Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Minorités et régulations sociales en Méditerranée médiévale

 | 
John Tolan
, 
Stéphane Boissellier
, 
François Clément

Cinquième partie. Les minorités au miroir de la culture dominante

La minorité « franque » de Sahagún dans les Chroniques anonymes (XIIe siècle)

Charles Garcia

Texte intégral

  • 1 Deux semaines avant notre propre rencontre, les professeurs Monique Bourin et Philippe Sénac avaie (...)
  • 2 Crónicas anónimas de Sahagún, Antonio Ubieto Arteta (éd.), Saragosse : Anubar, 1987 ( = CAS).
  • 3 Didier Méhu, Paix et communautés autour de l’abbaye de Cluny (Xe-XVe siècle), Lyon : PUL, 2001.

1La question des francs comme minorité ethnico-sociale dans la péninsule ibérique est un thème de retour dans de nombreux projets de recherche actuels1. L’objet de cette communication est de participer à ce débat en présentant l’analyse d’un texte de référence sur la présence des francs dans le royaume de León-Castille : celui des chroniques anonymes de Sahagún2, dont nous contestons la datation qui leur est généralement attribuée. Nous croyons en effet que cette chronique monastique n’est pas contemporaine des faits qu’elle rapporte, c’est-à-dire les troubles survenus dans la ville au début du XIIe siècle, et que cette narration discursive visait des buts bien particuliers. À Sahagún, comme à Cluny, les moines avaient conçu les rapports avec les hommes qu’ils dominaient comme une union fraternelle, dans l’espoir de former avec eux une sorte de société harmonieuse3. Dans un premier temps, et paradoxalement, les moines, volontairement retirés du monde, étaient devenus des riches seigneurs grâce à l’entière obéissance que leur vouaient les laïcs. Du Xe au XIIe siècle, les donations avaient afflué : terres, revenus fonciers, bâtiments d’exploitation, hommes, églises. L’autorité de l’abbé s’en était trouvée renforcée par l’immunité dont jouissait l’abbaye et qui conférait aux possessions monastiques un caractère sacré et inviolable.

2Cependant, au fil des siècles, les moines, de plus en plus marginalisés, perdirent leur statut d’intercesseurs privilégiés entre les hommes et l’Au-delà ; alors que, par ailleurs, les monarques s’immisçaient progressivement à Sahagún – à travers l’institution du concilium –, dans les domaines de la justice et de l’administration, comme le montrent les interventions d’Alphonse VII et de ses successeurs. À la fin du Moyen Âge, les moines étaient incapables de tolérer et de penser l’existence de la communauté des villageois hors de la sphère du monastère, alors que la relation fraternelle entre les bénédictins et les bourgeois n’était plus qu’un souvenir. C’est l’écart entre ces deux volontés opposées qui explique la longue et constante rivalité entre les uns et les autres.

  • 4 Robert L. Moore, La persécution, sa formation en Europe (Xe-XIIIe siècle), Paris : Les Belles Lett (...)
  • 5 Adeline Rucquoi, « La France dans l’historiographie médiévale castillane », Annales ESC, mai-juin (...)

3Dans ce long récit, où la fiction se mêle aux événements historiques, l’auteur de la première Chronique anonyme de Sahagún défend avec acharnement son monastère contre ses ennemis intérieurs, en l’occurrence les « bourgeois » qui s’étaient fixés dans la cité, et surtout contre les « francs » qui étaient très actifs dans la région pendant les années 1110-1120. Il est vrai que ces arrivés de fraîche date refusaient l’autorité de l’abbé, s’attaquaient aux lieux consacrés, brûlaient les propriétés des moines, niaient le pouvoir de médiation des reliques, s’insurgeaient contre la liturgie et les chants… En réalité, en condamnant ces comportements, et comme par contraste, le narrateur définit surtout les traits de l’identité collective de la société monastique à laquelle il appartient. Aussi savons-nous peu de chose sur les individus venus d’ailleurs que l’auteur se borne à condamner. Mais à l’inverse, ses prises de position renvoient ces ennemis au rôle de repoussoir et c’est par le fait même de les diaboliser qu’il définit sa propre identité. Contre les francs, le narrateur est d’une violence extrême, et le lecteur peut en venir à se demander s’ils appartiennent à l’espèce humaine, compte tenu de ce que ces excès comportent de haine conventionnelle, presque ritualisée. De sorte que, et pour reprendre les thèses de Robert Moore sur la persécution4, il apparaît que l’exclusion de la minorité franque par le clerc de Sahagún, ces étrangers par excellence, était devenue une « nécessité structurale » pour la communauté monastique ou, pour le dire autrement, un exercice d’auto-légitimation pour l’élite cléricale. Notons que cette intolérance à l’égard des francs, où l’altérité se conjugue avec la minorité, n’est en rien propre au moine de Domnos Sanctos, tant elle s’inscrit dans la continuité des chroniques chrétiennes hispaniques qu’elle ne fait qu’amplifier5. La réflexion qui s’ouvre va porter sur les francs, mais il est vrai qu’au regard de la construction discursive elle aurait pu tout aussi bien porter sur la minorité cléricale dominante, en inversant alors le processus d’infériorisation que la chronique applique aux étrangers.

  • 6 Sur ce même registre, on peut consulter l’étude devenue classique de Norman Daniel, Héros et Sarra (...)
  • 7 CAS, p. 100 : « E aquesto non todos, mas algunos burg[u]eses lo fingieron, de los quales hera el c (...)
  • 8 Pour un ample développement de ce thème, avec bibliographie, cf. Patrick Henriet, « Moines envahis (...)

4Toute histoire, pour capter l’attention du public, doit mettre en scène des ennemis : cela assure l’intérêt de l’intrigue et permet d’identifier d’emblée les méchants6. Dans la chronique, ce rôle est dévolu aux bourgeois de Sahagún et, de manière indirecte aux francs, puisque, dans la narration, ceux-ci sont censés constituer les principaux effectifs du groupe des marchands et des artisans qui habitaient la cité des bords du Cea. Pour l’auteur anonyme, le règne d’Alphonse VI de León et de Castille (1065-1109) est à l’origine de l’irruption des francs dans la péninsule. C’est ce monarque qui avait ouvert les portes de son royaume aux francos, un terme qui servit à désigner en Castille, de façon générique, tous ceux qui n’étaient pas des autochtones. Le comportement du roi était en quelque sorte annonciateur de la facilité avec laquelle les envahisseurs trouveraient ensuite des collaborateurs locaux, et il n’allait pas en manquer7. Alphonse, sans doute par crainte de voir ses domaines passer sous la coupe de la papauté, avait favorisé l’installation de moines clunisiens sur un grand nombre de sièges épiscopaux, tout comme l’imposition du rite romain au détriment du traditionnel rite mozarabe et le remplacement de l’écriture wisigothique par la caroline8. Ce sont là des raisons suffisantes qui auraient dû conduire le moine copiste à accabler la personne royale. Or on ne trouve aucun dénigrement à l’encontre du monarque, bien au contraire. Pour les moines de Sahagún, Alphonse, qu’ils considéraient comme le plus grand bienfaiteur de leur communauté, reçut toujours un traitement hagiographique sans faille. Il est vrai qu’il fallait écarter le risque de montrer le roi, celui qui avait conquis Tolède, la vieille capitale des Wisigoths, comme un homme pouvant être soumis aux intérêts de « l’étranger ». Dès lors, c’est dans une autre direction qu’il fallait chercher la source des malheurs des clercs. Et puisque nous croyons que cette narration est une entreprise de construction discursive faite par l’entremise de l’exclusion d’un ennemi clairement identifié, c’est dans ce contexte qu’il faut inscrire la présence de la minorité franque en son sein.

