Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1830, le peuple de Paris

 | 
Nathalie Jakobowicz

Troisième partie. Les peuples de l’automne

Chapitre VIII. Production de l’identité ouvrière par le journal

Texte intégral

  • 1 Rémi Gossez, « Presse parisienne à destination des ouvriers (1848-1851) », in Jacques Godechot, La (...)
  • 2 Sur la presse ouvrière, peu d’ouvrages traitent de cette période, voir Armand Cuvillier sur une pé (...)

1En cette année 1830, la presse ouvrière dévoile un nouvel usage du peuple. Dès la révolution de 1789, des journaux à destination des classes populaires avaient vu le jour ; mais ils s’adressaient à une population hétérogène, non à un groupe en particulier. Si à l’étranger, les journaux ouvriers apparaissent dès les années 1820, notamment aux États-Unis et en Grande-Bretagne, il faut attendre les Trois Glorieuses pour voir les premières publications françaises. Selon Rémi Gossez, « l’invention de la presse ouvrière appartient aux ouvriers révolutionnaires de 18301 ». Les journaux ouvriers, nés à l’automne, utilisent les représentations du peuple pour créer une nouvelle identité ouvrière2. L’étude de la presse ouvrière de 1830 permet de mesurer l’importance de la représentation des groupes. Les feuilles ouvrières offrent une identité disponible pour un groupe qui ne disposait jusque-là d’aucun porte-parole issu de ses rangs. Elles n’adhèrent pas au mythe du peuple en juillet, mais se revendiquent comme de véritables tribunes populaires. Leurs articles révèlent différents usages du peuple, qui peuvent être liés à l’actualité du moment ainsi qu’à un imaginaire collectif.

2Le journal ouvrier témoigne, en cette période post-révolutionnaire, de la volonté des classes populaires de se nommer, de se rassembler autour de revendications collectives, de répondre aux représentations que l’on porte sur elles, et surtout de se reconnaître dans une identité commune.

Des journaux ouvriers qui n’adhèrent pas à la figure mythique du peuple fraternel

Représentations du peuple dans la presse ouvrière

  • 3 L’Artisan, 26 septembre 1830, p. 1.
  • 4 Voir E. P. Thompson, La Formation de la classe ouvrière anglaise, (1re édition, New York, Vintage (...)
  • 5 « La classe se définit par des hommes vivant leur propre histoire », ibid., p. 15.

3À l’automne 1830 paraissent à Paris les premiers journaux qui se nomment « ouvriers ». Le Journal des ouvriers, L’Artisan et Le Peuple eurent une vie certes éphémère, respectivement 24, 5 et 12 numéros, mais ils restent des objets d’étude importants dans la compréhension des figures du peuple en 1830. Le 19 septembre paraît le premier numéro du Journal des ouvriers, suivi le 22 septembre de L’Artisan. Le Peuple publie quant à lui son prospectus le 30 septembre. Ils proposent un abonnement mensuel pour seulement un franc. Tous trois commencent leur publication en précisant leur définition de la notion de « peuple », tant les significations de ce terme sont incertaines en cet automne. Dans son deuxième numéro, L’Artisan explique que « le peuple n’est autre que la classe ouvrière ; c’est elle qui donne de la valeur aux capitaux en les exploitant ; et c’est sur elle que repose le commerce et l’industrie des états3 ». La représentation du peuple par les ouvriers se retrouve dans toutes les feuilles ouvrières à l’automne. Elle reste marginale par rapport à celles que proposent les autres sources, théâtre, chansons ou iconographie, qui soit continuent d’adhérer aux conceptions d’un peuple unifié, soit sont perdues face à cette identité populaire brouillée par les événements de l’automne. La presse ouvrière constitue le seul espace dans lequel le terme de peuple tend vers celui de classe ouvrière. L’élite ouvrière cherche par ce déplacement à faire émerger une conscience de classe, qui n’est que peu développée en ce début du XIXe siècle. Selon Edward Thompson, historien anglais de la classe ouvrière, c’est dans la tradition et face aux événements que les ouvriers se forgent une identité de classe4. Sa thèse, selon laquelle la classe est une formation sociale et culturelle résultant d’un processus historique, se retrouve dans l’étude des premiers journaux ouvriers. Les rédacteurs veulent être partie prenante de la formation de la classe ouvrière5.

  • 6 Pierre Catineau, Nouveau dictionnaire de poche de la langue française avec la prononciation, compo (...)
  • 7 Le Peuple, 30 septembre 1830, p. 1.
  • 8 L’Artisan, 10 octobre 1830, p. 3.
  • 9 Ibid.

4Bien que le glissement du terme de peuple au terme de classe ouvrière soit évident pour tous les journaux ouvriers, ceux-ci s’interrogent, voire s’opposent, sur la catégorie ainsi désignée. Le Peuple et L’Artisan se réfèrent tous deux à la même définition, celle du Nouveau dictionnaire de poche de la langue française6, paru en 1802, où Catineau « définit ainsi le mot Peuple pris dans l’acception que nous lui donnons : la partie la plus laborieuse, la moins riche et la plus utile d’une nation7 ». Si Le Peuple l’admet sans objection, L’Artisan démontre que « Catineau se trompe8 », car « jusqu’au XIXe siècle du moins, le peuple a été la partie de la nation qui se plaignait de la noblesse et de ses privilèges, et les ouvriers n’ont jamais été le peuple, de même que les patriciens à Rome, les nobles à Paris, ils ont toujours été le bas-peuple9 ». La révolution de 1830 a transformé l’ordre de la société et « la bourgeoisie, en créant dans son sein le pouvoir gouvernemental, avait fait disparaître le peuple et prenait la place et le rôle des nobles […] dès lors le bas-peuple […], se trouva et se trouve placé immédiatement après les gouvernans, c’est-à-dire à la place du peuple ». Ce journal opère ainsi une distinction entre un « bas-peuple » et un « peuple », ce dernier trouve sa nouvelle place grâce à la victoire, « placé immédiatement après les gouvernans ». La révolution permet au « vrai » peuple de se révéler et celui-ci n’est autre que la classe la plus nombreuse, la classe ouvrière. La presse ouvrière offre une construction plus sociologique du peuple, qui s’oppose à l’acception plus philosophique ou rousseauiste du peuple nation.

Figure 24 : Le Peuple, jeudi 30 septembre 1830, prospectus.

Impact des journées de Juillet sur les figures du peuple

  • 10 L’Artisan, 26 septembre 1830, p. 1.

5Par ces distinctions et redéfinitions, la presse ouvrière cherche aussi à rendre compte de l’impact de la révolution de Juillet sur les représentations du peuple. Grâce aux Trois Glorieuses, les classes populaires ont pu reprendre la place qui leur revenait dans la société et être appréciées à leur juste valeur. L’importance de la répercussion de la révolution sur les figures du peuple se retrouve dans les trois journaux. L’influence d’une représentation négative du peuple avant l’événement et l’usage populaire de celle-ci constituent des thèmes récurrents. Dans son prospectus, L’Artisan explique les causes de la pauvreté qui frappe les classes populaires : la principale raison vient de « la manière dont on a considéré l’ouvrier jusqu’à présent10 », mais aussi « dont il s’est lui même regardé ». Ces figures du peuple utilisées par les contemporains sous la Restauration sont considérées comme responsables de la misère et de l’ignorance dans lesquelles se trouvent désormais ces classes. Le journal met en évidence les usages populaires des représentations du peuple. Il s’agit pour eux de faire prendre conscience aux hommes et femmes du peuple de l’image qu’ils portaient sur eux-mêmes. La révolution de Juillet constitue l’élément déclencheur de cette prise de conscience.

  • 11 L’Artisan, 10 octobre 1830, p. 3.
  • 12 Le Journal des ouvriers, prospectus, non daté.

6L’Artisan et Le Journal des ouvriers parlent très longuement des répercussions de la révolution de Juillet. Début octobre, L’Artisan décrit la nouvelle place de ces hommes et leur ascension sociale11. Le Journal des ouvriers se penche aussi sur la manière dont les classes populaires se représentent elles-mêmes. Dès son prospectus, il commence par louer les mérites des héros de Juillet qui, contrairement à leurs pères, ont su respecter les biens et les personnes. Il poursuit en indiquant les transformations opérées par l’événement sur les perceptions des classes sociales : « Telle est maintenant la situation de la France ; la victoire, en révélant au monde de nouveaux talents et de nouveaux éléments de gloire, a dû inspirer à chaque individu une plus haute idée de lui-même. L’ouvrier s’est souvenu de quelques injustices qui lui avaient été faites par de certains hommes dont la fortune lui semblait inégalement acquise12. » C’est grâce à leur participation aux journées de Juillet que les ouvriers ont pu prendre conscience de leur place au sein de la société. Pour le journal ouvrier, l’événement contribue à une véritable révélation, celle de la classe ouvrière :

  • 13 Le Journal des ouvriers, 19 septembre 1830, p. 1.

