Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1830, le peuple de Paris

 | 
Nathalie Jakobowicz

Annexe

Texte intégral

ANNEXE I. Chansons

Chansons nationales, par F. Letellier, Impr. des chansons d’Aubert, 1830-1831, 4 p.

1Le Chant du peuple, dédié aux Parisiens, paroles de F. Letellier.

Mes amis vivent les Français,
Ils ont su se défendre ;
Pour bien dire, on n’a vu jamais
Peuple si bien s’entendre, Honneur aux braves parisiens
Car pour calmer l’alarme
Vieillards, bourgeois, faubouriens,
Ils ont tous pris les armes.

Dans les rues, sur les boulevards
On menaçait leur vie,
Mais Lafayette, Dubour, Gérard
Veillaient sur la patrie ;
Et quoiqu’ils n’avaient pas d’habits
Dans ce jour de vacarmes
Les ennemis furent assaillis
Par le grand peuple sans armes.

À nous rendre ou bien à périr
On voulait nous résoudre,
Oui mais pour les anéantir
Nous avions de la poudre.
De nos femmes, de nos enfans
S’ils firent couler les larmes,
Ils ont trouvé leur châtiment
Devant le peuple en armes.

Maintenant la tranquillité
Règne même aux barrières.
Viv’la charte et la liberté !
Tous les Français sont frères,
Ce n’est plus qu’un peuple d’amis,
Que ce tableau nous charme ;
Enfin les troubles sont finis
On n’a plus besoin d’armes.

Vaudeville final de la pièce intitulée Trois jours en une heure, par Jules Joseph de Lurieu, Opéra-Comique, première le 21 août 1830.

CHŒUR GÉNÉRAL

Pour défendre son pays,
Sans regrets, exposer sa vie ;
Vaincre et mourir pour sa patrie :
Voilà les enfans de Paris !

MICHEL

Auprès du faubourg du Roule,
Je vois un corps d’ ouvriers ;
Je distingue dans la foule
Des hommes de tous les métiers.
Est-il de plus vaillans guerriers ?
À peine un quart d’heure s’écoule.
Que ceux qui n’avaient qu’un bâton. (Bis en chœur)
Reviennent avec un canon.

ANTOINE

Cachant une cicatrice,
Un charpentier plein d’ardeur,
De la poitrine d’ un Suisse,
Vient d’arracher la croix d’ honneur :
Je ne la tiens pas par faveur,
Dit-il, en entrant à l’hospice ;
J’ai reçu l’éclat d’ un boulet (Bis en chœur)
Qui me servira de brevet.

RÉMOND

Derrière une barricade,
Un pauvre maçon chargeait ;
Je lui dis : Mon camarade,
Voilà cent francs pour ton mousquet.
Il n’avait rien dans son gousset ;
Mais au bruit de la canonnade,
Il me répond : Chez les Français, (Bis en chœur)
Un fusil ne se vend jamais.

BOURGUIGNON

On m’a dit qu’couvert de gloire,
Et marchant tambour battant, Chacun proposait à boire
À des peintres en bâtiment :
De l’eau ! demandaient-ils gaiement.
Si nous remportons la victoire,
Nous reviendrons ici demain, (Bis en chœur)
Et nous vous boirons votre vin.

PHILIPPE

Non loin de la métropole,
Sur le pont de la Cité,
Partout la mitraille immole
Et donne l’immortalité !…
Marchant avec témérité,
Dessus ce nouveau pont d’Arcole,
Un jeune imprimeur a planté (Bis en chœur)
Le drapeau de la liberté !…

MARCEL

Une jeunesse héroïque
Guide en tous lieux les vainqueurs !
L’École polytechnique
Vivra bien long-temps dans nos cœurs !
En combattant nos oppresseurs,
Elle est toute patriotique !…
Devant ces jeunes conquérans, (Bis en chœur)
Fuyez, lâches ! tremblez, tyrans !

CLARA

Philippe, roi populaire,
Et l’amour d’un peuple entier,
Sous ton pouvoir tutélaire,
Nous venons tous nous rallier !
À ton cœur on peut se fier ;
Tu sus toujours être un bon père,
Et tu verras dans les Français, (Bis en chœur)
Des enfans, et non des sujets.

CHŒUR GÉNÉRAL

Pour défendre son pays,
Sans regrets, exposer sa vie ;
Vaincre ou mourir pour sa patrie :
Voilà les enfans de Paris !

FIN

Le Patriote mécontent, de J. L…, in Le Journal des ouvriers, 19 septembre 1830, p. 2.

