Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1830, le peuple de Paris

 | 
Nathalie Jakobowicz

Deuxième partie. Le peuple nation sur les barricades de juillet

Chapitre VI. Les fissures du mythe

Texte intégral

1Face aux représentations mythiques du peuple en juillet se dévoilent des divergentes. Bien que minoritaires, elles offrent d’autres visions du peuple. Certains motifs sont totalement absents des discours des contemporains. C’est le cas notamment de la violence qui, bien que présente en temps révolutionnaire et se manifestant sans conteste durant ces combats, n’est absolument pas soulignée dans les mises en récit de cette période. Cette déréalisation des combats renvoie à l’évolution du seuil de sensibilité observé chez les contemporains et au désir de glorifier l’événement et ses acteurs. Cependant, il reste un domaine pendant les Trois Glorieuses dans lequel la violence s’exerce de façon visible : celle qui se manifeste envers l’Église, contre l’institution autant que contre son personnel. Au moment des journées de Juillet, un anticléricalisme virulent réapparaît. Comme sous la Révolution française, l’Église est accusée de tous les maux en 1830, les mêmes motifs de cet imaginaire anticlérical se retrouvent.

2Ces représentations plus nuancées des insurgés dévoilent celle d’un peuple qui, par son action collective, acquiert une relative indépendance. C’est la représentation d’un peuple républicain, opposé au nouveau régime qui se révèle, allant à contre-courant des figures ordinaires qui en font un incontestable soutien de la monarchie et du nouveau roi. Cette conception du peuple en tant que sujet démocratique se retrouve chez des caricaturistes engagés, comme Honoré Daumier qui impose à travers ses lithographies la figure d’un peuple autonome.

La violence du peuple : un contre-discours des brochures

Une révolution aseptisée et un peuple non violent

  • 1 David H. Pinkney dénombre selon les listes officielles 496 citoyens tués et 150 morts au sein de l (...)
  • 2 Nicolas-Auguste Dubois, Histoire du règne de Charles X et de la révolution de 1830, Paris, Beaulé, (...)
  • 3 Les Journées immortelles. Récit historique de ce qui s’est passé depuis le 26 juillet 1830, jusqu’ (...)
  • 4 Sur la violence pendant la Révolution française, voir Haim Burstin, L’Invention du sans-culotte, r (...)

3Dans leurs récits des trois jours, les auteurs des brochures mentionnent les différentes stratégies adoptées, les avancées de chacun, la bravoure des uns et le courage des autres, mais ils ne parlent jamais de violence. On ne recense, selon les témoignages, ni acte barbare, ni sang, ni cadavre abandonné. Pourtant, il s’agit bien d’une guerre civile dans laquelle on dénombre plus de 600 morts1. Tout ce qui entoure la violence au cours des combats est totalement absent des récits, les morts ne sont mentionnés qu’en ce qui concerne les commémorations. Même lors de ces enterrements, l’héroïsme et le courage des insurgés tués au combat est sans cesse rappelé, sans qu’il soit pour autant fait mention de la violence qu’ils ont subie. Cette déréalisation des affrontements s’explique en partie par le contexte politique et social de l’après-révolution. Pour le nouveau gouvernement, il est important de démontrer que la révolution s’est faite en douceur, presque naturellement, sans causer des violences irréparables. Les récits soulignent le fait qu’« aucune violence n’a été faite2 » pendant ces trois jours, ou remarquent qu’il n’y eut « point de désordres, point de pillages, point de violences3 ». Ils insistent surtout sur l’absence d’actes répréhensibles commis à l’égard des personnes. Autant pendant la période de la Révolution française, la violence est acceptée, autant en 1830, les têtes coupées, les massacres sanglants du siècle passé ne sont plus supportés. En 1789, la violence est ordinaire et les révolutionnaires se vantent de leurs actions brutales qui leur servent même parfois de promotion sociale4. Pendant les Trois Glorieuses, au contraire, l’absence de vengeance, de cruauté de la part des insurgés, légitime leur action et permet surtout d’enrichir ce discours hégémonique d’harmonisation de l’ordre établi.

  • 5 La Semaine, drame historique et merveilleux en sept courts chapitres, Paris, Levasseur, Août 1830, (...)
  • 6 Nicolas-Auguste Dubois, Histoire du règne de Charles X…, op. cit., p. 276.
  • 7 Ibid., p. 276.
  • 8 Ibid., p. 277.
  • 9 Lithographie de Langlumé, « La Pâque Royale », 1830, cabinet des Estampes, coll. Histoire de Franc (...)

4Lorsqu’elle est mentionnée, la violence est imputée aux gendarmes ou aux soldats de la Garde royale. Eux sont responsables du soulèvement populaire et leur brutalité conduit les hommes du peuple à répondre et à se révolter. D’après certains récits, les insurgés ont été provoqués, cette partie de la population la plus nombreuse, « c’est sur elle que commença la violence : c’est par elle que cette violence a été punie avec une ardeur, une force, un emportement de courage, dont l’histoire ne retracera que faiblement les traits5 ». La figure d’un peuple qui ne fait que répondre à une attaque le poussant dans ses retranchements est dominante. Elle participe toujours de l’image d’un peuple héroïque qui défend ses droits sur les barricades. Le temps de l’événement, les rôles s’inversent : les partisans de l’ordre se conduisent comme des monstres ; les classes populaires des faubourgs, anciennes hordes barbares, deviennent un rassemblement « d’honnêtes artisans, de simples ouvriers que l’amour seul de la liberté vient de faire soldats6 », face à elles, se trouvent « des troupes disciplinées, aguerries, animées par des liqueurs enivrantes qu’on leur a prodiguées, excitées par la vue, par l’espoir de l’or qu’on a fait briller sous leurs yeux, et dont on doit de nouveau enrichir leur obéissance passive aux ordres du pouvoir souverain7 ». Les vices attribués aux hommes du peuple deviennent l’apanage des soldats du pouvoir. La transformation des gendarmes en « bêtes farouches » dans la suite du récit8 rappelle l’animalisation des hommes du peuple et la figure du monstre si couramment employée par les caricaturistes sous la Restauration. La volonté de légitimation de la révolution et le processus d’édification des classes populaires qui l’accompagne conduisent au renversement des codes. Cette figure monstrueuse du pouvoir royal se retrouve dans une caricature de Langlumé9 dans laquelle un homme du peuple est littéralement dévoré par des membres de la famille royale. L’imaginaire lié à la figure du peuple révolutionnaire cannibale s’inverse dans cette image.

5Cependant, dans la grande majorité des récits, la violence n’est pas mentionnée, ni d’un côté ni de l’autre de la barricade. Juillet 1830 s’inscrit en ce sens dans une nouvelle perception de la violence. Comparée à la dernière révolution, elle paraît plus aseptisée. Les corps à corps sont moins représentés et les conséquences des combats violents passés sous silence. Les témoignages se ressemblent et il semble évident que certaines scènes restent à l’abri du lecteur, des scènes violentes qu’on censure volontairement pour favoriser un climat d’apaisement social.

Les voix discordantes : révolution sanglante et violence des barricades

  • 10 Récit impartial des événemens qui se sont passés dans les derniers jours de juillet 1830, 1830, p. (...)

6À contre-courant des représentations ordinaires, certaines brochures offrent un discours tout à fait différent, nuançant cet éloge sans failles des hommes du peuple en juillet. Dans un de ces récits, l’auteur s’exclame dès les premières pages, comme pour mettre en garde le lecteur : « Il faut enfin faire justice de ces cris inventés par les révolutionnaires et répétés par la niaiserie et la peur. Ces épithètes de peuple héroïque, d’immortelles journées n’excitent plus déjà que le dégoût ; le ridicule en a fait raison10. »

7Certains récits peignent en effet un tableau plus violent des événements. C’est notamment le cas de Jean-Baptiste Beaupied. Sa brochure intitulée, Dévouement de trois frères (MM. De Vernon) à la cause nationale, ou épisode des derniers jours de juillet 1830, rend compte du parcours de trois combattants pendant les journées de Juillet et de leurs actions au cours des combats. Au milieu de son récit, l’auteur décrit le spectacle qui entoure ses héros et invite à une description extrêmement brutale des combats où s’exprime un sentiment d’horreur :

  • 11 J.-B. Beaupied, Dévouement de trois frères (MM. De Vernon) à la cause nationale, ou épisode des de (...)

