Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le canton, un territoire du quotidien ?

 | 
Jean-François Tanguy
, 
Jean Le Bihan
, 
Yann Lagadec

Orientation bibliographique

Texte intégral

Comme l’a rappelé l’introduction, la principale difficulté que pose l’élaboration d’une bibliographie sur le fait cantonal tient à ce que le canton n’a que très rarement été constitué en objet d’étude propre, et que, s’il apparaît dans maints travaux de science administrative, science politique, histoire, géographie et aménagement…, c’est soit en tant que simple cadre socio-spatial, soit furtivement, allusivement, sans susciter de développement significatif. Nous ne proposons par conséquent ci-après que des indications bibliographiques glanées au fil de leurs recherches par plusieurs des participants au colloque, indications qui voudraient tout au plus baliser un champ méconnu et difficile à circonscrire, et qui, en tout état de cause, ne visent aucunement à l’exhaustivité1.

La seule introduction synthétique à l’histoire du fait cantonal, attentive à ne négliger aucune des dimensions (institutionnelle, administrative, socioéconomique…) du canton est à notre connaissance :

Brehlot Claude-Isabelle, « Le canton, creuset du personnel politique républicain », dans Blacher Philippe (dir.), Le canton, Lyon, L’Hermès, 2004, p. 37-49.

Compte tenu de la relative abondance d’études suscitée par les dix premières années de la circonscription cantonale, depuis la création du canton en 1790 jusqu’aux remodelages consécutifs à la réforme des justices de paix de 1801, il faut sans doute commencer par faire une place particulière au thème du canton révolutionnaire. Malheureusement, le plus souvent, la circonscription cantonale n’apparaît dans ces travaux que comme un simple cadre spatial. Il est d’ailleurs significatif que la création des cantons ne suscite que de brèves allusions dans des ouvrages aussi classiques que :

Nordman Daniel et Ozouf-Marignier Marie-Vic, Atlas de la Révolution française, 4. 1 : Le territoire. Réalités et représentations, 5. 2 : Le territoire. Les limites administratives, Paris, EHESS, 1989.

Ozouf-Marignier Marie-Vic, La formation des départements : la représentation du territoire français à la fin du XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 1989.

C’est pourquoi l’étude de la genèse du canton de Villeneuve-Saint-Georges est en vérité bien plus isolée qu’il ne semble dans la production historiographique :

Di Folco Sophie, La genèse d’un canton à la fin du XVIIIe siècle : Villeneuve-Saint-Georges, mémoire de maîtrise d’histoire, université Paris 7, 1988.

Constat valable, à plus forte raison, pour les cantons créés dans les départements annexés par la France révolutionnaire ou napoléonienne. Signalons seulement :

Todorov Nicola Peter, « La division cantonale dans le royaume de Westphalie. Instrument de la politique réformatrice napoléonienne », Hypothèses, 2001, p. 39-49.

Les fonctions qui échoient à la nouvelle circonscription à compter de 1790 sont inégalement mises en avant. Seules 6 lignes sont consacrées au canton – contre 20 au district et 44 aux communes – dans :

Clère Jean-Jacques, « Administrations locales », dans Soboul Albert (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 5-10.

Plus intéressantes sont de ce fait les analyses de :

Bianchi Serge, La Révolution et la Première République au village. Pouvoirs, votes et politisation dans les campagnes d’Île-de-France, 1787-1800, Paris, CTHS, 2003.

Bleton-Ruget Annie, « Le canton rural à l’époque révolutionnaire : l’expérimentation du territoire », dans Pertué Michel (dir.), L’administration territoriale sous la Révolution française, Orléans, Presses universitaires d’Orléans, 2003, p. 37-51.

En revanche, le processus d’inscription des pratiques électorales dans le cadre cantonal n’a pas été étudié pour lui-même. L’« invention » du chef-lieu de canton, ce « bourg » promu par la Révolution – ou cette petite ville déchue par la Constituante, qui n’a pas voulu en faire un chef-lieu de district – non plus : le chef-lieu est abordé comme une commune parmi d’autres, non sous l’angle des spécificités liées à son statut. Même chose enfin concernant les justices de paix révolutionnaires : créée par la Révolution dans un cadre qui est explicitement celui du canton, cette institution est au cœur de nombreuses recherches depuis une vingtaine d’années, mais menées dans une perspective d’histoire sociale et cultuelle qui n’intéresse que très marginalement le fait cantonal comme tel.

