Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liens de sang, liens de pouvoir

 | 
Laurent Coste

Première partie. Le pouvoir dans les villes maritimes

Immigration et groupes de pouvoir dans le levant espagnol

Vicente Montojo Montojo

Note de l’éditeur

Ce texte s’inscrit dans le projet de recherches HUM2006-09559 : Sociedad, familias y grupos sociales, Redes y estrategias de reproducción socio-cultural en Castilla durante el Antiguo Régimen ss. XV-XIX, Chacón F. (dir.), investigadores de universidades de Murcia, Castilla La Mancha y País Vasco.

Texte intégral

  • 2 Saupin G., « Sociologie du gouvernement urbain des villes atlantiques anglaises et françaises aux (...)
  • 3 Chacón Jiménez F., « Población, familia y relaciones de poder. Notas y reflexiones sobre la organi (...)
  • 4 Molina Puche S., Hernández Franco J., « Mantener el status. Historiografía sobre las familias pode (...)
  • 5 Schiera P., « Legitimità, disciplina, istituzioni : tre presupposti per la nasita dello Stato mode (...)
  • 6 Hernández Franco J., Jiménez Alcázar J. F., « Estado, aristocracia y oligarquías urbanas en el Rei (...)
  • 7 Ruiz Ibáñez J. J., Las dos caras de Jano. Monarquía, ciudad e individuo. Murcia, 1588-1648, Murcia (...)
  • 8 Mousnier R., « Les fidélités et les clientèles en France aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles », Hist (...)
  • 9 Thompson I. I. A., « Administración y administradores en el reinado de Carlos V », En torno a las (...)

1Depuis plusieurs décennies, dans l’historiographie européenne, l’analyse de l’organisation sociale est envisagée à partir de plusieurs perspectives : celle qui privilégie l’hétérogénéité2, celle qui met en valeur la polarisation dans un processus de fermeture3, ou bien celle, bien différente encore et résultant de certaines réflexions issues de la sociologie des élites et de l’anthropologie, de la consolidation et continuité de la noblesse et des oligarchies4. Par ailleurs, d’autres historiens pensent qu’au long des XVIe et XVIIe siècles se produisit une forme de contrôle social5, par l’imposition du patronage royal sur la grande noblesse et sur les oligarchies urbaines au travers de la restauration de l’autorité du monarque6, mais aussi grâce à son ascendant, à la négociation7, au clientélisme8 et par le fait que l’administration royale échappait à la domination des juristes de profession9.

2Cette pratique du contrôle social fait partie d’un concept politique, celui de l’affirmation monarchique, qui a eu dans ces dernières décennies de nombreuses formulations, dont on peut tirer quelques enseignements. Ainsi, il est possible d’affirmer qu’à chaque début de règne il y eut une mise en scène de l’autorité monarchique, depuis l’affirmation de sa légitimité par les Rois Catholiques jusqu’aux argumentations de Charles Ier et de Philippe II en faveur d’une monarchie composite et catholique.

  • 10 Molina Molina A. L., « Mercaderes genoveses en Murcia durante la época de los Reyes Católicos », M (...)

3En 1516, la montée de Charles Ier sur le trône des royaumes de Castille et d’Aragon, montra une accumulation jusque là inédite d’héritages, qui se traduisit par la superposition des conseillers flamands dans la Cour caroline, avec les conséquences connues de malaise parmi les Castillans. Peu de temps après, en 1519, l’élection impériale de Charles Quint accentua la présence des Flamands à la Cour, tandis que le roi s’appuyait au même moment sur des financiers de la République de Gênes. Les banquiers génois se convertirent donc en alliés du monarque, et ainsi les communautés génoises, importantes en Andalousie et à Murcie, obtinrent la confirmation des privilèges qu’elles avaient reçu des rois précédents10.

  • 11 Fernández Conti S., Los Consejos de Estado y Guerra de la Monarquía Hispana en tiempos de Felipe I (...)

4Philippe II monta sur le trône dans de meilleures conditions que ses prédécesseurs, puisqu’il avait déjà assumé la régence en Espagne en l’absence de son père. Aussi lorsqu’il reçut l’héritage de ce dernier, il plaça les membres de sa propre camarilla dans les postes clefs, tout en remodelant les conseils, ce qui provoqua une « castillanisation » qui laissa cependant de petits espaces pour certaines personnes originaires d’autres royaumes11.

5Concernant l’évolution de l’organisation sociale des villes espagnoles de l’époque moderne, beaucoup d’historiens mettent en relief – comme une de leurs principales caractéristiques – la promotion et la reproduction sociale à travers des mécanismes spécifiques. Parmi eux, il n’y aurait pas seulement le patronage et le clientélisme, mais également la vénalité et la transmission héréditaire. Si les sujets naturels de la Couronne furent les plus nombreux à bénéficier de tous ces moyens, en profitèrent aussi les étrangers au sens large, qu’ils soient sujets émigrés, exilés, ressortissants d’une puissance alliée, ou des personnes extérieures dont on tolérait la présence.

Immigration et intégration : colonisation, exil ou attraction ?

  • 12 Dans cette alliance, on pourrait inculre des Bretons, des Flamands, des Génois et des Portugais : (...)

6Dans le dernier quart du XVIe siècle, dans les royaumes de Valence et de Murcie, la présence d’Italiens et de Français dans l’organisation sociale se consolida fortement. En effet, la société leur offrait des avantages intéressants, comme les privilèges d’ordre, ou la possibilité de reconnaissance sociale et d’enracinement (via les alliances matrimoniales, les ventes de biens fond, et l’accès aux honneurs). On pourrait opposer que ces étrangers rencontraient aussi des difficultés, comme l’animosité populaire ou la fermeture des oligarchies et de l’administration royale, ce qui serait justifié, mais en partie seulement, car les oligarchies dont il est question dans cette étude furent ouvertes à l’introduction et à la promotion d’étrangers. Il faut ajouter qu’elles le furent à certaines conditions, comme la naturalisation et le devoir de résidence effective, ainsi que l’acceptation de la culture sociale de l’époque puisque l’ouverture était une pratique qui s’exerçait seulement avec les personnes les plus proches, avec celles de la même religion, et qui s’inscrivaient dans certaines formes d’alliances tactiques12.

  • 13 Descimon R., « Les élites du pouvoir et le prince : l’État comme entreprise », Les élites du pouvo (...)
  • 14 Ruiz Ibáñez J. J., « Bellum omnium contra omnes. Las posibilidades y contradicciones de la guerra (...)

