Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1830, le peuple de Paris

 | 
Nathalie Jakobowicz

Première partie. Des classes populaires silencieuses ?

Chapitre III. Un peuple soumis et silencieux ?

Texte intégral

  • 1 Sur cette question du suffrage et de la représentation démocratique au cours du XIXe siècle, voir (...)
  • 2 Pierre Rosanvallon, Le Peuple introuvable…, op. cit., p. 43.
  • 3 Le peuple silencieux a déjà été étudié par nombre d’historiens, notamment le monde des campagnes, (...)

1Absent du jeu parlementaire en ces temps de suffrage censitaire, l’homme du peuple n’en est pas moins présent dans les discours1. Ces derniers dévoilent des figures du peuple, autant faire-valoir que repoussoir. Dans ces représentations, l’individu populaire est comme Janus : « Il a deux faces. Il est à la fois un danger et une possibilité : il menace l’ordre politique en même temps qu’il le fonde2. » Aussi bien à travers les archives de l’administration que dans la presse, les conceptions apparaissent, se font face, se répondent. L’émergence d’une représentation d’un peuple soumis et silencieux3 en matière politique trouve ses origines dans les questions débattues à cette époque et rassure les gouvernants dans l’idée que les classes populaires ne s’inviteront pas violemment dans les affaires politiques. Face à cette image d’un peuple absent surgit celle, plus difficile à déceler, d’un peuple engagé.

Un peuple absent des affaires politiques

  • 4 La Quotidienne, 25 mai 1830, p. 1.

« Tout pour le peuple et rien par le peuple ! C’est là une doctrine de politique, dont l’application est facile et conforme à toutes les règles de morale et de justice. Nous avons toujours blâmé les systèmes qui, sous prétexte de l’intérêt matériel du peuple, faisaient descendre le pouvoir dans la démocratie4. »

  • 5 Le journal, créé en 1824, se transforme en journal politique bi-hebdomadaire le 22 août 1828 et en (...)
  • 6 Le Globe, 5 décembre 1829.
  • 7 La Gazette de France, 11 août 1829, p. 1.
  • 8 La Quotidienne, 18 août 1829, p. 2.

2Voilà comment un des plus grands journaux royalistes envisage les rapports entre le peuple et la politique. Il constitue un résumé clair et précis du débat qui anime les contemporains. La représentation d’un peuple parisien désintéressé des affaires politiques domine dans les discours. En cette fin de Restauration, les débats politiques sont particulièrement agités. Depuis l’arrivée de Charles X au pouvoir, le ministère se montre plus ouvertement ultraroyaliste. Les polémiques se succèdent autour du projet de loi sur le droit d’aînesse, puis de la loi « de justice et d’amour » proposée par Villèle, qui bâillonne littéralement la presse et déclenche les foudres des libéraux. Ces débats utilisent la presse comme terrain privilégié. La presse royaliste est celle qui utilise le plus couramment la figure du peuple, essentiellement La Quotidienne et La Gazette de France, principaux soutiens de la politique ministérielle. Comme le clame le journal littéraire mais non moins politique5, Le Globe, « la pensée des journaux royalistes est celle du gouvernement […] de plus, au-dessous et au-dessus du ministère, voilà deux camarilla, l’une apostolique et l’autre politique, pouvoirs mystérieux dont la double action se fait obscurément sentir au pays6 ». Au cours de l’année 1829, et principalement après l’arrivée de Jules de Polignac au pouvoir, ministre du gouvernement qui mène alors la politique la plus conservatrice de la Restauration, ces journaux se servent des représentations du peuple pour soutenir les décisions du gouvernement ou critiquer les idées défendues par les libéraux. Ils insistent donc sur le royalisme des classes populaires. Pourtant, dès son arrivée au pouvoir, Charles X est reçu assez froidement par la population française. Lors de son sacre, qui a lieu à Reims en mai 1825, il est accueilli par une population plutôt distante qui manifeste surtout sa désapprobation face au ministre ultra Villèle, qui tient alors les rênes du gouvernement. Dès le 11 août 1829, c’est-à-dire trois jours après la nomination de Polignac au pouvoir, La Gazette de France s’empresse de rappeler le royalisme populaire : « Le peuple est ainsi, malgré vos efforts pour le corrompre, et Charles X peut encore parcourir ses provinces, il y trouvera les mêmes marques d’amour, de vénération et de confiance7. » Le plus grand journal ultra se sert de l’image d’un peuple attaché à son roi pour conjurer le mauvais sort qui s’est abattu violemment sur le nouveau ministère et par là même sur la personne du roi. L’arrivée de Polignac au pouvoir déclenche la fureur de la presse d’opposition, qui mène pendant plusieurs mois une véritable campagne contre le nouveau ministère et sa politique de réaction. L’homme du peuple ne constitue pas un danger, selon les ultras, qui le voient totalement inoffensif car soumis et désintéressé. À la même période, La Quotidienne publie un article visant les feuilles libérales : « Les journaux libéraux se trompent ; ils croient qu’il y a quelque chose en France qui répond à leur folie. Cela n’est pas vrai. Tout est calme dans la France. L’agitation de quelques agitateurs ne descend pas dans la rue. Le peuple sait à peine qu’il y a d’autres ministres, et s’il le sait, il ne se doute pas que cela puisse devenir un sujet d’inquiétude pour qui que ce soit8. » Le journal de Michaud utilise la représentation d’un peuple ignorant pour rassurer ses lecteurs. On retrouve la figure d’un peuple enfant, qu’il faut protéger et amener à la raison. Cette vision paternaliste fait du roi un protecteur et un guide.

  • 9 La Quotidienne, 16 septembre 1829, p. 1.
  • 10 La Quotidienne, 4 décembre 1829, p. 1.
  • 11 La Quotidienne, 5 janvier 1830, p. 1.
  • 12 Sur cette notion d’incertitude sociologique, voir Pierre Rosanvallon, Le Peuple introuvable…, op. (...)

3Lorsqu’elles s’expriment politiquement ou manifestent leur désapprobation, les classes populaires sont forcément manipulées, agitées par des fauteurs de troubles payés par le parti de l’opposition. Le thème du complot, particulièrement utilisé à cette époque, est à nouveau invoqué. Déjà le 18 août, La Quotidienne insiste sur le fait que « l’agitation de quelques agitateurs ne descend pas dans la rue », mais il revient sur ce thème un mois plus tard en condamnant les hommes « qui trouvent bon de l’agiter9 » en les jetant dans l’espoir de ne pas payer d’impôts. Bien entendu, ces diatribes s’adressent aux libéraux, qui font croire à leurs lecteurs qu’ils pourront manifester leur mécontentement en refusant de payer les impôts. Cette arme est brandie par les opposants au régime, en cas de non-respect de la Charte et d’un emploi abusif des prérogatives royales par les membres du ministère. Le 4 décembre de la même année, le journal met en garde les libéraux : « Le peuple connaît aujourd’hui ses amis et ses ennemis ; le masque tombe devant son bon sens ; il se lasse de ces éternelles levées de boucliers contre des fantômes […] chaque jour, il manifeste son amour pour ses princes et son entière confiance dans son Roi10. » Tous les moyens sont bons pour insister sur le calme des classes populaires parisiennes après ces années mouvementées qui laissent dans les mémoires des souvenirs terrifiants. Cependant quel est le peuple dont parle La Quotidienne ? Le Parisien ? Le Français ? L’ouvrier ? La nation toute entière ? Les journalistes utilisent plusieurs acceptions du mot peuple. Le mot sert essentiellement, dans ces discours, à désigner les classes populaires, par opposition aux élites, qui constituent le groupe d’individus occupant à cette époque le premier rang dans tous les domaines. Les élites peuvent être alors définies comme le rassemblement des groupes sociaux qui dominent la société par leur influence, leur prestige, leur richesse, leur pouvoir (politique, économique, moral ou intellectuel). Le mot peuple peut aussi incarner la nation, comme entité symbolique. En tant que concept politique, le « peuple nation » prend alors tout son sens. Enfin, il peut également être utilisé pour représenter l’opposition, le « peuple de séditieux » qui lui, se trouve « hors de la nation11 ». Par ces errements apparaît l’indistinction sémantique, induite par cette incertitude sociologique, que recouvre la notion de peuple. Cette incertitude12 enrichit ainsi son caractère énigmatique et conduit les contemporains à s’interroger constamment sur cette figure qui les inquiète. La question est résolue pour la presse royaliste : l’homme du peuple, envisagé dans un sens économique – classes populaires – et politique – nation –, est assujetti.

  • 13 Le Journal des débats, 10 août 1829, p. 2.
  • 14 Pierre Rosanvallon, « La citoyenneté au XIXe siècle », op. cit., p. 12.
  • 15 Le Journal des débats, 13 novembre 1829, p. 1.

4Les réponses ne se font pas attendre dans la presse d’opposition. Dès la proclamation du ministère du 8 août 1829, Le Journal des débats annonce sa position : « Ainsi le voilà encore une fois brisé ce lien d’amour qui unissait le peuple au monarque13. » Selon le quotidien, les sentiments envers le souverain se dégradent avec la nomination du ministère honni par la population. Le Journal des débats est alors considéré comme un des plus ardents attaquants du gouvernement et mène, avec les autres journaux de l’opposition, une campagne hargneuse contre Polignac et ses ministres. Second journal en nombre d’abonnés après son grand rival : Le Constitutionnel, le quotidien fondé par les frères Bertin et Chateaubriand, au départ libéraux-monarchistes, devient un journal d’opposition des plus violents après 1824. Il est surtout un ardent défenseur de la liberté de la presse, chère à ses créateurs. Le ministère comprend quant à lui rapidement que cette liberté est sa principale ennemie. Pierre Rosanvallon explique comment en ce premier XIXe siècle, « la théorie libérale classique de la liberté de la presse est liée à la liberté d’opinion14 ». Le Journal des débats défend bien l’idée que la liberté de la presse dérive du fait que chaque individu peut exprimer ses opinions : « Le ministère, depuis trois mois, ne cesse de répéter que la presse égare le peuple, corrompt les esprits, répand partout la révolte et la sédition ; depuis trois mois il ne cesse de répéter que la défection vient des plus anciens royalistes ; et aujourd’hui, où le mal n’a pas cessé, j’imagine c’est à ce peuple corrompu, égaré par l’esprit de révolte qu’il livre le sort de la monarchie15. »

5Le journal répond également aux invectives des feuilles royalistes. Voici comment il réplique à un article de La Quotidienne, publié le 4 décembre 1829, qui loue le bon sens des hommes du peuple :

  • 16 Le Journal des débats, 9 décembre 1829, p. 1.