  • 9 On trouvera une récente approche, très complète, dans, Pascual Martínez Sopena, « Los francos en l (...)

5Par les points que le récit développe, les chroniques anonymes sont, à bien des égards, un condensé de la thématique plus large existant sur les francigeni dans l’Espagne médiévale, une minorité socialement hétérogène que l’historiographie a pris l’habitude de diviser en trois catégories typologiques : les clercs, les guerriers et les habitants des villes, sachant que les paysans sont, une fois de plus, les grands absents de la documentation écrite médiévale9. Le fait de considérer les francs comme une minorité ne nous apprend pas grand-chose sur celle-ci, comme s’il était entendu d’emblée qu’elle constituait un bloc homogène. Pourtant, s’il est un élément qui fédère des groupes qui, en dehors de leur origine géographique, avaient peu de points communs, c’est bien celui du rejet dont ils font l’objet dans les textes narratifs – c’est-à-dire ceux où l’on peut le mieux appréhender les représentations –, et la chronique anonyme ne déroge pas à cette règle. Ce texte paraît en effet fonctionner comme un véritable exercice de légitimation idéologique de la minoration des francs, tant les lieux communs y abondent, alors que les documents de la pratique semblent contredire cette vision de leur ségrégation.

Les élites franques : les clercs, la reine et les guerriers

  • 10 Marta Herrero de la Fuente, Colección diplomática del monasterio de Sahagún (857-1230). III (1073- (...)
  • 11 CAS, p. 13-14.
  • 12 CAS, p. 15 : « E ya retornado el dicho varón e abbad don Bernardo, con gran honor e alegría fue re (...)

6Le chroniqueur nous dit que, à la demande d’Alphonse VI, l’abbé Hugues de Cluny avait envoyé plusieurs moines à Sahagún pour y instaurer les coutumes clunisiennes, sous la conduite de deux supérieurs : Robert et Marcelin10. Cependant, l’action de ces hommes ayant déplu au roi, ils furent remplacés dans leur ministère par l’honorable Bernard de Sédirac11. S’il est indéniable que l’image négative des étrangers d’outremonts prévaut dans les discours, d’un point de vue rhétorique, il n’en demeure pas moins qu’on la trouve parfois dans quelques documents de la pratique. Les moines francs étaient manifestement arrivés sur les bords du Cea en terrain conquis, et les indigènes avaient voulu leur montrer qu’ils n’étaient pas disposés à se laisser dominer, raison pour laquelle ils avaient chassé ceux qu’ils voyaient comme des intrus. Véritable opération à front renversé, nous avons affaire ici à une situation de colonisation politique où la majorité numérique se retrouve de facto dans une situation minoritaire. Et c’est sans doute en réaction à la farouche opposition des autochtones que le monarque voulut rappeler son attachement à la tradition et à la vieille règle du monastère qui prescrivaient de faire élire l’abbé par les moines de la communauté. L’imposition par le roi d’un abbé étranger, conjuguée aux changements liturgique et calligraphique, fut sans doute la décision de trop qui engendra la rébellion des moines locaux, certes majoritaires, mais néanmoins soumis aux supérieurs hiérarchiques francs, minoritaires et honnis12. Par ailleurs, et puisque dans ce cas précis l’identité religieuse ne permettait pas d’établir de différences entre les élites du dehors et les nombreux membres de la communauté locale, c’est dans un autre registre que ceux-ci cherchèrent l’élément qu’ils considéraient comme le plus discriminant : celui de la brutale imposition de la norme liturgique romano-gallicane en Castille.

  • 13 CAS, p. 15 : « Ciertamente, él era varón muy casto e mesurado ; e, sobre todo, modo humano, paçien (...)

7Toutefois, concernant la question de la liturgie, l’attitude du chroniqueur anonyme diffère des informations dont nous disposons par ailleurs. S’agissant des responsables de la communauté, le narrateur s’abstient de toute attaque à leur égard, et il prend même le contre-pied des traditionnelles critiques que l’on observe contre les abbés dans les autres chroniques. La meilleure preuve en est le portrait qui est fait de Bernard, un homme digne de tous les éloges13. Mais puisque dans l’histoire il devait y avoir forcément un blâme contre la minorité franque, l’auteur le réserve pour d’autres individus que ceux qui étaient dans l’entourage immédiat d’Alphonse VI.

  • 14 CAS, p. 23 : « E porque este decreto e estatuto a todos los nobles fuese estable e firme, el palaç (...)

8Prenons à cet effet le cas de la reine Constance : une « française », donc a priori une personnalité suspecte pour un clerc hispanique. Cependant, dans la chronique, le fait qu’elle ait été l’épouse du grand roi Alphonse était un indice positif qu’il importait de mettre en évidence. Lorsque, vers 1085, le roi accorda un for à Sahagún et instaura l’abbaye comme unique seigneur, il interdit aux nobles qui auraient pu porter préjudice aux ecclésiastiques de posséder des biens dans la ville. Et pour bien montrer l’exemple, le monarque céda aux moines, outre le palais et l’église qui avaient appartenu à la reine, les bains et la maison que Constance avait payés de ses propres deniers14 ; c’était une preuve supplémentaire, s’il en fallait une, de la magnanimité de l’épouse « française », une bienfaitrice du monastère que l’auteur oppose dans son récit à la cupidité des bourgeois, alors que l’une comme les autres étaient francs.

9La bienveillance du narrateur pour les femmes du roi et les moines clunisiens renferme une vertu supplémentaire, en cela qu’elle conforte notre point de vue sur une probable rédaction du texte, postérieure au XIIe siècle. Une nouvelle fois, et un peu de façon paradoxale, la stigmatisation des bourgeois-francs nous renseigne moins sur la situation d’infériorité des habitants étrangers de la cité que sur celle qu’étaient en train de subir les moines lors de la modification du statut de la ville de l’abadengo vers le realengo, le changement statutaire définitif ayant été l’œuvre des Rois Catholiques, à la fin du XVe siècle. Nous possédons de la sorte un témoignage poignant sur la « vision des vaincus », mais à la notable différence que ceux-ci ne sont pas ceux qui sont désignés comme tels dans la chronique – les francs –, mais bien ceux qui l’ont écrite ou commanditée – c’est-à-dire les moines. Ainsi, et pour reprendre les propos que tient Stéphane Boissellier dans l’introduction générale, ces chroniques sont un bon témoignage de la contradiction qui pouvait exister entre l’exclusion idéologique dont étaient victimes les bourgeois en général, et les francs en particulier, et leur utilité sociale, que le chroniqueur ne songe à nier à aucun moment. Aussi nous apparaît-il nécessaire de contextualiser le moment de la rédaction pour l’inscrire dans un cadre historique conflictuel et de grand danger pour la communauté religieuse, ce que le XIIe siècle ne fut en aucune manière. L’auto-justification des clercs par la propagande écrite est par conséquent un indice de la précarité sociale de leur position élevée qu’ils craignaient de perdre, voire qu’ils avaient déjà perdue.

  • 15 CAS, p. 65-66 : « ayuntó cavalleros a defensión de los burg[u]eses e aún a acrecentamiento de mayo (...)
  • 16 CAS, p. 66 : « Eran algunos que deçían que los burg[u]eses, en aquel tiempo, estas cosas se façían (...)