7L’intérêt propre du monarque intervint plus d’une fois dans cette acceptation des étrangers13, soit en raison de son origine personnelle (tel Charles Quint, originaire des Flandres), soit en raison de nécessités financières (Allemands et Italiens, prêtant pour ce même Empereur) ou commerciales (c’est l’exemple des Génois de Séville), soit encore pour la mise en place d’une stratégie de politique hégémonique, à l’instar de celle pratiquée par Philippe II vis à vis de la Ligue, qui l’incita à accorder de grandes faveurs aux catholiques bretons et marseillais14. D’une certaine manière, cette situation affecta la détention sociale traditionnelle du pouvoir.

8Néanmoins, dans toute analyse d’un objet d’étude tel que l’évolution sociale, rentre en compte l’observation d’éléments endogènes, comme ceux déjà mentionnés, mais aussi les éléments exogènes, comme l’immigration, l’exil, ou les influences extérieures (telles les modes de vie somptuaires, qui conféraient du prestige aux artistes étrangers, ou les mouvements religieux).

  • 15 Ruiz Ibáñez J. J., « Entre Dios y los hombres : los refugios políticos en la Alta Edad Moderna eur (...)

9En cette époque moderne, cette immigration peut être interprétée comme la seconde vague d’immigration italienne et française ; la première ayant eut lieu au Bas Moyen Âge. On a même pu parler, vu son ampleur économique et le nombre de personnes concernées, de colonisation. Comme le notent plusieurs études, il est nécessaire de signaler que cette dynamique démographique comporte un mouvement culturel (attirance d’artistes, comme les Bourguignons de la fin du XVe siècle, ou les Anglais et les Italiens au XVIe), ainsi que des caractères politiques et religieux (exils ou refuges15).

10La confluence de ces éléments de différentes natures a suscité certains problèmes. Ainsi, les Cortès castillanes et les conseils municipaux se prononcèrent contre la dépendance vis à vis des Génois, ou protestèrent parfois contre l’introduction des marchands en leur sein, quand bien même il ne s’agissait que d’affaires mineures ou de personnes facilement assimilables.

Contexte institutionnel et sources

  • 16 Un exemple de cette situation est la documentation que généraient ces officiers. Les documents de (...)

11Au long du XVIIe siècle, le fait que les derniers Habsbourgs, à la différence de leurs ancêtres, s’appuyèrent sur des validos (Lerma, Uceda, Zúñiga, Olivares, Haro, Nithard, Medinaceli, Oropesa), amena un plus grand nombre d’intermédiaires non seulement à la Cour (validos et leurs créatures, composition des juntas, secrétaires d’états, etc.), mais encore dans tout le royaume (oficiales del adelantamiento mayor, diputados de Millones, surintendances de Milices) ; autrement dit les institutions et les sociétés qui les peuplaient furent plus nombreuses et plus complexes. Ceci amena des intérêts et des conflits de toutes natures et désormais plus importants, générant alors une abondante documentation, et par conséquent, la possibilité de nouvelles recherches pour les historiens. Les sources archivistiques reflètent ainsi l’évolution de l’activité des institutions et des personnes qui les ont générées16.

12Le nombre d’employés de bureau fut donc en augmentation, tout comme celui des agents de justice, ou encore celui des personnes en relation avec le maniement de l’argent (administrateurs, comptables, trésoriers, contrôleurs) permettant ainsi une nouvelle mobilité sociale, qui trouvait des limites, dans le patronage royal, et par le contrôle qu’exerçaient les puissants et la noblesse.

  • 17 Díez Sánchez M., « La escribanía de la sala del consell : un oficio controvertido », Revista de Hi (...)
  • 18 Archivo del Reino de Valencia (ARV), Mestre Racional (MR), n. 10378 : cuenta de Juan Martínez de V (...)
  • 19 Montojo Montojo V., Hernández Franco J., « Patronazgo real y familias urbanas : comportamientos de (...)

13Cette évolution fut particulièrement visible pour les escribanías ordinaires, appelées « numerarias », mais également pour les escribanías spéciales, comme celle de la Sala del Consell (Alicante) ou celles d’Ayuntamiento, Rentas Reales, Guerra y Armadas (Cartagena17). Et contrairement à ce que l’on serait tenté de croire, les nouveaux emplois étaient convoités par les élites urbaines, comme l’étaient les emplois militaires, aussi bien ceux dépendants des gouverneurs et vice-roi (sargentos mayores et visitadores des Tours et des Côtes du Royaume), que ceux des officiers royaux (payeurs et inspecteurs des organismes de Guerre et de Marine, subordonnés des fournisseurs des Armadas y Fronteras), qui furent détenus par les membres les plus prééminents des oligarchies : à Alicante, les Martínez de Vera dans le cas du bailliage local18, et, à Carthagène, les Giner dans la comptabilité militaire, ou les González de Sepúlveda dans l’inspection des tours19.

  • 20 Montojo Montojo V., « El comercio de Levante durante el valimiento del Conde duque de Olivares (16 (...)
  • 21 C’est ce qu’il s’est passé avec les regidores fieles ejecutores, un d’entre eux fut cédé à Cartage (...)

14Ces emplois de plume et de bourse ne furent pas les seuls à être mis sur le marché : ce fut le cas aussi pour quelques-uns qui avaient pour objet l’application de la justice ; non pas ceux de juges (corregidores ou lieutenants d’adelantados), mais ceux d’alguacilazgos mayores (ainsi à Carthagène à Vicente Imperial Jobardo, d’origine génoise20), les transformant alors en enjeux à se disputer21. Il en alla de même avec les postes d’alféreces mayores et de sargentos mayores de milices.

15L’obtention des offices, tant ceux concédés par le roi, que ceux relevant de la nomination par le vice-roi ou par le gouverneur colonial, fut un constant motif de problèmes de cohabitation entre les puissants, pour des raisons extrêmement variées. Parmi celles-ci se trouvent les fréquents changements de validos et de factions, qui avaient pour effets de menacer la pérennité du pouvoir et de l’honneur.

Situations de refus et de conflits : les exemples d’Alicante et de Carthagène

  • 22 Arqués A., Nobiliario Alicantino, Alicante, Ayuntamiento de Alicante, 1966 [1678/1794], p. 14-15.
  • 23 Biblioteca Universitaria Valenciana, Manuscritos n. 802 (43), f. 452, citado por Salvador Esteban (...)
  • 24 Maltés P. J. B., López P. L., Illice ilustrada, 1710/1752, Década III, cap. VI, 86, p. 144. Montoj (...)

