Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

1830, le peuple de Paris

 | 
Nathalie Jakobowicz

Deuxième partie. Le peuple nation sur les barricades de juillet

Chapitre V. Élaboration de la figure mythique du peuple en juillet

Volltext

1L’analyse des chansons, des images ou des brochures portant sur la révolution de 1830 invite à en conclure à une représentation idéalisée du peuple. Peut-on pour autant parler d’un mythe du peuple en juillet 1830 ?

  • 1 Voir l’article « Mythe », Encyclopedia Universalis, t. XV, Paris, 2002, p. 810-821.
  • 2 Roger Caillois, Le Mythe et l’Homme, Paris, Gallimard, 1998, p. 154.
  • 3 Sur les mythes des idéologies modernes, voir Jean Molino, « Mythe et Théorie », in Yves Bonnefoy ( (...)
  • 4 Voir Jean-Pierre Vernant, Mythe et société en Grèce ancienne, (1re édition, François Maspero, 1974 (...)
  • 5 Roger Caillois, Le Mythe…, op. cit., p. 156.
  • 6 Alain Pessin, Le Mythe du peuple et la société française du XIXe siècle, Paris, Presses universita (...)
  • 7 Ibid., p. 51.

2Qu’est-ce qu’un mythe ? « La notion de mythe, si elle a été redéfinie, approfondie, analysée de cent façons, est loin d’être élucidée1 », précise un ouvrage de référence. Quelques éléments permettent cependant de définir son existence. Pour qu’il y ait mythe, il faut qu’il existe un acteur mythique, qui n’est pas individuel, mais collectif. Car cette notion « appartient par définition au collectif2 ». Ces acteurs ont une mission à accomplir : celle de lutter et d’aboutir par là même à la réconciliation universelle. Telle est la spécificité des mythes des idéologies modernes3. À travers leurs réflexions, les philosophes proposent quelques éléments qui permettent d’identifier ce phénomène4. L’adoption sur un mode collectif représente un élément essentiel dans la définition des mythes modernes. La représentation mythique est aussi caractérisée par le fait qu’elle est « assez puissante sur les imaginations pour que jamais en pratique ne soit posée la question de son exactitude5 ». Selon Roger Caillois, la pensée mythique se définit ainsi par la présence d’une vision collective, exaltée et entraînante. Le sociologue Alain Pessin, qui étudie la sociologie de l’imaginaire et du mythe, offre quant à lui une analyse approfondie de ce qu’il nomme « le mythe du peuple6 ». Les indices relevés dans les discours des contemporains lui permettent de remonter jusqu’à la « trame inconsciente du mythe du peuple7 », mais il centre surtout ses recherches sur la dynamique interne du mythe.

  • 8 Georges Lefebvre, « Le mythe de la Révolution française », Annales historiques de la Révolution fr (...)
  • 9 Pierre Ronzeaud, Peuple et représentations sous le règne de Louis XIV. Les représentations du peup (...)
  • 10 Alain Pessin explique qu’il n’étudie pas « comment une révolution est transformée en mythe, mais c (...)

3Les historiens ne se sont pas penchés précisément sur la représentation mythique du peuple au XIXe siècle. Certains historiens de la Révolution française, dont George Lefebvre, se sont intéressés au mythe de la Révolution française8, d’autres, comme Pierre Ronzeaud, se sont attardés sur les représentations du peuple sous le règne de Louis XIV9, mais aucune étude ne traite de la représentation mythique du peuple pendant les révolutions du XIXe siècle. Alain Pessin se penche sur les temps révolutionnaires, mais n’examine pas en détail la révolution de 1830, même s’il considère qu’elle est le point de départ du mythe du peuple. Ce « mythe du peuple en actes » est surtout étudié à travers les révolutions de 1848 et de 187110.

  • 11 J. M., « Mythe et Théorie », in Yves Bonnefoy (dir.), Dictionnaire des mythologies et religions de (...)
  • 12 Roger Caillois, Le Mythe…, op. cit., p. 154.
  • 13 Sarah Maza, The Myth of The French Bourgeoisie. An Essay on The Social Imaginary 1750-1850, Cambri (...)
  • 14 « Celui qui a besoin d’une nouvelle identité parce que tout bouge la trouve en s’affublant d’une i (...)

4En juillet 1830, dans les chansons, les images, les pièces de théâtres, les brochures ou la presse, on retrouve les diverses composantes d’une structure mythique. Il existe un acteur collectif, investi d’une mission qui est bien le « résultat d’une lutte, et vise en même temps la réconciliation universelle11 ». Les contemporains insistent également sur sa fonction instauratrice. Les récits de la révolution mentionnent toujours ce « réveil » des classes populaires parisiennes au moment des Trois Glorieuses. Mais surtout, toutes les sources convergent pour offrir une représentation unanime du peuple en juillet. Les contemporains construisent ainsi une figure qui se transforme en mythe. L’homme du peuple en juillet 1830 « fait partie de l’atmosphère collective12 » et remporte l’adhésion la plus totale de ses contemporains. Contrairement à Sarah Maza qui, en étudiant les représentations du bourgeois, soutient que le mythe de la bourgeoisie se fonde sur une non-existence13, celui du peuple en juillet 1830 se construit au contraire sur une surreprésentation du peuple. Les membres des classes populaires se voient conférer des qualités hors du commun, on les représente comme des êtres vertueux et fraternels. L’union des Français dans le combat représente l’élément fondamental du mythe. Dans cette célébration populaire, même les femmes trouvent une place, certes ambiguë, mais elle leur offre la possibilité d’une visibilité dans la sphère publique qu’elles n’avaient jamais eue. Mais face à cette représentation unanime surgissent toujours, bien que plus faiblement, les souvenirs qui composent l’héritage de la Révolution française, plus difficiles à prendre en compte. Le bouleversement révolutionnaire entraîne immanquablement un problème d’identité pour les insurgés. Et cette quête identitaire conduit à invoquer d’autres héros du passé, chargés d’aider les révolutionnaires à trouver leur propre identité14. Toutes les caractéristiques des mythes se retrouvent donc dans ces représentations du peuple. En ce moment révolutionnaire, les figures hétérogènes du peuple de la Restauration convergent pour offrir l’image homogène d’un peuple de héros. Cependant, même si elles restent minoritaires au sein des mises en récit de l’événement, des voix divergentes existent, et pour permettre à cette figure mythique du peuple de voir le jour, certains aspects des journées de Juillet sont passés sous silence. La violence, mais aussi l’apparition d’un nouveau sujet démocratique sur la scène publique, sont exclus des discours. La force du mythe empêche tout désaccord à son égard, d’où la négligence consciente des éléments dégradant l’image du peuple héroïque.

Le Paris mythique au service du mythe du peuple

Un mythe parisien

  • 15 Alain Corbin, « Paris-Province », in Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Les France, vol. 1  (...)
  • 16 Ibid., p. 778.
  • 17 M. Mornand, Une semaine de révolution ou Lyon en 1830, Lyon, André, 1831, p. 1.
  • 18 A. P. Deforges, L’Arrivée du courrier ou la charte sauvée, À propos patriotique mêlé de chants, gr (...)

5Paris représente un des constituants fondamentaux dans la construction de ce mythe en juillet 1830. Tous les contemporains rappellent cette fonction de la capitale dans le changement de régime. Et la province, bien qu’active pendant ces journées, n’occupe pas la même place dans l’imaginaire des Trois Glorieuses. C’est Paris et sa population qu’on encense dans les jours, mois, années qui suivent la révolution. Les représentations différenciées de Paris et de la province dans l’imaginaire social du XIXe siècle ne sont plus à démontrer15. Elles se perçoivent déjà dans la définition de la province, dans la notion même, qui se fonde, selon Alain Corbin « non pas sur l’analyse d’une différence, voire d’une inégalité, mais sur la perception d’une carence, d’un éloignement, d’une privation, celle de la capitale16 ». La vision mythique du peuple en juillet ne fait pas exception en se fondant essentiellement sur la capitale. Dans les récits, plusieurs distinctions s’effectuent dans les représentations du peuple : sont représentés et associés différemment les provinciaux ayant participé à la révolution de Juillet à Paris, et ceux qui y ont pris part dans leurs provinces. Sur les 103 brochures qui traitent de la révolution de 1830 dans le catalogue de l’Histoire de France conservé à la Bibliothèque nationale de France, seulement 7 concernent les événements qui se sont déroulés en province. De plus, les récits des soulèvements de Lyon, Nantes ou Nîmes, font toujours référence aux épisodes parisiens. Les auteurs racontent comment les habitants attendent impatiemment des nouvelles de la capitale. Car les événements qui se déroulent dans leurs provinces se distinguent de ceux qui se passent à Paris, tant par leur forme que par leur durée. Au sujet du soulèvement lyonnais, un récit commence par expliquer que « la grande semaine de Paris a commencé le 27 juillet et la notre le surlendemain 2917 ». Une pièce de théâtre jouée sur le Grand Théâtre de Lyon18 raconte la révolution de 1830 dans une petite ville de province et l’attente de ses habitants qui espèrent vivement le retour au village de l’enfant prodige, élève de l’École polytechnique. Ce dernier mentionne avec fierté les exploits parisiens et peint un tableau héroïque des combattants. La phrase finale revient au fabricant prénommé Gérard :

  • 19 A. P. Deforges, L’Arrivée du courrier…, op. cit.

« Mes amis ! mes chers concitoyens ! nous sommes plus heureux qu’à Paris, puisqu’aucune goutte de sang n’a été versée ici… jouissons d’un si beau triomphe mais n’oublions pas qu’après une victoire la modération est la plus belle des vertus19. »

  • 20 Ange Guepin et Gabriel Simon, Événements de Nantes pendant les journées des 28, 29, 30 et 31 juill (...)
  • 21 D’après David H. Pinkney, la ville était tenue sous la fin de la Restauration par des royalistes i (...)
  • 22 Ange Guepin et Gabriel Simon, Événements de Nantes…, op. cit., p. 21.

6Heureux de n’avoir point versé de sang et posant déjà les jalons d’un avenir à contrôler, le fabricant se réjouit. La pièce, qui est jouée dans la ville de Lyon et représente les événements qui se déroulent en province, ne s’intéresse qu’aux actes des Parisiens. Pourtant, Lyon connut aussi des bouleversements en cette fin Juillet. Les Lyonnais se rassemblent sur la place des Terreaux dès le 27 juillet, et les habitants commencent à dépaver les rues le 29. Mais ce n’est que le 1er août que les nouvelles de la capitale sont connues. Même si aucun combat n’a lieu dans les rues de la ville, l’agitation est intense. Les auteurs dramatiques ne mentionnent pas dans leurs pièces les événements provinciaux. À travers cet exemple se perçoit la prépondérance de Paris pendant ces journées et la place accordée aux agissements des provinciaux au sein de l’imaginaire social. Ce n’est pourtant pas le point de vue de tous les récits sur les événements qui se déroulent en province. Dans leur brochure, Ange Guépin et Gabriel Simon, qui relatent les épisodes nantais, manifestent une certaine fierté. Ils insistent sur la puissance de la province française et son rôle dans le renversement du régime. En décrivant les combattants, ils soulignent que « beaucoup de ces derniers sont restés sur le champ de bataille » et ainsi, « tous, sans exception, ont montré par leur courage que les Parisiens n’étaient pas les seuls, en France, qui fussent prêts à mourir pour la liberté20 ». Il est important pour les auteurs de prouver que les Nantais se sont aussi battus pour la liberté et ont sacrifié, autant que les Parisiens, des vies en son nom. Nantes représente une des villes qui, en cette fin juillet, connaît de vifs combats et où l’on compte des morts. Malgré sa réputation de « citadelle du royalisme21 », elle révèle en 1830 une véritable opposition au régime de Charles X et dès la connaissance des Ordonnances, le 29 juillet, des manifestations se produisent dans la ville. Les auteurs de la brochure sur les événements nantais louent le courage des insurgés, de « cette multitude mal armée, sans munition, [qui va] se battre contre une milice nombreuse et bien disciplinée, avec une valeur, un courage inconcevable, et ne lâcher pied qu’après avoir brûlé sa dernière amorce22 ».

  • 23 Ibid., p. 32.
  • 24 Le Précurseur, 20 septembre 1830.
  • 25 Le Précurseur, 2 et 3 août 1830.
  • 26 Le Mémorial bordelais, 9 août 1830.
  • 27 M. Le Vicomte de Saint-Chamans, Des causes et des conséquences de la révolution de 1830, Paris, Ch (...)

7Même si au début de son récit, les auteurs célèbrent les combattants nantais, la fin de la brochure offre un discours plus nuancé. Les Français sont au second plan, derrière les Parisiens23. Le véritable mérite revient à ces derniers, qui se sont battus au nom de la France entière. Les Français sont là pour secourir, aider, soutenir leurs compatriotes de la capitale. Les journaux provinciaux commentent les événements parisiens avec quelques jours de retard, mais louent unanimement l’héroïsme des classes populaires parisiennes. Le Précurseur, célèbre journal lyonnais, admire les actes des Parisiens. Il parle du « peuple de Paris, familier avec les principes les plus purs de la liberté24 », et décrit aussi le rôle de la province face à la capitale : « Il ne faut pas laisser faire Paris, il faut le seconder et le secourir s’il en est besoin25. » Le Mémorial bordelais rapporte les mêmes faits et invite aux mêmes descriptions du peuple parisien : « Chez quel peuple, à quelle époque a-t-on vu, dans une lutte aussi vive, aussi miraculeuse dans sa marche, aussi grave par ses résultats, de si grands exemples de zèle pour le bien public, d’ardeur pour le triomphe des lois26. » Dans les représentations, les provinciaux se battent aux côtés des Parisiens pour les aider. Mais ces derniers demeurent dans l’imaginaire des Trois Glorieuses les véritables héros de la révolution. À leurs côtés pourtant, à Paris, se battent des provinciaux et même des étrangers. Ces étrangers ou ces migrants venus de province ne connaissent que très peu d’honneurs. Les brochures parlent d’un Anglais ou d’un Grenoblois présents dans les rangs des combattants, mais très peu de récits mentionnent ces provinciaux venus à Paris pour travailler et qui se battent sur les barricades, au même titre que les Parisiens « de souche ». Est-ce une façon de les intégrer aux classes populaires parisiennes ? Mais la province peut inversement être perçue comme un recours à la mauvaise conduite parisienne. Les royalistes considèrent que la capitale s’est mal comportée en se soulevant ainsi et en appellent aux provinces pour rétablir l’ordre. Monsieur le vicomte de Saint-Chamans invoque les provinces comme le meilleur moyen de rétablir l’ordre : « Elles renverront à Paris les vraies et saines doctrines en échange des mauvais principes, le mal en échange du bien ; c’est elles qui ramèneront dans Paris le bon sens qui en a été banni ; et la France, qui a été perdue par l’action de Paris sur les provinces, doit être sauvée par la réaction des provinces sur Paris27. » L’image de la grande ville, responsable de tous les vices, resurgit dans ces discours. Sauver la France en sauvant Paris, telle est l’idée que défend le vicomte.

Personnification de Paris

  • 28 L. Richard, L’Artisan soldat et philosophe, Impr. des chansons d’Aubert, 2 août 1830, p. 3.
  • 29 Brochelieux, Chant national, 1830, p. 1.
  • 30 Gustave Le Cler, Ode à la patrie, dédiée à M. Garraud, fils, l’un des jeunes héros des mémorables (...)
  • 31 César Gardeton, Révolution française ou journées sanglantes des 27, 28 et 29 juillet 1830, Paris, (...)
  • 32 « La reconnaissance de nos départements, l’admiration si noblement prononcée de l’Angleterre, ne s (...)

8Avec la victoire des Parisiens, la ville devient un guerrier qui réussit son exploit. Les différentes mises en récit personnifient la capitale. Les chansonniers l’acclament sur tous les tons et lui donnent vie : « Paris apprend à la France28 », « on vit Paris et ses faubourgs marcher29 », ou encore « Paris, sans armes, sans défense, en un jour créa des héros30 ». On célèbre son courage, la ville héroïque s’est enfin soulevée contre la tyrannie. Aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur, la capitale devient l’emblème de la nation. Dès le 2 août, l’enthousiasme des Anglais est visible dans le Globe and Travellers : « L’admiration des Anglais résidant à Paris pour le peuple de cette capitale, ne peut surpasser celle dont on est pénétré ici envers ce peuple héroïque31. » Et ce n’est pas la Chambre des députés que le gouvernement anglais félicite le lendemain de la victoire, mais l’héroïque population parisienne32.

