Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Liens de sang, liens de pouvoir

 | 
Laurent Coste

Quatrième partie. Destins individuels, destins familiaux

Les affaires, le sang et le pouvoir : les Ybarra de Bilbao de la fin du XVIIIe siècle au début du XXe siècle

Alexandre Fernandez

Volltext

  • 1 Díaz Morlan P., Los Ybarra. Una dinastía de empresarios (1801-2001), Madrid, Marcial Pons, 2002.
  • 2 Il existe sur le sujet une très importante bibliographie, parfois apologétique ; pour une mise au (...)

1Aujourd’hui encore, en Espagne, la famille Ybarra symbolise richesse et pouvoir. Sans doute celui-ci n’est-il plus exercé directement, mais, si la structure de celle-là s’est modifiée au cours des décennies, rien n’a été perdu quant au niveau de fortune, bien au contraire. Le propos n’est pas ici de retracer l’histoire entrepreneuriale de la famille sur plus de deux siècles, magistralement analysée il y a quelques années par Pablo Díaz Morlan1, ni de prétendre à une étude sur les « élites biscayennes » au XIXe siècle2.

  • 3 Évocation imagée dans Díaz Morlan, op. cit., p. 15-16.

2Notre point d’observation chronologique se tiendra vers 1914, quand, de part et d’autres de la ría de Bilbao, deux dizaines de milliers de mineurs et d’ouvriers extrayaient le fer ou le travaillaient dans l’une de leurs mines ou de leurs usines, des centaines de fermiers louaient une de leurs parcelles, plusieurs centaines de campagnardes servaient comme domestiques dans l’une ou l’autre des somptueuses résidences édifiées sur la rive droite et appartenant à l’un ou l’autre membre de la famille ou à un parent3. Quand, par ailleurs, après avoir, tardivement au demeurant, occupé certaines positions de pouvoir régionales, les chefs de la famille se lançaient dans l’aventure politique nationale.

  • 4 Pour une tentative de comparaison avec des exemples français, on peut voir Hau M., « Famille et en (...)

3En s’inscrivant dans la problématique de notre colloque la démarche rétrospective de notre réflexion tentera de préciser les « conditions de formation de la famille », à partir de la figure « fondatrice » de José Antonio Ybarra. Nous essaierons ensuite de montrer comment les deux générations suivantes de Ybarra ont su s’adosser à la double tradition – celle de l’environnement biscayen, celle de la famille – pour consolider et amplifier et leur fortune et leur pouvoir social et politique et incarner, jusqu’à l’archétype, l’oligarchie nouvelle, bien au-delà des horizons d’attente habituels du capitalisme familial4.

Les conditions de formation d’une dynastie économique de la fin du XVIIIe siècle au milieu du XIXe

  • 5 Sur l’histoire économique et sociale du Pays basque jusqu’à la révolution industrielle l’ouvrage d (...)

4Si l’on essaie d’analyser les conditions de formation de la famille Ybarra, il convient sans doute de considérer ensemble deux traits profondément articulés. D’une part, l’environnement régional, historiquement favorable au développement des affaires économiques5 ; d’autre part, la stratégie de réussite du « fondateur » de la dynastie.

  • 6 Caro Baroja J., Vasconiana, III, réed. Saint-Sébastien, Txertoa, 1976.
  • 7 de Otazu A. et Ramón Díaz de Durana J., El espíritu emprendedor de los vascos, Madrid, Sílex, 2008

5Inscrire la réussite individuelle de plusieurs membres appartenant à des générations successives de la famille Ybarra et celle de la famille en son ensemble dans le contexte basque en général et dans celui de la Biscaye occidentale en particulier, n’est en aucun cas souscrire aux délices et aux pièges de quelque culturalisme. C’est simplement engager un bout de chemin dans la voie tracée il y a maintenant quelques décennies par l’historien et anthropologue Julio Caro Baroja. Dans l’un de ses ouvrages, il montrait que la « tradición técnica del pueblo vasco », ce caractère particulièrement industrieux des Basques, et de ceux du littoral tout spécialement, loin de s’opposer à un supposé « être basque » (ser vasco) traditionnel et rural, s’inscrivait dans une histoire de longue durée, bien antérieure à la révolution industrielle du XIXe siècle6. Plus récemment, des chercheurs de l’Université de Bilbao se sont attachés à mettre en lumière les facteurs qui entre la fin du Moyen Âge et la fin du XVIIIe siècle avaient contribué à la consolidation de cet « esprit entrepreneurial » qui semble ici mieux partagé qu’ailleurs7. On ne saurait ici entreprendre l’analyse circonstanciée de la question, qui, au demeurant, et malgré l’ampleur du travail cité, est loin d’être close. Signalons simplement que les auteurs insistent, à nouveaux frais, sur l’importance de la hidalguía universal obtenue en Guipuzcoa, puis en Biscaye : une fiction peut-être, instituée comme une sorte de compensation à la surpopulation relative, mais qui aux yeux des auteurs, s’avéra décisive dans la mesure où ici ne pouvait s’appliquer aucune menace de dérogeance pour l’hidalgo qui exerçait un métier, chez lui ou, comme beaucoup, au service de la couronne. Un deuxième point attire l’attention des auteurs, c’est au XVIIIe siècle une sorte de coexistence, plus ou moins pacifique, mais remarquable, entre l’esprit des Lumières (Ilustración), incarnée par exemple par la présence et la vigueur de la Real Sociedad Bascongada de Amigos del País et le courant « rigoriste » des Jésuites (jusqu’à l’expulsion du royaume de ces derniers).

