Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Claude de Seyssel

 | 
Patricia Eichel-Lojkine

Première partie. Penser la politique et le droit

Claude de Seyssel et la noblesse : de l’histoire à l’idéal

Laurent Bourquin

Texte intégral

  • 1 Harsgor 1980, t. 1, p. 256 sq.
  • 2 Contamine 2004 (1972), t. 1, p. 399-404.
  • 3 Caron 1989, p. 103-127.

1À l’époque où Claude de Seyssel écrivit ses principaux ouvrages, l’aristocratie dominait le conseil de Louis XII et de François Ier. Certes, la présence nobiliaire au sein du Conseil n’était pas, en soi, une nouveauté1. Mais la visibilité du second ordre au sein de l’État avait été renforcée, depuis le milieu du XVe siècle, par deux phénomènes concomitants : d’une part la création des compagnies d’ordonnance, qui avaient placé leur encadrement dans la main de capitaines expérimentés et fidèles, issus de la noblesse moyenne2 ; d’autre part le système de cour, né dans la Bourgogne de Philippe le Bon, qui conférait aux aristocrates un rôle central auprès du prince3.

2Seyssel était bien informé de toutes ces évolutions, et c’est la raison pour laquelle la noblesse tient une place de premier plan dans son œuvre. À cet égard, Les Louenges du roy Louys XII et La Monarchie de France doivent être considérées comme l’analyse innovante de tout un système politique, fondé sur une collaboration étroite entre la couronne et la noblesse. L’originalité de Seyssel résidait, entre autres, dans le fait que son raisonnement ne s’appuyait pas – ou pas seulement – sur des références antiques et bibliques : pour démontrer que cette collaboration représentait un équilibre idéal, il la replaça dans l’Histoire. Il chercha donc à enraciner l’idéal dans un contexte, à le mettre en perspective et à l’historiciser.

3Comment interprétait-il l’évolution récente des rapports entre les Grands et la couronne ? L’écriture de l’histoire étant une question de choix, quels étaient ceux de Claude de Seyssel : quels événements considérait-il comme signifiants ? Quelle grille de lecture, enfin, utilisa-t-il pour appréhender l’histoire de la noblesse ? Répondre à ces questions ne va pas de soi, car cette thématique transparaît tout au long de son œuvre. Nous verrons qu’il part d’une conception morale tout à fait classique, voyant dans la noblesse un instrument de la volonté divine. Mais nous montrerons ensuite qu’il ne se contente pas des topoi de son temps, préférant insister davantage sur la nécessité sociale du groupe, d’une part, et sur son intérêt politique, d’autre part.

La noblesse, instrument de la justice divine… et royale

  • 4 Crouzet (éd.) 1992, p. 12.
  • 5 Pierre de LaVacherie, « Le gouvernement des trois estatz du temps qui court », in A. deMontaiglon (...)
  • 6 Bourquin 2002, p. 11.

4Dans les premières années du XVIe siècle, la noblesse était conçue comme l’instrument de la justice divine. Composée d’individus et de familles que l’on prétendait dotés de vertus spécifiques, elle avait pour mission idéale de faire régner ici-bas l’harmonie et la concorde voulues par le Créateur4. Les nobles étaient considérés comme les héritiers des chevaliers du Moyen Âge, qui devaient, grâce à leur puissance, faire régner le Bien dans trois sphères : la justice, l’ordre social et l’Église. Dans un poème qu’il écrivit à Gaston de Foix vers 1510, Pierre de La Vacherie affirmait ainsi que la véritable noblesse appartenait à ceux qui tenaient « foi et promesse […], force, loyauté et prouesse, […] pour soutenir et faible et fort5 ». Le véritable noble tenait donc sa dignité de vertus spécifiques qui le poussaient à se dépasser et à se mettre au service des autres. L’idéal nobiliaire se définissait par conséquent avant tout par des considérations éthiques6.

  • 7 Claude de Seyssel, La Grand’monarchie de France, composée par Messire Claude de Seyssel, lors eves (...)
  • 8 MF, première partie, chap. XIX, « De l’armonie et convenance desdictz troys estatz », f. 21 v.

5Cette représentation est décisive pour comprendre les fondements de la pensée de Seyssel. Dans la Monarchie de France, il expliquait en effet que les nobles « sont tenuz et obligez à la defense du royaulme, comme dict est, comme aussy qu’ilz sont de meilleure estoffe et fondez non pas sur leurs merites et services tant seulement, mais encores sur ceulx de leurs ancestres7 ». Il voyait chaque individu comme le chaînon d’une longue suite de héros dévoués à la défense de l’ordre divin que le roi garantissait. Or il considérait que l’harmonie du monde dépendait étroitement de la justice, qui s’appuyait elle-même sur la noblesse. Le roi avait donc toute latitude pour châtier les nobles violents. Seyssel n’avait, en effet, qu’une confiance très limitée dans l’aristocratie, car les désordres et les pillages provoqués par la guerre de Cent Ans étaient encore dans toutes les mémoires. Il lui semblait qu’une noblesse puissante ne pouvait exercer pleinement ses responsabilités qu’à la condition que le pouvoir royal le fût tout autant. Il expliquait ainsi que « si l’estat de noblesse qui a les armes veult oultrager l’ung des aultres deux en universel ou en particulier, il y a la justice qui l’en garde et le chastie, laquelle a auctorité, moyennant le congié du prince8 ».

