Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liens de sang, liens de pouvoir

 | 
Laurent Coste

Deuxième partie. Villes portuaires, villes de l’intérieur, des oppositions à relativiser ?

Offices, pouvoir et mobilité sociale dans les villes bretonnes au XVIIe siècle

Philippe Jarnoux

Texte intégral

  • 1 La liste des cités régulièrement convoquées aux États de Bretagne s’est allongée au cours du XVIe (...)

1La Bretagne de la première moitié du XVIIe siècle est un monde où le réseau urbain s’appuie fondamentalement sur des petites villes fluviomaritimes. À l’exception des deux grandes villes de Rennes et Nantes, de quelques rares villes de front de mer comme Saint-Malo ou Concarneau, et de quelques villes marchandes de l’intérieur comme Fougères ou surtout Vitré, la majorité des cités sont situées dans des fonds d’estuaires où la remontée de la marée permet des activités maritimes variables à l’endroit même où les premiers ponts assurent un relais des circulations marchandes vers l’intérieur des terres. Ces positions de premier pont et de fond d’estuaire ont fait de ces villes petites et moyennes des cités bien positionnées pour les échanges. Centres commerciaux, ces villes dont les populations dépassent rarement les 4 à 5 000 habitants sont aussi des relais administratifs fondamentaux. Dans nombre de cas, elles doivent également à leur organisation municipale la possibilité d’être représentées en tant que telles aux États de Bretagne1.

2Ces villes petites et moyennes ont été relativement peu étudiées mais elles représentent pourtant le modèle urbain le plus répandu dans la province et leur organisation sociale est assez significative des évolutions que connaît celle-ci au cours du siècle. Mon propos ne vise pas directement ici l’ensemble des élites sociales de ces villes littorales mais il s’arrête plus particulièrement au groupe des officiers royaux. L’objet de cette communication est de dresser le profil social, politique et économique de ce groupe restreint mais au pouvoir et au prestige local considérables et aux fonctions très larges. L’observation des origines, des carrières et des devenirs des individus dessine les contours d’un groupe stratégique dans la constitution des notabilités urbaines en pointant l’importance de la présence nobiliaire et l’impact de l’exercice de l’office sur le devenir des lignages et sur les positionnements politiques. Dans ce contexte, la particularité des villes littorales tient sans doute à la rapidité des évolutions et du renouvellement des individus.

3Derrière l’observation des officiers de justice dans les villes bretonnes, c’est à la fois la question de la délimitation des élites spécifiquement urbaines et celle de l’autonomie des pouvoirs municipaux qui est alors posée.

Un monde de l’office rare et convoité

  • 2 Deux versions quelque peu différentes mais complémentaires de ces enquêtes existent aujourd’hui. L (...)

4Partons d’une première constatation simple : l’office dans nos villes bretonnes est une denrée rare. Nous pouvons en établir un tableau général – quoique pas tout à fait exhaustif – à partir des données établies à la fin des années 1660, par exemple dans le Livre des cartes particulières de la province de Bretagne, vaste compilation des diverses enquêtes menées à la demande de Colbert et de Louis XIV par le gouverneur et ses lieutenants généraux, des maîtres des requêtes en tournée dans la province ou envoyés comme commissaires aux sessions des États provinciaux ou des officiers eux-mêmes2.

5Cette compilation permet d’établir les données suivantes :

Tableau no 1. offices supérieurs et offices moyens en Bretagne vers 1660

Officiers de justice

320

Officiers de finances

140

Parlement 113

Chambre des Comptes

64

Chancellerie

29

Recettes des fouages

30

Présidiaux

70

Recettes du Domaine

27

Sénéchaussées

80

Trésor des guerres

19

Prévôtés

9

Eaux et Forêts

19

Monnaie

12

Maréchaussée/militaires

9

TOTAL : 481

6Au total, la Bretagne compterait alors un peu moins de 500 officiers gagés et relevant du bureau des parties casuelles. À ces hommes, on peut ajouter une cinquantaine de greffiers de juridictions (dont on sait la particularité du statut qui ne relève pas totalement de l’office) et nombre d’offices subalternes, d’huissiers ou de sergents. Le présidial de Rennes compte ainsi par exemple 4 huissiers, 10 arpenteurs, 12 sergents généraux et d’armes et 36 sergents ordinaires mais il est un peu plus étendu que les trois autres présidiaux. Les sénéchaussées disposent en général de 2 huissiers et de 4 à 10 sergents.

7Le nombre total d’officiers (même sans inclure ces charges subalternes) est modeste au regard de l’étendue de la province et de sa population (sans doute près de 2 millions d’habitants à la fin du siècle). Mais il faut, de plus, en faire une ventilation plus précise pour mieux cerner les réalités sociales du phénomène.

8Sur les quelques 500 offices, les deux cours souveraines (parlement et chambre des comptes) et la chancellerie en rassemblent plus de deux cents (206). La répartition géographique en est encore plus remarquable puisque la seule ville de Rennes abrite plus de 180 charges, celle de Nantes environ 120. On a là deux indices remarquables de concentration : les cours souveraines représentent 40 % des offices ; les deux villes de Rennes et Nantes regroupent environ 60 % des officiers. En contrepartie, le poids des juridictions locales et le poids relatif des villes petites et moyennes apparaît bien modeste.

  • 3 Il faut y ajouter les deux barres royales de Bazouges-la-Pérouse et Antrain pour établir la liste (...)

