Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Liens de sang, liens de pouvoir

 | 
Laurent Coste

Troisième partie. Le pouvoir dans les villes continentales

Les maires et échevins d’origine marchande : l’exemple de Tours à l’époque moderne (1589-1789)

Béatrice Baumier

Texto completo

  • 1 Chevalier B., Les bonnes villes de France du XIVeau XVIesiècle, Paris, Aubier Montaigne, 1982.
  • 2 Contrairement à Angers qui a vécu deux grandes émeutes, en 1649 et 1652, Tours n’a pas connu de ré (...)
  • 3 Baumier B., Tours entre Lumières et Révolution. Pouvoir municipal et métamorphoses d’une ville, Re (...)
  • 4 Cette composition se retrouve dans bien d’autres villes, Guignet P., Les sociétés urbaines dans la (...)
  • 5 Petitfrère C., « Vox populi, vox regis ? L’élection des maires de Tours aux XVIIe et XVIIIe siècle (...)
  • 6 À leurs côtés, se trouvent plusieurs officiers appointés parmi lesquels un procureur du roi de la (...)
  • 7 Ces paroisses, qui étaient « différentes en nombre et qualité d’habitans », disposaient d’une repr (...)

1Les institutions municipales de Tours, apparues de manière embryonnaire au XIVe siècle et officiellement mises en place en 14621, sont remaniées à quatre reprises au cours des siècles suivants : en 1589 à la suite des guerres de la Ligue, en 1619 pour régler des discordes internes et en 1724 pour mettre un terme aux perturbations qui avaient suivi la création des offices engagée en 16902. Le quatrième remaniement a lieu en 1765, à l’initiative du contrôleur général L’Averdy3. En dépit de ces réformes, l’institution a toujours comporté une composition tripartite4. Au sommet, se trouve un corps de ville restreint, l’organe permanent de la municipalité, le pouvoir exécutif : il se compose du maire (nommé pour un an par le roi sur une liste de sujets choisis par l’assemblée générale5) et d’échevins élus6. Un second cercle, qui gravite autour du corps de ville, est formé de personnalités chargées d’apporter un conseil ou de seconder les efforts des maires et échevins : il s’agit pour Tours de « pairs » ou d’« élus ». Cette sorte de chambre de réflexion concourt à l’administration ordinaire. Encore plus loin, se trouve la municipalité élargie : ce sont les assemblées générales des habitants que remplaceront les réunions de députés des paroisses7 ou de notables. Leur fonction était double : élire le corps de ville et donner leur avis sur des questions importantes, fiscales notamment. À Tours, le nombre des membres composant chacun de ces trois cercles a varié selon les époques, notamment entre 1690 et 1724 lorsque la monarchie met en vente les offices municipaux, ainsi que le mode de désignation et la durée de leur mandat.

2Au-delà de la description des réformes municipales, il était intéressant de se pencher sur les catégories sociales qui ont réellement exercé le pouvoir à Tours, une cité reliée par la Loire au Grand Ouest, une région qui connaît un développement commercial intense à l’époque moderne. Dans les villes de la façade atlantique, à Nantes notamment, le renouveau commercial a permis un enrichissement de catégories sociales nouvelles dont la position au sein des sociétés et des communautés urbaines a été changée. Tours a-t-elle connu un développement commercial identique ? Les élites qui la dirigeaient en ont-elles été modifiées ? Dans une ville restée attachée au pouvoir central, la question se pose également de savoir sur quelle(s) élite(s) le pouvoir royal s’appuyait concrètement pour relayer au local l’essentiel de sa politique. Les relations établies ou entretenues entre le pouvoir local et le pouvoir central sont un bon indicateur pour connaître la réalité de l’influence du pouvoir absolu, longtemps présentée comme incontestablement établie.

  • 8 Petitfrère C., « Les officiers dans le corps de ville de Tours aux XVIIe et XVIIIe siècles », Cass (...)
  • 9 À Verdun, il en est différemment car le règlement donné en 1634 par le roi établit que le corps de (...)
  • 10 La seule que nous ayons notée date de 1619.

3Paradoxalement, l’historien qui s’intéresse au cas tourangeau se heurte à une absence de données. Très peu d’études ont été menées sur l’ensemble des échevins de l’époque moderne, exception faite de celle de Claude Petitfrère, portant sur les officiers de justice membres de l’échevinage8. Dans son article, cet auteur fait la démonstration de la prééminence du monde officier aux commandes de la cité, notamment au XVIIe siècle. Faut-il conclure de cette suprématie numérique que la place des magistrats était si évidente qu’aucune autre catégorie sociale ne pouvait leur disputer leur place ? De fait, il n’y eut à Tours, contrairement à d’autres villes9, que très peu de conflits entre les grands groupes sociaux désireux de prendre les rênes de la cité, et l’intervention royale y a été quasi inexistante10.

  • 11 En 1473, Louis XI en avait fait entrer dans l’échevinage, mais cette pratique ne lui survécut pas (...)

4Pourtant, il existait d’autres catégories sociales qui pouvaient prétendre appartenir à l’élite de la ville, et à ce titre, espérer diriger son destin, à commencer par les marchands. Si les « gens mécaniques » ont très vite été exclus du pouvoir local11, les marchands ont toujours été présents dans l’institution.

  • 12 Petitfrère C., « Les représentants de l’Église au corps de ville de Tours dans le dernier siècle d (...)

5Ce sont ces échevins d’origine marchande qui font l’objet de notre présent travail, de 1619, lorsque Louis XIII remet en ordre une institution perturbée par une discorde interne au corps de ville tourangeau, à l’été 1789, lors de la « révolution municipale ». Quatre phases ont été distinguées, trois correspondant aux réformes évoquées plus haut (1619 ; 1724 ; 1765) et une à la mise en vente par Louis XIV des offices municipaux (1690). Nous avons choisi de concentrer notre étude sur les marchands qui ont pu accéder au premier des trois cercles du pouvoir local, celui de l’échevinage et du mairat : les « élus », les députés des paroisses, tout comme les officiers subalternes, procureurs, receveurs et greffiers, ont été laissés de côté, ainsi que les personnalités extérieures pourtant admises au corps de ville, ecclésiastiques présents depuis 146412 et lieutenants de police, autorisés à siéger à l’hôtel de ville à partir de 1699.

Les marchands dans le corps de ville : des chiffres éloquents

Une présence limitée au début du XVIIe siècle

  • 13 Seule nous échappe la fonction de René Jaudonnet, échevin de 1630 à 1634.
  • 14 Établir une taxinomie précise est toujours compliqué, que ce soit pour une ville particulière ou p (...)

6Sur l’ensemble de la période étudiée, nous avons retrouvé un total de 252 maires et échevins, pour lesquels nous disposons de la quasi totalité (251) des fonctions ou des professions exprimées13. Ces données socioprofessionnelles ont été réparties dans six grandes catégories14 : les magistrats (supérieurs et « moyens » d’un côté, « petits » et commis de l’autre), les marchands, les professions libérales (médecins, apothicaires, notaires, ingénieurs), les rentiers, les officiers militaires et les ecclésiastiques.

7Sans surprise, les officiers, supérieurs, « moyens » ou « petits » sont largement majoritaires : les 137 représentants de cette catégorie forment 61,4 % du total des maires et échevins de l’époque considérée. De leur côté, avec 73 noms et 29,1 % du total, les marchands représentent le deuxième groupe en importance ; les quatre autres catégories sociales retenues viennent loin derrière, avec de faibles effectifs.

  • 15 La liste des échevins a été établie pour les années 1600 à 1714. L’intendant Chauvelin avait deman (...)
  • 16 Foulques Delasalle se dit « sieur de Bourg Chevreau » (Rivarennes), Jean Tardif « sieur de Chenier (...)
  • 17 Parmi les quatre autres « rentiers ou présumés tels », nous comptons deux « avocats en parlement » (...)
  • 18 Dans son travail portant sur les trésoriers de France (Une administration royale d’Ancien Régime : (...)
  • 19 À l’inverse de ce qui se rencontre à Paris ou dans les cités du nord de la France, il n’existe pas (...)

