Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Minorités et régulations sociales en Méditerranée médiévale

 | 
John Tolan
, 
Stéphane Boissellier
, 
François Clément

Deuxième partie. Minorités de pouvoir, minorités au pouvoir

Nuestro moro que tiene a Cervera. Un châtelain musulman au service de l’ordre de l’Hôpital au début du XIVe siècle

Philippe Josserand

Texte intégral

Cet article, dans une première version, a été présenté à Lyon en octobre 2004, à l’occasion de journées organisées autour de l’œuvre de Pierre Guichard, qui, quelque cinq ans plus tard, demeurent hélas inédites. Pour sa relecture et les remarques qu’il m’avait procurées alors, je tiens à remercier très chaleureusement Robert Durand.

  • 1 Cet article, dans une première version, a été présenté à Lyon en octobre 2004, à l’occasion de jou (...)
  • 2 En Aragon où, à l’échelle ibérique, ils sont les plus approfondis, les travaux intéressant ce grou (...)
  • 3 Miguel Ángel Ladero Quesada, « La population mudéjare. État de la question et documentation chréti (...)
  • 4 Isabel Montes Romero-Camacho, « Judíos y mudéjares », Medievalismo. Boletín de la Sociedad Español (...)
  • 5 De manière significative, cette question n’a pratiquement pas été abordée dans la récente synthèse (...)
  • 6 Luis Rafael Villegas Díaz, « Algo más sobre el mudejarismo manchego : el caso de Bolaños », dans T (...)

1Des relations entre les ordres militaires et les musulmans on ne retient en général que les affrontements qui les mirent aux prises d’un bout à l’autre de la Méditerranée1. Certes, il ne saurait s’agir de nier leur ampleur, mais plusieurs frères s’initièrent aux coutumes voire à la langue de l’adversaire, et beaucoup, notamment dans les régions de frontière, eurent contact avec des fidèles de l’islam dans les terres des milices. Ce dernier fait demeure à bien des titres mal connu. En Castille plus encore que dans les autres royaumes hispaniques, les musulmans dépendant des ordres militaires n’ont guère retenu l’attention des historiens intéressés par le passé médiéval de ces institutions2. Le poids démographique des mudéjars, leur statut dans la communauté, leurs fonctions même au service des milices demeurent très mal connus jusqu’à ce que, pour la seconde moitié du XVe siècle, l’information extraite des livres de visites et des documents fiscaux offre de dresser un panorama quelque peu plus nourri3. Des musulmans, le cas échéant en nombre important, qui vivent à la fin du Moyen Âge dans les terres des ordres militaires4, il n’est donc pas possible, en l’état actuel de la recherche, d’éclairer l’origine5. Les sources portent la responsabilité essentielle d’une telle situation, et il serait vain d’espérer que mon analyse puisse jeter une lumière autre que timide sur la question de la présence mudéjare dans les territoires contrôlés par les ordres militaires lorsque, tout au plus, elle se donne pour but de prolonger les pistes proposées il y a quelque dix ans par Luis Rafael Villegas Díaz dans un article insuffisamment remarqué6.

  • 7 Ángel Ligero Móstoles, La Mancha de Don Quijote (2 vol.), Alcázar de San Juan, t. I, 1991, p. 83, (...)
  • 8 Cervantes, L’ingénieux hidalgo Don Quichotte de la Manche (2 vol.), Paris, t. I, 1988, chap. 18, p (...)
  • 9 Archivo Histórico Municipal de Alcázar de San Juan (AHMA), Pergaminos, sign. I/4.
  • 10 Mariano Rubio Herguido, « Privilegio otorgado por Frey Arias Gutiérrez Quijada, año 1308 », Noria,(...)
  • 11 Juan Miguel Mendoza Garrido et Luisa Navarro de la Torre, « Unas ordenanzas sobre Alcázar de San J (...)
  • 12 Il y a peu, dans le panorama global proposé par Ana Echevarría Arsuaga, « La “mayoría” mudéjar en (...)

2Pour appréhender les musulmans relevant des ordres militaires, j’ai fait le choix de me fonder sur un document du début du XIVe siècle qui rapporte les abus que la population d’Alcázar de San Juan accuse les autorités locales de l’Hôpital d’opérer à son encontre. Parmi les fauteurs de troubles dénoncés au représentant du grand-maître en Castille et au chapitre du prieuré figure un Maure appelé Ali, auquel la milice semble avoir confié l’administration de ses possessions de Cervera. Ce personnage n’est pas exactement un inconnu. Il se pourrait en effet, à en croire certains auteurs7, que Miguel de Cervantes ait eu vent de son existence et s’en soit directement inspiré pour créer cet Alifanfarón, seigneur de l’île de Taprobane, avec lequel Don Quichotte rêvait d’en découdre pour le punir de ses multiples méfaits8. Or, quand bien même on s’accorderait à lui prêter une telle fortune littéraire, il nous faut admettre qu’Ali dans sa dimension historique n’en a guère bénéficié. Le fait tient à ce que le document mettant en scène ce Maure entré au service de l’Hôpital demeure aujourd’hui encore méconnu. Conservé à l’Archivo Municipal de Alcázar de San Juan9, l’acte, dont l’original a certainement disparu, a bien fait l’objet depuis 1963 de trois éditions différentes, mais aucune ne saurait être tenue pour satisfaisante : fondées sur une confirmation du début du XVe siècle, les deux premières multiplient les erreurs paléographiques, proposant du texte une lecture très discutable10, quand la troisième, qui curieusement fait à peine référence aux précédentes, s’appuie sur une copie de l’Archivo General de Simancas de l’extrême fin du Moyen Âge, manifestement corrompue en plusieurs passages11. Aussi une nouvelle transcription du document s’impose-t-elle, dont je voudrais qu’elle soit l’occasion de mieux connaître le statut d’Ali et, plus largement, de ses coreligionnaires musulmans dans les terres des ordres militaires de la Manche12.

*

3D’Ali, de son action, subsiste aujourd’hui une mémoire biaisée puisque ce Maure attesté au service de l’Hôpital au début du XIVe siècle n’est connu qu’à travers un document unique, dans lequel les habitants d’Alcázar de San Juan, entrés en conflit avec lui, obtiennent des plus hautes instances hispaniques de l’ordre que ses agissements soient déclarés coupables et qu’il lui soit imposé d’y mettre fin de façon à faire droit aux victimes qu’il passe pour avoir lésées en abusant des responsabilités qui lui avaient été confiées à Cervera.

  • 13 AHMA, Pergaminos, I/4 : Otrosy que Aly, nuestro moro que tiene a Çervera, que les labra sus vinnas (...)
  • 14 À peine abordée dans les travaux d’ensemble de Jonathan Riley-Smith, The Knights of St John in Jer (...)
  • 15 AHMA, Pergaminos, I/4 : mandamos que Aly nin otro ninguno que non les labre sus vinnas et que gela (...)
  • 16 Dans ce lieu où il aimait à séjourner, comme il ressort en 1286 du fuero concédé à l’agglomération (...)
  • 17 AHMA, Pergaminos, I/4 : que non aya y mayor defesa si non como fue amojonada en tiempo del prior d (...)

4À en juger par son dénouement abandonné à la plus haute juridiction hospitalière de la péninsule Ibérique, l’affaire dans laquelle Ali se trouve impliqué au début du XIVe siècle semble d’une gravité réelle. Le 31 mai 1308, en effet, Arias Gutiérrez Quixada, commandeur de Bamba et de San Miguel del Pino et lieutenant du grand-maître dans le prieuré de Castille, fait droit avec l’accord de son chapitre provincial aux récriminations que lui ont transmises les autorités urbaines d’Alcázar de San Juan contre les abus auxquels se livrent un certain nombre d’agents locaux sous le couvert du commandeur de Consuegra et du frère responsable de la maison de l’ordre dans la ville. Parmi les fauteurs de troubles dont les agissements sont ainsi formellement condamnés, l’unique à être explicitement identifié est Ali, qui, fort de l’autorité qui lui a été confiée sur Cervera, est accusé d’usurper les vignes, les pâturages et les garennes des dépendants de l’Hôpital, de créer contre tout droit de nouveaux défens et de s’approprier indûment du bétail surpris sur les terres de la milice13. Rien ne permet toutefois de déterminer à partir des dispositions d’Arias Gutiérrez Quixada depuis quand durent de tels actes. Tout au plus peut-on penser qu’ils remontent à la crise extrêmement profonde qui a secoué le prieuré castillan au tournant des XIIIe et XIVe siècles14. Au moment de définir la quantité des corvées susceptibles d’être requises par Ali ou par tout autre agent de l’ordre, le texte de la sentence se réfère en effet aux usages en vigueur au temps du grandcommandeur Fernán Pérez Mosejo15, dont on sait le rôle majeur qu’il a joué jusqu’à sa mort en 1293 dans le développement urbain d’Alcázar de San Juan16. Présentées comme justes et équilibrées, les coutumes sur lesquelles l’Hôpital, du vivant de ce dignitaire, fondait ses relations avec les dépendants de son domaine ont dû être battues en brèche pendant la décennie suivante sans qu’un arbitrage, négocié entre 1303 et 1306 sous les auspices du prieur García Pérez, ne parvienne à rétablir une situation tout particulièrement difficile en matière de défens17. Ainsi, lorsqu’en mars 1308 est rendue la sentence d’Arias Gutiérrez Quixada, cela fait vraisemblablement plusieurs années déjà que les autorités urbaines d’Alcázar de San Juan se plaignent d’atteintes aux droits de la collectivité comparables à celles dont elles accusent Ali dans le ressort de Cervera.

