Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1830, le peuple de Paris

 | 
Nathalie Jakobowicz

Troisième partie. Les peuples de l’automne

Chapitre VII. L’inquiétant réveil populaire

Texte intégral

Qui est ce peuple dérangeant ?

  • 1 Voir David H. Pinkney, La Révolution de 1830 en France, (New Jersey, Princeton University Press, 1(...)

1La révolution de Juillet a ramené sur le devant de la scène les classes populaires. Ce réveil populaire est perçu différemment suivant les contemporains et ses répercussions se font ressentir dès les premiers jours qui suivent les événements. Chacun s’interroge sur la nature de cet homme du peuple qui s’est révolté, mais aussi sur celui qui descend désormais dans la rue pour revendiquer ses droits. Dès le 15 août, les différents corps de métier manifestent dans les rues de la capitale : les premiers sont les carrossiers et les selliers, puis les bouchers suivis des cochers. Une semaine après, les menuisiers portent leurs réclamations au préfet de police. Certains demandent l’expulsion des travailleurs étrangers, mais la plupart réclament une réduction de leur temps de travail et un meilleur salaire1. Personne ne sait vraiment qui sont ces hommes du peuple qui manifestent ainsi leur mécontentement. Dans la presse, on assiste à de véritables affrontements au sujet de la nature de ces classes populaires qui occupent le pavé.

  • 2 D’après une lettre du préfet de police, les « principaux périodiques paraissant à Paris tiraient a (...)

2Après la révolution, le nombre des lecteurs de périodiques augmente de manière considérable2.

Feuille quotidienne

Septembre 1830

Octobre 1830

Le Constitutionnel

14 536

14 476

Le Journal des débats

8 580

8 830

Le Temps

5 200

4 794

Le Courrier

3 599

3 645

Le Messager

2 170

2 394

Le National

1 758

1 834

Le Commerce

1 555

1 525

Le Moniteur

1 300

1 380

Le Globe

1 214

1 158

La Révolution

345

286

La Tribune

238

246

Le Patriote

44

57

Gazette de France

9 229

9 407

La Quotidienne

4 495

4 224

Total

54 263

54 256

État du nombre de feuilles quotidiennes de Paris expédiées chaque jour aux abonnés. Source : Le Précurseur, 3 décembre 1830.

  • 3 Les premières lois sur la presse : le 8 octobre 1830, la presse est uniquement justiciable du jury (...)

3Les tirages des journaux libéraux progressent, alors que les feuilles royalistes gagnent moins de lecteurs. Dès les premiers mois après la révolution, le gouvernement doit faire face à une double opposition au sein de la presse : celle des partisans de la légitimité, représentée par La Quotidienne et La Gazette de France, et celle des adeptes d’une révolution politique et sociale, incarnée dans Le National et La Tribune des départements. Les premières lois, promulguées au sujet de la presse par le régime de Juillet, sont assez libérales3. Les débats dans la presse d’août à décembre 1830 montrent qu’il n’existe plus une seule figure unanime du peuple parisien, comme ce fut le cas en juillet. Les représentations se complexifient et la catégorie est décomposée, revue, analysée, décryptée par les différents acteurs. Les controverses tournent autour de la figure du peuple en juillet. Dans leur grande majorité, les journaux d’opposition insistent sur la différence entre le peuple des journées de Juillet et celui qui émerge en août, à l’automne ou même en décembre lors du procès des ministres. Les principaux débats sur ce sujet prennent donc place à trois moments : les manifestations ouvrières du mois d’août, les débats de l’automne autour du jugement des ministres de Charles X, et le verdict du mois de décembre.

Le peuple de Juillet n’est pas celui de l’automne

  • 4 Le National, 17 août 1830, p. 2.

4Les feuilles libérales s’attachent à distinguer la figure du peuple héroïque de celui qui se manifeste à l’automne. Dans les discours apparaissent d’autres représentations du peuple, celles d’un peuple sauvage, d’une foule, d’une multitude… Le National, célèbre journal d’opposition, est l’un des premiers à dissocier ces représentations du peuple dès le 17 août, juste après les premières manifestations ouvrières. Il explique à ses lecteurs que « les ouvriers, qui, après s’être battus avec tant d’intrépidité, sont ensuite retournés à leurs ateliers […] signent des protestations dans lesquelles ils montrent un esprit de modération et un bon sens digne de leur admirable conduite pendant les glorieuses journées4 ». Ce ne sont pas les hommes de Juillet qui s’expriment en août, poursuit l’article, ce sont des bandes de « vagabonds, de misérables […] et qu’on désigne ensuite calomnieusement sous le nom d’ouvriers ». Les « véritables » ouvriers, comme le rappelle le journal d’opposition, ne songent point à faire des réclamations. La distinction entre le vrai et le faux ouvrier fait son apparition, brouillant les repères. De même, au début des attroupements et des émeutes au sujet du procès des ministres de Charles X début octobre, on peut lire dans le Journal des débats :

  • 5 Le Journal des débats, 20 octobre 1830, p. 1.

« Personne ne s’est mépris sur la cause de ces rassemblements ; personne n’a songé à attribué au peuple de Paris ces cris de vengeance et ces vœux sanguinaires […] ceux qui ont vaincu dans les glorieuses journées de juillet, et qui ont protégé leur ennemi, quand il était désarmé, ceux-là ne demandent pas l’assassinat, ceux-là ne veulent pas que, hors du champ de bataille, on tue sans jugement, ceux-là protestent contre toute solidarité avec les agitateurs qui poussent au désordre une multitude égarée5. »

5Il s’agit bien de distinguer le peuple de la révolution, encore paré de toutes les vertus, d’une populace déchaînée qui apparaît alors dans les discours. Les classes populaires, descendues dans la rue au moment du procès des ministres pour réclamer leur mort, effrayent les élites qui croient voir revenir la Terreur et son cortège de massacres. Le seul moyen de se rassurer est de considérer que ces hommes, qui réclament la sentence suprême, ne sont pas ceux qui se sont battus au nom de la liberté et pour la Charte. Tous les journaux d’opposition répètent le même discours. La Tribune des départements, principale feuille du parti républicain, s’indigne face aux calomnies proférées à l’encontre des hommes du peuple qui se sont battus pendant la révolution et de leurs prétendues volontés de pillage :

  • 6 La Tribune des départements, 18 septembre 1830, p. 1.

« Quoi ! ils veulent le pillage, ces hommes qui, dans trois jours de guerre civile n’ont pas pris de force un morceau de pain, ces hommes qui n’ont pas même enlevé au soldat mort l’argent qu’on lui avait donné pour l’exciter au massacre, ces hommes dont le noble exemple a rendu momentanément à la vertu, même les malfaiteurs, puisque du 27 juillet au 17 août, il ne s’est pas commis dans Paris un seul assassinat, un seul vol6 ! »

6Accepter que ce soit le peuple de Juillet qui s’exprime et revendique dans les rues de Paris de meilleures conditions de travail, revient à considérer que les insurgés se sont battus pour d’autres raisons que la simple violation de la Charte. Des griefs d’ordre économique et social viennent alors se greffer sur des raisons politiques, et l’expression de ces griefs renvoie, dans l’imaginaire social, aux classes dangereuses.

  • 7 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 17 août 1830, p. 2.

7Du côté de l’administration, le discours est le même. Dans ses Bulletins de Paris, le préfet distingue les hommes du peuple des émeutiers. Dans un rapport rédigé le 17 août 1830 au sujet des manifestations de cochers dans la capitale, il écrit : « Le peuple n’a point du reste participé à cette scène de désordre, au contraire, il a blâmé généralement les cochers qui l’avaient suscité », puis en examinant les origines des individus arrêtés, il en vient à la conclusion que « la plupart des individus qui forment ces émeutes sont des escrocs, des vagabonds qui ne sont mus que par des sentiments de rapine et de vol7 ». L’élan de Juillet passé, les représentations des classes dangereuses refont surface et pour les pouvoirs publics, ces classes dangereuses ne correspondent pas aux classes laborieuses. Ce sont les indigents et la couche la plus basse de la société qui sont incriminés.

  • 8 Le Journal de Paris, 24 décembre 1830, p. 1.
  • 9 Le National, 27 août 1830, p. 1.
  • 10 Ibid., p. 2.
  • 11 Le Globe, 7 août 1830, p. 1.

8Quand il ne s’agit pas de singulariser les hommes de la révolution, les mêmes feuilles ont des arguments pour justifier la présence des classes populaires dans les rues de la capitale. C’est à nouveau l’idée d’un complot qui revient. Pour Le Journal de Paris, les responsables des émeutes ne sont pas des hommes issus des classes populaires : « Il est certainement des hommes appartenant à une autre classe que celle du peuple qui ont cherché à exploiter son inquiétude. Certes les carlistes, n’ont pas dû manquer cette occasion de chercher à pousser la population parisienne à souiller la victoire8. » De même pour Le National, qui rappelle que « les ouvriers, en très petit nombre, qui avaient été entraînés à en faire partie, ne se sont point prêtés aux excès qu’on voulait leur faire commettre, et ils se sont empressés de retourner à leur ouvrage dès qu’ils ont reconnus, parmi les instigateurs des troubles, d’anciens espions et des gendarmes déguisés9 ». Carlistes ou espions de toutes sortes, les responsables des émeutes n’appartiennent ni à la classe ouvrière ni au peuple des Trois Glorieuses. Leur absence dans ces mouvements est expliquée, selon ces feuilles toujours, par les changements opérés dans leurs « mœurs » par la révolution. Les vertus acquises pendant ces trois jours de combats font des hommes du peuple des êtres réfléchis et modérés. Le National parle d’« un esprit de modération et un bon sens digne de leur admirable conduite pendant les glorieuses journées10 ». Comme l’explique Le Globe, « le peuple sent enfin sa dignité, qu’il apprécie l’ordre, qu’il aime, qu’il en a besoin. […] Il est modeste, sage, prévoyant ». L’article se termine par ce rappel : « En un mot, c’est le peuple de la révolution accomplie, non le peuple de l’ancien régime entrant en révolution11. » Après l’événement, toujours selon les feuilles libérales, les classes populaires sont caractérisées par l’ordre, qu’elles s’efforcent de maintenir contre les agitateurs.

  • 12 Le Globe, 21 octobre 1830, p. 2.