  • 9 MF, ibid.
  • 10 Rappelons que la Monarchie de France suit d’une douzaine d’années la publication de la Politique d (...)

6L’éthique nobiliaire, selon Seyssel, devait donc être étroitement contrôlée par le souverain, seul détenteur de la potestas. C’est la raison pour laquelle sa conception de la justice sociale était particulièrement novatrice. Comme Machiavel, il estimait en effet que les rapports sociopolitiques étaient avant tout déterminés par l’intérêt de chacun, et que le prince devait utiliser l’aristocratie sans se laisser instrumentaliser. Lorsque cette condition première était remplie, la noblesse apparaissait à ses yeux comme le pivot et le garant de l’ordre social. Il pensait en effet que « si l’estat populaire, qui est le plus grand en nombre se vouloit rebeller comme aultresfois a faict, la noblesse est si puissante avec la justice, et icelluy peuple si debile au faict des armes, qu’elle se peult aisement renger et remettre à son devoir9 ». Peut-être pensait-il aux jacqueries qui avaient secoué l’Île-de-France en 1358. Toujours est-il que les conceptions sociales de Seyssel procédaient, comme dans l’ordre politique, d’une vision aristotélicienne de la concorde : le corps social était, à ses yeux, composé de membres interdépendants les uns des autres, qui devaient œuvrer en parfaite harmonie sous la direction exclusive du Prince10. L’idéal de Seyssel ne résidait pas dans un retour à la féodalité, car pour lui, l’auctoritas ne pouvait être déléguée. La justice, garante de l’harmonie du monde, ne pouvait réellement exister sans qu’il y eût au préalable un rapport de forces favorable à la couronne.

  • 11 Bernard Quilliet propose dans sa thèse une fine étude chronologique de l’instauration de la vénali (...)

7Or à l’époque où Seyssel écrivit ses grands traités, la couronne renforçait l’armature judiciaire du royaume. Plusieurs parlements provinciaux venaient d’être créés, à Grenoble en 1453, Bordeaux en 1462, Dijon en 1476, Rouen en 1499 et Aix-en-Provence en 1501. On sait qu’en première instance, ils intervenaient dans toutes les affaires qui impliquaient les ducs et pairs et le domaine royal, ainsi que pour les crimes de lèse-majesté touchant à l’autorité royale. La création des parlements traduisait donc à la fois le renforcement du pouvoir et celui de la justice, l’un et l’autre étant inextricablement liés. Parallèlement, la chancellerie complétait le réseau des bailliages et des sénéchaussées, qui couvrait désormais l’ensemble du royaume : ils permettaient aux justiciables d’échapper très largement à la justice seigneuriale en appel, voire dès la première instance. Enfin, depuis le règne de Louis XI, les officiers avaient acquis le droit de transmettre leur charge à la personne de leur choix, en faveur de laquelle ils pouvaient résigner, moyennant quelques taxes11. Ces réformes de la justice royale posaient problème, dans la mesure où elles étaient susceptibles d’aller à l’encontre des intérêts nobiliaires. Quelle devait être la place de la justice seigneuriale dans cette architecture où la couronne jouait désormais un rôle éminent ?

  • 12 Claude de Seyssel, MF, deuxième partie, chap. XIX, « Comme le prince et monarque en gardant à l’es (...)

8C’est précisément pour répondre à cette question que Seyssel insista sur le fait que les juges ne devaient en aucun cas empiéter sur les prérogatives judiciaires du second ordre. D’un côté, le Prince ne devait pas laisser la justice être usurpée « en manière du monde à son pouvoir, de sorte que tous le recognoissent comme seigneur naturel et souverain en toutes choses raisonnables et accoustumées12 ». Mais réciproquement, il était de son devoir de contrôler ses agents afin qu’ils n’attentent pas aux droits légitimes des nobles, tout particulièrement des Grands, dont les tribunaux avaient pour vocation d’agir en concertation avec les magistrats de la couronne.

9En somme, si Claude de Seyssel prenait appui, au début de son raisonnement, sur une représentation traditionnelle de la noblesse, il ne s’en tenait pas là. Sans doute voyait-il le second ordre comme l’héritier des preux chevaliers du Moyen Âge, dont la légitimité découlait directement d’une mission que Dieu leur avait confiée. Mais le passé proche lui avait appris que cette position, toute théorique, n’était plus tenable. D’une part, il était indispensable à ses yeux que la couronne tînt en respect les plus turbulents d’entre eux ; d’autre part, le renforcement de la justice royale nécessitait de préciser le domaine de compétence de chacun des partenaires. Sa pensée s’enracinait donc dans l’analyse de deux phénomènes récents : non seulement la faillite du pouvoir royal, qui avait perverti les rapports avec la noblesse au début du XVe siècle, mais aussi sa restauration contemporaine, qui risquait de fragiliser le groupe. Tout en chantant les louanges du roi et de la royauté, Seyssel souhaitait ardemment la préservation de l’ethos traditionnel de la noblesse parce qu’il la voyait comme la clef de voûte de l’ordre social.

