvements du corps et de l’âme sont si intimement liés chez Seyssel qu’on ne saurait les isoler les uns des autres. Du reste Seyssel a directement traité de ce sujet dans l’un de ses derniers écrits, le De Divina providentia tres tractatus où il est question de la grâce et du libre arbitre, c’est-à-dire de la liberté de vouloir d’un point de vue théologique7. Dans le cadre de cet article nous nous limiterons à l’analyse du grand texte politique de Seyssel, la Monarchie de France, et il ne sera question des passions que dans leur relation à la mobilité sociale.

  • 8 Seyssel parle du « zèle et devoir que j’ai au bien public du royaume […] » dans MF, p. 129 (II, 1)

3Notre deuxième prisme de lecture sera un discours républicain que l’on trouve dans la pensée de Seyssel. Le terme républicain nécessitera bien entendu un éclaircissement et une justification, car il peut à juste titre sembler paradoxal et même étonnant d’invoquer au sujet de Seyssel une réflexion relative à la république et non à la monarchie. Pourtant quoique Seyssel affirme demeurer attaché à la monarchie, sa réflexion politique pivote autour du modèle républicain, en particulier celui de la république de Venise qui fascine Seyssel. Cette pensée repose sur des préoccupations qui sont à l’unisson avec ce qui fonde l’idéologie républicaine, à savoir la hantise de la servitude et de la corruption, la retenue de l’autorité, la mixité du régime politique où le pouvoir des uns est freiné par celui des autres, l’accord d’humeurs contraires, l’état de droit, l’utopie du bien vivre et même peut-être un certain sens de la civilité ou en tout cas une certaine fierté patriotique. Cette civilité et ce patriotisme loués par un étranger Savoyard méritent d’être soulignés ; il s’agit sans nul doute pour Seyssel d’évoquer la possibilité et la nécessité d’une adhésion affective au royaume, et d’une loyauté face aux idéaux de vertu et d’intérêts collectifs (« le bien public du royaume8 »). Il n’est certainement pas question d’un idéal de participation politique actif comme l’entend le néo-républicanisme contemporain, mais d’un lien affectif qui lie le citoyen à sa communauté politique. N’oublions pas que Seyssel vit une grande partie de son existence en Italie et qu’il consacre plus de la moitié de La Monarchie à la question de l’occupation française.

  • 9 Voir dans l’introduction de Jacques Poujol la section qu’il consacre à la langue de Claude de Seys (...)
  • 10 On pourrait invoquer ici la formulation maintenant célèbre de J. Russell Major qui traite de la mo (...)

4La confrontation des préoccupations propres aux régimes italiens avec celles qui caractérisent le régime monarchique français sous Charles VIII et Louis XII est la caisse de résonance de toute l’œuvre politique de Seyssel. Les linguistes ont du reste depuis longtemps remarqué la présence dans le vocabulaire de Seyssel de formulations italianisantes, comme par exemple « peuple gras » (popolo grosso), « peuple menu » ou bien encore le terme « frein » (freno9). Au demeurant, Seyssel nous propose une monarchie où le roi lui-même nous semble paralysé sinon neutralisé, de sorte que même si l’on cherche à présenter le Savoyard comme le défenseur de la monarchie française, il faut souligner que c’est une monarchie modérée et mixte que préconise Seyssel10.

La notion de mobilité sociale

  • 11 Les travaux sur la noblesse sont nombreux, et cette liste ne peut aucunement être exhaustive. Mais (...)
  • 12 Pour une analyse du parcours et des écrits de Seyssel, voir Boone 2007.

5L’objet de cette étude sera de mieux cerner la question de la mobilité sociale telle qu’elle est analysée par Seyssel tout en montrant comment elle transforme l’usage que fait Seyssel de la métaphore organique, du discours médical, et du vocabulaire républicain. La question de la mobilité ne sera pas soulevée par rapport aux réalités sociales et politiques du début du XVIe siècle quoique Seyssel semble offrir une description empirique des bouleversements sociaux dont il ne fait qu’entériner l’existence. Pourtant la question se pose de savoir s’il nous livre ici une exhortation à la mobilité sociale ou simplement ses propres observations de phénomènes contemporains11. Un tel sujet devra par ailleurs soulever l’aspect biographique de cette question et traiter de la carrière de Seyssel qui se hissa à la cour comme à la curie12.

6Au chap. 25 de la seconde partie de la Monarchie, Seyssel précise qu’il faut soutenir et inciter le peuple à « parvenir à plus haut degré », et ceci dans la mesure des « libertés et franchises » du peuple. Il faut, précise Seyssel,

  • 13 Seyssel, MF, p. 165-166 (II, 25).

« l’aider et favoriser selon qu’il vaut et veut valoir, pour donner courage aux autres d’ensuivre celui-là, espérant parvenir à ce qu’il est parvenu : qui est le vrai éperon qui fait toutes sortes de gens courir à la voie de vertu13 ».

  • 14 Ibid., p. 125 (I, 17). Le chap. 17 de la première partie ajoute que s’il est possible de se hisser (...)

7L’image de l’éperon – comme on l’a déjà souligné – est fort heureuse, il faut piquer, stimuler le peuple à être ambitieux et lui donner l’espoir d’une ascension sociale. Seyssel ne manque pas de localiser les lieux favoris de ce système de méritocratie ; il s’agit principalement de « la Science et Littérature et la Gendarmerie », chacun selon son état et son excellence, alors que le prince de son côté doit « donner appétit à ses sujets […] Pour acquérir icelle vertu, soit de Science ou d’Art militaire qui sont les deux principales », mais Seyssel y ajoute encore d’« autre exercice industrieux, comme Marchandise, Navigage, Pratique ou autre semblable ». Dans la mesure de « ses libertés et franchises » le peuple doit pouvoir se hisser aussi haut dans l’ensemble des « exercices à lui non prohibés », en d’autres termes l’ascension sociale doit être soutenue ou même dirigée par une politique d’ingérence de l’autorité monarchique qui se doit d’« aider et favoriser » les plus aptes. Mais il ne serait pour autant être question de justifier une politique dirigiste, l’ascension sociale du tiers au second état doit se faire « par vertu et par diligence » et nul n’est besoin ni « de grâce ni de privilège14 » ou de vénalité.

  • 15 Ibid., p. 121-123 (I, 14) : Seyssel souligne bien que la qualité de ceux de « meilleure étoffe » es (...)