8Signalons au passage combien il nous a été difficile d’établir la liste de ces marchands devenus maires ou échevins, une difficulté méthodologique qui illustre un trait caractéristique de l’élite urbaine de la période étudiée. Au premier abord, les listes reconstituées à partir de la documentation disponible15 donnent un chiffre très inférieur à celui que nous présentons dans le tableau final. La distorsion tient au fait que la plupart des échevins qui se qualifiaient lors de leur élection se disaient « rentiers », « sieurs de16 » ou « bourgeois ». Nous avons retrouvé 32 hommes, soit 8 % du total17, qui ont préféré taire la nature véritable de leurs activités, comme cela était d’ailleurs courant à l’époque18. La consultation d’autres sources permet de rétablir la réalité et de compter ces rentiers au nombre des marchands. Cette pratique, autant sémantique que sociale, est surtout caractéristique de la première moitié du XVIIe siècle. Après 1634, date à laquelle Michel Chabert est élu échevin sans avoir camouflé la nature de son activité marchande, les édiles sont de moins en moins nombreux à afficher le nom d’une terre : Antoine Dalmas, René Villette, Michel Billard, François Taffu, Bertrand Ranvier s’intitulent tout simplement marchands lors de leur élection. Au siècle suivant, le terme de « sieur de » tend à disparaître, soit que les marchands n’hésitent plus à se présenter comme tel, soit que les hommes encore désireux de se distinguer le remplacent par celui de « bourgeois19 ».

  • 20 En l’absence d’étude d’ensemble relative au poids véritable des activités économiques à Tours, il (...)
  • 21 À Paris, la présence des négociants au sein du corps de ville était acquise depuis le milieu du XV (...)

9Toutefois, même si l’on compte ces rentiers au nombre des marchands, il reste évident que le corps de ville de Tours à l’époque moderne est dominé par le monde des grands officiers. Notre première approche du groupe des édiles d’origine marchande tend à confirmer ce qu’écrivait Claude Petitfrère dans son article consacré aux officiers de l’époque moderne : la fonction première de Tours – ville de justice et d’administration royale – apparaît ici avec évidence. Cette faiblesse numérique du nombre des marchands aux commandes de la cité est peut-être le signe que Tours était très en retrait dans le domaine économique20. En tout cas, sur le plan de la politique locale, elle ne fait pas partie, au XVIIe siècle du moins, de ces villes (Paris, Nantes, Auxerre, Troyes ou Sens) où les premières places du corps de ville font l’enjeu d’une lutte serrée entre marchands et officiers21. Cette absence de rivalité entre grands officiers et marchands explique que le pouvoir royal soit rarement intervenu à Tours.

L’entrée massive des marchands au corps de ville à la fin du Grand Siècle

10Toutefois, en examinant le tableau de plus près, on constate que la part des édiles d’origine marchande a très nettement progressé entre 1589 et 1789, passant en quelques années de 22 % au début du Grand Siècle, à 48 % à la fin du règne de Louis XIV, avant de retomber à une moyenne à 36 % au siècle des Lumières. Comment expliquer une telle augmentation ? Invités par le roi à participer à la vie municipale dans le deuxième cercle du pouvoir municipal, comme « élus » ou comme députés de paroisses à partir de 1619, rien n’indiquait qu’ils pouvaient intégrer les rangs de l’échevinage à proprement parler. Pourquoi la puissance royale – qui avait la haute main sur les nominations de maire – les a-t-elle progressivement tolérés au sein du corps de ville où les places de maires et d’échevins anoblissent jusqu’en 1667 ? Pourquoi les électeurs ont-ils fait le choix de marchands pour remplacer des échevins ? Comment expliquer qu’ils ont pu se maintenir au pouvoir par la suite ?

11Pour répondre à ces questions, les 73 édiles d’origine marchande ont été répartis en fonction des quatre périodes que l’on relève habituellement lorsqu’on étudie l’institution municipale de Tours : 1619-1690, 1690-1724, 1724-1765 et 1765-1789.

  • 22 Le présidial fournit encore trois des cinq maires élus entre 1724 et 1765 - Jean-Jacques Rabasche (...)
  • 23 La perte de la suprématie numérique des magistrats s’accompagne d’une réticence de plus en plus gr (...)

12Au cours de la première période, le nombre de marchands devenus échevins est assez faible (18 noms), même si l’on intègre à ce total neuf rentiers ou « sieurs de ». Tout change lors de la deuxième période : le groupe passe à 26 et représente alors 48 % du total des échevins de la période ! Après 1724, et la remise en ordre par le roi de l’institution municipale, la proportion d’échevins d’origine marchande diminue pour se maintenir à 36 %, une proportion qu’on retrouve à la veille de la Révolution. Cette entrée des marchands semble s’être faite au détriment des magistrats dont la part tombe, durant les mêmes périodes considérées, de 78 % entre 1619 et 1690, à 43 % entre 1690 et 1724. Au cours de la période suivante, avec notamment la réforme de 1724, les magistrats reviennent au corps de ville22. Toutefois, le temps de la puissance officière semble passé, car au cours de la dernière période, leur part retombe de nouveau, passant à 32 %23.

13Au final, étudier les édiles d’origine marchande en fonction des périodes institutionnelles propres à la ville de Tours donne un élément de réponse : c’est au moment de la mise en vente des charges, par le roi, à partir de 1690, que le nombre des marchands augmente nettement au sein du corps de ville. Qui étaient ces hommes ? Étaient-ils semblables ou radicalement différents des négociants membres du corps de ville au début du Grand Siècle ? Afin de mieux connaître ces édiles d’un nouveau genre, nous avons eu recours aux archives désormais bien connues des historiens, documents notariés, état civil et reconstitution des familles et des réseaux d’alliances.

Les édiles d’origine marchande au XVIIe siècle (1619-1690) : un groupe original formé d’hommes d’affaires liés aux finances royales

14C’est au cours de cette période que les édiles d’origine marchande, on l’a vu, sont les moins nombreux, avec seulement 18 noms. Parmi ceux-ci, seuls deux deviennent maires : Nicolas Leroux en 1638 et Georges Péan en 1666. On l’a dit, Tours apparaît au XVIIe siècle comme assez peu représentative des villes voisines du Grand Ouest où le groupe des marchands est suffisamment puissant pour disputer aux grands officiers les places échevinales.

15Qui sont ces hommes ? La plupart sont issus de familles marchandes assez modestes, mais se distinguent de leurs pères par la constitution de belles fortunes. Restons toutefois prudent sur le cas des pères car le nombre de cas retrouvés est assez faible : les cinq pères retrouvés (sur 18) sont des marchands, soit sans spécialité, soit de draps de soie ou retirés des affaires, tel le père de Georges Péan, Pierre, qui se déclare « marchand bourgeois ». Il a été encore plus difficile de retrouver les grands-parents, d’une part parce que les archives relatives à cette période assez reculée sont rares, mais aussi parce que cinq au moins de nos échevins ne sont pas nés en Touraine : les frères Sébastien et Michel Chabert viennent de Thouars, Antoine Dalmas du Rouergue, René Villette vraisemblablement du Loiret, François Taffu du Maine-et-Loire et Bertrand Ranvier du Sud. Ces installations d’étrangers seraient-elles malgré tout le signe de la vitalité économique de Tours, une vitalité qui serait liée par exemple à la proximité sinon géographique du moins relationnelle avec la Cour ?

  • 24 Seul François Taffu se distingue en épousant Catherine Ferregeau, fille d’un procureur au présidia (...)

16Les unions contractées par nos édiles d’origine marchande de cette première période indiquent deux choses : l’ancrage en Touraine par le mariage avec une demoiselle de la cité, et une endogamie sociale assez forte : la plupart des beaux-pères retrouvés (7) sont des marchands ou des marchands bourgeois24.