Ce sont finalement les travaux sur les municipalités de canton, mises en place par la Constitution de l’an III et supprimées par la loi de pluviôse an VIII, qui ont suscité la plus grande attention. Les études générales sont toutefois peu nombreuses :

Morange Jean, « Les municipalités de canton de l’an III », dans Fougère Louis, Machelon Jean-Pierre et Monnier François (dir.), Les communes et le pouvoir de 1789 à nos jours, Paris, Presses universitaires de France, 2002, p. 135-143.

Sautel Gérard, « La Révolution française », ibid., p. 143-157.

Vergues Joseph-Antoine, Contribution à l’étude des municipalités de canton de l’an III, Carcassonne, A. Gabelle, 1902.

Wolikow Claudine, « Les municipalités de canton. Identité communale et administration municipale. L’option du Directoire », dans Vovelle Michel (dir.), Révolution et République. L’exception française, Paris, Kimé, 1994, p. 299-311.

Le plus souvent, c’est sous l’angle monographique, soit à l’échelle d’un canton, soit, au mieux, à l’échelle d’un département, qu’est abordée l’étude des municipalités cantonales. La plupart de ces travaux sont dominés par une approche institutionnelle :

Blin Claire, La municipalité de canton de Poitiers sous le Directoire (du 4 brumaire an IV au 28 germinal an VIII), thèse de l’École des Chartes, 1994.

Coin Philippe, La municipalité de canton d’Argenteuil dans le département de Seine-et-Oise sous le Directoire, mémoire de DEA d’histoire du droit, université Paris 2, 1988.

Denys-Blondeau Sylvie, « Autopsie d’un échec : les municipalités cantonales du Directoire. L’exemple ornais », dans Poussou Jean-Pierre et Plessix René (dir.), La vie politique et administrative des petites villes françaises du Moyen Âge à nos jours, Mamers, Société d’histoire des petites villes, 2002, p. 277-290.

Desgranges Eugène, La centralisation républicaine sous le Directoire : les municipalités de canton dans le département de la Vienne, Paris, chez l’auteur, 1954.

Faber Anne, Les municipalités de canton en Basse Alsace de l’an IV à l’an VIII à travers les archives de Bischwiller, Brumath et Geipolsheim, mémoire de DEA d’histoire du droit, université Strasbourg 3, 1984.

Fremont Guy-Edmond, L’administration municipale de Verdun sous le Directoire (1795-1799), Nancy, 1964.

Lameire Gilles, Les municipalités de canton sous le directoire dans le département du Rhône, Lyon, Bosc frères, 1941.

Lejosne Raymonde, « Les difficultés d’une municipalité cantonale : Angerville », 89 en Essonne, 7, 1990, p. 76-77.

Saya Marie-Hélène, Les municipalités cantonales des districts de Soissons et de Château-Thierry sous le Directoire (an IV-an VIII), mémoire de maîtrise d’histoire, université de Reims, 1970.

Les approches sociales sont, elles, moins nombreuses :

Jessenne Jean-Pierre, « Le Directoire : entre la perte des fonctions et la perte des pouvoirs », dans Pouvoir au village et Révolution. Artois 1760-1848, Lille, Presses universitaires de Lille, 1987, p. 109-121.

Kermoal Christian, « Les municipalités de canton », dans Les notables du Trégor. Éveil à la culture politique et évolution dans les paroisses rurales (1770-1850), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002, p. 305-318.

Plus récemment, une série de colloques tenus à Rennes (1993), Clermont-Ferrand (1997) et Lille (1998) ont contribué à corriger le jugement longtemps négatif porté sur le fonctionnement des institutions cantonales. Citons, entre autres :

Bernet Jacques, « De l’intérêt et du bon usage des municipalités cantonales sous le Directoire. Un exemple picard : Attichy (Oise) », dans Bernet Jacques et Jessenne Jean-Pierre (dir.), Du Directoire au Consulat. Le lien politique local dans la Grande Nation, actes du colloque de Lille (1998), Lille, CRHENO, 1999, p. 189-198.

