Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Liens de sang, liens de pouvoir

 | 
Laurent Coste

Conclusion. De la sociologie municipale aux cultures politiques, trois décennies d’évolution de l’historiographie française des corps de ville

François-Joseph Ruggiu

Volltext

  • 1 Elle est l’objet d’une production considérable de travaux dans tous les pays d’Europe occidentale. (...)
  • 2 Par exemple, Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains : de l’Antiquité (...)
  • 3 Entres autres, Combet M., Jeux des pouvoirs et familles. Les élites municipales à Bergerac au XVII (...)
  • 4 Voir, à ce sujet, la belle synthèse de Delille G., Le maire et le prieur. Pouvoir central et pouvo (...)

1L’étude des élites urbaines est une tradition de l’historiographie française aussi bien des périodes médiévale et moderne que contemporaine1. Plusieurs colloques et volumes collectifs ont déjà favorisé la confrontation des points de vue2 mais les recherches dans ce champ académique ont sans doute trouvé leur plus belle expression dans les grandes thèses d’histoire municipale qui sont parues dans les trente dernières années3. Elles ont fait le plus souvent une prosopographie rigoureuse des familles liées aux corps de ville en même temps qu’elles ont analysé les transformations de leurs organisations et de leurs compétences au fil des siècles. Elles ont défini un cadre général qui est celui de l’oligarchisation de la plupart des corps de ville au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, un mouvement que l’on retrouve d’ailleurs dans presque toute l’Europe. Il est passé, à des degrés divers selon les cas, par une réduction sensible du nombre des familles participant à l’exercice des pouvoirs municipaux, liée soit à la transformation des charges électives en offices ou en fonctions héréditaires, en particulier en Espagne ou en Italie4, soit à la reconduction par le pouvoir central des corps de ville en charge, une opération fréquente dans la France du XVIIIe siècle, soit à l’instauration de mécanismes permettant de transformer les élections en cooptation, comme en Angleterre. Il est cependant rare que la fermeture soit totale, ne serait-ce qu’en raison de l’extinction biologique et de l’émigration, et les nouvelles familles ont toujours pu s’insérer, à des degrés divers, dans les élites municipales.

  • 5 Dans ce volume, les contributions sur la France portent toutes sur les villes de province mais il (...)
  • 6 Sur la question qui nous occupe, Coste L., Les lys et le chaperon. Les oligarchies municipales en (...)
  • 7 Elle a été récemment réclamée, dans des perspectives différentes, par Schaub J.-F., « La catégorie (...)

2Mais l’histoire des pouvoirs urbains a sans cesse su renouveler ses thématiques et l’une des premières forces du volume tiré du colloque « Le pouvoir et le sang » que nous avons le plaisir de conclure est de faire un état des principales directions suivies à présent ainsi que des pistes qui s’ouvrent à l’avenir devant les chercheurs5. La première des grandes caractéristiques de ce collectif est de raisonner à l’échelle de l’Europe atlantique avec des ramifications vers la Méditerranée. L’histoire comparée, ou croisée, des élites a, en effet, récemment pris, spécialement à l’Université de Bordeaux 3, un essor de plus en plus dynamique, d’autant plus que se multiplient les synthèses qui permettent de mettre en valeur les points de convergence et les points de divergence6. Les textes directement comparatifs qui sont présentés dans ce volume, comme celui de Guy Saupin, ou les réflexions que permet la juxtaposition des exemples venus d’Angleterre (Perry Gauci), d’Espagne (Vincent Montojo) ou encore du Portugal (Nuno Monteiro) relèvent donc d’une logique de plus en plus suivie en France. Elle témoigne d’une heureuse internationalisation de recherches qui, surtout dans ce cas précis, doivent impérativement dépasser le cadre à présent bien arpenté de nos paroisses et de nos communes. La présence d’études menées sur le terrain colonial – le Brésil (Nuno Monteiro), Cuba (Dominique Goncalvès) et, en toile de fond de la carrière londonienne de William Beckford, la Jamaïque (Perry Gauci) – est ici une avancée qui doit être également saluée. L’intégration des colonies aux histoires nationales, sans naturellement que soit niée la spécificité du contexte ultramarin, est, nous semble-t-il, un des grands enjeux historiographiques des prochaines années7. Une dernière grande caractéristique de ce volume est de dépasser, ce qui paraît logique dans cette perspective européenne que nous venons d’évoquer, la barrière de la Révolution française, et de mettre en perspective, en particulier, les continuités entre le XVIIIe siècle et le XIXe siècle.

