Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liens de sang, liens de pouvoir

 | 
Laurent Coste

Quatrième partie. Destins individuels, destins familiaux

Les peñalver de la Havane, XVIIe-XIXe siècle*

Dominique Goncalvès

Texte intégral

  • * Cet article s’inscrit dans un programme international du Consejo Superior de Investigaciones scien (...)
  • 1 Pessoa F., Le banquier anarchiste, Mesnil sur l’Estrée, Éditions 10/18, 1988, p. 91.
  • 2 J’adresse mes remerciements à Monsieur Rubén C. Arango, professeur de la St Thomas University de F (...)

1« Tout peuple se compose d’une aristocratie et de lui-même. Comme le peuple est un, cette aristocratie et ce lui-même sont identiques quant à leur substance. L’aristocratie se manifeste en tant qu’individus y compris individus amateurs ; le peuple, lui se révèle tout entier comme un seul individu. » Ce jugement de Pessoa a le mérite d’affirmer la prééminence des acteurs individuels à l’intérieur d’un groupe social, même s’il restreint le propos à l’aristocratie1. Il est pourtant vrai que les attitudes de chacun sont en grande partie déterminées par le milieu social qu’il considère être le sien. Les lignes qui suivent voudraient présenter des acteurs d’une famille havanaise que l’on reconnaît comme grande. Grande par le nombre de ses membres, puisque c’est son évolution de la fin du XVIe siècle au début du XXe qui est envisagée ; grande surtout par son prestige social puisqu’elle compta parmi les plus influentes de La Havane, comme l’attestent ses titres de Castille, ses implications dans les organismes de décision créoles, ou l’image fastueuse qu’elle entretenait… De sorte que, au travers de l’histoire de cette famille Peñalver, c’est en partie l’histoire de Cuba, tracée par ses acteurs qui apparaît. Il convient alors de se demander en quoi les Peñalver ont pu influencer l’histoire de Cuba et en quoi l’histoire de Cuba a aussi influencé l’évolution de cette famille de saccharocrates, d’aristocrates du sucre ? Il est possible d’y répondre en recentrant l’analyse sur trois temps forts de l’histoire familiale qui se dégagent et qui rejoignent la grande histoire de l’Île : de la fin du XVIIe siècle à l’invasion anglaise de 1762, temps pendant lequel Cuba acquiert une place majeure dans l’échiquier politique espagnol ; puis de 1763 aux années 1840 environ où Cuba devient une forteresse militaire et la plus grande plantation de canne à sucre du monde, et enfin la deuxième moitié du XIXe siècle, de nouveau marquée par les troubles politiques qui amènent Cuba vers l’indépendance. On suivra plus commodément cette famille en se reportant à l’arbre généalogique présenté2.

Une implantation havanaise moitié glorieuse, moitié honteuse : 1655-1763

Rapide ascension de la famille d’un réfugié politique

  • 3 Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 1477.

2Les premiers Peñalver dont les archives ont conservé une part de la mémoire3 sont originaires de Valdeolivos, près de Cuenca, en Nouvelle Castille ; ils appartiennent à la petite noblesse au moins depuis le XVIe siècle. Le premier membre qui passe aux Amériques, en 1637, Gabriel Peñalver Angulo y Curiel de Arias arrive à la Jamaïque nanti du poste de gouverneur. L’île est espagnole depuis 1494 et les sujets de Sa Majesté Catholique essaient d’y installer une colonie, après avoir décimé plus ou moins volontairement les Arawaks. L’Espagne s’intéresse à cette île parce qu’elle constitue une base arrière naturelle pour s’attaquer à la riche péninsule du Yucatan. Il y a peu de métaux précieux, mais on y importe des esclaves pour faire fonctionner les plantations. En 1639, Gabriel Peñalver cède la place à un successeur : la rotation des gouverneurs est fréquente. On ne sait quel poste il occupe alors, mais il s’implante puisqu’il fonde une famille, en se mariant avec María Menéndez Fuentes de Guzmán ; ils ont au moins trois fils. L’installation cependant tourne court : les Anglais, au retour d’un raid manqué sur Hispaniola, s’emparent de l’île en 1655.

  • 4 Cornide M. T., De La Havana, de siglos y de familias, Ciencias Sociales, La Havane, Instituto Cuba (...)

3Les parents, Gabriel et María, sont morts à la Jamaïque, avant, pendant ou après l’invasion anglaise. De leurs trois fils, on ne conserve la trace que de Diego Peñalver y Fuentes. C’est à Santiago de Cuba, une des plus anciennes fondations espagnoles, et siège de l’évêché de l’Île, qu’il s’installe. Il y arrive nommé (peut-être comme un dédommagement) Contador y Juez Oficial de Real Hacienda : à ce titre il doit gérer différentes caisses royales. Déjà, La Havane supplante Santiago en termes d’importance politique, économique et militaire : elle a rang de capitale depuis 1607. Même Bayamo, la cité contrebandière, attire davantage les migrants. Diego épouse une femme issue de l’oligarchie de Santiago, María Fromesta Moreira, ce qui l’aide à être élu alcalde ordinario, autrement dit maire, dès 16704.

4Était-ce en raison de sa bonne gestion des fonds confiés ou bien d’un capital d’influence particulier qu’en 1681 la famille s’installe à La Havane ? Diego y est en effet muté et promu avec la prestigieuse charge de Tesorero, Contador y Juez Oficial de Real Hacienda, disons simplement trésorier royal, avec toute la force que peuvent recouvrir ces mots qui désignent la conservation des fonds de l’or et l’argent des Amériques en transit vers l’Espagne. La charge est héréditaire : on comprend l’influence qui se dégage de Diego Peñalver et de sa femme dès leur arrivée. Ils ont deux enfants qu’ils marient selon une politique bien réfléchie. Catalina épouse le fils d’un haut fonctionnaire espagnol, général et chevalier de l’ordre de Santiago. Son frère, Gabriel est marié en 1696 au sein de l’oligarchie locale, avec María, fille du regidor, Sebastián Calvo de la Puerta y Recio. Les regidores sont les échevins ; la charge est ici aussi héréditaire et autant source de prestige que de pouvoir. Rien d’étonnant alors à ce que Diego soit élu alcalde ordinario de La Havane en 1707. Les nouveaux époux Gabriel et María donnent naissance à la première génération de Peñalver née dans la capitale cubaine. Ils sont prolifiques : au moins treize enfants dont onze passent le cap de l’adolescence. C’est peut-être une bénédiction divine… C’est assurément un problème social. Comment ne pas diluer le prestige par des mésalliances lorsque l’on ne dispose pas des moyens pour les marier tous convenablement ?

  • 5 Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 1134.

5Le problème vient du fait que le père, Gabriel, est mort en 1717, laissant à son fils aîné Diego, outre la charge de Trésorier Royal en 1700, l’autre plus lourde encore de subvenir aux besoins de ses frères et sœurs et de sa mère. Diego se retrouva donc à 17 ans chef de famille, sans disposer de l’argent ni de l’influence suffisante pour arranger de beaux mariages à toute sa fratrie : encore en 1751 il devait recourir à l’arbitrage royal pour ne plus être importuné par ses frères et sœurs qui lui réclamaient des subsides5. Il parvint cependant à imposer son autorité puisqu’il contraignit tout le monde au célibat, faisant exception pour lui et Sebastián, le second fils. Autre preuve qu’il n’est pas des plus fortunés en dépit des sommes astronomiques qui lui passent entre les mains : seule une fille, Nicolasa, est religieuse ; aucune des cinq autres n’intègre le couvent de Santa Clara qui accueille, moyennant finances, les filles de bonnes familles insuffisamment dotées. Deux autres enfants mâles, entrent aussi dans les Ordres, dont le pittoresque Juan Bautista qui fut Docteur en droit canon, auteur des premières études scientifiques sur Cuba qu’allait publier plus tard un neveu, alcalde ordinario, et combattant lors de la guerre de l’Oreille de Jenkins ! Un autre frère, José Joaquín fut également alcalde ordinario.