9Alors que les représentations dominantes insistent sur l’absence des hommes du peuple de Juillet dans les divers mouvements de l’automne, seulement deux articles proposent des analyses divergentes. Répondant aux représentations négatives qui envisagent les classes populaires à l’automne comme une troupe de pilleurs, ils s’en réjouissent en s’exclamant triomphant : « Où est cette moralité du peuple dont vous parliez, si héroïque, si pure ? Voilà des troubles, de l’anarchie, une insurrection contre la justice ; voilà tout à fait l’allure des menées révolutionnaires12. » Le Globe répond que les hommes du peuple n’ont pas changé, ce sont toujours ceux de juillet, ils ne supportent simplement pas l’injustice. Ce journal philosophique et littéraire, fondé en 1824 par Pierre Leroux, se fait plus politique à cette période et devient après Juillet l’organe officiel de la doctrine saint-simonienne.

  • 13 Cité par La Quotidienne, 24 décembre 1830, p. 1.

10Les débats sont vifs dans la presse et les journaux se répondent d’un article à l’autre. Des systèmes de représentations s’affrontent autour des images du peuple. La Quotidienne renvoie dans un de ses numéros à un article du Journal des débats qui distingue de façon stéréotypée le vrai du faux peuple au sujet des événements qui se produisent en décembre. La démonstration du Journal des débats est très intéressante pour comprendre l’évolution des figures populaires : elle commence par expliquer qu’auparavant, lors des insurrections ou des émeutes, c’était l’autre, l’homme du peuple qui se révoltait ; maintenant, depuis les Trois Glorieuses, « en un mot, c’est nous tous enfin qui sommes le peuple » et ce groupe, né de Juillet, rejette le « faux peuple dont il nous faudrait subir la loi13 ». Dans cette démonstration, les différents usages des représentations du peuple se devinent, avec les transformations opérées par la révolution de Juillet. La Quotidienne répond à ce raisonnement par une position totalement opposée :

  • 14 Ibid.

« Il ne faut pas que le pouvoir se fasse illusion à ce sujet, les hommes qui figuraient hier dans les rassemblements étaient bien les mêmes qui ont fait la révolution de juillet. C’était le même peuple, c’était un mouvement de même nature, toute la différence est dans les résultats14. »

11Le journal royaliste insiste sur la permanence entre les classes populaires de Juillet et celles de l’après-révolution. Alors que les journaux d’opposition continuent d’entretenir la vision mythique du peuple, la presse légitimiste insiste au contraire sur la permanence d’une figure d’un peuple vindicatif.

  • 15 Le Constitutionnel, 13 septembre 1830, p. 2.
  • 16 Ibid.

12La presse permet d’entrevoir l’impact produit par la révolution sur les conceptions du peuple. Le Constitutionnel rend compte de ce changement : « Depuis les glorieux événements de juillet et depuis la semaine dernière, quand nous voyons un homme en tablier et en veste, nos regards se reposent sur lui avec plaisir15. » C’est en ce sens que la révolution de Juillet diffère, dans l’imaginaire des contemporains, de la révolution de 89. Les classes inférieures ont voulu « conserver et non conquérir16 », ce qui rassure le gouvernement. Les Trois Glorieuses ont transformé les figures du peuple et les démonstrations des journaux ne font que renforcer cet impact.

Redéfinitions de la catégorie « peuple »

13À quelques jours d’intervalles, les deux organes les plus représentatifs de leur tendance, Le National et La Quotidienne, consacrent chacun un article à la définition de la catégorie « peuple ». L’étude de ces deux points de vue permet de comprendre l’enjeu que représente alors la figure du peuple, et la manière dont elle est instrumentalisée par les différents partis.

  • 17 Le National, 29 et 30 juillet 1830, p. 1.
  • 18 Le National, 18 août 1830, p. 1.
  • 19 Ibid.
  • 20 Le National, 18 août 1830, p. 1.

14Déjà dans son numéro du 29 et 30 juillet, Le National intitule son Premier-Paris : « Le Peuple de Paris », et énonce cette phrase devenue depuis célèbre : « En un mot, c’est le peuple qui a tout fait depuis trois jours17. » Il y célèbre l’héroïsme populaire, et loue le respect et la magnanimité des hommes du peuple pendant les trois jours. Il ne questionne pas encore l’identité populaire. Ce n’est que le 18 août qu’il propose un article entièrement consacré à une réflexion sur l’idée de peuple et aux usages qui en sont faits. Mettant en garde le lecteur contre l’association constamment faite entre la classe ouvrière et les hommes du peuple, l’article explique en quoi « depuis 89 et surtout depuis juillet 1830, tout le monde est peuple, ou plutôt le peuple c’est tout le monde18 ». L’auteur détaille l’identité de ceux qu’il considère comme appartenant au peuple, dans lequel on retrouve tous les participants à la révolution de Juillet : les élèves des écoles, les ouvriers, les soldats qui ont refusé de tirer sur les combattants, ainsi que la Garde nationale et les députés. Le principal argument de cette démonstration est de prouver que ce n’est pas la seule classe ouvrière qui représente les classes populaires. On retrouve la vision d’un peuple fraternel, qui constitue le cœur même du mythe élaboré pendant la révolution. Ces affirmations sur la fusion des classes dans le peuple sont à mettre en regard des événements sociaux récents qui impliquent la classe ouvrière. La crainte exprimée par cet article est aussi celle de voir amalgamer les hommes du peuple (en les considérants uniquement sous l’identité ouvrière) et la « populace », qui s’agite dans les rues parisiennes. L’article se termine par le rappel de la maturité acquise par les classes populaires : « Aujourd’hui heureusement, la masse des citoyens est assez éclairée pour mieux comprendre ses intérêts véritables que par le passé. Il est plus difficile de la rendre dupe des mots : aussi nous ne craignons point que celui de peuple soit entendu par personne dans un autre sens que celui que nous avons indiqué19. » L’affrontement autour des représentations du peuple se fait jour. Cette lutte est d’ailleurs énoncée explicitement par l’auteur de cet article : « Cette explication du mot peuple nous semble utile en ce moment à cause de l’abus que des agitateurs pourraient en faire20. »

15Auparavant, La Quotidienne, célèbre journal légitimiste, a lui aussi effectué une mise au point sur cette notion. S’indignant devant les différentes identités qu’on peut retrouver derrière la catégorie, la feuille royaliste s’évertue à décomposer les classes populaires suivant ses propres critères. L’article démontre qu’il existe plusieurs figures du peuple :

  • 21 La Quotidienne, 9 août 1830, p. 1.

« Il y a beaucoup de peuples dans une nation comme la notre ; il y a le peuple républicain, il y a le peuple monarchique, le peuple paisible et le peuple turbulent, le peuple chrétien et le peuple athée21. »

  • 22 Ibid.
  • 23 Sur la situation des républicains après la révolution de Juillet et la lutte pour le pouvoir, voir (...)

16Ces conceptions se déclinent suivant des critères politiques, moraux et religieux. Cette décomposition s’explique, selon le journal, par le fait que « si chaque peuple se montre successivement vengeur de son propre droit, c’est un devoir perpétuel d’insurrection, c’est une extermination infinie, c’est le règne absolu du désordre et de la mort22 ». La feuille légitimiste met en garde contre les dangers qui peuvent troubler l’ordre public si s’exprime un peuple « républicain », « turbulent » et « athée », potentiellement capable de prendre le pouvoir. Ces représentations d’un peuple multiple chez les légitimistes s’expliquent par l’ambivalence qui existe au sein même de la doctrine au sujet des perceptions du peuple. Le légitimisme populaire loue la figure d’un bon peuple et en propose une représentation idéalisée à laquelle se confronte celle d’une « populace » incontrôlable. En 1830, la préoccupation sociale en constitue une des bases. Ces réflexions arrivent à un moment où le nouveau pouvoir n’est pas encore totalement installé. Pendant une courte période, le pouvoir a été laissé à l’abandon et La Quotidienne évoque les craintes de voir le parti républicain prendre le pouvoir. Lafayette représente à lui seul l’espoir des partisans d’une République, mais son ralliement aux Orléanistes signe leur défaite23.

17Alors que Le National rassemble, unifie, défend toujours la figure mythique du peuple en juillet, La Quotidienne distingue des composantes au sein des classes populaires, et revient finalement à la vision manichéenne d’un bon et d’un mauvais peuple. Face à ce brouillage des identités, les craintes envahissent les imaginaires, dont celles de voir une insurrection se renouveler. D’autres journaux offrent diverses réponses face à ces pertes de repères. L’événement révolutionnaire favorise la visibilité de différents acteurs, invitant à d’autres représentations.

Le peuple des saint-simoniens

  • 24 Sur le saint-simonisme, voir Sébastien Charléty, Histoire du saint-simonisme, Genève, Paris, Denoë (...)
  • 25 Jacques Rancière, La Nuit des prolétaires, Paris, Fayard, 1981, p. 191.
  • 26 Ibid.
  • 27 L’Organisateur, 2 octobre 1830.

18Parallèlement à ces débats entre les grands organes de presse, d’autres journaux s’inquiètent de l’impact de la révolution sur l’image des classes populaires. C’est notamment le cas de L’Organisateur, journal de la doctrine saint-simonienne, qui paraît depuis le 15 août 1829. Les saint-simoniens, dont le but avoué a toujours été l’amélioration morale et physique de la classe la plus nombreuse, s’intéressent aux événements qui viennent de se dérouler et proposent ainsi une représentation du peuple, conforme à leur doctrine24. Leur interprétation des trois journées se retrouve dans le journal, telle que l’a analysée Jacques Rancière : « Espérance déçue d’un changement politique et manifestation de la puissance solennelle du peuple25. » Selon le philosophe, la révolution de Juillet fut « l’acte de naissance sensible de la religion du progrès26 », une religion qui ne peut advenir sans la participation de la classe la plus nombreuse et la plus pauvre. Que recouvre cette représentation du peuple pour les saint-simoniens ? La réponse se trouve dans un article paru le 2 octobre 1830 : « Le peuple, ce sont les travailleurs, les hommes utiles ; c’est le peuple qui rend productif les capitaux qui sont entre les mains des bourgeois ; lui seul qui paie les impôts27. » L’article distingue ensuite les hommes des villes et ceux des campagnes qui, malgré quelques différences, subissent le même sort misérable et la même exploitation de la part des bourgeois. Les Trois Glorieuses ont-elles apporté une modification dans ces représentations du peuple ? Quel est l’impact des journées révolutionnaires pour les saint-simoniens qui appellent de leurs vœux une réforme sociale ?

