Version classiqueVersion mobile

Moines et seigneurs dans le Bas-Maine

 | 
Sebastien Legros

Introduction générale

Texte intégral

  • 1 CMM, Bouère, 1.
  • 2 CMM, Bouère, 4, 5.
  • 3 CMM, Bouère, 7.

1En 1062, un seigneur du Bas-Maine, Foulques de Bouère, s’entend avec l’abbé de Marmoutier, Albert, pour fonder une obédience à proximité de son château de Bouère et de son bourg1. Pour se faire il donne l’église du lieu avec ses droits seigneuriaux ; il donne aussi une maison de pierre et une terre pour faire un bourg, libre de toute coutume, comme lui-même la possédait. Foulques est un seigneur important du sud du Bas-Maine et personne ne vient autoriser ses donations ; dans une zone de contact entre les influences mancelle et angevine, il regarde surtout vers Angers et la cour comtale, où il a grandi, et fait face au seigneur de Laval : il est d’ailleurs apparenté au seigneur de Saint-Berthevin, vassal indocile du châtelain lavallois dont l’installation locale, vers 1020, s’est largement faite à son détriment. Foulques, pourtant, fait venir les moines de Marmoutier près de lui, comme l’a fait le seigneur de Laval vers 1055, et il finira sa vie, après 1076, dans les rangs monastiques, transmettant son honor à son fils Simon. Celui-ci conserve de bonnes relations avec les moines2. Lors de son avènement, vers 1076, Simon confirme ainsi les arrangements que son père avait négociés avec les religieux au sujet du fonctionnement de leurs bourgs respectifs. Il se rend alors au chapitre de l’abbaye, à Tours, accompagné par son seigneur, Robert le Bourguignon, qui autorise d’autant plus amicalement ses donations qu’il a lui-même fondé une obédience dans sa seigneurie de Sablé en faveur des moines tourangeaux3.

  • 4 CMM, Bouère, 12.
  • 5 CMM, Bouère, 16.

2Un siècle plus tard, en 1165, le seigneur de Bouère reçoit coup sur coup trois convocations du sénéchal d’Anjou, Étienne de Marsay, qui répond en l’espèce aux demandes des moines de Bouère et du seigneur de Sablé, Robert4. Le seigneur de Bouère, est alors Hamelin d’Anthenaise, dont la famille vient de mettre la main sur la seigneurie. Hamelin est un puissant vassal du seigneur de Laval, Guy V, qui, à ce moment est en guerre contre le roi Henri II. Ceci expliquant peut-être cela, Hamelin néglige les convocations du sénéchal, sans même prendre soin de le prévenir. Il doit pourtant répondre des injures qu’il a infligées aux moines de Bouère et à leur droit local de disposer d’un pressoir banal et d’exercer librement leur propre justice. Condamné par le roi Henri, excommunié par l’évêque du Mans, il s’incline finalement mais le litige couve encore un bon quart de siècle. Il reprend au début du XIIIe siècle, à l’instigation de son fils Savary qui en étend la portée, en exigeant la taille des hommes des moines et spoliant leurs coutumes et leurs usages5.

3En un siècle et demi, les relations entre les moines de l’obédience de Bouère et le seigneur local se sont renversées. Ces relations interrogent en premier lieu la seigneurie et le ban qui sont attachés à l’obédience de Bouère et, par ce biais, l’implication locale des moines dans l’exercice de la domination seigneuriale ; de ce point de vue, elles posent aussi la question du rapport que la seigneurie prieurale entretient avec la domination locale du châtelain bouèrote, et questionnent plus globalement la fonction des prieurés dans le cadre de l’exercice des pouvoirs, châtelains puis princiers, dans le Bas-Maine aux XIe puis au XIIe siècles.

Le champ de l’étude

  • 6 D. Barthélemy, L’ordre seigneurial, Paris, 1990.

4Ces observations liminaires orientent l’étude qui va suivre sur les prieurés bénédictins du Bas-Maine de la fin du Xe au début du XIIIe siècle, en déterminant son cadre chronologique et en centrant l’observation sur le rapport que les moines entretiennent, par l’entremise de leurs petits établissements locaux, avec le pouvoir et son exercice6.

  • 7 D. Méhu, Paix et communauté autour de l’abbaye de Cluny, Xe-XVesiècle, Lyon, 2001, p. 9.
  • 8 B. Lemesle, La société aristocratique dans le Haut-Maine (XIe-XIIesiècles), Rennes, 1999.
  • 9 F. Mazel, La noblesse et l’Église en Provence, fin Xe-début XIVesiècle. L’exemple des familles d’A (...)