6Diego et Sebastián sont donc les seuls à se marier ; ils choisissent tous les deux l’ancrage local, épousant le premier en 1729 une Cárdenas, fille d’un regidor, et le second confirmant l’alliance avec les Calvo de la Puerta puisqu’il se marie avec sa cousine Josefa. Unique héritière d’un poste de regidor, elle apporta aux Peñalver une part importante du pouvoir havanais, à une époque où le nombre d’échevins n’atteignait pas la dizaine.

7Ce choix de l’excellence est perceptible dans les alliances matrimoniales des enfants de Diego et Sebastián. Diego marie en 1759 son aîné Ignacio, destiné à recevoir la précieuse charge de trésorier royal, à la fille du Gouverneur du Yucatan, Melchor Navarrete Bujanda. Au contraire, Sebastián, qui a déjà été élu plusieurs fois alcalde ordinario, confirme pour ses enfants, le choix de l’enracinement local en les unissant aux Barreto. Jacinto Tomás Barreto est regidor, officier de milices, fortuné et descend par sa mère du puissant clan des Pedroso. Pour lui, marier ses enfants avec ceux du Trésorier le rapproche des arcanes de l’administration royale. En février 1757, Gabriel Peñalver y Calvo de la Puerta épouse Tomása Barreto ; en décembre, son frère Miguel convole avec María Josefa, sœur de la précédente. Mieux : veuf, Jacinto Tomás, épouse en janvier 1758… une troisième fille de Sebastián (et donc belle-sœur de sa fille) : Josefa Peñalver.

8C’est, alors que les autres enfants sont en âge de se marier, que survient l’épisode de l’invasion anglaise qui allait indirectement en partie gripper cette belle ascension sociale des Peñalver arrivés depuis un siècle à Cuba.

Le « Petit Anglais » et son fils « Bouclettes »

9La Guerre de Sept Ans avait vu s’affronter une coalition groupée autour de la France et une autre autour de l’Angleterre. L’Espagne commit l’erreur de se joindre à la première, en 1761 : dès le 31 août 1762, les Anglais s’emparaient de La Havane à la suite d’une opération navale de très grande ampleur, suivie d’un siège qui dura presque trois mois.

  • 6 de Santa Cruz Y Mallen F. J., Historia de las familias cubanas, La Havane, Editorial Hércules, 194 (...)
  • 7 Parcero Torre C. M., La perdida de la Habana y las reformas borbónica en Cuba, Avila, Junta de Cas (...)

10Pour le chef de l’expédition britannique, le comte Albemarle, l’objectif militaire atteint, il fallait administrer sa prise. Or, étant étranger au monde havanais il devait s’appuyer sur le pouvoir créole : il y avait quand même plus de 50 000 personnes à gouverner. Il trouva un accord avec le Cabildo, la municipalité, qui s’engagea à ne pas résister, sans pour autant prêter serment de fidélité au roi d’Angleterre. Albemarle prit le titre de gouverneur de La Havane et désigna le regidor Sebastián Peñalver y Calvo Puerta, comme lieutenant, ce qu’il accepta. Pourtant, Peñalver qui avait été élu six fois déjà alcalde ordinario, avait été nommé colonel de milices au début de l’invasion et mit à la disposition des réfugiés ses haciendas éloignées du théâtre des opérations6. Une première explication à ce revirement, bien connue, concerne les fructueuses affaires qu’il réalisa, épaulé par les baïonnettes anglaises, notamment sur le cuir, la farine et les esclaves7. Il est possible d’en avancer une seconde : celle de la mémoire familiale. Son grand-père avait été chassé de la Jamaïque par les Anglais et ces derniers ne cessaient d’étendre leur influence sur les petites Antilles… L’issue de la guerre ne faisait plus de doute. Pragmatique, il fut un collaborateur zélé, ce qui lui valut de la part des Havanais le sobriquet d’El Inglesito : le petit Anglais.

11Or, au Traité de Paris de 1763, La Havane fut rendue à la couronne d’Espagne, en échange de la Floride. Sombre tractation pour Sebastián Peñalver ! Non seulement, il fut abandonné par les Anglais, mais logiquement traîné devant un tribunal madrilène. Sebastián Peñalver y Calvo de la Puerta fut condamné à l’exil à Ceuta, peine commuée en interdiction de revenir à Cuba ; il mourut à Madrid en 1770.

  • 8 Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 1972.
  • 9 De tous temps et jusqu’à aujourd’hui, l’humour cubain se montre particulièrement mordant en affubl (...)

12La raison de cette clémence, au regard de l’accusation de haute trahison, est mal expliquée. On l’attribue souvent à l’influence de son fils Gabriel à la cour. C’est une erreur puisqu’il fut jugé pour des motifs similaires8. Certes, il fut totalement innocenté et effectivement s’intégra à la cour, adoptant la coiffure qui y était de mode, la perruque, mais de manière plus ostentatoire qu’ostensible. Lorsqu’il revint à La Havane, paré d’une épaisse fausse chevelure blanche, il se vit immédiatement affublé du surnom de Bucles : Bouclettes9. Ce n’est pas cette démarche courtisane – frisant le ridicule, si l’on puis dire – qui évita une peine plus lourde à son père. Une explication plus plausible est, l’alliance indispensable pour le monarque espagnol avec l’oligarchie créole afin de contrôler cette place stratégique. Pendre un Peñalver, dont la famille trustait le Cabildo, dont le frère était Trésorier royal, n’eut pas été très adroit.

  • 10 Cornide M. T., op. cit., p. 260.

13Et ce d’autant plus que ce trésorier royal avait réussi à mettre à l’abri près du tiers des fonds dont il avait la garde. Les Anglais s’emparèrent de 2,5 millions de pesos, Diego Peñalver put en cacher un million10. La suite suggère qu’il dut profiter de l’occasion pour détourner quelques caisses, enrichir un peu cette famille qui lui réclamait tant.

L’affirmation de la puissance : 1763-vers 1840

  • 11 Cela veut dire papaye et l’appellation fut donnée en référence aux uniformes rouges de l’occupant, (...)

14Le conflit et l’occupation avaient révélé les élites locales comme une pièce clé du système défensif. Les milices créoles qu’elles commandaient avaient bloqué la pénétration ennemie vers l’intérieur de l’Île, aidées par les fièvres tropicales qui tuèrent nombre de Mameys, les soldats britanniques11. La reprise en main de La Havane s’accompagna alors d’un plan de séduction des élites locales. Deux volets furent développés : la distribution massive de titres de Castille et l’autorisation de développer de grandes plantations de canne, les ingenios, grâce à la permission d’importer massivement des esclaves. C’était la possibilité de réaliser des fortunes gigantesques en peu de temps en profitant des prédispositions naturelles de l’Île à la culture de la canne à sucre. C’était aussi la transformation de l’oligarchie en saccharocratie. Comment les Peñalver ont vécu cette mutation à laquelle ils avaient aspirés ?

Deux branches distinctes

15Après le procès de Sebastián Peñalver, il faut considérer d’une manière séparée les deux branches de la famille : les Peñalver y Cárdenas avec à leur tête le Trésorier Diego, et les Peñalver y Calvo de la Puerta, dont le chef était Gabriel, Bucles.

16Un coup d’œil suffit à constater l’étendue de la puissance des Peñalver y Cárdenas. Sur les six frères et sœurs, quatre se marient au sein la meilleure société et deux autres réalisent de belles carrières au sein de l’Église.

