Desktop versionMobile Version

Minorités et régulations sociales en Méditerranée médiévale

 | 
John Tolan
, 
Stéphane Boissellier
, 
François Clément

Préface

Monique Bourin

Volltext

1C’est l’histoire très récente qui a mis les minorités au premier plan des réflexions des historiens français et plus largement des Français en général. Auparavant, la centralisation française et le jacobinisme de nombre de ses régimes avaient bien fait émerger des minorités régionales, mais sans que leurs revendications ne soient ni intenses ni violentes. Ensuite, l’immigration polonaise, italienne puis ibérique a posé, en France, le problème de minorités linguistiques ou culturelles, là encore sans que surgisse d’inquiétude concernant leurs relations avec le reste de la société française ou leurs intentions, qu’elles soient d’intégration ou de retour au pays. Même l’installation de nombreux travailleurs maghrébins, seuls ou avec leur famille, n’a pas engendré, dans les besoins de main-d’œuvre des « Trente glorieuses », une cohabitation angoissée. Le populisme s’exprimait plus contre l’État qu’en xénophobie. Les minorités religieuses, notamment les divers protestantismes, ne se posaient plus en terme d’affrontements, à peine de concurrence, et au XIXe siècle, l’affirmation combative de l’athéisme et de la laïcité contre les catholiques a opposé deux groupes de dimension analogue, aucun ne pouvant passer pour minoritaire. Certes, depuis le début du XIXe siècle, l’histoire de l’Europe et la montée des nationalismes n’ont pas épargné la diplomatie française et les relations internationales. L’antisémitisme et le nazisme ont assurément bouleversé la société française. Mais, globalement, la perception de l’existence de minorités n’a engendré un questionnement, et parfois un réflexe défensif ou virulent, que dans les toutes dernières décennies.

2Pendant ces vingt dernières années, dans le vocabulaire social, le terme de minorités a laissé la place à celui de communautés auquel s’est ajouté le néologisme « communautarisme ». Il est vrai que pour les distinguer des minorités linguistiques ou régionales, on parle de « minorités visibles », mais le nouveau vocabulaire « communautaire », principalement venu d’Amérique, a largement supplanté le terme de minorités. C’est l’une des multiples facettes de la globalisation/mondialisation que la France connaît depuis quelques années, dans les faits et les idées. Le mot « communautarisme » s’applique à la constitution de groupes de personnes, venues d’ailleurs, ressentant le besoin de se construire au sein d’une communauté culturellement homogène en contestant les normes ambiantes et dominantes qui sont individualistes et universalistes. Le mot a un avantage, celui de mettre l’accent sur la force du lien social, essentiel, qui cimente ces groupes, et contrôle les comportements de ceux qui lui appartiennent. Mais il a aussi un inconvénient majeur : il est porteur d’un discours affectif, voire passionnel, polémique, péjoratif le plus souvent, tandis que celui de communautés est, dans le même temps, valorisé, comme porteur de valeurs et d’identités, célébrées comme faisant partie du patrimoine culturel de l’humanité. En somme communauté tend aujourd’hui à renvoyer à une image positive du cosmopolitisme, de l’ouverture et de la tolérance entre groupes, communautarisme à la fermeture et au repli identitaire.

3Il était donc hautement utile de revenir aux minorités. Il est heureux que John Tolan, François Clément et Stéphane Boissellier leur aient consacré un livre pour lequel ils ont rassemblé, autour d’un projet clairement défini, un groupe d’historiens de nationalités, de générations et même de spécialités diverses, tous médiévistes néanmoins. Cette entreprise est d’autant plus utile que le sujet n’est plus au cœur des désirs des étudiants en histoire comme ce fut le cas à la fin des années 60 ou dans les années 70. Et les intérêts des étudiants traduisent en général ceux de leurs aînés et de leurs professeurs. J’ai souvenir de ces innombrables demandes de « mini-mémoires » portant sur les hérétiques, les lépreux, les exclus, les sorcières, les marginaux de tout poil, demandes auxquelles il était bien difficile de répondre, tant il est vrai, par exemple, que les sorcières n’ont que très tardivement intéressé l’Inquisition, même si pour tout un chacun il n’est pas plus médiéval que la sorcière. Ces étudiants-là accompagnaient plus ou moins mai 68. Et même si le séminaire de Michel Mollat avait contribué à diffuser une réflexion sur la différence entre la pauvreté et la misère, à préciser l’ambiguïté de l’exclusion médiévale du misérable, à signifier la complexité de la pensée médiévale en matière d’assistance et de charité, pour bien des étudiants toute marge ou toute minorité était intéressante, quelle qu’elle soit et sans grande distinction entre leurs caractéristiques et leurs rapports au reste de la société. Minorités opprimées et subissantes, minorités agissantes soulevant les masses laborieuses, il y a une quarantaine d’années, le sujet était à la mode.