5Ces établissements prieuraux suscitent, depuis une vingtaine d’années, un intérêt d’autant plus évident qu’ils sont méconnus. Étudier le monachisme bénédictin des Xe-XIIIe siècles, revient généralement à examiner les abbayes, sans considérer que la documentation en la matière provient pour une large part des relations qui sont établies par les moines délocalisés dans les prieurés. Il y a pourtant, depuis les travaux de B. Rosenwein sur la notion de voisinage, une exigence à s’arrêter sur les relations immédiates qui se nouent, localement, entre les religieux et leurs partenaires. Si ces relations ont été décryptées en terme social par l’historienne américaine, D. Méhu note qu’elles doivent aussi être évaluées en terme politique7, ne serait-ce parce qu’elles manifestent, de la part des moines, un effort pour adapter leur niveau d’intervention à l’échelle des structures seigneuriales, fragmentées et enracinées. En somme, les prieurés permettent aux moines de se mettre à l’échelle de cette aristocratie locale, au mieux baronniale mais le plus souvent infra-seigneuriale, sur laquelle la thèse récente de B. Lemesle, sur le Haut-Maine, oblige à porter le regard8. Au point de départ de notre travail, se situe donc une intention géographique, celle de changer l’échelle des problématiques, des abbayes vers leurs prieurés, mais aussi des grands lignages, dont F. Mazel a proposé récemment une analyse des relations avec l’Église9, vers ces petites seigneurs qui peuplent le bas des chartes.

Le cadre historiographique

  • 10 J. Avril, « Recherches sur la politique paroissiale des établissements monastiques et canoniaux (X (...)
  • 11 Prieurs et prieurés dans l’Occident médiéval, Paris, 1987.
  • 12 Sous la règle de saint Benoît, Paris, 1982 ; Naissance et fonctionnement des réseaux monastiques e (...)
  • 13 A. Vauchez, Les laïcs au Moyen Âge. Pratiques et expériences religieuses, Paris, 1987.
  • 14 L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales, Paris, 1994.
  • 15 P. Racinet, Crises et renouveau. Les monastères clunisiens du moyen âge, de la Flancre au Berry et (...)
  • 16 D. Riche, L’ordre de Cluny à la fin du moyen âge. « Le vieux pays clunisien », XIIe-XVesiècles, Sa (...)

6Au reste, la question profite d’un intérêt certain pour les prieurés, leur origine et leur fonctionnement. Les travaux de J. Avril ou J. Becquet ont amorcé cette préoccupation nouvelle, au début des années 80, pour une institution qui interroge surtout alors pour sa définition et pour sa fonction paroissiale.10 Le colloque Prieurs et prieurés dans l’Occident médiéval,11 en 1984, offrit ainsi une première tentative de synthèse et plusieurs problématiques de recherches autour de la question de la désignation et de la reconnaissance des établissements (A.-M. Bautier, J. Avril), de leur autonomie au sein des groupements prieuraux dépendant des abbayes (J. Fouiaux) et de leurs fonctions économiques dans les temporels abbatiaux (P. Racinet). Ces études s’inscrivent dans le renouveau des études monastiques, spécialement bénédictines12, et dans les préoccupations de l’historiographie française pour les relations entre l’Église et les laïcs, largement initiées par A. Vauchez13 : les prieurés sont alors surtout étudiés comme un élément de compréhension de l’implication des moines dans la paroisse et, in fine, comme un acteur de la mise en place de l’emprise ecclésiale sur la société médiévale. La question ne fait évidemment pas l’impasse sur la dimension matérielle de l’objet prieural, parce que le prieuré, avec l’église, constitue un élément important de la monumentalité locale. E. Zadora-Rio et M. Fixot se sont ainsi arrêtés sur le rôle des prieurés dans la topographie religieuse des campagnes14 tandis que P. Racinet initiait un vaste travail archéologique et historique pour évaluer la structuration matérielle des établissements. Notant la nécessité de multiplier les monographies prieurales, dans une démarche combinant les sources manuscrites, la prospection sur le terrain, voire les fouilles archéologiques, il a synthétisé ses recherches dans sa thèse sur les monastères clunisiens à la fin du Moyen Âge15, que les travaux de D. Riche, chronologiquement plus étendus, ont permis de compléter16.