« Jusqu’au moment de notre glorieuse révolution, les ouvriers, sans importance au sein de la France, n’avaient aucune part dans les bienfaits d’un gouvernement qui, loin de favoriser l’industrie, semblait prendre plaisir à avilir les artisans de toutes les professions, mais depuis leur courageuse défense, depuis qu’ils ont contribué à donner à la France un gouvernement de son choix, les ouvriers ont repris le rang que doit occuper la classe laborieuse qui fait la richesse du royaume13. »

  • 14 Le Peuple, 30 septembre 1830, p. 1.

7La nouvelle place occupée par les ouvriers dans l’ordre social nécessite, selon la presse ouvrière, la création d’un organe spécifique qui leur soit destiné tout particulièrement. Le Peuple utilise la même démonstration dans son premier numéro. Après avoir rappelé les mérites de la « classe utile et laborieuse », l’article se poursuit en invitant les ouvriers à s’intéresser à cette feuille. Les auteurs ne doutent pas que « la classe ouvrière ne saisisse cette occasion de montrer qu’elle veut se maintenir par la raison au rang où, dans la glorieuse semaine, elle s’est placée par son courage14 ». La dernière phrase rappelle aux classes populaires le nouveau rôle qu’elles ont à jouer : « Nous avons ennobli le nom d’Ouvriers, c’est à nous maintenant de ne pas laisser dépérir les titres. »

  • 15 Le Peuple fait référence à Mirabeau dans son second prospectus : « Je persévère dans mon expressio (...)
  • 16 L’Artisan, 22 septembre 1830, p. 1.
  • 17 « La classe ouvrière […] veut se maintenir par la raison au rang où, dans la glorieuse semaine, el (...)

8Selon ces feuilles, la révolution de Juillet a été un véritable révélateur pour les classes populaires, de la même manière que la Grande Révolution. La presse ouvrière se réfère d’ailleurs aux révolutionnaires de 1789 qui constataient déjà les changements opérés par l’événement sur l’image du peuple et s’évertuaient à en donner une représentation positive15. Cette redéfinition du peuple entraîne des répercussions dans les pratiques et surtout une nouvelle mission pour la classe ouvrière. L’Artisan explique dans son prospectus que celle-ci « commence à comprendre quel doit être son rôle dans le XIXe siècle, et s’est instruite par la vue du passé de ses devoirs présens. […] Trois jours ont suffi pour changer notre fonction dans l’économie de la société et nous sommes maintenant la partie principale de cette société, l’estomac, qui répand la vie dans les classes supérieures, revenues à leurs véritables fonctions de serviteurs16 ». Le mouvement révolutionnaire, en refondant la société, renverse les rôles : les maîtres deviennent serviteurs et les serviteurs prennent des fonctions plus importantes dans la sphère publique. On convoque la raison après la force17, car c’est par celle-ci que les ouvriers pourront se maintenir dans la nouvelle fonction qui leur est attribuée. Malgré ce phénomène d’inversion, on remarque l’utilisation du vocabulaire aristocratique pour parler des classes populaires : « Ennobli », « nos titres », « rang »… Ce champ lexical nobiliaire peut illustrer une volonté de la part de la presse ouvrière de faire des ouvriers une sorte de nouvelle aristocratie dans la société de l’après-révolution, marquée par l’industrialisation et le bouleversement des hiérarchies traditionnelles. Le journal semble aussi par ce langage apprêté s’adresser aux classes dites « supérieures ».

9La presse ouvrière utilise la révolution de 1830 et les représentations du peuple pour justifier l’urgence de sa création, pour rendre visible les ouvriers et les éclairer. Les trois journaux considèrent que les figures du peuple se sont transformées grâce à l’événement révolutionnaire, mais ne s’accordent pas sur les représentations du peuple à l’automne.

Trahison et utilisations

10La presse ouvrière rejoint les autres journaux dans leur éloge des classes populaires et dans l’évocation du rôle de celles-ci dans la victoire de 1830. Elle offre par ailleurs l’image d’un peuple déçu et trahi après la révolution. Dans son premier numéro, Le Journal des ouvriers retranscrit une chanson sur l’amertume des ouvriers après le triomphe de Juillet. Son premier couplet traduit l’injustice dont les classes populaires se sentent victimes, à peine deux mois après les glorieux événements :

  • 18 J. L., Le Patriote mécontent, in Le Journal des ouvriers, 19 septembre 1830, p. 2.

« C’est tout d’même embêtant, j’marronn’quand j’y pense
D’voir tant de ch’napans
Se faire valoir à nos dépens ;
Nous avons eu l’mal, eux la récompense ;
Pour la nation
Fait’s donc un’révolution18 ! »

  • 19 Le Journal des ouvriers, 19 septembre 1830, p. 2.
  • 20 « Cependant, depuis peu, quelques uns d’entr’eux [les classes laborieuses] ayant osé élevé des pré (...)

11Le chansonnier fait ici référence à la « foire aux places » engagée après la victoire de Juillet par les futurs fonctionnaires. La figure du bourgeois, avide de pouvoir et d’argent, est opposée à celle de l’homme du peuple, courageux et honnête, mais mal récompensé. Le journal, même s’il approuve cette chanson en l’insérant dans son numéro, émet toutefois quelques réserves et tient à apporter certaines corrections à cette vision des événements. Les rédacteurs insistent sur les bienfaits, « les avantages immenses […] retirés de notre glorieuse révolution19 ». Par avantages, ils entendent, entre autres, l’éviction des jésuites des organes du pouvoir ou le rétablissement de la Garde nationale. La seule réclamation qui leur paraît légitime de la part de la classe victorieuse, c’est-à-dire selon eux de la classe ouvrière, est l’amélioration de son sort par la multiplication des travaux offerts. Cette revendication, selon le journal, est étouffée par ceux qui, quelques mois plus tôt, encensaient unanimement les hommes du peuple20.

  • 21 L’Artisan, 10 octobre 1830, p. 2.

12L’Artisan, qui s’interroge sur les rôles joués par les différentes classes sociales après la révolution, conclut : « Aujourd’hui la bourgeoisie, naguère si ombrageuse contre la domination quelle qu’elle fut, veut revêtir sa superbe, et tenir le haut du pavé devant une classe qu’elle méprise, et qu’elle appelle dédaigneusement les ouvriers21. » Le journal traduit ainsi l’amertume d’une classe qui, après s’être battue pour la liberté, doit retourner à sa situation misérable : « Tout est-il donc fini ? ne reste-t-il plus qu’à oublier d’héroïques dévouemens ? Ainsi le peuple aura pour récompense un rang abject dans la société. » L’idée d’un peuple trahi et injustement utilisé est récurrente dans la presse ouvrière, dont l’émergence est contemporaine du mécontentement populaire de l’automne.

13Les journaux ouvriers ne sont cependant pas unanimes à propos des rassemblements de l’automne 1830. Le Journal des ouvriers met hors de cause la classe ouvrière au sujet des émeutes du mois d’octobre :

  • 22 Le Journal des ouvriers, 17 octobre 1830, p. 3.

« Quelques placards ont été apposés sur les murs de Paris. Nous dédaignerions d’en parler si quelques gens mal intentionnés, sans doute, ne s’étaient permis d’attribuer ces déroutantes provocations aux ouvriers. Nous oserons affirmer qu’elles leur sont tout à fait étrangères. Les ouvriers combattent pour la liberté, mais c’est avec honneur, c’est avec loyauté. Ils connaissent d’ailleurs trop bien leur force, ils se sentent trop de courage pour s’amuser à afficher pendant la nuit quelques ridicules menaces. Les hommes qui ont pris le Louvre, la Bastille et le Château, savent bien que s’ils voulaient enlever encore quelques palais, ils pourraient le faire ; mais ils savent respecter les lois et dédaigner les provocations des misérables qui ont oublié de signer leurs placards, en y dessinant un crucifix et un poignard22. »

  • 23 Le Journal des ouvriers, 21 octobre 1830, p. 1.

14D’après cette feuille, les classes populaires n’ont pas participé aux manifestations d’opposition à l’égard du jugement et du châtiment des ministres. Vers le 17 octobre, de nombreux rassemblements se constituent autour du Palais-Royal et quelques jours plus tard, le journal réitère ses analyses23.

  • 24 Alain Faure et Jacques Rancière, La Parole ouvrière…, op. cit., p. 10.
  • 25 Ibid., p. 13.

