Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Minorités et régulations sociales en Méditerranée médiévale

 | 
John Tolan
, 
Stéphane Boissellier
, 
François Clément

Quatrième partie. Minorités et contre-culture

La minorité juive dans l’environnement urbain à Marseille au XIVe siècle

Juliette Sibon

Texte intégral

  • 1 L’auteur, dont on ne sait de lui que la qualité d’agrégé d’histoire, a pris soin de signer toutes (...)
  • 2 A. Crémieux, « Les Juifs de Marseille au Moyen Âge », Revue des Études Juives, XLVI (1903), p. 1-4 (...)

1Il y a plus de cent ans, Ad. Crémieux1 publiait, à l’appui des archives communales, une étude d’ensemble sur les juifs de la ville de Marseille au bas Moyen Âge, dans un cadre idéologique structurant2. Juif dans la France de la IIIe République divisée par l’affaire Dreyfus, il présentait une œuvre apologétique, conçue comme un combat contre le nationalisme de droite, vecteur des poncifs antisémites. L’enjeu était alors de démontrer combien l’intégration des « Israélites » était possible, sans pour autant être subordonnée à la perte d’identité. L’exemple juif marseillais du Moyen Âge offrit à Crémieux le modèle idéal pour servir sa cause.

  • 3 J. Sibon, Les Juifs de Marseille au XIVe siècle, Paris, Cerf, à paraître (Nouvelle Gallia Judaïca)
  • 4 E. Baratier, La Démographie provençale du XIIIe au XVIe siècle, Paris, 1961, p. 60-70, et D. SMAIL (...)

2Pour autant, l’analyse récente des sources notariales et judiciaires marseillaises du XIVe siècle permet d’approfondir ses hypothèses quant à l’existence paisible des juifs de Marseille dans l’environnement urbain3. Ils constituaient alors une minorité forte de 1 000 à 2 000 individus, soit 10 % de la population totale de la ville, répartis, jusqu’en 1348, en deux Universités, celle de la ville haute et celle de la ville basse4. Leur position était d’autant plus remarquable qu’ils comptaient une frange élargie de notables insérés dans la vie économique et politique du port. Une dizaine de lignées, dont les Draguignan, les Marvan, les Lunel, les Saint-Paul, les Palerme ou encore les Bédarrides, se relayaient au sommet de la vie politique, économique et intellectuelle de la communauté.

  • 5 J. Shatzmiller, Shylock revu et corrigé. Les Juifs, les chrétiens et le prêt d’argent dans la soci (...)
  • 6 J. Sibon, Les Juifs de Marseille…, op. cit.
  • 7 I. Bloch, « Bonjusas Bondavin », Revue des Études Juives, VIII (1884), p. 280-283, et C. Roth, The (...)

3Parmi leurs plus célèbres représentants, Bondavin de Draguignan (v. 1285-1361) n’est plus à présenter. Joseph Shatzmiller a dressé un portrait superbe de ce grand banquier et marchand juif de la première moitié du XIVe siècle5. D’autres documents montrent qu’il était capable de financer la construction, l’armement et l’affrètement de navires de commerce, et qu’il s’était constitué un véritable patrimoine immobilier et foncier à Marseille et sur son territoire6. Son héritier et arrière-petit-fils maître Bonjuson Bondavin (v. 1350-v. 1420) était un célèbre talmudiste, rabbin et médecin physicien, familier de la reine Marie de Blois, qui devint grand rabbin de Sardaigne après son départ pour Alghero en 13897. Il était le gendre de Léon Passapayre, issu d’une célèbre famille juive provençale originaire de Pertuis. Ce marchand juif était parmi les négociants les plus en vue dans la seconde moitié du XIVe siècle. Il était associé, entre autres, à Salomon de Bédarrides et à son beau-frère Cregut Profach, tous deux banquiers et entrepreneurs dans le corail, et membres influents de l’Assemblée des juifs, institution centrale de la communauté.

  • 8 Pour une première réflexion sur ce point, J. Sibon, « Notables juifs et noblesse urbaine chrétienn (...)

4Bondavin, Salomon et Cregut apparaissent des centaines de fois sous la plume des notaires marseillais. Les notables de la communauté juive constituent, en effet, une minorité très visible dans les sources latines. Ils entretenaient des contacts quotidiens avec les tabellions de la société majoritaire, dont ils consommaient fortement les services. En outre, ils recouraient librement et en toute confiance à la justice angevine. La société marseillaise du bas Moyen Âge se révèle, en effet, d’une grande porosité. Certes, dans l’environnement chrétien médiéval, les juifs étaient considérés comme les adeptes d’une foi concurrente et inférieure. En outre, ils constituaient une minorité institutionnalisée, dans la mesure où ils avaient un statut collectif légalement défini, dans le cadre de l’Universitas judeorum. Mais la forte position que les notables juifs occupaient à Marseille, ainsi que leur grande confiance dans leur présent et leur avenir, invitent à reconsidérer la pertinence du concept de « minorité » appliqué au groupe juif qui s’est pérennisé dans l’environnement urbain marseillais au XIVe siècle8.

  • 9 Il y eut quarante victimes à Toulon dans la nuit du 13 avril 1348, des assauts à la fin du mois da (...)
  • 10 M. Kriegel, Les Juifs à la fin du Moyen Âge dans l’Europe méditerranéenne, Paris, Hachette, 1979, (...)

5L’année 1348 ne sanctionna aucune coupure significative dans la vie juive marseillaise. Contrairement aux communautés de Toulon et de Haute-Provence9, celle de Marseille ne connut pas de massacres consécutifs à la première épidémie de Peste noire. En outre, les notables juifs de Marseille ne subirent qu’exceptionnellement des stigmatisations d’usure et des manifestations de rejet. Les archives latines marseillaises ne recèlent, pour le XIVe siècle, que cinq procès de prêteurs juifs pour usure, et trois preuves tangibles d’antijudaïsme, voire d’antisémitisme médiéval, tel que l’a identifié Maurice Kriegel10. Dans l’ensemble, force est de constater l’ouverture réciproque des élites des deux sociétés, majoritaire et minoritaire. Des formes de solidarités transcendaient les frontières communautaires et engendraient le mimétisme, parfois poussé jusqu’au synthétisme.