10La participation des nobles français dans les opérations militaires hispaniques est connue de longue date, tout comme leur réputation de mollesse et de cruauté. D’une manière générale, il est suggéré au moyen de formules emphatiques que les francs ne sauraient endurer ce que les hispaniques enduraient déjà. Il eût été surprenant que le moine chroniqueur ne reprît ces topoi dans l’environnement géographique de Sahagún pendant la guerre civile que connut cette région après la mort du roi Alphonse VI. Mais observons comment les combattants de la minorité franque sont décrits par le narrateur. Dans cet inextricable et interminable conflit, les partisans d’Alphonse le Batailleur qui contrôlaient la forteresse de Cea se livraient à des exactions dans les territoires adjacents. Craignant d’être attaqués à leur tour, les habitants de Sahagún demandèrent à l’abbé et à la reine Urraque de les protéger. Malgré un criant manque de ressources, l’abbé parvint à rassembler quelques cavaliers, des Castillans pour la plupart, motif pour lequel les bourgeois de la ville exigèrent que l’on recrutât aussi des chevaliers francs car ils estimaient que ces derniers seraient beaucoup plus favorables à leur cause15. L’abbé se plia à cette requête et la troupe s’en alla mettre le siège devant le château de Cea. Les assiégés, comme le voulaient les usages de la guerre, confièrent un groupe d’otages aux assaillants, mais alors que les partisans de l’abbé s’apprêtaient à les remettre aux soldats d’Urraque, les bourgeois protestèrent avec vigueur, car eux, en tant qu’étrangers étaient dénués des qualités chevaleresques. En réalité, ils souhaitaient les garder auprès d’eux à cause du goût naturel que les bourgeois, et par extension les francs, éprouvaient pour les hommes, avec lesquels ils avaient l’habitude de commercer sexuellement16. En dehors de la luxure, qui plus est déviante, la « diabolisation » des francs s’appuie sur un autre thème : leur violence.

  • 17 José María Lacarra, « Los franceses en la reconquista y repoblación del valle del Ebro en tiempo d (...)
  • 18 Lors du discours qu’il prononça à Burgos, Bertrand demanda à s’exprimer dans sa langue maternelle, (...)
  • 19 CAS, p. 68-69 : « E el ynbentor e enflamador de aquesta mentira e falsedad fue uno llamado Beltrán (...)

11Dans toute sédition il y a au moins un fauteur de troubles nettement identifié, et c’est le rôle que le chroniqueur anonyme attribue à un certain Bertrand de Risnel. Par son patronyme17, l’auteur du récit vise d’emblée à signifier l’origine franque du séditieux18, sachant que le lecteur complice ne saurait en être étonné. Alors que les troupes du Batailleur avaient abandonné la région de Sahagún, Bertrand, qui de surcroît était cousin du Batailleur, réussit à convaincre les bourgeois et les chevaliers français que la reine et l’abbé voulaient se venger des avanies qu’ils avaient endurées par le passé. Les habitants de la cité, réunis en assemblée, exigèrent la présence auprès d’eux de l’abbé Domingo pour qu’il se justifiât publiquement sur les rumeurs concernant lesdites représailles. Soudain, au milieu de cette ambiance survoltée, un dénommé Bernard, blanc de haine et muni d’un couteau, surgit de la foule pour tuer l’abbé, et ce n’est qu’in extremis que le meurtre fut évité. À travers cet épisode, les caractéristiques des francs apparaissent une fois de plus au grand jour, Bertrand était un félon, comme il se doit, et Bernard un assassin19.

  • 20 CAS, p. 76 : « [El caballero franco asalta al abad, que tuvo que regresar al monasterio]. […] Lo q (...)

12Traîtres, homicides…, comme si cela ne suffisait pas, les francs sont également dépeints dans la Crónica anónima comme des voleurs, des hérétiques et des blasphémateurs invétérés. Un jour, sur le chemin de San Pedro de las Dueñas, et pendant que l’abbé était parti en tournée d’inspection, il fut attaqué par les maudits chevaliers français qui, pour le dépouiller, renversèrent les coffres qui contenaient son autel portatif et les reliques des saints martyrs. De retour à Sahagún, le responsable de la communauté se plaignit auprès des bourgeois de sa mésaventure, lesquels firent mine d’être outragés alors qu’en réalité ils n’étaient nullement affectés par ces déboires20.

  • 21 Notons que pour trancher le différend du rite liturgique, Alphonse VI en avait appelé à l’ordalie (...)
  • 22 CAS, p. 119.

13La lâcheté des bourgeois et, partant, des francs, leur véritable double, nous est fournie lors de la narration du duel21 final qui précéda leur expulsion définitive de la ville, et la conséquente fin des troubles. Les intrigues de Bertrand et de Giraud le Diable ayant définitivement échoué, la reine Urraque sollicita un duel, selon la coutume d’Espagne, pour trancher une fois pour toutes la question de l’autorité sur la ville. Dans un premier temps, les bourgeois désignèrent un champion des leurs pour la terrible épreuve, puis ils demandèrent que fût repoussé le combat singulier. Cependant, et comme la détermination royale ne faiblissait pas, le combattant des citadins mit à profit les ténèbres de la nuit pour s’enfuir honteusement jusqu’à la ville voisine de Carrión22. L’honneur du monastère ayant été sauvé, l’abbé put recouvrer toutes ses prérogatives face aux vindicatifs mais honnis étrangers qui avaient publiquement perdu la face.

  • 23 Sur celui qui en réalité était un moine défroqué, CAS, p. 108 : « e ahe un día, como biniésemos a (...)

14Fonctionnant comme un véritable livre de chevalerie, pourvu comme il se doit de l’obligé et initiatique pèlerinage du héros-narrateur en Terre Sainte, la chronique contient une partie dont l’action ne se déroule pas dans la Meseta septentrionale. À l’occasion du retour d’un voyage à Rome, où le moine chroniqueur avait accompagné son supérieur, les deux hommes eurent à traverser le royaume d’Aragon. Ayant appris la nouvelle, les bourgeois de Sahagún demandèrent à leur allié le roi Alphonse d’intercepter les clercs, faute de quoi il perdrait l’appui que les francs lui prêtaient dans la cité léonaise. Et c’est à cause de ce complot que l’abbé et son assistant furent jetés dans les geôles du château d’Estrella par un français prénommé Godefroy, apostat de son état, et peut-être l’époux d’une dénommée Martine Pute Urine23.

Les bourgeois français

15La très riche chronique offre une incomparable vision pour celui qui veut étudier la composition des villes hispaniques médiévales. À ce titre, il n’est donc guère étonnant que ce texte ait été cité par beaucoup d’historiens, tant il permet de conforter les développements sur l’origine des populatores d’une bourgade moyenne du chemin de Saint-Jacques comme l’était Sahagún au début du XIIe siècle. En voici un extrait pour illustrer notre propos :

  • 24 CAS, p. 19-21 : « ayuntáronse de todas las partes del uniberso […] personas de diversas e estrañas (...)