« Le ministère flatte le peuple ! il vante son bon sens. […] Par une attention délicate on a voulu que le peuple pût voir son éloge dans les feuilles constitutionnelles, qu’il lit encore, par mauvaise habitude.
Que voulez vous donc dire en invoquant le témoignage du peuple dans les affaires du gouvernement ? Est-ce de la multitude que vous voulez parler ? mais vous savez bien qu’elle n’a pas de place publique […]. Le peuple ne parle que par ses mandataires ; et la tribune est muette maintenant. […]
Le peuple qui se tait et doit se taire est plein de bon sens, de raison, le peuple qui se plaint et vous dénonce à la sagesse royale par les cris légitimes de la presse, ce peuple-là est coupable de licence. C’est à lui, en effet, que vous vous adressez quand vous calomniez les droits de la presse16. »

  • 17 Pierre Rosanvallon, Le Peuple introuvable…, op. cit. ; voir du même auteur, Le Sacre du citoyen…, (...)
  • 18 Ibid., p. 21.
  • 19 Elisabeth Guibert-Sledziewski, « Le Peuple représenté », Cahiers de Fontenay, no 24-25, décembre 1 (...)
  • 20 La Quotidienne, 16 septembre 1829, p. 1.
  • 21 Ibid.

6En s’interrogeant sur la notion de peuple, le journaliste en vient à parler d’une question essentielle à l’époque, celle des représentants du peuple. Le problème de la représentation par un mandataire pose la difficile question de l’identification du représenté, en l’occurrence, des classes populaires. Analysée par Pierre Rosanvallon dans Le Peuple introuvable. Histoire de la représentation démocratique en France17, cette question parcourt tout le début du XIXe siècle jusqu’au suffrage universel. L’opposition se fait dès 1789 entre un « peuple réel » et le « peuple des représentants ». Elle produit irrémédiablement une « tension de l’un et du multiple qui toujours se reforme pour engendrer le doute et l’insatisfaction18 ». Des représentants qui sont censés donner voix à une classe muette. Toute la difficulté de la représentation du peuple se noue alors, tiraillée entre une abstraction politique et une réalité sociologique. L’ambiguïté de la démocratie représentative réside dans cette incertitude. Tout se fait « au nom du peuple », mais ce nom produit autour de lui une ellipse19. Dans la dernière phrase de cet article se pose le problème de l’utilisation de la figure du peuple dans l’arène politique. Les royalistes se réjouissent de la sagesse populaire qui leur offre la possibilité d’agir librement. Son silence convient aux partisans du gouvernement qui y voient un signe de son adhésion. Ils trouvent alors par le biais de la presse, un moyen de réprimer ce qu’ils considèrent comme la population de séditieux, qui s’oppose au gouvernement. En bâillonnant la presse dite populaire, ce sont, selon les libéraux, les hommes du peuple qu’ils empêchent de s’exprimer. Cependant, est-ce réellement ces derniers qui s’expriment au sein de la presse populaire ? En leur nom, chaque journal explique ce qui lui semble juste dans les affaires politiques. « Le peuple n’a pas de plus grand ennemi que lui-même ; ou pour mieux dire, que ceux qui se déclarent peuple et agissent en son nom20 », écrit un journal royaliste. C’est encore ici pour mieux accuser les libéraux, qui sont, d’après le parti ultra, les seuls à s’approprier ce nom sacré. Auparavant, indique La Quotidienne, « le peuple de France vivait, sous le rapport matériel, heureux et tranquille autant qu’il peut l’être sous le poids des impôts que nous a légués la Révolution. Tout à coup, quelques hommes trouvent bon de l’agiter, et le voilà jeté dans l’espoir de ne pas payer bientôt ce qui lui coûte autant de travaux et de sueurs21 ». Le refus de l’impôt, invoqué au nom du peuple par les libéraux, devient un sujet d’inquiétude pour un ministère déjà déstabilisé. L’idée d’un peuple muet constitue un avantage pour tous les membres de la classe politique et particulièrement pour les ultras qui considèrent que son intervention dans ce domaine ne peut se faire autrement que de manière violente. Le spectre de la Révolution et du surgissement violent des hommes du peuple sur la scène politique hante les consciences.

  • 22 AN, F 7 3878, Bulletin de Paris, 23 décembre 1824.

7Les sources policières offrent une vision plus contrastée des rapports entre peuple et politique. Les avis diffèrent entre les bulletins de la préfecture de Police et certains comptes rendus des commissaires de quartier. Les Bulletins de Paris présentent d’un point de vue politique la vision d’un peuple soumis et attaché à son souverain. Les rapports de police établissent le plus souvent des rapprochements entre l’expression politique des individus populaires et leur situation matérielle. D’après ces derniers, dans un moment de prospérité économique, les classes populaires ne se manifestent pas et cette indifférence rend compte de leur adhésion au pouvoir. Lors de la rentrée des Chambres, en décembre 1824, un bulletin souligne que « la population des faubourgs, plus exclusivement livrée à ses travaux, s’occupait infiniment moins d’objets politiques que par le passé », et il poursuit en ajoutant « à cette observation, celle bien positive d’une amélioration de l’opinion dans le peuple, on doit en conclure que ce changement ne vient point d’indifférence pour les intérêts publics, mais de la confiance, de la sécurité qu’inspire le gouvernement du roi ; l’activité des travaux industriels et du commerce de détail laisse aussi moins de loisirs à la classe ouvrière. Elle est occupée, elle est dans l’aisance par le travail et se repose sur la sagesse du roi et la continuation de cet état de prospérité22 ».

8Cette représentation d’un peuple essentiellement préoccupé par sa situation matérielle rejoint celle qui envisage l’homme du peuple comme un être ignorant, incapable de comprendre les enjeux de débats qui ne le touchent pas et qui sont trop élevés pour le concerner. Les classes populaires sont à nouveau écartées symboliquement du débat politique.

  • 23 AN, F 7 3881, Bulletin de Paris, 7 janvier 1827.
  • 24 Ibid.

9Certains événements politiques provoquent des représentations différentes du peuple. En décembre 1826, une nouvelle loi sur la presse est proposée par le ministre Villèle. S’en prenant aussi bien à la presse qu’aux brochures et pamphlets, jusque-là protégés des attaques de la censure, elle constitue la loi la plus répressive à ce sujet durant la Restauration. Les visées de cette loi sont principalement la mise en place d’une censure préventive et l’arrêt de la diffusion d’écrits séditieux bon marché. Cette attaque violente contre la liberté de la presse provoque l’ire des contemporains et essentiellement celle des journaux libéraux. Des manifestations se produisent chez les ouvriers imprimeurs, et les rapports de police insistent sur la fermentation de cette classe d’ouvriers dont le seul but est « de manifester et exciter du mécontentement contre la loi proposée pour réprimer les abus de la liberté de la presse23 ». Ils établissent rapidement une distinction entre les ouvriers et les hommes du peuple : « Les ouvriers en contact avec les classes populaires ont répandu leurs opinions et leurs alarmes au sujet de la loi sur la presse, mais le peuple en général n’a pas paru s’occuper sérieusement des inquiétudes particulières aux ouvriers de l’imprimerie et de la librairie24. » C’est encore cette représentation d’un peuple indifférent qui est soulignée. Les ouvriers du livre possèdent à cette époque un statut particulier. Leur degré d’instruction beaucoup plus élevé leur donne la possibilité de s’exprimer plus librement et surtout de se faire entendre. Dans l’imaginaire du préfet de police, les ouvriers imprimeurs ne font pas partie des classes populaires. Hors du « peuple », selon lui, ils font partie de la classe ouvrière, rebelle et surtout incontrôlable. Même si une partie des classes populaires se rebelle, le « peuple en général », lui, reste dans l’imaginaire des contemporains, invariablement soumis et insensible aux incitations séditieuses de ses congénères.

  • 25 AN, F 7 3883, Bulletin de Paris, 6 avril 1829.
  • 26 AN, F 7 3883, Bulletin de Paris, 13 et 20 août 1829.

10Les représentations du peuple durant l’année 1829 sont marquées par la tranquillité, conformes en cela aux sources policières. La population « reste étrangère aux discussions politiques », constitue le leitmotiv des rapports. Même « si des scènes bruyantes se passent quelques fois dans les lieux qu’elle fréquente, on n’aperçoit rien du moins qui dénote un mauvais esprit25 ». Lors de l’arrivée de Polignac au pouvoir, plusieurs bulletins mentionnent l’état d’esprit des classes populaires. L’administration préfectorale répète parfois les mêmes phrases à quelques jours d’intervalles. « Tous les rapports de police s’accordent à annoncer que la plus parfaite tranquillité continue de régner dans Paris et dans toutes les communes rurales du département de la Seine. La classe ouvrière reste étrangère à toutes les discussions politiques et ne s’occupe que de ses travaux et de ses plaisirs26 », lit-on ainsi dans les bulletins du 13 et du 20 août. La préfecture s’accorde ainsi avec les volontés royales qui appellent de leurs vœux des classes populaires dévouées et qui laissent aux soins de leurs représentants la responsabilité de gérer les affaires politiques. Ce n’est cependant pas la seule représentation émanant des sources policières.

11La vision de Monsieur Darcours, commissaire de police chargé de surveiller les faubourgs Saint-Denis et Saint-Martin, permet de déceler un autre regard sur ces classes populaires. Il rend compte dans un de ses rapports, deux jours après l’arrivée de Polignac, de l’état de la population dans les faubourgs, qu’il observe depuis treize ans :

  • 27 AN, F 7 6772, dossier 3, pièce 79.