  • 12 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 3, dossier Casa Peñalver.
  • 13 Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 1972.

17Ignacio, celui qui avait été marié à la fille d’un capitaine général, hérita en 1768, de la charge de trésorier de La Havane et, certainement, des petites économies que papa avait du faire pendant l’invasion anglaise. La même année, il fut chargé d’administrer les biens des jésuites expulsés : nul doute qu’il sut encore tirer quelques profits de l’argent qu’il eut à placer. Car en effet, en 1769, alors que les fonds mexicains, le situado, tardaient à venir, Ignacio prêta au roi, sans intérêt, 125 000 pesos, patientant trois ans avant d’être remboursé12. Sa maison était si grande qu’elle fut plus tard transformée en lycée artistique et littéraire de La Havane. Un dernier mot sur sa fortune : en 1804, il légua à son petit-fils, Ignacio Peñalver y Peñalver, 170 000 pesos13.

  • 14 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 3, dossier Casa Peñalver.

18Ignacio disposait d’un autre grand capital, celui de l’influence, comme l’atteste son rôle durant la guerre d’Indépendance américaine. Les Espagnols soutenant aussi les Insurgents des Treize colonies, le contre-amiral de Grasse envoya un navire à La Havane demander des subsides pour l’entretien de la flotte française. L’émissaire s’adressa au trésorier Peñalver qui lui répondit que les caisses étaient vides. Mais, lui, avait des sous et ses amis aussi. En six heures, l’oligarchie rassembla 500 000 pesos14. Cet argent permit au comte de Grasse de bloquer la baie de Chesapeake, privant ainsi les Anglais de renforts, ce qui à son tour permit aux colons de gagner la bataille de Yorktown. À cette date, le 19 octobre 1781, les États-Unis furent virtuellement indépendants, à la grande joie des Havanais, qui renforçaient leurs relations commerciales avec les nord-américains.

  • 15 Archivo de la Oficina del Historiador de la Ciudad de la Habana, Actas capitulares, registre 36. A (...)
  • 16 Une explication possible, mais surprenante, serait que son frère Ignacio lui ait concédé la sienne (...)
  • 17 Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 1973.
  • 18 Par exemple, en 1791 pour Carlos de Pedroso y Garro, Títulos de Castilla, liasse 2, dossier Casa P (...)
  • 19 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 10.

19Le premier frère cadet d’Ignacio, Gabriel, fut aussi une figure. Élu en 1769 alcalde ordinario15 de La Havane, il détenait en 1773, pour une raison inconnue, une charge de regidor16. L’année précédente, il avait épousé la fille d’un haut fonctionnaire, Lorenzo de Montalvo y Ruiz de Alarcón, intendant de Marine, qui recherchait un enracinement local. En 1765, Montalvo avait fait partie de la première fournée de nouveaux titrés, le roi l’ayant fait comte de Macuriges. Gabriel s’attacha toute sa vie à apparaître comme indispensable, ainsi, en 1784, il écrivit conjointement avec le marquis de Villalta, au ministre comte de Galvez pour se plaindre des « difficultés économiques » de l’Île, au nom des planteurs, les hacendados17. Il témoigna en faveur d’oligarques qui cherchaient à acquérir des habits d’ordres militaires18 et prêta des sommes à la monarchie ; sa fortune était estimée à plus de 200 000 pesos, dès 178719.

  • 20 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 7b, dossier Rio Blanco.

20Un troisième frère, Nicolás, s’impliqua également dans les affaires locales, se faisant élire alcalde ordinario en 1784. Il fut encore plus riche que les précédents car il avait fortement investi dans la plantation. À sa mort en 1818 sa fortune s’élevait à plus d’un million de pesos20. Il est probable qu’une partie provenait aussi de la dot de son épouse, fille du premier marquis Cárdenas de Montehermoso.

21L’unique fille de la fratrie, María Loreto convola en 1766 avec Martín Xavier Echevarría y Loinaz, elle avait dix-neuf ans, lui la quarantaine. L’époux était un péninsulaire, nommé directeur des tabacs. Cela montre que cette branche des Peñalver continuait à rechercher l’alliance transatlantique et à accroître une influence sur les plantations de tabac, peut-être pour les déplacer, tant ils avaient besoin d’étendre leurs plantations de canne.

22Restent les deux célibataires dans les ordres, Luis et José María, qui ont laissé également une profonde empreinte sur la société de leur époque, et même au-delà. La carrière ecclésiastique de Luis (1749-1808) est connue : elle fut la plus belle réalisée en ce domaine par un créole dans l’histoire de Cuba. Nommé évêque de Floride et de Louisiane à partir de 1794, il le fut du Guatemala à partir de 1801. Sa naissance lui interdisait d’occuper l’évêché de La Havane, mais ce passionné d’architecture influença la construction de la cathédrale telle qu’on la voit à l’heure actuelle. Luis de Peñalver y Cárdenas est aussi resté célèbre pour son savoir et son évergétisme. Il rassembla les deux en promouvant la création de la Société Patriotique de La Havane en 1792-93 qui devint le point de rassemblement des âmes les plus instruites de la capitale cubaine. Il laissa à sa mort plus de 200 000 pesos pour la Real Casa de Beneficiencia qui accueillait les orphelins et dont il impulsa la création. Le dernier frère enfin, José María, s’il monta moins haut dans la hiérarchie ecclésiastique, alla plus loin encore dans l’œuvre intellectuelle. Il n’est ni plus ni moins, avec José Felix Martín de Arrate, qu’un des premiers chantres de la « créolité » cubaine. Trésorier de la Société patriotique, il fut l’auteur du premier dictionnaire de Cuba qui présentait, à la manière d’un guide touristique (una guía de forasteros), l’histoire et les particularités de l’Île. L’ouvrage, de diffusion d’abord confidentielle, allait connaître un beau succès lorsqu’un neveu de l’auteur se chargea de le promouvoir.

  • 21 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 3, dossier Casa Peñalver.

23En regard de tant de capital social, financier, intellectuel, la branche des cousins germains, celle des Peñalver y Calvo de la Puerta, paraît bien terne. La condamnation de Sebastián semble avoir brisé l’élan de la famille. Plusieurs indicateurs le montrent. Ainsi, après 1763, sur les cinq enfants en âge de se marier, seules deux unions sont concrétisées. Ce sont des mariages peu prestigieux avec des membres des élites secondes ; une fille rentre dans les ordres, et deux autres enfants restent célibataires. Parmi ces derniers, il est vrai, se trouve un aventurier de marine (donc peu enclin au mariage). Pourtant, le capital financier de cette branche, même moins important que celui des cousins reste considérable. C’est la preuve que ces unions moyennes témoignent d’une défiance envers la famille. De plus, ici les codes de l’oligarchie ne sont pas respectés : en 1815, Luis Peñalver y Calvo de La Puerta porte plainte contre son frère Gabriel pour captation d’héritage21. Ce même Luis, veuf entretenait une liaison illégitime avec une certaine Justa Josefa Cowert. Certes, c’était une pratique alors courante dans ces familles mais il eut la rare honnêteté de légitimer la fille qui naquit de cette union.

  • 22 Archivo general de Indias I, Contratación, liasse 5514, no 1, verso 49.
  • 23 Archivo general de Indias, Cuba, liasse 1242, dossier 32.
  • 24 « sería un sello de su discredito », Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 1972.