15Pour les journaux ouvriers, il s’agit également de représenter l’homme du peuple comme un être pensant, capable de substituer la parole à la violence. Comme le rappelle Jacques Rancière : « Ils parlent pour être reconnus comme autre chose que la force du nombre […] pour montrer que les ouvriers peuvent dire ce qui est juste et raisonnable24. » Les feuilles ouvrières « favorisent une expression par où l’ouvrier pourrait faire entendre la voix du peuple au lieu des cris de l’émeute25 ». C’est une des raisons qui explique l’insistance, dans la presse ouvrière, sur l’indifférence des classes populaires aux manifestations de l’automne. Comment rendre crédible la parole ouvrière si elle passe par l’émeute ?

  • 26 Le Peuple, 9 octobre 1830, p. 1.

16Le Peuple, quant à lui, même s’il estime que ces rassemblements sont « inoffensifs », les trouve « inquiétants26 ». S’il comprend les revendications des ouvriers, il considère qu’elles ne justifient en aucun cas les moyens employés. À l’inverse du Journal des ouvriers, il reconnaît dans ces émeutes les mêmes hommes que ceux qui se sont battus lors des Trois Glorieuses :

  • 27 Ibid.

« On se demande quelle est la cause de ce mouvement militaire, pour qui l’on déploie des forces si imposantes, et l’on apprend avec peine que c’est pour dissiper ces mêmes ouvriers qui se montrèrent si grands il y a deux mois, ces ouvriers qui sauvèrent la liberté et qui aujourd’hui compromettent la leur en se mettant en opposition avec les lois27. »

  • 28 « Des placards sont affichés en grand nombre dans les rues habitées principalement par la classe o (...)
  • 29 Le Peuple, 3 novembre 1830, p. 1.
  • 30 Ibid.

17Pour les rédacteurs du Peuple, les placards affichés dans Paris sont bien l’œuvre des ouvriers28. Quand il s’agit de redorer l’image du peuple parisien auprès des départements, le discours du journal change. Il souligne la supériorité des classes populaires parisiennes sur celles de la province, où « quinze ans d’efforts pour y étouffer les lumières y ont déposé une telle croûte sur tout ce qui regarde les libertés publiques29 ». L’article dépeint ensuite les rassemblements populaires du mois d’octobre. Il décrit des groupes qui « parcourent la capitale, sans y troubler la tranquillité, autrement que par des chants patriotiques ; et il suffit de la simple injonction de l’autorité pour faire rentrer paisiblement chez soi tous ces perturbateurs30 ». Domine la vision d’un peuple éclairé, qui ne cherche pas à troubler la tranquillité publique.

18Si les feuilles ouvrières s’accordent pour représenter le peuple de la révolution de Juillet, les émeutes d’octobre brouillent les identités. Pourtant, les journaux ouvriers se rejoignent sur un point : ils n’adhèrent pas à l’image fantasmée du peuple fraternel. Ils se revendiquent tous en revanche comme les principaux interprètes de cette parole populaire, révélée par la révolution.

La presse ouvrière, tribune de quel peuple ?

Interprètes de la parole populaire

  • 31 L’Artisan, 22 septembre 1830, p. 1.
  • 32 Ibid.

19Le journal ouvrier se revendique comme un relais. L’Artisan parle « d’élever cette tribune à la classe ouvrière31 » et d’une véritable « nécessité à la publication d’un pareil journal ». Cette presse se définit comme un passeur dont le rôle est de faire entendre la voix des classes populaires. Les rédacteurs expliquent « qu’il y a nécessité également de cette publication pour les classes supérieures. Ces dernières y apprendront à connaître l’esprit qui anime la masse des ouvriers ; elles y apprendront aussi ce qu’on leur demande32 ». Il s’agit de leur rendre la place qui leur a été confisquée :

  • 33 L’Artisan, 26 septembre 1830, p. 1.

« Nous ne voulons pas seulement défendre la classe laborieuse des artisans contre le mépris de quelques journalistes et de quelques maîtres ; mais nous voulons encore lui donner une considération qui lui a été refusée jusqu’à présent33. »

  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid.

20Les classes populaires ne sont toutefois pas encore assez mûres pour être capables de faire entendre leur propre voix. L’Artisan, qui se place comme leur seul interprète, s’interroge sur les responsabilités que doit désormais assumer la classe ouvrière : « La classe ouvrière est-elle capable de jouer ce rôle de peuple que lui apporte malgré elle les temps et la civilisation (car il est facile de prouver la nécessité de changement de rôle dans les classes) ? » La réponse est évidente : « Nous ne le croyons pas et c’est en cela que notre tâche devient utile34. » Le journal ouvrier utilise l’idée d’un peuple ignorant, incapable de raisonner seul, pour justifier son existence. Dans cet article apparaît la stratégie politique du journal : quand la classe ouvrière restait dans son rôle, elle était capable de s’exprimer seule, mais maintenant qu’elle doit « jouer ce rôle de peuple35 », elle a besoin d’un porte-parole.

  • 36 Ibid.

21L’Artisan se positionne ainsi comme le traducteur nécessaire de cette catégorie de la population incapable de s’exprimer sans cet intermédiaire. Il y a « pauvreté et ignorance dans la classe ouvrière », et « c’est ce qui explique qu’elle ne soit capable de ressaisir son rang dans la société36 ». Éclairer le peuple suppose la création d’un moyen de communication adapté à ses besoins et à même de retranscrire ses aspirations.

22Le Journal des ouvriers s’inscrit dans cette même perspective. Il se veut interprète de la parole populaire et parle lui aussi d’une « tribune » :

  • 37 Le Journal des ouvriers, prospectus.

« Nous avons remarqué que, jusqu’à présent, la classe si intéressante des ouvriers était la seule qui n’eut pas une Feuille spéciale consacrée à la défense de ses droits […] nous avons donc formé le projet de faire de notre Feuille une tribune du haut de laquelle la classe ouvrière et les chefs d’ateliers puissent tour à tour exposer leurs griefs, défendre leurs intérêts et s’éclairer mutuellement par une discussion simple, franche et qui n’aurait pour but que le bien être de tous37. »

23Porte-parole des classes populaires dans un premier temps, le journal se revendique aussi comme le relais entre les patrons et les ouvriers, qui trouvent à travers lui un moyen de confrontation pacifique, comme l’explique le peintre en bâtiment qui signe le prospectus du journal. Le journal ouvrier n’est donc pas seulement l’expression des classes inférieures.

24En parlant d’une tribune populaire, les journaux ouvriers se placent au-dessus de la classe ouvrière. Ils se font les orateurs d’une classe qu’ils considèrent opprimée et jusque-là ignorée. Mais une tribune est aussi perçue au XIXe siècle comme le lieu où s’exprime par le discours ou l’écriture, tout le débat politique. Les représentations des classes populaires sont un moyen pour les journaux ouvriers de s’insérer dans le débat politique. Sous couvert de mettre leur activité au service d’une cause, ces feuilles font entendre l’opinion d’une élite ouvrière. Pour comprendre les stratégies mises en œuvre dans l’utilisation des perceptions du peuple, nous devons nous intéresser aux conditions de production de cette presse ouvrière.

Écrits par qui ?

  • 38 Le Journal des ouvriers, 19 septembre 1830, p. 1.
  • 39 L’Artisan, 22 septembre 1830, p. 1.
  • 40 Geneviève Bollème, Le Peuple par écrit, Paris, Le Seuil, 1986, p. 159.
  • 41 « Expression sincère de l’esprit qui anime la masse ouvrière ; tirés nous mêmes de son sein, nous (...)