16En ce qui concerne le royaume de Valence, parmi les nombreuses sources dont il est fait mention dans les chapitres introductifs du Nobiliario Alicantino de Arqués, il nous faut signaler comme plus spécifique à la ville d’Alicante le « Privilegio militar concedido por el señor Carlos II a los ciudadanos de mano mayor de Alicante con otras prerrogativas » (1687) et les « Fragmentos nuevos de los linajes viejos y nuevos de la Ciudad de Alicante », de Jaime Bendicho Embite (165322). L’obtention, par la ville d’Alicante, du privilège militaire qui accompagna la concession de son titre de Seigneurie moyennant un paiement de 5 000 doublons, fut l’objet d’une dure critique de la part de la ville de Valence, qui allégua que l’on avait bradé un privilège qu’elle était jusque-là la seule à détenir (face à d’autres villes comme Orihuela, pourtant siège administratif important, ou encore Jativa), alors que de surcroît Alicante était une « cité des plus nouvelles, et essentiellement composée d’étrangers, souvent de commerçants23 ». On retrouve cette identification d’Alicante avec le commerce étranger dans une chronique de Juan Bautista Maltés vers 1710 : « Les grands marchands… soutiennent le commerce des particuliers, et par eux circulent d’une main à l’autre l’argent et les produits des provinces. Il y a plus de personnes employées à cette tache dans cette ville, que dans presque tout le reste du Royaume24. »

  • 25 On cessa de les convoquer en 1645 : García Martínez S., Valencia bajo Carlos II. Bandolerismo, rei (...)

17Par ailleurs, cette concession illustre un nouveau mode de relation entre le gouvernement de la ville et la Cour, caractéristique du XVIIe siècle : une relation plus directe, à travers le vice-roi de Valence et ses délégués, et moins dépendante des Cortes valenciennes, du reste peu souvent réunies dans la première moitié du siècle, et jamais convoquées pendant la seconde25.

  • 26 Torres Fontes J., « La reincorporación de Cartagena a la Corona de Castilla », Anuario de Historia (...)

18Alicante s’ennoblit avec le titre de Seigneurie, précisément lors d’un règne, celui de Charles II (1675-1700), pendant lequel se vendirent de nombreux titres nobiliaires, mais elle l’avait déjà fait antérieurement avec la concession du titre de Ville (« Ciudad ») par Ferdinand le Catholique, en 1492. Son épouse, Isabelle la Catholique, fut justement celle qui magnifia Carthagène en la réincorporant à la Couronne, dépossédant pour cela en 1503 celui qui en était jusque là son seigneur, Pedro Fajardo Chacón, qui allait être élevé au rang de premier marquis de los Vélez à partir de 150726. Les deux villes furent l’objet d’une considération et d’un traitement spécial, de la part des Rois catholiques, en raisons des grands bénéfices qu’ils attendaient d’elles.

19Les villes portuaires du Levant, Alicante et Carthagène, se caractérisèrent par leurs relations entretenues avec l’Italie, les Flandres et la France, en fonction des liens prédominants que la Monarchie hispanique établit du xvie au XVIIIe siècle. Par exemple, en 1530, Mafeo de Tasis approvisionna Sienne en céréales depuis Carthagène, et en 1567, c’est encore depuis Carthagène que le duc d’Albe embarqua pour prendre le commandement de l’armée de Flandres.

  • 27 Salvador Esteban E., « Mercaderes extranjeros en la Valencia de los siglos XVI y XVII. Entre la at (...)

20L’accueil et l’enracinement de personnes – et même de communautés – étrangères furent une chose commune aux villes du Levant espagnol, aussi bien pour les capitales politiques (Valence et Murcie qui, de plus, étaient productrices de soieries27) que pour les cités portuaires (Alicante et Carthagène). Ensuite, l’immigration se diffusait à l’intérieur des royaumes respectifs, et, en ce qui concerne les domaines artistiques et économiques, irradiait vers l’intérieur de la Péninsule.

  • 28 Montojo Montojo V., Maestre de San Juan Pelegrín F., « Le Béarn et le Levant espagnol », Revue de (...)

21La création de confréries nationales de Génois fut une marque de l’intégration de cette communauté, tout comme le furent pour les Français des fondations (telle l’hôpital Saint-Louis à Carthagène) et des bâtiments (à l’instar des palais Maisonnave et Marabeuf à Alicante). L’immobilier permet en effet de mettre particulièrement en relief l’empreinte atlantique de certaines de ces communautés, comme le cas des Bretons à Carthagène et Valence, des Anglais à Alicante ou des Béarnais dans chacune28.

22Il y a quelques années, en 1992, dans une étude sur les consulats extraterritoriaux étrangers dans le Sud-Est péninsulaire espagnol, on a mit en avant l’idée que les premières installations de ces consuls se firent d’abord dans l’intérieur, pour gagner ensuite la périphérie maritime. C’était probablement la direction de la mobilité de la population étrangère dans le Royaume de Murcie : du centre vers la périphérie. C’est ce qu’il se passait pour d’autres mouvements, comme par exemple, la croissance démographique au début du XVIe siècle, et ce que confirme aussi l’orientation géographique générale, qui part depuis le centre de l’Europe, vers les territoires maritimes. Cela produisait une dérivation des opportunités de travail et de promotion sociale, de services et de grâces, qui confluait dans l’aliénation des offices.

  • 29 Montojo Montojo V., « Matrimonio y patrimonio en la oligarquía de Cartagena (siglos XVI-XVII) », F (...)

23En ce qui concerne les villes du Levant espagnol, la relation entre l’immigration et la rénovation des groupes de pouvoirs a été très étudiée29.

  • 30 Concrètement parmi les nouveaux échevins pro Bourbon à Alicante il y eut le florentin Corsiniani : (...)

24Les groupes d’échevins d’Alicante et de Carthagène du début du XVIIIe siècle, après la Guerre de Succession, présentaient sans doute des traits de continuités avec ceux des siècles antérieurs, surtout depuis les années 1550, mais ils montraient aussi des changements et des renouveaux30. L’immigration étrangère dans certaines villes du Levant espagnol (Alicante, Murcie, Carthagène) s’était caractérisée non seulement par sa composition mercantile et artisanale, mais aussi par l’influence sociale et économique de ces immigrants.

  • 31 En Alicante il fut très notoire, sous le règne de Charles II : Díez Sánchez M., La hacienda munici (...)

25Les villes d’Alicante et de Carthagène, de par leur condition portuaire et levantines, jouèrent un rôle majeur dans la revalorisation de leur position géostratégique à partir du début du XVIe siècle, repositionnement à mettre en relation avec l’alliance de Charles Quint avec Gênes, et avec son affrontement avec Alger. Une conséquence de ceci fut l’accueil d’immigrants étrangers, d’abord dans quelques villes de l’intérieur, et ensuite dans les villes maritimes, au long du xvie et d’une partie du XVIIe siècle. Au même moment, l’encadrement social produit par la progression de l’absolutisme monarchique conduisit à l’évolution élitiste et « oligarchisante » des groupes dirigeants, mais sans exclure pour autant la promotion sociale de certains commerçants étrangers, comme des Bretons, des Génois, des Milanais, surtout au travers de mariages avec des filles de familles importantes, ainsi que par interventionnisme royal31. Ces deux tendances (« oligarchisation » et pénétration d’étrangers) se produisirent parfois de forme conflictuelle, et caractérisèrent ces villes maritimes qui n’étaient pas capitales de leurs territoires (comme l’étaient Orihuela et Murcie).