Une large ouverture sociale sous le regard du roi

  • 13 Contamine 1997, chap. 2.
  • 14 Jacquart 1974, chap. 3.
  • 15 Par exemple Guillaume de Champagne et ses cinq fils à la bataille de Verneuil, en 1424 (BnF, Dossi (...)
  • 16 Constant 1981, p. 30.
  • 17 Cubells 1970, p. 224-301.
  • 18 Guenée 1963, p. 438-441.

10À l’époque de Seyssel, la noblesse française connaissait un important renouvellement. Les hécatombes de la guerre de Cent Ans, comme la bataille d’Azincourt, avaient fragilisé ou fait disparaître des lignages entiers13. Les ravages de la soldatesque dans certaines régions, comme le Hurepoix, avaient provoqué la faillite de grandes seigneuries et leur rachat par les élites urbaines14. La reconquête du royaume par Charles VII avait elle-même été acquise au prix de rudes combats, dans lesquels des fratries entières avaient été décimées, notamment en Normandie15. En conséquence, les familles qui pouvaient se targuer d’ancêtres nobles remontant au XIIIe siècle étaient désormais minoritaires, et la majorité d’entre elles avaient intégré le second ordre depuis une ou deux générations seulement. Selon les calculs de Jean-Marie Constant, la moitié des seigneurs beaucerons, vers 1500, étaient nobles depuis moins d’un siècle16. Pour la plupart, leurs ancêtres, issus des élites urbaines, avaient procédé de façon taisible, c’est-à-dire qu’ils avaient acquis un fief pour y vivre noblement, de manière à faire oublier progressivement leurs origines roturières jusqu’à ne plus payer la taille. Cette ascension, accomplie essentiellement grâce à la terre, s’accompagnait souvent d’une carrière militaire. En Provence, Monique Cubells a ainsi reconstitué des parcours familiaux qui passent de la riche paysannerie à l’armée, et qui conduisent des individus à la noblesse en deux ou trois générations17. Autour de Senlis, Bernard Guenée a, quant à lui, mis l’accent sur les charges de judicature, qui permettaient à des baillis ou à des receveurs d’acquérir la noblesse grâce à leur prestige personnel ou à celui de leur père18.

  • 19 Bourquin 2002, p. 20-24.
  • 20 Jouanna 1981, notamment la première partie, chap. 6.
  • 21 Claude de Seyssel, MF, première partie, chap. XVII, « Comme l’on vient du tiers estat au second, e (...)

11Claude de Seyssel était sans doute conscient de cette fluidité sociale, car il la plaça au cœur de son analyse du royaume. Avec une grande lucidité, il notait que « l’on void tous les jours aulcuns de l’estat populaire monter par degrez jusques à celuy de noblesse », ce que les études quantitatives menées par les historiens depuis une trentaine d’années ont effectivement confirmé et mesuré19. La plupart des auteurs de son temps admettaient, certes, le principe de l’ascension sociale, mais considéraient cette fluidité avec suspicion, redoutant qu’elle ne finisse par altérer l’essence même de la noblesse en ouvrant ses portes à des individus et à des familles sans vertu20. Seyssel proposait une tout autre grille de lecture. Il estimait, en effet, qu’il était indispensable de « donner courage et esperance à ceulx d’icelluy moyen estat de parvenir, faisant choses vertueuses et ardues, audict estat de noblesse21 ».

  • 22 MF, ibid.
  • 23 Bourquin 2002, p. 64-67.
  • 24 Claude de Seyssel, MF, première partie, chap. XVII, « Comme l’on vient du tiers estat au second, e (...)
  • 25 Jouanna 1981, t. 1, p. 174-175.

12Son analyse de l’ascension sociale était donc fondée sur un retour à l’étymologie du mot « aristocratie », le « gouvernement des meilleurs ». L’anoblissement était, selon lui, une forme de promotion qui permettait de récompenser les plus méritants. En outre, il considérait ce processus comme indispensable à la régénération de « l’estat de noblesse qui tous les jours vient à decadence à l’occasion des guerres où il s’exercite, esquelles en y meurt souvent grand nombre et encores s’y appauvrit, tellement qu’il ne peult entretenir sondict estat22 ». Cette thématique de l’appauvrissement était un topos très répandu au XVIe siècle, où l’on imaginait volontiers que la noblesse déclinait au même rythme que ses valeurs23. Seyssel ne témoignait donc pas ici d’une grande originalité en le reprenant à son compte. Cependant, alors que la plupart des autres théoriciens se contentaient de déplorer la disparition des vieux lignages, il considérait l’anoblissement comme un mécanisme indispensable à la régénération du groupe. Allant même encore plus loin, il en faisait un élément essentiel de la cohésion et de la stabilité sociale dans son ensemble. En effet, l’espoir de s’anoblir « faict qu’ung chascun se contente de son estat et n’a occasion de machiner contre les aultres sçachant que par bons moyens et licites il y peult parvenir, et qu’il se mettroit en danger s’il y vouloit parvenir par aultre voye24 ». Là où la plupart des auteurs n’admettaient l’anoblissement par le mérite que du bout des lèvres, considérant qu’il ne pouvait venir sanctionner que des mérites exceptionnels25, Seyssel raisonnait sur de grands nombres, en envisageant dans son entier le second ordre, dont l’avenir lui semblait en jeu.

