Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1830, le peuple de Paris

 | 
Nathalie Jakobowicz

Introduction

Texte intégral

  • 1 Victor Hugo, « Dicté après juillet 1830 », 10 août 1830, in Victor Hugo, Les Chants du crépuscule, (...)
  • 2 La Quotidienne, 4 juillet 1830, p. 1.

1« Hier vous n’étiez qu’une foule/Vous êtes un peuple aujourd’hui1 », ainsi parlait Victor Hugo en hommage au peuple parisien. Dans ces vers écrits peu de temps après les journées de Juillet transparaît la naissance de la figure mythique du peuple. La révolution de 1830 apparaît comme un moment clé dans la construction des représentations du peuple au XIXe siècle. Tous les artistes de l’époque évoquent à l’unisson cette présence populaire sur les barricades. Le célèbre tableau de Delacroix, La Liberté guidant le peuple, ou La Curée d’Auguste Barbier soulignent cette remarquable force populaire. En mettant sur le trône le duc d’Orléans, les journées de Juillet marquent un changement profond dans la société du premier XIXe siècle, tant au niveau politique que social, économique ou culturel. Le passage de la Restauration à la monarchie de Juillet constitue une période cruciale dans l’histoire du XIXe siècle et les représentations du peuple sont parties prenantes dans ce changement de régime. Avant les événements, dans un article du 4 juillet 1830, La Quotidienne traduit ce qui envahit alors l’imaginaire des contemporains, la possible intervention du peuple en politique : « C’est quelque chose de si redoutable que l’intervention populaire, elle est si souvent aveugle dans ses effets alors qu’elle est louable dans son principe2. » Le spectre de la Grande Révolution et du surgissement violent du peuple sur la scène politique hante les consciences. Seulement quelques jours après, une révolution éclate à Paris qui renverse le régime en place et dans laquelle la figure du peuple joue un rôle fondamental. Le 27 juillet 1830, premier jour des Trois Glorieuses, ces classes populaires prétendument soumises et silencieuses apparaissent sur le devant de la scène. Les images, le théâtre, les chansons sont envahis par cette vision mythique du peuple. Dans un premier temps, les hommes du peuple sont identifiés et la révolution ordonnée. Les récits insistent sur l’identification des combattants : l’homme du peuple, le garde national et le polytechnicien représentent des images rassurantes. Circonscrits dans le temps et dans l’espace, la révolution et par là même les révolutionnaires sont contenus. Les nombreuses images produites à cette période, les chansons encore inexploitées par les historiens et les pièces où s’exposent sur scène des représentations du peuple, se sont révélées être autant de sources extrêmement riches. La volonté de découvrir les enjeux liés à cette catégorie en 1830 et les raisons de son importance dans l’imaginaire du premier XIXe siècle sont à l’origine de cet ouvrage.

La révolution de 1830, le peuple et les historiens : du désamour au renouveau

  • 3 Sur la Commune de Paris, voir l’ouvrage d’Éric Fournier, Paris en ruines : du Paris haussmannien a (...)
  • 4 Maurice Agulhon, « La révolution de 1830 dans l’histoire du XIXe siècle français », Annales histor (...)

2Autant la révolution de 1848 ou la Commune3 ont fait l’objet de multiples travaux, autant juillet 1830 a longtemps été délaissé. Durant une longue période, l’historiographie considérait qu’elle n’était qu’une révolution bourgeoise, moins intéressante que celle de 1848, vraie révolution populaire. En 1980, dans un article publié dans les Annales historiques de la Révolution française, Maurice Agulhon cherchait à comprendre les raisons pour lesquelles « la tendance de l’historiographie française a joué dans un sens hostile par rapport à 1830 ». L’une des causes invoquées par l’historien tient à « l’influence du marxisme qui rend l’historiographie récente et dominante aussi défavorable que possible à Louis-Philippe, à ses hommes et à ses idéaux4 ».

  • 5 Ernest Labrousse développe en 1948 la thèse selon laquelle le fait économique constitue le nerf dé (...)
  • 6 Edgar Léon Newman, « L’image de la foule dans la révolution de 1830 », Annales historiques de la R (...)
  • 7 Edgar Léon Newman, « L’image de la foule dans la révolution de 1830 », op. cit., p. 499.
  • 8 David. H. Pinkney, La Révolution de 1830 en France, (1re édition, Princeton University Press, 1972 (...)
  • 9 Ibid., p. 299.
  • 10 Edward Palmer Thompson, La Formation de la classe ouvrière anglaise, (1re édition, New York, Vinta (...)