  • 18 Juan Miguel Mendoza Garrido et Luisa Navarro de la Torre, « Unas ordenanzas sobre Alcázar de San J (...)
  • 19 Carlos Barquero Goñi, « Alcázar de San Juan (1150-1346). Orígenes y desarrollo medieval de una vil (...)
  • 20 Ces officiers ne sont pas nécessairement des frères, comme l’a bien signalé pour la fin du Moyen  (...)

5Dénoncé pour ses excès auprès des plus hautes instances de l’Hôpital en péninsule Ibérique, Ali apparaît doté sur les terres de l’ordre d’un statut tout à fait exceptionnel pour un musulman puisque, détenteur d’une autorité sur des populations chrétiennes, il s’est trouvé en situation d’en abuser d’une façon qui a pu être tenue pour alarmante. Si les rares historiens à s’être intéressés à ce personnage s’accordent sur l’ampleur de son pouvoir, ils ont en revanche échoué à déterminer l’exacte relation qu’il entretient avec les autorités supérieures de l’ordre qui, dans la sentence d’Arias Gutiérrez Quixada, le présentent comme nuestro moro que tiene a Cervera. S’emparant un peu rapidement de cette formule, Juan Miguel Mendoza Garrido et Luisa Navarro de la Torre ont postulé qu’Ali appartenait d’une certaine manière à l’Hôpital et possédait en son sein un statut de quelque impor18. Éludant l’hypothèse selon laquelle ce personnage aurait pu faire partie de la milice à un titre quelconque, Carlos Barquero Goñi s’est pour sa part contenté de le décrire comme « un musulman au service de l’ordre qui était administrateur de Cervera »19. À un tel avis on ne peut que souscrire, même si on ne saurait s’y limiter partant qu’il ne permet pas véritablement de définir la relation unissant Ali à l’Hôpital. Pour appréhender cette dernière, il convient à mon sens de revenir à l’expression utilisée dans la sentence de 1308 en se demandant ce qu’implique en termes de statut et de position sociale le fait que les autorités hispaniques de la milice désignent Ali comme nuestro moro que tiene a Cervera. L’enseignement de la formule est double car si, en utilisant le terme moro assorti du possessif, le document signale bien l’infériorité juridique d’un homme dont le statut révèle une liberté restreinte qui pourrait être la conséquence d’une expérience de captivité, il marque en même temps le pouvoir que lui confère la détention de Cervera, dont l’ordre semble lui avoir délégué la charge. Ainsi, dans un paradoxe qui ne tient que de l’apparence, Ali se trouve investi d’un domaine de l’Hôpital de sorte que, malgré sa foi musulmane et un état confinant à la servitude, on peut selon toute vraisemblance lui attribuer le titre d’alcaide, c’est-à-dire de responsable d’un château20.

  • 21 Jesús Molero García, « Fortificaciones sanjuanistas en La Mancha : los cuatro castillos de la Ribe (...)
  • 22 Conservé dans deux copies différentes, le texte a été publié par Carlos de Ayala Martínez et al., (...)
  • 23 Proposée par Carlos Barquero Goñi, « Alcázar de San Juan (1150-1346). Orígenes y desarrollo mediev (...)
  • 24 Malgré un effort ancien pour dissocier le château de La Ruidera de l’actuelle localité de Ruidera (...)
  • 25 Jesús Molero García, « Fortificaciones sanjuanistas en La Mancha : los cuatro castillos de la Ribe (...)
  • 26 La mention la plus ancienne du toponyme, datée de 1292, ressort du privilège de villazgo concédé à (...)
  • 27 Le fait a été très justement signalé par Carlos Barquero Goñi, « La orden militar del Hospital en (...)
  • 28 Jesús Molero García, « Fortificaciones sanjuanistas en La Mancha : los cuatro castillos de la Ribe (...)
  • 29 Juan Miguel Mendoza Garrido et Luisa Navarro de la Torre, « Unas ordenanzas sobre Alcázar de San J (...)
  • 30 Jesús Molero García, « Espacios y sociedades : los primeros tiempos del Hospital en La Mancha (116 (...)

6Pour pouvoir gratifier Ali à coup sûr d’une telle titulature, il importe de démontrer que dans les premières décennies du XIVe siècle il existait à Cervera, dans un site aujourd’hui à mi-chemin d’Alcázar de San Juan et de Tomelloso, une forteresse de l’Hôpital. Or, si le fait est probable, il ne peut être tenu pour certain. Avant l’époque moderne, il n’a pas été conservé de documents prouvant que la milice possédait un château à Cervera21. On peut néanmoins le penser sur la foi d’un privilège royal castillan de 1215, autorisant les frères de l’ordre à établir un défens dans quatre forteresses de la haute vallée du Guadiana récemment passées sous leur contrôle, c’est-à-dire Peñarroya, La Ruidera, Santa María et Villacentenos22. Identifié dans un premier temps avec Santa María23, le château de Cervera correspond en réalité à celui de La Ruidera, dont Jesús Molero García a relevé que, contrairement à un usage tenace24, il ne devait pas être assimilé à l’actuelle localité de Ruidera de Guadiana, tombée à partir de 1237 sous la domination santiaguiste et dépourvue de vestiges archéologiques significatifs25. Ainsi, sur le site connu comme Cervera depuis la fin du XIIIe siècle26, l’Hôpital, dès les lendemains de Las Navas de Tolosa, semble entré en possession d’un château qui, s’il a perdu en importance au fil des décennies27, n’en a pas moins servi à encadrer un peuplement rural dont, en dehors de sa faiblesse, l’essentiel des caractéristiques nous échappe28. Certes, on ne peut exclure qu’au début du XIVe siècle la localité se soit dotée d’un terroir organisé29, mais, à bien considérer la sentence d’Arias Gutiérrez Quixada, il ressort surtout qu’à l’exemple des autres seigneuries de l’Hôpital au sud du Záncara30, elle participe d’une économie résolument pastorale dont l’ordre cherche à tirer le profit maximal. D’une telle pratique Ali s’est fait l’agent lorsque le territoire de Cervera lui a été confié, mais, trop intéressé sans doute à la poursuivre pour son bénéfice propre, il s’y est illustré par un zèle qui, devant les plaintes répétées de la population locale, a conduit les autorités de la milice à désavouer son administration.

7Intendant d’un domaine de l’Hôpital voire alcaide, si l’on admet que Cervera dès le début du XIVe siècle présente une structure castrale, Ali a exercé une autorité suffisamment importante sur les dépendants chrétiens de l’institution pour être en mesure, à travers ses abus, d’occasionner de graves désordres. En cet aspect délictuel, sa gestion constitue sans doute un cas exceptionnel. L’est-elle également en elle-même ? Seule une étude des musulmans sur les terres hospitalières de la Manche et, plus largement, sur celles des autres ordres peut permettre d’en avoir une idée et établir si d’autres individus issus de ce groupe minoritaire passablement discriminé y ont, comme lui, assumé des fonctions de responsabilité.

*

  • 31 À cet égard, il convient de se réferer au bilan historiographique de Miguel Ángel Ladero Quesada, (...)
  • 32 C’est du moins ainsi que Luis Rafael Villegas Díaz, « Algo más sobre el mudejarismo manchego : el (...)
  • 33 Isabel Montes Romero-Camacho, « Judíos y mudéjares », Medievalismo. Boletín de la Sociedad Español (...)

8En Castille plus qu’en aucun autre royaume de la péninsule Ibérique, l’existence des musulmans amenés à vivre sous domination chrétienne à la suite de la Reconquête reste encore relativement méconnue31. Le fait est particulièrement sensible dans la Manche pour les terres des ordres militaires, dont on a peut-être trop rapidement pensé que leur hostilité envers l’Islam les avait empêchés d’accueillir sur leurs domaines des communautés mudéjares dotées d’une certaine entité32. Rien n’est pourtant moins sûr33, et, malgré le caractère peu explicite des rares sources disponibles entre Tage et Sierra Morena, on ne saurait trop appeler à prêter plus d’attention aux dépendants musulmans de l’Hôpital et des autres milices.

