Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Minorités et régulations sociales en Méditerranée médiévale

 | 
John Tolan
, 
Stéphane Boissellier
, 
François Clément

Quatrième partie. Minorités et contre-culture

Une minorité chrétienne en Occident : la chrétienté hispanique et l’adoptianisme

Thomas Deswarte

Texte intégral

  • 1 Th. Deswarte, « Une chrétienté hérétique ? La réécriture de l’histoire espagnole par Grégoire VII  (...)

1À la fin du VIIIe siècle, il est en Occident au regard du pape et des Francs une nouvelle minorité : celle des chrétiens hispaniques. Ce phénomène est le fruit d’une profonde mutation ecclésiologique au terme de laquelle, au onzième siècle, la Chrétienté finit par se penser dans son ensemble beaucoup plus romaine qu’auparavant, tandis que la Chrétienté hispanique est perçue comme différente, autre, schismatique et hérétique dans l’Occident romain – avant qu’elle n’adopte sous Grégoire VII le rite romain1. Or, le point de départ de cette évolution se situe à l’époque carolingienne, quand quelques-uns des plus grands personnages de la fin du VIIIe siècle – le pape Adrien (772-795), Charlemagne, Alcuin, Elipand de Tolède, Félix d’Urgell, Beatus de Liébana et, collectivement, les évêques francs et hispaniques – se trouvent impliqués dans une controverse doctrinale de haute volée sur le problème de l’adoptianisme.

  • 2 J. C. Cavadini, The Last Christology of the West : Adoptianism in Spain and Gaul, 785-820, Philade (...)
  • 3 M. C. Díaz y Díaz, Manuscritos visigóticos del sur de la península. Ensayo de distribución regiona (...)

2D’un point de vue strictement doctrinal, l’adoptianisme est « la dernière christologie de l’Occident »2 et sa postérité intellectuelle est des plus limitées. Certes, deux manuscrits des VIIIe-IXe siècles, transmettant notamment des textes d’Augustin et d’Ambroise, témoignent de l’existence de clercs hispaniques « adoptianistes » aux IXe et Xe siècles : ils contiennent des notes marginales ajoutées à cette époque dans le sud de la péninsule Ibérique, qui défendent l’orthodoxie de cette doctrine et attaquent Alcuin ainsi qu’un certain Ibnhandom – que Manuel C. Díaz y Díaz identifie à l’évêque d’un siège méridional3.

  • 4 Ibid., p. 32-39.

3Pourtant, cette doctrine disparaît vite de la scène historique, après les années 800/850. D’ailleurs, la tradition manuscrite des écrits d’Elipand, le principal adoptianiste, est très réduite : trois lettres (à Migetius, aux évêques francs et à Charlemagne) sont copiées dans un codex tolédan de 1070 très abimé (BCT 14-23)4 et dans sa copie par le jésuite Andrés Marcos Burriel au XVIIIe siècle (BNE 12998) ; sa profession de foi et sa lettre à Fidèle sont connues par Beatus ; enfin, un codex de Reims (Bibliothèque Municipale, 385) contient deux missives destinées à Alcuin et à Félix.

  • 5 J. Fontaine, « Conversion et culture chez les Wisigoths d’Espagne », dans La conversione al Cristi (...)

4La controverse commence avec l’envoi vers 782/784 d’un évêque, chargé de réformer au nom du pape la Chrétienté hispanique (I). Or, c’est à cette occasion qu’Adrien, Charlemagne et le clergé franc découvrent cette doctrine dans la Péninsule. Premier constat : l’adoptianisme n’est pas la cause mais la conséquence de cette « légation ». S’en suit jusque vers 800 un conflit théologique, qui continue les grands débats théologiques antérieurs, y compris de l’époque wisigothique5 (II), et révèle la douloureuse rencontre de deux ecclésiologies fort différentes : l’une hispanique, fidèle à ses coutumes et à son siège primatial de Tolède (III), et l’autre romano-franque, excluant de l’Église une Chrétienté désormais considérée comme minoritaire, déviante et hérétique (IV).

Une réforme romano-franque en Hispania

  • 6 D. A. Bullough, « The dating of Codex Carolinus Nos. 95, 96, 97, Wilchar, and the Beginnings of th (...)
  • 7 Adrien, lettre à l’évêque Egila et au prêtre Jean (éd. W. Gundlach, MGH, Epistolae, t. IV [Epistol (...)
  • 8 R. dAbadal y de Vinyals, La batalla del adopcionismo…, p. 40 et 46 ; D. A. Bullough, « The dating (...)
  • 9 Adrien, lettre aux évêques d’Espagne : Dudum vero, quod Wilcharius archiepiscopus Galliarum sugges (...)
  • 10 K. Schäferdiek, « Der adoptianische Streit im Rahmen der spanischen Kirchengeschichte I », Zeitsch (...)
  • 11 Adrien, lettre à l’évêque Egila et au prêtre Jean : frater noster Wilcharius, archiepiscopus provi (...)
  • 12 Adrien, lettre aux évêques d’Espagne : et nullam quamlibet alienam sedem ambiret vel usurparet, se (...)
  • 13 Adrien, lettre à Egila : Et quoniam, ut fertur, nequaquam ipsos apostolicos apud te profectos sunt (...)

5Deux lettres papales, envoyées vers 784/7856, nous apprennent l’envoi tout récent dans la Péninsule de l’évêque Egila et du prêtre Jean7. D’après une troisième lettre d’Adrien, que l’on peut dater très probablement de 7868, cette mission est à l’initiative de l’archevêque Wilchaire de Sens, qui demande au pape l’autorisation de consacrer évêque Egila et de l’envoyer prêcher en Espagne9. À cet effet, Egila, dont le nom trahit l’origine gothique, expédie une lettre à Adrien, vraisemblablement en 78310 : il y professe sa foi et y dénonce plusieurs erreurs disciplinaires et doctrinales répandues dans la Péninsule. Le pape accepte cette mission, place Egila sous l’autorité de Wilchaire et lui recommande de prêcher la « foi orthodoxe de la Sainte Eglise catholique » ; s’il n’est pas à proprement parler légat, Egila dispose néanmoins d’une bonne marge de manœuvre, puisqu’il peut ordonner sous la responsabilité de l’archevêque de Sens11 ; il ne doit par ailleurs accepter aucun siège épiscopal12, afin d’agir librement dans l’ensemble de l’Espagne. Le pape intervient donc à la demande du clergé franc et avec le soutien de Charlemagne ; d’ailleurs, après la perte du premier courrier pontifical, Adrien adresse à la demande du roi et par l’intermédiaire de l’évêque Pierre de Pavie une seconde lettre à Egila, accompagnée d’une copie de la première13 ; remarquons enfin que ces trois lettres sont transmises par le Codex Carolinus…

  • 14 Adrien, lettre à Egila et Jean : Porro, dilectissimi, diversa capitula, quae nobis innotuistis, id (...)
  • 15 Ibid. : Illud autem, quod alii ex ipsis dicunt, quod predistinatio ad vitam sive ad mortem in Dei s (...)
  • 16 Ibid. : Ferebatur siquidem in ipsis vestris apicibus, quod multi in partibus illis in insipientiam (...)
  • 17 Adrien, lettre à l’évêque Egila : Porro, quod in ipsis referabatur apicibus tuis qualiter vobis ni (...)
  • 18 J. Vives, « Elvire », dans Dictionnaire d’Histoire et de Geographie ecclésiastique, t. XV, col. 31 (...)

6Quelles sont les recommandations du pape à Egila ? Il s’insurge notamment contre la « vie commune » menée par des chrétiens avec les juifs et les païens, ainsi que le mariage de « pseudo-prêtres »14. À ces pratiques, ajoutons une déviation doctrinale : la prédestination au Bien et au Mal15, et l’usage d’une mauvaise date de la fête de Pâques16 : alors que Rome utilise le comput de Denys le Petit, l’Espagne demeure fidèle à un autre comput alexandrin ou à celui de Victorius d’Aquitaine. En outre, dans sa seconde lettre à Egila, Adrien prescrit le respect d’une tradition romaine : le jeûne du samedi17. À une époque où, jusqu’à présent, résonne surtout en Espagne le bruit des armes carolingiennes – avec la défaite de Roncevaux en 778, puis, à partir de 785, la lente progression franque dans la future Catalogne –, la priorité religieuse des Francs n’est donc pas de convertir les musulmans mais de réformer et romaniser la Chrétienté hispanique. Cette réforme fait long feu, puisqu’Egila renonce rapidement à sa mission, rejoint un hérétique local, Mingetius, et accepte le siège épiscopal d’Elvire – dont il est le quarante-cinquième prélat d’après la liste épiscopale contenue dans le codex Emilianense D-I-1 (fol. 360)18.

  • 19 Adrien, lettre aux évêques d’Espagne : Audivimus quippe, quod quidam episcoporum partibus vestris (...)
  • 20 Ibid. : sed erroribus quidam (Egila) Mingentii magistri sui sequens, extra catholicam disciplinam, (...)
  • 21 Ibid. : Porro et de partibus vestris pervenit ad nos lugubre capitulum, quod quidam episcopi ibidem (...)
  • 22 Beatus de Liébana, Apologeticum [Heterii et sancti Beati ad Elipandum epistola], lib. I, c. 1 : Le (...)
  • 23 Elipand, lettre à Fidèle : qum dominus Ascaricus mihi non docentis imperio, sed interrogantis voto (...)

7En 786, dans une troisième et dernière lettre qui entérine en quelque sorte l’échec de cette réforme romano-franque, le pape n’a d’autre solution que de dénoncer en vain auprès de l’ensemble des évêques d’Espagne les diverses « hérésies » hispaniques19. Or, aux problèmes naguère évoqués, il ajoute deux déviations : celle de Migetius – qui n’est pas détaillée20 – et l’adoptianisme, partagé par les évêques Elipand de Tolède et Ascarius d’Astorga21. La lutte contre cette dernière doctrine ne fait donc pas partie des préoccupations initiales d’Adrien ; ce n’est qu’après l’échec d’Egila qu’elle devient la pomme de discorde entre les Églises romaine, franque et hispanique. Cette doctrine apparaît au grand jour en 785, dans une lettre d’Elipand de Tolède à l’abbé asturien Fidèle : elle contient sa profession de foi adoptianiste, ensuite recopiée par Beatus de Liébana dans sa réponse à Elipand22. Néanmoins, à cette date, les discussions ne sont pas nouvelles, puisqu’Elipand oppose l’humilité de l’évêque Ascaricus, qui l’a consulté à ce sujet, à l’orgueil des serviteurs de l’Antéchrist, en l’occurrence les Libanenses – les partisans de Beatus de Liébana –, qui veulent enseigner le prélat de Tolède23.

  • 24 Beatus de Liébana, Apologeticum, lib. I, c. 1 : Cumque nos ad fratrem Fidelem, non litterarum illa (...)
  • 25 A. Isla Frez, « El adopcionismo. Disidencia religiosa en la Península Ibérica (fines del siglo VII (...)
  • 26 Discours de Léon III au concile romain de 798 : Et iterum sub sanctae recordationis praedecessore (...)
  • 27 Annales d’Eginhard (792): Hujus rei causa ductus ad palatium regis – nam is tunc apud Reginum, Baj (...)
  • 28 Discours de Léon III au concile de 798 : Leo episcopus dixit : « Quis non videat miserrimum illum (...)