25Écrits par des ouvriers, à destination des ouvriers et sur les ouvriers, voilà ce qui est censé définir le journal ouvrier. La presse ouvrière de l’automne 1830 se caractérise principalement par l’origine sociale de ses producteurs. Le Peuple affiche en sous-titre : « Journal général des ouvriers rédigé par eux-mêmes ». Le Journal des ouvriers insiste sur ce point dès son premier numéro : « Ouvriers nous mêmes, nous sentirons bien plus fortement que d’autres les besoins de nos frères38. » Les rédacteurs revendiquent donc très explicitement leur identité populaire. Comme le rappelle le prospectus de L’Artisan, « qui peut élever cette tribune à la classe ouvrière, si ce n’est des hommes pris dans son sein. Nous avons eu des journaux à l’usage des ouvriers ; mais ils nous parlaient une langue étrangère, car ils étaient faits par des hommes qui ne connaissaient aucunement nos besoins. Leurs ouvrages ressemblaient assez au discours de La Fontaine et nous les laissions de côté39 ». Il s’agit de faire entendre la « vraie » parole populaire. En rupture avec le langage traditionnel, la presse ouvrière « réclame l’énoncé de sensations ou d’impressions par ceux qui les subissent, par ceux qui souffrent, et non plus par le détour ou la représentation qui dépend du pouvoir de la parole admise et détenue par quelques uns40 ». Les journaux dénoncent donc ceux qui parlent au nom des ouvriers, au nom d’une authentique expression des classes populaires. L’origine populaire des journalistes est primordiale dans cette perspective, elle est le gage de la sincérité des rédacteurs41. Le projet consiste ainsi à abolir la distance entre ceux qui énoncent le malheur des classes populaires et ceux qui le vivent de l’intérieur. La plupart des articles ne sont pas signés. Toutefois, en étudiant les rares noms d’auteurs signalés, on peut remarquer les paraphes d’hommes issus de milieux populaires : E. Ch…. x, peintre en bâtiment, qui écrit dans le Journal des ouvriers, Jules R., mouleur, ou Alex Pastelot, typographe, qui rédige quelques articles dans le même journal. Ce sont cependant les seules indications repérables sur l’identité des auteurs.

  • 42 Les trois journaux suivent de près les manifestations d’imprimeurs, transmettent leurs revendicati (...)
  • 43 Sur les bris de machines, voir François Jarrige, « Les ouvriers parisiens et la question des machi (...)
  • 44 AN, F 18567, « Note pour Monsieur le ministre de l’Intérieur sur les ouvriers imprimeurs », signé (...)
  • 45 Jacques Rancière, La Nuit des prolétaires, Paris, Fayard, 1981, p. 9.
  • 46 Paul Chauvet, Les Ouvriers du livre en France, t. I : De 1789 à la constitution de la fédération d (...)
  • 47 Le Journal des ouvriers, prospectus, p. 1.

26L’analyse des discours ou le vocabulaire employé donnent d’autres indices sur l’origine sociale des auteurs. De nombreux rédacteurs indiquent ainsi qu’ils appartiennent à l’élite des ouvriers, notamment la classe des typographes, l’une des plus instruites à l’époque parmi les classes populaires. Plus aptes à transmettre la parole populaire, la place accordée à leurs réclamations est plus importante que celle des autres professions42. C’est une période importante pour le monde de l’imprimerie car les discussions sont vives, entre autres au sujet des presses mécaniques43. Le libraire et éditeur Camille Ladvocat, dans sa note au ministre de l’Intérieur, début septembre, évoque cette figure, différente du monde populaire. Selon lui, les ouvriers imprimeurs, « par leurs connaissances et leurs habitudes forment une classe à part parmi les nombreux ouvriers dont regorge Paris et ils méritent qu’on leur attribue une très grande part dans les succès des trois journées décisives de Juillet44 ». Comme le souligne Jacques Rancière, « pour que la protestation des ateliers ait une voix, pour que l’émancipation ouvrière offre un visage à contempler, pour que les prolétaires existent comme sujets d’un discours collectif qui donne sens à la multiplicité de leurs rassemblements et de leurs combats, il faut que ces gens-là se soient déjà faits autres, dans la double et irrémédiable exclusion de vivre comme les ouvriers et de parler comme les bourgeois45 ». Pour faire entendre leurs revendications, les hommes du peuple sont contraints d’adopter un langage châtié, c’est la raison pour laquelle les ouvriers les plus instruits sont ceux qui écrivent dans les journaux, seuls capables de « parler comme des bourgeois ». C’est donc l’élite ouvrière qui est à l’origine des journaux ouvriers. Le Journal des ouvriers, considéré par Paul Chauvet comme un journal « gouvernemental sans en avoir l’air46 », termine son prospectus par l’exposition de ses buts : « Tous nos efforts tendront au contraire à éclairer le peuple, à lui inspirer le goût de l’élévation, la pureté de conduite et de principes, le respect pour les lois, et enfin toutes les vertus sans lesquelles il ne peut y avoir ni bonheur réel pour chaque citoyen, ni liberté durable pour la patrie47. » Bien qu’elle se réclame comme le porte-parole des classes « opprimées », la presse ouvrière rejoint par certains aspects le discours de moralisation sur les classes populaires. Dans un même temps, elle met en place une rhétorique lui permettant de se rendre audible dans l’espace public et pouvoir se faire l’écho des revendications ouvrières.

  • 48 Le Peuple, 30 septembre 1830, p. 1.
  • 49 Le Journal des ouvriers, 3 octobre 1830, p. 1.

27La concurrence entre les journaux se fait donc autour de la revendication d’une identité populaire. L’apparition du journal Le Peuple, deux semaines après les premiers numéros des autres feuilles ouvrières, provoque de vives réactions. Dès ses débuts, le journal déclenche une véritable compétition : « Quelques uns de nos camarades ont saisi avec empressement cette idée ; mais l’appât d’un bénéfice leur a fait manqué les devants, ils n’ont pas mûri leur projet, ils ont manqué le but48. » La riposte ne se fait pas attendre et Le Journal des ouvriers répond à ses détracteurs en les attaquant sur l’authenticité de leurs origines populaires. Le 3 octobre, il mentionne la publication d’« un petit journal tout fier d’un jour d’existence, un journal rédigé par des homme qui osent se dire OUVRIERS, et nous donner le nom de camarades, déclare dans son premier numéro, que nous avons manqué le but que nous nous étions proposé49 ». Puis, il poursuit sa contre-attaque en s’interrogeant sur l’origine sociale des rédacteurs :

  • 50 Ibid.

« Font-ils bien partie de la classe intéressante des ouvriers ces individus qui viennent blâmer les encouragemens que nous recevons pour prix de nos efforts à nous rendre utile à la société ? certes, à leur langage doucereux, à leurs paroles mielleuses, on les prendrait plutôt pour des affiliés d’une secte maudite que pour d’honnêtes artisans. Que les honnêtes gens se tiennent en garde contre les pièges, contre les embûches qu’on leur tend !… les fils d’Ignace commencent à lever la tête, on les trouve partout50. »

  • 51 Sur le mythe jésuite, voir Michel Leroy, Le Mythe jésuite : de Béranger à Michelet, Paris, Presses (...)

28En remettant en cause l’identité populaire des rédacteurs, il attaque directement la raison d’être de cette feuille. Les références aux jésuites (Ignace de Loyola est le fondateur de la Compagnie de Jésus) servent à discréditer le journal auprès de ses lecteurs populaires en cette période d’explosion anticléricale. Des jésuites qui sont, dans l’imaginaire collectif, de vils comploteurs, pervers, au service du pouvoir déchu51.

  • 52 L’Artisan, 3 octobre 1830, p. 4.
  • 53 Ibid.

29En même temps que Le Journal des ouvriers, L’Artisan réagit à une parution qui vient lui faire concurrence. Les ressemblances sont troublantes, et le journal les relève : « Cette feuille serait conçue sur le même plan que la nôtre ; comme la nôtre, elle aurait besoin pour arriver à son but, de la coopération de toutes les professions, de l’appui des ouvriers de tous les états, et comme la nôtre aussi elle est dirigée par des ouvriers52. » Après les constatations viennent l’amertume et la critique. Même s’il exprime les mêmes intentions que lui, Le Peuple fait preuve d’hypocrisie, et son authenticité est remise en cause. L’article se poursuit sur ces considérations : « S’il faut en juger de ce premier numéro, nous avons bien peur qu’il en soit autrement et que sous le titre de Journal général des ouvriers, on ne nous ait donné qu’un bâtard du Figaro ou du Courrier des théâtres. Ce serait vraiment malheureux car le prospectus renferme des idées généreuses et l’intention de bien faire53. » En comparant le journal ouvrier à ces petites feuilles satiriques ou littéraires, L’Artisan renforce ses lecteurs dans l’idée que leur organe est le seul véritable porte-parole des classes populaires.

30La concurrence entre les premiers journaux ouvriers témoigne de leurs difficultés à trouver leur place. Obligés de toujours prouver leur authenticité, ils sont dans une quête identitaire perpétuelle et dans un constant besoin de reconnaissance. Mais auprès de quels lecteurs le recherchent-ils ?

Lus par qui ?

  • 54 L’Artisan, 22 septembre 1830, p. 1.

31La seconde spécificité du journal ouvrier réside dans sa réception. Les prospectus rendent compte de la volonté de toucher les classes populaires, représentées selon eux par la classe ouvrière. Ainsi, c’est un « journal spécialement destiné à leurs besoins et à leurs intérêts54 » que souhaitent mettre en place les acteurs de cette presse ouvrière. Pour arriver à ce but, les feuilles ouvrières prétendent utiliser le langage du peuple. Par les ouvrages mentionnés dans les colonnes des journaux autant que par ses choix culturels, Le Journal des ouvriers tient à se situer au plus près des demandes populaires :

  • 55 Le Journal des ouvriers, 19 septembre 1830, p. 1.