  • 26 Claude de Seyssel, MF, première partie, chap. XVII, « Comme l’on vient du tiers estat au second, e (...)
  • 27 Bourquin 2002, p. 34-36.
  • 28 Bernard Quilliet rappelle que l’anoblissement qu’obtiennent les notaires et secrétaires du roi en (...)

13Là où ses contemporains en appelaient au roi pour faire la chasse aux usurpateurs de la noblesse, Seyssel adopta une tout autre position. Il lui confiait la responsabilité d’entériner l’anoblissement par un acte officiel, une « grâce et privilège » que l’on devait accorder « quand celuy qui l’a demandé a faict ou est pour faire quelque grand service à la chose publicque26 ». L’anoblissement royal s’était, en effet, largement développé. Aux yeux des familles, il présentait un inconvénient majeur puisqu’il donnait une date de naissance à leur intégration – l’anoblissement taisible permettant, au contraire, de se fondre dans la noblesse immémoriale, la plus prestigieuse. Mais les lettres, payantes ou accordées par le roi à titre gracieux, se multipliaient depuis le milieu du XVe siècle pour récompenser les notables urbains qui avaient été fidèles à la royauté. Louis XI avait, en outre, accordé la noblesse de cloche aux municipalités qui avaient soutenu son père contre les Anglais à la fin de la guerre de Cent Ans (Tours en 1461, Cognac en 1471, Bourges en 1474, Angers en 1475, Abbeville en 147627). Enfin, Charles VIII et les Beaujeu avaient décidé d’anoblir, en février 1485, les notaires et secrétaires du roi, maison et couronne de France, officiers qui travaillaient auprès du chancelier pour mettre en forme les décisions prises en Conseil28. Au tournant du siècle, le souverain apparaissait donc désormais comme le pivot de l’ascension sociale. Son intervention dans les mécanismes de l’anoblissement offrait d’importantes garanties puisque théoriquement, la lettre de noblesse ou l’octroi de l’office venaient sanctionner le dévouement de l’impétrant à la chose publique.

  • 29 Claude de Seyssel, MF, première partie, chap. XIIII, « De l’estat de noblesse et de son entretenem (...)
  • 30 MF, ibid., f. 18 r.

14Pour Seyssel, le pouvoir royal ne devait pas se contenter d’anoblir, car il avait également pour mission d’entretenir la noblesse, de soutenir sa puissance et de défendre ses prérogatives. Le passé récent avait démontré que la faiblesse de la couronne était préjudiciable à la pérennité des familles. Non seulement la guerre avait fait des ravages, mais la faillite de l’autorité centrale avait entraîné des troubles sociaux dont les nobles avaient été les premières victimes. Seyssel, prenant acte de la restauration de l’État royal, voyait quatre leviers susceptibles de consolider la prééminence sociale du second ordre. En tout premier lieu, le système de cour qui obligeait le Prince à verser aux nobles de son entourage des « gaiges ordinaires dont ilz se peuvent entretenir et esperer tousjours d’avoir mieulx29 ». Les finances de la maison du roi pouvaient même irriguer l’ensemble du groupe comme une cascade, les aristocrates ayant ensuite le droit de redistribuer une partie de ces revenus à leurs clients, « de degré en degré ». En second lieu, l’armée permanente qui était née dans la première moitié du XVe siècle pour combattre les Anglais. La gendarmerie ordinaire comportait, en effet, de nombreuses charges « desparties de sorte qu’ung bien grand nombre de nobles hommes et de diverses conditions s’i peuvent entretenir honnestement, encores qu’il n’y ait aulcune guerre au royaulme. […] Et sont lesdictz gens d’ordonnance soulagez quand il n’y a aulcune necessité, de sorte qu’ilz peuvent une partie du temps vivre en leurs maisons et espargner une partie de leurs gaiges ». Négligeant le fait que l’armée n’offrait en réalité que des sommes très modestes, Seyssel considérait donc qu’elle n’était pas seulement une source d’honneurs : elle offrait une redistribution des ressources de l’État, permettant aux nobles de pallier l’insuffisance éventuelle de leurs revenus fonciers. En troisième lieu, il insistait sur les offices, dont le nombre permettait d’entretenir les nobles les plus valeureux : non pas les charges de judicature, mais les « gouvernemens de pays et de provinces, bailliages, seneschaussées, chastellenies, capitaneries de villes et de chasteaulx ». Enfin, il encourageait le roi à verser des pensions à tous ceux qui lui étaient fidèles sans pour autant détenir la moindre charge officielle30.

15À l’évidence, Seyssel surestimait les capacités financières de la couronne, qui ne disposait pas d’une telle manne. Pour l’essentiel, la noblesse devait toujours compter sur ses droits seigneuriaux et les recettes de ses domaines, car les revenus du roi ne lui permettaient pas d’être très généreux. Néanmoins, il énonçait ici une forme de collaboration entre la couronne et la noblesse qui connut son plein épanouissement un siècle plus tard. Car dans son esprit, les deux partenaires devaient y trouver leur intérêt : la noblesse sur le plan social, mais aussi le roi sur le plan politique.

La restauration d’une concorde politique

  • 31 Hamon 2000, p. 18.