« Le changement qui vient de s’opérer dans le ministère a produit un étonnement général dans la classe des chefs d’établissements situés dans les faubourgs que je surveille, beaucoup de propos circulent, des craintes se manifestent à l’égard du commerce, des gens qui se tiennent constamment dans l’ombre, répandent les bruits les plus alarmans parmi les ouvriers, […]. Répéter tout ce qui se dit parmi le peuple, depuis avant hier, serait faire l’analyse des journaux opposés au changement qui vient d’avoir lieu, mais ce qu’il est essentiel de faire connaître à l’autorité, ce sont les manifestations que témoignent hautement les raisonneurs qui se trouvent faire partie de la classe ouvrière, tous sont contens du renversement du ministère, parce qu’ils supposent que cet évènement va produire un grand mécontentement dans les départements et que l’occasion se présentera bientôt de renverser le parti qui triomphe actuellement27. »

12Ce rapport présente une tout autre figure de la population des faubourgs. Le thème du complot revient en force et permet de détourner les critiques populaires en renvoyant la faute sur le parti adverse. Toutefois, le commissaire évoque aussi la représentation d’un peuple adhérant au mécontentement des journaux d’opposition, qui désapprouvent l’avènement d’un ministère ultra. Ce rapport n’est pas le premier de ce genre. Déjà en 1827, sous le ministère Villèle, monsieur Genaudet, commissaire de police du quartier Saint-Thomas d’Aquin (Xe arrondissement de Paris), évoque les propos séditieux tenus par les hommes du peuple et leurs prises de position politiques :

  • 28 AN, F 7 6772, dossier 1, pièce 30, Note au préfet de police en date du 22 octobre 1827.

« Depuis environ 8 jours on remarque soit sur les Boulevards ou sur les quais (celui de la Grève surtout) des groupes composés pour la plupart d’ouvriers qui tiennent des propos horribles. […] On s’étonne surtout de la hardiesse avec laquelle ils s’expriment en parlant de l’auguste personne du Roi.
Tout semble annoncer que des individus travaillent les esprits en semant à plaisir des bruits alarmans, il suffit, pour s’en convaincre, d’écouter les conversations de la classe populaire. L’augmentation du pain a d’abord secondé merveilleusement les vues du Parti qui essaye par tous les moyens possibles à accroître le mécontentemens des ouvriers28. »

13Encore une fois, c’est une conspiration qui est invoquée pour expliquer le comportement des hommes des faubourgs et les accents de rébellion qui règnent dans leurs rues. L’idée d’un peuple politisé est totalement bannie des discours des fonctionnaires.

  • 29 Pierre Rosanvallon, Le Peuple introuvable…, op. cit., p. 39.

14La confrontation avec les archives de police apporte un éclairage plus nuancé sur la figure du peuple dans un contexte politique. Les représentants de l’ordre s’attachent quand même majoritairement aux représentations de ce que Pierre Rosanvallon appelle un « peuple-réel », alors que les journaux utilisent plus logiquement le « peuple-principe29 ».

Jeu sur les figures du peuple révolutionnaire

  • 30 Sur la mémoire de l’événement (sur 1789 dans le XIXe siècle) beaucoup de travaux ont été déjà réal (...)
  • 31 Sur Guizot et la Révolution, voir Pierre Rosanvallon, Le Moment Guizot, Paris, Éditions Gallimard, (...)
  • 32 Michel Vovelle, « Le peuple de Paris en révolution », in Jean-Louis Robert et Danielle Tartakowsky(...)
  • 33 Ibid., p. 129.

15À la fin de la Restauration, la Révolution est encore dans tous les esprits. Les vétérans la racontent et gardent en mémoire des souvenirs glorieux ou douloureux. Ceux qui ne l’ont pas vécue l’imaginent et reconstruisent l’événement à leur manière30. Les années 1820 voient apparaître les premières analyses historiques sur l’événement. Les intellectuels libéraux commencent à se mobiliser à ce sujet et, face à la réaction ultra qui s’installe au pouvoir, ce discours historique devient une arme politique. Pour Guizot, qui montre sa volonté d’assumer la Révolution française, il s’agit de faire resurgir cette histoire pour donner une mémoire à la bourgeoisie31. Quant aux écrivains, tels qu’Adolphe Thiers et Auguste Mignet, ils cherchent à analyser la Révolution et par là même à la légitimer. De tous bords politiques, les hommes utilisent ce moment fondateur de leur histoire. Plusieurs historiens se sont déjà penchés sur cette question et se sont appliqués à démontrer à quel point la Révolution constitue une séquence cruciale dans l’histoire des classes populaires parisiennes32. Les hommes de 89 jouent dès lors dans l’imaginaire social un rôle particulièrement important et constituent une figure symbolique récurrente et incessamment convoquée tout au long du XIXe siècle. C’est à travers cette mémoire que se forge, d’après Michel Vovelle, la culture politique33. Dans les journaux et écrits des contemporains se fait jour cette utilisation des figures du peuple de 89. Une figure multiple qui recouvre différents symboles suivant les périodes. Dans l’imaginaire des contemporains, les hommes de 89 ne ressemblent en rien à ceux de 1792 ou à ceux de 1793. Les usages différenciés de ces figures du peuple révolutionnaire permettent d’élaborer et de justifier les discours sur les classes populaires de la Restauration. Malheureusement, certains supports ne laissent percevoir aucune trace de ces usages, comme c’est le cas de la chanson ou du théâtre. La censure politique explique cette absence. Sous la Restauration, la censure dramatique s’applique à effacer tous les souvenirs de la Révolution. Une interdiction totale de faire une allusion aux années révolutionnaires est scrupuleusement appliquée. Quant aux chansons, ce n’est qu’à travers certains sous-entendus qu’apparaît le spectre des révolutionnaires. La presse, lieu privilégié du débat politique, offre au contraire un espace favorable à ces luttes politiques, notamment autour de l’interprétation de la Grande Révolution.

La mémoire revisitée

  • 34 Eugène Hatin, Histoire politique et littéraire de la presse en France, t. VIII, Genève, Slatkine, (...)

16Parmi les journaux libéraux, le Journal des débats est un de ceux qui mentionne le plus fréquemment les événements révolutionnaires du siècle passé. Le journal incarne à cette période un véritable pouvoir. Eugène Hatin va jusqu’à considérer qu’il avait l’importance d’une institution politique34. En novembre 1829, plusieurs articles rappellent les journées révolutionnaires et principalement les actions des Parisiens. Cet automne est marqué par l’apathie du gouvernement. La nomination au pouvoir de Polignac, Bourmont et de La Bourdonnaye, déchaîne les foudres de la presse libérale. Ils ne sont plus désignés que par des surnoms rappelant leur rôle pendant les événements passés : « Coblence », en souvenir de cette ville qui fut le fief des émigrés, dont Polignac faisait partie, en 1792 ; « Waterloo » pour Bourmont qui avait déserté l’armée impériale la veille de la célèbre bataille et enfin, « 1815 » qui est attribué à La Bourdonnaye, incarnant en sa seule personne la réaction royaliste de cette période. Les vieux antagonismes sont ravivés dès l’arrivée du nouveau ministère par le Journal des débats qui s’exclame :

  • 35 Le Journal des débats, 10 août 1829, p. 2.

« Ainsi, le voilà encore une fois brisé, ce lien d’amour et de confiance qui unissait le peuple au monarque ! Voilà encore une fois la Cour avec ses vieilles rancunes, l’émigration avec ses préjugés, le sacerdoce avec sa haine de la liberté, qui viennent se jeter entre la France et son roi35 ! »

17Bertin est poursuivi pour ces articles virulents contre le ministère en place, et acquitté en décembre 1829. Son journal n’est pas le seul à remémorer ces vieilles oppositions. À la même période, Le Journal de Paris, périodique de tendance modérée, renvoie dos à dos les deux camps :

  • 36 Le Journal de Paris, 24 août 1829, p. 1.

« Lorsqu’un célèbre écrivain disait en 1788 : “Le peuple est tout, ceux qui veulent se séparer du peuple ne sont rien”, il exprimait une grande vérité, vérité qui pouvait alors paraître hardie, mais qui a reçu depuis son application dans tous ses développemens. […] Que voyons nous en effet dans les deux camps ? D’un côté, un peuple tout entier, passionné pour l’égalité qu’il a conquise au milieu de tant d’orages et de souffrances ; un peuple éclairé, fier de ses droits, qu’il est bien résolu de faire respecter ; un peuple également éloigné des violences qui peuvent conduire au despotisme, et de la faiblesse qui autorise l’arbitraire ; un peuple enfin qui a besoin de repos et de paix, mais qui aime encore plus la liberté et qui veut la conserver à tout prix. D’autre part, nous trouvons quelques vieux débris de Coblentz36. »

  • 37 Le Journal des débats, 11 novembre 1829, p. 1.

18Au cours de ces débats où l’Histoire revient en force, les figures du peuple révolutionnaire sont utilisées par les deux camps. Dans un article du 11 novembre 1829, Le Journal des débats répond aux feuilles royalistes qui choisissent de ne rappeler que les actions sanglantes des hommes du peuple de la Grande Révolution. Pour justifier toutes les fureurs « on [les ultras] a rappelé le faubourg Saint-Antoine, et ses sanglantes réactions, mais aujourd’hui que la Bastille est tombée, il n’y a plus de faubourg Saint-Antoine, une révolution passait par là en 1789, aujourd’hui ce serait une révolte : un peuple qui a son roi légitime et sa constitution légitime ; un peuple qui ne demande qu’un ministère selon ses vœux, un peuple surtout qui a fait une révolution, ne se révolte pas, ce serait tomber de trop haut37 ».

19La Révolution passée, les hommes ont changé. Mais c’est surtout aux hommes de 1793 auxquels les journaux ultras font référence. Une distinction s’est rapidement établie entre la figure du peuple héroïque et souverain de 1789 et celle du peuple sanglant et terrifiant de 1793, toujours associé aux faubourgs parisiens :

  • 38 Le Journal des débats, 12 novembre 1829, p. 2.

« Vous voulez toujours, dans vos hypocrites alarmes, nous ramener aux jours sanglans de 93 ! vous rêvez ou plutôt vous faites semblant de rêver des faubourgs en émeutes, des piques et des canons devant un palais38 ! »

  • 39 Pierre Rosanvallon, Le Moment Guizot, op. cit., p. 204.

20Peu importe l’existence de cette populace déchaînée, elle fait désormais partie de l’imaginaire de la Révolution et elle est constamment brandie par les contrerévolutionnaires. Guizot explique en 1820 comment le parti ultra exploite les « terreurs qu’inspire encore la Révolution à un grand nombre de bons Français dont les vœux ne repoussent point le système constitutionnel39 ».