  • 25 Nicolas Leroux a épousé Élisabeth Péan (baptisée le 7 avril 1590 à Saint-Denis), fils de Pierre Pé (...)
  • 26 Le premier épousa le 13 octobre 1644 à Rochecorbon, Julienne Duvau, fille de Jean, bourgeois, et d (...)

17Pour terminer sur cette question des liens familiaux, remarquons deux choses. D’une part, les édiles d’origine marchande sont relativement proches des grands officiers qui dominent alors le corps de ville : François Taffu (échevin de 1669 à 1693) est le beau-frère de Pierre Ferregeau, avocat au présidial et échevin en 1662-1690. D’autre part, l’arrivée d’un marchand au corps de ville est rarement isolée : certains sont frères (Charles et Michel Collin), ou beaux-frères (Nicolas Leroux (1635-1655) et Georges Péan (1651-167225) ; Michel Billard (1655-1658) et Bertrand Ranvier (1686-169426).

  • 27 Il faut être très prudent quant à ces résultats car les contrats de mariage retrouvés ont été très (...)

18La fortune de nos édiles d’origine marchande, sans être médiocre, n’avait rien d’exceptionnel, du moins au début de leur vie d’adulte. Lorsqu’il se marie, en 1623, le futur maire Georges Péan apporte 6 000 L, autant que son épouse. Trente ans plus tard, Michel Collin apporte « ses droits » et sa future la coquette somme de 14 000 L27.

  • 28 Grâce au remarquable fichier de dépouillement des archives paroissiales, réalisé par le service de (...)
  • 29 Quelques hommes ont échappé à notre étude, faute d’avoir eu une descendance. Dans leur cas, nous a (...)
  • 30 Maillard C., Le chapitre et les chanoines de la « Noble et Insigne Église de Saint-Martin de Tours (...)
  • 31 Caillou F., op. cit., p. 25.

19Tout semble avoir changé en quelques années, car lorsqu’ils marient leurs enfants, nos édiles d’origine marchande apparaissent comme de riches personnages. En reconstituant les fiches de familles pour 13 édiles (sur 1828), nous avons pu retrouver la destinée de la plupart de leurs enfants (34 sur 43 enfants supposés vivants29). Cinq sont entrés dans la vie religieuse, dont trois garçons qui ont intégré le prestigieux chapitre de Saint-Martin30, bon indicateur du niveau social atteint par les parents. Les autres, soit 29 enfants (13 fils et 16 filles), se sont mariés et la profession ou le statut des fils et des gendres nous est connu pour tous. Un constat s’impose : ces mariages indiquent une réelle progression sociale entre le moment où les édiles d’origine marchande prennent femme et celui où ils marient leurs enfants. Ainsi, 13 des 16 jeunes filles épousent de grands officiers, huit trésoriers de France, trois officiers du présidial et deux seigneurs. Au final, seules trois jeunes filles, celles de René Billard et de René Villette, épousent des marchands. Du côté des garçons, le constat est le même : quatre deviennent officiers du présidial, trois du bureau des finances, trois brassent de l’argent pour le compte du roi, et autant deviennent écuyers ou grands seigneurs. Chez Nicolas Leroux, le premier maire de Tours d’origine marchande, Nicolas, le fils, devient trésorier de France et épouse Catherine Delucz, fille d’un trésorier de France, tandis que sa sœur, élisabeth Leroux épouse François Nau, seigneur des Arpentis, commis général des gabelles en Touraine, secrétaire du roi en la grande Chancellerie et trésorier de France. La promotion, évidente pour ces quelques familles sur le plan financier, est confirmée par certains enfants dans les décennies suivantes. Quelques-uns, par exemple, voudront apparaître comme des nobles depuis des temps « immémorables » : Louis-François Chabert de Praille, petit-fils de l’échevin Sébastien Chabert, un marchand venu de Thouars s’installer à Tours dans les années 1620, s’intitule noble moins d’un siècle plus tard31.

  • 32 La partie de cette étude est redevable en quasi totalité au travail de Caillou F., op. cit.

20Le montant des dotes offertes à leurs enfants confirme le niveau de richesse auquel sont parvenus certains édiles d’origine marchande du XVIIe siècle32. Lorsque Nicolas Leroux marie son fils en 1654, il lui donne 45 000 L. – la demoiselle Delucz apporte de son côté plus de 30 000 L. Quinze ans plus tôt, en 1639 (soit l’année qui avait suivi son élection à la mairie), il avait offert 24 000 L. à sa fille élisabeth qui épousait François Nau. De son côté, lorsqu’il marie en 1675 et 1682 ses deux filles aux trésoriers de France Charles Milon et Henri Paris, Michel Collin offre à chacune 80 000 L. !

21Cet enrichissement permet à la plupart d’acquérir une terre et d’en porter le nom. Ainsi s’explique ce que nous indiquions au début de cette étude : la grande majorité se présente comme des marchands bourgeois ou des « sieurs de ». Les deux maires d’origine marchande, Nicolas Leroux et Georges Péan n’échappent pas à cette règle et se déclarent respectivement « sieur de la Rochefuret » et « sieur de la Malitourne ». Pourtant, l’activité marchande n’est pas loin. Le cas d’Antoine Dalmas peut servir d’exemple. Quinze ans avant son entrée au corps de ville, en 1651, cet édile faisait commerce de soie avec deux manufactures dispersées, l’une située dans le Poitou et l’autre dans le Languedoc, sa province d’origine. Décidé à prendre place dans la bonne société locale, Dalmas prend progressivement de la distance avec le métier de négociant. Les choix de carrière qu’il fit pour ses enfants le confirment : il marie sa fille Marie à Roger Du Guast, un noble d’Amboise, place son fils aîné chez les Jésuites (il mourut assassiné au Québec où il était parti évangéliser les Indiens) et un autre au présidial. Seul le dernier, François, est un temps associé aux activités de son père : très vite cependant ce dernier préfère se retirer sur ses terres de Bréhémont dont il porta le nom la plus grande partie de sa vie.

22Comment ces édiles d’origine marchande ont-ils pu connaître un enrichissement aussi rapide que remarquable ? Le recours aux archives tourangelles est d’un piètre secours ici car les informations liées à la nature des activités marchandes sont extrêmement rares. On sait par exemple qu’Antoine Dalmas a bâti sa fortune sur le commerce de la soie, avec le Languedoc et le Poitou, mais on connaît peu de choses sur l’identité de ses clients. On aurait aimé savoir, par exemple, s’il fournissait la Cour royale.

  • 33 Dessert D., Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, Fayard, 1984 ; Bayard F., Le monde (...)
  • 34 François Caillou fait la démonstration que la fortune des ascendants des trésoriers de France de T (...)

23Pour répondre à la question, nous avons déplacé notre point de vue vers la Cour et ses fournisseurs, étudiés par Daniel Dessert, Françoise Bayard et Charles Frostin33. La lecture de ces ouvrages a confirmé une de nos intuitions : la plupart des édiles étudiés sont à relier aux serviteurs de la Cour dont l’influence se fait encore sentir en Touraine malgré son départ pour Paris. Ainsi, on trouve encore, dans les années 1620, quelques grands officiers de l’entourage de la reine Marie de Médicis, qui siègent au corps de ville. Quelques années plus tard, au temps de la prééminence de Colbert, les édiles d’origine marchande entretiennent des liens assez étroits, familiaux ou financiers, avec les hommes d’affaires qui fournissent la monarchie en argent frais34. Si les Péan ou les Collin n’apparaissent pas au premier rang de ces réseaux, la lecture des arbres généalogiques patiemment reconstitués, montre l’existence de liens familiaux plus ou moins proches avec les Quentin de Richebourg, les Bonneau ou les Bedacier, des hommes qui s’enrichissent considérablement dans les affaires du roi. Ainsi, Nicolas Leroux, le fils du maire, épouse la nièce du célèbre Thomas Bonneau, fermier général des gabelles, mais surtout traitant membre du lobby Colbert. Un autre échevin, le marchand Charles Drouin est son beau-frère.