8Alors que la doctrine d’Elipand est déjà « publiquement divulguée » dans toute la région des Asturies, Beatus décide de réagir et écrit en compagnie d’Eterius son Apologeticum fidei24. Dans le monde franc, un évêque fait même le choix de cette croyance vers 790 : Félix d’Urgell, suscitant alors l’intervention directe de Charlemagne et du clergé franc. Souvent présenté – à tort – comme l’initiateur de cette doctrine dans les sources franques25, le prélat est conduit par le roi en 792 devant un concile réuni au palais royal de Ratisbonne, où il abjure son « hérésie »26, avant de renouveler sa promesse à Rome devant le pape27. Mais l’énergique intervention royale n’a pas les effets escomptés, puisqu’une fois revenu à son siège épiscopal, Félix renoue avec son ancienne croyance28.

  • 29 Adrien, lettre aux évêques d’Espagne : Sed quoniam ferventi succensus fidaei zelo ea, quae contrar (...)
  • 30 Concile romain de 798 (ibid., p. 202-204).
  • 31 J. Gil Fernández, Corpus scriptorum muzarabicorum, t. I, p. 82-93 et 93-95 (fin 793 ?).
  • 32 Chronique de Moissac (794) : Sed in aestivo tempore, anno 26 sui principatus, [rex Karolus] congre (...)
  • 33 Capitulaire de Francfort, c. 1 : Ubi in primordio capitulorum exortum est de impia ac nefanda eres (...)
  • 34 Alcuin, Liber Alcuini contra haeresim Felicis, éd. G. B. Blumenshine, Cité du Vatican, Biblioteca (...)
  • 35 De c. 799 date le traité de Paulin d’Aquilée (Contra Felicem libri tres, éd. D. Norberg, Turnhout, (...)
  • 36 Testimoniorum nubecula de incarnatione Domini…, PL 103, col. 1381-1399 et Disputatio Benedicti levi (...)
  • 37 Adversum dogma Felicis, éd. L. Van Acker, Turnhout, Brepols [Corpus Christianorum, Continuatio Medi (...)
  • 38 C’est sans doute lui qui corrige et complète au moyen de formules anti-adoptianistes le manuscrit (...)
  • 39 D. A. Bullough, Alcuin. Achievement & Reputation, Leyde-Boston, Brill, 2004, p. 419 et suiv.
  • 40 Nouvelle datation de ce concile (auparavant daté de 800) par Wilhelm Heil : Alkuinstudien I. Zur C (...)
  • 41 A. Werminghoff, MGH, Concilia, MGH, Concilia, t. II-1, pars I, p. 220-225.
  • 42 Alcuin, Lettre de dédicace de son traité contre Elipand à Leidrad, Nefrid et Benoît (800) : Ad cuj (...)

9Le rôle du pape est dès lors très limité : après la présentation d’écrits adoptianistes par Charlemagne au pape, Adrien rédige en 793/794 une ultime lettre sur cette affaire destinée aux évêques d’Espagne29, avant qu’un concile romain ne condamne une dernière fois Félix en 79830. En revanche, le roi, Alcuin et le clergé franc sont désormais en première ligne dans la lutte anti-adoptianiste ; ce sont d’ailleurs eux – et non le pape – qui reçoivent les lettres des évêques d’Espagne31. Charlemagne convoque deux conciles contre l’adoptianisme. Dans le capitulaire du concile de Francfort, réuni en 794 en présence de deux légats du pape32, l’hérésie est condamnée dès le premier canon33. Simultanément, les évêques francs et espagnols, Alcuin, Elipand et Félix échangent une importante correspondance, et Beatus, Alcuin34, Paulin d’Aquilée35, Benoît d’Aniane36 et Agobard37 rédigent des traités anti-adoptianistes. Soulignons le rôle essentiel d’Alcuin, revenu en 793 à la cour franque à la demande de Charlemagne pour combattre cette doctrine38, notamment lors du concile de Francfort39. Un second concile a lieu à Aix en 79940 : au terme d’une joute théologique d’une semaine, Félix abjure son hérésie, rédige une profession de foi adressée au clergé et aux fidèles de son diocèse41, et demeure emprisonné à Lyon jusqu’à sa mort en 818, sous la garde de Leidrade puis d’Agobard. Enfin, en 800, Charlemagne envoie dans la marche d’Espagne les évêques Leidrad de Lyon et Nefrid de Narbonne, ainsi que l’abbé Benoît d’Aniane prêcher l’« orthodoxie » – tous munis du traité écrit par Alcuin contre Elipand42.

L’adoptianisme, une hérésie ?

  • 43 A. Amann L’époque carolingienne, Paris, Bloud & Gay [Histoire de l’Église, dir. A. Fliche, V. Mart (...)
  • 44 J.F. Rivera Recio, « Elipand », Dictionnaire d’Histoire et de Geographie ecclesiastique, 15, col. (...)
  • 45 M. de Epalza, « Elements cristians, islàmics i jueus en l’adopcionisme de Feliu d’Urgell », dans J (...)
  • 46 A. Isla Frez, « El adopcionismo… », p. 128 et suiv.
  • 47 Lettre des évêques d’Espagne aux évêques francs (792), c. 1 : credimus Deum Dei filium ante omnia (...)
  • 48 Cet adoptianisme, proche de la christologie arienne, est condamné par Isidore (Orig. VIII, 5, 52).
  • 49 Lettre des évêques d’Espagne aux évêques francs (792) (éd. J. Gil Fernández, Corpus scriptorum muz (...)

10L’adoptianisme est généralement présenté comme une hérésie d’origine nestorienne43, selon certains historiens influencée par les monothéismes musulman44 et judaïque45. John Cavadini et Amancio Isla Frez46 ont fait justice de ces accusations : il n’y a dans les écrits d’Elipand aucune référence à l’Islam, au judaïsme et à Nestorius. Le conflit adoptianiste s’inscrit en fait dans la continuité des grands débats théologiques antérieurs. Elipand se veut fidèle aux grands conciles œcuméniques jusqu’à Chalcédoine et reprend leur christologie : Dieu est tout à la fois une substance et trois personnes, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, et Jésus est bien le Fils unique du Père, « Dieu, Fils de Dieu, né du Père sans commencement avant tous les siècles, coéternel, semblable et consubstantiel [au Père], non par adoption mais par genre, non par grâce mais par nature »47. De la sorte, l’évêque de Tolède s’inscrit en faux contre l’arianisme, contre l’adoptianisme de Bonosus, selon lequel le Christ n’est pas engendré mais adopté par sa mère48, et contre le trinitarisme de Migetius, qui pense que les trois personnes sont assumées sur Terre par David, le Christ et Paul49.

  • 50 Elipand, lettre à Fidèle : Qui non fuerit confessus Jhesum Christum adobtibum humanitate et nequaq (...)
  • 51 Elipand, lettre à Alcuin, c. 7 (ibid., p. 99). La citation complète d’Ambroise est : Quid est aute (...)
  • 52 Elipand, lettre à Alcuin (799), c. 6 : Hic filius hominis per Dei Filium in Dei Filio esse promere (...)
  • 53 M. Férotin, Le Liber Mozarabicus Sacramentorum et les éditions mozarabes, Paris [Monumenta Ecclesi (...)
  • 54 J. C. Cavadini, The Last Christology of the West…, p. 18-20 et 27-31.
  • 55 Voir aussi : T. Hainthaler, « Von Toledo nach Frankfurt. Dogmengeschichtliche Untersuchungen zur a (...)

11Mais, selon Elipand, le Christ, né d’une Vierge, est Fils de Dieu et serviteur de Dieu « selon l’humanité non par genre mais par adoption, non par nature, mais par grâce » ; celui qui ne confesse pas cela est « hérétique »50. Dans une lettre à Alcuin (799), il invoque à bon droit Ambroise, qui parle dans son traité sur Le sacrement de l’Incarnation du Seigneur du nostro usu adoptivus Filius et verus Filius, « selon notre usage Fils adoptif et vrai Fils »51. Sous le nom de Jérôme, Elipand cite aussi Eutrope – prêtre ibérique ou aquitain des environs de 400 – qui déclare dans son De similitudine carnis peccati : « Ce Fils d’homme mérite d’être par le Fils de Dieu dans le Fils de Dieu : l’adoption n’est pas distinguée de la nature, mais la nature est adossée à l’adoption52. » Naturellement, la liturgie hispanique sert l’argumentation d’Elipand, puisque, dans les livres tolédans, la messe du Jeudi Saint parle de la « passion de l’homme adopté » (per adoptivi hominis passionem)53. L’adoptianisme, formalisé par Elipand à l’origine contre Migetius54, s’inscrit donc dans une ancienne réflexion théologique, essentiellement occidentale comme l’a bien montré J. Cavadini55.

  • 56 Lettre des évêques francs aux évêques d’Espagne (éd. A. Werminghoff, MGH, Concilia, t. II-1, pars (...)
  • 57 Lettre des évêques espagnols aux évêques francs (792) : Homo adobtatus, cujus gloriam quesibit, qu (...)
  • 58 Par exemple, ce passage de l’Enchiridion de saint Augustin dans la lettre des évêques espagnols au (...)
  • 59 Il suffit de consulter l’apparat critique de l’édition de J. Gil, en particulier pour la lettre d’ (...)
  • 60 Lettre des évêques d’Espagne aux évêques francs (792), c. 1 (ibid., p. 84) = Isidore, VII, 2, 13 ((...)

12Cependant, le prélat tolédan est contraint de falsifier de nombreux témoignages, en particulier de saint Augustin – comme le dénoncent déjà en 794 les pères du concile de Francfort56. Certaines citations sont sorties de leur contexte et détournées de leur sens originel, à l’instar de ce passage de l’africain où l’homme adopté par la grâce devient le Christ57. Plus grave : des extraits sont caviardés58 ou interpolés – par exemple avec le simple ajout d’adoptivus à côté d’homo59 ; Isidore est ainsi passé à la moulinette adoptianiste : il aurait affirmé que le Christ est primogenitus secundum susceptionem hominis in qua per adoptionem gratie fratres abere dignatus est, alors que le Sévillan écrit per adoptionis gratiam60 !

  • 61 J. C. Cavadini, The Last Christology of the West…, p. 31.
  • 62 Dans sa lettre à Alcuin datée de 799 (c. 10), il interpole une lettre d’Augustin (PL 33, c. 745) p (...)
  • 63 A. Gaudel, « La théologie de l’“Assumptus homo” : Histoire et valeur doctrinale », Revue des Scien (...)
  • 64 Beatus, Apologeticum, lib. I, c. 125 : « Ut intingatur, inquit, pes tuus » (Sal 67,24), id est hom (...)
  • 65 Alcuin, lettre à Elipand : Dicit itaque propter adsumptionem Christum esse adoptivum (éd. E. Dümml (...)
  • 66 Elipand, lettre à Alcuin (799), c. 6 : His predictis, si non recipis tantorum venerabilium sanctor (...)
  • 67 Alcuin, lettre à Elipand: Similiter invenimus in praefati patris epistolis Christum, qui ex virgin (...)
  • 68 Elipand, lettre à Charlemagne, c. 2 : nefandus presbiter et pseudopropheta asseverat Dei filium in (...)
  • 69 F. Close, « L’itinéraire de Candide Wizo… », p. 8.