Les Angevins et les juifs de Marseille

L’héritage canonique

  • 11 Du mariage de Charles d’Anjou avec l’héritière de Raymond-Bérenger V, au legs transmis par le dern (...)
  • 12 S. Grayzel, The Church and the Jews in the XIIIth Century, vol. II, 1254-1314, New-York, Jewish Th (...)
  • 13 R. Foreville, Histoire des conciles œcuméniques 6. Latran I, II, III et Latran IV, Paris, Éditions (...)

6Les Angevins, tout comme les autres princes de l’Occident chrétien, s’appuyèrent sur la législation canonique pour définir le statut des juifs du comté de Provence, dont ils furent les maîtres de 1246 à 148111. La bulle Sicut Iudaeis, issue du premier concile de Latran réuni par Calixte II en 1123, fonda le statut des juifs dans l’Occident chrétien des derniers siècles du Moyen Âge. Elle posa l’interdiction des conversions forcées des juifs au christianisme, le respect de leurs sépultures dans un cimetière clos et embelli, ainsi que celui de leurs biens et de leur personne. Elle précisa, en particulier, que l’exécution d’un juif à mort pouvait se concevoir exclusivement à la suite d’une condamnation judiciaire12. Ces dispositions furent reprises par la suite avec divers aménagements. Latran III (1179) confirma les anciennes prescriptions. Le canon 26 ajouta que les juifs ne pouvaient ni posséder d’esclaves chrétiens ni témoigner contre un chrétien. Enfin, les canons 67, 68, 69 et 70 du concile de Latran IV réuni en 1215 par Innocent III marquèrent significativement l’histoire du judaïsme en Occident médiéval : ils imposèrent un taux pour le prêt à intérêt de 5 deniers par livre et par mois, le port de vêtements distinctifs, l’interdiction de l’exercice des charges publiques, et ils posèrent à nouveau le problème des conversions non sincères au christianisme13.

  • 14 G. Lesage, Marseille angevine. Recherches sur son évolution administrative, économique et urbaine, (...)
  • 15 Statuts V, 14, à savoir une pièce de tissu ronde et bicolore, portée ostensiblement sur la poitrin (...)
  • 16 R. Pernoud, Les Statuts municipaux de Marseille, Paris-Monaco, Libraire du Palais-A. Picard, 1949.

7La législation canonique sur les juifs fut ambiguë à plus d’un titre. Certes, elle les garantissait dans leurs biens et elle les protégeait des humiliations et des conversions forcées. Mais elle les désignait aussi dans leur singularité et elle visait à réduire leurs activités économiques. En outre, on note sa dualité : elle pouvait être, à tout moment, invoquée en sens contradictoires. La législation sur le port du vêtement spécifique est, à cet égard, saisissante : face au zèle des prélats français, Innocent III tempéra rapidement le canon 68 de Latran IV, en précisant que le signe distinctif ne devait en aucun cas porter préjudice aux juifs ! À Marseille, la disposition fut renforcée par Charles Ier d’Anjou qui, entre autres faveurs, accorda aux juifs de la ville l’interdiction du port d’insignes qualifiés de « vexatoires14 ». Néanmoins, l’obligation de porter la roto ou rouelle15 pour les hommes, et les orales ou voile pour les femmes mariées, figura au nombre des quatre restrictions imposées par les Statuts codifiés entre 1252 et 1257, après que Charles d’Anjou eut imposé son autorité sur la ville16. La documentation ne permet pas de saisir la rigueur avec laquelle la mesure fut appliquée. En revanche, il est clair que les trois autres prescriptions qui s’imposaient aux citoyens juifs de Marseille étaient contournées dans les faits.

Les prescriptions des Statuts de Marseille

  • 17 Statuts IV, 22.
  • 18 Archives Départementales des Bouches-du-Rhône (désormais ADBDR), 351 E 50 (fo 381 et 388), 351 E 5 (...)

8Tout d’abord, il leur était défendu d’embarquer à plus de quatre sur un navire. La mesure était assortie de l’interdiction absolue des voyages pour Alexandrie17. Depuis la perte de Saint-Jean d’Acre en 1291, le commerce marseillais avec l’Orient ne transitait plus que par le port égyptien. Or ce fut à destination d’Alexandrie que les négociants juifs de Marseille passèrent le plus de commandes dans le dernier quart du XIVe siècle, par l’intermédiaire des marchands chrétiens qui leur ouvraient la voie ! Les registres notariés recèlent plus d’une dizaine de contrats de commande, passés, entre autres, par Salomon de Bédarrides et Léon Passapayre, entre 1381 et 138418. Ils expédiaient du corail, des toiles, de l’huile et des fruits secs, et importaient du poivre, du gingembre et du sucre, destinés à nourrir les échanges internationaux et à être écoulés sur les marchés catalans, les marchés de France (Paris) et de Flandres (Bruges).

  • 19 Y. F. Baer, A History of the Jews in Christian Spain, traduit de l’hébreu par L. Schoffman, Philad (...)

9En outre, les marchands juifs de Marseille entretenaient des contacts avec Alexandrie par d’autres relais, tel Rhodes, Damas ou Beyrouth, où ils pouvaient se rendre personnellement, et même Barcelone, qu’ils fréquentaient régulièrement : la famille juive des Ascandrini qui avait quitté Alexandrie dès le milieu du XIIIe siècle pour la Catalogne, y promouvaient les relations commerciales entre l’Occident et leur cité d’origine19.

  • 20 Statuts V, 8.
  • 21 D. Sansy, L’Image du juif en France du Nord et en Angleterre du XIIe au XVe siècle, thèse de docto (...)
  • 22 A. Crémieux, « Les juifs de Marseille… », op. cit., XLVII, Pièce justificative no 2, p. 63-64.

