Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1830, le peuple de Paris

 | 
Nathalie Jakobowicz

Deuxième partie. Le peuple nation sur les barricades de juillet

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 Sur les événements en eux-mêmes, leur déroulement pendant les 27, 28 et 29 juillet 1830 : David H. (...)
  • 2 Voir Alain Pessin, Le Mythe du peuple et la société française du XIXe siècle, Paris, PUF, 1992, 28 (...)

1Le 27 juillet 1830, les classes populaires parisiennes prétendumente soumises et silencieuses surgissent sur le devant de la scène. Cette date, qui marque le début des journées de Juillet, reste inscrite dans toutes les mémoires et incarne le début de l’ère révolutionnaire du XIXe siècle. La veille, les quatre ordonnances de Polignac sont parues dans Le Moniteur et ont produit dans la capitale une effervescence sans pareille. Par ces textes, le roi décide de supprimer le régime de la presse et rétablit l’autorisation préalable. Il dissout la Chambre des députés, réforme la loi électorale en ramenant les députés au nombre de 258 et convoque les collèges électoraux pour les 6 et 13 septembre, et fixe le début de la session des Chambres le 28. Le ministère réussit à mettre en place les principes qui lui tiennent à cœur depuis le 8 août 1829 : détruire la liberté de la presse et la museler, ainsi qu’exclure les « classes moyennes » de la citoyenneté active. Cette violation de la Charte, au nom de l’article 14, déclenche la fureur de la presse libérale. Les principaux rédacteurs des journaux de l’opposition rédigent immédiatement une protestation proclamant leur volonté de résister. S’en suivent les Trois Glorieuses, ces trois jours de juillet 1830 pendant lesquels les insurgés affrontent la Garde royale dans la capitale1. Durant cette fulgurante révolution qui renverse la branche aînée des Bourbons pour mettre sur le trône le duc d’Orléans, les classes populaires parisiennes sont particulièrement visibles. Comment les témoignages des contemporains, les mises en récit, en images, sur les scènes de théâtre des journées de Juillet, représentent-ils ces hommes et ces femmes du peuple ? Différents motifs caractérisent cette figure mythique du peuple en juillet : des éléments comme Paris, la Révolution, la Fraternité… en font une figure particulièrement riche, propre à 1830. Même si elle s’inscrit dans la longue durée du mythe du peuple au XIXe siècle2, cette image n’en conserve pas moins des traits distinctifs. Encensées par les contemporains, les discours sur les classes populaires en révolution ne sont toutefois pas unanimes. De ces multiples récits émergent des voix discordantes qui invitent à d’autres représentations du peuple, contradictoires.

Notes

1 Sur les événements en eux-mêmes, leur déroulement pendant les 27, 28 et 29 juillet 1830 : David H. Pinkney, La Révolution de 1830 en France, (New Jersey, Princeton University Press, 1re édition, 1972), Paris, Presses universitaires de France, 1988, 463 p., voir également : Laurent Louessard, La Révolution de juillet 1830, Paris, Spartacus, 1990, 249 p.

2 Voir Alain Pessin, Le Mythe du peuple et la société française du XIXe siècle, Paris, PUF, 1992, 280 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540