26Les alliances de la monarchie hispanique avec divers pouvoirs moyens, comme certaines cités italiennes, ou avec les catholiques bretons et marseillais de la Ligue opposés à Henri IV, ou encore les Anglais et Irlandais rebelles à la Couronne d’Angleterre, favorisèrent la consolidation des petites communautés dans les villes de la Méditerranée espagnole, considérées parfois comme de véritables lieux d’exil. Mais ces alliances contribuèrent aussi à accroître les tensions avec les autorités locales, celles-ci s’opposant à l’accumulation d’exemptions dont jouissaient ces communautés, et parvenant difficilement à contrôler leurs mouvements de capitaux. Leur élévation sociale posait aussi des problèmes.

27Selon une tradition historiographique, Alicante devint le grand port du royaume de Valence après la révolte des Germanías (1519-1523). La croissance du port de Carthagène quant à elle, est à mettre en relation d’une part avec la défense de la Barbarie et le littoral du royaume de Murcie, d’autre part avec son rôle dans la logistique militaire à destination de l’Italie. Par ailleurs, l’équilibre politique instauré après la révolte des Germanías et l’événement concomitant de la Guerre des Comunidades des Castilles (1520-1522), qui se fit par l’exclusion des personnes qui s’étaient placées du côté des soulevés, fut, en Castille à partir de 1543, fragilisé par la vente des offices, à laquelle il fallut avoir recours pour financer les guerres contre la France, Alger, et les protestants allemands. Mais c’est durant le règne de Philippe II (1556-1598) que se produisit la pénétration des commerçants étrangers dans les groupes oligarchiques d’Alicante et de Carthagène, pénétration qui allait s’intensifier durant le XVIIe siècle, malgré l’opposition des organes directeurs des municipalités et des finances royales. En effet, ces derniers accusaient les Italiens de frauder, et les Bretons d’êtres des collaborateurs anglais en période de guerres.

  • 32 Ansaldo fut accusé par Paravecino de ne pas être originaire du royaume de Valence, mais de Carthag (...)

28Durant les règnes de Philippe III et Philippe IV, les négociations de services économiques et militaires réclamés la Couronne aux conseils municipaux a pu donner à ces gouvernements urbains, à la composition majoritairement espagnole, une plus grande capacité de défense contre l’introduction d’étrangers. Mais dans les faits, ce fut une processus contraire qui se produisit, car la Couronne et ses tribunaux octroyèrent des reconnaissances de noblesse à des nouveaux venus, qui obtinrent ainsi davantage de pouvoir. Non seulement ils s’introduisirent parmi les autorités locales, mais en plus, ils poursuivirent leurs activités frauduleuses, continuant à commercer avec les ennemis de la Couronne d’Espagne. Lorsque cette dernière fut contrainte de reconnaître l’indépendance de la Hollande (1648) et du Portugal (1668), ainsi que la suprématie française (1659/1668), elle dut aussi admettre des consuls étrangers, alors que les communautés immigrées s’étaient rendues maîtres du trafic commercial, et nombre de ses membres consolidèrent alors leurs promotions sociale. Il est révélateur, à cet effet, que Juan-Bautista Paravicino, d’origine milanaise, plaide en 1661 contre Juan Agustín Ansaldo, d’origine génoise, pour être reconnu comme jurat en cap de caballeros, une des charges les plus prestigieuses du conseil d’Alicante32.

29Toujours à Alicante, après la Paix des Pyrénées, les commerçants reçurent d’importantes exemptions fiscales (1660-1664), qui aidèrent à leur développement, et deux décennies et demi plus tard, à leur promotion sociale, car la Real Audiencia de Valencia avait reconnu la noblesse de certains d’entre eux. De son côté Charles II accordait des privilèges militaires à des marchands et négociants huppés (1687) que l’on désigna alors par le terme de « citoyens militaires » (ciudadanos militares) et non plus « citoyens honorés » (ciudadanos honrados). À Carthagène, beaucoup de Génois et quelques Français accédèrent aux postes d’échevins vers le milieu du XVIIe siècle et, bien que la période du règne de Charles II n’y fut pas aussi faste qu’à Alicante, cette tendance se maintint encore au début du XVIIIe siècle.

30Pour autant, la monopolisation de la concession des grâces par les rois de Castille et d’Aragon qui résulta de leur victoire militaire contre la grande noblesse soutenant Henri de Trastamare et contre les Comunidades, s’accompagna d’une plus grande intervention sur les conseils municipaux et, en conséquence, sur la composition des oligarchies et des élites. Un aspect clairement visible dans cette évolution est que ces monarques s’appuyèrent sur des personnes étrangères et que certaines d’entre elles s’introduisirent alors dans les oligarchies urbaines, provoquant des conflits de cohabitation avec les membres des vieux lignages qui fondaient leur légitimité dans leur fidélité aux rois, desquels ils avaient obtenu biens et privilèges.

31Mais parfois, il était impossible à certains d’entre eux de maintenir leur position sociale, pour cause d’endettement par exemple, et d’autres les remplaçaient. Ainsi, des Italiens, comme les Fornier, Ansaldo, Berardo ou les Corsiniani d’Alicante prêtèrent des services financiers à Philippe IV et Charles II ou mirent à disposition leurs talents comme administrateurs des salines ou d’autres services, montrant ainsi leur capacité à s’intégrer aux rouages de la Cour. Il est vrai qu’ils furent parfois victimes de quolibets et de railleries à l’exemple du sang bleu affiché des Fornier que l’on appréciait ainsi : « cette famille, bien qu’elle résida quelques années dans cette ville d’Alicante, ne parvint à accéder à la chevalerie que lorsque Jacinto Forner, Familiar del Santo Oficio, intégra la milice en 1651 et qu’il acheta dans les années 1660 à Marco Antonio Pujazons le lieu-dit ‘‘de Benasau’’. Et à Madrid, la reine, le 1er juin 1669, lui concéda le privilège de noblesse avec vote aux Cortes. Et en 1674, il acheta aux comtes de Ana, la baronnie de Finestrat. Ledit Jacinto, désormais don Jacinto, se maria avec Da Jacinta Talayero, et a une nombreuse descendance ».

  • 33 Arqués A., op. cit., p. 52. C. Sanz Ayán, Los banqueros de Carlos II, Valladolid, Universidad de V (...)