« C’est là que se rassemblèrent, provenant de toutes les parts de l’univers : […] des personnes de diverses et d’étranges provinces et royaumes ; à savoir, des Gascons, des Bretons, des Allemands, des Anglais, des Bourguignons, des Normands, des Toulousains, des Provençaux, des Lombards, et beaucoup d’autres marchands de diverses nations et aux langues étranges24. »

16Que peut-on déduire de la lecture de ce paragraphe ? En premier lieu l’importance que l’auteur accordait aux provinces françaises au détriment des autres territoires européens, un fait qui pourrait s’expliquer, il est vrai, par une plus grande proximité géographique. Pourtant, il est curieux d’observer que le narrateur ne cite, à aucun moment, des habitants issus des régions hispaniques. Est-ce à dire que la pression démographique serait une exclusivité du nord des Pyrénées ? Or on sait bien que la ville ne fut pas exclusivement peuplée par des contingents étrangers. Dans ces conditions, il nous faut nécessairement chercher l’explication du côté de l’intention discursive de l’auteur, donc des représentations symboliques. La longue énumération de ces individus tout autant étrangers qu’étranges nous met sur la voie de la désapprobation du narrateur face au fait accompli de la migration. Qui plus est, les bourgeois s’en étaient pris personnellement à l’abbé et aux biens de la communauté monastique, parce qu’ils étaient aux yeux de ces derniers des fauteurs de troubles et entièrement responsables des calamités qui s’étaient abattues sur la cité depuis leur arrivée. Rien de tout cela ne se serait produit s’il n’y avait eu que des péninsulaires. Et puisque l’auteur cherche à stigmatiser les rebelles, autant accentuer leurs forfaits en mettant l’accent sur l’importance numérique de la minorité franque, si ce n’est « française », une variation lexicale qui révèle une perception très affinée et plus évocatrice du bas Moyen Âge que du début du XIIe siècle. De même, puisqu’il s’agissait d’exposer au plus grand nombre la néfaste minorité démographique franque, autant insister sur un élément définitoire supplémentaire : celui de leur infidélité féodale vis-à-vis de leur seigneur naturel, l’abbé, contre lequel ils s’étaient révoltés.

  • 25 Un document de la pratique permet en effet de détecter la présence de deux maiorini à Sahagún en 1 (...)
  • 26 CAS, p. 77 : « E la tierra mesma se alegrava de sus labradores, como ellos se goçavan de la mesma (...)

17Dans un document où les doublons rhétoriques sont la règle, il est intéressant de signaler la différence que le chroniqueur établit entre « bourgeois » et « résidents », ou plus exactement moradores. Si, comme nous l’avons constaté, sa priorité était de dénigrer les bourgeois, au premier rang desquels se trouvaient les francs, sa stratégie le pousse à exonérer les hommes du cru, c’est-à-dire les moradores. Or il se trouve que ces indigènes, autrefois majoritaires dans la contrée, étaient devenus minoritaires chez eux par un renversement de l’équilibre démographique, consécutivement à la forte vague d’immigration, substantiellement franque, en direction de ces terres. Pour le moine copiste, l’irruption massive de tous ces contingents d’étrangers avait provoqué des effets dévastateurs dans la région. La vie quotidienne locale s’en était trouvée bouleversée25. Contrairement aux autochtones qui se consacraient majoritairement à travailler la terre, les nouveaux venus fondaient leur richesse sur les échanges des produits de l’artisanat et sur la circulation monétaire, alors qu’ils avaient été très misérables avant d’avoir franchi les Pyrénées26. Toujours est-il qu’à lire la chronique anonyme, les francs auraient été des marchands et des artisans, alors que ce dont manquaient le plus les grands propriétaires terriens castillans et léonais, c’était d’hommes pour cultiver les vastes étendues largement sous-peuplées.

  • 27 CAS, p. 22 : « Otrosí ordeno que todos devan de ir a coçer el pan al forno del monasterio. »
  • 28 CAS, p. 22 : « la qual cosa como a los burgueses e moradores fuese mui grave e enojoso, con grande (...)
  • 29 Ibid., p. 306 : « Vitalis, Robertus, Petrus Pericois, Hiardus, Alvertus, Famelinus, Giraldus, Fato (...)

18L’imposition des banalités, forcément importées de France, est une question qui a pendant longtemps hanté les débats sur la féodalisation ou non féodalisation de la société médiévale hispanique et, partant, du poids négatif de la minorité franque, laquelle serait parvenue à introduire en Espagne des pratiques humiliantes à l’encontre des roturiers. Le chroniqueur anonyme rappelle à ce propos que le for faisait obligation à tous : « d’aller faire cuire leur pain dans le four du monastère27. » Or, au-delà de ce qui revêt les apparences d’une contrainte, se cacherait plus exactement la mise en scène d’une faveur abbatiale destinée à raffermir l’union fraternelle entre les moines et les habitants, un aspect que l’auteur de la narration sut percevoir à sa juste mesure28. À cet égard, signalons que le pacte que l’abbé Diego passa avec les bourgeois fut contresigné par des individus portant, pour la plupart d’entre eux, un patronyme franc29.

  • 30 CAS, p. 93.
  • 31 CAS, p. 96.

19Au nombre des individus qui complotaient contre les moines, il en est un autre qui est ouvertement identifié dans le texte, puisqu’il est désigné par le nom de : Jean de Tours. C’est chez ce bourgeois que se rendit pour planifier l’assassinat de l’abbé un individu répondant au nom très négativement connoté de Géraud, dit « le Diable », l’un des principaux lieutenants du roi Alphonse, qui bénéficia à cette occasion de l’aide d’au moins trois cents gaillards30. Après moult péripéties, l’homicide tourna court. Un complice de Géraud, qui avait réussi à échapper à ses poursuivants, trouva refuge chez Juan Turonés, et c’est là qu’il mourut en état de péché mortel, comme il l’avait mérité : « Et le maudit, détruit par une mort cruelle, donna son âme pour toujours aux ministres de l’enfer, où il reçut des tourments sans fin31. » La persécution dont est victime Giraldo, et la quête de protection qu’il alla chercher chez les francs, renvoie au réseau des solidarités qui existait au sein de cette minorité, et c’est un réflexe de défense identique qui poussa les hommes originaires du nord des Pyrénées à demander l’aide d’Alphonse le Batailleur, parce qu’ils savaient que l’époux séparé de la reine était le plus grand ennemi des moines.

Les métiers vils

  • 32 CAS, p. 76.

20La situation du royaume se trouvait alors dans un état si chaotique, que tous les excès étaient permis. S’il est un condensé des défauts dont le narrateur charge les francs, il est facile de le trouver en la personne de l’individu d’outre-Pyrénées, tanneur de son métier – ce qui semble naturel aux yeux de l’auteur –, qui avait abandonné son occupation première pour se transformer en bandit de grand chemin, où l’on voit en effet que l’Espagne, en accord avec ce que nous disent les manuels, remplissait mieux que tout autre royaume les conditions optimales pour obtenir une ascension sociale. Cet inconnu parvint à devenir le chef d’une bande de malfrats qui dépouillait et assassinait, entre autres voyageurs, les pèlerins qui se rendaient à Compostelle. Or, les affaires étant soudain devenues moins lucratives, il trouva refuge auprès des bourgeois de Sahagún où, une fois de plus, l’abbé-seigneur de la ville fut contraint de l’accepter dans ses domaines, et ce contre son gré. Outre l’acharnement dépréciatif et attendu de l’auteur du texte contre les francs, ce chapitre est intéressant à d’autres égards. On apprend par exemple que la compassion des bourgeois pour le hors-la-loi était de nature géographique : « e por quanto él era de su tierra », où l’on constate que la solidarité du terroir de naissance joue pleinement, comme si elle était au-dessus des lois et de la morale chrétienne. Par ailleurs, si les bourgeois avaient obtenu gain de cause pour leur compatriote, c’était grâce à la menace qu’ils avaient fait peser sur l’abbé car, celui-ci, faute de se soumettre, aurait été obligé de quitter le monastère sur le champ pour ne pas avoir à subir la vindicte des complices français de l’ancien tanneur qui accompagnaient ce criminel. Finalement, un différend de telle nature ne pouvait être réglé que par un autre compatriote dont nul n’aurait songé à contester l’autorité. Or il se trouve que, très fortuitement, Bernard de Sédirac, l’archevêque de Tolède, se trouvait à Sahagún à ce moment-là, et ce fut donc lui qui résolut l’épineuse affaire en donnant : « parte del honor a los françeses de donde bebiesen (sic)32. »