3Les premiers travaux historiques sur la révolution de 1830 ont rendu invisibles les figures du peuple5. Les seuls à s’être véritablement attaqués à celle-ci, avec la volonté de mettre à mal la thèse de la révolution bourgeoise et de s’intéresser aux classes populaires de cette révolution, sont des historiens britanniques et américains. Ceux-ci ont accordé précocement une place importante aux dimensions culturelles des processus sociaux, ce qui les a amenés à prendre en compte les discours des acteurs eux-mêmes. Edgar Léon Newman explique que « les artisans respectables furent le nerf de la révolution qui, sans eux, n’[aurait] pu avoir lieu6 » et démontre en quoi les journées de Juillet ont apporté des changements considérables « dans l’image qu’avaient les différentes classes sociales d’elles-mêmes, des autres et de leur place dans la société7 ». L’enquête historique la plus aboutie vient en effet d’outre-atlantique. L’historien américain David H. Pinkney est le seul à avoir précisément étudié la révolution qui permit l’avènement de Louis-Philippe sur le trône français8. Tout en soulignant le « rôle décisif de l’élément populaire dans la révolution de 18309 », il n’offre toutefois qu’une analyse sociale des combattants et de leurs motivations. David H. Pinkney ou Edward Thompson se sont attachés à comprendre les événements, la formation d’une conscience de classe10. Ils n’ont pas cherché néanmoins à interpréter les représentations des classes populaires qu’ils étudient.

  • 11 Dominique Kalifa, « Les historiens français et “le populaire” », Hermès 42, Cognition, Communicati (...)
  • 12 Jean-Louis Robert et Danielle Tartakowsky, Paris le peuple XVIIIe-XXe siècles, Paris, Publications (...)
  • 13 Pierre Ronzeaud, Peuple et représentations sous le règne de Louis XIV. Les représentations du peup (...)
  • 14 Déborah Cohen, « Le Peuple : de l’Autre au différent. La construction des identités individuelles (...)
  • 15 Voir Hélène Desbrousses, Bernard Peloille et Gérard Raulet (dir.), Le Peuple. Figures et concepts, (...)
  • 16 Alain Pessin, Le Mythe du peuple et la société française du XIXe siècle, Paris, Presses universita (...)

4L’imaginaire autour du peuple qui s’élabore, entre la fin de la Restauration et les débuts de la monarchie de Juillet, n’a donc pas suscité jusqu’ici d’études historiques approfondies. La découverte de l’importance de cette catégorie pendant l’événement révolutionnaire provoqua l’envie de travailler sur ce sujet pour comprendre les enjeux autour de cet acteur et les raisons de sa surreprésentation au moment de Juillet. L’histoire sociale classique met le peuple en première ligne, mais ne le saisit qu’à travers des agrégats économiques, empêchant une réflexion sur les significations culturelles. Comme l’a souligné Dominique Kalifa dans un article analysant les relations entre les « historiens français et “le populaire” », le « populaire » s’est constitué peu à peu en un « no man’s land et non-lieu de recherche » en France, après avoir été le lieu d’une espérance pendant les années 1960 avec les travaux, entre autres, de Robert Mandrou sur la Bibliothèque bleue, puis celui d’une controverse au cours de la décennie suivante avec les récusations de Michel de Certeau11. Les figures du peuple n’ont pas beaucoup intéressé les chercheurs français, même si quelques initiatives sont à signaler, notamment l’ouvrage de Jean-Louis Robert et Danielle Tartakowsky sur les représentations du peuple parisien ou le numéro de la revue Sociétés & Représentations consacré au « Peuple en tous ses états12 ». Pour les autres périodes, des études existent, telle celle de Pierre Ronzeaud sur les perceptions du peuple au XVIIe siècle13 ou celle de Déborah Cohen, qui retrace dans sa thèse l’histoire des usages du concept de peuple au XVIIIe siècle14. Il faut se tourner vers la philosophie politique pour voir des études récentes sur l’idée de peuple au XIXe siècle15. Alain Pessin, quant à lui, s’attarde dans son ouvrage sur ce qu’il appelle le « complexe de peuple16 ». Son étude s’appuie sur les écrits des grands écrivains « populistes » du XIXe siècle. L’auteur propose une étude du mythe du peuple développée sur un long XIXe siècle, insistant sur le fonctionnement interne du mythe. Il considère les épisodes révolutionnaires comme des moments privilégiés où s’exprime le mythe du peuple, mais prend surtout en exemple les révolutions de 1848 et 1871. L’étude de la catégorie « peuple » en 1830 restait donc à faire.

  • 17 Pierre Ronzeaud, Peuple et représentations sous le règne de Louis XIV…, op. cit., p. 21.
  • 18 Antoine Furetière, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois, La Haye, (...)
  • 19 Jacques Julliard, « Le Peuple », in Les Lieux de mémoire, t. II, Paris, Gallimard, 1997, p. 191-19 (...)
  • 20 Gérard Fritz constate que la « polysémie du mot, son imprécision, son extension fort variable, fai (...)
  • 21 On en revient toujours à cette mise en garde de Blanqui qui dit « Gare aux mots sans définition, c (...)
  • 22 Geneviève Bollème, Le Peuple…, op. cit., p. 30-40.