3La plupart des participants à ce volume ont pratiqué et pratiquent toujours, pour certaines questions, les techniques éprouvées de la sociologie municipale. Plusieurs communications, comme celles de Béatrice Baumier, sur les marchands dans le corps de ville de Tours, de Stéphane Durand, à propos des échelles consulaires de Mèze, d’Agathe Leyssens, dans une comparaison des édiles de Boulogne, Calais, Dunkerque et Lille, de Jean-Paul Jourdan, pour sa comparaison des villes maritimes et intérieures du Sud-Ouest au XIXe siècle, de Christine Lamarre, sur les échevins de Dijon, et, enfin, de Jean-Pierre Poussou, à propos des élites du Lot-et-Garonne au début du XXe siècle, sont autant d’études de cas précises et stimulantes car rapportées à des problématiques plus amples comme, par exemple, la question de l’enracinement des élites. Mais tous ces auteurs insistent, nous semble-t-il, sur la nécessité de dépasser le stade, qui reste naturellement indispensable, de la comptabilité des familles et des catégories sociales liées aux corps de ville. La sociologie municipale présente, en effet, le danger de réduire les individus à de simples représentants de catégories socioprofessionnelles ou de stratégies familiales intemporelles qui ont souvent du mal à se concrétiser dans les sources qualitatives et qui ont le défaut de minorer la force de l’extinction biologique.

4Les contributeurs à ce volume ont donc suivi de multiples voies pour pallier ces inconvénients. Les uns, comme Stéphane Durand, ont critiqué les notions mêmes de catégories sociales en s’interrogeant sur les contenus pratiques des professions déclarées, en réfléchissant sur les identités sociales et professionnelles des acteurs du jeu politique local et en travaillant sur le lien entre ces identités et les prises de position assumées dans l’exercice du pouvoir municipal. C’est ainsi que Béatrice Baumier insiste, avec pertinence, sur la nécessité de distinguer entre les différentes catégories de marchands qui ont participé au corps de ville de Tours, les uns liés aux finances de la monarchie, les autres davantage centrés sur des activités commerciales traditionnelles. Beaucoup ont interrogé les rapports entre l’élite urbaine et la noblesse. La juxtaposition des expériences du Portugal, où, comme le rappelle Nuno Monteiro, les magistrats urbains devaient être choisis parmi les « meilleurs des lieux », quels qu’ils soient, de l’Espagne levantine ou encore de la Bretagne, étudiée par Philippe Jarnoux, est particulièrement éclairante.

  • 8 Nous renvoyons ici à son livre Une république imaginaire : Amiens pendant les troubles de religion (...)
  • 9 Ruggiu F.-J., « Pour une étude l’engagement civique au XVIIIe siècle », Histoire Urbaine, no 19, a (...)