  • 8 Sur les institutions basques voir Martínez Rueda F., Los poderes locales en Vizcaya del Antiguo Ré (...)
  • 9 Alors que jusque vers 1750, les Ybarra s’étaient exprimés en biscayen, et de 1750 jusqu’en 1773 da (...)

6Le point de départ de la saga des Ybarra peut être fixé en 1774, année de la naissance de José Antonio Ybarra à San Julian de Musques dans la partie occidentale de la Biscaye (les Encartaciones). Près de vingt ans auparavant, son grand-père, alors âgé de 17 ans, s’y était installé après avait quitté le caserio familial situé sur le territoire de Guecho, sur la rive droite de la Ría de Bilbao et y avoir épousé une femme de 25 ans mais appartenant aux élites locales : en même temps qu’il y avait appris (assez mal) le castillan, il fit ses premières armes dans le transport et le commerce du fer extrait des mines proches de Somorrostro et parvint même à obtenir une charge de regidor dans l’administration locale de Musques8. Le père de José Antonio poursuivit dans cette voie en devenant le représentant de la vallée du Somorrostro aux juntes générales de Biscaye qui se réunissaient à Guernica, tandis que sa mère, provenant d’une famille de la gentry rurale de la province de Santander « hispanisait » résolument le jeune José Antonio9.

  • 10 Ibid., p. 56-57.
  • 11 Uriarte Ayo R., Estructura, desarrollo y crisis de la siderurgía tradicional vizcaína 1700-1840, B (...)
  • 12 de Ybarra y Ybarra J., op. cit., p. 121 sq.

7En 1800, celui-ci s’installait à Bilbao où, en tant que membre du « lobby des Encartaciones10 », il se trouva mêlé au projet avorté de déplacement du port vers l’aval et à l’agitation politique qui s’en suivit. S’il parvint à se tirer sans trop de dommage de l’aventure, José Antonio en conserva désormais une méfiance certaine à l’égard de l’engagement politique. Délaissant désormais les charges politiques et administratives, ce fut, en revanche, avec une grande détermination qu’il déploya tout son génie d’homme d’affaires. D’une part, il consacra une part importante de son activité au transport et à la vente de fer, approvisionnant en minerai de Somorrostro les nombreuses ferrerías de l’Espagne septentrionale. D’autre part, il installait pour son épouse (originaire de la vallée de Potes, dans la partie santanderine du massif des Picos de Europa, où à l’instar de la Biscaye prévalait l’hidalguía universal) Jerónima Gutiérez de Cabiedes, une boutique sur la rue longeant le port de Bilbao qui, important de Bayonne les articles français – grâce à la franchise douanière dont jouissaient les territoires basques – approvisionnait tout l’arrière-pays, cependant que José Antonio y pratiquait le crédit et l’escompte, notamment en direction des mineurs et forgerons fragilisés par la crise structurelle de l’économie minéro-sidérurgique basque traditionnelle11. Grâce aux hypothèques, José Antonio Ybarra se constitua un important actif patrimonial et en 1827 il s’associait avec deux autres négociants en minerais dans la commandite Ybarra, Mier y Compañía. Il s’agissait clairement de cartelliser l’économie minéro-sidérurgique dans toute la zone cantabro-navarraise et de tenter de monopoliser l’exportation de fer : en 1843 la compagnie contrôlait plus de 70 % des exportations de minerais par terre et par mer. Le déclenchement de la première guerre carliste en 1833 avait paru un temps contrarier la bonne marche des affaires (au point que José Antonio, sur les conseils de l’un de ses amis, engagea des capitaux dans un armement pour la traite12), mais l’approvisionnement de l’armée libérale (en vêtements et produits divers via la boutique de Jerónima, en blé grâce aux réseaux commerciaux que José Antonio avait tissé dans toute une vaste zone au nord-ouest de la péninsule) permit de maintenir les profits tandis que l’engagement libéral des fils de José Antonio et leur participation à la défense de Bilbao contre les troupes carlistes situaient la famille dans le camp des vainqueurs en 1839.

8Au demeurant, l’essor des affaires s’accompagnait de la consolidation de la personnalité de José Antonio au sein de la compagnie : seul résident à Bilbao des quatre associés de la commandite, le siège social et l’administration de l’entreprise furent établis chez lui. Lorsque ses fils Juan María en 1834 et Gabriel en 1838 entrèrent comme actionnaires de la société, la direction effective échut exclusivement à la collégialité familiale Ybarra. Les autres actionnaires soit quittèrent la société (comme l’un des fondateurs Nicolas de Llano ou comme le gendre de José Mier) soit acceptèrent une position subordonnée.