32Jacinto Forner montre une trajectoire similaire à celle d’autres financiers italiens du XVIIe siècle, comme les Piquinoti : service au roi, concession de privilèges, et par conséquent, anoblissement33. Il faut souligner que les mariages de Jacinto Forner et de ses sœurs le lièrent à d’autres familles italiennes.

  • 34 Casado Alonso H., « Comercio textil, crédito al consumo y ventas al fiado en las ferias de Medina (...)

33Les Italiens ne dominèrent pas seulement le commerce, mais également les finances. À l’époque moderne, une très importante partie de l’endettement des familles était pallié par des crédits contractés auprès de ces commerçants34 ou par les dots. Le Nobiliario Alicantino, déjà cité, met en relief le grand nombre de mariages entre les familles originaires de cette ville d’Alicante et celles d’étrangers qui s’y étaient établis (les Canicia, Imperial, Escorcia, Nicolini, Paravezino) quand bien même il y eut des stratégies endogames au sein des deux groupes.

  • 35 Dans les statuts de 1625 s’imposa la nécessité d’être originaire pour le tirage au sort, mais le r (...)

34Parmi les familles les plus anciennes d’Alicante, on retrouve celles des chevaliers de la Reconquista (Bourgunyo et quelques autres), et d’autres procédant de Cocentaina (Bosch), Elche (Fernández de Mesa, Pérez de Sarrió) ou Orihuela (Ruiz de Vallebrera), qui possédaient parfois des seigneuries (Agost de Bourgunyo, Bussot de los Martínez de Vera, Ares y Cella de los Bosch, Formentera de los Pérez de Sarrió, Cox de los Ruiz de Vallebrera), et dont certains membres avaient été armés chevaliers par le comte de Concentaina en personne, ce qui indique un possible premier patronage de ce noble. Les Rois catholiques donnèrent des occasions de s’illustrer à ce groupe de notables (telles les guerres du marquisat de Villena et de Grenade), mais également à d’autres d’origine plus récente, et en 1493 les monarques régulèrent les tirages au sort des offices municipaux (les insaculaciones), en les plaçant sous le contrôle de l’Audience de Valencia. Charles Quint et Philippe II firent quelques concessions d’intégration dans les milices ou de privilèges nobiliaires, surtout à l’occasion des réunions des Cortès ; en revanche Philippe IV et Charles II multiplièrent ces grâces puisqu’ils distinguèrent 23 familles (16 le furent entre 1476 et 1620). Sous Philippe III, en 1600, on avait modifié le régime de tirage au sort des offices municipaux, de telle manière que les bourses passèrent de deux à trois : chevaliers, citoyen de rang important (ciudadanos de mano mayor) et citoyens de rang inférieur (ciudadanos de mano menor). Dans le premier groupe parvinrent à s’intégrer quelques Italiens, comme les Canicia et les Escorcia, en dépit de l’opposition des familles originaires d’Alicante qui imposèrent des conditions à cette entrée35.

  • 36 ARV, Escribanías de Cámara (Audiencia borbónica), 1722, n. 163 : Fco. Marabeuf contra Jaime Llop.

35À Alicante beaucoup de ces familles intégrèrent les statuts supérieurs de la société par le mariage, qu’il s’agisse d’Italiens avec des filles originaires de la ville, ou de Valenciens avec des descendants d’Italiens : tel est le cas de Buenaventura Ferrer avec Isabel Escorcia, ou celui de Ignacio Bojoni avec une autre Escorcia, encore de Juan Bautista Canicia de Franquís avec Jusepa Suqueto. Également, le Français Jaime Llop, se maria avec une descendante d’Italiens, Francisca Bojoni, fille de Pedro Bojoni et de Margarita Nicolín36. C’est pourquoi une des caractéristiques de l’oligarchie d’Alicante fut son mélange avec des Italiens et des Français, et donc une certaine forme de cosmopolitisme.

36Sous le règne de Charles II, à Alicante les titres nobiliaires furent distribués entre les membres des anciennes familles de chevaliers, (tels les Martínez de Vera, seigneurs de Busot et baillis locaux, marquis del Bosch depuis 1689), comme entre les commerçants (Jacinto Forner y Talayero, baron de Finestrat, descendant de l’administrateur des douanes qui abandonna ce poste en 1635 en raison de dettes).

  • 37 Cette élection se fit à partir de 1619, année de la disparition des caballeros cuantiosos en Casti (...)

37Les conflits portés devant les tribunaux royaux, sanctionnaient la tendance des groupes puissants et nobiliaires à organiser le gouvernement local selon leurs intérêts, se réservant différentes charges (alcaldes et alféreces del estado de hidalgos à Carthagène), et en même temps leur incapacité à résoudre les conflits par accord mutuel37.

  • 38 Julián Jonchée o Junge affronta Ginés Jorquera et Martín de Cifuentes, qui perdirent leur charge o (...)
  • 39 La désignation de Lorenzo Grut donna lieu à des pétitions contre plusieurs regidors, à une enquête (...)
  • 40 Pedro Báez Coronel, recouvreur des droits de laines de l’escribanía de sacas avec Manuel Baraza so (...)
  • 41 Montojo Montojo V., op. cit., 1991, p. 70-72.
  • 42 Il y eut un conflit entre le marquis de los Vélez et les regidors Vicente Imperial et Ignacio Preb (...)

38Des commerçants français furent également à l’origine de conflits à Carthagène, comme Julián Junge, Breton de Saint-Malo, dont l’acquisition d’un échevinage au conseil municipal coïncida avec un conflit qui l’opposa à d’autres membres38. Un autre exemple est fourni par le refus de la nomination comme consul de France par Louis XIII du Breton Lorenzo Grut, de la part de Philippe IV, qui préféra nommer un génois consul de toutes les nations étrangères… y compris de la nation française39. On peut donc deviner, que ces petits conflits se prolongèrent au sein du conseil municipal de Carthagène par l’introduction d’étrangers, tels les Portugais40, ou par l’affrontement entre les Génois et l’oligarchie41, et surtout la division interne des habitants au milieu du XVIIe siècle avec les Génois comme principaux protagonistes, alignés sur la politique de l’alcalde mayor et affrontant le marquis de los Vélez42.

39Certains de ces problèmes portaient sur des interprétations purement formelles, comme le découpage pour un scrutin, ou la justification d’une commission ou d’une dépense, puisque la gestion municipale, en vertu des ordonnances royales, se fit peu à peu plus bureaucratique.

  • 43 Ainsi, Alexandro de Marchi ou Marco, regidor génois, dans l’affaire de l’opposition de quelques-un (...)

40À Alicante et Carthagène les charges administratives et celles de gouvernement municipal furent l’objet de disputes, de manière structurelle, peut-être parce qu’il y avait une grande fluidité entre elles, qui amenait fréquemment à des conflits de juridiction, caractéristiques de l’époque, et dans lesquels prenaient parti souvent les étrangers et leurs descendants43.

