Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

1830, le peuple de Paris

 | 
Nathalie Jakobowicz

Troisième partie. Les peuples de l’automne

Chapitre X. Un peuple encombrant

Texto completo

  • 1 Le Journal des ouvriers, 10 octobre 1830, p. 3.

« Avant, la classe ouvrière avait un bâillon ; pendant, elle l’a retiré ; après, on veut lui remettre son bâillon1. »

  • 2 Sur le procès des ministres, voir Paul Bastid, « Le procès des ministres de Charles X », Revue d’h (...)
  • 3 Laffitte devient président du conseil des ministres, le comte Marthe de Montalivet est placé au mi (...)

1Dès la fin du mois de septembre, le jugement des ministres de Charles X est dans tous les esprits. Polignac, Peyronnet, Guernon-Ranville et Chantelauze sont inculpés du crime de haute trahison prévu par l’article 56 de la Charte. Les principaux chefs d’accusation sont représentés par l’abus de pouvoir dans la falsification des élections, la modification des institutions de la monarchie et enfin l’incitation à la guerre civile2. Le 9 octobre, une adresse, remise au roi pour abolir la peine de mort, principalement en matière de délits politiques, est interprétée comme une manœuvre pour sauver les ministres de Charles X. Des manifestations s’en suivent et les désordres sont de plus en plus inquiétants dans la capitale, surtout à la mi-octobre. Le 18, une foule nombreuse se rassemble devant le Palais-Royal, puis au château de Vincennes où les inculpés sont retenus. Ces troubles suscitent des dissensions au sein du ministère. Un nouveau gouvernement est formé début novembre pour résoudre la crise3. L’ouverture du procès, le 15 décembre, provoque également beaucoup de désordres dans la capitale. Après une semaine d’interrogatoires, de réquisitoires et de délibérations, les juges rendent leur verdict. Les débats sont clos le 21 décembre. Le lendemain, le jugement est connu de tous les citoyens : pour Polignac, c’est la mort civile (perte de tous ses droits civils, dont celui de posséder une propriété) ; pour les trois autres ministres, c’est l’emprisonnement à vie. Des mesures extraordinaires sont alors mises en place pour prévenir les troubles qui pourraient être causés par l’annonce de la sentence. Pourtant, le 23 décembre, Paris est calme. Quelles figures du peuple ressortent de ces débats ? Comment le préfet de police passe-t-il de l’image d’un peuple à contenir grâce aux ateliers de secours à celle d’un peuple encombrant et inquiétant ?

Un peuple qui « traite en pleine rue des questions politiques4 »

Imaginaire de la Terreur et figures du peuple

  • 5 Victor Hugo, Le Dernier Jour d’un condamné à mort, (1re édition, Ch. Gosselin, 1829), Paris, Galli (...)
  • 6 Ibid., p. 35.
  • 7 Dans sa préface à l’édition de 1832, Victor Hugo écrit : « Ce n’est pas à cause de vous, peuple, q (...)
  • 8 Ibid., p. 107.
  • 9 Ibid., p. 131.
  • 10 Ibid., p. 140.
  • 11 Sophie Wahnich, La Liberté ou la mort. Essai sur la Terreur et le terrorisme, Paris, La Fabrique É (...)
  • 12 Le National, 29 octobre 1830, p. 2.

2Avant même que le procès des ministres de Charles X n’ait débuté, les rumeurs se répandent et diffusent l’idée que les coupables ne seront pas jugés en conséquence de leurs actes. Les débats se concentrent sur la peine de mort, réclamée par la population parisienne. Le gouvernement cherche au contraire à éviter cette sentence qui entacherait son image de régime modéré. L’abolition de la peine de mort est réclamée par les députés, soucieux d’éviter les conséquences que provoquerait l’exécution des ministres sur la place publique, mais désireux aussi d’éviter cette sentence aux coupables. Dans son réquisitoire contre la peine capitale, Victor Hugo avait déjà suscité l’émoi l’année précédente. En 1829, paraît Le Dernier Jour d’un condamné à mort, dans lequel l’écrivain décrit l’horreur de la sentence en montrant le calvaire d’un condamné quelques heures avant son exécution5. Considérée comme « un poison subversif de l’ordre social6 », son œuvre met en avant la question de l’abolition7. Victor Hugo décrit l’« horrible foule buveuse de sang8 » qui suit le condamné à son échafaud et pour mieux marquer les esprits, plusieurs fois dans son récit, il insiste sur cet « horrible peuple qui aboie9 », « avec ses cris d’hyène10 ». Avec le procès des ministres de Charles X apparaît l’image d’un peuple vengeur, haineux, cruel. La question de la peine de mort ressuscite tout l’imaginaire de la Grande Révolution et principalement de la Terreur, dans le sens où elle est définie en 1793, « l’usage par le peuple de la vengeance souveraine11 ». Les débats sont vifs dans la presse nationale et chaque feuille commente les actions de cette « multitude qui traite en pleine rue les questions politiques qui vont à elle12 ». Les journaux laissent transparaître leurs inquiétudes face à la participation politique des classes populaires. Alors qu’avant la révolution de Juillet, les représentations du peuple insistent sur le désintérêt des classes populaires pour les affaires politiques, à l’hiver 1830, la perception d’un peuple politisé est omniprésente. Chaque parti s’en sert pour défendre ses opinions.

3Pendant la crise qui éclate au mois d’octobre, la majorité des feuilles libérales insistent sur l’idée d’un peuple raisonnable, indifférent à ces troubles. Le 20 octobre, Le Journal des débats rassure ses concitoyens en disculpant le « peuple de Paris » :

  • 13 Le Journal des débats, 20 octobre 1830, p. 1.

« Personne ne s’est mépris sur la cause de ces rassemblements ; personne n’a songé à attribuer au peuple de Paris ces cris de vengeance et ces vœux sanguinaires qui ont retenti jusque dans le Palais du Roi, et qui ont affligé son cœur. Ceux qui ont vaincu dans les glorieuses journées de juillet, et qui ont protégé leur ennemi, quand il était désarmé, ceux-là ne demandent pas l’assassinat, ceux-là ne veulent pas que, hors du champ de bataille, on tue sans jugement, ceux-là protestent contre toute solidarité avec les agitateurs qui poussent au désordre une multitude égarée13. »

  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid., p. 1.
  • 16 Christian Alain Muller, « Du “peuple égaré” au “peuple enfant”. Le discours politique révolutionna (...)

4Cet article paraît deux jours après les événements qui troublèrent la capitale. Les manifestations du 18 octobre suscitent beaucoup d’appréhension chez les contemporains qui, dans ces réclamations, voient revenir les massacres perpétrés par les précédents révolutionnaires. Cette « foule insensée demandant des têtes14 » ne peut se composer des mêmes hommes qui agirent en juillet pour conquérir la liberté. À deux reprises, le quotidien évoque une « multitude égarée15 ». Cette figure du peuple est déjà présente à la fin du XVIIIe siècle : la thématique de l’égarement représente un élément du discours politique révolutionnaire en 179316. Métaphore de l’erreur, l’utilisation de la vision du peuple égaré permet d’innocenter les membres des classes populaires. Elle sous-entend aussi la possibilité de les ramener sur le droit chemin. Cette représentation permit de réduire physiquement et symboliquement les soulèvements populaires en 1793. De la même manière, en 1830, c’est une façon de réduire les réclamations populaires à de simples divagations d’une foule désœuvrée.

  • 17 Le National, 29 octobre 1830, p. 2.
  • 18 Cette convocation du peuple des Trois Glorieuses se retrouve dans la lettre d’un grenadier adressé (...)

5Le National parle lui aussi de multitude. À la fin du mois d’octobre, on peut y lire que « la question des ex-ministres n’était pas comme une question de théorie constitutionnelle ou d’ordre social, qui ne descend jusqu’au peuple que tard et toujours d’une manière confuse ; celle-là va directement à la multitude17 ». Le terme de multitude est employé pour désigner les classes populaires qui manifestent leur indignation dans les rues de la capitale. En imputant les rassemblements à une multitude, c’est une façon de préserver les classes populaires parisiennes de ce genre de conduite condamnable. Dans l’imaginaire des contemporains, ces hommes déchaînés ne peuvent être les mêmes que ceux qui se sont conduits si dignement pendant les événements de Juillet18. Attribuer aux hommes de Juillet ces actions serait leur enlever cet esprit de modération qui constitue pourtant une de leurs principales vertus. C’est la raison pour laquelle les contemporains convoquent la figure d’un peuple égaré, soulignant ainsi son essence, intrinsèquement bonne. Les gouvernants y voient aussi un moyen de justifier leurs discours auprès des classes populaires, trompées par les ennemis du nouveau régime.

  • 19 Le Journal de Paris, 21 décembre 1830, p. 1.
  • 20 Ibid.
  • 21 Sur l’imaginaire de la Terreur, voir Dominique Aubry, Quatre vingt treize et les Jacobins, Lyon, P (...)
  • 22 Victor Hugo, Choses vues, souvenirs, journaux, cahiers, 1830-1885, (1re édition, 1887, J. Hetzel, (...)
  • 23 Le National, 18 septembre 1830, p. 1.

