Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’administration des faveurs

 | 
François Buton

Deuxième partie. La routinisation des faveurs

Chapitre IV. Public/privé. Bureaucratisation des institutions d’État et structuration de la bienfaisance

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 25 octobre 1838, le directeur de l’Institution des sourds-muets de Paris, Désiré Ordinaire est « admis d’office » à la retraite sur décision du comte de Montalivet, ministre de l’Intérieur, lequel nomme pour lui succéder, contre l’avis des administrateurs, Adolphe de Lanneau, directeur du Collège de Sainte-Barbe. S’il fallait trouver un tournant dans l’histoire des Institutions d’État, et si l’opération même consistant à trouver des « moments décisifs » faisait vraiment sens1, on devrait sans doute mettre en valeur cette date du 25 octobre 1838. La décision de Montalivet est intéressante en elle-même : pour la première fois, le ministre (ou son administration centrale) impose une nomination aux administrateurs des Institutions d’État, rompant avec la pratique qui depuis les années 1820 leur réservait de facto le choix des directeurs. La décision ministérielle est encore intéressante par ses répercussions immédiates. Elle entraîne plusieurs actes de protestation des membres du con...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540