Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réinventer la ville

 | 
Lionel Arnaud

Première partie. De la marginalisation politique des immigrés à la racialisation culturelle des minorités ethniques

Introduction de la première partie

Entrées d'index

Mots clés :

marginalité

Géographique :

France

Texte intégral

1Lorsque, au lendemain de la Seconde guerre mondiale, des immigrés en provenance des colonies arrivent à Londres et Lyon à l’invitation des autorités françaises et britanniques pour participer à l’effort de reconstruction, ceux-ci sont rapidement confrontés à l’hostilité des populations établies de plus longue date dans ces deux villes. Dans un contexte de raréfaction des logements, la promiscuité socio-spatiale avec ces nouveaux arrivant engendre des réactions de rejet, souvent violentes, comme lors des fameuses « émeutes blanches » (white riots) qui surviennent à Londres pendant l’été 1958 dans le quartier de Notting Hill, ou au début des années quatre-vingt avec la multiplication des violences anti-maghrébines dans les banlieues lyonnaises.

2Dans cette première partie, nous montrons que si le renforcement des mesures législatives a d’abord permis de tenir à l’écart les nouveaux arrivants des sources de pouvoir, ce contexte d’hostilité politique et sociale, aggravé par les difficultés économiques, conduit progressivement les immigrés à s’auto-organiser dans les rares domaines où ils bénéficient d’une relative autonomie. Au-delà de la famille, c’est dans l’ensemble du groupe auquel il appartient que l’immigré antillais ou maghrébin trouve les formes de solidarités qui le protègent des incertitudes du lendemain. Les activités sociales et culturelles plus ou moins officielles comme les fêtes, les cérémonies, la création de clubs de loisirs, ou tout simplement les regroupements informels autour d’activités musicales et sportives constituent et entretiennent des réseaux de relations qui permettent de « résister » aux aléas et aux contraintes de l’émigration. Simples loisirs culturels censés opposer une certaine solidarité de groupe aux agressions de la société majoritaire, ces sociabilités populaires prennent une signification plus politique au fur et à mesure qu’elles participent d’une entreprise de contre-stigmatisation.

3Bien entendu, l’affirmation culturelle de ces groupes jusque-là maintenus à bonne distance géographique et sociale ne manque pas d’inquiéter les établis. Soucieux de se distinguer, d’affirmer leur supériorité et de maintenir les nouveaux arrivants à leur place, ils s’emploient à construire la culture comme un enjeu identitaire : la « Culture » devient un attribut somptuaire de l’État-Nation, voire de la « Race ». Et de fait, la culture des établis n’est pas seulement la culture « légitime » à l’aune duquel les autres populations sont mesurées : elle marque une distance présentée comme infranchissable aux nouveaux arrivants, dont les goûts et les pratiques semblent à jamais repoussés dans le registre de « l’exotique » et du « folklore ». La marginalisation des immigrés s’appuie dès lors non seulement sur la capacité des établis à les tenir à l’écart du pouvoir économique et politique, mais également et plus largement sur le pouvoir d’ériger leur propre code de normes en une sorte de code de normes étalon, à l’aune duquel toute norme est susceptible d’être jugée, estimée, évaluée.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site