6Après ces réactions du début du mois d’octobre, la fin du procès suscite d’autres représentations du peuple. Les craintes de dérives incontrôlables dans la capitale, accompagnant l’explosion populaire, provoquent de nombreuses répercussions. Des mesures extraordinaires sont mises en place à l’occasion de l’annonce du verdict. Le Journal de Paris rapporte les rumeurs qui circulent le 21 décembre dans la capitale. Selon l’article, « la journée s’est passée pleine d’inquiétudes et d’alarmes au sujet des procès des ex-ministres. On a parlé de massacres et de soulèvements, de complots et de révolutions19 ». Des propos auxquels le journal, de tendance modérée, répond immédiatement : « Nous sommes cependant dans ce même Paris où ont brillé les trois journées de juillet, au milieu de ce peuple qui a pris comme à tâche et à plaisir de démentir par sa conduite les alarmes, les menaces qu’on se faisait de lui. Il en sera sans doute encore de même20. » Cet article combat aussi le spectre du peuple de la Grande Révolution. La résurgence du mythe de 1793 et de la Terreur est visible dans la presse en cet hiver 183021. Dans son journal, Victor Hugo mentionne cette peur qui agite soudain ses concitoyens : « Nous sommes dans le moment des peurs paniques » écrit-il en septembre 1830, « un club, par exemple, effraie, et c’est tout simple ; c’est un mot que la masse traduit par un chiffre : 93. Et, pour les basses classes, 93, c’est la disette ; pour les classes moyennes, c’est le maximum ; pour les hautes classes, c’est la guillotine. Mais nous sommes en 183022 ». La Terreur représente en ce début du XIXe siècle une sorte de paradigme des excès populaires en période révolutionnaire. Les massacres de septembre 1792 et les horreurs, réelles ou supposées, accomplies à l’époque hantent les mémoires. À travers eux, c’est la dangerosité des classes populaires qui est rappelée. La réactivation de la mémoire de la Terreur n’est pas anodine. Beaucoup d’articles font référence aux motifs qui singularisent les hommes du peuple sous la Terreur et démentent leur ressemblance avec les contemporains. Déjà au mois de septembre, Le National se rassure dans l’idée que les Trois Glorieuses ne conduiront pas aux excès de la Grande révolution. Il explique à ses lecteurs que « la révolution de 1789 a conduit nécessairement aux malheurs et aux excès de 1793. La révolution de 1830 ne conduira a rien de semblable23 ». Quant au Journal de Paris, il défend les classes populaires parisiennes, rassurant les habitants de la province en ces termes :

  • 24 Le Journal de Paris, 26 décembre 1830, p. 1.

« Quand on lit les journaux de Paris, après avoir parcouru les histoires de la révolution, on se fait toujours l’idée, s’il est question de la populace de Paris, d’hommes ivres de vin et de licence, coiffés de bonnets rouges, tandis qu’il faudrait se figurer des hommes calmes et de bon sens ; souriant avec finesse aux exagérations des agitateurs, et ne sympathisant qu’avec les paroles et les idées raisonnables. Mais, nous le répétons les habitans des départements n’avaient pas des renseignements nécessaires pour connaître les citoyens de Paris, et l’on conçoit leurs angoisses pendant les jours de décembre24. »

  • 25 Ibid.
  • 26 Le Moniteur, 23 décembre 1830, p. 1.
  • 27 « Les faubourgs, occupés par leurs légions et livrés à leurs travaux étaient précisément les quart (...)
  • 28 Le National, 23 décembre 1830, p. 1.
  • 29 Le Constitutionnel, 27 décembre 1830, p. 2.

7L’auteur pardonne les erreurs de jugement au sujet des classes populaires, qu’il met sur le compte de l’éloignement. Il témoigne de la dimension terrifiante de la capitale pendant les moments d’attente qu’ont été les quelques jours qui précédèrent le verdict, en concluant qu’« il est donc bien établi pour les départements que l’anarchie est exilée de Paris, que le peuple ne se laisse plus piper par des théories absurdes, et que ce qu’il peut y avoir dans cette grande capitale de gens turbulens et brouillons peut être facilement contenu. La terreur que cause Paris doit s’être maintenant évanouie25 ». Les appréhensions qu’ont suscitées les classes populaires en réclamant la mort des ministres se perçoivent dans ce discours. « Populace », « bonnets rouges » et « anarchie » ont été les motifs dominants dans les représentations de la population parisienne pendant ces journées de décembre. Ils représentent les principaux éléments qui composent à l’époque l’imaginaire de la Terreur. Les rumeurs parcourent ainsi la capitale et font revivre quelques scènes terrifiantes de l’époque. Le Moniteur rapporte que « parmi les bruits alarmans, répandus dans les plus perfides intentions, on disait que les faubourgs Saint-Marceau et Saint-Antoine étaient en mouvement26 ». Les craintes qu’inspire le déchaînement des faubourgs sont exploitées pour réactiver les souvenirs sanglants. Encore une fois, ces allégations sont démenties27. Cette conception est aussi défendue par Le National, qui souligne le 23 décembre, après avoir décrit un Paris « menaçant et sombre », que « la population armée a facilement arrêté la colère d’un peuple à moitié vaincu par le progrès de ses mœurs, l’état avancé de sa raison. C’est une victoire de la civilisation sur elle-même28 ». Enfin, Le Constitutionnel insiste sur l’image d’un peuple raisonnable. Louant le peuple parisien, il précise dans son numéro du 27 décembre que « le peuple, et surtout le peuple français, a un formidable penchant pour l’ordre, et une singulière propension à y rentrer même après un violent orage29 ». Ces discours insistant sur la morale des classes populaires et leur respect de l’ordre établi rassurent, mais les actes du gouvernement prouvent les craintes qu’inspire cette population qui échappe finalement à son contrôle.

8Tous ces articles, écrits dans le but de défendre l’image du peuple en 1830 sur laquelle ils insistent, témoignent de la vivacité des souvenirs de la Terreur et de l’image inquiétante des classes populaires parisiennes qui poursuit encore les contemporains. Victor Crochon témoigne de ces craintes dans ses souvenirs. À propos des événements qui se sont déroulés pendant les délibérations de la Chambre des députés, il écrit :

  • 30 Souvenirs de Victor Crochon, Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Cote : Ms 1026 (1), vol (...)

« Entraînés par les souvenirs sanglans de la révolution de 1789, ils craignirent de voir se livrer à des excès coupables ce même peuple qui avait donné, au milieu du combat, tant de preuves de son esprit d’ordre et de modération30. »

  • 31 Ibid., p. 197.

9L’auteur poursuit, en rassurant ses compatriotes : « Que l’on rende donc justice à la générosité du peuple parisien, que l’on reconnaisse qu’il ne présente plus aucun trait de ressemblance avec celui de 9331. »

  • 32 Voir François Furet, La Gauche et la Révolution française au milieu du XIXe siècle, Paris, Hachett (...)
  • 33 Sur Guizot, voir Pierre Rosanvallon, Le Moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985, 414 p.

10Les rédacteurs témoignent aussi par leurs discours des difficultés à envisager la participation des individus populaires dans les affaires politiques du pays. La peur produite par la réalité sociale et politique de décembre 1830 engendre le recours aux représentations de 1793. Ces réflexions invitent aussi à envisager l’idée d’un retour de l’événement. Est-il possible d’enrayer le cycle révolutionnaire ? Les mêmes événements sont-ils voués à revenir irrémédiablement ? Les libéraux combattent cette idée et prouvent, grâce aux suites des Trois Glorieuses, et grâce aux comportements des classes populaires après l’insurrection, que les excès de 1793 ne se reproduiront pas. Ils utilisent les conceptions du peuple pour prouver que l’inévitable cycle révolutionnaire peut être rompu. Soucieux de conserver les acquis de la Révolution, ils se félicitent d’avoir évité cet épisode déplorable qui la suivit32. Derrière ces représentations du peuple se retrouvent les discours des doctrinaires, et notamment celui de Guizot qui envisage 1830 comme un moyen de terminer la révolution de 1789 en la purifiant33. Les Trois Glorieuses sont considérées comme clôture de cet épisode de l’histoire : le recours à Louis-Philippe ayant permis d’arrêter et de contenir la révolution à son stade premier. Les doctrinaires cherchent avant tout à comprendre les principes de la Révolution, à faire resurgir un événement historique pour offrir une mémoire aux classes moyennes. Les journées de Juillet ont mis en application cette doctrine, en prouvant que les débordements n’étaient pas inévitables.

  • 34 Dominique Aubry, Quatre vingt treize…, op. cit., p. 189.

11Avec les motifs rappelant la Terreur et en même temps défendant l’image du bon peuple de 1830, se perçoit la tension caractéristique du début du XIXe siècle, ce difficile équilibre, dont parle Dominique Aubry, entre l’enthousiasme démocratique et la peur sociale devant la révélation de la puissance populaire34.