21Le Journal des débats cherche essentiellement à prouver la nouvelle respectabilité des hommes du peuple, acquise après ces années de révolution et de guerre. Les protestations des contre-révolutionnaires sont renvoyées, considérées comme véritablement anachroniques en ces temps de calme populaire. Les exclamations du ministre de l’Intérieur à ce sujet sont démontées et considérées comme caduques :

  • 40 Le Journal des débats, 21 novembre 1829, p. 1.

« Si la révolution est encore debout, oui, je suis contre révolutionnaire, s’écriait notre ministre de l’instruction publique […] A tout prendre, cette protestation de contre-révolutionnaire n’est pas d’un homme de nos jours. On dirait d’un proscrit de 93 qui s’est renfermé dans sa chambre pour échapper au Tribunal Révolutionnaire ; depuis ce temps, il n’a pas mis la tête à la fenêtre : on lui crie, un beau jour, qu’il est ministre ; il regarde en tremblant dans les rues, lui contre révolutionnaire d’autrefois, et il est tout étonné du calme de ces rues. Que ce peuple féroce est devenu tranquille et doux ; quel bruit de travail retentit, même dans le faubourg Saint-Antoine, quelle vie décente, quelle industrieuse activité, quelle noble passion de science, quel zèle pour les arts40 ! »

  • 41 Le Journal des débats, 20 décembre 1829, p. 1.

22La démonstration sert à prouver que l’homme du peuple de 1829 n’a rien à voir avec celui de 1793. Les attributs qui lui valent tout ce mérite sont essentiellement son travail, ses bonnes mœurs et enfin son instruction, valeurs envisagées comme les plus louables en ces temps de restauration monarchique. Les inquiétudes révolutionnaires des ultras ne sont plus d’actualité. C’est ce que rappelle à nouveau Le Journal des débats dans un article du 20 décembre 1829 en questionnant le lecteur sur les « dangers à prévoir ? une rébellion ? » et la réponse ne se fait pas attendre : « Non, grâce à dieu ! », et cela parce que les hommes du peuple sont « trop sérieux pour faire une émeute de frondeurs. Trop sages et trop instruits pour entreprendre une révolution, nous ne sommes plus ni le peuple des Barricades, ni le peuple de 8941 ». Selon le quotidien, la sagesse et surtout l’éducation ont conduit l’homme du peuple vers une maturité politique qui ne fait plus de lui une figure ensanglantée et inquiétante.

  • 42 Le Journal des débats, 2 décembre 1829, p. 1.

23Les libéraux utilisent ces arguments pour combattre et repousser les images du peuple proposées par les ultras : « Les écrivains ministériels répètent que la querelle est aujourd’hui entre le trône et la démocratie, comme en 89 ; que rien n’est changé, c’est la même question42. » Alors, le journaliste se déchaîne en remettant en cause cette théorie contre-révolutionnaire : « Que dieu les absolve de parler de cette manière, et qu’il garde surtout la royauté et le peuple de croire qu’il en est ainsi ! car, s’ils le croyaient, si la royauté s’imaginait qu’elle a à défendre sa prérogative et le peuple à conquérir ses libertés, nous marcherions à une révolution […] », mais il poursuit en démontrant qu’aujourd’hui la situation a changé et que « grâce au ciel, il n’en est plus ainsi, ni le trône ni le peuple ne sont revenus aux jours critiques de 89 ». La question posée ainsi concerne les droits acquis pendant la Révolution. Les espoirs et les aspirations nés des conquêtes révolutionnaires demeurent capitales pour les libéraux. Les acquis de 1789 ne peuvent être annihilés sous prétexte d’une restauration monarchique. Évoquer ces moments et les manipuler conduit à une remise en cause des droits chèrement acquis par la génération précédente ; liberté, égalité ou amour de la patrie et de la nation – valeurs issues de la Révolution – constituent des éléments fondamentaux d’un héritage à conserver pour les contemporains.

Affrontement des représentations du peuple révolutionnaire

  • 43 Ellen Constans, « Mais où est donc la Révolution ? La Révolution française chez quelques romancier (...)
  • 44 C’est le cas notamment de Théophile Donicourt qui situe ses intrigues au XVe ou XVIe siècle, afin (...)
  • 45 Armand Duchatellier, Les Barricades. Scènes historiques. Mai 1588, Paris, Brière, 1826, 320 p. Au (...)
  • 46 La Quotidienne, 25 août 1829, p. 2-3.
  • 47 AN, F 21987, Dossier de censure sur la pièce de Dumersan et Brazier, Deux Tableaux, 29 novembre 18 (...)
  • 48 Ibid.

24Ce passé récent est difficile à appréhender pour les contemporains qui choisissent le plus souvent la condamnation à outrance ou tout simplement l’oubli. Les écrivains de la Restauration font peu référence à cet épisode de leur histoire récente. La place accordée à la Révolution reflète celle des hommes du peuple, acteurs de cet événement. La censure n’est cependant pas la seule raison pour laquelle ces épisodes révolutionnaires sont absents des romans de l’époque. Selon Ellen Constans, les écrivains éprouvent alors des difficultés à manipuler cet événement encore chargé d’émotions43. Paul de Kock l’évacue totalement de ses ouvrages, Pigault Lebrun l’évite ou bien se cantonne à évoquer quelques événements, et principalement la période de la Terreur, sur un ton dépréciatif. En ces temps de censure politique, la seule solution qui s’offre aux auteurs libéraux désireux d’en parler est de transposer leur récit à une époque historique éloignée44. Les auteurs dramatiques recourent aux mêmes stratagèmes. Armand Duchatellier, dans sa pièce publiée en 1826, fait référence à des événements situés en 1588, lors de la dernière guerre de religion et plus précisément à la célèbre journée des Barricades, pour pouvoir évoquer une révolution45. Toute représentation des épisodes révolutionnaires ou des révolutionnaires, mais aussi de la famille royale est surveillée par la censure. Une évocation d’un mauvais roi ou d’un roi ridicule déclenche les foudres des censeurs, qui considèrent ces figures insultantes comme des appels à la sédition. Le directeur gérant de La Quotidienne résume dans son article « De l’inconvenance de mettre les rois en scène », les difficultés liées à ce genre de représentations et l’influence politique accordée au théâtre à cette période : « Politiquement parlant, l’inconvénient est plus grand si l’on représente un mauvais roi ou si on nous en montre un bon avec des vices et des ridicules ; ce n’est plus seulement une inconvenance dramatique, c’est une hérésie constitutionnelle46. » Les auteurs dramatiques choisissant de mettre en scène les événements révolutionnaires et les hommes du peuple de la Révolution sont considérés comme des révolutionnaires. C’est le cas de Dumersan et de Brazier qui, dans leur pièce intitulée Deux Tableaux de Paris, décident de mettre en scène un tableau se déroulant en 1788, puis sous la Révolution. Le dossier de censure est éloquent. Les quatre censeurs énoncent clairement leur point de vue en indiquant « qu’il est inutile de rappeler les temps de la révolution47 ». Suite à une lettre de réclamation des auteurs et après la suppression des passages concernés, les censeurs autorisent finalement la représentation. Leur permission ne se fait qu’en échange de changements importants et essentiellement en rapport avec la période révolutionnaire. La pièce « fut ajournée parce qu’il y était question d’un émigré ruiné par la révolution », se justifie le censeur ; « il n’y a plus d’émigré. Les auteurs ont supprimé tous les passages où il était parlé de révolution, de journaux, d’élection […] rien ne s’oppose donc plus à l’approbation de cette pièce48 ». Plus de référence à la Révolution signifie ici plus de différences d’opinion et donc plus de propos relatifs à la politique.

  • 49 Hercule de Roche père, Le Peuple, les gouvernemens et les rois depuis 1789, Paris, Achille Désauge (...)

25Quand ils trouvent leur place dans un récit, les événements de 1789 sont remémorés sans méfiance alors que ceux de la Terreur sont toujours condamnés sans appel. Les hommes de la Restauration sont cependant contraints de vivre avec ce passé. Les enfants des révolutionnaires ont reçu ce double legs, qui fait de leurs pères des êtres à la fois adorés et méprisés. Hercule de Roche père le rappelle dans sa petite brochure publiée en 1830 : « Les Français d’aujourd’hui sont les enfans de ceux de 1789, 92 et 93… oui citoyens, et de 93 ! » « Cette époque fait horreur, je le pense comme vous ; mais si sous un point de vue elle vous épouvante, sous un autre, vous ne pouvez que l’admirer49 », poursuit-il. Il résume en une seule phrase toute la difficulté de représenter le peuple de la Révolution et de s’approprier son souvenir.

  • 50 AN, F 7 6772, dossier 3, pièce 83.

26Il s’agit désormais de tirer des enseignements des événements passés. La leçon donnée par la Révolution doit permettre d’empêcher qu’elle se reproduise. C’est d’ailleurs sur ce point qu’un rapport de police insiste : « La génération actuelle ne veut pas de nouvelle révolution, elle a trop entendu ses pères se plaindre des victimes qu’ont entrainés dans leurs débordements les évènements qui se sont succédés en France depuis 1789, pour vouloir servir d’instrument aux intrigants50. » Les contemporains ont beau « revisiter » l’Histoire et représenter le passé suivant leurs propres opinions politiques, l’homme du peuple peut aussi s’approprier sa propre image. Un article du Globe rappelle à ses confrères cet élément qu’ils ont tendance à vouloir oublier. Contrairement au représentant de l’ordre, le journaliste insiste sur le fait que le peuple de la fin de la Restauration n’a plus aucun rapport avec celui de la Révolution, mais qu’il n’en est pas pour autant aveugle :

  • 51 Le Globe, 7 octobre 1829, p. 5.

« Il a de la mémoire, une longue et implacable mémoire, ce peuple dont vous vous jouez. Car ce n’est plus le peuple mourant de faim des vieux faubourgs de Paris, passant d’une ivresse à l’autre pour un peu d’argent et de vin, jouant sa paix et sa vie à l’étourdie, comme les grands seigneurs, leurs terres et leurs chevaux. Tout oublier pour celui là serait aussi facile que de tout briser. Mais celui d’aujourd’hui c’est un peuple laborieux, rangé, à l’aise ; un peuple de citoyens soucieux, parce qu’il possède et parce qu’il jouit ; profondément ennemi de tout ce qui le menace en sa paix et en sa jouissance ; ne criant ni ne se révoltant mais se détachant lentement, par raison, par calcul, et menant à fin, à longueur de prudence, ce qu’une fois il a résolu comme utile, comme nécessaire à ses intérêts51. »

  • 52 Sur le modèle familial et son influence sur la politique, voir les analyses de Lynn Hunt à propos (...)