  • 34 Julio González González, Repoblación de Castilla la Nueva (2 vol.), Madrid, t. II, 1975, p. 132-13 (...)
  • 35 Enrique Rodríguez-Picavea Matilla, La formación del feudalismo en la Meseta meridional castellana. (...)
  • 36 Archivo Capitular de Toledo, A. 11. F. 1.2.
  • 37 Archivo Histórico Nacional (AHN), Órdenes Militares (OM), carp. 459, doc. 119. Les lacunes qui aff (...)
  • 38 Milagros Rivera Garretas, La encomienda, el priorato y la villa de Uclés en la Edad Media (1174-13 (...)
  • 39 Philippe Josserand, « Nourrir la guerre. L’exploitation domaniale des ordres militaires castillans (...)
  • 40 Ainsi, en 1304, pour Calatrava, selon les statuts publiés par Joseph O’Callaghan, « The Earliest D (...)
  • 41 En 1306, il est interdit aux frères d’Alcántara en charge d’une commanderie d’en vendre les biens (...)
  • 42 Enrique Rodríguez-Picavea Matilla, La formación del feudalismo en la Meseta meridional castellana. (...)
  • 43 AHN, OM, carp. 426, doc. 143.

9En l’état actuel de la recherche, il semblerait que la masse des musulmans présents sur les terres des ordres dans la Manche ait été formée de captifs ou du moins d’individus dont le statut confine à la servitude. Souligné autrefois par Julio González34, ce fait a été corroboré à partir de l’exemple de Calatrava, sans doute le moins mal documenté, par Enrique Rodríguez-Picavea Matilla et Luis Rafael Villegas Díaz35. En 1257, un acte du fonds cathédral de Tolède conserve ainsi la mémoire d’une esclave du nom de Mariem, travaillant à Calatrava la Vieja, qui fut vendue au prix de quinze maravédis36. Tout aussi dépourvus de liberté apparaissent dix ans plus tard les sept moros, parmi lesquels figure une femme, attachés au domaine de Fuente del Emperador, que le maître de Calatrava abandonne à l’archidiacre tolédan Ruy Martínez de Mosquera quand la jouissance viagère de cette exploitation lui est confiée37. Les actes d’un tel type restent rares et les individus qu’ils découvrent n’émergent que de manière exceptionnelle du silence documentaire car ils ne constituent pas de véritables sujets de droit38. Pour autant, il semble bien que le poids de la main-d’œuvre servile d’origine musulmane a été plus important dans l’économie des ordres militaires que ne le laissent penser les actes de la pratique39. Dans l’ensemble des textes normatifs conservés, des esclaves des deux sexes sont cités, jusque dans la première moitié du XIVe siècle au moins, au nombre des biens dont les commandeurs sont tenus de fournir l’inventaire lors de chaque chapitre général40. Ils font partie du patrimoine de la maison41, dont ils assurent une bonne part de l’exploitation directe, aidés en période de gros travaux agricoles non seulement par des salariés42, mais aussi par des paysans libres, astreints à certaines corvées, tels les habitants de Zorita, requis de fournir à Calatrava des muletiers lors des expéditions militaires et de tenir à disposition de l’ordre cent quinze hommes qui prennent part en été à la moisson des terres de la réserve seigneuriale43.

  • 44 À partir de l’exemple de Bolaños, Luis Rafael Villegas Díaz, « Algo más sobre el mudejarismo manch (...)
  • 45 Julio González González, Repoblación de Castilla la Nueva (2 vol. ), Madrid, t. II, 1975, p. 137, (...)
  • 46 Le fait ressort de l’analyse de Daniel Rodríguez Blanco, La orden de Santiago en Extremadura en la (...)
  • 47 Ainsi l’a signalé Miguel Rodríguez Llopis, Señoríos y feudalismo en el reino de Murcia. Los domini (...)
  • 48 Maria Filomena Lopes de Barros, « A ordem de Avis e a minoria muçulmana », dans Isabel Cristina Fe (...)
  • 49 Luis Rafael Villegas Díaz, « Algo más sobre el mudejarismo manchego : el caso de Bolaños », dans T (...)
  • 50 Miguel Ángel Ladero Quesada, « La population mudéjare. État de la question et documentation chréti (...)
  • 51 AHN, OM, carp. 81, doc. 14, fo 7ro-8vo, publ. Pedro Andrés Porras Arboledas, La orden de Santiago (...)
  • 52 AHN, OM, carp. 431, doc. 216.
  • 53 Philippe Josserand, « Nourrir la guerre. L’exploitation domaniale des ordres militaires castillans (...)
  • 54 Le fait a été très justement souligné par Carlos de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánic (...)
  • 55 Présenté dans un cadre général par Robert Burns, « Immigrants from Islam. The Crusaders’Use of Mus (...)
  • 56 Ainsi l’ont analysé Denis Menjot, « Les mudéjares du royaume de Murcie », Revue du monde musulman (...)
  • 57 Le fait ressort des exemples de la commanderie templière aragonaise de Villastar (Alan Forey, The (...)
  • 58 Archivo Municipal de Bolaños, legajo 23, doc. 194, publ. Luis Rafael Villegas Díaz, Colección de d (...)

10Du statut de ces tenanciers chrétiens, certains musulmans travaillant sur les terres des ordres militaires semblent s’être rapprochés, obtenant eux aussi de bénéficier d’une liberté juridique assez complète44. Dans la Manche, leur nombre demeure de façon traditionnelle tenu pour relativement modeste45, surtout par comparaison avec des régions culturellement proches comme l’Estrémadure46, l’intérieur du royaume murcien47 et, plus encore peutêtre, l’Alentejo, où les récentes études de Maria Filomena Lopes de Barros laissent apparaître les mudéjars en position démographique dominante48. Pourtant, comme Luis Rafael Villegas Díaz l’a suggéré, il convient de corriger à la hausse les chiffres qui circulent à l’ordinaire pour les espaces entre Tage et Sierra Morena49. En effet, lorsque, peu après le milieu du XVe siècle, les communautés musulmanes établies sur les terres des milices peuvent pour la première fois être mesurées sur la base de dénombrements fiscaux, leurs effectifs ont déjà commencé à se réduire50. Certaines aljamas, pourtant documentées de longue date, ont disparu, comme c’est le cas pour Campo de Criptana dans la Manche santiaguiste51 ; d’autres apparaissent largement fragilisées, à l’image de celle de Zorita dont les membres, à la demande du maître de Calatrava, ont obtenu en 1345 que la capitation due au pouvoir royal soit diminuée de moitié52. La plupart ont vu leurs droits être amoindris par rapport à la période initiale de l’occupation castillane, où, sous l’effet d’un manque de main-d’œuvre53, les ordres militaires avaient accordé des conditions relativement favorables aux musulmans demeurés sur leurs domaines54, cherchant même parfois à en attirer de nouveaux, issus des ressorts d’autres juridictions55. Soulignant les limites du repeuplement chrétien56, cet appel à une immigration mudéjare, développé par les milices dans la deuxième moitié du XIIIe siècle en Aragon et au Portugal57, a pu être pratiqué aussi dans la Manche, en particulier à Bolaños, où un acte du fonds municipal découvre en 1388 une aljama solidement constituée, dont l’origine reste discutée58. Quoi que l’on pense du problème, il apparaît qu’être musulman sur les terres des ordres n’implique pas un statut juridique aussi systématiquement dévalué que l’historiographie tend en règle générale à le considérer.

  • 59 Pedro Andrés Porras Arboledas, La orden de Santiago en el siglo XV. La provincia de Castilla, Madr (...)
  • 60 Pedro Andrés Porras Arboledas, « Moros y cristianos a Montiel a finales del siglo XV : su número y (...)
  • 61 La rareté de la documentation conservée à son sujet en est l’indice, comme il ressort du cas de Bo (...)
  • 62 Cette différence entre les deux minorités a été bien soulignée par Pedro Andrés Porras Arboledas, (...)
  • 63 AHN, Clero, carp. 3020, doc. 8, publ. Milagros Rivera Garretas, La encomienda, el priorato y la vi (...)
  • 64 Il convient ici de nuancer l’opinion émise par Antonio Yelo Templado, « Los vasallos mudéjares de (...)
  • 65 AHN, OM, carp. 93, doc. 33, fo 11vo-12vo, publ. Pedro Andrés Porras Arboledas, La orden de Santiag (...)
  • 66 Publiée d’abord par José Leite de Vasconcelos, « Entre Tejo e Odiana », O Archeólogo Português. Pr (...)
  • 67 Saul António Gomes, « Grupos étnico-religiosos e estrangeiros », dans Maria Helena da Cruz Coelho (...)
  • 68 AHN, OM, Códice 601, fo 142ro -vo, cit. Pascual Ortega Pérez, Musulmanes en Cataluña. Las comunida (...)