16La pensée sociale de Seyssel s’articulait en effet à une réflexion d’ensemble sur l’exercice du pouvoir : sur quelles catégories de la population le roi pouvait-il s’appuyer pour gouverner ? Cette corrélation entre le champ social et le champ politique nous semble aller de soi, mais elle était loin d’être aussi évidente au début du XVIe siècle. Non seulement le politique n’avait pas de réelle autonomie par rapport au religieux31, mais la plupart des théoriciens se contentaient d’énoncer des principes de bon gouvernement sans se préoccuper de leurs implications sociales. Dans ce domaine, quelques années avant Machiavel, Seyssel innova en introduisant dans sa réflexion la notion d’intérêt : celui du Prince, mais aussi l’intérêt général. Il le fit à la lumière du passé, en étudiant les guerres civiles qui avaient secoué le royaume au cours de la première moitié du XVe siècle, démontrant a contrario que l’exercice du pouvoir par Louis XII permettait d’éviter leur retour. Or selon lui, la noblesse jouait là un rôle décisif. Le raisonnement de Seyssel peut se décomposer en trois temps : un idéal atemporel, des erreurs passées, et les bienfaits de la politique actuelle.

  • 32 Claude de Seyssel, MF, deuxième partie, chap. XVIII, « Comme le roy doibt entretenir l’estat de no (...)
  • 33 L’idée de juste récompense est au cœur de ce mécanisme. Voir Jouanna 1989, p. 60-64.

17Tout d’abord les principes. Selon Seyssel, la couronne devait utiliser les nobles pour relayer partout son autorité. Comme l’administration royale demeurait insuffisante, le souverain était nécessairement contraint de passer par leur intermédiaire, et de s’appuyer sur leur crédit dans les provinces afin d’appliquer ses volontés. Il lui fallait donc choisir ses serviteurs en fonction de leurs mérites. Cette attention aux compétences avait un autre avantage : développer l’émulation entre les candidats. En effet, « si le prince n’avoit regard aux vertus […] certainement l’exercice de science et de vertu fauldroit en celuy estat et tacheroient tous à la faveur seulement32 ». En confiant des responsabilités aux plus méritants, non seulement le roi consolidait son propre pouvoir, mais il contribuait activement à la perpétuation des valeurs nobiliaires idéales, faites de désintéressement et de loyauté à l’égard de Dieu et de la couronne. Dans ce jeu d’échanges, qui profitait tout à la fois à l’État et à la noblesse, l’honneur tenait une place centrale, car les responsabilités que le souverain confiait aux individus témoignaient de l’estime dans laquelle il les tenait. Seyssel expliquait ainsi que le roi devait entretenir et « chérir » le second ordre, « non pas tant seulement en luy gardant ses droictz et preeminences, mais encores en monstrant à toutes gens de celluy estat qu’il les ayme et estime singulierement : et qu’il a sa principale confiance en eulx et à ceste cause desire leur bien et advancement33 ».

  • 34 Claude de Seyssel, MF, deuxième partie, chap. XVIII, f. 45 v.
  • 35 MF, ibid., chap. XIX, « Comme le prince et monarque en gardant à l’estat de noblesse ses préeminenc (...)

18L’amour du Prince pour la noblesse devait donc à la fois consolider leur culture du dévouement ainsi que l’appareil d’État. Sans aller jusqu’à envisager l’émergence d’une noblesse de service, Seyssel établissait une étroite corrélation entre ce que l’on espérait traditionnellement d’un noble valeureux et ce que le roi attendait d’un serviteur dévoué. De ce principe, il déduisait qu’il était légitime de « tousjours preferer les gens d’icelluy à tous aultres en choses honorables et profitables. […] Car ceste qualité de noblesse merite quelque faveur d’advantaige touchant les choses temporelles, soient ecclesiastique ou prophanes, selon toutes loix divines et humaines34 ». Seyssel rejoignait ici les préoccupations des nobles de son temps, qui estimaient avoir toutes les qualités requises pour participer pleinement à la gouvernance du royaume. Cette idée fut reprise tout au long des XVIe et XVIIe siècles par les Grands, qui réclamaient non seulement que la noblesse fût associée aux prises de décision, mais aussi qu’elle pût contribuer à leur mise en œuvre concrète. Par ce biais, Seyssel prenait acte de la disparition de la monarchie féodale et du renforcement de l’État royal : tout en prônant la modernisation de l’appareil administratif, il envisageait une place de choix pour la noblesse en son sein. Réciproquement, le souverain devait mettre à l’écart les nobles « sedicieulx et haultains » et ne pas leur confier de charges « dont ilz puissent mal user contre l’auctorité du prince35 ». Dans l’esprit de Seyssel, l’intérêt de l’État prévalait en effet sur toute autre considération, à tel point que l’on peut voir en lui, dans une certaine mesure, l’un des précurseurs des « politiques » – tels Michel de L’Hospital ou Jean Bodin – qui condamnèrent la violence pendant les guerres de Religion, dénoncèrent les méfaits de la révolte et prônèrent l’obéissance à l’égard du roi.

  • 36 Claude de Seyssel, Histoire du roy Loys douziesme, pere du peuple, par Mess. Claude de Seissel, et (...)
  • 37 Ibid., f. 41 v.
  • 38 Constant 1987, p. 206-215.