Gainot Bernard, « Sociétés politiques et administrations locales sous le Directoire : faits et interprétations (quelques exemples de chefs-lieux de cantons entre Saône et Loire) », dans Dupuy Roger (dir.), Pouvoir local et Révolution. La frontière intérieure, actes du colloque de Rennes (1993), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1995, p. 443-459.

Tonnesson Kare, « Pouvoir central, pouvoir local et population : le Roussillon sous le Directoire », dans ibid., p. 429-442.

Wolikow Claudine, « Les municipalités de canton : échec circonstanciel ou faiblesse structurelle ? Le cas du département de l’Aube », dans Bourdin Philippe et Gainot Bernard (dir.), La République directoriale, actes du colloque de Clermont-Ferrand (1997), Paris, Société des études robespierristes, 1998, p. 231-260.

À cette réévaluation historiographique a également contribué Serge Bianchi dans La Révolution et la Première République au village…, op. cit.

Signalons enfin les recherches d’Isser Woloch qui suggèrent des pistes prometteuses, notamment en ce qui concerne la représentation de l’espace cantonal :

Woloch Isser, « The Wider World of the Cantons », The New Regime. Transformations of the French Civic Order, 1789-1820’s, Londres, Norton, 1994, p. 114-127.

On peut rassembler dans un second groupe l’ensemble des travaux consacrés au canton comme rouage du système politico-institutionnel français – décennie révolutionnaire exclue, bien sûr. Il existe en ce domaine d’utiles mises au point :

Auby Jean-Marie, « Le canton », Institutions administratives, Paris, Dalloz, 7e éd. 1996, p. 63-64.

Demari Éric, « Le canton dans l’histoire de la République », dans Blacher Philippe (dir.), Le canton, op. cit., p. 23-35.

Guettier Christophe, « L’échelon du canton », dans Institutions administratives, Paris, Dalloz, 4e éd. 2008, p. 481-482.

Marx Jean-Luc, « Des espaces à redécouvrir : canton et arrondissement », dans Les territoires de l’Etat, Paris, Presses universitaires de France, 1997, p. 48-67.

Depuis 1833, le canton constitue la circonscription pour l’élection des conseillers généraux – et des conseillers d’arrondissement jusqu’en 1940. Sur les discussions préalables à la loi du 22 juin 1833, et en particulier sur les raisons qui ont présidé au choix du canton comme circonscription électorale, voir :

Riocreux Jean-Paul, Les réformes de l’administration locale sous la Monarchie de Juillet (1830-1848), chez l’auteur, 1974.

Ainsi est-ce dans les travaux consacrés au conseil général, et plus précisément dans ceux consacrés à ses membres, les conseillers généraux, qu’on trouvera des éléments sur le canton. Seulement, là encore, il s’en faut de beaucoup que tous fassent un sort au fait cantonal à proprement parler. À notre connaissance, une seule étude traite de la carte cantonale en perspective longue :

Guislin Jean-Marc, « La dynamique d’une géographie administrative : sous-préfectures et cantons, XIXe-XXe siècles », Revue du Nord, 335, 2000, p. 435-471.

La nécessité de réajuster cette carte sous l’effet des évolutions démographiques, est périodiquement affirmée par les acteurs et observateurs de la vie politique locale. Signalons, entre autres :

Bourdon Jacques, « Le département, dix ans après les lois de décentralisation (rapport introductif) », dans Gilbert Guy et Delcamp Alain (dir.), La décentralisation, dix ans après, Paris, LGDJ, 1993, p. 363-378.

Escudier Antoine et Vidot Max-Henri, « Le canton », dans Le conseil général et le département à l’heure de la décentralisation, Paris, Berger-Levrault, 1985, p. 39-42.

Sur les principes mêmes du découpage :

Chabanol Daniel, « Le découpage cantonal », dans Blacher Philippe (dir.), Le canton, op. cit., p. 67-75.