« Nous rendrons compte à nos lecteurs des ouvrages qui paraîtront à des prix modiques. Dans nos articles raisonnés sur les arts et métiers, nous éviterons de nous servir de termes techniques, peu connus, afin d’être compris de tous, enfin, pour égayer notre journal, nous donnerons une légère analyse des pièces qui seront représentées sur nos petits théâtres. Nous ferons aussi un choix de bonnes chansons qui nous seraient envoyées55. »

  • 56 Le Journal des ouvriers, 3 octobre 1830, p. 4.
  • 57 L’Artisan, 26 septembre 1830, p. 1.
  • 58 Ibid.
  • 59 AN, F 18 * II 20, Déclaration des imprimeurs parisiens.

32Ce souci sous-tend encore une représentation des classes populaires ignorantes, incapables de lire une presse trop érudite. Pour les rédacteurs, la simplification et la légèreté sont de rigueur pour toucher un lectorat d’origine populaire. Interprètes, ils leur offrent enfin la possibilité de se reconnaître dans un espace. Ils tiennent cependant un discours ambigu. Quand Le Journal des ouvriers justifie son existence après l’apparition du Peuple, il rappelle à ses lecteurs la diversité de son lectorat et insiste même sur la présence de lecteurs issus des classes moyennes et bourgeoises : « Nous ne craignons pas de l’avancer : si nous avons le plaisir de compter au nombre de nos abonnés une foule de manufacturiers, d’industriels, d’ouvriers, de camarades, qui s’empressent chaque jour de nous aider […] nous jouissons en outre de la confiance de plusieurs grands citoyens56. » L’Artisan, dans un article intitulé : « Quel est notre but et quels sont nos moyens pour y parvenir57 ? », réclame la coopération des ouvriers instruits de tous les états, car selon le journal, « sans leur concours, notre travail serait trop borné et ne s’adresserait qu’à la classe dont nous faisons partie58 ». Une presse qui est donc uniquement destinée aux classes populaires ? Le journal ouvrier est équivoque sur la question de la réception. Alors qu’il entend être une véritable tribune des ouvriers, il finit par s’adresser à un large public, composé même de ceux qu’il considère comme ses ennemis. La presse ouvrière parue à l’automne 1830 n’atteint cependant qu’un lectorat assez restreint, puisque ses tirages dépassent rarement le millier d’exemplaires, contrairement aux grands quotidiens comme Le Constitutionnel ou Le Journal des débats qui tirent à plus de 15 000 exemplaires. D’après les déclarations des imprimeurs parisiens, les prospectus de L’Artisan et du Journal des ouvriers ont été imprimés respectivement à 1 000 et 2 000 exemplaires chacun, quant au Peuple, son premier numéro est tiré à 1 000 exemplaires59.

  • 60 AN, F 18 567, « Note pour Monsieur le ministre… », op. cit.

33La réception populaire paraît difficile à une époque où encore une grande partie des classes populaires est analphabète. Alors que le cabinet de lecture s’adresse à une clientèle bourgeoise, les abonnements ne sont pas à la portée d’une bourse populaire. Les journaux ouvriers proposent un tarif qui reste moins élevé que ceux de la presse nationale, puisque leur abonnement est d’un franc par mois ; il reste toutefois difficile à un artisan qui gagne deux ou trois francs par jour et qui doit nourrir sa famille avec cette somme, de s’abonner à un quelconque journal, même ouvrier. Le seul moyen d’atteindre ce public est celui des lectures publiques, fort courantes à l’époque. Parmi les ouvriers les plus instruits, les imprimeurs, sont représentés comme les seuls lecteurs populaires. Ils sont d’ailleurs considérés comme les « orateurs du peuple60 ». La réception populaire est impossible à déceler à une époque où les hommes du peuple n’écrivent pas sur leurs lectures. Si quelques indices permettent de connaître leurs contacts avec les grands quotidiens publiés en 1830, aucune indication n’éclaire leur réception des feuilles ouvrières.

  • 61 Rémi Gossez, « Presse parisienne… », op. cit., p. 185.

34Comme le remarque Rémi Gossez, ce n’est pas l’origine sociale des rédacteurs qui compte car cette presse « dut de devenir “ouvrière” moins à l’origine de ses rédacteurs qu’à la prise de conscience qu’elle exprima dans une fraction croissante de travailleurs et à sa constitution en instrument de leur émancipation61 ». En offrant la possibilité aux classes populaires de se reconnaître, le journal ouvrier offre une identité disponible.

Une identité ouvrière disponible

  • 62 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXesiècle, Paris, Le Seuil, 1991, p. 51.
  • 63 L’Artisan, 10 octobre 1830.

35La période qui suit la révolution de 1830 voit éclore cette nouvelle presse ouvrière et la première nouveauté que celle-ci révèle est « l’affirmation par une partie des intéressés d’une identité sociale comme classe62 ». Les journaux ouvriers de l’automne 1830 s’accordent tous pour considérer cette presse comme un outil d’unification et d’identification pour la classe ouvrière, devenue « peuple » grâce à la victoire de 1830, selon les termes de L’Artisan63. Une fois l’insurrection passée, les hommes du peuple sont rentrés dans leurs ateliers et leurs réclamations sont ignorées. La presse ouvrière, qui apparaît après la révolution, aspire à faire entendre leurs revendications et utilise les figures du peuple pour élaborer une nouvelle identité populaire. Elle se considère comme un lieu de rassemblement, une tribune. Le journal ouvrier peut-il dès lors être considéré comme créateur d’une identité populaire ?

Défendre l’image des classes populaires

  • 64 L’Artisan, 22 septembre 1830, p. 1.
  • 65 Geneviève Bollème, Le Peuple…, op. cit.
  • 66 Le Peuple, 6 octobre 1830, p. 1.

36Après la révolution de 1830, il s’agit de défendre la figure d’un peuple libre et victorieux d’une tyrannie qui avait asservi trop longtemps les Français. L’un des buts des feuilles ouvrières est donc d’élaborer une nouvelle représentation du peuple dans la sphère publique, qui passe d’abord par la reconnaissance de son existence. L’identité populaire proposée par le journal se définit moins au départ par la revendication d’une spécificité des classes populaires que par la simple demande d’égalité. S’adressant aux classes bourgeoises, le journal ouvrier, avant même de justifier la nécessité de son entreprise, les apostrophe : « Cessez donc, ô nobles bourgeois, de nous repousser de votre sein, car nous sommes aussi des hommes, et non point des machines64. » Le journal cherche avant tout à lutter contre l’idée d’un peuple dominé, exploité, mais surtout inférieur. Il s’agit moins de « dire le malheur65 » de cette classe, que de rendre visible une partie de la société qui était jusqu’à la révolution de 1830, dans l’ombre et le mépris. Le journal veut aboutir à ce qu’exprime la lettre d’un lecteur adressée au Peuple : « Un jour viendra où l’on pourra sans rougir s’avouer homme du peuple66. »

  • 67 Le Peuple, 9 octobre 1830, p. 1.

37Défendre l’image des classes populaires devient donc un des premiers objectifs des journaux ouvriers. Le Peuple commence son numéro du 9 octobre 1830 par ces mots : « Nous nous sommes engagés à défendre les ouvriers envers et contre tous67. » Les typographes, acteurs de cette nouvelle presse, sont obligés de défendre leur image. Dans son deuxième numéro, L’Artisan publie le prospectus d’une brochure parue à l’occasion du procès de la commission des ouvriers typographes début septembre 1830, et qui justifie encore la nouvelle figure du peuple :

  • 68 L’Artisan, 26 septembre 1830, p. 4, Prospectus de la brochure d’Henry Jador, Procès de la commissi (...)

« À la publicité de l’audience, nous avons cru devoir ajouter celle de la presse ; nous voulons que toute la France, désabusée sur notre compte, n’ait plus désormais aucun doute sur la pureté de nos intentions et soit forcée d’applaudir aux sentimens patriotiques et aux vues d’ordre public qui animent les Typographes de Paris68. »

38En transformant la représentation négative de la classe ouvrière, la presse qui lui est dédiée pense lui permettre d’acquérir une nouvelle place dans la société. Il s’agit de repenser la catégorie « peuple » et de transformer les termes de sa définition. Par ce remodelage, les rédacteurs pensent pouvoir trouver le moyen d’agir sur la société.

