Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liens de sang, liens de pouvoir

 | 
Laurent Coste

Avant propos

Michel Figeac

Texte intégral

1Au fil des années et au hasard des recrutements, une véritable thématique unifiante s’est dégagée au Centre d’Études des Mondes Moderne et Contemporain autour de l’étude des élites urbaines. Successivement, le négoce et la noblesse, les parlementaires et les avocats, leurs revenus, leur culture matérielle, leurs sensibilités religieuses, leurs mentalités démographiques, tout a été dévoilé. Bien sûr, nous partions tous des archives bordelaises, au risque d’encourir la terrible accusation de « localisme », mais pourquoi se priver du formidable creuset que fut Bordeaux à l’époque moderne, tant il est vrai que les minutes notariales, les registres paroissiaux et les fonds privés nous offraient un champ merveilleux de compréhension des structures sociales ? Cet espace d’interconnexion qu’était le port nous a permis de nous intéresser ensuite tout naturellement à l’espace national puis international.

  • 1 Voir aussi Coste L., Messieurs de Bordeaux. Pouvoirs et hommes de pouvoirs à l’hôtel de ville 1548 (...)
  • 2 Guignet Ph., Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 1990.
  • 3 Lamarre C., Petites villes et fait urbain en France au XVIIIe siècle. Le cas bourguignon, Dijon, E (...)
  • 4 Saupin G., Nantes au XVIIe siècle, vie politique et société urbaine, Rennes, Presses universitaire (...)
  • 5 Mouysset S., Le pouvoir dans la bonne ville. Les consuls de Rodez sous l’Ancien Régime, Rodez-Toul (...)
  • 6 Petitfrère Cl. (textes réunis par), Patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle, Tours, CEHVI, (...)

2Laurent Coste, en digne élève de Jean-Pierre Poussou, s’est inscrit totalement dans cette démarche qui élargit progressivement les espaces, et son habilitation sur les pouvoirs urbains le démontre magistralement, en particulier au travers de sa belle synthèse sur les corps de ville sous l’Ancien Régime : essai sur le renouvellement des oligarchies municipales1. Dans le concert de l’histoire des élites, la partition de Laurent Coste, c’était celle des élites municipales auxquelles il a su donner vie en faisant tomber les masques toujours trop figés des portraits officiels, comme celui des jurats qui orne un mur du Musée des Arts Décoratifs de Bordeaux. À la suite des travaux pionniers de Philippe Guignet2 et Christine Lamarre3 puis de Guy Saupin4 et Sylvie Mouysset5, l’étude institutionnelle et sociale des municipalités a connu un nouvel élan. Laurent Coste s’est inséré dans ce courant et ses ouvrages font la synthèse de ces apports. Aussi, profitant de ses réseaux dans ce secteur de l’historiographie, a-t-il songé que le moment était venu pour dresser un nouveau bilan après le colloque de Tours sur les patriciats urbains6.

3L’une des grandes originalités de cette rencontre scientifique est d’avoir su raisonner au niveau de l’espace atlantique en envisageant même les prolongements coloniaux. Les différents intervenants ont proposé des communications fort variées, allant de la présentation d’un individu (William Beckford) ou d’une famille (les Penalver, les Ybarra) à l’étude comparée à l’échelle d’une ville (Dijon, Tours, Amiens), d’une région (l’Aquitaine, la Flandre française, la Bretagne), d’un pays (la France), voire de plusieurs (France et Angleterre, Brésil et Portugal). Le clivage souvent évoqué dans l’historiographie entre villes maritimes et villes continentales n’apparaît opératoire que dans un certain nombre de cas, comme celui de l’Aquitaine du XIXe siècle, mais il doit être fortement relativisé comme le montre la composition du gouvernement urbain des villes flamandes au XVIIIe siècle. S’il existe des spécificités dans chaque ville, pour chaque pays, les communications ont permis de mettre en évidence de manière très suggestive les différences qui pouvaient exister entre la règlementation et la mise en application concrète sur le terrain. Les institutions sont ce que les hommes de pouvoir en font. Si l’analyse sociologique a fait des progrès ces dernières années, les interventions ont établi qu’il fallait dépasser la simple taxinomie et analyser de manière plus fine ce qui se cachait derrière les catégories sociales. Un autre apport a été de souligner qu’il ne fallait pas réduire ces hommes de pouvoir à des représentants en tant que tels de groupes sociaux, appelés par une sorte de partage tacite ou réglementaire du pouvoir. Mais nous laisserons là le soin à François-Joseph Ruggiu de tirer le rideau et d’exposer dans de magistrales conclusions tout l’apport d’un colloque qui n’est pas qu’un colloque de plus.

4Quelques mots encore pour remercier le Ministère de l’Éducation Nationale, le Conseil Régional d’Aquitaine et plus particulièrement François Corbel et l’équipe éditoriale des Presses universitaires de Rennes qui accueillent ce colloque en lui donnant un maximum de visibilité. Après la sortie de Jeunesse et élites, l’école bordelaise d’histoire des élites s’affiche au grand jour, dans la robe beige et noire de la célèbre collection, aujourd’hui point de ralliement de nombreux historiens.

Notes

1 Voir aussi Coste L., Messieurs de Bordeaux. Pouvoirs et hommes de pouvoirs à l’hôtel de ville 1548-1789, Bordeaux, Fédération Historique du Sud-Ouest et CAHMC, 2006.

2 Guignet Ph., Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 1990.

3 Lamarre C., Petites villes et fait urbain en France au XVIIIe siècle. Le cas bourguignon, Dijon, EUD, 1993.

4 Saupin G., Nantes au XVIIe siècle, vie politique et société urbaine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1996.

5 Mouysset S., Le pouvoir dans la bonne ville. Les consuls de Rodez sous l’Ancien Régime, Rodez-Toulouse, Société des Lettres, Sciences et Arts de l’Aveyron, 2000.

6 Petitfrère Cl. (textes réunis par), Patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle, Tours, CEHVI, 1998.

Auteur

Professeur à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3. Professeur d’histoire moderne. Directeur du Centre d’étude des Mondes Moderne et Contemporain. Ses travaux portent sur l’histoire des noblesses européennes, l’histoire de la Révolution française, l’histoire des sociétés urbaines, l’histoire de la culture matérielle, des mentalités et des sensibilités à l’époque moderne. Il vient de publier Le rayonnement français en Europe centrale du XVIe siècle à nos jours édité par la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Pessac, novembre 2009.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540