41Cette articulation d’offices et de charges était le chemin de la promotion sociale, possible à travers le mariage, le patronage royal ou la vénalité, ce qui donnait lieu à des stratégies de caractère social, mais aussi économique lorsqu’il s’agissait de survie individuelle ou de groupe.

  • 44 La prédominance de Pierres de Peralta en Navarre est comparable à celle de Pedro Fajardo : Ostolaz (...)

42Si au XVe siècle la prédominance de l’adelantado du royaume et des commandeurs des ordres militaires (surtout les Fajardo) leur permit de contrôler les offices royaux – en premier lieu le gouvernement des places fortes et les postes clefs des conseils – par la suite, sous les rois Catholiques et leur fille Jeanne la Folle, la consolidation du rôle du corregidor comme gouverneur et juge du territoire permit au monarque d’introduire de nouveaux offices royaux afin de faire triompher sa propre administration. Ainsi, la mainmise des corregidors sur les conseils au détriment des adelantados, donna lieu à un plus grand contrôle sur le gouvernement et les finances locales ou municipales. Et ce dernier se réalisa, entre autres moyens, à travers une formalisation des écritures (obligation de tenir des registres de cens, d’ordonnances, de délibérations et livres de votes). À ceci se joignit la centralisation des grâces et des cadeaux, de la part de la monarchie, ce qui favorisa un encadrement des puissants profitable à la Cour44, d’abord lors des Cortes de Tolede de 1480, et ensuite lors de celles de Valladolid en 1518.

  • 45 García Díaz I., « Escritura y clases populares en Murcia en el tránsito de la Edad Media a la Mode (...)
  • 46 L’article de V. Montojo Montojo a été traduit de l’espagnol par Dominique Goncalvès.

43L’instabilité politique et sociale du début du règne de Charles Quint fut l’occasion de changements dans la conformation des gouvernements municipaux (à Alicante le contrôle du tirage au sort des offices passa à la Real Audiencia de Valencia, et à Carthagène on passa de la cooptation à l’office à vie), et, en dépit d’une faible introduction d’éléments lettrés, s’imposa une composition d’officiers non lettrés et laïcs, probablement sous l’influence de l’administration militaire et en raison de l’analphabétisme général des puissants45. Il en résulta une plus grande possibilité d’ascension sociale depuis les offices administratifs jusqu’à ceux de gouvernement46.

Notes

2 Saupin G., « Sociologie du gouvernement urbain des villes atlantiques anglaises et françaises aux XVIIe et XVIIIe siècles », Coste L. (dir.), liens de sang, liens de pouvoir. Les élites dirigeantes urbaines en Europe occidentale et dans les colonies européennes (fin XVe-fin XIXe siècles), Rennes, PUR, 2010.

3 Chacón Jiménez F., « Población, familia y relaciones de poder. Notas y reflexiones sobre la organización social hispánica : circa siglo XV-circa siglo XVII », Historia y perspectivas de investigación. Estudios en memoria del profesor Ángel Rodríguez Sánchez, Rodríguez Cancho M. (coord.), Mérida, Universidad de Extremadura, 2002, p. 85-95.

4 Molina Puche S., Hernández Franco J., « Mantener el status. Historiografía sobre las familias poderosas en la Castilla Moderna », Revista de Historiografía, Madrid, 2, 2005, p. 317-324.

5 Schiera P., « Legitimità, disciplina, istituzioni : tre presupposti per la nasita dello Stato moderno », Origini dello Stato. Processi di formazione statale in Italia fra madioevo ed età moderna, Bolonia, 1994, p. 17-48.

6 Hernández Franco J., Jiménez Alcázar J. F., « Estado, aristocracia y oligarquías urbanas en el Reino de Murcia : Un punto de flexión en torno a las Comunidades de Castilla », Chronica Nova, Granada, 23, 1996, p. 171-187.

7 Ruiz Ibáñez J. J., Las dos caras de Jano. Monarquía, ciudad e individuo. Murcia, 1588-1648, Murcia, Universidad de Murcia, 1995.

8 Mousnier R., « Les fidélités et les clientèles en France aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles », Histoire Sociale-Social History, 29, 1982, p. 35-46.

9 Thompson I. I. A., « Administración y administradores en el reinado de Carlos V », En torno a las Comunidades de Castilla : Actas del Congreso Internacional Poder, conflicto y revuelta en la España de Carlos I, Toledo, Universidad de Castilla la Mancha, 2002, p. 93-107. Ruiz Ibáñez J. J., « Tiempo de guerra, tiempo de cambio. Resistencias, realidades y representaciones en los comienzos de la transición al pleno absolutismo en el Reino de Murcia (1642-1669) », Cuadernos del Seminario Floridablanca, Murcia, 5, 2003, t. I, p. 633-695 ; Muñoz Rodríguez J. D., « Consenso e imposición en la conservación de la Monarquía. La práctica política en un territorio de la periferia castellana : el reino de Murcia (1682-1700) », Hispania, Madrid, 215, 2003, p. 969-994.

10 Molina Molina A. L., « Mercaderes genoveses en Murcia durante la época de los Reyes Católicos », Miscelánea Medieval Murciana, 2, 1976, p. 277-312. López de Coca Castañer J. E., Torres Beltrán M. T., « Mercaderes genoveses en Málaga (1487-1516) : Los hermanos Centurión e Ytalián », Historia, Instituciones, Documentos, Sevilla, 7, 1980, p. 93-126.

11 Fernández Conti S., Los Consejos de Estado y Guerra de la Monarquía Hispana en tiempos de Felipe II, 1548-1598 ; Valladolid, Junta de Castilla y León, 1998. Rivero Rodríguez M., « La fundación del Consejo de Italia : Corte, grupos de poder y periferia, 1536-1559 », Instituciones y élites de poder en la Monarquía Hispana durante el siglo XVI, Martínez Millán J. (ed.), Madrid, Universidad Autónoma de Madrid, 1992, p. 199-221.

12 Dans cette alliance, on pourrait inculre des Bretons, des Flamands, des Génois et des Portugais : Montojo Montojo V., Ruiz Ibáñez J. J., « Le comunità mercantili di Genova e Saint-Malo a Cartagine, porta della Castiglia (secc. XVI e XVII) », Mercanti e viaggiatori per le vie del mondo, Motta G. (ed.), Milán, Franco Angeli, 2000, « Temi di storia », p. 75-90.

13 Descimon R., « Les élites du pouvoir et le prince : l’État comme entreprise », Les élites du pouvoir et la construction de l’État en Europe, Reinhard W. (ed.), Paris, 1996, p. 133-162.