  • 17 D. Iogna-Prat, Ordonner et exclure. Cluny et la société chrétienne face à l’hérésie, au judaïsme e (...)
  • 18 D. Méhu, op. cit.

7L’intérêt pour les établissements clunisiens doit ici être relevé, tant l’abbaye bourguignonne permet de poser, en terme exemplaire, la question de la relation que les moines ont souhaité entretenir avec le monde et l’exercice du pouvoir dans celui-ci. L’enjeu de la question prieurale se situe bien à cet endroit, et le sujet doit ainsi être fortement relié aux problématiques soulevées par l’historiographie anglo-saxonne (la question des échanges entre les religieux et le monde) et développées notamment en France par D. Iogna-Prat, qui a décrit la façon dont les moines clunisiens ont conçu les rapports sociaux autour de leur monastère17. D. Méhu en a donné une présentation dans sa thèse sur les communautés autour de Cluny, du Xe au XVe siècle, disséquant la traduction concrète de l’Église monastique, telle que les moines l’ont pensée, dans la réalité de la seigneurie de Cluny18.

  • 19 D. Barthélemy et O. Bruand, dir., Les pouvoirs locaux dans la France du centre et de l’ouest (VIII(...)
  • 20 ABPO, 113, no 3, 2006.
  • 21 D. Barthélemy, L’an mil et la paix de Dieu. La France chrétienne et féodale, 1980-1060, Paris, 199 (...)

8C’est à la suite de ses préoccupations politiques et géographiques que cherche à s’inscrire la présente étude. Elle profite du développement local des travaux sur les pouvoirs (locaux) aux Xe-XIIIe siècles et sur la participation des moines à l’exercice de la domination. Le récent colloque sur les Pouvoirs locaux dans la France du centre et de l’ouest19, a ainsi opéré une revue critique des différentes modalités d’implantation et d’action du pouvoir seigneurial jusqu’au XIIe siècle. Il n’aborde toutefois qu’occasionnellement l’implication des moines en la matière et trouve, sur ce point, quelques compléments dans la journée d’étude organisée par D. Pichot, F. Mazel et B. Merdrignac autour de l’implication des prieurés dans la société du Moyen Âge20. Plus généralement, l’observation mise en œuvre par D. Barthélemy pour qualifier l’attitude assumée par les moines dans la mise en ordre seigneuriale des XIe et XIIe siècles a largement guidé notre approche d’une documentation souvent auto-justificatrice, mais qui échoue toutefois bien souvent à cacher les ambitions sous-jacentes et les manipulations éventuelles auxquelles se livrent les moines21. Derrière les prieurés se cache ainsi leur implication consciente dans « les jeux et les enjeux de pouvoir » qui animent la société féodale et seigneuriale et dont la guerre n’est qu’une manifestation parmi d’autres. C’est sous c’est angle avant tout politique que le travail s’est organisé.

Les prieurés dans leur espace

L’espace retenu

  • 22 D. Pichot, Le Bas-Maine du Xeau XIIIesiècle : étude d’une société, Laval, 1995, p. 11-15.

9Encore fallait-il en spécifier les contours géographiques. L’étude se déploie dans les limites de ce Bas-Maine étudié par D. Pichot, qui, dans sa thèse, en rappelle le caractère effacé et pour tout dire largement ignoré22. L’espace en question, articulé le long de la rivière Mayenne et, grosso modo, des châtellenies de Mayenne, Laval (et de Craon et Château-Gontier), est pourtant riche de potentialités pour l’observateur : d’abord par sa faiblesse politique et aussi parce qu’il est entouré de voisins très affirmés, l’Anjou, la Normandie et dans une moindre mesure la Bretagne, qui en ont fait une zone privilégiée pour déployer leurs rivalités. Zone de confrontation, le Bas-Maine pose ainsi la question des frontières médiévales bien souvent difficiles à discerner et à désigner. La forte rivalité entre les comtes du Maine et d’Anjou, posait à cet égard une difficulté spécifique, dans le sens où les prieurés considérés ont cherché (et bien souvent trouvé) des soutiens de part et d’autre, certains seigneurs jouant leur partie politique sur plusieurs tableaux ; la situation est comparable sur la frontière mancello-bretonne, où les lignages déploient leur ancrage autant en pays vitréen qu’en pays lavallois ou craonnais. Fallait-il de ce point de vue négliger certains prieurés importants, comme celui de Craon, ceux de Château-Gontier ou celui de Ménil ? On a finalement choisi de les intégrer à une démarche qui cherche à faire ressortir le rôle des établissements monastiques dans la mise en ordre seigneuriale d’une région qui, de Ménil et Château-Gontier jusqu’à Mayenne et Ambrières, est animée par les mêmes enjeux géopolitiques. L’ensemble, j’y reviendrai, regroupe 63 établissements, dépendant de 13 abbayes différentes. Il permet de développer une approche comparative des pratiques monastiques à l’échelle prieurale. La carte qui suit donne à un aperçu géographique de cet espace.