27L’homme du peuple est désormais capable de se conduire dignement. D’un discours libéral émerge l’idée d’un peuple mûr, même sur le plan politique. L’image du peuple enfant s’est métamorphosée en celle d’un adulte responsable et surtout raisonnable52. Serait-ce une façon de dire que les classes populaires sont désormais capables de comprendre ce qui les entoure et de s’insérer sagement dans le débat politique ? Comment ces hommes déchaînés des faubourgs parisiens sont-ils devenus raisonnables et capables de se contrôler ? Désormais se pose la question de savoir comment les classes populaires s’approprient certaines représentations et en rejettent d’autres.

Représentations et usages des figures d’un peuple politisé

  • 53 Gilles Malandain, L’Affaire Louvel, ou l’introuvable complot, thèse sous la direction de M. Philip (...)

28Soumission et désintérêt ne signifient pas silence. Même si la Restauration n’offre aucune place au plus grand nombre dans le jeu politique et « s’emploie plutôt à “dépolitiser” les citoyens-sujets53 », les classes populaires semblent se reconnaître dans certaines représentations et certains discours qui encouragent l’opposition et incitent au renversement du roi et de son gouvernement. À travers la presse, les rapports de police, les chansons ou le théâtre, d’autres figures du peuple apparaissent, plus politiques.

Des lectures du peuple inquiétantes

  • 54 AN, F 7 6777, Rapport sur l’esprit public de la première légion de gendarmerie au Directeur généra (...)

29Alors que les sources de police insistent jusque-là sur la soumission et le désintéressement des classes populaires, les représentations évoluent au printemps 1830. Une note de la première légion de gendarmerie au directeur de la police signale qu’« à la vérité, les lecteurs de journaux se multiplient, on a même remarqué dans le département de la Seine, principalement dans quelques communes rurales de l’arrondissement de Sceaux, que des individus de la classe du peuple et qui ne sont point abonnés, reçoivent gratis un journal intitulé Le National qu’ils lisent et commentent dans différens cabarets, on cite particulièrement la commune de Vanve où ce journal est ainsi répandu54 ». Le National, journal d’opposition fondé en janvier 1830 par Adolphe Thiers, Auguste Mignet et Armand Carrel, devient rapidement le journal libéral le plus virulent. Apparu au plus fort de la crise, il énonce clairement ses opinions. Partisan d’une monarchie représentative, il s’engage dans une lutte sans merci avec le gouvernement ultra sur la Charte et les droits du roi.

  • 55 AN, F 7 6742.
  • 56 Paul Chauvet, dans son étude sur les imprimeurs parisiens, souligne que Le Constitutionnel, grand (...)

30Selon le rapport de gendarmerie, les distributions gratuites encouragent la lecture populaire. Ces représentations révèlent l’image d’un peuple politisé, s’intéressant aux débats politiques du moment. On les lisait déjà l’année précédente, dans une note du préfet de police qui se plaint au ministère de l’Intérieur de « la rédaction et la distribution gratuite dans les ateliers et les boutiques de Paris d’un petit journal qui contiendrait des provocations55 ». Ce dernier, condamné pour avoir incité les ouvriers à se rebeller contre les machines, s’appelle Le Peuple. Sa diffusion gratuite favorise, selon les agents du gouvernement, la propagation d’idées subversives, tant au niveau économique (on le voit avec l’encouragement à refuser l’usage des machines à vapeur) qu’au niveau politique (les idées libérales du National ne sont désormais plus à prouver). La presse parvient donc jusqu’à l’intérieur de l’atelier, et les discours libéraux véhiculés par ces feuilles semblent trouver un écho favorable chez les classes populaires. Lorsqu’il est question de lecture populaire, seuls les journaux libéraux sont mentionnés56. Étudiant les habitants du faubourg Saint-Antoine en septembre 1829, Auguste Luchet l’exprime clairement. Après avoir expliqué que les hommes du peuple ont applaudi à la chute de Villèle et que, contrairement à leurs ancêtres qui ne savaient pas lire, ils ont acquis une certaine éducation, l’auteur indique comment ceux-ci adhèrent tout particulièrement à la presse d’opposition :

  • 57 Auguste Luchet, Paris. Esquisses dédiées au peuple parisien et à M. J. A. Dulaure, Membre de la So (...)

« Les gens du faubourg Saint-Antoine sont grands liseurs de journaux, c’est bien ce que déplorent la Gazette et la Quotidienne, qui ne manqueraient pas d’en glorifier le Seigneur, si leurs feuilles sales et injurieuses pouvaient l’emporter dans ce quartier sur le Constitutionnel et le Courrier Français57. »

  • 58 Gilles Malandain étudie les usages sociaux, et notamment « populaires », du politique et remarque (...)
  • 59 MM. Mélesville et Brazier, Antoine ou les trois générations, pièce en trois époques, mêlées de cha (...)

31Même s’il est impossible d’identifier plus avant les appropriations populaires, les polémiques politiques ne le laissent pas indifférent. En tout état de cause, les divers éléments étudiés semblent plus adhérer au discours de l’opposition qu’ils ne soutiennent le roi et son ministère58. Ces figures d’un peuple politisé inquiètent les élites qui y voient un des éléments de son autonomisation et de son émancipation politique. Dans une pièce de théâtre de 1829, une scène entre un valet de chambre et un manufacturier rend compte de cet imaginaire politique. En apprenant que le fils du manufacturier, âgé à peine de douze ans sait déjà lire, il s’exclame : « À douze ans ! quelle imprudence !… où tout cela nous mènera-t-il ? », et la réponse ne se fait pas attendre : « Ah mais !… nous éclairer, à jouir d’une honnête indépendance59. » Dans l’imaginaire social, l’éducation et donc par là même la lecture conduisent les hommes du peuple vers la voie de l’indépendance, autonomie qui peut mener à la révolution. C’est la raison pour laquelle ces visions d’un peuple politisé sont minoritaires au sein des discours, en regard de celles le représentant comme désintéressé et ignorant en la matière. C’est encore une fois l’imaginaire de la Révolution qui influe sur les discours et amène les contemporains à craindre toute intervention des classes populaires en politique.

Dans les chansons, la figure d’un peuple libéral

  • 60 Voir Robert Brécy sur la chanson révolutionnaire : Florilège de la chanson révolutionnaire de 1789 (...)

32À la fin de la Restauration, la chanson occupe une place capitale, tant sur le plan social que politique. Son pouvoir contestataire en ce premier XIXe siècle n’est plus à démontrer60. Les chansons libérales dévoilent une autre figure du peuple parisien, un peuple opposé au gouvernement.

  • 61 Le colportage constitue un moyen plus efficace et tout autant redouté que les sociétés chantantes. (...)
  • 62 Cité par Jacques Rougerie dans son article « Le mouvement associatif populaire comme facteur d’acc (...)
  • 63 AN, F 7 6772, dossier 3 Seine.

33L’aspect interactif de la chanson permet aux auditeurs de s’approprier le discours véhiculé et de le retransmettre, le transformer, le remodeler, pour le rechanter. Diffusé de cette manière, il peut toucher tous les publics. À cette époque, il existe deux vecteurs de diffusion des chansons politiques : les goguettes et le colportage61. Le chansonnier Vinçart aîné considère les goguettes comme de véritables écoles politiques du peuple62. Par le biais des chansons évoquant une représentation d’un peuple politisé, les contemporains souhaitent agir concrètement sur les masses populaires. À Paris, les musiciens ambulants se chargent de véhiculer ces chansons aux accents contestataires qu’ils camouflent toujours derrière un discours permettant de détourner la censure politique. Un rapport de gendarmerie du 21 mai 1829 mentionne la présence de trois chanteurs ambulants qui chantent sur la place de l’Odéon une chanson intitulée La Bourbonnaise, dont les couplets sont « pleins d’allusion que les auditeurs saisissent d’autant plus facilement que le musicien qui les chante met beaucoup de malice dans son accent en son intonation63 ». Cette diffusion des chansons populaires inquiète les fonctionnaires qui y voient un dangereux moyen de propagande politique. Ces rapports rendent compte d’une figure d’un peuple politisé, qui adhère aux discours de contestation véhiculés dans les chansons.

  • 64 Émile Debraux était bibliothécaire avant de devenir chansonnier et Béranger, employé d’université. (...)

34L’opposition en chansons est marquée à l’époque par deux figures emblématiques. Les auteurs les plus célèbres et les plus populaires (dans le sens où ils connaissent un succès incontesté) sont des chansonniers aux opinions politiques affirmées. Pierre Jean Béranger et Émile Debraux écrivent d’une plume libérale et, malgré leurs origines et leurs discours différents, ils soutiennent chacun à leur manière le parti de l’opposition. Ces chansonniers ne sont pas issus de milieux populaires64, toutefois, ils veulent comprendre les mœurs et aspirations de ces milieux et s’en revendiquent même parfois :

  • 65 Émile Debraux, Chansons nationales, 1830, Paris, Terry, 5e éd., vol. 1, p. 3.

« Ce n’était pas un chansonnier ordinaire qu’Émile ! ses chansons patriotiques répondaient à un vif besoin de l’époque où il les composa, l’opposition ; et ce besoin, personne mieux qu’Émile, si ce n’est notre grand Béranger, ne l’a compris et satisfait. Voyez quelle haine de Restauration dans ses chansons patriotiques65 ! »

35Les textes de Béranger ou Debraux expriment l’opposition au ministère réactionnaire en place. Dans cette notice historique sur Émile Debraux, l’auteur explique la popularité du chansonnier :

  • 66 Ibid., vol. 1, p. 6.

