Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liens de sang, liens de pouvoir

 | 
Laurent Coste

Quatrième partie. Destins individuels, destins familiaux

Un apprentissage impérial : William Beckford et la cité de Londres

Perry Gauci

Texte intégral

  • 1 Wilson K., The Sense of the People : Politics, Culture and Imperialism in England, 1715-1785, Camb (...)
  • 2 Pour une critique majeure, voir Harris B., « American Idols : Empire, War and the Middling Ranks i (...)
  • 3 Borsay P., The English Urban Renaissance : Culture and Society in the Provincial Town, 1660-1770, (...)

1Ces dix dernières années ont vu un très grand regain d’intérêt pour l’Empire britannique du XVIIIe siècle, sans que l’on ait réussi à s’accorder sur son importance pour les villes britanniques, ou, plus précisément, pour ses élites urbaines. Bien que des historiens de l’économie reconnaissent depuis longtemps l’incroyable croissance des fortunes de villes comme Glasgow, Dublin et Liverpool grâce à l’Empire, d’autres discutent encore la mesure dans laquelle cette richesse a pu influencer le statut et les perspectives des dirigeants urbains. Les historiens du politique sont davantage certains de l’impact de l’Empire, comme les spécialistes Kathleen Wilson et Nicholas Rogers qui reconnaissent une force impériale distincte derrière le mécontentement urbain grandissant des villes britanniques du milieu du XVIIIe siècle1. Cependant, leur vision ne reste pas incontestée et des doutes demeurent quant au degré de l’intérêt populaire pour l’expansion territoriale outre-mer et quant à l’importance de l’Empire dans la formation des identités et comportements urbains2. En outre, des écrits récents sur le développement social et culturel des hiérarchies urbaines ont mis l’accent sur des influences internes, manifestement sous la forme d’une « renaissance urbaine » reflétant un échange important entre les élites terriennes et urbaines3. Cet article cherche à réaffirmer les influences de l’Empire à travers l’étude d’une des carrières les plus spectaculaires du dix-huitième siècle, celle de William Beckford (1709-1770). Il fut l’un des seuls, parmi une poignée de politiques créoles, à se faire un nom des deux côtés de l’Atlantique, mais ses efforts pour progresser à Londres et à une échelle nationale mettent en lumière l’intégration sociale, politique et culturelle de l’Empire britannique au moment d’une des étapes-clé de son développement. En particulier, le fait qu’il se soit hissé très tôt au premier rang, ce qui pourrait correspondre à son apprentissage de la politique britannique, éclaire les façons dont les dirigeants urbains se sont adaptés à un rapide changement aussi bien chez eux qu’à l’étranger.

  • 4 Pour des courts portraits de qualité, voir Sutherland L., « The City of London and the Opposition (...)

2Cela fait longtemps que les historiens britanniques trouvent un grand intérêt à Beckford, principalement dans un contexte national, en tant que confident du Premier Pitt, l’ami auto-déclaré de l’Empire, et en tant que commanditaire du premier mouvement pour une réforme parlementaire. Lucy Sutherland en a fourni le meilleur portrait politique et a souligné la large portée de l’héritage politique de Beckford. Mary Peters a fait progresser notre compréhension de l’homme et de son temps en faisant référence aux façons dont l’alliance Pitt-Beckford s’est assurée la force naissante de l’opinion publique pour défendre les causes de la réforme et de l’Empire4. C’est dans ce contexte qu’il faut situer la carrière de Beckford, notamment en ce qui concerne son succès en tant que politicien, mais j’espère qu’une étude plus complète le placera plus largement encore au cœur des changements sociaux, culturels et politiques de l’époque qui furent inaugurés non seulement par les forces de l’Empire mais aussi par des influences sociétales nationales. J’espère, en particulier, comprendre à travers lui les multiples rapports et influences qui entrent en jeu dans l’État impérial britannique à cette époque.

  • 5 Pour un compte-rendu récent et conséquent de l’importance des absentéistes, voir Burnard T., « Pas (...)
  • 6 Beckford apparait brièvement dans la plupart des travaux clés sur l’émergence des intérêts antilla (...)
  • 7 Craton M., « Reluctant Creoles : The Planters’World in the British West Indies », Strangers Within (...)
  • 8 Pour une discussion enrichissante sur « La Politique de l’Esclavage », voir Brown C. L., The Briti (...)

3Le récent déluge de travaux sur l’histoire transatlantique souligne seulement le besoin de réexaminer le rôle et l’importance des planteurs absentéistes pour le développement de la Grande-Bretagne. Les historiens antillais reconnaissent depuis longtemps l’importance des médiateurs impériaux dans la métropole, mais ce n’est que relativement récemment que leur rôle a été mis en valeur, et relativement peu de personnes ont questionné leur impact au-delà de leur succès à obtenir des faveurs politiques5. Une étude plus large de leurs stratégies sociales et politiques révèle l’importance des Antilles durant la période précédent 1756 et souligne leur prééminence lorsque les colonies d’Amérique du Nord comme celles de la Caraïbe rivalisèrent pour obtenir le soutien du Parlement et de la Trésorerie6. À son tour, l’impact social et culturel plus large des Caraïbes peut éclairer le rythme et le caractère des développements au sein de la Grande-Bretagne, car les planteurs absentéistes méritent l’attention rigoureuse prêtée aux nababs des Indes orientales de la fin du XVIIe siècle. Comme Michael Craton l’a montré il y a quelques temps, « une étude générale des absentéistes antillais comme classe demeure une grande histoire sociale qu’il reste à écrire7 ». La vie d’un seul homme, même celle d’une telle figure, riche et influente, comme celle de Beckford, ne peut révéler toutes les expériences de la politique impériale du dix-huitième siècle, mais ses succès et ses échecs peuvent éclairer la nature de l’échange transatlantique à une étape cruciale pour le centre comme pour la périphérie. En particulier, ses activités en Grande-Bretagne soulignent en outre les rôles importants joués par les absentéistes en intégrant la métropole et les périphéries, à une échelle à la fois personnelle et culturelle, et peuvent aider à expliquer pourquoi les Antilles sont restées fidèles pendant les grandes crises impériales postérieures à 17638.

4En ayant ces priorités à l’esprit, cet article examinera sa carrière jusqu’à sa victoire aux élections de Londres de 1754. L’attention se focalisera sur ses stratégies politiques avant son amitié avec Pitt et avant qu’il ne devienne le favori de la populace londonienne. À cette fin, l’article se divisera en quatre grandes parties : sa formation et ses perspectives avant son arrivée en Grande-Bretagne ; ses stratégies politiques pour obtenir des contacts en Grande-Bretagne ; l’analyse de son message impérial au Parlement ; et finalement, les élections de Londres en 1754 elles-mêmes. Une conclusion réfléchira à l’importance de ces premières années pour l’orientation de la fin de sa carrière et fera le bilan des causes de son succès en tant que politique colonial en métropole.

Formation et perspectives

  • 9 Pour un résumé utile de la richesse et des plantations détenues par Beckford, voir Sheridan R., «  (...)

5L’origine jamaïcaine de Beckford fut de toute évidence cruciale dans la détermination de son caractère et de ses opportunités, notamment à travers la fortune de sa famille, qui le plaça au sommet de la société insulaire. Cependant, de même que d’autres planteurs dominants, il mena le début de sa vie à la fois à la Jamaïque et en métropole, ce qui l’exposa à de nombreuses influences métropolitaines. Comme Trevor Burnard l’a démontré, de telles origines privilégiées l’ont rendu « authentiquement transatlantique » dans ses perspectives et son action ; et ses expériences l’ont promu comme dirigeant naturel de la Jamaïque du début du dix-huitième siècle, où des problèmes incessants causèrent de grandes protestations afin d’obtenir une aide de la métropole. De fait, la décision du père de Beckford de l’envoyer, lui et ses frères, à Westminster et à Oxford, peut être interprétée soit comme un pas vers un plus grand embourgeoisement, soit comme un contrat d’assurance coûteux au cas où la colonie ferait faillite9.

  • 10 Son frère a sûrement souffert d’une psychose maniaco-dépressive, ou du moins, c’est la version don (...)
  • 11 NA, C11/1552/12, témoignage de Thomas Beckford, 22 juin 1739 ; Journals of the Assembly of Jamaica(...)