Des éléments ponctuels, enfin, sont à glaner dans les monographies. À titre d’exemple :

Albitreccia Antoine, « Ajaccio, étude de géographie humaine », Annales de géographie, 268, 1938, p. 361-372.

Les élections cantonales ont naturellement suscité une littérature plus abondante. Le canton y est ponctuellement l’objet de développements propres, par le détour d’analyses consacrées tant aux campagnes électorales qu’à l’enracinement du conseiller général, deux thèmes souvent associés, qui, l’un comme l’autre, posent la question des interactions, ponctuelles ou quotidiennes, existant entre action politique et territoire cantonal. La place tenue et le rôle joué par ce dernier au cours des campagnes des élections cantonales sont abordés – parfois brièvement, voire pour en relativiser l’importance – dans :

Bertin Jean Jacques, Sociologie électorale et communautés locales, thèse de science politique, université Bordeaux 1, 1990.

Criqui Étienne, « Le canton en héritage », dans Patriat Claude et Parodi Jean-Luc (dir.), L’hérédité en politique, Paris, Economica, 1992, p. 199-217.

Criqui Étienne, Les élections cantonales de mars 1976 en Meurthe-et-Moselle, thèse de sociologie, université Nancy 2, 1976.

Criqui Étienne, Le personnel politique local, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1986.

Fillon Ivan, La campagne des élections cantonales de mars 1998 dans le canton Dreux-Sud, mémoire de DEA d’études politiques, Institut d’études politiques de Paris, 1998.

Greffet Fabienne, Les processus de sélection des élus français : l’exemple des conseillers généraux en Rhône-Alpes de 1945 à 1992, thèse de science politique, université Grenoble 2, 1998.

Les enquêtes statistiques et prosopographiques menées sur les conseillers généraux comportent parfois des informations sur leur enracinement, en particulier sur leur ancrage cantonal. Citons, au sein d’une liste devenue longue :

Bélanger Michel, Les conseillers généraux de Charente sous le Second Empire : recherches sur le pouvoir départemental, thèse, université Bordeaux 3, 1973.

Boivin Michel, Les conseillers généraux de la Manche de 1945 à 1985, thèse d’État de sociologie, université de Caen, 1989.

Conrad Olivier, Le conseil général du Haut-Rhin au XIXe siècle. Les débuts d’une collectivité territoriale et l’influence des notables dans l’administration départementale, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1998.

Florin Jean-Pierre, « Contribution à une histoire des chemins du pouvoir sous la IIIe République : les conseillers généraux du Nord, du début du siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale », Revue du Nord, 302, 1993, p. 601-633.

Marchand Marie-Hélène, Les conseillers généraux en France depuis 1945, Paris, Armand Colin, 1970.

Percheron Annick et ROY Béatrice, Étude auprès des conseillers généraux : rapport d’enquête, Paris, Observatoire interrégional du politique, 1991.

Tudesq André-Jean, Les conseillers généraux au temps de Guizot, Paris, Armand Colin, 1967.

À cette liste on peut ajouter certaines études locales ou biographiques, qui, au ras du sol en quelque sorte, fournissent autant d’exemples de cet ancrage :

Bergere Marc, « Jean de Geoffre, un élu très angevin », dans Le Beguec Gilles et Peschansky Denis, Les élites locales dans la tourmente. Du Front populaire aux années cinquante, Paris, CNRS, 2000, p. 111-117.

Lalliard François, « Élites impériales et modernisation de l’espace rural dans le sud-est du Bassin parisien : les Berthier de Wagram et le canton de Boissy-saint-Léger de 1830 à la crise de 1929 », Ruralia, 18/19, 2006, p. 21-40.

Robin Christophe-Louis, « L’influence politique de Castillon-la-Bataille sur son canton au début de la Troisième République », dans Poussou Jean-Pierre et Plessix René (dir.), La vie politique et administrative des petites villes…, op. cit., p. 291-297.

Plus rares sont les études centrées sur les relations établies entre le conseiller général et son canton en dehors du temps fort que constitue la campagne électorale. À noter toutefois :

Bournazel Alain, « Le conseiller général et son canton », dans Le conseil général et l’administration du département, Paris, Le Moniteur, 1988, p. 193-211.