4L’anthropologie historique a renversé les perspectives épistémologiques, en établissant que les marges renvoient l’image du centre et vice versa. Est-ce l’une des causes du déplacement des intérêts des jeunes que cet écho centre/périphérie qui enlève une bonne part du romantisme marginal ? J’y verrais plutôt des causes profondes, dans des modèles idéologiques diffus. Toujours est-il qu’aujourd’hui, les désirs ont changé et la plupart des études enviables portent sur les élites. Au vrai, les élites vers lesquelles se portent les travaux, sont une autre forme de minorité, dominante celle-ci. C’est d’ailleurs l’un des grands intérêts de ce livre que de traiter au sein du même ouvrage, avec les mêmes axes d’approche, de toutes les formes de minorité sociale, où qu’elles se situent, en haut, en bas ou ailleurs. C’est tout simplement pour ce qu’elles sont minoritaires, sans autre critère, que les minorités sont le sujet de ce livre.

5À dire vrai, les analyses récentes, qui ont tracé le chemin qu’emprunte ce livre, tel que l’ont voulu ses éditeurs, ne se limite pas à l’analyse des comportements des élites, à partir d’une prosopographie raisonnée. Les modèles sont plus ambitieux. Il me semble que c’est surtout l’observation de la violence et la construction d’un ordre social qui ont porté la réflexion initiale des auteurs, à la manière des études menées, parmi bien d’autres et dans le désordre, par Robert Moore, Claude Gauvard, David Nirenberg, Dominique Iogna-Prat ou par ceux qui, autour de Monique Zerner, ont déconstruit l’Église et l’hérésie cathares. À ces travaux fondateurs, l’ouvrage apporte confirmations et nouveautés.

6Ces quelques noms pourraient laisser penser que l’inspiration du livre est française et anglo-saxonne – ce qui serait déjà preuve d’une ouverture appréciable – et strictement historique. Il n’en est rien. La puissante introduction rédigée par Stéphane Boissellier met d’emblée le lecteur au contact d’approches sociologiques et anthropologiques ; la réflexion théorique et théorisante, issue d’une culture interdisciplinaire, situe l’ouvrage dans des champs d’intérêts croisés. Il est bien évident que les outils de la sociologie sont indispensables à une enquête de ce type : comment se priver, par exemple, des catégories par lesquelles la sociologie caractérise les fonctionnements des minorités : loyauté, sécession ou protestation ?

7Si communauté et communautarisme sont aujourd’hui des termes chargés de connotations trop lourdes pour n’être pas porteurs d’implicite, dangereux dans un discours historique, celui de minorité a aussi ses inconvénients : il a du mal à échapper au flou conceptuel. Minorité de nombre ou de statut ? Les femmes, les paysans, les brassiers parmi les paysans, peuvent être rangés parmi les « mineurs » quant à leurs droits, pas pour le nombre : c’est ce que Stéphane Boissellier appelle la marginalité de masse. Marginalité, exclusion, infériorisation, stigmatisation. Dès l’introduction et tout au long des diverses contributions, la sémantique se précise, notamment pour différencier minoritaires et exclus : les cadets sont exclus par certains systèmes d’héritage ; sont-ils marginalisés ? Constituent-ils une minorité ? Jusqu’où aller dans l’utilisation du terme ? Je pense aux communautés d’émotion telles que Barbara Rosenwein les analyse : quand doivent-elles être considérées comme des minorités ? Pour qu’on puisse légitimement en parler, il faut évidemment une double reconnaissance : qu’à la fois la minorité se pense comme telle et que comme telle elle soit perçue par la majorité. Multiplier les exemples, l’ouvrage ne s’en prive pas et c’est ainsi que s’affine la notion.