19Plusieurs articles parus au cours des mois de septembre et d’octobre 1830 dévoilent les usages de ces figures du peuple par les saint-simoniens. Dans les mois qui suivent les événements, les disciples de Saint-Simon expriment leurs désillusions face au nouveau gouvernement et à la situation de la classe la plus nombreuse, toujours aussi critique. La représentation du peuple vertueux en juillet, renvoyé à son triste sort après avoir combattu vaillamment, est développée dans un article intitulé, « Le peuple souverain » :

  • 28 L’Organisateur, 7 septembre 1830.

« Le peuple a en effet été souverain, mais seulement un instant, lorsqu’il a fallu vaincre. Il l’a vraiment été par sa générosité, par sa modération, par sa force, dans les belles journées du 28 et du 29 juillet, lorsque ceux qui s’étaient proclamés ses amis, ses protecteurs, ses pères, maintenant dirigeaient contre lui balles et boulets, ou se cachaient dans une honteuse retraite. […] Et le lendemain, ils rentrèrent dans leurs ateliers : ils reprirent le rabot, la truelle, la lime, le marteau ou le crochet. Les vainqueurs des suisses et de la garde, redevinrent ouvriers, machines ou bêtes de sommes. Pauvre peuple28 ! »

20C’est la constatation d’un échec pour l’amélioration de la situation de la classe laborieuse. L’avenir pour les hommes du peuple ne s’annonce pas meilleur, si on en croit la suite de la démonstration :

  • 29 Ibid.

« Pauvre peuple ! avant le 26 juillet il avait en partage la fatigue, les privations, la douleur. Il continuera à être en proie à la fatigue, aux privations, à la douleur. Bientôt on lui dira que c’est trop d’honneur pour lui de s’être fait mitrailler pour la plus grande gloire de la noblesse électorale, les mécaniciens le classeront froidement, comme aujourd’hui, à la suite des machines à vapeur, parmi les moteurs animés, à côté des chevaux aveugles qu’on attache aux manèges. Les coalitions d’ouvriers seront réprimées par une législation de fer. Les mots de canaille, de populace reviendront à la mode. On lui conseillera de sang-froid de faire des économies, de ne pas se marier, et s’il s’avise de trouver à redire à des conseils si généreux, si désintéressés, nous verrons peut être à réfléchir les sublimes théories du pouvoir constituant et recommencer les charges de gendarmerie, c’est-à-dire de maréchaussée, car il n’y a plus de gendarmes. Pauvre peuple ! et ils l’appellent souverain29 ! »

  • 30 Voir Frank Paul Bowman, Le Christ des barricades, 1789-1848, Paris, Éditions du Cerf, 1987, 36 p.

21C’est ainsi que les saint-simoniens envisagent l’avenir pour les classes populaires. Après les louanges, ils dénoncent l’usage de la force qui est employée par le gouvernement pour ramener à la raison les hommes du peuple qui réclament leur dû. La solution se trouve pour eux dans la doctrine. Les saint-simoniens sont là pour les élever de manière pacifique et proposent dans ce but de classer les hommes suivant leur capacité et de les récompenser selon leurs œuvres. Dans la suite de l’article, l’auteur fait une longue comparaison entre le « peuple souverain » et le « roi des Juifs30 ». Chez les saint-simoniens, la référence aux hommes du peuple s’insère dans un discours de plus en plus religieux. En ces mois qui suivent la révolution de Juillet, la famille saint-simonienne est déjà constituée en une véritable Église. La religion est envisagée comme seul facteur de cohésion, selon les termes de Saint-Simon, et le « nouveau christianisme » doit conduire à l’abolition de l’exploitation des classes laborieuses. Ces perceptions du peuple à l’automne 1830 sont donc aussi liées aux représentations saint-simoniennes de la société, qui aboutissent à un renversement des hiérarchies traditionnelles en faveur des « producteurs », qui forment la « classe industrielle ». Celle-ci est, selon eux, amenée à occuper la première place au sein de la société et à prendre le pouvoir, à la place des « oisifs » qui le détiennent pour le moment. Mais après la constatation de l’usurpation, de la déception, comment les saint-simoniens perçoivent-ils ce réveil populaire après juillet ? Comment représentent-ils le peuple de l’automne ?

  • 31 L’Organisateur, 4 septembre 1830, p. 6.
  • 32 L’Organisateur, 25 septembre 1830, p. 5.
  • 33 Ibid., p. 6.
  • 34 Antoine Picon parle d’un professeur qui choisit ses sujets d’enseignement à destination des classe (...)

22À deux reprises au cours de l’automne, le journal se prononce sur les coalitions et émeutes d’ouvriers dans la capitale. Au début du mois de septembre, alors que les émeutes sont à leur stade le plus aigu, les saint-simoniens s’insurgent face au traitement qui est destiné à ces manifestations ouvrières : « On dit à ces innombrables malheureux : qu’ils ont été héroïques, mais que si ce titre, qu’on leur prodigue depuis un mois, ne suffit pas à tous leurs besoins, l’autorité leur défend de réclamer davantage, sous la réserve toutefois de leur faire appliquer ultérieurement par les gardes nationales et les troupes de ligne, toutes les douceurs de l’ordre légal, renfermées dans le code pénal, la loi martiale, etc., etc.31. » C’est l’idée d’un peuple trahi qui est soulignée et les difficultés d’un gouvernement qui ne sait répondre à ses réclamations que par la force. Par la suite, un autre article est entièrement consacré aux « émeutes populaires » à la fin du même mois. L’auteur s’y insurge face à l’hypocrisie avec laquelle on a loué les vertus populaires pendant les combats, alors que seulement un mois après, on lui propose de « choisir entre le coup de fusil et l’ancien état des choses32 ». Et quand ce n’est pas la force qu’on oppose aux classes laborieuses, on lui offre la charité pour le contenir33. L’« obole » dont parle la feuille saint-simonienne est la réponse apportée par les pouvoirs publics au mécontentement des classes populaires sur la place publique. Pendant ces mois qui suivent la révolution de Juillet, les saint-simoniens sont, quant à eux, engagés dans une vive action de propagande à destination des ouvriers de la capitale. Certains articles de L’Organisateur servent même à professer des leçons aux ouvriers34 : le journal parle donc des classes populaires aux classes populaires, à la différence des autres feuilles, qui parlent des hommes du peuple aux élites libérales ou royalistes.

Un peuple à occuper

Un peuple menaçant

23Les nombreuses manifestations ouvrières du mois d’août inquiètent l’administration. La Quotidienne évoque cette figure d’un peuple dangereux :

  • 35 La Quotidienne, 30 août 1830, p. 2.

« Tout ce qu’on voit à Paris, tout ce qu’on apprend des provinces présage un triste avenir. C’est toujours le résultat des révolutions qui se font par la multitude. Hommes d’argent et hommes de places, princes et banquiers… tous s’effrayent pour longtemps à l’aspect des masses populaires35. »

  • 36 David H. Pinkney est le seul historien à s’être intéressé aux ateliers de secours en 1830, dans Da (...)
  • 37 Sur les violences populaires, voir Frédéric Chauvaud, De Pierre Rivière à Landru : la violence app (...)

24La peur pousse les pouvoirs publics à envisager une solution pour occuper les classes populaires qui commencent à constituer un danger pour l’ordre public. La crainte de voir les événements se reproduire conduit les autorités à mettre en place des ateliers de secours36. La violence populaire effraye les contemporains37. Les représentations du peuple contribuent à la mise en place d’une réponse pratique : fournir du travail aux classes populaires.

  • 38 J.-P. Smith, Des ateliers de secours, établis à Paris et aux environs, Paris, 1790, 15 p.
  • 39 Voir Nicolas Bourguinat, Les Grains du désordre, L’État face aux violences frumentaires dans la pr (...)

25Déjà, en 1788, des ateliers de secours avaient été créés par la municipalité pour occuper les classes laborieuses et fournir du travail à ceux qui en demandaient. Leur création était due à une inquiétude de voir ces classes troubler l’ordre public, ainsi que le démontre cette brochure dans laquelle l’auteur explique que ces établissements avaient été formés « par le besoin, peut être, d’occuper une classe chez laquelle on commençait à s’apercevoir d’une espèce d’inquiétude38 ». La préoccupation d’occuper les hommes du peuple est à réinscrire dans le paternalisme caractéristique des autorités locales à cette période39. Tous les moyens sont employés pour maintenir la cohésion de la communauté. La création des ateliers de secours s’inscrit aussi dans cette politique de cohésion sociale.

Un peuple occupé, donc contenu

  • 40 AN, F 3 II Seine 27, Mémoire du préfet de la Seine au conseil général du département de la Seine f (...)
  • 41 Sur les grèves des années 1830-1832, voir Alain Faure, « Mouvements populaires et mouvements ouvri (...)
  • 42 25 août 1830, « Ordonnance concernant les attroupements et coalitions d’ouvriers », in Gabriel Del (...)

26Le conseil municipal de Paris accepte la création d’ateliers de secours le 16 août 1830, pour des « travaux d’utilité publique et d’urgence à l’effet de procurer du travail à la classe ouvrière ». Le préfet de la Seine, Alexandre de Laborde, rappelle dans un mémoire adressé au conseil municipal de la ville de Paris les raisons de la mise en place urgente de ces ateliers : « Le besoin de leur donner du travail est peut être en ce moment la plus impérieuse des nécessités qui pressent l’administration publique […] je n’ai pas besoin d’insister ni sur la force du motif du gouvernement ni sur l’utilité de ces travaux ; ni sur l’avantage qu’ils nous fourniront d’occuper une grande partie de la classe ouvrière40. » La nécessité des ateliers s’explique par le contexte social et politique de l’époque. Le 16 août, jour même où l’idée de la création des ateliers est acceptée, déjà quatre corps de métier ont défilé dans les rues de Paris pour réclamer un meilleur salaire, une réduction du temps de travail… Tout en recevant les délégations, le préfet laisse faire ces coalitions dans la capitale, mais commence à se préoccuper des répercussions que celles-ci peuvent produire sur l’ordre public. Lorsque la police intervient, ce n’est pas à cause des coalitions, mais en raison des troubles provoqués dans les rues par les cortèges et les violences41. Les pouvoirs publics n’interviennent que si la grève menace de troubler la tranquillité publique. Quant au contexte politique, le nouveau roi vient tout juste d’accéder au trône et la politique du gouvernement face à ces coalitions ouvrières est encore incertaine. L’agitation parmi les classes populaires en ces lendemains révolutionnaires fait craindre au gouvernement des manipulations diverses, aussi bien de la part de la monarchie déchue que de celle du parti républicain. Ces complots cherchent à renverser Louis-Philippe en utilisant les classes populaires. Des réponses commencent à voir le jour, notamment de la part du préfet de police, qui publie le 25 août une ordonnance interdisant les attroupements et les coalitions42. Ces mesures ne sont pas suffisantes et les ouvriers continuent de revendiquer dans les rues parisiennes.