Nevers Jean-Yves, « L’activité relationnelle des conseillers généraux », Politix, 1989-7/8, p. 51-58.

En marge de ces études sur le conseil général et ses élus, signalons celles, pour partie scientifiques, pour partie programmatiques, consacrées à la réforme cantonale. Ces travaux épars fournissent les matériaux d’un petit chapitre méconnu de l’histoire de la décentralisation. Plusieurs ouvrages anciens conservent sous ce rapport un grand intérêt, particulièrement les thèses de droit publiées au tournant du XXe siècle, qui souvent contiennent de précieuses mises en perspective historiques :

Barante Prosper de, Des communes et de l’aristocratie, Paris, Ladvocat, 1821.

Bellange Charles, Le gouvernement local en France et l’organisation du canton, Paris, H. Didier, 1900.

Chevillard Jules, De la division administrative de la France et de la centralisation, Paris, Durand, 1862.

Fremiot Georges, Le canton dans l’organisation administrative française, Varangeville-Saint-Nicolas, imp. V. Arsant, 1911.

Leullier Robert, Du canton considéré comme organe de décentralisation, Paris, A. Rousseau, 1897.

Parmi les études historiques consacrées, au moins en partie, à la réforme cantonale, citons :

Basdevant-Gaudemet Brigitte, La commission de décentralisation de 1870, Paris, Presses universitaires de France, 1973.

Morange Jean, L’idée de municipalité de canton de l’an III à nos jours, Paris, Presses universitaires de France, 1971.

Pouthas Charles-Henri, « Les projets de réforme administrative sous la Restauration », Revue d’histoire moderne, 1-5, 1926, p. 321-367.

Riemenschneider Rainer, « Décentralisation et régionalisme au milieu du XIXe siècle », Romantisme, 35, 1982, p. 115-135.

Riemenschneider Rainer, « La “constitution populaire du canton” (1850) et le problème des petites communes en France », dans Pertué Michel (dir.), L’administration territoriale de la France (1750-1940), Orléans, Presses universitaires d’Orléans, 1998, p. 423-437.

Les développements récents de l’intercommunalité ont eu pour effet de cibler plus précisément la réflexion sur la question des liens complexes existant entre cantons et EPCI. Tout le problème est aujourd’hui de savoir si l’intercommunalité frappe définitivement d’obsolescence le canton, ou si, au contraire, en épousant bien souvent ses limites, elle le pérennise sans l’avouer, en milieu rural tout du moins. Ce thème domine les travaux suivants :

Autin Jean-Louis, « La place du canton dans les réformes du territoire administratif », dans Blacher Philippe (dir.), Le canton, op. cit., p. 84-98.

Baudelle Guy (dir.), De l’intercommunalité au pays, La Tour-d’Aigues, L’Aube, 1995.

Bechu Christophe (président du conseil général de Maine-et-Loire), « Entretien », Administration, 212, décembre 2006, p. 93.

Brunet-Lechenaul Claudette, La décentralisation et le citoyen, Paris, Conseil économique et social, Les éditions des Journaux officiels, 2000.

Chaboche José et Baudelle Guy, « Les logiques territoriales de l’intercommunalité », Cahiers nantais, 58, 2002, p. 95-109.

Ergan Louis et Laurent Loeiz, Vivre au pays, Les Sables-d’Olonne, Le Cercle d’Or, 1977.

Faure Alain, « Vers une République régionale ? », Pouvoirs locaux, 26-3, septembre 1995, p. 21-24.

Landel Pierre-Antoine, « Le département et la démocratie locale : la fin des fiefs ? », Pouvoirs locaux, 62-3, 2004, p. 74-78.

Laurent Loeiz, « Zones de petite chalandise, espaces d’intercommunalité », Octant, 60, 1995, p. 23-30.

Leroux Xavier, « Cantons, intercommunalités et “pays” en Flandre française », Ruralia, 21, 2007, p. 207-229.

Leroux Xavier, Le « pays » entre géographie, construction politique et représentations : l’exemple de l’espace Lille-Dunkerque, thèse de géographie, université Paris 10, 2006.