6L’éducation de Beckford laisse à penser qu’il n’était pas l’héritier favori des affaires familiales. À Westminster, il impressionnait par ses qualités intellectuelles, mais il s’y fit aussi des relations qui influencèrent probablement sa décision de rester en Europe. Son intérêt pour la médecine, qui le vit passer de longues périodes à Leiden et à Paris, était pour lui la passion de toute une vie et, bien qu’il ne fût jamais praticien, il fut de toute évidence attiré par la recherche. Le temps qu’il passa à l’Hôtel des Invalides ne le guérit pas de sa peur de colon de l’expansionnisme français, mais ses intérêts professionnels ont peut-être bien détourné son énergie d’une vie en politique impériale. Ce qui a fait basculer son destin fut manifestement la double perte de son père et de son frère aîné en 1735-1737. Les preuves sont nombreuses pour suggérer que l’attitude instable de son frère Peter était inquiétante bien avant la mort de son père, et il avait sûrement dû anticiper (ou avait planifié activement) sa succession à la grande propriété alors qu’il était encore à l’université. Ce qui est certain, c’est qu’il revendiqua rapidement le contrôle du domaine lorsque son père mourut10. À la fin de l’année 1736, il retourna à la Jamaïque pour diriger les plantations de sucre, laissant la fin des opérations de Londres aux soins de plusieurs de ses relations. À cette période, il semblait concerné par l’implantation des intérêts de sa famille sur l’île, n’ayant appris que très peu de choses sur la société insulaire depuis son neuvième anniversaire. Son admission à l’assemblée en février 1738 lui procura toute l’expérience en politique insulaire dont il avait besoin, mais en l’espace de quelques mois, ses affaires personnelles lui demandèrent une absence de douze mois, probablement liée au départ de sa mère pour Londres afin de garantir ses propres droits après la mort de Peter Beckford en août 1737. Son avenir personnel et politique étant en jeu, il revint en Angleterre et en février 1739, il affrontait sa mère au tribunal de Chancery11.

  • 12 Bodl. Microfilms, Shelburne mss 102, f. 12, fragments autobiographiques ; Lords Journals, XXV. 305 (...)

7Cette année-là fut capitale pour Beckford et pour les intérêts politiques des Antilles, puisqu’elle vit culminer l’agitation qui conduisit au début de la guerre contre l’Espagne. Bien que n’ayant encore qu’une vingtaine d’années, Beckford joua son rôle, en assistant à une séance à la Chambre des Lords le 27 février, au cours de laquelle des détails macabres des dépravations espagnoles furent racontées devant une audience métropolitaine. Beckford témoigna au nom des marchands, en accentuant « les grandes difficultés que les Espagnols leur avaient infligées ». Il revendiqua aussi, plus tard, être « un instrument très actif à l’intérieur et à l’extérieur des frontières », et qu’il était « soucieux d’amener le célèbre Jenkins à la barre de la Chambre des Communes ». Sur un ton moins belliqueux mais tout aussi efficace, il fit aussi une apparition à Westminster en juin pour fournir des informations sur la production du sucre à la Jamaïque comme faisant partie intégrante de la campagne pour permettre l’exportation directe du sucre à l’étranger. À cette occasion, il donna des comparaisons de mauvais augure dans un très bon français et vit ses souhaits traduits dans la législation à la fin de la session parlementaire12.

  • 13 Add. Mss 12431, f° 120.

8Les remous de la guerre l’invitèrent évidemment à un retour rapide vers la Jamaïque et en février 1740, il était de retour à Spanish Town, d’où il écrivit une série de lettres très révélatrices à son ami James Knight. Ces lettres montrent que, lorsqu’il était à Londres, il s’était mélangé à la crème des planteurs absentéistes et avait participé à quelques-uns des débats les plus actifs sur le futur des Antilles et de la Jamaïque en particulier. Il considérait de toute évidence le club des planteurs à Londres comme essentiel aux perspectives de l’île, soutenant que « beaucoup de conseils pourraient être donnés, ce qui pourrait s’avérer être un grand avantage pour les colonies ». À la Jamaïque proprement dite, il fit preuve de qualités intrépides qui allaient marquer (et gâter) sa vie d’adulte en politique des deux côtés de l’Atlantique. Il avait déjà des positions claires sur la plupart des questions cruciales en ce qui concerne les colons, notamment en termes de colonisation, d’esclavage et de la relation de l’île avec la mère patrie. Ses expériences européennes sont clairement mentionnées dans ces lettres, mais les réponses passionnées aux problèmes auxquels les Jamaïcains devaient faire face, laissent le lecteur certain de ses racines créoles. De plus, son engagement à l’assemblée entre mars 1740 et mai 1744 fut remarquable, et il devint une figure dominante, représentant l’assemblée devant le gouverneur et le conseil, et supervisant une législation importante ainsi que des commissions13.

9Aussi, lors de l’expédition avortée à Panama en 1742, il navigua également avec l’Amiral Vernon, apparemment comme « point d’honneur » envers le gouverneur. L’échec des capitaines britanniques valut au jeune représentant du mépris et nourrit une grande aversion envers lui de la part des affectations aristocratiques. À ses yeux, seul le gouverneur Trelawny avait agit « avec zèle pour devenir un Anglais ». Sur le plan personnel, les nouvelles étaient meilleures et les terres colonisées assurèrent William de profiter de la part du lion de l’immense fortune des Beckford. Cette sécurité financière a dû confirmer sa décision de retourner en Angleterre, car, comme il le dit plus tard à la Chambre des Communes :

« Le climat de nos colonies de sucre est tellement inconfortable pour une constitution anglaise qu’aucun homme ne choisira d’y vivre, et encore moins, de s’y établir sans l’espoir d’au moins subvenir aux besoins de sa famille dans de meilleures conditions, ou d’économiser plus d’argent qu’il ne le peut grâce à n’importe quel commerce auquel il peut s’attendre en Angleterre ou dans nos plantations, sur le continent américain. »

  • 14 Bodl. Ms Clarendon deposit c. 376, bdle. 3, Jannet Hynes, to Henry Barham, 7th April 1742 ; Add. M (...)

10Il avait suggéré un retour en Angleterre dès le printemps de 1743, mais ce ne fut pas avant décembre 1744 qu’il fut déclaré comme ayant quitté l’île, lorsqu’il fut exclu par l’assemblée pour s’être absenté sans autorisation. Personne ne pouvait douter qu’il avait le poids financier pour avoir un impact en Grande-Bretagne, mais il restait à voir comment il gagnerait de l’avancement en politique ou une acceptation sociale dans la mère patrie14.

Trouver ses repères : le succès en métropole (1745-1754)

  • 15 Une enquête des membres de la Chambre des Communes durant la période 1715-1754 ne comptait que 27 (...)

11La vitesse rapide de l’ascension politique de Beckford en Grande-Bretagne a impressionné ses contemporains comme les historiens. Alors qu’il avait une connaissance limitée de la politique britannique, il gagna en 1747 un siège parlementaire (qu’il conserva jusqu’à la fin de sa vie), une robe d’échevin en 1742 et le succès considérable de devenir un membre de la Ville de Londres en 175415. Cette ascension refléta en partie l’impact plus large des intérêts des Antilles à cette époque, mais Beckford fut à la fois plus ingénieux et plus efficace que ses compagnons absentéistes. Comme d’autres planteurs, il chercha à progresser en politique par des relations aristocratiques et par la corruption électorale mais aussi, et de manière plus significative, il épousa la politique populaire de Londres, un intérêt de plus en plus puissant à l’époque supposée de l’oligarchie des Whigs. Bien que ces influences motrices soient clairement importantes, elles n’expliquent pas de façon adéquate son rapide progrès et une analyse plus poussée peut éclairer l’importance d’agents majeurs et complémentaires entre les colonies et la métropole. Je soulignerai en particulier les efforts sous-estimés de Beckford à Londres avant 1752 et la portée de ses relations avec les intérêts écossais.

  • 16 Elle fait vaguement référence à un oncle échevin à Aldgate et suggère que « plus que tout » le suc (...)

12La réussite de Beckford à Londres fut indubitablement facilitée par sa capacité à faire en sorte que la populace londonienne s’identifie à lui, et il fut mis à juste titre dans la même catégorie que Sir John Barnard, le patriote autoproclamé de la Cité et critique de la cour, dont l’étoile politique brillait encore quand Beckford revint à Londres. Aux yeux de Mary Peters, Beckford finit par usurper le rôle de Barnard comme gardien contre la corruption gouvernementale et la tyrannie, en utilisant la sphère publique pour compenser le manque de références à Londres dans son curriculum vitae16. Cependant, cette image ne rend pas suffisamment compte de l’importance des relations de Beckford avec les dynasties londoniennes, ou ne reconnaît pas suffisamment sa compréhension du fait qu’il ne pouvait pas simplement éblouir la Cité avec des cadeaux et des promesses afin de soutenir son commerce impérial. En effet, pour comprendre son ascension à Londres, nous devons remonter dans l’histoire jusqu’aux années 1670 et comprendre comment les relations familiales de son grand-père dans la capitale avaient facilité la fortune coloniale de la famille. En outre, leur réussite depuis cette époque s’était maintenue par un intérêt continu de Beckford pour Londres.

  • 17 Calendar of State Papers, Colonial, 1669-1674, p. 631.

13Personne ne pouvait douter de l’importance du rôle que pouvaient jouer les institutions de la ville dans la croissance de la famille. Les Beckford s’étaient d’abord élevés à un certain rang dans la ville avec les frères échevins Sir Thomas et Richard, sous le règne de Charles II qui fournit le capital et les relations nécessaires à leurs parents aux Caraïbes. Leur adhésion à la « Clothworkers’Company » est, en fait, un excellent exemple, car c’est là qu’ils se lièrent avec le sous-secrétaire d’État (et confectionneur de vêtements, à titre honorifique), Sir Joseph Williamson, et qu’ils lui offrirent à dîner pour s’assurer une sympathie officielle, sinon une protection manifeste pour leurs intérêts en Jamaïque. En retour, Williamson écrit au gouverneur sortant, Lord Vaughan, en décembre 1674, lui pressant de lui accorder son soutien pour le secrétaire de l’île, Peter Beckford, « qui est en relation avec de très bons amis de Williamson en ville ». De fait, Williamson chercha à ouvrir « un petit commerce » avec le secrétaire Peter, selon la suggestion de « son bon ami », l’échevin Beckford. C’est à juste titre que la Compagnie détient toujours une paire de bonbonnes données peu après par Richard Beckford, comme pour symboliser l’importance que les frères avaient donnée à la convivialité de la culture de la Cité17.