Figure 1. Les prieurés dans leur espace

Une approche géopolitique et systémique

10La reconnaissance de cet espace s’appuie donc sur une réalité géopolitique dont nous tâcherons de montrer la consistance en étudiant la façon dont les moines s’y sont confrontés. La géographie prieurale témoigne en effet des intentions politiques qui animent les moines. Cartes à l’appui il s’agira ainsi de montrer comment les prieurés bénédictins recouvrent (irrégulièrement) l’espace féodal dans le but de s’impliquer, contrôler ou parfois manipuler les relations entre les hommes et, ce faisant, participer au jeu de guerre qui définit la société féodale.

  • 23 Gantier O., « Recherches sur les possessions et les prieurés de l’abbaye de Marmoutier du Xe au XI (...)
  • 24 Voir L. Preyssoure, L’espace cistercien, Paris, 1994, p. 12-215 ; pour les prieurés bénédictins : (...)
  • 25 De fait, les perspectives géographiques n’ont participé que secondairement aux réflexions du collo (...)
  • 26 M. Rowlands, « Center and periphery. A review of a concept », dans Center and periphery in the anc (...)
  • 27 Ch. Higounet, « Centralité. Petites villes et bastides dans l’Aquitaine médiévale », dans Les peti (...)
  • 28 D. Pichot, Le village éclaté. Habitat et société dans les campagnes de l’Ouest au Moyen Âge, Renne (...)
  • 29 G. Chouquer, « La place de l’analyse des systèmes spatiaux dans l’étude du paysage du passé », dan (...)
  • 30 Cf. P. Boucheron, « Représenter l’espace féodal : un défià relever », dans Espace-Temps, 68-69-70, (...)
  • 31 P. Claval, Espace et pouvoir, Paris, 1978 et Cl. Raffestin, Pour une géographie du pouvoir, Paris, (...)

11Plusieurs réflexions ont suscité ces considérations de départ, en particulier le travail de D. Méhu sur les lieux et les cercles de la domination clunisienne qu’il appuie sur un important support cartographique. À bien des égards les pistes soulevées par son étude clunisienne (et sa méthode cartographique) fondent les orientations géographiques de notre propre travail autour des fondations prieurales et de leur signification géopolitique. Une telle question reste très largement ignorée dans la littérature, notamment parce qu’elle ne coïncide pas avec les problématiques privilégiées, souvent descriptives (par exemple dans le travail d’O. Gantier)23. D’une manière plus générale les perspectives géographiques de la recherche (notamment pour les cisterciens, mais pas seulement24) s’intéressent davantage à la localisation des biens d’une abbaye plutôt qu’à la distribution de ses dépendances25. De ce point de vue, l’historiographie anglo-saxonne a largement réfléchi sur les concepts classiques de centre et de périphérie, à la suite des modèles géographiques de J. von Tünen ou W. Christaller26. En France, ces approches ont plutôt trouvé un terrain d’application dans le problème de la distribution des châteaux, des villes27 ou des villages28 ; aujourd’hui des approches plus systémiques offrent de nouvelles opportunités, notamment sous l’impulsion des archéogéographes29. Les réflexions de G. Chouquer paraissent ainsi largement transposables à l’objet prieural, dans le sens où les principes qui président à la distribution spatiale des prieurés font écho à la méthode géosystémique dont il se fait le promoteur, et dont nous tâcherons de souligner, par le biais cartographique30, la valeur géopolitique. L’introduction de ce paramètre géopolitique, motivé par les approches de P. Claval ou Cl. Raffestin31, conduit naturellement à intégrer le prieuré dans une réflexion plus globale sur la construction et la reconnaissance des territoires dans le cadre féodal et seigneurial. L’implantation prieurale posera ainsi la question de la mise en place des territoires châtelains, de la reconnaissance de leurs frontières et du rôle de l’Église grégorienne en la matière. L’approche géographique ancre donc le prieuré dans une perspective politique et dynamique et permet de le sortir d’une vision uni-fonctionnelle qui ferait de lui un élément parmi d’autres (le bourg, la paroisse) de l’encadrement des populations par le pouvoir seigneurial, ou un simple moyen d’administration des temporels abbatiaux.

