Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1830, le peuple de Paris

 | 
Nathalie Jakobowicz

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Victor Hugo, Choses vues, souvenirs, journaux, cahiers, 1830-1885, (1re édition, 1887, J. Hetzel, (...)

1« Chacun se dépopularise à son tour. Le peuple finira peut être par se dépopulariser1. »

  • 2 Ibid., p. 70.
  • 3 Le Journal des débats, 8 décembre 1831.
  • 4 Thomas Bouchet, Le Roi et les barricades. Une histoire des 5 et 6 juin 1832, Paris, Éditions Seli (...)

2Ce n’est pas un hasard si Victor Hugo utilise ce verbe dont l’usage date précisément de la Révolution française. Et, même si en 1830, l’écrivain parle finalement peu du peuple dans ses mémoires, il conclut l’année sur cette formule : « Ne demandez pas de droits pour le peuple tant que le peuple demandera des têtes2. » Entre le lendemain des journées de Juillet et l’hiver 1830, les deux citations de Victor Hugo que nous avons choisi de mettre en exergue résument bien l’évolution des représentations du peuple. Cette approche de la période par les représentations contribue à renouveler l’historiographie de 1830. En s’attachant à des sources originales telles que le théâtre, la chanson ou l’iconographie, et en comprenant comment interagissent ces discours, nous avons cherché à dépasser les approches traditionnelles. Le choix d’une étude des représentations sur un moment restreint permet de mieux saisir les inflexions et de voir comment les figures du peuple se cristallisent dans l’événement. Les systèmes de représentation du peuple qui se redéfinissent en 1830 contribuent notamment à l’émergence de nouvelles préoccupations sociales. Ils offrent ainsi la possibilité de voir apparaître un nouveau discours sur le monde ouvrier ainsi que, par exemple, une prise de parole féminine dans la sphère publique. On assiste également à travers eux à la mise en place des régimes libéraux qui instrumentalisent les classes populaires, perçues comme un danger pour l’ordre établi tout en étant célébrées comme sources de leur avènement. L’hiver 1830 ouvre la voie aux représentations du peuple qui seront utilisées dans les années suivantes. Avec le procès des ministres de Charles X et la fermeture des ateliers de secours, le parti de la Résistance l’emporte sur le Mouvement et annonce ce que sera la politique du régime de Juillet pendant les dix-huit années suivantes, politique qui diffuse l’image d’un peuple menaçant. En 1831, les canuts lyonnais se révoltent et Saint-Marc de Girardin écrit dans Le Journal des débats du 8 décembre : il existe une lutte entre « la classe qui possède et celle qui ne possède pas […]. Les barbares qui menacent notre société sont dans les faubourgs de nos villes manufacturières3 ». On assiste alors à de nombreuses insurrections dans les premières années de la monarchie de Juillet, qui exacerbent ces représentations. Thomas Bouchet rapporte les propos tenus sur les insurgés des 5 et 6 juin 1832 : les contemporains mentionnent des « assauts sauvages, désordonnés, convulsifs4 ».

  • 5 Pierre Rosanvallon, Le Moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985, p. 76. et voir aussi Pierre Rosanval (...)
  • 6 Ibid.

3Avec 1789, le peuple est devenu un enjeu politique majeur. L’importance qu’il prend en 1830 rend compte de la peur liée à la souveraineté populaire dont parle Pierre Rosanvallon. « C’est le nombre qui inquiète5 », car la souveraineté du peuple revient à la « consécration du nombre dans la vie politique6 ». On a en effet pu souligner la tension constante entre le spectre d’un peuple inquiétant et celui d’un peuple souverain, né de la Grande Révolution. Ainsi, par l’instrumentalisation des figures du peuple, se font jour les questions politiques et principalement l’enjeu lié à la prise du pouvoir par le plus grand nombre.