  • 18 National Archives, C11/1552/12, témoignage de Thomas Beckford, 22 Juin 1739. Thomas Beckford jouai (...)
  • 19 Guildhall Lib. Mss 1240/1, f. 92v-St. Mary at Hill fut la première église à faire honneur à Beckfo (...)
  • 20 Beinecke Library, GEN MSS 102, box 4, obligation de William à Thomas Beckford, 10 oct. 1739 ; Coll (...)

14Après la mort de Sir Thomas en 1685, aucun membre de ma famille ne prit de haut poste municipal, mais une présence continue à Londres fut maintenue jusqu’à l’arrivée de Beckford en 1745. Le fils de Sir Thomas, William, conserva des liens importants avec le gouvernement en tant qu’entrepreneur naval et garda l’adresse des affaires de son père à Mincing Lane, une des adresses les plus désirées dans la ville mercantiliste, et populaire auprès des marchands des Caraïbes. William mourut en 1731, mais son neveu Thomas avait aussi pris une adresse à Mincing Lane en 1730 et dirigeait la partie londonienne de l’affaire jamaïcaine de la famille. Thomas Beckford précisa plus tard que William et ses frères étaient régulièrement invités à Mincing Lane quand ils étaient à l’école puis à l’université. Ils avaient « libre accès, à toute heure, et ils y venaient fréquemment et y résidaient pendant plusieurs jours et semaines ensemble18 ». L’église paroissiale du quartier était St Mary-at-Hill, où le nom de Beckford ornait la sacristie, son ancêtre Sir Thomas ayant supervisé les étapes finales de la reconstruction de l’église après le Grand Incendie de Londres19. C’est pourquoi William fut exposé, dès son plus jeune âge, à la culture citadine et à l’importance de sa famille dans la ville. Une appréciation personnelle de son importance apparut avec l’un des premiers documents à porter le sceau de William, une obligation datant d’octobre 1739 et qui portait les armoiries de Beckford accordées en 1686 au William Beckford de Mincing Lane, mentionné plus haut. Selon les termes de la concession, seulement les descendants directs de la branche londonienne pouvaient porter ces armoiries, mais en accord avec son grand-père, le célèbre colonel de la Jamaïque, le jeune William tint absolument à revendiquer un lien qui lui donnerait, de manière simultanée, un statut à la fois dans la Cité et dans une noble sphère plus large20.

  • 21 The Gentleman’s Magazine, 1746, p. 106 ; 1752, p. 286. Curieusement, il n’a pas suivi ses ancêtres (...)

15L’importance personnelle de cette formation à Londres apparaît très clairement dans la forme de sa progression après son retour en Angleterre. Ainsi, bien que dans la plupart des cas il enregistrait son adresse comme étant celle de St George’s Hanover Square, dans le quartier ouest à la mode, son premier rendez-vous important à son retour se fit bien en tant que figure de la ville, en tant que l’un des seize représentants marchands choisis pour faire des remontrances au ministre en ce qui concernait les pertes occasionnées par les Français et les autres corsaires pendant la Guerre de Succession d’Autriche. Son empressement à jouer ce rôle suggéra que dès le début de sa carrière politique en Grande-Bretagne, il tint à mettre l’accent sur ses racines londoniennes, surtout dans la mesure où elles lui permettraient de revendiquer une personnalité à la fois de planteur et de marchand et, dès lors, il espèrerait embrasser les factions dirigeantes des intérêts des Antilles dans la capitale. Un souvenir plus direct de son héritage familial apparut lorsqu’il décida finalement d’entamer une carrière municipale, car il choisit de représenter Billingsgate, la circonscription où se trouvait Mincing Lane. De fait, la presse le désigna comme « éminent marchand de Mincing Lane » lorsqu’il gagna les élections locales, en dépit du fait qu’il résidait plus à l’ouest21.

  • 22 Dans les années 1760, Beckford employait deux marchands de Bristol pour être ses agents.
  • 23 L’indicateur utile de l’étalement géographique des intérêts des Caraïbes en Grande-Bretagne appara (...)

16Ses actions illustrent donc les racines profondes du succès antérieur de sa famille et du besoin d’être ouvert à des stratégies à la fois traditionnelles et nouvelles pour progresser dans la métropole. Pour compléter son progrès à Londres, il acheta des terres à Fonthill dans le Wiltshire peu après son arrivée en Angleterre. De même que les grands planteurs des colonies se sont auto-formés, Beckford voulut se faire bien voir auprès de l’élite terrienne anglaise, et sa propriété de Wiltshire fut un premier pas vers une acceptation sociale et politique plus large. Cependant, il ne faut pas ignorer l’utilité de cette propriété pour la préservation de ses intérêts coloniaux, puisque Londres n’était qu’à une nuit de route, et elle lui donnait même un accès plus facile à Bristol et aux ports de la côte sud comme Southampton, qui conservait d’importants liens commerciaux avec les Antilles22. Dès lors, bien que l’achat d’une propriété ait imité l’aristocratie, le choix de Wiltshire soulignait sa lecture intelligente des réseaux commerciaux régionaux, qui avaient un impact grandissant sur la représentation parlementaire dans la première partie du XVIIIe siècle (en termes d’économie à la fois impériale et nationale). L’importance stratégique de cet endroit par rapport aux intérêts des Antilles allait devenir plus évidente au cours de sa vie, car un certain nombre de propriétés de planteurs ont été trouvées dans ce comté et la région méridionale environnante. Beckford devrait être considéré comme un pionnier à cet égard, impatient de transformer des signes prometteurs de soutien populaire pour les colonies en un intérêt politique permanent23.

  • 24 Colley L., Britons Forging the Nation, Yale University Press, New Haven, 1992 ; Devine T., Scotlan (...)
  • 25 Add, 12431, f. 116. Pour une estimation de l’impact écossais à la Jamaïque, voir Karras A. J., Soj (...)

17Il utilisait aussi des réseaux d’influence plus innovants pour protéger ses intérêts à Westminster, et ses relations écossaises furent particulièrement importantes pour son ascension. L’importance incroyable des Écossais dans le développement de l’Empire du XVIIIe siècle est devenue un thème classique de l’historiographie récente, bien que ce ne soit que relativement récemment que l’attention se concentre sur l’opération métropolitaine des intérêts celtes. Le début de la carrière de Beckford souligne à quel point de telles relations furent importantes pour le développement des intérêts impériaux en Grande-Bretagne24. Avant même son retour en Grande-Bretagne, il avait fait connaître son admiration pour l’aptitude des Écossais en tant d’impérialistes aventureux et travailleurs. Il considérait « les Britanniques du Nord » comme des « hommes de forte, vigoureuse et bonne constitution et (si je suis bien renseigné) la luxure a peu de place dans leur éducation ». Quand il était à l’école, il s’était mélangé avec quelques-uns des Écossais les plus compétents de sa génération, dont Lord Mansfield et, étant donné le rapide impact des Écossais sur les affaires impériales depuis l’Union de 1707, il fut tout à fait naturel pour Beckford d’intégrer des cercles celtiques lorsqu’il s’efforçait d’instaurer des intérêts politiques dans les années 174025.

  • 26 Penson, p. 379-381 ; Report from the Committee to Whom the petition of the merchants and others of (...)
  • 27 Campbell A., State of the Process of Proving the Tenor, Archibald Campbell of Budgate… against Sir (...)

18L’importance plus globale de ces relations pour Beckford est soulignée par l’une de ses premières déclarations en public à son retour en Grande-Bretagne, lorsqu’il annonça lors d’une commission parlementaire, en mars 1745, le succès probable des manufactures britanniques de lin dans les colonies. Comme Lillian Penson l’a remarqué il y a plusieurs années, l’un des premiers grands triomphes des intérêts antillais – la défaite de la taxe sur le sucre de Pelham en 1744 – fut facilité par l’enrôlement des membres écossais et irlandais en retour de la défense de leurs intérêts dans le lin26. Beckford tenait clairement à exploiter cette alliance et à aller plus loin, car un témoin majeur de l’enquête était Sir William Dalrymple, un baronet écossais, pour qui Beckford jouait le rôle d’agent pour amasser des capitaux à Londres. Il y avait d’autres témoins comme John Yeamans et Samuel Martin, dont les intérêts considérables dans les îles de Leeward les recommandèrent comme intermédiaires pour Dalrymple. Ensemble, ils réunirent 3 700 livres sterling pour lui, et les signataires du prêts formèrent une impressionnante liste d’appel de planteurs des Caraïbes de cette époque : Drax, Colleton, Pennant, Foster, Barham, Knight et March. Pas moins de cinq de ces familles étaient enregistrées comme voisines à St George’s Hanover Square, et ce prêt donne une bonne idée de la force croissante des intérêts des planteurs à cette période. Les Écossais étaient aussi très nombreux à la paroisse à ce moment-là et une telle proximité n’était pas une simple coïncidence d’intérêts. Ainsi, en 1746, Beckford, était devenu l’un des cinq directeurs de la toute nouvelle Compagnie du Lin Britannique, dont les signataires londoniens comptaient Yeamans et Martin. Pour mener à bien ce projet, Beckford faisait ainsi appel à des amis plus âgés et même plus puissants, à travers un ancien camarade de classe (et écossais) Thomas Hay, vicomte Dupplin, membre du ministère du Commerce depuis cette année-là et jusqu’en 175427.