13Que signifie alors dans l’esprit d’Elipand cette adoption du Fils « selon l’humanité » ? Certainement pas une adoption naturelle comme l’entendait Bonosus ; d’ailleurs, le prélat n’utilise jamais le verbe adoptare à l’actif61. Selon lui, adoptivus est l’équivalent d’adsumptus62 : si le Christ est adopté, c’est parce que, dans la personne du Christ, l’homme est adopté au sens où il est assumé – selon une expression tout à fait traditionnelle63 par exemple chez Beatus64. Dixit Alcuin, Félix d’Urgell n’affirme d’ailleurs pas autre chose quand il justifie l’usage du terme d’adoptio en invoquant l’adsumptio, au sens classique d’une humanité assumée65. Le glissement de homo assumptus à homo adoptivus puis à Filius adoptivus a donc pour ambition de souligner l’humanité de la deuxième personne de la Sainte Trinité. À cet égard, Elipand déclare à Alcuin : « Si tu n’acceptes pas les témoignages des Pères, donnes-en moi selon lesquels il n’y a aucune aucune adoption de la chair ni aucune vraie humanité dans le Fils de Dieu66 ! » Bien que nous n’ayons accès à sa pensée que par l’intermédiaire de ses réfutations, il semble bien que Félix approfondisse cette doctrine en qualifiant le Christ de Deus nuncupativus : il est secundum humanitatem « désigné comme Dieu », puisqu’il est « égal en tout à nous » sauf le péché et « adopté comme nous par le baptême »67. Dans cette perspective, les évêques d’Espagne reprochent logiquement à Beatus de nier l’humanité du Christ et l’accusent de monophysisme68 – tandis que l’adoptianisme se rapproche de l’idée de la kénose, c’est-à-dire de dépouillement de la divinité69. En clair, cette affirmation christologique (trop ?) audacieuse est dans la droite ligne de Chalcédoine, de son diphysisme et de son anti-monophysisme – concile œcuménique qui jouissait dans l’Espagne des VIe et VIIe siècles d’une très grande popularité.

  • 70 D. de Bruyne, Revue Bénédictine, 30, 1913, p. 421-436.
  • 71 J. C. Cavadini, The Last Christology of the West…, p. 38-44 et 83-88.
  • 72 Chronique de Moissac (794) : Quo audito, jam dictus princeps ad sedem apostolicam Adrianoque, papa (...)
  • 73 Bon exposé de leur théologie par Célia Chazelle dans The Crucified God in the Carolingian Era. The (...)
  • 74 Lettre des Pères de Francfort aux évêques d’Espagne : per adoptionem vos separatis hominem Christu (...)
  • 75 Les évêques francs reprochent d’ailleurs aux évêques d’Espagne de ne jamais condamner Nestorius : (...)
  • 76 Adoptivus siquidem non habet aliam significationem, nisi ut Jesus Christus non sit proprius filius (...)
  • 77 J. C. Cavadini, « A Carolingian Hilary », dans The Study of the Bible in the Carolingian Era, C. C (...)

14Peut-on dans ces conditions parler avec dom Donatien de Bruyne d’« expressions, qui, en vieillissant, étaient devenues hérétiques »70 ? Non point, tant elles relevent d’une quaestio disputata, d’un problème théologique encore ouvert. D’ailleurs, les anti-adoptianistes ne répondent que fort imparfaitement à ce défidoctrinal. Comme l’a bien montré John Cavadini71, Adrien impose ainsi une grille de lecture nestorienne, ensuite reprise par Charlemagne – qui expédie en 794 deux missi pour consulter le pape sur l’hérésie72 –, Alcuin, Paulin d’Aquilée et Benoît d’Aniane73, ainsi que de nombreux historiens contemporains : selon eux, parler d’adoption signifie qu’il y a deux Fils, l’un de Dieu, l’autre de Marie, adopté secundum gratiam74 ; puis de citer Augustin, Hilaire et Léon le Grand, afin de rappe ler l’adoption du chrétien par la grâce de Dieu75 – ce que le Christ n’a pas connu selon sa nature humaine76. D’ailleurs, dans son Contra Haeresim Felicis (IX, 59), Alcuin prend bien soin de sélectionner ses citations de saint Hilaire, afin d’orienter contre l’adoptianisme des propos originellement anti-ariens – tout en omettant les passages qui pourraient servir l’argumentation de Félix77.

  • 78 Alcuin, lettre à Félix : Plurima in scriptis tuis justa et vera inveniuntur (éd. E. Dümmler, MGH, (...)
  • 79 Ibid. : In uno tantummodo adoptionis verbo a sancta et apostolica eclesia discordamini (ibid., p. 6 (...)
  • 80 Ibid. : « Pater diligit filium, sed quomodo pater filium, non quomodo dominus servum ; quomodo unic (...)

15Alcuin tente de davantage pénétrer la doctrine adoptianiste. En 797, il reconnaît ainsi que « dans les écrits [d’Elipand] de nombreuses choses sont justes et vraies78 ». Mais il refuse toujours de parler d’adoption, car « par ce seul terme vous différez de l’Église sainte et apostolique »79 ; en effet, selon saint Augustin, « le Père aime le Fils comme Fils unique, non comme Fils adopté80 ». En fait, Alcuin comprend l’adoptio comme une adoption remplaçant la naissance : selon lui, Elipand désigne « [l] a Nativité [du Christ] du mot nouveau d’adoption », inconnu des Saintes Écritures. Il entend même de manière erronée le terme d’adsumptio chez Elipand, puisque le moine anglo-saxon lui donne le sens d’« assomption », et comprend de ce fait l’adoptio comme l’adoption par le Fils d’une autre personne, petit-fils du Père ; bref, la Trinitas devient une… quaternitas !

  • 81 J. Cavadini, The Last Christology of the West…, p. 101-102. Voir aussi : W. Heil, « Der Adoptianis (...)
  • 82 V. Serralda, La philosophie de la personne chez Alcuin, Paris, Nouvelles Éditions Latines, 1978, p (...)

16Cependant, vers 798 dans une lettre aux moines de Gothie, il touche du doigt le problème fondamental, en bonne partie philosophique, puisqu’il tient à la notion de persona81 : selon Alcuin, une « personne » ne peut être et in proprio, et in adoptivo ; si donc l’unité de la personne du Christ est substantielle, alors Jésus-Christ est bien le propre Fils de Dieu82. Mais il ne parvient jamais à parfaitement démontrer la faiblesse de la position adoptianiste et ne répond pas au défi de cet approfondissement doctrinal, qui tourne autour du thème de la divinité cachée du Christ – rappelons que le Christ nous est consubstantiel selon l’humanité, et que l’union de ses deux natures légitime le titre de Théotokos décerné à Marie par les Pères de Chalcédoine. En fait, ce délicat débat doctrinal, qui devient vite la principale pierre d’achoppement entre les Églises romaine, franque et hispanique, est d’abord un prétexte…

L’ecclésiologie hispanique

  • 83 A. Isla Frez, « El adopcionismo y las evoluciones religiosas y políticas en el reino astur », Hisp (...)

17La question adoptianiste cache des enjeux identitaire et ecclésiologique, qui opposent nettement les chrétiens « mozarabes », hispaniques, aux « Asturiens » et aux Romano-Carolingiens. Elle met en jeu l’unité même de l’Église d’Hispania autour de sa capitale primatiale, Tolède, menacée par les opérations militaires franques dans la future Catalogne, l’immixtion romano-carolingienne dans la Chrétienté hispanique et la sécession de fait de l’Église asturienne83.

  • 84 Elipand, lettre à l’abbé Fidèle : Nam numquam est auditum ut Libanenses Toletanos docuissent. Notu (...)
  • 85 Lettre des évêques d’Espagne aux évêques francs (792), c. 1 : Item precessores nostri Eugenius, Hi (...)
  • 86 Elipand, lettre à Alcuin, c. 7 : Beatus quoque Isidorus, jubar Ecclesiae, sidus Hesperie, doctor H (...)
  • 87 Lettre des évêques d’Espagne aux évêques francs (792), c. 1 : Ad notionem nostram pervenit lugubri (...)
  • 88 Elipand, lettre à Alcuin (799), c. 1 : Reverentissimo fratri Albino diacono, non Christi ministro, (...)
  • 89 Ibid., c. 6 : Vide ne tu ipsud facias de glorioso principe Karolo sicut Arrius fecit de Constantino (...)

18Ce débat doctrinal est aussi un conflit d’autorités. En effet, d’après Beatus, Elipand s’exclame dans sa lettre à Fidèle que « l’on n’a jamais entendu que les Libanenses enseignaient aux Tolédans ; en revanche, tout le monde sait que ce siège brille de sa sainte doctrine depuis les débuts de la foi, et qu’il n’en est jamais sorti quelque schisme. Et maintenant une brebis galeuse veut être notre docteur84 ! » D’un côté, Tolède et l’infaillibilité de son magistère ; toute l’Église, « toute l’Espagne », unie autour de « cette croyance » aux côtés de ses Pères, Eugène, Ildephonse, Julien in suis dogmatibus85, et même Isidore, « bienheureux », « lumière de l’Église, étoile de l’Hespérie, docteur de l’Espagne »86. De l’autre, quelques individus, dont Elipand se rit des noms et du prétendu statut : un Beatus, « le mal nommé » (antifrasus), « pseudo-Christ », « pseudo-prophète », réduit au rang de simple brebis87 ; l’on est assurément loin du XIIe siècle, quand les maîtres en théologie imposent leur autorité doctrinale… Alcuin est appelé Albinus, « très horrible par la noirceur », « disciple du très fétide et mal nommé Beatus », « nouvel Arius »88, qui risque bien de convertir son maître Charlemagne comme son prédécesseur le fit naguère avec Constantin89.

  • 90 Lettre des évêques d’Espagne aux évêques francs (792) : Nos igitur e contrario secundum sanctorum (...)
  • 91 De même, Beatus comprend la petra comme la « foi en l’incarnation du Seigneur, sa passion et sa ré (...)

19Est-ce à dire qu’Elipand est un crypto-schismatique autocéphale ? Non point. La liste de ses autorités doctrinales est bien celle de l’Église universelle, puisque les Pères de Tolède viennent après Hilaire, Ambroise, Augustin, Jérôme, Fulgence et Isidore90. Le prélat tolédan est en fait fidèle à une ecclésiologie patristique, qui reconnaît l’infaillibilité des Pères et des grands conciles œcuméniques, et l’autorité doctrinale des grandes Églises. Elipand conteste même directement l’interprétation romanisante de Mt 16, 18-19 faite par Migetius : alors que l’hérésiarque estime que le Tu es Petrus concerne seulement « Rome », la « Jérusalem nouvelle » où réside le « pouvoir de Dieu », Elipand affirme de manière très patristique que la petra désignait la « fermeté de la foi » et que les privilèges conférés à Pierre le sont à l’ensemble de l’Église91.

  • 92 Elipand, lettre à Migetius, c. 12 : Quod vero asseris quia in sola Roma sit potestas Dei, in quam (...)
  • 93 Elipand, lettre à Charlemagne, c. 4 : Reminiscat et illut caritas vestra, quod Petrus princeps apo (...)

