Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1830, le peuple de Paris

 | 
Nathalie Jakobowicz

Troisième partie. Les peuples de l’automne

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

1Dès le milieu du mois d’août, de nouveaux usages des figures de Juillet voient le jour. Alors qu’en juillet, l’homme du peuple est clairement identifiable, on assiste à l’automne à une véritable perte de repères chez les contemporains. Face à ce brouillage des identités populaires, plusieurs réponses sont apportées : soit un questionnement, comme c’est le cas dans la presse qui interroge la catégorie et cherche à redéfinir une identité populaire ; soit une réponse pratique à ces représentations des classes dangereuses, par la création notamment d’ateliers de secours par les pouvoirs publics ; soit une alternative, comme le fait la presse ouvrière naissante, ou la philanthropie qui revendique l’idée de refonder la culture populaire. Tous se rejoignent sur le besoin de moralisation des classes populaires et la nécessité de les occuper pour éviter un réveil de l’insurrection.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540