  • 28 Notez l’outrage auquel a fait face le jamaïcain Henry Dawkins lorsqu’il tenta de prendre un siège (...)
  • 29 NA, PRO 30/24/28, ff. 354, 357-358, 362-363 ; Sedgwick, House of Commons 1715-1754, i, p. 236-237 (...)

19Ainsi, au cours de ses deux ou trois premières années après son retour en Angleterre, il avait instauré des réseaux d’intérêts fiables, et il était prévisible qu’il aspirerait à un siège parlementaire aux premières élections législatives qui auraient lieu après son retour, celles de 1747. Son premier essai, à cause d’un intermédiaire insensible de la ville parlementaire de Cornish de Penryn, se termina en un désastre et l’avertit des difficultés à gérer ne serait-ce que de petites villes. Ces électorats intéressés ont dû apparaître comme les voies les plus sûres menant aux faveurs politiques sous l’oligarchie des Whigs mais elles n’étaient pas sans risques pour les parvenus28. Il se concentra donc sur Shaftesbury, un petit village beaucoup plus près de sa propriété de Fonthill et il gagna un siège lors d’une élection partielle, grâce à des relations et à la corruption. Même avec l’engagement du soutien aristocratique à travers Lord Shaftesbury, il rencontrait toujours une importante opposition à sa candidature, et ses espoirs originels de gagner le siège sans dépense s’effondrèrent face à un manque de confiance en ce candidat clairement étranger à la circonscription. La nature de l’opposition est toujours aussi peu claire, bien que cela ne doive pas être vu automatiquement comme une peur de l’étranger colonial en soi. L’appui majeur de Beckford pour les intérêts du lin, par exemple, a dû sûrement aliéner l’industrie textile locale, qui avait fait rigoureusement campagne contre des initiatives parlementaires récentes pour favoriser les industriels du lin. Beckford a dû aussi être désavantagé une fois encore par l’inexpérience de certains de ses agents électoraux (dont Yeamans), car un compte-rendu souligne la médisance émanant de « l’indiscrétion de certains des amis de M. Beckford ». La proposition de Lord Shaftesbury d’instituer un club qui se rencontrerait une fois par mois en ville, où Beckford et son frère Julines adhèreraient, avait dû avoir pour but d’apaiser les différents locaux causés par tant d’insensibilité. En fait, les premières attaques évidentes sur les origines coloniales de Beckford n’apparaissent pas avant le début des années 1750, ce qui, encore une fois, souligne sa préférence pour l’intégration, plutôt que la confrontation aux intérêts politiques britanniques. Son argent et ses amis étaient ses meilleurs atouts pour gagner le siège, mais pour le dernier des patriotes ayant des principes, cette méthode était clairement hypocrite (sinon foncièrement de mauvais goût) et a dû sûrement le convaincre du besoin de conserver plusieurs voies d’intérêts concurrentes29.

  • 30 Voir en particulier, Sedgwick, House of Commons 1715-1754, i. 651-652. La proéminence de Beckford (...)
  • 31 An Enquiry into the Causes of the Present High Price of Muscovada Sugars, London, 1753, esp. p. 21 (...)

20Une fois au Parlement, il fut associé aux figures hostiles à la cour, un processus émergeant de ses convictions politiques de base et de ses relations sociales à Wiltshire (Dorset), surtout de ses liens avec Lord Shaftesbury et George Bubb Doddington. Beaucoup de contemporains et d’historiens l’ont identifié, comme il se doit, comme un Tory ou comme un Whig indépendant et, alors que cette dernière supposition semble plus appropriée, il fut aisé pour ses opposants de l’associer à tous les ennemis des intérêts des Whigs Pelhamites. Beckford se rendit bien compte qu’il avançait dans des eaux politiques dangereuses, mais il gagna indubitablement un capital politique grâce à de telles associations, et en commun avec d’autres politiques coloniaux pleins de ressources, il était préparé pour jouer sur le terrain politique de la métropole pour son avantage personnel et celui du groupe30. Il est certain que ses rivaux ne pensaient pas qu’il avait miné ses intérêts politiques coloniaux en soutenant l’opposition aux Pelhams, et il fut en effet défini à plusieurs reprises comme une figure clé dans les débats coloniaux. Un tract de 1753 prévoyant l’augmentation de la production de sucre rappelait, en effet, le témoignage d’un « digne planteur de la Jamaïque » à la barre de la Chambre des Communes en 1739, lorsque Beckford s’était vanté que la Jamaïque à elle seule pouvait satisfaire tous les besoins de la Grande-Bretagne si elle était cultivée jusque dans ses moindres recoins. De manière plus combative, durant cette même année, un ami des épiciers et des raffineurs de sucre de Londres attaqua l’intérêt personnel des planteurs pour la sous-production et pensa que leurs bénéfices extravagants encourageaient « encore plus certains d’entre eux à quitter leurs plantations pour les plaisirs de la capitale », distinguant la Jamaïque comme particulièrement vulnérable à cet égard31.

  • 32 BL, Add. Mss 15154, ff. 146, 168v ; 15155, ff. 53v-54. Pour l’impact de ces sociétés, voir Harris, (...)

21Bien que Beckford ait gagné grâce à des relations chez ses opposants, il fit attention à développer ses intérêts des deux côtés de la métropole. Sa décision de se baser à Soho Square en 1751 souligna cette stratégie politique plus large, car même si c’était un endroit moins à la mode que certaines adresses plus à l’ouest, cela lui permettait d’aller des deux côtés de la ville. Ses ambitions à Londres menèrent à son admission officielle dans la communauté municipale lors d’un été mouvementé par de nombreuses inaugurations en 1752, admission qui avait été à juste titre interprétée comme une tentative délibérée de modeler son profil avec des éléments d’opposition dans Londres. Ses tentatives d’approfondir ses intérêts à Londres en soutenant des sociétés patriotiques comme la Société pour l’Industrie de la Pêche Britannique Libre furent moins appréciées car elles étaient à l’image de ses relations écossaises ainsi que de ses nouveaux alliés tels que Shaftesbury et Doddington. La société se rassembla pour la première fois en janvier 1749, menée par un mélange d’intérêts mercantilistes et écossais de Londres, et Beckford s’assura une place à son conseil en septembre 1752, prêtant serment aux côtés d’un des agents clés, Thomas Collet, capitaine de navire et marchand expérimenté des Caraïbes. Durant les mois suivants, une foule des autres contacts de Beckford les rejoint, dont Sir John Phillips en février 1753, George Doddington en août et Lord Shaftesbury lui-même lors du dernier mois de l’année. Beckford entama aussi une campagne de relations publiques à Londres, agissant comme l’organisateur d’associations philanthropiques telles que l’Hôpital des Couches (à la Maison de Shaftesbury) et les Fils du Clergé. La popularité récente à Londres de ces sociétés patriotiques fut une stimulation évidente à sa participation et il avait clairement l’intention d’imiter la popularité et le haut portrait de la City obtenu par des Londoniens comme Slingsby Bethel et Stephen Janssen (tous les deux membres de l’Industrie de la Pêche), aussi bien que des gentilshommes comme Sir John Phillips et George Cooke32.

22Ainsi, lorsque Beckford tenta vraiment de devenir député à Londres en 1754, il n’était pas une force connue et il ne s’appuya pas seulement sur les intérêts du sucre ou les bénéfices de l’esclavage comme il l’avait fait à ses débuts. Son ascension montre à quel point la richesse impériale devait toujours/encore agir comme médiateur au sein des canaux traditionnels d’influence et que même la super-fortune des Caraïbes devait avancer patiemment pour construire des intérêts qui aient une importance ou une permanence. De même, les relations de Beckford soulignent comment la politique changeante de la Grande-Bretagne fournissait des ouvertures de plus en plus nombreuses aux opportunistes impériaux, et qu’il avait bien choisi le moment de son retour. Ces affirmations prudentes de l’impact des colonies seront plus claires lors d’une analyse se concentrant sur la façon dont Beckford représenta l’Empire dans ses discours au Parlement de 1747-1754.

Trouver sa voix : vendre l’Empire ?

  • 33 Pour un bref bilan de ses interventions parlementaires, voir Sedgwick, House of Commons 1715-1754, (...)
  • 34 Add. Mss 12431, f. 125. La plupart des députés antillais contribuèrent peu au débat à la Chambre d (...)
  • 35 Pour une insistance sur le caractère controversé de l’idéologie de l’empire britannique dans les a (...)