  • 33 La Prise de Paris par les Parisiens, Paris, Chez N. Delangle, 1830, p. 5.
  • 34 P. Cuisin, Les Barricades immortelles du peuple de Paris, Paris, Chez le roi, libraire, 1830, p. 8
  • 35 Le Corsaire, 3 août 1830, p. 2.
  • 36 P. G. Prosper, Souvenir glorieux du parisien, Paris, Chez l’auteur, 1830, p. 41.
  • 37 Pierre Citron, La Poésie de Paris dans la littérature française de Rousseau à Baudelaire, Paris, É (...)
  • 38 Selon Pierre Citron, Les Orientales (1829) sont les premiers poèmes où Victor Hugo accorde une pla (...)
  • 39 Pierre Citron, La Poésie de Paris…, op. cit., t. II, p. 10.
  • 40 Pierre Citron, La Poésie de Paris…, op. cit., t. I, p. 253.

9Dans un récit sur les événements de Juillet, Paris est comparé à une élite, « l’élite d’un peuple qu’on n’asservit point », et l’auteur en vient à faire de la ville un personnage mythique : « Il est la tête de l’hydre qu’il est dangereux de toucher33. » La comparaison avec l’hydre n’est pas un hasard. Cet animal est mythique, serpent à sept têtes, auquel il en renaissait plusieurs quand on lui en coupait une et qui fut vaincu par Hercule. Dans une brochure sur les Trois Glorieuses, l’auteur fait la même comparaison, après celle du lion, symbole de la justice et du courage34. Ce n’est pas la seule allusion à l’Antiquité ou à la mythologie. Dans Le Corsaire, journal satirique, la comparaison se fait avec Troie. Le 3 août 1830, un article explique que les « Parisiens visitent leur ville comme les Troyens visitaient le camp des Grecs ; les barricades de Paris, la rue Saint-Honoré, l’Archevêché, la place de Grève, les boulevards et les Tuileries sont le centre des promenades ; le peuple joyeux et fier montre avec orgueil les traces de ses balles35 ». Tous les recours sont utilisés pour offrir une représentation mythique de la ville. Paris en vient même après ses exploits de Juillet à surpasser Rome et Carthage36. Pierre Citron, qui étudie la poésie de Paris au XIXe siècle, rend compte de cette apparition du mythe de Paris en 183037. Historiquement, la poésie de Paris connut une éclipse de 1795 à 1825, période durant laquelle l’évocation d’un Paris sacré et guerrier disparut. Pierre Citron envisage le début du règne de Charles X comme le moment propice à la réapparition du thème poétique de Paris. La littérature, les poèmes satiriques et les pièces de théâtre, dévoilent la place de plus en plus importante prise par la poésie de Paris. Des lieux parisiens se retrouvent dans de nombreux poèmes, comme ceux de Barthélemy et Méry, qui dans leurs satires mettent Paris à l’honneur. Victor Hugo écrit en ces années de fin de Restauration ses premiers poèmes véritablement parisiens38. Mais ce n’est qu’après les Trois Glorieuses que l’histoire de la poésie de Paris est définitivement considérée comme celle du mythe de Paris. Avec les journées de Juillet, Paris change de sexe. Ces trois jours permettent le passage, au sein de l’imaginaire social, d’un Paris féminin passif à un Paris masculin actif39. Les différents thèmes qui existaient jusqu’alors pour évoquer la ville convergent désormais pour former un mythe. Dans sa définition du mythe de Paris, Pierre Citron renvoie toujours à ses habitants et à l’alliance du Paris de pierre et du Paris humain : « Le mythe de Paris est l’expression collective d’un sentiment, éprouvé d’abord par les Parisiens, de déséquilibre entre eux et leur ville ; il est pour l’homme de Paris, une manière de dominer un monde dont il se sent l’âme et qui en même temps le dépasse, parfois jusqu’à l’écraser40. » C’est la matière vivante que constituent les Parisiens qui donne à la ville sa dimension mythique. Grâce au soulèvement des classes populaires, Paris revient en force dans la littérature, les pièces de théâtre et la poésie.

Un mythe du peuple parisien

10Dans toutes les mises en récit des Trois Glorieuses, Paris est associé aux hommes du peuple et inversement, ceux-ci sont définis par leur ville. La foisonnante iconographie de 1830 est envahie par ces deux acteurs principaux de la révolution.

  • 41 Quelques lithographies sur les 33 images représentant les événements qui se déroulent aux portes d (...)

11Dans les lithographies, 48 % des lieux sont des lieux parisiens identifiables. Sur ces lieux, 38 % sont des monuments de la capitale. Les hommes du peuple se les réapproprient. Le Louvre, les Tuileries et l’Hôtel de Ville sont ceux qui reviennent le plus souvent dans les représentations ; on décrit leur prise. L’origine géographique des éditeurs d’estampes, exclusivement parisiens, peut expliquer cette affluence d’images sur Paris. Mais cela ne constitue pas la raison principale. Les monuments, symboles du pouvoir sont réinvestis, les portes de la ville prises d’assaut, la population se déverse dans les rues, tout Paris est aux mains des insurgés. Les portes Saint-Martin et Saint-Denis, assiégées par la population, constituent un élément symbolique prépondérant dans la construction du mythe. Les lithographies représentant les combats aux portes de la ville sont nombreuses41 : les hommes du peuple réinvestissent Paris et les symboles d’entrée dans la ville sont incarnés par les portes délimitant la frontière entre les faubourgs et le centre. L’envahissement des portes de la capitale confère symboliquement aux classes populaires le rôle de gardiens de la ville.

12Le mythe de Paris alimente donc la représentation mythique du peuple en juillet. En se réappropriant la ville, les hommes du peuple renaissent et s’emparent symboliquement du pouvoir. Presque toutes les brochures mentionnent au moins une fois dans leurs récits le « peuple de Paris » et, quand ce n’est pas le cas, parlent « des Parisiens » ou « de la population parisienne », des « enfants de Paris » et parfois, mais plus rarement, « des Parisiennes ». La capitale devient un vecteur d’espérance collective au même titre que les hommes du peuple. La force du mythe vient aussi de cette union des Parisiens dans la victoire.

L’omniprésence de la fraternité

  • 42 Sur la notion de fraternité pendant la Révolution française, voir : Marcel David, Fraternité et Ré (...)
  • 43 L’historien Marcel David distingue deux phases qui marquent l’évolution de la notion de fraternité (...)

13Le thème de la fraternité est omniprésent dans les représentations du peuple de la révolution de 1830. Déjà sous la Restauration, les penseurs se réfèrent couramment à cette notion, ainsi que sous la Révolution française, où la fraternité tente de trouver sa place aux côtés de la liberté et de l’égalité42. Contrairement à ce qui se passe pendant la Grande Révolution, où la fraternité s’est laissée gagner par la violence, les journées de Juillet ne connaissent pas cette dérive43. Elle se décline au moment de la révolution de 1830 en différentes versions. Tout d’abord s’exprime la fraternité, au sens familial du terme. Pendant la révolution, cette fraternité signifie la présence et la participation de toute la famille sur les barricades. Elle peut aussi rendre compte de liens qui établissent des rapports fraternels et se retrouver dans le cas d’une fraternité d’armes. Une autre acception réside dans le rapport qui s’établit entre soldats et insurgés. Il s’agit alors d’une fraternisation qui s’applique essentiellement à l’encontre des soldats refusant de se battre contre leurs compatriotes pendant les Trois Glorieuses.

L’imaginaire familial en 1830

  • 44 La dimension familiale de l’insurrection est fortement soulignée dans la thèse de Louis Hincker, Ê (...)
  • 45 J. B. Ambs, La Liberté reconquise ou Histoire complète et détaillée de la révolution de juillet 18 (...)
  • 46 Gustave Drouineau, Le Soleil de la liberté, Paris, Impr. De J. Tastu, 1830, p. 135.
  • 47 Anniversaire des trois jours. Souvenirs de la grande semaine, ou L’Étudiant et le capitaine de lan (...)

14Le premier élément de la fraternité concerne l’alliance ou la mésalliance des membres d’une même famille. Les contemporains sont très attentifs aux familles représentées sur les barricades. Le champ sémantique de la famille se retrouve dans de nombreux textes. La présence de tous ses membres dans les rangs des insurgés est soulignée : les pères, les mères, mais également les enfants et les vieillards. Le combat révolutionnaire est un combat familial où chacun trouve sa place44. Les récits sont aussi marqués par cette lutte qui peut parfois s’engager au sein même des familles : la révolution peut déchirer la cellule familiale. Les frères se battent entre eux et les ennemis peuvent s’avérer être représentés par les plus proches parents. La lutte atteint dans ce cas son paroxysme et son horreur la plus totale. Ces faits, comme « des frères [qui] ont reconnu leurs frères dans les rangs opposés ; un soldat a tué son père45 », choquent les contemporains. De nombreux récits insistent sur ces frères devenus ennemis le temps d’une révolution : « Un frère égaré qui menaçait un frère », ils mettent en garde contre ces déchirements qui ne se reproduiront plus46. La cellule familiale déchirée est évoquée parfois dans les représentations du peuple révolutionnaire. Ces déchirements provoqués par les actes du gouvernement sont décrits comme impardonnables. Une pièce met en scène une famille tiraillée entre ses membres devenus ennemis47. L’histoire de Gustave, capitaine des lanciers, prêt à épouser Caroline la veille de la révolution, mais qui succombe sous les coups d’un insurgé se trouvant être le frère de sa promise, sert ici d’exemple représentatif des divisions familiales provoquées par la révolution. Les contemporains, qui décrivent ces luttes intestines, parlent-ils dans ce cas de guerre civile ? Le terme est très peu employé par les auteurs de brochures ou de chansons. Cela s’explique en grande partie par la peur que suscite cette idée :

  • 48 J. Fiévée, Causes et conséquences des événemens du mois de juillet 1830, Paris, Alexandre Mesnier, (...)

« Il y a des personnes qui ont une telle frayeur des mots, qu’elles soutiennent que des citoyens qui se fusillent entre eux sous des habits variés et des couleurs différentes pour des intérêts inconciliables, ne font pas la guerre civile. Ce n’est pourtant que cela48. »

  • 49 Muller, capitaine, témoin oculaire, Relation des opérations militaires qui ont eu lieu entre la Po (...)
  • 50 « La guerre était accompagnée d’un ordre étonnant », in P. Cuisin, Les Barricades immortelles du p (...)

15Quand ils l’évoquent, les auteurs envisagent surtout la raison de cette lutte, cherchant les responsables de ces déchirements internes et louant une fois de plus par ce rappel les exploits des combattants. C’est le cas de Muller qui, dans son récit des Trois Glorieuses, explique dès son avant-propos que « le peuple de Paris a montré que c’était pour le bien et pour la gloire de l’humanité qu’il désirait la liberté : car il semblait dans les immortelles journées s’occuper moins de vaincre que de soulager les maux d’une guerre civile odieusement suscitée49 ». La guerre civile n’est donc pas due à des dissensions au sein des classes populaires parisiennes, contrairement à ce que fait entendre le terme. Elle est, selon le témoin oculaire, provoquée insidieusement par le gouvernement. Autant la guerre civile fait peur, autant l’idée de guerre remplace aisément celle de révolution. Les contemporains emploient souvent ce terme pour désigner les événements50.

16Les représentations du peuple peuvent être marquées par ces dissensions familiales issues de la révolution et cette fraternité qui vole en éclat au nom de la liberté et de la cause nationale. Le terme même de « famille » est très peu employé pour désigner celles des insurgés, qui sont plutôt décomposées en pères, frères, alors qu’il est utilisé pour parler de la famille royale, la « famille déchue », la « famille des Bourbons ». Les membres des familles insurgés paraissent plus proches des lecteurs. Chacun peut de cette manière se reconnaître dans l’action d’un frère, le remord d’un autre, la douleur d’un père. Dans les brochures sur les journées de Juillet, le seul emploi du mot « famille », concernant les insurgés, revient à Cuisin, qui l’emploie pour parler de la « famille nationale ». Les clivages régionaux sont alors effacés au profit de cette unité nationale. La construction d’une identité nationale s’élabore en contraste avec les diverses identités locales qui composent socialement les classes populaires parisiennes à la fin de la Restauration.

  • 51 Voir Lynn Hunt, Le Roman familial de la Révolution française, Paris, Albin Michel, 1995, 259 p.

17En 1830, la métaphore familiale, utilisée pour désigner les acteurs de la révolution, a déjà une longue histoire. Sous la Révolution française, elle était déjà très présente51. De la même manière qu’au XVIIIe siècle, les Français de 1830 continuent de considérer leurs dirigeants comme leurs pères et la nation comme leur famille au sens large. La « bande des frères » qui se retrouve et renoue des liens plus forts en cette période de bouleversement, est très présente dans les récits des contemporains. On retrouve, comme dans la Révolution, la rébellion des fils contre leur père, incarné par la figure du roi. Par leur soulèvement, les enfants acquièrent leur indépendance. Mais d’une certaine façon, ils punissent leur père d’avoir fauté, et en l’occurrence ici d’avoir outrepassé leurs droits (à travers la violation de la Charte). Les références au père de la nation sont nombreuses et les devoirs qui lui sont attribués en tant que chef de famille aussi. L’image du bon père se retrouve dans les représentations des Trois Glorieuses. Le roi agit au nom de ses « enfants », que représentent ses sujets. Les chansons sur la révolution se terminent souvent en invoquant une heureuse paternité. Par exemple, La Liberté reconquise s’achève en souhaitant la réussite de Louis-Philippe :

  • 52 A. L. Blanchard, La Liberté reconquise, dithyrambe, Paris, août 1830, Chez les marchands de nouvea (...)

« Qu’il soit heureux ce roi qu’en tous lieux on révère !
Chacun de ses sujets le chérit comme un père ;
Et son nom immortel, ainsi que ses bienfaits,
D’âge en âge sera béni par les Français52. »

  • 53 Voir Lynn Hunt, Le Roman familial…, op. cit., p. 96.

18La métaphore du père et de ses enfants permet de rapprocher les Français de leur nouveau souverain et de recomposer la famille nationale déstabilisée un temps par l’action malencontreuse de son père et les luttes intestines qui s’en suivent. Protecteur de la famille nationale, Louis-Philippe doit respecter les désirs de ses fils et les écouter. On glisse dans les représentations du mauvais père incarné par Charles X au bon père représenté par Louis-Philippe. En revanche, les filles de la nation sont totalement absentes de ce registre familial : cet imaginaire concerne exclusivement le sexe masculin. Quant à la place des sœurs, elle reste en 1830, telle qu’elle était sous la Révolution française53, à part.

La « famille nationale »

  • 54 Julien, lithographe V. Ratier, « Union et Liberté », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, c (...)
  • 55 Sur le mythe du bourgeois dans l’imaginaire social, voir Sarah Maza, The Myth of The French Bourge (...)

19La fraternité peut aussi être définie comme une fraternité d’armes. Cette dernière est d’autant plus louée en 1830 qu’elle permet de rassembler les trois représentants de la France derrière un même drapeau. Les lithographies qui paraissent à la suite des Trois Glorieuses répandent abondamment ces représentations d’union nationale. Le terme même de fraternité est souvent remplacé par celui d’« union » ou d’« unanimité ». La victoire est célébrée à travers cette fraternité retrouvée. Victor Ratier et Hippolyte Bellangé ne manquent pas de représenter cette solidarité. Aubert, l’éditeur le plus connu de la Galerie Véro Dodat, publie la lithographie de Victor Ratier intitulée « Union et Liberté54 ». Celle-ci, représentative de nombreuses autres qui sont publiées en ce mois d’août 1830, illustre l’alliance des vainqueurs. Elle place trois personnages au premier plan : au centre se trouve le bourgeois, reconnaissable grâce à son chapeau et ses habits ; il tient par le bras un élève de l’École polytechnique qui semble blessé ; et d’un autre bras, un homme du peuple, qui tient le drapeau français dans sa main gauche, un sabre dans l’autre. Les attributs qui sont dévolus aux personnages permettent leur immédiate identification sociale. Le rôle fédérateur est attribué au bourgeois qui semble, par ses gestes, féliciter le jeune polytechnicien et inviter l’homme du peuple au calme. Ce dernier est en effet le seul à porter encore une arme à la main, mais ce bras guerrier est contrôlé par le bourgeois qui pose sur lui un regard empreint de modération. Les représentations sociales qui concernent les bourgeois connaissent leur âge d’or sous la Restauration. Un discours positif apparaît sur cette classe, jusque-là moins présente dans l’imaginaire social55.

  • 56 Hippolyte Bellangé, lithographe Gihaut, « Eh bien oui… ! Charbonnier est maître chez lui », 1830, (...)