14 Ruiz Ibáñez J. J., « Bellum omnium contra omnes. Las posibilidades y contradicciones de la guerra económica por parte de la monarquía hispánica en la década de 1590 », Studia Historica (Historia Moderna), Salamanca, 27, 2005, p. 85-109.

15 Ruiz Ibáñez J. J., « Entre Dios y los hombres : los refugios políticos en la Alta Edad Moderna europea », Acogidos y rechazados en la Historia, González Jiménez M. et al., Valladolid, Universidad, 2005, p. 35-84.

16 Un exemple de cette situation est la documentation que généraient ces officiers. Les documents de quelques études de notaires d’Alicante passèrent aux mains des marquis del Bosch : Alberola Romá A., Catalogación de los protocolos del notario Martí Moliner (1633-1650), Alicante, Instituto Alicantino de Cultura, 1983. Au milieu des papiers des Garre de Cáceres et des González de Sepúlveda nous retrouvons ceux ayant trait à leurs emplois de contrôleurs des Tours de la Côte du Royaume, ou afférent à l’escribanía mayor de Millones. En effet, les fonds documentaires sont un reflet de la pratique administrative et sociale : Montojo Montojo V., « Fondos documentales nobiliarios e investigación sobre familias », Espacios sociales, universos familiares. La familia en la historiografía española, Chacón Jiménez F., Hernández Franco J. (eds), Murcia, Universidad de Murcia, 2007, p. 293-314.

17 Díez Sánchez M., « La escribanía de la sala del consell : un oficio controvertido », Revista de Historia Moderna, Alicante, 17, 1998, p. 311-320. Montojo Montojo V., « Escribanías y registros fiscales : Tratamiento archivístico », Boletín de la Asociación Española de Archiveros, Bibliotecarios, Museólogos y Documentalistas, Madrid, 2, 2001, p. 111-118.

18 Archivo del Reino de Valencia (ARV), Mestre Racional (MR), n. 10378 : cuenta de Juan Martínez de Vera. En 1635 Alfonso Martínez de Vera fut depositario general, en l’absence de Jaime Talayero comme arrendador del dret de aduana : ARV, MR, n. 10384. Les jugements les plus anciens de l’Audience de Valencia touchant à Alicantes sont ceux de Pedro Martínez de Vera contre Joan Morant (1589) et Melchor Fernández de Mesa (1610) : ARV, Audiencia, parte II, letra J, n. 1835 y parte I, letra P, n. 1091.

19 Montojo Montojo V., Hernández Franco J., « Patronazgo real y familias urbanas : comportamientos de poder (Cartagena, ss. XVII-XVIII) », Familia, poderosos y oligarquías, Chacón Jiménez F., Hernández Franco J. (eds), Murcia, Universidad de Murcia, 2001, p. 83-93.

20 Montojo Montojo V., « El comercio de Levante durante el valimiento del Conde duque de Olivares (1622-1643) », Revista de Historia Moderna, Alicante, 24, 2006, p. 459-486.

21 C’est ce qu’il s’est passé avec les regidores fieles ejecutores, un d’entre eux fut cédé à Cartagena par Pedro Bevengud au Génois Iácome Blanquete, sous la protestation d’autres regidores : Archivo Municipal de Cartagena (AMC), Actas Capitulares (Ac. Cap.) 9-1-1571, 7-2-1571, 26-6-1574, 10-7-1574 y 22-1-1575.

22 Arqués A., Nobiliario Alicantino, Alicante, Ayuntamiento de Alicante, 1966 [1678/1794], p. 14-15.

23 Biblioteca Universitaria Valenciana, Manuscritos n. 802 (43), f. 452, citado por Salvador Esteban E., « La frontera intrarregnícola valenciana y su impacto en las instituciones reales. El ejemplo de las dos bailías generales », dans Pedralbes, Barcelona, 13, 1993, p. 11-23, cfr. 14. Ver además : Martínez Ruiz J. I., Gauci P., Mercaderes ingleses en Alicante en el siglo XVII, Alicante, Universidad de Alicante, 2008.

24 Maltés P. J. B., López P. L., Illice ilustrada, 1710/1752, Década III, cap. VI, 86, p. 144. Montojo Montojo V., « El comercio de Alicante en los reinados de Felipe II y Felipe III. Una construcción desde la cooperación », dans Cuadernos de Historia Moderna, Madrid, 32, 2007, p. 81-105.

25 On cessa de les convoquer en 1645 : García Martínez S., Valencia bajo Carlos II. Bandolerismo, reivindicaciones agrarias y servicios a la monarquía, Villena, Ayuntamiento de Villena, 1991 [1re éd. 1974. Valencia, Universitat de Valencia], p. 283-308.

26 Torres Fontes J., « La reincorporación de Cartagena a la Corona de Castilla », Anuario de Historia del Derecho Español, Madrid, 50, 1980, p. 327-352.

27 Salvador Esteban E., « Mercaderes extranjeros en la Valencia de los siglos XVI y XVII. Entre la atracción y el rechazo », Congreso Internacional La Burguesía española en el Antiguo Régimen (Madrid, 1991), Valladolid, Universidad de Valladolid, 1996, p. 1138-1155.

28 Montojo Montojo V., Maestre de San Juan Pelegrín F., « Le Béarn et le Levant espagnol », Revue de Pau et du Bearn, Pau, 32, 2005, p. 215-228 ; « Relaciones sociales y actividades económicas de los comerciantes procedentes de los Pirineos franceses en Cartagena (España) a lo largo del siglo XVIII », Circulation des marchandises et réseaux commerciaux dans les Pyrénées (XIIIe-XIXe siècles), Minovez J.-M., Poujade P. (eds), Toulouse, CNRS-Université de Toulouse le Mirail, 2005, p. 191-211.

29 Montojo Montojo V., « Matrimonio y patrimonio en la oligarquía de Cartagena (siglos XVI-XVII) », Familia, grupos sociales y mujer (ss. XV-XIX), Chacón Jiménez F., Hernández Franco J., Peñafiel Ramón A. (eds), Murcia, Universidad de Murcia, 1991, p. 49-93. Velasco Hernández F., « Lazo familiar, conexión económica e integración social : la burguesía cartagenera de origen extranjero en el siglo XVII », Familia, casa y trabajo, Chacón Jiménez F., Ferrer i Alós L. (eds), Murcia, Universidad, 1997, p. 297-312.

30 Concrètement parmi les nouveaux échevins pro Bourbon à Alicante il y eut le florentin Corsiniani : Pradells Nadal J., Del foralismo al centralismo (Alicante, 1700-1725), Alicante, 1984. Montojo Montojo V., « Los comerciantes de Alicante y Cartagena en la Guerra de Sucesión », Estudis. Revista de Historia Moderna, Valencia, 34, 2008.