23Étonnamment, il y a eu peu d’études sur la contribution de Beckford au débat public sur l’Empire, probablement en raison de sa réputation de médiocre orateur à cette époque. Cependant, il fit probablement plus de discours au Parlement impérial que n’importe quel autre politique créole du dix-huitième siècle et, sans aucun doute, avec sa connivence, plusieurs de ses premières allocutions furent rapportées in extenso33. Sa position politique de base, à l’époque, était celle de l’anti-courtisan, et il était assez prévisible en ce qui concernait ses visions partisanes. Néanmoins, les arguments, et surtout les identités, empruntés par Beckford sont d’un bien plus grand intérêt, puisqu’il s’était battu pour s’adapter à cette arène politique métropolitaine34. Ses tactiques suggèrent qu’il ne pouvait pas uniquement s’appuyer sur ses relations ou sur la présumée « ascension de l’Empire » pour atteindre ses buts, mais qu’il devait travailler dur pour profiter au maximum de l’intérêt métropolitain protégé par des politiciens des Caraïbes jusque-là. Comme il l’avait confié à James Knight avant son retour en Grande-Bretagne, la Jamaïque avait « été grossièrement abusée et mal représentée par un tas d’écrivains de bas étage, qui ne connaissent rien ni de notre situation ni de notre constitution ». Il reconnut alors les difficultés auxquelles étaient affrontés les politiques impériaux et adapta ses stratégies rhétoriques par rapport à cela35.

24Les sessions du Parlement de 1747, qui virent la Grande-Bretagne subir la difficile transition de la guerre à la paix, donnèrent d’amples opportunités pour discuter des affaires impériales. Beckford s’engagea presque aussitôt et quand il parlait d’affaires impériales de manière plus directe (politique étrangère, guerre, taxes, etc.), il convainquait ses collègues députés de l’importance des Caraïbes pour l’avenir de la Grande-Bretagne et de son empire. Cependant, il est important de voir qu’il appréciait le besoin de dresser une image intégrative/intégrante de l’Empire, et de ne pas sermonner son audience métropolitaine trop durement. Il présentait toujours les colonies comme parties inséparables de la mère patrie, et accentuait continuellement les liens culturels et matériels communs entre elles. De plus, il ne cachait absolument rien en ce qui concernait ses relations impériales, reconnaissant que s’identifier à un intérêt personnel n’aurait pas inquiété un Parlement qui était devenu de plus en plus familier des relations avec des rassemblements économiques rivaux depuis l’époque de la Révolution Glorieuse.

  • 36 Cobbett, Parliamentary History, xiv, op. cit., p. 188-202.

25Son premier discours publié, celui du 8 février 1748 sur la proposition d’un impôt de 5 % sur tous les biens et marchandises, peut être lu, à un certain niveau, comme une défense très prévisible des intérêts du sucre. Il commença son discours de manière quelque peu combative, en faisant allusion à l’ignorance des députés de la Chambre des Communes sur le commerce et en observant qu’il « n’y a pas beaucoup de gentilshommes dans cette Chambre qui soient bien au courant des faits relevant du commerce du sucre ». Cependant, il continua à aligner les intérêts des planteurs sur l’élite nationale en comparant la situation à la façon dont une augmentation des taxes frapperait les producteurs de blé. Beckford peint un tableau obscur montrant à quel point de petits fermiers seraient incapables de répercuter les coûts sur les consommateurs à court terme, ce qui les forcerait à abandonner leur récolte, voire leur métier, et de ce fait, assurant qu’« une moitié des terres arables de l’Angleterre ont été désertées ou converties à un autre usage ». Il montra même une certaine conscience de la possible insensibilité du lobby du sucre, faisant remarquer que l’importance du commerce du sucre « a tellement été rappelée en plusieurs occasions précédemment, et est tellement connue, que je n’ai pas à vous ennuyer sur ce sujet ». Ceci montra une certaine appréhension de possibles troubles au sein de son groupe parlementaire, mais lui permit aussi de donner raison à une hypothèse non argumentée en faveur de ses intérêts. Sa véhémente ligne de conduite anti-française était également sûre de gagner une audience britannique, bien que l’urgence et la franchise de ses attaques laissent apparaître une peur et une impatience propres aux Créoles. Son argumentation pour une stratégie de « l’eau bleue » prévoyait des conséquences particulièrement effroyables pour les Français, car avec la maîtrise navale « nous pourrions conquérir ce qui appartient à nos ennemis, ils ne peuvent rien conquérir qui soit à nous, et notre commerce augmentera grâce à une extinction totale du leur ». Au lieu de la taxe proposée, il préconisa une taxe sur les pensionnaires de la cour, montrant ainsi ses références dans l’opposition, mais il avait clairement servi ses intérêts coloniaux par une série de figures rhétoriques36.

  • 37 Ibid., p. 1098-1108, 1156-1161.

26Des sentiments et tactiques similaires apparaissent dans son discours du 22 janvier 1752 qui portait sur une subvention proposée à l’Électeur de la Saxe. Il commença avec un jugement provocateur d’un intérêt comme avertissement à tous ceux qui promouvraient des rivaux étrangers : « Je suis ici en tant que gentilhomme anglais. » Il fit aussi une autre déclaration audacieuse pour soutenir la lutte pour l’eau bleue, au cours de laquelle il affirma que c’était uniquement la vulnérabilité des colonies françaises vis-à-vis de la puissance navale britannique lors de la dernière guerre qui donna au pays toute influence sur son rival gaélique. Deux mois auparavant, il profita d’un discours fait à la milice britannique afin de parler fièrement de l’importance de la milice de la Nouvelle Angleterre lors de la récente guerre contre les Français, célébrant leur rôle dans la prise de Cap Breton. S’enthousiasmant pour son thème, il s’embarqua alors dans une fière défense de la capacité des peuples commerçants à acquérir la discipline militaire, montrant du doigt les Hollandais et les Suisses comme étant la preuve de leur résistance contre le despotisme. D’ailleurs, comme dans beaucoup de ses discours, il convainquit l’assistance de sa totale compréhension de l’histoire britannique et européenne et afficha son éducation approfondie en lettres classiques37.

  • 38 Cobbett, Parliamentary History, xiv, op. cit., p. 1212-1221 ; xv, p. 175.

27Ce discours sur la milice souligne également une autre des techniques de présentation favorites de Beckford, car il a toujours saisi des opportunités pour faire avancer les problèmes/questions et les perspectives impériales à la lumière de développements récents en Grande-Bretagne, et il adopta délibérément des discours métropolitains afin d’accentuer la cause commune de la métropole et de la périphérie. Ainsi, il fit preuve d’une prudence naturelle concernant la réceptivité potentielle de l’élite terrienne aux demandes impériales, reconnaissant que les intérêts des Caraïbes devaient être présentés comme un souci commun. Par exemple, afin de combattre un projet de loi qui interdirait l’assurance de navires étrangers le 25 février 1752, il adoptait déjà un autre personnage politique : « Je suis l’un de ces marchands particuliers » qui mettent en cause la Compagnie des Indes Orientales, posant la question rhétorique de savoir si « une nation commerciale et avisée » doit laisser une des aires les plus riches du monde du commerce à « quelques directeurs intéressés et apathiques de Leadenhall Street ». Ceci pourrait être interprété comme l’écho d’une opposition de longue date à l’intervention de compagnies dans l’Atlantique, mais cela devrait aussi être vu comme l’endiguement des attaques nationales récentes contre les monopoles restants, qui avaient renvoyé les politiciens de la City durant les deux ou trois années précédentes. De manière significative, l’intervenant suivant, l’échevin Baker, un des Londoniens de la Chambre ayant les meilleures relations, endossa sa posture et fit l’éloge de Beckford comme député dont « le savoir et l’intégrité sont si connus ». Plus tard lors de la même année, Beckford intervint dans un débat sur l’importation des batistes françaises afin de se donner une image de magistrat soucieux, sans défense contre la vague montante des contrebandiers. Sous cette apparence, il fit écho de craintes plus larges émanant de son parti en ce qui concernait les échecs du Bloody Code, observant que « lorsqu’on inflige, par une loi, un châtiment trop sévère pour un petit crime, on n’arrive jamais à obtenir d’un jury qu’il condamne un coupable ». Un désir mercantiliste sapant les rivaux français pourrait souligner sa position sur ce problème, mais il l’adapta habilement pour englober des questions concernant la métropole38.

28Prises ensemble, ces stratégies montrent comment les orateurs impériaux devaient adapter leurs moyens de séduction devant un public parlementaire difficile. Toutes ses allocutions montrent qu’il devait se conformer à des modèles rhétoriques et aux intérêts de la métropole s’il voulait obtenir gain de cause, même s’il était convaincu que les Caraïbes étaient suffisamment importantes pour retenir la grande attention du Parlement métropolitain. Ces leçons majeures sont aussi illustrées par sa réaction à l’un des défis politiques les plus ambitieux de sa carrière, l’assaut de la capitale en 1754.

Les élections législatives de 1754

  • 39 Beckford prévoyait clairement un assaut multiple lors de l’été 1753, et il était prêt à faire la c (...)