24Pour autant, les Peñalver y Calvo de la Puerta n’étaient pas dans une impasse, Bucles avait même des alliés puissants. Son oncle, Pedro José Calvo de la Puerta y Arango avait été fait comte de Buena Vista en 1766 et Jacinto Tomás Barreto y Pedroso, comte de Casa Barreto en 1786. Ils devaient penser qu’il fallait aider les neveux et filles Peñalver y Calvo de la Puerta à s’élever aussi. L’un d’entre eux, Miguel, fut élu alcalde ordinario en 1771 et 1782. C’est l’aîné, Bucles, qui allait le plus œuvrer pour redorer le blason. Il rentra à La Havane en décembre 177022, peu après la mort de son père. Il hérita de la charge de regidor et des ingenios. Et dès décembre 1771 il se faisait élire pour l’année suivante alcalde ordinario de La Havane, à la suite de son frère donc. En 1780, il occupa ce poste une seconde fois, et offrait 50 esclaves – sans que l’on ne lui demanda rien – pour aider à tous travaux de la monarchie23. Preuve qu’il avait à cette date recouvert un certain ascendant, il maria sa petite fille à Miguel de Cárdenas et Santa Cruz, dont la sœur avait épousé un cousin Peñalver y Cárdenas en 1771. Mais, le véritable retour en grâce ne pouvait être signifié que par le roi. Dès 1770, Peñalver avait demandé à pouvoir s’appeler marquis de la Real Fidelidad (de la Fidélité royale), et avait essuyé une rapide fin de non-recevoir. Il réitéra sa demande cinq fois, ce qui est exceptionnel. Toujours, des hauts fonctionnaires qui n’avaient pas accepté son acquittement, et Charles III qui désirait montrer à l’oligarchie qu’il restait le maître des récompenses, s’étaient opposés à lui. Par incidence, ces refus prouvent combien était relative son influence à la cour. En 1789 Bucles proposa au Cabildo d’aller en personne féliciter Charles IV de son avènement au nom des patriciens, en assumant tous les frais de la représentation. Sur place, il fit son compliment au roi et sollicita un titre, pour la septième fois. Il se plaignit de continuer à être victime de moqueries portant sur l’affaire de 1762 et dit que, revenir sans titre serait « un sceau de son discrédit24 ». Le roi, peut-être ému, le fit rapidement marquis de Casa Peñalver. L’honneur était enfin réparé ! Cela se remarqua vite dans les alliances matrimoniales. Alors, qu’en 1784 un de ses neveux avait épousé une fille des élites secondes, une Aguirre Menéndez, en 1805, un autre neveu convolait avec Ana Josefa de Carvajal, fille d’un gouverneur du Panama. Mieux, en 1805, son fils aîné, veuf d’une femme de Santiago épousée en 1778, se remariait avec une O’Farrill !

  • 25 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 9.
  • 26 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 7a, dossier Peñalver.
  • 27 Archivo nacional de Cuba, Real Consulado y Junta de Fomento, registre 165.
  • 28 Archivo nacional de Cuba, Real Consulado y Junta de Fomento, registre 166.

25De retour à La Havane, paré du titre, Gabriel, continua son zèle monarchique. Il donna 3 000 pesos en 1793 pour lutter contre la France républicaine avec laquelle l’Espagne était en guerre25. En 1798, il avait déjà prêté au roi 36 000 pesos, libre d’intérêts, sans compter les esclaves et les caisses de sucre offerts. Durant la guerre d’Indépendance, il se montra l’un des plus ardents donateurs, entretenant à ses frais quinze soldats dans la péninsule, de 1808 à sa mort en 181226. En 1802, il fut élu Prior, le poste officiellement le plus important, dans la nouvelle institution créole que Francisco de Arango y Parreño venait d’impulser, le Real Consulado y Junta de Fomento27. En 1804, il fut élu avec ce dernier pour défendre les planteurs au sujet de droits d’exportation de sucre et de café28.

26En somme, Bucles employa sa vie à essayer de gommer une erreur de jeunesse et la trahison de son père. Il mobilisa tous les moyens pour cela, ce qui explique peut-être pourquoi un de ses frères l’accusa de captation d’héritage. Son succès fut patent en 1790, mais le triomphe eut lieu après sa mort : en 1820 son petit-fils se mariait avec une fille de la branche cousine. C’était le signe que les Peñalver refaisaient une seule et même famille. Pour être plus précis une famille de saccharocrates.

Une seule famille de saccharocrates

  • 29 Cornido M. T., op. cit., p. 261.
  • 30 Arango R. C., La saccarocracia, historia de la aristocracia azucarera cubana, Orlando Coré (d.), M (...)
  • 31 Fraginals M. M., El Ingenio, Complejo económico social cubano del azúcar, Editorial Crítica, Barce (...)
  • 32 Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 1973.
  • 33 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 10.

27Il a été mentionné plusieurs fois les plantations de la famille, il faut y revenir plus en détail. En effet, les Peñalver ont été parmi les premiers à investir dans les ingenios. Diego Peñalver y Calvo de la Puerta fut le premier de la lignée à se lancer dans l’aventure en achetant un petit ingenio (cela dut se passer avant 1740) que la famille possédait encore au moins jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Cet ingenio fut connu sous le nom de Ingenito Peñalver29 ; ce qui montre combien posséder une plantation posait une famille. Il était situé, comme les autres, aux environs immédiats de La Havane, et c’est pour cela qu’aujourd’hui, suite à la croissance de la ville, un quartier porte le nom de Peñalver30. Puis Diego acheta un autre ingenio et en référence à sa charge lui donna le nom d’El Tesorero. Son fils Ignacio était, avant 1761, propriétaire de l’ingenio Nuestra Señora de Loreto, considéré comme un des plus grands de l’Île ; en 1804 un autre (ou bien le même) produisit plus de 471 tonnes de sucre31. Une enquête royale de 176332 montre que la famille Peñalver possédait 4 des 96 ingenios répertoriés dans la région havanaise. En 1780, un frère d’Ignacio, Gabriel Peñalver y Cárdenas, était un hacendado dont la fortune était estimée à plus de 200 000 pesos33. Du côté de la branche des cousins, ce n’était pas la misère non plus : Bucles avait hérité de son père l’un des plus grands ingenio, appelé Jésus, María y José, et Sebastián justement avait fait partie des six personnes privées à en posséder deux.

  • 34 Archivo general de Indias, liasse 1977.
  • 35 Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 1979.
  • 36 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 7a, dossier Peñalver.

28Pour les deux branches, jusque dans les années 1840, l’investissement en ingenios alla sans cesse croissant. Ainsi, même Luis Peñalver y Calvo de La Puerta (celui qui porta plainte pour captation d’héritage) acheta en 1795 un ingenio appelé Nuestra Señora de la Luz pour un prix de plus de 88 000 pesos34. Son neveu, Sebastián Peñalver y Barreto, conforta son statut en achetant en 1800 un ingenio appelé San Juan Bautista pour 150 000 pesos35. Quant au fils de Bucles, Juan Crisóstomo Peñalver y Barreto, il était en 1817 considéré comme l’une des premières fortunes de l’Île, possédant la majorité des parts de deux ingenios, évalués en total à près de 600 000 pesos36. Son cousin au deuxième degré Nicolás de Peñalver y Cárdenas, possédait un autre ingenio géant, El Narciso. Doit-on tenter de dénombrer les esclaves qui périrent dans ces plantations ?

  • 37 Fraginals M. M., « La danza de los miliones », El Ingenio, op. cit., p. 81.
  • 38 Archivo general de Indias, Ultramar, liasse 121, dossier 6.