« Il était peuple enfin, peuple dans toute l’acception du mot, buvant en chantant, fumant sa pipe, riant d’un franc et gros rire, comme les bonnes gens qu’il fréquentait, aimant de dévouement et de cœur sa femme, auprès de qui il trouvait consolation, bonheur et sympathie. […] Aussi, c’était l’idole des faubourgs, le joyeux compagnon des orgies de barrières : point de fête sans lui, point de gaies chansons au dessert sans lui ! on ne s’amusait que quand il était là66. »

36Cette exclamation du fervent admirateur définit l’identité du chansonnier populaire en même temps qu’elle évoque une image du peuple : « Il était peuple, enfin peuple dans toute l’acception du mot. » Dans l’imaginaire de ce premier XIXe siècle, le véritable chansonnier populaire est celui qui, même ne venant pas d’un milieu populaire, sait s’en approprier la culture, la vie, les mœurs et connaît ses véritables aspirations. Cette appropriation d’une identité populaire passe aussi par les vices ou la vulgarité qui sont censés le caractériser. À travers cette définition du chansonnier populaire se font jour les représentations dominantes du peuple de la Restauration, bon vivant dans tous les sens du terme et les sous-entendus qu’il contient.

  • 67 Jean Touchard, La Gloire de Béranger, Paris, Armand Colin, 1968, 658 p.

37De nombreux rapports et notes des représentants de l’ordre s’inquiètent de cette diffusion massive des écrits de Béranger dans les classes populaires. Ces sources permettent de saisir l’appropriation des chansons de l’opposition par les hommes des faubourgs et par là même, de la représentation qu’ils donnent d’eux-mêmes. Grâce à l’immense travail de Jean Touchard, la vie de Béranger est connue dans ses moindres détails67. Le célèbre chansonnier se présente comme appartenant aux classes populaires. Dans une chanson intitulée La Fille du peuple, il déclame fièrement :

  • 68 P.-J. Béranger, Œuvres complètes, Paris, Perrotin, 1847, t. II, p. 219.

« Ma muse et moi nous portons pour devise :
Je suis du peuple ainsi que mes amours68. »

  • 69 Jean Touchard, La Gloire…, op. cit., t. I, p. 27.
  • 70 Sur le patriotisme, voir Philippe Darriulat, Les Patriotes, la gauche républicaine et la nation, 1 (...)
  • 71 AN, F 7 6772, dossier 3, pièce 84.

38De quel peuple parle Béranger dans ses chansons ? D’après Jean Touchard, le peuple dont parle le chansonnier englobe aussi bien le prolétariat que la bourgeoisie au sens large, à condition que celle-ci soit patriote et « pas trop riche ou qu’elle fasse bon usage de sa richesse69 ». Associées à l’idée de peuple, celle de Révolution, mais aussi celle de patrie, sont constitutives de la philosophie du chansonnier70. Exalter l’homme du peuple et la patrie est à cette époque synonyme de contestation politique. Béranger est donc considéré comme « le » chansonnier de l’opposition et poursuivi comme tel par la censure. Ses chansons attaquent les jésuites, le gouvernement, les ministres ou le roi. En 1828, sa seconde condamnation le fait accéder au rang de martyr et lui permet surtout de connaître une notoriété sans précédent. D’après les sources policières, cette gloire pénètre les milieux populaires. Les chansons de Béranger commencent à préoccuper sérieusement les pouvoirs publics qui cherchent dès lors à empêcher par tous les moyens leur diffusion. Une note d’un fonctionnaire de police sur l’esprit public rapporte qu’« un des moyens que les agens secrets de la faction ennemie du gouvernement mettent actuellement en jeu pour rappeler des tems de gloire qui ont tous couté du sang à la France, est de faire chanter dans les cabarets et les lieux publics des couplets qui rappellent la mémoire de Bonaparte. Les Souvenirs du Peuple par Béranger, sont chantés dans tous les ateliers de travail, dans les cours des maisons connues pour renfermer des manufactures ou fabriques, il y vient des chanteurs ambulants qui ne manquent point d’entonner la complainte favorite71 ».

39En entonnant les célèbres Souvenirs du peuple qui évoquent le bonapartisme, les classes populaires affirment leur adhésion à la représentation que le chansonnier offre d’eux. Certaines sources policières ne manquent pas de le souligner. Le commissaire de police Darcours, dans un de ses rapports, rappelle que les opposants utilisent les couplets, principalement issus des chansons de Béranger, remémorant les exploits de Bonaparte pour encourager les hommes du peuple à la sédition.

  • 72 Les étalages des marchands d’estampes remplacent bientôt les gravures à l’effigie du roi par celle (...)
  • 73 AN, F 7 6772, dossier 3, pièce 24. Rapport du 8 décembre 1828.

40Cet usage des représentations napoléoniennes du peuple se retrouve également à travers la réception des lithographies. Le ministre secrétaire d’État à l’Intérieur rappelle que toutes les compositions sur Bonaparte doivent être écartées, à part celles dont les scènes représentent ses batailles. Cette censure sévère ne peut empêcher la diffusion clandestine d’une iconographie à la gloire de l’empereur qui touche particulièrement les classes populaires, et pas uniquement parisiennes. Les archives regroupant écrits et objets séditieux trouvés dans le département de la Seine entre 1827 et 1830 sont remplies de lettres concernant la présence dans Paris de gravures représentant Napoléon72. D’autres gravures représentant parfois un homme du peuple fervent admirateur de Napoléon trouvent, d’après les sources policières, un écho chez les classes populaires. L’affichage d’un placard au bas duquel est écrit « Vive Napoléon ! guerre à mort à Charles X et aux prêtres qui veulent nous faire mourir de faim73 » rencontre l’approbation des hommes du peuple attroupés :

  • 74 Ibid.

« Un petit placard à la main venait d’être affiché à l’entrée de la rue Saint-Nicolas, qu’il portait le portrait de SM fait à la plume et au bas plusieurs lignes injurieuses. […] Par les recherches que j’ai faites […] j’ai appris qu’on y avait lu ces mots : Vive Napoléon ! guerre à mort à Charles X et aux prêtres qui veulent nous faire mourir de faim : que plusieurs ouvriers réunis auprès de cette affiche y avaient applaudi en disant : qu’il fallait bien en finir, mourir pour mourir, puisqu’ils n’avaient pas d’ouvrage74. »

41Ces figures d’un peuple bonapartiste se retrouvent donc aussi bien dans les chansons des principaux opposants au régime que dans les rapports des fonctionnaires de police, mais les classes populaires s’en servent également.

42La chanson est désormais plus redoutée que la presse ou les brochures, car beaucoup plus facile à diffuser. C’est d’ailleurs l’argument qu’utilise l’avocat général lors du procès contre Béranger en 1821 :

  • 75 Chansons inédites de P. J. de Béranger suivies des procès, Paris, Baudouin frères, 1828, p. 94.

« Tandis que la brochure la plus coupable n’exerce que dans un cercle étroit sa mauvaise influence, la chanson, plus contagieuse mille fois, peut infecter jusqu’à l’air qu’on respire75. »

  • 76 Émile Debraux et F. Dauphin, Bréviaire du chansonnier ou l’art de faire des Chansons, dédié à Béra (...)

43Les chansonniers Debraux et Dauphin répondent dans un petit pamphlet aux attaques de l’accusation, constatant avec elle que « les ouvrages les plus mordans et les plus spirituels, lancés contre un grand ou un ministre, dépassent rarement les murailles des grandes villes », alors que la « chanson franchit la porte des chaumières aussi bien que celle des salons ; elle forme ou égare quelque fois le jugement de la multitude, et l’on conçoit aisément sous ce rapport, quelle est son influence et combien de mal ou de bien elle peut produire76 ». C’est la représentation d’un peuple influençable et incapable d’adhérer par lui-même à un discours politique, même au niveau de sa réception des chansons politiques, que l’on observe ici.

44D’après les sources policières, ces chansons qui décrivent les hommes du peuple et leurs aspirations sont reçues dans les classes populaires. Cette réception permet d’entrevoir l’autoreprésentation du peuple de la fin de la Restauration : celle d’un peuple national, anticlérical, patriote, opposé au ministère en place. Cette perception se retrouve également au sein des pièces de théâtre.

Usages politiques des figures du peuple au théâtre

  • 77 AN, F 21987.
  • 78 Ibid.

45Certaines pièces de théâtre de la fin de la Restauration politisent en effet les figures du peuple. Celles-ci ont des fonctions aussi bien moralisatrices que politiques. Dans L’Homme du peuple, l’homme du peuple soumis est opposé à l’homme du peuple rebelle. Certains membres des classes populaires sont représentés comme des opposants, parce qu’ils chantent des chansons d’opposition, notamment celles de Béranger et les allusions au chansonnier sont nombreuses. Une autre pièce, Les Paysages et les rues ou la guerre déclarée, sous couvert de noms évocateurs, représente des classes populaires qui souhaitent des changements politiques. Le dossier de censure de la pièce est éloquent. Les censeurs mettent en garde contre une représentation trop politisée : « Il est fort question dans cet ouvrage de mécontentement, d’émeute, d’insurrection des rues contre les paysages, quoiqu’il me semble impossible d’apercevoir une intention sérieuse, et qui le serait trop alors, au fond de cette folie dont la première moitié est assez gaie. Toutefois on y rencontre deux ou trois paysages auxquels il faut faire attention77. » Ces « paysages » dont parle le censeur concernent essentiellement des représentations des classes populaires exprimant leur mécontentement. Lorsqu’il est question dans la pièce de l’agitation qui envahit les rues de Paris, et donc par extension des classes populaires parisiennes, le censeur s’oppose à la présence de ce genre de scènes. De la même manière, lorsqu’il parle de supprimer une réplique du prénommé « Mouffetard », il s’agit encore une fois de prévenir les conséquences que pourrait provoquer cette représentation du peuple sur une scène de théâtre. Les raisons exposées sont explicites : « Je suis également d’avis que l’on retranche le second des trois couplets que doit chanter Mouffetard, page 29. Le nom, l’allure et la menace du Personnage, la circonstance de l’insurrection, les gens de robe et de finance dont il est question donnent à ce couplet une tournure de personnalité et de gravité qu’on ne peut lui enlever qu’en le supprimant tout à fait78. »

  • 79 AN, F 21988.
  • 80 AN, F 18662 A.
  • 81 Sur le mélodrame, voir l’ouvrage de Julia Przybos, L’Entreprise mélodramatique, Paris, J. Corti, 1 (...)
  • 82 J. T. Merle, Du Marasme dramatique en 1829, Paris, Barba, 1829, p. 30.