  • 35 Petitfrère C., « Les embarras financiers d’un corps de ville : l’exemple de Tours au Grand Siècle (...)
  • 36 Petitfrère C., « Vox populi, vox regis ? L’élection des maires de Tours aux XVIIe et XVIIIe siècle (...)

24Les marchands devenus échevins au XVIIe ressemblent finalement davantage à des hommes d’affaires qu’à des négociants d’envergure locale ou régionale. Comment expliquer leur arrivée au corps de ville, dominé par les magistrats ? Rappelons que pour siéger à l’hôtel de ville, il faut ou bien être élu par le collège électoral de la ville, ou bien être choisi par le roi ou son représentant local. Cette désignation par le souverain d’un marchand à la place de maire ou d’échevin peut être la récompense offerte pour des services rendus, financiers notamment. L’élection d’un marchand par les membres de l’échevinage lui-même peut avoir la même raison. À une époque où les exigences royales en matière financière sont énormes35, les échevins de Tours ont sans doute pensé judicieux d’intégrer dans leurs rangs des hommes aptes à fournir de grosses sommes d’argent. Le rythme des entrées des marchands au corps de ville36 – un seul avant 1619, quatre entre 1634-1641, cinq entre 1651-1655, quatre dans les années 1660, trois dans les années 1670 et deux dans les années 1680 – correspond grosso modo à la période des fortes exigences royales en matière de finances.

25À partir de 1690, en mettant en vente, pour des raisons comptables, les fonctions municipales (moins de dix ans après la disparition de Colbert et de ses réseaux qui alimentaient la monarchie en argent frais), Louis XIV bouleverse fortement les institutions urbaines. Celles de Tours n’échappent pas à la règle : pendant près de trente ans, celles-ci souffrent de la vacance de certaines places, mais surtout de la rupture de l’équilibre établi jusque-là entre les différentes catégories sociales représentées à l’hôtel de ville. Vingt-cinq ans après la mise en vente des offices municipaux, le nombre des marchands présents au corps de ville a doublé. Qui étaient ces hommes ? Étaient-ils semblables à leurs prédécesseurs ?

Les édiles d’origine marchande entre 1690 et 1724 : entrée d’hommes médiocres ou arrivée de catégories sociales montantes ?

26Les premières ventes de charges municipales, décidées en 1690, n’entraînent pas immédiatement de rupture au sein du corps de ville. C’est la succession de ces mises en vente (entre 1690 et 1724, le pouvoir royal vend à quatre reprises les principales fonctions urbaines) et leur chevauchement qui bouleversent les habitudes.

  • 37 Le deuxième office est levé par Antoine Lhuillier, bailli du comté des Ponts.
  • 38 Il s’agit de François Delacroix, Pierre Decop, François Belgarde, Luc Baudichon, Etienne Seignoret (...)
  • 39 Ces marchands maîtres ouvriers en soie sont Nicolas Preuilly, Noël Girollet et Antoine Roze.
  • 40 Arch. mun. de Tours, BB 61, 6 juillet 1704 (227 r°). Taboureau est reçu le 1er juillet 1705 en ver (...)
  • 41 Arch. mun. de Tours, BB 61, 1er juillet 1705 : lecture de l’arrêt du conseil et retranscription (f (...)
  • 42 Le cas de René Police pose problème : il se présente comme marchand alors qu’il est le directeur d (...)

27L’édit d’août 1692 crée un office de maire perpétuel et douze de conseillers assesseurs. Cette mise en vente ne rencontre pas le succès escompté et seules deux charges d’assesseurs sont vendues, dont une en 1695 à Charles Thomas. Ce particulier qui se présente comme « sieur de L’Hôpitau » est en réalité un marchand fabricant enrichi37. En vertu du texte royal, il est élu échevin l’année suivante. Le texte de 1692 précisait par ailleurs que la moitié des échevins devait désormais être choisis parmi les officiers titulaires d’une charge d’assesseur. Or, en 1701, à l’occasion d’un bilan demandé par le roi, le corps de ville constate que 13 des 24 places d’échevins sont vacantes. Le roi exige la tenue d’une assemblée électorale. Quatre des treize nouveaux échevins sont des marchands (Philippe Duchamp, François Verrier, Nicolas Patas et René Decop). Dix ans plus tard, l’édit de mai 1702 crée, pour les vendre, onze places municipales, dont dix d’assesseurs. Cette fois-ci, les charges sont acquises, toutes par des personnes issues du monde du négoce tourangeau : sept sont des marchands38 et trois des marchands maîtres ouvriers en soie39. En vertu du texte officiel qui promet l’accès à l’échevinage à ces acquéreurs, quatre marchands deviennent échevins avant la fin de l’année (François Delacroix, Pierre Decop, Charles Châtelain et François Belgarde). Deux ans plus tard, l’édit de janvier 1704 érige en offices la moitié (douze) des places d’échevins. Onze nouveaux marchands entrent alors à l’hôtel de ville, deux par l’achat d’un office (Louis Taboureau, par ailleurs receveur du grenier à sel de Tours et un certain Jacques Martin40). Les neuf autres y font leur entrée d’une manière plus originale. En effet, afin de limiter le nombre de nouveaux venus, les quinze échevins en place, titulaires d’offices ou élus, obtiennent du roi de racheter collectivement les offices, pour un coût total de 26 000 livres41. Fort de ce texte, le corps de ville peut élire de nouveaux échevins. Entre juillet 1705 et mai 1706, il en désigne sept, tous des marchands (Vincent Jahan, Gilles I Douineau, Claude André Bourcier, Louis Bellanger, Louis Besnault, Robert René Verrier et Robert Duchamp). Sans doute soucieux de rétablir un équilibre en leur faveur, les magistrats s’arrangent pour trouver l’argent nécessaire à l’acquisition des charges municipales : sur les sept places devenues vacantes entre 1706 et 1717, ils en achètent cinq, laissant aux marchands Justin Moisant et Antoine Chaussé les deux autres. En 1717, le roi rétablit les élections : la période qui s’ouvre alors, pour se terminer en 1722, profite aux magistrats, qui enlèvent les six nouvelles places d’échevins à pourvoir de la période. Une nouvelle création d’offices municipaux a lieu en août 1722, pendant la liquidation du système de Law. Les marchands intègrent de nouveau en masse le corps de ville puisque neuf d’entre eux deviennent échevins (sur 14 places). Sur six charges acquises, cinq le sont par des marchands (Jacques Chapelot, Michel Bailly, Nicolas Preuilly, René Police42 et Charles Charpentier). Cependant, la mesure de 1722 est tellement perturbatrice qu’elle provoque une scission au sein du corps de ville : le roi doit intervenir. C’est l’objet du texte de juillet 1724 qui met par ailleurs fin à la pratique de la vénalité des offices municipaux.

28Au total, 25 marchands sont entrés à l’échevinage entre 1690 et 1724, 21 par achat de charges et quatre par élection. Qui sont ces hommes ? Quels liens les rapprochent du groupe précédemment présenté ? En quoi diffèrent-ils d’eux ?

29Lorsqu’ils se présentent à leurs collègues, ils annoncent sans hésitation leur appartenance au monde des marchands : 18 se disent tout simplement marchands, cinq s’intitulent marchands bourgeois, un marchand fabricant et un teinturier. Le désir de se distinguer n’a toutefois pas disparu car certains d’entre eux ont acquis, ou acquerront un office, et pas toujours des moindres : deux deviennent trésoriers de France, un secrétaire du roi tandis que les autres acquièrent des offices plus modestes (garde de la monnaie, directeur de la Poste, receveur du grenier à sel, receveur des amendes dans la juridiction des eaux et forêts). Trois enfin accolent volontiers à leur nom celui d’une terre et se présentent comme « sieurs de », tel Nicolas Patas qui se dit « sieur des Amardières » (nom d’une petite exploitation sise à Fondettes). Malgré leur entrée au corps de ville et l’acquisition de ces charges prestigieuses, la plupart conservent leurs activités commerciales. En cela, ils diffèrent grandement du groupe précédemment étudié : sans doute les temps ont-ils changé et la place des marchands mieux considérée au sein de l’élite politique locale.