29Il n’est pas lieu non plus de s’étendre sur cette stratégie d’investissements. L’oligarchie havanaise, en accord avec la monarchie, fit de Cuba le premier producteur mondial de sucre : tant que la traite était assurée à des prix convenables, les exploitations rapportaient gros. Certes, les risques aussi étaient nombreux (cyclones, maladies) mais les enrichissements furent tels que l’on assista à ce que Manuel Moreno Fraginals appela « la danse des millions37 ». D’autre part, Ignacio Peñalver y Cárdenas fut le dernier de la famille à être trésorier. À sa retraite, en 1797, la monarchie récupéra la charge et la fondit dans une nouvelle structure administrative38. Cela incita peut-être les Peñalver à accentuer leurs investissements dans la plantation.

  • 39 Pour ne pas ennuyer le lecteur, n’ont pas été comptabilisés les dizaines d’habits d’ordres militai (...)

30Le deuxième terme qui participe de la définition du saccharocrate est la possession d’un titre de Castille, de là aussi les efforts déployés par Gabriel Peñalver y Calvo de la Puerta pour en décrocher un. Quelques titres ont été mentionnés : comte de Macuriges, de Buena Vista, de Casa Barreto, marquis de Cárdenas de Montehermoso. Durant cette époque, entre 1763 et 1840 environ, plusieurs familles ont, au travers de différents membres, cumulés plusieurs titres. Par exemple les Cárdenas, trois : comte de Cárdenas de Montehermoso en1765, marquis de Prado Ameno en 1786 et de Campo Florido en 1826 ; les Herrera en ont décroché trois aussi, dont un particulier : Grand d’Espagne en 1819. Quelques familles en reçurent également deux ou trois. Mais les Peñalver détiennent le record absolu avec cinq titres39.

  • 40 Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 1972.
  • 41 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 9.

31Le premier fut concédé en 1787, soit bien tardivement, à Gabriel Peñalver y Cárdenas, qui l’avait sollicité pour en doter sa fille unique. Pour une raison inconnue, la monarchie lui refusa une première fois cet honneur, et il fallut l’intervention du ministre José de Galvez pour qu’il obtint gain de cause40. Cela montre, par incidence, son influence à Madrid. Il est vrai que le fait d’avoir prêté 70 000 pesos sans intérêt à la monarchie facilita les choses. Gabriel parvint à faire valider le choix de sa titulature : comte de Santa María de Loreto, qu’il choisit en hommage à sa femme, María Loreto. Ce qui montre que l’on pouvait être esclavagiste et romantique à la fois. Le second titre fut obtenu par le cousin, Bucles, en 1790, dans les conditions que l’on connaît, et à défaut de pouvoir afficher une « royale fidélité », il exalta le nom de la famille en devenant marquis de Casa Peñalver. Le troisième titre revint en 1792 au frère du premier, Ignacio, le Trésorier : il devint marquis de Arcos. Peut-être y avait-il un jeu de mots avec « las arcas », qui sont en français les coffres. Le quatrième fut donné en 1817 à un enfant de Bucles, son aîné devant hériter du titre de marquis de Casa Peñalver. Juan Crisóstomo Peñalver y Barreto, s’était jusqu’alors distingué par un zèle particulier au roi et à l’Espagne : il avait été le premier en 1808, lors du renversement des Bourbons d’Espagne par Napoléon, à proposer au Cabildo de jurer fidélité à la famille royale, et donna beaucoup d’argent pour renvoyer les Aigles derrière les Pyrénées. C’est pourquoi il choisit un titre qui unissait son nom à celui de Ferdinand VII (Fernando Septimo). Ce dernier lui donna le droit de s’appeler comte de San Fernando Peñalver. Enfin, en 1825, Nicolás Francisco de Peñalver y Cárdenas, celui-là même qui était immensément riche, acheta un des quatre titres concédés en 1816 à un monastère madrilène pour faciliter ses réparations. Il déboursa la somme rondelette de 100 000 réaux de billons, après avoir souscrit aux formalités administratives et juridiques qui lui permettaient de prétendre à cet honneur. Il devint comte de Peñalver41.

  • 42 Kuethe A. J., Cuba, 1753-1815, Crown, Military, and Society, The University of Tennessee Press, Kn (...)
  • 43 Comte de Vallellano, op. cit., p. 283.
  • 44 Il affirmait que les Peñalver y Cárdenas était d’un rang supérieur aux Calvo de la Puerta y Arango (...)
  • 45 Sur l’arbre généalogique entre le père et le fils, le lien de filiation n’a pas été porté, par sou (...)

32Si l’on étudie plus en détail la trajectoire politique des descendants d’El Inglesio, force est de constater qu’elle ne fut pas toujours d’une fidélité monarchiste absolue, en dépit du pardon de 1790. Ainsi, Bucles, commit l’erreur d’être l’un des rares signataires de la pétition de Francisco Arango y Parreño de 1808 en faveur de la création d’une Junta de gobierno dont on savait qu’elle pouvait être un prélude à l’autonomie42. De là peut-être que, dès l’échec de la Junta, il essaya de se rattraper par un zèle monarchique éclatant, en espèces sonnantes et trébuchantes, en caisses de sucre bien pesantes. Un autre parent de cette même branche, José Miguel Peñalver y Aguirre alla plus loin en se rangeant dans le rang constitutionnel en 1820, pour six mois seulement, il est vrai43. En face, les descendants du trésorier se montrèrent exemplaires de loyalisme monarchiste. Et s’il y eut tache, elle provint de l’union contre laquelle s’était opposé un temps à la fin des années 1770 Ignacio Peñalver y Cárdenas entre sa fille et le fils du comte de Buena Vista44. Car ce fils, le marquis de Casa Calvo45, devint ministre de la guerre de Joseph Bonaparte, proclamé roi d’Espagne par Napoléon. Son épouse, qui resta à La Havane du se trouver dans une position délicate.

33Restant dans le domaine de la politique, il est à noter en ces années, la forte implication des Peñalver dans les affaires locales, au travers de l’exercice de postes municipaux et consulaires. L’arbre généalogique le montre, le tableau ci-dessous est encore plus éclairant. Il convient de préciser qu’étaient élus chaque année deux alcaldes ordinarios (exerçant un semestre chacun) et une année sur deux un Prior et son lieutenant au Real Consulado y Junta de Fomento. C’est par souci d’équilibre numérique avec le Cabildo qu’est mentionné le lieutenant du Prior du Real Consulado. Cette dernière institution ne se mit en place qu’à partir de 1793 et ne fut prestigieuse que jusqu’en 1829, année où la monarchie l’affaiblit considérablement.

Présence de membres de la famille Peñalver dans les deux principales institutions créoles au XVIIIe et XIXe siècles

Présence de membres de la famille Peñalver dans les deux principales institutions créoles au XVIIIe et XIXe siècles
  • 46 Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 2100.
  • 47 Serrano áLavarez J. M. et Kuethe A. J., La familia O’Farrill y la élite habanera, Elites Urbanas e (...)

34On pourrait compléter la définition du saccharocrate par l’intégration dans l’armée, et l’on sait combien les créoles havanais étaient orgueilleux de porter des galons (de capitaine au minimum). En cela les Peñalver se distinguèrent des autres familles car peu d’entre eux firent carrière dans l’armée régulière ou les milices. Le seul membre de la famille à faire carrière dans l’armée fut Ignacio Peñalver y Calvo de la Puerta. Né en 1744, un document de 1761 le présente comme cet « aventurier de marine » déjà évoqué46. Peut-être que la trahison de son père l’incita lui aussi à redonner un certain lustre à la famille. En effet, il participa à l’expédition d’Alger de 1775, termina sa carrière comme capitaine de frégate, et demanda l’équivalence dans les troupes terrestres en 1783 comme lieutenant-colonel ; ses états de service sont élogieux. Mais il reste une exception et il est étonnant de voir combien les Peñalver, cumulant les titres et non les grades, apparaissent comme le contrepoint d’une autre grande famille havanaise, celle des O’Farrill47.