5Tout d’abord, il faut s’interroger sur ce que les hommes du début du XIXe siècle entendent par le mot « peuple ». La classe la plus pauvre, la nation française, les artisans… autant de définitions qui sont utilisées par les contemporains. Comme le remarque déjà Pierre Ronzeaud dans son étude du concept au XVIIe siècle, « l’étendue, l’incohérence du concept, la multiplicité et les flottements du terme qui l’exprime ont été notés depuis longtemps17 ». Antoine Furetière, en 1727, distinguait déjà plusieurs définitions du peuple dans son dictionnaire : une « assemblée de personnes qui habitent un pays », ou « se dit particulièrement des habitants d’une ville », ou « se dit encore plus particulièrement par opposition à ceux qui sont nobles, riches ou éclairez », enfin « se dit aussi d’une multitude de gens18 ». La notion de peuple possède, dès la Grande Révolution, une charge symbolique et se situe au centre même des débats. Jacques Julliard, dans son article publié dans Les Lieux de mémoire, offre un spectre complet des différentes acceptions du terme. Il distingue « le peuple-nation, englobant la population tout entière », du « peuple tiers-état, réunion des classes populaires autour de la bourgeoisie », du « peuple-travailleur », du peuple « des bras nus et miséreux19 ». L’étendue de ce spectre laisse présager de toute la richesse et de l’ambiguïté du mot. Cette catégorie est l’une des plus insaisissables20. L’idée de peuple, quarante ans après la révolution de 1789, demeure une énigme et de ce fait provoque à la fois des sentiments d’angoisse et de fascination. Le mot peuple, par l’usage qui est fait de ses diverses acceptions, prend une envergure politique. Il devient « dangereux par l’ambiguïté » de sa définition, et par conséquent par l’ambiguïté de son utilisation21. C’est la raison pour laquelle les contemporains lui préfèrent parfois d’autres termes comme multitude, classe, foule… Nous ne nous attarderons pas à détailler ces multiples sens, d’autres s’y étant attachés avant nous22. En revanche, nous essayerons de comprendre ce que les hommes de la fin de la Restauration mettaient dans ce concept. Un dictionnaire étymologique publié en 1829 résume ainsi les différentes significations du mot à cette période :

  • 23 Jean-Baptiste-Bonaventure de Roquefort-Flaméricourt, Dictionnaire étymologique de la langue franço (...)

« PEUPLE, tous les citoyens d’un même pays, sous une même loi ; la dernière classe des habitans d’une ville. Du lat. populus, fait du gr. Polus, beaucoup, plusieurs23. »

6La notion de peuple recouvre plusieurs perceptions, parfois contradictoires, parfois complémentaires, suivant les auteurs. Nous avons dû accepter la complexité du concept et essayé de rendre compte le plus fidèlement possible de cette catégorie multiforme. À la recherche des usages différenciés des figures du peuple en 1830, nous avons admis les paradoxes qui se retrouvent souvent dans l’étude des représentations sociales, et qui témoignent aussi de la richesse de celles-ci.

  • 24 Dominique Kalifa, « L’histoire culturelle contre l’histoire sociale ? », in Laurent Martin et Sylv (...)

7Nous reprenons la définition du terme de représentation proposée par Dominique Kalifa, issue des recherches de Roger Chartier : « Des exhibitions ou des mises en scène de soi (ou de l’autre), par lesquelles les individus et les groupes se signifient socialement, politiquement, symboliquement, et auxquelles il serait peut-être plus simple de réserver le terme de représentations24. » Il a été tout aussi important de cerner les représentations dominantes que de déceler les silences, parfois tout aussi évocateurs de l’imaginaire de ce premier XIXe siècle. C’est donc dans cette perspective historiographique que se situe cette recherche, privilégiant l’analyse des systèmes de représentations collectives, leur mode de fonctionnement, les différents usages qui en sont faits, ainsi que la façon dont elles conditionnent les pratiques.

  • 25 Dominique Kalifa, « Les historiens français… », op. cit., p. 58.
  • 26 Alain Corbin, « Le vertige des foisonnements », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. XXXI (...)
  • 27 Roger Chartier, « Le monde comme représentation », in Roger Chartier, Au bord de la falaise. L’His (...)
  • 28 Terme emprunté à l’anthropologue américain Clifford Geertz, qui insiste sur la nécessité d’une des (...)
  • 29 Dominique Kalifa, « Usages du faux. Faits divers et roman criminel au XIXe siècle », Annales HSS, (...)
  • 30 Geneviève Bollème, Le Peuple…, op. cit., p. 238.