8Il faut aussi distinguer deux sphères, la première est celle du monde du commerce et de la finance où l’entremise de l’État est aux yeux de Seyssel superflue sinon même inconvenante. Seyssel y ajoute une observation de sociologie politique en affirmant que « la facilité y est telle que l’on voit tous les jours aucuns de l’état populaire monter par degrés jusques à celui de Noblesse, et au moyen état, sans nombre », c’est-à-dire que la circulation des états du tiers au second état est très soutenue. En revanche, ce n’est pas le cas du second vers le premier état ; là, le flux vers la Noblesse doit être freiné et régulé par l’immixtion du pouvoir. Cette seconde sphère, celle du monde noble où l’on trouve les militaires et la haute administration publique demeure donc relativement hermétique et sous le contrôle de l’État15. Aux dires de Seyssel, cette ingérence est indispensable et légitime sous deux motifs, le premier est que l’état de Noblesse « tous les jours vient à décadence » soit qu’il s’appauvrisse, soit qu’il périsse suite aux guerres. La mortalité et la fragilité économique de la Noblesse exigent donc un renouvellement artificiel des élites. Le second motif est qu’une sélection doit obligatoirement être faite, sans quoi on ne pourrait distinguer les ambitieux de ceux qui ont fait « grand service à la Chose publique ».

  • 16 Ibid., p. 120 (I, 13).

9Le pouvoir central a donc pour responsabilité de réguler le maintien de la noblesse, ou bien la domination de la vera nobilitas, puisque la noblesse doit être le lieu de la véritable vertu. En conséquence il est impératif que ceux qui convoitent les privilèges sans pour autant les mériter soient écartés. Il est donc du ressort et de la responsabilité du pouvoir de se soucier non seulement du renouvellement mais aussi de la qualité de ces nouvelles élites. Seyssel là-dessus est ferme, une société figée et bloquée mènerait à un état de corruption dangereux et augmenterait le risque de conspiration, mais le danger d’infiltration de mauvais éléments n’est pas moindre car il mène au déclin et au désordre. Il est donc impératif pour Seyssel de réitérer que « chascun desdits états a ses droits et prééminences selon sa qualité16 », il s’agit très précisément de protéger la Noblesse de la réussite fulgurante de certains éléments de la bourgeoisie (du peuple gras) et assurer qu’un état ne puisse déstabiliser l’autre (« et à peine peut l’un opprimer l’autre »). Une société de classe telle que la préconise la Monarchie de France (où la division tripartie de Seyssel introduit une distinction inédite en France entre le « peuple gras » et le « peuple menu » alors qu’il exclut l’Église) repose sur la concurrence permanente des trois états où le pouvoir se doit d’œuvrer en arbitre faute de quoi l’insatisfaction générale pourrait conduire à un soulèvement commun (« conspirer contre le Chef et Monarque »).

  • 17 Ibid., p. 165 (II, 25).

10Comment donc soutenir la méritocratie dans un état d’inimitée générale ? D’un côté l’ambition ne semble point avoir besoin d’être nourrie, elle se motive seule ; Seyssel affirme en effet qu’« un seul […] élevé par ce moyen en fait courir dix mille, comme l’on voit par expérience tous les jours et est écrit en mille lieux17 ». D’un autre côté, la tâche du prince demeure néanmoins d’animer le désir d’ascension sociale :

  • 18 Ibid., p. 165-166 (II, 25).

« le Prince et Monarque [doit] tâcher par tous les moyens qu’il peut […] de donner appétit à ses sujets de toutes sortes de travailler pour acquérir icelle vertu, soit de Science ou d’Art militaire (qui sont les deux principales) ou d’autre exercice industrieux, comme Marchandise, Navigage, Pratique ou autre semblable18 ».

  • 19 Ibid., p. 165 (II, 25).

11Pourquoi s’ingérer dans les dynamiques socio-économiques puisque le capitalisme naissant fait librement se hisser des talents nombreux et ambitieux ? Seyssel suggère une réponse : « il est cherté de gens vertueux et accomplis en tous états et que ce sont ceux qui font les grands services en toutes choses19 ». C’est la pénurie des hommes de vertu qui justifie l’intervention de l’État en quête des meilleurs. Chercher à s’enrichir est propice à tous, et les roturiers en quête de titres et d’épithètes ne manquent pas, mais servir l’État est une résolution plus rare à déceler chez le sujet du royaume. La réalité italienne apporte ici quelques enseignements utiles sur la motivation de l’esprit civique. En effet, Seyssel donne le détail des moyens dont dispose le roi pour s’attacher les populations italiennes et en particulier celles qui l’accueillent favorablement :

  • 20 Ibid., p. 219-220 (V, 10).

« offices, dignités, charges et profits, et encores en leur donnant états et terres selon leurs mérites et leur montrant plus de confiance qu’aux autres, sans toutefois déclarer qu’il le fait par partialité, mais pour les mérites et services des personnages qu’il avance […] et quoi qui soit en la Justice particulière, les traiter également, mais ès choses d’état et de gros profit et autorité, faut préférer les plus affectés à la querelle du Prince20 ».

12Cette discrimination et ces privilèges sont parfaitement logiques pour Seyssel qui formule le principe suivant :

  • 21 Ibid., p. 220 (V, 10).

« […] trop mieux vaut bien contenter une partie (laquelle est pour soutenir et défendre la querelle du Prince de son pouvoir) et de tenir l’autre (que l’on voit ne pouvoir gagner) si basse qu’elle ne puisse nuire, que de laisser la bonne et favorable faible et la mécontenter et fortifier l’autre que l’on n’espère pouvoir gagner, pourtant qu’étant toutes deux mal contentes, facilement se peuvent accorder contre le Prince21 ».

  • 22 Ibid., p. 220 (V, 10); comparer p. 120-121 (I, 13).
  • 23 À titre de comparaison, voir Dudash 2003, p. 788-831.

13Bien qu’il s’agisse d’une citation tirée de la cinquième partie de la Monarchie où Seyssel traite de la politique expansionniste de la France, Seyssel expose un principe, à savoir que dans le cas où un arbitrage est impossible, le roi doit œuvrer à asseoir son autorité et sa légitimité sur un groupe social puissant et loyal, même si cela doit se faire au détriment de la part faible du royaume. Mais il faut se soucier que « nul n’ait occasion de soi douloir qu’on lui ait fait tort » et éviter que la faveur du pouvoir soit trop manifeste22. Bien sûr on pourrait rétorquer que ce qui est vrai face au factionnalisme italien n’est pas forcément la règle pour le royaume de France et qu’on ne peut proposer une lecture holistique des cinq parties de la Monarchie. Pour cette question, il suffit de souligner que dans les deux premières parties de la Monarchie Seyssel souligne l’importance du contentement du peuple et combien l’entretien des liens affectifs avec le peuple est essentiel23.