Justice et égalité populaires

12Pendant que certains confrontent les images du peuple de l’automne 1830 à celles de la Terreur, d’autres justifient les manifestations populaires et les réclamations de peine de mort à l’encontre des ministres de Charles X. La plupart des journaux libéraux tiennent à disculper les classes populaires et à les innocenter de ces sentences de mort proférées dans les rues parisiennes. Les feuilles ouvrières et saint-simoniennes vont plus loin, légitimant ces manifestations et revendiquant la volonté exprimée par les classes populaires d’égalité devant la justice.

  • 35 « Elle va être supprimée, et cela avant que nos ministres ne soient jugés !… Veuves de nos braves, (...)

13Cette presse, nouvellement apparue à l’automne, propose d’autres visions du peuple au milieu des débats qui animent le procès des ex-ministres. Le Journal des ouvriers commence par s’indigner face à la proposition d’abolition de la peine de mort, présentée le 9 octobre, et s’adresse directement aux classes populaires35. Les jésuites y sont encore considérés comme les responsables de la manipulation visant à soustraire les coupables à la peine qu’ils méritent. Une semaine plus tard, les propos sont plus nuancés et les auteurs insistent sur leurs craintes et sur l’idée d’un peuple vengeur. Tout en appelant les magistrats à faire leur devoir, ils invitent les classes populaires à traiter les coupables par le mépris, en leur laissant la vie sauve. Et l’auteur essaye de répondre à la question de l’acquittement des ministres :

  • 36 Le Journal des ouvriers, 17 octobre 1830, p. 1.

« Tout ce que l’on peut faire jusqu’ici c’est de dire au peuple : sois toujours grand, toujours digne de toi même, toujours le héros des grandes journées, et quoi qu’il arrive ne daigne pas répandre un sang méprisable36. »

14Les rédacteurs du Journal des ouvriers diffusent ainsi les craintes qui envahissent les contemporains alors que le procès n’est pas encore commencé. Ils parlent des classes populaires tout en s’adressant à elles. Ils font référence à la représentation mythique du peuple en juillet pour inciter les hommes du peuple à une conduite responsable. En même temps, ils traduisent l’appréhension des retombées de l’acquittement.

  • 37 Le Peuple, 16 octobre 1830, p. 1.
  • 38 Le Peuple, 20 octobre 1830, p. 1.

15L’autre feuille ouvrière apparue au même moment, Le Peuple, condamne aussi l’abolition de la peine de mort et prévient des troubles qui seraient provoqués par la mise en place de cette mesure37. Contrairement au Journal des ouvriers qui craint la réaction des classes populaires, Le Peuple légitime leurs demandes. Envisageant les placards apposés sur les murs parisiens à l’occasion des manifestations de la mi-octobre, le journal parle d’un « acte de justice38 » qu’il attribue aux hommes du peuple. Puis, il explique les réclamations populaires par une soif d’égalité :

  • 39 Ibid.

« Le peuple, à qui nos magistrats donnent si souvent le spectacle du meurtre impuni, ne peut douter de l’arrêt ; il l’annonce d’avance ; et dans cette affaire, il agit comme dans mille autres. Chaque fois qu’un meurtrier est livré aux tribunaux, le peuple se prononce et cela n’effraie personne. Le mal est dans les égards qu’on a pour les grands coupables. Le peuple, dont le bon sens ne fait pas de différences entre le criminel en habit brodé et celui en haillons, voudrait les voir plonger dans le même cachot, chargés des mêmes fers39. »

  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid.

16Lors du procès des ministres, les manifestations populaires sont envisagées comme des réclamations d’égalité devant la justice. Les privilèges doivent aussi être abolis en matière de justice. Dans le même numéro, Henri Erb signe un article intitulé, « Le Peuple40 ». Mettant en garde le gouvernement qui trompe les classes populaires, l’auteur insiste sur la représentation d’un peuple vengeur, mais juste. Il commence par souligner la déception des classes populaires après juillet face aux promesses non tenues par le nouveau gouvernement. L’insatisfaction des hommes du peuple engendre leurs réactions au mois d’octobre : « Le peuple est mécontent ; l’avenir le fait trembler car il n’a pas obtenu du présent ce qu’il en attendait41. » L’auteur continue en brandissant l’image d’un peuple menaçant :

  • 42 Ibid.

« C’est une idée fixe, un but dont on ne saurait écarter le peuple, quelquefois terrible, mais juste dans ses vengeances !… en vain pour lui arracher les coupables qu’il réclame, pour les dérober à la vindicte des lois, vous fausseriez notre code, nos institutions ; en vain vous outrageriez la morale… si le peuple a prononcé sur leur sort, s’il les a condamnés, vous ne les sauverez pas, fussent ils entourés de mille baïonnettes !… voilà le langage du peuple !… qu’il ne soit pas perdu pour vous42. »

17Cette mise en garde fataliste prévient les gouvernants des conséquences de leurs actes et donne une force toute singulière aux classes populaires qui manifestent leur mécontentement. Le journal évoque l’idée d’un peuple déterminé et dont la pugnacité doit être redoutée. En utilisant cette conception de la presse ouvrière qui se sert du procès des ministres pour brandir le spectre d’un peuple fort, toujours présent, il en profite pour réclamer l’insertion des classes populaires, jusque-là ignorées, dans le débat politique.

  • 43 « Laissons de côté son héroïsme de trois jours et voyons sa conduite quand il fut rentré dans ses (...)
  • 44 « Le peuple attend justice en silence. Mais que faisait on soit dans la chambre, soit au ministère (...)
  • 45 Ibid. (en italique dans le journal).

18Le Globe, journal philosophique et littéraire, organe des doctrinaires sous la fin de la Restauration et qui devient à cette période le quotidien des saint-simoniens, défend lui aussi la moralité des classes populaires et leur image en cette période troublée. Dans son numéro du 21 octobre, il convoque le peuple des journées de Juillet pour rappeler la moralité populaire43. La conduite des élites lors du procès des ministres transforme les images des classes populaires. Ces changements dans les comportements populaires sont dus aux manipulations des classes supérieures qui cherchent par tous les moyens à éviter la sentence capitale44. On retrouve dans Le Globe la figure du peuple défendue par la presse ouvrière. Selon l’auteur, « ces placards, ces rassemblements, ces cris, ces manifestations turbulentes et irrégulières… ne dénotent donc pas dans le peuple une soif de massacre et d’aveugle vengeance. C’est l’idée de justice égale pour tous qui le frappe et le pousse, c’est la pensée de privilège dans le châtiment qui l’exaspère45 ». Les contemporains utilisent les représentations du peuple pour s’affronter sur le plan politique. Et Le Globe utilise cette vision du peuple pour repousser toute idée d’un retour de la Terreur. Il défend également par cette conception l’abolition de tous les privilèges et la nécessité de repenser l’ordre social, idée chère aux saint-simoniens.

19Au moment de l’annonce du verdict, le journal revient sur les images du peuple de l’automne. Il exprime dans ces lignes les enjeux qui se nouent autour des représentations du peuple :

  • 46 Le Globe, 21 décembre 1830, p. 1.

« Le peuple avait pris le Louvre avec plus de courage encore que nos pères avaient conquis la Bastille ; et parce qu’il avait été plus grand, plus fort, plus généreux qu’aucun autre peuple de la terre, on en a conclu, conclusion singulière, qu’il fallait le redouter davantage, qu’il était beau et juste de s’acharner à le contenir46. »

  • 47 Ibid., p. 2.
  • 48 « Les clameurs encore demi étouffées que le peuple pousse en frémissant, ne sont, sans qu’il s’en (...)

20Ces réflexions rendent compte de la force de l’héritage de la Révolution, mais aussi des peurs que suscitent les hommes du peuple. L’auteur continue sa démonstration en expliquant que les hommes qui réclament la mort pour les ministres sont les mêmes que ceux qui se sont battus en Juillet et qu’ils auraient été cléments si on leur avait demandé de juger les coupables au moment des journées révolutionnaires. Puis il défend l’image des classes populaires, en utilisant toujours des éléments de comparaison empruntés à l’imaginaire de la Grande Révolution : « Non le peuple de Paris n’a pas rétrogradé jusqu’au temps où c’était un spectacle ravissant que d’immoler un vaincu, de se rassasier de ses angoisses47 », car les causes de ces manifestations sont à imputer au gouvernement48.

21Le jugement devrait, selon Le Globe, revenir aux hommes du peuple qui ont acquis ce droit par leur action décisive dans la révolution :

  • 49 Le Globe, 22 décembre 1830, p. 1.

« C’est à tort que l’on juge les ministres : leur culpabilité est évidente, palpitante. […] Au lieu de poser la question suivante : Les ministres sont-ils ou ne sont-ils pas coupables de haute trahison ? il fallait dire : le peuple fort, brave et généreux ; le peuple qui a été si grand dans le combat, mille fois plus grand après la défaite de ses ennemis ; le peuple, qui est entré dans le palais des rois pauvre, demi-nu, et qui en est sorti avec son indigence et sa misère ; le peuple, qui a pansé les blessures des Suisses et des gardes royaux, qui leur a donné du pain et un asile ; que veut-il, que doit-il faire de ces grands criminels49 ? »

22Dans la presse ouvrière ou saint-simonienne, les représentations d’un peuple qui réclame égalité et justice invitent à prendre en compte les classes populaires dans le jeu politique, à leur accorder la place qui leur est due depuis qu’elles ont conquis la liberté et renversé le trône des Bourbons. La réclamation d’un nouveau rôle à jouer pour les hommes du peuple est à replacer dans un discours social qui émerge à cette époque charnière que constitue l’hiver 1830 et qui cherche à repenser les hiérarchies sociales et politiques. Aussi bien les saint-simoniens que les journaux ouvriers veulent offrir une reconnaissance à la classe la plus nombreuse, que ne leur offre pas l’organisation existante.