  • 69 Le Journal des ouvriers, 19 septembre 1830, p. 1.
  • 70 Le Peuple, 30 septembre 1830, p. 1.
  • 71 Alain Faure et Jacques Rancière, La Parole ouvrière…, op. cit., p. 19.
  • 72 Antoine Picon, Les Saint-simoniens, Raison, imaginaire et utopie, Paris, Belin, 2002, p. 125.
  • 73 L’Artisan, 22 septembre 1830, p. 1.
  • 74 Suzanne Voilquin, Souvenirs d’une fille du peuple ou la Saint-simonienne en Égypte, Paris, Françoi (...)

39La presse ouvrière se constitue avant tout comme un moyen d’identification pour une partie de la société qui n’a aucune tribune où se reconnaître. Une identification qui se fait dans l’unité, une unité en formation, celle d’une classe ouvrière. En effet, les classes populaires sous la fin de la Restauration sont représentées comme particulièrement divisées. La diversité des corps de métiers rend l’unité du groupe impossible. Les multiples compagnonnages représentent les principales formes de solidarités et les luttes sont fréquentes entre les différents corps de métier. Face à l’éclatement de la masse des travailleurs, morcelée, opposée, concurrente, la presse ouvrière propose une structure fédératrice : « La création d’un journal, entièrement consacré aux ouvriers de toutes les professions est donc devenue une nécessité69. » Le prospectus du journal insiste sur la nécessité de rassembler « toutes les professions ». Le Peuple rappelle de manière identique l’importance de cette collaboration de tous les métiers popu-laires : « Pour le succès d’un journal comme celui-ci, pour lui donner toute l’utilité désirable, il faut la coopération de toutes les professions ; il faut que les ouvriers de tous les états nous prêtent leur appui70. » L’unification des classes populaires, sous l’auspice d’une identité commune offerte par la presse ouvrière, peut conduire à l’émancipation et à la fin de l’exploitation qui pèse sur le peuple depuis tant d’années. Pour parvenir à leur indépendance, les classes populaires doivent se repenser comme un groupe uni, prendre conscience de leur force, mais aussi s’éclairer et s’élever. Par ce discours, c’est aussi à une élite que s’adresse le journal, rejoignant alors l’idée d’une moralisation des classes populaires. Alain Faure et Jacques Rancière vont jusqu’à parler de la « nécessaire subordination première des opprimés à l’idéologie dominante71 ». L’idée, proche des théories des premiers socialistes, est l’amélioration du sort de la classe la plus nombreuse grâce à l’aide des classes « supérieures » qui doivent la conduire sur le chemin de la libération. À propos du saint-simonisme autour de 1830, Antoine Picon parle d’une « amélioration décidée et conduite d’en haut, plutôt que le libre foisonnement des initiatives72 ». Dans son prospectus, L’Artisan s’exprime en ces termes : « C’est en vain que la classe moyenne essaierait de comprimer cet élan de la classe ouvrière vers l’amélioration de son sort, le moment est venu où tout moyen coercitif peut devenir fatal à celui qui s’en servirait. Présider à l’affranchissement des ouvriers, les guider dans leurs tentatives, voilà le rôle que doit prendre cette classe moyenne, si fière et tyrannique73. » Les journaux ne se réfèrent pas explicitement à ces doctrines récentes. Pourtant, leur influence, et surtout celle du saint-simonisme à son apogée à l’époque, se ressent dans leurs discours. Ils utilisent parfois des arguments proches pour agir sur une société qui ne leur convient pas. Leur impact dans les milieux populaires en cette fin d’année 1830 est indéniable. Ces discours sur les classes populaires parviennent jusqu’à elles. Le témoignage de Suzanne Voilquin, qui s’identifie comme une « fille du peuple », en est un exemple74. Elle explique comment le saint-simonisme vint à cette période toucher les milieux populaires.

Identifier et unifier par le journal

  • 75 Bernard H. Moss, Aux origines du mouvement ouvrier français, Paris, Les Belles Lettres, 1985, p. 5 (...)
  • 76 « De l’association comme moyen de remédier à la misère des classes ouvrières », L’Artisan, 17 octo (...)
  • 77 L’Artisan, 17 octobre 1830, p. 1.
  • 78 Dans son article du 17 octobre 1830, L’Artisan invite les classes ouvrières à s’associer pour deve (...)
  • 79 L’Artisan, 17 octobre 1830, p. 1.
  • 80 Jacques Rancière, La Nuit…, op. cit., p. 32.
  • 81 « La classe ouvrière est d’abord une caste, constituée, comme toute caste, par la décision des maî (...)

40Les premiers journaux ouvriers invitent les ouvriers à s’unir dans l’association. Ils sont ainsi les premiers à parler d’un socialisme des métiers75. Dans son dernier numéro, L’Artisan essaie de fédérer les différents corps de métier autour de cette idée76. Par l’association coopérative, c’est l’unité des ouvriers qui est réclamée par les rédacteurs et l’unité passe nécessairement par la reconnaissance d’une identité commune. En mettant en évidence ces principes, le journal cherche à entraîner l’adhésion des classes populaires à cette nouvelle identité : « Unissons-nous, associons nous, entreprenons pour notre compte ce qu’à notre défaut un riche capitaliste entreprendra, et chassons loin de nous cette idée qui ne peut engendrer que la misère : que nous ne sommes que des ouvriers incapables de faire quelque chose77. » Face au machinisme galopant et à l’individualisme bourgeois, les feuilles ouvrières opposent l’association des classes populaires78. La nouvelle conception d’un peuple actif, uni et indépendant, peut parvenir à transformer les structures de l’ordre établi et lui permettre de trouver sa place dans la société. La fin de l’article est sans équivoque : « Toute puissance est faible, à moins que d’être unie79. » On retrouve toujours cette idée de défendre l’image du peuple et la capacité de ce dernier à agir seul. Le journal ouvrier, porte-parole d’une partie opprimée de la population, entend transformer la vision que les classes supérieures ont des classes populaires, mais aussi la manière dont ces dernières s’auto-représentent. En effet, « pour que le prolétaire se dresse contre “ce qui s’apprête à le dévorer”, ce n’est pas la connaissance de l’exploitation qui lui manque, c’est une connaissance de soi qui lui révèle un être voué à autre chose que l’exploitation80 ». Les classes populaires se trouvent emprisonnées dans un système de représentations. Selon Jacques Rancière, elles se trouvent enfermées aussi bien dans le regard que portent sur elles les classes supérieures que par le regard qu’elles portent sur elles-mêmes81. Ces figures du peuple, imposées par les élites, engendrent la soumission et la domination. Ce n’est que par une réflexion sur leur image que les classes populaires pourront s’épanouir et trouver leur place dans la sphère publique. De par son objet, la presse ouvrière cherche à modeler ou plutôt à remodeler les systèmes de représentations existants.

  • 82 Henry Jador, Procès de la commission…, op. cit., p. 29.

41La prise de parole par l’écriture vient elle aussi légitimer la nouvelle figure d’un peuple pensant. La conquête de l’opinion publique ne peut s’effectuer que pacifiquement et en démontrant que les classes populaires sont capables de s’exprimer collectivement, de véhiculer une pensée cohérente. Les journaux ouvriers cherchent à prouver leur nouvelle maturité et par conséquent la nécessité de leur insertion dans le débat public. Aux représentations dominantes qui font des hommes du peuple des êtres incapables de s’exprimer autrement que par la violence, le journal ouvrier oppose la représentation d’un peuple raisonnable, capable de se faire comprendre en écrivant. Dans son plaidoyer pour les typographes, accusés de délit de coalition début septembre, l’avocat des prévenus s’exclame à la fin de son intervention : « Je crois, qu’instruit par la publicité des débats, le pays répétera tout entier ces paroles caractéristiques d’un officier de la Garde nationale, en face et au milieu même du mouvement de coalition : Quand des ouvriers agissent et rédigent ainsi, il n’y a pas à craindre d’anarchie82. » Ce passage à l’écriture est présenté comme une garantie d’ordre, qui prouve la maturité des classes populaires. Le journal offre donc la possibilité de transmettre la parole populaire autrement que par la rue. Cette nouvelle possibilité est toutefois difficile à déceler au sein même de ces feuilles. L’Artisan publie le 3 octobre 1830 la lettre de Botiau – « simple ouvrier, homme du peuple », d’après la signature – qui félicite les rédacteurs de leur initiative, en réponse à leur appel aux ouvriers de toutes les professions. De même, le 10 octobre, Brosses, ouvrier cordonnier, écrit lui aussi au journal pour faire part de sa situation et des moyens de l’améliorer. Cependant, si quelques courriers de simples lecteurs sont publiés, les rédacteurs préfèrent promouvoir une seule doctrine revendiquée collectivement au nom des classes populaires.