  • 24 MF, p. 128 (I, 19).
  • 25 Ibid., p. 155 (II, 18).
  • 26 Ibid., p. 119 (I, 11). Seyssel songe tout particulièrement aux dépenses de la couronne et à la néce (...)
  • 27 Ibid., p. 116 (I, 10). « Qu’il ne peut préjudicier au droit d’autrui, ains sont leurs lettres et r (...)
  • 28 MF, p. 117-118 (I, 10).
  • 29 Ibid., p. 117 (I, 10).
  • 30 Ibid., p. 120 (I, 12).
  • 31 Ibid., p. 154 (II, 17).

14Si la question de l’amour ne nous éloignait pas tant de notre projet, il serait important de souligner l’omniprésence de la séduction et de noter les termes que Seyssel dissémine tout au cours de son ouvrage comme amour, faveur, affection, révérence : tout un discours affectif et amoureux que nous brosse Seyssel dans la Monarchie où « le roi est obéi et servi de bon cœur24 », et lui-même « entretient, chérit, aime et estime25 ». Que Seyssel parle de Religion, de Justice ou de Police, il est impérieux que le roi ménage les sensibilités et les attentes de son peuple et qu’il fasse savoir que le roi aime et protège son peuple, c’est-à-dire qu’il est respectueux de la Police et n’entreprend « point d’y déroger26 ». Qu’il exhibe « par exemple et démonstration actuelle et extérieure qu’il est zélateur et observateur de la Foi27 », qu’il est soucieux de Justice et « qu’il ne peut préjudicier au droit d’autrui28 ». Seyssel précise par ailleurs que « si le peuple avait autre opinion de lui, il le hayrait et par aventure lui obéirait mal ». Tout doit être fait pour éviter scandales, désordre, confusions en tout genre « pour avoir l’amour et l’obéissance entière du peuple29 », pour « l’union et accord de tous les États30 », car dit Seyssel « l’entretènement des sujets de tous États en bon accord et au contentement d’un chacun31 » est le dessein et la cause même de la conservation et de la prospérité de la monarchie. L’image du roi est donc celle d’un homme au service d’une cause extérieure et supérieure à sa majesté. Que cela soit la Police, la Religion ou la Justice, les trois freins seysseliens sont en fait les motivations profondes et la justification de la supériorité et dignité royale : seuls ces trois objets animent la volonté du monarque et peuvent justifier ses pouvoirs exceptionnels.

  • 32 Ibid., p. 121 (I, 14).
  • 33 Ibid., p. 159 (II, 20). Comme le dit très justement Michèle Clément dans ce volume, « la marchandi (...)

15Au chapitre consacré à la Noblesse dans la première partie de la Monarchie Seyssel nous parle de « grands prérogatives et prééminences32 ». Dans la seconde partie, Seyssel n’est pas équivoque sur l’utilité du traitement préférentiel dont doit jouir la Noblesse. Évidemment, la Justice – c’est-à-dire l’état de droit et la souveraineté de la loi – freine la Noblesse et tempère son arrogance, mais Seyssel recommande néanmoins au Roi de se faire partisan des puissants en leur donnant cause d’être satisfaits et obligés. Au cas où le peuple et les puissants seraient tous deux mal contents, la menace de sédition serait intolérable. Il faudrait par tout moyen tenter de neutraliser ce mécontentement « de sorte qu’ils aient cause d’être » favorable au roi « et les autres de le devenir ». Sur cette question Seyssel perçoit bien la fragilité de la Noblesse menacée par l’essor financier dont elle ne profite pas (Seyssel parle même de l’« indigence » et de la pauvreté de l’État de Noblesse33) et par l’introduction de nouvelles élites non nobles dans les rangs de l’élite militaire.

  • 34 MF, p. 169 (III, 4).
  • 35 Ibid., p. 124 (I, 16).
  • 36 Ibid., p. 169 (III, 4).
  • 37 Ibid., p. 109 (I, 3).
  • 38 Ibid., p. 172 (III, 4).
  • 39 Ibid., p. 159-160 (II, 20). Sur la noblesse au seizième siècle, voir en particulier Jouanna 1977 ; (...)
  • 40 MF, p. 160-161 (II, 21).

16Si dans un premier temps Seyssel traitait de l’art militaire comme du domaine privilégié de l’ascension sociale, voilà que dans la « tierce partie » de son traité il affirme qu’« il n’est pas expédient que le peuple s’y adonne par doute des inconvénients qui ont été allégués34 ». Aussi dans le chap. 16 de la première partie, Seyssel restait-il très timide sur la force concédée au peuple qui devait se limiter à « la Gendarmerie en quelque état inférieur de Gendarme35 ». Mais Seyssel demeure indécis, car dit-il, « vient beaucoup de grans inconvénients à cause de ce que ledit peuple n’est combattant36 ». Tel Machiavel, Seyssel nous dresse une réfutation argumentée face à la politique de mobilisation de mercenaires et de la dépendance du royaume envers des armées étrangères37. Dans l’un des chapitres les plus longs de la Monarchie (III, 4), Seyssel en vient à conclure qu’il faudrait mobiliser une « ordonnance de gens de pied » où le nombre d’étrangers serait toujours inférieur à celui des Français38. Mais au-delà de la question de l’infanterie nationale et du port des armes par des non nobles, la question qui doit préoccuper la monarchie est le mécontentement de la noblesse qui voit sa supériorité rognée par les bouleversements financiers et techniques39. Ce n’est pas tant que Seyssel affectionne les nobles, qu’il accuse par ailleurs d’excès et de pilleries40, mais il croit que pour endiguer ce dangereux phénomène de ressentiment (« une maladie qui vient […] par mauvaises humeurs qui sont au-dedans ») il faut que le roi s’engage dans une politique de défense de la noblesse et de compensation symbolique tout en protégeant dans un même effort le peuple gras des exactions de ceux-là.

  • 41 Ibid., p. 123 (I, 15).
  • 42 Ibid., p. 117-118 (I, 10).
  • 43 Ibid., p. 119 (I, 11).
  • 44 Ibid., p. 164 (II, 23).
  • 45 Ibid., p. 141 (II, 9).

17C’est précisément à ce point que la pensée seysselienne glisse vers un discours républicain. C’est le moment où Seyssel affirme que le peuple gras doit être entretenu « sans violence ni oppression41 » ; où il est question de l’égalité devant la loi42, de la nécessité d’éviter l’« exaction extraordinaire, à la foulle et grevance du peuple43 » ; où Seyssel dénonce les « abus, torts et violences44 » des officiers royaux. Car un faux pas pourrait donner « hardiesse et occasion à plusieurs gens malicieux et de pervers engin45 » d’oppresser la Marchandise, de tolérer l’arrogance des nobles, de justifier la simonie des gens d’Église, ou de laisser des flatteurs souffler à l’oreille du roi de mauvais et pernicieux conseils. La limite des privilèges de la noblesse est jaugée par rapport au seuil de souffrance et d’appauvrissement tolérable par le peuple. Sa liberté et ses franchises s’arrêtent donc là où l’oppression du peuple commence :

  • 46 Ibid., p. 160 (II, 20).