10Quant à l’interdiction de travailler les dimanches et les jours de fête observés par les chrétiens, elle était sans doute avant tout destinée à manifester l’infidélité des juifs20. Elle témoigne, en effet, du souci constant de l’Église d’empêcher tout comportement injurieux et blasphématoire à l’égard de la chrétienté21. D’ailleurs, elle ne semble pas avoir perturbé l’activité économique des juifs, et en particulier celle des prêteurs : ils profitèrent manifestement de la disponibilité de leur clientèle chrétienne le dimanche pour effectuer leurs opérations de prêt, y compris en place publique ! Bondavin de Draguignan réalisa 20 % de ses opérations le dimanche, et Salomon de Bédarrides et Cregut Profach environ 30 %. D’ailleurs, la confirmation des privilèges des juifs par la reine Marie de Blois à son « familier » maître Bonjuson Bondavin le 23 janvier 1388 confirme que la règle était régulièrement enfreinte par les juifs de Marseille : le syndic juif obtint pour ses coreligionnaires l’autorisation de travailler les dimanches et les jours des fêtes chrétiennes à condition que leurs portes restassent closes. Du même coup, toutes les peines prononcées pour cette raison furent annulées22.

  • 23 Statuts II, 9.
  • 24 ADBDR 3 B 112, fo 410 et 3 B 1014.
  • 25 ADBDR 3 B 125, fo 207 sq

11Enfin, l’interdiction de témoigner en justice contre un chrétien ne s’imposa pas de manière systématique23. Un échantillon de treize affaires issues des archives de la Cour du Palais fait apparaître le rôle de juifs impliqués en tant que tiers, procureurs ou témoins, dans des procès qui opposèrent deux parties chrétiennes. Or, l’illégalité ne fut relevée que dans seulement deux cas24. Le premier date de février 1388, au cours duquel le caractère licite du témoignage du juif Vivon Vital alias Cordier en faveur de Bertrande Vassal, opposée au marchand Jacques Aubrulhan au sujet de la valeur d’une quantité de poissons salés, fut contestée par le procureur de ce dernier. On ne connaît pas l’issue de la procédure, mais le second exemple permet de douter du poids de l’argumentation face à un juge de la Cour du Palais. En effet, ce ne fut qu’en troisième instance, à la Cour des Secondes Appellations, en février 1399, que le défendeur Jacques Mercier, opposé à dame Mariette Ricau, invoqua les Statuts afin de contester le rôle de Cregut Profach, appelé à témoigner contre le marchand chrétien. Ce n’était pourtant pas la première fois que le notable juif représentait Mariette, issue d’une grande famille du patriciat urbain chrétien : en novembre 1395, il avait déjà joué ce rôle lorsqu’elle attaquait un certain Jean Guerès pour dette impayée, sans que cela semble avoir posé problème, pas même à la défense25 !

  • 26 J-P. Boyer, « Construire l’État en Provence. Les « Enquêtes administratives » (mi-XIIIe siècle-mi- (...)
  • 27 C. Giraud, Essai sur l’histoire du droit français au Moyen Âge, Paris, Videcoq père et fils, 1846, (...)
  • 28 ADBDR 3 B 59, fo 43 sq., « Serment des courtiers et des vendeurs à l’encan de Marseille », septemb (...)

12La législation angevine fut tout aussi ambiguë que celle de l’Église26. Certes, la « constitution » de la ville de Marseille ne reprit pas le canon 69 de Latran IV sur l’interdiction faite aux juifs d’exercer des charges publiques. Mais un statut de 1266, précisé en 1294, posa l’interdiction explicite pour eux d’exercer un quelconque pouvoir public sur un chrétien27. Pour autant, tout au long du XIVe siècle, les juifs et les juives de Marseille accédèrent en nombre au statut de courtier, défini comme un officium, c’est-à-dire comme une charge municipale, ainsi qu’à celui de vendeur public à l’encan (incantator publicus et incantatrix publica)28.

  • 29 ADBDR B 2564, et J. Shatzmiller, « Les Juifs de Provence pendant la Peste noire », Revue des Étude (...)

13En outre, en sus des possibilités de contournements à la règle largement exploitées avec la complicité du patriciat urbain chrétien, les juifs de Marseille ont joui des mesures très libérales concédées par les Angevins. « Serfs de la chambre royale », ils bénéficiaient, à ce titre, de la protection du prince, en échange du paiement de la « taille des Juifs » (tallia judeorum). Cette contribution leur était imposée chaque année collectivement par le pouvoir central. Son montant était variable, et il pouvait même être négocié. Ainsi, au lendemain de l’épidémie pesteuse, les juifs de Provence exploitèrent les violences dont certaines communautés venaient d’être victimes, pour obtenir des remises fiscales29. Les syndics soulignèrent qu’en certains lieux du comté, des chrétiens s’étaient dressés en armes contre les juifs, au point de « les réduire à néant », et ils obtinrent que le montant de la taille fût ramené de 2 000 à 1 000 livres. Dans la mesure où les émeutiers épargnèrent les grandes communautés d’Arles, d’Aix et de Marseille, il est clair que les syndics juifs noircirent le tableau, et on doute que le sénéchal fût dupe ! Or, le fait qu’il prît la requête en compte confirme que le montant de l’impôt dépendit, au bout du compte, non de la capacité contributive des juifs, mais, plus vraisemblablement, de leur relation avec le pouvoir central.

  • 30 J. Shatzmiller, « Structures communautaires juives à Marseille : autour d’un contrat de 1278 », Pr (...)
  • 31 A. de Boüard, Actes des lettres de Charles Ier d’Anjou, roi de Sicile, concernant la France (1257- (...)
  • 32 G. Lesage, Marseille angevine…, op. cit., p. 93.

14Or, celle que les juifs de Marseille entretinrent avec le comte fut positive, dès les premiers temps de la domination angevine sur la Provence. Tout d’abord, ils étaient « citoyens de Marseille » au même titre que leurs voisins chrétiens. En outre, par le traité de novembre 1262, Charles d’Anjou imposa qu’ils lui appartiennent et qu’ils ne payent d’impôts qu’à lui, afin de les protéger des abus des fonctionnaires locaux30. En 1276, il les remboursa d’un voyage effectué à sa cour par leurs envoyés31. Surtout, en 1270 et en 1276, lorsqu’il frappa tous les juifs de Provence de taxes de 6 000 et de 15 000 livres tournois, il précisa que les juifs de Marseille en étaient exemptés32. Comment expliquer de telles faveurs ?

  • 33 J. Sibon, Les Juifs de Marseille…, op. cit., chapitre 1.