29Beckford s’est avéré être un formidable politicien depuis son retour en Angleterre, et ses deuxièmes élections législatives révélèrent justement à quel point il était ambitieux pour lui-même et les intérêts de sa famille. Maintenant qu’il avait derrière lui une expérience en politique nationale, et un profil politique métropolitain plus assuré en tant que porte-parole de l’anti-courtisanerie, Beckford fit campagne dans pas moins de quatre communes électorales – Londres et la ville de Petersfield dans le Hampshire pour lui-même (avec la réversion de Petersfield pour son frère Francis) ; le second port de la nation, Bristol, pour son frère Richard ; et la ville de Salisbury dans le Wiltshire pour son frère Julines. Il remporta un siège dans les quatre circonscriptions, bien que cédant finalement Petersfield à son allié Sir John Phillips39. Ce fut un grand triomphe personnel, surtout pour son succès à la capitale, puisque les élections de Londres agissaient toujours comme un test révélateur pour n’importe quel politicien, et étaient largement considérées comme une girouette indiquant l’opinion populaire, à cause de son large électorat, de ses fières traditions d’indépendance et de son importance centrale pour l’économie nationale. Comme Beckford évaluait ses chances électorales là-bas, au printemps 1754, il ne pouvait pas ne pas voir que cela attiserait la révision la plus complète de son personnage politique, et que ses revendications (et celles des intérêts qu’il représentait) seraient minutieusement examinées. Il avait travaillé sans relâche pour assurer ses relations durant les années depuis son retour en Grande-Bretagne, mais son apparence lors de la campagne électorale marquerait le progrès réel qu’il avait fait.

  • 40 Stephens F. G. et Hawkins E. (eds), Catalogue of the Prints and Drawings in the British Museum, Lo (...)

30Comme lors de toutes les élections à Londres de cette période, la campagne occupait largement les couvertures des journaux, surtout à partir du moment où les candidats faisaient leurs allocutions, soit une dizaine de semaines avant le scrutin de la Saint-Valentin. Beckford se désigna prudemment et de façon prévisible comme le patriote londonien, déterminé à s’opposer à « toute mesure qui affecterait soit la religion ou les libertés de son royaume en général, soit les droits et les privilèges de la City en particulier » et à s’aligner sur des patriotes au pedigree plus assuré comme Sir John Barnard. L’importance d’avoir un tel soutien est illustré dans le tout premier dessin humoristique le représentant sur la scène politique britannique, aux côtés de Barnard et Slingsby Bethel. Beckford y était décrit disant : « conserver de bonnes connaissances forge l’honnête homme ». Ceci est sans aucun doute une satire du caractère novateur de sa candidature ainsi que de son relatif manque d’assise politique naturelle à Londres. Il allait aussi sur le terrain dans sa circonscription, se présentant comme l’un des organisateurs du dîner commémoratif du London Hospital au Merchant Taylors’Hall. Ce n’était pas non plus une simple coïncidence qu’un bulletin sur sa clémence envers un petit criminel réussisse à atteindre les journaux. De plus, il prit une part importante dans le débat à la Société de la Pêche Britannique Libre (aux côtés de Lord Shaftsbury) à une période où les dessinateurs diffusaient activement ses bénéfices, surtout à travers son Président actuel et le colistier de Beckford, Slingsby Bethel, qui était souvent représenté avec des caques de harengs40.

  • 41 A Short Account of the Interest and Conduct of the Jamaica Planters (Londres, 1754), surtout p. 3, (...)

31Alors que le scrutin arrivait, les premières attaques majeures contre lui apparurent, ses ennemis prenant délibérément son nouveau statut pour cible et comme vulnérabilité devant toute la compagnie. Le 12 avril, une attaque cinglante remit en cause le personnage idéal de ce député londonien, et conclut que des officiers engagés à long terme convenaient mieux et, que grâce à leurs efforts, ils avaient acquis la réputation d’être « de bons citoyens de Londres ». Plus tard dans la même semaine, Beckford était l’organisateur d’un autre dîner de la City (cette fois-ci, au nom du Lying-in Hospital de Londres pour les femmes mariées), mais la pression qu’il subissait augmenta, il recevait des attaques sur ses principes politiques, notamment son engagement de Whig à soutenir la candidature de son frère à Bristol, tandis qu’il agissait comme « un Tory symbolique » à Londres. La seule conclusion que l’on peut tirer de cela est qu’il était une « personne aux principes intéressés » dont les valeurs « semblent être alors commodément en accord avec les intérêts de différents endroits ». De récents ennemis dans les débats coloniaux refirent surface pour remettre en cause son patriotisme, avec un tract le critiquant sévèrement comme « le Grand Planteur Jamaïcain » qui avait travaillé sans relâche, dans son propre intérêt, pour faire échouer la réforme de l’économie insulaire. Ses partisans répliquèrent rapidement et déclarèrent que ses discours en tant que député avaient montré que « ses capacités, son esprit public, son importance comme marchand avisé des forces commerciales de l’Angleterre étaient très renommés ». L’accent mis sur le bénéfice de l’Angleterre fut ici clairement délibéré, car alors que le scrutin commençait, ses rivaux renouvelèrent leurs efforts pour faire de lui le portrait d’un étranger intéressé, allant jusqu’à publier son registre de présence à la cour des échevins depuis son élection (un chiffre décevant de 24 %, pour 54 sessions). Il fut aussi attaqué pour sa démagogie dans d’autres circonscriptions41.

  • 42 Sa première référence en tant qu’Echevin Sugarcane, le propriétaire d’esclave despotique et mercen (...)

32Cependant, Beckford en avait suffisamment fait et il arriva en quatrième position. Il s’assura un siège devant deux autres échevins de longue date. Il remercia ses partisans pour lui avoir fait « le plus grand honneur » et, tandis qu’il admettait qu’ils ne le connaissaient que depuis « peu de temps », il condamna farouchement « les préjudices qui m’avaient été injurieusement infligés ». Le 31 mai, il se rendit en défilant avec ses trois collègues représentants de la City à la Chambre des Communes et prit l’une des places les plus privilégiées sur la droite du président de la Chambre, sans aucun doute satisfait du fait qu’il était d’aplomb sur une plate-forme riche de possibilités pour la progression de ses intérêts personnels et impériaux. Ainsi, ses partisans ne cherchèrent pas à mettre en avant son caractère colonial pour dynamiser sa campagne dans les écrits ou dessins imprimés, ce qui fait penser que ni eux ni Beckford ne pensaient que c’était un atout pour gagner les élections. À la place, ils se concentrèrent sur des questions « locales » clés, telles que l’affaire de la naturalisation des Juifs et la construction du pont de Blackfriars, car l’attrait électoral de l’Empire était encore incertain. De larges appels à la défense du commerce étaient suffisants pour apaiser l’opinion londonienne sans l’attirer dans des batailles inutiles et gênantes entre des intérêts de groupes rivaux. D’un autre côté, c’est peut-être d’autant plus surprenant qu’aucun de ses rivaux n’ait cherché à exploiter son passé impérial comme preuve de son statut de non-londonien, surtout étant donné les dernières attaques. Ses détracteurs pensèrent probablement qu’il était suffisant de fournir des preuves des caractéristiques d’un « étranger », notamment son manque d’engagement civique et ses intérêts politiques provinciaux, sans développer des critiques spécifiques de l’ingérence coloniale. Tout cela viendrait plus tard, lorsque sa carrière politique aurait atteint l’étape suivante en tant que critique majeur de la politique coloniale et qu’allié de Pitt42.

33En 1800, une série de biographies célèbres s’est battue pour donner du sens à la carrière de William Beckford, observant que :

  • 43 City Biography, op. cit., Londres, 1800, p. 68-69.

« Il y avait, dans toute la vie de cet homme, une singularité qui justifierait d’amples spéculations. Les différents personnages qu’il affectait d ‘ incarner, de réconcilier les uns avec les autres, et parfois qu’il mélangeait en un tout hétéroclite, fourniraient un des sujets les plus curieux pour le biographe43. »

  • 44 London Chronicle, 28-30 septembre 1762 ; Add. 38334, f. 29, discours, 1761 ; Public Advertiser, 20 (...)

34Je serais volontiers d’accord avec ce verdict, car le combat pour réconcilier métropole et périphérie fut le défi déterminant de sa vie, un combat partagé par beaucoup de personnes de sa génération. Tout au long de sa carrière après 1754, il fut appelé de nombreuses fois à définir sa position dans l’Empire, et il est révélateur qu’il fit recours de manière constante aux associations qu’il avait développées lors de son ascension au premier rang politique. Par exemple, il dû faire face aux critiques lors de l’élection du maire de Londres en 1762 en déclarant de manière provocatrice qu’il avait « la plus haute vénération pour le nom de citoyen ; que les membres sa famille étaient citoyens ; [et] que certains d’entre eux avaient assumé les plus hautes fonctions durant le siècle précédent ». Ces relations à la City l’encouragèrent aussi à défendre « le peuple moyen de l’Angleterre… qui porte tout le poids du jour et qui paye toutes les taxes afin de subvenir à toutes les dépenses de la cour et du gouvernement ». N’oubliant pas ses racines de planteur, il élargit sa définition de la classe moyenne pour inclure le gentilhomme campagnard, et dépensa à la fois son temps et son argent à se transformer en propriétaire terrien indépendant anglais. Même le réaménagement extravagant de la propriété de Fonthill fut loué en tant qu’acte praticien, « grâce auquel les pauvres laboureurs des plusieurs paroisses environnantes avaient été régulièrement employés et leur familles joyeusement soutenues ». Ce qu’il y a de plus révélateur, c’est qu’il mettait souvent les triomphes et les vicissitudes de l’Empire à la lumière de la métropole et se contentait de pousser le public national à voir les besoins et les droits des colonies comme inséparables des leurs. Son dernier discours parlementaire à avoir été rapporté incarna cette approche, avec son avertissement que le recours à la force en Amérique mènerait à de terribles conséquences aussi bien à l’étranger que dans le pays. Comme il le faisait remarquer, « en ce qui concerne tout cela, je m’appuie sur de bonnes bases britanniques ». Il avait besoin d’énormément d’énergie et d’argent pour préserver ces multiples identités et rôles, et la pression, à la fois sur sa santé et sa richesse, a eu raison de lui bien avant sa mort. Ce fut donc à l’image de son personnage qu’il décéda à Londres, fut enterré à Wiltshire, et qu’il fit envoyer son cœur à la Jamaïque44.