8Nous avons choisi de nous investir dans ce nouveau chantier de l’histoire culturelle, en croisant « l’analyse des objets et de leurs usages avec celle des multiples attentes et des significations que leur donnent les acteurs de l’histoire25 ». Ces recherches s’inscrivent dans une histoire des représentations et de l’imaginaire social. Selon Alain Corbin, « le système de représentations ne fait pas qu’ordonner le système d’appréciation ; il détermine les modalités de l’observation du monde, de la société et de soi ; en fonction de lui s’organise la description de la vie affective. C’est lui qui, en dernier ressort, régit les pratiques26 ». Roger Chartier, dans un article désormais fondateur, parlait d’incorporer « sous la forme de représentations collectives les divisions de l’organisation sociale […], mais aussi de tenir, corollairement, ces représentations collectives comme les matrices de pratiques constructrices du monde social lui-même27 ». Alors que la plupart des travaux en histoire des représentations portent sur une période étendue, nous avons choisi de nous attacher à un moment singulier, et de procéder à une « description dense28 » de l’ensemble des représentations dans un temps restreint. L’étude des perceptions du peuple pendant les Trois Glorieuses ne pouvait se réduire aux seuls événements révolutionnaires, afin d’en comprendre la spécificité il faut s’intéresser aux représentations avant la révolution – c’est-à-dire aux derniers moments de la Restauration – ainsi qu’aux mois suivants pour comprendre les différents usages de ces figures. L’objectif de cette enquête historique est donc d’analyser les imaginaires en interaction. Dans ce but, les recherches se sont concentrées sur des points précis : les représentations en elles-mêmes, mais aussi les intentions des acteurs, leurs stratégies. Les modalités de production et les conditions de réception des figures du peuple sont fondamentales dans leur interprétation. En effet, comme l’explique Dominique Kalifa au sujet des faits divers, « l’interprétation ne peut à aucun moment être dissociée des conditions matérielles de production et de circulation, ni des divers systèmes de contraintes qui pèsent en permanence sur ces textes et en modèlent les contours29 ». Nous nous sommes donc penchés sur les producteurs, ainsi que sur les conditions de circulation et de réception des textes et images étudiés. Les réactions aux représentations ont parfois été difficiles à déceler, comme c’est le cas des usages populaires des figures du peuple, les marques d’adhésion ou de rejet de la part des hommes du peuple ayant laissé peu de traces. « Admis, le peuple n’écrit, ne parle jamais qu’en marge, en contrebande », remarque Geneviève Bollème30.

  • 31 Dominique Kalifa, « Usages du faux… », op. cit., p. 1362.
  • 32 Michel Vovelle, « Histoire et représentations », Sciences humaines, avril 1993, no 27, p. 29.

9Il n’a pas été question de démêler le vrai du faux, mais plutôt de comprendre les « articulations dans la constitution des concrétions sociales ou culturelles31 ». Les directions nouvelles de cette histoire des représentations en pleine évolution « ont permis de prendre conscience de la multiplicité des sources documentaires32 ». Nous sommes partis des objets, de supports choisis, afin de travailler sur des systèmes de représentations.

Des sources diverses et inédites pour une histoire des figures du peuple

10La presse et les brochures, sources classiques, permettent d’avoir une vue panoramique, en ce qu’elles exposent une grande diversité de points de vue. Quant au théâtre, à la chanson et à l’iconographie, ils fournissent un éclairage irremplaçable des représentations du peuple à cette période.

11En 1830, la presse joue un rôle fondamental dans le processus révolutionnaire et son étude permet de saisir les différents affrontements autour des représentations du peuple. En dépouillant les journaux d’août 1829 à janvier 1831, des figures, des intentions et des usages différenciés des images du peuple se sont dévoilés. La presse de cette époque s’est révélée être un excellent moyen d’investigation du collectif, les figures populaires constituant un véritable enjeu dans le débat politique. Des stratégies de représentations se dessinent entre autres dans Le Journal des débats, considéré à cette époque comme une véritable institution politique, dans le tout jeune National, journal d’opposition le plus virulent, fondé en janvier 1830 ou encore dans Le Globe, qui quitte la littérature pour la politique à cette période. Quant aux feuilles royalistes, essentiellement La Gazette de France et La Quotidienne, elles sont les principaux soutiens du gouvernement, qui utilisent le plus couramment les figures du peuple.

12Aux côtés de la presse, les brochures constituent un complément indispensable. À la suite de la révolution, chacun s’applique à énoncer sa vérité. La plupart ont été écrites pendant la période qui va d’août à décembre 1830 et sont fortement marquées par l’histoire à chaud, qui habite encore leurs auteurs, parfois eux-mêmes acteurs de l’événement. Anonymes dans leur grande majorité, elles offrent un récit stéréotypé des journées parisiennes, se concentrant sur quelques points établis chronologiquement : l’annonce des Ordonnances, les combats de l’Hôtel de Ville, la construction des barricades… Ces témoignages offrent une vision du peuple stéréotypée et unanime. Cette unanimité est d’autant plus forte que les auteurs se copient couramment et parfois même se recopient intégralement.

  • 33 Marie-Véronique Gauthier, Chanson, sociabilité et grivoiserie au XIXe siècle, Paris, Aubier, 1992, (...)
  • 34 Sur la période qui nous intéresse, voir Pierre Barbier et France Vernillat, Histoire de France par (...)
  • 35 Pierre Brochon, Béranger et son temps, Paris, Éditions sociales, 1956, 176 p.
  • 36 Voir Robert Brécy, Florilège de la chanson révolutionnaire, (1re édition 1978), Paris, Éditions ou (...)

13Les chansons et les pièces de théâtre se sont imposées comme d’autres supports particulièrement intéressants dans l’étude des figures du peuple. Comme le rappelle Marie-Véronique Gauthier, la chanson « n’est pas un détail historique insignifiant mais un avatar culturel dont on ne peut négliger l’importance33 ». Les historiens ont commencé depuis un certain temps à s’intéresser à la chanson comme source historique. Les premiers ont été Pierre Barbier et France Vernillat avec leur Histoire de France par les chansons34. À la même période, Pierre Brochon réalisa de brillantes études sur les chansons et chansonniers de la Restauration et de la monarchie de Juillet35. D’autres historiens suivirent à partir de la fin des années 197036. Même si, désormais, la chanson est considérée comme une source à part entière, elle continue d’être négligée face à des sources considérées comme plus classiques. En ce premier XIXe siècle, où son pouvoir contestataire est indéniable, elle constitue l’expression d’un imaginaire et représente alors une arme politique pour ceux qui ne lisent pas et ne votent pas. Ainsi, Émile Debraux, dans son Bréviaire du chansonnier, écrit-il en 1830 :

  • 37 Émile Debraux et F. Dauphin, Bréviaire du chansonnier ou l’art de faire des Chansons, dédié à Béra (...)