« Mais partout, derrière eux, devant eux, leurs yeux ne rencontrent que des hommes frappés au sein, frappés à la tête, cadavres bleus, horriblement mutilés, et défigurés par l’agonie de la mort ; qu’on se représente, au pied d’un escalier, sur de la paille ensanglantée, des blessés dont les horribles blessures contractent la figure décolorée, et pour qui mourir serait un bonheur ; qu’on se représente des lambeaux de vêtements, de chapeaux, couverts de poussière, puis de pavés rougis, puis un ruisseau de sang ! et l’on aura qu’une pâle esquisse du tableau effrayant qui les environne11. »

  • 12 Voir Alain Corbin, Le Village des « cannibales », Paris, Flammarion, 1995, 204 p.
  • 13 La rapidité avec laquelle les inhumations ont été faites conduit à de multiples dysfonctionnements (...)
  • 14 Voir la thèse d’Emmanuel Fureix, La Mise en scène politique de la mort à Paris entre 1815 et 1848, (...)

8C’est ici une vision qui se veut plus réaliste du spectacle qu’offre la ville en pleine insurrection. Dans ce récit, le sang, les cadavres, la douleur sont présents, contrairement aux premiers récits sur la révolution de 1830 qui censurent toute représentation de cette conséquence inévitable des affrontements. Lorsqu’ils évoquent la mort, celle-ci se fait instantanée, presque utile. Elle est représentée comme rapide et sans douleur. Ces représentations sont à réinscrire dans ce qu’Alain Corbin définit comme une évolution du seuil de sensibilité en ce début du XIXe siècle12. Cette évolution est à replacer dans un souci constant d’attention à l’hygiène publique. Les représentations du peuple en juillet reflètent en effet une évolution des mentalités et des sensibilités qui se lit jusque dans le traitement des cadavres. À la suite des combats acharnés, Paris se trouve envahi par nombre de morts gisant dans les rues dont les brochures et la presse ne semblent pas se préoccuper, préférant encenser les vainqueurs. Cependant, leur gestion devient une véritable préoccupation hygiénique à la fin du mois de Juillet. Ensevelis dans le cœur même de la ville, les cadavres engendrent des désagréments de plus en plus pesants13. Les raisons de ce silence sont aussi politiques, comme l’a démontré Emmanuel Fureix dans sa thèse. L’imaginaire de la capitale est encore nourri de la mémoire morbide de la Révolution française. Le projet de panthéonisation de toutes les victimes des journées de Juillet n’a jamais abouti, considéré par le pouvoir comme une façon de légitimer l’insurrection14.

  • 15 Prosper Menière, L’Hôtel-Dieu de Paris en juillet et août 1830, Paris, Charles Heideloff, 1830, 36 (...)
  • 16 Jean-Claude Chesnais parle de l’« incroyable atrocité » des combats des Trois Glorieuses, in Histo (...)
  • 17 Prosper Menière, L’Hôtel-Dieu…, op. cit., p. 154.

9De même, l’évocation du sang est absente des récits et des représentations iconographiques des combats. Les différentes lithographies relatant les combats les plus meurtriers montrent des blessés à peine ensanglantés, assis par terre et entourés de femmes les soignant. Certains sont représentés dans des postures de héros grecs, chemise d’une blancheur immaculée, entrouverte sur un torse nu. Quelques cadavres jonchent parfois les sols juste foulés par les insurgés, mais ils demeurent à peine visibles et ne sont là que pour rappeler l’insurrection. Dans ces mises en scène, la révolution ressemble à un spectacle, au sein duquel les hommes du peuple s’élancent et terrassent l’ennemi, presque sans dommages, et toujours dans des postures héroïques. Sur les visages se lisent la volonté farouche de vaincre, le courage et l’abnégation, mais jamais la peur ou la souffrance. Le seul récit qui offre à voir ce terrible spectacle qui envahit les rues de Paris est celui de Prosper Menière15. Il détaille chaque blessure dans sa réalité la plus crue, pour savoir que les combats furent très violents16. Ce médecin, ancien chirurgien interne des hôpitaux de Paris, rapporte au sein de cet ouvrage son expérience de soignant à l’Hôtel-Dieu pendant les journées de Juillet. Son témoignage expose la violence des combats : les corps à corps ou les coups tirés à bout portant provoquent des dégâts irrémédiables, d’horribles mutilations sont causées par les impacts des balles, les boulets écrasent les membres. L’enthousiasme des insurgés les pousse à s’élancer vaillamment dans la mêlée17. Cet élan inconscient, associé à leur désavantage en ce qui concerne l’armement et leur inexpérience en matière d’affrontement, conduisent aux blessures les plus graves. Le récit du docteur Ménière dévoile une autre perception de ces hommes du peuple, transformés instantanément en martyrs de la liberté. C’est leur souffrance et la violence extrême de la révolution qui s’expose aux yeux du lecteur.

La figure d’un peuple vengeur et cruel

10Les classes populaires savent être clémentes après la victoire. Les ennemis sont soignés et respectés de la même manière que la population parisienne et aucun acte répréhensible n’est constaté à leur égard. On parle même de « politesse » après ces combats acharnés. C’est ce que souligne une histoire anonyme de la révolution de 1830 qui décrit la ville à la suite des combats :

  • 18 Histoire de la révolution de Paris, Paris, Chez Philippe, 1830, p. 94.

« Dans cette effervescence extraordinaire, l’état d’esprit des esprits n’était pas tel que se le représentent, peut être, bien des habitants des départements. […] Paris n’a entendu parler ni de vol, ni de meurtre, ni de violence exercée entre citoyens ; un accord parfait, une politesse toute particulière a régné sans interruption parmi les flots de peuple composé de personnes de tout état, de toute condition18. »

11Le contraste est saisissant entre ce tableau aseptisé de l’après-révolution et celui de Prosper Menière, qui dit l’horreur la plus absolue. Parler d’un « accord parfait » pour exprimer l’atmosphère qui suit la révolution semble excessif. Cette version des faits est pourtant le discours quasi hégémonique. Lorsque les membres des classes populaires ne sont pas loués pour leurs actions, ils le sont pour leur modération. Insister sur la figure d’un peuple indulgent, c’est exorciser toute velléité de vengeance après la victoire.

  • 19 Dix jours de 1830, ou souvenirs de la dernière révolution, par un officier d’infanterie de l’ex-ga (...)
  • 20 Ibid.

12Toutefois, quelques voix s’expriment pour nuancer, et parfois même contester cette figure. Ces représentations révèlent une toute autre image du peuple : vengeur, cruel et brutal. Un officier d’infanterie raconte sa version de la révolution de Juillet et dépeint un peuple véritablement sans pitié. Dans un premier temps, l’auteur rend compte de la violence qui s’exerce envers les ecclésiastiques. Puis il explique de quelle manière « la fureur populaire n’épargna pas plus nos soldats19 ». Des scènes d’une violence extrême au cours desquelles un capitaine qui refuse de se rendre après avoir été volé, est « percé de mille coups, précipité d’un troisième étage, meurt, foulé aux pieds, après trois heures d’agonie20 ». D’autres actes de barbarie exercés par des hommes du peuple suivent : un soldat reçoit un coup de broche qui le traverse de part en part, un major, déjà laissé pour mort, est achevé par un coup de hache sur la tête. Ces faits restituent la figure d’un peuple impitoyable envers ses ennemis. Cette violence gratuite est celle que les élites souhaitent dissimuler et ignorer en cet été 1830. Manifestation d’individus archaïques, non civilisés, elle provoque chez elles une peur panique. Ressurgissent alors les sombres images d’un peuple barbare, découpant ses ennemis, s’adonnant au cannibalisme. Et, même si les contemporains s’efforcent de masquer cette vision qui les terrifie, ils n’épuisent pas toutes les représentations. Victor Crochon, dans ses souvenirs rédigés quelques mois après Juillet, relate des faits semblables. À travers un épisode de la révolution, il dévoile la violence avec laquelle les insurgés se défendent et se vengent de leurs ennemis. Cet incident concerne une garnison composée de quarante-sept hommes :

  • 21 Souvenirs de Victor Crochon, Manuscrit BHVP, cote : Ms 1025 (1), vol. 2, p. 525.