  • 50 En ce qui concerne la diffusion de cette feuille, les déclarations d’imprimeurs nous renseignent s (...)
  • 51 L’Avenir, 20 octobre 1830, p. 2.

23Le nouveau catholicisme libéral repense la place du peuple dans la société. L’abbé de Lamennais, représentant de ce courant, crée le 16 octobre son journal intitulé L’Avenir50. Dans cette feuille, il exprime les principes de sa doctrine, se basant surtout sur la séparation de l’Église et de l’État. L’Avenir revendique la liberté dans tous les domaines : liberté de l’enseignement, liberté de la presse et même liberté d’association. Apparu en pleine crise politique, le journal se sert des représentations du peuple pour exprimer ses opinions et brandit lui aussi le spectre de la Terreur. Pour ce faire, il décompose les classes populaires, opposant « les groupes demandant des têtes comme au temps de notre première révolution » et « les bons citoyens […] qui tiennent au maintien de l’ordre51 ». Ces distinctions servent à mettre en garde le gouvernement contre une éventuelle résurrection des débordements de la Grande Révolution.

  • 52 Alphonse de Lamartine, « Contre la peine de mort. Au peuple du 19 octobre 1830 », L’Avenir, 15 déc (...)
  • 53 Paul Bénichou parle d’une poésie politique et populaire chez Lamartine en cette année 1830. Il men (...)

24La publication d’un poème de Lamartine dans le numéro du 15 décembre engendre des représentations du peuple et des réflexions sur les rapports entre classes populaires et justice. Ce poème, intitulé Contre la peine de mort. Au peuple du 19 octobre 183052, invite les classes populaires à la clémence. Le poète use de la formule poétique pour exprimer ses opinions politiques53. Alphonse de Lamartine est catholique et royaliste sous la Restauration. Mais en cette fin d’année 1830, ses sentiments se rapprochent plutôt de ceux de Lamennais. Prônant une politique de la morale et de la raison, il se prononce aussi pour la séparation de l’Église et de l’État et pour la liberté de la presse, ainsi que de l’enseignement. Libéral dès le milieu des années 1820, Lamartine se préoccupe plus sérieusement de politique depuis 1830, où il atteint quarante ans, âge de l’éligibilité. Ce poème est à la fois un éloge des hommes du peuple et un appel à leur indulgence. Il utilise la vision d’un peuple juste pour guider les classes populaires vers une conduite morale. Mais cette idée de justice populaire, à nouveau abordée et discutée, donne-t-elle le droit aux classes populaires de provoquer supplices et massacres ? s’interroge le poète. La présence d’un complot, qui pousse les hommes à une vengeance aveugle, est évoquée. Le poète brandit le passé pour influencer les hommes du peuple dans le présent. Selon lui, ils ont une mission, celle de démentir l’idée que la répétition funeste de l’Histoire est inévitable, afin que les contemporains n’en arrivent pas à cette conclusion terrible :

  • 54 Alphonse de Lamartine, « Contre la peine de mort… », op. cit., p. 4.

« Marchons, ce n’est rien de nouveau !
C’est, après la victoire, un peuple qui se venge ;
Le siècle en a menti, jamais l’homme ne change :
Toujours, ou victime ou bourreau54 ! »

25Mais qu’ils disent plutôt :

  • 55 Ibid., p. 4.

« C’est ici qu’un grand peuple, au jour de la justice,
Dans la balance humaine, au lieu d’un vil supplice,
Jeta sa magnanimité55. »

  • 56 Cette correspondance se trouve dans l’ouvrage de Christian Croisille, Correspondance d’Alphonse de (...)
  • 57 « Les royalistes feront une grimace : je parle de ceux à coups d’État ; et les Jacobins me noteron (...)
  • 58 Lettre de Louis-Aimé Martin à Lamartine le 8 décembre 1830, in Christian Croisille, Correspondance (...)

26Lamartine dépeint un peuple qui détient son destin entre ses mains, le sort des coupables lui revient et il doit choisir quelle justice appliquer. De ses actes dépend la représentation du peuple de 1830 qui sera véhiculée dans l’Histoire : le poète est conscient que l’Histoire est en train de s’écrire et il se soucie du souvenir qu’il restera des hommes du peuple. Ce poème suscite beaucoup de controverses. La correspondance de Lamartine avec son ami et professeur de l’École polytechnique, Louis-Aimé Martin, permet de comprendre les enjeux liés à la représentation du peuple en décembre 183056. Son ode, écrite dès le début du mois de novembre, ne paraît qu’en décembre car le poète est obligé de la reprendre à plusieurs reprises, en raison des circonstances politiques et des incitations de ses amis. Certains craignent qu’elle paraisse une « insulte au peuple », d’autres qu’elle froisse les ultras57. Lamartine est surtout préoccupé par l’influence de son poème sur les classes populaires, qu’il pousse à la clémence envers les coupables. Il propose même à son ami de la faire lire dans les théâtres populaires. Cependant, la publication de son œuvre, enfin achevée, rencontre quelques difficultés. Lorsque Martin propose au Journal des débats de la publier début décembre, le préfet de police s’interpose, craignant que l’ode excite les individus populaires. Enfin, Bertin, le rédacteur du journal, lui répond qu’elle doit « apaiser le peuple, elle est faite pour lui inspirer des sentiments d’humanité58 » et Lamartine réussit à la publier mi-décembre dans la presse. Les controverses dévoilent les enjeux liés à l’utilisation des représentations du peuple et à l’impact qu’elles peuvent avoir sur les classes populaires. Les gouvernants craignent l’opinion publique qui semble, en ce moment de crise, tenir les rênes de la vie politique.

Un peuple travailleur qui devient menaçant

Vengeances et menaces populaires

  • 59 J. L., « Aux ouvriers parisiens », Le Journal des ouvriers, 24 octobre 1830, p. 3.
  • 60 Dans la mythologie grecque, Thémis représente la déesse de la loi et de la justice.
  • 61 Édouard d’Anglemont, Au Peuple de Paris, 18 octobre 1830, 11 h du soir, in La Lyre nationale ou 17 (...)

27Le besoin de vengeance des hommes du peuple effraie les contemporains et cette crainte se manifeste en chansons. La plupart s’adressent directement aux classes populaires qui réclament la mort des ministres. Dans une chanson publiée dans le Journal des ouvriers59, l’auteur interpelle les hommes du peuple en leur intimant de laisser « Thémis suivre son cours60 ». Quant à Édouard d’Anglemont, dans une chanson écrite le 18 octobre au soir, il apostrophe les « citoyens de Paris61 ». La plupart de ces œuvres sont des appels lancés aux classes populaires qui réclament la peine de mort : appels à la clémence, appels à l’indulgence.

  • 62 Ibid., p. 268.

28Dans ces chansons, le peuple est représenté comme un monstre réclamant le sang de ses victimes. Édouard d’Anglemont, dans sa chanson adressée « au peuple de Paris », décrit le peuple parisien dont la fureur est incontrôlable. Les hommes se soulèvent « comme une mer d’orage » et grondent « comme un volcan62 ». Une figure marquante du peuple dans les chansons de 1830 est représentée par les différentes métaphores de la nature en action. Le vocabulaire et les métaphores rappellent le lexique romantique dont la nature représente un des thèmes privilégiés de cette inspiration. Elle est censée représenter aussi une preuve de l’existence de Dieu, écho peut-être à la volonté divine lors de la révolution de 1830. En cette période de crise politique, la nature est dépeinte comme incontrôlable et par là même des plus dangereuses. Ces images sont là pour insister sur la dangerosité des classes populaires. Les propos de l’écrivain reflètent l’opinion des légitimistes, dont il fait partie à cette période. Homme de lettres et auteur dramatique, Édouard d’Anglemont a déjà écrit quelques années plus tôt plusieurs odes légitimistes. Avec cette chanson, il témoigne de la panique des légitimistes qui craignent la répétition d’une insurrection jusque-là contenue. Pour inviter le peuple à plus de clémence envers ses ennemis, il invoque, comme les autres, les combats de Juillet. À ce propos, il vante la « foule héroïque » et le « peuple magnanime ». La notion de foule ne peut s’accorder qu’avec une action, c’est la force dans le combat, alors que celle de peuple possède plus de noblesse et s’associe à la clémence. Ces qualificatifs conduisent à distinguer plusieurs parties au sein des classes populaires : celles qui se conduisent instinctivement et celles qui font preuve de sagesse et de raison. À ce moment de l’année, c’est l’instinct de la foule qui inquiète l’auteur.

  • 63 Altaroche, étudiant en droit, La Chambre et les Écoles, Paris, Terry Jeune, 26 décembre 1830, 8 p.