27La crainte des manifestations populaires et les figures d’un peuple dangereux contribuent donc à la création de ces ateliers de secours. Le préfet de la Seine n’est pas le seul à rendre compte de ces images inquiétantes du peuple de Paris. Le préfet de police, Girod de l’Ain, exprime les mêmes appréhensions dans ses Bulletins de Paris. La première mention de ces établissements n’apparaît que le 28 septembre, alors que ceux-ci sont ouverts depuis plus d’un mois. Il se rassure dans l’idée que ces travaux permettent de contrôler et de contenir les classes populaires :

  • 43 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 28 septembre 1830.

« Il résulte de nombreux rapports qui m’ont été transmis que les ouvriers employés à ces travaux ont renoncé à toute idée de coalition et que s’ils travaillent peu, du moins ils ne songent point à troubler la tranquillité publique43. »

  • 44 Mécontentement de ceux qui ne sont pas embauchés dans les ateliers. Même au sein des ateliers, des (...)

28Les effets souhaités par l’administration se font ressentir rapidement, et les ateliers de secours remplissent la mission qui leur a été attribuée : tranquilliser et maîtriser les classes populaires. Les rapports du préfet rendent compte du bon fonctionnement de ces travaux qui occupent de plus en plus d’hommes. Il se félicite de la « plus grande tranquillité » qui y règne au début du mois de décembre. Pourtant le nombre de personnes nécessiteuses augmente et le mécontentement se fait ressentir dans la population parisienne44. Dès la mi-septembre, le nouveau préfet de la Seine, Odilon Barrot, signale au ministre de l’Intérieur son inquiétude de voir encore une grande partie de la classe ouvrière sans travail et prévient des conséquences si aucun remède n’est apporté :

  • 45 AN, F 3 II Seine 44, lettre du préfet du département de la Seine au ministre de l’Intérieur, 18 se (...)

« D’après les rapports qui me parviennent, la fermentation de ces ouvriers se manifeste d’une manière alarmante pour la tranquillité publique. Je vous conjure donc, Monsieur le ministre de fixer sérieusement l’attention du gouvernement sur cet état de chose et de prendre sans aucun délai les mesures nécessaires pour remédier à cette situation vraiment critique, et prévenir les désordres qui pourraient résulter de l’agitation de cette multitude d’ouvriers sans travail et sans pain45. »

  • 46 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 4 décembre 1830.

29Les complots sont toujours invoqués pour expliquer ces manifestations, mais demeure la crainte sous-jacente d’une nouvelle révolution. La réponse apportée par le préfet est toujours la même : face à ce potentiel danger, il propose d’occuper le peuple. Son rapport se poursuit de cette façon : « Il importe donc que les nouveaux ateliers soient ouverts de suite pour un nombre au moins de 10 000 ouvriers qui se trouvent sans ouvrage et sans pain46. » Une semaine plus tard, deux autres ateliers de secours sont ouverts à la barrière de Rochechouart et au cimetière Montmartre. Les ateliers permettent de réduire le nombre de chômeurs dans les rues de la capitale en ce mois de décembre et donc, par cette absence, d’atténuer les craintes d’un peuple revendicatif, au bord de l’émeute.

  • 47 Le Peuple, 3 novembre 1830, p. 2.
  • 48 Ibid.
  • 49 Le Journal des ouvriers, 5 décembre 1830, p. 2.

30Les ateliers sont également salués par les journaux ouvriers nouvellement apparus en cet automne 1830. Le premier à mentionner leur existence et à donner son avis sur cette initiative est Le Peuple. Tout d’abord, il conteste l’utilisation des termes d’« ateliers de charité » car l’ouvrier est payé pour son travail. Le journal ouvrier exprime également le besoin d’occuper le peuple, considérant cette mesure « utile dans l’intérêt de l’humanité, autant que dans celui de la paix publique47 ». Cet appel rejoint les intentions des pouvoirs publics, qui envisagent ces établissements comme des formes d’exutoire aux revendications populaires et favorisent ainsi la tranquillité publique. Le Peuple y voit aussi un autre avantage : celui de prévenir « l’inconvénient résultant de l’affluence des ouvriers étrangers à Paris où ils viennent chercher dans les momens difficiles les ressources que leur pays ne peut leur offrir48 ». Quant au Journal des ouvriers, même s’il regrette que les ateliers ne puissent employer un plus grand nombre d’ouvriers, il applaudit « cette disposition bienveillante du gouvernement envers la classe laborieuse49 ».

  • 50 Rémi Gossez, Un ouvrier en 1820, manuscrit inédit de Jacques Étienne Bédé, Paris, Presses universi (...)
  • 51 Sur cette question du travail, voir Annie Jacob, Le Travail, reflet des cultures : du sauvage indo (...)
  • 52 Alexandre de Laborde, De l’esprit d’association dans tous les intérêts de la communauté ou essai s (...)

31Les rapports entre travail et politique sont évidents. Comme le remarque Étienne Bedé, l’ouvrier tourneur de chaises en 1820 : « La chose est bien simple : lorsque l’ouvrier travaille, il ne s’occupe pas des affaires politiques50. » Les ateliers permettent de remettre les hommes du peuple au travail et la vision d’un peuple travailleur est rassurante. Elle renforce l’image des bons ouvriers à une époque où la distinction entre la figure stéréotypée d’un bon et d’un mauvais peuple s’effectue aussi en fonction du travail qui est immédiatement associé à une saine moralité. Utile à la société, il semble d’autant plus vertueux. Les discours évoluent à cette période et on assiste à une glorification du travail51, et ceux qui le glorifient sont parfois ceux qui sont à l’origine des ateliers de secours. C’est notamment le cas d’Alexandre de Laborde, qui dans les années 1820, participe au discours de valorisation du travail52.

32L’idée d’un peuple sage et respectueux qui peut s’exprimer raisonnablement après Juillet est donc bien loin. Les établissements créés pour subvenir aux besoins des classes populaires constituent une réponse à leur présence encombrante. Ils deviennent rapidement des lieux de débordement et inquiètent à leur tour les pouvoirs publics qui finissent par les voir comme des sources de désordre. La peur de nouveaux troubles conduit toutefois à laisser les ateliers ouverts, même s’ils deviennent un véritable gouffre financier et, à long terme, un potentiel danger social et politique.

Les caricatures de l’automne, seules représentations iconographiques

  • 53 Sur les collectionneurs, voir Laure Beaumont-Maillet, « Les collectionneurs au cabinet des Estampe (...)

33Alors que la presse et les pouvoirs publics rendent visibles ces figures du peuple après les journées de Juillet, l’iconographie les délaisse. La collection rassemblée par le baron de Vinck ne possède par exemple aucune image représentant les classes populaires datant d’août à décembre 1830. Après les journées de Juillet, les thèmes choisis se concentrent sur la chute de Charles X, l’avènement de Louis-Philippe, les événements de Belgique et de Pologne ou le procès des ministres. Un seul chapitre, consacré aux violences et réactions, se focalise sur les émeutes lyonnaises des années suivantes et ne contient aucune image sur les événements parisiens de l’automne. L’absence d’iconographie représentant les classes populaires à la suite de la révolution peut s’expliquer par les choix politiques du collectionneur. Une fois l’éclair de Juillet passé, il n’accorde plus d’importance aux hommes et femmes du peuple et donc à leur représentation. Carl de Vinck, d’origine belge, choisit de poursuivre la collection commencée par son père, Eugène de Vinck. Celui-ci l’avait entreprise dans le but de rassembler des images sur Marie-Antoinette, à laquelle il vouait un véritable culte. Son fils décida de l’élargir en variant les sujets et de s’intéresser à tout le siècle, partant du mariage de Louis XVI jusqu’à la Commune53. Les choix opérés par le collectionneur sont guidés par ses goûts, ses aspirations, données qu’il ne faut pas négliger dans l’étude des figures du peuple au sein de sa collection.

34Le rassemblement, effectué de manière plus systématique pour la collection Histoire de France, explique la présence de quelques images au sein desquelles figurent des classes populaires. Elles restent toutefois minoritaires. Découpée en deux périodes, la collection rassemble surtout, sur la période du 9 au 25 août, des caricatures de Polignac ou de Charles X, puis sur celle du 26 août à la fin du mois de décembre 1830, des caricatures des solliciteurs et des ministres de Charles X. Enfin, la collection du musée Carnavalet ne contient que quelques caricatures où les hommes du peuple sont représentés après juillet. Comparer les résultats fournis par les différentes collections et observer la place qu’elles accordent respectivement aux figures du peuple est indispensable. La collection Histoire de France semble offrir une vision plus large des événements et l’existence de caricatures représentant les classes populaires à l’automne en est la preuve, alors que la collection De Vinck, moins diversifiée, se concentre sur des aspects précis et des thèmes récurrents.

Le peuple dans la presse satirique

  • 54 Sur la caricature à cette époque, voir David Kerr, Caricature and French Political Culture, 1830-1 (...)
  • 55 L’étude la plus complète qui existe sur Charles Philippon et sa maison est celle de l’anglais Jame (...)
  • 56 La Caricature, 2 décembre 1830, p. 1.
  • 57 Lithographe Delaporte, « Carnaval de 1830 », in La Caricature, 18 novembre 1830 ; Raffet, lithogra (...)