19Or il estimait que ces principes avaient été largement bafoués au cours de la seconde moitié du XVe siècle. Selon lui, la collaboration qui devait naturellement exister entre le souverain et la noblesse avait été ruinée, non seulement par les guerres civiles sous Charles VI, mais aussi et surtout par la pratique politique de Charles VII et de Louis XI, qui n’avaient pas su restaurer une bonne entente avec les Grands. Il pointait ainsi deux défauts majeurs. D’une part l’ingratitude : Charles VII, en particulier, n’avait pas voulu reconnaître « les services que plusieurs princes, barons et capitaines luy avoient faits en ses guerres et au recouvrement de son royaume ». Retrouvant sa plume de moraliste, Seyssel le dépeignait en homme « luxurieux », étranger à toute l’éthique nobiliaire, incapable de comprendre les attentes des aristocrates et d’y répondre36. D’autre part, il déplorait la méfiance de Louis XI à l’égard des aristocrates : « son desir et ses fins estoyent d’estre craint et obeï de trestous, et pour ceste cause taschoyt à rabaisser les grans, afin qu’ils fussent plus craintifs et obeyssans37 ». Certes, cette dichotomie entre la crainte et le consentement était un ancien lieu commun ; mais pour lui, la pratique de Louis XI constituait une véritable perversion du bon gouvernement, qui devait au contraire s’appuyer sur les élites. Cette valorisation de la confiance, qui reposait notamment sur un jeu d’échanges entre le roi et les nobles, connut elle aussi une longue postérité, car on la retrouve sous la plume des conjurateurs néostoïciens qui reprochaient à Richelieu ses méthodes trop brutales à l’égard de la noblesse dans la première moitié du XVIIe siècle38.

  • 39 Claude de Seyssel, Histoire du roy Loys douziesme…, op. cit., f. 37 v.
  • 40 Turchetti 2001, p. 418-479.
  • 41 « Il ne reste plus à parler fors du Roy Charles huictiesme, fils dudict Roy Loys unziesme, par la (...)

20Soucieux de construire une argumentation historique, Seyssel dressa l’inventaire de toutes les grandes affaires qui avaient vu s’affronter Louis XI et la noblesse : la bataille de Montlhéry, en 1465, contre Charles le Téméraire, le procès du comte de Saint-Pol, en 1475, l’emprisonnement du duc d’Alençon puis son exécution, en 1476… Le duc de Bourbon lui-même, qui pourtant avait épousé la sœur du roi, fut victime de sa « haine et soupeçon », à tel point qu’il « chercha plusieurs occasions pour luy courir sus, jusques à luy envoyer de ses ministres gens de petite condition, pour luy faire, soubs couleur de justice, plusieurs choses bien aigres et intollerables39 ». La politique de Louis XI à l’égard de la noblesse apparaissait aux yeux de Seyssel comme l’expression d’une dérive paranoïaque dangereuse pour la stabilité du royaume : sans qu’il n’écrive jamais le mot « tyrannie », si fréquent sous la plume des monarchomaques et des ligueurs de la seconde moitié du XVIe siècle40, il considérait que les méthodes de Louis XI témoignaient d’un exercice solitaire du pouvoir qui se situait exactement à l’opposé de ce qu’il fallait faire. Sans doute noircissait-il à dessein les souverains précédents pour mieux bâtir son apologie de Louis XII, mais cette hypothèse est insuffisante, dans la mesure où il célèbre quand même la politique de son prédécesseur, Charles VIII, regrettant qu’il n’ait pas vécu assez longtemps pour rétablir pleinement la concorde qui avait été détruite dans les années 1450-148041.

  • 42 Rappelons qu’à l’époque où il était encore duc d’Orléans, il avait activement et vainement combatt (...)
  • 43 Ibid., f. 47 r.
  • 44 Ibid., f. 46 v.

21Cette tâche devait donc revenir à Louis XII. Après les injustices qui avaient été commises à l’encontre de la noblesse, c’est à lui que devait incomber, selon Seyssel, la restauration de l’harmonie entre le roi et les Grands. Louis XII avait toutes les qualités requises. En premier lieu la mémoire du passé, puisque son père, Charles d’Orléans, et lui-même avaient tous deux souffert de la vindicte de Louis XI à leur encontre42. En second lieu, sa culture. Seyssel voyait en Louis XII le roi des nobles, un souverain toujours capable de mener le mode de vie nobiliaire en dépit de son accession au trône. Il expliquait notamment que « s’il est question de jouster, ou de faire quelque autre exercice convenable à eux, lui mesme les adresse et incite, comme s’ils estoient ses propres enfans, ayant toutesfois grand soing qu’ils ne se travaillent trop43 ». Roi-chevalier, Louis XII avait les mêmes goûts que la haute noblesse à laquelle il appartenait : entouré des Grands, il tâchait de « les faire grans et gens de bien, [lors que] le roy Loys unziesme craignoit que les siens le fussent ». En troisième et dernier lieu, il parvint en conséquence à rétablir avec eux des liens de confiance, et donc une coopération étroite, pour le plus grand profit de l’État. Il favorisa ainsi la maison de Bourbon, afin qu’elle « soit et demeure plus grande et plus puissante que jamais ne fut en nul temps ». Il éleva auprès de lui les enfants des grands aristocrates, comme le duc d’Alençon, les comtes de Vendôme, de Foix, de Dunois et de Nevers, tâchant « à son pouvoir de les faire bien nourrir par gens de bien, et exerciter en toutes choses vertueuses, pour le desir qu’il a qu’ils soient gens de cœur et de vertu44 ». Outre les bienfaits politiques de ces relations de confiance, Seyssel y voyait donc également une manière de renforcer la culture nobiliaire, de donner à ces aristocrates tous les moyens nécessaires à la consolidation de leurs valeurs et à la défense de leur honneur de gentilshommes.