29Le chansonnier Agénor Altaroche témoigne aussi de l’idée d’un peuple menaçant, dans La Chambre et les Écoles publiée le 26 décembre63. Agénor Altaroche est en 1830 un jeune homme à peine âgé de vingt ans. Il abandonne après les journées de Juillet ses études de droit pour se consacrer à la presse et à la chanson. Il collabore à la presse d’opposition, La Tribune des départements ou Le National, et devient rapidement un des plus violents opposants de Louis-Philippe. Dans cette chanson, il confronte les représentations du peuple pendant le procès des ministres. Au cours des premières strophes, l’auteur expose au lecteur les visions dominantes du peuple de Paris en ce mois de décembre. Les classes populaires sont définies par leur soif de vengeance, leur cruauté. La chanson débute en leur attribuant ces paroles :

  • 64 Ibid., p. 3.

« Point de pardon ! point de clémence !
« Léguons un grand exemple à la postérité.
« Ah ! quand il faut punir un forfait détesté,
« C’est un devoir que la vengeance,
« Et la clémence est lâcheté64 ! »

  • 65 Ibid., p. 4.

30Le cri de vengeance se termine par un appel à l’échafaud et les réclamations populaires se résument en trois mots : justice, vengeance et mort. « Ainsi parlait le peuple », résume le chansonnier. Face à l’image d’un peuple déterminé par sa colère et convaincu d’être dans son droit, le contraste est saisissant avec la représentation des classes supérieures. L’auteur évoque la panique des gouvernants, les magistrats « transis de remords et de peur », les « regards tremblans » et les « pâles figures65 », incapables de contrôler la « foule » qui s’agite et réclame son dû. Face à la représentation dominante qui fait des hommes du peuple des êtres terrifiants, Altaroche oppose une autre perception du peuple, celle d’individus qui respectent l’ordre et la paix.

  • 66 A. P., ouvrier typographe, Le Conseil du 25 et les Trois Journées, Paris, Chez Lemoine, 1830, 28 p (...)

31La représentation du peuple impitoyable de décembre qui menace et terrifie se retrouve aussi dans le poème, Le Conseil du 25 et les Trois Journées66, écrit par un ouvrier typographe à la même période. L’œuvre retrace les événements depuis la publication des Ordonnances le 26 juillet jusqu’aux débats autour du procès des ministres. Divisé en quatre parties chronologiques, le poème se termine sur les « Entretiens du Peuple » et raconte les débats autour du procès et les avis des différents protagonistes. Même si le « peuple » du chansonnier se compose d’élèves de l’École polytechnique, d’un garde national, d’un étudiant en droit ou en médecine, de juges et de journalistes, les classes populaires sont incarnées par la figure de l’ouvrier. C’est lui qui commence les « entretiens ». Dans son allocution se dessinent les représentations d’un peuple cruel :

  • 67 Ibid., p. 24.

« Vengeons-nous, mes amis et mes bons camarades,
Vengeons-nous des tyrans et de leurs fusillades ;
Ils nous ont massacré, ne les épargnons pas ;
Que chacun, l’arme en main, nous signions leur trépas ;
Que dans un autre monde, en expiant leurs crimes,
Ils demandent pardon à leurs nobles victimes67. »

  • 68 Altaroche, étudiant en droit, La Chambre…, op. cit., p. 5.
  • 69 BHVP, NA 154, folio 209, 22 décembre 1830, proclamation « Les écoles polytechniques, de droit et d (...)
  • 70 J. L., « Aux ouvriers parisiens », op.cit., p. 3.
  • 71 Ibid.

32Le peuple vengeur et sans pitié est à nouveau convoqué. Il s’oppose cette fois à l’étudiant qui incarne la raison. Alors que le vocabulaire de l’ouvrier est celui de la vengeance, celui qui caractérise les étudiants est plein de sagesse : « Honneur », « bon cœur », « secours ». Pendant que les classes populaires menacent et vocifèrent, les élèves se situent du côté de la loi et du droit. Comme dans la chanson d’Altaroche, la voix de la raison est celle de la jeunesse des Écoles. Avec comme mots de ralliement « Ordre et liberté », les étudiants, « du foudre populaire ont détruit le berceau68 ». Lors des manifestations qui agitent le procès des ministres, les élèves des Écoles parcourent les rues pour ramener la population parisienne au calme. Leur présence héroïque dans les combats de Juillet et la figure qui en ressort les conduit à jouer ce rôle de modérateurs. Le 22 décembre, au lendemain de l’annonce du verdict, ils se joignent à la Garde nationale pour calmer la population et traversent la capitale en proclamant leur soutien au gouvernement. Ils affichent même une proclamation dans les rues de Paris dans laquelle ils rappellent leur participation aux journées révolutionnaires aux côtés des classes populaires et terminent ainsi : « Le Peuple n’a pas de meilleurs Amis que les Etudians. Respect à la loi69 ! » Dans des chansons publiées en décembre, les représentations du peuple sont souvent opposées à celles des étudiants, l’instinct et la violence opposés à la raison et la sagesse. Même dans la chanson « Aux ouvriers parisiens70 », véritable appel au calme lancé par Le Journal des ouvriers, les visions du peuple de Paris demeurent inquiétantes. Entre les lignes se lisent les représentations d’un peuple incontrôlable, qui menace d’une « basse vengeance » les coupables, et d’« user de violences71 ».

33La conduite incontrôlable et la colère exprimée par les classes populaires peuvent s’expliquer par la situation misérable dans laquelle elles se trouvent. La chanson d’Adrien Decourcelle dépeint la pauvreté du peuple durant l’hiver 1830. Désœuvré, il se retrouve dans une situation déplorable, dont les responsables sont toujours les carlistes, quand ils ne sont pas jésuites, qui complotent contre le gouvernement :

  • 72 Decourcelle, La Situation du peuple, in Chansons politiques, 1830-1831, p. 1.

« L’on avait beaucoup espérance
Que les travaux reprendraient,
Je n’y vois pas grande apparence ;
Car ça va plus mal que jamais.
Nous en voyons de bien sévères ;
Mais si ça continue soudain,
Ces carlistes révolutionnaires
Nous ferons tous mourir de faim72. »

34Mais cette représentation du peuple est exceptionnelle : la chanson de Decourcelle est la seule qui aborde le thème de la pauvreté des classes populaires. Autant le peuple menaçant est convoqué et condamné dans les chansons, autant le peuple misérable est plus difficile à évoquer. Pour le moment, le gouvernement se concentre sur la crise politique et cherche par tous les moyens à éviter un nouveau cataclysme qui ébranlerait le régime tout juste installé. La question sociale est loin d’être à l’ordre du jour.

  • 73 « On ne peut méconnaître qu’une sourde agitation règne dans les masses, l’état des affaires politi (...)

35Le préfet de police témoigne lui aussi de la représentation menaçante du peuple parisien. Dès le 5 octobre, il commence à rendre compte dans ses rapports de ses inquiétudes73. Déjà dix jours avant les premières manifestations populaires, il s’inquiète des préoccupations des Parisiens. Tous les sujets politiques sont abordés et débattus. Le procès des ministres demeure le plus important et celui qui suscite le plus de controverses ou d’animosité. Quelques jours plus tard, il manifeste une appréhension plus vive face à la fermentation qu’il observe dans les quartiers populaires :

  • 74 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 8 octobre 1830.

« Il semble d’ailleurs qu’une même pensée occupe tous les esprits et qu’il n’y ait plus d’autre sujet d’entretien que le procès des ex-ministres. Dans les basses classes surtout on en parle avec un sentiment de haine qu’il serait difficile et peut être imprudent de comprimer74. »

  • 75 BHVP, NA 154, folio 113, 19 octobre 1830, « Le Préfet de la Seine à ses concitoyens ».
  • 76 Ibid.
  • 77 « Ce matin, à 6 heures, un placard manuscrit et intitulé sur l’abolition de la peine de mort à la (...)

36La peur d’un soulèvement est toujours présente et les rapports du préfet en sont une preuve. Bientôt les réclamations de peine de mort proférées dans les rues de Paris, suite à l’adresse proposée au roi le 9 octobre, sont l’objet d’une surveillance active de la part de l’administration. Les représentations menaçantes du peuple parisien ont des répercussions immédiates sur les pratiques. L’administration prend des mesures à la hauteur de ses appréhensions. Des patrouilles circulent dans la capitale, les maires d’arrondissements sont tous prêts à intervenir et fournissent chaque heure des rapports au préfet de la Seine, celui-ci, au lendemain des manifestations les plus critiques, affiche dans les rues de la capitale une proclamation adressée au peuple. Odilon Barrot tente ainsi de rassurer ses concitoyens dans l’idée que « ce n’est pas vengeance que demande le peuple de Paris […] mais justice : la justice est en effet le besoin, le droit des hommes forts et courageux ; la vengeance est le plaisir des faibles et des lâches75 ». Même si le préfet termine cette proclamation adressée « à ses concitoyens » par « Peuple de Paris, tu n’avoues pas ces violences ! des accusés sont chose sacrée pour toi76 », les représentations engendrées par les rapports de police invitent à une vision opposée. Les affiches appelant le peuple à la vengeance couvrent les murs de la capitale et son adhésion à ces réclamations est rapportée dans les notes du préfet de police77. Il témoigne des réactions face à un placard affiché dans le quartier du faubourg Saint-Antoine qui réclame la sentence capitale pour les ministres :

  • 78 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 12 octobre 1830.