« […] en tout faut médiocrité et raison et ne doit l’on donner aux uns tant d’autorité et de moyens d’eux enrichir que les autres (mêmement et de plus haut degré et état) en souffrent et appouvrissent46 ».

  • 47 Voir Pettit 1997. Les publications au sujet du républicanisme sont innombrables, voir par exemple (...)

18Aussi, on trouve chez Seyssel une des idées centrales de la pensée républicaine, à savoir celle de la non-servitude, ou de la non-domination47. Pour autant, ce principe qui par ailleurs anime la définition de la civilité antique et s’inscrit dans l’orbite du De statu hominis de la loi romaine, ne remet pas en cause l’adhésion de Seyssel au régime monarchique.

19Le premier point dans l’argumentation de Seyssel est que les sujets d’une monarchie ne sont pas forcément esclaves ou pas davantage que les citoyens d’une république, c’est-à-dire que l’état de servitude n’est pas intrinsèquement lié au régime politique et qu’il est donc possible de justifier un régime monarchique. Le cœur du projet seysselien est en effet la démonstration que :

  • 48 MF, p. 99-100 (Prohème).

« le gouvernement et empire monarchique est le meilleur entre les autres politiques et que celui de France est le plus civil et mieux policié de tous les autres monarchiques qui ont été et sont de présent48 ».

20Or l’avantage et la spécificité de la monarchie française sont précisément qu’elle soit « civile et policiée », c’est-à-dire qu’elle ne procède en rien de la servitude ni de la tyrannie. Pour Seyssel, le peuple, quoiqu’il demeure sujet, n’en est pas moins en droit d’attendre à n’être point oppressé, et le souverain, tout en jouissant de la pleine dignité royale, n’en est pas moins tenu de soulager son peuple. Seyssel détaille les procédés par lesquels le pouvoir protégera le peuple : par la réduction des impôts excessifs (chap. 23), en le défendant de la noblesse qui l’oppresse et l’outrage (chap. 24), et en favorisant un système d’émulation et d’ascension sociale qui permette l’essor du peuple tout en respectant les limites de « ses libertés et franchises de pouvoir faire tous exercices à lui non prohibés » (chap. 25).

  • 49 Ibid., p. 114 (I, 8).
  • 50 Ibid., p. 130 (II, 2). C’est nous qui soulignons.
  • 51 Ibid., p. 132 (II, 2).

21Comme semble le suggérer le ton étonnament libéral de cette formulation, le système monarchique de Seyssel ne vient absolument pas justifier un système de surveillance social qui gérerait les relations de la noblesse abusive et du peuple « foulé », tout au contraire le modèle que préconise Seyssel est paradoxalement fondé sur la neutralisation ou la relative éclipse du roi. En effet il est question dans l’un des chapitres clés de la Monarchie d’un roi « vicieux », d’un roi « imbécile, ou entaché de plusieurs imperfections, ou encore un jeune enfant », un roi qui est « totalement hébété49 ». Seyssel dit bien « si cela se pouvait toujours rencontrer que le Chef et monarque eût le sens, l’expérience et la prudence accompagnées du bon vouloir », c’est-à-dire que le roi fût parfait, alors « il n’y faudrait autre chose50 » et ce roi vertueux et prudent n’aurait sans doute pas besoin de conseil. Mais Seyssel est lucide : « pour ce qu’il est impossible ou bien difficile de trouver Prince ni autre qui ait suffisamment toutes lesdites parties », il faut bien se résoudre à prendre comme hypothèse de base que le prince n’est pas exemplaire, et Seyssel renchérit lorsqu’il semble renoncer à l’éducation des princes qui n’ont d’ailleurs « guères de temps oisif pour employer en la litture de longues écritures51 ». Seyssel, presque aussi indigné que La Boétie, dit bien que dans la mesure où rien ne prémunit le système monarchique d’un roi à la volonté désordonnée, rien finalement n’exclut la possibilité d’une autorité dépravée. Alors comment comprendre son adhésion à la monarchie si Seyssel suppose l’imbécillité et l’incapacité du roi à diriger ?

Neutraliser le roi ?

  • 52 Ibid., p. 114-115 (I, 8). « La chose principale requise […] c’est que le Monarque ne fasse aucune c (...)

« Les remèdes que l’on peut bonnement excogiter pour obvier à tels inconvénients quand ils adviendront sont trop plus prompts et certains en cette Monarchie qu’en nulle des autres52. »

22La préférence de Seyssel pour la monarchie est en fin de compte fondée sur un atout remarquable de la monarchie de France, à savoir qu’elle est plus apte que tout autre forme de gouvernement à neutraliser le tyran – qui inexorablement se dissimule derrière tout monarque. Remarquons à cet effet que Seyssel est prêt à considérer explicitement la dérive d’un régime aristocratique en un régime oligarchique sans être prêt de la même manière à examiner la dégénérescence inexorable de la monarchie en dictature ou en tyrannie. Bien souvent, nous dit Seyssel, l’aristocratie se métamorphose en :

  • 53 Ibid., 104 (I, 1).

« Oligarchie, qui est un monopole des gens convoiteux et ambitieux, lesquels étant élus comme les plus sages et les plus prud’hommes du peuple pour bien régir et gouverner la chose publique, ne tendent fors à leur profit particulier53. »

23Il faut souligner ici deux points, le premier est l’hégémonie et l’absence de circulation des élites dans le régime oligarchique, le second est le fait que les élites n’œuvrent qu’à leur propre profit et au détriment du bien commun.

  • 54 Ibid., MF, p. 125 (I, 17).
  • 55 Ibid., MF, p. 105 (I, 2).
  • 56 Ibid., 105 (I, 2).
  • 57 « Et pour les apaiser, fut force que l’on donnât à icelui peuple plus d’autorité que la raison n’e (...)
  • 58 Ibid., p. 106 (I, 2).