  • 13 Díaz Morlan P., « Los Ybarra contra el « Síndrome de Buddenbrooks ». El éxito de seis generaciones (...)

9Dans le même esprit, José Antonio Ybarra avait pris soin, à l’occasion du mariage de ses filles, d’associer stratégie matrimoniale et partenariat commercial et technique avec de grandes familles de Bilbao, comme les Zabalburu et les Zubiría bien possessionnées localement, ou, comme les Murrieta, installée… à Londres – un élément qui se révélera décisif. Cette stratégie de consolidation d’un véritable « conglomérat familial » alimenté par la dynamique de l’entrepreneuriat et le versement de très substantiels bénéfices à ses membres13 fut à nouveau signifiée à l’ensemble de la communauté locale avec le mariage de la fille de Gabriel avec l’ingénieur catalan José Villalonga.

10À sa mort, en 1849 José Antonio Ybarra laissait quatre millions de réaux ; en 1854 les héritiers de Mier se répartissaient trois millions de réaux. Selon les calculs de Díaz Morlan le rendement du capital de Ybarra, Mier y Compañía aurait atteint la moyenne annuelle considérable de 16 % entre 1828 et 1854, date de liquidation de la société. Les affaires seraient désormais prises en charge par une nouvelle société, créée sous la raison sociale Ybarra Hermanos y Compañía, formée par deux des fils (le troisième faisait souche à Séville) et le gendre de José Antonio Ybarra, Cosme Zubiria. Ce qui en 1827 avait débuté comme la réunion du capital et de la volonté de quatre marchands de fer était devenu le vecteur principal et la principale source de la fortune et du pouvoir social d’une famille.

L’« éthique Ybarra » et l’esprit du capitalisme ?

Le sang et les affaires : fécondité et endogamie

  • 14 Ferrer i Allos L., « Indicios de cambio en el sistema de heredero único en Cataluña en el siglo XI (...)
  • 15 González Portilla M. et Urrutikoetxea Lizarraga J., « Campesinado tópico, campesinado real. Mundo (...)

11L’histoire de la famille Ybarra, montre combien la multiplicité de la progéniture, considérable dès la deuxième génération (celle du milieu du XIXe siècle), pouvait ne pas constituer un risque de dilution, mais au contraire, devenir un atout. Contrairement à ce qui semble s’être souvent passé en Catalogne par exemple, où l’introduction forcée du Code civil en 1889 ne fut pas sans créer de réelles difficultés à l’institution traditionnelle de l’hereu14, il apparaît que les structures familiales traditionnelles basques, malgré leur distinctions locales, proposaient un degré supérieur d’adaptation aux sollicitations de la modernité15.

12Nombre de familles surent non pas simplement juxtaposer mais réellement combiner catholicisme, un certain attachement à la culture basque, et goût et aptitude pour le commerce. Mais rares furent celles qui comme les Ybarra ont su réussir aussi bien l’alchimie du catholicisme sans cesse réaffirmé et porté fort haut (Jerónima Ybarra légua sa part à l’Église tandis qu’à la génération suivante Rafaela fut béatifiée) et culture des affaires.

  • 16 de Ybarra y Ybarra J., op. cit., passim.

13Ici, l’institution familiale en même temps qu’elle garantit la pérennité économique et sociale du groupe, fut un centre de formation et d’éducation pour chacun de ses membres. Le matériau rassemblé et présenté par Javier de Ybarra y Ybarra montre comment au sein de la famille se transmirent une série d’attitudes et de valeurs – le travail et l’effort, la tempérance et l’épargne, sans doute déjà présentes – on l’a suggéré – mais désormais formulées selon les normes propres de la bourgeoisie européenne du temps : la correspondance de José Antonio Ybarra avec son fils Juan, par exemple donne à voir combien la famille en son entier s’attachait à connaître et contrôler le montant et le type de dépenses que ces jeunes membres en séjour d’étude à Liège ou à Londres pouvaient engager16.

  • 17 Erdozia Martínez X., op. cit., p. 350.

14Au demeurant, l’attention que la famille porta très tôt aux études et à la formation de ses jeunes membres mérite d’être soulignée. Cependant, sans surprise, une distinction radicale séparait les jeunes filles des jeunes gens. Dès le milieu du XIXe siècle les Ybarra prirent l’habitude d’envoyer leurs fils poursuivre leurs études à l’étranger, Londres et Liège (à la prestigieuse école technique supérieure) de préférence ; vers la fin du siècle le passage préalable par le collège Albert le Grand de Paris paraît en outre avoir été fréquent. Si l’on offrait aussi des études aux jeunes filles de la famille, la forme, le contenu et la signification en étaient fort différentes. Leur formation scolaire s’effectuait dans une institution de Bilbao avant d’être fréquemment poursuivie à Bayonne : l’apprentissage du français s’inscrivant dans ce cas non comme l’accès à une langue du savoir et de la science (comme on pouvait l’espérer à Paris et à Liège) mais comme un atout mondain. Il était en effet dévolu aux jeunes filles de la famille un rôle extrêmement important : celui de consolider le groupe grâce à leurs mariages et à leur maternités : ainsi, grâce à ses quatre filles José Antonio avait pu s’allier à quatre des principales familles de commerçants et de propriétaires fonciers de Bilbao et de Biscaye. Durant les dernières décennies du XIXe siècle, dans un contexte économique profondément modifié, les filles Ybarra se marièrent avec les représentants des nouvelles élites économiques – les Martínez de las Rivas, les Chavarri17.