« Ils occupaient un balcon donnant sur la place, sur les rues Lycée-Valois et Saint-Honoré, et ils avaient épuisé leurs cartouches avant la fin de cette lutte déplorable. […] Mais par un point d’honneur qui lui devint fatal, l’officier commandant ne recevant aucun ordre ne crut pas devoir quitter le poste confié à son courage. Cependant, lorsque la multitude armée déboucha du Palais-Royal pour seconder l’attaque des Tuileries, cet officier ne prenant plus conseil que de son désespoir, tenta une sortie. […] Entouré de tous côtés, il devint victime de la vindicte populaire, ainsi que la plupart de ses braves compagnons : sept seulement furent sauvés, grâce à la générosité de quelques jeunes gens, n’écoutant que la voix de l’humanité, osèrent résister à une exaspération générale21. »

  • 22 En dehors des quelques témoignages évoqués, il existe aussi un récit trouvé dans un manuscrit de l (...)
  • 23 Prosper Menière, L’Hôtel-Dieu…, op. cit., p. 182.

13La « vindicte populaire » dont parle Victor Crochon a été jusque-là soigneusement ignorée. Pourtant, certains témoignages laissent à penser que la vengeance des hommes du peuple, face à un ennemi qui les provoque injustement, s’exprime violemment pendant ces Trois Glorieuses22. En dehors du récit de Victor Crochon, le docteur Ménière rend compte, lui aussi, de ces gestes cruels. Il rapporte surtout le sentiment d’angoisse exprimé par les militaires blessés devant la cruauté des insurgés. Il parle régulièrement de la « fureur des vainqueurs », de la « fureur aveugle du peuple », que les soldats subissent pendant et après le combat. Et même s’il tient à louer, comme ses contemporains, l’humanité de la majorité des combattants, le médecin souligne cependant qu’il « est juste de dire que dans l’exaspération de la victoire, les vainqueurs ne se montrèrent pas tous généreux, et que quelques victimes furent sacrifiées » ainsi, « les militaires avaient encore la crainte de tomber entre les mains de certains hommes avides de carnages23 ». On est bien loin des représentations édulcorées d’un peuple bienveillant envers ses ennemis.

  • 24 Dix jours de 1830…, op. cit., p. 65.

14Cette image du monstre hante les consciences, mais reste toutefois minoritaire. Elle constitue le spectre vivant de la Révolution. Les contemporains, poursuivis par ces images de massacres où leurs ancêtres dans la plus grande cruauté se comportaient en véritables barbares, ne peuvent agir autrement. C’est la raison pour laquelle ils censurent consciemment ces actes peu glorieux d’hommes du peuple, censés être devenus raisonnables. Ces représentations déréalisées des événements contribuent à ce processus d’édification de la figure d’un nouveau peuple, bon et sage. On encense la population parisienne, « d’autant plus qu’on la craint davantage24 ». Ne pas décrire les scènes d’horreur qui prennent nécessairement place pendant une révolution est aussi une manière de refuser d’exprimer l’indicible. Le silence que les contemporains s’imposent eux-mêmes s’inscrit dans cette « nouvelle culture sensible », qui voit le jour au XIXe siècle, et traduit la difficulté qu’éprouvent les hommes à exprimer le sentiment d’horreur que leur inspire ce tableau sanglant de leur histoire.

15Toutefois, une seule violence est justifiée par les contemporains et visible dans nos sources : celle qui s’exerce envers l’Église pendant ces trois journées de Juillet. Les récits soulignent la cruauté et la brutalité à l’œuvre et les légitiment dans la plupart des cas.

Un peuple anticlérical

Religion et figures du peuple

  • 25 Philippe Boutry, « Les mutations des croyances », in Philippe Joutard (dir.), Histoire de la Franc (...)

16Certains discours représentent les insurgés comme des hommes cruels et sans merci, mais aussi irrespectueux. Malgré l’existence d’une pratique religieuse au sein des classes populaires25, ces récits évoquent la figure d’un peuple peu soucieux des affaires religieuses avant les journées de Juillet. Par exemple, un rapport de la préfecture de Police souligne l’indifférence des ouvriers au sujet du respect du dimanche chômé :

  • 26 AN, F 7 3878, Bulletin de Paris, 17 mai 1824.

« Sans doute, le défaut de principes religieux, l’influence des doctrines répandues pendant la Révolution ont une grande part à ces contraventions. Mais il est facile de remarquer d’après les excuses et les motifs allégués par la plupart des ouvriers et petits marchands qu’il y a plus souvent ignorance profonde et entière des devoirs religieux. Pendant longtemps, cette classe a manqué d’enseignement, et l’on sait que les hommes, les ouvriers surtout, fréquentent peu les lieux où ils pourraient entendre parler des obligations imposées par le christianisme. La plupart ne voient dans les règles auxquelles on veut les ramener que des ordonnances de police ou des mesures administratives contraires à leurs intérêts26. »

  • 27 AN, F 7 6772, dossier 3, pièce 9, 22 juillet 1828.
  • 28 Sur le mythe jésuite, voir Michel Leroy, Le Mythe jésuite : de Béranger à Michelet, Paris, Presses (...)
  • 29 Sur l’utilisation de la pièce de Molière comme arme politique, voir Sheryl Kroen, Politics and The (...)

17Ce rapport évoque la représentation d’un peuple ignorant les devoirs religieux. Cette association entre religion et pouvoir rend compte de cet imaginaire du parti prêtre, très présent en cette fin de Restauration. Les représentations d’un anticléricalisme populaire sont fréquentes au sein des sources administratives. Un autre bulletin de police mentionne les manifestations populaires d’hostilité envers les membres du clergé : « La classe ouvrière, qui, dans les Ecclésiastiques, ne voit que des Jésuites, ne leur épargne, dit-on, ni les injures, ni les insultes de tout genre27. » Le mythe du complot jésuite est très développé28. L’alliance du roi et de l’institution constitue un thème récurrent, débattu régulièrement dans la presse. Le renforcement de l’anticléricalisme populaire, et avec lui, de tout cet imaginaire religieux, est lié à la politique réactionnaire menée par Villèle, puis par Polignac. La rumeur d’un parti prêtre prenant les rênes du pouvoir est à son apogée en 1826 et revient en force sous le règne du dernier ministère ultraroyaliste de la Restauration. L’anticléricalisme s’exprime alors par le biais du théâtre, par exemple avec la représentation de Tartuffe, particulièrement appréciée du public29. Les chansons de Béranger véhiculent également cette haine des jésuites et des missionnaires.

L’anticléricalisme populaire dans les caricatures

  • 30 Antoine de Baecque, La Révolution à travers la caricature, Paris, Solar, 1989, 155 p.
  • 31 Lithographe Victor Ratier, « En route mauvaise troupe », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinc (...)
  • 32 La présence de caricatures de jésuites dans les trois collections étudiées dévoile leur succès.

18La révolution et la levée de censure qui l’accompagne offrent donc un espace favorable à l’expression de l’anticléricalisme populaire, qui possède déjà une longue histoire remontant jusqu’aux fables du Moyen Âge. Mais le principal héritage est celui constitué par les manifestations anticléricales de la Grande Révolution. Dès la nationalisation des biens du clergé en novembre 1789, les caricaturistes s’emparent de ce sujet et le déclinent sous toutes ses formes : dénonciation des abus de cette classe, satire grivoise, déformation grotesque de ses membres30. Les caricaturistes de 1830 réutilisent parfois les mêmes codes, mais se concentrent particulièrement sur certains traits. Dans ce registre, l’anticléricalisme populaire se décline de deux façons : soit les religieux, le plus souvent les jésuites, sont malmenés, soit ils sont humiliés. On le perçoit notamment dans les caricatures produites peu de temps après les événements. Des lithographes comme Langlumé, Ratier ou Genty déclinent les principaux motifs de cet imaginaire. Les insurgés sont dépeints comme des êtres cruels, abusant de leur statut de vainqueurs pour se venger de la souffrance infligée par les prêtres. Les caricaturistes adoptent une attitude propre à ce genre, ils utilisent le procédé de l’inversion pour accentuer le ridicule des personnages et rendre leur humiliation encore plus grotesque. Cette inversion se fait d’autant plus facilement qu’il existe dans la pratique un maître et un élève. L’attribution principale des jésuites étant l’enseignement, les railleries se concentrent sur ce sujet. Objet de toutes les critiques, leurs méthodes d’enseignement sont réputées comme étant des plus dures. Les caricaturistes exploitent donc ces critiques pour inverser les rôles et c’est dès lors le maître qui est l’objet des traitements les plus inhumains. Soit le jésuite court affolé devant un homme du peuple qui s’apprête à lui asséner un coup de pied symbolique, soit il se trouve inquiet à la merci d’émeutiers ravis de pouvoir prendre leur revanche31. La plupart du temps, ce sont des hommes du peuple qui frappent les jésuites, qu’on reconnaît à leurs vêtements ou à l’animal censé les désigner symboliquement (le plus souvent le corbeau). Le pouvoir populaire est ainsi rendu possible32.