Les sources de l’enquête

  • 32 Cf. A. Vauchez et C. Caby, dir., L’histoire des moines, chanoines et religieux au Moyen Âge. Guide (...)

12Pour appuyer cette enquête, la documentation pose un évident problème par son origine quasi exclusivement monastique. Il est vrai qu’on parlera essentiellement de l’idéologie véhiculée par les moines et de sa traduction pratique, mais il est important de rappeler qui sont les producteurs de la documentation et quels enjeux les motivent32. D’autres difficultés pèsent sur les sources du travail, en particulier les importantes lacunes qui frappent certains établissements (le prieuré d’Ernée ou de Pré-en-Pail) ou qui en affectent ponctuellement d’autres (les prieurés de l’abbaye Notre-Dame d’Évron ne sont ainsi documentés qu’à partir du XIIe siècle). Il faut toutefois ici distinguer les aléas de la conservation des documents (la mise au jour des archives du prieuré Saint-Martin de Laval, enterrées à la Révolution, a révélé de manière inattendue son activité au XIIIe siècle) des motifs plus structurels qui en déterminent la production. L’inégale répartition chronologique de la documentation traduit de ce point de vue le rythme de l’histoire prieurale, dans ses réussites évidentes (notamment dans la seconde moitié du XIe siècle) et ses difficultés non moins claires (à partir des années 1130). Les actes impliquant directement un prieuré se répartissent ainsi de la façon suivante :

Figure 2. Distribution des actes

  • 33 ADM, H204, f° 284-311.

13Ces actes, distribués entre la fin du Xe siècle et le début du XIIIe, constituent le cœur de l’étude : il va de soi qu’ils n’épuisent pas la question, d’abord parce que le dépouillement a été poursuivi jusqu’au XVe siècle, pour évaluer, selon une perspective régressive, l’étendue des temporels prieuraux dont la connaissance profite, à partir des années 1470, des nombreuses déclarations qui en détaillent le contenu. Ensuite parce que si la documentation pratique des cartulaires constitue l’essentiel des informations pour les XIe et XIIe siècles, elle doit être complétée à plusieurs niveaux, en particulier afin de suivre le comportement des donateurs au-delà des seuls établissements considérés. De ce point de vue on a dépouillé la documentation produite par les ordres nouveaux au XIIe siècle, limitée pour les cisterciens mais plus volumineuse pour les chanoines, et élargi le point de vue aux actes épiscopaux, manceaux et angevins pour l’essentiel, qui ont été édités par A. Bertrand de Broussillon, L. Celier et C. Urseau, et à la documentation narrative qui, sans évoquer directement les prieurés retenus, questionne utilement l’impact des troubles militaires locaux récurrents sur ces établissements. Les sources nécrologiques ont été ponctuellement consultées, parmi lesquelles le nécrologe de l’abbaye d’Évron, conservé par une copie insérée dans celle du cartulaire de l’abbaye, réalisée en 166833. Enfin, la dimension géographique du travail exigeait une approche cartographique appuyée sur le dépouillement des cadastres anciens disponibles aux Archives départementales de la Mayenne. En complément de cette approche plus matérielle de la réalité prieurale, les sources archéologiques ont été sollicitées dans les limites restreintes des compétences de l’auteur en la matière mais en suscitant les éclairages des professionnels des services archéologiques locaux et de l’INRAP : il est évidemment regrettable en la matière qu’aucun édifice prieural bas-manceau n’ait été fouillé.