  • 33 CAS, p. 119-120 : « Vosotros mesmos bien sabedes, ¡o[h] burg[u]eses de quánta piedad e clemencia a (...)
  • 34 CAS, p. 20 : « de muchos e diversos ofiçios, conbiene a saver, herreros, carpinteros, xastres, pel (...)
  • 35 Dans les documents de la pratique, la référence à la diversité de ces métiers dans la ville n’appa (...)
  • 36 CAS, p. 72 : « En aqueste tienpo, se levantaron contra el abbad e todos nosotros, non solamente lo (...)
  • 37 CAS, p. 61 : « los françeses que le seguían usavan de malefiçios e yncantaçiones e adebinanças, e (...)
  • 38 CAS, p. 120 : « Pártanse pues agora todos estos joglares e truhanes, cortidores e çapateros que a (...)
  • 39 CAS, p. 122 : « los juglares omeçidas, rufianes e truhanes e todos los que fueran echados de la vi (...)

21La harangue finale que la reine adressa aux bourgeois, peu avant le règlement définitif du conflit, possède tous les traits d’une véritable pièce rhétorique. Le style ampoulé et incantatoire qu’utilise la souveraine démontre, une fois encore, le caractère littéraire très marqué des chroniques anonymes, ce qui lui dénie celui de source primaire, contrairement à ce que l’on persiste encore trop souvent à croire33. Après avoir repris la situation militaire en main, Urraque chassa les rebelles de ses domaines, l’exclusion de la minorité étant signalée ici par le bannissement. Nous savons que les bourgeois étaient majoritairement d’origine franque, mais qu’elles étaient plus précisément leurs occupations ? Écoutons ce que nous dit le chroniqueur sur ce sujet. Avant d’énumérer leur région d’origine, il prend soin de signaler qu’ils occupaient les métiers les plus variés : « forgerons, charpentiers, tailleurs, peaussiers, cordonniers34… » Or ces métiers35, nous le savons bien, n’étaient pas des plus recommandables dans l’imaginaire médiéval, et l’auteur lui-même insiste sur la nature vile des activités des bourgeois, pour mieux les fustiger36. Où l’on apprend également que les Français qui accompagnaient le roi d’Aragon usaient de la magie, étaient devins et experts dans l’art satanique de la nécromancie, c’étaient des occupations maléfiques qui les rendaient abominables aux yeux des indigènes37. C’est cependant dans le tableau final, celui de l’exil, que le profil des diabolisés apparaît avec une plus grande netteté puisqu’en dehors des connus tanneurs et savetiers qui avaient volé le royaume de la reine, selon ses propres dires, elle avait exigé le départ des : « jongleurs et des truands38 ». « Truand » et « ruffian »39 sont des termes d’importation franque introduits effectivement en Castille à cette époque ; quant à celui de « jongleur », outre sa connotation très négative, due à l’errance de ceux qui pratiquaient cette activité, il aura généré comme on le sait une ample littérature où la marginalité se confond avec la minorité.

  • 40 Ramón Menéndez-Pidal, Poesía juglaresca y juglares. Aspectos de la historia literaria y cultural d (...)
  • 41 Nous songeons ici aux allusions que fait Luc de Tuy dans son : De altera vita fideique controversi (...)
  • 42 Carla Casagrande et Silvana Vecchio, « Clercs et jongleurs dans la société médiévale (XIIe et XIII(...)
  • 43 CAS, p. 120 : « aquel suçio alvañar quedó vaçío e alinpiado. E ansí aquella latrina aborrecible fu (...)
  • 44 La dérision au Moyen Âge. De la pratique sociale au rituel politique, Elisabeth Crouzet-Pavan et Ja (...)
  • 45 Il n’y a guère de différence ici avec la dévalorisation que les chroniqueurs florentins infligèren (...)

22Le grand philologue Ramón Menéndez-Pidal s’appuya sur le récit des chroniques anonymes pour attester la présence des premiers jongleurs en Castille au début du XIIe siècle. Son inspiration débordante le poussa même à identifier une école de jonglerie à Sahagún40 de laquelle seraient sortis des artistes pour distraire les riches bourgeois éclairés de la ville, sans prendre la mesure de tout ce que ce texte véhiculait comme idées convenues et stéréotypes qui faisaient partie de l’univers de la récréation littéraire. Il va de soi que si les jongleurs apparaissent à ce moment du dénouement, c’est qu’ils participent de l’économie narrative d’une œuvre dans laquelle il était important de stigmatiser les francs, en leur qualité d’individus intrinsèquement louches, à l’instar de ce que représentaient les jongleurs homicides, médisants et vagabonds qui étaient perçus comme des marginaux et qui, à ce titre, étaient faiblement intégrés dans la société, et régulièrement condamnés tant par les clercs41 que par les assemblées conciliaires42. Consécutivement au départ des indésirables, la ville se trouva comme purifiée, et ce qui avait été peu de temps auparavant un égout et une latrine se trouva soudainement vidée de ses immondices43. Les insultes que profère l’auteur contre les bourgeois nous mettent au contact du vocabulaire ordurier et du registre scatologique qui, par la binarité dont se nourrit le processus de l’exclusion, nous permettent de mieux cerner les contours de cette minorité. L’étude de ce lexique montre l’intérêt d’étudier les invectives et les rituels de dérision au sein d’une société très intégrée où la question de l’honneur était fondamentale44. Dans la chronique, les injures sont de ce fait d’excellentes traces qui dessinent les logiques sociales à l’œuvre. Ainsi, lorsque l’écart est trop important entre les catégories, le mépris et l’ignorance s’imposent généralement de façon naturelle. Dès lors qu’on s’abaisse à injurier l’autre, c’est un signe que les différences se sont réduites, soit qu’on le considère comme son égal, soit comme un inférieur très proche45 et, du point de vue historique, cette proximité entre les moines et les bourgeois correspond davantage au bas Moyen Âge qu’au Moyen Âge central.

Conclusion

23Il semble difficile, à la lecture des lignes qui précèdent, de continuer à lire les Crónicas anónimas comme un texte digne de foi, sans remettre en cause son historicité. On rétorquera que beaucoup des faits qu’elles contiennent sont corroborés par d’autres sources, et cela est incontestable. Pourtant, il suffit de changer de perspective pour expliquer que, outre la consultation du cartulaire qui se trouvait dans la bibliothèque monastique, l’auteur – ou les auteurs – de la narration a pu utiliser ces mêmes sources pour trousser son propre récit, et nous pensons ici en particulier aux chroniques du XIIIe siècle. Aujourd’hui, le manuscrit connu le plus ancien de ce texte date de la fin du XVe siècle lequel est, de surcroît, non pas rédigé dans le prétendu original latin mais – et cela devrait le rendre encore plus suspect – dans une traduction en castillan. Par ailleurs, en dehors de toute une série d’anachronismes, il faudrait pouvoir expliquer par quel miracle de telles envolées lyriques pouvaient être produites en León-Castille au tout début du XIIe siècle car, et jusqu’à preuve du contraire, elles restent un cas unique qui n’aurait pas eu de suites immédiates. Rien en effet dans la production contemporaine de l’écrit de Sahagún ne saurait soutenir la comparaison avec lui. La finesse de l’enchaînement des épisodes, la dramaturgie des mises en scène, les portraits physiques et psychologiques de tant et tant de personnages, l’excellente restitution d’une atmosphère troublée et, enfin, la sensibilité esthétique d’une incroyable profondeur, tout cela fait qu’il nous semble impensable que l’on puisse continuer à défendre l’idée que nous nous trouvons face à un document élaboré dans la décennie de 1120.