20Il soulève même de manière très fine un problème en partie toujours en suspens : « Puisque tu affirmes que cette Eglise [de Rome] est sans macule ni ride, et qu’aucune souillure n’entrera en son sein (…), pourquoi Libère, pontife de cette Eglise, fut-il condamné comme hérétique ? Pourquoi le bienheureux Grégoire protesta qu’il y avait à Rome autant d’hommes scélérats92 ? » À Charlemagne, il rappelle aussi l’invective de Paul contre Pierre, qui voulait imposer aux chrétiens issus de la gentilité les coutumes juives93. En réponse à ces attaques, les anti-adoptianistes stigmatisent l’ensemble de l’Église hispanique.

De la minorité à l’exclusion

  • 94 Alcuin, lettre à Félix (c. 793) : Cave, ne in hoc solo adoptionis nomine a sensibus sanctorum patr (...)
  • 95 Alcuin, lettre à Elipand (ibid., no 166, p. 274).
  • 96 Lettre des Pères du concile de Francfort : Et melius est testimonio Dei Patris credere de Filio su (...)

21Le principal argument d’autorité opposé aux adoptianistes est celui du caractère minoritaire de leur doctrine : le terme d’adoptio n’est pas conforme à la foi de l’ensemble de l’Église. Vers 793, Alcuin n’hésite pas ainsi à interpeller Félix d’Urgell : « N’aime pas ton idée avec peu de personnes, mais défends la Vérité avec le plus grand nombre94 » ; et il déclare à Elipand en 798 major quoque auctoritas doctorum totius mundi debet esse, quam paucorum in Hispania95. De même, selon les Pères de Francfort, « il est mieux de croire au Testament de Dieu le Père au sujet de son Fils, qu’à celui de votre Ildephonse : il a composé pour la messe des prières, que la Sainte Eglise universelle de Dieu n’a pas ; et nous croyons que vous n’êtes pas exaucés par celles-ci96 ».

  • 97 Alcuin, Contre Félix, lib. VII, c. 13 : Post testimonia igitur sanctorum Patrum, quae multa quidem (...)
  • 98 Datation par F. Close, « L’itinéraire de Candide Wizo… », p. 20-21.
  • 99 Alcuin, Contre Elipand (799), lib. II (PL 101, col. 260).

22Mais comment résoudre la contradiction entre cette foi orthodoxe et celle des Pères de Tolède – Eugène, Ildephonse et Julien – invoqués par Elipand ? Alcuin considère les prières de ces derniers comme « hérétiques », à moins qu’elles n’aient été falsifiées par Félix : « car là où tu dis “ adoptio” ou “ adoptivus homo”, ils écrivent au lieu d’“adoptio” “ assumtio”, et à la place d’“adoptivus” “ assumptus” »97 précise-t-il en 798/799 dans son traité contre Félix98. Analysant les citations liturgiques d’Elipand, il dénonce sa perversité d’inclure les Pères wisigothiques parmi les défenseurs de l’adoptianisme, car « jusqu’à maintenant l’Église de Dieu a approuvé leur doctrine » et « plusieurs de leurs écrits, vénérés pour leur enseignement catholique et en harmonie avec les grands docteurs de la Sainte Eglise de Dieu, sont parvenus jusqu’à nous »99.

  • 100 Alcuin, Contre Félix, lib. VII, c. 13 : Sed sive mutata, sive ut ab eis sunt dicta haec eadem test (...)
  • 101 Lettre des Pères du concile de Francfort : Et si Hildifonsus vester in orationibus suis Christum a (...)

23Pourtant, Alcuin doit bien se résoudre à établir une hiérarchie entre les autorités, quand il invoque « la foi romaine, plus autorisée que celle d’Espagne, sans que nous reprochions à celle-ci ce qu’elle tient de catholique100 ». De même, selon les Pères de Francfort, « si votre Ildephonse nomme dans ses prières le Christ adopté, notre Grégoire, pontife du siège romain et clarissime docteur sur toute la terre, n’hésite pas à l’appeler unique dans les oraisons qu’il a composées101 ». Cette hiérarchie repose manifestement en bonne partie sur l’exaltation de l’Église romaine et l’infaillibilité de sa foi et de celle de ses prélats – assimilée à celle de l’ensemble de l’Église. De manière très classique, Adrien demande ainsi de demeurer indifféremment fidèle à la « tradition orthodoxe et romaine de la foi », à la « doctrine du siège apostolique » et à la « foi orthodoxe de notre Sainte Église catholique et apostolique ».

  • 102 Alcuin, lettre à Elipand : Tu enim es, sanctissime praesul, civitas super montem posita, quae null (...)
  • 103 Alcuin, lettre à Félix (c. 793) (ibid., no 23, p. 61).
  • 104 Ibid. : Numquid haec potestas ab eo ablata est, et tibi tradita, quatenus super te in fine seculi (...)

24Selon les Francs, cette doctrine rejette la Chrétienté hispanique hors de l’Église. Certes, Alcuin s’adresse toujours de manière très révérencieuse à Elipand, qualifié de sanctissimus praesul, de vir venerandus, de sacratissima lumina Hispaniae ; il le compare à « une ville sur une montagne, qui ne peut être cachée » (Mt 5, 14) et se recommande encore à ses prières en cette année 798102. Mais, dès 793, il dénonce auprès de Félix une « erreur schismatique » : Igitur in nobis vel in vobis remansit Ecclesia103. La rupture se détermine en bonne partie autour de l’autorité de Pierre, implicitement assimilée à celle du pape. Il interpelle ainsi de la sorte l’évêque d’Urgell : « ce pouvoir fut-il enlevé à [Pierre] et confié à toi, afin d’édifier sur toi à la fin des temps une nouvelle Eglise dans ce coin du monde ? Cela en désaccord avec les traditions apostoliques » ? ; « rassemble avec toi dans la bergerie du Christ tes brebis, dont il confia la paissance au bienheureux Pierre, prince des apôtres, en raison de la triple gloire de sa confession », car « toute l’autorité des Évangiles clame, toutes les paroles des apôtres protestent, l’étendue du monde croit et l’Église romaine prêche que Jésus-Christ est vrai et propre Fils de Dieu »104. Selon Alcuin, Félix veut fonder une autre Église, sur une autorité et une foi différentes de celles de Rome.

  • 105 Lettre des Pères du concile de Francfort : et cetera, quae ex parentum vestrorum dictis posuistis, (...)
  • 106 Orose, Contre les païens (PL 31, col. 778).
  • 107 Lettre aux moines de Gothie : Hispania, quae olim tyrannorum nutrix fuit, nunc vero scismaticorum (...)
  • 108 Alcuin, lettre à Elipand : Una debet esse ecclesia Christi toto orbe diffusa in fide et caritate. (...)

25Peu après, dans leur lettre aux évêques espagnols, les Pères de Francfort font de cette hérésie une ancienne doctrine des Hispani, déjà partagée par « [leurs] parents » ; n’étant pas exaucés « par les prières de [leur] Ildephonse », ils ont alors dû subir le châtiment divin et l’invasion musulmane105. Alcuin reprend même l’expression de nutrix tyrannorum, qu’Orose appliquait naguère à la Sicile106 : « autrefois nourricière des tyrans, maintenant des schismatiques », telle est l’Espagne en cette fin de VIIIe siècle107. Enfin, il oppose clairement une Eglise fondée sur la petra à une autre établie sur Félix et ses quelques « sectateurs », « qui se cachent dans les montagnes »108.

  • 109 Alcuin, lettre aux moines de Gothie : Nemo catholicus contra Ecclesiae auctoritatem, nemo sobrius (...)

26Cette rupture ecclésiastique se nourrit aussi du rejet de certaines pratiques rituelles, qui n’ont rien d’“adoptianistes”. Le moine anglo-saxon stigmatise des pratiques syncrétiques – l’adjonction de noms dans le Credo, le non-respect du repos dominical et l’ajout de sel dans le pain eucharistique (pratique judaïsante, cf. Lev 2, 13) – et des coutumes hispaniques : le non-respect du jeûne du samedi, contraire à la pratique romaine et naguère stigmatisé par Adrien, et, surtout, le baptême par simple immersion, qui est « contre l’autorité très sûre de la Sainte Église Romaine », « contre une coutume raisonnable » et « contre l’intelligence de la piété » ; l’accepter fait du fidèle un « schismatique » et un « non-catholique ». D’ailleurs, Alcuin avoue n’avoir pas trouvé dans le « Registre des lettres » de Grégoire le Grand la missive autorisant une telle pratique, et se demande si quelque personne de cette « secte » ne l’a pas faussement attribuée au pape109

  • 110 Datation (et nouvelle édition) de W. Levison dans England and the Continent in the Eighth Century,(...)
  • 111 Partibus occiduis mundi lux luceat alma/Per te catholice sancte pater fidei. Lettre d’Alcuin à Beat (...)

27Une seule exception dans ce conflit binaire : le monde asturien, puisque, dans l’unique lettre destinée à Beatus en 797/798110, Alcuin se contente de féliciter son allié ibérique. À une époque où le conflit doctrinal est premier, il oublie prudemment les griefs formulés contre la Chrétienté hispanique, comme si le moine de Liébana n’en faisait pas partie : « que par toi, père, la bienfaisante lumière de la sainte foi catholique brille sur les régions occidentales du monde »111 !

Conclusion

  • 112 Contra : A. Isla Frez, « El adopcionismo… », p. 132. N’oublions pas que Tolède XI affirme très clai (...)

28Le problème de l’adoptianisme secundum humanitatem est, à cette époque, une question théologique encore ouverte. À bien des égards, il s’inscrit dans une tradition doctrinale très occidentale – et non pas stricto sensu hispanique112 – et prolonge les controverses christologiques antérieures. Mais si cette doctrine se trouve brutalement – et de manière éphémère – au cœur de la lutte entre les Églises romaine, franque et hispanique, c’est en raison de son instrumentalisation : Elipand en fait la marque de l’orthodoxie, la gloire de Tolède et de l’Espagne, contre la tentative de réforme et de romanisation de la Chrétienté hispanique menée par Adrien à l’initiative des Francs.

  • 113 Dans une lettre à Charlemagne (799), Alcuin déclare juste n’avoir jamais vu la Dispute de Félix av (...)

29En cette fin de VIIIe siècle, le principal défi religieux pour les Espagnols comme pour les Francs n’est donc pas musulman mais bien chrétien113. Du même coup, ce conflit théologique manifeste la douloureuse rencontre entre deux ecclésiologies : l’une hispanique, qui exalte l’infaillibilité des Pères et du siège de Tolède, à la tête de l’ensemble de l’Église péninsulaire ; l’autre romano-carolingienne, qui assimile l’Église au siège romain et considère comme d’égale importance questions disciplinaires et problèmes doctrinaux. Dans cette perspective, toute Chrétienté différente devient minoritaire et déviante : ce ne sont plus des individus qui se trouvent rejetés dans l’hérésie, mais, pour la première fois, toute une Eglise. Cette lutte est d’autant plus exacerbée que, à cette époque, l’on ne cherche pas à concilier les affirmations doctrinales et que les différentes autorités sont encore mal hiérarchisées entre elles. En fait, si la Chrétienté hispanique est pensée à la fin du VIIIe siècle comme autre et déviante, ce n’est pas en raison de son prétendu isolement : c’est le contre-coup du tournant ecclésiologique carolingien.