  • 83 William Sewell, Gens de métier et révolutions, (1re édition, Cambridge, Cambridge University Press (...)
  • 84 Gareth Stedman Jones, « Rethinking Chartism », in Languages of Class. Studies in English Working C (...)
  • 85 Sur cette question, voir la thèse de Déborah Cohen, Le Peuple : de l’Autre au différent, La constr (...)
  • 86 E. P. Thompson, La Formation…, op. cit., p. 13.
  • 87 Yannick Le Marec, « Relire Thompson, “La formation de la classe ouvrière anglaise”, trente ans apr (...)

42Les perceptions du peuple que les journaux ouvriers proposent, incitent les hommes du peuple à se penser en terme de classe. Ces revendications identitaires ne concernent qu’une minorité, parisienne, appartenant aux corps de métier les plus instruits. La réalité de la classe ouvrière n’existe, à l’époque, que construite par l’intermédiaire du langage issu de la presse ouvrière. Selon William Sewell, l’émergence d’un discours de classe favorise la conscience de classe83. Insistant sur ce point, il envisage ces discours comme des stratégies de visibilité dans la sphère publique et souligne surtout la continuité dans ce langage des ouvriers du premier XIXe siècle avec le discours corporatif de l’Ancien Régime. Gareth Stedman Jones, qui étudie le discours chartiste des années 1830, mettant en évidence la façon dont il s’inscrit dans une tradition radicale84, rejoint William Sewell dans l’idée de continuité, mais surtout en accordant un rôle primordial au langage dans la construction des identités. Il reconsidère le statut du langage en l’envisageant comme un objet doté d’une matérialité propre. Les historiens anglo-saxons se sont beaucoup penchés dès les années 1960 sur ces questions d’identité ouvrière et sur la formation de cette conscience de classe85. Edward Thompson est le premier à remettre en cause ce primat de l’économique dans son analyse de la formation de la classe ouvrière anglaise. Introduisant une véritable coupure par rapport à la tradition historiographique marxiste, il repense le terme de classe comme une formation sociale et culturelle résultant d’un processus historique. Selon Thompson, on peut parler de classe « lorsque des hommes, à la suite d’expériences communes (qu’ils partagent ou qui appartiennent à leur héritage), perçoivent et articulent leurs intérêts en commun et par opposition à d’autres hommes dont les intérêts diffèrent des leurs (et, en général s’y opposent)86 ». C’est dans la tradition et face aux événements que les ouvriers élaborent une conscience de classe. L’apport de Thompson réside aussi dans la mise en évidence d’une autodéfinition. La prise en compte du point de vue des acteurs apporte un véritable renouvellement au sein d’une historiographie encore marquée par le primat de l’économique et de la tradition marxiste. Ces approches, depuis renouvelées et critiquées87, permettent d’envisager un discours de classe et de considérer les acteurs comme des agents actifs de leurs propres transformations. En 1830, époque où les classes populaires sont caractérisées par une grande diversité, la notion de classe ouvrière ne signifie pas grand-chose. Mais le journal ouvrier, en rassemblant par son objet les différentes classes qui constituent cette catégorie, offre la possibilité d’une unité jusque-là invisible. Par son discours, il cherche à faire prendre conscience aux hommes du peuple qu’ils détiennent un pouvoir politique, issu de leur unification. On retrouve le glissement, caractéristique de cette presse, de la figure du peuple à celle de la classe ouvrière. Les feuilles ouvrières désignent et espèrent susciter l’unification par cette désignation, à l’inverse de la perte de repères constatée dans la presse nationale ou chez les pouvoirs publics, qui s’interrogent sur l’identité des classes populaires qui manifestent alors dans les rues.

  • 88 « In claiming to represent workers, the Echo de la fabrique and its successors eventually found th (...)
  • 89 « The special charateristics of newspapers as a medium […] maintaining their identity over time, a (...)

43En étudiant la presse ouvrière lyonnaise des années 1830, Jeremy Popkin explique en quoi ces feuilles sont productrices d’une nouvelle réalité sociale, et comment, en tant qu’objet, elles sont créatrices d’une identité populaire88. En représentant les ouvriers comme un groupe spécifique, les feuilles ouvrières permettent aux classes populaires d’acquérir une visibilité dans la sphère publique et de se penser comme telles. Même si Lyon constitue un formidable « laboratoire » pour comprendre les rapports entre la presse et les ouvriers pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris avait déjà fait cette expérience dès les lendemains des journées de Juillet. Pour les journaux parisiens parus à l’automne 1830, l’impact sur les classes populaires n’est pas mesurable, cependant ces feuilles rendent leur présence visible dans la société et le débat public. Cette presse rassemble par son objet ce que Popkin appelle une « communauté imaginée89 ». Peu importe que les rédacteurs des journaux appartiennent à une élite, ce qui compte avant tout, c’est que les classes populaires possèdent désormais un organe dans lequel elles peuvent se reconnaître. Ils offrent aux classes populaires une identité disponible. Avant même la publication des journaux lyonnais, ces feuilles parisiennes cherchent à susciter une prise de conscience chez les ouvriers. Désignée par le journal, l’identité populaire prend vie.

  • 90 Le dernier numéro de L’Artisan paraît le 17 octobre 1830, celui du Journal des ouvriers, le 12 déc (...)

44Quand l’unité des représentations du peuple se fractionne, la presse ouvrière offre une tentative d’unification par le biais de ce qui deviendra la classe ouvrière. Les usages du peuple se font alors dans le cadre d’une stratégie politique. Mais très vite ces revendications sont étouffées par le nouveau pouvoir. Le rétablissement du cautionnement contraint les journaux ouvriers à cesser leur parution90 : le coût élevé qui en résulte ne pouvant être assumé par ces petites feuilles. Le temps d’un automne, elles ont toutefois permis de faire entendre ce qu’elles considèrent comme « la voix du peuple », offrant pour la première fois une représentation du peuple en classe ouvrière.

45Les journaux ouvriers participent également, à leur manière, à l’œuvre de moralisation en se faisant les promoteurs d’une instruction populaire et d’une réflexion sur la culture populaire. Au début de la monarchie de Juillet, ces sujets commencent à préoccuper les contemporains, jusqu’à devenir un souci constant pendant tout le régime et engendrer la figure d’un peuple à instruire.

Notes

1 Rémi Gossez, « Presse parisienne à destination des ouvriers (1848-1851) », in Jacques Godechot, La Presse ouvrière, 1819-1850, Paris, Bibliothèque de la révolution de 1848, 1966, p. 126.

2 Sur la presse ouvrière, peu d’ouvrages traitent de cette période, voir Armand Cuvillier sur une période plus tardive : Armand Cuvillier, Un journal d’ouvriers : « L’Atelier », Paris, Les Éditions ouvrières, 1954, 210 p. ; Jacques Godechot, La Presse ouvrière, 1819-1850, Paris, Bibliothèque de la révolution de 1848, 1966, 312 p. et le recueil d’Alain Faure et Jacques Rancière, La Parole ouvrière, 1830-1851, Paris, Union générale d’éditions, 1976, 447 p.

3 L’Artisan, 26 septembre 1830, p. 1.

4 Voir E. P. Thompson, La Formation de la classe ouvrière anglaise, (1re édition, New York, Vintage Books, 1963), Paris, Gallimard, 1998, 791 p.

5 « La classe se définit par des hommes vivant leur propre histoire », ibid., p. 15.

6 Pierre Catineau, Nouveau dictionnaire de poche de la langue française avec la prononciation, composé sur le système orthographique de Voltaire, à Paris, Impr. P. Catineau, 1802, 565 p.

7 Le Peuple, 30 septembre 1830, p. 1.

8 L’Artisan, 10 octobre 1830, p. 3.

9 Ibid.

10 L’Artisan, 26 septembre 1830, p. 1.

11 L’Artisan, 10 octobre 1830, p. 3.

12 Le Journal des ouvriers, prospectus, non daté.

13 Le Journal des ouvriers, 19 septembre 1830, p. 1.

14 Le Peuple, 30 septembre 1830, p. 1.

15 Le Peuple fait référence à Mirabeau dans son second prospectus : « Je persévère dans mon expression de peuple ; je l’adopte, je la défends, je la proclame par la seule raison qui l’a fait attaquer. Oui, c’est parce que le nom de peuple n’est pas assez respecté en France ; parce qu’il est obscurci, couvert de la rouille du préjugé ; […] c’est pour cela même Messieurs, que je voudrais, c’est pour cela même que nous devons nous imposer, non seulement de le relever, mais de l’ennoblir, de le rendre désormais respectable aux ministres et cher à tous les cœurs », Le Peuple, 6 octobre 1830, p. 1.