8L’espace dans lequel les minorités sont auscultées est celui du pourtour méditerranéen : tous les auteurs, ou presque, lui ont consacré leurs recherches. Nous sommes au bord du Mare Nostrum, dans des sociétés où la rencontre de l’islam, du judaïsme et du christianisme pose la question des minorités sur le plan des principes et des valeurs qui sont censés régir la société, mais aussi sur celui des pratiques quotidiennes. Et où les frontières mouvantes et les crises politiques peuvent vite transformer une majorité ou une minorité dominante en une minorité dominée. Ces situations dynamiques sont particulièrement instructives pour l’historien, comme tous les moments de rupture ou d’instabilité.

9Planter l’espace et y observer toutes les espèces de minorités, toutes les modalités d’expression du phénomène minoritaire, permet d’identifier et de passer en revue les critères distinctifs qui scellent le groupe minoritaire, son écart à la norme : la langue, la religion, la fortune, les pratiques sexuelles, les caractéristiques physiques, l’âge… C’est aussi moyen de les juxtaposer pour les comparer. Ce choix épistémologique conduit également à vérifier les expressions des particularismes : modes de se vêtir, de s’appeler, d’habiter, de se marier, de gérer ses biens ou son absence de biens. Où l’on voit bien que ces manifestations extérieures sont souvent absentes ou peu perceptibles à la période médiévale. Imposées parfois, comme la rouelle aux Juifs et les croix jaunes aux hérétiques et nullement brandies comme un droit à la différence.

10Espace défini comme méditerranéen et temps large, même si le haut Moyen Âge a la part congrue. Ce parti pris aussi est nécessaire à qui veut observer comment se développe la marginalisation des minorités. Car il est des minorités construites, comme celle de l’hérésie, perçue par l’Église comme un bloc, comme aujourd’hui le terrorisme, alors qu’elle est diverse, multiple et bien moins solidarisée qu’il n’y paraît aux yeux de ceux qui la craignent et la pourfendent. Il est d’autres minorités qui semblent des permanences, comme celle des Juifs, dont cependant les particularités et l’isolement communautaire sont accentués ou même mis en place par l’intolérance croissante de l’Église à leur égard, la spécialisation professionnelle et l’urbanisation à laquelle ils sont contraints par le danger de persécution. À cet égard, les articles rassemblés ici confirment les résultats déjà acquis par d’autres médiévistes, depuis quelques décennies ou quelques années selon les domaines.

11On savait aussi déjà l’ambiguïté de la société médiévale devant certaines marginalités. Mais il est trop facile de l’oublier et les pages qui suivent nous le rappellent opportunément. L’ambiguïté des comportements y est l’un des fils directeurs de la réflexion commune. Toutes les sociétés connaissent de telles incohérences apparentes, des brèches dans le système de pensée ; ce sont sans doute d’indispensables processus de régulation, qui permettent d’échapper à la pression violente du modèle unique. On pourrait dire qu’au Moyen Âge, les seuls vrais exclus sont les ermites, ceux-là même qui sont tenus pour une élite spirituelle. Que dire de la pauvreté volontaire ? Des recluses ? L’essentiel de l’ambiguïté provient évidemment de l’enseignement chrétien, inversant l’ordre social et valorisant le pauvre, le souffrant, le martyr. La minorité faible se trouve ainsi promue : les derniers seront les premiers. Opium du peuple ou moyen d’obtenir une durable cohésion sociale.

12Quoi qu’il en soit, la complexité de la société médiévale va au-delà et ce livre nous y plonge très opportunément. Le médiéviste ressent l’inconfort d’une hiérarchie incertaine qu’il peine à comprendre parfaitement. Il en est ainsi devant le servage, macule dont la suppression est achetée très cher, et qui pourtant n’empêche pas les sourires de la fortune ou même des destins exceptionnels, dans la proximité des grands, parfois jusqu’au gouvernement ? Dès lors, on peut se représenter les minorités de toute société médiévale comme une stratification archéologique, pleine d’intrusions et de chevauchements, quand bien même il ne s’agirait pas de ces terres noires des villes du haut Moyen Âge où la stratification n’est pas visible.

13L’échelle à laquelle les minorités sont observées ici évite précisément de perdre la configuration sociale bosselée des minorités : on perçoit bien à la fois les axes que constituent leurs écarts à la norme et mais tout aussi bien que certains groupes particuliers au sein des minorités ou certains individus de profil singulier occupent des places diverses dans l’ensemble de l’échiquier social. Ainsi le châtelain musulman Ali de Cervera, dont Philippe Josserand analyse le cas, au service de l’ordre de l’Hôpital. Qu’il ne soit sans doute pas issu des couches paysannes n’empêche pas que ce mudejar ait été choisi, comme quelques autres dans la péninsule reconquise, pour protéger des Chrétiens et exercer son pouvoir sur eux. Le sort contraire des armes a pu conduire en esclavage des musulmans de haute extraction sociale et expliquer les fonctions dirigeantes qu’ils ont acquises dans la société chrétienne. Les cas répertoriés sont peu nombreux, mais ils contrastent avec le discours tenu par l’Église, qui admet mal la soumission d’un chrétien à un infidèle.