9Outre les deux grandes villes de Rennes et Nantes, des présidiaux sont établis à Vannes et Quimper, petits centres administratifs et vieilles capitales au fort rayonnement local, et la Bretagne dispose de 22 juridictions royales ordinaires appelées sénéchaussées3. Ces tribunaux comptent seulement deux ou trois juges (un sénéchal, un alloué ou bailli et un lieutenant) et un procureur du roi. Parfois établis dans de minuscules villes comme Hédé, Bazouges-la-Pérouse ou Châteauneuf-du-Faou, ils animent tout une partie des strates inférieures et moyennes du réseau urbain jusqu’aux villes importantes à l’échelle de la province que sont Fougères, Dinan, Saint-Brieuc, Hennebont, Guérande, Brest, ou encore Morlaix. Mais il faut souligner aussi que toutes les villes ne sont pas dotées de ces tribunaux royaux ; des villes épiscopales comme Tréguier ou Dol, des petits ports dynamiques comme Landerneau ou Roscoff, et des cités importantes comme Vitré ou plus encore Saint-Malo n’abritent pas de juges royaux et se contentent de solides tribunaux seigneuriaux relevant du baron de la Trémoïlle (à Vitré), du duc de Rohan (Landerneau) ou des évêques (Tréguier, Dol ou Saint-Malo). L’appareil judiciaire de la monarchie met donc en évidence deux douzaines de villes où siègent des officiers royaux mais cela ne recouvre pas la totalité du réseau urbain provincial et un certain nombre de villes importantes sont dénuées de toute présence d’officiers royaux ; le rôle des seigneurs y reste fondamental et la monarchie n’y intervient qu’au travers d’envoyés ponctuels et plus souvent par l’intermédiaire des municipalités ou en discutant avec elles.

  • 4 Sur le fonctionnement des États et de la fiscalité en Bretagne voir Rebillon A., Les États de Bret (...)
  • 5 C’est souvent, semble-t-il, l’existence d’une recette du domaine ducal qui a, au Moyen âge, justif (...)

10La présence réelle des officiers de finances est encore plus fugitive dans les villes bretonnes. Le poids considérable et le rôle fondamental des États provinciaux dans la fiscalité bretonne réduisent au strict minimum les charges de finances4 : une chambre des comptes à Nantes, ville qui accueille aussi une douzaine de trésoriers, receveurs et contrôleurs des finances et du taillon ainsi que quelques trésoriers des guerres, une vingtaine de receveurs diocésains des fouages – le seul impôt direct levé dans la province – qui sont établis dans les cités épiscopales, enfin une trentaine de receveurs du domaine royal installés en général dans les villes où siègent aussi une sénéchaussée royale5.

  • 6 La géographie révèle une grande transversale de la Bretagne intérieure, depuis Nantes jusqu’à Sain (...)

11Ainsi, au cours du XVIIe siècle, réseau urbain et répartition des officiers dans la province ne se superposent pas exactement. L’armature officière met en évidence les poids démesurés de Rennes et de Nantes, privilégie ensuite deux villes épiscopales, sièges de présidiaux, puis une quinzaine de villes moyennes où l’on retrouve un groupe fort modeste d’officiers royaux dans les sénéchaussées, les recettes des fouages et du domaine. Mais cette armature laisse de côté quelques villes importantes, foyers économiques moteurs comme Vitré ou Saint-Malo, villes sans officiers mais aux puissantes oligarchies marchandes, ou petits centres locaux comme Pontivy, Guingamp ou Landerneau6.

  • 7 La création des présidiaux bretons est le résultat d’un édit particulier à la Bretagne en mars 155 (...)
  • 8 Voir Saulnier F., Le parlement de Bretagne, 1554-1790, Rennes, Plihon et Hommay, 1909, 2 vol. 
  • 9 Sur cette réorganisation initiée par un édit royal d’octobre 1565 et qui aboutit à la disparition (...)
  • 10 L’édit de création du parlement créait 39 offices. Mais entre 1556 et 1581, cinq autres édits succ (...)
  • 11 Entre 1554 et 1600, le personnel de la Chambre des comptes est accru de 40 nouveaux officiers. Voi (...)
  • 12 Voir De Courville L., La chancellerie près le parlement de Bretagne, Thèse de l’école des Chartes, (...)

12Si la Bretagne est un monde de l’office rare, c’est aussi un monde où, depuis le milieu du XVIe siècle, l’office se développe fortement. Depuis le règne d’Henri II, plusieurs événements marquants doivent être signalés de ce point de vue. Il faut évoquer en 1552 la création des quatre présidiaux7, en 1554 la mise en place du parlement8, en 1565 la réorganisation des sénéchaussées9, puis le quasi doublement du nombre des offices du parlement10 et la forte augmentation du nombre de ceux de la chambre des comptes11 ainsi que la création de la chancellerie12 qui sont autant d’étapes de la multiplication des offices. En un demi-siècle, la monarchie a créé plus de 200 offices supérieurs et moyens dans la province, encourageant la montée en puissance du groupe sans épuiser pour autant la clientèle potentielle. L’office est encore rare mais il se répand, se multiplie et peut donc paraître accessible aux élites locales. L’instauration définitive de la paulette à partir de 1604, assurant une sécurité de la fonction et permettant comme partout ailleurs la vénalité et l’hérédité des charges, les rendent bien sûr encore plus attirantes.

13Rareté relative, stabilisation et sécurité assurées par la paulette, accroissement récent et régulier du nombre des charges expliquent qu’en ce début de XVIIe siècle, offices et officiers jouissent d’un prestige et d’un pouvoir considérables dans les villes bretonnes.

Prestige et pouvoir de l’officier

Office et noblesse

14Cette image particulière de l’office, et en particulier de l’office de justice, a deux effets. D’une part, elle explique l’attirance des nobles pour ces fonctions. D’autre part, elle justifie la domination que les juges, représentants directs et rares de la monarchie, exercent sur les villes et sur les corps municipaux.

  • 13 Voir Jones M., « Les origines et le développement du notariat dans la Bretagne de la fin du Moyen (...)
  • 14 Voir Kerherve J., L’état breton aux XIVeet XVesiècles. Les ducs, l’argent et les hommes, Paris, Ma (...)

15En Bretagne, la noblesse, y compris la plus ancienne, n’a jamais dédaigné le service judiciaire du souverain. Les ducs avaient déjà attaché à eux de cette façon quelques familles et au XVe et début du XVIe siècle, les fonctions de notaires étaient très massivement occupées par des nobles13, de même que la profession d’avocat était toujours ressentie avec un respect proche de celui qu’on portait aux nobles. Dans le même temps, nombre de nobles siégeaient à la chambre des comptes14. La création du parlement n’a pas contrarié cette réalité puisqu’environ la moitié des officiers qui l’ont intégré au milieu du siècle était noble ou se considérait comme tel.