Tesson Frédéric, « Les ressources du département et du canton dans la “petite fabrique des territoires” », Annales de géographie, 648, 2006, p. 197-216.

Signalons enfin l’œuvre singulière et engagée de Jean-François Gravier, vibrant plaidoyer pour la transformation du canton en collectivité locale, mais aussi analyse géographique, et qui, à ce titre, intéresse tout à la fois le thème de la décentralisation et celui du bourg cantonal (infra). Mentionnons tout particulièrement, dans son œuvre :

Gravier Jean-François, « Éloge du canton », dans L’espace vital, Paris, Flammarion, 1984, p. 207-221.

Un troisième groupe de travaux a trait à ce que l’on peut appeler le bourg cantonal. Sans doute n’est-il pas exact de dire que les travaux sur les bourgs intéressent tous la question cantonale : l’identité n’est pas parfaite, en effet, entre bourg-centre et chef-lieu de canton. Pour autant les deux réalités sont de facto souvent confondues, et c’est pourquoi les travaux menés sur les bourgs fourmillent d’informations, dispersées mais précieuses, relatives au fait cantonal. Les études générales sont à cet égard toujours utiles. Citons entre autres :

Bontron Jean-Claude, « Armature urbaine en milieu rural », Urbanisme, 118, 1970, p. 31-36.

Croix Nicole et Renard Jean, « Les bourgs de l’espace rural français », Cahiers nantais, 43, 1995, p. 113-121.

Juillard Étienne, « L’armature urbaine de la France préindustrielle. Pour une carte du réseau urbain et de l’organisation régionale à la veille de l’établissement du réseau ferré », Bulletin de la faculté des lettres de Strasbourg, 1970, p. 299-307.

Renard Jean, « Les bourgs ruraux », dans Renard Jean et Laborie Jean-Pierre (dir.), Bourgs et petites villes, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1997, p. 13-20.

C’est cependant dans les monographies, menées à l’échelle d’un département ou d’une région, qu’on trouvera le plus d’éléments sur le fait cantonal :

Genty Michel, Villes et bourgs du Périgord et du pays de Brive : le fait urbain dans les espaces de la France des faibles densités, Lille, ANRT, 1984.

Jousseaume Valérie, L’ombre d’une métropole. Les bourgs-centres de Loire-Atlantique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998.

Oger Bruno, Les bourgs-centres de Vendée : détermination, fonctions, évolutions des pôles urbains primaires dans un espace rural dynamique, thèse de géographie, université de Nantes, 1996.

La question de la polarisation sous-tend logiquement la plupart des travaux consacrés aux bourgs-centres en milieu rural, polarisation ancienne, encore prégnante dans l’organisation des territoires ruraux, mais aujourd’hui remise en cause par l’urbanisation et le décloisonnement multidimensionnel des espaces de vie. Les études proprement historiques sont rares. On renverra d’abord aux célèbres pages de L’identité de la France :

Braudel Fernand, « Expliquer le système : le bourg », dans L’identité de la France, t. 1 : Espace et histoire, Paris, Flammarion, 1990, p. 158-176.

Citons aussi :

Jourdan Jean-Paul, « Petites villes et bourgs des Basses-Pyrénées au milieu du XIXe siècle », dans Loupès Philippe et Poussou Jean-Pierre (dir.), Les petites villes du Moyen-Âge à nos jours, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 1987, p. 227-254.

Plessix René, « Les petites villes de l’Anjou et du Maine dans la seconde moitié du XIXe siècle », dans Poussou Jean-Pierre (dir.), Les petites villes du Sud-Ouest de l’Antiquité à nos jours, Mamers, Société d’histoire des petites villes, 2004, p. 277-305.

Thomas Jack, « Foires et marchés, bourgs et villages dans le Midi toulousain au XIXe siècle », dans Loupès Philippe et Poussou Jean-Pierre (dir.), Les petites villes…, op. cit., p. 165-189.

Thomas Jack, Le temps des foires. Foires et marchés dans le Midi toulousain de la fin de l’Ancien régime à 1914, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1993.