15La belle fécondité des Ybarra renforça les effets de l’endogamie. La contribution des femmes à la richesse et à la puissance du groupe familial fut essentielle. Elles furent ainsi des agents de l’endogamie en veillant au choix des époux, en organisant rencontres et fiançailles ; agents d’une remarquable efficacité comme en témoignaient dès la fin du XIXe siècle les patronymes en vue sur la place de Bilbao : Zubiria Ybarra, Urquijo Ybarra, Ybarra y Bergé, Ybarra y Urquijo ; comme en témoigne encore, à la fin du XXe siècle… l’historien de la famille qui se nomme – on l’a vu – Ybarra y Ybarra !

  • 18 García González F., dans Castellano J. L. et Dedieu J.-P. (dir.), Réseaux, familles et pouvoirs da (...)

16Les femmes prirent ainsi une part réellement fondamentale à la constitution et à la consolidation de ce que Francisco García González a appelé la « stratégie cumulative », consistant dans l’accumulation patrimoniale et visant à faire de la famille un marqueur fondamental des frontières entre groupes sociaux18. Bien entendu, les femmes n’avaient point seules la charge de cette stratégie cumulative, dont le modèle implicite procédait des comportements des grandes familles du XVIIIe siècle. L’autre facette incombait aux garçons, dont la voie était tracée, et bien tracée.

  • 19 Ibid.

17Le « modèle » de gestion familiale instauré par le fondateur José Antonio fut conservé : dès la fin de l’adolescence les fils devaient participer à la vie des affaires avant d’être associés relativement tôt aux décisions : ainsi, Juan et Gabriel et leur beau-frère Cosme Zubiria n’hésitèrent pas à confier aux aînés de la troisième génération José Antonio, Fernando Luis et José María, alors que ces derniers étaient encore jeunes, la direction de la concession du chemin de fer minier. On voit bien par-là combien la parentèle et le groupe social apparaissant en quelque sorte comme deux facettes d’un même phénomène19.

Les affaires : l’accumulation de capitaux et la richesse

18Si Ybarra Hermanos continua de gérer une série d’affaires véritablement diverses, dont la participation à la création du Banco de Bilbao et du chemin de fer de Bilbao à Tudela, la spécialisation minéro-sidérurgique non seulement se maintint mais se renforça en changeant de nature. À partir de 1841, la translation des douanes des frontières des territoires basques et de la Navarre avec la Castille à la frontière française et à la mer offrait de nouvelles perspectives aux commerçants de Bilbao disposant de capital. Il devenait dès lors intéressant de produire de l’acier pour le marché national en Biscaye au plus près du minerai et sur la rive même de la Ría. Tandis que l’aciérie de Baracaldo allait être le cœur de ce qui serait au début du XXe siècle le plus grand établissement industriel de la péninsule (Altos Hornos de Vizcaya), les Ybarra de la deuxième génération – Juan, Gabriel et leur beaufrère Cosme Zubiría – devenaient exploitants miniers en prenant 25 % des parts de la Orconera ou de la Franco-Belge des mines du Somorrostro.

19Globalement, la richesse des Ybarra quintupla entre 1850 et 1890. À sa mort en 1882 Cosme Zubiria laissait une fortune évaluée à 5,6 millions de pesetas ; cinq ans plus tard celle de Juan s’élevait à 4,5 millions et en 1890 celle de Gabriel à 5,4 millions. Des chiffres qui ne tiennent pas compte d’ailleurs des participations à l’exploitation minière et que l’on peut considérer équivalentes, et sans tenir compte de Villalonga, le plus riche sans doute du clan du fait de sa participation propre à Ybarra Hnos. Díaz Morlan évalue la fortune de la famille vers 1890 à 37 millions de pesetas (à comparer aux 23 millions de pesetas laissées à sa mort par le marquis de Comillas).

  • 20 Nous avons évoqué dans Villes, services publics, entreprises en France et en Espagne, XIXe-XXesièc (...)
  • 21 Díaz Morlan P., op. cit., p. 281.