24Seyssel traite de ces questions lorsqu’il brosse l’état de la république romaine. En effet au chap. 17, Seyssel avait loué la méritocratie romaine en disant que « celui mêmes ordres gardèrent les Romains en tous temps : car de l’état populaire l’on venait à celui des Chevaliers, et de celui des Chevaliers, à celui des Sénateurs et Patrices54 ». Pourtant Seyssel est explicite dans sa condamnation : « l’autorité du peuple [y] devint trop grande55 ». Mais elle devint trop grande pour deux raisons, la première c’est qu’après l’abolition de la monarchie à Rome, le Sénat et les Nobles s’emparèrent des rênes de l’État et laissèrent trop peu d’autorité au peuple56, à terme ce précédent constitutionnel octroya au peuple un pouvoir paradoxalement croissant et excessif57. Le second vice était d’ordre procédural, c’est-à-dire la possibilité du peuple à nommer ou à élire les hommes de son choix au service public et à l’armée. C’est la vox populi qui hisse au pouvoir les ambitieux et les corrompus, et écarte de l’élite dirigeante les hommes vertueux et zélés. Donc, si le peuple a été spolié dans le partage des pouvoirs à la constitution du régime républicain, par la suite c’est son manque de discernement qui a permis l’infiltration et l’accès au pouvoir d’hommes indignes et intéressés qui menèrent à la ruine tout le système républicain. Là où Machiavel considère les tribuns comme purgeant le corps politique de ses humeurs négatives, Seyssel au contraire y voit la cause par excellence de la décadence. « Les bons et notables personnages zélateurs du bien public » sont délaissés, et du reste le même phénomène de corruption touche l’armée où la discipline militaire est « totalement abâtardie et dissolue58 ».

  • 59 À rapprocher du fameux mythe de l’immortalité de la république : voir Finlay 1999, p. 931-944.
  • 60 MF, p. 107 (I, 3).
  • 61 Ibid., p. 109 (I, 3).
  • 62 Ibid., p. 125 (I, 17) : « donner courage et espérance ».

25Venise, à l’inverse de Rome, semble avoir tiré les leçons requises. Seyssel nous avoue d’ailleurs : « à la vérité, c’est le plus accompli et mieux policé empire et état de communauté que l’on ait vu ni lu ci-devant59 ». Avant tout Venise « ne tient riens du Populaire (car le Peuple n’a aucune autorité au gouvernement, ains est sujet totalement à la Seigneurie, laquelle toutefois entretient en ses libertés et franchises, de manière qu’il n’a cause de soi rebeller et aussi est retenu et rabaissé par lois sévères et rigoureuses)60 ». Cette absence de l’élément populaire est comme compensé par des soi-disant « libertés et franchises » qui expliquent peut-être que malgré les (ou grâce aux) « lois sévères et rigoureuses » le peuple n’est point séditieux. Pourtant Venise ne peut incarner l’idéal seysselien, car ses citoyens exclus des offices, des charges, des honneurs et des profits ont par conséquent « une envie merveilleuse et un grand mécontentement61 ». Venise demeure une société bloquée où fait justement défaut l’espérance qu’offre la mobilité sociale62.

  • 63 Machiavel, Discours sur la première Décade de Tite-Live, in Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, Pl (...)
  • 64 MF, p. 109 (I, 3).

26Machiavel le comprenait parfaitement lorsqu’il comparait Venise, Sparte et Rome, et qu’il soulignait que Rome – à la différence des deux autres cités – avait su renouveler ses élites, et accueillir le flux de population étrangère63. Cette fluidité de la société romaine, cette habilité à intégrer une masse d’étrangers va d’ailleurs de pair avec la circulation des richesses et des cultures où la politique œuvre et incite les hommes à s’enrichir, à se hisser sur l’échelle sociale au profit finalement de tous. Sur ce point, Seyssel s’accorde avec le regard que pose Machiavel sur la société vénitienne : le « mécontentement » du peuple est tel qu’il risque à moyen terme de mener à la révolte ; et rien n’inquiète plus Seyssel que l’insurrection et l’agitation d’un peuple dépossédé et contestataire. L’absence d’« espérance d’obtenir aucun office ou bénéfice qui soit d’importance64 » mène à la sédition ou pour parler dans un langage médical, à un phénomène physiologique de déséquilibre des humeurs. D’ailleurs c’est justement en traitant de l’aristocratie vénitienne que Claude de Seyssel introduit l’image des corps mystiques qui sont :

  • 65 Ibid., p. 108 (I, 3).

« à la semblance des corps matériels humains – lesquels (pour autant qu’ils sont créés et composés de quatre éléments et humeurs contraires), jaçoit que par aucun temps se puissent entretenir et conserver en vie (à savoir tant que lesdites humeurs s’accordent), toutefois il est impossible qu’à la longue l’un ne surmonte les autres et par ce moyen que la masse ne revienne à sa première matière par la dissolution de ladite compagnie ; car par ordre de nature, tous lesdits éléments et humeurs, après qu’ils sont assemblés, ont augmentation, état et diminution, advenant laquelle est besoin aider à la nature et secourir celui membre et celle humeur qui se trouvent les plus faibles ; mais il advient que, quand l’on cuide aider à l’un, on nuit à l’autre. Tout ainsi advient aux corps mystiques de la société humaine ; car, après qu’ils sont assemblés par une civile et politique union, ils vont par quelque temps en accroissant et multipliant, après demeurant en leur état quelque autre temps, puis – pour autant qu’ils sont composés de plusieurs entendement et volontés discordantes et répugnantes – commencent à décliner et finalement vienne à néant65 ».

  • 66 Ibid., p. 191 (IV, 3).
  • 67 Ibid., p. 118 (I, 10).

27Ce passage un peu long et bien connu de Seyssel mérite pourtant qu’on s’y attarde pour en dégager les points principaux suivants. Le premier est que les corps mystiques, les corps politiques, quoiqu’ils soient allégoriques, ne sont pas pour autant figés ou éternels, non soumis à la putréfaction des corps physiques. Deuxièmement, ils sont instables ou en constante motion, c’est-à-dire soit en croissance, soit en déclin. La stabilité politique est donc un état hypothétique et fictif par essence. Troisièmement, les corps sont composés d’humeurs contraires et discordantes, ce qui mène inexorablement à la prépondérance de l’un sur les autres et à la cause de la ruine du corps, puisque la masse revient à sa matière et les liens de la communauté sont dissolus. Cette vision pessimiste se nourrit d’une perception négative de l’homme. Quoiqu’il pense corriger la société en réformant ses institutions et non l’homme, Seyssel s’exprime sur la question de la nature humaine et affirme que « l’homme est par nature corrompu, communément si ambitieux et convoiteux de dominer […] que l’on n’y peut bonnement prendre sûreté ni fiance66 ». Il faudrait en déduire que non seulement l’homme est belliqueux et mauvais, mais que la société est conséquemment en conflit incessant. Seyssel écrivait bien un peu plus tôt : « [qu’il y a] de l’imperfection en ladite Justice comme en toutes autres choses humaines67 ». L’imperfection est donc inéluctable, le conflit correspond à l’état naturel de la société et les rapports humains sont conditionnés par une inexorable décadence.

  • 68 Cité par Jouanna 1996, p. 142.
  • 69 Comme le songe Machiavel dans les Discours, I, 4, p. 390-391.