Beaucoup plus nombreuses sont les études de cas centrées sur la période récente, celle des grands bouleversements territoriaux, de l’adaptation ou du déclin :

Allain Rémi et Baudelle Guy, « Les petites villes et la question de l’urbanité. L’exemple de la Bretagne », dans Croix Nicole (dir.), Des campagnes vivantes. Un modèle pour l’Europe ?, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2000, p. 589-601.

Barthe Laurence, « Émergence et structuration d’un bassin de vie : l’exemple du pays réquistanais », dans Renard Jean et Laborie Jean-Pierre (dir.), Bourgs et petites villes, op. cit., p. 57-64.

Bonnamour Jacqueline, « Rubrique de trois bourgs ruraux : Arnay-le-Duc, Pouilly-en-Auxois et Saulieu », dans Renard Jean et Laborie Jean-Pierre (dir.), Bourgs et petites villes, op. cit., p. 71-82.

Dietrich Geneviève, « Dynamisme du chef-lieu de canton et organisation de l’espace rural », Revue géographique de l’Est, 1980-3/4, p. 151-170.

Gachon L., « Le bourg cantonal, point d’ancrage de la vie rurale urbanisée en Auvergne », Norois, 51, 1966, p. 395-413.

Picot Bernard, « Pays et bourgs-centres sur la bordure occidentale du Massif central : étude comparée de Saint-Yrieix-la-Perche (Haute-Vienne) et de Saint-Céré (Lot) », dans Renard Jean et Laborie Jean-Pierre (dir.), Bourgs et petites villes, op. cit., p. 233-248.

Reynard Robert, « Bassins d’emploi et bassins de vie en Rhône-Alpes, deux approches complémentaires », dans Desplanques Guy et Vanier Martin (dir.), Les découpages du territoire, Paris, INSEE, 1998, p. 101-106.

Roche Stéphane, « Doué-la-Fontaine “bourg-centre” : dynamique d’équipement et mobilités », dans Renard Jean et Laborie Jean-Pierre (dir.), Bourgs et petites villes, op. cit., p. 249-256.

La question spécifique de la polarisation commerciale est parfois posée comme telle :

Bonnefoy Jean-Luc, « L’accessibilité des villes aux commerces et aux équipements de services », dans Mattei Marie-Flore et Pumain Denise (dir.), Données urbaines 3, Paris, Anthropos, 2000, p. 327-337.

Dodier Rodolphe, « Place des bourgs et des petites villes dans la division spatiale du travail et le maillage territorial », dans Renard Jean et Laborie Jean-Pierre (dir.), Bourgs et petites villes, op. cit., p. 299-312.

Labasse Jean, Les capitaux et la région : étude géographique, essai sur le commerce et la circulation des capitaux dans la région lyonnaise, Paris, Armand Colin, 1955.

Martin Jean-Yves, « Une réalité économique qui participe à l’attractivité des bourgs-centres et des petites ville », dans Renard Jean et Laborie Jean-Pierre (dir.), Bourgs et petites villes, op. cit., p. 335-360.

Soumagne Jean, Géographie du commerce de détail dans le Centre-Ouest de la France, Poitiers, J. Soumagne, 1996.

Vergneau Gustave, « L’inégale prospérité des marchés agricoles en Anjou et en Poitou. Leur rôle dans l’organisation de l’espace », Études rurales, 78/79/80, 1980, p. 151-167.

C’est plus rarement le cas pour la polarisation administrative. On trouvera néanmoins des éléments épars sur ce point dans :

Blin Éric, La localisation des services publics. L’aménagement du réseau postal de Seine-Maritime, thèse de géographie, université de Rouen, 1993.

Jamet Pierre, « Le canton, support de l’action publique », dans Blacher Philippe (dir.), Le canton, op. cit., p. 127-140.

Lagadec Yann et Le Bihan Jean, « L’espace de l’État. Pour une histoire des circonscriptions administratives (Ille-et-Vilaine, XIXe siècle) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 110-4, 2003, p. 81-93.

Lalouette Jacqueline, « L’éducation populaire au canton. Edmond Groult et les musée cantonaux », Cahiers Jean Jaurès, 152, 1999, p. 91-104.