46Les représentations d’un peuple insurgé dans une pièce inquiètent les fonctionnaires, qui craignent qu’elles n’aient un impact sur le public populaire venu assister à la pièce. Le dossier de censure de la pièce Le Ménage du maçon, jouée au théâtre des Variétés au début de l’année 1829 en atteste. Même si, tel que le précise le censeur au début de son rapport, « le but moral de cet ouvrage est comme l’annonce son titre le danger des mauvaises connaissances, d’où proviennent les mauvaises habitudes79 », les motifs concernant la représentation du peuple glissent rapidement sur un terrain plus politique. La 6e journée de la pièce, intitulée « la conspiration », met en scène une coalition d’ouvriers. Les commentaires sur le manuscrit laissent transparaître les inquiétudes du fonctionnaire : « Il est d’un exemple non moins dangereux de faire paraître sur la scène des ouvriers organisant une révolte80. » L’influence du théâtre sur les classes populaires, et donc la nécessité de contrôler l’image qu’on propose d’elles, revient souvent dans les discours. Il s’agit donc pour les contemporains d’utiliser les figures du peuple dans les pièces pour influencer la conduite du public populaire. Ces enjeux se cristallisent autour d’un genre en particulier : le mélodrame81. Tel que le rappelle Merle dans sa brochure sur le Marasme Dramatique, en 1829, « le mélodrame s’est emparé de tous [les] théâtres82 ». En fait ceci ne concerne que les théâtres secondaires et principalement ceux de la Gaîté et de l’Ambigu comique. Tous les théâtres ne sont pas autorisés par décret à pouvoir jouer des mélodrames. Pour quelles raisons les contemporains craignent-ils tant les figures du peuple proposées dans ce genre en particulier ?

  • 83 Guilbert de Pixérécourt, Chefs d’œuvre du répertoire des mélodrames joués à différens théâtres, t. (...)

47Le célèbre dramaturge de la Restauration, Guilbert de Pixérécourt, considéré comme le maître du mélodrame, donne une réponse dans un essai qu’il consacre au genre. Il explique que les autres genres tels que l’opéra, les pièces lyriques, la tragédie classique, ne conviennent pas aux classes populaires. Car selon lui, ces spectacles « ne trouveraient chez le peuple ni yeux ni oreilles propres à les comprendre. Il faut donc que ce même peuple, pour qui le spectacle est devenu un besoin de première nécessité, en ait un approprié à son goût, à ses faibles lumières, à son état habituel de voir et de penser83 ». Ce spectacle, que les hommes du peuple comprennent, qui est à leur goût selon le dramaturge, c’est le mélodrame. Découvrant le rôle éminemment politique du genre et son attrait incontestable auprès de ces milieux, les contemporains cherchent aussi à y faire passer des messages politiques et une morale qui leur convient. Pixérécourt explique dans son essai la manière dont les contemporains doivent utiliser ce spectacle, et à travers les représentations des différentes classes sociales, lui assigner un rôle d’éducation et finalement d’endoctrinement populaire :

  • 84 Ibid.

« Le mélodrame donc, étant un genre de spectacle comme un autre, quand il est bien dirigé, quand la saine morale est sa boussole, surtout quand rien ne s’y passe qui ne soit à la portée de l’intelligence de la classe ouvrière et manufacturière, ne peut qu’être utile, politique même, et contribuer de plus à maintenir cette même classe dans le bon chemin des qualités morales, si nécessaires au repos de chaque famille et de la société entière84. »

  • 85 Guilbert de Pixérécourt, Chefs d’œuvre du répertoire…, op. cit., p. 10.
  • 86 Arsenal, Fond Rondel, Articles de presse sur le théâtre au XIXe siècle, Des Théâtres en général, 2 (...)
  • 87 C. de Beauregard, Nouveaux tableaux de Paris, ou observations sur les mœurs et usages des parisien (...)

48Il s’agit donc d’utiliser le théâtre, de le mettre à la portée de tous pour asséner des leçons de morale et de politique. Mais que peut-on trouver dans le mélodrame qui offre aux individus issus des classes populaires cette morale et les pousse à la soumission ? Pixérécourt répond également à cette question et trouve dans les éléments mêmes qui constituent un mélodrame des solutions : ce genre permet en effet, « à la classe de la nation qui en a le plus besoin de beaux modèles, des actes d’héroïsme, des traits de bravoure et de fidélité. On l’instruit par là à devenir meilleur tout en lui montrant même dans ses plaisirs de nobles traits peints dans nos annales85 ». La bonne moralité du mélodrame le met ici à l’honneur et lui permet d’acquérir une véritable respectabilité tout en lui assignant ce rôle d’éducation populaire. Toutefois, un véritable débat s’engage sur cette conception de la moralité. Les contemporains ne sont pas tous de l’avis du dramaturge et certains considèrent au contraire que le genre corrompt les masses, que les figures du peuple qu’il propose engendrent des comportements contestataires. Les pièces qui mettent en scène les passions dans leur aspect le plus violent entretiennent les esprits dans une atmosphère de sédition. Un article sur les théâtres sous la fin de la Restauration, s’interroge : pourquoi « les théâtres de boulevard n’attirent-ils pas l’attention du gouvernement ? » D’après le journaliste, « ils offrent à la curiosité du peuple l’aliment le plus perfide ; il ne voit là que des brigands, il n’y entend parler que d’assassinats ; et quoique la vertu, plus heureuse dans les mélodrames que sur la scène du monde, finisse toujours par triompher, il est certain que la plus grande partie des spectateurs s’intéresse bien davantage aux scélérats qui offrent un caractère décidé, qu’aux innocens timides qui tremblent devant eux ». Ce qu’il redoute le plus concerne l’appareil militaire présent dans ces pièces, qui « entretient dans les âmes une ardeur turbulente, que quelques-uns prennent pour un désir de gloire, et qui ne les mène qu’à cabaler dans les spectacles ou à crier dans les émeutes populaires86 ». Les caractères du mélodrame que Pixérécourt estiment comme vertueux peuvent ainsi être renversés, rendant le genre dangereux pour les milieux populaires car ranimant en eux la flamme de la victoire, de la liberté, et finalement, de la Révolution. Dans ses Nouveaux Tableaux de Paris, Beauregard met lui aussi en garde contre l’influence du mélodrame : « Il semble qu’en introduisant le mélodrame en France, on ait voulu perpétuer dans une certaine classe les émotions fortes auxquelles la révolution l’avait accoutumée87. » Représenter un homme du peuple en proie à la passion et au désir, ou tout simplement mettre à l’honneur des catégories populaires sur une scène, constitue à cette époque un danger pour l’ordre établi.

  • 88 La Quotidienne, 4 juillet 1830, p. 1.

49Un rapport évident lie les hommes du peuple à leurs théâtres. C’est la raison pour laquelle ces lieux sont particulièrement surveillés par les autorités qui prennent vite conscience du caractère subversif de la représentation sur scène de la classe la plus nombreuse. Au début du mois de juillet 1830, dans le journal royaliste La Quotidienne, un article semble présager d’un avenir incertain et en tout cas manifester ouvertement ce qui envahit de plus en plus l’imaginaire social des contemporains : la possible intervention des classes populaires sur la scène politique : « C’est quelque chose de si redoutable que l’intervention populaire en matière politique, elle est si souvent aveugle dans ses effets, lors même qu’elle est louable dans son principe88. » Le spectre de l’apparition des hommes du peuple sur la scène publique se fait de plus en plus présent. Quelques jours après, une révolution éclate à Paris qui renverse le régime en place et dans laquelle la figure du peuple joue un rôle fondamental.

50Sous la Restauration, le peuple est surtout représenté par des figures masculines, des hommes dans la force de l’âge, qui exercent des métiers traditionnels. Les femmes du peuple sont rarement évoquées, elles sont entre autres exclues du compagnonnage (à part dans les Cris de Paris où les marchandes constituent une grande partie du corpus), à l’instar des enfants et des vieillards, qui sont réduits à des tâches spécifiques. Les contemporains appréhendent surtout les classes populaires de manière positive, malgré leurs inquiétudes. Les vices attribués de tout temps aux membres de cette classe sont minoritaires dans les visions des contemporains. Seuls les types populaires et quelques récits en font état. Le discours qui prédomine à cette période affiche une volonté de moralisation fortement exprimée par les élites : moraliser le peuple dans son comportement, ses loisirs, son travail, son expression politique. L’étude de la représentation politisée du peuple permet d’étudier les logiques liées à l’autoreprésentation. Les enjeux sont donc aussi politiques, entre un parti ultra qui entend imposer une normalisation et une moralisation des classes populaires, et une partie de l’opposition, qui appelle de ses vœux leur insertion dans le débat politique. Mais c’est l’hétérogénéité qui caractérise surtout les images du peuple sous la Restauration, produit de l’incertitude sociologique que recouvre la catégorie « peuple ». Avec Juillet, les différentes conceptions fusionnent pour offrir cette image unanime d’un peuple fraternel.

Notes

1 Sur cette question du suffrage et de la représentation démocratique au cours du XIXe siècle, voir Pierre Rosanvallon, Le Peuple introuvable. Histoire de la représentation démocratique en France, Paris, Gallimard, 1998, 483 p. ; voir également ses autres ouvrages : Le Sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, Paris, Gallimard, 1992, 490 p. et La Démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris, Gallimard, 2000, 440 p.

2 Pierre Rosanvallon, Le Peuple introuvable…, op. cit., p. 43.

3 Le peuple silencieux a déjà été étudié par nombre d’historiens, notamment le monde des campagnes, voir entre autres Frédéric Chauvaud, Les Passions villageoises au XIXe siècle : les émotions rurales dans les pays de Beauce, du Hurepoix et du Mantois, Paris, Publisud, 1995, 271 p. et François Ploux, Guerres paysannes en Quercy : violences, conciliations et répression pénale dans les campagnes du Lot, 1810-1860, Paris, Boutique de l’histoire, 2002, 376 p.

4 La Quotidienne, 25 mai 1830, p. 1.

5 Le journal, créé en 1824, se transforme en journal politique bi-hebdomadaire le 22 août 1828 et en journal quotidien le 23 janvier 1830, et devient l’un des journaux de l’opposition les plus virulents.