  • 33 Lithographe Gobert, « Une Visite à Saint Acheul le Jeudi de la grande semaine », 1830, cabinet des (...)
  • 34 René Rémond, L’Anticléricalisme en France, Paris, Fayard, 1976, p. 81.
  • 35 Voir les lithographies publiées dans La Caricature à la suite des journées de Juillet : Raffet, li (...)
  • 36 René Rémond, op. cit., p. 82.

19La lithographie « Une visite à Saint-Acheul le jeudi de la grande semaine33 » résume ces liens entre imaginaire anticlérical et figure du peuple. Au centre de la lithographie se tient un séminariste à genoux, totalement effrayé, agenouillé sur une table pieds nus et pantalon ouvert (soulignant sa perversité), il est entouré d’hommes du peuple qui semblent le menacer. La légende permet de saisir les volontés de ses persécuteurs qui cherchent à l’humilier, en l’obligeant à crier « Vive la Charte ! » Le jésuite concentre en sa personne tous les griefs attribués aux religieux, l’ordre auquel il appartient représentant dans l’imaginaire populaire « comme un abrégé de tout de que le cléricalisme peut avoir de ridicule et d’odieux34 ». Cette lithographie en est l’illustration, et sont ici regroupés de nombreux fantasmes liés au mythe jésuite. Avant la révolution, une rumeur court selon laquelle Charles X, très influencé par les jésuites, est prêt à mettre en place leurs plans machiavéliques. Les clercs sont soupçonnés de vouloir exercer un pouvoir sur la société civile. Dans les caricatures produites à la suite de la révolution de Juillet, on retrouve tout cet imaginaire autour du complot jésuite. Le jésuite ultraroyaliste a développé une aversion certaine pour la Charte. Il est chargé de tous les vices et principalement celui de la grivoiserie, sa prétendue vertu n’étant que façade35. Quant au séminaire de Saint-Acheul où se déroule la scène, il fait partie des lieux maudits occupés par les jésuites. Il représente, avec Montrouge, le territoire de toutes les perversions et n’est tenu que par des soi-disant jésuites déguisés36. Les hommes qui persécutent le révérend représentent des insurgés. Trois d’entre eux, issus des classes populaires, ainsi qu’un bourgeois occupent le premier plan. Les hommes du peuple, reconnaissables une fois de plus par leur costume (tablier, casquette, chemises retroussées), ont un air agressif. L’un d’eux tient un bâton en s’adressant au révérend, alors que l’autre tient une bouteille de vin à la main. Quant au bourgeois, qui paraît ivre, il observe la scène d’un air approbateur mais passif. Au second plan, se trouvent les autres protagonistes qui forment une masse non identifiable.

20Cette lithographie est représentative d’un certain nombre de caricatures éditées au mois d’août 1830. Elle fabrique le stéréotype de la figure d’un homme du peuple agressif, vengeur, irrespectueux. Les lithographes manifestent à la fois la présence d’un anticléricalisme populaire, mais aussi celle d’un imaginaire du peuple révolutionnaire. L’idée d’un peuple vengeur, barbare, impitoyable, ivre, est visible dans ces représentations qui vont totalement à l’encontre de la figure habituelle insistant sur la sensibilité des hommes du peuple.

L’Archevêché et les hommes du peuple

21Cet antagonisme entre peuple respectueux et peuple agressif, se perçoit dans un événement particulier : celui de l’Archevêché. L’étude de cet épisode permet d’entrevoir les différentes stratégies de représentations. Le 29 juillet, le palais de l’Archevêché est envahi, suite à une rumeur indiquant que des prêtres, cachés derrières leur fenêtres, tirent sur les révolutionnaires. Bien que ce fait soit mineur dans le déroulement des événements, il engendre beaucoup de récits. Les représentations du peuple en constituent l’enjeu principal.

Figure 15 : Lithographe Gobert, « Une Visite à Saint Acheul le Jeudi de la grande semaine », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11215, cote microfilm : A 13136.

  • 37 La Grande semaine ou le dernier acte de la Révolution française qui a renversé le trône de la bran (...)

22Tout d’abord, les récits s’accordent sur le déclenchement de l’occupation du palais. L’irruption des insurgés dans l’Archevêché est justifiée. Plusieurs brochures rappellent les causes de cette invasion. À peine arrivés dans les lieux, « quel fut leur étonnement de trouver dans la demeure paisible d’un homme chargé de prêcher une religion de paix et de charité, un baril de poudre et des poignards récemment aiguisés37 ». Les différents récits des Trois Glorieuses rapportent les mêmes faits au sujet de l’occupation :

  • 38 Frédéric Fayot, Histoire de la révolution des 27, 28 et 29 juillet 1830, Paris, A. Hocquart, 1830, (...)

« On a raconté le fait suivant : l’archevêché a été pris par le peuple. Il s’est abstenu d’abord de tout excès. Il ne cherchait que des vivres et des rafraîchissements ; ses dispositions ont été tout à coup changées par la découverte de deux barils de poudre et de cent poignards. Une juste colère a saisi les esprits et le palais archiépiscopal a été dévasté ; on a jeté les meubles à l’eau38. »

  • 39 Lepelletier Girault, Esquisses sur les évènements des 27, 28 et 29 juillet 1830, Paris, Maugeret, (...)
  • 40 Ibid., p. 9.

23Domine la représentation d’un peuple disculpé, innocent. Ces rumeurs sur la complicité du personnel de l’Archevêché avec les soldats du roi et leur participation à la révolution, légitiment le déchaînement populaire à leur encontre. Malgré ces découvertes, les contemporains insistent sur la modération des assaillants. Lepelletier Girault, dans sa brochure sur les événements, s’adresse aux hommes du peuple en ces termes : « Ô peuple magnanime ! malgré ta juste indignation, tu as su respecter les droits de l’humanité et ceux de la propriété ! Tu t’es abstenu de tout acte de vengeance, tu ne t’es point livré au pillage39. » Par la suite, même s’il reconnaît que le palais de l’Archevêché a ressenti « les terribles effets de la colère populaire », il justifie la colère des insurgés : « Mais il y avait dans cet acte de vengeance un ordre et une probité dignes d’admiration40. » Probité et désintéressement représentent les deux qualités principales attribuées aux hommes du peuple en ces journées de Juillet, et ils s’appliquent donc aussi, de manière presque mécanique, aux événements exceptionnels, comme celui de l’Archevêché.

  • 41 Voir Roger Limouzin-Lamothe, Monseigneur de Quélen, archevêque de Paris, son rôle dans l’Église de (...)
  • 42 Pillage de l’archevêché et de la grande sacristie de Notre-Dame de Paris ; dévastation du grand sé (...)

24Quelques témoignages se font l’écho d’une tout autre attitude du peuple et de ses agissements dans le palais41. Une brochure, voulant rendre compte des faits exacts qui se sont produits le 29 juillet, incrimine les insurgés et mentionne ses excès. Ce « précis sur le pillage de l’archevêché » commence par attaquer les journaux, qui « n’ont pas craint d’avancer des faits matériellement faux pour justifier la conduite de ceux qui ont dévasté cette maison42 ». Après avoir démonté les causes évoquées par la plupart des récits, c’est-à-dire la culpabilité du clergé (qu’il explique par le fait que des insurgés se sont affublés de costumes religieux), l’auteur décrit le pillage dans tous ses détails. Les insurgés se transforment en une « multitude », enfonçant les portes, détruisant les meubles, s’enivrant. Cette brochure offre l’image d’êtres assoiffés de sang et de dévastation. Après avoir décrit les insultes et outrages perpétrés envers le personnel, l’auteur finit par exprimer son indignation la plus totale face aux meurtres commis par les révolutionnaires :

  • 43 Ibid., p. 6.

« Si, à tous ces détails, l’on joint sept meurtres pendant la dévastation, soit dans l’Archevêché même, soit auprès du jardin, on comprendra aisément que la désolation a été au comble dans une maison qui, dans la révolution, n’avait pas été le théâtre de pareilles horreurs43. »

  • 44 Récit impartial des évènemens qui se sont passés dans les derniers jours de juillet 1830, 1830, p. (...)