5Dans la ligne des travaux des années 1990, en particulier de Philippe Guignet et de Guy Saupin, certains auteurs s’interrogent, enfin, sur les valeurs portées par les individus et par les familles qui cherchaient à entrer dans les municipalités et donc à participer concrètement à la définition de la politique de la ville et à sa gestion. Une bonne partie d’entre eux étaient, en effet, profondément, imprégnés de cette culture civique très complexe qui irriguait la vie quotidienne des urbains de l’époque moderne et qui se manifestait au premier chef dans les représentations de la ville. Les édiles municipaux n’étaient donc pas uniquement engagés dans les corps de ville pour se conformer à une stratégie familiale, pour préserver une influence locale, ou pour tenir une position sociale, même si cette dimension ne saurait être négligée. Comme le rappelle Olivia Carpi8, ils étaient animés par une idéologie du service envers la communauté qui n’était pas l’apanage de la noblesse militaire ou des magistrats pour lesquels cette notion a souvent été étudiée. La notion de service, et la notion d’honneur qui y était liée, irriguaient, en fait, l’ensemble de la société au-delà de la barrière des ordres ou des états. Les épitaphes inscrites sur les tombes des common councilmen et des aldermen dans les églises urbaines anglaises le proclament haut et fort. La lecture des tableaux statistiques ne doit jamais faire oublier cette dimension politique et culturelle des engagements municipaux9. C’est, nous semble-t-il, la conclusion à laquelle parvient Guy Saupin au terme de sa rigoureuse étude comparée : la divergence entre les corps de ville anglais et français des façades maritimes n’est que marginalement due à un décalage de puissance de leur dynamique commerciale mais elle est bien plutôt liée à une différence dans les modèles administratifs monarchiques et, partant, dans les cultures politiques des élites urbaines. Il « repolitise » ainsi le politique et explique pourquoi la plupart des contributeurs qui abordent cette question, ne constatent que de faibles différences entre les villes de l’intérieur et les villes maritimes en ce qui concerne l’ouverture ou la fermeture des municipalités.

6L’étude de la culture et des valeurs politiques nous amène presque naturellement à la réintroduction de l’individu dans le jeu municipal. Plusieurs contributions évoquent, en effet, l’importance de l’autorité naturelle, du talent, en particulier dans les pratiques oratoires ou à travers le sens politique, ou encore les capacités pour expliquer les succès ou les échecs de certains acteurs majeurs. Ces observations passent, en partie, par la reconstitution de carrières individuelles d’édiles, de familles d’édiles ou de personnages marquants de la vie politique locale. Cette dimension avait été jusque-là négligée par les historiens modernistes, les biographies de maires ou d’hommes politiques locaux semblant être plutôt une spécialité des spécialistes d’histoire contemporaine. Elle se développe cependant depuis quelques années et trois contributions nous en montrent ici la richesse comme, d’ailleurs, celle d’Alexandre Fernandez consacrée aux Ybarra, une famille d’entrepreneurs de Bilbao. Dominique Goncalvès suit ainsi sur trois siècles le destin des Penalver, qui comptent de nombreux alcaldes ou regidores de La Havane. Il met en lumière l’importance, sur la longue durée, pour les deux branches de la famille d’un choix contradictoire fait au moment de l’invasion de Cuba par les Britanniques durant la guerre de Sept Ans. Perry Gauci retrace la manière dont William Beckford, issu d’une famille de riches planteurs de la Jamaïque, réussit son implantation dans la vie politique de la City londonienne dont il est devenu, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, un des symboles politiques. En s’appuyant sur l’étude des campagnes électorales de William Beckford, qui n’ont pas été faciles, et sur ses discours parlementaires, il montre la manière dont il a su entrer en résonnance avec les préoccupations des électeurs de la City. À l’inverse, Yann Ligneureux reconstitue les événements qui ont permis à Charles de Neufville, marquis d’Halincourt, gouverneur de Lyon, pourtant « une personne de peu de valeur, un incapable, un ignorant… », selon le commentaire peu amène d’un envoyé du Grand-Duc de Toscane, et un personnage effacé au sein d’une brillante famille, d’être celui qui a scellé l’accession des Villeroy parmi les grandes maisons aristocratiques du royaume.

  • 10 L’influence des spécialistes britanniques et étatsuniens de l’histoire des relations entre le pouv (...)