4Avec les journées de Juillet, le peuple épars de la Restauration s’élève au rang de mythe mais finit par devenir encombrant. En 1830, il représente la part d’instinct, la force mais aussi la violence nécessaire au renversement du régime, mais une fois l’événement passé, il est renvoyé dans un statut inférieur, soulignant son illégitimité en tant que sujet politique. L’emploi du terme n’est jamais neutre. Ces jeux autour de la catégorie « peuple » dévoilent aussi bien les constructions des libéraux pour asseoir leur pouvoir en août, que les usages des socialistes pour fonder leur doctrine. Soutenir une vision rassurante d’un peuple soumis et soutenant son roi permet de maintenir l’ordre social existant et de se rassurer dans l’idée que le monde n’est pas en train de changer, d’où cette tension constante en ces débuts du XIXe siècle entre l’ancien et le nouveau, entre l’artisan et le salarié de l’industrie moderne.

5L’étude de sources aussi diverses que les chansons, la presse, le théâtre ou l’iconographie, révèle donc les appréhensions des contemporains face à cette potentielle prise de pouvoir populaire qui hantera tout le XIXe siècle. En stigmatisant les classes populaires, on les écarte du pouvoir politique. Les contemporains l’ont bien compris : qui contrôle le peuple, contrôle l’ordre social et politique. Les différents affrontements autour de la catégorie révèlent l’enjeu que représente l’existence même du peuple. Reconnaître celle-ci revient à remettre en cause l’ordre établi, le régime de la propriété.

6Ainsi, comme l’évoque la nouvelle presse ouvrière à l’automne 1830, changer l’image du peuple revient à changer la société.

  • 7 Victor Hugo, Choses vues, op. cit., p. 488.
  • 8 Les Enfants des faubourgs, par un patriote, 1848, in La Voix du peuple ou les républicaines de 184 (...)

7Qu’en est-il de l’héritage des représentations du peuple en 1830 ? Les retrouvons-nous en 1848 ou en 1871 ? Les filiations de ces représentations mériteraient une étude à part entière, mais quelques pistes de recherches peuvent être ébauchées. En 1848, les discours évoquent la volonté des hommes du peuple de ne pas « se faire enlever la révolution », comme ils considèrent que cela s’est passé en 1830. Victor Hugo s’exclame alors : « Il y avait le duc d’Orléans derrière Charles X. En 1848, derrière Louis-Philippe, il y a un trou7. » Pourtant ils s’inscrivent dans la lignée des révolutionnaires, dont ceux de 1830, comme le prouve la chanson intitulée Les Enfants du faubourg, écrite en 1848 et qui évoque la présence des enfants dans les révolutions de 1789, 1830 et 18488. Le paragraphe sur 1830 rappelle cette figure mythique du peuple de Paris :

  • 9 Ibid.

« 1830.
Lorsqu’en juillet un pouvoir en démence
Voulut briser nos presses et nos lois,
Qui donc montra terrible en sa vengeance
Comment en trois jours on renverse les rois ?
Quand, dans la rue, on élevait un trône
Au son bruyant des canons, des tambours,
Qui donc mourait au Louvre, à Babylone ?
Ce sont encore les enfants des faubourgs9. »

  • 10 Maurice Tournier, « Le mot “peuple” en 1848 : désignant social ou instrument politique ? », paru d (...)
  • 11 Karl Marx, Les Luttes de classe en France, Paris, Éditions sociales, 1984, p. 94.