25Associé à d’autres discours, ce récit dévoile la représentation d’un peuple menaçant et déchaîné. Plusieurs brochures publiées à la suite des journées de Juillet, revendiquent leur impartialité et s’indignent du discours hégémonique qui loue incessamment les classes populaires. L’un de ces auteurs s’exclame : « Tout ce qu’on a dit sur l’ordre qui aurait régné aux Tuileries, au Louvre et à l’Archevêché est une des niaises absurdités dont tout le monde sait l’insigne fausseté44. » Le sang-froid des hommes du peuple, pourtant représenté comme l’une de leurs qualités en cette période, est mis à l’épreuve. La fureur, la colère et le pillage remplacent la modération, la sagesse et le respect. Il s’est opéré une dissimulation dans le domaine des représentations. Ces voix qui nuancent cette idéalisation unanime des hommes du peuple annoncent les fissures du mythe.

26C’est aussi l’idée d’un peuple influençable qui se dégage de ces discours. Alors que les insurgés étaient représentés majoritairement comme des hommes agissant de leur propre chef, par amour de la liberté et au nom de la Charte, certains récits évoquent une conception différente. C’est de cette façon que Victor Crochon envisage les classes populaires et les raisons de leur violente intervention dans ce lieu sacré :

  • 45 Souvenirs de Victor Crochon, cote : Ms 1025 (1), vol. 2, p. 717.

« Dans la matinée, on avait répandu le bruit que des armes y étaient cachées. Le peuple, toujours crédule dans ses momens d’exaspération et si facile à entraîner à des actes de violence, s’y porta en foule, et oubliant un moment cette modération qui a été l’un des traits les plus honorables de sa conduite durant les trois journées, il se vengea des projets de résistance qu’il attribuait au chef du clergé de la capitale45. »

  • 46 Sur la rumeur, voir François Ploux, De bouche à oreille : naissance et propagation des rumeurs dan (...)

27La rumeur joue un rôle fondamental, surtout en temps révolutionnaire où la ville bruisse de murmures divers. Elle révèle tout un imaginaire et engendre des comportements spécifiques chez les contemporains46. Ces descriptions du peuple participent aussi à la figure d’un peuple incapable de penser par lui-même et donc de participer aux affaires du gouvernement. Certains récits viennent cependant nuancer les discours unanimes sur le soutien des classes populaires au nouveau roi et leur soulèvement au nom de la Charte.

Un peuple républicain et patriotique sur les barricades

La figure contestée d’un peuple soutenant la Charte et le nouveau roi

28D’après la plupart des contemporains, les raisons qui ont poussé la population à la révolte sont principalement liées à la violation de la Charte par Charles X et l’utilisation de l’article 14. Dans les témoignages sur l’événement, tous les récits s’accordent pour considérer que le seul cri de ralliement, dès le 26 juillet, est « Vive la Charte ! » Ainsi le souligne Le Journal des débats, dès le 2 août 1830 :

  • 47 Le Journal des débats, 2 août 1830, p. 1.

« Vive la Charte ! c’est le cri qui retentissait dans toutes les rues pendant les trois glorieuses journées des 27, 28 et 29 juillet. C’est au cri de vive la charte ! que se construisaient ces barricades, soudain remparts de notre liberté et qui s’élevaient de terre comme par enchantement. […] C’est au cri de vive la charte que se précipitaient sur la garde royale et les suisses, ces bataillons d’ouvriers, de bourgeois, d’étudians, que l’amour de la patrie et des lois, a changé en soldats intrépides. C’est donc la Charte qui a vaincu, et cette victoire, elle l’a gagnée par les mains du peuple47. »

  • 48 « Serment de la Charte », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11281, cote (...)

29Dans les pièces de théâtre, les personnages représentant des hommes du peuple s’élancent dans les combats au cri de « Vive la Charte ! » Les diverses brochures rapportent le même cri. Même dans l’iconographie, la présence de la Charte est indéniable. On retrouve aussi bien le mot « Charte » dans les légendes, que dans de nombreuses images qui ont uniquement pour commentaire « Vive la Charte ! », même si le sujet n’a rien à voir avec sa violation ou un quelconque rapport avec les Ordonnances. Par exemple, la gravure intitulée « Serment de la Charte48 » illustre l’action d’un jeune homme qui s’empare d’une pièce de canon. Sur les drapeaux dessinés au sein des images se trouvent fréquemment inscrits les mêmes mots : soit « La Charte ou la mort », soit « Vive la Charte ! » Insister sur ce cri de ralliement sert à amoindrir les autres et permet d’envisager la figure d’un peuple uniquement motivé dans ses actions par un souci de respect de la Charte.

  • 49 La Quotidienne, 19 août 1830, p. 12.

30Des brochures témoignent pourtant d’un peuple qui s’élance sur les barricades au nom de revendications différentes. Ces auteurs dévoilent la figure d’un peuple plus libéral et parfois même républicain. Le 19 août 1830, La Quotidienne écrit : « Le citoyen de Paris a combattu, il a vaincu, il est mort au nom de la Charte. La conservation de la Constitution était donc le but de ses efforts. » L’article indique ensuite que « quelques voix proclamaient un autre vœu assez insignifiant (Vive Napoléon II) ; mais […] on n’a entendu personne réclamer l’usurpation ou la république49 ». Cet article est le seul à mentionner l’existence de voix discordantes parmi les hommes du peuple. Tous les autres journaux demeurent unanimes face à cette représentation d’un peuple défendant la Charte.

31Les auteurs des brochures réagissent différemment et nuancent plus visiblement les propos tenus par les hommes lors des combats. Certains commencent par remettre en cause la signification du cri de ralliement. Dans une petite brochure publiée quatre jours après les événements, un étudiant en droit explique les raisons de ce cri et ce qui se cache derrière ces mots :

  • 50 Aux citoyens de la France, par Arthur L…, Paris, chez tous les marchands de nouveautés, 2 août 183 (...)

« On me dira peut être encore que ce peuple ne demande pas un gouvernement démocratique parce que généralement il crie : Vive la Charte !… oui ; mais vive la Charte est un cri légal aujourd’hui et c’est là une nouvelle preuve de son respect religieux pour tout ce qui est légal. […] Dans son cœur est-ce vive la monarchie constitutionnelle qu’il entend en criant vive la Charte ? non sans doute, c’est vive la liberté : et plus il obtiendra de liberté plus il sera content50. »

  • 51 Dix jours de 1830…, op. cit., p. 66.

32Cet énergique réquisitoire pour la République soutient donc que l’invocation de la Charte par les combattants sous-entend d’autres revendications. Les hommes du peuple se réapproprient ce texte pour en faire un étendard au nom de la liberté et de la défense de leurs droits. Autant certains remettent en cause la signification de ce cri unanime de ralliement, autant d’autres revoient complètement les revendications exprimées par les combattants. Le récit des trois journées par un officier d’infanterie offre lui aussi une toute autre vision du peuple révolutionnaire et de ses acclamations lors des combats : « toutes les émeutes du mardi n’eurent que le cri de Vive la charte ! pour ralliement ; mais le mercredi déjà et le jeudi des cris de Vive la liberté ! vive la république ! vive Napoléon ! se trouvèrent mêlés aux autres. Ce dernier surtout s’adaptait mieux au combat ; et la vue du drapeau tricolore pour l’habitant des faubourgs, jouissant de quelque souvenir, rappelle plutôt l’idée de l’empire que celle de la révolution. Pour lui, Napoléon est un système dont le drapeau tricolore est l’emblème51. »

33Ces figures rappellent l’attachement des classes populaires à l’Empereur. On retrouve cette représentation d’un peuple bonapartiste, très présente sous la Restauration. La présence de nombreux soldats de l’Empire parmi les combattants, qui ont semble-t-il joué un rôle actif de meneurs, inquiète les contemporains.

34L’évocation de ces cris proférés pendant les combats renvoie à un autre motif : l’attachement du peuple de Juillet au nouveau roi. La plupart des récits insistent sur la figure d’un peuple entièrement acquis à l’avènement du duc d’Orléans. Tous les moyens sont utilisés pour insister sur ce soutien populaire. Les pièces de théâtre, qui se terminent par un vaudeville final, consacrent presque toujours un paragraphe au roi et ce couplet est couramment chanté par un homme appartenant aux classes populaires. De la même manière, les chansons se finissent souvent par un hommage à Louis-Philippe où est soulignée la bénédiction de tous les Français.