35Cette absence d’images représentant les classes populaires après Juillet est significative des difficultés des contemporains à identifier les hommes du peuple. Ne sachant plus qui sont vraiment les classes populaires, les artistes choisissent de rester silencieux à leur sujet. Le seul domaine où se retrouvent des figures populaires est celui de la caricature54. On repère en effet dans la collection Histoire de France et dans celle du musée Carnavalet quelques caricatures d’hommes du peuple, qui sont pour la plupart des caricatures politiques liés aux événements. Les artistes qui avaient beaucoup produit sur le peuple de Juillet sont absents des collections. En effet, aucune image de Victor Adam, Auguste Raffet ou Hyppolite Bellangé ne représente le peuple de l’automne. En revanche, Machereau, certes moins connu, en produit quatre sur le sujet. Les lithographes Ratier et Delaporte sont les plus prolixes. Leurs images sont éditées par la même maison : le magasin de caricatures d’Aubert, situé passage Véro Dodat. Charles Philipon publie à la suite de la révolution des caricatures politiques sur Charles X et les jésuites, qui rencontrent un grand succès55. En cette période post-révolutionnaire, la levée de censure permet la multiplication des caricatures sur les thèmes les plus variés. Il profite de cette brèche pour développer son commerce et choisit d’éditer sa propre feuille, La Caricature, dont le 1er numéro sort le 4 novembre 1830. Un article dans le numéro du 2 décembre vante les mérites des caricatures : « On en vendra toujours, on les achètera toujours ; c’est la satire, c’est la médisance de l’époque, et vous savez qu’en notre bienheureux pays, on se passerait plus volontiers de manger que de médire56. » Le journal satirique de Charles Philipon connaît dès ses débuts un véritable succès. La Caricature, composée d’une double page de texte, est accompagnée de deux ou trois lithographies pour les premiers numéros. Le journal informe que chaque lithographie est inédite. Les articles sont de petits textes, contes ou dialogues, intitulés « Fantaisies » ou « Croquis ». Dans les neuf premiers numéros, qui vont du 4 novembre au 31 décembre de l’année 1830, assez peu de figures du peuple sont visibles dans les lithographies, signées Henry Monnier, Hippolyte Bellangé ou Grandville. Les classes populaires sont généralement absentes des scènes qui ridiculisent les vaincus. Il existe toutefois quelques images qui rendent visible une figure du peuple propre aux artistes de La Caricature. Hormis certaines caricatures sur le peuple des Trois Glorieuses, qui ridiculisent les hommes d’Église57, apparaît un nouveau registre de représentation, celui des contrastes ou des types. Dans les numéros du 9 et du 30 décembre 1830, deux lithographies mettent en scène les classes sociales et insistent sur leurs différences. Dans le premier numéro, deux types de soirées se font face : celle des classes populaires et celle du grand monde. Dans la représentation de Pigal, l’image met en scène une guinguette, où sont attablés des femmes et des jeunes gens dans une ambiance chaleureuse. À droite de l’image, un homme du peuple à l’allure débauchée passe devant les tables, tenant une bouteille et une cruche dans les mains. En regard est représentée une soirée du grand monde, où tous les invités très bien habillés se tiennent correctement. Dans le second numéro, l’opposition entre les deux mondes est plus violente. Entre la lithographie de Traviès et celle de Devéria, les contrastes sont saisissants. Le caricaturiste des classes populaires représente trois femmes du peuple se battant comme des bêtes enragées. Leurs traits sont déformés par la colère et leurs guenilles déchirées, alors que les demoiselles bourgeoises de Devéria se tiennent raisonnablement, en pleine contemplation.

  • 58 La Caricature publie seulement une lithographie sur le procès des ministres : Hippolyte Bellangé, (...)

36Ces représentations de types préfigurent les physiologies qui sont en vogue dans les années suivantes. Elles offrent une représentation stéréotypée du peuple dans laquelle on retrouve les êtres dépravés de Traviès qu’il dessinait déjà sous la Restauration. Dans La Caricature, aucune lithographie ne s’intéresse aux événements des mois de novembre et décembre 1830, aucune ne mentionne les manifestations populaires ou ne prend parti au sujet de l’actualité politique58. Au sujet des figures du peuple, La Caricature se concentre sur des scènes de mœurs ou de genre. L’autre grande feuille satirique du moment, La Silhouette, présente les mêmes caractéristiques. Elle publie surtout des caricatures de Charles X et de ses ministres. Victor Ratier lithographie la plupart des œuvres de Gérard-Fontallard, Victor Adam ou Henry Monnier, mais aucune ne dépeint le peuple à l’automne.

  • 59 S. Clogenson, J. J. Grandville, Alençon, Impr. de Mme Ve Poulet-Malassis, 1853, p. 23.

37Les caricaturistes se concentrent sur les critiques de l’ancien gouvernement et de ses membres, et commencent cette lutte sans merci qui oppose Philipon à Philippe au cours de laquelle « la caricature prend l’importance du pamphlet59 ». Contrairement à la presse satirique, la collection Histoire de France et celle du musée Carnavalet offrent avec leurs feuilles volantes des peintures du peuple et des aspects jusque-là ignorés par les artistes.

Une révolution usurpée ou le peuple dupé de Juillet

  • 60 Charlet, « L’eau va-z-a la rivière », 1830, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, cote o (...)

38Pourquoi les classes populaires ne peuvent être représentées après Juillet qu’à travers des caricatures ? Les artistes, qu’il s’agisse de Daumier, Traviès ou Machereau, utilisent la satire pour évoquer l’usurpation, mais aussi la souffrance ou la misère populaires. Quant aux lithographes, les mêmes noms réapparaissent fréquemment comme ceux de Delaporte ou Ratier. Nicolas Toussaint Charlet, grand producteur de scènes populaires sous la Restauration, même s’il reste spécialisé dans la représentation du soldat, contribue à cette période au développement d’un type populaire. Après juillet 1830, il propose une image représentant les classes populaires. Publiée chez les frères Gihaut, elle s’intitule « L’eau va-z-a la rivière60 ». Au centre de l’image se tient une femme qui semble s’indigner en montrant la mairie. La légende éclaire son attitude : « C’te pas grande chose de Duché la v’la qui va toucher la pension de c’que son pauvre homme s’est fait tuer le 28 juyet ça n’en a aucunement besoin mon gueurdin n’a pas eu c’te bonne idée la lui l’scelerat ! De s’faire tuer ! » On perçoit l’ironie et l’humour du caricaturiste. Après avoir dessiné des scènes de combats, de révolution ou de barricades, l’artiste retrouve sa verve satirique. Alors que les autres dessinateurs s’évertuent à caricaturer Charles X, Charlet revient à l’un de ses sujets de prédilection, celui des récompenses et la manière dont les combattants de Juillet sont reconnus pour leurs efforts. L’œuvre est une critique adressée au gouvernement, pour la façon dont il remercie le peuple de s’être battu pour son avènement. Il rejoint ainsi l’idée d’un peuple usurpé.

  • 61 Charles Joseph Traviès, lithographe Victor Ratier, « C’était bien la peine !… », 1830, cabinet des (...)
  • 62 Cette image est à rapprocher de celle de Grandville sur le même sujet parue aussi à l’automne 1830 (...)

39Après la révolution, ce thème est au nombre des sujets récurrents. Deux autres caricaturistes de l’époque l’illustrent : Honoré Daumier et Charles Joseph Traviès. Ce dernier, comme Nicolas Toussaint Charlet, fait partie de ceux qui contribuent à la fin de la Restauration au développement des types. Peignant les classes populaires dans leurs lieux, il s’intéresse à leur vie. Après la révolution, il publie assez peu d’images. Une en particulier rend compte de cette usurpation, dont les hommes du peuple ont été victimes. Sa lithographie, « C’était bien la peine !… », est publiée en 1830 par Aubert et lithographiée par Victor Ratier61. Elle représente un combattant de Juillet. Celui-ci, contrairement aux représentations du peuple qu’il propose sous la Restauration, est figuré de manière correcte et simple. Aucune ivresse, ni vêtements rapiécés qui servaient alors à identifier le peuple chez Traviès. Le combattant est vêtu d’une chemise ample et coiffé d’un bonnet. Sa bonhomie le rend proche du spectateur. Il se tient devant des pavés, signes d’un reste de barricade et les désigne d’un air fataliste. Derrière lui, le texte de la nouvelle Charte est exposé. Le caricaturiste s’indigne de la façon dont les hommes du peuple, principaux participants des combats, ont été utilisés. Ils se sont battus au nom de la Charte qui, dans sa nouvelle version, ne leur apporte aucun bénéfice62. L’homme que choisit le caricaturiste ressemble à un ouvrier. Il tient dans sa main un instrument appelé une « demoiselle » qui sert à damer les pavés. Le choix de cet artisan n’est pas anodin. Le paveur, qui a installé lui-même les pierres, est obligé de les poser de nouveau après la révolution. Pour l’artiste, les combattants de Juillet étaient des hommes respectueux, exerçant des professions honorables, et non les rebuts de la société qu’il décrivait dans ses œuvres avant les événements. La transformation dans la manière dont Traviès représente le peuple est significative d’un tournant. Contrairement aux autres, l’artiste prend en compte les classes populaires et légitime leur action et leurs réclamations en cet automne mouvementé.

Figure 20 : Charles Joseph Traviès, lithographie de Victor Ratier, « C’était bien la peine !… », 1830, cabinet des Estampes, cote originale : DC 200, t. III.

  • 63 Sur l’œuvre et les débuts d’Honoré Daumier, voir Paul Ducatel, Les Premières Années de caricatures (...)
  • 64 Honoré Daumier, lithographe Victor Ratier, « Il a raison l’moutard – eh oui c’est nous qu’a fait l (...)
  • 65 Joseph-Félix Le Blanc de La Combe, Charlet, sa vie, ses lettres, suivi d’une description raisonnée (...)

40De la même manière, Daumier évoque dans ses images l’idée d’un peuple amer après la révolution63. Dans une lithographie parue après les événements, il représente deux portefaix s’indignant devant l’usurpation de la révolution64. Les deux individus se tiennent devant une lithographie placardée sur un mur et sur laquelle on peut lire : « Celui qui s’bat c’est pas celui qui mange la galette. » L’image provoque une réaction chez les deux hommes et l’un d’eux s’exclame : « Il a raison l’moutard – eh oui c’est nous qu’a fait la révolution et c’est eux qui la mangent (la galette). » Dans cette lithographie, les hommes du peuple ressemblent aux classes populaires représentées par Charlet. Les traits sont assez grossiers, rendant compte de l’origine sociale et professionnelle des personnages. Derrière eux se devinent des bourgeois regardant les affiches exposées sur les murs. L’artiste montre ainsi son engagement dans l’opposition, à peine quelques mois après la révolution de Juillet. L’œuvre met également en scène une forme de réception des caricatures populaires. En effet, les deux hommes réagissent face à une caricature affichée sur le mur. La gravure qu’ils regardent est signée Charlet, et date de 1827. Le biographe de Charlet décrit la caricature dans son catalogue raisonné : « Un petit décrotteur, armé d’un balai, voit deux enfants se disputant une galette, “Ceux là qui se bat… pour la galette, c’est pas celui-là qui la mange ; il attrape les bons coups et pis c’est bon !” Telle est la réflexion de notre apprenti philosophe, et en effet, pendant la bataille, un chien s’est emparé de la galette, et la mange65. » Au bourgeois de Daumier répond le chien de Charlet. Par cette métaphore, Daumier insiste sur l’opportunisme de ceux qu’il considère comme « les bourgeois » de cet automne 1830. À l’époque, les caricatures sont exposées dans les vitrines des marchands d’estampes, vendues dans la rue ou placardées sur les murs, et peuvent ainsi atteindre un public plus varié. En cette période d’abolition provisoire de la censure, elles se font de plus en plus critiques et l’opposition se manifeste par ce biais. En décembre 1830, les artistes profitent de ce moment de liberté pour s’exprimer ouvertement :

  • 66 La Gazette des tribunaux, 20 et 21 septembre 1830, p. 4.