  • 43 Trois étaient marchands, dix marchands bourgeois et deux marchands maîtres ouvriers en soie.
  • 44 Le grand-père de Charles Thomas était huissier, deux étaient chefs fourrier chez la Reine et deux (...)
  • 45 Sept se déclaraient marchands bourgeois, cinq maîtres ouvriers en soie et quatre des marchands.

30La reconstitution des familles, plus facile que pour le groupe précédent, montre que tous étaient fils de marchands43, à l’exception de Charles Charpentier, fils d’un trésorier de France, et de Michel Bailly, fils d’un notaire de la baronnie de Cinq Mars. Tous ont un père qui s’est élevé au-dessus de sa simple condition de marchand (le père de Gilles I Douineau, simple marchand à son mariage, devint plus tard fermier d’Ussé). Pour ce groupe, il a été plus facile de remonter aux grands-parents, paternels ou maternels (23 informations concernant 14 personnes, dont neuf pour lesquels nous avons la profession des deux grands-pères). Ils sont originaires essentiellement de Tours, mais quelques-uns sont d’implantation plus récente et viennent de Saumur, Bléré ou Beaulieu-Lès-Loches. Dans ce groupe des aïeux, hormis cinq cas44, la majorité (16) sont des marchands45 et deux même sont maîtres artisans (sellier et poêlier).

31L’endogamie est forte dans ce groupe puisque sur les 18 beaux-pères retrouvés, 15 sont des marchands (neuf sont des marchands bourgeois, quatre des maîtres ouvriers en soie, deux des marchands). Là encore, quelques indications permettent d’affirmer que certains beaux-pères ont eu la prétention de sortir du lot : ceux de Nicolas Patas et de Louis Bellanger achètent un petit office de garde de la monnaie, celui de François Delacroix se dit « sieur de Vauhardeau », une petite terre située à Saint-Cyr.

  • 46 Daniel Dessert donne un exemple, celui d’une de ses fournitures, 34 000 sacs de grains pendant la (...)

32La nature exacte des activités de ces marchands nous échappe en grande partie. L’on sait toutefois que Pierre Decop était marchand de draps de laine, Charles Thomas, un marchand fabricant, et que les Moisant, Verrier et Douineau avaient investi dans le commerce, parfois à grands rayons d’action : l’un des fils Moisant avait été établi à Naples ; Verrier avait des correspondants à Cadix…. À la différence du groupe précédent, nous ne comptons dans ce groupe qu’un seul brasseur d’argent qu’on pourrait rapprocher des hommes d’affaires : Charles Châtelain, dont Daniel Dessert a reconstitué le parcours. Gros entrepreneur des vivres, enrichi au plus haut point et dans les temps les plus rapides, notre homme débute dans la grosse marchandise, laquelle l’enrichit beaucoup, au point d’avouer en 1709 500 à 600 000 L. de biens qui soutiennent son crédit. À cette date, il se lance dans les affaires du roi ; devenu trésorier du quatrième denier et secrétaire du roi, il participe aux avances faites pour le don gratuit, la taille et la capitation de la généralité de Tours. Dans le même temps, il s’intéresse à la fourniture de grains et de fourrages en Touraine et en Alsace, ainsi qu’aux armées en campagne. Ces entreprises lui permettent d’édifier une coquette fortune, dont l’actif en 1716 s’élève à 9 994 979 L., pour 6 999 078 L. de passif. Cette réussite, établie en quelques années, peut surprendre, mais elle repose sur un volumineux portefeuille dont la valeur réelle se trouve très éloignée de la valeur nominale, mais aussi sur des méthodes commerciales « très particulières » (qu’on qualifierait aujourd’hui d’abus de biens sociaux46). Le châtiment se trouve à la mesure de ses malversations. Il est taxé à 2 300 000 L., et sa fortune sombre aussi rapidement qu’elle s’était édifiée. Dès la fin de 1716, c’est la ruine totale, la prison et le déshonneur.

33Si d’autres ne disposent pas d’une fortune aussi énorme, la plupart peuvent déclarer un niveau de vie très confortable, tel René Decop qui apporte 46 000 L. à son mariage. Tout porte à croire que ce groupe des négociants entré au corps de ville après 1690 a bâti sa fortune essentiellement par le commerce de marchandises : l’enrichissement semble là encore parfois très rapide.

34Que pouvait représenter, pour ces marchands en cours d’enrichissement l’entrée au corps de ville, soit par l’achat d’un office municipal, soit par élection ? Selon les magistrats, qui répugnaient à laisser les représentants du monde du négoce entrer au sein du corps de ville, ces hommes n’accèderaient à la fonction que pour disposer des privilèges qui y étaient associés. Le cas de Louis Taboureau semble confirmer l’hypothèse. Lorsque Taboureau épouse Philippe (sic) Masse le 12 novembre 1682 en l’église Saint-Pierre de Saumur, il n’est qu’un modeste marchand. Désireux de s’élever socialement, il achète un office de receveur au grenier à sel, puis devient receveur des tailles à Angoulême. L’achat d’un office d’échevin de Tours, en 1704, n’est que le prolongement d’une stratégie personnelle très décidée, basée sur un enrichissement aussi rapide que conséquent. En atteste la destinée assez remarquable de quatre de ses rejetons : les sommes versées pour l’achat des offices prestigieux offerts aux garçons ou pour doter les enfants sont importantes et les unions sont assez éloquentes. L’une de ses filles, Perrine, épouse le bourgeois Pierre Papion : elle sera la mère de Pierre Antoine Claude, directeur de la manufacture de soie de Tours (dont le petit-fils portera le titre de baron). L’autre fille, Philippe (sic), épouse le célèbre lieutenant général de police Taschereau de Baudry, qui avait commencé sa carrière à Tours comme lieutenant particulier du présidial. La destinée des deux garçons, Louis Mathurin et Alexandre n’est pas moins intéressante. Le premier fils, plus connu sous le nom de seigneur des Réaux (un petit château situé à proximité de Bourgueil) devient grand maître des eaux et forêts dans le Lyonnais (et son propre fils, Louis Gabriel, devient contrôleur général sous le nom de Taboureau des Réaux). Quant à Alexandre, le second fils de l’échevin Louis Taboureau, il devient trésorier de France à Poitiers.

  • 47 Deux de ces édiles d’origine marchande sont célibataires et nous ignorons beaucoup de la vie privé (...)

35L’étude menée pour les enfants de Taboureau l’a également été pour les 74 enfants parvenus à l’âge adulte des autres marchands devenus échevins47. En retranchant les 14 rejetons pour lesquels nous n’avons rien, il reste un corpus de 60 enfants, 34 fils et 26 filles. Parmi ceux-ci, six sont restés célibataires : deux demoiselles sont restées célibataires (on disait alors « filles majeures »), une est devenue religieuse tandis que trois garçons intégraient le toujours vénérable et très prestigieux chapitre de Saint-Martin. 56 mariages ont pu être retrouvés qui démontrent des attitudes bien différentes par rapport au groupe précédent. Si huit garçons intègrent les rangs du bureau des finances ou du présidial et six filles sont mariées à des grands magistrats, plus de la moitié (16 garçons et 7 filles) restent dans le monde marchand ou se marient à des négociants. Les grands nobles sont encore des partis intéressants, mais les enfants des négociants ne sont pas boudés. Au XVIIIe siècle, l’activité négociante semble décidément moins déshonorante qu’au siècle précédent.

  • 48 Charles Thomas, le premier marchand devenu échevin en achetant un office d’assesseur est le beau-f (...)