16On remarque le même phénomène lors de la création des présidiaux où – même si les données exactes ne sont pas encore bien établies – la proportion de nobles est loin d’être insignifiante. La forte participation de la noblesse dans les sénéchaussées est aussi une réalité évidente, en particulier pour les charges de sénéchaux. Si l’on observe la première moitié du XVIIe siècle, on constate que les trois quarts des sénéchaux et la moitié des autres magistrats et des procureurs du roi sont des nobles.

Tableau no 2. Officiers des sénéchaussées bretonnes, 1600-1650

Nombre total

Dont nobles

 % nobles

Sénéchaux

94

67

71 %

Alloués/lieutenants

95

47

49 %

Procureurs du roi

74

38

51 %

Données établies sur 22 sénéchaussées pour les sénéchaux, 21 pour les alloués et lieutenants et 18 pour les procureurs du roi.

  • 15 Leur cas est exemplaire. Guillaume du Fresnay de Barégan, baron du Faouët, peut faire remonter son (...)
  • 16 Nassiet M., Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne, XVe-XVIIIesiècle, Rennes, Sociét (...)

17Ces officiers nobles proviennent de différents milieux. Certains sont des cadets de familles de la vieille noblesse militaire. Il n’est pas rare que les branches aînées se retrouvent au parlement tandis que les cadets, moins favorisés, se contentent des présidiaux ou des sénéchaussées (c’est le cas des du Fresnay à Quimper15, des du Poulpry à Lesneven ou, un peu plus tard, des de Kergus à Gourin) ; d’autres sont de petits nobles locaux qui assurent ainsi leur position sociale et leur revenu (les Beschart à Hédé par exemple16).

  • 17 La sénéchaussée de Brest et Saint-Renan (petite ville dans l’intérieur des terres à une quinzaine (...)
  • 18 Il y a là un exemple intéressant de contrôle de la ville par les milieux royalistes et de répartit (...)
  • 19 La reconstitution généalogique et familiale est possible grâce aux travaux de Lulzac Y., Chronique (...)
  • 20 Tanguy de Penfentenyo continue à vivre très régulièrement sur sa terre de Kermorvan à Trebabu près (...)

18L’exemple des Le Garo et Penfentenyo est caractéristique de cette moyenne noblesse souvent attirée par les offices. Au XVe siècle, Jean Le Garo est un petit seigneur de Plouzané auprès de Brest qui devient receveur de la grande seigneurie voisine du Châtel tandis qu’un de ses frères est chanoine de Léon. Son fils devient avocat dans les années 1520, puis sénéchal de la même seigneurie. Pendant une génération, les Le Garo semblent abandonner les charges mais en 1557 l’arrière-petit-fils devient cette fois sénéchal royal de Brest et Saint-Renan17 puis échange cet office pour celui de bailli de Léon à Lesneven. De ses deux fils, l’aîné reprend pourtant la carrière militaire et est un des hommes d’armes de la garnison royaliste de Rieux-Sourdéac qui tient Brest pendant toutes les guerres de la Ligue tandis que pendant ce temps, le cadet a repris la charge de sénéchal de la ville18. En 1598, il abandonne sa charge à son cousin germain, Tanguy de Penfentenyo qui l’occupe jusqu’en 1642. Chez les Penfentenyo on est dans une famille d’ancienne extraction rompue au métier des armes depuis 200 ans mais François de Penfentenyo, le père, était sénéchal des regaires du Léon et Tanguy est le troisième fils (et le neuvième enfant !) et il a étudié le droit à Paris. Il transmet sa charge à son fils cadet en 1628 après un conflit avec son cousin François d’Andigné, descendant des Le Garo par les femmes, mais fils de conseiller au parlement et qui souhaitait récupérer la fonction tandis qu’un autre de ses cousins germains, Jean Le Ny, est devenu en 1642 bailli de la même juridiction. Ce n’est qu’en 1682 puis en 1696 que les Le Ny et Penfentenyo se débarrassent de leurs offices de justice19. Pendant 150 ans, les mêmes lignages ont conservé, échangé, retrouvé des offices de justice qu’ils gèrent comme un élément patrimonial, en les réservant en général aux cadets mais en ne les dédaignant pas, même quand ils occupent par ailleurs des charges militaires ou des offices au parlement. L’exemple n’est pas exceptionnel pour la noblesse bretonne des XVIe et XVIIe siècles ; il témoigne de la considération qui s’attache à l’office (y compris à l’échelon des sénéchaussées) mais aussi de l’ambiguïté de la position de ces hommes qui, quoique juges urbains, restent apparemment aussi attachés à leurs résidences rurales et à leurs seigneuries qu’à leur logement urbain. La distance avec les élites municipales est sociale, politique et parfois aussi géographique. À tel point qu’on peut s’interroger pour savoir si on doit réellement les considérer comme habitant la ville20.

OFFICIERS NOBLES DE LA SÉNÉCHAUSSÉE DE BREST
(généalogie familiales et transmissions des charges)

OFFICIERS NOBLES DE LA SÉNÉCHAUSSÉE DE BREST(généalogie familiales et transmissions des charges)

19Pour ces hommes, il est clair que la fonction de juge s’inscrit dans une logique de la distinction nobiliaire, du commandement et de l’encadrement. Les juges nobles aspirent à la fois à servir le souverain et à encadrer les populations, à affirmer le pouvoir de commandement qu’ils considèrent comme naturellement dévolu à la noblesse, de la même façon qu’en tant que seigneurs ruraux, ils encadrent et règlementent la vie de leurs paysans. Leur présence est peut-être aussi une preuve de la fragilité des émancipations et des affirmations urbaines en Basse Bretagne.

Les juges et le contrôle des municipalités

20Ces juges souvent nobles disposent en effet très fréquemment d’un pouvoir local considérable et, en tout cas, plus éminent et respecté que celui des municipalités. Il faut distinguer plusieurs cas selon la nature des villes où sont situés ces tribunaux.

  • 21 Elles sont simplement gérées par un général de paroisse qui n’a pas plus de pouvoir que celui d’un (...)
  • 22 Sur la naissance et la mise en place de ces corps municipaux à la fin du Moyen âge, voir Leguay J. (...)