11Rassemblant des individus libres et d’autres dont la condition est manifestement servile, les populations musulmanes établies sur les terres des ordres militaires de la Manche participent d’une réalité sociale et économique assez peu différenciée. Éclairée par les sources fiscales de la fin du XVe siècle59, la fragilité de ce groupe, au sein duquel l’emportent, comme à Montiel, les journaliers et les petits tenanciers60, ne semble pas une caractéristique propre de l’extrême fin du Moyen Âge61. À la différence des Juifs, les mudéjars que la documentation, à l’image d’Ali, découvre en situation d’exercer un véritable pouvoir demeurent très rares62. En dehors des arbalétriers engagés en 1242 par le maître santiaguiste Pelayo Pérez Correa dans une échauffourée avec des gens de l’archevêque de Tolède63, de l’existence desquels on a sans doute déduit un peu vite que les ordres ont eu communément recours à des soldats de religion islamique64, tous les musulmans qui se sont élevés au service des milices, dans quelque office que ce soit, l’ont fait à titre personnel. Parmi eux, certains sont assurément de condition libre, comme Abdallah, issu de la puissante aljama d’Uclés, qui remplit en 1356 le rôle de receveur du droit de gîte assigné au grand-commandeur santiaguiste de Castille65. Tel est probablement aussi le cas de maître Galvo, qui, à en juger par une inscription conservée dans la maçonnerie du château d’Alandroal66, a dirigé la réforme architecturale de la forteresse conduite en 1298 sous l’autorité du supérieur d’Avis67. D’autres musulmans en revanche, malgré l’importance sociale qu’ils ont acquise en servant un ordre, relèvent d’un statut servile. Une telle privation de liberté peut être la conséquence de la captivité comme pour ce moro cavallero expert au jeu d’échecs, dont le prieur aragonais de l’Hôpital Juan Fernández de Heredia, qui l’avait naguère acheté, ordonne en 1353 qu’il soit remis au commandeur de Cuenca afin d’être échangé avec un autre prisonnier de confession islamique contre l’un de ses neveux tombés aux mains des Nasrides68. Sans doute est-ce aussi le sort contraire des armes qui a amené Ali de Cervera, un demi-siècle plus tôt, à passer dans la dépendance de l’Hôpital. On ne saurait, nous l’avons vu, l’affirmer avec une absolue certitude, mais ainsi s’expliquerait mieux le pouvoir d’un homme à la position trop exceptionnelle pour penser qu’il provient du réservoir de main-d’œuvre servile d’une quelconque possession de la milice.

  • 69 Ainsi l’a souligné, contre l’opinion commune, Luis Rafael Villegas Díaz, « Algo más sobre el mudej (...)
  • 70 À propos de ce dignitaire, créé lieutenant du prieuré de Castille par le maître Foulques de Villar (...)
  • 71 Sur ce point, il me semble préférable d’en rester au jugement de Pedro Andrés Porras Arboledas, La (...)

12D’Ali, il semble donc impossible de faire un individu représentatif des musulmans vivant sur les domaines des ordres militaires de la Manche. Par son statut servile, en effet, il se différencie de bon nombre de ses coreligionnaires, qui apparaissent avoir joui de conditions de liberté assez complètes69, mais surtout, par sa position de pouvoir obtenue à la faveur d’une relation directe avec les autorités supérieures de l’Hôpital et, plus particulièrement peut-être, avec le prieur Arias Gutiérrez Quixada70, il tranche avec une communauté dont les membres, à l’exception de rares individus, ont partagé une existence modeste, consacrée autant que l’on puisse en juger aux travaux des champs, à l’élevage et au petit artisanat71.

*

13Rapide, l’analyse de la présence musulmane sur les terres des ordres militaires de la Manche à laquelle je me suis livré touche à un domaine encore trop incertain pour offrir de dégager un véritable enseignement général. Partant d’un document unique, quel qu’en soit le caractère exceptionnel, l’étude ne saurait bien sûr prétendre à un résultat global. Son intérêt, pourtant, me semble dépasser le cadre anecdotique puisqu’elle confirme l’hypothèse de Luis Rafael Villegas Díaz selon laquelle il convient de réévaluer le phénomène mudéjar au sein des domaines des ordres militaires de la Manche. La direction à suivre paraît certaine, la méthode aussi qui implique, comme plusieurs chercheurs en ont offert l’exemple pour d’autres régions, de se livrer à une patiente collecte documentaire, mais l’effort à accomplir promet d’être long avant que la présence musulmane sur les terres des milices entre Tage et Sierra Morena puisse être appréhendée avec une précision approchant celle qui, aujourd’hui, bénéficie à un nombre croissant d’espaces ibériques, de l’Aragon au Portugal.

Annexes

APPENDICE DOCUMENTAIRE

1308, mai, 31. Castronuño.

B – Archivo Histórico Municipal de Alcázar de San Juan, Pergaminos, sign. I/4 (dans une confirmation de Jean II donnée à Valladolid, le 19 février 1417).

Reg. José Fernando Sánchez Bodalo, Catálogo del Archivo Histórico Municipal de Alcázar de San Juan (1300-1900), Alcázar de San Juan, 1987, p. 21, doc. 4.

Éd. Mariano Rubio Herguido, « Privilegio otorgado por Frey Arias Gutiérrez Quijada, año 1308 », Noria, 2, 1963, p. 20-23 ; Ángel Ligero Móstoles, La Mancha de Don Quijote (2 vol. ), Alcázar de San Juan, t. I, 1991, p. 81-82 ; Juan Miguel Mendoza Garrido et Luisa Navarro de la Torre, « Unas ordenanzas sobre Alcázar de San Juan a comienzos del siglo XIV », Cuadernos de Estudios Manchegos, 21, 1991, p. 189-191, reproduit dans Actas del Primer Simposio Histórico de la orden de San Juan en España (Madrid-Consuegra, 25-30 de marzo de 1990), Tolède, 2003, p. 319-320 (d’après une copie de l’extrême fin du XVe siècle conservée à l’Archivo General de Simancas, Registro General del Sello, 1490-mayo, fo 4).

Sepan quantos esta carta vieren commo nos fray Arias Gutierres Quixada, comendador de Banba e de Sant Miguel del Pino et teniente lugar de maestre en el priorado de Castilla e de Leon, con consejo e otorgamiento de los buenos freyres que con nusco fueron juntados en el nuestro cabildo general, el qual fue fecho e çelebrado en Castro Nunno, viernes treynta e un dia de mayo el anno de la era desta carta, por razon que el conçejo de la nuestra villa de Alcaçar se nos enbiaron querellar de muchos agravamientos et fuerças e desaforamientos que reçiben del que era comendador de la bailia de Consuegra et del freyre que tenia la casa de Alcaçar et de otros omes, las quales querellas e agravamientos e desaforamientos son estos :

[1] Que los que tienen la casa de Alcaçar que van a las sus casas de los omes buenos e toman la ropa por fuerça e syno non fallan y sus duennos que quebrantan las puertas e toman lo que quieren e de lo que lievan pierden mucho dello sus duennos que nunca lo han, et esto non tenemos nos por bien et mandamos que ninguno freyre nin seglar que tovier la casa de Alcaçar nin otro ninguno que non tome ropa ninguna nin la mande tomar en ninguna casa de la villa daqui adelante.

[2] Otrosy que algunos comendadores que y avia que los fezieron tablageria para jugar los dados y en la villa, lo que nunca fue husado, et por esta razon que se fazen muchos males e muchos furtos e se vuelven muchas peleas et que se fazen los fijos de los omes buenos tafures et pierden lo que han et vale menos el lugar por ello, otrosy esto non tenemos por bien et mandamos que de aqui adelante que no y aya tavlageria nin tafureria ninguna en que dinero sea juego nin vino a desquitar et todo aquel que los jugar que peche diez maravedies por cada vez, los çinco maravedies para la orden et los çinco para el conçejo, et en la casa que los jugaren que otro tanto pechen et los diez maravedies que sean de la buena moneda.

[3] Et otrosy que el comendador de Consuegra et el freyre de Alcaçar que por algunas cosas que acaesçen entre los omes que toman a los vezinos presos et los meten en la carçel e ellos, dando de buenos fiadores e sobrelevadores para cunplir de fuero e de derecho o que son contiosos de la querella que dellos han, que non los sacan ende fata que los rinden por dineros, otrosy esto non tenemos por bien et mandamos que ningun freyre non prenda vezino ninguno nin lo mande prender salvo sy se manparare al juez o a los alcalldes o al conçejo e tal omme como este prendado ende luego sea metido en poder del juez p[or] quel vala su fuero et que ninguno non sea <sea> preso seyendo contioso de la querella que del ovieron salvo sy meresçiere muerte o fiziere cosa por que nol devan valer fiadores nin sobrelevadores.

[4] Otrosy que Aly, nuestro moro que tiene a Çervera, que les labra sus vinnas e les ara los pastos de los ganados et les fase defesas do nunca fueron e les corren su defesa de conejos et les prenda sus vacas e sus ovejas e sus yeguas en los panes e en la defesa e que gelos non quiere dar por prenda nin por fiadores, otrosy esto non tenemos por bien et mandamos que Aly nin otro ninguno que non les labre sus vinnas et que gelas desmanpare luego e non les aren sus pastos de los ganados nin tomen mayor serna de la que fue en tiempo del grand comendador don Ferrand Perez e que non les corran su defesa et sy non al que y tomaren que tanta calunna pague como el vezino de Alcaçar et sy por aventura los sus ganados fezieren dampno en los panes o en la defesa de los nuestros bueyes que les sean dado por fiadores e por pendra e que pechen la calonna segund el fuero de Alcaçar manda e que non aya y mayor defesa si non como fue amojonada en tiempo del prior don frey Garçia Peres.