15Ce fut en 1262 que Charles d’Anjou parvint à imposer définitivement son autorité sur la ville. À cette date, le patriciat urbain chrétien s’était entièrement rallié à lui. Lorsqu’il fut investi du trône de Naples par le pape Urbain IV en 1263, Charles d’Anjou comprit le rôle que pouvait jouer Marseille dans son « royaume méditerranéen », et il mit en place une coopération sincère afin d’assurer la prospérité du port provençal. Les libéralités envers les juifs de la ville s’inscrivirent dans cette politique. Les comtes de la Première Maison d’Anjou saisirent l’importance de leur rôle dans l’activité commerciale du port, ainsi que dans la circulation des capitaux, par le biais du prêt à intérêt, dont les fruits revenaient au patriciat urbain chrétien, contributeur potentiel à la politique panitalienne angevine après les Vêpres siciliennes (1282)33. Or, le souci constant de leur prospérité et de leur fidélité, les conduisit à prendre part à des conflits de juridiction avec l’évêque de la ville.

Les conflits de juridiction entre le comte et l’évêque

16La ville de Marseille resta administrativement divisée jusqu’en 1348. Dès l’origine, le comte était responsable de l’administration de la ville basse, tandis que celle de la ville haute revenait à l’évêque. Mais en 1257, l’évêque Benoît d’Alignan fit don de la seigneurie de la ville haute à Charles d’Anjou. Du même coup, Charles jouissait désormais de la juridiction sur les deux Universités des juifs de Marseille. Pour autant, il semble que le conflit entre pouvoir temporel et pouvoir spirituel se cristallisa notamment autour de la question de la juridiction des juifs de la ville, et que les évêques de Marseille n’eurent de cesse, au moins jusqu’au tournant du XVe siècle, d’affirmer leurs prérogatives dans ce domaine.

  • 34 A. Crémieux, « Les Juifs de Marseille… », op. cit., XLVII, pièce justificative no 25, p. 82-84.
  • 35 ADBDR 5 G 771, fo 106-108 vo.
  • 36 Il y avait trois synagogues simultanément en service à Marseille au XIVe siècle : deux dans la jui (...)
  • 37 S. W. Baron, The Jewish Community. Its History and Structure to the American Revolution, Philadelp (...)

17Dans une ordonnance datée du 9 octobre 1389, le comte Louis II réaffirma son devoir de défense particulière envers ses sujets placés, par le fait de leur religion, dans une condition inférieure à celle des autres habitants de ses États. Le prince précisait alors que les juifs restaient « sous sa seule protection »34. Onze ans plus tard, en février 1400, l’évêque rétorqua en demandant aux syndics de l’Université des juifs de Marseille de lui présenter la copie d’un document contenant les « libertés, franchises et immunités » accordées à la communauté par l’évêque Pierre de Montlaur en 121835. Il cherchait ainsi à conserver son rôle de maintien des juifs dans l’infériorité, en reprenant les anciennes dispositions épiscopales sur l’interdiction de construire de nouvelles synagogues sans la licence de l’évêque36, et en confirmant le cimetière des juifs, sis à l’extérieur des remparts, sur le Mont judaïque. Le cimetière était, en effet, l’instrument le plus symbolique et le plus fréquemment utilisé pour manifester l’infériorité des juifs37. Partout où ils vivaient en minorité, ils dépendaient des autorités locales pour obtenir un lieu de sépulture sur le territoire de la ville. En outre, tout juif étranger à la cité devait obtenir des autorités locales l’autorisation de s’y faire enterrer. Enfin, les juifs eurent toujours besoin du concours de la Commune et de l’Église pour préserver le lieu inviolé.

18Quoi qu’il en fût, les juifs de Marseille retirèrent des avantages pratiques de ces conflits de juridiction entre le comte et l’évêque. Les notables de la communauté parvinrent à faire évoluer leur condition au quotidien, pas seulement en obtenant des faveurs, ni en opérant des entorses à la règle ou en échafaudant des stratégies de contournement, mais aussi en intervenant plus ou moins directement dans le jeu politique de la cité, par le truchement de puissantes relations.

Solidarités intercommunautaires

Affaires d’argent et affaires d’amitié

  • 38 C. Maurel, « Du citadinage à la naturalité. L’Intégration des étrangers à Marseille (XIIIe - XVIe (...)

19Les juifs de Marseille remplissaient donc les trois critères déterminants de la citoyenneté marseillaise, à savoir la résidence, la vassalité envers le comte et la participation aux charges communes38. En revanche, exclus de certains réseaux de sociabilité citadine, tels que les métiers, les confréries et les paroisses, ils mettaient en œuvre des techniques de contact parfois inattendues. La plus visible dans les sources est le prêt à intérêt, qui, loin d’engendrer la marginalisation des juifs à Marseille au XIVe siècle, créait du lien social et des solidarités par-delà les frontières communautaires.

  • 39 J. Shatzmiller, Shylock revu et corrigé…, op. cit.

20Avec l’exemple de Bondavin de Draguignan, Joseph Shatzmiller a déjà montré à quel point les relations de crédit pouvaient être personnelles39. Elles reposaient sur la confiance accordée au créancier juif, ainsi que sur sa réputation et son honneur. En outre, l’analyse du circuit des capitaux qui passaient entre les mains des juifs de Marseille au XIVe siècle a mis au jour, de manière surprenante, que le crédit « juif » était financé par le patriciat urbain chrétien. Les capitalistes étaient issus des familles anciennement enrichies grâce au commerce maritime, tels les Vivaud et les Jérusalem, ainsi que des armateurs et des marchands drapiers et épiciers de notoriété plus récente, à l’instar des Austria, des Francie et des Favas, tous présents au sein du Conseil municipal et fervents soutiens des Angevins.

  • 40 H. Bresc, « Marseille dans la guerre des vêpres siciliennes », dans Marseille et ses rois de Naple (...)