22Certes, il peut être tentant, au terme de cette analyse, de voir Seyssel comme le porte-parole d’un groupe auquel il appartenait, puisqu’il était issu d’un vieux lignage de la noblesse savoyarde. Mais il me semble qu’il serait réducteur de s’en tenir là. En effet, si l’on considère l’ensemble de son œuvre, il plaçait la noblesse au cœur de son argumentation, sur le même plan que le pouvoir royal. Sa vision organiciste du royaume ne pouvait le conduire à concevoir tous les groupes sociaux à égalité. Classiquement, Seyssel considérait que le second ordre incarnait certaines vertus, au premier rang desquelles la défense de la justice divine et le dévouement à la chose publique. En ce sens, il ne s’écartait pas des représentations traditionnelles que l’on retrouve chez les auteurs de son temps.

  • 45 Ibid., f. a iiii.

23Mais il ne se limitait pas à des considérations morales : il raisonnait aussi en termes d’utilité et d’intérêt. D’utilité sociale, car à ses yeux, la noblesse contribuait à stabiliser l’ensemble de l’édifice et exerçait une puissante force d’attraction sur les notables urbains les plus ambitieux. D’intérêt politique, car il prônait une collaboration active entre un État royal modernisé et une noblesse régénérée. Il ancrait son raisonnement dans une analyse critique du passé, où il pointait les dysfonctionnements récents du pouvoir – sans doute pour mieux mettre en valeur son héros, Louis XII, mais aussi et surtout pour offrir des leçons aux générations futures. L’auteur de la préface à l’édition de 1558 écrivait ainsi que l’Histoire est un « miroir de verité, [où] nous voions l’estat des choses passées qui nous est brievement et vivement representé […]. Encore et outre ce plaisir, ajoutait-il, tirons-nous d’elle ce profit, que par les exemples du passé nous apprenons l’amendement ou l’empirement du present, et ce que nous devrons embrasser ou rejecter à l’avenir45 ». Sans doute est-ce l’une des raisons pour lesquelles l’œuvre de Seyssel eut un tel retentissement et put confirmer les nobles, tout au long du XVIe siècle, dans la vision qu’ils avaient d’eux-mêmes.

Bibliographie

Œuvres citées

La Vacherie Pierre de, « Le gouvernement des trois estatz du temps qui court », in A. de Montaiglon et J. de Rotschild, Recueil de poésies françaises des XVe et XVIe siècles : morales, facétieuses, historiques, Paris, 1877.

Seyssel Claude de, Histoire du roy Loys douziesme, pere du peuple, par Mess. Claude de Seissel, etc, chez Jacques du Puys, à la Samaritaine, MDLXXXVII.

Seyssel Claude de, La Grand’monarchie de France, composée par Messire Claude de Seyssel, lors evesque de Marseille et depuis archevesque de Thurin, adressant au Roy treschrestian, Françoys premier de ce nom, On les vend en la grand salle du Palays, au premier pillier en la bouticque de Galiot du Pré, libraire juré en l’université de Paris, 1519.

Notes

1 Harsgor 1980, t. 1, p. 256 sq.

2 Contamine 2004 (1972), t. 1, p. 399-404.

3 Caron 1989, p. 103-127.

4 Crouzet (éd.) 1992, p. 12.

5 Pierre de LaVacherie, « Le gouvernement des trois estatz du temps qui court », in A. deMontaiglon et J. deRotschild, Recueil de poésies françaises des XVe et XVIe siècles : morales, facétieuses, historiques, Paris, 1877, XII, p. 81-82, cité par Schalk 1996, p. 31.

6 Bourquin 2002, p. 11.

7 Claude de Seyssel, La Grand’monarchie de France, composée par Messire Claude de Seyssel, lors evesque de Marseille et depuis archevesque de Thurin, adressant au Roy tres chrestien, Françoys premier de ce nom, On les vend en la grand salle du Palays, au premier pillier en la bouticque de Galiot du Pré, libraire juré en l’université de Paris, 1519, première partie, chapitre XIIII « De l’estat de noblesse et de son entretenement », f. 18 v. Dorénavant : MF.

8 MF, première partie, chap. XIX, « De l’armonie et convenance desdictz troys estatz », f. 21 v.

9 MF, ibid.

10 Rappelons que la Monarchie de France suit d’une douzaine d’années la publication de la Politique d’Aristote par Jacques Lefèvre d’Étaples, en 1506.

11 Bernard Quilliet propose dans sa thèse une fine étude chronologique de l’instauration de la vénalité des offices (Quilliet 1982, t. 1, p. 178-189).