8Pendant la révolution de 1848, « “Peuple” s’affirme comme la forme lexicale majeure10 », selon Maurice Tournier. Les représentations du peuple jouent un rôle tout aussi fondamental dans la révolution de 1848 et subissent une évolution similaire, bien que plus radicale, qu’en 1830. De février à juin 1848, les représentations se métamorphosent en quelques mois : le peuple, perçu comme unifié, fraternel et pacifique, devient inhumain et dangereux. L’idéalisation de l’homme du peuple est à son apogée en février : les journalistes et écrivains font le panégyrique des classes populaires, qui incarnent alors la République en action. Les femmes du peuple sont représentées également comme partie intégrante de la victoire. Elles apparaissent, au même titre que les hommes du peuple, sur le devant de la scène : courageuses et combattantes, même si les caricatures d’Édouard de Beaumont, qui crée la Vésuvienne, les ridiculisent dans les scènes de combats. Karl Marx écrit à propos de février 1848 : « La formule qui répondait à cette suppression imaginaire des rapports de classe, c’était la fraternité11. »

  • 12 Le Constitutionnel, 24 juin 1848.
  • 13 Le Courrier de la chambre, 18 juillet 1848.
  • 14 « Prise de la barricade, rue Ménilmontant », 1848, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, (...)
  • 15 Paul Lidsky, Les Écrivains contre la Commune, (1re édition, Maspero, 1970), Paris, La Découverte, (...)
  • 16 Ibid., p. 61.
  • 17 Ibid., p. 63.
  • 18 Maurice Tournier, « Le mot “peuple” en 1848… », op. cit., p. 128.

9En 1848, un des motifs qui provoque une métamorphose dans les représentations ou un signal de leur transformation prochaine est représenté, comme en 1830, par la question des ateliers. Les ateliers nationaux, mis en place à partir des idéaux de février, deviennent peu à peu les réservoirs d’une insurrection, qui oppose du 23 au 26 juin 1848, le parti de l’ordre et les insurgés. Les hommes de juin sont rapidement représentés comme des monstres sans pitié : les barricades sont comparées à un « théâtre de barbarie d’un autre âge12 » et c’est « le parti des barbares13 » qui s’est battu pendant ces sanglantes journées. Le peuple devient même cannibale, dans l’imaginaire des journées de Juin. Les femmes du peuple subissent aussi l’hostilité des bourgeois, elles sont représentées comme les plus cruelles des combattantes. On les imagine découpant des gardes, empoisonnant des prisonniers… Dans une image représentant la prise d’une barricade, on aperçoit une femme sur la gauche qui tient dans sa main une tête d’homme14. La répression est légitimée par ces discours qui envisagent les combats comme une lutte entre le parti de l’anarchie et celui de l’ordre. Quelques voix discordantes s’élèvent, notamment dans les chansons, comme celles de Charles Gilles qui voit les insurgés comme des martyrs, mais elles demeurent minoritaires face à cette unanimité autour de la figure d’un peuple devenu monstrueux. Les représentations ont été utilisées par les gouvernements en place (comme en 1830), en février, pour installer une République, et en juin, pour exciter les gardes nationaux et faciliter l’élimination des insurgés ou leur déportation. La filiation de ces figures du peuple en révolution se ressent tout au long du XIXe siècle. Au sujet de la Commune, Paul Lidsky écrit : « L’expérience de 1848 a laissé aux écrivains une vision terrifiante et décevante du peuple15. » Pendant la Commune, les figures se font plus radicales : c’est « la population souterraine des égouts, des prisons et des bagnes, […] minée par l’alcoolisme, elle ne pense qu’à jouir, voler et fuir le combat16 ». La place des femmes est encore singulière dans les représentations du peuple en 1871, « les qualificatifs que les écrivains attribuent à la femme sont ceux d’obscène, hideuse, féroce17 ». Après ce rapide coup d’œil sur les usages des figures du peuple en temps révolutionnaire, nous conclurons avec Maurice Tournier : pendant ces périodes de crise, « on cherche à diffuser (ou à refuser) un schéma d’usages. Car qui est maître du langage est maître de la communication et peut espérer l’être de la situation. C’est une des lois non inscrites de la politique18 ».

  • 19 Voir Gérard Raulet, « En quel sens le peuple est-il encore un enjeu de la philosophie politique co (...)
  • 20 José-Luis Diaz, « Comment 1830 invente le XIXe siècle », in Alain Corbin, Pierre Georgel, Stéphane (...)
  • 21 José-Luis Diaz, « Comment 1830… », op. cit., p. 177.