[5] Otrosy que avie y omes que metian vino de fuera parte aviendolo y de cogida et que davan algo a los freyres por que lo vendan, otrosy esto non tenemos por bien et mandamos que non entre y vino de fuera parte en todo su termino mientra lo y oviere de cogida et quando se apocare el vino que lo vendan como valiere en las otras vezindades lo de cogida et sy alguno lo y metiere e lo vendier que peche diez maravedies de la buena moneda, la meytad a la horden e la meytad al conçejo.

[6] Otrosy quando viene el tiempo de poner juez e alcalldes que ha y omes que non quieren pechar con el conçejo nin seer vezinos e que dan algo por seer juez e alcalldes e en esto que les pasan su fuero e que gelo non mantienen segund que en el diz nin echan suertes segund su fuero manda, e otrosy esto non tenemos por bien e mandamos que pongan y tales omes vezinos e abonados et que por suertes lo sean los que lo fueren segund su fuero manda.

Et nos el dicho frey Arias Gutierrez, con consentimiento de don frey Johan de La Licha, prior del nuestro convento de Ultramar et teniente las vezes del honrrado sennor maestre en la grand comendaderia de Espanna et con otorgamiento de los buennos freyres que conusco fueron juntados en el cabildo sobre dicho, otorgamos e confirmamos al dicho conçejo todas estas franquezas et libertades segund que en esta carta se contienen e sus fueros e sus privilejos e sus libertades segund que enllas dize et mandamos e encomendamos a todos los comendadores e chastellanos e a todos los otros freyres por comendamiento e en virtud de sancta obediençia et a los seglares firme mente et so penna de mill maravedies de la buena moneda a cada uno que ninguno non sea osado de les pasar contra su fuero et sus privillejos et sus libertades nin contra ninguna cosa dellas que en esta carta se contienen ca nuestra voluntad es que les sean guardadas e mantenidas segund sobre dicho es agora e en todo tiempo et sy alguno o algunos contra estas cosas les pasasen o contra alguna dellas, sy fuer freyre, demandar gelo yamos por la justiçia de nuestra horden et, sy fuere seglar, pechar nos ya la pena sobre dicha e de mas a el o a lo que oviese nos tornariamos por ello et de guisa conpliriamos nuestro comendamiento que non seades represos en desobediençia et por que esto sea mas firme e non venga en dubda dimos les esta carta sellada con nuestro sello de çera colgado et por que nos el cabildo sobre dicho de nuestro poder non aviemos se[llo] propio otorgamos e consentimos la apusiçion del sello del dicho frey Arias Gutierres, nuestro mayor, por el et por nos en testimonio de verdad. Fecho en el dia sobre dicho era de mill e trezientos e quarenta e seys annos.

Notes

1 Cet article, dans une première version, a été présenté à Lyon en octobre 2004, à l’occasion de journées organisées autour de l’œuvre de Pierre Guichard, qui, quelque cinq ans plus tard, demeurent hélas inédites. Pour sa relecture et les remarques qu’il m’avait procurées alors, je tiens à remercier très chaleureusement Robert Durand.

2 En Aragon où, à l’échelle ibérique, ils sont les plus approfondis, les travaux intéressant ce groupe ont bénéficié de l’investissement continu de María Luisa Ledesma Rubio, « Los vasallos mudéjares de la orden del Hospital en Aragón », dans Actas del Primer Simposio Histórico de la orden de San Juan en España (Madrid-Consuegra, 25-30 de marzo de 1990), Tolède, 2003, p. 161-164. Prolongeant les préoccupations de l’historienne espagnole, dont l’étude citée propose une vision de synthèse, des avancées majeures ont été enregistrées pour l’Aragon et le Portugal, surtout grâce à Pascual Ortega Pérez, Musulmanes en Cataluña. Las comunidades musulmanas de las encomiendas templarias y hospitalarias de Ascó y Miravet (siglos XII-XIV), Barcelone, 2000, Brian Catlos, The Victors and the Vanquished. Christians and Muslims of Catalonia and Aragon, 1050-1300, Cambridge, 2004, Stéphane Boissellier, Naissance d’une identité portugaise. La vie rurale entre Tage et Guadiana de l’Islam à la Reconquête (Xe-XIVe siècles), Lisbonne, 1999, et Maria Filomena Lopes de Barros, « A ordem de Avis e a minoria muçulmana », dans Isabel Cristina Ferreira Fernandes (éd.), Ordens militares. Guerra, religião, poder e cultura (2 vol.), Lisbonne, t. II, 1999, p. 167-173, et « Tempos e espaços de Mouros : a minoria muçulmana no reino português (séculos XII a XV) », thèse de doctorat soutenue à l’Université d’Évora en 2004, publiée sous ce même titre à Lisbonne en 2007.

3 Miguel Ángel Ladero Quesada, « La population mudéjare. État de la question et documentation chrétienne en Castille », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 63-64, 1992, p. 131-142.

4 Isabel Montes Romero-Camacho, « Judíos y mudéjares », Medievalismo. Boletín de la Sociedad Española de Estudios Medievales, 13-14, 2004, p. 257-258 : « La población mudéjar de la Corona de Castilla durante la baja Edad Media tuvo un marcado carácter castellano […] Si atendemos ya a su distribución geográfica, parece ser que las principales morerías rurales estaban asentadas en el valle del Guadiana, especialemente en los dominios de las órdenes militares, así como en el norte del reino de Murcia, cuyo mudejarismo presentaba numerosas características semejantes al valenciano, aunque nunca consiguió alcanzar su significación. »

5 De manière significative, cette question n’a pratiquement pas été abordée dans la récente synthèse de Carlos de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media (siglos XII-XV), Madrid, 2003, p. 647.

6 Luis Rafael Villegas Díaz, « Algo más sobre el mudejarismo manchego : el caso de Bolaños », dans Tomás Quesada Quesada. Homenaje, Grenade, 1998, p. 635-651.

7 Ángel Ligero Móstoles, La Mancha de Don Quijote (2 vol.), Alcázar de San Juan, t. I, 1991, p. 83, et t. II, 1993, p. 51-52.

8 Cervantes, L’ingénieux hidalgo Don Quichotte de la Manche (2 vol.), Paris, t. I, 1988, chap. 18, p. 197-201.

9 Archivo Histórico Municipal de Alcázar de San Juan (AHMA), Pergaminos, sign. I/4.

10 Mariano Rubio Herguido, « Privilegio otorgado por Frey Arias Gutiérrez Quijada, año 1308 », Noria, 2, 1963, p. 20-23, et Ángel Ligero Móstoles, La Mancha de Don Quijote (2 vol. ), Alcázar de San Juan, t. I, 1991, p. 81-82. Supérieure à celle qui l’a suivie, coupable d’oublier dans la transcription toute une partie du texte, la plus ancienne édition n’en présente pas moins de graves problèmes, en particulier dans la restitution des noms propres, échouant à identifier Jean de La Liche ou de Laodicée et l’associant surtout au couvent de Blera Mar, issu d’une lecture fautive d’Ultramar, qui désigne alors couramment l’outre-mer dans la documentation castillane.

11 Juan Miguel Mendoza Garrido et Luisa Navarro de la Torre, « Unas ordenanzas sobre Alcázar de San Juan a comienzos del siglo XIV », Cuadernos de Estudios Manchegos, 21, 1991, p. 189-191, reproduit avec de très modestes variantes dans Actas del Primer Simposio Histórico de la orden de San Juan en España (Madrid-Consuegra, 25-30 de marzo de 1990), Tolède, 2003, p. 319-320.

12 Il y a peu, dans le panorama global proposé par Ana Echevarría Arsuaga, « La “mayoría” mudéjar en León y Castilla : legislación real y dsitribución de la población (siglos XI-XIII) », En la España Medieval, 29 (2006), p. 7-30, en particulier p. 28, la Manche était encore totalement absente. On peut espérer que la situation évolue à brève échéance grâce aux travaux de Clara Almagro Vidal, doctorante à l’université de Grenade.

13 AHMA, Pergaminos, I/4 : Otrosy que Aly, nuestro moro que tiene a Çervera, que les labra sus vinnas e les ara los pastos de los ganados et les fase defesas do nunca fueron e les corren su defesa de conejos et les prenda sus vacas e sus ovejas e sus yeguas en los panes e en la defesa.