Démarches

14L’étude qui suit cherchera donc à mesurer l’implication des moines, à l’échelle prieurale, dans l’exercice du pouvoir et dans les enjeux qu’il génère au sein de l’ordre seigneurial et féodal des XIe et XIIe siècles. Elle cherchera aussi à en éclairer les motivations idéologiques. De ce point de vue le travail s’articulera autour de deux parties, l’une thématique et l’autre plus chronologique. Les six premiers chapitres évalueront les mécanismes permettant l’émergence puis la reconnaissance des prieurés, de la fin du Xe siècle à celle du XIIe : un cas d’étude (à Bazougers) montrera en détail la naissance d’un établissement et sera suivi d’une présentation des 63 établissements retenus dans l’étude ; le mécanisme fondateur sera décrypté ainsi que les acteurs des fondations ; une longue approche terminologique permettra enfin de préciser la progressive reconnaissance des établissements, d’abord comme obédience puis comme prieuré. Les quatre chapitres suivants s’arrêteront sur le rapport des prieurés au pouvoir dans la société féodale et seigneuriale, selon une démarche chronologique. On s’arrêtera d’abord sur les fondations comtales de la fin du Xe siècle et la première moitié du XIe afin d’en constater les limites et les échecs relatifs puis, après un cas d’étude exemplaire (le prieuré de Laval), on analysera, selon le point de vue aristocratique, la fonction des prieurés dans la mise en ordre seigneuriale qui s’opère, pour l’essentiel, dans la seconde moitié du XIe siècle : la période est celle d’une association étroite entre moines et laïcs, qui favorise géographiquement l’émergence des seigneuries châtelaines, même si chacun poursuit ses objectifs. Le projet monastique de « monachisation » de l’espace fera l’objet du point suivant, qui soulignera la signification idéologique des fondations prieurales et la contradiction inévitable entre ce projet géopolitique et religieux et les intentions aristocratiques. Le dernier point montrera, à partir des années 1130 la lente dissociation qui s’opère alors entre les moines et leurs partenaires et les difficultés matérielles qui frappent alors des établissements.

*

  • 34 Le texte qui suit en constitue une version légèrement remaniée et allégée (notamment dans l’usage (...)

15Cette histoire des prieurés bénédictins du Bas-Maine n’aurait pu voir le jour sans les conseils précieux du professeur Daniel Pichot, qui a bien voulu diriger la thèse dont cet ouvrage est issu34. Je lui dois spécialement d’avoir su réorienter le travail au moment où il se dirigeait vers une succession de monographies prieurales bien loin des exigences synthétiques d’un travail doctoral : en somme, il a fait en sorte que cette étude soit bien une histoire, plutôt qu’une simple chronique.

16L’ouvrage qui suit est également redevable aux conseils et recommandations des professeurs Dominique Barthélemy, Bernard Merdrignac et Philippe Racinet ; il doit aussi beaucoup à Jacques Naveau auquel je renouvelle mes remerciements. À travers lui, c’est aussi le Conseil général de la Mayenne qui je souhaite remercier, son appui ayant permis à cet ouvrage de voir le jour.

17Ma reconnaissance s’adresse enfin à mes proches, qui ont assisté et soutenu la longue élaboration de cette étude : ma mère, pour ses encouragements inlassables, mes amis et confrères archéologues, Samuel Chollet et Jean-Michel Gousset, Jean Carréric pour son ultime relecture, et Anne, à laquelle le travail qui suit doit tant, pour son affection et son attention quotidiennes.

Notes

1 CMM, Bouère, 1.

2 CMM, Bouère, 4, 5.

3 CMM, Bouère, 7.

4 CMM, Bouère, 12.

5 CMM, Bouère, 16.

6 D. Barthélemy, L’ordre seigneurial, Paris, 1990.

7 D. Méhu, Paix et communauté autour de l’abbaye de Cluny, Xe-XVe siècle, Lyon, 2001, p. 9.

8 B. Lemesle, La société aristocratique dans le Haut-Maine (XIe-XIIe siècles), Rennes, 1999.

9 F. Mazel, La noblesse et l’Église en Provence, fin Xe-début XIVe siècle. L’exemple des familles d’Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille, Paris, 2002.

10 J. Avril, « Recherches sur la politique paroissiale des établissements monastiques et canoniaux (XIe-XIIIe siècles) », Revue Mabillon, 59, 1980, p. 453-517 ; « Moines, chanoines et encadrement religieux des campagnes », dans Istituzione monastiche e istituzione canonicali, 1980, p. 660-678 ; « Paroisses et dépendances monastiques », dans Sous la règle de saint Benoît, Paris, 1982, p. 95-105 ; J. Becquet, « Le prieuré : maison autonome ou dépendance selon les ordres », dans Prieurs et prieurés dans l’Occident médiéval, Paris, 1987, p. 47-52.