36Les alliances et les réseaux de famille montrent par ailleurs que c’est tout un groupe de personnes appartenant à la même strate sociale (sans doute en recherche de considération sociale) qui intègre les rangs du corps de ville. Présenter ces liens relève de la gageure tant les liens se coupent et se recoupent. Si les liens directs entre édiles sont assez rares (un seul cas de grand-père/petit-fils et autant de père/fils et de frère), conformément à la tradition qui interdisait à plusieurs personnes d’une même famille de faire partie du corps de ville, nombreux sont les échevins liés de manière plus ou moins lointaine. On trouve des cousins (Moisant/Chaussé), des oncles/neveux (Decop/Bellegarde), mais surtout des liens familiaux établis à la suite de mariages entre marchands : nombreux sont les beaux-frères parmi nos édiles (Pierre Decop, Jahan, Bourcier, Bellanger, Besnault48…). Au final, seuls deux édiles d’origine marchande (sur 25 !) semblent être des hommes isolés (il s’agit de Jacques Martin et de Michel Bailly). Faut-il y voir là une volonté sinon collective, du moins claire d’intégrer le corps de ville ?

37Malgré la perte du privilège de l’anoblissement, les places échevinales apparaissent à ce groupe social montant comme un moyen de reconnaissance supplémentaire, au même titre que d’autres offices. En cela, les critiques des magistrats, jusque-là majoritaires au corps de ville semblent fondées. De son côté, la monarchie, toujours à court d’argent, a pu trouver d’autres sources d’argent frais, après notamment la disparition du lobby Colbert. La contrepartie a provoqué un bouleversement dans l’équilibre des catégories sociales présentes au corps de ville. La suppression, en 1724, de la vénalité des offices ouvre une nouvelle période qui permet de répondre à une autre question : les marchands ont-ils réussi à confirmer leur présence ?

Les édiles d’origine marchande au Siècle des Lumières : la confirmation d’une position nouvelle acquise par des catégories sociales montantes

  • 49 On pourrait en compter cinq, avec Nicolas Patas et Charles Thomas qui avaient pu être maires en 17 (...)

38De 1724 à 1789, la municipalité connaît deux grandes réformes, celle de 1724, qui met fin à une confusion institutionnelle malsaine, et celle voulue par le ministre L’Averdy en 1764-1765. La mise en vente des offices des années 1730 et 1740 ainsi que la dernière, en date de 1786, n’ont rien modifié en profondeur. Au cours de ces 75 années, 19 marchands entrent au corps de ville, par élection cette fois, 18 comme échevins et un comme maire, Michel Banchereau, élu en 1770. Après Nicolas Leroux et Georges Péan au XVIIe siècle, c’est seulement le troisième maire issu du monde marchand49. Élu en 1771, après avoir gravi un à un tous les échelons du cursus honorum instauré par L’Averdy, Michel Banchereau aurait dû siéger trois années. Mais l’abolition de la réforme de 1765 l’obligea à rester : le roi le maintient à son poste en 1774 où il mourut six ans plus tard.

  • 50 Notons que ces deux catégories, encore rivales au début du règne de Louis XV, s’associent pour ref (...)

39Malgré la multiplication des critiques émises régulièrement par les magistrats50, les marchands confirment leur présence au corps de ville en occupant 36 % du total des places échevinales.

40L’enquête menée pour les deux groupes précédemment présentés a été également tentée pour cette vingtaine de marchands devenus échevins au XVIIIe siècle. Elle démontre que ces édiles sont assez peu différents de leurs homologues qui avaient accédé au corps de ville à partir de 1690. La plupart se présentent volontiers comme marchands, ou « négociants », un terme qui apparaît pour la première fois à cette époque. Comme leurs prédécesseurs, ils ne rejettent aucune occasion de se démarquer, soit en devenant juges consuls, soit en accolant à leur patronyme le nom d’une terre (Adrien Girollet se dit « sieur de Boisrenault »), soit encore en acquérant un petit office.

41Très liés au groupe précédent, par des liens familiaux étroits, la grande majorité de ces hommes sont issus de familles dont le père était un marchand, à l’exception de Michel Ferregeau et d’Antoine Dousserin, fils d’un avocat au présidial et d’un maître barbier étuvier. Les grands-pères (neuf connus) sont également issus du monde marchand, même si l’on peut noter une petite nuance : les maîtres de métiers sont plus nombreux (trois boulangers, un teinturier). Comme pour le groupe précédent, la majorité vient de Tours, de la Touraine (Leblanc est de Saint-Épain) ou d’une région proche (Hallouin est né à Saint-Lambert-des-Levées) et l’endogamie est assez forte : toutes les femmes épousées sont filles de marchands ou de maîtres ouvrier en soie. L’élection de ces marchands au corps de ville confirme donc bien l’évolution en cours, celle qui avait commencé en 1690. Le niveau de fortune indique une situation fort confortable : la moyenne des contrats de mariage retrouvés s’élève autour de 17 000 L. À leur décès, les trois édiles marchands pour lesquels nous avons une information sûre déclarent entre 146 000 L. et 235 000L. !

42L’étude de la destinée professionnelle et familiale des enfants (12 enfants vivants sur 25 baptêmes retrouvés) confirme que ces édiles d’origine marchande forment, comme leurs prédécesseurs, un groupe en voie d’enrichissement et en quête de reconnaissance sociale. L’étude permet en revanche de montrer un point intéressant sur le plan des relations entre les deux grands groupes de l’élite locale, marchands et magistrats : aucun des fils des édiles d’origine marchande de cette période 1724-1789 ne devient membre du bailliage, aucun gendre n’appartient au monde des officiers. Tous deviennent négociants ou marchands et les gendres sont choisis dans le même groupe. Le monde des marchands apparaît désormais comme un groupe sûr de sa valeur sociale, un groupe mieux intégré au monde des élites de la ville.

43Finalement, vouloir englober les édiles d’origine marchande de l’époque moderne dans un seul et même ensemble n’est pas pertinent. Il convient de distinguer deux groupes. Le premier, très lié aux argentiers de la couronne, est constitué de marchands enrichis à la fois dans leur commerce mais aussi dans les affaires financières de la monarchie. Ils doivent leur entrée à l’échevinage à la reconnaissance du roi, ou à celle des échevins tourangeaux, auxquels ils ont rendu de précieux services financiers. La mort de Colbert, qui désorganise les réseaux alimentant le trésor royal, pousse le roi à recourir à la vénalité des offices municipaux. Une autre catégorie de marchands fait alors son entrée au corps de ville. Ces marchands, très soucieux de reconnaissance sociale ont acquis des places municipales, ce qui leur vaut des critiques parfois virulentes de la part des magistrats jusque-là majoritaires au corps de ville. Le maintien, au XVIIIe siècle, des marchands dans le corps de ville, malgré la disparition de la vénalité des offices, confirme une évolution inéluctable – une évolution par ailleurs bien acceptée par le pouvoir royal qui sait en tirer profit : ils ont acquis une place nouvelle au sein de l’élite urbaine. Cette nouvelle position démontre que Tours a été touchée, avec un décalage de quelques décennies, par le développement commercial de la façade atlantique. L’enrichissement de catégories sociales nouvelles qui en a découlé a bouleversé, comme dans la plupart des villes du Grand Ouest, la hiérarchie des élites au sein de la communauté urbaine. À Tours, ces nouveaux venus ont été abondamment critiqués par les magistrats, leurs rivaux, qui les accusaient d’œuvrer à la seule consolidation de leurs seuls intérêts, individuels, familiaux ou catégoriels. Il semble au contraire, comme nous l’avons démontré dans notre ouvrage consacré à la ville de Tours à la fin de l’Ancien Régime, que les négociants ont mis leur dynamisme au service de leurs contemporains et contribué activement au réveil de leur cité.

Notas

1 Chevalier B., Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier Montaigne, 1982.

2 Contrairement à Angers qui a vécu deux grandes émeutes, en 1649 et 1652, Tours n’a pas connu de révolte contre le roi pendant la Fronde : ses institutions municipales ne furent donc pas réformées au milieu du XVIIe siècle comme ce fut le cas pour d’autres villes de l’Ouest du royaume.