« Nos derniers événemens politiques ont donné l’essor au genre de la caricature, si long-temps bridé par la censure ; sa brusque franchise effrayait nos grands sinécuristes, monopolistes, congréganistes, etc, tous gens à marquer au coin de Charlet ou de Grandville. Le crayon pouvait les noircir, ils brisèrent le crayon. Mais depuis les trois jours, la caricature a reconquis ses franchises et payé son arriéré de satire et de moquerie66. »

  • 67 Martin Nadaud, Léonard, maçon de la Creuse, (Paris, Maspero, 1re édition, 1976), Paris, La Découve (...)

41Dans ses mémoires, Martin Nadaud rend compte de l’atmosphère de liberté et de la facilité avec laquelle les lithographies sont alors en contact avec le public populaire : « Nous ne faisions pas un pas sans être arrêtés par des crieurs de journaux. D’autres crieurs nous présentaient des caricatures drolatiques de Louis-Philippe ; on s’arrachait des mains celles qui le représentaient à genoux, les mains jointes devant le bourreau de Pologne, l’empereur de Russie67. » Les caricatures sont vendues à la criée dans la rue, comme les périodiques. Cette plus grande facilité d’accès inquiète les autorités, surtout pendant une période où la propagande républicaine passe ouvertement par la caricature. Les murs parisiens sont couverts d’affiches, de caricatures, comme en témoigne cet écrivain qui s’insurge contre les méfaits de ces affichages :

  • 68 M. H. de Jailly, Une année ou la France depuis le 27 juillet 1830 jusqu’au 27 juillet 1831, Paris, (...)

« Les murs de Paris étaient couverts d’affiches où tout ce que les hommes ont coutume de vénérer s’est vu livré à la haine populaire ; et pourtant ces affiches s’imprimaient, se plaçaient sans espoir apparent de lucre, de dédommagement ; aux coins des rues chacun lisait gratis. Ce nouveau genre de cabinet de lecture ne rapportait donc rien au propriétaire de l’établissement ; mais ces affiches excitaient au désordre, à la spoliation des propriétés ; et ces fabricateurs d’appel à la populace n’avaient rien que l’on pût piller ; ils ne mettaient pas au jeu dans cette grande loterie d’un partage forcé. Tout à gagner, rien à perdre, fut la devise des agitateurs, et leur soif d’un peu d’or tombé dans la boue leur tenait lieu d’inspiration pour écrire et pour diffamer68 ! »

  • 69 Une ordonnance de décembre 1830, par un durcissement des règlements concernant les professions d’a (...)

42La possible influence des caricatures sur les mœurs populaires et leur incitation à l’opposition obligent le préfet de police à prendre des mesures69. Ces images deviennent donc un danger potentiel pour le gouvernement.

  • 70 Grandville, lithographe Langlumé, « Le Peuple a vaincu, ces Messieurs partagent », 1830, cabinet d (...)
  • 71 Sur Grandville, voir Annie Renonciat, La Vie et l’œuvre de J. J. Grandville, Paris, ACR Éditions, (...)
  • 72 Ibid., p. 69.
  • 73 Jules David et J.-J. Grandville, lithographe Lemercier, « La Revanche ou la grande chasse au tir a (...)

43Daumier et Traviès ne sont pas les seuls à dépeindre le peuple dupé après la révolution de Juillet, Grandville propose des représentations du même type. Dans une de ses lithographies, l’artiste représente l’arrivée en masse des solliciteurs après la révolution sous le regard étonné des hommes du peuple70. Ceux qui se ruent sur les vêtements honorifiques, et donc sur les places, sont représentés par des corps humains à tête d’animaux, corbeaux, perroquets, lézards… L’animalisation exprime le caractère des solliciteurs. Seul l’homme du peuple garde une allure humaine, signe de sa noblesse de caractère. Grandville fait partie de ces artistes qui ont pris part activement au combat71. Il est sur les barricades aux côtés de Daumier et sa participation aux Trois Glorieuses se reflète dans ses œuvres. La révolution marque un tournant dans la carrière de l’artiste, qui devient après l’événement l’un des principaux caricaturistes politiques de son époque72. Dès la fin des journées de Juillet, il se remet au dessin et ses lithographies sont plus engagées. La rapidité avec laquelle il réagit en caricaturant les vaincus est remarquable. Sa première lithographie est déposée le 7 août et celle sur les solliciteurs, le 2173. En transformant les solliciteurs en corbeaux ou lézards, l’artiste leur enlève toute conscience, tout respect, ce qui contraste avec l’homme du peuple qui les regarde de loin les bras croisés. Le contraste entre son allure, déterminée et posée, et la précipitation désordonnée des quémandeurs est saisissante. L’homme du peuple, remarquable par sa droiture, au sens propre et figuré du terme, est atterré devant tant d’empressement. Grandville insiste sur la figure d’un peuple juste, mais qui ne reçoit en échange aucune récompense. C’est à nouveau l’idée d’une révolution accaparée qui est illustrée, mais c’est aussi l’honnêteté du peuple. Face au bourgeois tricheur, frauduleux, et prêt à tout pour arriver à ses fins, l’homme du peuple est toujours représenté comme un être honnête et droit.

Figure 21 : Honoré Daumier, lithographie de Victor Ratier « Il a raison l’moutard – eh oui c’est nous qu’a fait la révolution et c’est eux qui la mangent (la galette) », 1830, cabinet des Estampes, cote originale : Dc 180, t. I.

44Les trois caricaturistes dénoncent la manière dont le nouveau régime s’installe, ainsi que le comportement des solliciteurs. Sur les scènes de théâtres, les pièces se multiplient également à ce sujet. Celle de Jean Bayard, La Foire aux places, représentée au théâtre du Vaudeville en septembre, a pour sujet la précipitation et les chasseurs de places après la révolution. Le personnage de Brosset représente un ouvrier qui s’est battu pendant les Trois Glorieuses. Dans la pièce, l’auteur insiste sur son dévouement et sur son désintéressement. Parlant au nom des hommes du peuple qui se sont battus, il s’exclame devant un solliciteur qui ne comprend pas son attitude :

  • 74 M. Bayard, La Foire aux places, représentée pour la première fois au théâtre du vaudeville, le 25 (...)

« Nous sommes dix mille ouvriers comme ça ; nous avons fait notre devoir… Nous avons chassé les autres ; et ensuite nous sommes restés chez nous, à nos ateliers, laissant les places à ceux qui en vivent, les secours à nos pauvres blessés et ne demandant pour nous que deux petites choses : c’est qu’on nous donne de l’ouvrage et que le vin soit moins cher, voilà tout. Je sais bien qu’on parle de bruits, de rassemblemens, de feignans… des têtes chaudes ; mais la masse est bonne74. »

  • 75 M. d’Épagny, Les Hommes du lendemain, théâtre de l’Odéon, première le 11 septembre 1830.
  • 76 Lithographe Fonrouge, « Les Hommes du lendemain. (Rêve de l’homme du peuple) », 1830, cabinet des (...)

45La représentation d’un peuple intègre est à l’honneur. On le retrouve aussi dans la pièce de Jean-Baptiste d’Epagny, Les Hommes du lendemain, représentée au théâtre de l’Odéon à la même époque75. Le personnage de l’homme du peuple est opposé à deux royalistes, qui cherchent par tous les moyens à trouver une bonne place au sein du nouveau gouvernement, et sont prêts à toutes les manipulations pour y parvenir, même celle de se faire passer pour des combattants alors qu’ils n’ont guère participé à la révolution. L’homme du peuple y est un individu un peu naïf, mais intègre. Le fascicule de la pièce est orné d’une lithographie de Fonrouge qui résume le sujet76. Au centre de l’image, deux hommes inquiets, vêtus de manière bourgeoise, se tiennent devant un combattant, blessé à la tête et avachi sur un fauteuil. Les deux bourgeois sont représentés par Firmin, un jeune étudiant en médecine qui s’est réellement battu en juillet et un vicomte, chef de division d’un ministère. Ils discutent tous deux devant Robert, l’ouvrier, qui parle tout en dormant. La légende retranscrit le rêve de Robert qui s’exclame : « Rayé le mot noblesse », puis « les seuls honnêtes gens seront nobles en France ». La réaction du Vicomte est éloquente : « Nous serions tous perdus ! » Cette lithographie met en scène un homme du peuple, seul honnête homme parmi tous ceux qui ne cherchent que leur profit. L’idée d’un peuple honnête et mal récompensé est récurrente aussi bien au théâtre que dans ces quelques caricatures.

Figure 22 : Lithographe Fonrouge, « Les Hommes du lendemain. (Rêve de l’homme du peuple) », 1830, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, cote originale : QB1, cote microfilm : M 111462.

Images du peuple manifestant

  • 77 Sur les bris de machines en 1830, voir François Jarrige, « Les ouvriers parisiens et la question d (...)
  • 78 Henri Beraldi, Les Graveurs du XIXe siècle : guide de l’amateur d’estampes modernes, Paris, L. Con (...)
  • 79 Machereau, lithographe Delaporte, « Nouvelle interprétation de l’article 14. La charte prohibe les (...)
  • 80 Machereau, lithographe Delaporte, « L’Orateur populaire », 1830, cabinet des Estampes, coll. Histo (...)