14 À peine abordée dans les travaux d’ensemble de Jonathan Riley-Smith, The Knights of St John in Jerusalem and Cyprus, c. 1050-1310, Londres, 1967, p. 256, et d’Alan Forey, « Constitutional Conflict and Change in the Hospital of St John during the Twelfth and Thirteenth Centuries », The Journal of Ecclesiastical History, 33, 1982, p. 21, repris dans Id., Military Orders and Crusades, Aldershot, 1994, X, cette crise ne l’est pas davantage dans les études, pourtant centrées sur la Castille, de Carlos Barquero Goñi, « Los Hospitalarios y la monarquía castellano-leonesa en los siglos XII y XIII », Archivos Leoneses, 49, 1995, p. 118, et « Disputas por el priorato del Hospital en Castilla durante los siglos XIV y XV », Hispania, 58, 1998, p. 539. Il serait souhaitable que l’on puisse lui consacrer à brève échéance une attention monographique supérieure à celle qu’il m’a été donné de lui accorder (Philippe Josserand, Église et pouvoir en péninsule Ibérique. Les ordres militaires dans le royaume de Castille (1252-1369), Madrid, 2004, p. 534-537).

15 AHMA, Pergaminos, I/4 : mandamos que Aly nin otro ninguno que non les labre sus vinnas et que gelas desmanpare luego e non les aren sus pastos de los ganados nin tomen mayor serna de la que fue en tiempo del grand comendador don Ferrand Perez.

16 Dans ce lieu où il aimait à séjourner, comme il ressort en 1286 du fuero concédé à l’agglomération voisine de Madridejos (Carlos de Ayala Martínez et al., Libro de privilegios de la orden de San Juan de Jerusalén en Castilla y León (siglos XII-XV), Madrid, 1995, p. 615-616, doc. 383), Fernán Pérez Mosejo a mis en œuvre de nombreux travaux d’aménagement, dont Carlos Barquero Goñi, « Alcázar de San Juan (1150-1346). Orígenes y desarrollo medieval de una villa de La Mancha », dans Actas del Segundo Congreso de Jóvenes Historiadores y Geógrafos (2 vol.), Valence, t. II, 1992, p. 96, a souligné qu’ils étaient un élément essentiel d’un statut urbain nouveau, reconnu en 1292 grâce à une charte de villazgo (Archivo General del Palacio Real, Infante don Gabriel de Borbón, Anexo, legajo 1, doc. 22).

17 AHMA, Pergaminos, I/4 : que non aya y mayor defesa si non como fue amojonada en tiempo del prior don frey Garçia Peres.

18 Juan Miguel Mendoza Garrido et Luisa Navarro de la Torre, « Unas ordenanzas sobre Alcázar de San Juan a comienzos del siglo XIV », Cuadernos de Estudios Manchegos, 21, 1991, p. 179, n. 14 : « El documento no aclara muy bien el tipo de vinculación que dicho individuo mantiene con la mencionada institución, pero las expresiones “nuestro moro Ali” y la de “tenente de Cervera”, en palabras del capítulo de Castronuño, parecen indicar que este personaje pertenece de algún modo a la orden y tiene un estatuto de cierta relevancia dentro de la misma. » Les deux auteurs ont maintenu en substance cette affirmation dans une version quelque peu actualisée de leur travail, ajoutant simplement des guillemets au verbe pertenecer (Id., « Unas ordenanzas sobre Alcázar de San Juan a comienzos del siglo XIV », dans Actas del Primer Simposio Histórico sobre la orden de San Juan en España (Madrid-Consuegra, 25-30 de marzo de 1990), Tolède, 2003, p. 317, n. 7).

19 Carlos Barquero Goñi, « Alcázar de San Juan (1150-1346). Orígenes y desarrollo medieval de una villa de La Mancha », dans Actas del Segundo Congreso de Jóvenes Historiadores y Geógrafos (2 vol.), Valence, t. II, 1992, p. 99 : « Ali, un musulmán al servicio de la orden que era administrador de Cervera, usurpaba viñas y pastos de la villa, adehesaba tierras que no debía y quitaba ganado a los pobladores de Alcázar. »

20 Ces officiers ne sont pas nécessairement des frères, comme l’a bien signalé pour la fin du Moyen Âge Carlos Barquero Goñi, « Los castillos de la orden militar del Hospital en la Corona de Castilla durante la Edad Media (siglos XII-XV) », dans Isabel Cristina Ferreira Fernandes (éd.), Mil anos de fortificações na Península Ibérica e no Magreb (500-1500). Actas do Simpósio internacional sobre castelos (Palmela, janeiro de 2000), Lisbonne, 2002, p. 902. Dès la seconde moitié du XIIIe siècle, le recours à des personnes étrangères aux ordres militaires a été relevé, en particulier pour l’exemple de Santiago, par Philippe Josserand, « Un corps d’armée spécialisé au service de la Reconquête : les ordres militaires dans le royaume de Castille (1252-1369) », Bulletin de la Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique, 137, 2002, p. 201, n. 48, et Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique. Les ordres militaires dans le royaume de Castille (1252-1369), Madrid, 2004, p. 262.

21 Jesús Molero García, « Fortificaciones sanjuanistas en La Mancha : los cuatro castillos de la Ribera del Guadiana », Castillos de España, 115, 1999, p. 4 et 15-16, n. 14.

22 Conservé dans deux copies différentes, le texte a été publié par Carlos de Ayala Martínez et al., « Algunos documentos sobre órdenes militares y fortalezas », Castellum, 1, 1992, p. 92-93, doc. 4, et Libro de privilegios de la orden de San Juan de Jerusalén en Castilla y León (siglos XII-XV), Madrid, 1995, p. 399-400, doc. 215.

23 Proposée par Carlos Barquero Goñi, « Alcázar de San Juan (1150-1346). Orígenes y desarrollo medieval de una villa de La Mancha », dans Actas del Segundo Congreso de Jóvenes Historiadores y Geógrafos (2 vol.), Valence, t. II, 1992, p. 102, n. 30, l’identifiaction de Cervera avec Santa María a été récusée par Jesús Molero García, « Fortificaciones sanjuanistas en La Mancha : los cuatro castillos de la Ribera del Guadiana », Castillos de España, 115, 1999, p. 3-4, qui a localisé les vestiges archéologiques de cette dernière place plus au sud, dans l’actuel finage d’Argamasilla de Alba.

24 Malgré un effort ancien pour dissocier le château de La Ruidera de l’actuelle localité de Ruidera de Guadiana, sise dans le finage d’Argamasilla de Alba, dont attestent notamment les travaux de Domingo Aguirre, El gran priorado de San Juan de Jerusalén en Consuegra, año 1769, Tolède, 1973, p. 130, et de Manuel Corchado Soriano, « Toponimia medieval de la región manchega », dans Manuel Espadas Burgos (éd.), VII Centenario del infante don Fernando de la Cerda (1275-1975). Jornadas de estudios (Ciudad Real, abril de 1975), Ciudad Real, 1976, p. 91, l’identification traditionnelle reste encore très largement partagée, comme il ressort du travail d’Enrique Rodríguez-picavea Matilla, Las órdenes militares y la frontera. La contribución de las órdenes a la delimitación de la jurisdicción territorial de Castilla en el siglo XII, Madrid, 1994, p. 57, n. 105.

25 Jesús Molero García, « Fortificaciones sanjuanistas en La Mancha : los cuatro castillos de la Ribera del Guadiana », Castillos de España, 115, 1999, p. 4.

26 La mention la plus ancienne du toponyme, datée de 1292, ressort du privilège de villazgo concédé à Alcázar de San Juan (Archivo General del Palacio Real, Infante don Gabriel de Borbón, Anexo, legajo 1, doc. 22).

27 Le fait a été très justement signalé par Carlos Barquero Goñi, « La orden militar del Hospital en La Mancha en los siglos XII y XIII », dans Ricardo Izquierdo Benito et Francisco Ruiz Gómez (éd.), Alarcos 1195. Actas del congreso internacional conmemorativo del VIII Centenario de la batalla de Alarcos (Ciudad Real, 1995), Cuenca, 1996, p. 300.

28 Jesús Molero García, « Fortificaciones sanjuanistas en La Mancha : los cuatro castillos de la Ribera del Guadiana », Castillos de España, 115, 1999, p. 14.

29 Juan Miguel Mendoza Garrido et Luisa Navarro de la Torre, « Unas ordenanzas sobre Alcázar de San Juan a comienzos del siglo XIV », Cuadernos de Estudios Manchegos, 21, 1991, p. 183, n. 26.

30 Jesús Molero García, « Espacios y sociedades : los primeros tiempos del Hospital en La Mancha (1162-1250) », dans Ricardo Izquierdo Benito, Francisco Ruiz Gómez et Jesús Molero García (éd.), La orden militar de San Juan en la Península Ibérica durante la Edad Media (Alcázar de San Juan, 23-25 de octubre de 2000), Alcázar de San Juan, 2002, p. 206.