24Dans la chronique, véritable instrument de combat, et malgré les efforts qui sont déployés par l’auteur, la précision historique, dans le sens où nous l’entendons actuellement, est inconnue. De toute façon, une discussion moderne sur l’historicité des aventures extraordinaires qui surviennent à l’abbé, ou sur les invraisemblances des miracles, n’a pas d’objet puisque ces événements, que nous qualifierions aujourd’hui de fiction, paraissaient alors tout aussi importants que les « vrais ». Pour l’auteur, sa chronique était de l’histoire, c’est pourquoi il ne voit pas l’intérêt de faire comme nous le faisons la distinction entre fiction et histoire. Dès lors qu’un événement était décrit, c’est qu’il avait effectivement eu lieu, il suffisait de l’écrire pour qu’il en fût ainsi. Pour le conteur, et je crois qu’on peut l’appeler ainsi, son texte n’était pas plus chargé de légendes que la véritable histoire, les faits et les personnages historiques étant présents pour authentifier le récit.

25Enfin, et pour ce qui est de la thématique qui nous occupe ici, il serait facile de comparer les lieux communs que ce texte comporte sur les francs avec ceux de l’historiographie castillane médiévale pour admettre que la chronique anonyme s’inscrit, sur ce point précis, dans une lignée littéraire qui commence avec l’Historia silensis, une œuvre curieusement produite par le scriptorium de Sahagún à l’époque même des événements que rapporte l’anonyme, et qui, depuis cette date, ne s’est jamais vraiment arrêtée. Prenant le contre-pied de la propagande pro-franque diffusée en Espagne par le Pseudo-Turpin, l’un des livres composant le Liber Sancti Iacobi, la production narrative ou poétique produite en Espagne à partir du XIIe siècle fut généralement anti-franque, et les chroniques de Sahagún ne dérogent pas à la règle. Les auteurs aiment à rappeler que l’Espagne ne devait rien aux étrangers, et l’élaboration du personnage libérateur Bernard du Carpio, véritable héros local, en est la meilleure preuve. Mais s’il est vrai que l’auteur anonyme rend les bourgeois francs responsables des malheurs du pays, son point de vue mérite d’être contrasté avec la francophile Historia compostellana, un document qui rappelle avec insistance que les armées du Batailleur étaient composées de bandits de grand chemin, mais, et comme pour faire pendant au texte de Sahagún, sans jamais penser à distinguer leur origine ethnique.

  • 46 Pedro de Zorita serait à ce propos le plus illustre des exemples. Nous avons dit que l’auteur de l (...)

26Les indices qui ressortent de la brève analyse ici présentée semblent être surtout négatifs, ce qui ne signifie pas qu’ils soient dénués d’importance. En réalité, le chroniqueur montre un intérêt des plus limités pour les francs, tels qu’ils étaient véritablement, tant ce qu’il nous dit explicitement sur cette minorité est pauvre. Le seul facteur immuable de leur personnalité est que ces hommes, pris dans leur globalité, ne valaient pas grand-chose. Dès lors, rien ne semble avoir prise sur l’image conventionnelle, et rien ne peut l’entamer. Dans le récit, les francs sont un instrument commode, ce sont des ennemis qui procurent une tension et qui peuvent être combattus sans apparaître comme des individus. En fait, pour le moine conteur, les seuls ennemis parmi les hispaniques sont les méchants46, qui ne sauraient susciter la sympathie, et qui peuvent être traîtres à la cause péninsulaire de par leurs relations avec les bourgeois francs dépourvus de personnalité propre. Sur ce plan, on aura facilement reconnu Alphonse le Batailleur ou, mieux encore, son lieutenant Géraud le Diable dont le portrait est finement dressé face à la masse impersonnelle, quoique menaçante, des francs-bourgeois qui peuvent être humiliés sans qu’on s’en émeuve. Le chroniqueur a trouvé en eux d’excellents ennemis pour l’histoire qu’il voulait raconter et qui visait à séduire les lecteurs pour, sans doute, tenter d’infléchir par cette propagande le cours politique de l’Histoire.

Notes

1 Deux semaines avant notre propre rencontre, les professeurs Monique Bourin et Philippe Sénac avaient respectivement organisé deux colloques intitulés : « Anthroponymie et déplacements. Migrations, réseaux, métissage dans la chrétienté médiévale », et « Les Français en Espagne du VIIIe au XIIIe siècle ».

2 Crónicas anónimas de Sahagún, Antonio Ubieto Arteta (éd.), Saragosse : Anubar, 1987 ( = CAS).

3 Didier Méhu, Paix et communautés autour de l’abbaye de Cluny (Xe-XVe siècle), Lyon : PUL, 2001.

4 Robert L. Moore, La persécution, sa formation en Europe (Xe-XIIIe siècle), Paris : Les Belles Lettres, 1991.

5 Adeline Rucquoi, « La France dans l’historiographie médiévale castillane », Annales ESC, mai-juin 1989, 3, p. 677-689.

6 Sur ce même registre, on peut consulter l’étude devenue classique de Norman Daniel, Héros et Sarrasins. Une interprétation des chansons de geste, Paris : Le Cerf, 2001.

7 CAS, p. 100 : « E aquesto non todos, mas algunos burg[u]eses lo fingieron, de los quales hera el capitán principal uno que se llamava Pedro de Çorita, el qual mucho deseava rovar las riquezas e sustançias de los castellanos. »

8 Pour un ample développement de ce thème, avec bibliographie, cf. Patrick Henriet, « Moines envahisseurs ou moines civilisateurs ? Cluny dans l’historiographie espagnole (XIIIe-XXe siècles) », Revue Mabillon. Nouvelle série, 11 (t. 72), 2000, p. 135-159, p. 136 : « Avec des hauts et des bas, qui relevaient souvent des oscillations du discours et des constructions idéologiques plus que de la réalité des implantations monastiques, les Clunisiens en sont même venus à occuper une place à part dans l’historiographie espagnole » ; et du même auteur : « Un bouleversement culturel. Rôle et sens de la présence cléricale française dans la péninsule ibérique (XIe-XIIe siècles) », Revue d’histoire de l’Église de France, 90 (224), 2004, p. 65-80.

9 On trouvera une récente approche, très complète, dans, Pascual Martínez Sopena, « Los francos en la España de los siglos XI al XIII », Minorías y migraciones en la Historia. XV Jornadas de estudios históricos organizadas por el Departamento de Historia medieval, moderna y contemporánea, Ángel Vaca Lorenzo (éd.), Salamanque : Université de Salamanque, 2004, p. 25-66.