21Dans certains cas, ces villes ne disposent d’aucune organisation municipale propre (Gourin, Châteaulin, Châteauneuf, Jugon, Bazouges, Saint-Aubin du Cormier, Lanmeur soit 7 cas sur 2421) et les juges sont alors dans une position de contrôle total. Dans la plupart des cas, les municipalités urbaines se sont établies peu à peu à partir du XVe siècle et au cours du XVIe siècle22. C’est souvent au cours du XVIe siècle que les corps municipaux se structurent réellement, qu’ils se dotent (ou sont dotés par la monarchie) de règlements, qu’ils sont appelés de plus en plus régulièrement aux États de Bretagne, et qu’ils disposent de revenus d’octrois désormais bien assis et stabilisés. Cette mise en place, cette stabilisation et cette régularisation des corps municipaux au cours du XVIe siècle permet la participation au pouvoir local de groupes sociaux nouveaux parmi les citadins : quand on peut les connaître (ce qui n’est pas toujours évident en raison de la médiocrité des archives), les membres des municipalités sont issus en partie du monde du négoce, du commerce, de celui de la basoche (des notaires, des procureurs, des avocats) ou de quelques artisans spécialisés et enrichis. Il est très clair que les élites municipales des petites villes proviennent de groupes sociaux moins éminents et respectés que le monde des officiers royaux.

  • 23 Même si les maires remplaceront souvent les sénéchaux aux États de Bretagne, cette suprématie du p (...)

22Or la hiérarchie des pouvoirs est dans la plupart des cas nettement favorable aux officiers royaux. Les juges président les séances de la municipalité, ils surveillent la régularité des procédures électorales ; ils ont préséance dans toutes les cérémonies publiques, ils disposent des pouvoirs de police urbaine ; ils reçoivent prioritairement les courriers du roi, du gouverneur et des cours souveraines et en informent ensuite les municipalités. Ce n’est qu’avec l’instauration d’un intendant dans la province en 1689 que les municipalités eurent des contacts systématiques et directs avec le pouvoir royal. Mieux encore, dans bien des cas, ce sont les juges qui représentent les villes aux États provinciaux23.

  • 24 La distance sociale est moins sensible avec les officiers de finance mais le prestige de ces derni (...)

23De fait, la distance entre le monde de l’office et les élites municipales est souvent forte24. Les officiers bénéficient du prestige de la fonction de « conseillers du roi » qui en fait des agents directs du pouvoir d’état. Ils bénéficient d’un pouvoir de contrainte ou de contrôle sur les municipalités et ils viennent souvent des groupes sociaux les plus éminents. L’office est un moyen pour la noblesse de prolonger sa supériorité sociale et politique et d’investir aussi la ville ; il est la concrétisation d’une ascension réussie pour les roturiers pouvant l’acquérir, tandis que la participation à la vie municipale est une affirmation – bien modeste encore – de réussite locale. Au-delà, ou en plus, des conflits qui opposent fréquemment les officiers aux municipalités, il y a incontestablement aussi l’affrontement de réalités et de groupes sociaux.

Un modèle en cours de transformation

24Mais le modèle n’est pas figé et les réalités évoluent au XVIIe siècle.

Des conditions nouvelles

  • 25 Voir Waquet H., Mémoires du chanoine Jean Moreau sur les guerres de la Ligue en Bretagne, Quimper, (...)
  • 26 C’est le cas à Ploërmel ou à Auray par exemple. Voir Cardot C.-A., Le parlement de la Ligue en Bre (...)

25Les derniers temps du XVIe et les guerres de la Ligue ont montré les tensions et les possibilités de changements. D’une part, les nobles ont parfois été momentanément moins présents dans les tribunaux et l’on repère assez aisément une fréquence plus grande des officiers roturiers dès les années 1560-1580. D’autre part, le temps de la Ligue a parfois été l’occasion de l’affirmation de certains pouvoirs municipaux que l’on se situe dans des villes ligueuses comme Quimper ou Morlaix25 ou dans des villes royalistes comme Brest. Les municipalités monarchistes gagnent des privilèges (à Brest en 1593 par exemple), les officiers roturiers aussi : certains d’entre eux seront anoblis dans les premières décennies du siècle pour les services qu’ils ont rendus à Henri IV26.

  • 27 Doyle W., « Colbert et les offices », Histoire, Économies, Sociétés, 2000, t. 19/4, p. 469-480
  • 28 Blanquie C., Justice et finances sous l’Ancien Régime. La vénalité présidiale, Paris, 2001.

26À partir du milieu du siècle, on note toutefois un recul assez brutal de la noblesse parmi les officiers de justice. Cette dévalorisation progressive est peut-être liée à l’attitude du pouvoir vis-à-vis des offices, à la volonté d’en limiter les prix et le nombre27 ; elle est en tout cas similaire à celle qu’on a déjà remarquée ailleurs dans les présidiaux28. En deux ou trois décennies, pendant le règne de Louis XIV, le nombre de magistrats nobles diminue pratiquement de moitié et le XVIIIe siècle voit leur quasi disparition. Le recul est brutal et définitif et il manifeste probablement une perception nouvelle des réalités de pouvoir et de la considération sociale de la part de la noblesse : il semble bien que ce soient les nobles qui abandonnent ces fonctions plutôt que les roturiers qui les leur auraient arrachées.

  • 29 Voir Saupin G., « Les assemblées d’habitants en Bretagne au XVIIe siècle. Quelle participation ? » (...)

27Le pouvoir municipal lui aussi évolue. Désormais la tendance générale est à une relative fermeture, à une concentration des pouvoirs autour d’un bureau servant restreint, à une régularité stricte des opérations financières et politiques (par exemple dans les participations aux sessions des États). De fait, le personnel municipal correspond sans doute mieux à des élites urbaines bien en place et socialement plus stables, ce qui facilite ou induit une proximité plus grande avec le monde des officiers29.

Divers modèles d’évolution

28C’est en observant des cas particuliers que l’on comprend le mieux les transformations. Dans le détail, trois modèles d’évolutions peuvent apparaître :

  • 30 Voir Bernard M., La municipalité de Brest de 1750 à 1790, Paris, 1915.