35Beckford était un homme complexe, et toutes ces contradictions encouragèrent inévitablement des conclusions largement divergentes sur son personnage et sur son efficacité en tant que leader de ses causes favorites. Cependant, cette complexité est révélatrice pour les historiens, puisqu’elle dévoile les difficultés qu’il a rencontrées en tant que figure transatlantique. À cet égard, j’ai insisté sur l’importance de l’Empire comme thème conducteur de sa vie, mais cela doit être vu aux côtés d’une foule d’autres influences politiques, sociales et culturelles, qu’il chercha à maitriser avec un succès aléatoire. En particulier, ses relations avec les intérêts écossais, sa revendication à un intérêt légitime à la City et sa capacité à tirer profit des politiques commerciales de son époque furent toutes des ingrédients essentiels de sa réussite politique, et peuvent expliquer les réalisations plus larges des intérêts des planteurs à cette époque. L’environnement social et politique indéterminé de la métropole fut la toile de fond éprouvante de toutes ces campagnes pour l’intérêt personnel et impérial, et fut le lieu de vie naturel pour les hommes de la classe moyenne de l’empire dont le statut et l’ambition étaient semblables à ceux de Beckford, tandis qu’ils s’efforçaient de transcender les divisions sociales et politiques de la société britannique et de son empire. De manière assez simple, on peut douter qu’il eût pu se servir soit lui-même, soit son île, soit la mère patrie sans les nombreuses relations qu’il avait acquises dans la capitale, et il était crucial pour l’équilibre global de l’empire d’avoir des courtiers si bien placés dans un période de croissance et d’incertitude.

Notes

1 Wilson K., The Sense of the People : Politics, Culture and Imperialism in England, 1715-1785, Cambridge University Press, Cambridge, 1995 ; Rogers N., Whigs and Cities : Popular Politics in the Age of Walpole and Pitt, Clarendon Press, Oxford, 1987.

2 Pour une critique majeure, voir Harris B., « American Idols : Empire, War and the Middling Ranks in Mid-Eighteenth Century Britain », Past and Present, 150, 1996, p. 111-41. Notez également les doutes de Jacob Price sur l’intérêt populaire pour les colonies : « Who Cared about the Colonies ? The Impact of the Thirteen Colonies on British Society and Politics, c. 1714-1775 », Strangers Within the Realm, Bailyn B. and Morgan P. D. (eds), University of North Carolina, Chapel Hill, 1991, p. 395-436.

3 Borsay P., The English Urban Renaissance : Culture and Society in the Provincial Town, 1660-1770, Oxford, 1989 ; Sweet R., The English Town 1680-1840 : Government, Society and Culture, Longman, Harlow, 1999. Le gouvernement urbain du dix-huitième siècle requiert plus de travaux, mais pour une vue d’ensemble, voir Clark P. ed., The Cambridge Urban History of Britain, volume 2, 1540-1840, Cambridge University Press, Cambridge, 2002, notamment le chapitre 16.

4 Pour des courts portraits de qualité, voir Sutherland L., « The City of London and the Opposition to Government, 1768-74 », Politics and Finance in the Eighteenth Century, Newman A. (ed.), Hambledon, London, 1984, p. 115-147 ; Peters M., Pitt and Popularity : the Patriot Minister and London opinion during the Seven Years War, Clarendon Press, Oxford, 1980, esp., p. 6-16 ; Sheridan R., « William Beckford », New Dictionary of National Biography, Oxford University Press, Oxford, 2004.

5 Pour un compte-rendu récent et conséquent de l’importance des absentéistes, voir Burnard T., « Passengers Only : the Extent and significance of Absenteeism in Eighteenth-Century Jamaica », Atlantic Studies 1, 2004, p. 178-195.

6 Beckford apparait brièvement dans la plupart des travaux clés sur l’émergence des intérêts antillais au dix-huitième siècle. O’Shaughnessy A. J., « The Formation of a Commercial Lobby : The West India Interest, British Colonial Policy and the American Revolution », Historical Journal, 40, 1997, p. 71-95 ; Penson L., « The London West India Interest in the Eighteenth Century », English Historical Review 36, 1921, p. 373-392 ; Sheridan R., « The British Sugar Planters and the Atlantic World, 1763-1775 », Eighteenth-Century Florida and the Caribbean, Proctor S. (ed.), University of Florida Press, Gainesville, 1976, p. 1-14 ; Metcalf G., Royal Government and Political Conflict in Jamaica 1729-1783, Longmans, London, 1965, esp. p. 21-22.

7 Craton M., « Reluctant Creoles : The Planters’World in the British West Indies », Strangers Within the Realm, Bailyn and Morgan, esp. 346-349. Pour l’échange culturel plus global entre la métropole et l’empire, voir O’Shaughnessy A. J., An Empire Divided : The American Revolution and the British Caribbean, University of Pennsylvania, Philadelphia, 2000, chapitre 1.

8 Pour une discussion enrichissante sur « La Politique de l’Esclavage », voir Brown C. L., The British Atlantic World 1500-1800, Armitage D. et Braddick M. J. (eds), Palgrave Macmillan, Basingstoke, 2002, p. 214-232.

9 Pour un résumé utile de la richesse et des plantations détenues par Beckford, voir Sheridan R., « Beckford », New Dictionary of National Biography ; Burnard, Atlantic Studies, 1, p. 189.

10 Son frère a sûrement souffert d’une psychose maniaco-dépressive, ou du moins, c’est la version donnée par des témoins procurés par William-Na, C24/1541, témoignage de Francis Nicholls, 9 octobre 1739. On a même affirmé que Peter était possédé par « des peurs et des appréhensions étranges et excessives que les gens l’attaquaient et s’efforçaient de le détruire à l’aide de la magie ».

11 NA, C11/1552/12, témoignage de Thomas Beckford, 22 juin 1739 ; Journals of the Assembly of Jamaica (Alexander Aikman, St. Iago, 1795-1829), III, p. 426-446 passim.

12 Bodl. Microfilms, Shelburne mss 102, f. 12, fragments autobiographiques ; Lords Journals, XXV. 305-306, 405.

13 Add. Mss 12431, f° 120.

14 Bodl. Ms Clarendon deposit c. 376, bdle. 3, Jannet Hynes, to Henry Barham, 7th April 1742 ; Add. Mss 12431, f. 124 ; Cobbett W. ed. Parliamentary History of England, Londres, 1806-20, xiv, p. 190-191 ; Journals of Jamaica Assembly, iii, p. 672.

15 Une enquête des membres de la Chambre des Communes durant la période 1715-1754 ne comptait que 27 députés ayant d ‘ importantes relations antillaises, dont les deux-tiers étaient soit nés aux Caraïbes, soit y avaient vécu un certain temps, Sedgwick R. ed. The History of Parliament : The House of Commons 1715-1754, Londres, 1970, i, p. 153.

16 Elle fait vaguement référence à un oncle échevin à Aldgate et suggère que « plus que tout » le succès d’étrangers comme Beckford était lié au Toryism de la City, qui était « d’une variété populaire stridente », Pitt and Popularity, p. 6-16.

17 Calendar of State Papers, Colonial, 1669-1674, p. 631.

18 National Archives, C11/1552/12, témoignage de Thomas Beckford, 22 Juin 1739. Thomas Beckford jouait clairement un rôle éminent à Londres, étant le directeur de la Royal Exchange Assurance Company pendant de longues années. En « Capitaine », Thomas Beckford agit en faveur de l’Assemblée jamaïcaine pour obtenir l’approbation pour une loi sur l’assemblée en décembre 1713, Journals of the Jamaica Assembly, vol. 2, p. 107.

19 Guildhall Lib. Mss 1240/1, f. 92v-St. Mary at Hill fut la première église à faire honneur à Beckford avec « une épée en fer… agréable pour sa dignité » lorsqu’il devint maire en 1762, 1240/2, petite sacristie 15 décembre 1762.

20 Beinecke Library, GEN MSS 102, box 4, obligation de William à Thomas Beckford, 10 oct. 1739 ; College of Arms, Book of Grants, vol. 3, p. 282 ; William junior (l’écrivain) obtint un certificat pour utiliser les armoiries sur la tombe du Colonel Peter Beckford à St Catherine’s en septembre 1790-College of Arms, Norfolk pedigrees, vol. 1, p. 105-110.

