Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réinventer la ville

 | 
Lionel Arnaud

Deuxième partie. Alliances (multi-)culturelles et actions politiques : la politisation de la culture

Introduction de la deuxième partie

Entrées d'index

Mots clés :

marginalité

Géographique :

France

Texte intégral

1Par la non-reconnaissance voire le dénigrement de certaines formes d’expression culturelle, les populations établies de Lyon et Londres diffusent et instaurent une légitimité à leurs goûts et à leurs modes de vie qui leur permet de réduire les autres cultures au statut de minorité ou de folklore, voire de les repousser, au nom de l’universel, hors de la civilisation et de l’humanité. L’échelle de valeurs qui permet de qualifier d’« inférieures », de « barbares » ou de « primitives » des expressions culturelles nées de l’immigration comme le carnaval ou le hip-hop participe alors directement d’un évitement idéologique visant à exclure les groupes les moins puissants des postes d’influence.

2À partir de la fin des années soixante-dix cependant, la dévaluation progressive des titres scolaires et, corrélativement, la précarisation de certains postes (liée à la crise économique, qui fragilise la position des non titulaires) ou leur dévalorisation (dans l’enseignement par exemple) tend à grossir les rangs des contestataires de la culture établie au détriment de ceux de ses diffuseurs. Trahie par la culture légitime qui ne lui procure plus les gains espérés qui justifiaient les efforts fournis, une fraction croissante des anciennes couches établies est alors portée à rechercher les éléments de culture en dehors de son environnement socioculturel immédiat. Ce faisant, ces classes « moyennes » rejoignent les enfants de l’immigration à la recherche d’une contre-culture à opposer à la culture légitime, dans une même défense et illustration de la « culture populaire » – dont les enjeux explicités peuvent, bien évidemment, différer sensiblement de ceux que l’analyse des positions et des déplacements dans l’espace social conduit à supposer.

  • 1 Comme le souligne Hugues Portelli pour la France : « L’entrée massive d’enseignants, de cadres admi (...)
  • 2 Les classes moyennes dont il est question ici sont par conséquent celles dont la position sociale e (...)
  • 3 Ainsi, pour Geneviève Poujol, les institutions socioculturelles sont plus particulièrement apparues (...)

3Dans cette deuxième partie, nous nous efforçons de montrer que, en France comme en Grande-Bretagne, ces nouveaux enjeux sont au centre d’une entreprise de renouvellement d’une gauche dont la composition sociologique accorde une place de plus en plus grande à ces « nouvelles classes moyennes intellectuelles1 ». Les transformations économiques et sociales qui se sont produites à la fin des années soixante ont en effet favorisé un gonflement des classes moyennes dans leur ensemble, et à l’intérieur de celles-ci, des couches ayant acquis un certain capital culturel rentabilisable. Ces couches bénéficient de certains avantages sociaux qui les assimilent à l’élite dirigeante sans les y intégrer totalement. Une position qui leur confère une emprise sur la réalité sociale sans pour autant leur garantir une participation effective à l’exercice du pouvoir, réservé aux technocrates2. Les experts salariés (enseignants, travailleurs sociaux, ingénieurs…) qui se retrouvent dominés en termes de rapports de pouvoir par ces derniers, sont dès lors enclins à développer la contestation de cette confiscation et à lui opposer une stratégie de création de micro-pouvoirs qui sont autant de relais au sein du tissu social3. Ils peuvent dès lors exercer une influence certaine sur la dynamique du changement social.

  • 4 Monique Dagnaud, « La classe d’alternative. Réflexions sur les acteurs du changement social dans le (...)

4Particulièrement nombreux dans le domaine des politiques culturelles et socioculturelles, comme agents actifs contribuant à leur fonctionnement, que ce soit hors-statut, en tant que membres et responsables d’associations, ou en tant qu’agents rémunérés, tels les animateurs, occupant des postes dont la définition statutaire elle-même est plus ou moins précise, les membres de cette « classe d’alternative », selon le mot de Monique Dagnaud, sont en première ligne de ces « nouvelles » revendications culturelles4. Influencées par la critique culturelle formulée par les intellectuels de la nouvelle gauche, ils développent une politique d’action culturelle en direction des populations issues de l’immigration qui peut être définie comme une expérimentation sociale dans laquelle, par une intervention consciente sur les conditions culturelles de la pratique, l’objectif explicite est d’infléchir les pratiques culturelles elles-mêmes. À Lyon comme à Londres, c’est ainsi une nouvelle génération de militants qui parvient à s’imposer progressivement et, avec elle, une nouvelle définition de la culture qui accorde une plus grande place aux expressions minoritaires tout en alliant, contre le pouvoir normatif des classes établies, les revendications des classes moyennes et celles des minorités culturelles. Une ambition qui trouve alors tout naturellement dans la fête carnavalesque un de ses vecteurs les plus démonstratifs, tant sur le plan pratique que théorique.

Notes

1 Comme le souligne Hugues Portelli pour la France : « L’entrée massive d’enseignants, de cadres administratifs, d’ingénieurs et de techniciens dans le nouveau PS a eu, en effet, pour principale conséquence, l’introduction de la culture, des idéologies de ces couches sociales, marginalisant d’autant la culture populaire qui avait été celle du monde ouvrier ou de la petite bourgeoisie traditionnelle de la vieille SFIO. […] Concrètement, ce pouvoir culturel se manifeste par l’affirmation d’une exclusivité de compétences dans l’analyse et l’expression du politique. », cf. « Nouvelles classes moyennes et nouveau Parti socialiste », in Georges Lavau, Gérard Grinberg, Nonna Mayer (dir.), L’univers politique des classes moyennes, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1983, p. 267-268.

2 Les classes moyennes dont il est question ici sont par conséquent celles dont la position sociale est redevable principalement à leur capital culturel, entendu comme rapport social d’appropriation de la culture dominante. L’important est que les agents concernés doivent tout, ou l’essentiel, y compris la modestie relative de la position sociale atteinte, à leur capital culturel. De ce point de vue, c’est parce que leur position n’est jamais qu’intermédiaire, en un mot : moyenne, que les fractions en déclin vont développer des stratégies de contestation culturelle et tenter de subvertir l’ordre auquel elles n’ont pu se conformer. Cf. Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, « Classes moyennes, enjeux culturels et trajectoires sociales », Les cahiers de l’animation, n° 53, 1985, p. 4-5.

3 Ainsi, pour Geneviève Poujol, les institutions socioculturelles sont plus particulièrement apparues là où un vide de contrôle social ou une vacance du pouvoir s’est produit parce que les pouvoirs organisés n’ont pas encore eu le temps ou la volonté de se l’approprier. Cf. L’éducation populaire : histoire et pouvoirs, Paris, Économie et Humanisme/Les Éditions ouvrières, 1981, p. 117. Cf. également Évelyne Ritaine, Les stratèges de la culture, Paris, FNSP, 1983.

4 Monique Dagnaud, « La classe d’alternative. Réflexions sur les acteurs du changement social dans les sociétés modernes », Sociologie du Travail, vol. 81, n° 4, 1981, p. 384-404.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site