20Cette célébration de l’alliance des classes est présente chez beaucoup d’artistes. Parmi ceux qui illustrent l’union des combattants, Hippolyte Bellangé, célèbre lithographe, offre une représentation tout aussi classique de cette alliance56. Les combattants se situent également sur les vestiges laissés par les affrontements (pavés, restes de barricades, cadavres), mais le second plan de l’image est occupé par des hommes encore armés de baïonnettes. Le drapeau flotte derrière eux avec cette inscription : « La Charte ou la mort ». Comme dans la lithographie de Victor Ratier, la posture du personnage invite à penser que le garde national s’appuie sur le jeune polytechnicien alors qu’il tente de maîtriser l’homme du peuple, plus amené à commettre des débordements. Néanmoins, les deux personnages ont les yeux tournés vers l’homme du peuple révélant une certaine admiration. Dangereux instinctivement, il demeure indispensable. Dans cette image, les trois protagonistes sont armés. Enfin, au premier plan, un enfant se joint à ces personnages ; il semble appartenir aux classes populaires et on remarque que l’homme du peuple l’entoure de son bras. Cette protection indique que l’avenir est désormais du côté des classes populaires, qui constituent l’espoir de la France. Ces lithographies invitent à une représentation unanime de l’élan révolutionnaire. Dans l’imaginaire des Trois Glorieuses, c’est l’alliance de tous les Français qui conduit à la victoire :

  • 57 Notice sur le grand drame des 72 heures. 27, 28, 29 juillet 1830, Paris, Saissy, s. d., in-32, p.  (...)

« Il y a quelques années, nous proclamions en France les cris union et oubli. C’est union et souvenir qui sera désormais notre cri de ralliement. L’union a fait notre force, et, quelles que soient les phases de notre révolution dans les jours futurs57. »

21Le mot d’ordre dans la célébration des journées de Juillet demeure collectif : « L’union fait la force », et le cri de ralliement, lui aussi unanime, se retrouve dans tous les supports étudiés : « Vive la Charte ! » Dans les représentations du peuple en juillet, les hommes se retrouvent ensembles derrière la Charte. Cette figure invite une fois de plus à légitimer le nouveau roi. Insister sur la solidarité et l’union de toutes les classes permet d’éviter les éventuels débordements populaires, tant redoutés à la suite d’une révolution. Cette insistance est à mettre en rapport avec le contexte politique et social du moment. Dès le 15 août, les différents corps de métiers manifestent pour réclamer des augmentations de salaires. Il devient donc nécessaire pour le gouvernement de calmer les esprits et le meilleur moyen demeure celui de recourir à l’affirmation d’une harmonie sociale retrouvée. La figure mythique du peuple se constitue en juillet et ce mythe se veut rassurant.

Les frères d’armes et la fraternisation

  • 58 Odilon Barrot, Mémoires posthumes, Paris, Charpentier et Cie, 1875, t. I, p. 105.
  • 59 Ibid., p. 107.

22La fraternité d’armes peut être aussi celle des combattants ennemis. Les récits et brochures sont remplis de louanges envers ces soldats du 5e régiment qui décident de fraterniser avec les hommes du peuple, ne supportant plus de tirer sur leurs frères, leurs compatriotes. Il s’opère au cours de ces journées de Juillet une réelle fraternisation. Ces défections commencent dès le 28 juillet. La plus grosse a lieu le lendemain lorsque les 5e et 53e régiments, postés sur la place Vendôme, refusent de tirer et adoptent la cause des insurgés. Ces ralliements conduisent Odilon Barrot à considérer que la « force morale était du côté des insurgés58 ». Homme politique et avocat, Odilon Barrot est sous la fin de la Restauration un opposant au régime de Charles X. Il continue son récit des événements en offrant une explication de l’état d’esprit de ces soldats, « combattus par deux sentiments contraires qu’ils exprimaient non sans quelque embarras. Ils ne voulaient pas, disaient-ils, combattre plus longtemps contre leurs concitoyens et pour une cause qui n’était pas celle de la loi. C’était là le motif d’une démarche qui leur coûtait comme soldats59 ». Ces récits offrent une représentation humaine des soldats, dépeints comme des hommes du peuple avant d’être soldats.

Figure 11 : Julien, lithographie de V. Ratier, « Union et Liberté », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11107, cote microfilm : A 13026.

Figure 12 : Hippolyte Bellangé, lithographie de Gihaut, « Eh bien oui… ! Charbonnier est maître chez lui », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11106, cote microfilm : A 13025.

  • 60 Souvenirs de Victor Crochon, cote : Ms 1025 (1), vol. 1, p. 144.
  • 61 Entre autres : Hippolyte Bellangé, lithographe Gihaut, « Vive la ligne », 1830, cabinet des Estamp (...)
  • 62 Hippolyte Bellangé, lithographe Gihaut, 1830, « Vive la ligne », op. cit.

23Les bruits et les rumeurs courent dès les premiers jours de la révolution. Victor Crochon rapporte dans ses souvenirs les textes des bulletins censés avoir été diffusés dans Paris pendant les combats. L’un d’eux raconte qu’un « capitaine de la ligne a refusé de tirer », puis il continue en exhortant les combattants : « Allons, amis, du courage ! le sang de nos frères crie vengeance ! À demain, au point du jour ! Nous n’avons pas d’armes mais nos ennemis en ont. Plusieurs postes ont été désarmés. Ne nous laissons pas abattre, Vive la charte ! Vive la ligne ! La ligne ne tire pas ! La ligne est à nous60 ! » Ces rumeurs, ces représentations des soldats véhiculées auprès des insurgés, ont-elles conduit les hommes du peuple à être plus cléments vis-à-vis des soldats de la ligne ? La magnanimité des insurgés est incessamment soulignée et également constitutive de cette figure mythique du peuple parisien. Le soldat n’est plus envisagé comme un danger (contrairement au gendarme qui souffre d’une animosité croissante de la part de la population parisienne au cours des combats), mais comme un frère qui se bat au nom de la même cause. Les images des combattants qui insistent sur cette fraternisation d’armes sont nombreuses61. Hippolyte Bellangé, dans sa série sur la révolution, consacre une lithographie à ce sujet, où l’on voit un homme du peuple et un soldat de la ligne se tenant bras dessus bras dessous62. L’insurgé semble protéger le soldat en levant sa main pour indiquer l’alliance qui vient de se conclure, alors que le soldat paraît quelque peu effrayé. Au second plan se devinent des scènes de fraternisation au cours desquelles les combattants, dans les bras des soldats, boivent et fêtent leur réconciliation. Celle-ci préfigure la victoire des hommes du peuple et célèbre l’union de toute une nation derrière la liberté.

  • 63 P. Cuisin, Les Barricades immortelles…, op. cit., p. 124.

24L’esprit de fraternité qui envahit l’imaginaire social en ces journées de Juillet peut s’avérer plus difficilement discernable dans certains cas. Les fraternités de parentés et de classes peuvent s’entremêler. C’est ainsi que les « enfans, femmes, époux, frères, artisans, riches manufacturiers, en faisant de suite abnégation de leurs intérêts personnels, pour se dévouer à l’intérêt général, ne sont plus désormais qu’une seule famille : il semble qu’un grand fléau menace tout le genre humain63 ». La famille révolutionnaire prend alors une dimension universelle, les classes populaires parisiennes deviennent l’incarnation du genre humain. Et cette famille est une famille choisie. On retrouve ici l’idée de « frères choisis », employée par Cynthia Truant pour désigner les membres des compagnonnages sous l’Ancien Régime. Cette notion de fraternité est très présente chez les compagnons, qui voient leur Devoir comme une véritable famille où la métaphore familiale occupe une place centrale (la « mère » des compagnons veille sur la bande des frères). L’ordre familial n’est pas subi par les révolutionnaires, mais désigné par eux ou bien par ceux qui souhaitent voir cette union se concrétiser. L’ordre social maintenu présage le rétablissement d’un ordre politique. Dans cet imaginaire familial, chacun conserve sa place : derrière le père qui les guide, les frères se soutiennent. Même si l’unanimité est louée et la fraternité célébrée, certains membres de la famille révolutionnaire n’occupent pas une place aussi centrale que les autres. Même si les femmes sont représentées sur les barricades, elles ne sont pas encensées après la victoire de la même manière que leurs frères, pères, maris et même que leurs fils.

Les différents usages de la figure féminine en révolution

  • 64 La République avec le roi ou sans le roi, suivi d’une esquisse sur la Révolution française de 1830(...)
  • 65 Sur les femmes de 1848, voir en particulier l’article de Maïté Bouyssy et Christine Fauré in Chris (...)
  • 66 Une exception, Annie Duprat, « Des femmes sur les barricades de juillet 1830, Histoire d’un imagin (...)
  • 67 Voir, sur la figure féminine en révolution, Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses : les femme (...)
  • 68 Joan Scott, La Citoyenne paradoxale (1re édition, Harvard College, 1996), Paris, Albin Michel, 199 (...)

25« Et d’abord qu’est-ce que le peuple ? La réponse est facile. Le peuple se compose de tous ceux qui habitent le territoire. Riches et pauvres, hommes et femmes, vieillards et enfans, tous en font partie et comme tel, partagent la souveraineté. » Ce témoin oculaire poursuit en s’interrogeant : « Mais est-ce à dire que la volonté de tous sans exception doive être consultée et satisfaite ? » La réponse est sans équivoque : « Il y a des quantités superflues à éliminer. Le père a les mêmes intérêts, la même volonté que ses enfants mineurs, il stipulera pour eux ; le mari stipulera pour la femme64. » Voici ainsi résumée la place des femmes au sein des représentations du peuple révolutionnaire. Représentées comme habitantes de la France, elles ne sont pas pour autant considérées comme des citoyennes à part entière. Elles sont dépeintes comme des mineures, associées à leurs enfants et soumises à la dépendance de leur mari. Renvoyée dans la sphère privée, la femme de la Restauration est essentiellement responsable de la vie domestique. Exclue de la vie politique, elle fait irruption sur la scène publique pendant les journées de Juillet. Comment est perçue sa participation à la lutte engagée au nom de la Charte ? Alors que les femmes de la révolution de 1848 ont donné lieu à de nombreux travaux65, celles de 1830 ont souffert de ce long désintérêt des historiens pour la révolution de Juillet66. À travers l’analyse de leurs représentations dans les Trois Glorieuses, leur situation de mineur au sein de la société se reflète, même en temps extraordinaire. Cependant, le moment révolutionnaire constitue une période exceptionnelle d’expression et de visibilité des femmes dans la sphère publique67. On retrouve ainsi ce « paradoxe68 » constitutif de l’identité féminine de ce premier XIXe siècle : perçue comme un individu à part entière, douée de droits civils, reconnue comme une actrice de la révolution, mais toujours exclue d’une citoyenneté active.

La figure féminine dans la « stratégie révolutionnaire »

  • 69 Henry, lithographe Delaporte, « 27 juillet 1830. Première victime portée à Paris », 1830, cabinet (...)
  • 70 Voir les commentaires de Duchesne-Tausin sur les lithographies de la collection Histoire de France (...)
  • 71 Duchesne-Tausin, op. cit.

26Les particularités attribuées au sexe féminin au XIXe siècle sont utilisées dans les représentations du peuple de Juillet pour émouvoir, comme c’est le cas de la première victime de la révolution. Toute une iconographie représente cette femme du peuple tombée injustement sous le feu des gardes le 27 juillet 183069. Elle incarne alors l’innocence, sa mort symbolise l’injustice. Ces représentations de la première victime des journées révolutionnaires se répètent suivant les différents artistes. La victime est toujours allongée par terre, entourée d’hommes qui se penchent vers elle et la désignent, manifestant leur indignation face à cette mort injuste. À travers cette représentation, les femmes sont utilisées comme objet d’attendrissement. Elles constituent par leur présence des acteurs passifs, qui subissent leur sort. Cependant, cet événement, déclencheur de la révolution, est mis en doute par certains récits. Duchesne-Tausin et Rozet remettent en cause ce discours unanime qui considère que la première victime de juillet 1830 est une femme du peuple70. Le conservateur du cabinet des Estampes, Duchesne-Tausin, commente une image de la collection Histoire de France représentant le 27 juillet 1830 et démontre ainsi que le premier mort est de sexe masculin : « Vers trois heures après midi les attroupements devinrent nombreux. Rue du Lycée, un homme tué par la troupe faisant le service au Palais-Royal, fut la première victime. L’affluence augmenta incessamment et avec elle les combattants. Le cris de guerre était Vive la Charte71. » De plus, certaines images situent la scène le deuxième jour des combats, rendant ainsi son impact en tant que déclencheur, beaucoup moins pertinent. L’incertitude de la date et le démenti des contemporains permettent de supposer que cet événement fut réélaboré pour nourrir le mythe.

  • 72 P. Cuisin, Les Barricades immortelles…, op. cit., p. 124.
  • 73 Nicolas-Auguste Dubois, Histoire du règne de Charles X et de la révolution de 1830, Paris, Beaulé, (...)
  • 74 J. B. Beaupied, Dévouement de trois frères (MM. De Vernon) à la cause nationale, ou épisode des de (...)
  • 75 Geneviève Fraisse explique comment les contemporains, sous couvert d’un savoir médical, considèren (...)

27La « nature » des femmes est sans cesse rappelée pour souligner le dépassement dont ont fait preuve celles qui se sont rendues sur le champ de bataille. « Le sexe faible » a surpassé sa sensibilité le temps d’une révolution. Cuisin remarque que « la femme, jolie, oublie sa parure et ses attraits pour ne s’occuper que des dangers imminents de la patrie72 ». Même si « des femmes elles-mêmes, oubliant la faiblesse de leur sexe, venaient associer leur grâce à celle de nos héros : un fusil n’était pas trop lourd pour leurs bras73 ». C’est encore cette nature qui explique, d’après certains contemporains, leur impossible participation aux combats et la frustration qui l’accompagne. Comme en témoigne monsieur Beaupied, « on voyait dans leurs regards qu’elles se trouvaient malheureuses de n’être que des femmes74 ». Ces brochures ne sont le fait que d’écrivains masculins et ce n’est que par ce prisme qu’il est possible de percevoir cette représentation des femmes en juillet 1830. Ces rappels incessants à ce qui compose, dans l’imaginaire des hommes, la nature féminine, renvoient à toutes les théories médicales développées en ce début du XIXe siècle sur l’infériorité des femmes, tant du point de vue biologique que moral75. Grâce au recours à cette sensibilité qui caractérise les femmes, les acteurs de la révolution les renvoient à leur statut de mineurs au sein de la société.

  • 76 F. Rossignol et J. Pharaon, Histoire de la révolution de 1830 et des nouvelles barricades, Paris, (...)
  • 77 David H. Pinkney, La Révolution de 1830…, op. cit., p. 304.

28Certains contemporains s’interrogent pourtant sur leur absence dans les récits sur les événements : « Et ces femmes qui se joignirent à nous alors que nous marchions à l’ennemi, elles que leur sexe condamnait à la crainte et aux larmes, les aurions-nous oublier76 ? » Leur présence est attestée au sein des combattants. On en dénombre 52 sur les listes des blessés77. Comment interpréter cette présence féminine parmi les insurgés ? Les hommes sont obligés de les mentionner dans leurs récits mais dévoilent, à travers les représentations du peuple en révolution, toutes les difficultés rencontrées face à cette irruption du sexe féminin sur la scène publique en ce début du XIXe siècle.

Des représentations équivoques des femmes au combat

  • 78 Voir Jean-Jacques Yvorel, « De Delacroix à Poulbot, l’image du gamin de Paris », in Images de l’en (...)
  • 79 Selon l’expression de Jean-Jacques Yvorel, « De Delacroix à Poulbot… », op. cit.

29La participation des femmes aux combats de Juillet est évidente et fréquemment soulignée. Elles sont pourtant absentes des lithographies consacrées aux combats principaux. Elles sont toutefois visibles sur 218 images parmi les 614, où les hommes du peuple sont présents. Lorsque les chansons et les brochures mentionnent les femmes, c’est toujours accompagnées des enfants et parfois des vieillards. La présence et la participation active des enfants sur les barricades est attestée dans tous les témoignages. Ils sont souvent figurés dans les lithographies et représentés sur les scènes de théâtre. L’archétype du gamin de Paris commence alors à voir le jour, même si l’engagement des enfants dans les combats se fait remarquer dès 182778. Sur les barricades de Juillet, la représentation des enfants unanime et louable, est conforme à celle des hommes et femmes du peuple. Ce n’est qu’à partir de 1832 que la « face d’ombre79 » du gamin de Paris surpassera les autres. La triade des mineurs, désarmés ou infirmes, se retrouve chez tous les contemporains. Ces regroupements renvoient à la place des femmes dans la société, toujours associées à leur rôle de mère ou d’épouse. Au cours des Trois Glorieuses, elles sont représentées comme les mères de la patrie, secourant leurs maris, fils, frères ou pères. Associées aux enfants car, comme eux, depuis l’instauration du Code civil napoléonien, elles sont placées sous la tutelle de leur mari. Cependant, contrairement à eux, qui ne sont que mineurs provisoirement – du moins les garçons – les femmes représentent, légalement depuis 1804, des mineures perpétuelles. Elles dépendent de leurs pères, puis de leurs époux pour tous les domaines de la vie civile. Quant à d’éventuels droits politiques, elles en sont privées depuis la fin de la Révolution. Si cette représentation des mineurs de la société au sein des mises en récit des Trois Glorieuses reflète la place occupée par les femmes légalement, elle est aussi révélatrice de leur statut dans l’imaginaire social de ce premier XIXe siècle.