21 The Gentleman’s Magazine, 1746, p. 106 ; 1752, p. 286. Curieusement, il n’a pas suivi ses ancêtres dans la Clothworkers’Company, mais dans celle des Ironmongers’. Cela fut mis au compte du fort sentiment des Whigs à la Clothworkers’Company, alors que les Ironmongers’étaient caractérisés par leurs divisions en ce qui concernait leur allégeance politique. Rogers, Whigs and Cities, op. cit., p. 150-153.

22 Dans les années 1760, Beckford employait deux marchands de Bristol pour être ses agents.

23 L’indicateur utile de l’étalement géographique des intérêts des Caraïbes en Grande-Bretagne apparait avec l’agitation en faveur de l’Amiral Vernon en 1740-1742, comme le souligne Kathleen Wilson. On peut trouver de nombreux groupes dans le Sud-ouest et sur la côte Sud autour de Southampton, de même que dans le Nord-ouest, les Midlands et en Écosse. Londres était évidemment une autre zone clé. Voir Wilson K., The Sense of the People, op. cit., p. 144.

24 Colley L., Britons Forging the Nation, Yale University Press, New Haven, 1992 ; Devine T., Scotland’s Empire 1600-1815, Penguin, 2003, esp. chapter 10 ; Hancock D., Citizens of the World : London Merchants and the British Atlantic Community, 1735-1785, Cambridge University Press, Cambridge, 1995. Pour une approche britannique consciencieuse aux développements politiques dans les années 1740 et 1750, voir Harris B., Politics and the Nation, Oxford University Press, Oxford, 2002.

25 Add, 12431, f. 116. Pour une estimation de l’impact écossais à la Jamaïque, voir Karras A. J., Sojourners in the Sun : Scottish Migrants in Jamaica and the Chesapeake, 1740-1800, Cornell University Press, 1992, surtout les chapitres 2 et 4. Pour une analyse du succès de la famille Lascelles avec leurs partenaires écossais dans le commerce des Barbades, voir Smith S. D., Slavery, Family and Gentry Capitalism in the British Atlantic, Cambridge University Press, 2006, p. 79-86.

26 Penson, p. 379-381 ; Report from the Committee to Whom the petition of the merchants and others of Great Britain and Ireland, dealers in and manufacturers of linens, threads and tapes, 1745, surtout p. 19. De plus amples preuves d’une alliance à long terme des intérêts sont ici suggérées par la demande d’une rencontre entre les commerçants de sucre et les marchands de lin britanniques et irlandais à Londres en janvier 1748, London Evening Post, 14-16 janvier 1748.

27 Campbell A., State of the Process of Proving the Tenor, Archibald Campbell of Budgate… against Sir William Dalrymple of Cousland, baronet, Londres, 1768, p. 14-33 ; Charter of the British Linen Company, Edinburgh, 1773, p. 4-5. Beckford avait investi £500 dans la Compagnie du Lin. Pour les relations jamaïcaines de Dupplin, voir Metcalf, Royal Government and Political Conflict, op. cit., p. 101.

28 Notez l’outrage auquel a fait face le jamaïcain Henry Dawkins lorsqu’il tenta de prendre un siège à Salisbury en 1768, après avoir acheté une propriété dans les environs, Namier L. et Brook J. (eds), The History of Parliament : House of Commons 1754-1790, Londres, 1964, i, p. 419-420.

29 NA, PRO 30/24/28, ff. 354, 357-358, 362-363 ; Sedgwick, House of Commons 1715-1754, i, p. 236-237 Notez la revendication intrépide et partiale de Beckford en mars 1769 que « je n’ai jamais donné un shilling pour être député : je veux dire en ce qui concerne la Cité de Londres », Wright J. (ed.), Sir Henry Cavendish’s Debates of the House of Commons, Londres, 1840-43, i, p. 304.

30 Voir en particulier, Sedgwick, House of Commons 1715-1754, i. 651-652. La proéminence de Beckford dans l’opposition fut marquée par la mort du Prince de Galles en 1751, lorsque Doddington et Shaftesbury le sondèrent sur le projet d’une union loyale entre Whigs indépendants et Tories, Carswell J. et Dralle L. A. (eds), The Political Journal of George Bubb Doddington, Oxford, 1965, p. 106-107. Cette revue fournit aussi des détails sur ses relations sociales dans le Wiltshire, p. 10, 80, 117, 129, 131, 167, 168, 233, 247, 249, 289.

31 An Enquiry into the Causes of the Present High Price of Muscovada Sugars, London, 1753, esp. p. 21 ; An Account of the Late Application to Parliament from the Sugar Refiners, Grocers, etc of the Cities of London and Westminster, Londres, 1753, surtout p. 45-46. Andrew O’Shaughnessy a mis l’accent sur les tactiques bi-partisanes des intérêts des Antilles plus tard dans le siècle, mais elles pouvaient être aussi bien appliquées au début du siècle, Historical Journal, 40, 1997, p. 71-95. En novembre 1750, Samuel Martin conseilla à son fils de consulter à la fois le ministère et l’opposition lorsqu’il poursuivrait des intérêts d’Antigua, Add. Mss 41346, f. 16.

32 BL, Add. Mss 15154, ff. 146, 168v ; 15155, ff. 53v-54. Pour l’impact de ces sociétés, voir Harris, Politics and the Nation, op. cit., surtout chapitre 6.

33 Pour un bref bilan de ses interventions parlementaires, voir Sedgwick, House of Commons 1715-1754, op. cit., p. 651-652. Le critique le plus cinglant des performances de Beckford reste Horace Walpole, dont la première remarque sur Beckford, le 20 mai 1751, est celle d’un « long et mauvais discours » sur le projet de loi sur la régence. Ses comptes-rendus sont de pire en pire par la suite, Brooke J. ed. Horace Walpole : Memoirs of King George II, Yale University Press, 1985, i. 101.

34 Add. Mss 12431, f. 125. La plupart des députés antillais contribuèrent peu au débat à la Chambre des Communes, sauf sur les questions impériales. Pour une préoccupation contemporaine à ce sujet, notez la remontrance de Samuel Martin à son fils : « tu dois parler souvent et ne pas être trop sympathique afin d’éviter le style déclamatoire », Add. Mss 41346, f. 18.

35 Pour une insistance sur le caractère controversé de l’idéologie de l’empire britannique dans les années 1730 et 1740, voir Armitage D., The Ideological Origins of the British Empire, Cambridge University Press, Cambridge, 2000, surtout chapitre 7.

36 Cobbett, Parliamentary History, xiv, op. cit., p. 188-202.

37 Ibid., p. 1098-1108, 1156-1161.

38 Cobbett, Parliamentary History, xiv, op. cit., p. 1212-1221 ; xv, p. 175.

39 Beckford prévoyait clairement un assaut multiple lors de l’été 1753, et il était prêt à faire la cour aux intérêts formidables du Duc de Bedford, Correspondence of John, Fourth Duke of Bedford, Londres, 1846, ii, p. 128, 145, 146, 150. Avec l’aide de Bedford, il s’embarqua aussi dans sa première aventure journalistique avec l’éphémère Protestor – Doddington Journal, p. 218-219.

40 Stephens F. G. et Hawkins E. (eds), Catalogue of the Prints and Drawings in the British Museum, Londres, 1877, p. 909, 910, 913, 915 ; toutes les références de journaux viennent du Public Advertiser, 14 février-25 mai 1754.

41 A Short Account of the Interest and Conduct of the Jamaica Planters (Londres, 1754), surtout p. 3, 12, 15, pour les accusations personnelles à l’encontre Beckford

42 Sa première référence en tant qu’Echevin Sugarcane, le propriétaire d’esclave despotique et mercenaire, apparait en 1757, The City Farce, une édition moderne qui peut être trouvée dans The New Foundling Hospital for Wit (ed.), Nichol D. W., Londres, 2006, i, p. 231-238. Andrew O’Shaughnessy remarque une familiarité métropolitaine grandissante avec les stéréotypes antillais dans les années 1760, An Empire Divided, p. 12-14.

43 City Biography, op. cit., Londres, 1800, p. 68-69.

44 London Chronicle, 28-30 septembre 1762 ; Add. 38334, f. 29, discours, 1761 ; Public Advertiser, 20 fév. 1755 ; Cavendish Debates, ii, p. 8-9, discours du 8 mai 1770. Il prit même l’opportunité pour rappeler aux Communes, le 15 février 1769, qu’il était un ancien élève d’Oxford, « bien que je ne sois pas un homme respectable, je fais partie du corps très respectable d’Oxford », Cavendish Debates, i, p. 338.

Auteur

Enseigne au Lincoln College de l’Université d’Oxford. Il est spécialiste d’histoire politique et sociale des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Il a publié Politics and Society in Great Yarmouth 1660-1722 (Oxford University Press, 1996) ; The Politics of Trade : The Merchant outre-mer dans l’État et la société (Oxford University Press, 2001) ; Emporium du monde : Les marchands de Londres (Hambledon Continuum, 2007).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540