21En effet, dans la mesure où leur activité économique dépendait des relations avec l’Italie du Sud, les armateurs marseillais construisirent et armèrent des escadres contre les Aragonais pour soutenir la cause angevine dès le lendemain des Vêpres siciliennes (1282). Dans des expéditions pour le moins périlleuses, ils perdirent beaucoup de navires et Marseille subit une véritable saignée en hommes de mer, jusqu’à la bataille de Lipari en 1341, dernière grande rencontre navale40. En outre, à la mort du roi Robert en 1343, la maison d’Anjou fut confrontée à un problème dynastique : sa petite-fille Jeanne dut lutter face aux branches des Tarente, des Hongrie et des Duras qui prétendaient à la succession. Or, les Marseillais lui restèrent toujours fidèles, même après sa mort en 1382. Ils soutinrent Louis d’Anjou, frère du roi de France Charles V, que Jeanne avait adopté, puis Marie de Blois, veuve de Louis Ier en 1384, et leur fils Louis II, tandis que la majorité des villes du comté, regroupées dans l’Union d’Aix, choisirent le parti de Charles de Duras, avant de se rallier à la Seconde Maison d’Anjou en 1387.

  • 41 D. Smail, « Telling Tales in Angevin Courts », French Historical Studies, 20 (Printemps 1997), no (...)

22Les relations tissées par les notables juifs de Marseille en amont du crédit étaient extrêmement solides. Elles transcendaient les clivages qui scindaient le patriciat urbain chrétien impliqué dans les luttes des factions rassemblées autour des deux grandes familles rivales des Vivaud et des Jérusalem41. Ainsi dans la seconde moitié du siècle, Salomon de Bédarrides et son frère Astruguet jouaient le rôle d’intermédiaires tant pour les Vivaud et leurs alliés les Solières, que pour les Monteils de la faction rivale des Jérusalem. En outre, ces liens étaient solides et durables. En cela, ils contrastaient fortement avec les associations très versatiles qui se nouaient et se dénouaient sans cesse au sein des élites juives marseillaises. Elles étaient forgées sur le court terme, par des contrats de société qui couraient le plus souvent entre un an et quelques mois.

  • 42 ADBDR 351 E 675, fo 23-46.
  • 43 S. D. Goitein, A Mediterranean Society. The Jewish Communities of the Arab World as Portrayed in t (...)

23Bien que commerciales, ces relations au sein des élites juives étaient quasi affectives, comme l’illustre le procès daté de février 1391, qui opposa Léon Passapayre à son ancien « familier » (famulus sive servitor) Dieulosal Astruc alias Juffel42. Dieulosal était jadis chargé par son ancien « maître » (magister) de diverses opérations commerciales en son nom. Le vocabulaire émotionnel utilisé devant la Cour connote les liens sociaux qui unissaient alors les deux hommes, qui semblaient liés par la relation d’éducation entre un « maître » et son « apprenti », à l’instar de ce que Goitein a observé dans le monde de la Geniza43. Dans cette affaire, Léon Passapayre et d’autres plaignants émirent des accusations fallacieuses afin de porter préjudice à Dieulosal et de le diffamer. Ils se définirent comme ses « ennemis capitaux » et ne dissimulèrent pas la haine et la rancœur qu’ils cultivaient alors à son endroit. Plus généralement, l’ensemble de la documentation marseillaise permet de saisir combien les alliances au sein des élites juives étaient fragiles, facilement rompues et réversibles. Les inimitiés semblent avoir été particulièrement virulentes au sein du milieu des corailleurs.

  • 44 ADBDR 355 E 288, fo 1.

24Or, on n’observe rien de tel entre les notables juifs et les élites chrétiennes marseillais. Au contraire, il appert que leurs relations impliquaient un investissement affectif lourd. Quel exemple l’illustre mieux, sinon la confiance très forte qui s’était établie entre la famille juive des Privas et la famille noble chrétienne des Saint-Jacques ? Le 30 avril 1350, en effet, Gentila, femme de Samuel de Privas, trouva le moyen d’échapper à la banqueroute en transmettant tous ses biens meubles et immeubles, présents et à venir, à Raynaud de Saint-Jacques, par le biais d’une donation entre vifs, que l’on présume tacitement temporaire44.

25La nature de ces liens éclaire la complicité déjà soulignée entre les élites des deux sociétés, qui facilita les stratégies de contournement des règles qui s’imposaient aux juifs de Marseille en vertu des Statuts de la ville. Elle explique aussi les « criées » ou règlements municipaux favorables aux juifs de la ville, impliqués individuellement ou collectivement dans la vie de la cité.

L’implication des juifs dans la vie de la cité

  • 45 H. Bresc, Arabes de langue, juifs de religion. L’évolution du judaïsme sicilien dans l’environneme (...)

26À l’instar de leurs coreligionnaires de Sicile et de Malte, qui bénéficiaient d’une citoyenneté complète, et qui entrèrent pleinement dans l’ère de la relation égalitaire avec les chrétiens à partir des années 133045, les juifs de Marseille furent des citoyens actifs. Ils participèrent au fonctionnement administratif de la cité, en assumant, par exemple, la collecte des impôts auprès de leurs voisins en tant qu’îlotiers, et offrirent à la municipalité leurs compétences de médecins ou de courtiers.

  • 46 Archives Communales de Marseille (désormais ACM) CC 2263, Comptes d’emprunts, registres des quotit (...)
  • 47 ACM EE 4, fo 110 (Comptes de clavaires).
  • 48 ACM CC 193, fo 92 et 97 (Registres des mandats délivrés par les syndics et les Six de la Guerre, r (...)

27Surtout, ils partagèrent les choix politiques que fit Marseille, et s’impliquèrent dans la défense de la cité. Ainsi, en 1357, lorsque les bandes de routiers démobilisés après la bataille de Poitiers appuyèrent la rébellion des Duras et menacèrent Marseille, les juifs portèrent des pierres aux remparts de la ville. Ils contribuèrent aussi aux dépenses consécutives aux sièges d’Auriol et de Roquevaire46. En outre, en 1374, le trésorier de la ville de Marseille indemnisa un juif dont on ignore l’identité, qui avait été chargé de porter des lettres émanant du viguier auprès de l’un de ses ambassadeurs47. Malheureusement, on ignore l’objet précis de la mission. Il s’agissait peut-être d’une relation discrète dans la conjoncture troublée par les bandes de routiers ou par l’alliance entre Charles de Duras et Louis de Hongrie. En 1384, enfin, Léon Passapayre participa au ravitaillement en blé de la ville, souci constant des autorités municipales dans le contexte troublé par les guerres de l’Union d’Aix, et surtout par la rivalité sur mer entre Angevins et Aragonais. Le négociant juif importa plusieurs tonnes de froment d’Arles et de Catalogne48.