29Le premier est celui d’une fusion lente des élites municipales issues du commerce dans les offices, puis la noblesse, par le mariage : c’est le cas dans les petites villes où les anciennes élites nobiliaires et officières accueillent les quelques réussites de la marchandise (par exemple à Hennebont ou Auray). Cette fusion et ce renouvellement passent par des stratégies ou des pratiques familiales larges qui incluent successivement ou parallèlement négoce, finance, office, et anoblissement final. Parfois, la faiblesse persistante des élites municipales ne suppose pas (ou ne permet pas) de changement avant le XVIIIe siècle comme c’est le cas à Brest30.

  • 31 Sur l’exemple de la famille Geffroy, voir Jarnoux P., Famille et mobilité sociale dans les élites (...)
  • 32 Il semble bien qu’il soit le premier roturier à occuper cette fonction.
  • 33 François de Cossé Brissac est gouverneur de Port-Louis à partir de 1611, Charles de La Meilleraye (...)
  • 34 Ses lettres d’anoblissement sont très explicites sur ce point, détaillant à la fois sa bravoure au (...)
  • 35 Voir Jarnoux P., « Autour d’Yves Morice de Coetquelfen. Réflexions sur la notion de réseau dans le (...)

30L’exemple de la famille Geffroy à Hennebont et Quimperlé montre clairement ces évolutions, ces glissements lents et l’impact des fonctions officières sur les devenirs individuels31. Dans la deuxième moitié du XVIe siècle, les Geffroy font du commerce et sont de petits hommes de loi, notaires ou procureurs dans les cours royales ou seigneuriales et participent aux activités municipales à Hennebont comme à Quimperlé où ils sont établis. Dans les dernières décennies du siècle, trois filles Geffroy épousent ainsi des notaires et petits agents seigneuriaux locaux (Moutel et André) tandis que leur frère Jean réussit à acquérir en 1584 l’office de sénéchal de Quimperlé32. Jean Geffroy de Kerisper épouse une de ses cousines qui lui apporte de solides revenus commerciaux puis, en secondes noces, une demoiselle noble, Françoise de Neufville, nièce de l’évêque de Léon, venue dans la région avec un de ses frères qui travaille au service du seigneur de Quimperlé, l’abbé de l’abbaye de Sainte-Croix, Pierre de Gondi. À sa mort en 1615, ses deux fils cadets s’allieront dans le milieu de la basoche quimpéroise et du commerce maritime à Port-Louis. Restés dans une modeste aisance bourgeoise, ils participent régulièrement aux assemblées municipales de Quimperlé aux côtés de leurs cousins germains Geffroy, Moutel ou André. Le fils aîné s’est établi quant à lui à Hennebont où il a repris le commerce, épousé une fille de négociants puis en seconde noce, celle d’un financier brasseur d’argent originaire du sud-ouest de la France. Marchand riche, syndic de sa ville, très impliqué dans les finances locales et les fermes d’impôts, il est aussi commandant de la milice urbaine d’Hennebont et se signale par sa bravoure lors de la reprise de Port-Louis après 1622 et le coup de main protestant de Soubise. Cela lui vaut la protection de François de Cossé Brissac, puis surtout de Richelieu et du duc de La Meilleraye33 et un anoblissement pour fait d’armes, le moins contestable de tous34. Retiré couvert d’honneur dans sa ville et au sommet de la considération locale, Yves Geffroy s’occupe de marier habilement ses quatre enfants. Sa fille épouse un lointain cousin quimpérois, petit-fils de marchand de Quimperlé, fils d’un magistrat au présidial de Quimper se prétendant noble et qui vient d’acquérir un office d’avocat général à la chambre des comptes35. Son fils aîné épouse une fille de conseiller au parlement et, sans doute par l’intermédiaire du gendre devenu entre-temps procureur général à la chambre des comptes, il acquerra une charge au parlement. Les deux autres fils s’allient aussi à des filles d’officiers de présidial et de sénéchaussée. À la génération suivante, les petits enfants de notre commerçant anobli sont presque tous magistrats de cour souveraine et d’une noblesse que personne ne conteste plus ouvertement.

31Pendant ce temps, les cousins suivent des évolutions bien plus lentes et participent toujours de la vie de la municipalité de Quimperlé. L’un d’eux est encore marguillier en 1660, un autre greffier de la communauté de ville en 1704, un troisième encore en 1717, tandis que quelques cousines intègrent petit à petit, et avec deux générations de décalage, le monde des offices en épousant un sénéchal et un bailli de Châteauneuf-du-Faou ou encore un procureur du roi à Hennebont. Les liens entre les différentes branches de la famille ne sont pas totalement rompus, mais simplement distendus par des réalités sociales divergentes.

  • 36 De L’estourbeillon R., « Réformation de la noblesse de Bretagne, 1669-1671. Arrêt de maintenue pou (...)
  • 37 Cette famille, dont l’ancienneté de la noblesse ne fait pas de doute, compte quatre représentants (...)
  • 38 Le grand père (et peut-être le père) de François Le Déauguer, bailli de Brest en 1598, perdit par (...)

32L’exemple montre à la fois les intégrations discrètes de nouveaux venus issus des bourgeoisies urbaines dans les élites provinciales et officières et le rôle conjoint de la détention des offices et de l’anoblissement dans les ascensions sociales urbaines. Il montre aussi qu’il ne faut pas exagérer la distance entre les origines sociales des élites urbaines. Il serait un peu simpliste de postuler une opposition ou une coupure complète initiale entre noblesse tournée vers les offices et bourgeoisie s’élevant par le négoce et les fonctions municipales. Une partie de la bourgeoisie urbaine s’élève directement par les métiers de la justice et les offices parallèlement aux fonctions municipales ; une partie de la noblesse urbaine bretonne sert aussi d’intermédiaire en pratiquant elle-même le commerce. À Auray, la famille Le Gouvello en est un remarquable exemple36. Certaines branches pendant plusieurs générations ont pratiqué le commerce, fondé des sociétés avec des négociants membres parfois de la municipalité et usé du droit de noblesse dormante tandis que leurs cousins proches se succédaient dans les offices de procureur du roi de la sénéchaussée de la ville mais aussi d’Hennebont et de Quimperlé37. On trouve des exemples identiques à Brest où certains des nobles magistrats du XVIIe siècle (Le Déauger38, Le Dourguy) sont issus de parents ou grands-parents qui étaient à la fois nobles et commerçants. Sans doute en trouverait-on aussi dans des villes comme Morlaix ou Saint-Brieuc.