35Ces titres, cette intégration dans les organes de décision, supposent une vie sociale particulière. Par ailleurs, dans la seconde moitié du XIXe siècle, les Peñalver n’apparaissent plus dans la municipalité. N’y aurait-il pas une corrélation ?

Grandeurs et décadences dans la deuxième moitié du XIXe siècle

Raffinements aristocratiques dans les salons…

  • 48 Arango R. C., op. cit., p. 317, dresse une liste des salons célèbres.

36Les élites aristocratiques des XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle eurent à cœur de montrer leur rang, de s’épanouir dans l’otium, tout en s’intéressant aux sciences et aux arts, ne serait-ce que pour se différencier des élites bourgeoises. Les figures de l’évêque Luis ou de son frère José María ont laissé supposer que, ici aussi, les Peñalver s’étaient rapidement conformés aux canons aristocratiques. Nombreux furent en fait les Peñalver à confirmer cette tendance, au fil du temps48.

  • 49 Ibid., p. 138.
  • 50 Sa visite chez la comtesse de Gibacoa est mieux connue : Guerra Sanchez R., Manual de Historia de (...)
  • 51 Cornide M. T., op. cit., p. 266.

37C’est encore une fois la branche du trésorier qui manifesta le plus rapidement et avec le plus d’éclat cet aspect aristocratique de la famille. Suivant un ordre chronologique – et par honneur aux dames – il faudrait commencer par faire référence à María Luisa Peñalver y Navarrete (celle qui avait épousé le premier marquis de Casa Calvo) : d’une rare beauté, elle donna dans les années 1790 avec son mari des réceptions éblouissantes dans leur palais havanais situé Plaza Nueva49. Son beau-frère, José María Peñalver y Cárdenas, éduqué par son oncle l’évêque donna plus d’éclat encore aux fêtes, car il y joignit le bel esprit. Il fut très influent au Cabildo, au Real Consulado, et au sein de la Société Patriotique, où il diffusa les œuvres de son oncle prêtre qui portait exactement le même nom, en particulier un Memoria que promueve la edición de un diccionario provincial de la Isla de Cuba. Militaire, il participa à l’écriture d’un règlement des milices rurales. José María était aussi un bon compositeur et virtuose au piano avec lequel il accompagnait sa fille « Teresita » douée d’un réel talent au chant. Ces grâces du père et de la fille, plus certainement ceux de la fille, ne laissèrent pas insensible le prince de Joinville lors de sa visite à Cuba en 1838. En effet, le fils de Louis-Philippe Ier profitant d’une escale (il servait dans la Marine) vint rendre une visite de courtoisie aux amis de son père. Il s’arrêta aussi chez le troisième marquis de Arcos et son exquise femme surnommée la marquesita. Oui, car durant son exil le chef de la Maison d’Orléans avait voyagé à Cuba où il avait été reçu par la saccharocratie. Ce n’est que par la visite de son fils que l’on sait combien il fut lié aux Peñalver50. Un frère de José María, le premier comte de Peñalver, fut un autre protecteur des arts et, avec le comte d’O’Reilly, fit goûter l’opéra italien aux Havanais. Le 8 juillet 1840, il donna un bal merveilleux en l’honneur de sa lointaine cousine la célèbre comtesse Merlin – qui inspira tant Balzac – où chanta Teresita. On parle de centaines d’invités, et comme les fenêtres des salons donnaient sur la Alameda de Paula, l’avenue la plus chic, les passants dansèrent aussi au rythme de la musique, au clair de lune, face à la baie de La Havane51.

38Moins romantique, mais plus scientifique, un fils de José María, Narciso Peñalver y Peñalver s’inscrivit dans la dure tâche de concilier philosophie et religion, ce qu’il fit avec un certain talent dans plusieurs opuscules qu’il rassembla dans une grande édition publiée à Barcelone : Suma Filosófica del siglo xix, Defensa del catolicismo contra sus modernos.

  • 52 Ibid., p. 273.

39Chez les descendants de Bucles, il y eut aussi les expressions d’une vie mondaine. Ce fut d’abord le premier comte de San Fernando Peñalver qui essaya de relayer ses cousins. Il reçut en 1841, avec son épouse, dans leur palais situé à l’angle des rues San Ignacio et Empedrado (près de la cathédrale), la célèbre danseuse autrichienne Fanny Elssler, qui avait fait tourner la tête à Théophile Gautier. Une plaque commémorative rappelle cette réception au promeneur52. Leur salon fut le lieu de tertulias brillantes. Le troisième comte de San Fernando (le deuxième étant mort jeune) poursuivit l’œuvre de son père, aidé en cela par son épouse María Josefa Montalvo y Cárdenas, d’une grande beauté.

  • 53 Nieto y Cortadellas R., Dignidades nobiliarias cubanas, Ediciones cultura hispánica, Madrid, 1954, (...)

40Or, il se trouve que ce concours d’élégance fut aussi le chant du cygne de la saccharocratie, du moins du premier cycle de fortunes. Chant du cygne à proprement parler, puisque le troisième comte de San Fernando Peñalver dont il vient d’être fait mention, fut assassiné en 1873 à la sortie de la messe53. L’affaire est peu connue, il est probable qu’il s’agisse d’un assassinat politique. Encore une fois, un descendant d’El Inglesito aurait été du mauvais côté… celui des anti-indépendantistes. Le comte, après avoir été élu alcalde ordinario avait été nommé en 1856 conseiller d’administration auprès du capitaine général, la plus haute autorité de l’Île. Devant les revendications sans cesse plus forte d’autonomie et d’indépendance, le gouvernement finit par employer des mesures extrêmes qui provoquèrent la Guerre de Dix Ans, en 1868. Le capitaine général Valmaseda se montra tyrannique, fusillant sans jugement quantité de suspects. C’est une interprétation personnelle, mais son collaborateur, Juan Crisóstomo Peñalver y Peñalver aurait pu être tué par représailles.

41Et si dès les années 1820, on ne vit plus beaucoup de Peñalver dans le Cabildo, c’est aussi, mais pas seulement, en raison de ce climat de tensions où les idéaux indépendantistes faisant leur chemin, la monarchie entendit gouverner Cuba en se passant des créoles, dont elle n’avait plus besoin car elle pouvait y concentrer son armée, ayant perdu l’empire. Les temps changèrent pour la sacchaorcratie. De là aussi qu’elle essaya de conserver les apparences du pouvoir en magnifiant son prestige social dans les palais, les salons et à l’étranger. Car les aristocrates voyagèrent davantage et même émigrèrent. Tel fut le cas du troisième marquis de Arcos qui mourut en 1851 à New York, son fils, José Ignacio expira à Paris en 1899. Le cinquième marquis mourut en 1916 à Madrid, comme son frère, sixième du nom.

42Si l’on excepte María Teresa Peñalver y Cárdenas qui se rapprocha du pouvoir en se mariant, en 1845, de son plein gré, avec un Ministre honoraire et le comte assassiné, il n’y eut qu’un autre Peñalver à fréquenter les sphères du pouvoir. En effet, le cinquième marquis de Arcos, plus connu sous son autre titre, quatrième comte de Peñalver, réalisa à Madrid ce qu’il ne put peut-être pas faire à La Havane. Il fut député aux Cortés, et maire de la capitale espagnole de 1907 à 1909, raison pour laquelle une rue madrilène porte encore le nom de Conde de Peñalver. Il fut l’un des fondateurs en 1903, du Real Automóvil Club de España, association qui regroupe aujourd’hui plusieurs dizaines de milliers d’Espagnols passionnés de belles cylindrées.

43Cette disparition des Peñalver de la scène politique s’explique aussi par leur disparition physique consécutive à une stratégie endogame suicidaire.