  • 49 A. Crémieux, « Les Juifs de Marseille… », op. cit., p. 13.

28Outre ces données sûres, la nature des relations que les notables juifs de Marseille cultivaient avec les grandes familles de la noblesse marseillaise d’une part, et les délibérations municipales favorables à la communauté juive tout au long du XIVe siècle d’autre part, laissent penser qu’ils purent, par des marges de manœuvre souterraines, peser sur les décisions du Conseil et prendre position en tant que corps politique au sein de la cité. En relevant dans les Archives municipales tous les règlements pris en faveur des juifs de Marseille, Crémieux avait conclu à la « sollicitude bienveillante et équitable du Conseil et des magistrats à l’égard des juifs marseillais49 ». On peut désormais davantage y percevoir les indices de l’intervention en sous-main des notables juifs et de leur capacité à peser dans les rapports de force au sein de la cité.

Mimétisme et synthétisme

29Enfin, les solidarités entre les deux élites, juive et chrétienne, engendrèrent des similitudes de pratiques familiales et culturelles, résultats d’un véritable mimétisme. À cet égard, l’analyse des pratiques onomastiques est éclairante. Sur le modèle du patriciat urbain chrétien, les familles juives les plus en vue adoptèrent le lignage et usèrent d’un patrimoine de noms personnels marqueurs de notabilité, sans qu’il s’agisse, pour autant, d’un phénomène d’assimilation onomastique à proprement parler. Les juifs de Marseille au bas Moyen Âge perpétuèrent l’archaïsme comme signe de différence avec la société majoritaire, par l’emploi de noms bibliques, tels Abraham, Moïse, Joseph, Salomon, Isaac ou Samuel, et de noms provençaux tombés en désuétude chez les chrétiens, comme, par exemple, Astruc, Crescas, Cregut, Comprat ou Gardet.

30Le mimétisme passa donc par l’adoption de certains des usages élitistes de la noblesse urbaine. En effet, bien qu’il fût généralisé dans la société provençale, le système patronymique n’était pas en vigueur dans la communauté juive de Marseille au XIVe siècle. Le système traditionnel biblique prédominait : la particule hébraïque ben était omise, mais l’identité des juifs demeurait composée du nom personnel, suivi de celui du père. Quant au choix de la transmission patrilinéaire sur plusieurs générations, il restait marginal. Seules quelques familles se distinguaient de ce point de vue, tels les Palerme et les Marvan. Toutes deux, peut-être originaires du monde de la Geniza, étaient, à Marseille au XIVe siècle, des lignées de médecins et de rabbins, au sein desquelles savoir et « patronyme » se transmirent, au moins sur cinq et six générations. Ce choix ressortissait à la volonté de s’inscrire dans une parenté verticale par imitation des pratiques du patriciat urbain avec lequel elles étaient en contact étroit. Il trahit le souci de marquer sa place dans la société en général.

31De surcroît, bien que l’absence de système patronymique pût aboutir à l’homonymie, les juifs de Marseille puisaient leurs noms personnels dans un réservoir relativement limité et peu remanié. Les stocks des noms hébraïques et des noms profanes auguraux ne semblent avoir jamais dépassé la vingtaine, ce qui renforce leur rôle de marqueur social. Tandis que l’usage des noms « juifs » constituait, en effet, le label des lignées les plus en vue de la communauté juive de Marseille, dont le prestige reposait sur le savoir, le capital et la fortune foncière, celui des noms issus du parler local et emprunté au répertoire chrétien était plus fort dans les familles moins prestigieuses. En conséquence, il appert que le recours aux noms hébraïques ne participa pas d’une stratégie de défense face à la menace externe de l’assimilation, mais qu’elle procéda plutôt de la culture d’un particularisme de type aristocratique, perpétré par des élites juives conscientes d’elles-mêmes et soucieuses de se distinguer par le nom.

  • 50 J. Shatzmiller, Shylock revu et corrigé…, op. cit., Annexe 2, p. 219-222.
  • 51 ADBDR 381 E 80, fo 143.

32La mise en place de stratégies patrimoniales d’accumulation de biens fonciers et immobiliers releva aussi d’un comportement élitiste imité de la noblesse urbaine. Elle s’observe le mieux chez Bondavin de Draguignan et sa descendance. Certes, la documentation livre les traces d’acquisitions involontaires de parcelles dans le cadre de l’activité du prêt à intérêt, bien vite liquidées d’ailleurs. Mais Bondavin manifesta aussi le souci de préserver et d’accroître le patrimoine immobilier et foncier reçu en héritage par testament de son père Abraham, mort en 131650. Il fit l’acquisition intentionnelle de vignes, de jardins et d’immeubles, ainsi que de leurs revenus. Au milieu du XIVe siècle, il possédait deux maisons, un « casal » et la moitié d’un atelier dans la juiverie de la ville basse, ainsi que deux autres maisons à l’extérieur de la juiverie, à Saint-Augustin et dans la rue des Fabres. Au même moment, il reçut deux vergers en donation de noble André Bonvin51, qui s’étendaient derrière sa demeure, juste à côté du jardin, et qui restèrent dans le patrimoine familial au moins jusqu’en 1389, tandis que maître Bonjuson Bondavin en était le propriétaire, après avoir entièrement hérité de la fortune de son arrière-grand-père. La tactique de conservation du patrimoine mise en place par Bondavin fut poursuivie par son héritier, qui confia la gestion de ses biens à son beau-père Léon Passapayre après qu’il eut quitté Marseille pour la Sardaigne. Ce dernier assura notamment la mise en valeur du patrimoine foncier de Bonjuson en poursuivant les concessions de terre en métayage par le biais de contrats de location.