7Une bonne partie des éléments que nous signalons ici se diffusent, en fait, dans le milieu des spécialistes de la ville depuis le début des années 1990. Ils scandent le lent détachement qu’opère l’étude du politique en milieu urbain des cadres socioéconomiques qui ont été sa matrice dans les années 1980 et l’influence croissante sur ses méthodes et ses thématiques de la notion de culture politique10. Plusieurs directions nouvelles se signalent dans ce volume qui renforcent ce mouvement. Le premier est la réhabilitation à l’échelle locale de la notion de « parti », au sens d’alliances ou de regroupements plus ou moins éphémères, d’acteurs locaux autour de thèmes politiques ou édilitaires précis. Il apparaît qu’il est temps de revenir sur les commentaires dédaigneux qui en ont été données par les érudits du XIXe siècle. Prenant à leur valeur faciale les analyses des contemporains, ils les interprétaient, en effet, seulement en termes de « brigue » ou de « corruption » et ils dépeignaient leurs acteurs comme attachés à des intérêts égoïstes, soit individuels, soit liés à une classe sociale. Il est cependant possible à présent de montrer en quoi, comme l’esquisse Stéphane Durand à propos de Mèze, les conflits de partis participaient à une réelle dynamique des pouvoirs locaux. Christine Lamarre est encore plus affirmative à propos de la violente crise survenue dans la municipalité de Dijon entre 1783 et 1785 car elle la relie à un affrontement entre l’intendant et les princes de Condé et à un vrai « clivage politique ».

8Cette interrogation est reliée à une autre qui porte sur la réalité du pouvoir au sein des villes et de son exercice. Qui détenait réellement le pouvoir au sein de la municipalité d’Ancien Régime ou XIXe siècle ? Était-ce le maire, qui était souvent soumis à un renouvellement annuel ? Étaient-ce les éléments plus stables du corps de ville, c’est-à-dire le corps des échevins le plus souvent, voire l’administration permanente, qui, à l’image des sept conseillers pensionnaires, procureur-syndic, greffiers et trésoriers qui assistaient les trente-trois membres temporaires de la Loi lilloise, survivait le plus souvent à tous les bouleversements électoraux ? C’est en ce sens que la sociologie municipale, par l’intermédiaire des études sur l’assistance aux sessions du, ou des conseils ou encore sur l’exercice des responsabilités exécutives, qui pouvaient être fort lourdes, a justement rappelé Christine Lamarrre, a encore un rôle essentiel à jouer. Au cours de l’époque moderne, les fonctions assumées par les magistrats municipaux dans le royaume de France ont, d’ailleurs, considérablement évolué car elles sont devenues moins politiques et plus administratives. Ce mouvement ne doit pas être interprété seulement comme une « perte » de pouvoir, qui aurait été subie par les municipalités en raison de la croissance de l’État central, mais aussi comme une réorientation gestionnaire des municipalités dont les compétences, en ce domaine, se sont accrues considérablement, ainsi que la charge de travail qui y était liée.

9La seconde direction que nous aimerions mettre en valeur concerne la notion, à nos yeux essentielle, de culture familiale. À une époque où l’éducation, y compris dans les milieux de la notabilité urbaine que nous étudions, était largement une affaire interne à la famille, l’imprégnation des enfants par les attitudes assumées par les parents était encore un élément fondamental. Cette culture familiale se différencie pour nous de la nature patriarcale de la société d’Ancien Régime et des valeurs communes transcendant les ordres et les états qui étaient diffusées par le système d’éducation publique. Elle se déclinait, à notre sens, dans une vaste gamme d’actions : le choix d’une profession, par exemple, mais aussi les comportements familiaux (l’âge au mariage ; le choix de la conjointe et du lieu de la résidence ; les dispositions testamentaires ; la propension à migrer ; les comportements sexuels) ou encore les différents engagements sociaux. Dans ces domaines, et dans beaucoup d’autres, chaque génération passait à l’autre, qui pouvait naturellement le recevoir ou le contester, un ensemble de comportements acceptables, et donc reproductibles, parce que observés dans le cadre familial et parce que portés par la mémoire familiale soit transmise directement soit par les archives familiales (au premier rang desquels les écrits du for privé). La culture familiale n’était, bien sûr, pas seulement liée à la relation entre les parents et les enfants mais elle concernait ce qui était observé du comportement des grands-parents et des collatéraux, oncles et tantes, cousins et cousines, voire cercles des amis proches, dont la présence dans la vie quotidienne était plus faible que les parents, mais dont les comportements qui pouvaient marquer encore plus fortement, dans l’acceptation ou la désapprobation, les individus et orienter à des moments clefs leur choix de vie. L’entrée de familles entières vers l’Église, parfois y compris le fils aîné, ou dans l’armée fait partie des exemples les plus évidents de ces cultures familiales que nous aimerions mettre en valeur et qui expliquent que, parfois, des familles ayant les mêmes attributs socio-économiques, ont eu des comportements très différents. Nous avançons donc, encore à titre d’hypothèse, que les variations dans les comportements des élites urbaines vis-à-vis des corps de ville peuvent être, dans une certaine mesure, le fruit d’une culture familiale face à l’engagement civique et la vérification d’une telle hypothèse passe naturellement par la multiplication des monographies familiales. C’est pourquoi, comme le souligne Jean-Paul Jourdan, les études sur la parenté au sein des corps de ville, souvent entreprises pour l’époque moderne en ce qui concerne les liens directs (père/fils, frères, beau-père/gendre), doit rester une dimension importante de nos travaux.