20Cependant, le destin du groupe entrepreneurial familial change à partir de la mort des membres de la deuxième génération. À partir de 1890, la société Ybarra sert essentiellement à collecter et à répartir la rente tirée de l’exploitation minière et les bénéfices de la sidérurgie entre 44 personnes en 1890, plus de 60 en 1900 : au demeurant, nombre d’entre eux ne résidant pas en Biscaye, ces bénéfices s’acheminèrent vers des destinations parfois inconnues20. La famille Ybarra « comme ‘‘groupe unifié d’investisseurs’’ cessa d’exister après 1890 et sa place fut occupée par un groupe fourni d’héritiers. Parmi ces derniers, certains continuèrent les affaires et à cet effet continuèrent à unifier leurs stratégies d’investissement, mais la plupart se contentèrent d’être rentiers21 ». Sans même aller jusqu’aux cas comme celui de José Luis qui vit une authentique vie de propriétaire terrien dans la Manche, l’on se plaît désormais à résider à Neguri, quartier de la localité de Guecho sur la rive droite vers la mer, où l’on se fait construire de véritables palais dans le goût du jour, plutôt que dans l’immeuble inconfortable de Bilbao. Le luxe du style de vie (domesticité impressionnante, automobiles, yachts, etc.) paraît signifier une évolution sensible : on semble loin de l’austérité, voire de l’ascétisme, du fondateur. Pourtant, et Pablo Díaz Morlan en a fait l’objet de l’une de ses études sur la famille, aucun « syndrome des Buddenbrock » ici. Pas de déclin de la fortune, ni des positions sociales. Bien au contraire, car si nombre de membres de la famille ne détournèrent de l’entrepreneuriat, il en demeura suffisamment qui, fidèles à « l’esprit Ybarra » poursuivirent décidément le grand œuvre d’accumulation des capitaux et de constitution de substantiels profits.

  • 22 Castellano J. L. et Dedieu J.-P. (dir.), Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la (...)
  • 23 Beascoechea Gangoiti J., « La ciudad segregada de principios del siglo XX. Neguri, un suburbio bur (...)
  • 24 de Ybarra y Ybarra J., op. cit., qui sait de quoi il parle et qui n’a pas peur des mots, emploie l (...)

21L’installation à Guecho peut être vue comme une sorte de retour aux sources familiales ; elle semble perpétuer au XXe cette « famille d’expérience », dont parle Tomás Mantecón à propos d’une famille de Cantabrie qu’il suit du XVIe à la fin du XVIIIe : une famille aux frontières « mouvantes », qui couvrirait tous ceux que les individus, dans leur action quotidienne, reconnaissent comme membres de leur groupe familial et avec qui ils se sentent solidaires. La notion de famille serait ainsi étendue non seulement à la parentèle vivante, mais également aux membres passés de la lignée dont on garde le souvenir22. On a surtout là – outre le choix d’un lieu débarrassé des nuisances de la ville – la contribution des Ybarra (une contribution primordiale) à la constitution d’un espace socialement distingué23, construit autour de normes sociales spécifiques empruntant aux bourgeoisies européennes autant sinon davantage qu’aux élites basques traditionnelles et où il ne fait aucun doute que les effets de réseaux construits et entretenus par les jeux et rôles de la mondanité sont constamment mis au service de la consolidation du pouvoir de la famille et de ses membres. Serait-ce attribuer à ces effets de réseaux, et au rôle joué par les acteurs « individuels » ou « familiaux » dans le fonctionnement de leur mécanique, l’exclusivité de la bonne fortune continuée des Ybarra ? Ce serait sans aucun doute oublier un peu vite combien à partir du dernier tiers du XIXe siècle les Ybarra ont représenté la bourgeoisie industrielle biscayenne, combien ils ont été perçus, et ils se sont perçus eux-mêmes24, tout au long du XXe siècle, comme une sorte de paradigme de l’oligarchie biscayenne… et espagnole.

Pouvoir économique, social et politique : les Ybarra comme principaux représentants de l’oligarchie biscayenne

22Les Ybarra semblent en effet comme une illustration de la classique description de la grande bourgeoisie au pouvoir de Jean Lhomme : outre le pouvoir économique constitutif, ils jouissent en effet un large pouvoir social qu’ils s’efforcent de consolider par l’exercice, autant que faire se peut, du pouvoir politique.

  • 25 Diaz Morlan P., op. cit.

23L’empire économique est remarquable : en 1921, quatre Ybarra occupaient des postes d’administrateurs dans 46 des principales sociétés espagnoles industrielles, maritimes, minières, transports, électricité et banque. Deux surtout réunissent tous les types de pouvoir : Tomás de Zubiría e Ybarra, comte depuis 1907, président des conseils d’administration de Altos Hornos de Vizcaya (une des deux ou trois plus affaires industrielles de la péninsule) et des Chantiers Navals, à l’origine de nombreuses créations de société dans la chimie, les papeteries, les exploitations minières et les compagnies de navigation et son cousin Fernando MaríaYbarra y Revilla, marquis de Arriluce depuis 1918, président de Hidroleléctrica Ibérica et administrateur de très nombreuses autres sociétés : « à tous les deux ils embrassèrent à de nombreuses reprises la représentation des intérêts familiaux et les leurs propres. Cette représentation était complétée de la présence de certains de leurs frères, cousins et neveux25 ».