ASCENSIONS FAMILIALES DIFFERENTIELS. L'exemple des Geffroy à Hennebont et Quimperlé, vers 1560-vers 1700

ASCENSIONS FAMILIALES DIFFERENTIELS. L'exemple des Geffroy à Hennebont et Quimperlé, vers 1560-vers 1700

Bleu = roturiers
Encadrement orange = officiers
Rose = nobles

  • 39 Voir Daumesnil J., Allier A., Histoire de Morlaix, 1879, rééd. Morlaix, 1995. Cet ouvrage est en p (...)
  • 40 Le Gouareguer M., Les procureurs-syndics et miseurs de Morlaix au XVIIesiècle, mémoire maîtrise, d (...)

33Un autre modèle d’évolution présente des situations conflictuelles quand les groupes commerçants de la municipalité affrontent ou combattent le monde des officiers royaux. C’est le cas de Morlaix. Ici il y a fréquemment opposition juridictionnelle et querelle de préséance entre communauté de ville dominée par une riche bourgeoisie de négoce et sénéchaussée royale. L’opposition tient entre autres aux termes de la lettre patente de Charles IX en 1561 qui organise le fonctionnement municipal en qualifiant le maire de « chef et premier de la ville ». Or la communauté de ville connaît une situation troublée pendant une vingtaine d’année entre 1640 et 166039. Manifestement, deux groupes s’y opposent et s’y neutralisent plus ou moins ; l’un des deux est lié aux familles qui occupent alors la sénéchaussée de la ville et qui, autrefois étaient aussi, pour certaines d’entre elles, des familles de négoce participant aux fonctions municipales locales. Les tensions sont à la fois la manifestation de la concurrence entre les corps pour le contrôle de la police urbaine mais aussi celles d’ambitions personnelles et familiales et elles révèlent enfin des transmissions délicates entre deux générations d’individus. Le conflit n’est résolu que dans les années soixante quand des hommes nouveaux occupent à la fois la sénéchaussée et la municipalité. Ils sont nouveaux parce que jeunes, parce que parfois venus de l’extérieur de Morlaix et parce qu’issus de familles jusqu’alors peu impliquées dans la gestion des affaires locales. La résolution des difficultés passe ici par un renouvellement assez large des protagonistes40.

  • 41 Voir Lespagnol A., Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Saint-Malo (...)

34Le dernier type de situation est celui des villes sans officiers royaux où la concrétisation de l’ascension passe par des déplacements géographiques. À Vitré ou à Saint-Malo, de puissantes élites négociantes mènent les corps municipaux. Elles contrôlent aussi les tribunaux seigneuriaux en l’absence d’offices royaux et de sénéchaussées. Ici, l’ampleur des réussites marchandes permet l’accumulation de capitaux et de considération sociale mais si la richesse et la considération s’épanouissent localement, elles ne trouvent pas à s’exprimer ultérieurement dans le service du roi. Les élites municipales restent massivement issues du grand commerce puisque les officiers sont rares mais les plus riches ou les plus ambitieux des membres de ce milieu du commerce investissent progressivement les offices extérieurs à la ville41. La fermeture et l’exclusivisme nobiliaire croissant du parlement rend leur entrée délicate et l’investissement du parlement par les commerçants malouins se fait surtout par le biais des mariages et des alliances familiales. Mais la chancellerie (à Rennes) et la chambre des comptes (à Nantes) sont massivement investies au XVIIe siècle par les Malouins et les Vitréens riches pour lesquels le cadre restreint de la cité ne suffit plus. Pour la seule chambre des comptes, on retrouve ainsi parmi les officiers, 14 malouins entre 1618 et 1706 (les familles Artur, Ballet, Frotet, Gravé, Grout, Locquet ou Séré) et 11 vitréens entre 1576 et 1679 (Billon, Geffrard, Le Moyne, Moucheron). De villes marchandes sans officiers royaux (ou presque), les plus ambitieux des lignages locaux passent ainsi directement dans les deux capitales de la province, quand leurs énormes richesses ne leur permettent pas, tout simplement, de se passer des offices pour intégrer directement la noblesse.

35Que conclure ? La rareté relative des offices et le prestige social qui s’attache à eux en fait des fonctions très recherchées expliquant la forte proportion des officiers nobles. La présence nobiliaire réduit d’autant les possibilités d’ascensions roturières et ce sont bien les familles les plus solides qui achètent des offices, souvent perçus comme des étapes intermédiaires vers la noblesse. Le pourcentage important d’officiers déboutés lors de la réformation de la noblesse montre assez ces situations sociales instables ou intermédiaires. En parallèle, la relative jeunesse et la modestie du pouvoir des structures municipales fait que ces fonctions de contrôle politique urbain sont plutôt occupées par une bourgeoisie liée au négoce et à la prospérité commerciale de la Bretagne des XVIe et XVIIe siècles. L’association de ces deux réalités nous révèle un monde urbain où le pouvoir de l’office s’impose encore souvent à celui de la ville recouvrant en partie deux réalités sociales, celles de la noblesse et des bourgeoisies urbaines.

36Mais cette lecture, schématique en terme de groupes sociaux, doit être croisée avec une lecture au cas par cas des réalités individuelles et familiales qui montre combien les glissements, les fusions, les alliances rendent ces réalités sociales impalpables et diffuses, réalités rendues d’autant plus complexes par la noblesse dormante de certains négociants.

37S’il faut chercher dans tout ceci, une spécificité littorale, c’est sans doute dans l’origine et l’ampleur des renouvellements et de la fusion des élites qu’il faut se diriger. Les réalités maritimes et marchandes permettent des réussites économiques qui attirent aussi une partie des noblesses et qui expliquent des ascensions sociales rapides. Dans les petites villes littorales bretonnes jusqu’au milieu du XVIIe siècle, le pouvoir municipal n’est souvent qu’une étape vite franchie et vite dépassée avant le départ vers le monde des offices, vers la noblesse ou vers des cités plus importantes. C’est aussi de cela que se nourrit le renouvellement des élites.