  • 114 Alvare de Cordoue, lettre à Jean de Séville, c. 5-7 (éd. J. Gil Fernández, Corpus scriptorum muzar (...)
  • 115 Grégoire VII, lettre à Alphonse VI et Sanche Garcia IV (1074) : Sed postquam vesania priscillianis (...)
  • 116 E. Moliné, « Sanctus Felix, una llarga tradició al bisbat d’Urgell », dans Jornades internacionals (...)

30D’ailleurs, la postérité historiographique de cette hérésie est par la suite très limitée. Elipand n’intègre pas la catégorie des grands hérésiarques : certes, dans sa lettre à Jean de Séville vers 840, Alvare de Cordoue cite contre l’adoptianisme plusieurs auteurs, en particulier Beatus114 ; mais, en 1070, trois lettres d’Elipand sont recopiées à Tolède certainement en bonne partie pour servir la gloire du siège primatial. À la même époque, quand Grégoire VII dénonce en 1074 auprès des rois Alphonse VI de Léon-Castille et Sanche Garcia IV de Navarre la crise religieuse de l’Espagne, il ne stigmatise que les « priscillianistes » et les « ariens »115. À l’évidence, les adoptianistes ne constituent pas de bons hérétiques ; l’un d’entre eux, Félix, n’est-il pas même considéré comme « saint » dans les différentes listes d’évêques d’Urgell réalisées entre les XIIe et XVIIIe siècles116 ? Le débat intellectuel de cette fin de VIIIe siècle n’a convaincu personne de sa pertinence, ni à Tolède, ni à Rome : l’« hérésie » adoptianiste disparaît aussi vite qu’elle est inventée.

Notes

1 Th. Deswarte, « Une chrétienté hérétique ? La réécriture de l’histoire espagnole par Grégoire VII », dans Le passé à l’épreuve du présent. Appropriations et usages du passé au Moyen Âge et à la Renaissance [Colloque de l’Université de Versailles/Saint-Quentin, 27-29 janvier 2005], dir. P. Chastang, Paris, PUPS, 2008, p. 169-190. Je remercie bien amicalement Alain Rauwel et Mgr Adolfo González y Castañetas (SSCSO) pour leur relecture de cet article et leurs utiles conseils.

2 J. C. Cavadini, The Last Christology of the West : Adoptianism in Spain and Gaul, 785-820, Philadelphia, University of Pennsylvania Press [Middle Ages Series], 1993. Voir aussi du meme : « Elipandus and his Critics at the Council of Frankfort », dans Das Frankfurter Konzil von 794. Kristallisationspunkt Karolingischer Kultur [Akten zweier Symposien (vom 23. bis 27. Februar und vom 13. bis 15. Oktober 1994) anlaßlich der 1200-Jahrfeier der Stadt Frankfurt am Main], dir. R. Berndt, Mayence, 1997, t. II, p. 787-807.

3 M. C. Díaz y Díaz, Manuscritos visigóticos del sur de la península. Ensayo de distribución regional, Sevilla, 1995, p. 23-32. Les codex sont conservés à l’abbaye du Mont-Cassin, Biblioteca de la abbazia, cod. 19 et 4.

4 Ibid., p. 32-39.

5 J. Fontaine, « Conversion et culture chez les Wisigoths d’Espagne », dans La conversione al Cristianesimo nell’Europa dell’Alto Medioevo, Spolète [Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 14], 1967, p. 87-147, p. 140.

6 D. A. Bullough, « The dating of Codex Carolinus Nos. 95, 96, 97, Wilchar, and the Beginnings of the Archibishopric of Sens », Deutsches Archiv, 18, 1962, p. 223-230, p. 225 et suiv. R. d’Abadal date ces lettres de ca 782/784 (La batalla del adopcionismo en la desintegración de la iglesia visigoda [Discurso leido en la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona], Barcelone, 1949, p. 40 et 46). Il faut donc oublier la datation de W. Gundlach (785/791).

7 Adrien, lettre à l’évêque Egila et au prêtre Jean (éd. W. Gundlach, MGH, Epistolae, t. IV [Epistolae Merowingici et Karolini aevi], vol. I, Berlin, 1892, Codex Carolinus no 96, p. 643-647) et lettre à Egila (ibid., no 97, p. 647-648). En fait, ces deux lettres forment un tout dans le Codex Carolinus : la seconde accompagne une copie de la première (D. A. Bullough, « The dating of Codex Carolinus Nos. 95, 96, 97… », p. 223-224).

8 R. dAbadal y de Vinyals, La batalla del adopcionismo…, p. 40 et 46 ; D. A. Bullough, « The dating of Codex Carolinus Nos. 95, 96, 97… », p. 224-225. Là encore, la datation de W. Gundlach (785/791) est erronée.

9 Adrien, lettre aux évêques d’Espagne : Dudum vero, quod Wilcharius archiepiscopus Galliarum suggessit nobis pro quodam Egila, ut eum episcopum consecraret, valde nimisque eum in fide catholica et in moribus atque actibus laudans, ut consecratus vestris partibus emitteretur predicandum (éd. W. Gundlach, ibid., no 95, p. 637).

10 K. Schäferdiek, « Der adoptianische Streit im Rahmen der spanischen Kirchengeschichte I », Zeitschrift für Kirchengeschichte, 80, 1969, p. 291-311, p. 291-295 (suite de l’article dans la même revue, 81, 1970, p. 1-16). Il ne faut donc pas placer l’ambassade en 777 (contra : J. Vives, « Egila », Dictionnaire d’Histoire et de Geographie ecclesiastique, t. XV, col. 13).

11 Adrien, lettre à l’évêque Egila et au prêtre Jean : frater noster Wilcharius, archiepiscopus provinciae Galliarum – cui et licentiam dedimus de vestris ordinationibus atque auctoritatem : dirigere vos pro orthodoxae fidei sanctaeque catholice ecclesiae predicatione in partibus Spaniensis provinciae – (…) (ibid., no 96, p. 644).

12 Adrien, lettre aux évêques d’Espagne : et nullam quamlibet alienam sedem ambiret vel usurparet, sed solummodo animarum lucra Deo offerri (ibid., no 95, p. 637).

13 Adrien, lettre à Egila : Et quoniam, ut fertur, nequaquam ipsos apostolicos apud te profectos sunt apices, nostris eos habentes registris exaratos, infra rescribentes, per arum gerulos, scilicet Bellerefonsum seu Johannem clericum, direximus denuo, sicut nobis per fidelissimum missum suum, videlicet reverentissimum et sanctissimum Petrum Ticinensis ecclesiae episcopum, precellentissimus ac praefulgidus filius et spiritalis conpater noster, domnus Carolus, rex Francorum et Langobardorum ac patricius Romanorum, pro tua insigna dilectione poscendum emisit ; et per ejus regalem adminiculum, tuis faventes votis, adimpleri prorsus nituimus (ibid., no 97, p. 648).

14 Adrien, lettre à Egila et Jean : Porro, dilectissimi, diversa capitula, quae nobis innotuistis, id est : quod multi, dicentes catholici esse, communem vitam gerentes cum judeis et non baptizatis paganis, tam in escis, quamque in potis seu et in diversis erroribus nihil pollui se inquiunt ; et illud, quod inibitum est, ut nulli liceat jugum ducere cum infidelibus, ipse enim filias suas cum alio benedicetur et sic populo gentili tradetur ; et quod sine examinatione prefati presbiteri, ut presint, ordinantur ; et aliud, quousque inmanis invaluit error perniciosus, ut etiam vivente viro mulieres in conubio sibi sortiantur ipsi pseudo sacerdotes (ibid., no 96, p. 646-647).

15 Ibid. : Illud autem, quod alii ex ipsis dicunt, quod predistinatio ad vitam sive ad mortem in Dei sit potestate (…) (ibid., p. 646).

16 Ibid. : Ferebatur siquidem in ipsis vestris apicibus, quod multi in partibus illis in insipientiam atque cordis dementiam devoluti nostrae relationis atque admonitionis series secundum venerandi Niceni concilii institutionem de pascali festivitate editam contemnere audent (ibid., p. 644).

17 Adrien, lettre à l’évêque Egila : Porro, quod in ipsis referabatur apicibus tuis qualiter vobis nimis intentio est de sexta feria et sabbato, quod istos duos dies dicimus jejunium mancipandos nequaquam hereticorum hominum ignavia atque impia perversa amentia inanesque ac mendaces sequere fabulas (ibid., no 97, p. 648).

18 J. Vives, « Elvire », dans Dictionnaire d’Histoire et de Geographie ecclésiastique, t. XV, col. 314-315. C’est peut-être lui – sous le nom d’Agila – qui est condamné avec la secte des Casiani – terme utilisé par Elipand pour désigner la secte de Migetius – par le concile de Cordoue en 839 : J.C. Cavadini, The Last Christology of the West…, p. 13-14. Contra : K. Schäferdiek, « Der adoptianische Streit… I », p. 295-300. Le texte du concile figure dans : M. C. Díaz y Díaz, Anecdota wisigothica I. Estudios y ediciones de textos literarios menores de época visigoda, Universidad de Salamanca [Acta Salmanticensia, Filosofía y Letras, XII-2], 1958, p. 37-38.

19 Adrien, lettre aux évêques d’Espagne : Audivimus quippe, quod quidam episcoporum partibus vestris degentibus, apostolicae sedis doctrinae contemptores, contra Romanam et orthodoxam fidei tradicionem novas introducere nituntur hereses (…) (éd. W. Gundlach, no 95, p. 637).

20 Ibid. : sed erroribus quidam (Egila) Mingentii magistri sui sequens, extra catholicam disciplinam, ut fertur, conatur docere (…).

21 Ibid. : Porro et de partibus vestris pervenit ad nos lugubre capitulum, quod quidam episcopi ibidem degentes, videlicet Eliphandus et Ascarius, cum aliis eorum consentaneis, filium Dei adoptivum confiteri non erubescunt (…).

22 Beatus de Liébana, Apologeticum [Heterii et sancti Beati ad Elipandum epistola], lib. I, c. 1 : Legimus litteras prudentiae tuae anno praesenti, et non nobis, sed Fideli abbati mense octobri in aera 823 clam sub sigillo directas ; quas ex relatu advenisse audivimus, sed eas usque sexto kalendas decembres minime vidimus ([éd. J.-P. Migne] trad. A. del Campo, dans Obras completas de Beato de Liébana, éd. J. González Echegaray, A. del Campo, L. G. Freeman, Madrid, Biblioteca de Autores Cristianos [BAC Maior, 47], 1995, p. 677-953, p. 698). La lettre d’Elipand figure à la suite de l’Apologeticum (ibid., p. 738-744). Edition plus récente : Beati Liebanensis et Eterii Oxomensis adversus Elipandum libri duo, éd. Bengt Löfstedt, Turnhout, Brepols [Corpus Christianorum, Continuatio Mediaevalis, 59], 1984.

23 Elipand, lettre à Fidèle : qum dominus Ascaricus mihi non docentis imperio, sed interrogantis voto ea scribere voluit, sicut illum vera humilitas docuit, isti vero modo et contraria dicendo, modo et quasi ignorantem me quid rectum sit, noluerunt interrogare, sed docere. (…) Nam nunquam est auditum ut Libanenses Toletanos docuissent (éd. J. Gil Fernández, Corpus scriptorum muzarabicorum, Madrid, CSIC, 1973, t. I, p. 80-81).