  • 52 Armand Marrast, Document pour l’histoire de France ou conduite des députés pendant le règne du peu (...)
  • 53 Armand Marrast, Document pour l’histoire de France…, op. cit., p. 28.
  • 54 Histoire parlementaire des 27, 28 et 29 juillet 1830, extrait de La Tribune, Paris, Impr. de G. A. (...)
  • 55 Ibid., p. 28.

35Toutefois, sur ce sujet aussi, des voix contradictoires rendent compte d’une autre figure du peuple. Armand Marrast, rédacteur à La Tribune, journaliste et homme politique, raconte dans sa brochure sur les journées de Juillet et la conduite des députés pendant les trois jours, l’accueil réservé au nouveau roi par les hommes du peuple. À contre sens des représentations habituelles, il explique de quelle façon « le peuple […] ne se montrait guère plus favorable au duc d’Orléans ». Puis il poursuit en expliquant que « le samedi, quand parurent les proclamations, le peuple les déchirait, et les postes armés arrêtaient et maltraitaient ceux qui essayaient de les répandre. Le mot de Bourbons excitait surtout la colère52 ! » Armand Marrast est un des seuls à rendre compte de cette image d’un peuple manifestant sa désapprobation face au duc d’Orléans. Ces démonstrations d’animosité envers Louis-Philippe ont lieu notamment lors de son trajet vers l’Hôtel de Ville. Ce parcours symbolique dans la capitale, raconté et illustré maintes fois, est révisé par l’homme politique. Alors que dans la plupart des cas, les discours insistent sur l’image d’un peuple attaché et enthousiaste à l’annonce de cet avènement, Armand Marrast exprime une tout autre vision : ce sont plus souvent des acclamations en l’honneur de Lafayette que des ovations pour le nouveau roi qui émanent des rangs des spectateurs53. Ces propos se retrouvent dans d’autres brochures54 : un récit anonyme les rapporte également. L’accueil défavorable réservé au duc dans les premiers temps y est retranscrit : « La première fois que le nom du duc d’Orléans fut prononcé à l’Hôtel de Ville, il y fut accueilli avec répugnance par la plus grande partie des citoyens qui s’étaient battus et par ceux dont les frères et les amis étaient morts dans les trois journées55. » Et ce sont encore des acclamations de Lafayette qui couvrent celles concernant Louis-Philippe. L’auteur précise ensuite que ces marques de désapprobation émanent essentiellement d’hommes du peuple :

  • 56 Ibid.

« Ces diverses circonstances prouvent qu’il existait à l’Hôtel de Ville une forte opposition, non pas parmi les délibérans, mais parmi ceux qui, pour ainsi dire couverts de sueur et de poussière, tenaient encore les armes dont ils avaient frappé les Suisses56. »

36Les brochures constituent les seuls supports où transparaît cette représentation divergente d’un peuple manifestant des opinions politiques contraires à celles de la majorité. L’étude de ces voix discordantes révèle les premières difficultés du nouveau régime. Dès son établissement, ces voix divergentes rendent compte des problèmes rencontrés avec les classes populaires. Les représentations majoritaires insistent sur le fait que la révolution qui vient de se dérouler n’est qu’une révolution d’ordre politique provoquée par un conflit constitutionnel. Les revendications d’ordre économique ou social que pourraient avoir exprimé les hommes du peuple sur les barricades sont ainsi ignorées. Les représentations divergentes, elles, dévoilent la figure d’un peuple qui, à l’encontre de ces interprétations, manifeste derrière ses cris des réclamations que les contemporains souhaitent évincer.

Daumier : l’apparition du sujet démocratique sur les barricades

37La révolution de 1830 a beaucoup inspiré les artistes. De nombreux albums paraissent à la suite des Trois Glorieuses et chacun cherche à rendre compte des combats. Certains lithographes manifestent à travers leurs images les figures d’un peuple véritablement intégré dans le débat politique. Honoré Daumier en fait partie. Dans ses lithographies, l’homme du peuple occupe le premier plan, singularisé de la masse des combattants. Ce faisant, il lui offre une visibilité et encourage ainsi dès les premiers temps du régime de Juillet les manifestations d’opposition.

  • 57 Daumier, lithographe V. Ratier, « L’épicier qui n’était pas bête leur envoyait de la réglisse qui (...)
  • 58 À cette période, le type de l’épicier commence à voir le jour. Voir sur ce sujet, Natacha Coquery (...)

38Daumier propose une nouvelle image du peuple, un type populaire émergeant sur les barricades de Juillet. Aux côtés de Grandville et Dumas, Daumier conjugue en 1830 l’arme et le crayon. À cette époque, il en est encore à ses débuts. Fils d’artisans, il arrive à Paris en 1814 pour tenter sa chance dans une carrière littéraire. Finalement, il se tourne au début des années 1820 vers le dessin. La fin de la Restauration est décisive pour lui. Il intègre l’atelier du lithographe Béliard, chez qui il parfait son apprentissage. Sa première planche est éditée par le célèbre Godefroy Engelmann en 1822. Aux côtés d’Henri Monnier et Nicolas Charlet, il représente un des principaux collaborateurs de la feuille satirique, La Silhouette, publiée dès 1829, où paraissent ses premières caricatures politiques. En 1830, lorsque Daumier représente un homme du peuple, c’est l’épicier qu’il choisit, un ouvrier qui se définit par son métier57. Cette lithographie représente un épicier58 de profil au premier plan qui, caché derrière un mur, tire sur des gardes situés au second plan de l’image au milieu des immeubles. Devant l’ouvrier, des jambes allongées à terre laissent imaginer un cadavre et rendent compte de la violence des combats. De par la composition du dessin, le spectateur se sent proche de l’homme du peuple qui participe au combat.

  • 59 Ségolène Le Men, « Daumier et l’estampe », in Daumier 1808-1879, catalogue, Paris, Réunion des mus (...)
  • 60 Charles Baudelaire, Critique d’art (Paris, Michel Lévy frères, 1re édition, 1868), Paris, Gallimar (...)
  • 61 Ibid.

39Comme le souligne Ségolène Le Men, « à la manière d’un scénographe et d’un romancier qui crée des personnages dotés d’une vie autonome, Daumier possédait la capacité démiurgique de faire croire à ses héros59 ». Et celui qu’il choisit pour incarner les combattants de juillet 1830 est un homme du peuple. Son attitude, sa présence au premier plan de la lithographie, mais aussi sa méfiance lui donnent une prestance toute singulière qu’on ne retrouve pas dans les autres représentations iconographiques des classes populaires. C’est cette certitude caractéristique des dessins de Daumier, que l’on retrouve dans cette image : « Toutes ses figures sont bien d’aplomb, toujours dans un mouvement vrai60. » Quant à la morale, ces remarques de Baudelaire s’appliquent à cette figure du peuple : « Daumier a quelque rapport avec Molière. Comme lui, il va droit au but. L’idée se dégage d’emblée. On regarde, on a compris61 ». D’autres dessinateurs participent à l’émergence de ce type populaire sur les barricades de Juillet. Les œuvres de Nicolas Charlet ou d’Hippolyte Bellangé présentent la figure d’un peuple indépendant. Ces lithographies ont certaines caractéristiques qui permettent de les regrouper : elles sont centrées sur un homme du peuple, adoptent toutes des légendes en style direct et donnent une vision des individus qui se veut « réaliste ». Et même si l’homme du peuple occupe une place primordiale dans les œuvres représentant les combats, il y est le plus souvent accompagné du garde national et du polytechnicien. Alors que dans ces lithographies, il est toujours au centre de l’image.

Figure 16 : Daumier, lithographie de V. Ratier, « L’épicier qui n’était pas bête leur envoyait de la réglisse qui n’était pas sucrée du tout », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11094, cote microfilm : A13103.

  • 62 Bellangé, lithographe Gihaut, « Les Scélérats, ils l’ont tué », 1830, cabinet des Estampes, coll. (...)