33L’accumulation patrimoniale offrait des avantages économiques. Elle permettait de contrôler une partie de la production viticole du terroir marseillais. Les juifs de Marseille ne produisaient pas le vin kasher seulement pour le rite et la taverne ; ils l’exportaient en grande quantité, vers la Catalogne surtout. De plus, dans la mesure où le recouvrement des dettes s’opérait par le biais de la saisie immobilière et foncière, la possession de biens-fonds offrait la possibilité de gager la plupart des autres activités économiques. Enfin, elle visait à faciliter l’installation des fils et des filles.

34Néanmoins, elle définissait bien plus que l’assise matérielle. Les bona incluaient les biens-fonds, les droits, les héritages et les biens meubles, et définissaient aussi la position sociale et la fama. Ils étaient connus et divulgués oralement, par les bavardages, dont les témoignages consignés dans les archives judiciaires parvenues jusqu’à nous se font l’écho.

*

  • 52 E. Renan et A. Neubauer, Les Écrivains juifs français du XIVe siècle, Paris, Imprimerie nationale, (...)
  • 53 J. Sibon, Les Juifs de Marseille…, op. cit., chapitre 9.

35Ces quelques exemples militent en faveur de l’ouverture réciproque entre juifs et chrétiens à Marseille au XIVe siècle, parfois poussée jusqu’au synthétisme, comme l’atteste l’existence d’une frange de néophytes dans la ville tout au long du bas Moyen Âge. Certes, les juifs constituaient une minorité institutionnalisée et consciente d’elle-même. Le traducteur juif provençal Todros Todrosi, qui naquit à Arles vers 1314 et vécut à Trinquetailles, se disait du mizra ha-yehudim, traduit par Renan et Neubauer à la fin du XIXe siècle par « la race des juifs »52. Néanmoins, les intellectuels juifs de Marseille furent réceptifs à l’héritage de Maïmonide, qui ne réduisait pas le christianisme à une hérésie totale, ni à une simple forme d’idolâtrie. Il reconnaissait même une morale commune aux juifs et aux chrétiens. À cet égard, il est d’ailleurs frappant de constater que les néophytes marseillais ne subissaient aucune rancune de la part de leurs anciens coreligionnaires53.

  • 54 M. Kriegel, « Prémarranisme et Inquisition en Provence au XIVe siècle », Provence historique, XXVI (...)

36Le synthétisme fut tel, que les rabbins cherchèrent à renforcer le mur du rite, avec la collaboration des autorités municipales. La crainte était réciproque, en effet, d’autant que l’ouverture pouvait aussi conduire au syncrétisme : en 1290, le pape Nicolas IV condamnait les chrétiens qui allumaient des luminaires dans la synagogue de Marseille et qui y observaient des vigiles le samedi, dans le but de récupérer la santé ou la fécondité, de placer une naissance sous de bons auspices ou encore d’assurer le retour des naufragés54 ! Nul doute que le judaïsme séduisit. Si les réactions de séparatisme de l’Église à son encontre sont bien connues, il reste à analyser et à comprendre les raisons de l’ouverture des chrétiens vis-à-vis du judaïsme, question que l’analyse des contacts quotidiens et étroits entre juifs et chrétiens à Marseille au XIVe siècle rend ô combien pertinente.

Notes

1 L’auteur, dont on ne sait de lui que la qualité d’agrégé d’histoire, a pris soin de signer toutes ses publications en abrégeant son prénom. On est tenté de croire que, tout comme son célèbre homonyme, il se dénommait Adolphe.

2 A. Crémieux, « Les Juifs de Marseille au Moyen Âge », Revue des Études Juives, XLVI (1903), p. 1-47 et p. 246-268, et XLVII (1904), p. 62-86 et p. 243-261.

3 J. Sibon, Les Juifs de Marseille au XIVe siècle, Paris, Cerf, à paraître (Nouvelle Gallia Judaïca).

4 E. Baratier, La Démographie provençale du XIIIe au XVIe siècle, Paris, 1961, p. 60-70, et D. SMAIL, « The General Taille of Marseille : A Social and Demographic Study », Provence Historique, XLIX (1999), fasc. 195-196, p. 473-485.

5 J. Shatzmiller, Shylock revu et corrigé. Les Juifs, les chrétiens et le prêt d’argent dans la société médiévale, trad. de l’anglais par S. Piron, Paris, Les Belles Lettres, 2000.

6 J. Sibon, Les Juifs de Marseille…, op. cit.

7 I. Bloch, « Bonjusas Bondavin », Revue des Études Juives, VIII (1884), p. 280-283, et C. Roth, The History of the Jews of Italy, Philadelphie, The Jewish Publication Society of America, 1946, p. 265.

8 Pour une première réflexion sur ce point, J. Sibon, « Notables juifs et noblesse urbaine chrétienne à Marseille au XIVe siècle. Frontières labiles et limites de la marginalité », dans S. Laithier et V. Vilmain (éd.), L’Histoire des minorités est-elle une histoire marginale ?, Colloque international étudiant, EPHE-Sorbonne, mai 2007, Paris, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, 2008, p. 59-71.

9 Il y eut quarante victimes à Toulon dans la nuit du 13 avril 1348, des assauts à la fin du mois dans les villages de Riez, Moustiers, Mézel, Estoublon et Digne, puis, à la mi-mai, à Manosque et à Forcalquier. Enfin, à La Baume, près de Sisteron, un seul homme échappa au massacre.

10 M. Kriegel, Les Juifs à la fin du Moyen Âge dans l’Europe méditerranéenne, Paris, Hachette, 1979, (Pluriel), p. 241 ; pour une définition de l’antisémitisme médiéval, G. Langmuir, Toward a Definition of Antisemitism, Berkeley-Los Angeles-Oxford, University of California Press, 1990.

11 Du mariage de Charles d’Anjou avec l’héritière de Raymond-Bérenger V, au legs transmis par le dernier représentant de la Seconde Maison d’Anjou, Charles III, au roi de France Louis XI.

12 S. Grayzel, The Church and the Jews in the XIIIth Century, vol. II, 1254-1314, New-York, Jewish Theological Seminary of America, 1989, p. 4-5.

13 R. Foreville, Histoire des conciles œcuméniques 6. Latran I, II, III et Latran IV, Paris, Éditions de l’Orante, 1965, p. 380-382.