« Un grand nombre d’ouvriers rassemblés pour le lire semblaient en approuver le contenu, lorsqu’un homme qui se trouvait dans la foule, ayant voulu faire entendre des paroles de paix, a été aussitôt injurié, menacé et forcé de se retirer pour échapper à l’espèce d’indignation qu’il avait soulevé78. »

37La colère et la violence populaires que suscite ce procès frappent le représentant de l’ordre. Le désir de vengeance qu’il constate provoque des inquiétudes et la mise en place de mesures exceptionnelles. La situation dans le faubourg Saint-Antoine est le signe d’une agitation inquiétante.

  • 79 C’est le préfet qui souligne, AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 16 octobre 1830.

38Le préfet témoigne aussi dans ses rapports de l’instrumentalisation des figures du peuple par les contemporains face à cette question de la peine de mort. À travers les multiples placards appelant à la vengeance populaire, les contemporains se servent du peuple pour exprimer leurs opinions. Ces affiches « prennent même un caractère de violence assez marqué. C’est tantôt le peuple qui demande la mort, le peuple qui condamne79… », rapporte le représentant de l’ordre. L’utilisation du mot « peuple » sert ici un dessein particulier : celui de critiquer le gouvernement sous couvert d’une opinion populaire.

  • 80 « On s’occupe beaucoup du jugement des ex-ministres. L’opinion la plus générale dans les classes i (...)
  • 81 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 8 octobre 1830.

39Alors que le pays est encore dans l’attente du verdict, le préfet rend compte de l’opinion la plus répandue dans les « basses » classes qui réclame sans équivoque la peine capitale pour les ministres80. Les propos sont de plus en plus préoccupants selon le préfet qui craint l’exécution d’une justice populaire. Si la sentence est favorable aux ministres, si elle ne conclut pas à la peine de mort, il redoute que les Parisiens choisissent de rendre eux-mêmes justice, et qu’elle soit impitoyable. C’est ce qui explique l’appréhension qu’il exprime face au « sentiment de haine qu’il serait difficile et peut être imprudent de comprimer81 ».

40Le rapport d’un agent du préfet du Rhône, Paulze d’Ivoy, rend compte de l’imaginaire lié à la justice populaire :

  • 82 BHVP, Ms 1041, monarchie de Juillet, Fol 14, 19 décembre 1830.

« Quant au peuple il ne s’en contentera pas ; pour lui, pas d’autre maxime que : le sang veut du sang : ce sont des victimes dévouées à sa vengeance qu’il serait dangereux de lui soustraire ; déjà des placards ont été affichés à Paris, dans le quartier du Luxembourg ; et on ne peut pas sagement présumer que cette crise se passe sans secousses82. »

  • 83 Au début du XIXe siècle, les exécutions capitales donnent lieu à de véritables débordements. Par l (...)
  • 84 Le parti du mouvement voit dans la révolution de Juillet un point de départ pour de nouvelles réfo (...)

41D’après ces écrits, la vengeance populaire serait impossible à contenir. Toutes les issues envisagées engendrent des représentations inquiétantes du peuple : si la sentence de mort est exécutée, le gouvernement craint le déchaînement populaire et le débordement des réactions qui accompagnent normalement l’exécution de la sentence capitale83 ; et si la sentence de mort est rejetée, il s’inquiète de la mise en place d’une justice populaire plus impitoyable encore. La politique qui sera mise en place tout au long de la monarchie de Juillet commence à voir le jour : effacer le spectacle de l’exécution capitale. Mais en refusant la peine de mort, le régime montre aussi qu’il ne fera plus de concessions au parti du Mouvement, dont Odilon Barrot et Laffitte sont les principaux représentants, et qu’il utilisera la force pour maîtriser la rue84. Le procès des ministres n’est pas le seul motif qui nourrit l’idée d’un peuple menaçant, les ateliers de secours produisent en cette fin d’année des descriptions du peuple tout aussi angoissantes.

Le peuple embarrassant des ateliers de secours

42Les ateliers de secours ont été créés en août 1830 pour occuper les classes populaires qui expriment leur mécontentement sur le pavé parisien. Garantir la cohésion de la communauté constituait le but principal de leur création. Leur établissement permet de maintenir « la tranquillité publique », selon les termes d’Amédée Girod de l’Ain, préfet de police depuis le 1er août, jour où il a remplacé Nicolas Bavoux qui avait été nommé par la Commission municipale provisoire. Les représentations d’un peuple inquiétant contribuent à la création de structures qui permettent de contrôler et de contenir les manifestations d’insatisfaction à l’encontre du nouveau gouvernement. Catalyseurs de la question sociale, les ateliers n’y parviennent qu’un temps puisqu’ils deviennent rapidement eux-mêmes producteurs d’images générant la peur.

  • 85 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 28 septembre 1830.
  • 86 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 30 novembre 1830.

43Les représentations du peuple évoluent pendant les derniers mois de 1830. Dès la fin septembre, la surveillance est plus active de la part de l’administration, même si le préfet demeure confiant et pense que les hommes employés dans les ateliers « ne songent point à troubler la tranquillité publique85 ». L’image d’un peuple à occuper dans le but de le contenir s’oppose désormais à celle d’un peuple uni dans la révolte et s’alliant contre le gouvernement. Finalement, Odilon Barrot préfère prendre des mesures et donne l’ordre le 18 septembre de n’employer dans les ateliers que les individus possédant une attestation du maire et du commissaire de police de leur quartier prouvant qu’ils résident à Paris et qu’ils sont âgés de plus de quinze ans. Ces mesures provoquent des mouvements de mécontentement vite contrôlés dans les établissements. Les hommes du peuple expriment leur colère face aux arrêtés et parviennent souvent à les détourner. À la fin du mois de novembre, après un mouvement d’agitation dans l’atelier du Champ-de-Mars, les mesures se renforcent et les individus voulant travailler dans ces établissements doivent obtenir une carte d’admission auprès des commissaires de police de leur quartier. Les directives sont prises dans le but de contrôler les « bonnes intentions86 » des hommes qui travaillent dans les ateliers. Distinguer les bons des mauvais ouvriers devient un des buts des administrateurs et la moralité des individus devient un critère de sélection. L’âge ou le lieu de résidence en sont d’autres ; ils permettent de choisir ceux qui méritent de bénéficier de l’assistance publique et d’en exclure ceux qui, selon les pouvoirs publics, ne le méritent pas (les provinciaux, les vagabonds, toute cette frange de la population qui représente la « populace »). La description d’un peuple travailleur mais dangereux émerge de ces discours. Achille Treilhard, le nouveau préfet de police nommé le 7 novembre, semble contrôler la situation, même s’il rend compte régulièrement de ces « explorations attentives » pratiquées dans les ateliers pour y maintenir la tranquillité requise.

  • 87 Selon l’expression d’Alain Faure, « Mouvements populaires et mouvements ouvrier à Paris (1830-1834 (...)

44Le basculement dans les représentations s’opère au début du mois de décembre. L’hiver, censé correspondre à une période de calme social du fait du départ des saisonniers, génère des inquiétudes avec la question des ateliers de secours. Dans ses rapports, le représentant de l’ordre souligne la situation misérable dans laquelle se trouvent les hommes du peuple et craint que les circonstances n’aggravent la crise politique qui agite déjà le pays. Ces réflexions traduisent « un trait de mentalité de l’époque87 », qui consiste à faire dépendre la conjoncture économique de la conjoncture politique. Le sous-emploi provoqué par la crise économique inquiète les autorités qui y voient un danger pour le régime. Pourtant, le préfet pense encore que la création des ateliers peut apaiser les classes populaires, de plus, les fermer brusquement risquerait de provoquer un mécontentement général difficile à contrôler. Les complots carlistes et républicains sont toujours présents dans l’imaginaire des contemporains. Un soulèvement populaire pourrait être l’instrument de ces groupes qui cherchent par tous les moyens à renverser le régime à peine installé.

  • 88 On passe de 2 868 ouvriers le 16 décembre à 4 890 le 20 et leur nombre progresse jusqu’à 13 750 à (...)
  • 89 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 30 décembre 1830.
  • 90 Sur les grèves à cette période, voir Alain Faure, « Mouvements populaires… », op. cit., p. 51-92.