  • 80 A. de Saintes, Les Enfants de Paris ou Les Petits Patriotes, scènes de courage… de la jeunesse par (...)

30Lorsqu’elles figurent sur des scènes de combats, les femmes sont cantonnées dans des rôles de soignantes, d’infirmières. Dans certains cas, elles vont jusqu’à participer aux affrontements, mais du haut de leur maison, en jetant des pierres sur les soldats. Elles ne sont pas évoquées collectivement. Une seule femme se situe souvent au milieu des combattants, baissée pour soigner un blessé. Sa présence unique sert à justifier la participation féminine. Les représentations de ces femmes aidant, soignant, se ressemblent. Souvent représentées dans des postures de soumission, elles sont dessinées de dos, accroupies, portant un homme, se baissant pour en aider un autre. Elles ne sont que rarement debout et fières comme les combattants masculins. Leur supposée nature les empêche à nouveau d’accomplir les mêmes tâches que les hommes. Soulignant la générosité qui les caractérise, un contemporain résume ainsi leur participation : « C’est ainsi que le sexe le plus faible ne pouvant payer par la force et le courage sa dette à la patrie, y suppléait par la bonté unie à la grâce, qui en fait le charme80. » Dans l’imaginaire des contemporains, les femmes doivent compenser leur infériorité en participant, à leur mesure, à la victoire de la nation. On les retrouve tout de même sur d’autres scènes. Par exemple, au sein des lithographies représentant la construction des barricades, les femmes du peuple occupent une place remarquée. Elles portent des pavés, apportent à manger aux vaillants insurgés.

31Ces deux figures de femmes, présentes sur le champ de bataille, occupent des postes d’auxiliaires. Reflet de leur participation à la vie civile, elles sont toujours cantonnées dans une dépendance. Mineures dans la société, elles restent mineures dans le combat pour la liberté. Surtout, leur « nature » les empêche de prendre les mêmes risques que les hommes, d’où leurs représentations dans des postures beaucoup moins dangereuses. L’attribution de leur place au sein de la sphère privée se perçoit dans la révolution. Bien que strictement attribué aux femmes, ce domaine n’en est pourtant pas moins contrôlé par les hommes. La scène révolutionnaire ne peut être laissée aux femmes. La plupart des récits rappellent ainsi leur participation en tant que mères. La maternité étant considérée comme l’unique destin des femmes. Quelques figures divergentes les représentent pourtant au combat, mais cette émancipation reste exceptionnelle. Le spectre de la femme envahissant le domaine du politique, exclusivement masculin, plane toujours sur les consciences depuis la Révolution. Cette crainte d’un affranchissement et d’une prise de pouvoir par les femmes pousse les contemporains à minimiser leur rôle dans les Trois Glorieuses ou à les circonscrire dans des postures inférieures.

Des femmes exceptionnellement combattantes

32La représentation de femmes activement combattantes est exceptionnelle et soulignée comme telle par les contemporains. Beaucoup de brochures rappellent le même événement inhabituel, celui de la place de Grève, où deux femmes se sont battues, fusils à la main, aux côtés des hommes. Cependant, on remarque qu’elles n’interviennent que pour remplacer les morts. Ce fait est répété identiquement par tous les auteurs :

  • 81 Simon Blocquel, La Quinzaine mémorable. Événements arrivés à Paris, du 26 juillet au 9 août 1830, (...)

« On a vu sur la place de Grève deux femmes au premier rang, s’emparer des fusils des soldats tués, et tirer sur les troupes royales pendant plus de deux heures. Jamais nation ne s’est battu avec autant d’élan et de patriotisme81. »

  • 82 Émile Gaubu, « Barricade à la grève », 1830, musée Carnavalet, cote : PC 043 h bis ; H. Gérard Fon (...)
  • 83 « Héroïsme des dames de Paris », 1830, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, cote origin (...)

33Dans les représentations iconographiques, quelques lithographies montrent des femmes combattantes. Comme les infirmières, elles sont toujours seules, pour insister sur la singularité de leur participation. Deux figurations sont possibles, soit elles sont dessinées comme de véritables insurgés, comme c’est le cas dans « Barricade à la Grève » ou « Patriotes des 27, 28 et 29 juillet82 », où rien ne les distingue des participants masculins, si ce n’est leur costume, qui ne porte que rarement les traces des combats, ce qui renvoie une fois de plus à une participation moins dangereuse, et donc moins héroïque. Soit elles figurent telles des allégories, dans « Héroïsme des Dames de Paris83 », elles représentent la féminité au combat. La femme assise sur un canon, qui se trouve au second plan, tient un drapeau, et semble plus symboliser la liberté que la participation des femmes aux affrontements.

  • 84 Arlette Sérullaz et Vincent Pomarède, Eugène Delacroix. La Liberté guidant le peuple, Paris, Réuni (...)
  • 85 Le célèbre tableau de Delacroix a suscité beaucoup de travaux chez les historiens, ainsi que chez (...)
  • 86 Ibid., p. 46.

34Ces figures annoncent la célèbre héroïne de Delacroix. En septembre 1830, l’artiste, alors chef de file de l’école romantique, choisit de représenter les événements de la révolution. Dès le 20 septembre, il se met au travail pour accomplir le plus célèbre tableau qui représente les insurgés de 1830. En trois mois, son œuvre est terminée et devient une véritable « icône républicaine84 ». Le peintre s’est laissé emporté par l’élan patriotique et romantique de l’après révolution. Bonapartiste convaincu, il n’avait suivi que de loin les journées de Juillet, même s’il est enrôlé dans la Garde nationale et chargé de défendre le Louvre après la révolution. Sa Liberté guidant le peuple est inspirée de ses tableaux sur la Grèce ; elle incarne en même temps le réalisme des combats et une allégorie de la Liberté. Les contemporains ont d’ailleurs du mal à la comprendre, sans doute en raison de cette double interprétation, qui en fait aussi bien un tableau historique qu’une représentation mythique. Certains historiens considèrent que l’œuvre est en fait un éloge du nouveau régime. Delacroix, pour s’attribuer les faveurs du roi, loue comme les autres, l’union des Français derrière Louis-Philippe. La place féminine est indéniable dans cette œuvre. Delacroix, dans sa Liberté guidant le peuple, fait de cette femme du peuple combattante le symbole de la révolution. Celle qui incarne la liberté dans le tableau est marquée par un « caractère d’exception » que souligne Hélène Toussaint85. En effet, « elle est la liberté, un être mythique qui ne doit pas être confondu avec une simple insurgée86 ». Sa présence au centre du tableau, et la prégnance des figures populaires en font l’emblème de la révolte en ce XIXe siècle commençant. Pourtant les contemporains sont frappés par les traits réalistes qui la caractérisent. C’est ce réalisme qui fait scandale et qui suscite tant de polémiques. De la même façon que le tableau, la figure centrale est critiquée par les contemporains, perdus entre le réel et l’imaginaire, comme en témoigne la critique acerbe du Journal des artistes :

  • 87 Le Journal des artistes, 1er mai 1831.

« La Liberté guidant le peuple est une femme ignoble, à la peau sale, aux formes grossières, coiffée d’un bonnet rouge, tenant un drapeau tricolore et gravissant un tas de pavés de manière qu’on ne soupçonne ni le mouvement ni même l’expression de la jambe droite. On se demande, en outre, et la question vaut la peine d’être faite, si cette Liberté est une femme véritable, ou si c’est un personnage allégorique. Aucun spectateur n’est en état de résoudre ce problème87. »

Figure 13 : Émile Gaubu, « Barricade à la grève », 1830, musée Carnavalet, cote : PC 04 h bis

35Le tableau se résume tout entier par cette figure, qui choque plus que toute autre chose les critiques du Salon de 1831. Delacroix, contrairement aux autres artistes qui célèbrent unanimement la victoire dans l’union des Français, accorde une place aux femmes dans son œuvre. Elle demeure l’allégorie, qui réunit bien des traits de « la femme ». Au milieu de la triade légendaire, vient donc s’introduire une figure féminine qui traduit une réflexion sur une possible nouvelle place des femmes au sein de la société française.

  • 88 H. Gérard Fontallard, lithographe Lemercier, « Patriotes des 27, 28 et 29 juillet », op. cit.

36Une seule lithographie représente réellement une femme, seule, se battant88. L’auteur, Gérard Fantallard, veut représenter l’insurgée comme une véritable héroïne révolutionnaire. La protagoniste se tient seule, debout devant des cadavres d’hommes et non plus à côté de combattants armés. L’expression de son visage dévoile une assurance que les autres figures de femmes ne présentent pas. De plus, elle tient des pistolets pointés sur l’adversaire. Les armes rendent son action beaucoup plus héroïque, car elles exigent par leur nature même de se tenir plus proche de ses ennemis. La femme a pris les armes des hommes morts au combat, pourtant elle garde ses attributs féminins : un fichu sur la tête, une jupe. Cette figure fière, orientale et à l’allure vengeresse, est très intéressante. Le titre de l’image, « Patriotes des 27, 28 et 29 juillet » renvoie à la place que le lithographe accorde aux femmes. Elles sont exceptionnellement, au même titre que les hommes, d’actives participantes aux journées de Juillet.

  • 89 Napoléon Henry, Le Panthéon ou les Hommes de juillet 1830, Paris, Boulland, 1831, p. 23.
  • 90 Madame la Comtesse Herminie de Lépinay, La France libérée ou les journées des 27, 28 et 29 juillet (...)
  • 91 Sur la question des femmes chez les philosophes du premier XIXe siècle, voir Geneviève Fraisse, Le (...)

37Bien qu’au sein des récits ces représentations soient minoritaires, elles ont le mérite d’exister et de montrer une figure autonome de la femme, parfois « égalant l’ardeur89 » de l’homme. Et certains contemporains en viennent même à parler, grâce à leur courage pendant les combats, d’un « sexe nouveau90 ». Cette représentation des femmes reflète le climat d’une époque où les saint-simoniens et fouriéristes accordent dans leurs discours une nouvelle place aux femmes. Bien que leur rôle soit clairement assigné au domaine de la vie domestique, l’époque est marquée par ces penseurs célébrant leur émancipation et parfois même leur participation à la vie politique. Le comte Saint-Simon écrit à cette période : « L’homme et la femme, voilà l’individu social. » Quant à Charles Fourier, il prône clairement la libération de la femme, son affranchissement. Une libération qui s’effectue, selon le penseur, par le biais des associations. Ces philosophes, en évoquant un affranchissement des femmes, en tant qu’individus, offrent ainsi la possibilité de l’émergence du féminisme91. Mais ces réflexions ne transparaissent pas dans les représentations dominantes des femmes en 1830.

  • 92 Voir sur la figure du père au XIXe siècle : Michelle Perrot, « Figures et rôles », in Philippe Ari (...)
  • 93 La Révolution de 1830 ou histoire des événemens qui ont eu lieu dans Paris les 27, 28 et 29 juille (...)

38Finalement, la représentation des femmes dans la révolution de 1830 demeure ambiguë. Autant les contemporains remarquent et soulignent leur présence, autant ils insistent sur l’exception que constitue leur participation et les enferment en grande majorité dans des rôles secondaires. L’homme continue dans la révolution à dominer l’espace public92. La conclusion revient à une brochure parue en 1830 : « Nous pouvons même ajouter que si la bravoure fait l’homme, les enfans de huit à dix ans, les femmes mêmes sont des hommes lorsqu’il s’agit du bien public93. » Cette phrase résume la place des femmes dans l’imaginaire social : lorsqu’elles sortent de leur rôle, elles deviennent des hommes. Est-ce une façon de les considérer comme inférieures et de ne pas pouvoir envisager des femmes victorieuses en tant que femmes, ou bien est-ce une manière de les estimer, le temps d’une révolution, à l’égal des hommes ?

  • 94 Dans Le Réveil de la France ou trois jours de gloire, M. Jules Mercier, Paris, rue Saint-Benoît, 1 (...)

39Les mises en récit de la révolution veulent accorder une place aux femmes et glorifient leur action pendant cette période mouvementée. Peu de caricatures voient le jour sur le thème des femmes révolutionnaires, alors qu’en 1789, l’apparition des femmes sur la scène publique avait provoqué un afflux considérable de brochures et lithographies antiféministes. Les répercussions ne sont pas aussi violentes contre les femmes en 1830, car on considère qu’elles ne constituent pas un danger aussi inquiétant qu’en 1789. Elles ne réclament pas aussi fortement des droits politiques, ne créent pas de clubs… On ne juge donc pas nécessaire de rejeter les femmes dans leur infériorité, ni de se déchaîner, comme ce fut le cas sous la Grande Révolution, sur leur anormale sexualité qui les empêche d’obtenir des droits politiques. Dans les représentations des femmes en 1830 se ressent plus intensément la force des contraintes et des figures imposées sous la Restauration. Les femmes restent admirables et admirées au sein des discours produits en 1830. Leur présence est ainsi soulignée car indispensable à l’unanimisme et à la dimension familiale qui le nourrit. Les hommes combattants sont loués immédiatement après les combats pour leur courage et leur vaillance, alors que les figures de femmes restent dans les mémoires grâce à leurs vertus, qui rendent la victoire belle et louable94.

Un peuple vertueux…

  • 95 Le National, 29 et 30 juillet 1830.
  • 96 Le Temps, 31 juillet 1830, p. 2.
  • 97 J. F. Failly, Jugement du coup d’État et de la révolution de 1830, Paris, Delaunay, 1830, 71 p.

40Immédiatement après les journées de Juillet, les contemporains célèbrent en masse cette population parisienne capable de sauver la France en soixante-douze heures. Les premières réactions proviennent de la presse qui se fait très vite l’écho des habitants de la capitale. Le National s’exclame dès le dernier jour des combats : « En un mot, c’est le peuple qui a tout fait depuis trois jours. On ne l’a ni harangué, ni excité, ni poussé, il a obéi à ses sentimens et à ses instincts ; il a été puissant et sublime95. » Le 31 juillet, Le Temps affirme : « Jamais le peuple français ne s’est montré plus grand, plus héroïque, plus admirable qu’aujourd’hui ! quelle ardeur, quelle abnégation, quel dévouement, quelle conscience de la justice et de sa cause ! Audace, patience, résignation, il a déployé toutes ces vertus96. » Les journaux de tous bords participent à cette extraordinaire célébration des hommes du peuple en juillet. Les éloges se font de plus en plus dithyrambiques et les contemporains rivalisent de compliments. Mais ce que les récits soulignent concerne surtout les vertus déployées par les insurgés pendant et après le combat. Ces hommes du peuple ont montré « qu’un cœur pur battait sous ses haillons » et qu’ainsi « la vertu parlait au cœur de tous les citoyens, elle leur tenait lieu d’organisation97 ».

  • 98 Parfois ces anecdotes occupent une très grande partie du récit comme c’est le cas dans la brochure (...)
  • 99 Nicolas-Auguste Dubois, Histoire du règne de Charles X…, op. cit., p. 341.

41Chacun s’applique à souligner le courage des combattants, leur force, leur intrépidité pendant les affrontements racontant une anecdote qui s’est déroulée pendant les Trois Glorieuses et illustrant ainsi l’incroyable courage des hommes du peuple. La prise de canon de Benoît, le célèbre épisode du pont d’Arcole ou encore la ténacité du jeune homme devant les grilles de l’École polytechnique, sont autant d’épisodes racontés sur tous les tons. La plupart des brochures parues sur la révolution se terminent par cette énumération de « faits remarquables » ou « traits de bravoure98 ». Malgré leur hétérogénéité, ces anecdotes ont toutes en commun de célébrer l’ardeur d’un jeune homme du peuple, la générosité d’une Parisienne ou l’intrépidité d’un gamin s’élançant sous le feu ennemi. Peu importe la véracité des éléments retranscrits, c’est la célébration de ces héros qui ont mis fin au règne du roi parjure qui prime. Les chansons rejoignent les brochures dans cette célébration unanime, ainsi que les lithographies parues à la suite des événements. Certaines anecdotes reviennent dans les récits, comme ce jeune homme du peuple qui refuse de vendre son fusil. Parfois, il prend le costume d’un chiffonnier qui s’exclame : « Je tiens à mon bon fusil ; il a déjà servi deux fois99 ! » On le retrouve dans une lithographie de Villain intitulée « Hauts faits des mémorables journées des 27, 28 et 29 juillet 1830 ». Au premier plan, un jeune bourgeois se tient sur un cheval, penché vers un insurgé qu’il semble interpeller. La légende indique que le révolutionnaire est un chiffonnier, malgré une apparence vestimentaire qui le rapproche plutôt d’un artisan. Entouré de combattants, les éléments textuels permettent de comprendre que le cavalier réclame le fusil de l’insurgé, contre une somme d’argent, ce que le chiffonnier refuse immédiatement. L’air résolu de celui-ci et la manière dont il tient fièrement son arme soulignent sa détermination et mettent en valeur l’honnêteté du personnage, vertu suprême du peuple en 1830. Grâce à l’élan d’union produit par le renversement de régime, la figure du chiffonnier se transforme. Objet de dégoût et de mépris incarnant l’infection de la capitale, elle se métamorphose sous l’effet de la révolution pour devenir un exemple de moralité. Les métamorphoses de la figure du chiffonnier reflètent les stratégies employées pour rassurer les élites sur la légitimité d’un tel bouleversement.