« Les ouvrages les plus mordants dépassent rarement les murailles des grandes villes, une chanson franchit la porte des chaumières, […] elle forme et égare quelques fois le jugement de la multitude37. »

14Malheureusement, il a été quasiment impossible d’évaluer la réception de ces chansons par les classes populaires, même si quelques sources policières permettent de cerner l’adhésion des hommes du peuple aux représentations véhiculées par les chansonniers. Après la révolution, on assiste à une fantastique floraison de chansons, éditées en recueil, feuilles volantes ou dans les journaux, et on les retrouve également sur les scènes de théâtre, où les spectateurs exigent, au début de chaque représentation, les hymnes patriotiques du moment. Les chansonniers sont principalement issus de la classe bourgeoise, quand leur identité est connue. Ce sont des journalistes, tels Jean-François-Constant Berrier ou Alfred Desessarts, des auteurs dramatiques comme Gustave Drouineau ou Xavier-Boniface Saintine ; on trouve aussi des médecins, Jean Coudret et Napoléon Henry en font partie. La plupart des textes sont toutefois anonymes ou les auteurs demeurent inconnus. Les déclarations des imprimeurs conservées aux Archives nationales ont permis de voir les tirages de quelques-unes d’entre elles et donc d’en déduire un horizon de réception. Les mêmes observations peuvent s’appliquer aux nombreux poèmes du catalogue Histoire de France de la Bibliothèque nationale de France.

  • 38 Leur repérage s’est effectué grâce au travail d’Odile Krakovitch : voir Odile Krakovitch, Les Pièc (...)

15De la même manière que les chansons, les pièces de théâtre prolifèrent après l’événement. Dès le 2 août 1830, le théâtre des Nouveautés invite à un À Propos patriotique de Villeneuve et Masson, qui retrace les trois journées de Juillet. Les théâtres secondaires sont nombreux à le suivre et mettent en scène les événements dans la première quinzaine du mois d’août où les figures du peuple parisien tiennent une place centrale. Ces pièces de l’année 1830 sont pour la plupart rassemblées dans le fonds Rondel de la bibliothèque de l’Arsenal. La recherche s’est naturellement portée sur les figures véhiculées sur les scènes de théâtre avant et après la révolution, afin de comprendre la spécificité de la représentation du peuple en temps révolutionnaire. Les théâtres secondaires ont produit un certain nombre de pièces mettant en scène le peuple sous la fin de la Restauration. Au théâtre des Variétés se joue le 31 janvier 1829 Le Ménage du maçon ou les mauvaises connaissances, de Desnoyer et Davesne ; au théâtre de la porte Saint-Martin, la pièce de Dumersan et Gabriel, L’Homme du peuple, remporta un franc succès début décembre. L’étude des dossiers de censure de cette année-là a également permis de cerner les enjeux et les usages de ces représentations du peuple au théâtre38. Même si les feuilles dramatiques et les critiques de la presse nationale ont permis d’entrevoir un horizon de réception de ces perceptions du peuple, la connaissance de la réception est encore une fois restée l’une des difficultés de ce travail.

  • 39 Jean-Claude Yon, Eugène Scribe, la fortune et la liberté, Paris, Librairie Nizet, 2000, 350 p.

16Les figures du peuple constituent un sujet récurrent dans les pièces de cette époque et elles permettent aux auteurs d’exprimer des opinions politiques, parfois contraires au gouvernement. Devenu un objet d’étude à part entière, notamment grâce aux travaux de Jean-Claude Yon39, le théâtre représente une source très riche à cette période et permet de mettre sur le devant de la scène des figures jusque-là méconnues.

  • 40 Sur l’événement et les images, voir Christian Delporte et Annie Duprat (dir.), L’Événement, image, (...)
  • 41 Daumier, lithographe V. Ratier, « L’épicier qui n’était pas bête leur envoyait de la réglisse qui (...)
  • 42 Sur l’analyse des images, voir l’article d’Annie Duprat, « Le roi, la chasse et le parapluie ou co (...)