45Les effectifs des ateliers doublent très rapidement et ils deviennent pour l’administration un véritable gouffre financier autant que politique88. Treilhard note scrupuleusement la vertigineuse progression. Ces chiffres traduisent l’augmentation des chômeurs dans la ville et, aux yeux de la police, de la menace d’insurrection. En cette fin d’année, les classes populaires représentent un véritable danger pour le régime de Juillet et surtout pour la paix sociale pour laquelle il œuvre depuis ses débuts. La nomination d’un préfet libéral n’est pas faite par hasard. Le 26 décembre, Jean-Jacques Baude prend la place d’Achille Treilhard. Ancien rédacteur du journal d’opposition Le Temps, très actif sous le ministère Polignac, il avait tenté le 27 juillet de bloquer les forces de police leur barrant lui-même l’accès à son imprimerie. Chargé de l’approvisionnement par la Commission municipale provisoire après la révolution de Juillet, il est depuis la mi-novembre sous-secrétaire au ministère de l’Intérieur. Quelques jours après avoir pris en charge ses nouvelles attributions, il témoigne de ses inquiétudes face aux individus qui peuplent les établissements de charité. Le 30 décembre, ses notes évoquent la représentation d’un peuple embarrassant : « On a reconnu qu’il fallait dès à présent songer à fermer cette plaie qui menace de s’élargir89. » Les ateliers sont passés, à ses yeux, de l’exutoire à la « plaie ». Les rapports se font de plus en plus alarmants. Après l’automne mouvementé, les autorités craignent que les ateliers ne viennent troubler la relative tranquillité publique qui est censée régner l’hiver dans la capitale90.

46Les ouvriers, peuplant les ateliers, loués auparavant pour leur volonté de travailler, sont représentés dorénavant comme des dangers, capables de s’insurger à la moindre occasion :

  • 91 AN, F 7 3885, Bulletin de Paris, 4 janvier 1831.

« Il n’y a pas de jour où l’on ne ressent les inconvénients de l’établissement des ateliers de secours ; cette plaie sera longue et difficile à guérir, tant qu’elle existera, l’on sera toujours en alarme d’une émeute91. »

47Les propos du préfet sont pleins d’affolement et l’explosion paraît imminente. Pourtant les ateliers sont calmes et aucun esprit de coalition ne règne parmi les individus qui y sont employés. Une lettre du ministre de l’Intérieur au préfet de la Seine, en date du 5 janvier 1831, montre les difficultés dans lesquelles se trouve le gouvernement face à ces ateliers. Le ministre s’inquiète de la « progression effrayante » du nombre d’individus, ce qui augmente ses craintes de voir une insurrection se renouveler. Il s’alarme surtout des rapports du préfet de la Seine, qui lui a annoncé que les mesures prises pour ralentir l’admission des ouvriers ont été insuffisantes pour calmer le flot incontrôlable d’entrées dans les établissements. Enfin, sa lettre se termine par l’évocation de cette constatation d’Odilon Barrot :

  • 92 AN, F 3 II Seine 44, lettre du ministre de l’Intérieur au préfet de police, 5 janvier 1831.

« Il a fallu dans l’intérêt de la tranquillité publique, admettre indistinctement tous les hommes qui demandaient de l’ouvrage et qu’aujourd’hui que cette voie est ouverte ; il serait très difficile de remédier aux inconvénients qu’elle engendre, sans courir de risque de quelques nouveaux troubles92. »

  • 93 AN, F 7 3885, Bulletin de Paris, 6 janvier 1831.
  • 94 AN, F 7 3885, Bulletin de Paris, 12 janvier 1831.

48La volonté d’occuper le plus grand nombre d’individus se retourne contre les pouvoirs publics. Les établissements débordent d’individus mécontents et la situation en fin d’année devient de plus en plus critique. Le préfet de police doit envisager leur dissolution progressive. Il devient, selon lui, « tous les jours plus nécessaire de prévoir l’époque où ces ateliers devront être dissous93 ». L’« épuration94 » des ateliers commence donc au début du mois de janvier. Elle s’étale sur tout le mois et la fermeture du dernier est mentionnée dans un rapport du 2 février. Le vocabulaire employé par le préfet révèle sa volonté d’éradiquer ce qui constitue pour lui une véritable maladie du corps social. « Épurer » ces endroits des individus devenus indésirables, en « expulser » ces hommes qui, bien qu’enfermé restent incontrôlables. Même si la fermeture des ateliers est légitimée officiellement par l’appauvrissement des fonds alloués à ces travaux, les craintes inspirées par les hommes du peuple réunis en nombre en demeure le motif déterminant.

49L’insurrection supposée, qui devait être contenue par ces mesures, risque désormais d’en être le fruit. La peur avait pris la place du soulagement initial de voir les hommes du peuple mécontents occupés. L’histoire des établissements de secours organisés à la fin de l’été 1830 et liquidés au début de l’année 1831 résume l’évolution des images du peuple pendant cette période. Dans l’imaginaire des contemporains, le bon peuple de Juillet, devenu de plus en plus menaçant, finit par être perçu comme un danger pour la monarchie. Entre concession et répression, les bases du régime paraissent fragiles et présagent d’un avenir incertain qui le conduira à des représentations plus radicales du peuple parisien pour arriver à ses fins.

50Après les journées de Juillet, les représentations du peuple évoluent. Alors qu’au mois d’août, la figure mythique d’un peuple idéal et uni domine et permet de maintenir la cohésion sociale, les mois suivants compliquent la donne. Le trouble règne face à ces classes populaires à la fois louables par leur action dans la révolution et condamnables par les manifestations qui la suivent. Les usages se diversifient et chacun adopte une stratégie de représentation différente. La presse nationale s’interroge sur la nature du peuple manifestant son mécontentement. La presse ouvrière offre une alternative et cherche à faire émerger une nouvelle identité ouvrière. Les artistes, bien que dans leur grande majorité silencieux sur les classes populaires de l’automne, utilisent parfois l’image d’un peuple mécontent pour exprimer leur désir d’une société plus démocratique. Enfin, les pouvoirs publics diffusent la représentation d’un peuple inquiétant et menaçant, dont les revendications ressuscitent les souvenirs de la Terreur, mais aussi celle d’un peuple effrayant, prêt à se coaliser par le biais des établissements de charité. L’année se termine par la fermeture des ateliers de secours. Les hommes du peuple suscitent désormais des craintes et le régime cherche par tous les moyens à les contrôler et à maîtriser leur image. Autant la figure mythique du peuple de la révolution de 1830 contribua à mettre en place cette politique sociale qui permit de donner du travail aux ouvriers, autant la vision d’un peuple menaçant de l’hiver 1830 entraîna un durcissement de la politique du régime.

Notas

1 Le Journal des ouvriers, 10 octobre 1830, p. 3.

2 Sur le procès des ministres, voir Paul Bastid, « Le procès des ministres de Charles X », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1957, t. IV, p. 171-211.

3 Laffitte devient président du conseil des ministres, le comte Marthe de Montalivet est placé au ministère de l’Intérieur et Joseph Mérilhou prend le ministère de l’Instruction publique et des Cultes. Le comte d’Argout est au ministère de la Marine et Sébastiani à celui des Affaires étrangères. Ces nouveaux ministres étaient tous membres de l’opposition sous la Restauration.

4 Le National, 29 octobre 1830, p. 2.

5 Victor Hugo, Le Dernier Jour d’un condamné à mort, (1re édition, Ch. Gosselin, 1829), Paris, Gallimard, 2000, 200 p.

6 Ibid., p. 35.

7 Dans sa préface à l’édition de 1832, Victor Hugo écrit : « Ce n’est pas à cause de vous, peuple, que nous abolissons la peine de mort, mais à cause de nous, députés qui pouvons être ministres. Nous ne voulons pas que la mécanique de Guillotin morde les hautes classes », ibid., p. 151.

8 Ibid., p. 107.

9 Ibid., p. 131.

10 Ibid., p. 140.

11 Sophie Wahnich, La Liberté ou la mort. Essai sur la Terreur et le terrorisme, Paris, La Fabrique Éditions, 2003, p. 50.

12 Le National, 29 octobre 1830, p. 2.

13 Le Journal des débats, 20 octobre 1830, p. 1.

14 Ibid.

15 Ibid., p. 1.

16 Christian Alain Muller, « Du “peuple égaré” au “peuple enfant”. Le discours politique révolutionnaire à l’épreuve de la révolte populaire en 1793 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier-mars 2000, p. 101.

17 Le National, 29 octobre 1830, p. 2.

18 Cette convocation du peuple des Trois Glorieuses se retrouve dans la lettre d’un grenadier adressée aux ouvriers parisiens : « Ce n’est pas, le Peuple de Paris, le plus civilisé de la terre, qui ferait comme les sauvages, qui égorgerait froidement quatre prisonniers sans défense. Ceux qui ont été si braves et si généreux à la fin de juillet, ne seraient pas aujourd’hui lâches et cruels. C’est impossible ! », BHVP, NA 154, Fol 137, « Lettre aux ouvriers de Paris », par un grenadier dans le 3e bataillon de la XIe légion, octobre 1830.

19 Le Journal de Paris, 21 décembre 1830, p. 1.

20 Ibid.

21 Sur l’imaginaire de la Terreur, voir Dominique Aubry, Quatre vingt treize et les Jacobins, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1988, 346 p. ; Daniel Arasse, La Guillotine et l’imaginaire de la Terreur, Paris, Flammarion, 1987, 213 p.

22 Victor Hugo, Choses vues, souvenirs, journaux, cahiers, 1830-1885, (1re édition, 1887, J. Hetzel, A. Quantin), Paris, Gallimard, 2002, p. 60.