24Au Pays basque seul le groupe Sota y Aznar pouvait leur être comparé ; dans toute la péninsule, seuls le groupe Comillas-Güell en Catalogne et les Urquijo de Madrid avec lesquels d’ailleurs ils s’allièrent : c’était là d’ailleurs reconduire les stratégies matrimoniales qui avaient donné de si bons résultats au XIXe siècle, mais à une échelle qui n’était plus celle de la province mais celle de l’état espagnol.

  • 26 Sur l’importance de cette accumulation primitive voir Fernández de Pinedo E., « De la primera indu (...)
  • 27 Pour une synthèse en français voir Fernandez A., « Créations et créateurs d’entreprises en Biscaye (...)

25Hommes d’affaires et capitaines d’industrie, dépositaires d’une accumulation prolongée de capitaux26, les Ybarra de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle parvinrent à se constituer, avec deux ou trois autres familles de la place (Martínez de las Rivas, Chavarri), en véritable oligarchie. En prenant l’ascendant, d’une part, sur les vieilles élites ralliées ou marginalisées (repliées sur les confins provinciaux où le vote carliste témoignait de leur survivance), d’autre part sur le capitalisme industriel local, pourtant fort vivace27.

26La tentative de construction d’une hégémonie dans la société biscayenne passe par un paternalisme industriel actif ; en direction de la société civile, les œuvres et patronages abondent et la fondation Los Angeles Custodios à destination des orphelins contribua par exemple à la béatification de Rafaela Ybarra.

  • 28 Globalement il s’agit d’une position politique assez commune à Bilbao et à Saint-Sébastien qui dis (...)
  • 29 de Alzola P., ingénieur des Ponts, ancien maire de Bilbao, administrateur de sociétés appartenant (...)

27Dans le domaine politique, après avoir été plutôt libéraux « fueristes28 » durant les trois premiers quarts du siècle, les Ybarra choisissent le conservatisme dynastique, le soutien au régime de la Restauración, ne gardant de leur ancien fuerisme que l’attention porté aux termes des conciertos económicos, accords fiscaux passées entre le pouvoir central et les provinces basques et très avantageux pour ces dernières. En outre, leur fortune, et celle, remarquable également, de leurs partenaires, notamment Victor Chavarri, les dispensent de s’astreindre au turno : alternance conservateurs-libéraux organisée par le régime – en achetant directement les votes (instauré par la révolution de 1869, aboli par la Restauration en 1876 qui lui substitue un suffrage censitaire, le suffrage universel est rétabli en 1890), sans attendre le versement des subsides gouvernementaux (caciquisme). Victor Chavarri fait figure de leader politique de ces « ploutocrates » dénoncés par le jeune helléniste et philosophe Miguel de Unamuno. Après la mort de Chavarri ce sont les Ybarra qui sont chargés de mener ce que le phalangiste Rafael Sánchez Masas a appelé bien plus tard la « politique des familles » dans la préface qu’il donna en 1946 à l’ouvrage la Politica Nacional en Vizcaya, rédigé par… Javier Ybarra y Bergé. La famille Ybarra met à disposition de puissants moyens, dont le quotidien El Pueblo Vasco : ce titre s’attache non seulement à soutenir la dynastie parmi une opinion travaillée par les oppositions socialiste et nationalistes, mais à célébrer les progrès29 accomplis en une génération sur la Ría de Bilbao et les hommes qui ont porté ces progrès. José María Urquijo e Ybarra, ayant été jugé trop intégriste, Fernando María Ybarra y de la Revilla regroupa à partir de 1907 les forces conservatrices dynastiques, dans un combat cependant fort difficile qui l’opposait non seulement aux socialistes, puissants dans les districts miniers et industriels, mais aussi, fréquemment, aux républicains et aux nationalises basques, respectivement emmenés… par deux autres représentants de grande bourgeoisie locale : Horacio Echevarrieta et Ramón de la Sota !

  • 30 Valdaliso J. M., Los navieros vascos y la marina mercante en España, 1860-1933, Bilbao, IVAP, 1991
  • 31 Tuñon de Lara M., Poder y sociedad en España, 1900-1931, Mardid, Espasa Calpe, 1982.
  • 32 El Libéral du 1er janvier 1914, cité dans García Merino L. V., La formación de una ciudad industri (...)

28Cependant, si la fortune de ce dernier était supérieure à celle de Fernando María Ybarra y de la Revilla par exemple, si le poids de ses entreprises dans l’économie espagnole était notable30, il ne participait pas de la même manière au « bloc de pouvoir » hégémonique à l’échelle nationale analysé par Manuel Túñon de Lara, formé par l’intégration de la grande bourgeoisie aux anciennes grandes familles aristocratiques31. Une intégration dont le signe fut l’anoblissement (Ramón de la Sota fut également anobli… mais par la couronne britannique) et le fondement la richesse – en 1924 Miguel de Unamuno encore fustigeait les « comtes sidérurgiques32 » – mais dont le support fut, on l’a vu, la « stratégie du sang ».

  • 33 de Ybarra y Ybarra J., op. cit.