10 Marta Herrero de la Fuente, Colección diplomática del monasterio de Sahagún (857-1230). III (1073-1109), León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro » ( = CDS), 1988, doc., no 782 (1080), p. 71-73, p. 72 : « ut teneant ibi regulam et monasticum ordinem sicut docet beatus Benedictus et secundum quod fratres Sancti Petri Cluniacensis obtinent. Igitur, annuente Deo, mittimus domnum Robertum abbatem ut teneant uitam suprasciptam cum fratribus qui modo ibi sunt uel post eum in loco successerint usque in perpetuum. Mandamus, etiam, ut abbas qui esse debuerit per electionem de congregacionem monasterii et per preceptum regis fiat. »

11 CAS, p. 13-14.

12 CAS, p. 15 : « E ya retornado el dicho varón e abbad don Bernardo, con gran honor e alegría fue resçevido ansí del rey como de todos los nobles de la tierra, e con gran solenidad en su abbadía fue recibido en la propia silla asentado e introniçado, el qual todos los monjes criados d’este monasterio, los quales en la primera benida de los monjes de Cluni avían fuido por diversos lugares, él los recogió con amor filial, enseñando e doctrinándolos en todas las obras de piedad e en debotos exerçiçios façiéndoles florecer. »

13 CAS, p. 15 : « Ciertamente, él era varón muy casto e mesurado ; e, sobre todo, modo humano, paçiente, amador de misericordia e humilldad e seguidor de toda virtud e religión. »

14 CAS, p. 23 : « E porque este decreto e estatuto a todos los nobles fuese estable e firme, el palaçio e iglesia de santa María Magdalena e el vaño que la reina Costança susodicha a su costa e propia mesión avía hedificado, el muy piadoso rei donó a Dios a sus mártires so autoridad de testamento, diçiendo : non plega a Dios que alguno de mi generaçión e parentela sea heredero de la tierra o villa, la qual los santos mártires con la propia sangre regaron o con su sagrada muerte conpraron. »

15 CAS, p. 65-66 : « ayuntó cavalleros a defensión de los burg[u]eses e aún a acrecentamiento de mayor denuesto, por quanto los burg[u]eses non se fiavan en los castellanos ; quesiese non quesiese, ayuntó así cavalleros de Françia, de los quales recibió después muchos denuestos e sostuvo gran despreçio. »

16 CAS, p. 66 : « Eran algunos que deçían que los burg[u]eses, en aquel tiempo, estas cosas se façían e deçían en el estrado de las mugeres por quanto costumbre de mezclamiento non fablable era a los aragoneses con ellos. » Après l’expulsion des bourgeois de la ville, on trouva chez l’un d’eux, eunuque de surcroît, un grand nombre de cadavres mutilés, CAS, p. 121 : « dentro de la casa de un burg[u]és e eunuco, devajo de un pesebre, fueron falladas siete cabeças de honbres enterradas. »

17 José María Lacarra, « Los franceses en la reconquista y repoblación del valle del Ebro en tiempo de Alfonso el Batallador », Cuadernos de Historia, 2, 1968, p. 65-80, p. 71.

18 Lors du discours qu’il prononça à Burgos, Bertrand demanda à s’exprimer dans sa langue maternelle, c’est-à-dire en français, preuve supplémentaire de sa nature d’étranger ; CAS, p. 127 : « Si en aqueste vuestro mui santo conbento e ayuntamiento sea líçito a mi fablar con fabla materna e bulgar… »

19 CAS, p. 68-69 : « E el ynbentor e enflamador de aquesta mentira e falsedad fue uno llamado Beltrán […], ca incitaba a los cavalleros françeses e burg[u]eses que se levantasen contra la reina. […] E como ya fuese juzgado a muerte e se asentase en medio d’ellos, casi sin sangre, perdido el color, uno de ellos llamado Bernardo le quiso con el cochillo traspasar e matar. »

20 CAS, p. 76 : « [El caballero franco asalta al abad, que tuvo que regresar al monasterio]. […] Lo qual beyendo el abbad, tornóse para la villa ; e como se quexase a los burg[u]eses que en ella quedavan de la deshonrra que le estava fecha, ellos demostraron aver yra contra los cavalleros, amenaçándoles que los echarían fuera. Pero ninguna justiçia fue fecha de ellos, nin los servidores resçevieron algo de lo que les fue tomado e robado. Tal serviçio e galardón resçivió el abbad e monjes de los burg[u]eses. »

21 Notons que pour trancher le différend du rite liturgique, Alphonse VI en avait appelé à l’ordalie du feu, là où, à quelques années d’écart, sa fille en appelle au duel. Comment expliquer une telle différence ? Tentons d’en saisir la portée. L’ordalie de Burgos était un événement qui avait connu un grand retentissement, comme en témoignent abondamment les chroniques du XIIIe siècle, contrairement à l’épisode de Sahagún, qui n’est connu que par le récit des anonymes. À vrai dire, l’ordalie fut une épreuve que l’on pratiqua jusqu’au XIIe siècle, et rarement au-delà, pour être remplacée par le duel. Si l’on devait s’en tenir à une stricte explication chronologique, il eût été normal de voir Urraque commander une ordalie, or tel n’est pas le cas. Le fait de voir surgir un duel sous la plume du chroniqueur constitue un élément supplémentaire de l’adéquation entre la narration et les pratiques judiciaires, plus tardives toutes les deux que ce que l’auteur du texte prétend.

22 CAS, p. 119.

23 Sur celui qui en réalité était un moine défroqué, CAS, p. 108 : « e ahe un día, como biniésemos a un castillo llamado Estrella, un francés [que] de la religión monacal había apostatado, por nombre Grofedo, prendiónos, ca para esto del rei fuera enviado. » Sur le personaje de Martine, cf., Antonio Ubieto Arteta, Cartulario de san Juan de la Peña, Saragosse : Anubar, 1962, doc., no 391.

24 CAS, p. 19-21 : « ayuntáronse de todas las partes del uniberso […] personas de diversas e estrañas provinçias e reinos, conbiene a saver, gascones, bretones, alemanes, yngleses, borgoñones, normandos, tolosanos, provinçiales, lonbardos, e muchos otros negoçiadores de diversas naçiones e estrannas lenguas. »

25 Un document de la pratique permet en effet de détecter la présence de deux maiorini à Sahagún en 1138, l’un pour les « castillans », et l’autre pour les « francs », José Antonio Fernández Flórez, Colección diplomática del monasterio de Sahagún (857-1300). IV (1110-1199), León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro », 1991, doc., no 1265, p. 163-164, p. 164 : « Merinos uilla Sancti Facundi : Martinus Fauiuiz et Guillelmus Berengel », doc., no 1273 (1140), p. 174-175, p. 175 : « Maiorinos : Martin Faiuiz et Rubert Alfamar. »

26 CAS, p. 77 : « E la tierra mesma se alegrava de sus labradores, como ellos se goçavan de la mesma tierra. Mas después que el de la benerable memoria rei don Alfonso entró en el camino de la carne mortal, los burgeses, según ya dixe, los quáles él avía traído e cogido de diversas provinçias e tierras extrañas, pobres e menguados beniendo a él, reçivió con amor paternal e les avía dexado abondosos de todas las riquezas e bienes tenporales. »

27 CAS, p. 22 : « Otrosí ordeno que todos devan de ir a coçer el pan al forno del monasterio. »

28 CAS, p. 22 : « la qual cosa como a los burgueses e moradores fuese mui grave e enojoso, con grandes plegarias rogaron al abbad que a ellos fuesse líçito e permiso de coçer adonde mejor les viniese, e que de cada uno d’ellos él reçiviese en cada un año un sueldo. » On trouve en effet cette exonération dans le cartulaire, en date du 1er avril 1096, CDS, doc., no 974, p. 305-306, p. 305 : « Tunc, aflicti de hoc, tunc etiam quoniam non poterant in omnibus diebus, uti illos oportebat, quoquere. »