40La série d’Hippolyte Bellangé est caractéristique de ce genre de représentations. Il réunit dans un album patriotique édité chez Gihaut frères des croquis représentant les hommes du peuple au combat pendant les trois jours62. En 1822, les deux frères Gihaut ont racheté le fonds de commerce de leur père boulevard des Italiens et éditent, principalement entre 1822 et 1829, les albums lithographiques de Charlet, Bellangé et Géricault. Une partie de ces illustrations se trouve dans la collection de Vinck du cabinet des Estampes. Le premier plan de l’image est toujours occupé par un individu issu des classes populaires. Soit il est représenté seul, soit avec un ou plusieurs de ses congénères, parfois avec une femme du peuple. Les physionomies et les costumes sont toujours les mêmes. Les bras, souvent nus à cause des chemises retroussées, laissent imaginer la force des combattants. Bellangé insiste dans ses dessins sur cette vigueur qui caractérise les insurgés. C’est aussi une manière de souligner le rôle actif joué par les hommes du peuple pendant les Trois Glorieuses. Les traits se font beaucoup plus précis que dans les autres lithographies. Toujours armés de fusils ou de pistolets, ils se tiennent sur le champ de bataille ou derrière une barricade. Ils sont représentés comme des êtres courageux, mais parfois instinctifs. Les légendes laissent entendre qu’ils n’agissent pas forcément en réfléchissant mais plutôt dans le feu de l’action. Dans une image représentant trois combattants, le lithographe met en scène une discussion entre deux hommes rechargeant leurs fusils derrière une barricade. L’un d’eux s’exclame : « Eh ben as-tu touché Jean-Louis ? » et l’autre répond : « Ah dam j’sais pas… ma foi j’ai tiré dans le tas. » Alors que dans une autre image, un combattant salue la foule avec son chapeau tout en s’exclamant : « Est de deux !…… vive la charte ». Cet homme du peuple, parfois si frivole et joueur, sait se raisonner le moment venu. L’artiste consacre aussi une de ses planches à la sobriété des hommes au combat : il dessine un homme du peuple devant une barricade qui refuse de boire le vin que lui offre une femme.

  • 63 Charlet, lithographe Gihaut, « Le tems de manger la soupe et l’on va vous resoigner le cuir ! », 1 (...)

41Toutes ces images ont en commun de montrer des figures qui se veulent réalistes. Bellangé est un disciple de Charlet qui déjà sous la fin de la Restauration proposait la représentation d’un type populaire. Alors qu’il peignait la misère de ces classes avant les journées de Juillet, insistant sur la débauche qui régnait aux barrières de la capitale, il offre en 1830 une toute autre vision. Une de ses œuvres dévoile en effet la figure d’un peuple indépendant, fort et déterminé63. Dans cette lithographie éditée chez Gihaut en 1830, Charlet représente les combattants en action. Le premier plan est occupé par un homme du peuple debout et fier. Il tient fermement une baïonnette d’une main et désigne le champ de bataille de l’autre. La légende nous éclaire son attitude : « Le tems de manger la soupe, et l’on va vous resoigner le cuir. » Derrière lui, au second plan, se tient la foule des combattants dans laquelle on distingue un polytechnicien sur un cheval et de nombreux hommes du peuple parmi lesquels des enfants. L’image, comme celles de Bellangé et de Daumier, est centrée sur l’homme du peuple. Le spectateur est frappé par l’aspect déterminé du combattant et la force qui émane de son attitude. Un autre point important qui caractérise ces représentations du peuple au combat réside dans le fait qu’elles sont toutes accompagnées (celle de Daumier exceptée) de légendes en style direct. Ce sont donc les hommes du peuple qui s’expriment, dans leur langue, puisque les légendes insistent aussi sur cet accent populaire. Les mots abrégés et les expressions populaires sont là pour rendre compte de ce parler propre caractéristique. Cette utilisation du style direct crée une plus grande intimité avec le personnage et apporte aussi une certaine authenticité aux représentations du peuple au combat.

Figure 17 : Bellangé, lithographie de Gihaut, « Est de deux vive la Charte ! », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11 096, cote microfilm : A 13 015.

Figure 18 : Bellangé, lithographie de Gihaut, « Eh ben as tu touché Jean Louis ? », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11097, cote microfilm : A 13017.

Figure 19 : Bellangé, lithographie de Gihaut, « Seulement de l’eau rougie la petite mère », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11286, cote microfilm : A 13207.

42À travers ces lithographies, un certain type d’homme du peuple se dessine qui reste droit et honnête pendant le combat. Ces dessinateurs donnent ainsi à voir le stéréotype du bon peuple, attendrissant et courageux, qui annonce quelque peu la bonhomie des physiologies populaires dans lesquelles chacun aura ses caractéristiques pittoresques. Cette vision du peuple s’oppose en de nombreux points aux caricatures de la fin de la Restauration, principalement celles de Gavarni et Traviès, qui donnent, à travers leurs dessins, une vision plus dépréciative d’un peuple ivre, sale, et même bestial. Daumier, Charlet et son condisciple Bellangé, invitent à considérer l’homme du peuple comme un sujet politique à part entière. L’émergence de ce dernier commence à inquiéter les contemporains.

43Ces quelques motifs ont dévoilé les fissures du mythe de Juillet. L’idée d’un peuple vengeur, anticlérical et indépendant, perturbe les visions stéréotypées de la révolution.

44La figure mythique du peuple en juillet se construit autour de thèmes récurrents. Parées de toutes les vertus, les classes populaires deviennent vecteur d’espérance. L’évènement transforme les représentations de cette catégorie. Son impact sur les figures du peuple se ressent au sein de tous les discours, dans la presse, sur les scènes de théâtre, dans les chansons aussi bien que dans les premières histoires de la révolution. Au lieu d’être envisagé comme un danger potentiel, comme sous la Restauration, le peuple est au contraire représenté comme un garant de l’ordre établi. Participant actif de la mise en place d’une nouvelle monarchie, il n’est plus redouté, puisque encadré et surveillé. Mais cette représentation unanime se voit toutefois nuancée par des discours allant à contre-courant des conceptions ordinaires, rappelant la cruauté et la violence des classes populaires et leurs potentiels débordements. En dépit de ce consensus général autour de la figure d’un bon peuple, les souvenirs des hommes barbares de la Grande Révolution hantent toujours les esprits. Ces figures d’un peuple inquiétant, bien que mineures, préfigurent les bouleversements qui ont lieu dès l’automne dans les représentations du peuple.

Notes

1 David H. Pinkney dénombre selon les listes officielles 496 citoyens tués et 150 morts au sein de l’armée. Et le docteur Ménière avance le chiffre de 700 morts dans les hôpitaux et sur le champ de bataille, et un nombre total de 3 000 individus atteints pendant les combats.

2 Nicolas-Auguste Dubois, Histoire du règne de Charles X et de la révolution de 1830, Paris, Beaulé, 1831, p. 342.

3 Les Journées immortelles. Récit historique de ce qui s’est passé depuis le 26 juillet 1830, jusqu’à l’avènement de Philippe 1er, Paris, Vuel, 1830, p. 6.

4 Sur la violence pendant la Révolution française, voir Haim Burstin, L’Invention du sans-culotte, regard sur le Paris révolutionnaire, Paris, Odile Jacob, 2005, 229 p.

5 La Semaine, drame historique et merveilleux en sept courts chapitres, Paris, Levasseur, Août 1830, in-8, p. 19.

6 Nicolas-Auguste Dubois, Histoire du règne de Charles X…, op. cit., p. 276.

7 Ibid., p. 276.

8 Ibid., p. 277.

9 Lithographie de Langlumé, « La Pâque Royale », 1830, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, cote originale : QB1, cote microfilm : M. 110689.

10 Récit impartial des événemens qui se sont passés dans les derniers jours de juillet 1830, 1830, p. 1.

11 J.-B. Beaupied, Dévouement de trois frères (MM. De Vernon) à la cause nationale, ou épisode des derniers jours de juillet 1830, Paris, Impr. de Ducessois, 1830, in-8°, pièce, p. 9.

12 Voir Alain Corbin, Le Village des « cannibales », Paris, Flammarion, 1995, 204 p.

13 La rapidité avec laquelle les inhumations ont été faites conduit à de multiples dysfonctionnements. Notamment en ce qui concerne les odeurs, tel que le rapporte Parent-Duchâtelet dans un de ses articles paru dans les Annales d’hygiène publique et de médecine légale, « Note sur les inhumations et les exhumations qui ont eu lieu à Paris, à la suite des événements du mois de juillet 1830 », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, Paris, Gabon, 1830, t. IV, première partie.

14 Voir la thèse d’Emmanuel Fureix, La Mise en scène politique de la mort à Paris entre 1815 et 1848, sous la direction d’Alain Corbin, université Paris I, 2003.

15 Prosper Menière, L’Hôtel-Dieu de Paris en juillet et août 1830, Paris, Charles Heideloff, 1830, 367 p.

16 Jean-Claude Chesnais parle de l’« incroyable atrocité » des combats des Trois Glorieuses, in Histoire de la violence en Occident de 1800 à nos jours, Paris, Robert Laffont, 1981, p. 373.