31 En Alicante il fut très notoire, sous le règne de Charles II : Díez Sánchez M., La hacienda municipal de Alicante en la segunda mitad del siglo XVII, Alicante, Generalitat Valenciana, 1999, p. 86, nota 115.

32 Ansaldo fut accusé par Paravecino de ne pas être originaire du royaume de Valence, mais de Carthagène (1614), en dépit de quoi il fut quand même tiré au sort par décision royale : Arch. Mun. de Alicante, armario 3, caja 7, n. 3. Juan Bautista Paravicino faisait partie de l’oligarchie d’Alicante : « En concreto y según esta fuente, los dirigentes municipales adjudicaban los arrendamientos de los derechos de la ciudad a su antojo, guiados exclusivamente por motivos de interés personal y obviando todos los estatutos al respecto. Así, dos autos de fecha 7 de agosto de 1661 demostraron que el arrendamiento del abastecimiento de carne fue adjudicado, con dispensa de depositar fianza, a un individuo no afincado en la ciudad a instancias de Juan Bautista Paravicino, uno de los jurados en ejercicio » [selon le jugement de résidence de don Braulio Esteve, en 1662]. « Juan Bautista Paravicino resultaría elegido de nuevo para el oficio de jurado en 1663 » (Arch. Mun. de Alicante., S. V., leg. 279, doc. 24 Enquête émanant du Conseil d’Aragón et adressée à don Braulio Esteve). En 1683 il y eut encore une intrigue d’un Paravicino contre les gens tirés au sort par le roi. Díez Sánchez M., op. cit., 1999, p. 66 et 86 nota 115.

33 Arqués A., op. cit., p. 52. C. Sanz Ayán, Los banqueros de Carlos II, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1988, p. 176-177.

34 Casado Alonso H., « Comercio textil, crédito al consumo y ventas al fiado en las ferias de Medina del Campo en la primera mitad del siglo XVI », Historia de la Propiedad Crédito y Garantía, De Dios S., Infante J., Robledo R., Torijano E., Madrid, Colegio de Registradores, 2007, p. 127-159.

35 Dans les statuts de 1625 s’imposa la nécessité d’être originaire pour le tirage au sort, mais le roi ou le vice-roi passaient parfois outre et l’Audience de Valencia déclara nulle en 1653 la dispense de cette condition par le vice-roi en faveur de Juan Bautista Canicia : Díez Sánchez M., op. cit., 1999, p. 56 et 85 note 111.

36 ARV, Escribanías de Cámara (Audiencia borbónica), 1722, n. 163 : Fco. Marabeuf contra Jaime Llop.

37 Cette élection se fit à partir de 1619, année de la disparition des caballeros cuantiosos en Castille, mais avec une discontinuité jusqu’en 1657, comme l’on peut en déduire de Mesa Hernández N., « Los cargos de nobleza en el Ayuntamiento de Cartagena », Hidalguía, Madrid, 30, 1958, p. 841-856.

38 Julián Jonchée o Junge affronta Ginés Jorquera et Martín de Cifuentes, qui perdirent leur charge ou furent limogés, après une inspection : Arch. mun. de Alicante, Acta Cap. 1589 (4.7-4.12), Montojo Montojo V., ouvr. cité, 1991, notas 107 y 108. Junge se maria en 1579 avec Ma Ayllón, fille de Damián Bolea jurado mercader : Archivo Histórico Provincial de Murcia, Prot. 5163, fs. 153-157, 28-5-1590.

39 La désignation de Lorenzo Grut donna lieu à des pétitions contre plusieurs regidors, à une enquête sur les Consuls étrangers dans les ports levantins et méridionaux (1623) et finalement à sa substitution par Lucas Maldonado, archer et arquebusier royal, et par son gendre le commerçant Juan Bta. Lamberto (1628/1630) : Archivo General de Simancas, Estado, legajo 2.867 : Montojo Montojo V., « Crecimiento mercantil y desarrollo corporativo en España : Los consulados extraterritoriales extranjeros », Anuario de Historia del Derecho Español, Madrid, 62, 1992, p. 47-66.

40 Pedro Báez Coronel, recouvreur des droits de laines de l’escribanía de sacas avec Manuel Baraza son neveu, parvint à être juré en 1616, ce qui provoqua les plaintes de regidors contre le fait qu’un juré soit aussi un commerçant : Arch. mun. de Alicante, Ac. Cap. 23-3-1616, ref. Montojo Montojo V., « La sociedad cartagenera bajo los Austrias », Historia de Cartagena, 7, Murcia, Ed. Mediterráneo, 1986, p. 239-326, cfr. 266.

41 Montojo Montojo V., op. cit., 1991, p. 70-72.

42 Il y eut un conflit entre le marquis de los Vélez et les regidors Vicente Imperial et Ignacio Prebe, respectivement visitador de las torres et capitán de caballos, ainsi qu’avec l’alcalde mayor, pour des affaires de juridiction militaire et de contrebande (1656-1657) : « Relación de lo sucedido en Cartagena desde el año 1656 en tiempo del marqués de los Vélez », Biblioteca Histórica de Cartagena, Vicent y Portillo G., Madrid, 1889, p. 327-346. Cette situation se prolongea avec la dispute pour la sargentía mayor, entre Nicolás Manuel Garro de Cáceres et Alonso de la Jara y Molina (1663) : MontojoMontojo V., op. cit., 2001, p. 84, nota 11. Ce conflit se déroula à la même période que celui qu’il y eut à Alicante entre le visitador Braulio Esteve et el consell (1662-1664, avec des répercussions jusqu’en 1683) : Díez Sánchez M., op. cit., 1999, p. 65-80.

43 Ainsi, Alexandro de Marchi ou Marco, regidor génois, dans l’affaire de l’opposition de quelques-uns au fait que Cristóbal de Heredia fut proveedor de armadas : Arch. mun. de Alicante, Ac. Cap. 1589-1593, 12-12-1592.

44 La prédominance de Pierres de Peralta en Navarre est comparable à celle de Pedro Fajardo : Ostolaza Elizondo M. I., Panizo Santos I., Cultura y élites de Navarra en la etapa de los Austrias, Pamplona, 2007, p. 26.

45 García Díaz I., « Escritura y clases populares en Murcia en el tránsito de la Edad Media a la Moderna », Cultura escrita y clases subalternas : una mirada española, Castillo Gómez A. (ed.), Madrid, 2001, p. 57-85.

46 L’article de V. Montojo Montojo a été traduit de l’espagnol par Dominique Goncalvès.

Auteur

Docteur en histoire moderne de l’Université de Murcie. Il est archiviste (Archives municipales de Carthagène, de Murcie, Archives générales de la région de Murcie). Il est l’auteur de plusieurs publications sur la description archivistique et heuristique des sources documentaires, sur les élites urbaines et sur les confréries espagnoles.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540