24 Beatus de Liébana, Apologeticum, lib. I, c. 1 : Cumque nos ad fratrem Fidelem, non litterarum illarum compulsio, sed recens religiosae dominae Adosindae perduceret devotio, audivimus ipsum libellum adversum nos et fidem nostram cuncta Asturia publice divulgatum ([éd. J.-P. Migne] trad. A. del Campo, dans Obras completas de Beato de Liébana, p. 698).

25 A. Isla Frez, « El adopcionismo. Disidencia religiosa en la Península Ibérica (fines del siglo VIII-principios del siglo IX) », Clio & Crimen, 1, 2004, p. 115-134, p. 127.

26 Discours de Léon III au concile romain de 798 : Et iterum sub sanctae recordationis praedecessore nostro domno Hadriano papa, directus a domno Carolo praefulgido magno rege, ipse miserrimus hereticus, infelix episcopus, doctus ab eodem almo praesule, fecit illum orthodoxum in vinculis libellum anathematizans et confirmans inter cetera nequaquam filum Dei adoptivum esse, sicut dixerat, sed « proprium et verum dominum nostrum Jesum Christum filium Dei confiteor ». Unde et ipsum orthodoxum suum libellum super sacrosancta Dei mysteria in nostro patriarchio ponens juravit sic tenere et confiteri (éd. A. Werminghoff, MGH, Concilia, t. II-1: Concilia aevi Karolini, pars I, p. 203-204).

27 Annales d’Eginhard (792): Hujus rei causa ductus ad palatium regis – nam is tunc apud Reginum, Bajoariae civitatem, in qua hiemaverat residebat – ubi congregato episcoporum concilio auditus est, et errasse convictus, ad praesentiam Hadriani pontificis Romam missus, ibi etiam coram ipso in basilica beati Petri apostoli haeresem suam damnavit et abdicavit. Quo facto, ad civitatem suam reversus est (éd. G. H. Pertz, MGH, Scriptores, t. I, p. 179).

28 Discours de Léon III au concile de 798 : Leo episcopus dixit : « Quis non videat miserrimum illum et infelicem hereticum, qui non solum heresiarcha dudum de adoptione in filio Dei latrans factus est, sed etiam et semel et bis et tertio perjuratus effectus est ? (…) Et postmodum trangressus legem Dei excelsi fugiens apud paganos consentaneos perjuratus effectus est. » (éd. A. Werminghoff, MGH, Concilia, t. II-1, pars I, p. 203-204).

29 Adrien, lettre aux évêques d’Espagne : Sed quoniam ferventi succensus fidaei zelo ea, quae contraria orthodoxae fidaei Spaniarum de confiniis allata sibi persensit, nostris curavit summa pernicitate obtutibus praesentari, beati Petri amore feliciter obstrictus non rennuit illi honorem debitum exhibere et saedis ejus praesulem dignum duxit sacris syllabis consulendum (ibid., p. 122).

30 Concile romain de 798 (ibid., p. 202-204).

31 J. Gil Fernández, Corpus scriptorum muzarabicorum, t. I, p. 82-93 et 93-95 (fin 793 ?).

32 Chronique de Moissac (794) : Sed in aestivo tempore, anno 26 sui principatus, [rex Karolus] congregavit universalem synodum cum missis domni apostolici Adriani papae (…) (éd. G.H. Pertz, MGH, Scriptores, t. I, p. 300).

33 Capitulaire de Francfort, c. 1 : Ubi in primordio capitulorum exortum est de impia ac nefanda erese Elipandi Toletane sedis episcopi et Felicis Orgellitanae eorumque sequacibus, qui male sentientes in Dei filio adserebant adoptionem : quam omnes qui supra sanctissimi patres et respuentes una voce contradixerunt atque hanc hersim funditus a sancta Ecclesia eradicandam statuerunt (éd. A. Werminghoff, MGH, Concilia, t. II-1, pars I, p. 165).

34 Alcuin, Liber Alcuini contra haeresim Felicis, éd. G. B. Blumenshine, Cité du Vatican, Biblioteca apostolica Vaticana [Studi e Testi, 285], 1980. Ce traité date de 798 : F. Close, « L’itinéraire de Candide Wizo : un élément de datation des œuvres anti-adoptianistes d’Alcuin ? Note sur les lettres 41 et 204 de la correspondance d’Alcuin », Revue d’Histoire Ecclésiastique, 103, 2008, p. 5-23, p. 18, n. 48. Puis Alcuin rédige vers 799/800 son long Adversus Felicem (PL 101, col. 119-230), peut-être inspiré de Paulin d’Aquilée, et en 804 un traité Adversus Elipandum (PL 101, col. 243-300).

35 De c. 799 date le traité de Paulin d’Aquilée (Contra Felicem libri tres, éd. D. Norberg, Turnhout, Brepols [Corpus Christianorum, Continuatio Medievalis, 95], 1990).

36 Testimoniorum nubecula de incarnatione Domini…, PL 103, col. 1381-1399 et Disputatio Benedicti levitae adversus Felicianam impietatem, PL 103, col. 1399-1411.

37 Adversum dogma Felicis, éd. L. Van Acker, Turnhout, Brepols [Corpus Christianorum, Continuatio Medievalis, 52], 1981.

38 C’est sans doute lui qui corrige et complète au moyen de formules anti-adoptianistes le manuscrit original des Libri Carolini (Vat. Lat. 7207), rédigé par Théodulfe en 790/791 : A. Freeman, « Additions and Corrections to the Libri Carolini : Links with Alcuin and the Adoptionist Controversy », dans Scire litteras. Forschungen zum mittelalterlichen Geistesleben, S. Krämer, M. Bernhard dir., Munich [Bayerische Akademie der Wissenschaften, Phil.-Hist. Klasse, Abhandlungen, N.F. 99], 1988, p. 159-169 (rééd. id., Theodulf of Orléans: Charlemagne’s Spokesman against the Second Council of Nicaea, Ashgate, Variorum, 2003, no IV).

39 D. A. Bullough, Alcuin. Achievement & Reputation, Leyde-Boston, Brill, 2004, p. 419 et suiv.

40 Nouvelle datation de ce concile (auparavant daté de 800) par Wilhelm Heil : Alkuinstudien I. Zur Chronologie und Bedeutung des Adoptianismusstreites, Düsseldorf, Schwann, 1970, p. 23-54.

41 A. Werminghoff, MGH, Concilia, MGH, Concilia, t. II-1, pars I, p. 220-225.

42 Alcuin, Lettre de dédicace de son traité contre Elipand à Leidrad, Nefrid et Benoît (800) : Ad cujus piissime praedicationis venerabile opus, mandante glorioso principe et devotissimo in omni bonitate Carolo rege, vos iterum ituros esse audivimus. Quapropter paucorum arripui laborem dierum in solacium sancti itineris vestri, quatenus haberetis in manibus cujusdam aepistolae, meo nomini directae ab Elipanto Toletano episcopo, pias et pernecessarias responsiones (…) (éd. E. Dümmler, MGH, Epistolae, t. IV, Karolini aevi, t. II, no 200, p. 331).

43 A. Amann L’époque carolingienne, Paris, Bloud & Gay [Histoire de l’Église, dir. A. Fliche, V. Martin, 6], 1941, p. 139-140. Voir l’excellent bilan historiographique de J.C. Cavadini, The Last Christology of the West…, p. 38-44.

44 J.F. Rivera Recio, « Elipand », Dictionnaire d’Histoire et de Geographie ecclesiastique, 15, col. 204-214 et El adopcionismo en España, siglo VIII: historia y doctrina, Tolède, 1980. M.C. Díaz y Díaz partage encore cette analyse (Manuscritos del sur de la península…, p. 23, n. 19).

45 M. de Epalza, « Elements cristians, islàmics i jueus en l’adopcionisme de Feliu d’Urgell », dans Jornades internacionals d’estudi sobre el bisbe Feliu d’Urgell [La Seu d’Urgell, 1999], J. Perarnau dir., Barcelone, Facultat de Teologia de Catalunya [Studia, Textus, Subsidia, 9], 2000, p. 43-71.

46 A. Isla Frez, « El adopcionismo… », p. 128 et suiv.

47 Lettre des évêques d’Espagne aux évêques francs (792), c. 1 : credimus Deum Dei filium ante omnia tempora sine initio ex Patre genitum, quoeternum et consimilem et consubstantialem non adoptione, sed genere, neque gratia, set natura (…) (éd. J. Gil Fernández, Corpus scriptorum muzarabicorum, t. I, p. 82).

48 Cet adoptianisme, proche de la christologie arienne, est condamné par Isidore (Orig. VIII, 5, 52).

49 Lettre des évêques d’Espagne aux évêques francs (792) (éd. J. Gil Fernández, Corpus scriptorum muzarabicorum, t. I, p. 82-93). Comme Adrien, Elipand condamne aussi Migetius pour sa date de la fête de Pâques : quod ego et ceteri fratres mei in Ispalitanis tanto tempore dijudicavimus et Deo auxiliente tam in festis Pascalium quem in ceteris erroribus Migetianorum heresem emendavimus (…) (lettre à Fidèle, ibid., p. 81).

50 Elipand, lettre à Fidèle : Qui non fuerit confessus Jhesum Christum adobtibum humanitate et nequaquam adobtibum divinitate et hereticus est, exterminetur (ibid., p. 80). Lettre des évêques d’Espagne aux évêques francs (792) : Secundum traditiones patrum confitemur et credimus eum, factum ex muliere, factum sub lege, non genere esse Filium Dei, set adobtione, neque natura, set gratia (…) (ibid., p. 82).

51 Elipand, lettre à Alcuin, c. 7 (ibid., p. 99). La citation complète d’Ambroise est : Quid est autem natura Deum esse, nisi verum Deum esse ? Sicut ad Thessalonicenses dixit : « Quomodo conversi estis ad Deum a simulacris servire Deo vivo et vero » (I Th1, 9) ? Illi enim dii esse simulantur, natura autem Deus vivus et verus est. Nam et in ipso usu nostro est « adoptivus Filius », et « verus Filius » ; adoptivum Filium non dicimus Filium esse natura, sed eum dicimus natura esse, qui verus est Filius (De Incarnationis Dominicae Sacramento, 8, 87, éd. O. Faller, Sancti Ambrosii Opera, pars VIIII, Vienne, Hoelder-Pichler-Tempsky [Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum, 79], 1964, p. 267). Quelques remarques sur les citations erronées d’Elipand dans : D.A. Bullough, Alcuin…, p. 424, n. 293.

52 Elipand, lettre à Alcuin (799), c. 6 : Hic filius hominis per Dei Filium in Dei Filio esse promeretur, nec adoptio a natura separatur, sed natura cum adoptione conjungitur (éd. J. Gil Fernández, Corpus scriptorum muzarabicorum, t. I, p. 99).