  • 11 Sur ce dernier point, voir Descimon R., « Milice bourgeoise et identité citadine à Paris au temps (...)

10La troisième direction essentielle à nos yeux concerne l’articulation de ce que nous appelons souvent le « pouvoir municipal » avec les autres formes de pouvoirs qui irriguent l’ensemble de l’organisme urbain. Nous avons depuis longtemps l’habitude de nous interroger sur les liens qui existent entre le corps de ville et les autres grandes institutions abritées par les villes – cours souveraines ou supérieures, bureaux des finances, présidiaux et bien d’autres – mais il est sans doute fondamental de nous interroger davantage sur les ramifications qui unissent le corps de ville et les échelons inférieurs du pouvoir municipal qu’il s’agissent de structures territoriales comme les quartiers ou les paroisses ou de structures corporatives comme les corps de métiers ou, comme cela a été récemment montré, les compagnies de milice11. Les sociétés urbaines de l’époque moderne sont, en effet, animées, comme cela a été depuis longtemps montré, entre autres, par Jean-Pierre Bardet et Jean-Pierre Poussou, par de puissants mouvements migratoires qui aboutissent à des renouvellements réguliers de leurs populations. Ils ne concernent pas seulement la population flottante des journaliers et des domestiques mais aussi les marchands, les boutiquiers et les artisans. Un des principaux problèmes que devaient résoudre les élites urbaines était autant l’intégration, si possible discrète, selon une expression de Philippe Jarnoux, des migrants aisés que l’encadrement et la surveillance des migrants pauvres. La ligne de fracture qui séparait au sein des villes de l’époque moderne les migrants des sédentaires était, sans doute, tout aussi importante que celle qui séparait économiquement les pauvres des riches. Il était donc nécessaire de construire des « lieux » et de produire une « culture » qui puissent inclure les migrants. Les institutions municipales, au sens très large, qu’elles fonctionnent selon un système pyramidal, faisant remonter le pouvoir vers un cœur constitué par le conseil des échevins, ou dans un système polynucléaire, juxtaposant des organes plus ou moins autonomes, étaient pleinement partie prenante de ce dispositif. Les contributions de Vincent Montojo sur les élites d’Alicante et de Carthagène ainsi que celle de Jean-François Priotti sur la famille Ruiz à Nantes apportent sur ce point des éléments d’une grande richesse. Le premier montre que les familles italiennes installées dans le Levant espagnol pour des raisons commerciales ont réussi à s’intégrer sans trop de difficulté dans les élites urbaines avec l’aide de la Couronne. Le second démontre la profonde implication d’un réseau de parenté – les Ruiz et leurs alliés Rocaz et Le Lou – qui est centré sur une famille étrangère dont le chef, Simon Ruiz, est établi à Médina del Campo, en Castille, dans les affaires municipales de la ville. L’idée d’une culture politique urbaine est d’autant plus importante que la plupart des systèmes municipaux différaient d’une ville à l’autre, le cas du Portugal, où les règles étaient les mêmes partout en métropole, sauf pour la capitale et dans l’empire, étant ici une exception.