16 L’Artisan, 22 septembre 1830, p. 1.

17 « La classe ouvrière […] veut se maintenir par la raison au rang où, dans la glorieuse semaine, elle s’est placée par son courage », Le Peuple, 30 septembre 1830, p. 1.

18 J. L., Le Patriote mécontent, in Le Journal des ouvriers, 19 septembre 1830, p. 2.

19 Le Journal des ouvriers, 19 septembre 1830, p. 2.

20 « Cependant, depuis peu, quelques uns d’entr’eux [les classes laborieuses] ayant osé élevé des prétentions, ceux-là même qui les avaient prônés, leur ont refusé le droit de faire entendre de justes réclamations », ibid., p. 1.

21 L’Artisan, 10 octobre 1830, p. 2.

22 Le Journal des ouvriers, 17 octobre 1830, p. 3.

23 Le Journal des ouvriers, 21 octobre 1830, p. 1.

24 Alain Faure et Jacques Rancière, La Parole ouvrière…, op. cit., p. 10.

25 Ibid., p. 13.

26 Le Peuple, 9 octobre 1830, p. 1.

27 Ibid.

28 « Des placards sont affichés en grand nombre dans les rues habitées principalement par la classe ouvrière. Tous semblent avoir été rédigés par des ouvriers. L’expression, le style, l’orthographe portent à le croire », Le Peuple, 20 octobre 1830, p. 1.

29 Le Peuple, 3 novembre 1830, p. 1.

30 Ibid.

31 L’Artisan, 22 septembre 1830, p. 1.

32 Ibid.

33 L’Artisan, 26 septembre 1830, p. 1.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Ibid.

37 Le Journal des ouvriers, prospectus.

38 Le Journal des ouvriers, 19 septembre 1830, p. 1.

39 L’Artisan, 22 septembre 1830, p. 1.

40 Geneviève Bollème, Le Peuple par écrit, Paris, Le Seuil, 1986, p. 159.

41 « Expression sincère de l’esprit qui anime la masse ouvrière ; tirés nous mêmes de son sein, nous resterons fidèles à ses besoins et tâcherons de ne lui jamais faire faute », L’Artisan, 22 septembre 1830, p. 1.

42 Les trois journaux suivent de près les manifestations d’imprimeurs, transmettent leurs revendications. De nombreux articles sont consacrés à leurs actions aux mois de septembre et d’octobre 1830. L’Artisan entreprend même un travail sur la « Statistique de la profession des ouvriers imprimeurs en 1830 », L’Artisan, 10 octobre 1830, p. 1.

43 Sur les bris de machines, voir François Jarrige, « Les ouvriers parisiens et la question des machines au début de la monarchie de Juillet », in Patrick Harismendy (dir.), La France des années 1830 et l’esprit de réforme, 2006, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 310 p.

44 AN, F 18567, « Note pour Monsieur le ministre de l’Intérieur sur les ouvriers imprimeurs », signé C. Ladvocat, le 4 septembre 1830.

45 Jacques Rancière, La Nuit des prolétaires, Paris, Fayard, 1981, p. 9.

46 Paul Chauvet, Les Ouvriers du livre en France, t. I : De 1789 à la constitution de la fédération du livre, Paris, Librairie Marcel Rivière et Cie, 1956, p. 108.

47 Le Journal des ouvriers, prospectus, p. 1.

48 Le Peuple, 30 septembre 1830, p. 1.

49 Le Journal des ouvriers, 3 octobre 1830, p. 1.

50 Ibid.

51 Sur le mythe jésuite, voir Michel Leroy, Le Mythe jésuite : de Béranger à Michelet, Paris, Presses universitaires de France, 1992, 467 p. et Geoffrey Cubitt, The Jesuit Myth : conspiracy theory and politics in nineteenth century France, Oxford, Clarendon Press, 1993, 346 p.

52 L’Artisan, 3 octobre 1830, p. 4.

53 Ibid.

54 L’Artisan, 22 septembre 1830, p. 1.

55 Le Journal des ouvriers, 19 septembre 1830, p. 1.

56 Le Journal des ouvriers, 3 octobre 1830, p. 4.

57 L’Artisan, 26 septembre 1830, p. 1.

58 Ibid.

59 AN, F 18 * II 20, Déclaration des imprimeurs parisiens.

60 AN, F 18 567, « Note pour Monsieur le ministre… », op. cit.

61 Rémi Gossez, « Presse parisienne… », op. cit., p. 185.

62 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Le Seuil, 1991, p. 51.

63 L’Artisan, 10 octobre 1830.

64 L’Artisan, 22 septembre 1830, p. 1.

65 Geneviève Bollème, Le Peuple…, op. cit.

66 Le Peuple, 6 octobre 1830, p. 1.

67 Le Peuple, 9 octobre 1830, p. 1.

68 L’Artisan, 26 septembre 1830, p. 4, Prospectus de la brochure d’Henry Jador, Procès de la commission des ouvriers typographes, Paris, Vve Ch. Béchet, 1830, 34 p.

69 Le Journal des ouvriers, 19 septembre 1830, p. 1.

70 Le Peuple, 30 septembre 1830, p. 1.

71 Alain Faure et Jacques Rancière, La Parole ouvrière…, op. cit., p. 19.

72 Antoine Picon, Les Saint-simoniens, Raison, imaginaire et utopie, Paris, Belin, 2002, p. 125.

73 L’Artisan, 22 septembre 1830, p. 1.

74 Suzanne Voilquin, Souvenirs d’une fille du peuple ou la Saint-simonienne en Égypte, Paris, François Maspero, 1978, p. 110-111.

75 Bernard H. Moss, Aux origines du mouvement ouvrier français, Paris, Les Belles Lettres, 1985, p. 52.

76 « De l’association comme moyen de remédier à la misère des classes ouvrières », L’Artisan, 17 octobre 1830, p. 1.

77 L’Artisan, 17 octobre 1830, p. 1.

78 Dans son article du 17 octobre 1830, L’Artisan invite les classes ouvrières à s’associer pour devenir propriétaires des machines et par là même acquérir leur indépendance.

79 L’Artisan, 17 octobre 1830, p. 1.

80 Jacques Rancière, La Nuit…, op. cit., p. 32.

81 « La classe ouvrière est d’abord une caste, constituée, comme toute caste, par la décision des maîtres ; elle est maintenue dans sa servitude par leur regard qui, comme celui du maître antique sur ses esclaves, voit dans la matérialité de ses travaux et la grossièreté de ses loisirs, dans le vide de sa pensée et la flétrissure de sa chair, les marques de son appartenance à une race inférieure », ibid., p. 270.

82 Henry Jador, Procès de la commission…, op. cit., p. 29.

83 William Sewell, Gens de métier et révolutions, (1re édition, Cambridge, Cambridge University Press, 1980), Paris, Aubier, 1983, 423 p.

84 Gareth Stedman Jones, « Rethinking Chartism », in Languages of Class. Studies in English Working Class History, 1832-1982, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, p. 90-178.

85 Sur cette question, voir la thèse de Déborah Cohen, Le Peuple : de l’Autre au différent, La construction des identités individuelles et collectives des classes populaires au XVIIIe siècle, EHESS, sous la direction d’Arlette Farge, 2004.

86 E. P. Thompson, La Formation…, op. cit., p. 13.

87 Yannick Le Marec, « Relire Thompson, “La formation de la classe ouvrière anglaise”, trente ans après », Actes de la recherche en sciences sociales, 1993, no 100, p. 73-76.

88 « In claiming to represent workers, the Echo de la fabrique and its successors eventually found themselves trying to create a new social reality : a unified, self-conscious working class », Jeremy Popkin, Press, Revolution and Social Identities in France, 1830-1835, Pennsylvania State University Press, 2002, p. 136.

89 « The special charateristics of newspapers as a medium […] maintaining their identity over time, and their power to structure their audiences into cohesive “imagined communities” through shared and simultaneous reading […] », Jeremy Popkin, Press, Revolution…, op. cit., p. 268. L’expression « communauté imaginée » est de Benedict Anderson, L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996 (1983), p. 20.

90 Le dernier numéro de L’Artisan paraît le 17 octobre 1830, celui du Journal des ouvriers, le 12 décembre et Le Peuple publie son ultime numéro le 10 novembre.

Table des illustrations

Légende Figure 24 : Le Peuple, jeudi 30 septembre 1830, prospectus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/100245/img-1.jpg
Fichier image/, 484k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540