17La pertinence de l’étude de l’iconographie au sein des études historiques n’est désormais plus à prouver. À travers ce moment singulier que constitue une révolution, l’image représente un support très riche pour cerner les représentations qu’une société a d’elle-même40. En juillet 1830, la figure du peuple prédomine dans les lithographies. Godefroy Engelmann, Victor Ratier ou Nicolas Charlet, tous produisent des images « à chaud ». Et quand Daumier, qui en est encore à ses débuts, représente les combats, c’est un homme du peuple qu’il choisit de mettre au premier plan41. Nous avons travaillé sur trois collections : la collection De Vinck, la collection Histoire du France du cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale de France et la collection du musée Carnavalet. Il est indispensable de prendre en compte les conditions d’élaboration de chacune d’entre elles dans l’analyse des représentations, tout collectionneur suivant une démarche délibérée qui ne relève pas du hasard. Pour analyser les perceptions du peuple au sein de ces trois collections, une base de données regroupant les 1328 images sur la révolution de 1830 a été créée. Établie à partir de la grille de lecture proposée par Annie Duprat pour l’analyse des images au XIXe siècle, chaque image offrant une représentation des classes populaires a été interrogée à partir de critères pré-définis42. Grâce à cette base de données, différents points ont été abordés et analysés, notamment les conditions de production (les lithographes, les éditeurs d’estampes, les lieux d’édition, les dates de dépôt des images), la matérialité des images (le statut du document, le format, la technique employée), la composition des images (le premier et le second plan, la place du texte, le contenu des légendes…), ainsi que d’autres critères utiles pour l’étude de notre objet : la présence d’hommes du peuple dans l’image (en comparaison avec les autres catégories sociales visibles), leur costume, le jour représenté, le lieu représenté. Cette étude exhaustive des collections a également permis d’entrevoir les conceptions divergentes, les absences ou les zones d’ombres qui caractérisent la représentation iconographique de ces figures populaires. Enfin, pour comprendre leur singularité pendant les journées de Juillet, nous nous sommes penchés sur la représentation du peuple à la fin de la Restauration. Pour ce faire, nous avons travaillé de manière moins systématique, en nous concentrant sur les types populaires et leurs spécialistes à cette période : Gavarni, Charlet, Traviès, entre autres.

18Les divers cartons des Archives nationales concernant les événements de Juillet ne se sont pas révélés très riches en informations sur le sujet. En revanche, la série F 7 et surtout les Bulletins de Paris des années 1829 et 1830 ont apporté un éclairage très intéressant sur les figures du peuple parisien. D’autres cartons ont aussi fourni de précieux renseignements : toujours dans la série F 7, les rapports sur l’esprit public à la fin de la Restauration ; dans les séries F 18 et F 21, les dossiers de censure des pièces de théâtre, ainsi que les dépôts des lithographies, dépouillés exhaustivement pour l’année 1830. Enfin, les déclarations d’imprimeurs, conservées en F 18*, ont permis d’approcher un horizon de réception de ces figures du peuple.

19Ces sources très diverses permettent d’analyser différents points de vue. La reconstruction de l’imaginaire du peuple des Trois Glorieuses ne peut se faire que grâce au croisement de plusieurs perspectives reliant les images aux pièces de théâtre, en passant par les chansons et la presse.

Le peuple en 1830 : épars et silencieux, mythique, puis embarrassant

20À la fin de la Restauration prédomine l’opposition manichéenne entre un bon et un mauvais peuple, qui conduit à un éparpillement des visions sur le peuple. Avec la révolution de 1830 émerge la figure mythique du peuple, unanime et consensuelle, mais elle est bouleversée par les évolutions politiques et sociales qui marquent les débuts du régime de Juillet.

21Dans un premier temps, les principaux thèmes, lieux et qualités qui composent l’imaginaire du peuple à la fin de la Restauration seront analysés. Des motifs tels que les représentations des territoires populaires ou des métiers populaires ne peuvent être évités. On retrouve au sein de tous les thèmes étudiés cette bipolarité structurante de l’époque : soit l’homme du peuple est représenté comme un être vertueux, soit il est envisagé comme un danger, lié à l’angoisse plus générale des élites de le voir ressurgir sur le devant de la scène comme pendant la Révolution française. Grand absent de l’arène politique en ces temps de suffrage censitaire, l’homme du peuple n’en est pas moins présent dans les discours. Les classes populaires sont représentées comme silencieuses dans la sphère publique, pourtant elles semblent adhérer à certaines des représentations que l’on fait d’elles (notamment dans les chansons et les pièces de théâtre), qui sont autant de discours encourageant l’opposition et incitant au renversement du gouvernement. Avant les journées de Juillet, ces figures s’identifient difficilement et suscitent moult appréhensions. Ces visions éparses se rejoignent dans une volonté d’édification et de moralisation, mais le peuple ne constitue pas alors un danger pour l’ordre établi. Cette conception dispersée se transforme brutalement avec l’événement révolutionnaire.

22Avec la révolution de Juillet, les sources convergent pour offrir une représentation idéalisée du peuple des barricades, nourrie d’éléments mythiques. Ce mythe de Juillet fonctionne grâce à un acteur collectif – le peuple – investi d’une mission : celle de lutter et d’aboutir par cette lutte à la réconciliation universelle. Les sources signalent plusieurs constituants de cette image mythique du peuple : la fraternité, thème omniprésent dans les représentations du peuple ; les figures féminines sur les barricades ; la célébration des vertus populaires (bravoure et désintéressement accompagnent probité et magnanimité) et enfin, l’idée d’un peuple qui saura terminer la Révolution. D’autres voix discordantes, telles l’expression de la violence ou l’anticléricalisme populaire, viennent aussi nuancer ces représentations dominantes.

  • 43 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 30 décembre 1830.