Air : Nos amours ont duré toute une semaine

C’est tout d’même embetant, j’marronn’quand j’y pense,
D’voir tant de ch’napans
Se faire valoir à nos dépens ;
Nous avons eu l’mal, eux la récompense
Pour la nation ;
Fait’s donc la révolution !

Au premier regard, on m’vit dans la rue
Courir au danger, l’âme résolue.
J’ai seul embroché, comme des aloyaux,
Un suiss’, deux gendarm’s et trois gard’s royaux,
Du fruit pourquoi donc ne m’laiss-t-on qu’les noyaux ?

C’est tout d’même embetant, etc.

Que d’gens maintenant font les cran’s, les braves,
Qui, pendant l’combat, s’cachaient dans leurs caves !
Pour récompenser d’prétendus hauts faits,
On les nomm’ minist’, on les fait préfets,
Encor ces messieurs n’sont-ils pas satisfaits.

C’est tout d’même embetant, etc.

Fallait voir alors, comm’sur nos théâtres,
De la liberté s’ montrant idolâtres,
Ils nous accablaient, dans les commenc’mens,
D’élog’s, de saluts, d’applaudissemens ;
Aujourd’hui c’n’est plus que d’petits complimens.

C’est tout d’même embetant, etc.

Quoiqu’toujours au feu, j’n’ai pas d’entamure ;
Est-ce ma faute à moi si j’n’ai pas d’blessure ?
Aussi j’n’obtiens rien : quell’vexation !
Et ma femm’ m’a dit, à c’t’occasion :
Si j’étais occis, j’aurais la pension.

C’est tout d’même embetant, etc.

De leurs favoris, pour être sur la liste,
Faut être avocat ou bon journaliste.
Moi qui par malheur, n’suis qu’un ouvrier ;
Moi qui m’suis battu sans m’fair’ prier,
N’veut-on pas m’ôter la liberté d’crier ?

C’est tout d’même embetant, etc.

À Philipp’premier, not’nouveau monarque,
V’là trois fois qu’j’écris, et je le remarque,
Ils n’lui font répond’ que ce qu’ils veul bien,
Car son noble cœur d’vrait entend’ le mien,
J’voudrais lui parler, j’lui dirais : Nom d’un chien !
C’est tout d’même embetant, j’marronn’quand j’y pense,
D’voir tant de ch’napans
Se faire valoir à nos dépens ;
Nous avons eu l’mal, eux la récompense
Pour la nation ;
Fait’s donc la révolution !

Signé : J. L…..

ANNEXE II. Statistiques

Pièces de théâtre

Pièce de théâtre

Nombre de représentations

Date de la première

Date de la dernière

L’Artisan

27

30 janvier 1827

Fin avril 1830

Le Ménage du maçon

13

20 janvier 1829

12 février 1829

L’Homme du peuple

35

1er décembre 1829

Février 1830

Les Compagnons du Devoir

45

30 avril 1827

30 juin 1827

Les Ouvriers

40

27 avril 1824

2 juillet 1824

Tableau 1 : Nombre et durée des représentations des pièces de théâtre avant 1830. Source : Le Corsaire, Le Figaro.

Pièce

Durée des représentations

Date de la première

Date de la dernière

27, 28 et 29 juillet 1830

11 semaines

17 août 1830

7 novembre 1830

À propos patriotique

9 semaines

2 août 1830

8 octobre 1830

Une nuit au Palais Royal

11 jours

6 novembre 1830

17 novembre 1830

La Foire aux places

14 semaines

25 septembre 1830

Fin décembre 1830

Monsieur de la Jobardière

1 mois

19 août 1830

Septembre 1830

André le chansonnier

8 semaines

12 août 1830

8 octobre 1830

La Contre lettre ou le jésuite

2 mois

23 août 1830

octobre 1830

Trois jours en une heure

5 semaines

21 août 1830

25 septembre 1830

Le Te Deum ou le tocsin

5 semaines

5 septembre 1830

15 octobre 1830

La Prise de la Bastille

6 semaines

31 août 1830

20 octobre 1830

La Coalition

5 semaines

23 octobre 1830

30 novembre 1830

Le Gentilhomme

1 mois

19 août 1830

septembre 1830

Les Hommes du lendemain

3 semaines

11 septembre 1830

2 octobre 1830

Tableau 2 : Durée des représentations des pièces après la révolution de 1830. Source : Le Corsaire, Le Figaro.