17 Prosper Menière, L’Hôtel-Dieu…, op. cit., p. 154.

18 Histoire de la révolution de Paris, Paris, Chez Philippe, 1830, p. 94.

19 Dix jours de 1830, ou souvenirs de la dernière révolution, par un officier d’infanterie de l’ex-garde, Paris, L. F. Hivert, 1830, in-8°, p. 65.

20 Ibid.

21 Souvenirs de Victor Crochon, Manuscrit BHVP, cote : Ms 1025 (1), vol. 2, p. 525.

22 En dehors des quelques témoignages évoqués, il existe aussi un récit trouvé dans un manuscrit de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris qui raconte comment, dans la journée du 29 juillet, des « Suisses blessés, hors d’état de se défendre, et en assez grand nombre, ont été impitoyablement massacrés », ainsi que « Des soldats de la garde cachés dans des décombres et qui ne fesaient [sic] nul resistance [sic] ont été massacrés ». Voir Manuscrit, cote Ms 1029 : Révolution de juillet 1830, BHVP.

23 Prosper Menière, L’Hôtel-Dieu…, op. cit., p. 182.

24 Dix jours de 1830…, op. cit., p. 65.

25 Philippe Boutry, « Les mutations des croyances », in Philippe Joutard (dir.), Histoire de la France religieuse, t. III : Du roi très chrétien à la laïcité républicaine : XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Le Seuil, 2001, p. 465-510.

26 AN, F 7 3878, Bulletin de Paris, 17 mai 1824.

27 AN, F 7 6772, dossier 3, pièce 9, 22 juillet 1828.

28 Sur le mythe jésuite, voir Michel Leroy, Le Mythe jésuite : de Béranger à Michelet, Paris, Presses universitaires de France, 1992, 467 p. et Geoffrey Cubitt, The Jesuit Myth : Conspiracy Theory and Politics in Nineteenth Century France, Oxford, Clarendon press, 1993, 346 p.

29 Sur l’utilisation de la pièce de Molière comme arme politique, voir Sheryl Kroen, Politics and Theatre. The Crisis of Legitimacy in Restoration France, 1815-1830, Berkeley/Los Angeles, University of California Press, 2000, 387 p.

30 Antoine de Baecque, La Révolution à travers la caricature, Paris, Solar, 1989, 155 p.

31 Lithographe Victor Ratier, « En route mauvaise troupe », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11213, cote microfilm : A 13133 ; lithographe Langumé, « Eh ! Ben mon vieux te v’la à la demi solde », cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11504, cote microfilm : A 13460.

32 La présence de caricatures de jésuites dans les trois collections étudiées dévoile leur succès.

33 Lithographe Gobert, « Une Visite à Saint Acheul le Jeudi de la grande semaine », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11 215, cote microfilm : A 13136.

34 René Rémond, L’Anticléricalisme en France, Paris, Fayard, 1976, p. 81.

35 Voir les lithographies publiées dans La Caricature à la suite des journées de Juillet : Raffet, lithographe Delaporte, « Archevêché, 29 juillet », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11209, cote microfilm : A 13130 et Raffet, lithographe Delaporte, « L’Archevêque a toujours été farceur », 1831, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote microfilm : 11208, cote originale : A 13129.

36 René Rémond, op. cit., p. 82.

37 La Grande semaine ou le dernier acte de la Révolution française qui a renversé le trône de la branche aînée des Bourbons et fait passer la couronne dans la famille d’Orléans ; suivi du procès mémorable des ministres de Charles X, auteurs et signataires des fameuses ordonnances du 25 juillet, derniers actes du gouvernement des Bourbons, par J. L… s., Lyon, Lions, 1830, 2 parties en 2 volumes, in-12, p. 68.

38 Frédéric Fayot, Histoire de la révolution des 27, 28 et 29 juillet 1830, Paris, A. Hocquart, 1830, p. 161.

39 Lepelletier Girault, Esquisses sur les évènements des 27, 28 et 29 juillet 1830, Paris, Maugeret, in-8°, pièce, 1830, p. 8.

40 Ibid., p. 9.

41 Voir Roger Limouzin-Lamothe, Monseigneur de Quélen, archevêque de Paris, son rôle dans l’Église de France de 1815 à 1839 d’après ses archives privées, t. I : La Restauration, Paris, J. Vrin, 1955, 359 p.

42 Pillage de l’archevêché et de la grande sacristie de Notre-Dame de Paris ; dévastation du grand séminaire de Nanci ; mal traitements exercés sur des membres de clergé, Nantes, Impr. de C. Merson, 1830, in-12, pièce, p. 1.

43 Ibid., p. 6.

44 Récit impartial des évènemens qui se sont passés dans les derniers jours de juillet 1830, 1830, p. 12.

45 Souvenirs de Victor Crochon, cote : Ms 1025 (1), vol. 2, p. 717.

46 Sur la rumeur, voir François Ploux, De bouche à oreille : naissance et propagation des rumeurs dans la France du XIXe siècle, Paris, Aubier, 2003, 289 p.

47 Le Journal des débats, 2 août 1830, p. 1.

48 « Serment de la Charte », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11281, cote microfilm : A 13202.

49 La Quotidienne, 19 août 1830, p. 12.

50 Aux citoyens de la France, par Arthur L…, Paris, chez tous les marchands de nouveautés, 2 août 1830, p. 15.

51 Dix jours de 1830…, op. cit., p. 66.

52 Armand Marrast, Document pour l’histoire de France ou conduite des députés pendant le règne du peuple, les 27, 28, 29 et 30 juillet 1830, Paris, Rouanet, 1831, in-8°, pièce, p. 27.

53 Armand Marrast, Document pour l’histoire de France…, op. cit., p. 28.

54 Histoire parlementaire des 27, 28 et 29 juillet 1830, extrait de La Tribune, Paris, Impr. de G. A. Dentu, 1831, p. 20.

55 Ibid., p. 28.

56 Ibid.

57 Daumier, lithographe V. Ratier, « L’épicier qui n’était pas bête leur envoyait de la réglisse qui n’était pas sucrée du tout », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11094, cote microfilm : A13103.

58 À cette période, le type de l’épicier commence à voir le jour. Voir sur ce sujet, Natacha Coquery (dir.), La Boutique et la ville. Commerces, commerçants, espaces et clientèles, XVIe-XXe siècle. Actes du colloque des 2, 3 et 4 décembre 1999 organisé par l’université de Tours, Centre d’histoire de la ville moderne et contemporaine/Publications de l’université François Rabelais, 2000, 505 p.

59 Ségolène Le Men, « Daumier et l’estampe », in Daumier 1808-1879, catalogue, Paris, Réunion des musées nationaux, 1999, p. 40.

60 Charles Baudelaire, Critique d’art (Paris, Michel Lévy frères, 1re édition, 1868), Paris, Gallimard, 1992, p. 216.

61 Ibid.

62 Bellangé, lithographe Gihaut, « Les Scélérats, ils l’ont tué », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11097, cote microfilm : A 13016 ; Bellangé, lithographe Gihaut, « Eh ben as tu touché Jean Louis ? », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11097, cote microfilm : A 13017 ; Bellangé, lithographe Gihaut, « Seulement de l’eau rougie la petite mère », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11286, cote microfilm : A 13207 ; Bellangé, lithographe Gihaut, « Oh ! Cré nom Thérèse… », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11378, cote microfilm : A 13304.

63 Charlet, lithographe Gihaut, « Le tems de manger la soupe et l’on va vous resoigner le cuir ! », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11091, cote microfilm : A 13010.

Table des illustrations

Légende Figure 15 : Lithographe Gobert, « Une Visite à Saint Acheul le Jeudi de la grande semaine », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11215, cote microfilm : A 13136.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/100233/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Figure 16 : Daumier, lithographie de V. Ratier, « L’épicier qui n’était pas bête leur envoyait de la réglisse qui n’était pas sucrée du tout », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11094, cote microfilm : A13103.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/100233/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Figure 17 : Bellangé, lithographie de Gihaut, « Est de deux vive la Charte ! », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11 096, cote microfilm : A 13 015.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/100233/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Figure 18 : Bellangé, lithographie de Gihaut, « Eh ben as tu touché Jean Louis ? », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11097, cote microfilm : A 13017.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/100233/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Figure 19 : Bellangé, lithographie de Gihaut, « Seulement de l’eau rougie la petite mère », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11286, cote microfilm : A 13207.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/100233/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540