14 G. Lesage, Marseille angevine. Recherches sur son évolution administrative, économique et urbaine, de la victoire de Charles d’Anjou à l’arrivée de Jeanne Ire (1264-1348), Paris, Éditions de Boccard, 1950, p. 92.

15 Statuts V, 14, à savoir une pièce de tissu ronde et bicolore, portée ostensiblement sur la poitrine.

16 R. Pernoud, Les Statuts municipaux de Marseille, Paris-Monaco, Libraire du Palais-A. Picard, 1949.

17 Statuts IV, 22.

18 Archives Départementales des Bouches-du-Rhône (désormais ADBDR), 351 E 50 (fo 381 et 388), 351 E 51 (fo 110 vo et 123), 351 E 53 (fo 160 vo, 107 et 113 vo), 351 E 54 (fo 32 vo), et 351 E 55 (fo 205, 207 et 209 vo).

19 Y. F. Baer, A History of the Jews in Christian Spain, traduit de l’hébreu par L. Schoffman, Philadelphie, Jewish Publication Society of America, 1961-1966, p. 209.

20 Statuts V, 8.

21 D. Sansy, L’Image du juif en France du Nord et en Angleterre du XIIe au XVe siècle, thèse de doctorat non publiée, Nanterre, Université de Paris X-Nanterre, 1993, p. 366-369.

22 A. Crémieux, « Les juifs de Marseille… », op. cit., XLVII, Pièce justificative no 2, p. 63-64.

23 Statuts II, 9.

24 ADBDR 3 B 112, fo 410 et 3 B 1014.

25 ADBDR 3 B 125, fo 207 sq

26 J-P. Boyer, « Construire l’État en Provence. Les « Enquêtes administratives » (mi-XIIIe siècle-mi-XIVe siècle) », dans L’Espace provençal sous l’administration de la première maison d’Anjou-Naples, CHAEP, Université Jean Moulin Lyon 3, Lyon, 1994, p. 1-26.

27 C. Giraud, Essai sur l’histoire du droit français au Moyen Âge, Paris, Videcoq père et fils, 1846, t. 2, p. 29.

28 ADBDR 3 B 59, fo 43 sq., « Serment des courtiers et des vendeurs à l’encan de Marseille », septembre 1356, notamment.

29 ADBDR B 2564, et J. Shatzmiller, « Les Juifs de Provence pendant la Peste noire », Revue des Études Juives, CXXXIII (1974), p. 457-480.

30 J. Shatzmiller, « Structures communautaires juives à Marseille : autour d’un contrat de 1278 », Provence historique, XXIX (1979), fasc. 115, p. 33-42, ici p. 42.

31 A. de Boüard, Actes des lettres de Charles Ier d’Anjou, roi de Sicile, concernant la France (1257-1284) : extraits de registres angevins de Naples, Paris, Éditions de Boccard, 1926.

32 G. Lesage, Marseille angevine…, op. cit., p. 93.

33 J. Sibon, Les Juifs de Marseille…, op. cit., chapitre 1.

34 A. Crémieux, « Les Juifs de Marseille… », op. cit., XLVII, pièce justificative no 25, p. 82-84.

35 ADBDR 5 G 771, fo 106-108 vo.

36 Il y avait trois synagogues simultanément en service à Marseille au XIVe siècle : deux dans la juiverie de la ville basse, et une dans celle de la ville haute.

37 S. W. Baron, The Jewish Community. Its History and Structure to the American Revolution, Philadelphie, The Jewish Publication Society of America, 1942, vol. 1, p. 283, et A Social and Religious History of the Jews. Late Middle Ages and Era of European Expansion. 1200-1650: Under Church and Empire, vol. 9, New York, Columbia University Press, Philadelphie, The Jewish Publication Society of America, 1965, p. 49-55.

38 C. Maurel, « Du citadinage à la naturalité. L’Intégration des étrangers à Marseille (XIIIe - XVIe siècles) », Provence historique XLIX (1999), fasc. 195-196, p. 333-352, et « Habitants et citoyens de Marseille à l’automne du Moyen Âge (XIVe et XVe siècles) », Marseille, 159 (mai 1991), p. 46-68.

39 J. Shatzmiller, Shylock revu et corrigé…, op. cit.

40 H. Bresc, « Marseille dans la guerre des vêpres siciliennes », dans Marseille et ses rois de Naples. La Diagonale angevine : 1265-1382, I. Bonnot (éd.), Marseille-Aix-en-Provence, Édisud, 1988, p. 43-49.

41 D. Smail, « Telling Tales in Angevin Courts », French Historical Studies, 20 (Printemps 1997), no 2, p. 188-215.

42 ADBDR 351 E 675, fo 23-46.

43 S. D. Goitein, A Mediterranean Society. The Jewish Communities of the Arab World as Portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, Berkeley, University of California Press, 1978, vol. 1, Economic Foundations, p. 161-164, et vol. 2, The Community, p. 191-192.

44 ADBDR 355 E 288, fo 1.

45 H. Bresc, Arabes de langue, juifs de religion. L’évolution du judaïsme sicilien dans l’environnement latin, XIIe-XVe siècles, Paris, Bouchène, 2001, p. 31-33.

46 Archives Communales de Marseille (désormais ACM) CC 2263, Comptes d’emprunts, registres des quotités versées pour l’emprunt en vue de satisfaire aux accords conclus avec les Génois.

47 ACM EE 4, fo 110 (Comptes de clavaires).

48 ACM CC 193, fo 92 et 97 (Registres des mandats délivrés par les syndics et les Six de la Guerre, rubrique « Rèves du blé »).

49 A. Crémieux, « Les Juifs de Marseille… », op. cit., p. 13.

50 J. Shatzmiller, Shylock revu et corrigé…, op. cit., Annexe 2, p. 219-222.

51 ADBDR 381 E 80, fo 143.

52 E. Renan et A. Neubauer, Les Écrivains juifs français du XIVe siècle, Paris, Imprimerie nationale, 1893, p. 224.

53 J. Sibon, Les Juifs de Marseille…, op. cit., chapitre 9.

54 M. Kriegel, « Prémarranisme et Inquisition en Provence au XIVe siècle », Provence historique, XXVII (1977), fasc. 109, p. 313-323, ici p. 314-315.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540