Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1830, le peuple de Paris

 | 
Nathalie Jakobowicz

Première partie. Des classes populaires silencieuses ?

Introduction de la première partie

Texte intégral

  • 1 Pierre Ronzeaud, Peuple et représentations sous le règne de Louis XIV. Les représentations du peup (...)
  • 2 Sur les représentations du peuple pendant la Révolution française : Société française de littératu (...)

1Les dernières années de la Restauration marquent une étape singulièrees dans les représentations du peuple. À l’époque moderne apparaît une représentation essentiellement péjorative du peuple, qui incarne alors le plus bas échelon de la société. Étudiant précisément les multiples définitions du peuple en contextes économique, sociologique, politique et psychologique, Pierre Ronzeaud conclut à une représentation toujours dévalorisante de l’idée de peuple qui vise selon lui « à faire que le peuple restât ce qu’il a toujours été et paraît devoir toujours rester : “peuple”1 ». La période révolutionnaire marque une réelle inflexion dans ces représentations2. Associée à l’idée de souveraineté, la figure du peuple devient prestigieuse : on passe alors d’un mépris absolu à une sacralisation. L’homme du peuple est alors porteur d’un avenir meilleur ; en incarnant cet idéal de liberté, il accède au rang de héros. Cependant, cette figure souveraine cohabite avec celle d’un peuple sauvage, incontrôlable, qui émerge en 1793. Le XIXe siècle reçoit ce double héritage et doit gérer cette tension entre une figure à la fois porteuse d’espoir et menaçante. Au moment de la Restauration se met en place une représentation hétérogène du peuple. Le contexte politique de l’époque, marqué par la puissance des ultras et l’avènement de Charles X, rend la parole du peuple totalement inaudible. Ce silence, particulièrement souligné par les contemporains, imprègne l’imaginaire social.

2À travers les représentations du peuple se perçoivent différents enjeux qui sous-tendent des relations sociales complexes, codifiées, dans lesquelles les classes populaires se retrouvent, se figent ou desquelles elles cherchent à s’affranchir. Cette figure du peuple se fait ainsi plurielle et dévoile toute la complexité du jeu des représentations.

Notes

1 Pierre Ronzeaud, Peuple et représentations sous le règne de Louis XIV. Les représentations du peuple dans la littérature politique en France sous le règne de Louis XIV, Aix-en-Provence, université de Provence, 1988, p. 209.

2 Sur les représentations du peuple pendant la Révolution française : Société française de littérature générale et comparée, recueillis par André Peyronie, Révolution française, peuple et littératures : images du peuple révolutionnaire, théâtralité sans frontières, Paris, Klincksieck, 1991, 371 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540