6 Le Globe, 5 décembre 1829.

7 La Gazette de France, 11 août 1829, p. 1.

8 La Quotidienne, 18 août 1829, p. 2.

9 La Quotidienne, 16 septembre 1829, p. 1.

10 La Quotidienne, 4 décembre 1829, p. 1.

11 La Quotidienne, 5 janvier 1830, p. 1.

12 Sur cette notion d’incertitude sociologique, voir Pierre Rosanvallon, Le Peuple introuvable…, op. cit.

13 Le Journal des débats, 10 août 1829, p. 2.

14 Pierre Rosanvallon, « La citoyenneté au XIXe siècle », op. cit., p. 12.

15 Le Journal des débats, 13 novembre 1829, p. 1.

16 Le Journal des débats, 9 décembre 1829, p. 1.

17 Pierre Rosanvallon, Le Peuple introuvable…, op. cit. ; voir du même auteur, Le Sacre du citoyen…, op. cit. et La Démocratie inachevée…, op. cit.

18 Ibid., p. 21.

19 Elisabeth Guibert-Sledziewski, « Le Peuple représenté », Cahiers de Fontenay, no 24-25, décembre 1981, p. 12.

20 La Quotidienne, 16 septembre 1829, p. 1.

21 Ibid.

22 AN, F 7 3878, Bulletin de Paris, 23 décembre 1824.

23 AN, F 7 3881, Bulletin de Paris, 7 janvier 1827.

24 Ibid.

25 AN, F 7 3883, Bulletin de Paris, 6 avril 1829.

26 AN, F 7 3883, Bulletin de Paris, 13 et 20 août 1829.

27 AN, F 7 6772, dossier 3, pièce 79.

28 AN, F 7 6772, dossier 1, pièce 30, Note au préfet de police en date du 22 octobre 1827.

29 Pierre Rosanvallon, Le Peuple introuvable…, op. cit., p. 39.

30 Sur la mémoire de l’événement (sur 1789 dans le XIXe siècle) beaucoup de travaux ont été déjà réalisés ; voir : Le XIXe siècle et la Révolution française, Journées d’études de Nanterre, octobre 1989, Grâne, Éditions Créaphis, 1992, 429 p. ; voir également François Furet, La Révolution, t. II, 1814-1880, Paris, Hachette, 1988, 524 p., et du même auteur, La Gauche et la révolution au milieu du XIXe siècle, Paris, Hachette, 1986, 317 p.

31 Sur Guizot et la Révolution, voir Pierre Rosanvallon, Le Moment Guizot, Paris, Éditions Gallimard, 1985, p. 204-212.

32 Michel Vovelle, « Le peuple de Paris en révolution », in Jean-Louis Robert et Danielle Tartakowsky, Paris, le peuple XVIIIe-XXe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 113-129.

33 Ibid., p. 129.

34 Eugène Hatin, Histoire politique et littéraire de la presse en France, t. VIII, Genève, Slatkine, 1967, p. 464.

35 Le Journal des débats, 10 août 1829, p. 2.

36 Le Journal de Paris, 24 août 1829, p. 1.

37 Le Journal des débats, 11 novembre 1829, p. 1.

38 Le Journal des débats, 12 novembre 1829, p. 2.

39 Pierre Rosanvallon, Le Moment Guizot, op. cit., p. 204.

40 Le Journal des débats, 21 novembre 1829, p. 1.

41 Le Journal des débats, 20 décembre 1829, p. 1.

42 Le Journal des débats, 2 décembre 1829, p. 1.

43 Ellen Constans, « Mais où est donc la Révolution ? La Révolution française chez quelques romanciers populaires de la Restauration », in André Peyronie (dir.), Révolution française, peuple et littératures, Paris, Klincksieck, 1991, p. 158-167.

44 C’est le cas notamment de Théophile Donicourt qui situe ses intrigues au XVe ou XVIe siècle, afin de pouvoir développer son discours politique. Voir Ellen Constans, « Mais où est donc la Révolution ?… », op. cit., p. 162.

45 Armand Duchatellier, Les Barricades. Scènes historiques. Mai 1588, Paris, Brière, 1826, 320 p. Au sujet de la représentation d’époques antérieures sur la scène théâtrale, voir l’analyse de Corinne Legoy sur les représentations du souverain médiéval au théâtre pendant la Restauration : Corinne Legoy, « Le souverain médiéval sur les scènes parisiennes de la Restauration », Revue historique, no 594, avril-juin 1995, p. 321-365.

46 La Quotidienne, 25 août 1829, p. 2-3.

47 AN, F 21987, Dossier de censure sur la pièce de Dumersan et Brazier, Deux Tableaux, 29 novembre 1828.

48 Ibid.

49 Hercule de Roche père, Le Peuple, les gouvernemens et les rois depuis 1789, Paris, Achille Désauges, 1830, p. 4.

50 AN, F 7 6772, dossier 3, pièce 83.

51 Le Globe, 7 octobre 1829, p. 5.

52 Sur le modèle familial et son influence sur la politique, voir les analyses de Lynn Hunt à propos de la Révolution française : Lynn Hunt, Le Roman familial de la Révolution française, Paris, Albin Michel, 1995, 259 p.

53 Gilles Malandain, L’Affaire Louvel, ou l’introuvable complot, thèse sous la direction de M. Philippe Boutry, université Paris XII, 2005, p. 11.

54 AN, F 7 6777, Rapport sur l’esprit public de la première légion de gendarmerie au Directeur général de la police, le 5 avril 1830.

55 AN, F 7 6742.

56 Paul Chauvet, dans son étude sur les imprimeurs parisiens, souligne que Le Constitutionnel, grand organe libéral de l’époque, est beaucoup lu dans les ateliers d’imprimerie de la capitale sous la Restauration : Paul Chauvet, Les Ouvriers du livre en France, de 1789 à la constitution de la fédération du livre, Paris, Librairie Marcel Rivière et Cie, 1956, chap. iii : « Les travailleurs du livre sous la Restauration », p. 73-89.

57 Auguste Luchet, Paris. Esquisses dédiées au peuple parisien et à M. J. A. Dulaure, Membre de la Société des antiques de Paris, Paris, J. Barbezat, 1830, p. 226.

58 Gilles Malandain étudie les usages sociaux, et notamment « populaires », du politique et remarque la fréquence des « cris séditieux » et d’autres formes d’expression hostiles au régime de la Restauration. Voir Gilles Malandain, L’Affaire Louvel…, op. cit., 534 p.

59 MM. Mélesville et Brazier, Antoine ou les trois générations, pièce en trois époques, mêlées de chants, théâtre des Nouveautés, première le 9 avril 1829, acte I, scène iv.

60 Voir Robert Brécy sur la chanson révolutionnaire : Florilège de la chanson révolutionnaire de 1789 au front populaire, Paris, Les Éditions ouvrières, 1990, 302 p., et pour une analyse sur le pouvoir contestataire de la chanson, voir Gaetano Manfredonia, La Chanson anarchiste des origines à 1914, Paris, L’Harmattan, 1997, 445 p.

61 Le colportage constitue un moyen plus efficace et tout autant redouté que les sociétés chantantes. Vers la fin du XVIIIe siècle, les chansons colportées se font de plus en plus politiques et leur force subversive s’affirme. Hans-Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt, « Colporter la Révolution : médias et prises de parole populaire », p. 71-107, in Roger Chartier et Hans-Jürgen Lüsebrink (dir.), Colportage et lecture populaire, Paris, IMEC Éditions, 1996, 469 p.

62 Cité par Jacques Rougerie dans son article « Le mouvement associatif populaire comme facteur d’acculturation politique à Paris de la Révolution aux années 1840. Continuités et discontinuités », Annales historiques de la Révolution française, 1994, no 3, p. 498.

63 AN, F 7 6772, dossier 3 Seine.

64 Émile Debraux était bibliothécaire avant de devenir chansonnier et Béranger, employé d’université. Voir pour des biographies plus détaillées : Pierre Brochon, Béranger et son temps, Paris, Éditions sociales, 1956, p. 15.

65 Émile Debraux, Chansons nationales, 1830, Paris, Terry, 5e éd., vol. 1, p. 3.

66 Ibid., vol. 1, p. 6.

67 Jean Touchard, La Gloire de Béranger, Paris, Armand Colin, 1968, 658 p.

68 P.-J. Béranger, Œuvres complètes, Paris, Perrotin, 1847, t. II, p. 219.

69 Jean Touchard, La Gloire…, op. cit., t. I, p. 27.

70 Sur le patriotisme, voir Philippe Darriulat, Les Patriotes, la gauche républicaine et la nation, 1830-1870, Paris, Le Seuil, 2001, 325 p.

71 AN, F 7 6772, dossier 3, pièce 84.

72 Les étalages des marchands d’estampes remplacent bientôt les gravures à l’effigie du roi par celles en l’honneur de l’empereur. AN, F 7 6706, dossier 3, extrait du rapport du 12 juillet 1828.

73 AN, F 7 6772, dossier 3, pièce 24. Rapport du 8 décembre 1828.

74 Ibid.

75 Chansons inédites de P. J. de Béranger suivies des procès, Paris, Baudouin frères, 1828, p. 94.

76 Émile Debraux et F. Dauphin, Bréviaire du chansonnier ou l’art de faire des Chansons, dédié à Béranger, Paris, Hocquart, 1830, p. 8.

77 AN, F 21987.

78 Ibid.

79 AN, F 21988.

80 AN, F 18662 A.

81 Sur le mélodrame, voir l’ouvrage de Julia Przybos, L’Entreprise mélodramatique, Paris, J. Corti, 1987, 194 p. et Guy Sabatier, Le Mélodrame de la République sociale et le théâtre de Félix Pyat, Paris, L’Harmattan, 1998, 2 volumes, 229-524 p.

82 J. T. Merle, Du Marasme dramatique en 1829, Paris, Barba, 1829, p. 30.

83 Guilbert de Pixérécourt, Chefs d’œuvre du répertoire des mélodrames joués à différens théâtres, t. I, Paris, Mme Veuve Dabo, 1825, p. 3.

84 Ibid.

85 Guilbert de Pixérécourt, Chefs d’œuvre du répertoire…, op. cit., p. 10.

86 Arsenal, Fond Rondel, Articles de presse sur le théâtre au XIXe siècle, Des Théâtres en général, 20 novembre 1822.

87 C. de Beauregard, Nouveaux tableaux de Paris, ou observations sur les mœurs et usages des parisiens au commencement du XIXe siècle, Paris, Pillet Aîné, 1828, t. I, p. 130.

88 La Quotidienne, 4 juillet 1830, p. 1.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540