11 Prieurs et prieurés dans l’Occident médiéval, Paris, 1987.

12 Sous la règle de saint Benoît, Paris, 1982 ; Naissance et fonctionnement des réseaux monastiques et canoniaux, Saint-Étienne, CERCOR, 1991.

13 A. Vauchez, Les laïcs au Moyen Âge. Pratiques et expériences religieuses, Paris, 1987.

14 L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales, Paris, 1994.

15 P. Racinet, Crises et renouveau. Les monastères clunisiens du moyen âge, de la Flancre au Berry et comparaisons méridionales (XIIIe-XVIe siècles), Arras, 1997.

16 D. Riche, L’ordre de Cluny à la fin du moyen âge. « Le vieux pays clunisien », XIIe-XVe siècles, Saint-Étienne, 2000.

17 D. Iogna-Prat, Ordonner et exclure. Cluny et la société chrétienne face à l’hérésie, au judaïsme et à l’Islam, 1000-1150, Paris, 1998.

18 D. Méhu, op. cit.

19 D. Barthélemy et O. Bruand, dir., Les pouvoirs locaux dans la France du centre et de l’ouest (VIIIe-XIe siècles), Rennes, 2004.

20 ABPO, 113, no 3, 2006.

21 D. Barthélemy, L’an mil et la paix de Dieu. La France chrétienne et féodale, 1980-1060, Paris, 1999.

22 D. Pichot, Le Bas-Maine du Xe au XIIIe siècle : étude d’une société, Laval, 1995, p. 11-15.

23 Gantier O., « Recherches sur les possessions et les prieurés de l’abbaye de Marmoutier du Xe au XIIIe siècle », Revue Mabillon, 53, 1963, p. 98 et 161.

24 Voir L. Preyssoure, L’espace cistercien, Paris, 1994, p. 12-215 ; pour les prieurés bénédictins : P. Racinet, « Implantation et expansion clunisiennes au Nord-Est de Paris (XIe-XIIe siècles) », dans Le Moyen Âge, 90, 1984, p. 5-38.

25 De fait, les perspectives géographiques n’ont participé que secondairement aux réflexions du colloque Naissance et fonctionnement des réseaux monastiques, op. cit.

26 M. Rowlands, « Center and periphery. A review of a concept », dans Center and periphery in the ancient world, Cambridge, 1987, p. 1-11. Cf. A. G. Remensnyder, « Topography of memory. Center and periphery in high medieval France”, dans Medieval concept of the past. Ritual, memory, historiography, Cambridge, 2002, p. 193-213 (administration politique de l’espace) ; S. Bonde, E. Boyden, C. Maines, « Le développement du domaine de l’abbaye augustinienne de Saint-Jean-des-Vignes à Soissons (1076-1140) », dans L’environnement des églises, op. cit., p. 156-172, et spécialement p. 167 (administration des temporels abbatiaux).

27 Ch. Higounet, « Centralité. Petites villes et bastides dans l’Aquitaine médiévale », dans Les petites villes du Moyen Age à nos jours, Paris, 1987, p. 41-48, où il applique le modèle des places centrales de Christaller.

28 D. Pichot, Le village éclaté. Habitat et société dans les campagnes de l’Ouest au Moyen Âge, Rennes, 2002, p. 53-57 et 212 sq.

29 G. Chouquer, « La place de l’analyse des systèmes spatiaux dans l’étude du paysage du passé », dans Les formes du paysage, Paris, t. 3, 1996, p. 14-24. Voir aussi C. Millet, « Prieuré et environnement géographique », dans Histoire médiévale et archéologie, 4, 1991, p. 81-95.

30 Cf. P. Boucheron, « Représenter l’espace féodal : un défià relever », dans Espace-Temps, 68-69-70, 1998, p. 59-66. Voir aussi J. Bonnemaison, « Voyage autour du territoire », L’espace géographique, X-1, janvier-mars 1981, p. 249-263 et P. Bonnerue, « Éléments de topographie historique dans les règles monastiques », Studia monastica, 37-1, 1995, p. 57-77.

31 P. Claval, Espace et pouvoir, Paris, 1978 et Cl. Raffestin, Pour une géographie du pouvoir, Paris, 1980.

32 Cf. A. Vauchez et C. Caby, dir., L’histoire des moines, chanoines et religieux au Moyen Âge. Guide de recherche et documents, Turnhout, 2003.

33 ADM, H204, f° 284-311.

34 Le texte qui suit en constitue une version légèrement remaniée et allégée (notamment dans l’usage des citations latines).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search