11Les études des corps de villes sont, à présent, à un tournant. La voie, à présent ancienne, de la sociologie municipale reste essentielle mais il est clair qu’elle ne suffit plus à renouveler les problématiques. Les directions proposées dans ce volume – les comparaisons internationales ; la dimension coloniale ; l’importance de l’acteur individuel et des cultures familiales ; la notion de culture politique urbaine – apparaissent en filigrane de bien des travaux depuis un certain nombre d’années. Elles s’offrent à présent, ouvertement et ensembles, aux chercheurs qui s’intéressent aux élites urbaines et il est sûr qu’elles donneront lieu dans les années à venir à des développements passionnants.

Anmerkungen

1 Elle est l’objet d’une production considérable de travaux dans tous les pays d’Europe occidentale. Le lecteur pourra partir des pages qui sont consacrées aux gouvernements urbains dans les synthèses européennes publiées depuis une vingtaine d’années : Berengo M., L’Europa delle città. Il volto della società urbana europea tra medioevo ed Età moderna, Torino, Einaudi, 1999 ; Friedrichs C. R., The Early Modern City 1450-1750, New York et Londres, Longman, 1995 ; Knittler H., Die europäische Statd in der frühen Neuzeit. Institutionen, Skrukturen, Entwicklungen, Verlag für Geschichte und Politik, Wien, R. Oldenbourg Verlag, München, 2000 ; Lottin A., Poussou J.-P. et alii, Études sur les villes en Europe Occidentale, Paris, CDU-SEDES, 1983 ; Zeller O., « La ville moderne », Pinol J.-L. (dir.), Histoire de l’Europe Urbaine, tome I, De l’Antiquité au XVIIIe siècle, Paris, Le Seuil, 2003.

2 Par exemple, Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains : de l’Antiquité au XXe siècle, textes réunis et présentés par Petitfrère C., Tours, Université François Rabelais, CEHVI, Centre d’histoire de la ville moderne et contemporaine, 1999 ; Saupin G. (dir.), Le pouvoir urbain dans l’Europe atlantique du XVIe au XVIIIe siècle, Actes du colloque international de Nantes, 21 et 22 janvier 2000, Ouest Éditions/Presses Académiques de l’Ouest, 2002. Le fait que le premier numéro de la revue électronique Cahiers du CRHQ, coordonné par Hugon A. et réunissant sept articles, porte sur « Les conflits d’autorité dans l’administration urbaine, de la fin du Moyen Age à la fin du XIXe siècle », est un autre signe de la vitalité de ces études.

3 Entres autres, Combet M., Jeux des pouvoirs et familles. Les élites municipales à Bergerac au XVIIIe siècle, Bordeaux, Fédération Historique du Sud-Ouest, 2003 ; Coste L., Messieurs de Bordeaux. Pouvoirs et hommes de pouvoirs à l’hôtel de ville (1548-1789), Bordeaux, Fédération Historique du Sud-Ouest, Centre Aquitain d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2006 ; Guignet P., Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle ; Pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d’autre de la frontière francobelge, Paris, Éditions de l’EHESS, 1990 ; Maillard J., Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 1984, 2 volumes ; Mouysset S., Le pouvoir dans la bonne ville. Les consuls de Rodez sous l’Ancien Régime, Rodez, Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron, Toulouse, CNRS, Université de Toulouse-Le Mirail, 2000 ; Saupin G., Nantes au XVIIe siècle. Vie politique et société urbaine, Presses universitaires de Rennes, 1996. Au-delà de ces travaux spécialisés, la plupart des monographies urbaines consacrent un chapitre à l’étude des corps de ville.