12 Claude de Seyssel, MF, deuxième partie, chap. XIX, « Comme le prince et monarque en gardant à l’estat de noblesse ses préeminences, doibt avoir regard qu’il ne devienne trop insolent », f. 46 v.

13 Contamine 1997, chap. 2.

14 Jacquart 1974, chap. 3.

15 Par exemple Guillaume de Champagne et ses cinq fils à la bataille de Verneuil, en 1424 (BnF, Dossier Bleu 166).

16 Constant 1981, p. 30.

17 Cubells 1970, p. 224-301.

18 Guenée 1963, p. 438-441.

19 Bourquin 2002, p. 20-24.

20 Jouanna 1981, notamment la première partie, chap. 6.

21 Claude de Seyssel, MF, première partie, chap. XVII, « Comme l’on vient du tiers estat au second, et du second au premier », f. 20 r et v.

22 MF, ibid.

23 Bourquin 2002, p. 64-67.

24 Claude de Seyssel, MF, première partie, chap. XVII, « Comme l’on vient du tiers estat au second, et du second au premier », f. 20 v.

25 Jouanna 1981, t. 1, p. 174-175.

26 Claude de Seyssel, MF, première partie, chap. XVII, « Comme l’on vient du tiers estat au second, et du second au premier », f. 20 r.

27 Bourquin 2002, p. 34-36.

28 Bernard Quilliet rappelle que l’anoblissement qu’obtiennent les notaires et secrétaires du roi en 1485, est en fait le plus important de tout un ensemble de privilèges dont ils sont gratifiés depuis le milieu du XVe siècle : Quilliet 1982, t. 1, p. 218-220.

29 Claude de Seyssel, MF, première partie, chap. XIIII, « De l’estat de noblesse et de son entretenement », f. 17 r.

30 MF, ibid., f. 18 r.

31 Hamon 2000, p. 18.

32 Claude de Seyssel, MF, deuxième partie, chap. XVIII, « Comme le roy doibt entretenir l’estat de noblesse en general », f. 45 r.

33 L’idée de juste récompense est au cœur de ce mécanisme. Voir Jouanna 1989, p. 60-64.

34 Claude de Seyssel, MF, deuxième partie, chap. XVIII, f. 45 v.

35 MF, ibid., chap. XIX, « Comme le prince et monarque en gardant à l’estat de noblesse ses préeminences, doibt avoir regard qu’il ne devienne trop insolent », f. 47 v.

36 Claude de Seyssel, Histoire du roy Loys douziesme, pere du peuple, par Mess. Claude de Seissel, etc, chez Jacques du Puys, à la Samaritaine, 1587, f. 35 v (éd. originale : Les Louenges du roy Louys XIIe de ce nom, Paris, Vérard, 1508 ; éd. critique de P. Eichel-Lojkine et L. Vissière, Genève, Droz, 2009).

37 Ibid., f. 41 v.

38 Constant 1987, p. 206-215.

39 Claude de Seyssel, Histoire du roy Loys douziesme…, op. cit., f. 37 v.

40 Turchetti 2001, p. 418-479.

41 « Il ne reste plus à parler fors du Roy Charles huictiesme, fils dudict Roy Loys unziesme, par la mort duquel le roiaume est advenu au Roy qui est à present. Lequel certainement jaçoit ce qu’il ait esté un bon prince, plus noble et plus grand beaucoup de cœur que de corps, convoiteux d’honneur et de gloire, et desirant toutes choses bonnes et honnestes autant que son aage a peu porter, doux, courtois et bening, liberal à ses serviteurs et amis, humain et gracieux à toutes gens, et qu’il eut commencé à faire de grans choses et vertueuses, tellement que l’on pouvoit esperer de luy tout ce que l’on peut d’un bon Prince, s’il eust vescu aage d’homme… », Histoire du roy Loys douziesme…, op. cit., f. 54 v.

42 Rappelons qu’à l’époque où il était encore duc d’Orléans, il avait activement et vainement combattu Louis XI pendant la Guerre folle, entre 1485 et 1488. Seyssel estimait peut-être que ce passé de rebelle incitait d’autant plus Louis XII à réconcilier le trône et la noblesse. Parvenu au pouvoir, il était peut-être d’autant plus enclin à tourner le dos aux pratiques de Louis XI qu’il en avait lui-même souffert.

43 Ibid., f. 47 r.

44 Ibid., f. 46 v.

45 Ibid., f. a iiii.

Auteur

Professeur à l’université du Maine en histoire et chercheur au CERHIO, Centre de Recherche historique de l’Ouest (CNRS-FRE 3004). Il a publié notamment : Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, Publications de la Sorbonne, 1994 ; Les nobles, la ville et le roi. L’autorité nobiliaire en Anjou pendant les guerres de Religion (1560-1598), Belin, 2001 ; La noblesse dans la France moderne. XVIe-XVIIIe siècles, Belin, 2002. Il a dirigé le Dictionnaire historique de la France moderne, Belin, 2005, ainsi que l’édition intégrale des Mémoires de Claude Haton (1553-1582), 4 vol., collection de documents inédits sur l’Histoire de France, Éditions du CTHS, 2001-2007.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540