  • 100 Ibid., p. 293.
  • 101 Dans une brochure anonyme, l’auteur rapporte le fait qu’on ait trouvé de l’argent dans les poches (...)
  • 102 J. F. Failly, Jugement du coup d’État et de la révolution de 1830, Paris, Delaunay, 1830, p. 37.
  • 103 MM. Étienne Arago et Félix-Auguste Duvert, 27, 28 et 29 juillet 1830, tableau épisodique des trois (...)
  • 104 Thomas Sauvage et Georges Ozaneaux, Le Gentilhomme de la chambre ou Dix Jours après, À propos nati (...)
  • 105 Ibid., scène xv.

42Les anecdotes que retiennent les contemporains concernent surtout le désintéressement des hommes du peuple. Les récits abondent d’exemples d’insurgés refusant l’argent qui leur est offert. Interpellant les combattants, Nicolas-Auguste Dubois s’exclame : « Bons artisans combien d’autres vertus encore vous avez déployées dans ces moments même où l’absence de la vertu n’eut peut-être pas été regardée comme un crime ! Épuisés de fatigue et de besoin, alors qu’on leur offrait de l’argent, ils refusaient. “Nous ne vendons point nos services mais quelques alimens vous sont nécessaires ; prenez, conservez-nous les défenseurs de la patrie100.” » Les révolutionnaires de 1830 se battent au nom de la Charte et de la liberté et non pour l’argent, comme certaines rumeurs ont pu le sous-entendre, et contrairement aux soldats du roi qui eux, toujours selon les rumeurs, se battent pour de l’argent101. Face à ces affirmations résonnent dans les mémoires les actions de leurs ancêtres et les pillages qui ont accompagné la Grande Révolution. En insistant sur ce désintéressement des insurgés de 1830, les contemporains dévoilent leurs inquiétudes face à des souvenirs encore très proches de débordements populaires. Mais les hommes de 1830 « n’ont connu d’autres intérêts que celui de la gloire. La conscience de leurs hauts faits leur suffit ; ils rejettent le prix de leurs services : ils en trouvent la récompense dans leurs services eux-mêmes102 ». Pendant les journées de combats, les hommes du peuple refusent d’échanger leurs fusils contre de l’argent et rapportent même les biens égarés à la mairie. Cette représentation d’un peuple incorruptible se retrouve dans les pièces mises en scène juste après les événements. Dans le tableau épisodique des trois journées d’Arago et Duvert, l’anglais Atkinson loue l’intégrité des hommes du peuple qui lui rapportent son portefeuille, perdu lors des combats, rempli d’argent où rien n’a été volé. À la suite de ces découvertes, l’étranger soulagé se réjouit en chantant les « vertus civiques » des combattants, résumées en trois mots : « amour des lois, courage et probité103 ». La même scène se retrouve aussi dans la pièce jouée au théâtre de l’Odéon, dans laquelle le marquis de Courbignac, endormi pendant le déroulement des trois journées, se réveille à la fin de la révolution104. Paniqué d’apprendre la nouvelle d’une insurrection, il s’inquiète de se voir pillé. C’est alors qu’il apprend par un homme du peuple, révolutionnaire de surcroît, que la dot de sa nièce, qu’il croyait égarée avec la perte de son portefeuille, a été rapportée à la mairie105.

43Après la bravoure des hommes du peuple et leur désintéressement vient l’énumération plus détaillée de certaines de leurs qualités remarquées pendant les journées révolutionnaires. Les contemporains insistent tout particulièrement sur certains traits héroïques qui les distinguent aussi bien de la conduite qu’ils adoptent en temps ordinaire que de celle de leurs ancêtres. En ces temps post-révolutionnaire, ce qui compte désormais est d’arriver à maintenir le calme après l’effervescence. C’est la raison pour laquelle, les éloges se font plus précis et concernent le comportement des vainqueurs après le combat. Désormais, les louanges les plus répétées, aussi bien dans les chansons que dans la presse ou les brochures de l’époque, la probité et la magnanimité, si caractéristiques des qualités populaires viennent rejoindre son désintéressement et sa modération. Les récits soulignent la manière dont les héros ont su respecter les vaincus et les protéger des vengeurs mal intentionnés. Les Suisses ne subissent aucune animosité et le calme est resté de mise parmi la population parisienne. Les hommes du peuple sont représentés comme des êtres généreux et les blessés de tous bords sont soignés indistinctement par les femmes du peuple, présentes alors pour tous, selon leur générosité légendaire.

44Enfin, la dernière, mais non moins importante, vertu est le respect des biens. En cette période où la propriété est une valeur essentielle et particulièrement protégée, son respect constitue un élément primordial. Les monuments sont envahis, dès le second jour des combats et chacun craint que cette invasion ne détruise sur son passage toutes les richesses du royaume. Cependant, il n’en est rien, les insurgés sont remarquablement sages et respectueux, ils ne volent rien. Et lorsque certains hommes du peuple s’égarent et dérobent quelques biens précieux, la justice populaire réagit immédiatement. Cette justice n’attend pas, elle punit aussitôt ceux qui osent la défier. De nombreuses lithographies illustrent cette justice populaire. Les hommes du peuple qui ont fauté sont dépeints, punis sur le lieu même de leur délit, l’objet du crime encore en main. Les lithographies représentent la violence de leur condamnation : les voleurs sont fusillés sur-le-champ. Violence absente des combats mais précisément retranscrite quand il s’agit de punir des pilleurs.

  • 106 David Kerr, Caricature and french political culture 1830-1848, Oxford, Clarendon Press, 2000, p. 1 (...)
  • 107 James Cuno, Charles Philippon and la maison Aubert: the business, politics and public of caricatur (...)
  • 108 Voir cahier couleur, planches VII, VIII, IX et X.

45L’éditeur de la maison Aubert, Charles Philippon, a lui-même participé à la révolution de Juillet. Il explique qu’il a « fondé la Maison Aubert à la fin 1829 (en décembre)-1830 arrivant, je pris part à la révolution, comme tous les patriotes de mon âge (j’avais 30 ans)106 ». Philippon, en 1829, est l’un des cofondateurs du journal caricaturiste intitulé La Silhouette, qui offre à chacune de ses livraisons des lithographies originales. Puis il installe sa boutique d’estampes, la maison Aubert, au sein du passage Véro Dodat, un des six passages du Palais-Royal. Débutant au numéro 31 en décembre 1829, il déménage par la suite en septembre 1830 vers le numéro 12. À partir de ce lieu stratégique, Philippon développe son commerce et arrive à dominer le marché des estampes. Son succès est principalement dû à des lithographes de renom, comme Grandville ou Traviès, qui produisent pour lui des caricatures107. L’éditeur dessine et publie 6 caricatures dans les semaines qui suivent les journées de Juillet. Il édite beaucoup d’autres lithographes, comme l’artiste Gérard Seguin. Sur les 680 images dont le nom de l’éditeur est connu, la maison Aubert en diffuse 168. Beaucoup sont des caricatures, mais il publie aussi des scènes de combats, de rue, ainsi que des macédoines. Il travaille avec des lithographes de renom tels que Lemercier, Langlumé, Delaporte ou Ratier. Dans le petit recueil qu’il publie en 1830, Philippon rassemble huit lithographies de Gérard Seguin et offre un aperçu des principales vertus des classes populaires célébrées par tous les contemporains après la victoire. Les qualités des hommes du peuple pendant les Trois Glorieuses se regroupent sous des titres tels que l’« Intrépidité », l’« Éloquence », la « Générosité », l’« Humanité » ou encore la « Probité108 ». Sagesse, honnêteté, courage et justice, telles sont les principales qualités qui reviennent dans ces descriptions du peuple en 1830. Ces images représentent « les actions qui attesteront à jamais les hautes qualités que le peuple parisien a développées pendant la glorieuse révolution de 1830 ».

  • 109 Notice sur le grand drame…, op. cit., p. 29.

46La célébration des vertus populaires ne connaît pas de limites en cette période post-révolutionnaire. Parfois les éloges sont excessifs. Il n’existe plus rien des débordements qui semblent pourtant avoir accompagné la révolution, la violence est bannie des discours. Dans une des nombreuses brochures parues sur le sujet, un contemporain en vient même à expliquer que « dans ces soixante douze heures, on n’a pas vu un seul homme ivre, il n’est pas une citoyenne qui ait eu les oreilles blessées d’un mot grossier ; il n’est pas un habitant de la ville qui ait souffert le plus léger dommage, hors les chances du combat et l’enlèvement des armes, dans sa personne ou ses propriétés109 ».

47La figure mythique du peuple en 1830 se nourrit de ces démonstrations excessives sur la moralité populaire. Les quatre vertus cardinales s’illustrent dans les représentations du peuple de 1830. La justice, la prudence, la force et la tempérance se retrouvent comme les principales vertus des combattants. Elles désignent bien les quatre vertus fondamentales qui régissent les rapports humains, celles sur lesquelles repose la morale. Apaisant les élites effrayées par cette irruption des classes populaires sur le devant de la scène, qui pensent ainsi calmer les éventuelles prétentions des insurgés tout juste enorgueillis de leurs succès, les représentations du peuple se veulent encore une fois plus rassurantes. Cependant, elles doivent lutter contre les souvenirs de la Grande Révolution qui hantent les consciences.

… qui saura terminer la Révolution

  • 110 Le Corsaire, 12 août 1830, p. 2.

48Alors que, pendant une longue période, les références à ces épisodes révolutionnaires sont bannies, strictement censurées, les journées de Juillet leur permettent de revenir sur le devant de la scène. Les langues se délient et chacun peut désormais évoquer ce moment fondateur. La Marseillaise, symbole de la révolution passée, retentit dans tous les théâtres. Elle sert à réchauffer les cœurs et entraîne à l’union. Survit à travers elle l’esprit de la Grande Révolution. Certains s’étonnent pourtant de voir revenir cet hymne, né durant une période qui ne conduisait pas forcément à l’harmonie. Le Corsaire, journal satirique, s’étonne de cet élan soudain face à l’œuvre de Rouget de l’Isle, déjà le 3 août, il écrit « La Marseillaise n’est plus de notre temps […] et nous n’approuvons point les théâtres qui ont cru devoir nous faire reculer de quarante ans en faisant chanter La Marseillaise ». Le 12 août, il revient sur le sujet en expliquant pourquoi la chanson représente en 1830 un anachronisme car « notre cause avait un caractère tellement légal, que nous pensions devoir blâmer tout ce qui pouvait évoquer les souvenirs sanglants de 93 ; mais nous ne persistons plus dans notre opinion, du moment que le prince entonne avec son peuple la marche républicaine de Rouget de L’Isle ». L’article conclut finalement que « l’hymne de La Marseillaise restera désormais le chant national des Français ; ses glorieux accens se perpétueront de génération en génération ; il deviendra le monument traditionnel de notre restauration politique110 ». À suivre l’évolution de l’opinion du journal sur ce symbole révolutionnaire, on perçoit les ambiguïtés liées à l’héritage de la Révolution française et les difficultés pour les contemporains de se réapproprier ce symbole. Même si les insurgés, dans leur grande majorité, n’ont pas participé aux épisodes révolutionnaires précédents, les plus anciens y ont contribué ainsi qu’aux campagnes de l’Empire. La présence de ces derniers paraît capitale, aussi bien pour légitimer la révolution de 1830, que pour modérer les jeunes. Certains ne font que raconter pendant que d’autres comparent. La place de ces vétérans dans l’imaginaire de cette révolution est primordiale. Beaucoup de faits remarquables ont pour acteurs principaux ces vieux soldats. Certains d’entre eux servent de guides aux insurgés encore inexpérimentés, d’autres invitent à la prudence, grâce à la sagesse qu’ils ont acquise par leur expérience. Les témoignages oscillent toujours entre ces deux représentations de 1789, qui en font à la fois un modèle et un redoutable danger. Un imaginaire nourri par des récits, des mémoires ou même des lithographies publiées après la Révolution française et qui invitent à en découvrir un aspect en particulier, propre au commanditaire. Certains mettent en récit les craintes qui en découlent. Par exemple, Léon Gallois, dans sa brochure publiée en 1830 sur les journées de Juillet, témoigne de ses craintes de voir revenir les hommes de la Révolution :

  • 111 Léon Gallois, La Dernière Semaine de juillet 1830, Paris, A. J. Denain, 1830, p. 8.

« Je craignais de reconnaître ces brigands qui souillèrent la première révolution ; je me figurai à chaque instant que j’allais voir défiler ces figures sinistres, ces hommes déguenillés, aussi dégoûtants de leurs personnes que par leur langage, que j’avais vu dans les estampes représentant des scènes de cette époque111. »

  • 112 Par exemple, dans les pièces dont le sujet porte sur les bourgeois qui se sont endormis pendant le (...)
  • 113 Le Courrier des Théâtres, 25 août 1830, p. 4.
  • 114 Le Corsaire, 13 août 1830, p. 2.
  • 115 « Le théâtre des Nouveautés, après avoir payé son tribut aux veuves et orphelins des victimes des (...)

49Les élites de la Restauration ne connaissent les classes populaires qu’à travers l’iconographie ou les incursions de certains observateurs sociaux qui rapportent dans leurs témoignages, des représentations de cet univers populaire. Les journées révolutionnaires de 1830 font résonner dans les esprits les derniers épisodes d’insurrection et les souvenirs de la Grande Révolution. Les auteurs dramatiques se font l’écho de cet imaginaire. Ils mettent en scène ces vicomtes, marquis et marquises qui, au moment de 1830, paniquent à l’idée de voir ressurgir les vieux démons de 1789 et pensent devoir à nouveau être obligés d’émigrer, de se protéger112. De la même manière, les caricaturistes dépeignent ces aristocrates, affolés à l’annonce de la révolution, qui se cachent dans leurs caves en attendant que l’orage se calme. Théâtres et iconographie profitent de l’absence de censure, comme le souligne le célèbre Courrier des Théâtres, « pour préparer soit des pièces dont la représentation a été long temps interdite, soit des ouvrages composés à la hâte par suite des circonstances. Les théâtres font bien113 ». Il est donc désormais possible de mettre en scène des auteurs proscrits jusqu’alors ou des épisodes formellement interdits sous la Restauration. L’écrivain libéral Louis-Marie Fontan revient sur le devant de la scène grâce aux journées de Juillet. Longtemps collaborateur des journaux libéraux, son recueil publié en 1829 et contenant un article virulent sur « Le Mouton Enragé » (Charles X), l’oblige à s’exiler pour finalement se retrouver enfermé à Paris. Les Trois Glorieuses le remettent en liberté et lui permettent de monter Jeanne la folle qui est jouée fin août, suivie d’André le chansonnier. Dans ce petit drame, l’auteur met en scène sa propre existence et prend pour contexte la période de la révolution de 1789. Cette pièce illustre le vent de liberté qui flotte pendant cette période post-révolutionnaire, les critiques ne peuvent que le remarquer. Le Corsaire s’exclame que « cette pièce est tricolore […] la censure Peyronnet avait défendu cette comédie du proscrit, mais la liberté a tout rendu à M. Fontan : elle a brisé les portes de son cachot et lui a ouvert la scène114 ». L’intrigue se déroule dans un premier temps en 1792 et dans un second, en 1794. Elle prône l’apaisement, le pardon, l’harmonie, en remettant à l’honneur cette période, pourtant mouvementée de l’Histoire. Même le poète proscrit, un des plus véhéments opposants de Charles X, revient après la révolution de Juillet sans amertume et utilise, lui aussi, la révolution de 1789 pour apaiser les âmes mouvementées. La Révolution française est idéalisée, à travers des pièces comme celle de Fontan, les auteurs arrivent même à convaincre que les hommes de 1794 n’étaient pas incontrôlables et pouvaient aussi faire preuve de générosité, comme ceux de 1830. Et cette représentation d’un peuple sage est utilisée pour apaiser le public populaire, qui vient au théâtre voir les pièces non censurées de l’après révolution. Surtout, au théâtre des Nouveautés, où se produit André le chansonnier et qui offre la possibilité aux classes populaires d’assister à des représentations gratuitement115.