46Tous les artistes étudiés, Daumier, Traviès et Grandville, insistent sur la figure d’un homme du peuple trahi, usurpé et qui s’est battu pour rien. Ils participent ainsi à la mise en place d’une histoire de la révolution, quelques semaines à peine après son déroulement. Ces représentations contribuent à diffuser l’image d’une révolution accaparée par la nouvelle bourgeoisie, principalement incarnée dans le nouveau roi. Quelques caricatures invitent à une autre représentation du peuple à l’automne, qui apparaît à deux autres occasions : les manifestations populaires et les bris de machines ; et le procès des ministres de Charles X77. Au sein des trois collections étudiées, une seule image rend compte des manifestations populaires d’août et septembre 1830. Cette absence est peut-être significative de l’opposition politique des artistes. Il s’agit de ne pas prendre parti en cette période d’incertitudes, où le gouvernement est encore mal installé et la tension sociale palpable. Machereau est le seul artiste à prendre pour thème les bris de machines et donc à représenter le peuple brisant. Même si Henri Beraldi considère ses caricatures comme des images « violentes mais sans aucune qualité de dessin78 », l’artiste est le seul à s’intéresser à ce sujet. Dans un de ses dessins, il représente une manifestation de bouchers dans Paris79. Les personnages représentés sont déformés à l’excès. Figurés de manière grotesque, ces hommes avancent dans la rue en brandissant des couteaux, des casseroles ou divers ustensiles liés au commerce de la boucherie. Au centre de l’image se tient un personnage imposant qui porte un tournebroche dans la main. Au dessus de lui, un drapeau trône au bout de la hampe duquel se trouve un poulet rôti. Le drapeau porte l’inscription : « Plus de tournebrauche maikanyk ou la more ». Enfin, la légende ironise sur les mécaniques et la manifestation : « Nouvelle interprétation de l’article 14. La charte prohibe les tournebroches mécaniques ». La lithographie fait référence à deux événements : d’une part la manifestation des bouchers parisiens au soir du 15 août pour l’abolition de la réglementation de leur commerce, d’autre part les bris qui ont lieu pendant la révolution. Si elle ridiculise ce cortège qu’elle transforme en défilé carnavalesque, cette image met au premier plan les manifestations ouvrières et représente les hommes du peuple réclamant de meilleures conditions de travail. Machereau dessine encore deux autres caricatures au sujet des bris de machines. « L’orateur populaire » et « Brisez vos machines ! – c’est déjà fait père Saint Ignace80 », représentent toutes deux les classes populaires. Ces deux images réactivent le thème du complot jésuite et l’idée que ce sont les jésuites qui poussent les ouvriers à briser les machines. Les hommes du peuple sont représentés de manière simple et l’auteur cherche à rendre compte de leur honnêteté. À leurs côtés se tient un jésuite à l’air conspirateur, soit dans l’ombre, soit visible, vêtu entièrement de noir. On retrouve la même accusation sous-entendue dans certains journaux au sujet des jésuites conspirateurs. L’insistance sur cette implication est aussi un moyen de sauver l’image du peuple de la révolution, en rejetant la responsabilité sur un acteur extérieur.

  • 81 Machereau, lithographe Delaporte, sans titre, 1830, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France (...)
  • 82 Machereau, sans titre…, op. cit.
  • 83 Oursel, « Liberté Ordre Public, Égalité devant la loi. 1830 », 1831, cabinet des Estampes, coll. H (...)

47Le dernier thème abordé par la caricature, et qui permet de cerner une autre perception du peuple à l’automne 1830, est le procès des ministres de Charles X. Dans les lithographies de Machereau, les classes populaires sont intraitables et favorables à l’application de la peine capitale81. Devant la loge du portier, l’artiste représente deux femmes du peuple s’indignant devant tant d’injustice. L’une d’elle s’exclame : « Tout c’que j’sais – c’est que ces gueux là la peine de contrefatte s’rait trop douce, pour eux y faudrait les guillotiner à perpétuité82. » Ce sont des individus sans pitié que représentent les caricaturistes. Quand ils ne sont pas intransigeants, ils sont injustement dupés. Dans une autre lithographie, la représentation des ministres qui dévorent un bon repas au château de Ham est opposée à celle des hommes du peuple, arrêtés à la même période et qui croupissent dans une geôle83. En même temps qu’il dénonce l’impunité dont bénéficient les ministres, l’artiste veut aussi dénoncer l’injustice qui frappe les combattants de Juillet qui ne reçoivent rien en échange de leurs sacrifices. La légende parle du sort réservé aux héroïques hommes du peuple : « Une bande de Canailles. Factieux. Pillards. Meurtriers… subissent le juste châtiment de la tentative criminelle de venger leurs frères d’armes égorgés en Juillet. » La crainte de voir les ministres coupables s’en sortir avec des peines allégées, puis la déception de ne les voir condamner qu’à des peines considérées comme insuffisantes, pousse les artistes à représenter un peuple indigné et déçu. Les artistes révèlent ainsi leur engagement politique, dans l’opposition pour la plupart, à peine quelques mois après le changement de régime. Daumier, Grandville ou Traviès sont, dès les premiers mois de la monarchie de Juillet, foncièrement opposés au nouveau roi et n’hésitent pas à l’afficher dans leurs lithographies. Leurs représentations du peuple témoignent de leur soutien des réclamations des classes populaires et de leur indignation face au traitement qui leur est réservé.

Figure 23 : Machereau, lithographie de Delaporte, « Nouvelle interprétation de l’article 14. La charte prohibe les tournebroches mécaniques », 1830, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, cote originale : QB1, cote microfilm : M 111536.

  • 84 Françoise Coblence, « “Qu’en dis-tu citoyen Proudhon ?” Humour et politique chez Baudelaire », Hum (...)

48Le peu d’images, qui traitent des événements des mois d’août et septembre 1830, rend compte des difficultés des artistes à retranscrire les problèmes sociaux de l’époque, plus intéressés par la politique et la possibilité de s’en prendre, pour un court moment, à des personnages jusque-là protégés par la censure. En utilisant le registre satirique, quelques-uns parviennent pour autant à représenter le peuple et son désarroi, mais ils sont rares. En même temps, ces artistes privilégient la voix faible : il ne s’agit pas de se moquer des hommes du peuple, mais plutôt de transmettre à travers eux un discours politique. De la même manière que, pour le poète, « unir humour et politique, c’est d’abord […] s’élever contre toute langue de bois84 », les caricaturistes font appel à l’humour pour marquer leur opposition au régime en place. Mais d’autres espaces rendent plus visibles encore les classes populaires à l’automne. Les journaux ouvriers utilisent beaucoup les figures du peuple, aussi bien celles des journées de Juillet que celles de la période post-révolutionnaire.

Notes

1 Voir David H. Pinkney, La Révolution de 1830 en France, (New Jersey, Princeton University Press, 1re édition, 1972), Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 371-377.

2 D’après une lettre du préfet de police, les « principaux périodiques paraissant à Paris tiraient au total 61 000 en 1830 : pour les trois premiers mois de 1831, la moyenne s’éleva à 77 500 », cité par Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral et Fernand Ferrau, Histoire générale de la presse française, t. II : De 1815 à 1871, Paris, Presses universitaires de France, 1969, p. 100.

3 Les premières lois sur la presse : le 8 octobre 1830, la presse est uniquement justiciable du jury et le 10 décembre, le taux de cautionnement est réduit ainsi que les droits de timbre.

4 Le National, 17 août 1830, p. 2.

5 Le Journal des débats, 20 octobre 1830, p. 1.

6 La Tribune des départements, 18 septembre 1830, p. 1.

7 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 17 août 1830, p. 2.

8 Le Journal de Paris, 24 décembre 1830, p. 1.

9 Le National, 27 août 1830, p. 1.

10 Ibid., p. 2.

11 Le Globe, 7 août 1830, p. 1.

12 Le Globe, 21 octobre 1830, p. 2.

13 Cité par La Quotidienne, 24 décembre 1830, p. 1.

14 Ibid.

15 Le Constitutionnel, 13 septembre 1830, p. 2.

16 Ibid.

17 Le National, 29 et 30 juillet 1830, p. 1.

18 Le National, 18 août 1830, p. 1.

19 Ibid.

20 Le National, 18 août 1830, p. 1.

21 La Quotidienne, 9 août 1830, p. 1.

22 Ibid.

23 Sur la situation des républicains après la révolution de Juillet et la lutte pour le pouvoir, voir David H. Pinkney, La Révolution de 1830…, op. cit., chap. v, p. 175-233. et sur le parti républicain : Georges Weill, Histoire du parti républicain en France (1814-1870), Paris/Genève, Slatkine, 1980, 431 p. et Jeanne Gilmore, La République clandestine, 1818-1848, Paris, Aubier, 1997, 452 p.

24 Sur le saint-simonisme, voir Sébastien Charléty, Histoire du saint-simonisme, Genève, Paris, Denoël-Gonthier, 1964, 284 p. ; et pour une approche plus récente, voir Antoine Picon, Les Saint-simoniens, Raison, imaginaire et utopie, Paris, Belin, 2002, 381 p.

25 Jacques Rancière, La Nuit des prolétaires, Paris, Fayard, 1981, p. 191.

26 Ibid.

27 L’Organisateur, 2 octobre 1830.

28 L’Organisateur, 7 septembre 1830.

29 Ibid.

30 Voir Frank Paul Bowman, Le Christ des barricades, 1789-1848, Paris, Éditions du Cerf, 1987, 36 p.

31 L’Organisateur, 4 septembre 1830, p. 6.

32 L’Organisateur, 25 septembre 1830, p. 5.

33 Ibid., p. 6.

34 Antoine Picon parle d’un professeur qui choisit ses sujets d’enseignement à destination des classes populaires dans L’Organisateur ou Le Globe. À travers ces enseignements se perçoivent les usages des figures du peuple après la révolution. Antoine Picon, Les Saint-simoniens…, op. cit., p. 115.

35 La Quotidienne, 30 août 1830, p. 2.

36 David H. Pinkney est le seul historien à s’être intéressé aux ateliers de secours en 1830, dans David H. Pinkney, « Les ateliers de secours à Paris (1830-1831) précurseurs des ateliers nationaux de 1848 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1965, p. 66-70.

37 Sur les violences populaires, voir Frédéric Chauvaud, De Pierre Rivière à Landru : la violence apprivoisée au XIXe siècle, Paris, Brépols, 1991, 271 p. et Frédéric Chauvaud et Jean-Luc Mayaud (dir.), Les Violences rurales au quotidien : actes du 21e Colloque de l’Association des ruralistes français, Paris, La Boutique de l’histoire, 2005, 376 p.