14Entre discours savant, coutumes et pratiques, en matière de statut des minorités, l’écart est grand également, aussi bien dans l’Islam que dans la Chrétienté. Entre l’impureté stigmatisante du métier de boucher, la fortune de ceux qui l’exercent aux XIVe et XVe siècles et leur influence politique, le fossé est large. Chaque article de ce livre en apporte quelque exemple. Les déviances élitistes sont chose connues ; elles peuvent s’exercer dans les minorités de pouvoir, même si en général de telles déviances, telles que, par exemple, avoir engendré un bâtard, ne suffisent pas à construire une minorité ! Sans doute cet écart entre loi, normes et pratiques n’est-il pas propre à l’époque médiévale, mais il est bien concevable que le contrôle exercé par les pouvoirs centraux y soit plus léger que dans d’autres temps. Le droit façonne la société, c’est incontestable, mais si cette idée ravit le juriste, elle n’est pas l’axiome de l’historien, plus attentif à l’attente des populations. Le travail de clarification des catégories, d’explicitation des normes qui se fait tant dans l’Église par la construction du droit canon que par toutes les législations, les coutumes ou les statuts urbains ont d’autant mieux répondu aux besoins de la population qu’elles ont laissé des zones d’ombre, des zones grises, comme le dit si joliment John Tolan. L’Inquisition médiévale n’est pas celle de Torquemada et le bannissement, tel que celui auquel sont contraints les magnats florentins que le gouvernement du Popolo n’accepte plus, n’est pas une Terreur mortelle. Les échappements sont multiples et laissent aux minorités des moyens d’expression et de survie, plus ou moins lâches selon la différence sur laquelle elles sont bâties.

15Les talents de cet ouvrage sont multiples. Celui qui me paraît peut-être le plus précieux est son souci de ne pas laisser place à l’anachronisme. J’ai retenu comme essentielles plusieurs recommandations que l’introduction explicite et qui me semblent spécifiques des temps médiévaux et fondamentales pour ne pas réinterpréter les minorités médiévales en fonction d’une vision récente ou contemporaine du fonctionnement des minorités. Le poids de la langue à ne pas surestimer. Nous sommes évidemment tôt dans le Moyen Âge, aux environs de l’an mil. Les deux hommes du Nord que sont Bernard d’Angers et son compagnon sont fraîchement arrivés à Conques et ils parlent latin entre eux pour éviter d’être compris par les « occitans » rustiques qui les entourent. L’intercompréhension est encore forte entre les langues romanes du moins. De plus, les modes et les niveaux de communication sont trop variés pour que la langue élève des murailles.

16Récemment, le caractère holiste de la société médiévale a été maintes fois souligné. Si la majorité est regroupée dans le sein du père, il est facile de distinguer ceux qui n’y sont pas. Mais cette définition globale, pertinente pour ceux qui pensent la Chrétienté, a-t-elle du sens pour l’immense majorité ? L’une des questions les plus difficiles à résoudre pour le médiéviste est celle des catégories de la pensée, non pas des élites culturelles et sociales, mais des simples habitants des villes et surtout des villages. On imagine assez bien que les jeunes, les vieux, les femmes, les hommes, les malades, les voisins, les voleurs, les étrangers sont des classifications partagées par tous. D’autres, la violence, l’hérésie, doivent être lointaines ou peu compréhensibles. Au Moyen Âge, l’aveugle fait rire et la pendaison est un spectacle réjouissant : il n’est jamais simple pour le médiéviste de construire ces perceptions, minoritaires et majoritaires. On n’en salue que plus profond les pages qui suivent.

17Pour finir, il me reste à trouver une explication – de préférence fantaisiste – à la réussite de ce livre. Outre les mains de fer gantées de velours qui ont mené ce groupe, outre la qualité du « casting », j’évoquerai la fraîcheur d’une salle, celle d’un monastère devenu centre culturel : est-il meilleur lieu pour réfléchir aux fonctionnements des minorités médiévales ?

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search