3 Baumier B., Tours entre Lumières et Révolution. Pouvoir municipal et métamorphoses d’une ville, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

4 Cette composition se retrouve dans bien d’autres villes, Guignet P., Les sociétés urbaines dans la France moderne, Paris, Ellipses, 2006, p. 56.

5 Petitfrère C., « Vox populi, vox regis ? L’élection des maires de Tours aux XVIIe et XVIIIe siècles », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 106, no 4, 1999, p. 47-64.

6 À leurs côtés, se trouvent plusieurs officiers appointés parmi lesquels un procureur du roi de la ville chargé de requérir l’exécution des lois et règlements et d’assurer le ministère public à la justice municipale, un secrétaire-greffier et un receveur des deniers communs.

7 Ces paroisses, qui étaient « différentes en nombre et qualité d’habitans », disposaient d’une représentation inégale. Saint-Saturnin et Saint-Pierre-le-Puellier avaient droit à quatre députés, Notre-Dame-de-La-Riche et Saint-Pierre-du-Boile à trois, Saint-Symphorien, Notre-Dame-de-l’Ecrignole, SaintVincent, Saint-Hilaire, Saint-Clément et Saint-Denis à deux, les autres, Saint-Venant, Saint-Étienne, Sainte-Croix, Saint-Simple, Saint-Pierre-des-Corps et Saint-Pierre-du-Chardonnet à un seul.

8 Petitfrère C., « Les officiers dans le corps de ville de Tours aux XVIIe et XVIIIe siècles », Cassan M. (dir.), Les officiers « moyens » à l’époque moderne : pouvoir, culture, identité. France, Angleterre, Espagne, Limoges, PULIM, 1998, p. 121-138.

9 À Verdun, il en est différemment car le règlement donné en 1634 par le roi établit que le corps de ville, composé de huit échevins, doit compter trois échevins marchands. Il en est de même à Saint-Quentin. Dans les villes de la moitié sud, se pratiquait un système d’échelles. Ce système excluait les autres habitants de ces fonctions politiques tout en réduisant la compétition entre les catégories sociales aptes à les disputer. À Marseille, le système en vigueur entre 1492 et 1652 était encore plus verrouillé et aboutissait à une cooptation discrète des membres du corps de ville (Durand S., Les villes en France (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Hachette, 2006, p. 115). Dans une société avide d’harmonie entre les états et où chacun doit être à sa place, on s’arrangeait pour éviter l’arrivée à l’échevinage de gens sans fortune qui ne pourraient pas assumer le coût financier de l’exercice de telles charges.

10 La seule que nous ayons notée date de 1619.

11 En 1473, Louis XI en avait fait entrer dans l’échevinage, mais cette pratique ne lui survécut pas (Chevalier B., Tours ville royale (1356-1520). Origine et développement d’une capitale à la fin du Moyen âge, Louvain-Paris, Publications de la Sorbonne, 1975, p. 110-111) : appartenir à des métiers mécaniques était incompatible avec la noblesse, ordre dans lequel tout élu municipal pouvait entrer, au moins jusqu’en 1667. Cette exclusion des gens de métiers perdura jusqu’à la Révolution. En 1749, un bulletin de vote portant le nom d’un fabricant en soie fut ainsi invalidé en référence à la tradition constante. La limite sociale à ne pas franchir était encore incertaine à la fin du règne de Louis XIV et c’est en vertu de cette habitude que les échevins ont longtemps refusé l’entrée de l’hôtel de ville à des personnes qu’ils considéraient de rang inférieur, notaires ou procureurs.

12 Petitfrère C., « Les représentants de l’Église au corps de ville de Tours dans le dernier siècle de l’Ancien Régime », Mélanges offerts à Michel Péronnet, Montpellier, pum, 2006, p. 531-541.

13 Seule nous échappe la fonction de René Jaudonnet, échevin de 1630 à 1634.

14 Établir une taxinomie précise est toujours compliqué, que ce soit pour une ville particulière ou pour une époque particulière. Chaque historien propose la sienne : voir le travail de Sylvie Mouysset pour la ville de Rodez (Le pouvoir dans la bonne ville. Les consuls de Rodez sous l’Ancien Régime, Toulouse le mirail, 2000). Pour notre part, nous avons repris la liste établie pour notre travail portant sur le corps de ville de Tours au siècle des Lumières. Baumier B., op. cit., Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, chapitre 3. Ce choix a l’avantage de rendre compte de la réalité tourangelle et de permettre la comparaison au long court.

15 La liste des échevins a été établie pour les années 1600 à 1714. L’intendant Chauvelin avait demandé au corps de ville un mémoire de tous les noms des maires et échevins de 1600 « jusqu’à ce jour », qui serait enregistré sur le registre de remembrance de l’hôtel de ville (Arch. mun. de Tours, BB 62, séance du 18 juillet 1714). Les registres de remembrances ont disparu, mais pas la liste, conservée aux archives municipales de Tours, BB 5 : « Rolle des maires depuis l’establissement du corps de ville de l’an 1461 (vieux style) jusqu’en 1661 », liste qui a été continuée jusqu’au mairat de Nicolas Preuilly (1754-1762). Ces données ont été contrôlées et complétées par la lecture des registres de délibérations (Arch. mun. de Tours, BB 24 à 83) ainsi que par les informations récoltées pour notre thèse ou par d’autres auteurs (Brizay F., Le corps de ville de Tours de 1720 à 1789, Université de Tours, mémoire de maîtrise, 1981 ; et Binois A., Le corps de ville de Tours de 1738 à 1756, mém. maîtrise, Univ. Tours, 1997).

16 Foulques Delasalle se dit « sieur de Bourg Chevreau » (Rivarennes), Jean Tardif « sieur de Cheniers », Thomas Bonneau « sieur de la Goguerie et du Garcoy », Taschereau « sieur du Breuil », Maldant « sieur de Coulleur et de Candé » et Jean Gault « sieur de Boisdenier ».

17 Parmi les quatre autres « rentiers ou présumés tels », nous comptons deux « avocats en parlement », titre purement honorifique sans véritable contenu (Pierre Ménard, élu en 1664, Guillaume Josse en 1707) et deux commensaux des maisons royales ou princières, Michel Gaillard, maire en 1682, maître d’hôtel ordinaire de Monsieur et Gilbert de Chastres (1723), premier valet de chambre du duc d’Orléans.

18 Dans son travail portant sur les trésoriers de France (Une administration royale d’Ancien Régime : le bureau des finances de la généralité de Tours (1577-1790), Tours, pufr, 2004) François Caillou a retrouvé les traces d’une pratique similaire : « Au XVIIe siècle […] beaucoup de vieux commerçants enrichis [et qui achètent une charge de trésorier] préfèrent se montrer discrets sur la profession à laquelle ils doivent leur réussite. Ils prennent volontiers dans les actes officiels, la qualité de bourgeois, qui […] désigne dans la majorité des cas des commerçants et des maîtres de métier de premier plan ayant ralenti ou cessé leurs activités. Ils peuvent aussi se présenter comme « sieurs » d’un lieu donné, généralement une seigneurie ou une métairie […] qu’ils possèdent dans les environs de leur ville de résidence » (vol. 2, p. 31).

19 À l’inverse de ce qui se rencontre à Paris ou dans les cités du nord de la France, il n’existe pas de statut de bourgeois de Tours. Il s’agit, pour notre cité, d’individus qui se distinguent par leur style de vie dont le travail professionnel est banni la plupart du temps. Certains sont des marchands retirés des affaires. Piquiot L., Les bourgeois de Tours 1773-1774, Tours, mémoire de maîtrise, 1993 et Peniello P., Les bourgeois de Tours au début du XVIIIe siècle (1716-1736), Tours, mémoire de maîtrise, 1994.

20 En l’absence d’étude d’ensemble relative au poids véritable des activités économiques à Tours, il nous est impossible de savoir la ville était ou non une grande place commerciale dans le royaume de l’époque moderne.