… et dégénérescence biologique dans les chambres à coucher

  • 54 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 9 dossier San Fernando Peñalver.

44Au travers des lignes qui précèdent les mêmes noms sont revenus avec insistance, peu finalement, mais sous plusieurs formes : Calvo de la Puerta, Barreto, Cárdenas, qui finissent par donner des « Peñalver y Peñalver ». Le marché matrimonial parmi les grandes familles havanaises était mince ; même entre elles, il y avait des hiérarchies. Et l’on a vu combien pouvait se montrer dure la politique du chef de famille pour éviter des mésalliances. En fait, au prestige de se marier au sein de l’aristocratie titrée, se joignait le souci d’éviter la division des ingenios lors des successions. Se marier avec sa cousine, sa nièce (les autorités accordaient des licences très facilement) permettait de préserver statut social et patrimonial. Cette extrême endogamie est une des particularités des aristocrates havanais, qui pendant longtemps, les a séparés des plus fortunés des commerçants, ceux-là pourtant qui les fournissaient en esclaves. Le préjugé raciste était naturel dans les sociétés coloniales, mais alors que dans d’autres lieux, la fortune l’atténuait, du moins entre Blancs, les saccharocrates havanais, avec toute l’intransigeance de nouveaux aristocrates l’accentuaient. Être blanc, avec une bonne limpieza de sangre, était une condition insuffisante pour épouser une Peñalver. Il fallait aussi que le prétendant soit titré ou, à la rigueur, haut fonctionnaire, et hacendado Le résultat d’une telle fermeture, d’une telle discipline de groupe amena à l’extinction en quelques générations. Avant de la décrire, il faut se persuader que les saccharocrates avaient parfaitement conscience des résultats à court, moyen et long termes de ces mariages consanguins. Ils le savaient parce qu’ils étaient agriculteurs, et que croiser des animaux entre eux finit toujours par appauvrir la race. Ils le savaient parce qu’en 1700 cette politique amena l’extinction de la dynastie des Habsbourg en Espagne. Ils le savaient parce qu’ils l’ont écrit. Ainsi, lorsque Juan Crisóstomo Peñalver y Barreto devient comte de San Fernando de Peñalver, il demande expressément (et obtient) à ce que son titre puisse être transmis également à sa fille, en cas de décès de son seul fils unique, de santé fragile54. Sage précaution : il eut un second fils, mais l’aîné mourut sans enfant.

45L’arbre généalogique rend compte des dégâts de cette politique à travers trois caractéristiques majeures : l’écheveau matrimonial, « l’effet entonnoir » et la transmission indirecte des titres de Castille.

46La complexité de l’écheveau matrimonial date de l’enracinement même des Peñalver, par les multiples unions avec les Calvo de La Puerta dès les années 1730 et avec les Barreto en 1750. En 1802, le deuxième marquis de Arcos se marie avec sa cousine germaine. Une fille qui naquit de cette union, María Concepción Peñalver y Peñalver se maria en 1820 avec un autre cousin germain, Antonio María Peñalver Cárdenas duquel elle n’eut pas d’enfant et qui mourut rapidement. Deux ans plus tard, elle épousait le comte de Peñalver, frère de son défunt mari. Le premier comte de San Fernando Peñalver épousa aussi sa nièce. Ce n’est qu’un aperçu. La liste de telles pratiques est longue.

  • 55 de Santa Cruz Y Mallen F. J., op. cit., tome IV, p. 270.

47Ce que l’on appelle « l’effet entonnoir » est la réduction progressive du nombre d’enfants, due non pas à une politique contraceptive mais à une baisse de la fertilité des couples. Alors que la première génération de Peñalver née à La Havane est une fratrie de treize, les derniers couples du XIXe siècle sont très peu prolifiques et parfois stériles. C’est à partir des années 1820 que le problème est devenu grave. Et il est plus accentué pour la branche issue du « héros » que pour celle descendante du « traître ». Simplement parce que les enfants du Trésorier ont réalisé plus tôt des mariages au sein de la saccharocratie. Les Peñalver y Cárdenas sont alliés avec les comtes de Macuriges, les marquis de Santa Ollala, de Prado Ameno, de Casa Calvo, les comtes de Casa Montalvo. Or, toutes ces familles pratiquent également le mariage intergénérationnel : l’appauvrissement du sang est alors accéléré. Pourtant, après les années 1840, lorsque, par les évolutions sociales, les enfants ont pu échapper aux pressions paternelles, ils ont reproduit ces schémas. Tel est le cas de María Dolores Peñalver y Zamora, « Lola », cinquième comtesse de Peñalver et septième de Arcos qui épouse en 1910 un membre de la famille des ducs britanniques de Saint-Albans, à la généalogie tortueuse. La dégénérescence de certains membres de la famille fut parfois terrible, à l’exemple du quatrième marquis de Arcos, qui mourut dément55.

48En face, chez les Peñalver y Calvo de la Puerta, il a fallu attendre le pardon royal de 1790 pour réintégrer la saccharocratie. On s’est donc marié sur les marges de ce groupe en attendant. Le résultat ce sont des branches plus prolifiques. Mais, dès le prestige revenu, la même endogamie se développe : c’est, par exemple, le mariage entre le second comte de San Fernando Peñalver et la fille du marquis de Campo Florido qui n’aboutit à aucune descendance. Certes, le troisième comte de San Fernando Peñalver est le père de cinq enfants, dont trois fils, mais de ces derniers un seul parvient à procréer.

49La transmission des titres rend compte de cela. Alors qu’ils devraient passer de père en fils, les parcours sont plus sinueux, car des filles uniques en héritent et les apportent à d’autres familles. Le titre de comte de Santa María de Loreto a été transmis à une fille, puis à une autre fille, puis s’est perdu avant de revenir en 1890 aux Peñalver par un nouveau mariage. Le titre de marquis de Arcos s’est transmis de père en fils pendant quatre générations, puis échu à un cousin déjà comte de Peñalver. Le marquisat de Casa Peñalver suivit un chemin semblable : quatre générations classiques, la cinquième titulaire fut María Peñalver y Cárdenas, mère d’une fille unique.

50En fait, les Peñalver ont pratiqué cette politique comme tous les saccharocrates. Et, si des titres leur échappent, ils héritent des marquisats de Casa Calvo et de Casa Cárdenas. C’est dire que les Calvo de la Puerta et les Cárdenas n’étaient guère mieux lotis.

51Aujourd’hui, il y a beaucoup de Peñalver à Cuba. Ce sont pour la plupart des descendants d’esclaves qui prirent le nom de leur maître lors de leur manumission, ou des gens qui choisirent ce nom en référence à un ingenio ou un quartier ainsi dénommé près duquel ils vivaient. Actuellement aucun des cinq titres de la famille n’est détenu par un Peñalver. Celui de comte de Santa María de Loreto est même vacant. Cependant, ceux de marquis de Casa Peñalver et de comte de Peñalver sont portés par Esther María Koplowitz y Romero de Juseu, figure bien connue de la « jet-set » : si le sang des Peñalver a en partie disparu (restent des branches illégitimes et les descendants par les femmes), leur esprit et leur aura demeurent entier.