29Lorsqu’il mourut en 1849 José Antonio Ybarra avait légué à ses trois fils et deux filles davantage qu’une fortune déjà considérable. Ayant su mettre à profit, dès la fin du XVIIIe siècle, et magistralement malgré les vicissitudes de la vie politique régionale et nationale, les ressources économiques de sa mère et les relations politiques locales de son père, il avait tenu également à lancer dans les affaires (los negocios) tant son épouse, propriétaire et gérante d’une boutique, que ses fils, invités dès leur jeune âge à faire leur apprentissage d’hommes d’affaires au comptoir de l’« escritorio familiar ». Loin de représenter un risque de dilution de la fortune accumulée au cours d’un demi-siècle d’aventures commerciales et industrielles, la multiplicité de la progéniture valait au contraire comme combinaison de compétences et d’esprit d’entreprise pour autant que les gendres fussent intégrés à la « famille » et que l’action de chacun fût incorporée au projet entrepreneurial de la maison. Les membres de cette seconde génération Ybarra, dont une branche fit souche à Séville tout en conservant des liens avec Bilbao, furent des initiateurs les plus décidés et à coup sûr parmi les plus grands bénéficiaires de la révolution industrielle qui toucha la Biscaye. Au cours des années 1880, ils avaient laissé à leurs héritiers respectifs, non seulement des fortunes considérablement amplifiées mais un pouvoir de clan, économique et social et bientôt politique. Immensément riches, entourés de la gratitude de l’Église (en raison de leur action signalée de bienfaisance) et de leurs obligés, les Ybarra du début du XXe siècle constituent bien la pièce maîtresse de cette « oligarchie » (au sens plein du terme et d’ailleurs repris, sinon revendiqué, par les descendants eux-mêmes) biscayenne, pour qui le pouvoir social conserve une assise essentiellement locale mais dont les stratégies économiques et politiques sont à l’échelle nationale. En même temps, comme le signale Díaz Morlan l’unité d’action entre les trois fils de la deuxième génération, les deux « biscayens » et le « sévillan » ne disparut jamais totalement par la suite. Des Ybarra sévillans continuèrent à prendre des participations des Ybarra de Bilbao et inversement. Tout au long du XXe siècle plusieurs andalous vinrent passer la saison estivale à Neguri, tandis que des Biscayens séjournaient en Andalousie. Le sentiment d’appartenir à un même clan, fût-il quelque peu dilué, se transmit d’une génération à l’autre. Sans doute, à jamais affecté par les circonstances de la mort de son père, Javier de Ybarra y Ybarra est-il bien pessimiste sur la conservation de ce que l’on peut à bon droit nommer le « pouvoir des liens du sang » qui avait permis la formation, la consolidation et la pérennisation de la puissance des Ybarra33 ; à ce compte, la réunion de 1992 à Séville où près de 700 Ybarra, tous descendants de José Antonio, se réunirent n’aurait-elle la valeur que d’une simple fête de (grande) famille ?

Anmerkungen

1 Díaz Morlan P., Los Ybarra. Una dinastía de empresarios (1801-2001), Madrid, Marcial Pons, 2002.

2 Il existe sur le sujet une très importante bibliographie, parfois apologétique ; pour une mise au point récente, mais sur la deuxième partie du siècle : Erdozía Martínez X., Empresarios y cultura empresarial en el Bilbao metropolitano, 1876-1914, Bilbao, Universidad del País Vasco, 2006.

3 Évocation imagée dans Díaz Morlan, op. cit., p. 15-16.

4 Pour une tentative de comparaison avec des exemples français, on peut voir Hau M., « Famille et entreprise. Y-a-t-il un modèle rhénan ? », Marseille J. (dir.), L’industrialisation de l’Europe occidentale, Paris, ADHE, 1998.

5 Sur l’histoire économique et sociale du Pays basque jusqu’à la révolution industrielle l’ouvrage de Fernández de Pinedo E., Crecimiento económico y cambio social en el País Vasco, 1100-1850, Madrid, Siglo XXI, 1974, est toujours indispensable.

6 Caro Baroja J., Vasconiana, III, réed. Saint-Sébastien, Txertoa, 1976.

7 de Otazu A. et Ramón Díaz de Durana J., El espíritu emprendedor de los vascos, Madrid, Sílex, 2008.

8 Sur les institutions basques voir Martínez Rueda F., Los poderes locales en Vizcaya del Antiguo Régimen a la Revolución liberal, 1700-1853, Bilbao, Servicio Editorial de la Universidad del País Vasco, 1994.

9 Alors que jusque vers 1750, les Ybarra s’étaient exprimés en biscayen, et de 1750 jusqu’en 1773 dans un idiome qui était celui du castillan des Encartaciones mêlé du dialecte basque de Guecho, désormais la famille s’exprimerait en castillan, conservant une connaissance indirecte du basque, utile notamment dans les relations politiques et commerciales avec l’est de la province : voir De Ybarra y Ybarra J., Nosotros los Ybarra, Barcelone, Tusquets, 2002, notamment p. 46.