23Dès le milieu du mois d’août 1830, les visions sur le peuple évoluent. À l’unanimité de Juillet succède la confusion des représentations à l’automne. On assiste à une perte de repères, liée en partie à l’apparition des manifestations ouvrières dès le 15 août. Ainsi l’image du bon peuple de juillet ne peut-elle perdurer de cette façon. Le temps d’une révolution, les classes populaires sont apparues sur le devant de la scène, magnifiées à l’excès. Mais l’après-révolution complexifie les images et différentes figures se dévoilent, avec la création des ateliers de secours fin août, ou dans les premiers journaux ouvriers, qui paraissent à l’automne 1830 et revendiquent leur fonction d’interprète de la parole populaire. Rassemblant par leur objet, les journaux ouvriers proposent une nouvelle identité populaire. La culture populaire est revue afin de diffuser des images vertueuses du peuple. En utilisant les représentations du peuple au théâtre ou dans les chansons, il s’agit de ramener les classes populaires vers une conduite édifiante. Le théâtre peut alors être utilisé comme catalyseur de la question sociale. La fin de l’année 1830 et le début de l’année suivante voient une certaine inflexion dans les images du peuple. Le procès des ex-ministres encourage le retour des classes populaires dans les débats et dans la rue. Les hommes du peuple, travailleurs autrefois rassurants, inspirent des figures menaçantes. Enfin, les ateliers de secours deviennent insuffisants. Le 30 décembre 1830, les propos du préfet de police résument cette transformation survenue dans les représentations du peuple : « On a reconnu dès à présent qu’il fallait songer à fermer cette plaie qui menace de s’élargir43. » L’homme du peuple de Juillet, vertueux et fraternel, est désormais bien loin.

Notes

1 Victor Hugo, « Dicté après juillet 1830 », 10 août 1830, in Victor Hugo, Les Chants du crépuscule, (1re édition, 1835), Paris, Gallimard, 2002, p. 25-33.

2 La Quotidienne, 4 juillet 1830, p. 1.

3 Sur la Commune de Paris, voir l’ouvrage d’Éric Fournier, Paris en ruines : du Paris haussmannien au Paris communard, Paris, Imago, 2007, 279 p. et sur la révolution de 1848, voir Maurice Agulhon, Les Quarante-huitards, Paris, Gallimard, 1992, 263 p.

4 Maurice Agulhon, « La révolution de 1830 dans l’histoire du XIXe siècle français », Annales historiques de la Révolution française, janvier-mars 1980, p. 484-485.

5 Ernest Labrousse développe en 1948 la thèse selon laquelle le fait économique constitue le nerf déterminant de l’explosion des trois révolutions, même s’il se conjugue avec une crise politique et des conflits sociaux antérieurs portés à leur état le plus aigu. Voir Ernest Labrousse, « 1848-1830-1789. Comment naissent les révolutions ? », Actes du congrès historique du centenaire de la Révolution de 1848, Paris, Presses universitaires de France, 1948, p. 1-20. Par la suite, Guillaume de Bertier de Sauvigny rassembla en 1970 quelques témoignages de contemporains regroupés par thèmes. Voir Guillaume de Bertier de Sauvigny, La Révolution de 1830 en France, Paris, Armand Colin, 1970, 336 p.

6 Edgar Léon Newman, « L’image de la foule dans la révolution de 1830 », Annales historiques de la Révolution française, janvier-mars 1980, p. 509.

7 Edgar Léon Newman, « L’image de la foule dans la révolution de 1830 », op. cit., p. 499.

8 David. H. Pinkney, La Révolution de 1830 en France, (1re édition, Princeton University Press, 1972), Paris, Presses universitaires de France, 1988, 463 p.

9 Ibid., p. 299.

10 Edward Palmer Thompson, La Formation de la classe ouvrière anglaise, (1re édition, New York, Vintage books, 1963), Paris, Gallimard, 1998, 791 p.

11 Dominique Kalifa, « Les historiens français et “le populaire” », Hermès 42, Cognition, Communication, Politique, Paris, CNRS Éditions, p. 58.

12 Jean-Louis Robert et Danielle Tartakowsky, Paris le peuple XVIIIe-XXe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, 231 p. ; « Le Peuple en tous ses états », Sociétés & Représentations, Paris, Credhess, no 8, 2000, 378 p.

13 Pierre Ronzeaud, Peuple et représentations sous le règne de Louis XIV. Les représentations du peuple dans la littérature politique en France sous le règne de Louis XIV, Aix-en-Provence, université de Provence, 1988, 426 p.

14 Déborah Cohen, « Le Peuple : de l’Autre au différent. La construction des identités individuelles et collectives des classes populaires au XVIIIe siècle », thèse EHESS, sous la direction d’Arlette Farge, 2004.

15 Voir Hélène Desbrousses, Bernard Peloille et Gérard Raulet (dir.), Le Peuple. Figures et concepts, entre identité et souveraineté, Paris, François-Xavier de Guibert, 2003, 287 p.

16 Alain Pessin, Le Mythe du peuple et la société française du XIXe siècle, Paris, Presses universitaires de France, 1992, 280 p.