53 M. Férotin, Le Liber Mozarabicus Sacramentorum et les éditions mozarabes, Paris [Monumenta Ecclesiae Liturgica, 6], 1912, col. 280. Ce passage est curieusement absent des manuscrits liturgiques rédigés dans le nord de la Péninsule au XIe siècle (éd. J. Janini, Liber ordinum episcopal : Cod. Silos, Arch. Monástico, 4, Abadía de Silos [Studia Silensia, 15], 1991). Il y a fort à parier que ceux-ci furent entre-temps caviardés.

54 J. C. Cavadini, The Last Christology of the West…, p. 18-20 et 27-31.

55 Voir aussi : T. Hainthaler, « Von Toledo nach Frankfurt. Dogmengeschichtliche Untersuchungen zur adoptianistischen Kontroverse », dans Das Frankfurter Konzil…, t. II, p. 809-860.

56 Lettre des évêques francs aux évêques d’Espagne (éd. A. Werminghoff, MGH, Concilia, t. II-1, pars I, p. 143-145).

57 Lettre des évêques espagnols aux évêques francs (792) : Homo adobtatus, cujus gloriam quesibit, qui est ab illo unicus natus (éd. J. Gil Fernández, Corpus scriptorum muzarabicorum, t. I, p. 83). De fait, Augustin écrit : Adoptatus es, sed non meritis tuis ; quaere ejus gloriam, a quo habes hanc gratiam, homo adoptatus, cujus gloriam quaesivit, qui est ab illo unicus natus (Augustin, Tractatus in evang. Johannis, XXVIII, 8, PL 35, col. 1632).

58 Par exemple, ce passage de l’Enchiridion de saint Augustin dans la lettre des évêques espagnols aux évêques francs (792) (éd. J. Gil Fernández, Corpus scriptorum muzarabicorum, t. I, p. 87-88). Comparer avec PL 40, col. 249-250.

59 Il suffit de consulter l’apparat critique de l’édition de J. Gil, en particulier pour la lettre d’Elipand à Alcuin (799), c. 10 (p. 107).

60 Lettre des évêques d’Espagne aux évêques francs (792), c. 1 (ibid., p. 84) = Isidore, VII, 2, 13 (Etimologías, [éd. W.M. Lindsay], trad. J. Oroz Reta, M.A. Marcos Casquero, t. I, Madrid [Biblioteca de Autores Cristianos, 433], 1993, p. 632).

61 J. C. Cavadini, The Last Christology of the West…, p. 31.

62 Dans sa lettre à Alcuin datée de 799 (c. 10), il interpole une lettre d’Augustin (PL 33, c. 745) pour mettre les deux termes en équivalence : Non enim homine adsumpto vel adoptivo personarum numerus auctus est, sed eadem Trinitas mansit (éd. J. Gil Fernández, Corpus scriptorum muzarabicorum, t. I, p. 107).

63 A. Gaudel, « La théologie de l’“Assumptus homo” : Histoire et valeur doctrinale », Revue des Sciences Religieuses, 17, 1937, p. 64-90 et 214-234.

64 Beatus, Apologeticum, lib. I, c. 125 : « Ut intingatur, inquit, pes tuus » (Sal 67,24), id est homo assumptus in sanguine ([éd. J.-P. Migne] trad. A. del Campo, dans Obras completas de Beato de Liébana, p. 844). D’autres exemples hispaniques dans : K. Schäferdiek, « Der adoptianische Streit… I », n. 80, p. 308-309.

65 Alcuin, lettre à Elipand : Dicit itaque propter adsumptionem Christum esse adoptivum (éd. E. Dümmler, MGH, Epistolae, t. IV-2, no 166, p. 268). Cette lettre est datée de 798 (et non 799) : H. Nagel, Karl der Grosse und die theologischen Herausforderungen seiner Zeit. Zur Wechselwirkung zwischen Theologie und Politik im Zeitalter des grossen Frankenherrschers, Frankfurt, P. Lang, 1998, p. 118, n. 472.

66 Elipand, lettre à Alcuin (799), c. 6 : His predictis, si non recipis tantorum venerabilium sanctorum patrum testimonium, da mihi testimonium beati Athanasii, Hilarii, Ambrosii, Agustini, Isidori quod nulla adoptio carnis nec vera humanitas in Filio Dei fuerit, et consentiam erroribus tuis (éd. J. Gil Fernández, Corpus scriptorum muzarabicorum, t. I, p. 98).

67 Alcuin, lettre à Elipand: Similiter invenimus in praefati patris epistolis Christum, qui ex virgine natus est, verum non esse Deum sed nuncupativum (…) Dicit quoque idem vir venerabilis Felix, quod sit per omnia aequalis nobis, nisi tantummodo quod sine peccato natus est (…) Refert quoque eum baptismo indiguisse ; volens, ut videtur, eum in baptismo adoptari in filium, sicut et nos (éd. E. Dümmler, MGH, Epistolae, t. IV-2, no 166, p. 269-270).

68 Elipand, lettre à Charlemagne, c. 2 : nefandus presbiter et pseudopropheta asseverat Dei filium in forma servi deitate exinanita nequaquam ex utero virginis adsumsisse adobtionem (éd. J. Gil Fernández, Corpus scriptorum muzarabicorum, t. I, p. 94).

69 F. Close, « L’itinéraire de Candide Wizo… », p. 8.

70 D. de Bruyne, Revue Bénédictine, 30, 1913, p. 421-436.

71 J. C. Cavadini, The Last Christology of the West…, p. 38-44 et 83-88.

72 Chronique de Moissac (794) : Quo audito, jam dictus princeps ad sedem apostolicam Adrianoque, papae urbis Romae, missos dirigit, ac super praefatam haeresim praedictum pontificem consulens (…) (éd. G.H. Pertz, p. 301).

73 Bon exposé de leur théologie par Célia Chazelle dans The Crucified God in the Carolingian Era. Theology and Art of Christ’s Passion, Cambridge University Press, 2001, p. 52-69.

74 Lettre des Pères de Francfort aux évêques d’Espagne : per adoptionem vos separatis hominem Christum a Deo filio (éd. A. Werminghoff, MGH, Concilia, t. II-1, pars I, p. 155). Cette lettre, ainsi que celle de Charlemagne aux prélats d’Espagne, sont certainement l’œuvre d’Alcuin : L. Wallach, Alcuin and Charlemagne. Studies in Carolingian history and litterature, University Ithaca-New York, Cornell, 1959, p. 147-164.

75 Les évêques francs reprochent d’ailleurs aux évêques d’Espagne de ne jamais condamner Nestorius : Quapropter forte illum (Nestorium) anathematizare noluistis, dum alios… anathematizastis (ibid., p. 154).

76 Adoptivus siquidem non habet aliam significationem, nisi ut Jesus Christus non sit proprius filius Dei nec ex virgine ei in filium genitus, sed nescio ex quo servo adoptatus in filiaetatem, ut vos dicitis (ibid., p. 154).

77 J. C. Cavadini, « A Carolingian Hilary », dans The Study of the Bible in the Carolingian Era, C. Chazelle, B. Van Name Edwards, dir., Turnhout, Brepols [Medieval Church Studies, 3], 2003, p. 133-140, p. 135-136.

78 Alcuin, lettre à Félix : Plurima in scriptis tuis justa et vera inveniuntur (éd. E. Dümmler, MGH, Epistolae, t. IV-2, no 23, p. 62). Cette lettre, datée par Dümmler de c. 793, est ramenée à l’année 797 par F. Close : « L’itinéraire de Candide Wizo… », p. 18, n. 48.

79 Ibid. : In uno tantummodo adoptionis verbo a sancta et apostolica eclesia discordamini (ibid., p. 65).

80 Ibid. : « Pater diligit filium, sed quomodo pater filium, non quomodo dominus servum ; quomodo unicum, non quomodo adoptatum » (ibid., p. 63) = Tract. 124 In Joannis Evangelium, Tract. 14, c. 11 (PL 35, col. 1509) ; voir aussi Tract. 7, c. 4 (col. 1439). À l’époque, l’évêque d’Hippone luttait contre le docétisme.

81 J. Cavadini, The Last Christology of the West…, p. 101-102. Voir aussi : W. Heil, « Der Adoptianismus, Alkuin und Spanien », dans Karl der Grosse. Lebenswerk und Nachleben, t. II : Das Geistige Leben, B. Bischoffdir., Düsseldorf, L. Schwann, 1965, p. 95-155, p. 138-153.

82 V. Serralda, La philosophie de la personne chez Alcuin, Paris, Nouvelles Éditions Latines, 1978, p. 227-239.

83 A. Isla Frez, « El adopcionismo y las evoluciones religiosas y políticas en el reino astur », Hispania, 58-3, 1998, p. 971-993.

84 Elipand, lettre à l’abbé Fidèle : Nam numquam est auditum ut Libanenses Toletanos docuissent. Notum est plevi universe hanc sedem sanctis doctrinis ab ipso exordio fidei claruisse et numquam scismaticum aliquid emanasse ; et nunc una ovis moruida doctor nobis appetit esse ? (éd. J. Gil Fernández, Corpus scriptorum muzarabicorum, t. I, p. 81).

85 Lettre des évêques d’Espagne aux évêques francs (792), c. 1 : Item precessores nostri Eugenius, Hildefonsus et Julianus Toletane sedis antistites in suis dogmatibus ita dixerunt in missam de cena Domini (…) (ibid., p. 84). Elipand, lettre à Alcuin (799), c. 4 : Quod dicis in scripto tuo quia ipse solus sum cum paucis in ea credulitate, quam omnis Hispania retinet (…) (ibid., p. 97). D’après sa lettre à Alcuin, saint Eugène de Tolède (+657) a composé la messe du Jeudi saint, saint Ildephonse († 667) celle de l’Ascension.

86 Elipand, lettre à Alcuin, c. 7 : Beatus quoque Isidorus, jubar Ecclesiae, sidus Hesperie, doctor Hispaniae (ibid., p. 99).

87 Lettre des évêques d’Espagne aux évêques francs (792), c. 1 : Ad notionem nostram pervenit lugubris et funesta opinio que nos usquequaque contribit, in eo quod antifrasii Beati nefandi Asturiensis presbiteri, pseudoChristi et pseudoprophete, pestiferi dogmatis sermo vipereus et nidos sulfureus arcana pectoris vestri usquequaque fedaverit (…) (ibid., p. 82).

88 Elipand, lettre à Alcuin (799), c. 1 : Reverentissimo fratri Albino diacono, non Christi ministro, sed antifrasi Beati fetidissimi discipulo (…) exorto novo Ario (…) ; c. 3 : id est Albinus, nigredine teterrimus (ibid., p. 96).

89 Ibid., c. 6 : Vide ne tu ipsud facias de glorioso principe Karolo sicut Arrius fecit de Constantino, et lugeat se in saecula seculorum (ibid., p. 98-99).

90 Lettre des évêques d’Espagne aux évêques francs (792) : Nos igitur e contrario secundum sanctorum venerabilium patrum Hilarii, Ambrosii, Augustini, Jheronimi, Fulgentii, Isidori, Eugenii, Ildefonsi, Juliani et ceterorum ortodoxorum adque catholicorum dogmata confitemur et credimus (…) (ibid., p. 82). Remarquons qu’il ne mentionne pas Grégoire le Grand, peut-être intentionnellement afin de ne pas valoriser le rôle de Rome (T. Hainthaler, « Von Toledo nach Frankfurt… », p. 813).