50À sa manière, chaque auteur de chanson, brochure ou pièce de théâtre fait référence aux événements passés. La représentation dominante qui émerge de ce flot de comparaisons reste celle qui considère que le peuple de 1830 est plus digne que celui de 1789. Les hommes de 1830 réussissent à faire en trois jours ce que leurs ancêtres ne sont parvenus à accomplir qu’en plusieurs années. L’Histoire se rejoue tout en s’améliorant. Avec les journées de Juillet revient cette réflexion, déjà présente chez les historiens de la Restauration, du retour de l’Histoire, de l’idée d’un cycle. Entre ces deux périodes, les hommes du peuple se sont enrichis de vertus jusque-là méconnues. Les commentaires des vétérans à ce sujet se retrouvent dans beaucoup de brochures et les auteurs reprennent au mot près les mêmes remarques :

  • 116 Nicolas-Auguste Dubois, Histoire du règne de Charles X …, op. cit., p. 344.

« Les vieillards et ceux qui étaient jeunes en 93 s’étonnent de ces trois journées, qui commencent par la provocation d’un ministre qui finissent par le triomphe d’un peuple. Jamais, disent-ils, ils n’ont vu de pareils combats. Les batailles les plus acharnées du peuple, dans la révolution de 89 n’ont jamais duré qu’un jour. Après cela, qu’est-ce que 89 suivi de 93, comparé au 27 et au 29 juillet 1830 ? Là points de proscrits, point de pouvoir usurpé, point de meurtres, point de temples profanés ; et, pour célébrer la victoire, des funérailles sans fastes et une croix de bois116… »

  • 117 Machereau, lithographe Delaporte, « 1792-1830 », 1830, cabinet des Estampes, coll. Histoire de Fra (...)
  • 118 Charles-Stuart Cochrane, La Grande semaine. Récit des événements de Paris avec des considérations (...)

51Les éloges continuent au sujet des classes populaires, même en référence au passé. Les révolutionnaires ont su apprendre et tirer profit des erreurs de leurs prédécesseurs. Les représentations des hommes de 1792 deviennent de plus en plus terrifiantes, pour faire ressortir le contraste qui existe avec ceux de 1830. Ils se transforment même en cannibales, assoiffés de sang dans une lithographie de Machereau117. Les révolutionnaires, coiffés du bonnet phrygien, s’apparentent dans cette image à des animaux, aussi bien dans leur physique que dans leur comportement. Le parallèle avec les insurgés de 1830 est saisissant. Alors que les hommes de 1792 se ruent sur leurs ennemis, ceux de Juillet protègent leurs adversaires de la vindicte populaire. L’homme du peuple ne ressemble plus à un animal agressif, mais à un être civilisé. Même son allure le distingue de ses ancêtres, il se tient droit, fier et robuste. En témoigne le récit d’un Anglais sur les mœurs populaires : « En 1789 les Français étaient un peuple bien différent de ce que nous les trouvons en 1830 : la masse était ignorante ; elle sentait fortement, raisonnait selon ses préjugés ou agissait sous l’influence de ses passions118. » L’idée d’un peuple éduqué prend place dans les discours. Cette représentation d’une nouvelle civilité populaire est utilisée par les contemporains pour prouver la saine moralité des classes populaires actuelles et la nécessité de l’instauration d’un enseignement populaire. À une époque où l’éducation populaire commence à préoccuper les contemporains, cette représentation d’un peuple en quelque sorte nouvellement cultivé trouve une résonance toute particulière.

  • 119 Sur la figure du peuple égaré de 1793, voir l’article de Christian Alain Muller, « Du “peuple égar (...)
  • 120 La Révolution de 89 et 93, seconde édition revue et corrigée par le peuple en 1830, Paris, J. Lefe (...)

52Le rôle attribué à la révolution de 1830 se précise dans le vocabulaire employé par les contemporains. Elle est chargée de « laver », « corriger », « purger » les excès et débordements commis en 1789. Les révolutionnaires de 1830, par leur comportement, rachètent les égarements de leurs pères119. Une brochure a même pour titre : La Révolution de 89 et 93, seconde édition revue et corrigée par le peuple en 1830120. Dans cette étude comparative des deux révolutions, l’auteur explique comment 1830 expie 1789. La modération et l’honnêteté des hommes de 1830 établissent une distinction avec ceux de 1789 et empêchent toute comparaison désavantageuse. On retrouve le roman familial de la Révolution française analysé par Lynn Hunt. Les représentations insistent sur cette comparaison entre les deux générations de révolutionnaires. En même temps que le père de la patrie disparaît, les fils naissent et acquièrent une place qui leur est propre au sein de l’Histoire.

Figure 14 : Machereau, lithographie de Delaporte, « 1792-1830 », 1830, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, cote originale : QB1, cote microfilm : M. 111161.

  • 121 Manifeste de la société des amis du peuple, Paris, Laforêt, 1830, p. 20.
  • 122 Dès le 2 août, Le National conclut que la « glorieuse révolution qui vient de se faire complète la (...)
  • 123 Le Journal des débats, 3 octobre 1830, p. 2.

53Grâce à leur soulèvement, les hommes du peuple mettent fin au cycle révolutionnaire commencé en 1789, d’où cette idée de « terminer la révolution ». La Société des amis du peuple publie un manifeste à la suite des événements de Juillet et s’écrie déjà : « Voilà l’histoire ! elle établit évidemment que la révolution de 1830 est la fille de la révolution de 89. Elle en est la continuation, elle en est la fin121. » Cette idée invite à nouveau à fixer la fin des événements révolutionnaires ainsi qu’à sceller toute réclamation de la part des insurgés ou toute autre prétention insurrectionnelle. Depuis le début de la Restauration, les hommes sont marqués par cette appréhension d’un retour de la révolution. Pour les libéraux, les journées de Juillet viennent parachever l’œuvre débutée en 1789. S’attelant à faire respecter la loi, la révolution de 1830 est celle de la conquête du « vrai gouvernement représentatif122 ». Le « troisième acte » de la révolution débutée quarante ans plus tôt est accompli. Dans ces analyses sur l’événement, les contemporains considèrent le renversement de régime comme l’élément le plus déterminant du changement opéré par l’insurrection. Le Journal des débats démontre dans un de ses articles la réelle légitimité liée à cette action politique. Grâce à sa démonstration, l’auteur anéantit tous les « parallèles formés avec un soin ennemi entre la révolution sociale de 1789 et la révolution politique de 1830 ». Il continue : « La première naissait indomptable car elle n’avait ni but, ni barrières, ni frein. Celle-ci s’est élancée au sein de nos cités, avec un but marqué : la monarchie constitutionnelle ; des barrières toutes puissantes : les pouvoirs émanés du pays, un frein cher au corps entier de la nation : celui des lois123. » Entraîner le débat sur un terrain politique, c’est éviter toute réflexion sur une quelconque question sociale.

54Même si quarante années séparent ces deux soulèvements, les souvenirs sont encore proches et les débats vifs sur l’interprétation de la Grande Révolution. Avec l’imaginaire social et politique qui l’accompagne, 1789 enrichit la figure mythique du peuple en 1830. L’idée de l’achèvement de la Révolution permet l’établissement d’un nouveau mythe, un mythe du commencement, engagé par les révolutionnaires de 1830. Commencement et renaissance, deux notions caractéristiques des mythes, qui invitent les hommes du peuple de 1830 à trouver leur place dans l’Histoire.

La fête révolutionnaire… une fois le combat terminé

  • 124 Mona Ozouf, La Fête révolutionnaire, 1789-1799, Paris, Gallimard, 1976, p. 26.

55La fête se retrouve dans l’élan révolutionnaire, et inversement. C’est toute la symbolique du carnaval que l’on retrouve dans ces représentations du peuple en fête, mais c’est aussi la fête de souveraineté que se réapproprient aussi un temps les classes populaires. De la même manière qu’en 1789, au sein de l’imaginaire, la fête « opère une contagion affective, inimaginable avant elle, sans elle, elle rend le monde harmonique124 ». Dans les événements qui suivent la révolution, elle sert de moyen de rassemblement, d’union mais aussi d’expression pour les vainqueurs. Car ce sont les hommes du peuple qui tiennent le rôle principal dans les fêtes révolutionnaires, contrairement aux fêtes organisées sous la Restauration par le pouvoir royal. Les hommes de 1830 convient les symboles de 89 à leur fête, ainsi réapparaissent les drapeaux tricolores ou La Marseillaise. Tous ces emblèmes contrastent avec les efforts déployés par les rois au cours de leurs fêtes précédentes pour rappeler l’Ancien Régime. Plusieurs thèmes rendent compte de cette atmosphère festive liée à la fin de la révolution. L’usage du vin, le chant, mais aussi la procession, autant de caractéristiques des fêtes qui se retrouvent au moment de juillet et qui sont associées aux figures du peuple parisien.

Chants et vin après la révolution : figures du peuple en fête

  • 125 Vincent Robert, Le Temps des banquets, Politique et symbolique d’une génération (1818-1848), mémoi (...)
  • 126 Les membres des classes populaires ne voyaient que rarement le roi et, comme le remarque Françoise (...)

56Vin, victuailles, chanson ou danse, tous ces constituants de la fête ordinaire sont présents en 1830. Mais des motifs propres à l’événement apparaissent également. Au début du XIXe siècle, la fête fait partie de la vie ordinaire. Les compagnons célèbrent la fête de leur saint patron. On retrouve cette ambiance lors des bals populaires, qui ont lieu aux barrières de Paris, ainsi que dans les guinguettes des faubourgs. Avec les banquets du début du XIXe siècle, les élites organisent des fêtes en l’honneur d’un ou de plusieurs notables de la ville125. Le pouvoir royal organise également ses fêtes, à connotation plus religieuse que divertissante. C’est l’occasion pour le roi de réaffirmer son pouvoir ; il tente alors une communion avec la population, somme toute assez peu concernée par ces réjouissances126.

  • 127 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 25 août 1830.

57À la suite des journées de combats, la fête prend place au sein de la capitale. Les hommes du peuple, qui se sont montrés héroïques et courageux, sont alors représentés exprimant leur soulagement, notamment dans les rapports de police. Les manifestations des corps de métiers se transforment en simples promenades diurnes ou même nocturnes. Le préfet rapporte les mouvements de la population parisienne qu’il représente inoffensive. Le 25 août, il écrit : « Malgré le mouvement dans les rues de plusieurs groupes d’ouvriers, leurs démonstrations n’avaient rien d’alarmant, ils se promenaient avec des torches et des drapeaux et chantaient, ils n’ont commis d’ailleurs aucun acte répréhensible127. »

  • 128 Sur les chansons pendant la Révolution française voir Robert Brécy, La Révolution en chantant, Par (...)
  • 129 AN, F 18* II 20, Déclaration des imprimeurs parisiens.
  • 130 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 6 septembre 1830.
  • 131 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 10 septembre 1830.
  • 132 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 13 septembre 1830.

58Le chant accompagne cette harmonie retrouvée. Son utilisation en temps révolutionnaire n’est pas nouvelle, elle était déjà présente en 1789128. Journal sonore de la révolution ou simple divertissement, les chansons jouent des rôles divers que l’on retrouve en 1830, l’explosion de chants créés après la révolution sur l’événement en témoigne. Dans les théâtres, les spectateurs réclament vivement ces couplets, surtout ceux louant les vainqueurs. La Parisienne de Casimir Delavigne accompagne presque tous les spectacles. Le succès de cet hymne patriotique est sans pareil en 1830. Les chiffres des tirages en fournissent une preuve incontestable. Alors que la plupart des chansons ne sont tirées qu’à quelques centaines d’exemplaires, La Parisienne est tirée à 10 000 exemplaires129. La communion se fait entre acteur et public au nom de la révolution. Les salles ne désemplissent pas et même un mois après les événements, les Bulletins de Paris attestent de cet engouement. Le préfet y note le 6 septembre qu’il y a toujours « beaucoup de monde à tous les théâtres les pièces de circonstances donnent toujours lieu aux manifestations du plus vif enthousiasme. Dans les chants nationaux, les spectateurs mêlent souvent leurs voix à celles des acteurs130 ». À l’Odéon, le préfet rapporte que deux spectateurs, qui ont refusé de se lever pendant le dernier couplet de La Parisienne, sont immédiatement expulsés de la salle131. Des anecdotes décrivent des spectateurs chantant eux-mêmes sur scène les hymnes patriotiques du moment que les acteurs refusent parfois d’entonner, malgré l’insistance du public. Le préfet de police donne plusieurs exemples en date du 13 septembre, notamment au « Français, les acteurs n’ayant pu déférer aux vœux des spectateurs qui demandaient un hymne patriotique, un jeune homme est monté sur la scène et après en avoir obtenu l’autorisation, il a chanté au milieu des plus vifs applaudissements, la Parisienne dont le parterre a répété tous les refrains132 ». Ces figures d’un peuple chantant sont inoffensives et rassurent les élites : mieux vaut qu’il chante dans les théâtres plutôt qu’il envahisse les rues de Paris et fasse entendre ses réclamations.

  • 133 L’alcoolisme des hommes du peuple est alors représenté comme un de ses vices les plus avérés. Et l (...)

59Ce n’est qu’après avoir remporté la victoire que les hommes sont autorisés à se défouler. Les témoignages évoquent l’explosion de liesse populaire, au cours de laquelle chacun laisse libre cours à ses penchants. Juillet 1830 est représenté comme un moment exceptionnel, qui permet aux réjouissances de prendre place spontanément et ne subissent pas encore le contrôle et l’encadrement du pouvoir. Les descriptions des combattants évoquent leur sobriété au cours des combats. Le vin est considéré comme un élément de consommation courant chez les classes populaires. Cette insistance des contemporains sur la sobriété populaire légitime la révolution. À nouveau, il s’agit de légitimer l’action des hommes du peuple, de les honorer et d’empêcher toute dégradation de leur image : tandis que certaines voies discordantes crient aux débordements, préconisent l’apparition des sauvages dans la cité, la plupart des contemporains offrent un discours unanime et soutiennent l’image d’un peuple respectueux et d’une moralité irréprochable. Au théâtre, les personnages expliquent dès le début des combats qu’ils n’acceptent pas d’ivrognes dans leurs rangs et qu’ils ne boivent rien d’autre que de l’eau. Les anecdotes à ce sujet se succèdent et se retrouvent dans plusieurs récits. Alors que certains racontent comment les distributions de vin se font gratuitement, d’autres expliquent qu’aucun homme ivre n’a été remarqué parmi les combattants. Cette idéalisation contraste avec la représentation des classes populaires sous la fin de la Restauration133. L’insistance sur l’usage modéré du vin fait donc aussi partie de cette figure mythique du peuple en juillet. En revanche, on autorise la boisson après le combat. Comme en témoignent les brochures et les caricatures, les hommes du peuple s’enivrent après la victoire et boivent le vin du roi, symbole de leur prise de possession du pouvoir. Les représentations distinguent ainsi les figures du peuple combattant de celui qui fête sa victoire.

Une fête en forme de procession

60Marquant leurs territoires, les insurgés choisissent de se rendre à Rambouillet, où le roi s’est réfugié. Dès le 3 août, des rumeurs circulent selon lesquelles le roi refuse d’abdiquer et prépare ses troupes depuis son refuge. La prise de pouvoir populaire à travers ce cortège devient le symbole de la chute de Charles X et scelle la fin de la révolution de 1830. La procession de Rambouillet rappelle les carnavals de la Restauration. Elle prend véritablement des allures de fête à laquelle sont associées des figures du peuple. Tous les moyens de transport sont réquisitionnés, omnibus et carrosses sont pris d’assaut. Le mélange des costumes indique la participation de tous les combattants au cortège, mais renforce aussi sa ressemblance avec le carnaval. Les descriptions des campements donnent l’occasion de voir les festivités. Les feux, les victuailles, les chants sont présents pour rappeler que la révolution est terminée. La fête permet encore une fois la communion des hommes du peuple. De la même façon que la révolution, elle est représentée comme un rassemblement des classes populaires dans l’exaltation de la victoire.

  • 134 Victor Adam, « Départ pour Rambouillet de l’armée patriote », 1830, cabinet des Estampes, coll. De (...)
  • 135 Voir Françoise Waquet, Les Fêtes royales sous la Restauration ou l’Ancien Régime retrouvé, Paris, (...)
  • 136 Au sujet du sacre de Charles X, voir Landric Raillat, « Les manifestations publiques à l’occasion (...)