28Comment, dès lors que l’on suppose une réalité conflictuelle, construire une solidarité sociale et une politique stable ? Seyssel ne cherchera pas comme Hobbes à purger la société de ses humeurs, ni à instaurer un État tout puissant pour permettre à l’homme de surpasser son inéluctable instinct dominateur ou même à étouffer les antagonismes naturels. Le projet de Seyssel est au contraire de tenter de réformer ou de canaliser les humeurs du corps social sans renforcer ni centraliser davantage l’autorité politique qui demeure dans le projet du Savoyard aux mains d’« un roi collectif » pour emprunter l’expression d’Emmanuel Le Roy Ladurie68. C’est là où la métaphore médicale est importante, car de même que l’équilibre entre les passions est la clé de la volonté ordonnée et de la bonne santé du corps, de même on peut prolonger la vie des corps mystiques en s’assurant d’un équilibre entre des phénomènes physiologiques contraires. Le génie de Seyssel est de comprendre que l’équilibre le plus certain s’obtient dans le flux dynamique et non dans un état statique et immobilisé. C’est pourquoi la solution seysselienne aux hypothèses pessimistes d’hommes ambitieux et d’un roi vicieux et totalement hébété est d’une part de réguler l’autorité royale et d’autre part de dynamiser et stimuler la croissance sociale et économique. Mais Seyssel ne renonce pas si vite au mythe de la concordance et de l’unité. Il ne peut se résoudre à assumer une société dont l’essor serait le fruit de conflits et de rivalités69 et ne peut laisser la « liquidité » de son système humoral prendre le pas sur l’ordre nécessaire.

29Aussi selon Seyssel les mauvaises humeurs sont-elles directement liées au problème du factionnalisme qu’incarne la société vénitienne qui, ancrée dans les privilèges des fondateurs de la cité, suscite des passions qui sont, nous dit Seyssel, des passions « particulières », au contraire de la passion du bien public et de la chose publique. Ces abus sont bien évidemment à mettre en parallèle avec la noblesse qui foule le pauvre peuple français en dépit de l’intérêt du royaume.

  • 70 MF, p. 110 (I, 3).

« Quand les mauvaises humeurs de ce corps mystique seront par trop multipliés et corrompus, ne se découvre la maladie si âpre qu’à peine se pourra trouver le remède à temps70. »

  • 71 Le Prince, chap. 3, in Œuvres Complètes, p. 295.
  • 72 MF, p. 110 (I, 3).

30On songe bien évidemment au même constat fait par Machiavel dans le chap. 3 du Prince où il écrit, dans une de ces formules limpides et tranchantes dont il a le secret, qu’« au commencement le mal est aisé à guérir mais difficile à identifier, mais, n’ayant été ni diagnostiqué ni guéri, devient, avec le progrès du temps, facile à identifier et difficile à curer71 ». Seyssel ne dit pas différemment : lorsque la maladie se découvre, elle est « si âpre qu’à peine se pourra trouver le remède à temps72 ». Malgré cette image de la contamination, Seyssel s’écarte des idées d’amputations et de mutilations qu’on trouve par exemple chez Jean de Salisbury, et préconise dans la Monarchie une médecine douce et préventive :

  • 73 Ibid., p. 133 (II, 3).

« Tout ainsi que sont les médecins, lesquels, connaissant en un patient quelque disposition dangereuse pour parvenir à quelque maladie ou inconvénient, lui donnent régime touchant cela seulement, sans parler plus avant du régime qu’ils ont à tenir en général pour la santé universelle du corps73. »

31Mais Seyssel précise :

  • 74 Ibid., p. 161 (II, 21).

« Tout ainsi que d’une maladie qui vient à quelqu’un des membres du corps, par mauvaises humeurs qui sont au-dedans. Car encores que l’on ôte la douleur en partie et à temps, par remèdes appliqués au membre dolent, toutefois si l’on ne purge lesdites humeurs dont procède la naissance du mal c’est toujours à recommencer74. »

  • 75 La question du corps social ou politique a été débattue selon de nombreux points de vue ; pour un (...)
  • 76 Seyssel parle de sangsues dans MF, p. 162 (II, 21).

32Le mal à curer est profond et ne peut se laisser leurrer par un semblant de bonne santé. Mais on assiste à un déplacement de la métaphore du corps. En effet, si dans le Policraticus de Jean de Salisbury ou encore dans Le Corps de policie de Christine de Pizan, la métaphore organique offre une image de la société idéale, au maintien hiérarchique et à la stature immobile, avec Seyssel, ce corps aux membres interdépendants amorce un début de dynamisme75. Si la métaphore organique ne souffre a priori aucun mouvement ; si la justice dévolue à chacun un seul et unique statut, toute altération est cause de difformité car l’allégorie organique s’appuie sur une vision anatomique d’un corps formé d’organes hiérarchiques. Tout mouvement cause nécessairement un désordre, toute transformation est inconcevable : si la main prenait la place du ventre ou si les pieds étaient mis à la place de la tête, on obtiendrait un monstre. L’introduction des humeurs, dans cet imaginaire du politique, apporte une fluidité, une animation dont le corps était dépourvu auparavant, et qui de surplus était à l’origine de sa ruine. Là, l’équilibre entre les humeurs est source et cause de vie et de bonne santé. C’est-à-dire que l’intervention politique s’ingère comme le fait le médecin dans l’équilibre humoral du corps, mais ne peut impunément freiner une humeur au dépens de l’autre : « quand l’on cuide aider à l’un, l’on nuit à l’autre76 ».

  • 77 Voir Shogimen 2008, p. 94-95.
  • 78 Cité par Shogimen 2008, p. 96.
  • 79 Sur Machiavel, voir en particulier Parel 1992 et Gaille-Nikodimov 2004. Ainsi que sur la question (...)

33Cet aspect physiologique de l’allégorie du corps social et politique n’est pas pionnier. Nicolas de Cuse, dans le De concordantia catholica par exemple, voyait déjà dans le sang le véhicule de l’âme, les veines permettant la circulation du sang depuis le centre du corps – qui est le cœur – jusqu’aux autres membres. Ces veines sont comparées au droit canon qui irriguent l’Église et nourrissent le corps social. Cuse associe dans sa vision des relations dynamiques de l’État et de l’Église le système nerveux et le système sanguin77. Bien entendu nous sommes encore loin de la découverte de la circulation sanguine par William Harvey en 1628, mais les thèses de Galien proposent déjà un système sanguin dynamique fait de deux types de sang qui relient (dans un système non cyclique) le rein et le cœur. Sir John Fortescue analyse dans On the Laws and Governance of England le régime monarchique anglais comme un système physiologique également nourricier78. Machiavel de son côté fait plutôt appel aux humeurs et en cela se rapproche davantage de Seyssel, puisque tous deux font du conflit civil la condition même du politique79. Mais Seyssel me semble être le seul à souhaiter que le pouvoir favorise l’équilibre et la motion des humeurs tout en incitant au profit, à la productivité et à l’ascension sociale dans un esprit capitaliste.