17 Pierre Ronzeaud, Peuple et représentations sous le règne de Louis XIV…, op. cit., p. 21.

18 Antoine Furetière, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois, La Haye, Chez Pierre Husson, t. III, 1727.

19 Jacques Julliard, « Le Peuple », in Les Lieux de mémoire, t. II, Paris, Gallimard, 1997, p. 191-192.

20 Gérard Fritz constate que la « polysémie du mot, son imprécision, son extension fort variable, faisait du peuple un terme autour duquel allaient naître des oppositions », in Gérard Fritz, L’Idée de peuple en France du XVIIe au XIXe siècle, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1988, p. 6 ; c’est aussi le constat de Geneviève Bollème qui écrit : « Non identifiable, multiforme, composite et composé, le peuple est quelqu’un sans être personne », in Geneviève Bollème, Le Peuple par écrit, Paris, Le Seuil, 1986, p. 167.

21 On en revient toujours à cette mise en garde de Blanqui qui dit « Gare aux mots sans définition, c’est l’instrument des intrigans », in Auguste Blanqui, Lettre à Maillard, 6 juin 1852, cité par Geneviève Bollème, Le Peuple…, op. cit., p. 28

22 Geneviève Bollème, Le Peuple…, op. cit., p. 30-40.

23 Jean-Baptiste-Bonaventure de Roquefort-Flaméricourt, Dictionnaire étymologique de la langue françoise, où les morts sont classés par familles : contenant les mots du dictionnaire de l’Académie françoise…, Paris, Decourchant, 1829, vol. 2, p. 209.

24 Dominique Kalifa, « L’histoire culturelle contre l’histoire sociale ? », in Laurent Martin et Sylvain Venayre (dir.), L’Histoire culturelle du contemporain, op. cit., p. 79.

25 Dominique Kalifa, « Les historiens français… », op. cit., p. 58.

26 Alain Corbin, « Le vertige des foisonnements », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. XXXIX, janvier-mars 1992, p. 11

27 Roger Chartier, « Le monde comme représentation », in Roger Chartier, Au bord de la falaise. L’Histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, Albin Michel, 1998, p. 78.

28 Terme emprunté à l’anthropologue américain Clifford Geertz, qui insiste sur la nécessité d’une description dense des faits, en tenant compte du point de vue des différents acteurs. Voir en particulier son application dans « Jeu d’enfer. Notes sur le combat de coqs balinais », in Bali interprétation d’une culture, Paris, Gallimard, 1983, p. 165-215.

29 Dominique Kalifa, « Usages du faux. Faits divers et roman criminel au XIXe siècle », Annales HSS, novembre-décembre 1999, no 6, p. 1361.

30 Geneviève Bollème, Le Peuple…, op. cit., p. 238.

31 Dominique Kalifa, « Usages du faux… », op. cit., p. 1362.

32 Michel Vovelle, « Histoire et représentations », Sciences humaines, avril 1993, no 27, p. 29.

33 Marie-Véronique Gauthier, Chanson, sociabilité et grivoiserie au XIXe siècle, Paris, Aubier, 1992, p. 7.

34 Sur la période qui nous intéresse, voir Pierre Barbier et France Vernillat, Histoire de France par les chansons, t. VI : La Restauration, Paris, Gallimard, 1958, 208 p.

35 Pierre Brochon, Béranger et son temps, Paris, Éditions sociales, 1956, 176 p.

36 Voir Robert Brécy, Florilège de la chanson révolutionnaire, (1re édition 1978), Paris, Éditions ouvrières, 1990, 304 p. ; Claude Duneton, Histoire de la chanson française de 1789 à 1860, Paris, Le Seuil, 1998, 1 099 p. et sur la chanson anarchiste, voir Gaetano Manfredonia, La Chanson anarchiste des origines à 1914, Paris, L’Harmattan, 1997, 445 p.

37 Émile Debraux et F. Dauphin, Bréviaire du chansonnier ou l’art de faire des Chansons, dédié à Béranger, Paris, Hocquart, 1830, p. 8.

38 Leur repérage s’est effectué grâce au travail d’Odile Krakovitch : voir Odile Krakovitch, Les Pièces de théâtre soumises à la censure, Paris, Archives nationales, 1982, 334 p. et sur la censure, voir du même auteur : Hugo censuré : la liberté au théâtre au XIXe siècle, Paris, Calmann-Lévy, 1985, 308 p.

39 Jean-Claude Yon, Eugène Scribe, la fortune et la liberté, Paris, Librairie Nizet, 2000, 350 p.

40 Sur l’événement et les images, voir Christian Delporte et Annie Duprat (dir.), L’Événement, image, représentation, mémoire, Paris, Créaphis, 2003, 265 p.

41 Daumier, lithographe V. Ratier, « L’épicier qui n’était pas bête leur envoyait de la réglisse qui n’était pas sucrée du tout », 1830, cabinet des Estampes, coll. De Vinck, cote originale : 11094, cote microfilm : A13103.

42 Sur l’analyse des images, voir l’article d’Annie Duprat, « Le roi, la chasse et le parapluie ou comment l’historien fait parler les images », Genèses, no 27, juin 1997, p. 109-123.

43 AN, F 7 3884, Bulletin de Paris, 30 décembre 1830.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540