Notes

1 La liste des cités régulièrement convoquées aux États de Bretagne s’est allongée au cours du XVIe siècle. Elle sera fixée presque définitivement à 40 villes dans la seconde moitié du XVIIe siècle, avant de passer à 42 au XVIIIe siècle.

2 Deux versions quelque peu différentes mais complémentaires de ces enquêtes existent aujourd’hui. L’une est conservée à la Bibliothèque municipale de Poitiers (MS 337), l’autre au Service Historique de la Défense, département marine, dépôt des cartes et plans, à Vincennes (manuscrit SH 202). Ces données résultent d’une succession d’enquêtes et de recherches menées dans la province entre 1663 et 1669.

3 Il faut y ajouter les deux barres royales de Bazouges-la-Pérouse et Antrain pour établir la liste complète des juridictions ordinaires au XVIIe siècle.

4 Sur le fonctionnement des États et de la fiscalité en Bretagne voir Rebillon A., Les États de Bretagne de 1661 à 1789, Rennes, Imprimeries réunies, 1932 et Collins J. B., Classes, Estates and Order in early modern Brittany, Cambridge University Press, 1994 (trad. française La Bretagne dans l’État royal, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006).

5 C’est souvent, semble-t-il, l’existence d’une recette du domaine ducal qui a, au Moyen âge, justifié la localisation d’une sénéchaussée. Mais la superposition n’est plus tout à fait exacte à l’époque moderne. Quelques recettes domaniales ont subsisté là où les tribunaux ont parfois été supprimés ou vice versa.

6 La géographie révèle une grande transversale de la Bretagne intérieure, depuis Nantes jusqu’à Saint-Brieuc et Carhaix où les quelques officiers royaux de Ploërmel ne peuvent masquer l’absence de présence réelle des agents du souverain. Cela traduit la faiblesse du réseau urbain dans l’intérieur de la province mais cela correspond aussi à la grande région d’implantation des seigneuries des Rohan qui ont réussi à limiter très fortement la présence d’officiers ducaux puis royaux dans leur zone d’influence habituelle.

7 La création des présidiaux bretons est le résultat d’un édit particulier à la Bretagne en mars 1552 et non pas de l’édit de Fontainebleau de janvier 1552 qui instaure les autres présidiaux du royaume. Cela tient à la situation particulière de la Bretagne qui n’avait pas encore de parlement. L’édit crée seulement de nouveaux offices dans les sénéchaussées les plus importantes et élargit leur compétence. L’édit prévoit initialement la mise en place de cinq présidiaux mais celui de Ploërmel ne sera jamais établi. Sur cette création, voir Giffard R., Essai sur les présidiaux bretons, Paris, Rousseau, 1904.

8 Voir Saulnier F., Le parlement de Bretagne, 1554-1790, Rennes, Plihon et Hommay, 1909, 2 vol. 

9 Sur cette réorganisation initiée par un édit royal d’octobre 1565 et qui aboutit à la disparition de plusieurs petits sièges qui semblent ne plus guère fonctionner au XVIe siècle et au regroupement de certains autres, voir Trevedy J., « Organisation judiciaire de la Bretagne avant 1790 », Nouvelle revue historique de droit français et étranger, t. 17, 1893, p. 192-257 et Desbordes-Lissilour S., Les sénéchaussées royales de Bretagne. La monarchie d’Ancien Régime et ses juridictions ordinaires (1532-1790), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 12-18.

10 L’édit de création du parlement créait 39 offices. Mais entre 1556 et 1581, cinq autres édits successifs ajoutèrent 52 nouvelles charges. F. Saulnier, op. cit., p. XIX-XXI.

11 Entre 1554 et 1600, le personnel de la Chambre des comptes est accru de 40 nouveaux officiers. Voir Jarnoux P., Le Page D., « Du XVIe siècle à la Révolution. Quelques perspectives générales sur l’histoire de la Chambre des comptes de Bretagne », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2001, T. 108/4, p. 31-57.

12 Voir De Courville L., La chancellerie près le parlement de Bretagne, Thèse de l’école des Chartes, 1983, p. 282. Publié ensuite dans Bulletins et Mémoire Société Archéologique d’îlle-et-Vilaine, 1997, t. C, p. 45-135 et 1998, t. CI, p. 119-243.

13 Voir Jones M., « Les origines et le développement du notariat dans la Bretagne de la fin du Moyen âge », Mémoires de la Société d’Histoire et d’archéologie de Bretagne, t. 67, 1990, p. 5-27.

14 Voir Kerherve J., L’état breton aux XIVe et XVe siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, Paris, Maloine, 1987.

15 Leur cas est exemplaire. Guillaume du Fresnay de Barégan, baron du Faouët, peut faire remonter son lignage au XIIIe siècle ; il a épousé Hélène Allaneau, fille, petite-fille et belle-sœur de parlementaires. En toute logique, son fils aîné, Sébastien, entre lui-même au parlement en 1651, mais le cadet, Guillaume, « se contente » d’un office de lieutenant au présidial de Quimper.

16 Nassiet M., Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne, XVe-XVIIIe siècle, Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1993.

17 La sénéchaussée de Brest et Saint-Renan (petite ville dans l’intérieur des terres à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest de Brest) est partagée entre les deux villes jusqu’en 1681 mais siège en priorité à Saint-Renan. À partir de la fin du XVIIe siècle, elle est établie définitivement et uniquement à Brest au moment où la ville prend son essor comme port militaire.

18 Il y a là un exemple intéressant de contrôle de la ville par les milieux royalistes et de répartition des rôles au sein d’un même lignage. Brest est un ilot monarchiste dans une région massivement ligueuse et la noblesse locale est elle-même assez divisée. Chez les Le Garo, le choix monarchiste est on ne peut plus clair.

19 La reconstitution généalogique et familiale est possible grâce aux travaux de Lulzac Y., Chroniques oubliées des manoirs bretons. Contribution à l’histoire des maisons nobles du bas Léon sous l’Ancien Régime, Nantes, 5 volumes, 1994-2005. Floury J., Catalogue généalogique de la noblesse bretonne d’après la Réformation de la noblesse de 1668-1672 et les arrêts de l’intendance, du conseil d’État et du parlement, Rennes, Sajef, 2000, 3 volumes.