31 À cet égard, il convient de se réferer au bilan historiographique de Miguel Ángel Ladero Quesada, « Grupos marginados », dans XXV Semana de estudios medievales de Estella. La historia medieval en España : un balance historiográfico (1968-1998), Pampelune, 1999, p. 505-601, qui fait suite à divers travaux pionniers réalisés par l’auteur sur un thème récemment illustré par les contributions d’Ana Echevarría Arsuaga, « Mudéjares y moriscos », dans María Jesús Viguera Molins (éd.), Historia de España de Menéndez Pidal, vol. VIII : El reino nazarí de Granada, Madrid, t. IV, 2000, p. 367-440, et « Los mudéjares en los reinos de Castilla y Portugal », Revista d’Història Medieval, 12, 2001-2002, p. 31-46, ainsi que de José Hinojosa Montalvo, Los mudéjares. La voz del Islam en la España cristiana, Teruel, 2 vol., 2002.

32 C’est du moins ainsi que Luis Rafael Villegas Díaz, « Algo más sobre el mudejarismo manchego : el caso de Bolaños », dans Tomás Quesada Quesada. Homenaje, Grenade, 1998, p. 635-636, s’est proposé d’expliquer un silence qui fait que, devant le peu d’informations fournies par José Hinojosa Montalvo, Los mudéjares. La voz del Islam en la España cristina, Teruel, 2002, t. I, p. 51, et Carlos de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media (siglos XII-XV), Madrid, 2003, p. 641, il reste indispensable de recourir aux renseignements ponctuels apportés par les monographies de Derek Lomax, La orden de Santiago, 1170-1275, Madrid, 1965, Pedro Andrés Porras Arboledas, Los señoríos de la orden de Santiago en su provincia de Castilla durante el siglo XV (2 vol. ), Madrid, 1982, [rééd. La orden de Santiago en el siglo XV. La provincia de Castilla, Madrid, 1997], Enrique Rodríguez-Picavea Matilla, La formación del feudalismo en la Meseta meridional castellana. Los señoríos de la orden de Calatrava en los siglos XII-XIII, Madrid, 1994, ou encore José Vicente Matellanes Merchán, « Organización social y económica de la orden de Santiago en la Transierra castellano-leonesa (siglos XII-XIII) », thèse de doctorat soutenue à l’Université Autonome de Madrid, 1996.

33 Isabel Montes Romero-Camacho, « Judíos y mudéjares », Medievalismo. Boletín de la Sociedad Española de Estudios Medievales, 13-14, 2004, p. 257-258.

34 Julio González González, Repoblación de Castilla la Nueva (2 vol.), Madrid, t. II, 1975, p. 132-133.

35 Enrique Rodríguez-Picavea Matilla, La formación del feudalismo en la Meseta meridional castellana. Los señoríos de la orden de Calatrava en los siglos XII-XIII, Madrid, 1994, p. 312, et Luis Rafael Villegas Díaz, « Algo más sobre el mudejarismo manchego : el caso de Bolaños », dans Tomás Quesada Quesada. Homenaje, Grenade, 1998, p. 637-638.

36 Archivo Capitular de Toledo, A. 11. F. 1.2.

37 Archivo Histórico Nacional (AHN), Órdenes Militares (OM), carp. 459, doc. 119. Les lacunes qui affectent le document original obligent à recourir à une copie de la seconde moitié du XVIIe siècle, conservée dans ce même fonds sous la cote AHN, OM, libro 1344, fo 28ro -vo.

38 Milagros Rivera Garretas, La encomienda, el priorato y la villa de Uclés en la Edad Media (1174-1310). Formación de un señorío de la orden de Santiago, Madrid-Barcelone, 1985, p. 71.

39 Philippe Josserand, « Nourrir la guerre. L’exploitation domaniale des ordres militaires castillans aux XIIIe et XIVe siècles », dans Monique Bourin et Stéphane Boissellier (éd.), L’espace rural au Moyen Âge. Portugal, Espagne, France (XIIe -XIVe siècle). Mélanges en l’honneur de Robert Durand, Rennes, 2002, p. 178.

40 Ainsi, en 1304, pour Calatrava, selon les statuts publiés par Joseph O’Callaghan, « The Earliest Difiniciones of the Order of Calatrava, 1304-1383 », Traditio, 17, 1961, p. 265, repris dans Id., The Spanish Military Order of Calatrava and its Affiliates, Londres, 1975, VII : « E mandamos que los comendadores traigan al capitulo escrito de sus casas e del pan e del vino e de los tozinos e de los ganados e de las cabañas e de los percances, si los obieren, e de bueyes e de moros e de moras e de aceyte e de olivares i de cuenta de como los gastaron. »

41 En 1306, il est interdit aux frères d’Alcántara en charge d’une commanderie d’en vendre les biens constitutifs, parmi lesquels les esclaves sont mentionnés au premier rang. Le fait ressort des définitions publiées par Philippe Josserand, « Pour une étude systématique de la documentation statutaire des ordres militaires : deux manuscrits des definiciones inédites d’Alcántara de 1306 », En la España Medieval, 20, 1997, p. 336, reprises par Bonifacio Palacios Martín (éd.), Colección diplomática medieval de la orden de Alcántara (1157 ?-1494) [2 vol. ], Madrid, t. I, 2000, p. 286 : « Otrosi mandamos que ninguno freyle pueda vender ni dar moro ni mora ni cavallo ni loriga ni ganado ni pan de la casa y el que lo pasare pierda el cavallo y las armas y la casa y sea echado a la puerta del convento y no sea resçibido a menos que torne el menoscabo que hizo y faga satisfaçion ordenada. »

42 Enrique Rodríguez-Picavea Matilla, La formación del feudalismo en la Meseta meridional castellana. Los señoríos de la orden de Calatrava en los siglos XII-XIII, p. 339, a estimé que les sources intéressant Calatrava ne conservaient aucune référence à l’emploi de travailleurs salariés. Il me semble cependant qu’il est possible d’en relever une mention dans les mercenarii cités dans les plus anciens statuts de l’ordre, publiés par Derek Lomax, « Algunos estatutos primitivos de la orden de Calatrava », Hispania, 21, 1961, p. 493, partant qu’on ne saurait se résoudre à regarder ce terme, au début du XIIIe siècle, comme une allusion à des auxiliaires militaires stipendiés, comme l’a justement signalé Alan Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest in the Twelfth and Thirteenth Centuries », Traditio, 40, 1984, p. 221, n. 141, reproduit dans Id., Military Orders and Crusades, Aldershot, 1994, V.

43 AHN, OM, carp. 426, doc. 143.

44 À partir de l’exemple de Bolaños, Luis Rafael Villegas Díaz, « Algo más sobre el mudejarismo manchego : el caso de Bolaños », dans Tomás Quesada Quesada. Homenaje, Grenade, 1998, p. 644, l’a bien signalé.

45 Julio González González, Repoblación de Castilla la Nueva (2 vol. ), Madrid, t. II, 1975, p. 137, Enrique Rodríguez-Picavea Matilla, La formación del feudalismo en la Meseta meridional castellana. Los señoríos de la orden de Calatrava en los siglos XII-XIII, Madrid, 1994, p. 312, ou Jean-Pierre Molénat, Campagnes et monts de Tolède du XIIe au XVe siècle, Madrid, 1997, p. 35, évoquent ainsi la présence musulmane entre Tage et Sierra Morena en des termes encore plus restrictifs que ne le faisait Derek Lomax, La orden de Santiago, 1170-1275, Madrid, 1965, p. 127-128.

46 Le fait ressort de l’analyse de Daniel Rodríguez Blanco, La orden de Santiago en Extremadura en la Baja Edad Media (siglos XIV-XV), Badajoz, 1985, p. 365-366 et 371.

47 Ainsi l’a signalé Miguel Rodríguez Llopis, Señoríos y feudalismo en el reino de Murcia. Los dominios de la orden de Santiago entre 1440 y 1515, Murcie, 1985, p. 55 et 180, et « Repoblación y organización del espacio en los señoríos santiaguistas del reino de Murcia (1235-1350) », Murgetana, 70, 1986, p. 9-11.

48 Maria Filomena Lopes de Barros, « A ordem de Avis e a minoria muçulmana », dans Isabel Cristina Ferreira Fernandes (éd.), Ordens militares. Guerra, religião, poder e cultura (2 vol. ), Lisbonne, t. II, 1999, p. 168 : « De facto, há que sublinhá-lo, esta “minoria” apenas o é em função da inferioridade do seu estatuto, mas não seguramente do punto de vista demográfico, pelo menos no século XIII, em algumas regiões a Sul do Tejo. »

49 Luis Rafael Villegas Díaz, « Algo más sobre el mudejarismo manchego : el caso de Bolaños », dans Tomás Quesada Quesada. Homenaje, Grenade, 1998, p. 636, et Id. et Clara Almagro Vidal, « Sobre persistencia de población mudéjar en el Campo de Calatrava : Algunas noticias más », dans Francisco Toro Ceballos et José Rodríguez Molina (éd.), VII Estudios de Frontera. Islam y cristiandad (siglos XII-XVI). Homenaje a María Jesús Viguera Molins, Jaén, 2009, p. 55.