10 Ibid., p. 56-57.

11 Uriarte Ayo R., Estructura, desarrollo y crisis de la siderurgía tradicional vizcaína 1700-1840, Bilbao, Servicio Editorial de la Universidad del País Vasco, 1988.

12 de Ybarra y Ybarra J., op. cit., p. 121 sq.

13 Díaz Morlan P., « Los Ybarra contra el « Síndrome de Buddenbrooks ». El éxito de seis generaciones de empresarios (1801-2001) », Casado Alonso H. et Robledo Hernández R., Fortuna y negocios. Formación y gestión de los grandes patrimonios (siglos XVI-XX), Valladolid, Universidad de Valladolid, 2002, p. 275-300.

14 Ferrer i Allos L., « Indicios de cambio en el sistema de heredero único en Cataluña en el siglo XIX », Historia Contemporanea, 2005 (II), 31, p. 481-503.

15 González Portilla M. et Urrutikoetxea Lizarraga J., « Campesinado tópico, campesinado real. Mundo rural y familia campesina en el País Vasco en vísperas de la industrialización », Historia Contemporanea, 2005 (II), 31, p. 389-438, distinguent pas moins de sept ensembles géographiques du point de vue des ressources, de l’habitat, des systèmes héréditaires et des modèles culturels.

16 de Ybarra y Ybarra J., op. cit., passim.

17 Erdozia Martínez X., op. cit., p. 350.

18 García González F., dans Castellano J. L. et Dedieu J.-P. (dir.), Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, Paris, CNRS Éditions, 1998.

19 Ibid.

20 Nous avons évoqué dans Villes, services publics, entreprises en France et en Espagne, XIXe-XXe siècles, Pessac, MSHA, 2006, p. 142 sq., la controverse sur le rôle qui revient à l’extraction minière dans la constitution de l’industrie sidérurgique et le poids du secteur dans l’économie biscayenne entre Manuel González Portilla d’une part et Emiliano Fernández de Pinedo et Antonio Escudero d’autre part.

21 Díaz Morlan P., op. cit., p. 281.

22 Castellano J. L. et Dedieu J.-P. (dir.), Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, paris, CNRS Éditions, 1998.

23 Beascoechea Gangoiti J., « La ciudad segregada de principios del siglo XX. Neguri, un suburbio burgués de Bilbao », Historia Contemporanea, 2002 (I), 24, p. 245-280.

24 de Ybarra y Ybarra J., op. cit., qui sait de quoi il parle et qui n’a pas peur des mots, emploie le terme à plusieurs reprises.

25 Diaz Morlan P., op. cit.

26 Sur l’importance de cette accumulation primitive voir Fernández de Pinedo E., « De la primera industrialización a la reconversión industrial ; la economía vasca 1841 y 1991 », Germán L. et al., Historia económica regional de España, Barcelone, Críitica, 2001, p. 95-124.

27 Pour une synthèse en français voir Fernandez A., « Créations et créateurs d’entreprises en Biscaye (XIXe siècle-début du XXe siècle) », Marseille J. (dir.), Créateurs et créations d’entreprises de la Révolution industrielle à nos jours, Paris, 2000, p. 437-464.

28 Globalement il s’agit d’une position politique assez commune à Bilbao et à Saint-Sébastien qui distingue ces villes, tant de leur environnement provincial, où domine le traditionalisme carliste, que du reste du pays, où le libéralisme centralisateur s’accommode fort mal de tout maintien de quelque dose d’autonomie que se soit, fût-elle inscrite de longue date dans les fueros.

29 de Alzola P., ingénieur des Ponts, ancien maire de Bilbao, administrateur de sociétés appartenant ou liées aux Ybarra publie une ouvrage au titre significatif Progreso de Vizcaya : sur Alzola, voir Fernandez A., « Pablo de Alzola y minondo. Une figure d’ingénieur à Bilbao, fin XIXe-début XXe siècle », Cocula A.-M. et Pontet J. (dir.), Au contact des lumières. Mélanges offerts à Philippe Loupèst. II, Pessac, PUB, 2005, p. 319-331.

30 Valdaliso J. M., Los navieros vascos y la marina mercante en España, 1860-1933, Bilbao, IVAP, 1991.

31 Tuñon de Lara M., Poder y sociedad en España, 1900-1931, Mardid, Espasa Calpe, 1982.

32 El Libéral du 1er janvier 1914, cité dans García Merino L. V., La formación de una ciudad industrial. El despegue urbano de Bilbao, Oñati, IVAP, 1985, p. 628.

33 de Ybarra y Ybarra J., op. cit.

Autor

Professeur à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 est un spécialiste des réseaux économiques et politiques de l’époque contemporaine, tant dans le nord de l’Espagne que dans le Sud-Ouest de la France. Il a dirigé avec Christophe Bouneau L’entreprise publique en France et en Espagne de la fin du XVIIIe siècle au milieu du XXe siècle, Pessac, éd. de la MSHA, 2004, et publié en 2006 Villes, services publics, entreprises. France, Espagne, XIXe-XXe siècles, Pessac, éd. de la MSHA.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540