20 Tanguy de Penfentenyo continue à vivre très régulièrement sur sa terre de Kermorvan à Trebabu près du Conquet. Il y fait décorer la chapelle et s’y fera enterrer comme un seigneur campagnard bien plus que comme un juge urbain !

21 Elles sont simplement gérées par un général de paroisse qui n’a pas plus de pouvoir que celui d’une paroisse rurale.

22 Sur la naissance et la mise en place de ces corps municipaux à la fin du Moyen âge, voir Leguay J.-P., Un réseau urbain au Moyen âge : les villes du duché de Bretagne aux XIVe et XVe siècles, Paris, Maloine, 1981.

23 Même si les maires remplaceront souvent les sénéchaux aux États de Bretagne, cette suprématie du pouvoir des juges sur les municipalités se poursuit en bien des endroits jusqu’au cœur du XVIIIe siècle. Voir sur ce point Le Goff S., Élites et pouvoir municipal dans les petites villes bretonnes au XVIIIe siècle, thèse dactyl., Université de Rennes II, 2004.

24 La distance sociale est moins sensible avec les officiers de finance mais le prestige de ces derniers est bien moins considérable et la noblesse est peu représentée parmi eux.

25 Voir Waquet H., Mémoires du chanoine Jean Moreau sur les guerres de la Ligue en Bretagne, Quimper, Archives départementales, 1960 ; Lecureux B., « Une ville bretonne sous la dictature d’un gouvernement ligueur : Morlaix en 1589-1590 », Mémoires Société Archéologique de Bretagne, 1989, p. 137-155.

26 C’est le cas à Ploërmel ou à Auray par exemple. Voir Cardot C.-A., Le parlement de la Ligue en Bretagne, 1590-1598, thèse droit dactyl, Rennes, 1964.

27 Doyle W., « Colbert et les offices », Histoire, Économies, Sociétés, 2000, t. 19/4, p. 469-480

28 Blanquie C., Justice et finances sous l’Ancien Régime. La vénalité présidiale, Paris, 2001.

29 Voir Saupin G., « Les assemblées d’habitants en Bretagne au XVIIe siècle. Quelle participation ? », Aris D. (dir.), La Bretagne au XVIIe siècle, Société d’Histoire du XVIIe siècle, Vannes, 1991, p. 165-295.

30 Voir Bernard M., La municipalité de Brest de 1750 à 1790, Paris, 1915.

31 Sur l’exemple de la famille Geffroy, voir Jarnoux P., Famille et mobilité sociale dans les élites citadines en Bretagne, 1550-1720, thèse d’habilitation, Université de Rennes II, 2002.

32 Il semble bien qu’il soit le premier roturier à occuper cette fonction.

33 François de Cossé Brissac est gouverneur de Port-Louis à partir de 1611, Charles de La Meilleraye lui succèdera en 1637 mais les deux hommes sont surtout des membres prépondérants du réseau de fidèles que Richelieu met en place dans la province quand il en devient gouverneur en 1631. Charles de La Meilleraye succèdera d’ailleurs au cardinal dans sa charge de gouverneur de Bretagne en 1643. Par leur intermédiaire, Yves Geffroy fait partie des clients locaux du cardinal ministre.

34 Ses lettres d’anoblissement sont très explicites sur ce point, détaillant à la fois sa bravoure au combat et les armements militaires et corsaires qu’il assurera ensuite. Les motivations militaires y sont présentées comme les causes fondamentales de son anoblissement. Arch. dép. de Loire-Atlantique, 2 E 1383.

35 Voir Jarnoux P., « Autour d’Yves Morice de Coetquelfen. Réflexions sur la notion de réseau dans le monde des officiers au XVIIe siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 108/4, 2001, p. 195-226. Le parcours social des Morice et des Geffroy est assez similaire. Seuls manquent aux Morice les exploits militaire.

36 De L’estourbeillon R., « Réformation de la noblesse de Bretagne, 1669-1671. Arrêt de maintenue pour MM. Le Gouvello », Revue Historique de l’Ouest, 1889, t. 15, p. 5-32.

37 Cette famille, dont l’ancienneté de la noblesse ne fait pas de doute, compte quatre représentants à la sénéchaussée d’Auray, six procureurs du roi à Hennebont et un bailli à Quimperlé mais aussi trois officiers à la chambre des comptes et deux autres au Parlement au cours du XVIIe siècle. Exemple d’une famille de vieille noblesse pratiquant aussi presque simultanément le commerce et les offices.

38 Le grand père (et peut-être le père) de François Le Déauguer, bailli de Brest en 1598, perdit par exemple l’un de ses navires au service de François I en ravitaillant les troupes royales à Fontarabie en 1530. Voir Lulzac Y., op. cit., t. 2, p. 7.

39 Voir Daumesnil J., Allier A., Histoire de Morlaix, 1879, rééd. Morlaix, 1995. Cet ouvrage est en partie constitué d’annales de la ville et de listes d’officiers, de magistrats ou d’élus divers compilées par un maire de la ville du XVIIIe siècle, Joseph Daumesnil, qui s’était alors chargé d’en classer les archives. Sa compilation des archives l’amène à plusieurs reprises à constater, par les lacunes des archives, la crise qui agite alors la ville.

40 Le Gouareguer M., Les procureurs-syndics et miseurs de Morlaix au XVIIe siècle, mémoire maîtrise, dactyl, Université de Bretagne occidentale, Brest, 2001.

41 Voir Lespagnol A., Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Saint-Malo, 1990, rééd. Rennes 1997, p. 733-787.

Table des illustrations

Titre OFFICIERS NOBLES DE LA SÉNÉCHAUSSÉE DE BREST(généalogie familiales et transmissions des charges)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/100856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre ASCENSIONS FAMILIALES DIFFERENTIELS. L'exemple des Geffroy à Hennebont et Quimperlé, vers 1560-vers 1700
Légende Bleu = roturiersEncadrement orange = officiersRose = nobles
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/100856/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’Université de Brest, auteur de Les bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 1996. Il a dirigé de nombreuses publications comme Elites et notables en Bretagne de l’Ancien Régime à nos jours, Brest, 1999. Ses travaux portent sur l’histoire maritime, l’histoire économique et sociale de la Bretagne, l’histoire des Amériques coloniales à l’époque moderne.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540