21 À Paris, la présence des négociants au sein du corps de ville était acquise depuis le milieu du XVIe siècle et à Nantes la part des marchands progressa depuis la fin du XVIIe siècle jusqu’en 1789. Dans ces villes, au temps de Colbert, le pouvoir royal avait prit position en faveur des marchands. Bordes M., L’administration provinciale et municipale en France au XVIIIe siècle, Paris, CDU-SEDES, 1972, p. 378.

22 Le présidial fournit encore trois des cinq maires élus entre 1724 et 1765 - Jean-Jacques Rabasche (1724-1747), Julien Dubois (1747-1753) et Jacques Cormier de la Picardière (1764-1765). Le bureau des finances donne un maire durant la même période, Joseph Jean Aubry (1762-1763), mais aussi un autre au cours de la période suivante, entre 1765 et 1789 : l’avocat du roi au bureau des finances, Jean Decop de Pocé (1765-1768).

23 La perte de la suprématie numérique des magistrats s’accompagne d’une réticence de plus en plus grande à occuper des places publiques. Sans doute la perspective de siéger au corps de ville aux côtés de marchands, toujours plus nombreux, a-t-elle fait fuir les officiers.

24 Seul François Taffu se distingue en épousant Catherine Ferregeau, fille d’un procureur au présidial et sieur de la Pichardière. Certains, parmi les pères ou beaux-pères de ces officiers d’origine marchande étaient eux-mêmes membres du corps de ville (deux cas relevés).

25 Nicolas Leroux a épousé Élisabeth Péan (baptisée le 7 avril 1590 à Saint-Denis), fils de Pierre Péan et de Marie de la Gauldrye (ou Delagauldrye), sans doute la sœur de Georges Péan.

26 Le premier épousa le 13 octobre 1644 à Rochecorbon, Julienne Duvau, fille de Jean, bourgeois, et de Perrine Boyer (ou Bois). Le second épousa le 6 août 1663 à Saint-Pierre-le-Puellier, Perrine Duvau la sœur de Julienne.

27 Il faut être très prudent quant à ces résultats car les contrats de mariage retrouvés ont été très peu nombreux, quatre seulement ont été retrouvés, dont deux donnent des informations chiffrées.

28 Grâce au remarquable fichier de dépouillement des archives paroissiales, réalisé par le service des archives municipales de Tours.

29 Quelques hommes ont échappé à notre étude, faute d’avoir eu une descendance. Dans leur cas, nous avons tenté d’élargir leur famille aux neveux et aux nièces, tant de leur famille que de celle de leur épouse. L’entreprise a été difficile, mais elle permet de confirmer ce que nous avancions pour le groupe précédent. Le cas de Bertrand Ranvier peut servir d’exemple. Si aucun de ses quatre enfants n’est parvenu à l’âge adulte, nous savons qu’il était l’oncle par alliance de plusieurs trésoriers de France, les Duvau.

30 Maillard C., Le chapitre et les chanoines de la « Noble et Insigne Église de Saint-Martin de Tours » au XVIIIe siècle (1709-1790), Université de Tours, 2007, dactyl.

31 Caillou F., op. cit., p. 25.

32 La partie de cette étude est redevable en quasi totalité au travail de Caillou F., op. cit.

33 Dessert D., Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, Fayard, 1984 ; Bayard F., Le monde des financiers au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1988 ; Frostin C., Les Pontchartrains, ministres de Louis XIV. Alliances et réseaux d’influence sous l’Ancien Régime, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

34 François Caillou fait la démonstration que la fortune des ascendants des trésoriers de France de Tours a été rapidement constituée, plus vite que celle des ascendants d’origine officière. Cette rapidité s’expliquerait par des placements judicieux, des investissements commerciaux efficaces. Une administration royale d’Ancien Régime, op. cit.

35 Petitfrère C., « Les embarras financiers d’un corps de ville : l’exemple de Tours au Grand Siècle (vers 1589-1714) », Pourvoir les finances en province sous l’Ancien Régime, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 2002, p. 51-83.

36 Petitfrère C., « Vox populi, vox regis ? L’élection des maires de Tours aux XVIIe et XVIIIe siècles », op. cit., t. 106, no 4, 1999, p. 47-64.

37 Le deuxième office est levé par Antoine Lhuillier, bailli du comté des Ponts.

38 Il s’agit de François Delacroix, Pierre Decop, François Belgarde, Luc Baudichon, Etienne Seignoret, Michel Depronant (un marchand de religion protestante très lié aux marchands de soie de Lyon) et Félix Leblanc.

39 Ces marchands maîtres ouvriers en soie sont Nicolas Preuilly, Noël Girollet et Antoine Roze.

40 Arch. mun. de Tours, BB 61, 6 juillet 1704 (227 r°). Taboureau est reçu le 1er juillet 1705 en vertu de ses lettres patentes du 6 juillet 1704 et Jacques Martin est reçu le 19 novembre 1704.

41 Arch. mun. de Tours, BB 61, 1er juillet 1705 : lecture de l’arrêt du conseil et retranscription (f° 227 r°-228 v°).

42 Le cas de René Police pose problème : il se présente comme marchand alors qu’il est le directeur d’une petite entreprise de teinturerie située sur les quais de Loire, ce qui le place au nombre des maîtres de métiers. Il devra se retirer de la vie publique.

43 Trois étaient marchands, dix marchands bourgeois et deux marchands maîtres ouvriers en soie.

44 Le grand-père de Charles Thomas était huissier, deux étaient chefs fourrier chez la Reine et deux annonçaient être des « bourgeois ».

45 Sept se déclaraient marchands bourgeois, cinq maîtres ouvriers en soie et quatre des marchands.

46 Daniel Dessert donne un exemple, celui d’une de ses fournitures, 34 000 sacs de grains pendant la campagne 1709-1710 : il compte au roi 31 L. 10 s la mesure de froment qu’il a achetée 25 L. 10 s, 24 L. 10 s celle de seigle qui ne lui revenait qu’à 7 L. 7 s. Il triche également sur chaque sac qu’il prétend valoir 220 livres, alors que la moyenne oscille entre 170 et 175 livres. Au total, pour une fourniture qu’il facture 859 000 L., il réalise un bénéfice de 300 000 L., sans compter ce qu’il a gagné sur le prix des sacs et le transport des grains, qu’il a surévalués par rapport à ce qu’il avait effectivement versé aux marchands et aux voituriers. Non content de cela, il a même réussi le tour de force de se faire accorder 100 000 L. par le Trésor, pour intérêts de prétendues avances qu’il aurait dû consentir pour l’exécution de son marché.

47 Deux de ces édiles d’origine marchande sont célibataires et nous ignorons beaucoup de la vie privée de trois autres. De ce fait, nous avons 20 personnes pour lesquelles le nombre d’enfants a été retrouvé.

48 Charles Thomas, le premier marchand devenu échevin en achetant un office d’assesseur est le beau-frère de Nicolas Patas élu en 1702, ce dernier est également le beau-frère de François Verrier. Quant à René Decop, qui remplace le trésorier de France Segoin, il est affilié à Philippe Duchamp, élu en 1701.

49 On pourrait en compter cinq, avec Nicolas Patas et Charles Thomas qui avaient pu être maires en 1716 et 1717, en occupant la charge devenue vacante par l’absence d’un titulaire.

50 Notons que ces deux catégories, encore rivales au début du règne de Louis XV, s’associent pour refuser aux notaires l’entrée de l’hôtel commun.

Índice de ilustraciones

Título Tableau no 1
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/100880/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 99k

Autor

Professeur agrégée d’histoire a soutenu en 2004 sous la direction de Monsieur Claude Petitfrère, Professeur à l’Université François Rabelais de Tours une thèse qui a été publiée 2007 sous le titre Tours entre Lumières et Révolution. Pouvoir municipal et métamorphoses d’une ville (1764-1792). Ses recherches portent sur l’histoire de la Touraine et les sociétés urbaines.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540