50 Miguel Ángel Ladero Quesada, « La population mudéjare. État de la question et documentation chrétienne en Castille », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 63-64, 1992, p. 134.

51 AHN, OM, carp. 81, doc. 14, fo 7ro-8vo, publ. Pedro Andrés Porras Arboledas, La orden de Santiago en el siglo XV. La provincia de Castilla, Madrid, 1997, p. 450, doc. 4.

52 AHN, OM, carp. 431, doc. 216.

53 Philippe Josserand, « Nourrir la guerre. L’exploitation domaniale des ordres militaires castillans aux XIIIe et XIVe siècles », dans Monique Bourin et Stéphane Boissellier (éd.), L’espace rural au Moyen Âge. Portugal, Espagne, France (XIIe-XIVe siècle). Mélanges en l’honneur de Robert Durand, Rennes, 2002, p. 168, 172-173 et 175-176.

54 Le fait a été très justement souligné par Carlos de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media (siglos XII-XV), Madrid, 2003, p. 641.

55 Présenté dans un cadre général par Robert Burns, « Immigrants from Islam. The Crusaders’Use of Muslims as Settlers in Thirteenth-Century Spain », American Historical Review, 80, 1975, p. 21-42, ce phénomène a été étudié à l’échelle des ordres militaires par Alan Forey, « The Military Orders and the Conversion of Muslims in the Twelfth and Thirteenth Centuries », Journal of Medieval History, 28, 2002, p. 16-17. Si ces deux historiens privilègient le cas aragonais, des pratiques semblables ont pu exister en Castille, ainsi que l’a bien signalé Pascal Buresi, La frontière entre chrétienté et Islam dans la péninsule Ibérique. Du Tage à la Sierra Morena (fin XIe-milieu XIIIe siècle), Paris, 2004, p. 79-80, à partir du fuero d’Estremera, publié par Milagros Rivera Garretas, La encomienda, el priorato y la villa de Uclés en la Edad Media (1174-1310). Formación de un señorío de la orden de Santiago, Madrid-Barcelone, 1985, p. 241-243, doc. 11.

56 Ainsi l’ont analysé Denis Menjot, « Les mudéjares du royaume de Murcie », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 63-64, 1992, p. 167, et Philippe Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique. Les ordres militaires dans le royaume de Castille (1252-1369), Madrid, 2004, p. 320.

57 Le fait ressort des exemples de la commanderie templière aragonaise de Villastar (Alan Forey, The Templars in the Corona de Aragón, Londres, 1973, p. 395-397, doc. 24) et de certains domaines santiaguistes d’Alentejo (Maria Filomena Lopes de Barros, « A ordem de Avis e a minoria muçulmana », dans Isabel Cristina Ferreira Fernandes (éd.), Ordens militares. Guerra, religião, poder e cultura (2 vol. ), Lisbonne, t. II, 1999, p. 168).

58 Archivo Municipal de Bolaños, legajo 23, doc. 194, publ. Luis Rafael Villegas Díaz, Colección de documentos de Bolaños y datos para su historia, Ciudad Real, 2008, p. 117-118, doc. 7. L’acte a été abondamment cité par Luis Rafael Villegas Díaz, « Algo más sobre el mudejarismo manchego : el caso de Bolaños », dans Tomás Quesada Quesada. Homenaje, Grenade, 1998, p. 643-644.

59 Pedro Andrés Porras Arboledas, La orden de Santiago en el siglo XV. La provincia de Castilla, Madrid, 1997, p. 72-74.

60 Pedro Andrés Porras Arboledas, « Moros y cristianos a Montiel a finales del siglo XV : su número y sus tributos », Cuadernos de Estudios Manchegos, 13, 1982, p. 199-215.

61 La rareté de la documentation conservée à son sujet en est l’indice, comme il ressort du cas de Bolaños analysé par Luis Rafael Villegas Díaz, « Algo más sobre el mudejarismo manchego : el caso de Bolaños », dans Tomás Quesada Quesada. Homenaje, Grenade, 1998, p. 645-647.

62 Cette différence entre les deux minorités a été bien soulignée par Pedro Andrés Porras Arboledas, La orden de Santiago en el siglo XV. La provincia de Castilla, Madrid, 1997, p. 72.

63 AHN, Clero, carp. 3020, doc. 8, publ. Milagros Rivera Garretas, La encomienda, el priorato y la villa de Uclés en la Edad Media (1174-1310). Formación de un señorío de la orden de Santiago, Madrid-Barcelone, 1985, p. 389, doc. 183 : « Insuper, quod est peius, sarracenos ad interficiendum nos irreverenter et inhumaniter induxerunt, prout nobis a pluribus fidedignis qui eos viderant est relatum, et iam balistas suas ad sagitandum contra nos armaverunt sarraceni. »

64 Il convient ici de nuancer l’opinion émise par Antonio Yelo Templado, « Los vasallos mudéjares de la orden de Santiago en el reino de Murcia (siglos XIV-XV) », Anuario de Estudios Medievales, 11, 1981, p. 451, plus fermement que je ne l’ai fait dans une étude précédente (Philippe Josserand, « Un corps d’armée spécialisé au service de la Reconquête : les ordres militaires dans le royaume de Castille (1252-1369) », Bulletin de la Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique, 137, 2002, p. 201, n. 46).

65 AHN, OM, carp. 93, doc. 33, fo 11vo-12vo, publ. Pedro Andrés Porras Arboledas, La orden de Santiago en el siglo XV. La provincia de Castilla, Madrid, 1997, p. 458, doc. 15. Rien dans l’acte n’atteste que ce mudéjar ait exercé la même activité au nom du maître, contrairement à l’opinion de l’éditeur du texte (ibid., p. 83, n. 232).

66 Publiée d’abord par José Leite de Vasconcelos, « Entre Tejo e Odiana », O Archeólogo Português. Primeira Série, 31, 1916, p. 178-179, l’inscription a été reprise par Artur Goulart de Melo Borges et Santiago Macías, « Almocavar de Moura. Localização e epigrafia », Arqueologia Medieval, 1, 1992, p. 68, et, plus récemment, par Mário Jorge Barroca, Epigrafia medieval portuguesa (862-1422) [3 vol.], Lisbonne, t. I, 2000, p. 1114-1118, doc. 431, qui signale qu’il lui a été impossible de rencontrer d’autres données sur le maître architecte musulman, qu’il nomme Galvo plutôt que Calvo, comme le faisaient ceux qui, avant lui, s’étaient intéressés à ce témoignage épigraphique de grand intérêt qui intègre en caractères latins la devise des souverains nasrides de Grenade. Il est à noter que, passant outre le travail précédent, Maria Filomena Lopes de Barros, Tempos e espaços de Mouros. A minoria muçulmana no reino português (séculos XII a XV), Lisbonne, 2007, p. 520, conserve la graphie Calvo.

67 Saul António Gomes, « Grupos étnico-religiosos e estrangeiros », dans Maria Helena da Cruz Coelho et Armando Luís de Carvalho Homem (éd.), Portugal em definição de fronteiras. Do condado portucalense á crise do século XIV, Lisbonne, 1996, p. 339.

68 AHN, OM, Códice 601, fo 142ro -vo, cit. Pascual Ortega Pérez, Musulmanes en Cataluña. Las comunidades musulmanas de las encomiendas templarias y hospitalarias de Ascó y Miravet (siglos XII-XIV), Barcelone, 2000, p. 70.

69 Ainsi l’a souligné, contre l’opinion commune, Luis Rafael Villegas Díaz, « Algo más sobre el mudejarismo manchego : el caso de Bolaños », dans Tomás Quesada Quesada. Homenaje, Grenade, 1998, p. 648.

70 À propos de ce dignitaire, créé lieutenant du prieuré de Castille par le maître Foulques de Villaret, avant d’être brutalement écarté et de rejoindre Calatrava, quelques éléments ont été réunis par Philippe Josserand, Église et pouvoir en péninsule Ibérique. Les ordres militaires dans le royaume de Castille (1252-1369), Madrid, 2004, p. 536-537, n. 89.

71 Sur ce point, il me semble préférable d’en rester au jugement de Pedro Andrés Porras Arboledas, La orden de Santiago en el siglo XV. La provincia de Castilla, Madrid, 1997, p. 72-74, sans suivre Luis Rafael Villegas Díaz, « Algo más sobre el mudejarismo manchego : el caso de Bolaños », dans Tomás Quesada Quesada. Homenaje, Grenade, 1998, p. 650, qui défend avec quelque exagération l’idée que la condition économique de la minorité musulmane debió resultar de lo más variopinta, dándose posiciones que abarcarían un amplio espectro entre la situación de gran riqueza y pobreza. Pour le Midi portugais, l’étude récente de Maria Filomena Lopes de Barros, Tempos e espaços de Mouros. A minoria muçulmana no reino português (séculos XII a XV), Lisbonne, 2007, p. 530, rejoint mon constat, assimilant les mudéjars aux camadas populares da sociedade maioritária.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540