61L’iconographie relative au départ et à la procession de Rambouillet est abondante. Plusieurs artistes mettent en image cette scène de la révolution, insistant tous sur cette idée de fête. La foule désordonnée au départ de l’expédition est représentée dans une lithographie de Victor Adam134. Ces drapeaux tricolores apposés sur tous les carrosses, ces mélanges de chevaux, de voitures et d’hommes à pied, donnent des allures de fête au rassemblement. Cette représentation du cortège rend compte de la spontanéité populaire, toujours représentée comme contenue et modérée en ces temps révolutionnaires, qui présida à ce regroupement. Après le soin accordé à l’organisation des barricades suit la fête désorganisée. Cet agencement du cortège n’est pas sans rappeler l’origine chrétienne des processions, pendant lesquelles l’alliance du roi et de l’autel se manifeste135. La procession des insurgés est représentée comme une véritable croisade. Le manque de solennité du cortège et le comportement des participants invitent à une véritable caricature de la cérémonie religieuse. Les révolutionnaires trouvent le moyen de réinvestir le sacré, à une époque où celui-ci est entièrement accaparé par le pouvoir royal136. Le passage de souveraineté s’effectue aussi à travers le religieux, que les hommes du peuple se réapproprient, en même temps que la souveraineté. Finalement, cette procession participe à ce procédé d’inversion des rôles, caractéristique de la fête mais aussi du moment révolutionnaire.

Le peuple, roi le temps d’une fête révolutionnaire

  • 137 Sur le carnaval et sa fonction de libération symbolique, voir Alain Faure, Paris Carême-Prenant, P (...)
  • 138 Mikhaël Bakhtine, L’Œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Ren (...)

62Moment de libération, la fête révolutionnaire rappelle les rituels liés à la pratique du carnaval au début du XIXe siècle137. Les éléments constitutifs des carnavals de la Restauration se retrouvent pendant la révolution, mais à travers cet événement, les symboles prennent une dimension plus forte. Les hommes du peuple cherchent dans la fête révolutionnaire ce qu’ils trouvent au moment du carnaval : une illusion d’égalité. Ils se réapproprient le déguisement, rituel carnavalesque par excellence. De ce fait, la confusion devient totale entre les différents insurgés. Les bonnets à poils des gardes nationaux se retrouvent sur toutes les têtes, aux côtés des casques des gardes royaux. Les chevaux, attributs propres à la Garde royale aux cours des combats, se trouvent désormais entre les mains des insurgés. Cette inversion des costumes renforce donc l’incertitude des identités. En arborant des costumes bourgeois ou militaires qui ne leur appartiennent pas, les hommes du peuple expriment symboliquement leur prise de pouvoir. Le temps de l’après-révolution les identités deviennent interchangeables. Comme dans le carnaval où, constate Mikhael Bakhtine, « une seconde vie, un second monde de la culture populaire s’édifie dans une certaine mesure comme une parodie de la vie ordinaire, comme “un monde à l’envers”138 ». La révolution autorise, le temps d’une fête, le renversement des rapports de force, l’anéantissement des hiérarchies sociales, mais aussi politiques. L’inversion des rôles est encore plus présente en ce qui concerne les organes du pouvoir. Alors que dans le carnaval, les hommes du peuple désignent une reine symbolique, pendant la révolution, ce sont eux qui sont représentés comme détenteurs du pouvoir.

  • 139 « Le prince se réserve le droit de chasse, puisant ainsi sa légitimité à une source de référents s (...)
  • 140 Hippolyte Bellangé, « Adjudication définitive de l’entreprise de balayage de notre bonne ville de (...)
  • 141 Ces deux lithographies ont été déposées les 7 et 21 août 1830.
  • 142 Jules David et J.-J. Grandville, lithographe Lemercier, « La revanche ou la grande chasse au tir a (...)
  • 143 J.-J. Grandville, lithographe Langlumé, « Chasse nationales sur les Terres Royales », 1830, cabine (...)
  • 144 Le roi est souvent associé au cochon. Cochon ou porc, cet animal représente, entre autres, l’avidi (...)

63Ce thème du roi chassé par les hommes du peuple est régulièrement repris dans les caricatures. La chasse est un sujet déjà ancien en 1830. Pendant la révolution de 1789, les caricaturistes avaient eu recours à ce thème. Grâce à une analyse détaillée de leur production pendant la Grande Révolution, l’historienne Annie Duprat explique la genèse de cette activité royale : la chasse devint une prérogative royale en réponse à la domination de l’Église139. En renversant les rôles du chasseur et du chassé, la légitimité du pouvoir royal est contestée. Dans les caricatures des trois collections, le roi est chassé, soit avec des fusils, soit de manière figurée, à l’aide de balais. Par exemple, dans une lithographie de Bellangé140, un groupe de patriotes, armés de balais, évacue le roi qui fuit sur les épaules d’un jésuite. Dans d’autres caricatures, le roi est représenté avec une tête ou un corps d’animal tout en étant chassé par une partie de la population. L’utilisation du zoomorphisme n’est pas non plus nouvelle en 1830. Ces œuvres sont pour la plupart à attribuer au dessinateur qui devint le grand spécialiste de ce procédé : Grandville. Il en est en 1830 à ses débuts, mais son art est déjà caractérisé par cette utilisation constante du registre animalier. Il reproduit les personnages de son temps par le biais d’animaux incarnant leurs caractères moraux. À deux reprises, il illustre ce thème dès les premiers jours qui suivent la révolution141. Dans le premier dessin142, cosigné avec Jules David, il représente le roi fuyant dessiné avec un corps humain et une tête d’âne, chassé par des insurgés qui possèdent, eux, des têtes de sangliers, de canards et même de cerfs, animaux utilisés généralement pour incarner le roi. Grandville reprend ici la tradition révolutionnaire de la représentation de l’âne au sein des caricatures, animal le plus représenté en 1789, et incarnant la stupidité ou la résignation royale. Dans la seconde lithographie143 sur le sujet, Grandville représente les hommes du peuple poursuivant un groupe de royalistes eux aussi à têtes d’animaux. Il accompagne cette lithographie d’une légende au jeu de mots : « L’ex et lent Roi ». Les images de Grandville remplacent souvent les visages par des têtes d’animaux, insistant ainsi sur la perte de conscience des personnages144. En 1830, les dessinateurs vont plus loin et transforment les têtes en têtes animales, ce qui n’avait pas été fait pendant la Grande Révolution. Avec ce thème de la chasse inversée, métaphore de la situation politique, le privilège royal, en devenant privilège des hommes du peuple, symbolise le passage de souveraineté.

  • 145 La communion souhaitée par l’organisation des fêtes royales conduit plutôt sous la Restauration à (...)
  • 146 Voir les deux communications d’Alain Corbin sur la fête de souveraineté : « La Fête de souverainet (...)

64La liesse post-révolutionnaire permet aux hommes du peuple de s’approprier cette fête de souveraineté, symbole du pouvoir royal sous la Restauration. Visant de la même manière au rassemblement, elle en emprunte les symboles et les transforme à son profit145. À partir de ces journées de Juillet, la fête de souveraineté, comme le remarque Alain Corbin, change de sens, quand la souveraineté passe du monarque aux classes populaires146. Ces manifestations festives à la suite des Trois Glorieuses célèbrent la révolution, le triomphe populaire, cependant, elles semblent manifester plus spontanément l’enthousiasme des hommes du peuple lié au départ du roi déchu que l’adhésion au nouveau roi. C’est une véritable libération que ces représentations du peuple en juillet évoquent, libération face aux figures détestées du pouvoir de la Restauration, politique autant que religieux.

65La fête contribue par sa réapparition et sa force libératrice à l’élaboration de cette figure mythique du peuple de juillet. Les divers motifs étudiés précédemment permettent de comprendre la constitution de cette représentation. Certains éléments sont des réminiscences liées aux représentations léguées par la Révolution française, comme c’est le cas de la fraternité ou de la fête, alors que d’autres constituent l’originalité de cette image mythique, propre au moment même où elle est créée. Chaque composante de ce mythe insiste sur ce paradoxe lié à la difficile maîtrise du pouvoir populaire et de son irruption sur la scène politique. À la fois espoir démocratique et danger social, la figure du peuple cristallise, à la lumière de l’événement, tout un imaginaire propre à cette première moitié du XIXe siècle. Cependant, l’insistance avec laquelle tous les contemporains s’unissent pour offrir une même figure héroïque du peuple victorieux cache des discordances. Certains éléments, volontairement oubliés ou inconsciemment mis de côté, ressurgissent.

Anmerkungen

1 Voir l’article « Mythe », Encyclopedia Universalis, t. XV, Paris, 2002, p. 810-821.

2 Roger Caillois, Le Mythe et l’Homme, Paris, Gallimard, 1998, p. 154.

3 Sur les mythes des idéologies modernes, voir Jean Molino, « Mythe et Théorie », in Yves Bonnefoy (dir.), Dictionnaire des mythologies et religions des sociétés traditionnelles et du monde antique, t. II, Paris, Flammarion, 1981, 585 p.

4 Voir Jean-Pierre Vernant, Mythe et société en Grèce ancienne, (1re édition, François Maspero, 1974), Paris, La Découverte, 2004, 252 p.

5 Roger Caillois, Le Mythe…, op. cit., p. 156.

6 Alain Pessin, Le Mythe du peuple et la société française du XIXe siècle, Paris, Presses universitaires de France, 1992, 280 p.

7 Ibid., p. 51.

8 Georges Lefebvre, « Le mythe de la Révolution française », Annales historiques de la Révolution française, no 259, janvier-mars 1985, p. 1-7.

9 Pierre Ronzeaud, Peuple et représentations sous le règne de Louis XIV. Les représentations du peuple dans la littérature politique en France sous le règne de Louis XIV, Aix-en-Provence, université de Provence, 1988, 426 p.

10 Alain Pessin explique qu’il n’étudie pas « comment une révolution est transformée en mythe, mais comment les faits révolutionnaires, les actes et les techniques de révolution participent à une expérience mythologique, sont bien du mythe en acte, c’est à dire une vérité collective explicitée », Alain Pessin, Le Mythe du peuple…, op. cit., p. 186.

11 J. M., « Mythe et Théorie », in Yves Bonnefoy (dir.), Dictionnaire des mythologies et religions des sociétés traditionnelles et du monde antique, t. II, Paris, Flammarion, 1981, p. 143.

12 Roger Caillois, Le Mythe…, op. cit., p. 154.

13 Sarah Maza, The Myth of The French Bourgeoisie. An Essay on The Social Imaginary 1750-1850, Cambridge, Harvard University Press, 2003, 255 p.

14 « Celui qui a besoin d’une nouvelle identité parce que tout bouge la trouve en s’affublant d’une identité de toujours », Yves Barel, « Le mythe et le sens », in Yves Chalas (dir.), Mythe et révolutions, Paris, Presses universitaires de Grenoble, 1990, p. 51.

15 Alain Corbin, « Paris-Province », in Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Les France, vol. 1 : Conflits et Partages, p. 778-823.

16 Ibid., p. 778.

17 M. Mornand, Une semaine de révolution ou Lyon en 1830, Lyon, André, 1831, p. 1.

18 A. P. Deforges, L’Arrivée du courrier ou la charte sauvée, À propos patriotique mêlé de chants, grand théâtre de Lyon, première le lundi 9 août 1830.

19 A. P. Deforges, L’Arrivée du courrier…, op. cit.

20 Ange Guepin et Gabriel Simon, Événements de Nantes pendant les journées des 28, 29, 30 et 31 juillet 1830, par plusieurs témoins oculaires, Nantes, Burolleau, 1830, p. 24.

21 D’après David H. Pinkney, la ville était tenue sous la fin de la Restauration par des royalistes intransigeants. Voir David H. Pinkney, La Révolution de 1830 en France, (New Jersey, Princeton University Press, 1re édition, 1972), Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 250-254.

22 Ange Guepin et Gabriel Simon, Événements de Nantes…, op. cit., p. 21.

23 Ibid., p. 32.

24 Le Précurseur, 20 septembre 1830.

25 Le Précurseur, 2 et 3 août 1830.

26 Le Mémorial bordelais, 9 août 1830.

27 M. Le Vicomte de Saint-Chamans, Des causes et des conséquences de la révolution de 1830, Paris, Chez G.-A. Dentu, 1832, p. 27.

28 L. Richard, L’Artisan soldat et philosophe, Impr. des chansons d’Aubert, 2 août 1830, p. 3.

29 Brochelieux, Chant national, 1830, p. 1.

30 Gustave Le Cler, Ode à la patrie, dédiée à M. Garraud, fils, l’un des jeunes héros des mémorables journées des 27, 28 et 29 juillet, Dijon, Décailly, 1830, 7 p.

31 César Gardeton, Révolution française ou journées sanglantes des 27, 28 et 29 juillet 1830, Paris, Chassaignon, 1830, p. 101.

32 « La reconnaissance de nos départements, l’admiration si noblement prononcée de l’Angleterre, ne sont point adressées à elle [la Chambre des députés], mais à l’héroïque population de Paris, dans laquelle est représentée la population de la France », in J. Fiévée, Causes et conséquences des événemens du mois de juillet 1830, Paris, Alexandre Mesnier, 1830, p. 95.

33 La Prise de Paris par les Parisiens, Paris, Chez N. Delangle, 1830, p. 5.

34 P. Cuisin, Les Barricades immortelles du peuple de Paris, Paris, Chez le roi, libraire, 1830, p. 8.

35 Le Corsaire, 3 août 1830, p. 2.

36 P. G. Prosper, Souvenir glorieux du parisien, Paris, Chez l’auteur, 1830, p. 41.

37 Pierre Citron, La Poésie de Paris dans la littérature française de Rousseau à Baudelaire, Paris, Éditions de Minuit, 1961, 2 tomes ; voir aussi Roger Caillois, « Paris, mythe moderne », in Le Mythe et l’Homme, op. cit., p. 153-175.

38 Selon Pierre Citron, Les Orientales (1829) sont les premiers poèmes où Victor Hugo accorde une place importante à la capitale.

39 Pierre Citron, La Poésie de Paris…, op. cit., t. II, p. 10.

40 Pierre Citron, La Poésie de Paris…, op. cit., t. I, p. 253.

41 Quelques lithographies sur les 33 images représentant les événements qui se déroulent aux portes de Paris : H. Lecomte, lithographe Jazet, « Défense de la Porte St Denis », 1830, cabinet des estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11148, cote microfilm : A 13068 ; Levilly, lithographe Villain, « Combat à la Porte St Denis », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11151, cote microfilm : A 13071.

42 Sur la notion de fraternité pendant la Révolution française, voir : Marcel David, Fraternité et Révolution française, Paris, Aubier, 1987, 350 p.

43 L’historien Marcel David distingue deux phases qui marquent l’évolution de la notion de fraternité pendant la Révolution française : la première, de 1789 à 1792, met en lumière une fraternité toute-puissante alors que durant la seconde, de 1792 à thermidor an II, la fraternité est utilisée comme une arme par les diverses factions en présence qui se disputent le pouvoir. Voir sur la période 1830-1848 : Marcel David, Le Printemps de la fraternité, Genèse et vicissitudes, Paris, Aubier, 1992, 396 p.

44 La dimension familiale de l’insurrection est fortement soulignée dans la thèse de Louis Hincker, Être insurgé et être citoyen à Paris durant la Seconde République, sous la direction d’Alain Corbin, université Paris I, 2003.

45 J. B. Ambs, La Liberté reconquise ou Histoire complète et détaillée de la révolution de juillet 1830 ; contenant une relation exacte de tous les évènements, Paris, Terry, s. d., p. 109.

46 Gustave Drouineau, Le Soleil de la liberté, Paris, Impr. De J. Tastu, 1830, p. 135.

47 Anniversaire des trois jours. Souvenirs de la grande semaine, ou L’Étudiant et le capitaine de lanciers. Paris, Maldan, 1831, in-8°, pièce, 8 p.

48 J. Fiévée, Causes et conséquences des événemens du mois de juillet 1830, Paris, Alexandre Mesnier, 1830, p. 3.

49 Muller, capitaine, témoin oculaire, Relation des opérations militaires qui ont eu lieu entre la Porte Saint-Denis et la Porte Saint-Martin et les boulevards, dans les trois journées de juillet, Paris, Impr. de Gaultier-Laguionie, 1830, p. 5.

50 « La guerre était accompagnée d’un ordre étonnant », in P. Cuisin, Les Barricades immortelles du peuple de Paris, op. cit., p. 148. ; « Ainsi se termina cette guerre des trois jours, livrée par un peuple indigné contre les satellites d’un despote insensé », in Évenemens de Paris, des 26, 27, 28 et 29 juillet 1830, par plusieurs témoins oculaires, Paris, Audot Libraire, 1830, p. 42.

51 Voir Lynn Hunt, Le Roman familial de la Révolution française, Paris, Albin Michel, 1995, 259 p.

52 A. L. Blanchard, La Liberté reconquise, dithyrambe, Paris, août 1830, Chez les marchands de nouveautés, p. 16.

53 Voir Lynn Hunt, Le Roman familial…, op. cit., p. 96.

54 Julien, lithographe V. Ratier, « Union et Liberté », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11107, cote microfilm : A 13026.

55 Sur le mythe du bourgeois dans l’imaginaire social, voir Sarah Maza, The Myth of The French Bourgeoisie…, op. cit.

56 Hippolyte Bellangé, lithographe Gihaut, « Eh bien oui… ! Charbonnier est maître chez lui », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11106, cote microfilm : A 13025.