29 Ibid., p. 306 : « Vitalis, Robertus, Petrus Pericois, Hiardus, Alvertus, Famelinus, Giraldus, Fato. »

30 CAS, p. 93.

31 CAS, p. 96.

32 CAS, p. 76.

33 CAS, p. 119-120 : « Vosotros mesmos bien sabedes, ¡o[h] burg[u]eses de quánta piedad e clemencia açerca de vosotros mi padre usó ; e en qué manera vos ayuntó para avitar en esta villa ; sabedes aún eso mesmo que aqueste monasterio él escogió para su sepultura en todo el espaçio de su reino e so la guarda e protecçión de la santa iglesia de Roma puso. Non es a bosotros dubda quan grandes excesos por instinto e incitación d’estos avitadores de bil condiçión contra mi ayades cometido. Pues agora a vosotros, los quales mientra que mi padre bibió, trató honestamente e amó a vos ; e aún yo deseo encorporarvos e allegarvos a mi con amor filial e acatamiento de hermana, e aún deseo que muraes e bibaes co[n]migo ; pues cada uno de vosotros entrad en vuestras casas e folgad en ellas, non dubdando ni temiendo alguna cosa. »

34 CAS, p. 20 : « de muchos e diversos ofiçios, conbiene a saver, herreros, carpinteros, xastres, pelliteros, çapateros, escutarios e omes enseñados en muchas e dibersas artes e ofiçios. »

35 Dans les documents de la pratique, la référence à la diversité de ces métiers dans la ville n’apparaît pas avant le milieu du XIIIe siècle, José Antonio Fernández Flórez, Colección diplomática del monasterio de Sahún (857-1300). V (1200-1300), León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro », 1994 ( = CDS), doc., no 1631 (1224), p. 143-144, p. 144 : « Qui presentes fuerunt et audierunt : Petro Iohannis pellitero…, alfaiate de los sennos…, fornero…, alfaiate de los monges…, Petro Martinez capentario. »

36 CAS, p. 72 : « En aqueste tienpo, se levantaron contra el abbad e todos nosotros, non solamente los ricos e aún como quiera deçir los nobles burg[u]eses, mas aún las personas muy biles, ansí como cortidores, ferreros, xastres, pelleteros, zapateros e aún los que en las casas soterrañas façían sus ofiçios. »

37 CAS, p. 61 : « los françeses que le seguían usavan de malefiçios e yncantaçiones e adebinanças, e estudiavan en la arte mortal de la nigromançia. E por tanto eran mucho aborrecibles a los de nuestra tierra. »

38 CAS, p. 120 : « Pártanse pues agora todos estos joglares e truhanes, cortidores e çapateros que a mí me tomaron el reino e a vos negaron la debida reberençia… » Signalons que les truhanes étaient une sous-catégorie des jongleurs, comme il ressort de toute évidence de la citation ci-dessus. C’est à une époque relativement tardive, lorsque le métier de jongleur était devenu moins prestigieux, et de plus en plus assimilé à la figure du truhán vagabond et de mauvaise vie, qu’apparut le nom de « ménestrel » pour évoquer le jongleur-musicien de cour, non errant.

39 CAS, p. 122 : « los juglares omeçidas, rufianes e truhanes e todos los que fueran echados de la villa de Sant Fagum. » Les bouchers ne pouvaient bien entendu manquer sur cette liste, et il y en a un dans la chronique qui agit en sa qualité de meneur des insurgés, CAS, p. 92.

40 Ramón Menéndez-Pidal, Poesía juglaresca y juglares. Aspectos de la historia literaria y cultural de España, Madrid : JAEIC – Centro de estudios históricos, 1924, p. 328 : « En Sahagún […], sabemos que, al lado de los curtidores y zapateros, se destacaba el grupo de los juglares, los cuales tomaron parte muy activa en la terrible lucha social […]. Estos juglares, que no vivían en las cortes, sino entre la burguesía, eran, sin duda, los propagadores de las breves gestas populares de Castilla, que pronto iban a lanzarse a imitar el más alto vuelo de las chansons francesas » ; p. 328, n. I : « Los nombres de los oficios : juglares, curtidores y zapateros, se usan ciertamente por el monje historiador como despectivos, pero no podemos tomarlos como meros términos denigrantes, sin indicación concreta de oficio. ¿Qué sentido tendría en esta relación de una lucha de artesanos insultar con el nombre de curtidor o de juglar si no respondía ese insulto al oficio real del insultado ? » ; rééd., Madrid : Espasa Calpe, 1962, p. 100 : « es de suponer que fuese un arte no cortesano, sino propio para agradar a los burgueses entre los cuales esos juglares vivían. »

41 Nous songeons ici aux allusions que fait Luc de Tuy dans son : De altera vita fideique controversiis adversus Albigensium errores libri III où les hérétiques sont surtout des français qui vivaient en société avec des comédiens et autres jongleurs, cf. Patrick Henriet, « In injuriam ordinis clericalis. Traces d’anticléricalisme en Castille et León (XIIe-XIIIe s.) », L’anticléricalisme en France méridionale (fin XIIe-début XIVe siècle). Cahiers de Fanjeaux, 38, 2003, p. 289-325.

42 Carla Casagrande et Silvana Vecchio, « Clercs et jongleurs dans la société médiévale (XIIe et XIIIe siècles) », Annales ESC, 1979, p. 913-928 ; Martin Aurell, La Vielle et l’épée. Troubadours et politique en Provence au XIIe siècle, Paris : Aubier-Montaigne, 1989.

43 CAS, p. 120 : « aquel suçio alvañar quedó vaçío e alinpiado. E ansí aquella latrina aborrecible fue alinpiada. E ansí aquella hedionda cárcava fue baçiada… »

44 La dérision au Moyen Âge. De la pratique sociale au rituel politique, Elisabeth Crouzet-Pavan et Jacques Verger (dir.), Paris : Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2007.

45 Il n’y a guère de différence ici avec la dévalorisation que les chroniqueurs florentins infligèrent aux ouvriers révoltés, Alessandro Stella, « “Ciompi… gens de la plus basse condition… crasseux et dépénaillés” : désigner, inférioriser, exclure », Le petit peuple dans l’Occident médiéval. Terminologies, perceptions, réalités, Pierre Boglioni et alii (éd.), Paris : Publications de la Sorbonne, 2002, p. 145-152, p. 149 : « Par temps d’orage, quand la révolte des Ciompi avait ébranlé le système en attaquant au cœur la sphère de la représentation politique, voilà que le mépris social se manifestait au grand jour. »

46 Pedro de Zorita serait à ce propos le plus illustre des exemples. Nous avons dit que l’auteur de la chronique semble puiser une partie de ses sources dans le cartulaire abbatial. Concernant le personnage cité ci-dessus, nous constatons qu’il apparaît dans plusieurs chartes sous le nom de Petrus de Zorita, CDS, doc., no 1180 (1110), no 1183 (1111), no 1190 (1113), no 1191 (1115), no 1219 (1125), no 1220 (1125). Ce sont des documents qui ont tous été rédigés, bien entendu, à l’époque où se déroule l’action de la narration ; et il en est de même pour les personnages qui ont un relief plus important comme Giraldo et, a fortiori, Alphonse le Batailleur.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540