38 J.-P. Smith, Des ateliers de secours, établis à Paris et aux environs, Paris, 1790, 15 p.

39 Voir Nicolas Bourguinat, Les Grains du désordre, L’État face aux violences frumentaires dans la première moitié du XIXe siècle, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002, 542 p.

40 AN, F 3 II Seine 27, Mémoire du préfet de la Seine au conseil général du département de la Seine faisant fonction de Conseil municipal de la ville de Paris, 16 août 1830.

41 Sur les grèves des années 1830-1832, voir Alain Faure, « Mouvements populaires et mouvements ouvrier à Paris (1830-1834) », Le Mouvement social, no 88, 1974, p. 51-92. ; Octave Festy, Le Mouvement ouvrier au début de la monarchie de Juillet, Paris, E. Cornély, 1908, 360 p. et Jean-Pierre Aguet, Les Grèves sous la monarchie de Juillet (1830-1847) : Contribution à l’étude du mouvement ouvrier français, Genève, Droz, 1954, 408 p.

42 25 août 1830, « Ordonnance concernant les attroupements et coalitions d’ouvriers », in Gabriel Delessert, Collection des ordonnances de police, Paris, P. Dupont, 1844, t. II, p. 579.

43 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 28 septembre 1830.

44 Mécontentement de ceux qui ne sont pas embauchés dans les ateliers. Même au sein des ateliers, des manifestations éclatent. Le 24 septembre, des ouvriers terrassiers employés dans les ateliers de secours organisent une marche de protestation et apportent au roi une pétition dans laquelle ils réclament un meilleur salaire, voir BHVP, Papiers Odilon Barrot, cote : NA 154, « Pétitions concernant les terrassiers », 24 septembre, FOL 76.

45 AN, F 3 II Seine 44, lettre du préfet du département de la Seine au ministre de l’Intérieur, 18 septembre 1830.

46 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 4 décembre 1830.

47 Le Peuple, 3 novembre 1830, p. 2.

48 Ibid.

49 Le Journal des ouvriers, 5 décembre 1830, p. 2.

50 Rémi Gossez, Un ouvrier en 1820, manuscrit inédit de Jacques Étienne Bédé, Paris, Presses universitaires de France, 1984, p. 297.

51 Sur cette question du travail, voir Annie Jacob, Le Travail, reflet des cultures : du sauvage indolent au travailleur productif, Paris, Presses universitaires de France, 1994, 276 p. et Dominique Méda, Le Travail, une valeur en voie de disparition, Paris, Aubier, 1995, 358 p.

52 Alexandre de Laborde, De l’esprit d’association dans tous les intérêts de la communauté ou essai sur le complément du bien être et de la richesse en France par le complément des institutions, Paris, Chez Gide fils, 1818, 584 p.

53 Sur les collectionneurs, voir Laure Beaumont-Maillet, « Les collectionneurs au cabinet des Estampes », Les Nouvelles de l’estampe, décembre 1993, no 132, p. 5-28.

54 Sur la caricature à cette époque, voir David Kerr, Caricature and French Political Culture, 1830-1848, Oxford, Clarendon Press, 2000, 242 p. ; Philippe Régnier (dir.), La Caricature entre République et censure, l’imagerie satirique en France de 1830 à 1880 : un discours de résistance ?, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1996, 448 p. et, pour une approche plus générale, John Grand-Carteret, Les Mœurs et la caricature en France, Paris, À la librairie illustrée, 1888, 684 p.

55 L’étude la plus complète qui existe sur Charles Philippon et sa maison est celle de l’anglais James Cuno qui, dans sa thèse, nous donne une vision complète de l’univers politique et social de ce marchand d’estampes parisien : James Cuno, Charles Philippon and la Maison Aubert : the Business, Politics and Public of Caricature in Paris (1820-1840), Cambridge, Harvard University, 1985, 512 p.

56 La Caricature, 2 décembre 1830, p. 1.

57 Lithographe Delaporte, « Carnaval de 1830 », in La Caricature, 18 novembre 1830 ; Raffet, lithographe Delaporte, « Archevêché, 29 juillet », in La Caricature, 23 décembre 1830.

58 La Caricature publie seulement une lithographie sur le procès des ministres : Hippolyte Bellangé, lithographe Delaporte, « Août 1830 », La Caricature, 16 décembre 1830.

59 S. Clogenson, J. J. Grandville, Alençon, Impr. de Mme Ve Poulet-Malassis, 1853, p. 23.

60 Charlet, « L’eau va-z-a la rivière », 1830, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, cote originale : QB1, cote microfilm : M 111534.

61 Charles Joseph Traviès, lithographe Victor Ratier, « C’était bien la peine !… », 1830, cabinet des Estampes, cote originale : DC 200, t. III.

62 Cette image est à rapprocher de celle de Grandville sur le même sujet parue aussi à l’automne 1830 : « C’té Charte là… ça a pas été regratté dessous. C’est un badigeonnage qui tiendra pas, faudra revoir ça, mon vieux », par J.-J. Grandville et Guiaud. Voir cahier couleur, planche XI, no 15.

63 Sur l’œuvre et les débuts d’Honoré Daumier, voir Paul Ducatel, Les Premières Années de caricatures d’Honoré Daumier, Paris, J. Grassin, 2000, 268 p. ; Roger Passeron, Daumier, témoin de son temps, Paris, Bibliothèque des arts, 1979, 323 p. et Daumier 1808-1879, catalogue, Paris, Réunion des musées nationaux, 1999, 599 p.

64 Honoré Daumier, lithographe Victor Ratier, « Il a raison l’moutard – eh oui c’est nous qu’a fait la révolution et c’est eux qui la mangent (la galette) », 1830, cabinet des Estampes, cote originale : Dc 180, t. I.

65 Joseph-Félix Le Blanc de La Combe, Charlet, sa vie, ses lettres, suivi d’une description raisonnée de son œuvre lithographique, Paris, Paulin et Le Chevalier, 1856, 2e partie, no 662, p. 309-310.

66 La Gazette des tribunaux, 20 et 21 septembre 1830, p. 4.

67 Martin Nadaud, Léonard, maçon de la Creuse, (Paris, Maspero, 1re édition, 1976), Paris, La Découverte, 1998, p. 174.

68 M. H. de Jailly, Une année ou la France depuis le 27 juillet 1830 jusqu’au 27 juillet 1831, Paris, Chez Dentu, 1831, p. 49.

69 Une ordonnance de décembre 1830, par un durcissement des règlements concernant les professions d’afficheurs et de crieurs publics, met un terme à cette déferlante d’affiches, 12 décembre 1830, « Ordonnance concernant l’exercice de la profession d’afficheurs et de crieurs publics et les formalités préalables à remplir », in Gabriel Delessert, Collection des ordonnances de police, Paris, P. Dupont, 1844, t. II, p. 590-592.

70 Grandville, lithographe Langlumé, « Le Peuple a vaincu, ces Messieurs partagent », 1830, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, cote originale : QB1, cote microfilm : M 111 542.

71 Sur Grandville, voir Annie Renonciat, La Vie et l’œuvre de J. J. Grandville, Paris, ACR Éditions, 1985, 306 p.

72 Ibid., p. 69.

73 Jules David et J.-J. Grandville, lithographe Lemercier, « La Revanche ou la grande chasse au tir an 1830 », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11447, cote microfilm : A 13 375 et J.-J. Grandville, lithographe Langlumé, « Chasse nationale sur les Terres Royales », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11 450, cote microfilm : A 13378.

74 M. Bayard, La Foire aux places, représentée pour la première fois au théâtre du vaudeville, le 25 septembre 1830, scène v.

75 M. d’Épagny, Les Hommes du lendemain, théâtre de l’Odéon, première le 11 septembre 1830.

76 Lithographe Fonrouge, « Les Hommes du lendemain. (Rêve de l’homme du peuple) », 1830, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, cote originale : QB1, cote microfilm : M 111462.

77 Sur les bris de machines en 1830, voir François Jarrige, « Les ouvriers parisiens et la question des machines au début de la monarchie de Juillet », in Patrick Harismendy (dir.), La France des années 1830 et l’esprit de réforme, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, 310 p.

78 Henri Beraldi, Les Graveurs du XIXe siècle : guide de l’amateur d’estampes modernes, Paris, L. Conquet, 1888-1889, p. 197.

79 Machereau, lithographe Delaporte, « Nouvelle interprétation de l’article 14. La charte prohibe les tournebroches mécaniques », 1830, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, cote originale : QB1, cote microfilm : M 111536.

80 Machereau, lithographe Delaporte, « L’Orateur populaire », 1830, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, cote originale : QB1, cote microfilm : M 111537 et Machereau, lithographe Langlumé, « Brisez vos machines ! – c’est déjà fait père Saint Ignace », 1830, musée Carnavalet, cote : PC050D. Voir cahier couleur planche XII, no 16.

81 Machereau, lithographe Delaporte, sans titre, 1830, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, cote originale : QB1, cote microfilm : M 111538 ; L. R., lithographe Delaporte, « Le Marchand de lapin », cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, cote originale : QB1, cote microfilm : M 111590.

82 Machereau, sans titre…, op. cit.

83 Oursel, « Liberté Ordre Public, Égalité devant la loi. 1830 », 1831, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, cote originale : QB1, cote microfilm : M 111601. Voir cahier couleur, planche XI, no 14.

84 Françoise Coblence, « “Qu’en dis-tu citoyen Proudhon ?” Humour et politique chez Baudelaire », Humoresques, no 5, Presses universitaires de Vincennes, 1994, p. 49.

Table des illustrations

Légende Figure 20 : Charles Joseph Traviès, lithographie de Victor Ratier, « C’était bien la peine !… », 1830, cabinet des Estampes, cote originale : DC 200, t. III.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/100242/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Figure 21 : Honoré Daumier, lithographie de Victor Ratier « Il a raison l’moutard – eh oui c’est nous qu’a fait la révolution et c’est eux qui la mangent (la galette) », 1830, cabinet des Estampes, cote originale : Dc 180, t. I.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/100242/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Figure 22 : Lithographe Fonrouge, « Les Hommes du lendemain. (Rêve de l’homme du peuple) », 1830, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, cote originale : QB1, cote microfilm : M 111462.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/100242/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Figure 23 : Machereau, lithographie de Delaporte, « Nouvelle interprétation de l’article 14. La charte prohibe les tournebroches mécaniques », 1830, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, cote originale : QB1, cote microfilm : M 111536.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/100242/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540