52Telles sont les grandes lignes de l’importante lignée des Peñalver de La Havane. Aristocrates, esclavagistes, endogames, hacendados, oligarques, mais aussi brillants esprits, religieux, humanistes et protecteurs des arts. Parmi eux, un évêque, quatorze maires de La Havane et un de Madrid, des Priores, des Trésoriers, un philosophe, des femmes superbes, un haut fonctionnaire assassiné, quelques militaires et aventuriers : ce sont avant tout des êtres humains, qui ont agi au sein de règles établies par cette saccharocratie qu’ils ont contribué à fortifier. Pour autant, ils ne se conformèrent pas toujours à des choix de « classe », comme le montrent les attitudes contraires de Sebastián et de son frère Diego en 1762 qui eurent une telle influence sur la destinée de la famille. L’œuvre des Peñalver s’est faite sentir à Cuba depuis la fin du XVIIe siècle jusqu’à la révolution castriste. Que reste-t-il des Peñalver aujourd’hui à La Havane ? Rien et tout. Rien, parce que ce qu’ils ont fait dans l’histoire de Cuba, bien que si important, n’est connu qu’au travers de quelques livres, quelques lignes par la communauté des historiens passionnés par cette ville magique de La Havane. Rien parce que leur politique endogame les a conduit à l’extinction. Dans cette Île, l’exercice du pouvoir avait corrompu leur sang. Mais il reste tout, parce que nombre de Cubains descendent des Peñalver, tout enfin, parce qu’il suffit de se promener dans leurs anciens palais déserts ou reconvertis en centres culturels, parce qu’il faut aller voir le Museo de Arte colonial où sont conservés quelques unes de leurs reliques (carrosses, couverts armoriés), pour s’apercevoir de la force, de la sagesse et de la beauté qu’ils ont contribué à insuffler à la capitale cubaine et qui, certainement, participent à ce qu’elle soit encore debout.

Annexes

Annexe. Arbre généalogique

Notes

1 Pessoa F., Le banquier anarchiste, Mesnil sur l’Estrée, Éditions 10/18, 1988, p. 91.

2 J’adresse mes remerciements à Monsieur Rubén C. Arango, professeur de la St Thomas University de Floride, pour ses éclaircissements. Arbre généalogique en annexe.

3 Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 1477.

4 Cornide M. T., De La Havana, de siglos y de familias, Ciencias Sociales, La Havane, Instituto Cubano del Libro, 2001, p. 257.

5 Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 1134.

6 de Santa Cruz Y Mallen F. J., Historia de las familias cubanas, La Havane, Editorial Hércules, 1940, tome IV, p. 267.

7 Parcero Torre C. M., La perdida de la Habana y las reformas borbónica en Cuba, Avila, Junta de Castilla y León, 1998, p. 161-167.

8 Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 1972.

9 De tous temps et jusqu’à aujourd’hui, l’humour cubain se montre particulièrement mordant en affublant de surnom les principales figures. Ernesto Guevara de La Serna ne fut-il pas el Che, Fidel Castro, el Caballo, et son frère Raúl reste la Chineta roja ?

10 Cornide M. T., op. cit., p. 260.

11 Cela veut dire papaye et l’appellation fut donnée en référence aux uniformes rouges de l’occupant, qui rappelle la chair rouge du fruit.

12 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 3, dossier Casa Peñalver.

13 Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 1972.

14 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 3, dossier Casa Peñalver.

15 Archivo de la Oficina del Historiador de la Ciudad de la Habana, Actas capitulares, registre 36. Afin de ne pas importuner le lecteur par des appels de note incessants, il convient de préciser que les mandats d’alcaldes ordinarios cités sont tous consultables dans les différents libros (registres) de la section Actas capitulares. Seul le numéro de la référence change, en fonction des périodes.

16 Une explication possible, mais surprenante, serait que son frère Ignacio lui ait concédé la sienne. En effet, durant ces années, une nouvelle charge de regidor fut crée et liée au poste de trésorier. Comte De Vallellano, Nobiliario Cubano, Las grandes familias isleñas, Francisco Beltrán, Madrid, 1928, tome II, p. 373-374.

17 Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 1973.

18 Par exemple, en 1791 pour Carlos de Pedroso y Garro, Títulos de Castilla, liasse 2, dossier Casa Pedroso.

19 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 10.

20 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 7b, dossier Rio Blanco.

21 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 3, dossier Casa Peñalver.

22 Archivo general de Indias I, Contratación, liasse 5514, no 1, verso 49.

23 Archivo general de Indias, Cuba, liasse 1242, dossier 32.

24 « sería un sello de su discredito », Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 1972.

25 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 9.

26 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 7a, dossier Peñalver.

27 Archivo nacional de Cuba, Real Consulado y Junta de Fomento, registre 165.

28 Archivo nacional de Cuba, Real Consulado y Junta de Fomento, registre 166.

29 Cornido M. T., op. cit., p. 261.

30 Arango R. C., La saccarocracia, historia de la aristocracia azucarera cubana, Orlando Coré (d.), Miami, 2006, p. 135.

31 Fraginals M. M., El Ingenio, Complejo económico social cubano del azúcar, Editorial Crítica, Barcelone, 2000 réédition, p. 63 et p. 56. Les ingenios havanais se vendaient assez fréquemment, ou étaient déplacés, et à ces occasions changeaient parfois de nom.

32 Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 1973.

33 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 10.

34 Archivo general de Indias, liasse 1977.

35 Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 1979.

36 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 7a, dossier Peñalver.

37 Fraginals M. M., « La danza de los miliones », El Ingenio, op. cit., p. 81.

38 Archivo general de Indias, Ultramar, liasse 121, dossier 6.

39 Pour ne pas ennuyer le lecteur, n’ont pas été comptabilisés les dizaines d’habits d’ordres militaires et les différentes décorations des hommes comme des femmes de cette famille.

40 Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 1972.

41 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 9.

42 Kuethe A. J., Cuba, 1753-1815, Crown, Military, and Society, The University of Tennessee Press, Knoxville, 1986, p. 162.

43 Comte de Vallellano, op. cit., p. 283.

44 Il affirmait que les Peñalver y Cárdenas était d’un rang supérieur aux Calvo de la Puerta y Arango. Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 1657.

45 Sur l’arbre généalogique entre le père et le fils, le lien de filiation n’a pas été porté, par souci de clarté.

46 Archivo general de Indias, Santo Domingo, liasse 2100.

47 Serrano áLavarez J. M. et Kuethe A. J., La familia O’Farrill y la élite habanera, Elites Urbanas en Hispanoamérica, Universidad de Sevilla, 2005, p. 203-212.

48 Arango R. C., op. cit., p. 317, dresse une liste des salons célèbres.

49 Ibid., p. 138.

50 Sa visite chez la comtesse de Gibacoa est mieux connue : Guerra Sanchez R., Manual de Historia de Cuba, desde su descubrimiento hasta 1868, Ciencias sociales, La Havane, 1973, réédition, p. 199.

51 Cornide M. T., op. cit., p. 266.

52 Ibid., p. 273.

53 Nieto y Cortadellas R., Dignidades nobiliarias cubanas, Ediciones cultura hispánica, Madrid, 1954, p. 491.

54 Archivo general de Indias, Títulos de Castilla, liasse 9 dossier San Fernando Peñalver.

55 de Santa Cruz Y Mallen F. J., op. cit., tome IV, p. 270.

Notes de fin

* Cet article s’inscrit dans un programme international du Consejo Superior de Investigaciones scientíficas, référencé sous le numéro HUM200600454/HIST, portant sur les élites dans l’espace caraïbe.

Table des illustrations

Titre Présence de membres de la famille Peñalver dans les deux principales institutions créoles au XVIIIe et XIXe siècles
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/100901/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/100901/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 522k

Auteur

Ancien pensionnaire de la Casa de Velazquez, a soutenu une thèse en 2004 sous la direction de Monsieur le Professeur Michel Bertrand de l’Université de Toulouse II Le Mirail. Il a publié Le planteur et le roi. L’aristocratie havanaise et la Couronne d’Espagne, Bibliothèque de la Casa de Velázquez (39), Madrid, 2008. Il est membre de l’équipe de recherche FRAMESPA. Ses recherches portent sur les Caraïbes hispanophones.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540