4 Voir, à ce sujet, la belle synthèse de Delille G., Le maire et le prieur. Pouvoir central et pouvoir local en Méditerranée occidentale (XVe-XVIIIe siècle), Paris, École française de Rome ; École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2003.

5 Dans ce volume, les contributions sur la France portent toutes sur les villes de province mais il faut souligner ici l’importance des études sur les élites municipales parisiennes menées dans le sillage des travaux de Descimon R., « Les assemblées de l’hôtel de ville de Paris (mi-XVIe-mi-XVIIe siècles) », Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris et de l’île-de-France, tome 38, 1987, p. 39-55 et « Le corps de ville et les élections échevinales à Paris aux XVIe et XVIIe siècles. Codification coutumière et pratiques sociales », Histoire, Économie et Société, 1994, no 3, p. 507-530.

6 Sur la question qui nous occupe, Coste L., Les lys et le chaperon. Les oligarchies municipales en France de la Renaissance à la Révolution, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2007.

7 Elle a été récemment réclamée, dans des perspectives différentes, par Schaub J.-F., « La catégorie ‘‘études coloniales’’ est-elle indispensable ? », Annales HSS, no 3, 2008, p. 625-646 ; ainsi que par Ruggiu F.-J. et Vidal C., « Réflexions sur l’historiographie des sociétés coloniales et/ou esclavagistes américaines », Vidal C. et Ruggiu F.-J. (dir.), Sociétés, colonisations et esclavages dans le monde atlantique. Historiographie des sociétés américaines des XVIe-XIXe siècles, Rennes, Perséides, 2009, p. 9-29.

8 Nous renvoyons ici à son livre Une république imaginaire : Amiens pendant les troubles de religion, 1559-1597, Paris, Belin, 2005 ; ainsi qu’aux travaux de Lignereux Y., Lyon et le roi : de la « bonne ville » à l’absolutisme municipal, 1594-1654, Seyssel, Champ Vallon, 2003.

9 Ruggiu F.-J., « Pour une étude l’engagement civique au XVIIIe siècle », Histoire Urbaine, no 19, août 2007, p. 145-164.

10 L’influence des spécialistes britanniques et étatsuniens de l’histoire des relations entre le pouvoir central et le pouvoir local dans la France de l’époque moderne, dans la ligne des travaux de Beik W., a joué ici un rôle fondamental. Voir, par exemple, Schneider R. A., Public Life in Toulouse, 1463-1789. From municipal republic to cosmopolitan city, Ithaca, Londres, Cornell University Press, 1989 ; Bernstein H. J., Between crown and community : politics and civic culture in sixteenth-century Poitiers, Ithaca (N. Y.), Cornell University Press, 2004 ; Breen M. P., Law, city, and king : legal culture, municipal politics, and state formation in early modern Dijon, Rochester (N. Y.), University of Rochester Press, 2007.

11 Sur ce dernier point, voir Descimon R., « Milice bourgeoise et identité citadine à Paris au temps de la Ligue », Annales ESC, no 4, juillet-août 1993, p. 885-906 ; Po-chia Hsia R., « Civic militia and civic liberties in early modern cities », Tijdschrift voor sociale Geschiedenis, 1997, vol. 23, no 1, p. 52-62 ; Lamarre C., « Les jeux militaires au XVIIIe siècle. Une forme de sociabilité urbaine négligée », Histoire Urbaine, no 5, 2002, p. 85-103 ; Coste L., « Les milices bourgeoises en France », Poussou J.-P. (dir.), Les sociétés urbaines au XVIIe siècle, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2007, p. 175-188.

Autor

Professeur à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 et exerce à l’Université de Paris IV-Sorbonne. Ses travaux portent sur les élites urbaines de France et d’Angleterre comme en témoigne Les élites et les villes moyennes en France et en Angleterre (XVIIe -XVIIIe siècles), Paris, L’Harmattan, 1997. Il s’intéresse également aux écrits intimes puisqu’il co-dirige le GDR Les écrits du for privé en France de la fin du Moyen âge à 1914.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540