10À travers cet aperçu sur l’évolution des figures du peuple dans les révolutions du XIXe siècle, qui mériterait d’être rassemblées en un seul ouvrage, les usages différenciés du peuple se radicalisent avec le temps, tout en recourant toujours aux mêmes procédés. L’année 1830 laisse dans les mémoires des représentations du peuple en juillet que l’on retrouve tout au long du siècle, voire au-delà19. Au terme de cette recherche, nous pouvons nous demander si 1830 « n’inventerait » pas le XIXe siècle, comme le sous-entend José-Luis Diaz : « Non pas le soleil de Juillet, mais l’ère grisâtre qui commence en août20 ? » « La frappe que l’après-Juillet 1830 va donner au XIXe siècle constitue sinon une innovation absolue – une “invention” – du moins une ponctuation essentielle21. » Nous serions tentés de suivre cet avis, mais il ne faut pas oublier les matrices fondatrices de 89 et de la Terreur dans la construction des figures du peuple au XIXe siècle.

Notes

1 Victor Hugo, Choses vues, souvenirs, journaux, cahiers, 1830-1885, (1re édition, 1887, J. Hetzel, A. Quantin), Paris, Gallimard, 2002, p. 69.

2 Ibid., p. 70.

3 Le Journal des débats, 8 décembre 1831.

4 Thomas Bouchet, Le Roi et les barricades. Une histoire des 5 et 6 juin 1832, Paris, Éditions Seli Arslan, 2000, p. 34.

5 Pierre Rosanvallon, Le Moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985, p. 76. et voir aussi Pierre Rosanvallon, Le Peuple introuvable, Paris, Gallimard, 1985, 414 p.

6 Ibid.

7 Victor Hugo, Choses vues, op. cit., p. 488.

8 Les Enfants des faubourgs, par un patriote, 1848, in La Voix du peuple ou les républicaines de 1848, recueil des chants populaires, démocratiques et sociaux publiés depuis la révolution de février, Paris, Durand aîné, 1848.

9 Ibid.

10 Maurice Tournier, « Le mot “peuple” en 1848 : désignant social ou instrument politique ? », paru dans Romantisme en 1975 pour la première fois, Hélène Desbrousses, Bernard Peloille et Gérard Raulet (dir.), Le Peuple. Figures et concepts, entre identité et souveraineté, Paris, François-Xavier de Guibert, 2003, p. 112.

11 Karl Marx, Les Luttes de classe en France, Paris, Éditions sociales, 1984, p. 94.

12 Le Constitutionnel, 24 juin 1848.

13 Le Courrier de la chambre, 18 juillet 1848.

14 « Prise de la barricade, rue Ménilmontant », 1848, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, cote microfilm : M113932.

15 Paul Lidsky, Les Écrivains contre la Commune, (1re édition, Maspero, 1970), Paris, La Découverte, 1999, p. 22.

16 Ibid., p. 61.

17 Ibid., p. 63.

18 Maurice Tournier, « Le mot “peuple” en 1848… », op. cit., p. 128.

19 Voir Gérard Raulet, « En quel sens le peuple est-il encore un enjeu de la philosophie politique contemporaine ? », in Hélène Desbrousses, Bernard Pelloile, Gérard Raulet (dir.), Le Peuple…, op. cit., p. 277-287.

20 José-Luis Diaz, « Comment 1830 invente le XIXe siècle », in Alain Corbin, Pierre Georgel, Stéphane Guégan, Stéphane Michaud, Mas Milner et Nicole Savy, L’Invention du XIXe siècle. Le XIXe siècle par lui-même (littérature, histoire, société), Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 1999, p. 177.

21 José-Luis Diaz, « Comment 1830… », op. cit., p. 177.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540