23 Le National, 18 septembre 1830, p. 1.

24 Le Journal de Paris, 26 décembre 1830, p. 1.

25 Ibid.

26 Le Moniteur, 23 décembre 1830, p. 1.

27 « Les faubourgs, occupés par leurs légions et livrés à leurs travaux étaient précisément les quartiers les plus tranquilles », ibid.

28 Le National, 23 décembre 1830, p. 1.

29 Le Constitutionnel, 27 décembre 1830, p. 2.

30 Souvenirs de Victor Crochon, Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Cote : Ms 1026 (1), vol. 1, p. 164.

31 Ibid., p. 197.

32 Voir François Furet, La Gauche et la Révolution française au milieu du XIXe siècle, Paris, Hachette, 1986, 387 p.

33 Sur Guizot, voir Pierre Rosanvallon, Le Moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985, 414 p.

34 Dominique Aubry, Quatre vingt treize…, op. cit., p. 189.

35 « Elle va être supprimée, et cela avant que nos ministres ne soient jugés !… Veuves de nos braves, déchirez vos voiles funèbres ; orphelins que la patrie a adoptés, repoussez la main paternelle… vos bourreaux seront épargnés ! », Le Journal des ouvriers, 10 octobre 1830, p. 1.

36 Le Journal des ouvriers, 17 octobre 1830, p. 1.

37 Le Peuple, 16 octobre 1830, p. 1.

38 Le Peuple, 20 octobre 1830, p. 1.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 Ibid.

43 « Laissons de côté son héroïsme de trois jours et voyons sa conduite quand il fut rentré dans ses foyers aussi pauvre après la victoire qu’auparavant. Il court au travail pour avoir du pain et trouve dans ses ateliers des machines qui remplacent des bras ; il s’irrite contre elles et veut les briser. On lui explique qu’il y a de la richesse nationale, et qu’il doit sacrifier ses intérêts passagers aux progrès de l’avenir ; il comprend et se résigne. Dès lors tout est calme », Le Globe, 21 octobre 1830, p. 2.

44 « Le peuple attend justice en silence. Mais que faisait on soit dans la chambre, soit au ministère, soit dans quelques salons ? Attendait-on justice en silence ? non car on affichait ouvertement l’intention de changer la nature de la peine qui pouvait atteindre les coupables », ibid.

45 Ibid. (en italique dans le journal).

46 Le Globe, 21 décembre 1830, p. 1.

47 Ibid., p. 2.

48 « Les clameurs encore demi étouffées que le peuple pousse en frémissant, ne sont, sans qu’il s’en rende lui même bien compte, qu’une réclamation énergique contre l’incapacité des hommes dont les efforts tendent à flétrir les sentimens qui ont présidé à la révolution de juillet », ibid.

49 Le Globe, 22 décembre 1830, p. 1.

50 En ce qui concerne la diffusion de cette feuille, les déclarations d’imprimeurs nous renseignent sur son premier tirage : 5 000 exemplaires le 15 octobre 1830, AN, F 18 * II 20, Déclaration des imprimeurs parisiens.

51 L’Avenir, 20 octobre 1830, p. 2.

52 Alphonse de Lamartine, « Contre la peine de mort. Au peuple du 19 octobre 1830 », L’Avenir, 15 décembre 1830, p. 4.

53 Paul Bénichou parle d’une poésie politique et populaire chez Lamartine en cette année 1830. Il mentionne une lettre de l’écrivain écrite à cette époque où il définit sa poésie : « Songez que toute poésie politique doit être poésie populaire, et que pour être poésie populaire, elle doit se servir du mot propre et de grosses et fortes images saisies par toutes les rudes imaginations auxquelles elle s’adresse », in Paul Bénichou, Les Mages romantiques, (1re édition, Gallimard, 1988), Paris, Gallimard, 2004, p. 1052.

54 Alphonse de Lamartine, « Contre la peine de mort… », op. cit., p. 4.

55 Ibid., p. 4.

56 Cette correspondance se trouve dans l’ouvrage de Christian Croisille, Correspondance d’Alphonse de Lamartine (1830-1867), t. I, 1830-1832, Paris, Honoré Champion, 2000, 690 p.

57 « Les royalistes feront une grimace : je parle de ceux à coups d’État ; et les Jacobins me noteront pour leur table », lettre du 9 novembre 1830, adressée à Edmond de Cazalès, rédacteur dans Le Correspondant, in Christian Croisille, Correspondance…, op. cit., p. 195.

58 Lettre de Louis-Aimé Martin à Lamartine le 8 décembre 1830, in Christian Croisille, Correspondance…, op. cit., p. 224.

59 J. L., « Aux ouvriers parisiens », Le Journal des ouvriers, 24 octobre 1830, p. 3.

60 Dans la mythologie grecque, Thémis représente la déesse de la loi et de la justice.

61 Édouard d’Anglemont, Au Peuple de Paris, 18 octobre 1830, 11 h du soir, in La Lyre nationale ou 1789, 1815, 1830, dédiée à la jeune France, aux gardes nationales du royaume, Paris, Chez l’éditeur, 1831, p. 268-270.

62 Ibid., p. 268.

63 Altaroche, étudiant en droit, La Chambre et les Écoles, Paris, Terry Jeune, 26 décembre 1830, 8 p.

64 Ibid., p. 3.

65 Ibid., p. 4.

66 A. P., ouvrier typographe, Le Conseil du 25 et les Trois Journées, Paris, Chez Lemoine, 1830, 28 p., qui est publié en partie dans L’Artisan, le 10 octobre 1830, p. 3.

67 Ibid., p. 24.

68 Altaroche, étudiant en droit, La Chambre…, op. cit., p. 5.

69 BHVP, NA 154, folio 209, 22 décembre 1830, proclamation « Les écoles polytechniques, de droit et de médecine ».

70 J. L., « Aux ouvriers parisiens », op.cit., p. 3.

71 Ibid.

72 Decourcelle, La Situation du peuple, in Chansons politiques, 1830-1831, p. 1.

73 « On ne peut méconnaître qu’une sourde agitation règne dans les masses, l’état des affaires politiques et commerciales, la révolution belge, la possibilité d’une intervention étrangère et par dessus tout le procès des ex-ministres sont le sujet de presque tous les entretiens. Il est rare que ces groupes formés dans les cafés, au théâtre, sur les places publiques, il ne sorte pas des paroles menaçantes contre ceux que la chambre des pairs est appelée à juger », AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 5 octobre 1830.

74 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 8 octobre 1830.

75 BHVP, NA 154, folio 113, 19 octobre 1830, « Le Préfet de la Seine à ses concitoyens ».

76 Ibid.

77 « Ce matin, à 6 heures, un placard manuscrit et intitulé sur l’abolition de la peine de mort à la garde nationale était affiché au coin de la rue Saint Antoine et de la rue des tournelles. Cet écrit portait que par la loi projetée les amis des anciens ministres voulaient soustraire à la vengeance nationale ces grands coupables qui par leurs complots ont fait périr plus de 6 000 citoyens. Il se termine par un appel au peuple », AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 12 octobre 1830.

78 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 12 octobre 1830.

79 C’est le préfet qui souligne, AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 16 octobre 1830.

80 « On s’occupe beaucoup du jugement des ex-ministres. L’opinion la plus générale dans les classes inférieures est que Mr de Polignac et de Peyronnet seront condamnés à la peine capitale », AN, F 7 3884, 7 décembre 1830.

81 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 8 octobre 1830.

82 BHVP, Ms 1041, monarchie de Juillet, Fol 14, 19 décembre 1830.

83 Au début du XIXe siècle, les exécutions capitales donnent lieu à de véritables débordements. Par la suite, toutes les mesures sont prises pour limiter ces manifestations populaires, mesures qui s’inscrivent dans « le temps long d’un mouvement des sensibilités, réclamant douceur des peines et décences dans leur application », Anne-Emmanuelle Demartini, « L’exécution de Lacenaire, entre scandale et édification », in Régis Bertrand et Anne Carol (dir.), L’Exécution capitale, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2003, p. 151.

84 Le parti du mouvement voit dans la révolution de Juillet un point de départ pour de nouvelles réformes, comme l’extension du droit de vote ; alors que le parti de la résistance veut mener une politique de rétablissement de l’ordre et de répression légale.

85 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 28 septembre 1830.

86 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 30 novembre 1830.

87 Selon l’expression d’Alain Faure, « Mouvements populaires et mouvements ouvrier à Paris (1830-1834) », Le Mouvement social, no 88, 1974, p. 74.

88 On passe de 2 868 ouvriers le 16 décembre à 4 890 le 20 et leur nombre progresse jusqu’à 13 750 à la fin du mois. Chiffres donnés par le préfet de police dans les Bulletins de Paris, AN, F 7 3884.

89 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 30 décembre 1830.

90 Sur les grèves à cette période, voir Alain Faure, « Mouvements populaires… », op. cit., p. 51-92.

91 AN, F 7 3885, Bulletin de Paris, 4 janvier 1831.

92 AN, F 3 II Seine 44, lettre du ministre de l’Intérieur au préfet de police, 5 janvier 1831.

93 AN, F 7 3885, Bulletin de Paris, 6 janvier 1831.

94 AN, F 7 3885, Bulletin de Paris, 12 janvier 1831.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540