57 Notice sur le grand drame des 72 heures. 27, 28, 29 juillet 1830, Paris, Saissy, s. d., in-32, p. 39.

58 Odilon Barrot, Mémoires posthumes, Paris, Charpentier et Cie, 1875, t. I, p. 105.

59 Ibid., p. 107.

60 Souvenirs de Victor Crochon, cote : Ms 1025 (1), vol. 1, p. 144.

61 Entre autres : Hippolyte Bellangé, lithographe Gihaut, « Vive la ligne », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11146, cote microfilm : A 13066 ; Henry de Letang, lithographe Lemercier, « Triomphe de la ligne », cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11147, cote microfilm : A 13067.

62 Hippolyte Bellangé, lithographe Gihaut, 1830, « Vive la ligne », op. cit.

63 P. Cuisin, Les Barricades immortelles…, op. cit., p. 124.

64 La République avec le roi ou sans le roi, suivi d’une esquisse sur la Révolution française de 1830, par un témoin oculaire, Genève, Chez AB. Cherbuliez, 1830, p. 5.

65 Sur les femmes de 1848, voir en particulier l’article de Maïté Bouyssy et Christine Fauré in Christine Fauré (dir.), Encyclopédie politique et historique des femmes, Paris, Presses universitaires de France, 1997, p. 341-360 ; ainsi que Michèle Riot-Sarcey, La Démocratie à l’épreuve des femmes : trois figures critiques du pouvoir : (Jeanne Deroin, Désirée Gay, et Eugénie Niboyet) : 1830-1848, Paris, Albin Michel, 1994, 365 p.

66 Une exception, Annie Duprat, « Des femmes sur les barricades de juillet 1830, Histoire d’un imaginaire social », in Alain Corbin et Jean-Marie Mayeur, La Barricade, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 197-208.

67 Voir, sur la figure féminine en révolution, Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses : les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Paris, Librairie académique Perrin, 2004, 416 p. et Paule-Marie Duhet, Les Femmes et la Révolution, 1789-1794, Paris, Gallimard, 2001, 240 p.

68 Joan Scott, La Citoyenne paradoxale (1re édition, Harvard College, 1996), Paris, Albin Michel, 1998, 286 p.

69 Henry, lithographe Delaporte, « 27 juillet 1830. Première victime portée à Paris », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11059, cote microfilm : A 12978. lithographe Delaporte, « Scène du 27 juillet 1830. 1re victime », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11062, cote microfilm : A 12981.

70 Voir les commentaires de Duchesne-Tausin sur les lithographies de la collection Histoire de France : Duchesne-Tausin, Observations et éclaircissemens sur quelques pièces de l’Histoire de France par Estampes, de 1789 à 1831, recueillis en 1849. Réserve du cabinet des Estampes, cote : Ye-76-4. et M. L. Rozet, Chronique de juillet 1830, Paris, T. Barrois et B. Duprat, 1832, 2 vol., in-8°.

71 Duchesne-Tausin, op. cit.

72 P. Cuisin, Les Barricades immortelles…, op. cit., p. 124.

73 Nicolas-Auguste Dubois, Histoire du règne de Charles X et de la révolution de 1830, Paris, Beaulé, 1831, p. 290.

74 J. B. Beaupied, Dévouement de trois frères (MM. De Vernon) à la cause nationale, ou épisode des derniers jours de juillet 1830, Paris, Impr. de Ducessois, 1830, p. 6.

75 Geneviève Fraisse explique comment les contemporains, sous couvert d’un savoir médical, considèrent que la « raison sera sexuée, c’est-à-dire aussi faible et fragile que le reste du corps de la femme », in Geneviève Fraisse, Les Femmes et leur histoire, Paris, Gallimard, 1998, p. 186.

76 F. Rossignol et J. Pharaon, Histoire de la révolution de 1830 et des nouvelles barricades, Paris, Ch. Vimont, 1830, p. 283.

77 David H. Pinkney, La Révolution de 1830…, op. cit., p. 304.

78 Voir Jean-Jacques Yvorel, « De Delacroix à Poulbot, l’image du gamin de Paris », in Images de l’enfance « irrégulière », Le Temps de l’histoire, no 4, 2002, p. 39-68 et Frédéric Chauvaud, « Gavroche et ses pairs : aspects de la violence politique du groupe enfantin en France au XIXe siècle », Cultures & Conflits, no 18, 1995, p. 21-33.

79 Selon l’expression de Jean-Jacques Yvorel, « De Delacroix à Poulbot… », op. cit.

80 A. de Saintes, Les Enfants de Paris ou Les Petits Patriotes, scènes de courage… de la jeunesse parisienne, pendant les journées des 27, 28 et 29 juillet 1830 ; ouvrage orné d’estampes précédé d’un récit succinct de la nouvelle révolution, Paris, Nepveu, 1831, p. 50.

81 Simon Blocquel, La Quinzaine mémorable. Événements arrivés à Paris, du 26 juillet au 9 août 1830, avec la nouvelle charte constitutionnelle, adoptée le 7 août ; ouvrage dans lequel on trouvera un grand nombre de faits avérés mais peu connus, Paris, Delarue, 1830, in-18, p. 65.

82 Émile Gaubu, « Barricade à la grève », 1830, musée Carnavalet, cote : PC 043 h bis ; H. Gérard Fontallard, lithographe Lemercier, « Patriotes des 27, 28 et 29 juillet », no 4, 1830, musée Carnavalet, cote : PC 045 g. Voir cahier couleur, planche V, no 8.

83 « Héroïsme des dames de Paris », 1830, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, cote originale : QB1, cote microfilm : M. 111 044.

84 Arlette Sérullaz et Vincent Pomarède, Eugène Delacroix. La Liberté guidant le peuple, Paris, Réunion des musées nationaux, 2004, p. 9. Voir cahier couleur, planche IV, no 7.

85 Le célèbre tableau de Delacroix a suscité beaucoup de travaux chez les historiens, ainsi que chez les historiens d’art. Retenons le catalogue La Liberté guidant le peuple, établi et rédigé par Hélène Toussaint, Paris, Éditions de la Réunion des Musées nationaux, 1982, 76 p.

86 Ibid., p. 46.

87 Le Journal des artistes, 1er mai 1831.

88 H. Gérard Fontallard, lithographe Lemercier, « Patriotes des 27, 28 et 29 juillet », op. cit.

89 Napoléon Henry, Le Panthéon ou les Hommes de juillet 1830, Paris, Boulland, 1831, p. 23.

90 Madame la Comtesse Herminie de Lépinay, La France libérée ou les journées des 27, 28 et 29 juillet 1830, ode historique, Paris, Impr. de J.-S. Cordier fils, 1830, p. 5.

91 Sur la question des femmes chez les philosophes du premier XIXe siècle, voir Geneviève Fraisse, Les Femmes et leur histoire, Paris, Gallimard, 1998, 614 p.

92 Voir sur la figure du père au XIXe siècle : Michelle Perrot, « Figures et rôles », in Philippe Ariès et Georges Duby, Histoire de la vie privée, t. IV : De la Révolution à la Grande Guerre (1re édition, Le Seuil, 1987), Paris, Le Seuil, 1999, p. 109-165.

93 La Révolution de 1830 ou histoire des événemens qui ont eu lieu dans Paris les 27, 28 et 29 juillet, par un témoin oculaire, Paris, Philippe Libraire, 1830, p. 20.

94 Dans Le Réveil de la France ou trois jours de gloire, M. Jules Mercier, Paris, rue Saint-Benoît, 1830, l’auteur écrit : « Des femmes qui des vertus possédaient les trésors/Ô femmes ! vos vertus, moitié de notre gloire/Vous placeront aussi au temple de mémoire ! »

95 Le National, 29 et 30 juillet 1830.

96 Le Temps, 31 juillet 1830, p. 2.

97 J. F. Failly, Jugement du coup d’État et de la révolution de 1830, Paris, Delaunay, 1830, 71 p.

98 Parfois ces anecdotes occupent une très grande partie du récit comme c’est le cas dans la brochure publiée en 1830 chez Audot qui offre 70 pages de traits d’héroïsmes, voir Événemens de Paris, op. cit., 215 p.

99 Nicolas-Auguste Dubois, Histoire du règne de Charles X…, op. cit., p. 341.

100 Ibid., p. 293.

101 Dans une brochure anonyme, l’auteur rapporte le fait qu’on ait trouvé de l’argent dans les poches de nombreux soldats tués au cours des combats. Voir Actions sublimes des Parisiens pour servir de suite à la Quinzaine mémorable publiée par Blismon et auxquelles on a joint diverses chansons patriotiques, Paris, Delarue s. d., 1830, in-12, p. 26.

102 J. F. Failly, Jugement du coup d’État et de la révolution de 1830, Paris, Delaunay, 1830, p. 37.

103 MM. Étienne Arago et Félix-Auguste Duvert, 27, 28 et 29 juillet 1830, tableau épisodique des trois journées, Théâtre national du Vaudeville, première le 17 août 1830, deuxième journée, scène viii.

104 Thomas Sauvage et Georges Ozaneaux, Le Gentilhomme de la chambre ou Dix Jours après, À propos national en vaudevilles, théâtre de l’Odéon, première le 19 août 1830.

105 Ibid., scène xv.

106 David Kerr, Caricature and french political culture 1830-1848, Oxford, Clarendon Press, 2000, p. 15.

107 James Cuno, Charles Philippon and la maison Aubert: the business, politics and public of caricature in Paris (1820-1840), Cambridge, Ann Arbor (Mich.): University microfilms international, 1985, p. 281.

108 Voir cahier couleur, planches VII, VIII, IX et X.

109 Notice sur le grand drame…, op. cit., p. 29.

110 Le Corsaire, 12 août 1830, p. 2.

111 Léon Gallois, La Dernière Semaine de juillet 1830, Paris, A. J. Denain, 1830, p. 8.

112 Par exemple, dans les pièces dont le sujet porte sur les bourgeois qui se sont endormis pendant les trois journées et qui se réveillent à la suite des événements, ne comprenant pas du tout leur situation et totalement paniqués à l’idée d’un retour d’une révolution : MM. Dumersan et Dupin, Monsieur de la Jobardière ou la révolution impromptue, théâtre des Variétés, première le 19 août 1830, et Thomas Sauvage et Georges Ozaneaux, Le Gentilhomme de la chambre…, op. cit.

113 Le Courrier des Théâtres, 25 août 1830, p. 4.

114 Le Corsaire, 13 août 1830, p. 2.

115 « Le théâtre des Nouveautés, après avoir payé son tribut aux veuves et orphelins des victimes des 27, 28 et 29 juillet, en donnant une représentation à leur bénéfice, a voulu s’acquitter envers les braves ouvriers qui ont échappé aux balles et à la mitraille. À partir du 3 août jusqu’au 15 du mois, il a ouvert et ouvrira gratuitement au peuple sa deuxième galerie et son amphithéâtre », Le Figaro, 7 août 1830, p. 3.

116 Nicolas-Auguste Dubois, Histoire du règne de Charles X …, op. cit., p. 344.

117 Machereau, lithographe Delaporte, « 1792-1830 », 1830, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, cote originale : QB1, cote microfilm : M. 111161.

118 Charles-Stuart Cochrane, La Grande semaine. Récit des événements de Paris avec des considérations morales et politiques, traduit de l’anglais par J. Adolphe, professeur, Paris, Mme Lardière, 1830, p. 7.

119 Sur la figure du peuple égaré de 1793, voir l’article de Christian Alain Muller, « Du “peuple égaré” au “peuple enfant”. Le discours politique révolutionnaire à l’épreuve de la révolte populaire en 1793 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier-mars 2000, p. 93-112.

120 La Révolution de 89 et 93, seconde édition revue et corrigée par le peuple en 1830, Paris, J. Lefebvre, août 1830, in-8°, pièce, 13 p.

121 Manifeste de la société des amis du peuple, Paris, Laforêt, 1830, p. 20.

122 Dès le 2 août, Le National conclut que la « glorieuse révolution qui vient de se faire complète la révolution de 1789. Celle de 1789 a été la conquête de la liberté dans l’ordre civil, religieux, intellectuel ; celle de 1830 sera la conquête du vrai gouvernement représentatif ».

123 Le Journal des débats, 3 octobre 1830, p. 2.

124 Mona Ozouf, La Fête révolutionnaire, 1789-1799, Paris, Gallimard, 1976, p. 26.

125 Vincent Robert, Le Temps des banquets, Politique et symbolique d’une génération (1818-1848), mémoire en vue d’une habilitation à diriger des recherches, préparé sous la direction du professeur Jean-Clément Martin, université Paris I, 2005, 383 p.

126 Les membres des classes populaires ne voyaient que rarement le roi et, comme le remarque Françoise Waquet, à l’Hôtel de Ville de Paris, dans « la maison commune des Parisiens », le roi n’admettait auprès de lui qu’une société qui ne les représentait même pas.

127 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 25 août 1830.

128 Sur les chansons pendant la Révolution française voir Robert Brécy, La Révolution en chantant, Paris, Éditions Francis Van de Velde-Christian Pirot, 1988, 231 p.

129 AN, F 18* II 20, Déclaration des imprimeurs parisiens.

130 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 6 septembre 1830.

131 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 10 septembre 1830.

132 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 13 septembre 1830.

133 L’alcoolisme des hommes du peuple est alors représenté comme un de ses vices les plus avérés. Et le cabaret, considéré comme le lieu le plus représentatif de la sociabilité populaire, renforce les contemporains dans l’idée d’un peuple dépravé et dénué de mœurs respectables.

134 Victor Adam, « Départ pour Rambouillet de l’armée patriote », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11405, cote microfilm : A 13333.

135 Voir Françoise Waquet, Les Fêtes royales sous la Restauration ou l’Ancien Régime retrouvé, Paris, Arts et métiers graphiques, 1981, 204 p.

136 Au sujet du sacre de Charles X, voir Landric Raillat, « Les manifestations publiques à l’occasion du sacre de Charles X ou les ambiguïtés de la fête politique… », in Alain Corbin, Noëlle Gérôme et Danielle Tartakowsky, Les Usages politiques des fêtes aux XIXe-XXe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 53-61.

137 Sur le carnaval et sa fonction de libération symbolique, voir Alain Faure, Paris Carême-Prenant, Paris, Hachette, 1978, 176 p.

138 Mikhaël Bakhtine, L’Œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance, Paris, Gallimard, 1970, p. 19.

139 « Le prince se réserve le droit de chasse, puisant ainsi sa légitimité à une source de référents symboliques antérieurs au christianisme », Annie Duprat, « Le roi, la chasse et le parapluie ou comment l’historien fait parler les images », Genèses 27, juin 1997, p. 119.

140 Hippolyte Bellangé, « Adjudication définitive de l’entreprise de balayage de notre bonne ville de Paris », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11448, cote microfilm : A 13376.

141 Ces deux lithographies ont été déposées les 7 et 21 août 1830.

142 Jules David et J.-J. Grandville, lithographe Lemercier, « La revanche ou la grande chasse au tir an 1830 », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11447, cote microfilm : A 13375.

143 J.-J. Grandville, lithographe Langlumé, « Chasse nationales sur les Terres Royales », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11450 ; cote microfilm : A 13378.

144 Le roi est souvent associé au cochon. Cochon ou porc, cet animal représente, entre autres, l’avidité et l’argent. Voir Annie Duprat, « Le Langage des signes : le bestiaire dans la caricature révolutionnaire », History of europeans ideas, vol. 16, no 1-3, 1993, p. 201-205.

145 La communion souhaitée par l’organisation des fêtes royales conduit plutôt sous la Restauration à dévoiler les antagonismes, voir à ce sujet Françoise Waquet, Les Fêtes royales…, op. cit., p. 138-147.

146 Voir les deux communications d’Alain Corbin sur la fête de souveraineté : « La Fête de souveraineté », p. 25-38, et « L’impossible présence du roi », p. 77-116, in Alain Corbin, Noëlle Gérôme et Danielle Tartakowsky, Les Usages politiques…, op. cit.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Figure 11 : Julien, lithographie de V. Ratier, « Union et Liberté », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11107, cote microfilm : A 13026.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/100227/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 118k
Bildunterschrift Figure 12 : Hippolyte Bellangé, lithographie de Gihaut, « Eh bien oui… ! Charbonnier est maître chez lui », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11106, cote microfilm : A 13025.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/100227/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 97k
Bildunterschrift Figure 13 : Émile Gaubu, « Barricade à la grève », 1830, musée Carnavalet, cote : PC 04 h bis
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/100227/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 188k
Bildunterschrift Figure 14 : Machereau, lithographie de Delaporte, « 1792-1830 », 1830, cabinet des Estampes, coll. Histoire de France, cote originale : QB1, cote microfilm : M. 111161.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/100227/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 244k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540