Névroses ou thérapie seysselienne ?

34Quoique le gouvernement des Vénitiens soit « le mieux policié et établi que j’aie vu ni lu à ma fantaisie pour État aristocratique », le projet seysselien opte finalement pour une monarchie qui traite des névroses du système oligarchique en lui proposant un programme thérapeutique et préventif qui se fonde sur deux principes : le premier est la neutralisation du pouvoir du roi, le second est la mobilité sociale dans un système qui bloque l’accès du peuple au pouvoir, mais autorise une circulation sociale qui régule les humeurs « mauvaises » et permet l’accroissement des richesses par un peuple défini comme « gras ».

  • 80 MF, p. 114 (I, 8).

35C’est cette réforme à deux volets qui constitue le moment républicain de la pensée politique française, ou en d’autres termes le moment seysselien où la thérapie préconisée est celle d’un renfort des humeurs contraire à l’hégémonie des élites sans pour autant en rien les offenser ni les priver de leurs privilèges. Cet idéal auquel Seyssel aspire a pour défi de conserver tout entière la solidarité organique tout en permettant la fluidité des humeurs au sein du corps mystique, c’est-à-dire stimuler l’envie en apaisant les causes de dissension. Quoiqu’il faille avouer que le terme de mutation est encore associé à la corruption dans le lexique seysselien, toutefois « la rotture » et la « confusion », la « dissolution » et la maladie s’accélèrent avec l’inertie, alors que la « meilleure santé », et la « meilleure complexion80 » viennent d’un peu d’exercice et de la bonne motion des humeurs.

  • 81 André 1966.

36Si Seyssel n’est pas prêt à renoncer à l’unité et la concordia, il cherche, comme le secrétaire florentin, le moyen de stimuler l’envie et l’ambition tout en combattant les causes de dissension. Mais si l’on ne retrouve pas chez Seyssel comme chez Machiavel la notion d’otium81, néanmoins on perçoit la même ambition d’ordre dans le mouvement et de règle dans la mobilité. L’action est au cœur du projet seysselien.

  • 82 Voir plus haut p. 67 et p. 70.

37En conclusion, Seyssel cherche à nuire à l’hégémonie, mais non aux élites, à inciter à la mobilité sociale sans renoncer à une certaine harmonie, et à proposer une conception plus généreuse du corps politique que celle que la métaphore organique soutenait dans les traités de Jean de Salisbury ou les écrits de Christine de Pizan. Ces axes essentiels de la pensée du Savoyard ont pour dessein de proposer une réflexion originale de la monarchie modérée et mixte, où il ne faut comprendre la retenue de l’autorité royale qu’en considérant en contrepoids les aspects dynamiques et fluides de la mobilité sociale. C’est pourquoi, à mon avis, la notion de freins ne peut, et ne doit être dissociée de celle de l’éperon82.

Bibliographie

Œuvres citées

Machiavelli (Machiavel) Niccolò, Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, Pléiade, 1952.

Scot Duns, Duns Scotus on the Will and Morality, Selected and Translated by Allan B. Wolter, Washington DC, Catholic University of America Press, 1986.

Seyssel Claude de, La Monarchie de France et deux autres fragments politiques, textes établis et présentés par Jacques Poujol, Paris, Librairie d’Argences, 1961.

Seyssel Claude de, De Divina providentia tres tractatus, Paris, Regnault-Chaudière, 1518.

Notes

1 Voir dans ce volume principalement la contribution de Michèle Clément.

2 Claude de Seyssel, La Monarchie de France et deux autres fragments politiques, textes établis et présentés par Jacques Poujol, Paris, Librairie d’Argences, 1961, p. 129 (II, 1).

3 Seyssel, La Monarchie (désormais : MF), p. 165 (II, 25).

4 Ibid., p. 125 (I, 17).

5 Ibid., p. 165-166 (II, 25).

6 Le penseur de ces questions fondamentales demeure Duns Scot: Duns Scotus, On the Will and Morality, sélectionné et traduit par Allan B. Wolter, Washington DC, Catholic University of America Press, 1986. À ce sujet, voir Kent 1995.

7 Claude de Seyssel, De Divina providentia tres tractatus, Paris, Regnault-Chaudière, 1518. On notera que cet ouvrage est un des rares textes à avoir été imprimés du vivant de Seyssel ; en effet nombreuses sont ses œuvres – ses traductions comme ses textes juridiques – restées manuscrites et inédites.

8 Seyssel parle du « zèle et devoir que j’ai au bien public du royaume […] » dans MF, p. 129 (II, 1).

9 Voir dans l’introduction de Jacques Poujol la section qu’il consacre à la langue de Claude de Seyssel : pour freno, Poujol évoque le latin de la Vulgate et de Thomas d’Aquin (MF, p. 55-57). Voir dans ce volume la contribution de Jean-Louis Fournel.

10 On pourrait invoquer ici la formulation maintenant célèbre de J. Russell Major qui traite de la monarchie de la Renaissance comme d’un régime distinct : voir Major 1957, p. 112-124 ou encore son ouvrage synthétique Major 1994 où sont reprises les thèses de Major 1980 qui distingue trois types de monarchies, la monarchie médiévale, la monarchie renaissante et la monarchie absolue. Le rapprochement avec Seyssel s’impose car pour Major la monarchie renaissante – consultative par essence – se caractérise par de nombreux traits que l’on retrouve en partie dans La Monarchie de France, à savoir (1) une consultation des assemblées, (2) une faiblesse relative du pouvoir central, (3) une importance accrue de la noblesse, (4) un état de droit, (5) une décentralisation et (6) une bureaucratie dynamique.

11 Les travaux sur la noblesse sont nombreux, et cette liste ne peut aucunement être exhaustive. Mais on pourra consulter sur la question Perroy 1962, p. 25-38 ; Bohanan 2001 ou encore Parker 1996. Pour une perspective européenne comparative, voir Dewald 1996.

12 Pour une analyse du parcours et des écrits de Seyssel, voir Boone 2007.

13 Seyssel, MF, p. 165-166 (II, 25).

14 Ibid., p. 125 (I, 17). Le chap. 17 de la première partie ajoute que s’il est possible de se hisser « du tiers état au second et du second au premier » la différence est bien là, soit que du tiers au second il suffit de « vertu » et de « diligence », alors que du second au premier il est nécessaire d’obtenir « grâce » et « privilège ».