Théâtre

Nombre de places

Premières loges

Parterre

Amphithéâtre

Académie royale de Musique

1937 places

7 fr 50

3 fr 60

Théâtre royal français

1522 places

6 fr 60

2 fr 20

1 fr 80

Théâtre royal de l’Opéra-Comique

1720 places

6 fr 60

2 fr 20

1 fr 65

Théâtre du Vaudeville

1257 places

4 fr

1 fr 65

2 fr

Théâtre des Variétes

1245 places

4 fr

1 fr 65

1 fr 65

Théâtre de la Gaîté

1754 places

2 fr 40

1 fr 25

60 c

Théâtre de l’Ambigu-Comique

1530 places

2 fr 40

1 fr 25

60 c

Théâtre de la porte Saint-Martin

1803 places

4 fr

1 fr 50

1 fr 50

Tableau 3 : Nombre de places et prix des places dans les principaux théâtres de Paris en 1824. Source : Almanach du commerce de Paris, des départements de la France et des principales villes du monde, Sébastien Bottin, année 1824, à Paris, au bureau de l’almanach du commerce, 869 p.

Images

Nombre d’images

 %

Nombre total d’images

1328

Nombre d’images associées à la représentation du peuple

614

100

Images avec des hommes du peuple

514

84

Images avec des gardes nationaux

268

44

Images avec des étudiants

329

54

Images avec des gardes royaux

260

43

Images avec des bourgeois

366

60

Images avec des femmes

223

36

Images avec des hommes du peuple, des gardes nationaux et des polytechniciens

239

38

Tableau 4 : Statistiques globales issues de la base de données sur les images de la révolution de 1830

Journées

Total

 %

Images représentant les journées de Juillet

334

100

27 juillet

19

6

28 juillet

180

54

29 juillet

121

36

les trois (27, 28 et 29 juillet 1830)

14

4

Tableau 5 : Représentation des journées de juillet 1830 dans les images

ANNEXES III. Chronologie

Août 1829 - décembre 1830

Août 1829

Avènement de Polignac au pouvoir.
Le roi oppose un ministère ultra à une Chambre majoritairement libérale.

Décembre 1829

Nombreux procès de presse.

Janvier 1830

Convocation des deux Chambres pour le 12 mars.
Création du National.

16 mars 1830

Adresse des 221 qui invite le roi à choisir entre le renvoi du ministère et la dissolution.

16 mai 1830

Dissolution de la Chambre.

19 mai 1830

Annonce du dernier ministère de la Restauration, exclusivement ultra.

13 juin 1830

Ajournement des élections dans 20 départements.

29 juin 1830

Résultats des élections : Chambre introuvable libérale.

5 juillet 1830

Occupation d’Alger.

25 juillet 1830

Les ministres et le roi se rassemblent pour signer les Ordonnances :
– suspension de la liberté de la presse périodique
– dissolution de la Chambre des députés
– réforme de la loi électorale
– convocation des collèges électoraux pour le début du mois de septembre.

26 juillet 1830

Communication des Ordonnances dans Le Moniteur.
Protestation des journalistes.
Saisie de presses aux abords du Palais-Royal.
Marche des Parisiens rue de Rivoli.

27 juillet 1830

Premiers rassemblements dans les jardins du Palais-Royal.
La garde tire sur la foule.
Marmont reçoit le commandement de Paris et déploie ses troupes place de la Madeleine, rue Montmartre, porte Saint-Denis et place
Vendôme.
Premières victimes et constructions de barricades pendant la nuit.

28 juillet 1830

Le centre et l’est de Paris sont couverts de barricades.
L’Hôtel de ville est pris, le drapeau tricolore y flotte ainsi qu’à Notre-Dame.
Paris est déclaré en état de siège.
Marmont riposte et envoie trois colonnes dans la ville.
L’Hôtel de ville est repris mais l’armée est encerclée.
Les troupes se replient au Louvre et aux Tuileries.

29 juillet 1830

Tout Paris est constellé de barricades, on en trouve même au faubourg Saint-Honoré.
Les 5e et 53e régiments se rallient aux insurgés.
Le Louvre et les Tuileries sont occupés.
La ville est aux mains des insurgés, des gardes nationaux sont installés aux barrières pour éviter un retour de l’armée.
Création d’une autorité pour protéger Paris, Lafayette s’installe avec cinq commissaires à l’Hôtel de Ville, Laborde remplace Mangin comme préfet de la Seine.
La Garde nationale est réorganisée et des distributions de pain sont effectuées.

9 août 1830

Proclamation du nouveau roi : Louis Philippe 1er.

15 août 1830

Manifestations ouvrières.

25 août 1830

Révolution à Bruxelles.

Septembre 1830

Grèves ouvrières.

18 octobre 1830

Manifestations pour le procès et la mise à mort des ministres de Charles X.

15 décembre 1830

Ouverture du procès des ministres.
Mort civile de Polignac (le 22).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540