91 De même, Beatus comprend la petra comme la « foi en l’incarnation du Seigneur, sa passion et sa résurrection » : Commentaire sur l’Apocalypse, lib. XII, c. 2 (éd. J. González Echegaray et al., p. 640).

92 Elipand, lettre à Migetius, c. 12 : Quod vero asseris quia in sola Roma sit potestas Dei, in quam Christus abitat, contrarius profete oraculo, qui dicit : « Dominabitur a mari usque ad mare et a fluminibus usque ad terminos orbis terre », et quia ipsa sit tantum Eclesia catholica, ubi omnes sancti sint, absque macula et ruga ; et quia de ea sola dicatur : « Tu es Petrus, et super hanc petram edificabo Eclesiam meam ». Et quia non intrabit in ea aliquid quoinquinatum, et faciens abominationem et mendacium, et quia ipsa est Jherusalem noba, quem vidit Joannes descendentem de coelo. Haec omnia amens ille spiritus et inprudentie tue intellectus te ista intelligere docuit. Nos vero e contrario non de sola Roma Dominum Petro dixisse credimus : « Tu es Petrus », iscilicet firmitas fidei, « et super hanc petram edificabo Ecclesiam meam », sed de universali Eclesia catholica per universum orbem terrarum in pace diffusa, de qua ipse Dominus testatur dicens : « Venient ab oriente et ab occidente, et recumbent cum Abraham, Isaac, et Jacob, in regno celorum ». Nam quod asseris quia ipsa est Eclesia sine macula et ruga, et quia non intrabit in ea aliquid quoinquinatum, et faciens abominationem et mendacium ; si ita est, quare Liberius, ejusdem Eclesie pontifex inter ereticos damnatus est ? Quur beatus Gregorius tot sceleratos homines in Roma fuisse protestatur ? Set quia in omni Eclesia mali cum bonis et reprobi cum electis abitent, ipse Dominus testatur dicens : « Mittet Filius hominis angelos suos, et colligent de regno ejus omnia scandala » ; neque enim in illo regno superno, ubi pax summa est, scandalum inveniri potest, set de presenti Eclesia dictum est, ubi, sicut prediximus, veluti in arca Noe, non solum homines, set et bestie fuisse noscuntur, ita intra sinum matris Eclesie mali cum bonis abitare non est dubium, donec in fine seculi triticum recondeatur in orreum Domini, zizanie vero fasciculos conburantur igne inextinguibili (éd. J. Gil Fernández, Corpus scriptorum muzarabicorum, t. I, p. 77-78).

93 Elipand, lettre à Charlemagne, c. 4 : Reminiscat et illut caritas vestra, quod Petrus princeps apostolorum cum in gentibus circumcisionem fieri ordinaret, a juniore Paulo non absconse sed publice repreensus esse dignoscitur, dicens : « Si tu, quum sis Judeus, gentiliter et non Judaice vivis, quomodo gentes cogis judaizare ? » (Gal 2,14). Cujus sententiam predictus apostolorum princeps rationi concordans et veritatis amicus non contempsit, set ilico adquievit, recolens quod scriptum est : « Si juniori revelatum erit, senior taceat » ; et, « Proximus ille Deo est qui scit rationi tacere » (ibid., p. 95).

94 Alcuin, lettre à Félix (c. 793) : Cave, ne in hoc solo adoptionis nomine a sensibus sanctorum patrum dissentias, noli tui sensus cum paucis esse amator, sed cum plurimis veritatis adsertor (éd. E. Dümmler, MGH, Epistolae, t. IV-2, no 23, p. 62).

95 Alcuin, lettre à Elipand (ibid., no 166, p. 274).

96 Lettre des Pères du concile de Francfort : Et melius est testimonio Dei Patris credere de Filio suo quam Hildifonsi vestri, qui tales vobis conposuit preces in missarum solemniis, quales universalis et sancta Dei non habet Ecclesia. Nec vos in illis exaudiri putamus (éd. A. Werminghoff, MGH, Concilia, t. II-1, pars I, p. 145).

97 Alcuin, Contre Félix, lib. VII, c. 13 : Post testimonia igitur sanctorum Patrum, quae multa quidem, et quaedam etiam vere posuisti, sed omnimodis catholicis, non haereticis faventia, praesules quoque Hispaniarum inducis, quos tu orthodoxos dicis : in his quae posuisti orationibus indubitanter haeretici esse dignoscuntur. Nisi forte et eorum dicta, sicut et in caeteris solebas, depravaris, scilicet ut quod illi bene dixerunt, tu in adjumentum erroris tui mutare, et alterum pro altero mittere ausus sis. Asserunt enim quidam ex illis Patribus [partibus ?], ubi tu dixisti, vel adoptionem, vel adoptivi hominis, eos dixisse pro [adoptione] assumptionem, et pro adoptivi assumpti ; et in hoc quoque tua malevola arguitur pertinacia. Si enim in tua sententia, quasi in veritate confideres, nequaquam ea quae ab aliis bene dicta sunt, in pravum sensum mutares ; veritas enim, ubicunque est, semetipsam defendit (PL 101, col. 226).

98 Datation par F. Close, « L’itinéraire de Candide Wizo… », p. 20-21.

99 Alcuin, Contre Elipand (799), lib. II (PL 101, col. 260).

100 Alcuin, Contre Félix, lib. VII, c. 13 : Sed sive mutata, sive ut ab eis sunt dicta haec eadem testimonia a te sint posita, non magnopere curandum est ; nos enim Romana plus auctoritate quam Hispana, veritate assertionis et fidei nostrae fulciri desideramus ; licet nec illa reprobemus, in his tamen quae catholice dicuntur (PL 101, col. 226).

101 Lettre des Pères du concile de Francfort : Et si Hildifonsus vester in orationibus suis Christum adoptivum nominavit, noster vero Gregorius, pontifex Romanae sedis et clarissimus toto orbe doctor, in suis orationibus semper eum unigenitum nominare non dubitavit (éd. A. Werminghoff, MGH, Concilia, t. II-1, pars I, p. 145).

102 Alcuin, lettre à Elipand : Tu enim es, sanctissime praesul, civitas super montem posita, quae nullatenus abscondi potest (…) Vos vero communiter obsecro in calce hujus epistolae, sacratissima lumina Hispaniae, ut memoriam nostri in sacrosanctis vestris orationibus habere dignemini (éd. E. Dümmler, MGH, Epistolae, t. IV-2, no 166, p. 268 et 274).

103 Alcuin, lettre à Félix (c. 793) (ibid., no 23, p. 61).

104 Ibid. : Numquid haec potestas ab eo ablata est, et tibi tradita, quatenus super te in fine seculi et in angulo mundi nova aedificetur ecclesia, et apostolicis inconveniens traditionibus ? (…) Te ipsum recollige ovesque tuas tecum in ovile Christi, quod ipse ob trinam confessionis gloriam beato Petro principi apostolorum pascendas commendavit, congrega. (…) Tota evangelica clamat auctoritas, omnia apostolorum protestantur dicta, mundi latitudo credit, Romana praedicat eclesia Christum Jesum verum esse Dei filium et proprium (ibid., p. 62).

105 Lettre des Pères du concile de Francfort : et cetera, quae ex parentum vestrorum dictis posuistis, ut manifestum sit, quales habeatis parentes, et ut notum sit omnibus, unde vos traditi sitis in manus infidelium (éd. A. Werminghoff, MGH, Concilia, t. II-1, pars I, p. 145).

106 Orose, Contre les païens (PL 31, col. 778).

107 Lettre aux moines de Gothie : Hispania, quae olim tyrannorum nutrix fuit, nunc vero scismaticorum (éd. E. Dümmler, MGH, Epistolae, t. IV-2, no 137 (c. 798), p. 212). Lettre datée par Wilhelm Heil de 797 : Alkuinstudien I…, p. 15, n. 44.

108 Alcuin, lettre à Elipand : Una debet esse ecclesia Christi toto orbe diffusa in fide et caritate. Unum e duobus : aut in toto mundo est ecclesia Christi supra petram fundata, ut credimus et confitemur ; aut etiam in Felice et suis paucis sectatoribus. Quod omnino est Christo Deo nostro, ut plures non habeat in ovile suo quam illos paucos, qui in montanis latitant cum Felice (ibid., no 166, p. 271)

109 Alcuin, lettre aux moines de Gothie : Nemo catholicus contra Ecclesiae auctoritatem, nemo sobrius contra rationabilem consuetudinem, nemo fidelis contra pietatis intellegentiam certare audeat. Et ne scismaticus inveniatur et non catholicus, sequatur probatissimam sanctae Romanae ecclesiae auctoritatem. (…) Epistolam vero, quam beatis Gregorii de simpla mersione dicunt esse conscriptam, in epistolari suo libro, qui de Roma nobis adlatus est, non invenimus (…) Ideo dubii sumus, an illius sit, an ab aliquo hujus sectae auctore sub ejus nomine scripta sit (ibid., no 137, p. 215).

110 Datation (et nouvelle édition) de W. Levison dans England and the Continent in the Eighth Century, Oxford, Clarendon Press, 1946, p. 314-323.

111 Partibus occiduis mundi lux luceat alma/Per te catholice sancte pater fidei. Lettre d’Alcuin à Beatus (AHN, cod. B1007, fol. 101ro -102vo), éd. A. Millares Carlo, Contribución al Corpus de códices visigodos, Madrid, 1931, p. 213-222. Voir aussi : J. F. Rivera Recio, « A propósito de una carta de Alcuino recientemente encontrada », Revista Española de Teología, 1, 1950-1951, p. 418-433.

112 Contra : A. Isla Frez, « El adopcionismo… », p. 132. N’oublions pas que Tolède XI affirme très clairement : Hic etiam Filius Dei natura est Filius, non adoptione (voir à ce sujet K. Schäferdiek, « Der adoptianische Streit… I », p. 308-311).

113 Dans une lettre à Charlemagne (799), Alcuin déclare juste n’avoir jamais vu la Dispute de Félix avec un Sarrasin : Disputationem itaque Felicis cum Sarraceno nec vidi nec apud nos inventa est ; immo nec audivi nomen illius antea (éd. E. Dümmler, MGH, Epistolae, t. IV-2, no 172, p. 284).

114 Alvare de Cordoue, lettre à Jean de Séville, c. 5-7 (éd. J. Gil Fernández, Corpus scriptorum muzarabicorum, t. I, p. 147-148).

115 Grégoire VII, lettre à Alphonse VI et Sanche Garcia IV (1074) : Sed postquam vesania priscillianistarum diu pollutum et perfidia arrianorum depravatum et a romano ritu separatum, irruentibus prius Gothis ac demum invadentibus Saracenis, regnum Hyspanie fuit, non solum religio est diminuta verum etiam mundane sunt opes labefacte (éd. D. Mansilla, La documentación pontificia hasta Inocencio III (965-1216), Rome, Instituto Español de Estudios Eclesiasticos, 1955, no 8).

116 E. Moliné, « Sanctus Felix, una llarga tradició al bisbat d’Urgell », dans Jornades internacionals d’estudi sobre el bisbe Feliu d’Urgell [La Seu d’Urgell, 1999], J. Perarnau dir., Barcelone, Facultat de Teologia de Catalunya [Studia, Textus, Subsidia, 9], 2000, p. 73-80.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540