15 Ibid., p. 121-123 (I, 14) : Seyssel souligne bien que la qualité de ceux de « meilleure étoffe » est fondée non pas tant sur leurs propres « mérites et services » que sur « ceux de leurs ancêtres ». Il distingue les charges militaires de celles des offices du royaume (« gouverneurs de pays et de provinces, baillages, sénéchaussées, châtellenies, capitaineries de villes et de châteaux et autres plusieurs – sans parler des principaux Offices qui appartiennent à grands personnages et sont à vie comme l’office de Connétable, celui des Maréchaux, celui de l’Amiral et autres semblables […] »).

16 Ibid., p. 120 (I, 13).

17 Ibid., p. 165 (II, 25).

18 Ibid., p. 165-166 (II, 25).

19 Ibid., p. 165 (II, 25).

20 Ibid., p. 219-220 (V, 10).

21 Ibid., p. 220 (V, 10).

22 Ibid., p. 220 (V, 10); comparer p. 120-121 (I, 13).

23 À titre de comparaison, voir Dudash 2003, p. 788-831.

24 MF, p. 128 (I, 19).

25 Ibid., p. 155 (II, 18).

26 Ibid., p. 119 (I, 11). Seyssel songe tout particulièrement aux dépenses de la couronne et à la nécessité de les soumettre au contrôle de la Chambre des comptes.

27 Ibid., p. 116 (I, 10). « Qu’il ne peut préjudicier au droit d’autrui, ains sont leurs lettres et rescrits sujets au jugement desdits Parlements en tel cas, non pas touchant obreption et subreption seulement (comme sont ceux des autres Princes selon les Lois romaines) mais encores touchant la civilité et incivilité ». Voir la contribution de Marie-France Renoux-Zagamé dans le présent volume à ce sujet.

28 MF, p. 117-118 (I, 10).

29 Ibid., p. 117 (I, 10).

30 Ibid., p. 120 (I, 12).

31 Ibid., p. 154 (II, 17).

32 Ibid., p. 121 (I, 14).

33 Ibid., p. 159 (II, 20). Comme le dit très justement Michèle Clément dans ce volume, « la marchandise a déjà détrôné la noblesse dans le système de Seyssel ».

34 MF, p. 169 (III, 4).

35 Ibid., p. 124 (I, 16).

36 Ibid., p. 169 (III, 4).

37 Ibid., p. 109 (I, 3).

38 Ibid., p. 172 (III, 4).

39 Ibid., p. 159-160 (II, 20). Sur la noblesse au seizième siècle, voir en particulier Jouanna 1977 ; Schalk 1986 et Neuschel 1986 ainsi que Contamine 1997 pour une période légèrement antérieure.

40 MF, p. 160-161 (II, 21).

41 Ibid., p. 123 (I, 15).

42 Ibid., p. 117-118 (I, 10).

43 Ibid., p. 119 (I, 11).

44 Ibid., p. 164 (II, 23).

45 Ibid., p. 141 (II, 9).

46 Ibid., p. 160 (II, 20).

47 Voir Pettit 1997. Les publications au sujet du républicanisme sont innombrables, voir par exemple Honohan 2002 et les deux volumes édités par Skinner et vanGelderen 2002 où l’on remarquera que le terme de républicanisme ne se définit plus nécessairement comme antimonarchisme. Pour la question d’un anachronisme possible voir l’article de Prudovsky 1997, p. 15-31 et, pour le contexte florentin, Fournel 2009 (à par.) ; je remercie Jean-Louis Fournel de m’avoir permis de consulter cet article avant sa publication.

48 MF, p. 99-100 (Prohème).

49 Ibid., p. 114 (I, 8).

50 Ibid., p. 130 (II, 2). C’est nous qui soulignons.

51 Ibid., p. 132 (II, 2).

52 Ibid., p. 114-115 (I, 8). « La chose principale requise […] c’est que le Monarque ne fasse aucune chose par volonté désordonnée ni soudaine » (p. 133, II, 4).

53 Ibid., 104 (I, 1).

54 Ibid., MF, p. 125 (I, 17).

55 Ibid., MF, p. 105 (I, 2).

56 Ibid., 105 (I, 2).

57 « Et pour les apaiser, fut force que l’on donnât à icelui peuple plus d’autorité que la raison n’eût voulu », Ibid., 105 (I, 2).

58 Ibid., p. 106 (I, 2).

59 À rapprocher du fameux mythe de l’immortalité de la république : voir Finlay 1999, p. 931-944.

60 MF, p. 107 (I, 3).

61 Ibid., p. 109 (I, 3).

62 Ibid., p. 125 (I, 17) : « donner courage et espérance ».

63 Machiavel, Discours sur la première Décade de Tite-Live, in Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, Pléiade, 1952, I, 5-6, p. 392-399.

64 MF, p. 109 (I, 3).

65 Ibid., p. 108 (I, 3).

66 Ibid., p. 191 (IV, 3).

67 Ibid., p. 118 (I, 10).

68 Cité par Jouanna 1996, p. 142.

69 Comme le songe Machiavel dans les Discours, I, 4, p. 390-391.

70 MF, p. 110 (I, 3).

71 Le Prince, chap. 3, in Œuvres Complètes, p. 295.

72 MF, p. 110 (I, 3).

73 Ibid., p. 133 (II, 3).

74 Ibid., p. 161 (II, 21).

75 La question du corps social ou politique a été débattue selon de nombreux points de vue ; pour un aperçu synthétique voir Nederman 2004, p. 59-87. L’ouvrage de référence auquel je n’ai hélas pu avoir accès est celui de Struve 1978. Voir également Picherit 1994. Pour un rapprochement entre Christine de Pizan et Seyssel, voir mon article Hochner 2008, p. 69-86.

76 Seyssel parle de sangsues dans MF, p. 162 (II, 21).

77 Voir Shogimen 2008, p. 94-95.

78 Cité par Shogimen 2008, p. 96.

79 Sur Machiavel, voir en particulier Parel 1992 et Gaille-Nikodimov 2004. Ainsi que sur la question des conflits Lefort 1972 et Audier 2005.

80 MF, p. 114 (I, 8).

81 André 1966.

82 Voir plus haut p. 67 et p. 70.

Auteur

Maître de conférences à l’université Hébraïque de Jérusalem où elle enseigne l’histoire des idées politiques et l’histoire culturelle. Elle est l’auteur de Louis XII : Les dérèglements de l’image royale (1498-1515), Champ Vallon, 2006 et a coédité avec Thomas W. Gaehtgens L’image du roi de François Ier à Louis XIV, éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006. Elle a publié plusieurs articles sur la question du rituel et de l’image du pouvoir, sur la satire du pouvoir chez Pierre Gringore, sur la symbolique du porc-épic ou bien encore sur la notion de mécénat d’État chez Guillaume Budé. Ses projets actuels portent aussi bien sur la notion de faste dans la pensée politique que sur divers aspects de l’imaginaire politique à la fin du XVe siècle.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540