Lehec René, La Poste et le territoire, mémoire de DESS aménagement et collectivités locales, université Rennes 2, 1993.

Lignereux Aurélien, La France rébellionnaire. Les résistances à la gendarmerie (1800-1859), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

Pays-arrondissement et services publics. Etude dans les régions atlantiques Bretagne, Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes, Aquitaine, Rapport final pour le compte de la DATAR, 1997-1998.

Verdier Nicolas, Penser le territoire au XIXe siècle. Le cas des aménagements de la Seine-Inférieure et de l’Eure, thèse de géographie, EHESS, 1999.

Ajoutons que la polarisation exercée par les institutions administratives ou associatives peut contribuer à l’émergence d’une certaine identité cantonale, d’ailleurs parfois revendiquée comme telle, à travers festivités et rites notamment. On trouvera des allusions à ce phénomène dans :

Boulanger Philippe, « Une organisation cantonale transitoire et itinérante : le conseil de révision », dans La France devant la conscription. Géographie historique d’une institution républicaine, 1914-1922, Paris, Economica, 2002, p. 84-99.

Cabanel Patrick, « Le jour du certif. Anthropologie d’un rite républicain », La République du certificat d’études : histoire et anthropologie d’un examen XIXe-XXe siècles, Paris, Belin, 2002, p. 153-205.

Lagadec Yann, « Comices et territoire au XIXe siècle : le canton contre l’arrondissement » (à paraître).

Doivent être enfin évoqués les travaux qui, à plus petite échelle, questionnent la place du bourg-centre au sein du réseau urbain français. Ils comportent souvent une dimension historique et offrent ainsi de nombreux matériaux à qui s’interroge sur la manière dont s’est progressivement constituée, en France, une strate urbaine originale correspondant grosso modo aux chefs-lieux de canton. Impossible d’en faire l’inventaire complet. Renvoyons seulement à quelques thèses classiques, qui, soit dit en passant, contiennent aussi de précieux développements sur la polarisation des bourgs-centres :

Armand Gilbert, Villes, centres et organisation urbaine des Alpes du Nord, Grenoble, Impr. Allier, 1974.

Babonaux Yves, Villes et régions de la Loire moyenne, Touraine, Blésois, Orléanais, fondements et perspectives géographiques, s. l., S.A.B.R.I., 1966.

Barbier Bernard, Villes et centres des Alpes du Sud : étude de réseau urbain, Gap, Ophrys, 1969.

Dugrand Raymond, Villes et campagnes en Bas-Languedoc : le réseau urbain du Bas-Languedoc méditerranéen, Paris, Presses universitaires de France, 1963.

Rochefort Michel, L’organisation urbaine de l’Alsace, Strasbourg, Publications de la faculté des lettres de l’université de Strasbourg, 1960.

On tirera également profit de certaines monographies cantonales. Exemple, parmi beaucoup d’autres :

Fourchy Pierre, « La population du canton du Bourg-d’Oisans de 1846 à 1936 », Revue de géographie alpine, 31-2, 1943, p. 177-197.

De même aura-t-on intérêt à consulter la thèse d’État de Jean-Paul Jourdan, qui, pour le XIXe siècle, s’emploie à sonder les liens existant entre croissance administrative et croissance urbaine, et contient de ce fait de précieuses indications sur l’évolution démographique et fonctionnelle des chefs-lieux de canton :

Jourdan Jean-Paul, Le personnel de l’administration dans le sud-ouest aquitain de la fin de l’Ancien Régime aux années 1880, thèse d’État d’histoire, université Paris IV, 2000.

Notes

1 Cette bibliographie a été réalisée par Yann Lagadec et Jean Le Bihan avec le concours de Guillaume Bailly, Emmanuel Cherrier, Corinne Marache, Marie-Vic Ozouf-Marignier et Jean-Paul Pellegrinetti. Nous sommes redevables à Jean-Paul Jourdan de sa relecture avisée, ainsi qu’à Guy Baudelle des nombreux services qu’il nous a rendus tout au long de son élaboration. Les articles du présent ouvrage ne figurent pas dans cette bibliographie.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540